Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Naissance de l’archéologie moderne

Conclusion. Histoire et archéologie

Texte intégral

1De l’Expédition d’Égypte à l’exploration du Proche-Orient dans sa protohistoire, de la création des premières institutions à celle du Centre national de la recherche scientifique, l’archéologie française, projetée hors des frontières nationales, entretient des liens étroits avec la politique étrangère et connaît aussi une suite de transformations dont les facteurs sont d’ordre strictement scientifique.

2De la « science des objets », telle que la définissent Bernard de Montfaucon et le comte de Caylus, à la « méthode archéologique » mise en œuvre au Proche-Orient par un Claude Schaeffer, l’archéologie, en s’élaborant comme science, traverse des étapes déterminées par les rapports qu’elle nourrit avec l’histoire de l’art et la philologie et par l’irruption en son sein de la préhistoire.

  • 1 1798 est la date de l’Expédition d’Égypte et de la fondation de l’Institut d’Égypte ; 1946 est l’an (...)

3Les institutions, qui sont créées de 1798 à 19461, naissent de la conjonction de ces deux faisceaux de causalité : d’une part, le contexte politique et les intérêts de l’État à un moment précis de son histoire et, d’autre part, les exigences d’une science en gestation qui, pour se développer, réclame des instruments de recherche.

4L’expédition d’Égypte correspond tout à la fois à un événement militaire, lié à la situation internationale à l’extrême fin du xviiie siècle, et à l’épiphanie d’une science nouvelle, l’égyptologie, qui reçoit, encore au berceau, ses premières institutions.

5Cette alliance du politique et du scientifique se reproduit à plusieurs reprises au cours du xixe siècle : les expéditions de Morée et du Liban, envoyées au secours des Grecs et des chrétiens du Levant, sont accompagnées de missions dirigées par des savants ; la conquête de l’Algérie suscite la création, à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, d’une commission qui, en établissant un programme de recherche en histoire et en archéologie, favorisera « l’œuvre civilisatrice » de la France sur le plan militaire aussi bien que scientifique.

6Dans le Proche-Orient d’après 1918, l’archéologie bénéficie des ambitions politiques de la France : la science y est l’un des moyens, et non le moindre, d’y manifester le poids d’une nation. La conjonction des intérêts politiques et scientifiques accélère l’essor de l’archéologie ; cependant, à certaines époques, l’archéologie pâtit de sa sujétion au politique et connaît les aléas d’un développement précaire : l’archéologie proche-orientale, brillamment inaugurée par Paul-Émile Botta à Khorsabad, ne pourra se hisser à la hauteur de l’archéologie classique et de l’égyptologie que lorsque le pouvoir politique aura mesuré les bénéfices qu’il peut escompter en s’investissant dans la recherche archéologique. Parce que les travaux de P.-É. Botta et de V. Place à Khorsabad n’entrent pas dans un projet politique d’expansion française en Mésopotamie, on se soucie peu de maintenir les deux diplomates dans leur poste à Mossoul pour qu’ils poursuivent l’exploration du site. Lorsque les savants auront élargi les pistes esquissées par les pionniers, Montfaucon et Caylus, et, sur les modèles philologique et anthropologique, auront fixé à l’archéologie d’autres perspectives que la constitution de collections, ils verront grandir leurs possibilités d’intervenir dans les projets élaborés par le pouvoir politique, ou même proposeront des entreprises scientifiques qu’agréeront les instances gouvernementales.

7La mise en place des premières institutions vouées à la protohistoire métropolitaine sous Napoléon III doit autant aux conceptions radicalement nouvelles d’A. Bertrand qu’au projet d’une Histoire de Jules César nourri par le souverain. L’équipe de savants réunie pour fournir à l’empereur les informations nécessaires à son ouvrage porte la mission qui lui est confiée bien au-delà de son objet initial : A. Bertrand met sa formation d’helléniste au service de la connaissance des « populations primitives » et fonde l’archéologie nationale. L. Renier, par ses expéditions en Algérie, sort l’épigraphie latine de l’ornière et place la science française au premier rang dans ce domaine ; l’éclat qu’il donne à cette discipline permet à l’Académie des inscriptions et belles-lettres de relancer d’anciens projets et d’aboutir à la création d’une chaire d’épigraphie et d’antiquités romaines au Collège de France. L. Heuzey et G. Perrot, pressentis par L. Renier pour contribuer aux recherches de Napoléon III sur les guerres menées par César, se rendent, l’un en Macédoine et l’autre en Asie Mineure ; leurs missions dépassent largement le but assigné et donnent une inflexion décisive à l’École d’Athènes qu’ils contribuent à transformer en véritable « séminaire d’archéologie ».

