Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

Introduction

Texte intégral

1Ce dictionnaire se présente comme un répertoire alphabétique de notices individuelles consacrées aux personnalités qui ont contribué à la naissance et à l’essor de l’archéologie moderne, entre 1798 et 1945, dans les pays baignés par la Méditerranée, mais aussi en Anatolie, en Mésopotamie et en Perse.

  • 1 È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.
  • 2 Ce terme a été proposé par Th. Mommsen pour désigner les disciplines appliquées à l’étude de l’Anti (...)

2Néanmoins, cet ouvrage prétend ne pas se réduire à cette seule définition, qui, par ailleurs, appelle des précisions. L’histoire de l’archéologie moderne a fait l’objet d’une première tentative de reconstitution1 sous la forme d’une étude d’ensemble de cette « science spéciale2» ; l’exemple français y était inséré dans le contexte international de son développement et envisagé sous plusieurs angles, celui de l’épistémologie associé à ceux de l’histoire des institutions et de l’histoire politique – nationale et internationale. Ce dictionnaire poursuit les mêmes fins et conserve les mêmes principes mais emprunte une autre voie, celle de la biographie intellectuelle, qui, en élucidant la part prise par chacun dans le mouvement de la science, doit permettre d’en recomposer l’histoire son ensemble ; ainsi sûr par et par les informations qu’elle apporte sur la personne concernée et son œuvre, mais doit aussi se lire dans un jeu de relations au sein d’un ensemble qu’il appartient au lecteur de reconstruire en associant d’autres noms suggérés dans le texte. Les possibilités de circulation parmi les notices s’avèrent ainsi multiples et concilient diachronie et synchronie : l’histoire de l’égyptologie se dessine en parcourant le dictionnaire de l’entrée intitulée « Commission des sciences et des arts de l’armée d’Orient » à « Vandier Jacques » et l’on peut obtenir une image de cette discipline à une époque donnée en associant la lecture de notices contemporaines, celles par exemple de « Champollion, Jean-François », « Rosellini, Ippolito », « Young, Thomas », « Letronne, Jean Antoine » ou encore « Silvestre de Sacy, Isaac ». Par ailleurs si des relations s’établissent au sein de la même discipline, il en va de même entre les disciplines, représentées par des savants français et étrangers. L’exemple de l’helléniste Léon Heuzey illustre particulièrement bien les possibilités de circulation ouvertes au lecteur : en effet, sa notice permet de saisir l’état de l’archéologie grecque au sein de l’École française d’Athènes vers 1855 mais renvoie également aux noms de ses condisciples avec lesquels il impose une mutation radicale à l’institution qui cherche sa voie ; de plus, sa fameuse mission de Macédoine s’inscrit dans le contexte français d’essor de ce type d’entreprises menées sous le règne de Napoléon III et peut être associée à celles dirigées par Georges Perrot en Asie Mineure et Ernest Renan en Phénicie. En outre, L. Heuzey est aussi le premier conservateur du département des Antiquités orientales au musée du Louvre, où il fait entrer les témoignages de l’art achéménide recueillis à Suse par Jane et Marcel Dieulafoy et les sculptures du IIIe millénaire découvertes à Tello par Ernest de Sarzec, qui a révélé la civilisation sumérienne. Helléniste en quête des origines de la civilisation grecque, L. Heuzey se fait orientaliste et consacre une grande partie de son activité aux antiquités « chaldéennes » ; il inaugure ainsi un riche mouvement qui conduit après lui de nombreux hellénistes sur les sites du Proche-Orient, de son disciple Edmond Pottier jusqu’à Ernest Will, en passant par Paul Perdrizet, Henri Seyrig et Daniel Schlumberger. Cependant, L. Heuzey apporte aussi une contribution fondamentale dans un autre domaine, celui l’archéologie ibérique vers laquelle il entraîne Arthur Engel et Pierre Paris. Toutes les activités de L. Heuzey dans le domaine hellénique et oriental s’inscrivent dans le contexte international de son temps : lorsqu’il accomplit ses missions Grèce et Macédoine, Ernst Curtius a déjà parcouru le territoire grec et conçu un plan d’exploration pour Olympie, et Alexander Conze visite les îles septentrionales de l’archipel grec ; les découvertes de Tello doivent s’envisager en relation avec les travaux accomplis par les archéologues anglais et allemands en Mésopotamie. Le nom de L. Heuzey suscite donc ceux d’une pléiade d’autres archéologues, hellénistes, orientalistes, français et étrangers. On voit par cet exemple que la nécessité s’impose de mettre en perspective l’œuvre des archéologues français en évoquant celle de leurs collègues des autres pays.

