Version classiqueVersion mobile

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Troisième partie. L’archéologie moderne (1885-1945)

Chapitre 7. Archéologie méditerranéenne et archéologie métropolitaine (1918-1945)

Texte intégral

  • 1 École française d’archéologie de Jérusalem, créée en 1920, Institut français d’archéologie d’Istanb (...)

1Après 1918, l’essor de l’archéologie française en Méditerranée se confirme et se poursuit : le réseau des écoles françaises à l’étranger est alors complété par la création de la Casa de Velázquez à Madrid et par celle d’institutions nouvelles à Jérusalem, Constantinople et Beyrouth1.

2Après la parenthèse imposée par la Première Guerre mondiale, l’École d’Athènes ouvre de nouveaux chantiers et rejoint en particulier les missions étrangères déjà installées en Crète. L’École de Rome affirme sa vocation africaine et l’archéologie française connaît en Algérie, en Tunisie et au Maroc un développement inédit, stimulé par les circonstances politiques qui imposent la concurrence des archéologues italiens établis en Libye. L’Afrique du Nord devient la vitrine de l’action culturelle française dans les régions soumises à son administration : l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, pourvus de services des antiquités, offrent le modèle de l’organisation archéologique dont pourraient être dotés les pays du Proche-Orient que la France et la Grande-Bretagne se disputent.

3Et, en effet, l’archéologie proche-orientale française, qui, jusqu’en 1914, marquait un retard institutionnel évident et ne bénéficiait d’aucun programme concerté, est favorisée, après la résolution du premier conflit mondial, par le nouvel équilibre politique instauré dans les territoires autrefois régis par l’administration ottomane. Le protectorat sur la Syrie et le Liban permet la création de services archéologiques identiques à ceux d’Égypte et d’Afrique du Nord, et l’implantation d’écoles semblables à celles d’Athènes, de Rome et du Caire.

4En Égypte, l’action très dynamique de l’IFAO et du Service des antiquités contribue à renforcer l’influence française dans un pays soumis à l’autorité britannique et secoué par des mouvements qui le conduisent à l’indépendance en 1922.

5Alors que, depuis la fin du xixe siècle, la découverte de la préhistoire hellénique et proche-orientale avait concentré l’attention du monde savant sur l’Orient de la Méditerranée, le contexte politique de l’entre-deux-guerres favorise l’essor de l’archéologie dans ces régions.

6La révélation de l’unité du monde méditerranéen et du rôle primordial de l’Orient dans la formation des civilisations antiques avait, dès avant 1914, mis en évidence la complémentarité des travaux menés par les différentes nations européennes ; après la Première Guerre mondiale, le protectorat français et britannique sur le Proche-Orient favorise une collaboration plus étroite entre archéologues anglais, américains et français.

7Une « nouvelle archéologie » a pris naissance en Irak, en Palestine, en Syrie et au Liban et la remontée jusqu’à la plus lointaine préhistoire, amorcée avant 1914, se poursuit de façon spectaculaire grâce aux méthodes scientifiques appliquées sur les chantiers. La « la préhistoire seconde du xixe siècle, a tenu en haleine les milieux scientifiques d’Europe, reçoit son dénouement au Proche-Orient.

  • 2 La Préhistoire orientale est le titre de l’importante synthèse de J. de Morgan, publiée en trois vo (...)

8La préhistoire orientale2 contribue à conforter la situation de la science préhistorique dans les institutions françaises et en particulier au sein du CNRS créé en 1939 : ce centre fédérateur de la recherche scientifique fait une place privilégiée à l’archéologie, dont la vitalité apparaît alors manifeste et se traduit aussi par la mise en application des lois Carcopino. À partir de 1941, la métropole reçoit enfin, pour le patrimoine archéologique, un système de protection et d’exploitation semblable à celui que l’Égypte, l’Afrique du Nord et le Proche-Orient connaissent depuis de nombreuses décennies.

9La période qui s’achève avec la Seconde Guerre mondiale marque pour l’archéologie française la fin d’un long parcours d’élaboration d’une science qui s’est dotée de buts, de principes, de méthodes, d’institutions et d’une législation. En 1945, l’organisation d’ensemble de l’archéologie est en place et permettra l’épanouissement d’une discipline dont les domaines iront sans cesse se multipliant et se diversifiant.

L’archéologie en Méditerranée : le réseau français

10Depuis la création de l’École d’Athènes, la France a développé en matière d’archéologie à l’étranger une politique constante d’implantation d’institutions fondées sur le modèle primordial inauguré en Grèce. Les autres nations européennes ont, au cours des xixe et xxe siècles, suivi l’exemple français et l’on a vu se multiplier les écoles et instituts allemands, autrichiens, anglais, italiens et américains.

11Malgré les difficultés, le « modèle français » s’impose comme celui qui facilite le mieux l’essor de l’archéologie dans des pays aux statuts politiques très divers : dans l’Italie unifiée et la Grèce indépendante comme dans l’Égypte soumise à l’autorité britannique.

  • 3 Ainsi, Gilbert-Charles Picard, fils de Charles Picard, présente-t-il en 1955 le projet d’un Institu (...)

12En Syrie, au Liban, comme en Égypte, les centres de recherche français se maintiendront malgré les aléas politiques et l’accession de ces pays à l’indépendance. Le modèle créé à Athènes en 1846 s’avère donc efficace dans tous les pays où il a été reproduit et inspire à certains archéologues l’idée de l’acclimater en Afrique du Nord3.

13Les conditions politiques et administratives très particulières dans lesquelles sont placés les pays du Proche-Orient après 1918 permettent le développement de la collaboration internationale et font de ces régions un terrain d’innovations primordiales dans le domaine de l’archéologie scientifique. Le bouleversement provoqué à la fin du xixe siècle par la découverte de la préhistoire hellénique se répercute au Proche-Orient où les archéologues se fixent pour ambition de reconstituer la préhistoire du monde ancien.

14Si, après 1920, les préoccupations scientifiques se situent dans la continuité de la fin du xixe siècle, les découvertes inattendues que ménagent les pays du Proche-Orient entraînent la modification du regard dont on embrasse désormais la plus lointaine antiquité du monde méditerranéen.

15L’archéologie française en Méditerranée est, entre 1918 et 1945, caractérisée par un double mouvement : on poursuit dans la voie ouverte à Athènes et on s’engage sur de nouvelles voies au Proche-Orient.

Athènes, Le Caire, Rome et Madrid : traditions et innovations

L’École française d’Athènes

  • 4 Gustave Fougères (1863-1927), directeur de l’École d’Athènes entre 1913 et 1919, professeur d’arché (...)

16Pendant la Première Guerre mondiale, l’École d’Athènes connaît des heures difficiles, mais son directeur, Gustave Fougères4, lui conserve intact son rayonnement en ranimant la ligue franco-hellénique et en ouvrant de nouveaux chantiers ainsi à Orchomène d’Arcadie et à Némée, et surtout à Thasos.

  • 5 Charles Picard (1883-1965), directeur de l’École française d’Athènes de 1919 à 1925, professeur d’a (...)

17Lorsque Charles Picard5 prend en 1919 la direction de l’École, les conditions de l’archéologie en Grèce ont considérablement changé. L’effondrement de l’Empire ottoman et le partage de ses dépouilles ont modifié les rapports de force et introduit en Méditerranée orientale de nouveaux protagonistes : il en est ainsi de l’Italie, qui, en Afrique du Nord et sur les territoires de l’hellénisme, se pose en concurrente déclarée de la France, dont la politique d’expansion en Méditerranée la préoccupe.

  • 6 Cf. V. La Rosa (dir.), L’Archeologia italiana nel Mediterraneo fino alla seconda guerra mondiale, C (...)
  • 7 Doro Levi (1898-1991), archéologue italien, professeur à l’université de Cagliari et surintendant d (...)

18La mission archéologique italienne, dirigée par Federico Halbherr (1857-1930) et installée en Crète à partir de 1899, fonctionne comme un centre d’où irradie l’influence italienne en Méditerranée6. L’École italienne ouverte à Athènes en 1909 permet l’épanouissement des entreprises archéologiques en Grèce, dans le Dodécanèse et en Anatolie. Ainsi, alors qu’en Crète les travaux se poursuivent à Gortyne et à Haghia Triada, les membres italiens de l’École d’Athènes explorent l’Eubée septentrionale et, à Athènes, mènent sur les pentes de l’Acropole des recherches dont les résultats font grand bruit : Doro Levi7, en dégageant des fonds de cabanes néolithiques, apporte un témoignage capital sur l’occupation du site à l’époque préhistorique.

  • 8 Les fouilles commencent en 1925 et sont menées par G. Caputo, A. Adriani et F. Magi. En 1930, la dé (...)

19L’occupation militaire du Dodécanèse correspond avec le début de l’activité archéologique italienne à Rhodes et dans les autres îles. Ainsi, en 1914, la mission archéologique Rhodes est-elle confiée à Amadeo en 1924, la surintendance du Dodécanèse est créée et confiée à Giacomo Jacopi. En 1919, Alessandro Della Seta (1879-1944),, devenu directeur de l’École d’Athènes, oriente ses membres vers l’étude des périodes les moins connues de la civilisation grecque, celles de la préhistoire et celles qui correspondent au passage du mycénien au géométrique. Soucieux d’élucider la question de l’origine des Étrusques, il obtient l’autorisation de faire des fouilles à Lemnos8, anéantissant les ambitions françaises sur l’île, où, en 1885, Durrbach et Cousin avaient découvert la stèle de Kaminia.

20En Turquie aussi les intérêts italiens contredisent ceux des autres nations européennes, et, une fois de plus, archéologie et politique se trouvent imbriquées : en 1913, une mission archéologique, inspirée par F. Halbherr toujours étroitement associé à toutes les entreprises qui doivent contribuer à étendre la sphère d’influence italienne en Méditerranée, s’établit à Antalya, s’opposant aux visées autrichiennes sur cette région.

21En Albanie, la concession accordée en 1923 à Léon Rey (1887-1954) pour fouiller à Apollonia, est une nouvelle occasion de rivalité entre la France et l’Italie qui, à la faveur du traité italo-albanais, obtiendra en 1926 l’autorisation d’explorer le site de Feniki.

  • 9 Tous deux avaient participé à la découverte du temple d’Apollon à Bassae.
  • 10 K. F. Kinch (1853-1921). Cf. A. Rathje et J. Lund, dans « Recent Danish Research in Classical Archa (...)
  • 11 Christian S. Blinckenberg (1863-1948), conservateur du Musée national danois, puis premier professe (...)
  • 12 Frederik Poulsen (1876-1950), membre étranger de l’École française d’Athènes.

22Alors que, jusqu’en 1914, Français, Allemands et Anglais se partagaient en Grèce les grands sites et jouissaient d’un immense prestige, assuré par le rayonnement incontesté de leurs écoles d’archéologie, après la Première Guerre mondiale d’autres nations entrent en lice et modifient le jeu de la concurrence internationale : la Suède, présente en Attique dès 1896 par la mission de S. Wide à Aphidna, ouvre en 1922 un chantier à Asiné et inaugure en 1927 les travaux menés sur l’île de Chypre par Einar Gjerstad (1897-1978). Les entreprises suédoises se multiplient encore à partir de 1930. Quant au Danemark, il renoue avec la tradition créée au début du xixe siècle par G. H. C. Koës et P. O. Bronsted9 : en 1902, la Carlsberg Foundation a confié à K. F. Kinch10 et à C. S. Blinckenberg11 la responsabilité des travaux inaugurés à Lindos de Rhodes. L’occupation italienne du Dodécanèse met fin aux recherches danoises sur la grande île, mais les archéologues scandinaves se reportent sur le site de Kalydon que F. Poulsen12 explore en collaboration avec l’archéologue grec K. Rhomaios.

23Cependant, ce sont les États-Unis qui déploient la plus grande activité sur le territoire hellénique : l’archéologie américaine connaît après 1918, et dans tout le bassin méditerranéen, un essor inédit et extraordinaire dans le contexte difficile de l’immédiat après-guerre.

  • 13 Telle est l’analyse que fait A. Della Seta, directeur de l’École italienne d’Athènes pour qui l’Éco (...)

24L’École américaine d’études classiques à Athènes, créée en 1882, s’est engagée depuis 1896 dans les fouilles de Corinthe, qui se poursuivent après la Première Guerre mondiale et jusqu’à nos jours. Les archéologues américains disposent de crédits considérables et, au contraire de leurs collègues européens, ne sont pas soupçonnés par les autorités grecques d’utiliser l’archéologie pour satisfaire des visées impérialistes en Méditerranée13.

  • 14 Le vice-consul français Champoiseau avait découvert les fragments de la fameuse Victoire de Samothr (...)
  • 15 Les fouilles commencées en 1932 se poursuivent encore aujourd’hui, cf. The Athenian Agora, 19 volum (...)

25Les États-Unis ouvrent donc de nombreux chantiers en Grèce, en particulier à Samothrace où ils prennent la suite des Français et des Autrichiens14, et surtout à Athènes, sur l’agora de la cité antique15.

  • 16 La mission américaine de Troie dépend de l’université de Cincinnati et est dirigée par W. T. Semple (...)

26Essentiellement préoccupés d’élucider les origines de la civilisation hellénique, les archéologues américains font porter leurs recherches sur les périodes les plus hautes des sites qu’ils explorent ; ainsi, à Corinthe et à Troie, où ils reprennent les travaux de 1932 à 193816.

  • 17 L’École d’Athènes fonctionne essentiellement grâce à des fonds publics, le mécénat n’étant que très (...)

27C’est dans ce contexte, où la concurrence internationale en Grèce s’est diversifiée, et dans des conditions financières très médiocres17, que l’École française d’Athènes relance son activité après 1918. Charles Picard conduit à partir de 1919 les destinées de l’institution française, dont l’importance est, aux yeux des politiques, moins grande en ces années vingt qui voient l’établissement des protectorats britannique et français sur le Proche-Orient. La Grèce n’est plus au cœur de la politique étrangère de la France dont l’intérêt immédiat s’est déplacé vers l’Est, en Syrie et au Liban.

  • 18 D’abord par C. Picard, puis par P. Roussel, directeur de l’École entre 1925 et 1935.
  • 19 Une série consacrée à Thasos est ouverte en 1944, Études thasiennes.
  • 20 Sur cette île, une mission franco-tchécoslovaque reprend les travaux en 1923, sous la direction d’A (...)

28Malgré les difficultés, les chantiers de Delphes et de Délos sont rouverts et l’entreprise des publications relancée18. Des sites, dont l’exploration avait commencé avant ou pendant la Première Guerre mondiale, sont réinvestis par des missions françaises, tels Thasos19 et Philippes ou Samothrace20. Cependant, la grande question qui continue à mobiliser les archéologues européens est la préhistoire hellénique qu’Anglais, Allemands, Américains et Italiens recherchent en Grèce propre, en Crète aussi bien qu’à Troie.

  • 21 Christos Tsountas (1857-1934), archéologue grec, éphore du Service archéologique de 1883 à 1904, po (...)
  • 22 Harriett Boyd appartient à la mission constituée par l’Exploration Society de Philadelphie pour exp (...)

29Ainsi, sir Arthur Evans poursuit-il ses travaux à Cnossos, alors que la British School consacre ses efforts à Mycènes, à Lesbos et à la Thessalie pré-hellénique, déjà explorée par C. Tsountas21. Pour les États-Unis, on a vu C. W. Blegen dégager à Corinthe et dans ses environs immédiats les sites de l’âge du bronze et reprendre à Hissarlik les recherches stratigraphiques de W. Dörpfeld. Égine est l’objet de fouilles grecques et allemandes. La Crète concentrait, depuis la fin du xixe siècle, les travaux de la mission italienne à Gortyne, Phaïstos et Haghia Triada, alors que Gournia et d’autres sites avaient été explorés par des missions américaines au début de notre siècle22.

  • 23 Dès 1866, A. Dumont avait étudié la céramique recueillie par A. Fouqué, puis H. Gorceix et H. Mamet (...)

30Quant à l’École française d’Athènes, elle avait privilégié les recherches dans les grands sanctuaires de Délos et de Delphes, même si A. Dumont, H. Mamet et H. Gorceix avaient ouvert la voie des recherches sur la préhistoire grecque en s’intéressant à Théra-Santorin23.

  • 24 Cf. « Nouvelles et correspondance », Bulletin de correspondance hellénique, 1893, p. 631.
  • 25 Cf. « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques », Bulletin de correspondance hellénique(...)
  • 26 J. Jannoray, « Krisa, Kirrha et la première guerre sacrée », Bulletin de correspondance hellénique, (...)
  • 27 L. Lerat, « Trouvailles mycéniennes à Delphes », Bulletin de correspondance hellénique, 1935, p. 32 (...)

31Pourtant, si dans les cités vouées à Apollon, on avait surtout développé les travaux sur la topographie, l’architecture, l’épigraphie et la statuaire de l’époque classique, on avait décelé les traces d’une occupation mycénienne : en effet, lorsque s’était ouvert le chantier de Delphes en 1892, E. Ardaillon et C. Convert avaient conduit une exploration d’ensemble de la Phocide et s’étaient plus particulièrement intéressés aux sites de Krisa et Kirrha24. Des fouilles entreprises en 1935, par L. Lerat et J. Jannoray, révéleront des habitations et des tombes des périodes mésohelladique et helladique récente25. Complétés par les recherches effectuées à Kirrha, les travaux de Krisa permettent d’identifier deux cités, l’une – Krisa – d’époque homérique et l’autre – Kirrha – d’époque archaïque, qui pourrait correspondre à celle qui exerçait sa suzeraineté sur le site de Delphes jusqu’au moment où les peuples de l’Amphictyonie delphique la détruisirent, au vie siècle26. À Delphes même, L. Lerat découvre en 1932, dans la région nord du temple d’Apollon, les vestiges d’un lieu de culte mycénien27. La recherche systématique des plus anciens vestiges s’est poursuivie jusqu’à des années très récentes et confirme l’existence à Delphes d’une véritable ville mycénienne.

  • 28 F. Courby, Exploration archéologique de Délos, V, 1912, chap. IV, p. 63-74. Il s’agit du monument c (...)
  • 29 Cf. Bulletin de correspondance hellénique, 1924, p. 258-260. La recherche de « Délos primitive et a (...)
  • 30 Cf. R. Treuil, « L’École française d’Athènes et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », Bull (...)

32À Délos, F. Courby avait, dès 1912, découvert une tombe mycénienne, fouillée et publiée avec soin28. En 1924, C. Picard et J. Replat relèvent du matériel mycénien sur les deux grands sites apolliniens29 ; la préhistoire n’a donc pas été complètement négligée par les membres de l’École d’Athènes, qui n’en ont cependant pas fait un domaine de recherche prioritaire30.

  • 31 L’ordonnance du 21 février 1916 promulguée par le général Sarrail assurait la préservation des obje (...)
  • 32 Albania, revue d’archéologie, d’histoire, d’art et des sciences appliquées, en Albanie et dans les (...)
  • 33 Dans l’article cité supra, p. 209, C. Picard s’exclame en effet : « Comme il eût été bon que la Fra (...)

33Entre 1916 et 1919, les « Athéniens » avaient contribué à faire connaître la préhistoire de la Macédoine en participant aux travaux du Service archéologique de l’armée d’Orient, fondé par le général Sarrail31. Après la guerre, Léon Rey, qui collabore à la découverte de la préhistoire en Macédoine, obtient du gouvernement albanais, et grâce à l’appui de l’École d’Athènes, la concession des fouilles d’Apollonia d’Illyrie, chèrement disputée aux Italiens. Il y poursuit ses travaux pendant treize ans, en grande partie à ses frais, et crée la revue Albania, qui paraît de 1925 à 193932. Malheureusement, la mission française ne peut se maintenir après la Seconde Guerre mondiale, faute, semble-t-il, d’un soutien officiel efficace33.

  • 34 P. Jouguet, « Discours prononcé à l’occasion centenaire de d’Athènes Bulletin de correspondance hel (...)
  • 35 L’École française d’Athènes s’était très tôt intéressée à la Crète et certains de ses membres s’y é (...)

34Malgré les travaux en Macédoine et la découverte à Dikili Tash, près de Philippes, d’un très important site préhistorique, jusqu’en 1921, l’École française d’Athènes ne participe pas sur le terrain à la « révolution » de l’archéologie préhistorique34, dont l’épicentre est en Crète. En effet, malgré les démarches françaises et les travaux de Bernard Haussoullier, d’André Joubin et de Joseph Demargne à la fin du xixe siècle35, le site de Cnossos avait été arraché par A. Evans, qui l’explorera jusqu’en 1930. L’École française d’Athènes ne rejoint, sur la grande île, le contingent des missions européennes qu’en 1921, date à laquelle elle inaugure le chantier de Mallia. Le site avait été repéré par Joseph Hatzidakis, directeur du musée d’Iraklion, et fouillé par lui entre 1915 et 1919. En 1920, il offre à l’École française de poursuivre les recherches dans les ruines du palais minoen qui, par son importance, occupe le troisième rang après Cnossos et Phaïstos.

  • 36 Pour le site de Mallia, les missions de F. Chapouthier et J. Charbonneaux en 1922 ; en 1928 celle d (...)
  • 37 C. Picard, « Fouilles exécutées à Mallia (1921-1943) », Études crétoises, IX, École française d’Ath (...)

35En 1920-1921, Louis Renaudin procède à l’exploration d’ensemble du site de Mallia, puis l’on dégage un quartier de la ville qui est, à partir de 1928, méthodiquement fouillée grâce à des missions successives de l’École française d’Athènes36, soutenue par une subvention de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, puis par un don de madame Golkop de Jong37.

  • 38 Le premier volume, paru en 1928, contient le premier rapport sur les « Fouilles exécutées à Mallia (...)

36Dès 1928, la série des Études crétoises38 est ouverte, qui recueille le fruit des recherches menées sur le site et dans la Crète de l’Est, comme à Dréros en 1936 ou à Olonte, en 1937-1938. Les fouilles de Mallia permettent à l’École française d’Athènes d’élargir, dans l’espace et dans le temps, son champ d’étude de la Grèce antique.

  • 39 G. Glotz, La Civilisation égéenne, collection « L’évolution de l’Humanité », dirigée par H. Berr, P (...)
  • 40 J. De Morgan, L’Humanité préhistorique, Paris, 1921.

37La Crète est au cœur des relations entre l’Europe, le monde hellénique et l’Orient, dont les archéologues de la fin du xixe siècle avaient eu la révélation bouleversante ; les découvertes intervenues à partir de 1918 justifient les mises au point et les synthèses : en 1923, Gustave Glotz (1862-1935), professeur d’histoire à La Sorbonne, établit le premier panorama de La Civilisation égéenne dans la collection d’H. Berr39, où J. de Morgan a présenté L’Humanité préhistorique40.

  • 41 G. Glotz, La Civilisation égéenne, Paris, 1937, avec une note additionnelle de C. Picard, p. 474-48 (...)
  • 42 H. Berr, dans l’avant-propos à G. Glotz, La Civilisation égéenne.
  • 43 Pierre Demargne (né en 1904), professeur à l’université de Strasbourg puis de Paris ; La Crète déda (...)
  • 44 P. Demargne présente sa thèse dans Annales ESC, 3, 1947, p. 182-187.

38Charles Picard, qui obtient pour l’École d’Athènes, qu’il dirige, le chantier de Mallia, aborde à de nombreuses reprises la question des relations de la Crète avec l’Asie et, en 1937, donne à l’ouvrage de G. Glotz une note additionnelle41. Dans ces présentations de « première civilisation méditerranéenne42 », l’archéologie reine, de même que dans l’évocation de La Crète dédalique par Pierre Demargne43. En quête des survivances préhelléniques dans la civilisation grecque et confronté au « problème capital des influences orientales à la naissance de l’hellénisme », P. Demargne, pour discerner en Crète « les apports orientaux aux divers stades de l’histoire grecque », à préféré « demeurer sur le terrain archéologique » ; il était convaincu que [sa] thèse serait plus forte, appuyée sur les seuls arguments de l’archéologie »44, qui, en effet, attestent les relations entre le monde grec et le Proche-Orient, par la Crète, Chypre et Rhodes. Dans cette recherche des liens qui assurent la cohésion du monde méditerranéen à l’époque mycénienne, P. Demargne ne fera appel à la tradition qu’en second lieu, pour trouver des confirmations aux données archéologiques.

39Quel chemin parcouru depuis Heinrich Schliemann ou Georges Perrot qui, sur les ruines de Troie et les œuvres d’Homère en mémoire, cherchaient à faire coïncider les données archéologiques avec celles de l’épopée ! L’archéologie, appliquée à la préhistoire hellénique et orientale, semble avoir accédé au statut de science capable de combler les « blancs » de l’histoire.

  • 45 L. Febvre, « Vers une autre histoire », Revue de métaphysique et de morale, 1949, p. 2-35.
  • 46 Ibid., p. 35.

40L’archéologue qui « [fait] parler les choses muettes45 » fait œuvre d’historien tout comme celui qui s’appuie sur les documents écrits, et si P. Demargne présente sa thèse dans les Annales fondées par Lucien Febvre et Marc Bloch, c’est bien parce qu’elle correspond à la nouvelle conception de l’histoire qui y est illustrée, histoire totale qui doit se faire « avec des mots, des signes », mais aussi avec « des paysages et des tuiles » et expertises de pierres par géologues et des d’épées en par des chimistes »46.

  • 47 Amorcée par C. Picard à partir de 1919, et poursuivie par son successeur P. Roussel, directeur de l (...)

41À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’École française d’Athènes a retrouvé la vitalité qui lui permet de surmonter les problèmes causés par la diminution et la dispersion des crédits accordés à l’archéologie méditerranéenne ; malgré les difficultés, elle relance les grandes entreprises de Délos et de Delphes, elle ouvre de nombreux chantiers, participe aux recherches sur la préhistoire hellénique et engage une politique résolue de publications47.