8En revanche, avant 1850, alors que l’archéologie de terrain en est encore à ses premiers balbutiements, les savants et les institutions, qui s’attachent à la promotion de la recherche, éprouvent de grandes difficultés à convaincre le pouvoir politique de soutenir leurs entreprises. P.-É. Botta, encouragé par J. Mohl et la Société asiatique, prend l’initiative des premières fouilles à Khorsabad, mais le gouvernement lui retirera son soutien après 1848. C’est que, lorsque Botta explore Khorsabad, sa préoccupation essentielle est de recueillir les plus beaux monuments pour les faire figurer dans les salles du Louvre. Aux yeux des gouvernants de 1847, on peut donc mettre fin à l’exploration de Khorsabad, puisque le Louvre expose le premier « musée assyrien » d’Europe.

9Dans la première moitié du xixe siècle, si l’on sonde le sol de la Grèce, de l’Italie, de l’Égypte ou de la Mésopotamie, c’est dans le souci de constituer ou d’enrichir les collections nationales. Les monuments et les objets sont envisagés comme des œuvres d’art chargées d’accroître le prestige des nations qui les détiennent et les exposent au public. Le musée que Napoléon Ier réunit au Louvre est la plus claire illustration de ce point de vue. L’archéologie de cette époque se réduit trop souvent à une « chasse aux trésors » qui, en Grèce, en Égypte, en Mésopotamie, met aux prises les représentants des grandes nations européennes : le Parthénon et le temple de Bassae sont dépouillés de leurs reliefs, l’Égypte est livrée aux agents des consuls qui la mettent au pillage ; en Mésopotamie, Hormuz Rassam ne recule devant aucun moyen pour évincer les Français.

10Tout à fait exceptionnelle est l’attitude d’un J.-F. Champollion, conservateur du musée égyptien au Louvre, qui organise la présentation des objets et des monuments en se préoccupant de donner une image claire de la civilisation égyptienne : pour lui, ces vestiges sont des documents chargés de sens, qu’il convient de rendre intelligibles à un large public. Dans cette optique, les collections des musées sont détentrices d’informations sur les civilisations qu’elles représentent, et doivent donc refléter l’état des connaissances et suivre par conséquent les progrès de la science ; d’où la nécessité de les compléter pour y introduire les objets et les monuments significatifs.

11J.-F. Champollion, en imputant une valeur historique aux collections du musée égyptien, non seulement donne au musée une mission radicalement nouvelle, mais aussi jette les fondements de la fouille archéologique telle que nous la concevons aujourd’hui : il faut certes continuer à creuser le sol de l’Égypte, non pas cependant pour en arracher des objets « de collection », mais pour en tirer des informations nouvelles sur la civilisation égyptienne. Les fouilles doivent être organisées dans cette perspective ; elles doivent être réglementées pour préserver le patrimoine archéologique et historique de l’Égypte, et permettre ainsi le progrès de la science. A. Mariette réalisera le Service des antiquités dont Champollion suggérait au khédive la création.

12Cette conception de la muséographie s’affirme au cours du xixe siècle et conduit les Musées nationaux à organiser et subventionner eux-mêmes des fouilles en Méditerranée, tout particulièrement en Égypte et au Proche-Orient. La vocation didactique du musée est pleinement reconnue lorsque A. Bertrand réunit à Saint-Germain-en-Laye les antiquités préhistoriques et gallo-romaines pour faire connaître les origines de la France, telles que les derniers travaux scientifiques permettent de les reconstituer : les objets, dont un grand nombre n’ont pas de valeur artistique, sont avant tout des documents qui témoignent des divers états de civilisation traversés par notre pays.

13La reconnaissance officielle de la préhistoire à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867 et de l’inauguration du musée des Antiquités nationales modifie radicalement les buts que l’on assigne à l’archéologie : la présentation d’objets préhistoriques et leur entrée dans un musée supposent que l’on renonce au point de vue muséographique traditionnel. Ces pierres, ces silex, ces tessons de poterie et ces os gravés n’ont pas l’honneur des vitrines parce qu’ils répondent aux critères du Beau ou sont investis de valeurs symboliques, pouvoir, prestige, suprématie… mais tout simplement parce que ces produits de l’activité humaine sont des documents qui ouvrent l’accès à des temps et des cultures très lointains.