3C’est ce qui explique le caractère international de l’ouvrage : si les Français y occupent, de loin, la place la plus notable, ils partagent cependant ces pages avec des représentants de tous les pays européens ainsi que des États-Unis. Néanmoins, si notre intention est bien de fournir un outil pour servir à l’histoire de l’archéologie, notre ambition n’est assurément pas de faire l’histoire de cette science humaine dans chaque pays où elle s’est exercée : il s’agit de fournir des clefs, d’ouvrir des pistes, pour contribuer à restituer les conditions dans lesquelles l’archéologie s’est constituée et développée en France, mais en tenant compte du contexte international, qui pèse d’un si grand poids, aussi bien sur le plan scientifique que politique. Il ne faut donc pas déduire de la supériorité numérique des Français – auxquels la plus grande part des notices de ce dictionnaire a été consacrée – celle de l’archéologie française sur toutes les autres, et supposer l’auteur atteint d’hypertrophie de la fibre patriotique Il est clair qu’un point de vue a prévalu : tenter, malgré l’extrême complexité de l’entreprise, de brosser l’histoire d’une science humaine qui a connu, dans tous les pays occidentaux, un destin très brillant, en fournissant, par l’évocation de personnalités étrangères, les ressources d’une comparaison, d’une mise en perspective, qui permettent au lecteur de mesurer la place de la France dans ce domaine.

4Quant aux bornes chronologiques (1798-1945), elles correspondent à des événements historiques facilement identifiables par le lecteur, l’Expédition d’Égypte et la Seconde Guerre mondiale, mais ne constituent pas des butoirs infranchissables. Certes, la campagne de Bonaparte déclenche la curiosité scientifique et donne naissance à l’égyptologie ; en associant une mission scientifique à une expédition militaire, on crée un modèle qui sera reproduit tout au long du xixe siècle, en Morée, en Afrique du Nord, en Phénicie. Cependant, pour se donner les moyens de comprendre comment l’archéologie, au sens moderne du terme, apparaît en se détachant de la tradition antiquaire, il nous faut remonter plus haut dans le temps pour évoquer les figures de grands pionniers, pères fondateurs d’une nouvelle démarche cognitive pour l’Antiquité : Jacob Spon (1647-1685), premier épigraphiste français, qui introduit le terme « archéologie » dans le monde érudit, le premier aussi à faire le voyage de Grèce en compagnie de George Wheler pour y reconnaître les sites antiques et décrire les monuments ; Bernard de Montfaucon (1655-1741), auteur de L’Antiquité expliquée et représentée en figures, qui promeut pour la première fois les objets au rang de documents historiques de même valeur que les textes, et qui, de ce fait, se détache de la simple pratique antiquaire, adoptant un comportement de véritable archéologue. Comment serait-il possible de taire les noms du comte de Caylus (1692-1765), de Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), d’Ennio Quirino Visconti (1751-1818) ? Le Français et l’Allemand sont associés dans la diffusion auprès d’un large public des résultats des travaux menés à Herculanum et Pompéi, et, par leur œuvre respective, ces trois grands pionniers jettent les fondements de la démarche archéologique.