  • 48 Depuis 1912, l’Italie cherche à élargir à l’Asie Mineure sa sphère d’influence. En 1913, une missio (...)

42Cependant, le contexte politique international provoque la perte pour l’archéologie française des chantiers d’Asie Mineure : après 1922 et les défaites grecques contre les Turcs, la France doit renoncer aux chantiers de Phocée, Claros, Téos et Aphrodisias et se heurte aux ambitions de l’Italie d’y établir une zone d’influence48.

  • 49 Ainsi A. Joubin qui, en 1893, accomplit une mission à Constantinople, et propose un projet d’École (...)
  • 50 En 1878, E. Pottier s’était rendu à Chypre et en Syrie, puis en 1895 C. Fossey et P. Perdrizet avai (...)
  • 51 En 1894, P. Jouguet avait été détaché à l’École française du Caire ; de 1928 à 1940, il dirige l’IF (...)

43L’École française d’Athènes qui, dès la fin du xixe siècle, a tenté d’étendre son rayon d’action vers l’Orient en envoyant certains de ses membres à Constantinople49, en Syrie et à Chypre50, ou en Égypte51, est confrontée à la concurrence des orientalistes : ainsi, les fouilles françaises à Enkomi de Chypre sont-elles dirigées par Claude Schaeffer, protohistorien auquel René Dussaud confiera les recherches à Ras Shamra-Ougarit.

  • 52 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », Revue historique, 1948, p. 1-21, 189-207.

44Pourtant, Charles Picard souhaitait ardemment pour l’École d’Athènes « qu’elle tournât son attention du côté de Chypre qui a trop de rapports, dans sa civilisation archaïque, avec la Crète, avec la Grèce primitive, pour qu’il faille se résigner à l’abandonner entièrement aux orientalistes52 ».

  • 53 Henri Seyrig (1895-1973), archéologue français, directeur du Service des antiquités de Syrie et de (...)
  • 54 Jean Deshayes (1924-1979), professeur à l’Institut d’art et d’archéologie, puis son directeur.

45La fondation en 1930 de l’Institut français d’archéologie de Constantinople, l’organisation du service des antiquités en Syrie et au Liban, et la création de l’Institut de Beyrouth en 1946, provoqueront le repli de l’École d’Athènes sur le domaine hellénique, même si c’est Albert Gabriel (1883-1972), architecte « athénien », qui reçoit la direction de l’Institut de Constantinople, et si Henri Seyrig53 ou plus tard Jean Deshayes54, qui joueront un rôle de premier plan dans l’archéologie proche-orientale, sont aussi des “Athéniens”.

46En Méditerranée orientale, c’est non seulement l’École d’Athènes, mais aussi l’Institut du Caire, que l’essor extraordinaire de l’archéologie et les circonstances politiques créées par la Première Guerre mondiale circonscrivent à leur strict domaine d’intervention : la Grèce et l’Égypte.

47Les deux institutions françaises connaissent après 1918 une évolution comparable : la seule occasion pour l’Institut du Caire d’élargir son domaine de recherche au Proche-Orient lui a été fournie par Vincent Scheil et ses fouilles de 1892-1893 à Abou-Habba en Mésopotamie. L’École d’Athènes, quant à elle, étend son action en Égypte lorsqu’un de ses membres, Pierre Jouguet, est invité par Jacques de Morgan à travailler sur les sites gréco-romains du Fayoum et à en étudier les papyri. Cependant, même si les hellénistes de l’Institut de papyrologie de Lille interviennent sur les sites gréco-romains d’Égypte, l’École d’Athènes ne parvient pas à multiplier les occasions de travailler en dehors de la Grèce.

L’institut français d’archéologie orientale du Caire

  • 55 E. Renan, « Rapport sur l’organisation de l’Institut du Caire », Paris, 1881.
  • 56 P. Jouguet, dans Mélanges Maspero, I, Orient Ancien, préface au second fascicule, 1935-1938, t. LXV (...)

48Quant à l’Institut du Caire, qu’Ernest Renan imaginait comme « un grand khan scientifique », pouvant « servir de quartier général aux autres branches des recherches orientalistes »55, il a vite trouvé sa voie et s’est consacré tout entier « à l’archéologie et à la philologie militantes » sur les sites égyptiens56.

49Jérusalem et Beyrouth, qui, aux yeux de Renan, n’offraient pas les conditions de la recherche scientifique, abriteront désormais deux nouvelles institutions françaises vouées à l’archéologie du Proche-Orient : en 1920, l’École française d’archéologie de Jérusalem est rattachée à l’École biblique, fondée par les dominicains à la fin du xixe siècle, et, en 1946, est inauguré l’Institut de Beyrouth.

50Pourtant, si l’archéologie proche-orientale se développe indépendamment de l’Institut du Caire, celui-ci remplit le rôle important de modèle : associée au Service des antiquités qui, jusqu’en 1952, restera sous la responsabilité des Français, l’école d’archéologie contribue brillamment à l’illustration de l’égyptologie française dans un pays soumis à l’autorité britannique.

51Alors que l’Égypte, immédiatement après la Première Guerre mondiale, s’engage sur la voie de l’indépendance acquise en 1922, par leurs travaux qui valorisent le patrimoine archéologique, historique et culturel, l’Institut français et le Service des antiquités sous direction française exercent une influence non négligeable sur l’opinion égyptienne, dont une partie est sensible au prestige du passé de son pays.

52En assurant la présence française, les deux institutions participent à la défense des intérêts de notre pays dans cette région très sensible. Sur le plan strictement scientifique, l’organisation de la recherche archéologique mise au point en Égypte offre un exemple de réussite et inspirera la mise en place d’un système analogue au Proche-Orient, où, comme en Égypte, les circonstances politiques imposeront aux archéologues français et britanniques une cohabitation qu’ils transformeront en collaboration.

  • 57 Pour l’histoire de l’archéologie en Égypte, cf. P. Montet, Isis ou à la recherche de l’Égypte ensev (...)
  • 58 Cette Direction des travaux de Karnak, créée en 1895, reste sous la responsabilité de G. Legrain ju (...)
  • 59 James Edward Quibell (1867-1935), conservateur du musée du Caire de 1913 à 1923.

53Le Service des antiquités57 avait, depuis G. Maspero, une longue tradition de coopération entre archéologues de diverses nationalités : alors qu’A. Mariette s’était refusé à concéder des fouilles à des missions étrangères, son successeur réserve les crédits au nettoyage, à la consolidation et à la restauration des monuments, laissant aux équipes européennes la charge des travaux proprement archéologiques. Le directeur du Service, qui assure aussi la responsabilité du musée du Caire, a sous son autorité trois inspecteurs généraux, chargés des trois secteurs dont se compose le pays pour l’administration de son patrimoine : Français et Anglais se répartissent les régions du Delta, de la Moyenne et de la Haute-Égypte. Karnak et Saqqarah, considérés comme des sites privilégiés, demeurent en dehors de cette division et sont confiés à des spécialistes : Georges Legrain reçoit de Jacques de Morgan le soin d’assurer la Direction des travaux de Karnak58, alors que l’anglais James E. Quibell59 est affecté à Saqqarah.

  • 60 J.-P. Lauer, Saqqarah. Une vie. Entretiens avec P. Flandrin, Paris, Payot, 1992.
  • 61 Pierre Lacau (1873-1963), directeur de l’IFAO de 1917 à 1936, puis professeur à la Sorbonne.
  • 62 Gustave Lefebvre (1879-1957), membre de l’École d’Athènes de 1901 à 1904, conservateur du musée du (...)

54En 1926, lorsque l’architecte Jean-Philippe Lauer60 découvre le Service des antiquités dirigé par Pierre Lacau61, il constate que les responsabilités sont partagées entre Français et Britanniques : Gustave Lefebvre62 était conservateur en chef du musée du Caire et, de ses deux adjoints, l’un, Henri Gauthier, était également français et l’autre, Reginald Engelbach, était anglais ainsi que le directeur du site de Saqqarah, Cecil M. Firth (1878-1931). Quant au directeur général du service, héritier de Mariette et de Maspero, il défend les intérêts de l’administration égyptienne qu’il représente : ainsi, Pierre Lacau refuse-t-il le partage de la collection recueillie par Howard Carter dans la tombe de Toutankhamon, obtenant qu’elle soit tout entière remise au musée du Caire. Dans ce pays, où l’influence britannique est prépondérante depuis 1882, le Service des antiquités associé à l’IFAO se révèle comme une vitrine de l’action culturelle française et contribue à équilibrer le poids de la Grande-Bretagne.

55Placé sous direction française jusqu’en 1952, le Service des antiquités apparaît comme un centre fédérateur des travaux entrepris par les nations occidentales. Des archéologues étrangers, après avoir été membres de l’IFAO, dirigent des chantiers pour le service, ou participent à des missions mixtes, ou encore animent des équipes pour le compte de leurs pays d’origine. Ainsi, le Suisse Gustave Jéquier (1868-1946) avait-il contribué aux fouilles de Dahchour, sous les ordres de J. de Morgan, et, en 1926, dirigeait le dégagement de la tombe du pharaon Shepseskaf à Saqqarah. Suisse lui aussi et ancien membre de l’Institut français, Édouard Naville explore de nombreux sites, dont celui d’Abydos pour l’Egypt Exploration Society.

56La collaboration franco-suisse s’exerce sur un chantier commun, ouvert à Qasr-Quaroun, entre 1948 et 1950, alors que l’IFAO s’associe à l’université de Varsovie dans la poursuite des travaux d’Edfou, entre 1937 et 1939. E. Schiaparelli (1856-1928), devenu directeur du musée égyptien de Turin en 1887, se voit accorder par G. Maspero une concession pour mener une mission italienne dans la vallée des Reines à Thèbes, et sur les sites d’Héliopolis, Hermopolis Parva, Assiout et Deir el-Médineh.

  • 63 C’est à Fachoda, ville du Soudan située sur le cours du Nil, que parvient le 10 juillet 1898 la col (...)
  • 64 Cf. sur ce point M. Petricioli, « Le missioni... », dans V. La Rosa (dir.), L’Archeologia italiana (...)

57Les circonstances qui accompagnent la création de la mission italienne fournissent un témoignage du rôle joué par les institutions archéologiques sur la scène politique : en 1902, lorsqu’E. Schiaparelli, élève de G. Maspero, inaugure les premiers travaux italiens en Égypte, la tension entre la France et la Grande-Bretagne, après l’incident de Fachoda, est encore forte alors que l’accord Prinetti-Barrère a mis fin au contentieux entre la France et l’Italie en Méditerranée63. La mission du musée de Turin est organisée deux ans avant que n’intervienne l’Entente cordiale et contribue à renforcer le poids de la France dans la négociation de l’accord avec la Grande-Bretagne64.

58Alors qu’à partir de 1918, les institutions anglo-saxonnes déploient une intense activité, le Service des antiquités et l’IFAO, grâce aux rapports étroits qu’ils entretiennent, réussissent à soutenir la concurrence et apportent une contribution considérable à la recherche internationale.

59En effet, les membres de l’IFAO participent aussi aux chantiers et aux travaux organiséspar le Service des antiquités aux directeurs, ils attestent des liens entre les deux institutions : G. Maspero dirige l’une et l’autre entre 1881 et 1886, Eugène Grébaut prend la tête du Service après avoir eu la responsabilité de l’Institut, Pierre Lacau suit le même itinéraire entre 1912 et 1936. Cette hégémonie permet à l’égyptologie française de garder un rôle de premier plan dans la recherche internationale, où la Grande-Bretagne par l’Egypt Exploration Society, mais surtout les États-Unis prennent une part de plus en plus grande.

  • 65 Miss Gertrude Caton-Thompson (1889-1985). Elle publie, avec G. Brunton, The Badarian Civilization a (...)
  • 66 Les couches « mécaniques » tiennent compte des strates « naturelles » sans les mélanger.

60À partir de 1920, les archéologues de la société anglaise développent des méthodes scientifiques remarquables, empruntées à la pré- et protohistoire, en particulier la fouille stratigraphique : Leonard Woolley conduit les travaux à Tell el-Amarna, alors que W. B. Emery et R. Mond explorent Erment. En 1922, lorsque la longue quête de Lord Carnavon s’achève sur la découverte par H. Carter de la tombe de Toutankhamon, les archéologues britanniques poursuivent aussi dans la voie ouverte par Flinders Petrie et concourent très largement à la connaissance de la préhistoire égyptienne ainsi Gertrude Caton-Thompson65 mène-t-elle des prospections systématiques dans l’oasis de Kharga et le Fayoum, et surtout, en fouillant Hamamieh, fait triompher l’archéologie scientifique. Elle met au point une méthode de fouille par carrés, dégagés couche après couche66 qui fait d’Hamamieh le premier site prédynastique pourvu d’une stratigraphie précise, et permet de valider les séquences déterminées par Flinders Petrie pour les périodes prédynastiques. La fouille des six cent cinquante tombes préhistoriques de Badari, que G. Caton-Thompson explore avec Guy Brunton entre 1922 et 1925, révèle une céramique inconnue jusqu’alors et fait du badarien une nouvelle période prédynastique.

  • 67 Cf. M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, (...)

61Alors que les archéologues britanniques privilégient les recherches sur la préhistoire égyptienne, leurs collègues américains reçoivent des moyens considérables et s’investissent dans de vastes entreprises. En effet, même si les États-Unis étaient présents en Égypte dès la fin du xixe siècle67, c’est entre les deux guerres mondiales qu’ils favorisent l’essor de leur archéologie dans la vallée du Nil, comme dans l’ensemble du bassin méditerranéen.

62Si Flinders Petrie contribuait à l’honneur de la Grande-Bretagne, les États-Unis pouvaient s’enorgueillir des travaux de George A. Reisner (1867-1942), l’un des géants de l’égyptologie, qui, dès 1899, avait triomphé dans l’exploration des nécropoles dynastiques de Naga-ed-der, où il mit au point une méthode inédite. À la tête d’une équipe de spécialistes dans de nombreuses disciplines scientifiques, Reisner choisit d’explorer complètement les sites, en procédant à une fouille stratigraphique avec relevé systématique des couches, comprenant notes, dessins et photographies, pour aboutir à la publication de chacune des tombes. Le gouvernement égyptien projetant de surélever le barrage d’Assouan, G. A. Reisner conduit en Nubie le premier « survey » archéologique organisé en vue du sauvetage des monuments : de 1907 à 1923, l’archéologue américain mène de nombreux travaux de fouille au pays de Coush, explorant les nécropoles de Méroé et fondant notre connaissance de la Nubie préhistorique.

  • 68 Henri Frankfort (1897-1954), égyptologue hollandais, membre de la British School of Athens en 1924- (...)
  • 69 James Henry Breasted (1865-1935), égyptologue et orientaliste américain, cofondateur de l’Oriental (...)

63L’archéologie américaine en Égypte connaît un essor spectaculaire lorsque l’Oriental Institute of Chicago, créé en 1919, installe à Louxor un centre en partie financé par Rockefeller. Henri Frankfort68 et James Henry Breasted69 ouvrent, l’un le chantier d’Abydos en 1925 et l’autre celui de Médinet-Habou en 1924.

64L’Institut de Chicago lance d’autre part, en 1926, la première exploration exhaustive de la vallée du Nil à double caractère, géologique et archéologique : J. H. Breasted partage avec G. Sanford et C. Arkell la responsabilité de cette mission, qui s’est fixé pour but de déterminer les modalités du passage de la préhistoire à l’histoire.

  • 70 H. Junker, Grabungen auf dem Friedhof des Alten Reiches bei den Pyramiden von Gîza, 1929-1955.

65La préhistoire égyptienne, dont J. de Morgan avait, avec Flinders Petrie, imposé la réalité, est, après 1918, le domaine de recherche privilégié par les Anglo-Saxons. Cependant, même si l’archéologie allemande est moins active après la Première Guerre mondiale en Égypte et au Proche-Orient, elle apporte à la connaissance de la préhistoire dans le delta du Nil des éléments déterminants : Hermann Junker (1877-1962), directeur depuis 1929 de l’Institut germanique du Caire, choisit de fouiller Merimde Beni Salame et y révèle un village d’agriculteurs de l’époque néolithique, le premier systématiquement exploré en Basse-Égypte. Par ailleurs, de 1912 à 1929, le même Junker dirige à Gizeh l’expédition de l’Académie des sciences naturelles de Vienne, recueillant le plus grand nombre de renseignements d’ordre administratif, économique et religieux, qui permettent de reconstituer l’histoire de l’Ancien Empire70.

  • 71 Edmond Vignard, employé à la Société des sucreries d’Égypte, « Une station aurignacienne à Nag Hama (...)
  • 72 Cf. M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, (...)
  • 73 R. P. P. Bovier-Lapierre, « Une nouvelle station néolithique (El Omari) au nord d’Hélouan (Égypte)  (...)
  • 74 F. Debono, « La civilisation prédynastique d’El Omari, au nord d’Hélouan », Bulletin de l’Institut (...)

66Dans ce contexte de recherches intensives menées sur le terrain, l’Institut français et le Service des antiquités contribuent à l’essor de l’archéologie militante. Dans le domaine de la préhistoire, si les travaux pionniers de J. de Morgan n’ont pas été poursuivis avec la même ardeur et la même efficacité que les Anglais mettent à compléter les découvertes de Flinders Petrie, cependant, certains préhistoriens français s’emploient à reconnaître et étudier les sites paléolithiques : Edmond Vignard relève une station aurignacienne à Nag Hamadi et identifie « une nouvelle industrie lithique, le Sébilien71 », au terme d’une exploration de quatre années dans la plaine de Kom Ombo. Au XIe congrès international de géographie et d’ethnologie, réuni au Caire en avril 1925 pour célébrer la fondation en 1875 de la Société géographique royale d’Égypte, le R. P. Paul Bovier-Lapierre (1873-1950) souligne le rôle important de Pierre Lacau qui, à la direction du Service des antiquités à partir de 1917, favorise les explorations et les fouilles préhistoriques dans la région du Caire72. Bovier-Lapierre lui-même se livre à des prospections, complétées par des fouilles ponctuelles, en compagnie d’un jeune minéralogiste égyptien, Amin el-Omari qui, en 1924, découvre près d’Hélouan un site néolithique, auquel le préhistorien français donnera le nom de son inventeur, prématurément disparu la même année73. Deux ans avant la découverte de Merimde Beni Salame par H. Junker, on assistait à l’une des premières tentatives pour retrouver en Basse-Égypte l’équivalent des cultures prédynastiques, déjà reconnues en Haute-Égypte. Ces découvertes importantes sont renforcées par celles de Fernand Debono qui, en 1943, repère un site aussi déterminant pour la préhistoire de la Basse-Égypte que ceux du Fayoum prospectés par miss Caton-Thompson et que Merimde. En 1945, le Service des antiquités confie à F. Debono la reprise des fouilles à El Omari74.

  • 75 R. Cottevieille-Giraudet, « Gravures préhistoriques de la montagne thébaine », Bulletin de l’Instit (...)
  • 76 P. Bovier-Lapierre, L’Égypte préhistorique. Précis de l’histoire de l’Égypte, I, Le Caire, 1952.
  • 77 E. Vignard, « Le paléolithique en Égypte », dans Mélanges Maspero, I, p. 165-175.
  • 78 Cf. M. A. Hoffman, op. cit., p. 192 : « One can imagine the ghost of sir Flinders Petrie railing fr (...)
  • 79 Dans Mélanges Maspero, I, Orient ancien, second fascicule, 1935-1938, p. XLII.

67Georges Goyon relève à Ouadi Hammamat des inscriptions et gravures rupestres, et Rémi Cottevieille-Giraudet qui, dans la montagne thébaine, fait des découvertes semblables, peut en 1933 présenter l’« Égypte avant du paléolithique à l’âge du cuivre »75. Cependant, malgré les essais du R. P. Bovier-Lapierre sur L’Égypte préhistorique76, et d’E. Vignard sur Le Paléolithique en Égypte77, il semble que les recherches françaises aient été trop ponctuelles, les méthodes appliquées étant de plus très éloignées de celles des archéologues anglais78. D’ailleurs, Pierre Jouguet lui-même, directeur de l’IFAO, regrette en 1935 que « la préhistoire égyptienne [n’ait] peut-être pas assez attiré l’attention de notre École79 ».

68Et, en effet, en dehors de R. Cottevieille-Giraudet, rares sont les membres de l’IFAO à avoir choisi la préhistoire pour domaine de recherches. C’est que l’Institut français se consacre essentiellement aux autres périodes de l’antiquité égyptienne. À partir de 1913, il intensifie son activité archéologique et la concentre sur de grands sites, où sont ouverts des chantiers permanents : à Abou-Roasch, sont lancées dès 1901 les premières grandes fouilles, puis les efforts sont réunis sur Deir el-Médineh, près de la nécropole de Thèbes, sur la rive gauche du Nil, et à Tell Edfou, l’Apollonia Magna des Grecs.

69En outre, l’école du Caire intervient dans les travaux menés sur de nombreux autres sites, en étroite collaboration avec le Service des antiquités, le Musée du Louvre, les universités françaises et étrangères, ou encore la Société française des fouilles archéologiques.

  • 80 Pierre Montet (1885-1966), professeur à l’université de Strasbourg puis au Collège de France.
  • 81 F. Bisson de la Roque, Abou-Roasch (1922-1923), Fouilles de l’IFAO, t. I, rapports préliminaires, 3(...)

70À Abou-Roasch, où les ruines de la pyramide de Didoufri avaient été explorées par Émile Chassinat en 1901-1902, les fouilles sont reprises en 1913-1914 par Pierre Lacau et Pierre Montet80, qui mettent au jour des tombes de la Ire dynastie, semblables à celles d’Abydos et de Négada, les premières de ce type découvertes en Basse-Égypte. En 1922, Fernand Bisson de la Roque (1885-1958) rouvre le chantier, et mène à bien la publication dans la collection des Fouilles de l’IFAO, inaugurée en 192481.

  • 82 Marquis de Rochemonteix, Le Temple d’Edfou publié in extenso par É. Chassinat, t. I, 1892 ; puis É. (...)
  • 83 Fondé en 1901, par Pierre Jouguet, « Athénien » invité en 1894 par J. de Morgan à étudier les sites (...)
  • 84 Fouille franco-polonaise, rapports en trois volumes B. Bruyère, J. Manteuffel, K. Michalowski, J. S(...)

71Le temple d’Edfou, dont A. Mariette avait entrepris le nettoyage en 1858, fait l’objet d’une publication monumentale, entreprise par É. Chassinat82. Les travaux, menés de 1914 à 1931, ont d’abord été dirigés par des hellénistes de l’Institut de papyrologie de Lille83, dans les ruines de la ville gréco-romaine et byzantine, puis ont peu à peu permis d’atteindre les vestiges plus anciens. Les découvertes successives de mastabas en 1926-1927 par les fellahs ont conduit à explorer la nécropole : en 1932, Maurice Alliot (1903-1960) prend la direction de ces travaux, complétés en 1937 par ceux que l’université de Varsovie mène conjointement avec l’IFAO sur la ville elle-même84. K. Michalowski (1901-1980), qui dirige la mission franco-polonaise, est membre de l’IFAO à titre étranger en 1934. Cette grande entreprise est un bel exemple de la collaboration que l’Institut français a su entretenir avec des missions étrangères.

  • 85 Cf. le catalogue, Un siècle de fouilles françaises en Égypte, 1880-1980, École du Caire – Musée du (...)

72À Deir el-Médineh, l’Institut du Caire ouvre en 1917 un chantier où les travaux se sont poursuivis jusqu’à nos jours. Ce village, situé sur la rive gauche du Nil, près de la nécropole de Thèbes, avait abrité les ouvriers et les artisans qui travaillaient à la construction et à l’aménagement des tombes royales, d’Aménophis Ier aux derniers Ramsès de la XXe dynastie. Par la fouille complète du site, l’IFAO a offert l’une des très rares occasions de connaître un village antique et la vie privée dans l’Égypte ancienne. Le site n’avait pas échappé aux aventuriers du début du xixe siècle, qui s’y étaient fournis en objets de collection, jusqu’à ce que Mariette y intervienne par un sondage en 1852. Au début du xxe siècle, E. Schiaparelli y avait fouillé un grand nombre de tombes pour le musée de Turin puis, entre 1909 et 1912, le Service des antiquités avait chargé Émile Baraize (1874-1952) de restaurer le temple ptolémaïque, dont il avait déblayé les alentours. Enfin, avant que le site ne passe définitivement sous la responsabilité de l’Institut français en 1917, une mission allemande dirigée par G. Müller avait encore exploré quelques tombes et la partie du village proche du temple. L’IFAO confie ses premiers travaux à Saint-Paul Girard et Charles Kuentz, auxquels succède, en 1912, Bernard Bruyère (1879-1971), qui entame un travail patient et acharné de fouille exhaustive du village et de sa nécropole85. On a alors la révélation de l’architecture privée, de la vie quotidienne des humbles et de leurs croyances.

  • 86 J. Cerny, Catalogue des ostraca hiératiques non littéraires de Deir el-Médineh, six tomes, Le Caire (...)

73Sur le chantier du temple de Deir el-Médineh, B. Bruyère s’adjoint deux membres étrangers de l’IFAO, le Suisse Georges Nagel (1899-1956), et le Tchèque J. Cerny, qui assure la publication des textes sur ostraca et papyri, que, plus que tout autre site, Deir el-Médineh fournit en très grand nombre86.

  • 87 J. Sainte-Fare Garnot, « L’Institut français d’archéologie orientale du Caire », Revue de l’Enseign (...)