14En ces années 1860, cruciales pour la fondation de la « science préhistorique » – entendue au sens large puisqu’elle comprend alors la « protohistoire » qu’A. Bertrand définit pour la Gaule – l’archéologie classique est soumise à une profonde mutation : l’École d’Athènes, créée en 1846 pour répondre à la volonté politique de T. Piscatory d’étendre l’influence française dans l’Orient hellénique, connaît une véritable « sédition » de certains de ses membres, qui s’engagent, malgré leur directeur, dans la voie de la recherche scientifique. Les A. Bertrand, L. Heuzey, G. Perrot, P. Foucart, A. Dumont entreprennent de réaliser l’institut archéologique dont Sainte-Beuve avait esquissé le programme.

15Les exigences scientifiques triompheront enfin des résistances opposées par des hommes soucieux des seuls intérêts politiques. L’histoire de l’École d’Athènes est un bel exemple de la primauté de la science sur la politique et illustre la seconde voie suivie par l’archéologie dans son développement, celle que lui ouvrent les principes dont on l’a pourvue.

  • 2 L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876 ; G. Perrot, E. Guillaume, (...)

16Les voyages et les explorations, que les pionniers de l’École d’Athènes mènent dans tout l’Orient grec, visent la découverte de contrées mal connues, grâce à la mise en œuvre de la topographie, de l’épigraphie, de l’archéologie. Ces missions, vite devenues systématiques, font l’objet de rapports, dont certains, publiés sous forme d’essais, constituent des ouvrages fondamentaux2. Il ne s’agit pas pour ces premiers archéologues de l’École d’Athènes de renouveler les « exploits » d’un Lord Elgin ou des membres du Xéneïon, et d’enrichir les collections nationales des magnifiques dépouilles de l’art grec ; les objets et les monuments sont étudiés non plus seulement selon les critères de l’histoire de l’art, mais en suivant des règles inspirées par la philologie.

17A. Dumont, dans ses recherches sur les vases grecs, met ses pas dans ceux d’E. Gerhard qui, dans son Rapporto Volcente, fondait la céramologie moderne : les vases ne sont plus uniquement considérés comme œuvres d’art, mais aussi comme « témoignages de l’activité industrielle des Anciens », ce qui leur donne une valeur historique équivalente à celle des textes.

18Tout comme E. Renan, A. Dumont et ses disciples suivent le modèle scientifique qu’offre la philologie allemande, dont les principes sont adaptés à l’archéologie par les membres de l’Institut de correspondance archéologique de Rome. L’archéologie est l’un des domaines où l’émulation entre savants allemands et français est la plus forte en ces années qui précèdent l’affrontement des deux nations. L’Université allemande, qui fait à l’archéologie une place égale à celle de la philologie, inspire à V. Duruy la création et l’organisation de l’École pratique des hautes études. L’archéologie, qui n’a pas encore fait son entrée l’Université, trouve cette « école d’application le où recherche et l’enseignement peuvent se développer.

19Après 1870, la terrible défaite française devant la Prusse modifie profondément l’attitude des savants français, pour lesquels l’illustration de la science est devenue l’un des facteurs principaux du redressement de leur pays. La rivalité politique renforce l’émulation scientifique et favorise la création de chaires universitaires et de nouvelles institutions. La réforme de l’Université est au cœur de la politique menée par la IIIe République, et l’archéologie, dont le prestige scientifique est déjà fermement établi, reçoit alors ses premières chaires à Paris et en province. La victoire de la Prusse entraîne aussi la création d’une nouvelle institution archéologique française en Méditerranée : l’École française de Rome naît de la volonté de ne pas laisser le champ libre à l’Institut de correspondance devenu allemand.

20De même, pendant et après la Première Guerre mondiale, l’archéologie en Espagne s’inscrit dans le projet politique de développer l’influence française dans la péninsule, qu’il s’agit de soustraire à l’attraction exercée par l’Allemagne : la création de la Casa de Velázquez est une des composantes de cette entreprise.

