Desktop versionMobile Version

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Troisième partie. L’archéologie moderne (1885-1945)

Chapitre 7. Archéologie méditerranéenne et archéologie métropolitaine (1918-1945)

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Après 1918, l’essor de l’archéologie française en Méditerranée se confirme et se poursuit : le réseau des écoles françaises à l’étranger est alors complété par la création de la Casa de Velázquez à Madrid et par celle d’institutions nouvelles à Jérusalem, Constantinople et Beyrouth1.

Après la parenthèse imposée par la Première Guerre mondiale, l’École d’Athènes ouvre de nouveaux chantiers et rejoint en particulier les missions étrangères déjà installées en Crète. L’École de Rome affirme sa vocation africaine et l’archéologie française connaît en Algérie, en Tunisie et au Maroc un développement inédit, stimulé par les circonstances politiques qui imposent la concurrence des archéologues italiens établis en Libye. L’Afrique du Nord devient la vitrine de l’action culturelle française dans les régions soumises à son administration : l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, pourvus de services des antiquités, offrent le modèle de l’organisation archéologique dont pourraient être dotés...

© CNRS Éditions, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search