74L’IFAO contribue à l’essor de l’archéologie de terrain, non seulement par l’ampleur et l’intérêt de ses découvertes, mais aussi par la qualité du travail sur les chantiers et les méthodes employées. En effet, en 1939, l’Institut obtient du Service des antiquités la concession à Karnak du secteur situé au nord du grand temple d’Amon. Alexandre Varille (1909-1951) et Clément Robichon y poursuivent leur collaboration, inaugurée à Médamoud et à Thèbes. Ils ouvrent le chantier avec Christiane Desroches-Noblecourt, et le maintiennent en activité pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils y « mirent en pratique une technique de fouille ultra-moderne qu’ils avaient élaborée en déblayant, vers 1935, le temple funéraire d’Amenhotep, fils de Hapou, sur la rive gauche du Nil à Thèbes87

  • 88 A. Varille, Karnak I, t. XIX des fouilles de l’IFAO, Le Caire, 1943.
  • 89 Pendant cette période, y participent Jean Vercoutter, futur directeur de l’IFAO à partir de 1977, e (...)

75Sur le chantier-pilote de Karnak nord, A. Varille et C. Robichon appliquent des méthodes scientifiques, portant une attention particulière aux vestiges découverts : « Chaque objet, si insignifiant soit-il, motive une fiche donnant son numéro d’inventaire, sa description, le lieu de sa trouvaille, sa photographie et indiquant, éventuellement, son expédition dans un musée88. » Seul chantier de l’IFAO dont l’activité se soit maintenue pendant la guerre, Karnak-nord est suspendu en 1943 et reprend de 1945 à 1951 sous la direction de C. Robinson89.

  • 90 Créée en 1935.

76Non seulement A. Varille transforme profondément l’archéologie de terrain, mais par son statut de boursier de la CNRS, Caisse nationale de la recherche scientifique90, dont les missions renouvelées chaque année l’attachent à l’IFAO de façon permanente, il témoigne aussi de la coopération des différentes institutions françaises en Égypte.

  • 91 Chanoine Étienne Marie-Félix Drioton (1889-1961), directeur du Service des antiquités d’Égypte à pa (...)
  • 92 C. Robichon et A. Varille, Description sommaire du temple primitif de Médamoud, Recherches d’archéo (...)

77Le Musée du Louvre, grâce à l’action résolue et novatrice de G. Bénédite, s’engage dès la fin du xixe siècle dans des entreprises de fouilles : après une tentative à Héliopolis en 1899, G. Bénédite propose à l’IFAO la collaboration du Louvre sur le site de Médamoud ; il confie le chantier, de 1925 à 1933, à Fernand Bisson de la Roque, élève de l’École du Louvre, qui assumera la direction des recherches archéologiques du musée en Égypte. Membre de l’IFAO à partir de 1920, il illustre parfaitement l’étroite collaboration de l’Institut et du Musée du Louvre sur de nombreux sites, explorés conjointement. Étienne Drioton91, conservateur-adjoint au Louvre, contribue lui aussi aux travaux de Médamoud. A. Varille et C. Robichon prennent ensuite la relève et, en fouillant dans les fondations du temple d’époque gréco-romaine, retrouvent les monuments du Nouvel et du Moyen Empire, et enfin le temple primitif, seul exemple alors connu92. Les fouilles de Tôd et de Tanis seront aussi le fruit des efforts conjugués des deux institutions.

78Le chantier de Tôd, ouvert en 1933, est en effet placé sous la responsabilité de F. Bisson de la Roque, et du chanoine É. Drioton, qui, en 1936, prendra la tête du Service des antiquités.

  • 93 Cf. J. Leclant, Tanis, l’or des pharaons, catalogue de l’exposition du Grand-Palais, Paris, 1987.

79À Tanis, les sépultures royales découvertes par Pierre Montet à partir de 1939 suscitent autant de curiosité et d’enthousiasme dans le grand public que la tombe de Toutankhamon. P. Montet, qui avait été membre de l’IFAO de 1910 à 1914, était convaincu, après avoir fouillé à Byblos, que l’Égypte et la Phénicie avaient été en relation très étroite. À Tanis, il comptait retrouver les traces de ces échanges et, à force de persuasion, avait obtenu des pouvoirs publics la possibilité d’engager l’exploration scientifique de ce tell du Delta93. La première campagne a lieu en 1929 et associe l’IFAO, le Musée du Louvre et la Société des amis de Tanis, suscitée par P. Montet à Strasbourg. Les travaux portent d’abord sur le quartier des temples, mais en 1939 survient la découverte extraordinaire de six sépultures royales inviolées. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale atténua le retentissement de cet événement pourtant aussi sensationnel que la révélation de la tombe de Toutankhamon.

137. Tanis (Égypte), le tombeau II, la tombe d’Osorkon II et le tombeau de Psousennès vus du sud en mars 1940. P. Montet, La Nécropole royale de Tanis, Paris, 1947, pl. XV. Bibliothèque de l’Institut de France.

80On sait quelles relations étroites entretenaient l’Institut français d’archéologie orientale et le Service des antiquités : leur collaboration se manifeste sur le terrain, comme à Licht, où J.-E. Gautier, pour l’IFAO, et G. Jéquier, pour le Service, unissent leurs efforts, ou encore à Behbet el-Hagar, Montet Jean Leclant et Sauneron, tous deux membres de l’IFAO–, dégage l’Isaeum pour le Service.

  • 94 C. Robichon, P. Bourguet, J. Leclant, Karnak-Nord IV, 2e fasc., Le Caire, 1954.

81À Karnak, où le Service des antiquités avait créé une Direction générale des travaux d’abord confiée à G. Legrain puis à Maurice Pillet (1881-1964) et Henri Chevrier, les membres de l’IFAO, P. Bourguet, L. A. Christophe et J. Leclant, joignent leurs efforts à ceux de C. Robichon, représentant du Service des antiquités, pour remplir les objectifs fixés par P. Lacau : la recherche systématique des remplois et le déblaiement intégral du site94.

  • 95 Raymond Weill (1874-1950), directeur à l’École pratique des hautes études, président de la Société (...)

82L’archéologie militante connaît dans l’Égypte d’entre les deux guerres mondiales un essor extraordinaire, favorisé par la multiplicité des initiatives : celles de la France procèdent de nombreuses instances différentes, non seulement l’Institut du Caire et le Service des antiquités, ou encore le Musée du Louvre et l’Académie des inscriptions et belles-lettres, mais aussi l’université de Paris et le Service des œuvres françaises à l’étranger, dirigé par Jean Marx au ministère des Affaires étrangères, ou bien encore la Société française des fouilles archéologiques, pour laquelle Raymond Weill95 intervient sur les sites de Kom ed-Dara ou Zaouiet el-Maïetin. La Compagnie universelle du canal de Suez s’est attaché un archéologue, Jean Clédat, fait construire un musée à Ismaïlia puis, de 1930 à 1933, confie à B. Bruyère la fouille de Kom Kalzun.

83Si les activités archéologiques françaises se maintiennent jusqu’en 1952 et l’instauration de la République égyptienne, il n’en va pas de même pour les missions des autres nations occidentales. La fin du protectorat anglais en 1922 correspond à la mise en place de nouvelles règles dans l’attribution des objets recueillis au cours des fouilles : ils sont tous désormais la propriété de l’État égyptien. D’ailleurs, Pierre Lacau, directeur du Service égyptien des Antiquités, applique scrupuleusement la législation nouvelle et impose à P. Montet, comme à Howard Carter, le dépôt intégral au musée du Caire des collections trouvées dans les tombes des pharaons de Tanis.

84D’autre part, les étudiants égyptiens, issus de l’université égyptienne fondée en 1908 par le dernier fils d’Ismaïl, ou formés en Europe, accèdent à partir de 1930 aux postes d’inspecteurs généraux dans le service, et de conservateurs au musée du Caire. De plus en plus nombreux, les archéologues égyptiens dirigent des chantiers de fouilles. Les missions anglaises et américaines se replient alors au Soudan, et, en 1935, seuls se sont maintenus, pour la Grande-Bretagne, W. B. Emery à Saqqarah, et pour les États-Unis, A. Lansing à Hiérakompolis, alors que la concession d’El Kalb est accordée à la Belgique.

  • 96 Cf. H. Laurens, Le Royaume impossible. La France et la genèse du monde arabe, Paris, Armand Colin, (...)

85Jusqu’en 1952, le Service des antiquités créé par Mariette un siècle plus tôt est dirigé par un Français, et traduit le prestige de l’égyptologie française, dont les représentants, membres de l’Institut et du Service, apparaissent comme les défenseurs de l’identité égyptienne : succès incontestable de cette égyptologie que Bonaparte avait fondée, en même temps qu’il tentait de soustraire ce pays à l’impérialisme britannique. L’Institut français et le Service des antiquités maintiennent en Égypte une influence française si forte sous le règne de Mohammed Ali que, dans son projet de faire accéder son pays à la « civilisation » occidentale, ce dernier adopta le modèle français96. Le mode d’organisation et de fonctionnement de l’archéologie française prend valeur d’exemple pour le Proche-Orient, où la France est, comme en Égypte, confrontée à la Grande-Bretagne.

86La conjugaison de l’Institut français d’archéologie avec le Service des antiquités, la collaboration avec les institutions officielles métropolitaines, l’ouverture vers des sociétés privées, expliquent l’essor et le succès remarquable de l’égyptologie française, aussi bien pour les entreprises sur le terrain, que pour les publications : aux Mémoires et à la Bibliothèque d’étude s’ajoutent, en 1924, les Fouilles de l’IFAO, où sont présentés les rapports préliminaires ; en 1930 les Recherches d’archéologie, de philologie et d’histoire, et en 1934 les Documents de fouilles complètent l’éventail des publications françaises.

  • 97 Cf. P. Jouguet, Mélanges Maspero. I, Orient ancien, préface, Paris, 1935.
  • 98 E. Pottier, lettre du 27 octobre 1933, publiée dans Mélanges Maspero. I, Orient ancien, 2e fasc., P (...)

87Les pouvoirs publics, par les ministères de l’Instruction publique et des Affaires Étrangères, marquent leur intérêt pour l’égyptologie et, de façon plus générale, pour l’orientalisme, par leur participation à des missions archéologiques sur le terrain, et par les réformes introduites vers 1925 dans l’enseignement supérieur. À cette date en effet, Jacques Cavalier succède à Alfred Coville à la direction de l’Enseignement supérieur et rend l’égyptologie plus accessible à un grand nombre d’étudiants97, permettant des échanges plus étroits entre milieux classiques et orientalistes. Les institutions commençaient à répondre à la préoccupation d’archéologues comme L. Heuzey, S. Reinach ou E. Pottier d’établir « des comparaisons [...] entre les civilisations du monde gréco-romain et du monde oriental98 » et de jeter des ponts entre les spécialités.

88Tout aussi remarquable est la part active prise par le musée du Louvre aux travaux d’archéologie de terrain. G. Bénédite inaugure la collaboration du Louvre avec l’IFAO sur des chantiers auxquels le musée fournit l’encadrement et les moyens financiers. À la même époque, un autre conservateur du Louvre, René Dussaud, joue un rôle de premier plan dans le développement de l’archéologie proche-orientale. L’intérêt de la France pour l’Égypte et les pays du Proche-Orient se manifeste par la mobilisation de toutes les institutions susceptibles de favoriser l’essor de l’archéologie.

89Le « modèle égyptien » est reproduit dans les pays sous mandat français, Maroc, Syrie et Liban où, en 1920, sont organisés des services des antiquités.

L’École française de Rome

90Alors qu’en Méditerranée orientale, les écoles françaises installées à Athènes et au Caire approfondissent leur vocation, l’école, qu’Albert Dumont installa au palais Farnèse en 1873, aborde une période décisive de son histoire : elle fait résolument le choix de l’Afrique du Nord. Cette évolution, amorcée avant 1914, est accélérée dans les années qui séparent les deux guerres mondiales.

91Tout comme l’École d’Athènes aspirait à étendre ses interventions à l’ensemble du bassin oriental de la Méditerranée, celle de Rome nourrissait des ambitions semblables en Méditerranée centrale dès le début de notre siècle et, se projetant en Afrique du Nord, elle favorisait le séjour de ses membres à Alger et Tunis. Après 1918, ces rapports déjà étroits prendront une forme officielle et institutionnelle, et l’Afrique du Nord deviendra vite le « fief » des Farnésiens.

92La péninsule Ibérique, autre Eldorado pour l’archéologie romaine, n’entrera cependant pas pleinement dans l’orbite de l’École de Rome : elle a, dès la fin du xixe siècle, attiré l’attention de L. Heuzey qui y envoie des hellénistes, P. Paris et A. Engel, pour y étudier les manifestations de l’art indigène. À partir de ce moment, ce sont les hellénistes installés à Bordeaux qui déploient leur action en Espagne, et obtiennent en 1928 la fondation de la Casa de Velázquez. La nouvelle école implantée à Madrid reçoit une organisation autonome et l’institution romaine ne peut prétendre faire de l’Espagne son domaine : d’ailleurs, bien peu de « Romains » choisiront de faire porter leurs recherches sur la péninsule Ibérique, l’Afrique du Nord et la France métropolitaine leur offrant une vaste carrière.

93Ce besoin d’« expansion » de l’École de Rome en Méditerranée s’explique par la situation qui lui est faite en Italie. En effet, les possibilités d’y exercer des recherches de terrain, d’ouvrir des chantiers ou même d’étudier des séries importantes d’objets dans les musées et dépôts ont toujours été très limitées et le demeurent après 1914 : les seuls à avoir pu organiser des fouilles d’envergure avant la Première Guerre mondiale sont S. Gsell à Vulci et A. Grenier à Bologne.

  • 99 C. Picard, « L’Occident étrusco-latin », La Science française, t. II, Archéologie méditerranéenne, (...)

94« Moins favorisée que sa sœur aînée qui vit, si elle le veut, du terrain, du sol, des ruines, l’École de Rome n’a presque jamais bénéficié que d’un droit de regard sur les excavations méthodiquement organisées devant ses yeux par le gouvernement italien99. »

95La période de l’entre-deux-guerres correspond pour l’archéologie italienne à une phase de brillante expansion des recherches, pour lesquelles l’État fasciste accorde de très importantes subventions, tant pour les travaux en métropole que pour l’archéologie méditerranéenne, étroitement liée aux visées impérialistes du royaume italien, devenu empire en 1936.

  • 100 C. Picard, « Vingt d’études arts antique », Revue d’études latines, 1943, p. 509.
  • 101 Luigi Pigorini (1842-1925), directeur général des musées et des fouilles archéologiques, professeur (...)
  • 102 Bartolomeo Gastaldi (1818-1879) ; il fouille l’habitat palafittique de Mercurago, près de Novare, e (...)
  • 103 Édouard Desor (1821-1881), préhistorien suisse, professeur à Neuchâtel. Pour l’histoire de la préhi (...)
  • 104 René Vaufrey (1880-1967), directeur du laboratoire de Paléontologie du quaternaire, à l’Institut de (...)

96Si, en 1943, Charles Picard peut déplorer que « la pré- et protohistoire latines, peut-être aussi passionnantes que le temps des Préhellènes “minoens” et “mycéniens” en Grèce et en Méditerranée orientale100 », n’aient pas fait l’objet d’études aussi nombreuses et approfondies qu’en Grèce, la préhistoire est cependant en Italie un domaine qui, depuis 1860, a reçu son organisation définitive grâce à l’action énergique de Luigi Pigorini101. Celui-ci a fondé le Bullettino di Paletnologia italiana en 1875, obtenu la création du Musée national préhistorique et ethnographique, qui portera plus tard son nom, et, en 1877, inauguré la chaire de paléoethnologie à l’université de Rome. Le français Gabriel de Mortillet avait contribué à l’essor de la discipline au-delà des Alpes, par sa collaboration avec Bartolomeo Gastaldi102 et Édouard Desor103 sur le site de Mercurago, et l’organisation à La Spezia, en 1865, d’un premier congrès d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques. Le préhistorien René Vaufrey, en se penchant sur « Le paléolithique italien »104 poursuit dans cette voie ouverte par son compatriote, mais il est le seul, et la part prise par la France à l’étude de la préhistoire italienne est très modeste.

97Les recherches sur la protohistoire italique et l’étruscologie, qui bénéficient d’une tradition déjà longue et avaient été favorisées par la conquête de l’unité italienne, s’intensifient encore à partir de 1920. Les surintendances archéologiques implantées dans chaque région organisent les travaux de fouilles et veillent sur le patrimoine. L’étruscologie reçoit un programme tout à fait exemplaire : Florence devient le centre des recherches, après la réunion d’un congrès national en 1926, et la tenue en 1928 du premier congrès international d’études étruscologiques et italiques. Dans l’intervalle, est constitué le Comité permanent pour l’Étrurie, et les Studi Etruschi connaissent une parution régulière à partir de 1928, offrant la documentation des fouilles, des chroniques et des bibliographies analytiques détaillées.

  • 105 A. Minto, « Il Mondo archeologico dell’Etruria e l’Instituto di studi etruschi ed italia », Atti de (...)
  • 106 Raniero Mengarelli en entreprend la fouille d’une manière régulière au commencement de notre siècle
  • 107 E. Gabrici commence les fouilles en 1914. G. Q. Giglioli et E. Stefani les reprennent jusqu’en 1921 (...)
  • 108 Les fouilles de P. Romanelli à Tarquinia révèlent le grand temple d’époque hellénistique de l’Ara d (...)
  • 109 La ville de Marzabotto, au sud de Bologne, découverte et explorée dès le milieu du xixe siècle par (...)
  • 110 Autrefois sur le bord de l’Adriatique, la cité de Spina s’est trouvée prise dans une langue de terr (...)

98En 1932, d’autre part, l’Institut d’études étrusques et italiques voit le jour105. L’exploration archéologique, après avoir concerné surtout les nécropoles des principales cités, dont Vulci et Caere106, porte dorénavant aussi sur les sanctuaires et les centres urbains : les découvertes de Véies107, de Tarquinia108, de Marzabotto109 et de Spina110 connaissent un retentissement considérable.

  • 111 P. Ducati, L’Etruria antica, 1927, et Storia del arte antica, 1927 ; G. Q. Giglioli, L’Arte etrusca(...)
  • 112 Nicolas Fréret (1688-1749) avait défendu l’origine nordique des Étrusques. Le comte de Caylus (1692 (...)
  • 113 Jean Bayet (1892-1969), professeur à de Rouen puis de Paris, directeur de l’École française de Rome (...)
  • 114 Jacques Heurgon (1903-1995), professeur aux universités d’Alger, de Lille, puis de Paris.
  • 115 Ranuccio Bianchi-Bandinelli (1900-1975), directeur général des Antiquités et des Beaux-Arts de 1945 (...)

99Les manuels consacrés à l’Étrurie se multiplient et sont essentiellement le fait des savants italiens111. Alors que la France avait été l’un des berceaux de l’étruscologie112, les membres de l’École française de Rome n’ont, après 1914, aucune possibilité de renouveler les entreprises de fouilles lancées par S. Gsell ou A. Grenier. Ceux que l’étruscologie attire, entreprennent des monographies, soit sur des divinités, ainsi Jean Bayet113 à propos d’Hercle, l’Héraklès étrusque, ou Jacques Heurgon sur Voltur114, soit sur des villes : comme A. Grenier pour Bologne, ou J. Heurgon pour Capoue, les jeunes savants italiens suivant d’ailleurs la même voie, comme Ranuccio Bianchi-Bandinelli par son étude de Chiusi et Sovana115 ou Massimo Pallottino (1909-1995) pour Tarquinia.

100Après la Seconde Guerre mondiale, la situation évolue puisqu’A. Grenier, directeur de l’École française, obtient de R. Bianchi-Bandinelli, archéologue et directeur général des Antiquités et Beaux-Arts, la concession du site de Bolsena. Le chantier, dirigé jusqu’en 1962 par Raymond Bloch (1914-1997), offrira aux membres de l’École de Rome l’occasion de se former à l’archéologie de terrain.

  • 116 Cf. Paolo Orsi e l’archeologia del’900, Naples, 1991.

101Avec quelque retard sur l’Italie septentrionale, le sud de la péninsule et la Sicile connaissent, au début de notre siècle mais surtout après 1914, la multiplication des initiatives officielles et privées pour l’étude des civilisations indigènes et du passé hellénique de ces régions. L’impulsion décisive est donnée en Sicile et en Calabre par Paolo Orsi (1859-1935) qui, entre autres très nombreux travaux, établit la classification chronologique des matériaux préhistoriques de Sicile et de Sardaigne et qui, avec Umberto Zanotti Bianco (1889-1963), fonde l’Association nationale pour les intérêts du Sud pour activer la recherche des vestiges archéologiques116. En 1920, la Société Magna Grecia se constitue, avec pour but exclusif l’essor de l’archéologie en Italie méridionale : sous son égide, sont ouverts de nombreux chantiers, parmi lesquels celui de l’Héraïon du Silaris, et organisés des congrès, tous ces travaux donnant lieu à publications. En 1925, est mise en place la surintendance aux antiquités de Calabre.

  • 117 François Villard, né en 1924, professeur à l’université de Paris, conservateur au Musée du Louvre d (...)
  • 118 Georges Vallet (1922-1994), professeur à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand, puis de Paris (...)

102L’École française de Rome participe à l’essor de l’archéologie méridionale par la monographie de Pierre Wuilleumier (1904-1979) consacrée à Tarente et les recherches de Jean Bérard (1908-1957) sur La Colonisation grecque de l’Italie et de la Sicile. À partir de 1949, A. Grenier obtient pour l’École la concession du site de Mégara Hyblaea ; la direction du chantier est confiée à François Villard117, qui élabore un programme d’exploration systématique de la cité : démarche peu courante à cette époque, il procède à des sondages stratigraphiques préalables et privilégie l’étude du matériel, céramique surtout, dans le souci de reconstituer, non seulement la vie quotidienne des habitants, mais les rapports entre métropole et colonies, et entre colonie et monde indigène. Georges Vallet118, lui aussi membre de l’École de Rome, consacre à la cité chalcidienne de Rhégion une monographie, et s’associe à F. Villard dans l’exploration de Mégara.

103À Rome, en ces années où Benito Mussolini s’efforce de parer son régime de la gloire de la cité antique, un vaste programme de mise en valeur du patrimoine archéologique est à l’œuvre : les forums impériaux sont dégagés, au prix de nombreuses destructions et du déplacement expéditif de quartiers entiers du centre ville. Le mausolée d’Auguste est restauré et mis en valeur dans un large espace public. En 1937, le bi-millénaire du premier empereur romain est l’occasion de manifestations grandioses : c’est dans le cadre de la Mostra augustea della Romanità, qu’est organisée la reconstitution de l’Ara Pacis, sur les bords du Tibre, avec les fragments extraits du sous-sol du palais Ottoboni-Fiano, réunis à ceux des musées des Thermes et des Offices de Florence. Les ruines d’Ostie font aussi l’objet de grands travaux de déblaiement de 1938 à 1942. D’autres entreprises de très grande envergure sont encore accomplies, ainsi l’assèchement du lac de Nemi, au cours duquel sont découverts deux grands navires d’époque alto-impériale.

  • 119 Tels A. Grenier, Le Génie romain, Paris, 1925 ; J. Toutain, L’Économie antique, Paris, 1927 ; L. Ho (...)

104Quant aux membres de l’École française de Rome, s’ils ne peuvent prendre part à l’exploration archéologique, ils rédigent entre 1925 et 1930 des ouvrages de synthèse sur l’histoire et la civilisation romaines119. De retour en France, après le séjour romain, ils seront de plus en plus nombreux à se consacrer à l’archéologie métropolitaine.

105À cette époque, en France, l’archéologie de terrain est entre les mains d’une majorité d’amateurs. Depuis 1831, la Société française d’archéologie, fondée par Arcisse de Caumont, jouait un rôle incitateur et fédérateur fondamental et avait, en 1904, trouvé le renfort de la Société française des fouilles archéologiques présidée par Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles, qui subventionne de nombreux chantiers en France comme à l’étranger. Ces deux sociétés sont composées d’amateurs et de mécènes, mais comportent aussi des représentants officiels de l’archéologie.

106La célébration en 1934 du centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie est l’occasion, pour Albert Grenier et Raymond Lantier, l’un ancien membre de l’École de Rome et professeur à Strasbourg et l’autre membre de la Casa de Velázquez et conservateur du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, de faire un bilan de l’archéologie métropolitaine. Force leur est de constater le retard que la France a accumulé en matière d’organisation et de législation archéologique. La situation ne trouvera de remède qu’en 1939, lorsque seront créés le CNRS et la XVe commission pour les « Fouilles archéologiques en France métropolitaine ».

107Cependant, dès le lendemain de la Première Guerre mondiale, l’influence des anciens membres de l’École française de Rome de retour en France sera déterminante dans les réformes envisagées pour l’archéologie métropolitaine, qui aboutiront en 1942. L’action continue de Camille Jullian en faveur de l’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine porte ses fruits et les interventions d’archéologues professionnels sur le terrain se multiplient : c’est alors que Jules Toutain, ancien membre de l’École de Rome, engage des fouilles à Alésia en 1920, ou que Pierre Wuilleumier, lui aussi Farnésien, explore la colline de Fourvière à Lyon ; Michel Clerc, ancien membre de l’École d’Athènes et directeur du musée d’archéologie de Marseille, publie en 1927-1928 son Histoire de Marseille, fruit d’une patiente exploration sur le terrain, conduite à partir de 1905.

  • 120 A. Grenier, Habitations gauloises et Villas latines dans la cité des Médiomatrices. Étude sur le dé (...)
  • 121 En 1921.
  • 122 Cf. A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, Paris, Éd. A. Picard, 1931.

108Dans cette entreprise de prise en main de l’archéologie métropolitaine par des universitaires, C. Jullian a su se concilier le concours d’A. Grenier, membre de l’École française de Rome, qui, dès avant son séjour romain, avait consacré son mémoire de l’École pratique des hautes études aux Habitations gauloises et villas latines dans la cité des Médiomatrices120. En 1919, la chaire d’antiquités gallo-romaines et rhénanes est créée pour lui à Strasbourg ; il suit alors l’exemple et les encouragements de C. Jullian, rédacteur depuis 1916 des Notes gallo-romaines dans la Revue des études anciennes : Grenier étudie et publie les Villas gallo-romaines de Lorraine121 et s’engage dans la poursuite du Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine122, que Joseph Déchelette, mort en 1914 sur le front, n’avait pu achever. C. Jullian, dans sa préface au premier volume, reconnaît en son disciple celui qui, après sa propre disparition survenue en 1933, assurera la relève pour illustrer l’archéologie métropolitaine.