5S’il est difficile de donner à l’archéologie une date de naissance précise, fixer un terme à son évolution est tâche bien plus délicate encore, surtout quand l’histoire de la science est envisagée du point de vue des hommes qui en sont les acteurs. Or, dans le mouvement continu de transformation que connaît l’archéologie depuis son origine et qui se poursuit aujourd’hui, la fin de la Seconde Guerre mondiale marque une incontestable rupture, aussi bien sur le plan historique et politique que proprement scientifique : en modifiant l’équilibre mondial, la guerre entraîne de profondes modifications dans les conditions d’exercice de l’archéologie, puisque, les empires coloniaux ébranlés, des mutations politiques décisives interviennent, provoquant l’accession à l’indépendance des pays jusque-là soumis à la domination des nations occidentales. L’archéologie européenne ne bénéficie plus du même statut, et se trouve désormais soumise aux accords passés avec les jeunes nations qui tendent à développer par elles-mêmes leur archéologie nationale. C’est ainsi qu’en Égypte, au Proche-Orient, en Perse, de jeunes archéologues, le plus souvent formés en Europe, s’engagent dans l’exploration d’un passé national : ils ont tout naturellement trouvé leur place dans ce dictionnaire où figurent les noms des premiers archéologues égyptiens, irakiens, libanais, israéliens et iraniens. Néanmoins, cette rupture n’anéantit pas la continuité du mouvement d’une science animée par les mêmes hommes ; ceux-ci assurent la permanence d’une archéologie fondée au long du xixe siècle, tout en accueillant et suscitant de nouvelles transformations. Les générations qui se succèdent jusque vers 1930 portent ensuite seulement à son terme l’évolution dessinée et précisée au cours du siècle précédent. Il reviendra aux générations suivantes, confrontées à l’émergence de sciences nouvelles et à une spécialisation de plus en plus grande au sein des différentes disciplines archéologiques, d’accélérer le processus de transformation radicale. En tout état de cause, la date de 1945 constitue avant tout un repère et ne saurait être considérée comme un terme impératif : les personnalités évoquées ici sont nées avant 1930 et ont poursuivi leur carrière et leur œuvre jusque tard dans le siècle, mais leur long itinéraire s’inscrit dans la continuité, confirme et parachève une science dont les principes ont lentement mûri et se maintiennent encore. C’est pour servir à l’histoire de cette archéologie élaborée au xixe siècle et encore vigoureuse au xxe que ce dictionnaire a été conçu.

6L’histoire même des archéologies orientale et classique et leur étroite interdépendance ont imposé les limites du domaine géographique, le monde méditerranéen dans sa plus grande extension auquel ont été ajoutées les régions orientales qui ont entretenu avec lui de constants échanges : Anatolie, Mésopotamie et Perse. Orient et Occident sont indissociables dans la perspective que nous avons choisie : non seulement, le monde antique, grec et romain, a coïncidé avec le bassin méditerranéen et s’est étendu en Orient, mais l’archéologie orientale a aussi infléchi l’orientation de l’archéologie classique. Les découvertes de Paul-Émile Botta et d’Austen Henry Layard à Khorsabad et Quyundjik, en révélant les Assyriens, donnent des prédécesseurs aux Grecs, dont la civilisation offrait jusque-là l’image d’une absolue perfection et d’un idéal unique. La Mésopotamie ouvre un monde d’avant le « miracle » grec et modifie profondément les perspectives d’étude : Adrien de Longpérier (1816-1882) est le premier à déceler les influences orientales sur l’Occident, non seulement en Grèce mais même jusqu’en Étrurie. À sa suite, les hellénistes tournent leurs regards vers cet Orient qui leur semble receler la clef des origines des civilisations occidentales : L. Heuzey se convertit à l’orientalisme en s’attachant à l’étude des « antiquités chaldéennes », Salomon Reinach tient des Chroniques d’Orient et E. Pottier étudie la céramique de Suse, où les missions Dieulafoy ont révélé l’art achéménide de la faïence. La remontée dans le temps, vers un au-delà de la civilisation grecque, qui s’est amorcée à Khorsabad et se poursuivra dans tout le Proche-Orient jusqu’à sa Préhistoire, franchit une étape décisive à Suse où Jacques de Morgan, « inventeur » de la Préhistoire égyptienne, exhume les vestiges de la civilisation élamite. Alors que l’Orient s’apprête à retrouver ses origines, celles du monde grec opèrent une irruption fracassante sur la scène scientifique : les travaux d’Heinrich Schliemann à Troie et Mycènes donnent une réalité matérielle au monde homérique et Arthur Evans fait revivre à Cnossos les fastes minoens. Cependant, la révélation de la « Préhistoire » dans le monde en Égypte et au Proche-Orient, à la fin du xixe siècle et au tournant du xxe – une véritable « révolution » épistémologique – n’a pu porter justement tous ses fruits que grâce à la reconnaissance préalable de la Préhistoire en Europe. Les géologues anglais et les préhistoriens scandinaves, français, suisses et italiens, qui ont mené cette longue lutte, occupent donc une place légitime dans ce dictionnaire, élargissant son cadre géographique à l’Europe du Nord.