21Les institutions archéologiques que les gouvernements européens installent sur le pourtour méditerranéen à partir de 1870 témoignent de l’efficacité du modèle français d’organisation de l’archéologie que constitue l’École française d’Athènes ; les modalités de leur création marquent aussi l’étroite relation entre développement scientifique et conditions politiques : l’archéologie rencontre de la part des politiques une faveur d’autant plus grande que ses fondements et ses méthodes sont plus solides.

22Alors que l’étude des objets est mise au point à partir des règles de la philologie, critique et exégèse, et des sciences naturelles, auxquelles sont empruntés les principes de l’observation et de la classification, l’archéologie de terrain se dote de méthodes de plus en plus rigoureuses.

23En devenant scientifique sur le terrain, l’archéologie n’est plus réduite à son rôle de « pourvoyeuse » d’objets : les sites et les monuments sont explorés pour permettre la collecte du plus grand nombre de renseignements susceptibles de servir à l’histoire des civilisations auxquelles ils appartiennent, et plus largement à l’Histoire de l’humanité.

  • 3 E. Pottier, Catalogue des vases antiques de terre cuite, Musée national du Louvre, Paris, 1896.

24Les tessons de céramique, le plus souvent dépourvus comme la plupart des objets préhistoriques de toute valeur esthétique, font eux aussi leur entrée au musée, dont les collections prennent une autre signification : les vases grecs du Louvre constituent certes un ensemble extraordinaire de très beaux objets, mais E. Pottier organise leur présentation de façon à reconstituer pour le public l’histoire de la céramique dans le monde grec3. Le musée, comme l’Université, est devenu un lieu d’information du public, et son rôle didactique se confirme par la création de l’École du Louvre, à laquelle est confiée la formation des futurs conservateurs.

25L’archéologie, définie d’abord comme « science des objets », devient aussi « science des monuments et des sites ». Le rôle des architectes dans cette évolution est très important, car ils introduisent et imposent les relevés précis et exacts des constructions et mettent au point la méthode stratigraphique d’exploration des sites, à Olympie, à Troie ou à Babylone.

26Cette innovation majeure a une double origine : appliquée par des architectes sur des sites appartenant à l’histoire et pourvus d’importantes ruines de monuments, elle permet leur « lecture » et leur reconstitution. Inspirée d’autre part de la pratique des géologues, elle est adoptée par les préhistoriens, lesquels l’appliquent pour la datation des vestiges « antéhistoriques ». Inaugurée sur les sites préhistoriques d’Europe occidentale, la méthode stratigraphique s’impose dans le monde hellénique et oriental lorsque la préhistoire surgit des ruines de Troie et de Mycènes. Pour les civilisations que l’on ressuscite dans tout le domaine hellénique, en Égypte, en Palestine et bientôt dans toute l’Asie antérieure, l’on ne dispose d’aucun document qui permette de les situer dans l’histoire. Sur les sites protohistoriques et préhistoriques, seuls les vestiges matériels témoignent de civilisations disparues. À l’étude de ces sites, il faut donc appliquer une méthode strictement archéologique pour permettre la connaissance intrinsèque des différentes cultures qui s’y sont succédé. Le premier souci de l’archéologue est de replacer dans le temps les vestiges qu’il découvre ; à partir des « objets » retrouvés, il peut établir une chronologie relative, à condition toutefois d’être en mesure de les replacer les uns par rapport aux autres dans l’espace ; la fouille stratigraphique lui procure le moyen de repérer la succession des trouvailles et de les mettre en relation chronologique.

27Une autre méthode archéologique, celle de la double datation – « cross dating » –, permet de passer de la chronologie relative à la chronologie absolue, lorsque les références à une civilisation connue par l’histoire sont possibles. Dans cette perspective, tous les indices sont précieux et la méthode archéologique suppose la plus grande rigueur. Les exigences scientifiques sont d’autant plus grandes que l’on remonte plus loin dans le temps : ce sont des préhistoriens, familiarisés avec la démarche archéologique très particulière qu’implique la recherche préhistorique, qui, les premiers, en Palestine et en Perse, mettront en œuvre l’exploration stratigraphique associée à la double chronologie.

28En effet, avant de fouiller en Égypte, Flinders Petrie avait l’expérience des antiquités préhistoriques de son pays ; il est le premier à introduire la fouille stratigraphique en Palestine, sur le site de Tell el-Hesy et, grâce au procédé de la double datation, replace la céramique égéenne dans une chronologie absolue, en restituant les rapports du monde hellénique avec l’Égypte avant que la Grèce ne soit entrée dans l’Histoire. J. de Morgan quant à lui, géologue de métier et préhistorien entraîné sur les sites français et tunisiens, fait la preuve de la préhistoire égyptienne et, pour retrouver celle de Suse, met au point une exploration stratigraphique du site.