109A. Grenier embrasse l’histoire de la Gaule du tournant de l’âge du bronze à l’âge du fer, jusqu’à la fin de la civilisation romaine. Son ambition de former des disciples est servie par son élection à la chaire laissée vacante par C. Jullian au Collège de France, et la création pour lui d’une direction d’études, « Antiquités de la Gaule celtique et romaine », à l’École pratique des hautes études. En créant en 1942 la revue Gallia, Grenier donne à l’archéologie métropolitaine un organe régulier, où sont recueillis les documents et les renseignements relatifs aux recherches menées en France sur la période gallo-romaine. Il prend une part importante à l’élaboration des « lois Carcopino », et sa profonde connaissance de l’organisation de l’archéologie italienne lui permet d’organiser l’archéologie sur le territoire français.

  • 123 Commandant Émile Espérandieu (1857-1939), officier et archéologue français, directeur de la Revue é (...)

110À partir de 1941 et de la mise en place de services des antiquités dans les régions, la part prise à l’archéologie métropolitaine par les archéologues professionnels, pour la plupart anciens membres des Écoles françaises d’Athènes, de Rome ou de Madrid, augmente considérablement, aux dépens de l’activité des archéologues amateurs ainsi, à Ensérune, fouillé par l’abbé Cigal, la XVe Commission du CNRS envoie Charles Picard, Raymond Lantier et François Chamoux, tous trois anciens membres des écoles de Rome, Madrid et Athènes, pour participer aux travaux. Raymond Lantier reprend d’autre part l’œuvre entreprise par le colonel Émile Espérandieu123 et complète le Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine.

111Cependant, si l’École française de Rome, par l’intégration de ses membres dans les cadres nationaux, joue un rôle important dans l’organisation et l’essor de l’archéologie en France, c’est incontestablement en Afrique du Nord qu’elle trouve le terrain où déployer son action.

112D’ailleurs, les instigateurs des profondes réformes mises en place en France entre 1920 et 1940, les Grenier, Carcopino, Albertini, Lantier, sont tous passés par Alger ou Tunis et ont apprécié les avantages d’une réglementation des travaux archéologiques, appliquée par les services des antiquités mis en place en Afrique du Nord bien avant que l’on adopte des dispositions semblables en France.

113L’Afrique du Nord, où, jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, l’archéologie française occupe une place hégémonique et bénéficie même d’un quasi-monopole, accueille dès la fin du xixe siècle les membres de l’École française de Rome.

114C’est un Romain, René du Coudray La Blanchère, qui organise en Tunisie le Service des antiquités et des arts en 1885, et un autre Romain, Jules Toutain, qui lui succède en 1890. S. Gsell, nommé à l’École supérieure des lettres d’Alger après le séjour romain, dirige le musée des Antiquités algériennes, et crée en 1902 l’Inspection des antiquités.

  • 124 Cf. J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », Hommes et Mondes, oct. 1948, p. 261-280, et nov (...)

115La tradition du « stage africain » pour les membres de l’École de Rome naît avec Auguste Audollent qui, en 1889, est le premier « Romain » à accomplir une mission en Algérie. Les liens entre l’École romaine et les pays du littoral africain se trouvent encore renforcés par un accord officiel, passé en 1923 avec la Direction des antiquités d’Algérie124.

116Après la Première Guerre mondiale, l’archéologie française connaît un essor inédit dans tous les pays d’Afrique du Nord soumis à son autorité : Algérie, Tunisie et Maroc. La longue tradition instaurée, sous le Second Empire par L. Renier, et l’action dynamique de l’École de Rome ne sont pas les seuls facteurs d’un développement aussi spectaculaire.

117La situation internationale en Méditerranée après 1918 explique la faveur dont jouit l’archéologie aux yeux des politiques : du Maroc à la Syrie et au Liban, en passant par l’Égypte, les services des antiquités et les travaux qu’ils dirigent raffermissent la présence de la France, soucieuse de développer son action culturelle pour infléchir les rapports de forces avec les autres grandes puissances.

118En effet, la situation hégémonique dont la France bénéficiait en Afrique du Nord avant 1914 est compromise par l’Italie qui occupe la Libye et exerce une grande influence sur la Tunisie ; au Maroc, l’Espagne entreprend d’asseoir sa présence à partir des places fortes de Ceuta et Melilla.

119Dès 1880 et la conquête française de la Tunisie, l’Italie s’inquiète fort de voir la Méditerranée centrale et occidentale exclusivement soumise à la France. Le nouveau royaume italien prend des initiatives hardies tant en Orient qu’en Occident : les entreprises archéologiques de Federico Halbherr en Crète et en Libye se comprennent dans la perspective de faire front à la présence française, en développant des zones d’influence italienne.

  • 125 V. La Rosa (dir.), L’Archéologia italiana nel Mediterraneo fino alla seconda guerra mondiale, op. c (...)

120Depuis 1903, Halbherr avait souligné l’intérêt de conduire des fouilles à Cyrène, mais ce n’est qu’en 1910, un an avant le débarquement militaire en Libye, et alors qu’une mission américaine, dirigée par Richard Norton, est implantée à Cyrène, que, mis à la disposition du ministère des Affaires étrangères, F. Halbherr obtient de s’y rendre et élabore le projet d’un institut italien pour l’exploration du secteur central de l’Afrique du Nord125.

121Dès 1913, deux ans seulement après la prise de Tripoli et Benghazi par les Italiens, sont organisées les surintendances des antiquités de Tripolitaine et de Cyrénaïque, qui, à partir de 1913, ouvrent les chantiers de Tripoli et de Cyrène, et mettent en place un programme d’exploration scientifique du pays : les fouilles sur les grands sites sont élargies à Leptis Magna en 1920 et à Sabratha en 1921, tandis que la mission américaine de Richard Norton interrompt définitivement ses travaux à Cyrène.

122En Méditerranée occidentale, l’Italie n’est pas la seule puissance à contrer l’expansionnismefrançais : la Grande-Bretagne et l’Allemagne affirment, avec de plus en plus de force, leurs prétentions sur l’Afrique occidentale, et la France, pour obtenir en 1912 que les puissances européennes reconnaissent son protectorat sur le Maroc, s’est fait de l’Espagne une alliée.

123À la veille de la Première Guerre mondiale, le royaume chérifien a donc été placé sous la double tutelle de la France et de l’Espagne, à laquelle sont revenus le Rif, arrière-pays de ses possessions de Ceuta et Melilla, et les enclaves d’Ifni et Tarfaya. Le protectorat français sur le Maroc résultait de l’Entente cordiale, passée avec la Grande-Bretagne en 1904 : les deux puissances coloniales avaient reconnu leurs prérogatives respectives sur l’Égypte et le Maroc, et s’étaient engagées à ne pas se nuire mutuellement.

124En 1914 et en 1916, en pleine guerre, l’exploration archéologique de la mosquée Hassan à Rabat et des ruines romaines de Volubilis a été lancée, et répond à la volonté politique d’illustrer l’action de la France dans un pays arabe et de fournir des arguments dans la négociation avec les grandes puissances européennes, pour le partage des dépouilles ottomanes au Proche-Orient.

125Le protectorat tel qu’il est exercé en Tunisie et au Maroc fournit un modèle, que la France compte reproduire au Proche-Orient. La politique archéologique mise en place en Afrique du Nord constitue donc l’un des éléments, et non négligeable, de la stratégie française dans la lutte d’influence engagée entre les puissances européennes en Méditerranée et au Proche-Orient. L’Algérie, la Tunisie et l’Égypte offrent pour le Proche-Orient l’exemple de l’organisation de l’archéologie. Le Service des antiquités de Syrie, créé en 1920, reproduit les institutions équivalentes, dont l’Égypte, la Tunisie et l’Algérie sont déjà dotées.

126L’Afrique du Nord constitue un véritable laboratoire d’essais, dont les expériences trouvent des applications en France même, puisque les lois Carcopino de 1941 et 1942 pourvoient la métropole d’une administration inspirée de celle qui régit déjà la Tunisie, l’Algérie et le Maroc.

  • 126 Cf. A. Grenier, « Notice sur la vie et les travaux d’E. Albertini », Institut de France, 1945, t. 1 (...)

127Alors qu’en Algérie, à partir de 1880, le Service des monuments historiques assure la gestion du patrimoine archéologique par ses représentants officiels, c’est en 1885 qu’en Tunisie est organisé le premier Service des antiquités d’Afrique du Nord. Après la Première Guerre mondiale, le Maroc et l’Algérie sont dotés d’institutions semblables en 1920 est mis en place le Service archéologique du gouvernement chérifien et, en 1923, alors que le Service des monuments historiques représenté à Alger est définitivement détaché de Paris, une Direction des antiquités est créée, avec siège au musée Mustapha, et un accord de collaboration est passé avec l’École française de Rome126.

  • 127 Cf. J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », op. cit.

128Cette création met fin à la concurrence ouverte entre le Service des monuments historiques et l’Inspection des antiquités instaurée en 1902, à l’instigation de S. Gsell. En 1923, le Service des antiquités reçoit l’autonomie administrative et un budget propre127.

129En Tunisie, le Service des antiquités et des arts de la Régence n’a pas à s’imposer contre une institution concurrente et bénéficie au contraire du concours d’organes complémentaires, Inspection des fouilles et Bureau d’architecture. L’action des archéologues officiels est soutenue et amplifiée par de nombreux amateurs, dont les plus célèbres sont le R. P. Delattre, le docteur Carton ou Charles Saumagne.

  • 128 Pour une comparaison de la législation en Algérie et en Tunisie, cf. E. Albertini, « La réglementat (...)

130Les lois sur les antiquités, adoptées en 1920 pour la Tunisie et en 1925 pour l’Algérie, préfigurent celles qui seront élaborées pour la France en 1941-1942. La loi tunisienne, promue par décret du 8 janvier 1920, fixe le statut de la propriété et de la conservation des antiquités, détermine les modalités du classement des monuments historiques et envisage la question des fouilles archéologiques. Les restrictions apportées aux droits privés sont sévères, puisque ruines et monuments, objets découverts ou à découvrir, sont la propriété de l’État, et qu’aucune fouille ne peut être exécutée, même en propriété privée, sans l’autorisation du Service des antiquités128.

131En Algérie, le décret du 14 septembre 1925 rend applicable la loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques. Comme en métropole, les sociétés savantes et les amateurs, craignant de voir restreindre leurs possibilités de recherche, s’étaient opposés à l’adoption de cette loi, dont Eugène Albertini souligne pourtant qu’elle n’a pas pour but de limiter leur activité, indispensable à la connaissance du patrimoine archéologique.

  • 129 Pour une histoire de l’archéologie en Afrique du Nord, cf. les premiers chapitres de P. A. Février, (...)

132Les sociétés savantes en Algérie sont nombreuses et anciennes et possèdent des organes périodiques pour la diffusion de leurs travaux. Les plus actives sont celles de Constantine, d’Hippone et d’Oran, ou encore la Société historique algérienne129.

133Les services officiels se pourvoient de périodiques et collections, qui rendent compte des travaux et des recherches entreprises : la Direction des antiquités et des arts de Tunisie publie, à partir de 1908, ses Notes et Documents, et le Service archéologique du gouvernement chérifien crée, en 1936, un Bulletin d’archéologie marocaine. En métropole, le Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques et le Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France se font l’écho des travaux menés en Afrique du Nord.

134En 1925, Algérie, Tunisie et Maroc bénéficient donc d’une organisation complexe de sauvegarde et d’exploration du patrimoine archéologique, dont les « Africains », Eugène Albertini, Raymond Lantier, Jérôme Carcopino, s’inspireront pour pallier l’absence de législation archéologique en métropole.

135Alors que l’on négocie le partage du Proche-Orient et que la France et la Grande-Bretagne établissent leur protectorat sur la Syrie et le Liban pour la première, sur la Palestine et l’Irak pour la seconde, l’essor de l’archéologie en Afrique du Nord est favorisé par le pouvoir politique, qui y voit l’un des moyens de renforcer le poids international de la France, en fournissant un modèle d’action culturelle dans les pays arabes.

  • 130 Un certain Louis Bertrand est l’auteur d’une « Lettre ouverte à M. le Ministre de l’Instruction pub (...)

136L’opinion publique française réclame aussi l’intensification des travaux en Afrique du Nord, ainsi qu’en témoigne la campagne de presse, lancée en 1920 dans le Journal des débats130. On déplore l’insuffisance des moyens accordés au Service des antiquités de Tunisie, dont on réclame la conformité au modèle égyptien. Les vestiges archéologiques sont comme témoins « civilisation dont sommes les héritiers », comme « nos titres de noblesse et nos droits de premiers occupants ».

  • 131 Le dégagement de la mosquée Hassan de Rabat commence le 1er octobre 1914, sous la direction de Jane (...)

137Cette conception étroitement colonialiste du patrimoine archéologique n’est pas celle qui anime S. Gsell dans son administration des antiquités d’Algérie, ni celle du général Lyautey, résident général au Maroc de 1912 à 1925 : l’un et l’autre portent une attention égale aux civilisations romaine ou musulmane. L’un, à la tête du musée d’Alger, y développe les collections d’art musulman, l’autre décide la fouille de la mosquée Hassan à Rabat en même temps que l’ouverture du chantier de Volubilis131.

138Après 1918, les travaux archéologiques, que la guerre n’a pas interrompus, connaissent une nette accélération dans les trois pays du Maghreb. En Algérie et en Tunisie, si l’activité archéologique se poursuit sur les chantiers ouverts avant 1914, elle prend aussi des voies nouvelles.

  • 132 Maurice Reygasse, « Nouvelles études de palethnologie maghrébine », Recueil de notices et mémoires (...)
  • 133 Henri Breuil (1877-1961), L’Afrique préhistorique, Cahiers d’art, 1930.
  • 134 H. Obermaier, « Le Paléolithique de l’Afrique Mineure », Revue archéologique, 1930, p. 253 sq.
  • 135 Eugène Albertini (1880-1941), directeur des collections d’antiquités du musée d’Alger et directeur (...)
  • 136 Lionel Balout (1907-1992), professeur à l’Institut de paléontologie humaine, dont il sera directeur (...)

139En effet, la préhistoire reçoit en Afrique du Nord une impulsion plus grande grâce aux travaux de Maurice Reygasse132, de l’abbé Breuil133 et de Hugo Obermaier134. Des sections d’éthnographie et de préhistoire sont ouvertes au musée d’Alger, à l’initiative d’E. Albertini135, ancien membre de l’Institut français d’Espagne devenu directeur des antiquités en 1923. Il suscite la création du Bulletin des antiquités africaines, dont le premier numéro date de 1925. À la même époque, un laboratoire d’anthropologie et d’archéologie préhistorique est créée au musée du Bardo à Tunis et confié à Lionel Balout136.

140En Algérie et en Tunisie, sur les chantiers ouverts avant 1914 l’activité se poursuit mais dans des perspectives nouvelles : attache une importance plus grande à la topographie et l’on cherche à établir le plan des villes anciennes, et à comprendre l’aménagement du territoire urbain et rural.

  • 137 Cf. R. Lantier, « Les grands champs de fouilles de l’Afrique du Nord. 1915-1930 », Archäologischer (...)

141C’est ainsi que l’on a pu dresser le plan de Carthage, que des cités comme Thugga, Thuburbo Majus ou Gigthi en Tunisie, ou en Algérie, Timgad, Djémila, Lambèse, Tipasa, Mdaourouch ou Announa, ont été systématiquement déblayées et fournissent autant d’exemples de l’urbanisme romain en Afrique137. On procède aussi, grâce à des campagnes de prospection systématiques, à l’étude de l’occupation territoriale du Kef en Tunisie. En Algérie, la ligne du limes est relevée et décrite. Pour ces recherches sur de vastes territoires, on fait appel à des méthodes aussi nouvelles que la photographie aérienne.

142Alors que les cités antiques de Tunisie et d’Algérie bénéficient des travaux des archéologues, professionnels et amateurs, rattachés aux services des antiquités, Carthage suscite la même collaboration pour élucider sa topographie : une impulsion décisive est alors donnée à l’archéologie punique.

  • 138 Ibid., p. 471.
  • 139 Ibid., p. 479.

143Les nécropoles surtout recueillent les efforts conjugués du R. P. Delattre, qui en poursuit l’exploration en même temps que celle des basiliques chrétiennes, et de la Direction des antiquités et des arts, placée sous la responsabilité d’Alfred Merlin (1876-1965), assisté de Louis Poinssot (1879-1967), qui lui succède en 1920. Leurs travaux visent « un essai de reconstitution topographique138 » des cités successives et permettent la découverte de nouvelles nécropoles, complétée par celle de sanctuaires, qui constituent « une ceinture sacrée de lieux de culte139 ».

  • 140 A. Beschaouch, La Légende de Carthage, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

144Le plus important de ces sanctuaires est celui qui correspond à ce que l’on désigne comme le tophet de Carthage, près de la station de Douar-Chott, au site dit de « Salammbô ». Une découverte fortuite met au jour, 1921, des stèles en calcaire, dont la célèbre représentation d’un prêtre debout, de profil, portant sur son bras gauche un très jeune enfant140. Les travaux immédiatement organisés par la Direction des antiquités sur ce sanctuaire révéleront une enceinte sacrée où se superposent quatre couches d’urnes, contenant des ossements calcinés d’enfants nouveau-nés et, marquant la place du dépôt, des stèles votives en pierre, pour la plupart inscrites et qui enrichissent considérablement le corpus des inscriptions de Carthage. Le site présente une stratigraphie de près de trois mètres de hauteur qui correspond à des dépositions échelonnées de la fin du viiie siècle av. J.-C. jusqu’à la prise de la ville par Rome en 146 av. J.-C.

145On pensa immédiatement au rituel sémitique Molk d’enfants sacrifiés dont Flaubert avait donné un tableau saisissant dans Salammbô ; le débat ouvert en 1922 par cette découverte n’est pas clos puisque, aujourd’hui encore, les opinions sont divisées, certains archéologues, historiens ou philologues étant convaincus que les sacrifices d’enfants ont été régulièrement pratiqués à Carthage, tandis que d’autres considèrent simplement le tophet comme la nécropole réservée aux enfants morts en bas âge.

  • 141 Pierre Cintas (1908-1974), directeur de la mission archéologique française de Tunisie en 1955.
  • 142 J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », op. cit., p. 261-280 et 441-459.
  • 143 P. Cintas, « Un sanctuaire précarthaginois sur la grève de Salammbô », Revue tunisienne, 3e série, (...)

146En 1945, Pierre Cintas141, inspecteur du Service des antiquités, reprendra l’exploration du tophet de Salammbô, après avoir procédé à la fouille d’un site tout à fait semblable à Sousse, où le chanoine Leynaud l’avait signalé dès 1911142. À Carthage, sous le tophet, situé à proximité immédiate des ports de Carthage, P. Cintas découvre, sous une couche de sable alluvionnaire, un dépôt votif plus ancien, qu’il date dans un premier temps de la fin du ixe siècle et qu’il rapproche de la fondation traditionnelle de Carthage, en 814 av. J.-C, mais que l’étude de P. Demargne situe à la fin du viiie siècle143.

  • 144 P. Cintas, La Céramiue punique, Paris, 1950 ; en collaboration avec P. Thellier, professeur de phys (...)
  • 145 P. Cintas, Éléments d’étude pour une protohistoire de la Tunisie, Paris, 1961.

147P. Cintas est l’un des premiers archéologues du domaine punique à appliquer les méthodes de fouille stratigraphique à ses chantiers : outre Sousse et Carthage, à Utique, à Smirat dans le cap Bon, à Tipasa en Algérie, aux Andalouses près d’Oran, ou à Mogador au Maroc. Il acquiert, par la prospection et la fouille de vastes secteurs du littoral de la Tunisie au Maroc, une vaste expérience des sites puniques, et en particulier des matériaux les plus abondants, les céramiques. Il est le premier à présenter une synthèse sur La Céramique punique144, où il fait appel à des expériences physico-chimiques et des analyses minéralogiques, avec les moyens les plus avancés dont il pouvait disposer. Ses travaux, poursuivis jusqu’à l’accession à l’indépendance de la Tunisie en 1955, lui permettent de fournir des Éléments d’étude pour une protohistoire de la Tunisie145. P. Cintas fait faire à l’archéologie punique des progrès décisifs, en lui donnant un programme et des méthodes.

  • 146 Gilbert-Charles Picard, né en 1913, directeur des antiquités de Tunisie de 1941 à 1955, professeur (...)

148Devenu directeur du Service des antiquités en 1941 en remplacement de L. Poinssot retenu en déportation, Gilbert Picard146 appelle P. Cintas à son côté en 1945 et favorise ses travaux sur le monde punique tout en développant les recherches dans deux autres directions : l’étude de l’avènement de l’hégémonie romaine et celle de la diffusion en Afrique du mysticisme païen. G. Picard organise les fouilles à Ksar Touag, où Charles Saumagne a découvert deux inscriptions, qui permettent d’identifier le site avec l’emplacement de Zama. À Mactar, les fouilles de G. Picard restituent, sous la basilique chrétienne, une basilique civile, construite en 95 av. J.-C.

  • 147 Dr L. Carton, Sanctuaire punique d’avant Carthage, Paris, 1929.
  • 148 Id., Bulletin archéologique du comité, 1915, p. 194-194, 1917, p. 150-154, et dans Comptes rendus d (...)
  • 149 Juriste de formation, historien et épigraphiste de Carthage. Son travail bénévole en collaboration (...)

149En Tunisie, les travaux des archéologues officiels du Service des antiquités sont complétés par ceux des amateurs, souvent très expérimentés et dont la contribution est très riche. Ainsi, le docteur Louis Carton (1861-1924) découvre, tout près du tophet de Salammbô à Carthage, les ruines d’un petit sanctuaire datant des derniers temps de la Carthage punique et s’attache à l’analyse de la topographie carthaginoise147. L’activité du docteur Carton se déploie aussi à Bulla Regia où, de 1915 à 1924, il dégage les grands thermes et le quartier avoisinant148. Charles Saumagne149 est lui aussi un archéologue-amateur très compétent en matière de topographie carthaginoise, mais d’époque romaine. Il effectue ses recherches en étroite collaboration avec la Direction des antiquités et avec le Service de topographie de la Régence ; il parviendra ainsi à reconstituer le plan de la Colonia Julia.

  • 150 Louis Leschi (1893-1954) succède en 1932 à E. Albertini dans la chaire des antiquités de l’Afrique (...)
  • 151 Paul-Marie Duval (1912-1997), professeur au Collège de France.
  • 152 J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », Hommes et Mondes, 1948.

150L’intérêt que suscitent Carthage, l’archéologie punique et le dégagement des grandes centres et monuments romains n’empêche pas l’ouverture de nouveaux chantiers, en Tunisie aussi bien qu’en Algérie. Sous la direction de Louis Leschi150, le Service des antiquités d’Algérie devient un centre fédérateur de compétences et d’initiatives, celles des professionnels en charge de postes officiels, comme celles d’amateurs éclairés. Entre 1919 et 1942 les fouilles sont élargies à des sites célèbres et partiellement explorés : à Tipasa et Cherchell, Paul-Marie Duval151 est chargé d’étudier les fortifications, alors que l’on dégage l’amphithéâtre de Lambèse et que l’on explore la zone sub-urbaine de Timgad, révélant la forteresse byzantine la mieux conservée d’Afrique du Nord152. À Tiddis, André Berthier engage des fouilles avec des crédits du Service des antiquités. Louis Leschi lui-même entreprend en 1940 le dégagement du théâtre d’Hippone ; les travaux interrompus par la guerre reprendront dès 1947.

151En Tunisie, l’abbé J. Moulard inaugure en 1924 des travaux à Utique : des tombeaux puniques sont alors découverts, qui justifieront la reprise des fouilles par P. Cintas en 1948. Zama et Mactar, où G. Picard engage le Service des antiquités, comptent au nombre des nouveaux sites explorés.

152Cependant, si en Algérie et en Tunisie on poursuit la recherche archéologique sur la voie ouverte au xixe siècle, si l’on continue le dégagement des sites célèbres, on adopte aussi des perspectives nouvelles. On aborde l’étude de l’occupation territoriale en Tunisie et celle du limes dans son ensemble en Algérie. Ces nouvelles problématiques scientifiques réclament la mise en œuvre de nouvelles méthodes de recherche.

  • 153 L. Poinssot et R. Lantier, Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1928, p. 211 (...)
  • 154 R. Lantier, « Les grands chantiers de fouilles de l’Afrique du Nord (1915-1930) », Archeologischer (...)

153L’exploration de petites villes du Kef, la région la plus montagneuse de Tunisie, permet à L. Poinssot et R. Lantier de reconstituer le paysage rural153. Mais c’est l’aviation qui apporte les preuves d’un « plan d’aménagement du territoire » à l’époque romaine. La photographie aérienne révèle en effet les traces d’une centuriation romaine, sur une superficie de quinze mille hectares, entre El Djem et la mer154.

  • 155 Cf. J. Carcopino, « La prospection aérienne du limes de Numidie », Journal des savants, 1949, p. 13 (...)

154En Algérie, l’exploration du limes fait également appel à l’aviation. La reconnaissance du réseau fortifié romain, à la limite du désert, avait été entreprise par S. Gsell et F. de Pachtère, puis poursuivie par E. Albertini dans la province d’Oran. En 1924, J. Carcopino s’était employé à relever les voies et les forteresses du limes, d’Ouled Djellal à Msad155.

155L. Leschi se fixe pour but le repérage intégral du limes et mobilise toutes les compétences et les énergies il y associe administrateurs du Sud et de l’armée de l’air, qui en participant aux recherches perpétuent la tradition des officiers-archéologues et épigraphistes, si forte en Algérie depuis 1830.