  • 3 Voir les distinctions que Charles Lenormant introduit entre l’antiquaire et l’archéologue dans son (...)
  • 4 Voir. Therrien, L’Histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, Éditio (...)

7La constitution du corpus des notices a révélé avec une particulière acuité cette difficulté que nous avions déjà rencontrée en abordant l’histoire de l’archéologie, celle de la définition aussi précise que possible du champ disciplinaire : en effet, les personnalités, dont le rôle est manifeste dans la constitution et l’essor de l’archéologie, ne sont pas tous archéologues ou ne cantonnent pas leurs activités à la seule archéologie. Ce terme, qui aujourd’hui détermine une profession clairement définie, a longtemps reçu une acception très large, évidemment tout d’abord pour instaurer une distinction nette d’avec « l’antiquaire3», puis pour désigner le savant – de cabinet – qui étudie les civilisations anciennes par leurs objets et monuments, sans toujours clairement distinguer le point de vue archéologique de celui de l’histoire de l’art et sans renoncer au recours des textes. Ces confusions se manifestent par exemple à l’examen des compétences diverses propres aux titulaires de la première chaire d’archéologie créée en France, celle du Cabinet des Médailles4: ni Aubin Louis ni Désiré Raoul-Rochette, ni Charles Lenormant ne sont « archéologues » au sens moderne du terme ; leurs travaux portent aussi bien sur les monuments grecs et romains que sur les inscriptions et les monnaies alors que, bien évidemment, aucun ne pratique l’archéologie de terrain. Ce n’est qu’à la fin du xixe siècle que se réalise la fusion entre le savant de cabinet et l’homme de terrain, entre celui qui exhume les sites, les monuments et les objets et celui qui les étudie. C’est alors le début du processus de professionnalisation de l’archéologie, qui, pendant un siècle entier, a reçu le concours de personnalités aux statuts très divers : voyageurs et explorateurs curieux du passé, artistes, architectes, diplomates et ingénieurs ont pris, dans la naissance de l’archéologie moderne, une part égale à celle des savants qui ont contribué à la mise en place des institutions. Longtemps, au cours de cette lente élaboration, les amateurs éclairés ont joué un rôle important qui, au fil du temps, décroît au profit des professionnels. Telles sont les circonstances historiques qui justifient la présence des uns et des autres dans ce dictionnaire.