29Ces deux hommes inaugurent en Orient une archéologie qui diffère radicalement de celle que l’on pratiquait avant eux et qui, jusqu’en 1945, ne cessera de reculer. Sur le terrain, on se satisfait de moins en moins des vastes dégagements comme les pratiquait par exemple un Mariette. La volonté de remonter le plus loin possible dans le temps, d’accéder à la connaissance la plus approfondie des civilisations découvertes et de restaurer le réseau de relations qu’elles entretenaient conduit les archéologues à se doter de moyens efficaces pour faire aboutir la recherche : le site de Troie ne retrouve la succession de ses villes et sa place dans la préhistoire méditerranéenne que lorsque W. Dörpfeld collabore aux travaux de Schliemann et applique au site une exploration archéologique et stratigraphique rigoureuse. À Cnossos, A. Evans s’est adjoint D. Mackenzie qui soumet la cité minoenne à la méthode qu’il a employée pour retrouver la préhistoire de Phylakopi.

30Après 1918, le Proche-Orient, que les archéologues ont entrepris de restaurer jusque dans sa plus lointaine préhistoire, devient le véritable laboratoire de l’archéologie scientifique : la fouille stratigraphique systématiquement appliquée sur les sites et combinée à l’étude de la céramique permet de reconnaître dans toute la région la succession des cultures qui s’y sont développées.

31En 1950, l’archéologie a permis une extraordinaire remontée dans le temps qui aboutit à la reconstitution d’un monde très ancien, révélant, des rivages méditerranéens jusqu’à l’Indus, de nombreuses cultures en étroites relations mutuelles. En s’appliquant à la préhistoire d’un Orient qui, dans la tradition historique, était considéré comme la contrée matricielle, celle où il fallait chercher les origines des civilisations occidentales, l’archéologie a changé de nature. De « pourvoyeuse d’objets » elle est devenue « pourvoyeuse de l’histoire » ; grâce aux méthodes scientifiques dont elle a été progressivement dotée, elle permet d’élargir, et elle seule le peut, la connaissance de l’Histoire de l’humanité et de ses civilisations à des périodes qui, faute de textes historiques, échappent à l’histoire et à ses méthodes.

32En Grèce, en Égypte et en Asie antérieure, les archéologues se sont attachés depuis le début du xixe siècle à la connaissance intégrale du passé, et, en s’y enfonçant de plus en plus profondément, ils ont restitué dans leur continuité les périodes historiques et celles qui ont précédé l’histoire : malgré qu’il en ait, G. Perrot ne peut refuser de placer Mycènes au début de la chaîne qui conduit à l’Athènes de Périclès. Les tombes que J. de Morgan découvre à Négada, pour être pré-pharaoniques, n’en appartiennent pas moins à la civilisation de l’Égypte ancienne. En Mésopotamie, les travaux archéologiques révèlent la longue suite de cultures qui, des Assyriens et des Sumériens, les premiers retrouvés, remonte jusqu’aux peuples anonymes de Samarra et Hassuna.

33En 1950, l’archéologie fournit des réponses aux questions qui divisaient les archéologues et les historiens depuis de nombreuses décennies : les fouilles de Byblos attestent l’ancienneté des rapports entre la Phénicie et l’Égypte ; à Ougarit et à Chypre, on parvient à redonner aux Phéniciens et aux Mycéniens leur place respective.

  • 4 Cf. la préface de R. Furon à V. Gordon Childe, Le Mouvement de l’histoire, Paris, 1961.

34L’étude de la préhistoire apparaît désormais comme nécessaire à la résolution du problème des rapports entre Orient et Occident. En 1935, V. Gordon Childe est en mesure d’élucider les relations entre l’Orient préhistorique et l’Europe : « Appuyées par l’archéologie, la préhistoire et l’histoire dont elle est le préambule apparaissent finalement comme une suite de l’histoire naturelle4. » L’apparition de l’homme sur terre marque le début de l’Histoire de l’humanité et les temps qui précèdent l’écriture appartiennent à cette Histoire. J. de Morgan, lorsqu’il entreprenait de présenter la Préhistoire orientale, avait le même point de vue, puisqu’il réclamait pour lui-même le statut d’historien et pour la préhistoire son intégration à l’Histoire.