  • 156 Cf. G. Daniel, A Short History of Archaeology, Londres, 1981.
  • 157 R. Chevallier, L’Avion à la découverte du passé, Paris, 1964.
  • 158 R. P. François-Antoine Poidebard (1878-1955). L’un des pionniers de la photographie aérienne appliq (...)
  • 159 Id., « Reconnaissance aérienne au Ledja et au Safa (mai 1927) », Syria, 1928, p. 114-123.
  • 160 Cité par A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, II, 1953, p. 80.
  • 161 Un grand port disparu, Tyr. Recherches aériennes et sous-marines (1934-1936), op. cit.

156Les premiers exemples d’utilisation de vues aériennes pour l’archéologie remontent au xixe siècle et à l’invention de la montgolfière ; mais les premiers archéologues à avoir recours au survol régulier de sites, à la prospection aérienne et à la prise de vues photographiques apparaissent pendant la Première Guerre mondiale : ce sont des Autrichiens, qui explorent le limes du Danube, des Anglais et des Italiens, qui en 1913 établissent le plan d’Ostie156. Pendant la Première Guerre mondiale, les aviateurs français du corps expéditionnaire opérant dans les Dardanelles prennent des vues de la colline d’Hissarlik, et, en même temps qu’ils permettent le repérage des batteries turques, ils révèlent des ruines invisibles au sol : un cliché est alors transmis à l’Académie des inscriptions et belles-lettres157. Cependant, et malgré les missions du chef d’escadron Poidebard158 au-dessus des plateaux de l’Iran en 1918 et le survol de la Mésopotamie par le colonel Beazley de l’armée des Indes, on ne prit pas immédiatement conscience du rôle important que pouvait jouer l’aviation dans la recherche archéologique. Revenu à la vie civile, Antoine Poidebard intègre une communauté religieuse de Beyrouth et, entre 1924 et 1928, survole le désert de Syrie et y repère le tracé de routes romaines159. Grâce à la photographie aérienne, dont il n’hésite pas à affirmer qu’elle sera « aussi utile que le télescope l’a été à l’astronomie160 », il relève le limes romain de la Méditerranée au Tigre, et, pour retrouver le port de Tyr, combine pour la première fois les recherches aériennes et sous-marines161.

  • 162 Colonel Jean Baradez (1895-1969), officier français, pionnier de la photographie aérienne ; Fossatu (...)

157Les méthodes mises au point par A. Poidebard sont appliquées en Tunisie pour y détecter les traces de centuriation romaine, et, en Algérie, L. Leschi l’invite à donner son avis pour la reconnaissance du limes de Numidie. Des officiers-aviateurs, le commandant Candau, le capitaine Maurin et le colonel Baradez, procèdent, à partir de 1940, au repérage du « fossatum Africae », depuis les confins de la Maurétanie jusqu’en Tunisie. En 1949, le colonel Jean Baradez peut publier les résultats de ses Recherches aériennes sur l’organisation des confins sahariens à l’époque romaine162. Malgré l’importance qu’il accorde à la prospection aérienne, L. Leschi a immédiatement compris qu’elle ne pouvait dispenser de procéder à la fouille des sites repérés. Les travaux des aviateurs sont donc complétés par ceux des archéologues, qui sur le terrain étudient les fortins du limes romain.

158L’archéologie française, qui poursuit son essor en Algérie et en Tunisie, bénéficie au Maroc des conditions favorables créées par l’instauration du protectorat en 1912.

159Le général Lyautey, soucieux de gagner les Marocains à la France, a immédiatement compris combien il était important de mettre en valeur les vestiges de leur prestigieux passé. Voilà pourquoi il organise un Service des monuments historiques, qui procède à la restauration systématique des monuments et des sites, et veille à ce qu’aucune atteinte ne soit portée aux vieilles cités indigènes.

160En pleine guerre, en 1916, des fouilles sont entreprises à Volubilis et la direction en est confiée à Louis Chatelain (1883-1950), ancien membre de l’École française de Rome, qui prendra en charge le Service des antiquités du Maroc. L’ouverture de ce chantier est une réplique aux initiatives que les Italiens lancent en Cyrénaïque et en Tripolitaine à la même époque. De plus, c’est aussi renforcer le poids de la France dans les négociations qui s’ouvriront après la guerre à propos du Proche-Orient, où la Grande-Bretagne est une concurrente redoutable.

161En 1920, le « Service archéologique du gouvernement chérifien » est mis en place, avec L. Chatelain à sa tête. Un autre Farnésien, Raymond Thouvenot (1896-1981), le seconde comme inspecteur et lui succédera, sur le chantier de Volubilis comme à la direction du Service. En 1933, Thouvenot inaugure les fouilles à Banasa, colonie romaine de Maurétanie.

  • 163 Cf. M. Tarradell, « Las actividades arqueológicas en el protectorado español de Marruecos », IVecon (...)

162À la même époque, les zones placées sous protectorat espagnol sont elles aussi pourvues d’un Service archéologique, avec siège à Tétouan, chargé de l’étude des antiquités pré-islamiques. Le musée archéologique de Tétouan, créé en 1939, reçoit les objets issus des fouilles menées sur tout le territoire, dont les plus importantes sont celles de Tamuda et Lixus, cette dernière localité faisant l’objet d’une étroite collaboration franco-espagnole163. À Tamuda, cité de l’époque punico-maurétanienne, C. L. de Montalbán, directeur du Service archéologique, mène des fouilles à partir de 1921. Lixus, sur l’embouchure du fleuve Larache, avait été identifiée par un voyageur allemand, Barth, vers 1850. Charles Tissot en fixa l’emplacement avec certitude et en releva le plan. Les premiers travaux de fouille furent réalisés par une mission française, dirigée et financée par Henri de La Martinière. Montalbán y reprit les travaux pour l’Espagne. Après une interruption, le Service archéologique de Tétouan rouvre le chantier en 1948, sous la responsabilité du français Michel Ponsich et de l’espagnol Miquel Tarradell.

La Casa de Velázquez à Madrid

163Les activités archéologiques françaises au Maroc sont étroitement liées à l’Institut français d’Espagne, implanté depuis 1913 à Madrid, et qui, en 1928, donne naissance à la Casa de Vélázquez. Ainsi, R. Thouvenot, avant de faire du Maroc le domaine privilégié de ses recherches, avait fouillé en Espagne, comme membre de l’École des hautes études hispaniques ; l’inauguration de la Casa de Velázquez est le fruit des accords passés avec l’Espagne depuis le début du xxe siècle à propos du Maroc, qui aboutissent le 27 novembre 1912 au partage du pays entre les deux puissances européennes. Signe supplémentaire de ces liens, le général Lyautey accorde à la maison de Madrid une subvention de 25 000 francs, complétée par un versement annuel de 10 000 francs. C’est encore au Maroc que, pendant la guerre civile espagnole, les membres de la Casa de Velázquez trouveront refuge.

164Le Maroc est un enjeu important dans la politique européenne et orientale de la France, et l’archéologie au Maroc comme en Espagne constitue l’une des composantes de cette politique.

165L’essor de l’archéologie française en Algérie et en Tunisie doit beaucoup aux membres de l’École française de Rome, qui y accomplissent un stage devenu traditionnel et fournissent leurs cadres à la faculté des lettres d’Alger et aux services des antiquités. Au Maroc, la situation est un peu différente : l’École de Rome y est représentée par certains de ses membres, qui ont préalablement fait le détour de l’Espagne. Au Maroc, où les intérêts de la France et de l’Espagne entrent en concurrence, l’archéologie suit les fluctuations de la politique.

166Pendant la Première Guerre mondiale, la France déploie une intense activité de propagande en Espagne, pour s’en faire une alliée et la soustraire à l’influence allemande. Dans ce contexte, l’action culturelle au-delà des Pyrénées revêt une importance capitale, et justifie l’intérêt que prennent les autorités officielles françaises, et tout particulièrement le ministère des Affaires étrangères, à l’implantation d’une institution nouvelle à Madrid.

167Dans les délicates négociations qui aboutiront enfin à l’inauguration de la Casa de Velázquez en 1928, la question marocaine interfère, ce qui se manifeste par l’intervention des membres de l’École française de Madrid dans l’archéologie marocaine, qui se trouve prise dans un double réseau d’institutions créées par la France et par l’Espagne, dans les zones soumises à leur autorité.

168Les membres de l’École de Madrid qui se dirigent vers le Maroc ont le plus souvent séjourné préalablement à l’École française de Rome, qui étend donc son influence sur le Maroc comme sur l’Algérie et la Tunisie. En effet, le Service des antiquités du Maroc est dirigé, entre 1920 et 1944, par deux anciens « Romains », Louis Chatelain qui a inauguré les fouilles de Volubilis, puis Raymond Thouvenot dont l’itinéraire illustre les rapports entre les écoles de Rome, de Madrid et le Maroc : après le palais Farnèse, R. Thouvenot gagne l’École des hautes études hispaniques puis, après un passage par le lycée d’Oran, est attaché au Service des antiquités du Maroc, avant d’en devenir le directeur.

169En Espagne, les conditions dans lesquelles est fondée l’École française de Madrid expliquent les difficultés rencontrées par la nouvelle institution pour attirer et fixer les jeunes « Romains » qui, dans la péninsule Ibérique, entrent d’ailleurs en concurrence avec les « Athéniens ».

  • 164 A. Engel (1855-1920) adresse en 1893 au ministère de l’Instruction publique un rapport intitulé : « (...)

170Le projet d’une école archéologique d’Espagne, que P. Paris et A. Engel avaient élaboré, avait été présenté au ministère de l’Instruction publique dès 1893164, et reçoit un début de réalisation en 1909, lorsqu’est créée l’École des hautes études hispaniques.

  • 165 Cf. J. M. Delaunay, Des palais en Espagne. L’École des hautes études hispaniques et la Casa de Velá (...)

171Les deux promoteurs du projet étaient d’anciens membres de l’École d’Athènes, modèle auquel ils se réfèrent explicitement. D’ailleurs, P. Paris envisage aussi la création d’une « Société de correspondance hispanique », équivalente de la Société de correspondance hellénique, fondée par Albert Dumont à Athènes165.

  • 166 Cousin de Prosper Mérimée. Titulaire de la première chaire de langue et littérature espagnoles de T (...)

172Le ministère de l’Instruction publique n’accorda aucune suite favorable à ce grand dessein, que l’université de Bordeaux allait reprendre pour tenter de le réaliser en tirant au mieux parti de l’autonomie récemment accordée aux universités. Un premier pas est franchi par la création du Bulletin hispanique en 1899. En même temps, à Toulouse, Ernest Mérimée166 milite pour l’enseignement de l’espagnol en France et la création d’une agrégation de cette langue, obtenue en 1900.

173Le début du xxe siècle marque un tournant de la politique française à l’égard de l’Espagne : les deux pays se trouvent des intérêts communs en Afrique, dont l’un et l’autre veulent écarter la Grande-Bretagne et l’Allemagne. C’est précisément en 1900 qu’est signé l’accord Delcassé-Léon y Castillo sur le Sahara occidental et l’Afrique équatoriale, dans le cadre duquel est abordée la question du Maroc. Dans le jeu politique international, l’Espagne est un allié potentiel de la France, qui affirme sa vocation de première puissance méditerranéenne. Au début du xxe siècle, les relations des deux pays prennent une importance toute nouvelle et se développent sur le plan politique, économique et culturel. 1904 est l’année de l’Entente cordiale passée avec la Grande-Bretagne, mais aussi celle où est définie la collaboration entre l’Espagne et la France au Maroc. La conférence internationale réunie à Algésiras en 1906 fixe plus précisément encore le rôle respectif des deux nations dans le royaume chérifien.

  • 167 La première pierre est posée le 26 octobre 1905.
  • 168 P. Paris, « La Casa Velázquez », Sud-Ouest économique, janv. 1929.

174En ces mêmes années, les échanges culturels entre Français et Espagnols s’intensifient et aboutissent en particulier à la fondation du collège français de la Calle de la Ensenada à Madrid167. Le ministère des Affaires étrangères français prend un intérêt de plus en plus vif au développement des activités culturelles, dont les autorités politiques ont pris conscience qu’elles jouent un rôle très important dans la diffusion de l’influence française : c’est dans cette perspective qu’est créé en 1909 le Service des écoles et des œuvres à l’étranger et que le budget du ministère des Affaires étrangères pour la culture bénéficie d’une augmentation très significative. L’université de Bordeaux forme l’École des hautes études hispaniques, précisément en cette année 1909 et le Quai d’Orsay lui octroie une subvention, par l’intermédiaire du Service des écoles. P. Paris, professeur à Bordeaux, assure, sans résider à Madrid, la direction de cette nouvelle École des hautes études hispaniques de Madrid, qu’il destine à la recherche et à la critique dans toutes les disciplines qui constituent le domaine universitaire. De plus, si l’on en croit P. Paris lui-même168, une section artistique était prévue dès la création, pour compléter les sections historique et philologique.

175Mais la situation de l’École Madrid est précaire par une université et non par l’État, elle ne dispose ni de local ni de budget propre, les subventions qui lui sont accordées émanant d’instances administratives multiples ; son directeur enfin ne réside pas à Madrid et les bourses dispensées aux membres par le ministère de l’Instruction publique et l’université de Paris sont si modestes qu’elles découragent les candidatures.

  • 169 Cf. A. Niño, op. cit., chap. IV, p. 202.

176Alors que l’université de Bordeaux donnait une forme institutionnelle aux échanges franco-espagnols, celle de Toulouse menait à bien une entreprise semblable, par la création en 1908 de l’Union des étudiants français et espagnols. En 1909, les fondations de Bordeaux et de Toulouse sont associées, et forment les deux sections de l’Institut français en Espagne169.

177Si les instances politiques françaises sont bien conscientes de l’importance des enjeux culturels, elles ne savent pas encore clairement à quelles institutions doit échoir la politique française en ce domaine : les ministères de l’Instruction publique et des Affaires étrangères se la disputent et, à Madrid, les directeurs des deux sections de l’Institut français rivalisent ouvertement.

  • 170 Cf. l’article d’Henri Louis, professeur de Bordeaux qui assiste à l’inauguration : « L’institut de (...)

178La situation politique internationale et, en particulier, la tension des rapports entre la France et l’Espagne, provoquée en 1911 par la pénétration française au Maroc, poussent le Quai d’Orsay à se préoccuper de la place des institutions françaises en Espagne et le déterminent à favoriser les entreprises à caractère culturel. En effet, alors qu’un accord franco-espagnol est intervenu en 1912 sur la situation du Maroc, l’année suivante est marquée par l’inauguration très officielle de l’Institut français d’Espagne, en présence du ministre de l’Instruction publique, des recteurs de Toulouse et de Bordeaux et des plus hautes autorités espagnoles : Romanones, président du Conseil et les ministres des Affaires extérieures et de l’Instruction publique. L’Institut est explicitement présenté comme le symbole de l’amitié entre l’Espagne et la France, scellée l’année précédente au Maroc. C’est que les rapports de bonne intelligence entre la France et l’Espagne garantissent le succès de leur politique coloniale marocaine170.

179L’intérêt du gouvernement français pour l’Institut de Madrid se manifeste avec éclat quelques mois après l’inauguration, par la visite du président de la République, Raymond Poincaré, accompagné du ministre des Affaires étrangères et du général Lyautey, résident général au Maroc.

  • 171 Cf. A. Niño, op. cit., p. 203.
  • 172 Pierre Imbart de la Tour (1860-1925), professeur d’histoire médiévale, membre de l’Académie des sci (...)

180Les affaires marocaines donnent donc une importance extrême aux relations avec l’Espagne et c’est le Quai d’Orsay qui prend résolument en mains la politique éducative et culturelle de la France dans ce pays. La subvention accordée à l’Institut de Madrid augmente considérablement à partir de 1913 et suit une progression constante dans les années suivantes171. Pendant la guerre, le Comité de rapprochement franco-espagnol, constitué à l’initiative de Pierre Imbart de la Tour172 et de Manuel Azaña, à l’issue des missions réciproques des académiciens français et espagnols, renforce l’action du ministère des Affaires étrangères.

  • 173 R. Lantier, « La propagande française en Espagne », Revue de Paris, 1er juin 1916.

181L’Institut français de Madrid est, durant toute la Première Guerre mondiale, le centre de la propagande française et, par des conférences dont le programme est défini par P. Paris lui-même, lutte contre les tendances germanophiles, fortes en Espagne173. P. Paris, renouvelé dans son poste de directeur de l’École des hautes études hispaniques en 1912, joue un rôle primordial dans l’essor de l’action culturelle et de propagande en Espagne. Devenu délégué du Service des écoles et des œuvres françaises à l’étranger, il est chargé par le Quai d’Orsay d’organiser le réseau scolaire français en Espagne. En 1924, les deux sections de l’Institut français sont soumises à une direction unique, qui lui est confiée.

182P. Paris entend aussi développer les activités de l’École des hautes études hispaniques, pour laquelle le recrutement de jeunes « Athéniens » et « Romains » s’avère difficile : E. Albertini en est le secrétaire, mais la quitte rapidement en 1913, à la suite d’un différend avec P. Paris sur l’élection du nouveau directeur, lui-même se portant candidat à ce poste. Albertini est remplacé par Charles Dugas, ancien membre de l’École d’Athènes, comme René Vallois qui le rejoint peu après à Madrid.

183Raymond Lantier intègre lui aussi l’Institut français de Madrid et collabore à la diffusion de la propagande française avec l’abbé Breuil, mobilisé et affecté au Service d’information navale de l’Ambassade de France à Madrid. Les deux hommes accomplissent ensemble des missions d’exploration, en particulier dans la vallée des Batuecas, située près de Salamanque dans la Meseta castillane. L’abbé Breuil, associé à Alcalde del Rio et L. Sierra dans l’étude des cavernes de la région cantabrique, suscite, au bénéfice des recherches préhistoriques, le mécénat du duc d’Albe, du marquis de Cerralbo et du comte de la Vega del Sella.

  • 174 Adolf Schulten (1870-1960). Archéologue allemand élève de Wilamowitz et Mommsen ; il se rend en Esp (...)

184Cependant l’École française de Madrid n’avait eu aucune occasion de prolonger et de renouveler les travaux archéologiques de terrain auxquels A. Engel et P. Paris s’étaient livrés à Elche ou à Osuna. Les grands chantiers archéologiques d’Espagne étaient ceux que l’allemand Adolf Schulten174 dirigeait à Numance, à Mérida, en Estrémadure, ou à Tarragone et Ampurias sur le littoral catalan.

  • 175 P. Paris, Fouilles de Belo, préface au t. I, Paris, 1923, p. 7.
  • 176 Abbé Henri Breuil (1877-1961), préhistorien français : il contribue à faire reconnaître l’authentic (...)
  • 177 P. Paris, op. cit., préface au t. 1.
  • 178 Archer Huntington (1870-1955), mécène américain qui constitua une riche collection archéologique : (...)

185Dès 1914, P. Paris avait sollicité une autorisation de fouille pour le site de Belo, mais sans succès. En 1916, soucieux de contrecarrer les entreprises allemandes sur le plan archéologique comme sur le plan politique, et animé du désir de « prouver que, malgré la guerre, l’École des hautes études hispaniques n’abandonnait pas la noble mission scientifique et [...] patriotique dont elle était chargée en Espagne175 », il renouvelle sa visite à Bolonia. Cette fois, il est accompagné de l’abbé Breuil176, qui était « alors occupé à l’exploration préhistorique du massif montagneux de Ronda177 », mais remplissait aussi, dans cette localité à égale distance de Malaga, Algésiras et Cadix, ses obligations d’agent de renseignements. L’autorisation de fouilles est accordée par la Junta supérior de antigüedades y excavaciones, des fonds dégagés sur le budget de l’École et une subvention octroyée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres. L’Américain Archer Huntington178, fondateur de l’Hispanic society of America de New York, fait spontanément le don d’une somme importante.

  • 179 George Bonsor, né en 1855, peintre et archéologue britannique installé en Espagne. Il avait déjà co (...)

186Au mois de mai 1917, les travaux commencent sous la direction de P. Paris qui, en l’absence de pensionnaire-archéologue, fait appel à la collaboration de son ami anglais G. Bonsor179, un peintre installé à Mairena d’Alcor près de Séville et « vétéran de l’archéologie en Espagne ».

  • 180 Auteur du catalogue Marbres antiques du musée du Prado, Madrid, fasc. VII de la Bibliothèque de l’É (...)
  • 181 Il établit le Catalogue des terres cuites du Musée archéologique de Madrid, fasc. II de la Biblioth (...)
  • 182 Cayetano de Mergelina fut directeur du Musée archéologique national de Madrid.
  • 183 Cf. P. Paris, Fouilles de Belo, op. cit., préface, p. 9.
  • 184 Ibid., t. 1,p. 10.

187Entre 1917 et 1921, outre G. Bonsor, de nouveaux membres de l’École participent à l’entreprise de Belo : deux normaliens, Robert Ricard180 et Alfred Laumonier181, qui, après l’Espagne, rejoindra l’École française d’Athènes. De plus, P. Paris obtient que la Junta para ampliación de estudios y de investigaciones científicas délègue sur le chantier un jeune archéologue, Cayetano de Mergelina182, et accorde une subvention. Mais « l’exiguïté des ressources183 » oblige à susprendre les travaux en 1921, ils ne reprendront qu’en 1956. Malgré la déception de ne pouvoir maintenir le chantier officiel de l’École, P. Paris ne doute pas qu’ « une tradition forte et féconde » a été créée qui garantit « l’union intellectuelle » de la France et de l’Espagne184.

188Les travaux à Belo avaient commencé presque en même temps que ceux de Volubilis au Maroc et correspondaient à la même volonté d’illustrer la science française, pour favoriser une alliance avec l’Espagne contre la Grande-Bretagne et l’Allemagne, et renforcer le poids politique de la France dans les négociations sur le Maroc et bientôt sur le Proche-Orient.

189Alors même que, par le chantier de Belo et la création en 1918 de la Bibliothèque de l’École des hautes études hispaniques, P. Paris affirmait la vocation archéologique de l’établissement, il envisageait d’élargir l’Institut français d’Espagne pour en faire une « Villa Velázquez », à forte vocation artistique, sur le modèle de la villa Médicis de Rome. Lui, qui avait pendant quinze ans dirigé l’École des beaux-arts de Bordeaux, regrettait que les jeunes artistes français fussent absents de l’Institut de Madrid. Le passage par Madrid, la fréquentation de ses musées et des grands peintres espagnols lui semblaient aussi nécessaires que le séjour à Rome, rendu possible par l’existence de la villa Médicis. Il envisageait donc la création d’une maison qui accueillerait historiens, littéraires et artistes. Dans un rapport au Quai d’Orsay sur la situation de l’Institut, il souligne les difficultés rencontrées par ses membres et indique que l’Allemagne envisage de créer à Madrid un institut, auquel seraient consacrés de gros moyens financiers.

190Le contexte politique, l’intérêt que manifeste le ministère des Affaires étrangères pour l’action culturelle en Espagne, la mission des académiciens français et espagnols de 1916, suivie de la constitution du Comité de rapprochement franco-espagnol en 1917, sont autant de circonstances propres à favoriser un tel projet. L’Académie des beaux-arts, en la personne de Charles Widor, son secrétaire perpétuel, mène les négociations, qui aboutissent, en 1920, au texte officiel élaboré par le roi Alphonse XIII et les Cortes, qui cèdent en usufruit temporaire gratuit un vaste terrain sur le plateau de la Moncloa. Les architectes peuvent se mettre au travail et veiller à la construction de la Casa de Velázquez, qui sera inaugurée une première fois en 1928, alors que l’édifice n’est pas entièrement achevé, puis en 1935.

191La guerre civile espagnole, qui éclate le 18 juillet 1936, a des conséquences terribles pour la Casa de Velázquez, qui se trouve exactement sur la ligne du front de la Cité universitaire de Madrid et est complètement détruite avec ses archives, bibliothèque et dépôts archéologiques d’objets en cours d’étude. Reconstruite, la Casa de Velázquez sera inaugurée une troisième fois en 1959.

  • 185 Fascicule XII de la Bibliothèque de l’École des hautes études hispaniques.
  • 186 G. E. Bonsor et R. Thouvenot, Nécropole ibérique de Setefilla à Lora del Rio (Séville), fouilles de (...)
  • 187 P. Paris et V. Bardavice Ponz, Fouilles dans la province d’Alcañiz (province de Teruel), fascicule (...)

192P. Paris assure la direction de la Casa de Velázquez jusqu’à sa mort, survenue brusquement en 1931. Il maintient les activités archéologiques de l’École, en faisant poursuivre la tâche d’inventaire entreprise par les membres de l’Institut français d’Espagne : c’est ainsi qu’à la suite de G. Leroux, E. Albertini, R. Lantier ou R. Ricard, un jeune membre de l’École des hautes études hispaniques, R. Thouvenot, établit le Catalogue desfigurines et objets de bronze du Musée archéologique national de Madrid185, et en 1926-1927 dirige, avec G. Bonsor, les fouilles de la nécropole orientalisante de Setefilla, près de Séville186. R. Thouvenot reprend aussi les travaux inaugurés en 1924 par P. Paris sur le site ibéro-romain d’Alcañiz, en Aragon187.

193En 1936, la guerre civile espagnole contraint les membres de la Casa de Velázquez à quitter Madrid, pour se replier d’abord en France, puis à Fès au Maroc. En 1939, ils regagnent l’Espagne franquiste et s’installent dans un hôtel particulier de la calle Serrano, en attendant la reconstruction du bâtiment proche de la Cité universitaire.

194Après une création longue et laborieuse, l’institution française de Madrid, beaucoup moins bien pourvue en crédits que les écoles d’Athènes, de Rome et du Caire, avait connu des conditions de fonctionnement et de recrutement difficiles, et subissait de plein fouet les conséquences dramatiques de la guerre civile. Les membres de la Casa de Velázquez s’orientent vers l’Afrique du Nord, Algérie, Maroc et Tunisie, où l’archéologie est en pleine expansion : ainsi, E. Albertini prend-il en 1920 la succession de J. Carcopino à Alger, alors que R. Lantier gagne la Tunisie, et R. Thouvenot le Maroc.