8Une autre difficulté rencontrée dans la détermination de ce corpus tient à la nature même de l’entreprise : contribuer à restituer, de ses origines jusqu’à son plein épanouissement, l’itinéraire d’une science humaine, tributaire, dans sa formation, des liens qu’elle entretient avec d’autres disciplines appliquées au même objet, la connaissance du passé. L’archéologie, en effet, est l’une des « sciences spéciales », selon les termes déjà cités de Theodor Mommsen, qui concourent à la recomposition du monde antique, et son champ disciplinaire interfère avec celui de l’épigraphie et de la numismatique ; certaines notices traduisent clairement cette situation par la diversité des spécialités dans lesquelles se sont distingués certains archéologues qui sont également épigraphistes et/ou numismates. L’orientalisme, si brillant en France dès le xviiie siècle, est représenté par des savants exceptionnels, Jean-Jacques Barthélemy ou Isaac Silvestre de Sacy par exemple, épigraphistes et philologues qui se consacrent au déchiffrement des inscriptions et à l’identification des langues anciennes. Ces travaux sur les systèmes d’écriture de l’Égypte, de la Phénicie et de la Perse, nourrissent la curiosité pour les civilisations qui ont élaboré ces langues : la quête d’inscriptions sur le terrain fait naître les recherches topographiques, puis véritablement archéologiques. Karsten Niebuhr (1733-1815), par son voyage d’exploration, concourt à l’archéologie et à l’épigraphie, lorsqu’à Persépolis, il dessine les reliefs, relève des plans et recopie scrupuleusement les inscriptions, qui fournissent aux déchiffreurs les premiers documents en écriture cunéiforme. Eugène Flandin et Pascal Coste visiteront à leur tour Persépolis et porteront une attention égale aux monuments et aux inscriptions : la nécessité de sonder la terre pour découvrir de nouveaux documents épigraphiques s’impose et donne naissance à la recherche archéologique. Philologie et archéologie se prêtent un concours mutuel dans la résurrection de civilisations dont l’écriture restait, jusqu’au début du xixe siècle, l’unique trace et avancent du même pas à Khorsabad, à Quyundjiq, Tello, Mari ou encore Ougarit. Une autre région du monde ancien atteste la même solidarité entre épigraphie/philologie et en du Nord, les officiers de l’armée de conquête relèvent tout à la fois les documents inscrits et les monuments. Le travail du capitaine Delamare se distingue par ce double caractère épigraphique et archéologique. Léon Renier est le premier savant à entreprendre l’exploration systématique du territoire en quête d’inscriptions latines et inaugure à la fois la longue tradition épigraphique africaine et l’étude des sites et des monuments. Le processus même de formation de l’archéologie en discipline autonome, mais fondée sur les principes et les méthodes de la philologie, conduit à faire intervenir les philologues – majoritairement allemands – qui ont concouru à la reconnaissance et à la définition de l’archéologie au sein de l’Altertumswissenschaft. Le modèle scientifique allemand inspire les recherches qui se développent au sein de l’Institut de Correspondance archéologique, né à Rome en 1829 de la conjonction des efforts de savants et d’artistes européens. Les travaux d’étude et les publications diffusent en Italie et en France les principes de l’Archeologie der Kunst : Eduard Gerhard, élève des philologues Friedrich August Wolf et August Boeckh, adapte la méthode de l’analyse philologique à l’étude des vases grecs de Vulci et son célèbre Rapporto volcente, qui fonde la céramologie moderne, suscite les travaux de D. Raoul-Rochette, de Ch. Lenormant et de Jean de Witte. L’de la science allemande s’avère considérable et, dans une perspective de compréhension globale du processus de formation de l’archéologie, les philologues allemands qui, les premiers, ont reconnu la nécessité de faire aux vestiges matériels de l’Antiquité une place égale à celle des textes, tout en déterminant la méthode appropriée pour les étudier, ne pouvaient pas être ignorés : c’ainsi qu’ils ont trouvé séjour dans ces pages, de Christian Gottlob Heyne à Ulrich von Wilamowitz en passant par August Boeckh et Friedrich Gottlieb Welcker.

  • 5 A. Bertrand, « Leçon d’ouverture (8 décembre 1882) de son cours d’archéologie nationale », dans Dis (...)
  • 6 Bibliothèque de la Revue des Cours et Conférences, Paris, 1930.

9L’Altertumswissenschaft des philologues-archéologues allemands poursuit la connaissance complète des civilisations antiques et la restitution de leur histoire. Or, comme les philologues, les historiens et géographes valident la démarche archéologique : ainsi Paul Vidal de La Blache qui inspire à Camille Jullian l’particulière portée à la géographie humaine pour restituer l’Histoire de la Gaule – à laquelle il fait servir philologie, archéologie, épigraphie et numismatique. Alors qu’Alexandre Bertrand fonde l’archéologie nationale et illustre « l’archéologie historique5», qui concilie le recours aux monuments et aux textes, l’historien Numa Fustel de Coulanges intègre, dans sa présentation de La Gaule romaine, les données acquises grâce aux progrès de l’archéologie nationale et revendique pour les objets préhistoriques le statut de documents historiques. Quant à C. Jullian, il introduit la préhistoire Au seuil de notre histoire6 et confirme sa pleine reconnaissance comme science historique. Le rôle de certains géographes et historiens a été déterminant dans la définition de l’archéologie et justifie leur place dans ces pages.