35Les archéologues classiques, qui avaient compris, dès les découvertes d’H. Schliemann à Troie et Mycènes, quel intérêt il fallait porter à la préhistoire, participent aux recherches qui la concernent. S. Reinach, qui assure la direction du Musée des antiquités nationales, rédige un Répertoire de l’art quaternaire, et se fait l’apôtre d’une archéologie scientifique, fondée sur les méthodes de la « science préhistorique », alors qu’E. Pottier donne une étude magistrale de la céramique la plus ancienne de Suse. L. Heuzey, quant à lui, ne recule pas devant l’inconnu et se consacre à la résurrection des Sumériens à Tello.

36Ces hellénistes, formés à l’École d’Athènes, sont archéologues et historiens, et ils considèrent cette « nouvelle archéologie », dont les méthodes se distinguent clairement de celles de l’histoire traditionnelle, comme la science qui permet d’ajouter à l’Histoire de l’humanité les nombreux millénaires qui précèdent les temps historiques.

37Préhistoriens, ou plutôt protohistoriens au sens où nous l’entendons aujourd’hui, orientalistes et archéologues classiques s’accordent sur l’importance à donner à l’étude de la préhistoire pour la compréhension des temps qui l’ont suivie, l’archéologie étant la seule science à fournir les moyens de la connaissance. Le champ des historiens se trouve considérablement élargi, et la « science historique » doit embrasser des horizons devenus immenses, qui échappent à l’histoire entendue au sens traditionnel.

  • 5 Revue de synthèse historique, 193 ; cf. L. Febvre, Lettres à Henri Berr, présentées et annotées par (...)

38Au début du xxe siècle, Henri Berr est de ces historiens conscients de la nécessité de réaliser la « synthèse historique », en faisant intervenir toutes les sciences « qui complètent l’histoire ou collaborent avec elle5 » : il fait appel à la préhistoire et à l’archéologie, comme à la géographie, la linguistique, la psychologie, l’ethnographie ou la sociologie.

  • 6 Camille Jullian, « L’École des Chartes et notre histoire nationale », Revue de Paris, 1er août 1927 (...)
  • 7 Id., « Plaidoyer pour la préhistoire », publié dans le recueil Au seuil de notre histoire, 2 t., Pa (...)
  • 8 N. Fustel de Coulanges, en 1870, commence ses cours d’histoire à Strasbourg par une leçon sur les s (...)

39H. Berr, et de nombreux historiens de son époque, réagissent à la véritable « révolution » que constitue la découverte de la préhistoire en Grèce et en Orient. Il accorde à l’archéologie militante un statut privilégié dans son projet de parvenir à une histoire globale, fondée sur la « double discipline des textes que l’on analyse et de la terre que l’on observe », selon la formule de C. Jullian6. Celui-ci travaille, à la même époque, à l’histoire de la Gaule pré-romaine, et plaide la cause de la préhistoire, en revendiquant « le droit à l’histoire pour l’étude des silex et des bronzes, des instruments d’avant les textes7 ». Il reprend à son compte une préoccupation de Numa Fustel de Coulanges8 et ouvre la voie aux historiens fondateurs de la Revue des annales d’histoire économique et sociale.

  • 9 M. Bloch, « Un enseignement : Monsieur Camille Jullian au Collège de France », Annales d’histoire é (...)
  • 10 L. Febvre, « Le Centre international de synthèse à Paris », Annales d’histoire économique et social (...)

40En effet, Lucien Febvre et Marc Bloch rendent tous les deux hommage au professeur du Collège de France en soulignant ce que lui doit leur conception de l’histoire9. Les deux historiens rappellent aussi l’assiduité de leur collaboration à la Revue de synthèse, au sein de laquelle ils ont soutenu les efforts d’H. Berr pour faire progresser « cette science historique plénière, la synthèse… ». Ils reconnaissent qu’« en mettant sur pied les Annales…, [ils ont] utilisé les expériences faites et les initiatives prises10 » par le directeur de la collection L’Évolution de l’Humanité, où les derniers acquis de l’archéologie sont présentés.

  • 11 E. Perrier, La Terre avant l’histoire, Les origines de la vie et de l’homme, collection « L’Évoluti (...)
  • 12 K. Pomian, « L’heure des Annales. La terre, les hommes, le monde », dans P. Nora, Les Lieux de mémo (...)