195La création de la Casa de Velázquez complétait le réseau des écoles françaises en Méditerranée occidentale. Elle concurrençait l’École de Rome en Espagne et au Maroc, sans réussir toutefois à compromettre la place prédominante que l’institution du palais Farnèse occupe en Méditerranée occidentale grâce à son engagement résolu dans l’archéologie de l’Afrique du Nord.

***

  • 188 Ainsi R. Cagnat et V. Chapot, Manuel d’archéologie romaine, Paris, 1917-1920 ; A. Grenier, Le Génie (...)
  • 189 M. Collignon, Manuel d’archéologie grecque, Paris, 1881, et Histoire de la sculpture grecque, Paris (...)
  • 190 C. Picard, La Sculpture antique, t. I, Des origines à Phidias, Paris, 1923, suivi du t. II, De Phid (...)

196Sur le plan scientifique, ces années qui séparent les deux guerres mondiales voient l’élaboration de synthèses sur le monde grec et romain188. C’est en 1926 que C. Jullian fait paraître le dernier volume de son Histoire de la Gaule, et 1928 marque la fin de l’Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, que S. Gsell laissera inachevée. Quant à Charles Picard, qui a été directeur de l’École française d’Athènes, il entreprend de renouveler le Manuel d’archéologie grecque de M. Collignon189 et, en 1923, produit le premier des sept volumes qu’il consacre à La Sculpture antique190. Lorsqu’en 1933, C. Picard et R. Lantier succèdent à E. Pottier et S. Reinach à la direction de la Revue archéologique, une nouvelle génération d’historiens-archéologues fait franchir à la science française une étape décisive de son développement.

197La création en 1930 de l’Institut d’art et d’archéologie de l’université de Paris traduit la volonté de constituer un véritable enseignement spécifique. C. Picard, qui en prendra la direction en 1937, intervient aussi dans la préparation archéologique des normaliens aux Écoles d’Athènes et de Rome, par le cours qu’il inaugure rue d’Ulm en 1928.

198En ces années trente, cruciales dans l’évolution de l’archéologie française, s’élaborent les projets de réforme qui verront le jour à la fin de la décennie, et se dessinent la prise en compte des disciplines archéologiques au nombre des « sciences humaines » et leur insertion dans une organisation globale de la science en France. Le CNRS, créé en 1939, répond au vœu exprimé par E. Renan en 1848 de voir la France se doter d’un centre de recherches scientifiques, où les disciplines historiques seraient représentées. La métropole bénéficiera enfin d’une véritable législation archéologique, lorsque seront promulguées, en 1941-1942, les lois Carcopino, inspirées à leur auteur et à ses collègues en archéologie, A. Grenier, R. Lantier, E. Albertini, par l’expérience de l’Afrique du Nord.

  • 191 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », Revue historique, 1948, p. 1-21, 189-207, ci (...)

199Cependant, immédiatement après la Première Guerre mondiale, en archéologie comme en politique, c’est la présence française en Méditerranée orientale qui suscite tous les efforts et concentre toutes les entreprises. Comme le constate C. Picard en 1948, « l’intérêt s’est déplacé vers l’Est191 », aux dépens d’ailleurs de l’École d’Athènes, qui se voit opposer la concurrence d’institutions nouvelles implantées en Orient : l’École française d’archéologie de Jérusalem, l’Institut d’Istanbul et celui de Beyrouth.

200L’orientalisme a désormais ses spécialistes, spécifiquement formés aux disciplines qui le composent ; ils prennent la relève des hellénistes, L. Heuzey, S. Reinach ou E. Pottier, qui s’étaient tournés vers l’Orient pour mieux comprendre la Grèce et l’Europe et avaient mené une double carrière d’hellénistes-orientalistes. À partir de 1918, la recherche au Proche-Orient progresse si vite qu’elle se diversifie et requiert des savants spécialisés dans chaque discipline.

201C’est en Syrie et au Liban placés sous mandat qu’est complété le « réseau français » des institutions archéologiques en Méditerranée.

Le Proche-Orient, laboratoire de l’archéologie française

  • 192 Cf. V. Cloarec, La France et la question de Syrie, 1914-1918, Paris, CNRS Éditions, 1998.

202Alors que, dès la fin du xixe siècle, les savants européens, historiens et archéologues entraînés par les découvertes de la préhistoire hellénique et égyptienne, avaient tourné leurs regards vers l’orient de la Méditerranée pour y déchiffrer les origines des grandes civilisations occidentales, la conclusion de la Première Guerre mondiale et les mutations politiques décisives qu’elle provoque permettent l’essor de l’archéologie française au Proche-Orient. La situation internationale en 1918 incite la France à affirmer sa présence et à renforcer son influence dans des régions que la Grande-Bretagne lui dispute192.

  • 193 R. Dussaud, « Les missions archéologiques françaises dans le Proche-Orient en 1929 », La Revue de P (...)

203L’archéologie apparaît alors comme l’un des domaines où peut s’illustrer le rôle de la France dans la promotion des populations vers l’autonomie et l’accession aux « bienfaits de la civilisation occidentale193 ».

  • 194 En 1913-1914, le docteur Georges Contenau entreprend des fouilles à Sidon, en collaboration avec Ma (...)
  • 195 Fulgence Fresnel meurt en 1855 sans qu’ait été créée l’école archéologique de Bagdad, qu’il appelai (...)

204Comme en Afrique du Nord, où, à la même époque, on complète le réseau des services archéologiques par la mise en place de celui du Maroc et où l’on multiplie les chantiers et les travaux de tous ordres, l’archéologie française bénéficie au Proche-Orient d’un regain d’intérêt de la part des autorités officielles, lors même que se négocie le partage des zones d’influence entre la France et la Grande-Bretagne : c’est à la veille de la Première Guerre mondiale que sont renouées les recherches en Phénicie, laissées en sommeil depuis la mission d’E. Renan194. À partir de 1920 et l’établissement du protectorat français sur la Syrie et le Liban, les très anciens projets d’institutions archéologiques françaises195 sont réalisés : l’École française d’archéologie de Jérusalem voit le jour en 1920, en même temps que le Service des antiquités de Syrie ; le réseau français sera complet en 1946 quand sera inauguré l’Institut français de Beyrouth.

  • 196 G. Clémenceau au général Gouraud, nommé Haut-Commissaire en Syrie, cité par R. Dussaud, op. cit., p (...)

205L’archéologie joue un rôle de premier plan dans la création en Syrie « d’un centre d’influence française » appelé à « rayonner sur toute l’Asie »196, et le général Gouraud, premier haut-commissaire, a conscience, en facilitant l’organisation du Service des antiquités, de suivre l’exemple des soldats de 1860 et d’obéir au modèle de la fameuse expédition d’Égypte. D’ailleurs, son élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres couronne l’action qu’il a menée en Syrie en faveur de l’archéologie.

206À partir de 1918, l’archéologie française au Proche-Orient bénéficie de la même conjonction des intérêts politiques et scientifiques, qui favorise le développement de l’archéologie dans les pays d’Afrique du Nord placés eux aussi sous autorité française.

  • 197 Lettre de Napoléon III à Pélissier, du 6 février 1863.
  • 198 Cf. Henry Laurens, Le Royaume impossible. La France et la genèse du monde arabe, Paris, Armand Coli (...)
  • 199 Lettre de Napoléon III à Mac-Mahon, gouverneur général de l’Algérie, du 20 juin 1865.

207Au xixe siècle, les ambitions de la France sur la Syrie se sont exprimées par l’expédition organisée par Napoléon III en le en 1860 : le souverain envisageait alors la mise en place d’un « royaume arabe » de Syrie197, qui aurait été confié à Abd el-Khader et aurait permis le protectorat effectif de la France. Le refus de l’émir et la farouche opposition des Anglais conduisent Napoléon III à renoncer à ce projet. C’est en Algérie qu’il entend appliquer cette politique du « royaume arabe », fondée sur la fusion des « races » française et arabe qui, à l’exemple de ce qui s’était passé entre Gaulois et Romains, devait aboutir à la « régénération de la “race arabe”198 ». La mise en œuvre de ces conceptions en Algérie devait servir de modèle et permettre de les étendre « depuis Tunis jusqu’à l’Euphrate199 cette politique ne résiste pas colons et, à la veille de la Première Guerre mondiale, le régime auquel est soumise l’Algérie s’est révélé très coûteux et beaucoup moins efficace que celui du protectorat établi sur la Tunisie.

208La dislocation attendue de l’Empire ottoman ravive les rivalités entre puissances européennes au Proche-Orient avant 1914, la France redoute que la Grande-Bretagne ne parvienne à établir son autorité sur la Syrie. Cependant, la France ne peut se porter en Orient avant d’avoir parachevé son extension coloniale en Afrique du Nord ce n’est que lorsque le protectorat français sur le Maroc aura été reconnu, en 1912, que pourront être réaffirmées les revendications françaises au Proche-Orient.

  • 200 L’accord est signé le 16 mai 1916, par G. Picot pour la France, et M. Sykes pour la Grande-Bretagne

209Le protectorat, tel que l’applique Lyautey au Maroc, apparaît alors comme le meilleur régime à proposer aux pays de Méditerranée orientale. La politique patrimoniale et archéologique mise en œuvre par le résident général au Maroc illustre les possibilités que la France est prête à offrir aux pays qui « bénéficieront » de sa « protection » : c’est à l’initiative de Lyautey que sont ouverts, en pleine guerre, les chantiers de Volubilis et de la mosquée Hassan de Rabat, l’année même, 1916, où intervient l’accord Sykes-Picot qui détermine les zones d’influence respectives de la France et de la Grande-Bretagne au Proche-Orient200. Le Maroc et la Syrie seront ensemble pourvus, en 1920, d’un Service des antiquités, reproduisant ceux d’Égypte et de Tunisie.

La mise en place des institutions en Syrie et au Liban

  • 201 Article 22 du Pacte de la Société des Nations, adopté le 28 avril 1919. Cité par H. Laurens, L’Orie (...)

210La position de la France en Syrie reste incertaine jusqu’à l’adoption du pacte de la Société des Nations à Versailles, le 28 avril 1919 : l’article 22 assigne aux nations européennes « une mission sacrée de civilisation » à l’égard des « peuples non encore capables de se diriger eux-mêmes ». Pour assurer leur « bien-être » et leur « développement », la « tutelle de ces peuples » est confiée « aux nations développées qui [...] sont le mieux à même d’assumer cette responsabilité et qui consentent à l’accepter : elles exerceraient cette tutelle en qualité de mandataires et au nom de la Société »201.

211L’établissement du mandat est cependant soumis à l’apaisement des troubles qui secouent la région. Les troupes anglaises, entrées à Bagdad le 19 mars 1917, se retirent en septembre 1919 des territoires désignés à l’influence française, renonçant à leur tentative de contrôler toutes les régions et abandonnant Fayçal, chef de la révolte arabe contre les Turcs, qui se retrouve seul face aux importantes forces militaires françaises et n’a d’autre issue que la négociation.

  • 202 Cité par H. Laurens, op. cit., p. 178-179.

212Le 6 janvier 1920, Fayçal signe avec Clemenceau l’accord qui aboutit à la définition du mandat de la France sur la Syrie et à l’établissement d’« un régime constitutionnel ». Le roi Fayçal « reconnaît l’indépendance et l’intégrité du Liban, fait de Damas sa capitale, alors que « le Haut-Commissaire représentant la France aura sa résidence à Alep »202. La conférence réunie à San-Remo, à la fin avril 1920, permet aux Français et aux Anglais de s’entendre sur la répartition des mandats ; roi Fayçal, qui a refusé de participer aux négociations, de se soumettre aux dispositions fixées. Le général Gouraud, nommé Haut-Commissaire en Syrie, poursuit avec lui des transactions qui ne peuvent cependant éviter le conflit ouvert.

213En juillet 1920, les troupes françaises envahissent la Syrie, s’emparent de Damas et chassent Fayçal du pouvoir, marquant ainsi la fin du « royaume arabe ». En septembre de la même année, le Grand-Liban est constitué et proclamé. Dans cette situation, qui rend difficiles les rapports avec les forces politiques locales, il est primordial de développer l’influence française et c’est ce qui explique l’intérêt que met le général Gouraud à organiser l’archéologie en Syrie et au Liban.

214Quant à la Grande-Bretagne, elle établit son mandat sur la Mésopotamie, faisant « élire » Fayçal roi d’Irak. La Palestine, soumise à l’administration militaire, passe sous l’autorité d’un Haut-Commissaire en 1922. La Transjordanie est créée en état indépendant sous tutelle britannique en 1923.

215La France et la Grande-Bretagne exercent donc sur le Proche-Orient une tutelle conjointe qui modifie profondément les conditions du travail archéologique, favorisant les échanges et la collaboration scientifique.

216Le Levant, placé sous mandat français, comprend la Syrie et le Liban, mais est géré comme une entité politique et économique unique, relevant d’un Haut-Commissariat de la République française dont le siège est à Beyrouth. Le premier Haut-Commissaire nommé par Georges Clemenceau est le général Gouraud, qui restera en poste jusqu’en 1922, date à laquelle il démissionnera et sera remplacé par le général Weygand. En 1920, il met en place à Beyrouth le Service des antiquités de Syrie, rattaché à l’administration de l’Instruction publique.

  • 203 John Garstang (1876-1956), archéologue britannique, professeur d’égyptologie à Liverpool, directeur (...)
  • 204 Sur la fondation du Service des antiquités de Syrie et de l’École française d’archéologie de Jérusa (...)
  • 205 La British School of Archaeology de Jérusalem est fondée en 1919 et l’American School of Oriental R (...)

217Dès la fin de l’année 1919, l’Académie des inscriptions et belles-lettres a formé une Commission de Syrie et de Palestine pour répondre à une proposition faite par John Garstang203 et le Comité britannique constitué pour fonder une British School of Archaeology à Jérusalem204. J. Garstang, qui est appelé à devenir le directeur de cette école et du Service des antiquités de Palestine et Transjordanie, suggère aux Français la création d’une école qui fonctionnerait en étroite association avec les institutions anglaise et américaine dont la fondation est imminente205. L’Académie des inscriptions se prononce pour la constitution d’une « Mission archéologique permanente » adjointe au Service des antiquités de Syrie, et la création à Jérusalem d’une « station archéologique » qui permettrait aux missionnaires désignés par elle de trouver sur place un lieu de séjour et un centre de recherches. En 1920, un accord signé entre le ministère de l’Instruction publique, l’Académie et l’École biblique de Jérusalem aboutit à la formation de l’École française d’archéologie distincte de l’institution fondée par les Dominicains en 1890 mais placée sous l’autorité du même directeur, le R.P. Lagrange.

218Le budget de la nouvelle école française d’archéologie est alimenté par une subvention du ministère des Affaires étrangères, mise à la disposition de l’Académie pour qu’elle la transmette à son directeur. L’Académie, par sa Commission de Syrie et de Palestine, détient le contrôle scientifique de l’École de Jérusalem, de l’Institut français de Damas et de la mission archéologique permanente créée auprès du Service des antiquités de Syrie et qui reçoit des subventions du ministère de l’Instruction Publique et de la Société française des fouilles archéologiques ; cette dernière joue un rôle important en cette première période d’organisation des travaux archéologiques au Proche-Orient, en réunissant à Marseille en 1919 le « Congrès français de la Syrie », présidé par Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles et fondateur de la Société.

  • 206 Charles Virolleaud (1879-1968), orientaliste français, premier directeur du Service des antiquités (...)

219Joseph Chamonard (1865-1936), ancien élève de l’École d’Athènes, assure temporairement la direction du Service des antiquités de Syrie, dont la responsabilité incombe, à partir de 1920, à Charles Virolleaud206.

  • 207 Charles Clermont-Ganneau, agent consulaire à Jérusalem et « inventeur » de la stèle de Mesha en 186 (...)
  • 208 J. Chamonard dans Syria, 1, 1920, p. 87.
  • 209 N. Chevalier, L’Administration de la recherche archéologique française dans le Moyen-Orient du mili (...)

220Si C. Clermont-Ganneau207 a la satisfaction, avant sa mort, de voir réalisé le projet du centre d’études orientales, qu’il avait conçu en 1882 sur le modèle de l’Institut du Caire, le Service des antiquités réalisé en 1920 répond toutefois à des objectifs bien différents s’agit de « jeter les bases » d’une institution « proprement syrienne208 ». On envisage avant tout la protection du patrimoine par la préparation d’une nouvelle législation et la création de musées locaux209.

221Le pouvoir ottoman avait promulgué, dès 1889, une loi sur les antiquités, remaniée en 1906, et O. Hamdy Bey, le conservateur du musée de Constantinople, avait créé un Service de surveillance et de protection ; cependant, toutes les trouvailles rejoignaient le musée d’Istanbul et les autorisations accordées aux missions étrangères visaient essentiellement à enrichir les collections de la capitale ottomane. Sous l’administration turque, la Syrie avait été livrée aux fouilleurs clandestins et aux destructions.

  • 210 J. Chamonard, dans Syria, 1, 1920, p. 87.
  • 211 La zone ouest correspond à la région côtière et au Liban, la zone est s’étend au-delà du Liban jusq (...)

222La législation syrienne sur le patrimoine archéologique et artistique, conçue et instaurée par le Haut-Commissariat et le Service des antiquités, est inspirée de celle en vigueur en Égypte, et mise en place en Tunisie à l’initiative d’A. Merlin. Des dispositions particulières sont prévues qui engagent les deux puissances mandataires à pratiquer l’égalité entre les savants anglais, américains et français pour les concessions de fouilles, les facilités d’exploration et de recherches, le contrôle des travaux, « dans l’esprit le libéral et avec plus complète réciprocité210 ». en françaises et anglaises collaborent étroitement pour la surveillance et la protection des antiquités dans le Levant, qui, au regard du patrimoine archéologique, est divisé en trois zones211, confiées à des officiers appartenant aux deux nations mandataires et faisant office d’inspecteurs des antiquités : ils sont chargés, dans chaque zone, d’établir un bilan archéologique, procédant à l’inventaire des monuments et à l’évaluation des dommages subis.

223Le Service des antiquités de Syrie a à sa tête un directeur, choisi pour sa familiarité avec l’archéologie orientale, assisté de trois inspecteurs, qui se répartissent les antiquités grecques, romaines et enfin arabes et franques. Comme en Égypte, le Service syrien ne se réserve pas l’exclusivité des travaux et reste ouvert à la collaboration des instituts et des savants français et étrangers.

  • 212 Cf. R. Dussaud, « Les missions archéologiques françaises dans le Proche-Orient en 1929 », La Revue (...)

224Les objets découverts sur le sol syrien sont acquis à l’État syrien et forment, après partage avec les institutions qui assurent les recherches, les collections des musées créés à Damas pour les antiquités arabes, à Beyrouth pour l’art antique ; la conservation de ces établissements est confiée aux émirs Djafar Abd el-Khader et Maurice Chehab, tous deux anciens élèves de l’École du Louvre212. Par la suite, un musée est ouvert à Alep pour recevoir les sculptures et les objets découverts par M. von Oppenheim à Tell Halaf et par F. Thureau-Dangin à Arslan-Tash et Tell Amar. Des dépôts d’antiquités sont envisagés sur certains sites, à Antioche, Palmyre, Mishrifé, Baalbek ou Lattaquié.

225En 1921, les premiers chargés de mission désignés par l’Académie des inscriptions et le Haut-Commissariat gagnent le Levant : Maurice Pézard à Tell Nébi-Mend, Étienne de Lorey à Oum el-Wamid, Denise Le Lasseur à Tyr et Pierre Montet à Byblos. 1921 voit aussi la naissance de la revue Syria, subventionnée par le Haut-Commissariat, le ministère de l’Instruction publique et la Société syrienne d’archéologie, ainsi que celle de la Bibliothèque archéologique et historique du Service des antiquités de Syrie.

226En quelques mois, le Proche-Orient tout entier se trouve doté de services des antiquités et de centres de recherches, équivalents de ceux mis en place en Égypte ou au Maghreb la Palestine, la et l’Irak, sous mandat britannique, reçoivent une organisation semblable à celle dont la France a pourvu la Syrie ; la Grande-Bretagne et les États-Unis créent d’autre part des écoles d’archéologie à Jérusalem et en Irak.

227La « renaissance » archéologique de l’Asie occidentale peut avoir lieu dans des conditions bien différentes de celles qui prévalaient avant la Première Guerre mondiale : les circonstances politiques, en favorisant l’établissement des mandats français et britannique, créent les facteurs d’une fructueuse collaboration entre administrations de l’archéologie, institutions scientifiques et savants.

228Les principes et les perspectives dans lesquels se déroulent les travaux archéologiques ont bien changé aussi, puisqu’il ne s’agit plus seulement d’explorer les grands sites pour en tirer les trésors qui enrichiront les musées européens, mais de poursuivre la quête des origines des civilisations orientales et, pour parvenir à la connaissance de la préhistoire de ces régions, d’appliquer des méthodes scientifiques dont l’emploi se généralisera.

L’archéologie française en Asie occidentale

229En 1914, l’archéologie française au Proche-Orient est avant tout représentée par la Délégation archéologique en Perse qui, en 1912, est passée des mains de J. de Morgan à celles de Robert de Mecquenem. En effet, les fouilles de Tello, en Basse-Mésopotamie, sont suspendues depuis 1909, et si G. Contenau donne en 1913 le signal de la relance des travaux archéologiques français en Phénicie par ses fouilles à Sidon, la guerre reportera à 1920 la poursuite des recherches.

230Les bouleversements politiques que le conflit mondial entraîne au Proche-Orient modifient profondément les conditions de la recherche archéologique. Les mandats confiés à la France et à la Grande-Bretagne créent une situation extrêmement favorable à l’archéologie, qui est alors pourvue de moyens importants et d’institutions administratives aussi bien que scientifiques. La coopération politique qui s’impose aux deux nations européennes favorise la collaboration scientifique qui s’établit entre les services des antiquités, les écoles et les savants anglo-américains et français. Alors que les archéologues français se concentrent sur la Syrie-Phénicie, les Anglais et les Américains portent prioritairement leurs efforts sur la Mésopotamie où les Allemands les rejoignent en 1927.

231La « préhistoire orientale », que Tell el-Hesy, Suse, Assur ou Tell Halaf avaient révélée avant 1914, suscite les efforts conjugués de toutes les missions archéologiques occidentales, déployées en Asie antérieure.

232C’est toute la protohistoire de l’Orient, des rives de la Méditerranée jusqu’en Anatolie et en Iran, que les travaux menés de 1920 à 1939 permettent de reconstituer depuis la fin du Ve millénaire. Les méthodes employées expliquent une telle conquête : la fouille stratigraphique se généralise ainsi que l’étude systématique de la céramique. On ne poursuit plus exclusivement le dégagement de grands sites, mais on multiplie l’exploration de vastes régions, propres à fournir une vision d’ensemble de la succession des civilisations. Cet « âge d’or » de l’archéologie orientale est aussi bien marqué par les révélations scientifiques des sites d’El-Obeïd, de Djemdet Nasr, de Warka, ou d’Arpatchiya, que par les découvertes sensationnelles d’Ur, de Mari et de Rash Shamra.

233De la Phénicie à l’Iran, l’archéologie révèle la complexité mais aussi l’unité de l’Orient ancien, et les découvertes multipliées à partir de 1920 confirment les intuitions des archéologues de la fin du xixe siècle, qui s’étaient tournés vers l’Orient pour y trouver l’origine des civilisations méditerranéennes.

234C’est tout d’abord en Iran que la préhistoire de l’Orient avait été ressuscitée grâce à la perspicacité de J. de Morgan qui, dès 1891, avait relevé sur le site de Suse des tessons de céramique non tournée et des silex taillés, indices d’une civilisation préhistorique. Sur le vaste chantier de Suse, le directeur de la Délégation française en Perse a mis en œuvre le principe de la fouille stratigraphique. En poussant l’exploration du site jusqu’au sol vierge, il a restitué la civilisation élamite et en a repoussé les origines au IVe millénaire ; en accordant à la céramique peinte des plus anciennes strates de Suse un rôle primordial dans la définition de la civilisation élamite, il a fourni la première référence chronologique pour la préhistoire de tout le Proche-Orient ancien. Les travaux de Suse ont ouvert la voie qui conduit les archéologues et les historiens à rétablir le complexe réseau des échanges et des influences qui couvre toute l’Asie occidentale depuis la préhistoire.

235J. de Morgan, ayant été contraint en 1912 de renoncer à la direction de la Délégation en Perse, ses successeurs poursuivent dans la même ligne que lui et s’efforcent avant tout de parvenir à une meilleure connaissance de la protohistoire iranienne. En effet, si Robert de Mecquenem (1877-1957), qui relaie J. de Morgan en Perse, fait exclusivement porter les travaux sur la Susiane, en 1931, Roman Ghirshman (1895-1979) mandaté par le musée du Louvre, se rend sur le plateau iranien, pour y explorer les sites préhistoriques de Tépé Giyan et de Sialk.

  • 213 Cf. È. Gran-Aymerich, « Archéologie et politique française en Iran : convergences et contradictions (...)
  • 214 Ernst Herzfeld (1879-1948), archéologue américain d’origine allemande. Il se rend en Iran en 1924 e (...)
  • 215 André Godard (1881-1965), architecte, directeur des services archéologiques de l’Iran de 1928 à 196 (...)

236Au début de notre siècle, le gouvernement français avait obtenu l’exclusivité de l’exploration archéologique en Iran mais ces conditions extrêmement favorables sont modifiées en 1928 : le pays est alors l’enjeu d’une lutte d’influence exacerbée entre les puissances occidentales, et l’Allemagne tente d’arracher à la France son monopole sur les fouilles213. Le shah, inspiré par l’archéologue allemand Ernst Herzfeld214, exprime alors sa volonté de présider lui-même à la recherche archéologique dans son pays et demande à la France de renoncer à ses prérogatives. En l’absence d’archéologues iraniens et malgré le désir d’Herzfeld de se faire nommer conseiller pour les antiquités, André Godard215 est chargé d’organiser le Service archéologique et crée le musée de Téhéran.