10L’on ne devra pas s’étonner de voir apparaître au fil des notices de nombreux géologues et préhistoriens. En effet, comme à l’Orient de la Méditerranée, la préhistoire, reconnue en Europe grâce aux travaux persévérants de certains représentants des sciences naturelles, modifie profondément la perception du monde ancien, en France, en Suisse, en Italie et en Espagne : l’ouverture d’un très vaste horizon au-delà des civilisations classiques et orientales historiques entraîne la découverte de tout le passé d’avant l’écriture qui s’ordonne chronologiquement, selon le système des Trois Âges mis au point par les savants scandinaves et permettant de distinguer Préhistoire et Protohistoire. C’est ainsi qu’en Suisse et en Italie, géologues et naturalistes sondent les lacs et les terramare et identifient le Néolithique et l’Âge du bronze, donnant naissance à la « palethnologie » italienne. Par ailleurs, les travaux menés à Bologne et dans ses environs par le comte Gozzadini, Antonio Zannoni et Edoardo Brizio, en révélant la culture de Villanova, rétablissent le passage de la Préhistoire à l’histoire et permettent de fixer la séquence chronologique de la Protohistoire de Bologne et de sa région. En France, A. Bertrand définit la Protohistoire gauloise que Joseph Déchelette insérera dans le cadre européen. En Espagne, dont la brillante Préhistoire attire Henri Breuil et Hugo Obermaier, George Bonsor, le marquis de Cerralbo et les frères Siret lancent, en même temps que P. Paris, les premières recherches sur la Protohistoire de la péninsule Ibérique. Non seulement la restitution de la Préhistoire et de la Protohistoire européennes repousse les limites temporelles et spatiales du monde ancien, mais les succès incontestables des pionniers démontrent la validité d’une archéologie pratiquée sur le terrain selon des méthodes scientifiques rigoureuses qui permettent de pallier l’absence de textes et de parvenir à la connaissance de ces sociétés d’avant l’histoire. La préhistoire et ses méthodes déterminent l’avènement d’une « archéologie nouvelle », pour laquelle tous les indices matériels recueillis au cours de la fouille deviennent importants puisqu’ils doivent apporter des éléments d’information et d’interprétation : le principe stratigraphique, dont le rôle a été déterminant dans la démonstration de la « très haute antiquité de l’Homme », s’impose progressivement, en particulier au Proche-Orient, où s’opère, après 1918, une étonnante remontée jusqu’aux temps les plus reculés. Les objets, même fragmentaires, deviennent de précieux fossiles-directeurs chronologiques, ainsi que le démontrent Alexander Conze, Adolf Furtwängler et Edmond Pottier pour la céramique. Les typologies de séries d’objets mises au point par Gabriel de Mortillet, Hans Hildebrand et Oscar Montelius et la méthode du « cross dating » permettent d’établir des liens entre cultures différentes et fournissent les moyens d’établir chronologies relative et absolue. Ce sont ces évolutions déterminées par l’irruption de la préhistoire qui rendaient nécessaire l’évocation des personnalités ayant concouru à la pleine reconnaissance de cette discipline.