41L’Humanité préhistorique de J. de Morgan, qui dans la collection suit immédiatement le premier volume consacré à La Terre avant l’Histoire11, manifeste le succès que remporte le « plaidoyer » de C. Jullian et que confirme la conception de l’histoire défendue par les fondateurs des Annales : comme l’historien de la Gaule, M. Bloch et L. Febvre ont retenu les leçons de Paul Vidal de la Blache et adoptent une double démarche, « celle du géographe qui s’appuie non seulement sur les textes mais aussi sur le regard qui sait lire la diversité des images et des spectacles » et « sur [celle] de l’archéologue qui fait parler les vestiges de la culture matérielle12 ».

  • 13 André Piganiol (1883-1968) assure pour la revue le compte rendu des ouvrages qui traitent de l’hist (...)
  • 14 A. Grenier, « Aux origines de l’économie rurale : la conquête du sol français », Annales d’histoire (...)
  • 15 Ibid.

42L’archéologie est consacrée dans son rôle de « pourvoyeuse de l’histoire », et la place qui lui est faite dans les premiers numéros des Annales est révélatrice de l’importance qu’elle a acquise pour les historiens13. A. Grenier, disciple de C. Jullian, reconstitue « la conquête du sol français » en se plaçant « aux origines de l’économie rurale »14. Cet article confié aux Annales lui est l’occasion de montrer comment « des monuments sans beauté » constituent de « précieux documents d’histoire » et « représentent les éléments primordiaux d’une histoire économique et sociale »15.

43L’archéologie à laquelle il est fait appel ici est complètement étrangère à l’histoire de l’art par son objet même et par ses méthodes. A. Grenier, comme P. Demargne, lorsqu’il tente de mesurer le rôle de La Crète dédalique, recourt à l’archéologie pour s’efforcer de répondre à des questions d’ordre historique. De formation classique, tous deux poursuivent la tradition instaurée par leurs aînés, les Dumont, Heuzey, Reinach, Pottier, et se portent au-delà des limites du champ strictement historique pour aborder la protohistoire métropolitaine ou hellénique.

44La part prise à la découverte de la protohistoire orientale par les archéologues formés à l’École d’Athènes ou à l’Institut du Caire est remarquable : si l’on excepte É. Lartet et J. de Morgan, tous deux géologues, les préhistoriens n’interviennent pas en Orient. C. Schaeffer lui-même, le seul à avoir reçu une formation de protohistorien, a aussi suivi les cours d’A. Grenier, archéologue classique converti à la protohistoire.

  • 16 L. Febvre, « Vers une autre histoire », Revue de métaphysique et de morale, 1949, p. 237.

45Si les préhistoriens occupent dans l’archéologie française en Méditerranée orientale une place si modeste, c’est que leur discipline, désormais intégrée à l’histoire, se trouve remise en cause dans son existence même, « la notion de préhistoire [apparaissant] comme une des plus cocasses qu’on puisse imaginer16 ». À cette époque où l’on conçoit l’« histoire plénière » en s’efforçant à la « synthèse historique », la définition de la préhistoire reste floue et les préhistoriens voués à l’étude des temps les plus lointains ne pourront affirmer leur spécificité et celle de « la science préhistorique » que lorsqu’on aura clairement distingué protohistoire et préhistoire.

46La position minoritaire des préhistoriens tient aussi à l’absence d’institutions officielles où les former. En revanche, l’archéologie classique et orientale a pu s’épanouir, depuis la fondation de l’École d’Athènes, au sein des écoles et des instituts créés dans tout le bassin méditerranéen ; elle a reçu de nombreuses chaires à l’Université, au Collège de France, à l’École pratique des hautes études et à l’École du Louvre, et s’est de plus approprié des méthodes empruntées à la préhistoire pour élargir son champ d’application à des périodes anté-historiques, aussi bien en Égypte, en Grèce, au Proche-Orient qu’en métropole même.

47Les brillants succès remportés en Méditerranée et au Proche-Orient par une archéologie devenue science indispensable à la connaissance des civilisations, et le poids dont jouissent ses représentants dans les institutions, expliquent la place faite aux différentes disciplines archéologiques au sein du CNRS.