237Outre l’action de la propagande allemande, l’exemple syrien et ceux de l’Irak et de la Palestine ont certainement inspiré au souverain iranien ce désir de voir son pays doté d’institutions archéologiques vouées à la protection et à l’étude des antiquités. Comme dans les autres pays du Proche-Orient, une « loi relative à la découverte et à la conservation des antiquités » est promulguée, fixant le régime des fouilles. On procède à l’inventaire des sites et des monuments historiques, on pourvoit à leur restauration et à la protection des sites classés. Le Service archéologique de l’Iran est doté d’Annales en 1936.

  • 216 R. Ghirshman, Mémoires de la mission archéologique en Iran, t. 33, Recherches à Tchoga-Zambil. 1935 (...)

238Le site de Suse reste acquis à la France et, à partir de 1912, est confié à la direction conjointe de Robert de Mecquenem et du P. Vincent Scheil, tous deux très proches collaborateurs de J. de Morgan. Après l’interruption de la Première Guerre mondiale et l’occupation du château de Suse par un détachement anglais qui l’évacue en 1920, les travaux reprennent immédiatement. R. de Mecquenem, qui assure la direction de la mission de 1920 à 1947, obtient de l’Instruction publique un crédit d’abord modeste qui s’élargira pour permettre la poursuite des travaux, maintenus sans interruption jusqu’en 1938. La mission française en Perse est placée, en 1948, sous la direction générale de G. Contenau et rattachée pour la première fois directement au ministère des Affaires étrangères. Pendant toute cette période, les recherches ont essentiellement porté sur Suse, mais en 1936 un chantier s’est ouvert à Tchoga-Zanbil à quarante kilomètres au sud-est Roman Ghirshman y découvre une ziggourat, que les fouilles reprises en 1951 permettront de rattacher à une ville élamite du xive siècle av. J.-C.216

138. Suse (Iran), vue aérienne du site prise le 20 avril 1947 vers le sud-est. Archives R. Ghirshman, cliché aimablement communiqué par H. Gasche, Université de Gand.

139. Tchogha Zanbil (Iran), vue aérienne de la ziggurat, vers le sud-ouest, 1957. Cliché J. Jochem, aimablement communiqué par H. Gasche, Université de Gand.

140. Suse (Iran), le chantier stratigraphique A, niveau XIV, secteur nord-ouest, campagne 1964-1965. Archives R. Ghirshman, cliché aimablement communiqué par H. Gasche, Université de Gand.

239En 1931, le musée du Louvre, dont dépend la mission de Suse, confie à G. Contenau, explorateur de Sidon devenu conservateur au Département des antiquités orientales, le soin d’organiser une mission sur le plateau la responsabilité sur le terrain en est confiée à R. Ghirshman qui se rend à Tépé Giyan, près de Néhavend, pour y étudier des installations préhistoriques. L’exploration portera sur d’autres sites de la région d’Assadabad et du Luristan, et sur celui de Sialk près de Kachan.

  • 217 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, II, Paris, Albin Michel, 1953, p. 172.
  • 218 R. Ghirshman, « Activité des missions archéologiques françaises en Iran depuis la Première Guerre m (...)

240Ces recherches constituent une contribution très importante à la connaissance de la préhistoire orientale et s’inscrivent dans le projet auquel collaborent les archéologues européens et américains au Proche-Orient. À Giyan et à Sialk, on applique les méthodes scientifiques de fouille mises au point en Asie occidentale depuis le début de notre siècle, et ces deux sites « fournissent notre meilleure documentation stratigraphique de tout l’Iran »217. Les résultats acquis permettent d’établir des parallélismes et des synchronismes avec les civilisations mésopotamiennes contemporaines depuis le Ve millénaire218.

241Les intuitions que J. de Morgan exprimait dans sa Préhistoire orientale en 1926, se trouvent alors confirmées. Lorsqu’en 1946, R. Ghirshman réunira sous sa direction les deux missions iraniennes, il ouvrira à Suse, sur la colline centrale, un vaste chantier stratigraphique, où les travaux, poursuivis pendant vingt ans, permettront de rétablir la succession de quinze cités depuis le IIIe millénaire jusqu’au xiiie siècle apr. J.-C. Les travaux portent d’autre part sur le tell de la ville royale et sur la ville des artisans.

  • 219 J. Perrot, « Vingt ans de fouilles à Suse » : Dossiers histoire et archéologie, De l’Euphrate à l’I (...)

242Les missions archéologiques françaises ont non seulement parachevé l’exploration de Suse et de sa région, mais confirmé les liens étroits du monde iranien avec la Mésopotamie et les régions s’étendant à l’est jusqu’à l’embouchure de l’Indus. L’Iran ancien apparaît en 1945 comme un intermédiaire entre le monde sémitique et gréco-romain à l’ouest et l’Inde et la Chine à l’est219. L’archéologie, depuis les dernières décennies du xixe siècle, a permis de rétablir l’unité d’un très vaste territoire compris entre la Méditerranée et l’Indus.

Les pays du Tigre et de l’Euphrate

243Les travaux de J. de Morgan et de ses successeurs ont révélé les liens étroits qu’avaient entretenus depuis une très haute antiquité les mondes iranien et mésopotamien.

  • 220 Pour l’histoire des recherches, voir J. Bottéro et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, P (...)

244Si la Mésopotamie ancienne est comprise, entre Mossoul et Bassora, dans les frontières de l’État iraquien formé en 1920 et soumis au mandat britannique, les civilisations qui, depuis la préhistoire, se sont succédé sur son sol, se sont développées sur un territoire étendu bien au-delà des frontières politiques modernes. Les régions arrosées par le Tigre, l’Euphrate et leurs affluents ont bénéficié, dès la plus haute antiquité, de ces voies de circulation qui ont permis les échanges et ont fait de l’Asie occidentale un extraordinaire creuset culturel220.

245Ainsi reconnaît-on en Syrie du Nord, dans la région comprise entre le moyen Euphrate et le Khabur, la même succession de cultures que celle révélée en Mésopotamie centrale et méridionale ; le palais de Mari, situé en territoire syrien, a livré des archives qui font revivre toute la Mésopotamie au temps d’Hammourabi. L’Euphrate, dont la source se trouve en Anatolie turque, met en contact Mésopotamie et pays hittite : les sites de Karkemish, Arslan Tash et Tell Amar, fouillés après 1920 en Syrie, témoignent des échanges qui se sont instaurés entre ces deux mondes. Sur la voie qui, de l’Euphrate conduit à la Méditerranée, le territoire syrien s’est révélé riche en sites où les civilisations ont rencontré les mondes égéen et égyptien.

246Voilà pourquoi l’archéologie mésopotamienne s’est déployée parallèlement, après 1920, en Irak et en Syrie, deux pays soumis à des administrations différentes. Les conditions politiques aussi bien que les exigences scientifiques favorisèrent la collaboration entre services des antiquités syrien et iraquien et le renforcement des liens et des échanges entre archéologues occidentaux. En effet, l’administration mise en place par les Français en Syrie facilite l’ouverture de chantiers aux Anglais et aux Américains, alors qu’en Irak, les Français obtiennent de reprendre les travaux à Tello et peuvent fouiller à Larsa.

  • 221 S. Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, Thames & Hudson, (...)

247Peu après l’entrée des troupes britanniques à Bagdad en mai 1917, et avant même la signature de l’armistice en 1918, le British Museum était représenté en Irak, en la personne de Robert Campbell Thompson qui, avant la guerre, avait fouillé à Ninive. Capitaine de l’Intelligence Corps à Bagdad, il avait été assistant au British Museum, et les Trustees avaient réclamé son rattachement à l’armée comme archéologue chargé de protéger les antiquités221. Il procède à des sondages à Ur, où lui succède H. R. Holland Hall (1873-1930), lui aussi assistant au British Museum, dépêché en Irak en 1919 et affecté au Political Service, avec la charge des antiquités. Mais les crédits s’amenuisant, il fallut fermer les chantiers, et les archéologues britanniques associés aux Américains ne reviendront dans cette région qu’en 1922.

  • 222 Gertrude L. Bell (1868-1926), exploratrice et femme de lettres britannique, elle joue en Irak un rô (...)
  • 223 En 1882, tout l’Empire ottoman, et, en particulier la Syrie et l’Irak, étaient soumis au même régim (...)
  • 224 Cf. S. Lloyd, op. cit., p. 181.

248Une fois le mandat sur l’Irak accordé à la Grande-Bretagne, les services administratifs sont organisés et en particulier celui des antiquités, que crée Gertrude Bell222, nommée Oriental Secretary auprès du Haut-Commissaire britannique à Bagdad. Devenue premier directeur des antiquités, elle met au point dès 1923 la législation sur le patrimoine archéologique, décide la fondation de la British School of Archaeology et du musée de l’Irak : retenant certains principes établis par les lois ottomanes conçues par Hamdi Bey223, G. Bell fixe des règles strictes à l’organisation des missions étrangères qui doivent obligatoirement comprendre un épigraphiste, un architecte et un photographe224. Les travaux doivent mettre en œuvre les méthodes scientifiques les plus modernes, les objets découverts étant propriété de l’État après partage entre l’archéologue et les collections nationales irakiennes. Lorsqu’en 1933 cette législation sera rendue beaucoup plus sévère, supprimant le partage des objets, les missions anglaises et françaises renonceront à leurs travaux en Irak et se concentreront sur la Syrie. En 1937, les archéologues américains quittent eux aussi l’Irak, les Allemands étant les seuls à y demeurer, sur le site de Warka.

  • 225 Né au Yémen, il avait été élevé à Istanbul, où il s’était révélé comme un professeur remarquable jo (...)
  • 226 À partir de 1936, à Samarra, l’éphémère capitale des califes au ixe siècle, et à Wasit, la cité fon (...)
  • 227 C’est le cas de Taha Baqir, spécialiste des cunéiformes et de Ferad Safar (1903-1978) qui partage a (...)
  • 228 Seton Lloyd, né en 1902, architecte et archéologue britannique, attaché à l’Oriental Institute de C (...)

249L’accès de l’Irak à l’indépendance en 1932 et son admission au sein de la Société des Nations provoque le rappel à Londres de Sidney Smith, assyriologue qui avait assumé jusque-là la direction du Service des antiquités. Le roi Fayçal offre son poste à Sati al-Husri, personnalité de premier plan et fervent nationaliste arabe225, qui consacre la plus grande part des crédits du service au patrimoine islamique. À partir de 1936, il ouvre aussi les premières fouilles irakiennes sur des sites islamiques d’abord, puis pré-islamiques226 : en effet, les premiers archéologues irakiens reviennent dans leur pays après s’être formés à l’université de Chicago227, et l’anglais Seton Lloyd228, attaché à partir de 1939 au Département irakien des antiquités comme conseiller technique, est associé à la direction du chantier de Tell Uqair, premier site pré-islamique exploré par le jeune service irakien. Malgré la suspension des travaux archéologiques anglais en 1933, la British School of Archaeology fondée en 1932 renoue avec l’activité de terrain en 1949 : Max Mallowan (1904-1978), après avoir exploré les tells de la vallée du Khabur en territoire syrien, regagne alors Bagdad et reprend l’exploration de Nimrud.

  • 229 L’Irak Expedition de l’Oriental Institute de Chicago maintient ses activités dans ce pays de 1929 à (...)

250Le retour de M. Mallowan en Irak correspond au départ de son compatriote Lloyd pour la Turquie, où il est chargé de la direction de l’Institut britannique d’archéologie fondé à Ankara. Les destins croisés de ces deux grands archéologues anglais témoignent des liens étroits que la Grande-Bretagne et les États-Unis entretiennent au Proche-Orient. En effet, si M. Mallowan travaille dans le cadre des institutions britanniques, S. Lloyd a suivi Henri Frankfort d’Égypte en Irak, où l’Oriental Institute de Chicago229 l’a chargé d’organiser une mission.

  • 230 J. H. Breasted, The Oriental Institute, The University of Chicago Survey, vol. XII, Chicago, 1933 ; (...)

251L’Oriental Institute de l’université de Chicago, que James Henry Breasted a pu organiser dès 1919 grâce à la générosité de J. D. Rockefeller Jr., déploie parallèlement ses activités en Égypte et au Proche-Orient et devient rapidement l’institution américaine la plus importante dans ces domaines230. En Irak, la mission américaine, luxueusement installée à Tell Asmar, explore le bassin de la Diyala au nord-est de Bagdad et fouille le palais de Khorsabad. L’Institut de Chicago possède aussi une Amouq Expedition, abritée à Rihaniyah en Syrie, et, en Palestine, commandite les fouilles de Megiddo ; l’Institut américain est également présent en Iran, sur le site de Persépolis. Sous la direction de J. A. Breasted, l’Oriental Institute est très largement doté mais la crise de 1929 entraîne la diminution importante des fonds et, en 1938, la suspension des travaux en Irak et en Syrie. Les activités ne reprendront qu’en 1946, lorsque Robert J. Braidwood entame ses recherches préhistoriques au nord de l’Irak, sur le site de Qalaat-Jarmo.

  • 231 Pour une brève histoire de l’archéologie américaine au Proche-Orient, cf. G. Ernest Wright, « The P (...)
  • 232 E. A. Speiser, professeur de l’université de Pennsylvanie et professeur annuel à Bagdad en 1927, pu (...)

252Alors qu’en 1914, les États-Unis, après avoir tenté des fouilles à Nippur et Adab, n’étaient pas parvenus à s’imposer en Mésopotamie, l’orientalisme américain prend une magnifique revanche après 1918231. L’American School of Oriental Research, implantée à Jérusalem au début du siècle, voit, en 1919, son intitulé complété par la mention de Bagdad : l’école américaine installée en Irak n’a pas un budget suffisant pour entretenir un directeur résident, mais assure la présence d’un professeur titulaire pour une année : en 1925, Edward Chiera, membre de l’Oriental Institute, occupe ce poste et ouvre le chantier de Yorgan Tépé, au sud-est de Ninive. Dans les années suivantes, l’université d’Harvard s’associera à l’École de Bagdad dans la poursuite de ces travaux. L’école américaine prend une part très active à l’archéologie de terrain, en explorant les deux tells de Gawra et de Billah, dont la fouille est dirigée par E. A. Speiser232. Dès 1922, l’Oriental Institute de Chicago et le musée de l’université de Pennsylvanie s’associent au British Museum pour l’exploration d’Ur et d’El-Obeïd. Favorisée par les conditions créées par le mandat britannique sur l’Irak, la collaboration entre institutions anglaises et américaines se généralise : ainsi à Kish ou encore à Djemdet-Nasr.

253Quant à l’archéologie allemande, que Walter Andrae, Robert Koldewey et Julius Jordan avaient si brillamment illustrée à Uruk-Warka, Qalaat Shergat-Assur et à Babylone, elle reprend son essor en Mésopotamie à partir de 1928, quand les travaux sont renoués à Warka, sous le patronage de la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft et de la Deutsche Orient Gesellschaft. J. Jordan, directeur du chantier de Warka, joue de 1932 à 1939 un rôle important auprès du Service des antiquités irakien, puisqu’il succède à Sidney Smith dans le poste de conseiller technique aux fouilles.

  • 233 Agatha Mallowan Christie, Let me Know How you Live, Londres, 1944, éd. française, Dis-moi comment t (...)
  • 234 Tel W. Dörpfeld à Olympie (1878) et à Troie (1882), mais aussi l’anglais R. Dawkins au sanctuaire d (...)

254En 1920, s’ouvre, pour l’archéologie orientale, une période particulièrement faste, qui aujourd’hui nous apparaît comme un véritable « âge d’or ». La découverte des Sumériens à la fin du xixe siècle avait progressivement entraîné les archéologues dans la recherche des origines de cette civilisation ; dès avant 1914, la remontée dans le temps est amorcée, et l’on soupçonne déjà l’étendue de la protohistoire mésopotamienne. Cependant, c’est à partir de 1920 que, « la préhistoire [étant] devenue à la mode233 », toutes les missions archéologiques se fixent pour but la reconnaissance des différentes périodes de ce que l’on appelle alors la « préhistoire » mésopotamienne. Une telle entreprise est rendue possible par une innovation technique déjà expérimentée par les architectes-archéologues allemands dans le monde hellénique234 : l’exploration stratigraphique.

  • 235 De 1899 à 1917.
  • 236 S. Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, Thames & Hudson, (...)

255Au Proche-Orient, les archéologues allemands, architectes de formation, ont introduit dès la fin du xixe siècle des méthodes scientifiques de fouille : ils fixent à la recherche archéologique au Proche-Orient des buts nouveaux, en particulier, l’examen minutieux de l’architecture et de l’organisation des sites, dont R. Koldewey donne un magnifique exemple à Babylone235 ; ils sont aussi les premiers à tenter de restituer la stratification des tells mésopotamiens pour en tirer des conclusions d’ordre historique. C’est en effet à Walter Andrae que revient le mérite d’avoir introduit en Mésopotamie la technique de la fouille stratigraphique, qui devait se généraliser à partir de 1920. Sur le site de Qalaat-Shergat, l’ancienne Assur, il fournit aux archéologues du Proche-Orient le « prototype de toutes les recherches stratigraphiques à venir236 ». L’exploration strati-graphique permettait de rétablir une chronologie relative d’un site, et, en la généralisant, on allait construire un système chronologique cohérent dans lequel s’inscriraient les découvertes successives.

  • 237 La céramique caractéristique de cette période avait été pour la première fois découverte par Max vo (...)
  • 238 Le site d’Hassuna, au sud de Mossoul, est fouillé en 1943 par S. Lloyd et Fuad Safar, tous deux att (...)
  • 239 Samarra, sur le Tigre au nord de Bagdad, avait été exploré de 1912 à 1914 par E. Hertzfeld.
  • 240 De 1946 à 1949, le Service des antiquités d’Irak fouille le site d’Eridu.
  • 241 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, II, op. cit., p. 107-331.

256À partir de 1920, les différentes périodes de la protohistoire mésopotamienne se mettent en place, grâce aux travaux menés avec une grande rigueur scientifique sur des sites, dont les noms désigneront les étapes jalonnant le long chemin parcouru par les hommes des lisières de la préhistoire à celles de l’histoire. Ainsi, avant la Seconde Guerre mondiale, a-t-on identifié dans le Sud mésopotamien trois périodes : celles d’El-Obeïd, d’Uruk et Djemdet-Nasr, complétées dans le Nord par celle d’Halaf237, puis après 1945, par celles d’Hassuna238, de Samarra239 et d’Eridu240 ; le site de Qalaat-Jarmo permettait en 1948 d’établir le passage entre les époques néolithique et chalcolithique241.

  • 242 Cf. S. Lloyd, Foundations in the Dust, op. cit., p. 186-187.
  • 243 Ce sont les sanctuaires de Tell Asmar, Khafadjeh et Tell Agrab qui sont fouillés et livrent en gran (...)

257Qu’elles soient anglaises, américaines, allemandes ou françaises, toutes les explorations archéologiques menées en Irak à partir de 1920 concernent des sites sumériens242 Kish, les Anglo-Américains succèdent aux Français en 1923 en 1922, le BritishMuseum et le musée de l’université de Pennsylvanie s’associent en une Joint Expedition, qui, chargée de fouiller Ur et ses environs, se porte sur le site d’El-Obeïd ; la Deutsche Orient Gesellschaft obtient, en 1928, la possibilité de compléter les fouilles de Warka. Si l’Irak Expedition, dirigée par H. Frankfort pour l’Oriental Institute de Chicago, reprend, en 1929, la fouille du palais de Khorsabad, elle entreprend aussi en 1931 l’exploration d’un ensemble de cités sumériennes dans la vallée de la Diyala, à l’est de Bagdad243. La même année, les Français rejoignent Tello, puis gagnent Larsa en 1933.

258Sur tous les sites explorés à cette époque, on se préoccupe de déterminer les origines de la civilisation sumérienne, et l’on prend l’habitude d’effectuer systématiquement sur tous les chantiers un sondage stratigraphique jusqu’aux tout premiers niveaux d’occupation et au sol vierge. On observe alors que chaque strate est déterminée par une céramique caractéristique, et que la même superposition se reconnaît sur les différents sites. C’est ainsi que l’on constate régulièrement la succession des mêmes périodes pré- ou protosumériennes identifiables par leur céramique.

  • 244 Sir Charles Leonard Woolley (1880-1950) avait fouillé en Égypte de 1907 à 1911, et avait participé (...)
  • 245 R. Hall avait découvert, en 1919, le tell d’El-Obeïd et y avait ramassé des objets identifiés comme (...)
  • 246 A. Parrot, op. cit., I, p. 281-282.
  • 247 Steven Langdon (1876-1937), professeur à l’université d’Oxford, participe, avec Charles Watelin (18 (...)

259Les recherches sont d’abord conduites dans le Sud mésopotamien. C’est sir Leonard Woolley244, directeur de la Joint Expedition envoyée à Ur en 1922 par le musée britannique et celui de l’université de Pennsylvanie, qui, sur le site d’El-Obeïd245, reconnaît ce que l’on considère alors comme la première période de la protohistoire mésopotamienne. Les résultats obtenus par L. Woolley et son équipe à El-Obeïd font remonter au IVe millénaire les origines de la civilisation en Mésopotamie ; « grâce à l’habileté des fouilleurs [...] les limites de la connaissance venaient de se trouver considérablement repoussées. Mais, du même coup, entre Obeïd et l’Histoire, un vide était brusquement creusé. Il fallait retrouver les étapes intermédiaires246 », tâche à laquelle se consacrent les orientalistes des nations occidentales. Alors que Woolley sonde El-Obeïd, Steven Langdon247 et Charles Watelin, par leurs travaux à Djemdet-Nasr, identifient une nouvelle phase qui sera désignée par le nom du site et se placera en troisième position dans la chronologie élaborée avant la Seconde Guerre mondiale. Entre les périodes d’El-Obeïd et de Djemdet-Nasr manquait un maillon, qu’allait révéler le site de Warka-Uruk.

  • 248 A. Parrot, op. cit., I, p. 240 ; cf. J. Bottéro et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, o (...)

260En 1928, en effet, J. Jordan reprend, pour la Deutsche Orient Gesellschaft, les travaux qu’il avait lui-même commencés à Warka en 1912. Il applique au quartier d’Eanna une méthode stratigraphique impeccable qui, par un sondage mené jusqu’au sol vierge au sud-est de la ziggourat, « aboutit à la parfaite connaissance des périodes protohistoriques en Mésopotamie et à leur exacte séquence »248. Pour la première fois, on était en mesure de reconstituer la stratigraphie complète de la Basse-Mésopotamie depuis le Ve millénaire. Le site de Warka fournissait les éléments pour définir la deuxième période de la protohistoire mésopotamienne, celle que l’on désignerait désormais par le nom d’Uruk.

261Au moment même où L. Woolley découvre sur le tell d’El-Obeïd ce que l’on considère alors comme la plus ancienne phase de la protohistoire mésopotamienne, il commence, en 1922, l’exploration du site d’Ur : il y retrouve les vestiges d’une cité portuaire fortifiée et dégage entièrement et méthodiquement la zone sacrée dont la ziggourat est l’une des mieux conservées de Mésopotamie. Au cours de la cinquième campagne en 1926-1927, le secteur sud-est de l’enceinte sacrée, où Woolley avait déjà effectué des sondages en 1922, allait lui révéler la nécropole royale d’Ur, et mettre à son actif l’une des plus éblouissantes découvertes archéologiques. Les travaux, menés méthodiquement de 1926 à 1934, permirent le dégagement de la nécropole dans ses différentes phases, des origines aux époques d’Obeïd et d’Uruk, jusqu’à la période grecque.

262Les tombes royales, par leur richesse et le sombre rite funéraire qu’elles révèlent, provoquent une extraordinaire surprise : les défunts sont accompagnés dans l’au-delà par de nombreux soldats, écuyers, animaux de trait, mais aussi dames de cour dans leurs plus belles parures. Les objets précieux abondent, que Woolley et son équipe de fouilleurs formés aux exigences d’un travail minutieux, réussissent à extraire en les conservant dans leur meilleur état, employant de délicats procédés de moulage à l’aide de cire et de plâtre. C’est ainsi que l’on parvient à reconstituer les deux lyres en bois avec incrustations de matériaux précieux, ornées de têtes de taureau, l’une en bronze, l’autre en or et lapis-lazuli. La vaisselle en or et en argent est imposante.

263Par la fouille minutieuse et méthodique de la nécropole royale d’Ur, sir L. Woolley assurait non seulement une excellente connaissance des rites funéraires depuis l’époque d’Obeïd, mais témoignait d’un soin tout particulier dans la fouille, qui caractérise la nouvelle génération d’archéologues orientalistes.

  • 249 André Parrot (1901-1980), conservateur du Département des antiquités orientales au Louvre à partir (...)

264Sur le site de Tello, où le consul français E. de Sarzec avait pour la première fois fait resurgir les Sumériens, une nouvelle expédition française est organisée en 1929 : conduite par l’abbé H. de Genouillac, elle a été proposée par René Dussaud, conservateur des antiquités orientales au Louvre, et organisée par les Musées nationaux. La mission se compose, outre son directeur, de deux architectes et de deux dessinateurs. Le chef de chantier, Gustave Tellier (1899-1974), commençait à Tello une longue carrière consacrée à l’organisation des travaux de terrain des missions françaises du Proche-Orient. A. Parrot249 et R. Ghirshman contribuent à la troisième campagne. En 1930-1931, une fouille stratigraphique est entreprise pour reconnaître les niveaux archaïques identifiés à Ur et à Uruk, et atteste l’existence à Tello de toutes les périodes de la protohistoire mésopotamienne. Les deux dernières campagnes, celles des hivers 1931-1932 et 1932-1933, sont dirigées par A. Parrot, qui clôt ainsi l’exploration du site commencée en 1877 : les tombeaux royaux restaient introuvables, mais, malgré les regrets des archéologues, il fallait mettre fin aux travaux de Tello, pour se porter sur le site plus prometteur de Senkéré-Larsa, que la direction des Musées nationaux français avaient décidé de fouiller sur avis de F. Thureau-Dangin.