11La perspective historique choisie a donc conduit à introduire dans le corpus des philologues, des épigraphistes et des numismates, des géologues et des préhistoriens qui ont pris une part importante à l’élaboration de l’archéologie aux différentes étapes de son évolution. De même que l’on ne peut envisager l’archéologie dans son histoire sans tenir compte des interactions avec d’autres disciplines, on ne peut l’abstraire du contexte international qui infléchit nombre de ses orientations. Dans la période et le domaine géographique considérés, la France n’est pas le seul pays occidental à déployer son activité archéologique et par conséquent, elle entre en concurrence – scientifique certes mais aussi politique – avec tous les autres grands pays européens et les États-Unis. Dans ces conditions, même si l’on décide de privilégier le point de vue français, l’évocation des entreprises menées par les autres pays est nécessaire pour saisir la spécificité française et fournir des éléments d’évaluation comparative. Les archéologues français sont donc plus nombreux et présents sur une durée plus longue que leurs collègues étrangers, car c’est l’histoire de l’archéologie française que ce dictionnaire poursuit avant tout. Les personnalités étrangères retenues offrent en quelque sorte une « vue cavalière » de l’archéologie de leur pays, contribuent par leur œuvre à l’histoire de la discipline qu’elles ont illustrée et mettent en perspective la participation française à la recherche. Et comment, en effet, évoquer Julien-David Leroy sans rendre justice à James Stuart et Nicolas Revett ? Peut-on faire l’exploration de Khorsabad par P.-É. Botta et passer sous silence les multiples travaux d’A. H. Layard en Mésopotamie ? Les grandes entreprises françaises en Grèce, à Delphes, ou au Ptoïon de Béotie, prennent toute leur signification dans leur relation avec celles conduites par les archéologues allemands et autrichiens à Samothrace et Olympie. Si les archéologues occidentaux n’échappent pas aux rapports de rivalité créés par la situation politique de leurs nations respectives, ils entretiennent aussi des relations de collaboration fructueuse à certaines périodes privilégiées de l’histoire de l’archéologie c’est le sein de l’Institut de Correspondance archéologique où se nouent de très riches échanges personnels et scientifiques entre savants français et allemands. Ainsi D. Raoul-Rochette, Ch. Lenormant et J. de Witte assurent-ils à cette époque le lien scientifique entre la France et l’Allemagne. Cette situation très favorable se perpétue à Rome, même après le désastre de 1870 : Auguste Geffroy, directeur de l’École française de Rome, entretient avec Wilhelm Henzen, Premier secrétaire de l’Institut archéologique allemand, les relations les plus cordiales et C. Jullian se met à l’école de Th. Mommsen en se rendant à Berlin pour y suivre les séminaires du maître. Au cours du xixe siècle, les hommes et les idées circulent et nombreux sont les archéologues allemands qui se mettent au service de la science française : ainsi en est-il de Benedikt Hase, Jules Mohl, de Wilhelm Froehner ou de Jules Oppert. Après la Première Guerre mondiale, l’instauration du mandat britannique et français sur le Proche-Orient favorise les relations entre les savants occidentaux : John Garstang organise la collaboration entre archéologues anglo-saxons et français au Proche-Orient et soumet aux autorités françaises l’idée de créer une école d’archéologie à Jérusalem. La pratique de l’archéologie scientifique sur les chantiers anglais, américains et allemands fait considérablement évoluer l’archéologie française, non seulement au Proche-Orient mais aussi sur le territoire national.

12Malgré les aléas – le plus souvent engendrés par la conjoncture politique –, les connaissances scientifiques, en s’enchaînant et se répercutant d’un pays à l’autre, créent une communauté qui, même compromise, aspire à se reconstituer. C’est le cas après les deux guerres mondiales, alors que les tensions sont extrêmes entre la France et les pays germaniques : déjà, en 1922, Gerhart Rodenwaldt parvient à renouer les relations de l’Institut archéologique allemand de Rome avec les autres savants européens ; après la Seconde Guerre mondiale, les préhistoriens se mobilisent pour rétablir les congrès internationaux des Sciences préhistoriques et protohistoriques, et les archéologues classiques se réunissent en l’International Association of Classical Archaeology. En Espagne, les relations entre savants européens et espagnols sont complexes, à la fois de concurrence, de coopération et d’émulation. Savants français et allemands découvrent dans la péninsule Ibérique un véritable Eldorado archéologique : P. Paris et A. Engel, encouragés par L. Heuzey, se lancent dans des recherches de terrain sur les lieux où sont apparues les étranges statues du Cerro de los Santos et, associés à G. Bonsor, se rangent parmi les pionniers de la Protohistoire ibérique et stimulent les recherches des savants espagnols. Par ailleurs, la découverte éclatante de la Dame d’Elche et son acquisition pour le musée du Louvre par P. Paris ne sont pas étrangères à la mise en place de lois et de structures administratives espagnoles pour la protection du patrimoine archéologique. À la même époque, la science allemande est brillamment représentée en Espagne par Adolf Schulten qui explore les ruines de Numance et exerce une très profonde influence sur les archéologues espagnols. À la veille de la Première Guerre mondiale, Français et Allemands se disputent l’opinion publique espagnole, et les institutions que met en place P. Paris à Madrid, avant la création de la Casa de Vélasquez, animent la propagande française pour arracher l’Espagne à l’influence dominante de l’Allemagne. Dans le domaine de la Préhistoire, Émile Cartailhac révèle Les Âges préhistoriques de l’Espagne et du Portugal, et fait son Mea culpa d’un sceptique après s’être rendu à Altamira en compagnie de l’abbé Breuil qui lui-même étudie Les Cavernes de la région cantabrique avec les savants espagnols Hersilio Alcalde del Rio et le R. P. Luis Sierra, et les peintures rupestres du bassin inférieur de l’Èbre avec Juan Cabré ; H. Breuil et H. Obermaier, tous deux membres de l’Institut de paléontologie humaine, sont en relation de collaboration très étroite avec le groupe constitué par le comte de la Vega de Sella, Eduardo Hernandez Pacheco et le marquis de Cerralbo, dont émane la Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas et qui organise la recherche préhistorique en Espagne. Les notices consacrées non seulement aux Français, mais aussi aux Allemands et aux Espagnols, donnent une image de la science illustrée par chacun de ces savants, permettent de rétablir le réseau des relations multiples et enfin contribuent à éclairer la naissance d’une véritable archéologie nationale en Espagne.