48Même si les archéologues classiques et orientalistes occupent au sein des institutions une position dominante, l’archéologie métropolitaine et préhistorique bénéficie elle aussi des progrès accomplis au cours d’un siècle et demi d’exploration menée sur les rivages méditerranéens et en Asie antérieure. En empruntant certaines de ses méthodes à la préhistoire, l’archéologie méditerranéenne contribue à la complète reconnaissance de celle-ci ; la confrontation des diverses disciplines archéologiques au sein du CNRS conduit à une définition plus précise de la préhistoire, à l’affirmation de ses spécificités et à son développement dans de nouvelles institutions. D’autre part, l’organisation de l’archéologie en France métropolitaine, telle qu’elle est conçue en 1941-1942, est inspirée de celle mise en place en Afrique du Nord, en Égypte et en Syrie.

49Au cours de sa lente élaboration, la « science archéologique » française, qui s’est exercée en Méditerranée et au Proche-Orient, a parcouru toutes les étapes du développement scientifique, tour à tour freiné ou favorisé par les circonstances politiques. Exposée tout au long de son évolution à la concurrence internationale, cette archéologie est placée, en 1945, sous la tutelle des institutions scientifiques traditionnelles, renforcées par la création du CNRS et d’une commission du ministère des Affaires étrangères : ainsi se réalise en son sein la fusion du scientifique et du politique.

Notes

1 1798 est la date de l’Expédition d’Égypte et de la fondation de l’Institut d’Égypte ; 1946 est l’année de la fondation de l’Institut français de Beyrouth.

2 L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876 ; G. Perrot, E. Guillaume, J. Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, d’une partie de la Mysie, de la Phrygie, de la Cappadoce et du Pont, exécutée en 1861, Paris, 1872.

3 E. Pottier, Catalogue des vases antiques de terre cuite, Musée national du Louvre, Paris, 1896.

4 Cf. la préface de R. Furon à V. Gordon Childe, Le Mouvement de l’histoire, Paris, 1961.

5 Revue de synthèse historique, 193 ; cf. L. Febvre, Lettres à Henri Berr, présentées et annotées par J. Pluck et G. Candar, Paris, Fayard, 1997.

6 Camille Jullian, « L’École des Chartes et notre histoire nationale », Revue de Paris, 1er août 1927, p.481.

7 Id., « Plaidoyer pour la préhistoire », publié dans le recueil Au seuil de notre histoire, 2 t., Paris, 1914-1923.

8 N. Fustel de Coulanges, en 1870, commence ses cours d’histoire à Strasbourg par une leçon sur les silex et les haches des cités lacustres : information donnée par C. Jullian dans « Plaidoyer pour la préhistoire », Au seuil de notre histoire, t. 1, p. 55. C. Jullian rapporte que N. Fustel de Coulanges « a vu et a dit que la science de ces âges présentait le même intérêt que celle d’Athènes et de Rome et qu’elle ne comportait pas de méthode différente », ibid., p. 55.

9 M. Bloch, « Un enseignement : Monsieur Camille Jullian au Collège de France », Annales d’histoire économique et sociale, 1930, p. 562 ; L. Febvre, « Un tempérament d’historien : Camille Jullian », Revue de synthèse, 1931, p. 39-43.

10 L. Febvre, « Le Centre international de synthèse à Paris », Annales d’histoire économique et sociale, 1930, p. 81.

11 E. Perrier, La Terre avant l’histoire, Les origines de la vie et de l’homme, collection « L’Évolution de l’Humanité », dirigée par H. Berr, Paris, 1920.

12 K. Pomian, « L’heure des Annales. La terre, les hommes, le monde », dans P. Nora, Les Lieux de mémoire, II, La Nation, vol. 1, Paris, Gallimard, 1987, p. 378 ; cf. M. Bloch et Febvre, Correspondance, et annotée par B. Müller, I, La naissance des Annales, Paris, Fayard, 1994.

13 André Piganiol (1883-1968) assure pour la revue le compte rendu des ouvrages qui traitent de l’histoire ancienne. Le numéro 4 de 1969 des Annales, économies, sociétés, civilisations comprend des articles d’A. Aymard et R. Étienne sur l’archéologie et ses techniques.

14 A. Grenier, « Aux origines de l’économie rurale : la conquête du sol français », Annales d’histoire économique, 2, 1930, p.26.

15 Ibid.

16 L. Febvre, « Vers une autre histoire », Revue de métaphysique et de morale, 1949, p. 237.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site