Version classiqueVersion mobile

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Naissance de l’archéologie moderne

Conclusion. Histoire et archéologie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De l’Expédition d’Égypte à l’exploration du Proche-Orient dans sa protohistoire, de la création des premières institutions à celle du Centre national de la recherche scientifique, l’archéologie française, projetée hors des frontières nationales, entretient des liens étroits avec la politique étrangère et connaît aussi une suite de transformations dont les facteurs sont d’ordre strictement scientifique.

De la « science des objets », telle que la définissent Bernard de Montfaucon et le comte de Caylus, à la « méthode archéologique » mise en œuvre au Proche-Orient par un Claude Schaeffer, l’archéologie, en s’élaborant comme science, traverse des étapes déterminées par les rapports qu’elle nourrit avec l’histoire de l’art et la philologie et par l’irruption en son sein de la préhistoire.

Les institutions, qui sont créées de 1798 à 19461, naissent de la conjonction de ces deux faisceaux de causalité : d’une part, le contexte politique et les intérêts de l’État à un moment précis de son his...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search