13Telles sont les options qui ont présidé à la composition de ce dictionnaire et que nous avons cru nécessaire d’élucider pour éviter qu’un apparent éclectisme n’en perturbe la lecture ; les pistes ainsi dessinées ne doivent en rien se révéler exclusives ni contraignantes et le lecteur doit se sentir tout à fait libre de suivre d’autres voies.

Composition des notices

14On a veillé à rédiger les notices de façon que leur lecture fût agréable. Elles se présentent toutes sous la même forme après les indications d’état civil, dont celle de la nationalité, on a précisé la spécialité et ouvert le développement en une phrase, qui souligne l’apport spécifique du savant ; puis on a tenté, en une phrase finale de synthèse, de cerner l’œuvre et son insertion dans le contexte scientifique, historique et politique. La circulation entre les notices est suggérée par la mention des maîtres, des contemporains ou des disciples de la personne concernée, qui ont contribué au développement de la science au même titre qu’elle. Chaque notice est close par deux rubriques : la « Bibliographie sélective » qui, autant que possible, comprend la mention des bibliographies complètes existantes, puis celle des œuvres fondamentales concernant l’archéologie. L’indication « Voir » renvoie aux articles et ouvrages consacrés à l’auteur considéré. On a apporté un soin particulier à cet aspect bibliographique, en s’efforçant de fournir pour chaque notice l’état le plus récent des publications.

15Quant aux proportions des notices, on a aspiré à la plus grande homogénéité possible, mais les variations sont pourtant inévitables : les personnalités n’ont pas toutes le même statut, ni la même place dans le développement de la science. De plus, la collecte des informations a parfois été difficile et explique la concision de certaines notices. Il a paru cependant préférable de les maintenir dans le corpus, pour marquer malgré tout la place de ces personnalités dans l’évolution scientifique et historique.

16Pour finir, on trouvera à la suite la liste des publications générales aisément consultables pour compléter la documentation sur des points d’histoire de la science. Chaque notice mentionne les publications particulières produites par les académies, les sociétés savantes et les différentes institutions, qui ont fourni les informations.

Notes

1 È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

2 Ce terme a été proposé par Th. Mommsen pour désigner les disciplines appliquées à l’étude de l’Antiquité, en dehors de la philologie, c’est-à-dire l’archéologie, la numismatique et l’épigraphie. Nous tenterons, dans la suite de cette introduction, de déterminer le champ d’application de l’archéologie et ses relations avec les autres « sciences spéciales », ainsi qu’avec l’histoire et la philologie.

3 Voir les distinctions que Charles Lenormant introduit entre l’antiquaire et l’archéologue dans son article inaugural de la Revue archéologique en 1844 : « L’archéologie. Sur l’étude des vases peints antiques ».

4 Voir. Therrien, L’Histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, Éditions du CTHS, 1998.

5 A. Bertrand, « Leçon d’ouverture (8 décembre 1882) de son cours d’archéologie nationale », dans Discours d’ouverture de MM. les professeurs de l’École du Louvre, Paris, 1883.

6 Bibliothèque de la Revue des Cours et Conférences, Paris, 1930.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site