  • 250 Ibid., p. 362.

265Le Service des antiquités de l’Irak s’était ému des ravages causés à Larsa par les fouilleurs clandestins et, quand, en 1933, A. Parrot et son équipe arrivent sur le site, ils découvrent un véritable champ de bataille250. Une seule campagne a lieu, au cours de laquelle des sondages distribués sur l’ensemble du site en révèlent la richesse. On prévoyait la poursuite des travaux, lorsque la décision unilatérale prise par le gouvernement irakien de modifier les conventions archéologiques passées avec les missions étrangères, entraîne la suspension des travaux français et anglais en Irak.

266Alors que L. Woolley quittait Ur pour Atchana, et M. Mallowan Arpatchiya pour Tell Chagar Bazar et Tell Brak, A. Parrot passait lui aussi en Syrie, où l’on venait de faire la découverte de Tell Hariri-Mari.

267Au seuil des années trente, la Basse-Mésopotamie a été sondée aussi profondément que le permettait son sous-sol alluvionnaire et c’est vers le nord que se portent les missions archéologiques animées du dessein de remonter encore le cours de la préhistoire mésopotamienne.

  • 251 Ibid., p. 405.

268Les régions du Haut Tigre en Irak et du Haut Khabur en Syrie détenaient en effet les vestiges des périodes les plus anciennes qu’allaient révéler les sites irakiens d’Arpatchiya et Tépé Gawra près de Mossoul, et en Syrie les tells Brak, Chagar Bazar et Halaf. Dès 1927, E. Speiser, professeur à l’École américaine de Bagdad et son futur directeur, avait décelé sur le site du Tépé Gawra trois périodes rattachées au néolithique, au chalcolithique et à l’âge du cuivre. Les travaux, repris en 1931 par l’American School de Bagdad, l’University Museum de Pennsylvanie et le Dropsie College de Philadelphie, permettent de rétablir « l’extraordinaire et impressionnante superposition de couches qui, sans hiatus, vont du néolithique au milieu du IIe millénaire avant J.-C.251 Aucun tell du nord de la Mésopotamie n’avait encore révélé une stratigraphie aussi complète. Le site livrait en particulier, entre les couches correspondant à la période d’El-Obeïd et au néolithique, une céramique semblable à celle que Max von Oppenheim avait pour la première fois trouvée à Tell Halaf entre 1911 et 1913.

269La même année 1931, M. Mallowan mène une fouille profonde jusqu’au sol vierge sur le site de Ninive, où le chantier a été réouvert en 1927 : la protohistoire mésopotamienne y apparaît représentée dans toutes ses étapes clairement superposées. Encore une fois, la céramique de Tell Halaf caractérise l’avant-dernière strate, suivie d’une couche où l’on retrouve une céramique grossière jamais encore identifiée. M. Mallowan vérifie ces acquis par une fouille ouverte en 1933 sur le site d’Arpatchiya, à six kilomètres de Ninive.

  • 252 Ibid., p. 422.

270Le grand archéologue anglais, par l’étude de la céramique, reconstitue la succession chronologique depuis le Ve millénaire. De plus, le tell d’Arpatchiya, dont la céramique illustre à profusion le thème du bucrane, confirme l’hypothèse de sir Arthur Evans au sujet de l’origine orientale de la double hache crétoise. « Ce tell de peu d’apparence [...] apportait des documents nouveaux pour l’étude des rapports entre l’Orient et l’Égée252. » Les rapprochements et les comparaisons s’imposaient aussi avec les régions situées à l’est, l’Iran, le Baloutchistan et jusqu’aux rivages de l’Indus.

271La mission d’Arpatchiya, patronnée par la British School et le British Museum, est la dernière menée en Irak par les Anglais avant la Seconde Guerre mondiale.

  • 253 Comte Robert du Mesnil du Buisson (1895-1986), officier de cavalerie et archéologue. Il fouille les (...)

272La richesse et la complexité des échanges au centre desquels se trouve le Proche-Orient allaient être confirmées par les découvertes que l’exploration de la Syrie et de la Palestine suscitent. Le rayonnement des civilisations mésopotamiennes est attesté sur de nombreux sites syriens, où des fouilles s’organisent à la faveur des conditions créées par le mandat français. C’est ainsi que Robert du Mesnil du Buisson, grâce aux tablettes découvertes dans le principal sanctuaire de Mishrifé-Qatna253, révèle que ce temple était dédié à la déesse sumérienne Nin-Egal. Maurice Pézard (1877-1923) fait des constatations du même ordre à Qadesh, lieu de la mémorable bataille entre Ramsès II et les Hittites, au xiiie siècle av. J.-C.

273Les pays du moyen Euphrate témoignent aussi de l’impact de la civilisation assyrienne, et présentent les mêmes vestiges de la protohistoire que le reste de la Mésopotamie. La prospection que les américains, W. F. Albright et le R. P. Dougherty, accomplissent en 1925 permet le recensement de tous les tells de la région. La même année, Paul Perdrizet (1870-1938), accompagné d’Henri Seyrig, de Daniel Schlumberger et du capitaine Piquet-Pellorce, parcourt la région en aval de Karkemish et visite les deux sites de Tell Amar et Arslan-Tash. Dans son rapport au Haut-Commissaire pour la Syrie, le général Sarrail, il demande l’autorisation d’entreprendre des fouilles régulières sur ces deux tells, situés au contact du monde hittite. L’Académie des inscriptions et belles-lettres, immédiatement consultée, ne permettra la réalisation du projet qu’en 1927, après la visite de F. Thureau-Dangin et Jean Darrous sur les deux tells. Une mission, subventionnée par les Musées nationaux, l’Académie des inscriptions et le ministère de l’Instruction publique est confiée à F. Thureau-Dangin, qui, en 1928, mène deux campagnes à Arslan-Tash, puis transporte son équipe à Tell Amar où il fouille de 1929 à 1931.

274Les deux tells correspondent à deux résidences royales d’époque assyrienne. Arslan-Tash livre un magnifique lot d’ivoires, comprenant plus de cent plaquettes qui avaient dû décorer des meubles. D’origine phénicienne ou syrienne et datés du ixe siècle av. J.-C., ces ivoires traduisent des influences égyptiennes et égéennes, mais aussi hittites et mésopotamiennes.

  • 254 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, op. cit., I, p. 474.
  • 255 Lucien Cavro (1905-1973). Architecte et dessinateur, il rejoint le chantier de F. Thureau-Dangin à (...)

275À Tell Amar, identifié à Til-Barsib, capitale de l’État araméen, le palais assyrien, élevé par Salmanasar III vers 850 av. J.-C.254, révèle près de cent trente mètres de murs décorés de peintures, conservées à l’état de fragments extrêmement fragiles, que les techniques utilisées n’ont permis ni de conserver sur place ni de prélever. Lucien Cavro255, architecte attaché à l’Institut français de Damas, en fait de précieux relevés grandeur nature. Les documents recueillis à Tell Amar/Til-Barsib constituaient à l’époque de leur découverte des témoignages exceptionnels d’un art palatial dont on n’avait jusque-là retrouvé que de très rares vestiges. La découverte de stèles sculptées d’art hittite parmi des stèles assyriennes suscite la perplexité et soulève des questions auxquelles on ne peut alors répondre avec certitude. Tell Amar/Til-Barsib attestait aussi son étroite parenté avec les autres sites mésopotamiens : on y retrouvait les premières phases de la protohistoire, révélées par un sondage mené jusqu’au sol vierge, qui permit de recueillir de la céramique proche des types de Tell Halaf, d’Obeïd et d’Arpatchiya.

276Tell Amar/Til-Barsib et Arslan-Tash apportaient un témoignage saisissant des rapports entretenus par quatre civilisations différentes, représentées par les ivoires phéniciens, la statuaire araméenne influencée par celle des Hittites et des Assyriens, et la peinture assyrienne du palais de Til-Barsib. Ce « syncrétisme » s’expliquait par la situation des deux sites, sur une grande voie de communication est-ouest, qui conduisait du Tigre en haute Syrie jusqu’à la côte. Cette zone nord-syrienne appartenait au royaume hittite qui, de la capitale Bogazköy-Hattousas en Anatolie, avait, aux xive et xiiie siècles, rayonné largement sur le moyen Euphrate jusqu’aux abords de la Méditerranée.

  • 256 Pour une histoire de la découverte et de l’archéologie du monde hittite, cf. C. W. Ceram, Enge Schl (...)
  • 257 C. M. F. Texier accomplit son voyage en Asie Mineure en 1834 et publie sa Description de l’Asie Min (...)
  • 258 Karl Humann (1839-1895), ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur des fouilles de Pergame de 187 (...)
  • 259 Felix von Luschan (1854-). Médecin militaire passionné d’archéologie, délégué à Sendjirli auprès de (...)
  • 260 Hugo Winckler (1863-1913). Orientaliste allemand. Il est l’initiateur des fouilles du site hittite (...)
  • 261 Kurt Bittel (1907-1990). Professeur d’histoire ancienne à Tübingen, puis président du Deutsches Arc (...)
  • 262 G. Perrot dans son Histoire de l’art dans l’Antiquité ; E. Pottier par son ouvrage sur L’Art hittit (...)
  • 263 Louis-Joseph Delaporte (1874-1944), professeur d’assyro-babylonien à l’Institut catholique de Paris (...)

277Si la découverte des Hittites256 devait beaucoup aux Français Charles Texier, Georges Perrot et Ernest Chantre257, ce sont les Allemands Karl Humann258 et Felix von Luschan259 qui, en 1888, lancent les premières fouilles sur le site de Sendjirli. En 1906, c’est à Hugo Winckler260 que revient l’honneur d’organiser le premier chantier à Bogazköy, où son compatriote Kurt Bittel261 reprendra les travaux en 1931. Avant la Première Guerre mondiale, Karkemish est explorée par une équipe anglaise composée de L. Woolley, T. E. Lawrence et de D. G. Hogarth. Si G. Perrot, E. Pottier ou G. Contenau abordent la question des Hittites dans leur œuvre scientifique262, l’archéologie française n’est pas représentée sur le terrain avant 1931, alors que les missions des autres nations occidentales se multiplient : en 1925, le Tchèque B. Hrozny, l’un des déchiffreurs de la langue hittite révélée par les tablettes recueillies à Bogazköy, fait des recherches à Kultepe ; en 1927, l’Oriental Institute de Chicago s’installe à Aleshar, qu’il explore jusqu’en 1933 ; quant au British Museum, il confie à J. Garstang les fouilles de Karkemish, sur les bords de l’Euphrate et sur un point sensible de la frontière syro-turque. Pour la France, le premier à renouveler les recherches en territoire turc est Louis Delaporte263 qui, de 1931 à 1933, fouille à Has-Heuyuk, et s’attache, par l’examen des céramiques, à reconstituer la chronologie du site depuis l’époque néolithique jusqu’à 1200 av. J.-C. Mais, c’est le site d’Arslan Tépé, près de Malatya, qui retient surtout son intérêt : il y met au jour un palais hittite du xiiie siècle, remplacé à l’époque de Sargon d’Assyrie par la résidence d’un gouverneur assyrien. Les recherches de L. Delaporte s’ajoutaient à celles de ses compatriotes en Haute Syrie et aboutissaient aux mêmes conclusions que les missions américaine et anglaise implantées dans la région d’Antioche, dans le bassin du haut Khabur et à Karkemish.

  • 264 Trois campagnes ont lieu de 1932 à 1935 à Chatal-Huyuk, deux à Djedeidé, de 1934 à 1936, et trois à (...)
  • 265 J. H. Breasted, The Oriental Institute of Chicago, 1933, chap. XIII, pdoute. 301-309, « The Syrian (...)

278À partir de 1931 en effet, l’Oriental Institute de Chicago obtient du Service des antiquités de Syrie la concession des chantiers de Chatal-Huyuk, Djedeidé et Taïnat, trois sites proches du lac d’el-Ama, sur la route d’Alep à Antioche264. La Syrian Hittite Expedition265, dont les travaux sont dirigés sur le terrain par Claude Prost, archéologue français appartenant au Service syrien des antiquités, poursuit la reconnaissance des sites hittites de Syrie du Nord, dans la région comprise entre l’Euphrate et la Méditerranée, très étroitement liée à l’Empire hittite d’Anatolie. Les découvertes de la mission américaine rattachent les trois sites aux civilisations hittite et assyro-babylonienne.

  • 266 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, op. cit., I, p. 484.

279La mission anglaise de L. Woolley, après avoir repris les fouilles de Karkemish, s’était installée de l’autre côté de la route d’Alep, sur le tell d’Atchana et voisinait avec l’équipe américaine de Taïnat. Les recherches menées de 1936 à 1939 permettent à sir Leonard Woolley de éléments continue de Syrie du de 2000 à 1200 av. J.-C. », et font apparaître Atchana « comme une plaque tournante où Égyptiens, Égéens, Hittites, Hourrites et Akkadiens s’entremêlent266 ».

  • 267 Ibid., p. 495-513. Cf. aussi Mari, une ville perdue et retrouvée par l’archéologie française, Paris (...)

280Les Français ont l’occasion d’enrichir encore la connaissance des civilisations du moyen Euphrate par le chantier qui s’ouvre en 1933 sur le Tell Hariri. La résurrection de la ville royale de Mari267, capitale du moyen Euphrate, soumise et ravagée par Hammourabi au xxe siècle av. J.-C., allait apporter de très précieux renseignements sur la Mésopotamie du IIIe millénaire.

  • 268 Georges Dossin, professeur à partir de 1946 à l’Institut de philologie et d’histoire orientales et (...)
  • 269 C. F. Jean qui publie les Archives royales de Mari, II, Paris, 1941 ; M. Rutten qui étudie une coll (...)

281En 1933, le Service des antiquités de Syrie est averti de la découverte fortuite d’une statue sur le Tell Hariri, près d’Abou-Kémal, à deux kilomètres et demi de l’Euphrate. À Paris, R. Dussaud est prévenu et prend immédiatement la décision de faire fouiller le site. H. Seyrig accorde la concession et affecte à la direction de la nouvelle mission A. Parrot, dont les recherches à Larsa en Irak ont pris fin en raison de la modification des lois sur les antiquités. Subventionnée par les Musées nationaux et le ministère de l’Éducation nationale, la mission accomplira à Mari six campagnes de 1933 à 1939. A. Parrot est entouré de ses collaborateurs de Tello et de Larsa, et leur adjoint deux architectes et un dessinateur. Les découvertes épigraphiques considérables requièrent le concours d’un assyriologue : c’est le professeur Georges Dossin268 qui accepte d’assurer l’étude des innombrables tablettes, mais, étant donné la quantité de matériel, il s’entourera d’une véritable équipe269. F. Thureau-Dangin, par ses nombreux articles dans la Revue archéologique, contribuera lui aussi à l’étude des documents inscrits recueillis dans le palais.

141. René Dussaud (1868-1958). D’après la « Notice sur la vie et les travaux de R. Dussaud », Académie des inscriptions et belles-lettres, séance du 21 novembre 1958.

142. Mari (Syrie), photographie de groupe prise en 1937 lors d’une visite de René Dussaud. De gauche à droite : A. Parrot, Henri Seyrig, M. et Mme Dussaud, Mme A. Parrot.

143. Byblos, le chantier entre le château des Croisés et la colonnade, levées XXXI à XXXVI. M. Dunand, Fouilles de Byblos, République libanaise, direction de l’Instruction publique et des Arts, 1937, pl. XXI. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

282Si le site est occupé jusqu’à la période parthe-sassanide, le palais et les temples construits au cours du IIIe millénaire attestent la prospérité et la puissance de la capitale jusque vers 2000 av. J.-C. Un sondage stratigraphique, même s’il n’a pas été mené jusqu’au sol vierge, permet d’atteindre l’époque de Djemdet-Nasr et de supposer qu’à Mari se sont succédé les étapes de la protohistoire mésopotamienne.

  • 270 Cf. A. Parrot, op. cit., I, p. 511.

283Les travaux de dégagement portent d’une part sur la région des sanctuaires d’Ishtar, de Ninhursag, de Dagon et d’autre part sur l’immense palais, dont les innombrables pièces et cours occupent une superficie d’environ deux hectares et demi. Son état de conservation est tout à fait étonnant, certains murs en brique crue s’élevant encore à une hauteur de cinq mètres. Plusieurs salles gardaient même leur décoration peinte, inspirée de thèmes rituels ou cultuels, scènes du « sacrifice de l’eau et du feu », du sacrifice des taureaux, de « l’investiture du roi de Mari270 ».

  • 271 Ibid., p. 512.

284Mais c’est la « salle des archives » qui réserve aux archéologues la plus grande et magnifique surprise : elle renferme par milliers les tablettes qui constituent la correspondance diplomatique des derniers rois de Mari. L’étude des quelque vingt mille documents est immédiatement confiée à l’équipe d’assyriologues dirigée par G. Dossin et la publication des archives de Mari est assurée dans la collection des Textes cunéiformes du Musée du Louvre. Les tablettes de Mari « projettent une vive lumière sur une période de l’histoire orientale » encore bien obscure et éclairent « tout le chapitre de l’établissement de l’hégémonie babylonienne au début du IIe millénaire av. J.-C.271 ». Après la Seconde Guerre mondiale, A. Parrot reprendra les travaux à Mari et les poursuivra jusqu’en 1974. Aujourd’hui encore une mission française, dirigée par Jean Margueron, assure la poursuite des travaux sur ce site majeur de l’archéologie mésopotamienne. Au même titre que Tello ou Suse, Mari est l’un des grands chantiers où l’archéologie française a le plus contribué à la connaissance du Proche-Orient ancien. La mission de Mari marquait, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le point d’aboutissement des recherches entreprises au nom de la France par les consuls Botta et de Sarzec en Mésopotamie.

285Il appartenait à Max Mallowan d’explorer la dernière portion de l’axe reliant les pays du Tigre et de l’Euphrate à la Méditerranée. En 1934, accompagné de Mrs Mallowan, alias Agatha Christie, il procède à la reconnaissance de tous les tells situés dans un triangle formé par le haut Khabur, le Djaghdjagh et la frontière turque. Il fouille Chagar Bazar et Tell Brak, où il retrouve, pour les périodes protohistoriques, la même succession chronologique qu’en Mésopotamie centrale et en Sumer. Il révèle surtout les échanges très précoces, établis dès les époques archaïques, entre les pays du Tigre et la Méditerranée, entre Mésopotamie et Égéens, mais aussi avec la région de l’Indus.

286Les pays du moyen Euphrate, correspondant à la Syrie du Nord, se révélaient, grâce aux travaux archéologiques, comme une région d’échanges intenses entre les diverses civilisations établies au Proche-Orient à très haute époque ; avant la Seconde Guerre mondiale, on avait les preuves des relations très anciennes entre le monde oriental et la Méditerranée.

287De tels résultats n’avaient pu être acquis que grâce à l’exploration archéologique organisée par le Service des antiquités de Syrie, créé par les autorités mandataires françaises.

  • 272 A. Parrot (Archéologie mésopotamienne, I, p. 440) corrige la date de 1921, donnée par Franz Cumont, (...)

288Les circonstances politiques favorisaient la collaboration internationale qui, en archéologie, trouve l’occasion de s’exercer avant même la fin des hostilités de la Grande Guerre. En effet, au printemps 1920272, alors que les troupes anglaises n’avaient pas encore quitté la région du moyen Euphrate, où elles se heurtaient aux partisans arabes, les soldats, en installant un poste de mitrailleuse à Salihiyé, mettent au jour d’importants fragments de peintures murales. Des croquis sont immédiatement envoyés à Bagdad, au service dirigé par Gertrude Bell, qui charge J. Henry Breasted, directeur de la mission américaine en Irak, de se rendre sur place : bien que les troupes anglaises doivent se replier, H. Breasted obtient quelques heures de délai pour procéder au relevé des peintures mises au jour, les photographier et les faire recouvrir de terre pour les protéger.

  • 273 Franz Cumont (1868-1947) ; cf. C. Bonnet, La Correspondance scientifique de Franz Cumont conservée (...)

289Malgré le caractère exceptionnel des documents recueillis, on ne pouvait envisager l’organisation de travaux avant la pacification de la région. Lorsque celle-ci est devenue effective et que le mandat français, établi sur la Syrie quelques mois après ces découvertes, permet d’organiser les recherches, J. H. Breasted communique à l’Académie des inscriptions, en 1922, les documents qu’il a collectés. Les peintures révélées sont d’une telle qualité et d’un tel intérêt que l’on décide aussitôt de constituer une mission confiée à Franz Cumont, orientaliste belge et membre associé de l’Académie des inscriptions273. On ne savait rien alors de la cité cachée sous les sables et le général Gouraud, Haut-Commissaire, et Charles Virolleaud, conseiller pour l’archéologie et les beaux-arts à Beyrouth, mettent tout en œuvre pour favoriser l’expédition : un contingent de deux cents hommes, appartenant aux troupes de l’État d’Alep, est mis à sa disposition. F. Cumont, chargé d’une mission de l’Académie, est secondé par l’architecte Léonce Brossé, attaché au Service des antiquités de Syrie.

  • 274 F. Cumont, Fouilles de Doura Europos (1922-1923), Paris, 1926, p. I-X.

290À leur arrivée sur le site, les soldats ont déjà dégagé les deux petites salles de l’édifice décoré de peintures274 représentant les « dieux palmyréniens ». Les travaux de déblaiement portent aussi sur une nécropole, sur une partie de l’enceinte et sur le temple d’Artémis. Les deux campagnes menées en 1922-1923 par F. Cumont sont complétées jusqu’en 1925 par des opérations de déblaiement dirigées par des officiers de l’armée du Levant. Les nombreuses inscriptions retrouvées révèlent le nom de la cité antique : Doura Europos, fondée à l’époque séleucide par les Macédoniens de Séleucos Ier Nikatôr (312-280 av. J.-C.) et détruite par les Perses en 256 apr. J.-C.

  • 275 R. du Mesnil du Buisson (1895-1986) publie Les Peintures de la synagogue de Doura Europos, Rome, 19 (...)

291Dès 1926, F. Cumont publie une étude exhaustive des peintures du « temple des dieux palmyréniens ». Cependant, ces travaux préliminaires et prometteurs en appelaient d’autres : en 1928, l’université de Yale et l’Académie des inscriptions et belles-lettres associées rouvrent le chantier où les recherches se poursuivront jusqu’en 1937. Dix campagnes sont menées par des équipes mixtes composées d’archéologues américains et français ; ainsi Maurice Pillet (1881-1964) est-il Field Director en 1928, puis, en 1930-1931, Robert du Mesnil du Buisson275 occupe les fonctions de sous-directeur, alors que Lucien Cavro assure une partie des relevés. F. Cumont et Mikhail I. Rostovtzeff (1870-1952), professeur d’histoire ancienne à l’université de Yale, assurent conjointement la direction scientifique de la mission et séjournent à plusieurs reprises sur le site.

292À Doura Europos se manifestait donc cette collaboration entre les nations occidentales pour une meilleure connaissance de l’Orient ancien, que le Service des antiquités de Syrie n’allait cesser de susciter et d’encourager.

  • 276 Cf. le compte rendu du R. P. L. H. Vincent, « L’année archéologique 1922 en Palestine », Revue bibl (...)

293Dès 1920, Anglais et Français avaient conjugué leurs efforts pour organiser et promouvoir les recherches archéologiques au Proche-Orient : J. Garstang, directeur de la British School of Archaeology à Jérusalem, insiste auprès des Français pour qu’ils créent dans la ville sainte une école qui travaillerait en liaison étroite avec les institutions anglaise et américaine. En 1922, cette collaboration se traduit par les colloques qu’organise J. Garstang et qu’animent les archéologues anglais, américains et français pour tenter de trouver un accord sur la terminologie appliquée aux antiquités palestiniennes et établir un cadre capable de rendre compte de l’évolution archéologique et historique de la région276.

  • 277 Selon l’expression d’E. Will, « Henri Seyrig », Syria, 50, 1973, p. 260.
  • 278 R. P. E. Dhorme, « Congrès international en Syrie et en Palestine », Revue biblique, 1926, p. 424-4 (...)
  • 279 Allocution de René Dussaud, rapportée par G. Contenau dans « Le congrès international d’archéologie (...)

294En 1925, les directeurs des services des antiquités de Palestine et de Syrie, J. Garstang et C. Virolleaud, ainsi que R. Dussaud, conservateur du Département des antiquités orientales au Louvre et « grand maître de l’archéologie syrienne277 », décident de réunir à Beyrouth un congrès international de Syrie-Palestine qui dresse « les États généraux de l’archéologie278 ». R. Dussaud définit les objectifs de la collaboration internationale qui « à renouveler en dix ou quinze ans de recherches systématiques,toutes nos connaissances archéologiques sur les pays syriens, depuis les époques les plus reculées jusqu’à l’époque moderne279 ».

  • 280 René Dussaud (1868-1958), conservateur au Musée du Louvre de 1928 à 1937, membre à partir de 1945 d (...)

295C’est à l’occasion de ce congrès que R. Dussaud280, après avoir consulté le R. P. Dhorme, directeur de l’École de Jérusalem, décide avec lui de l’ouverture d’un chantier à Neirab, près d’Alep, d’où provenaient deux stèles araméennes acquises par le Louvre en 1891. Une mission subventionnée par l’Académie des inscriptions est confiée aux R. P. Carrère et Barrois, puis au R. P. Abel, qui mènent deux campagnes en 1926-1927.

296Les intentions affirmées par R. Dussaud de donner à l’archéologie de la Syrie un essor inédit et considérable se matérialisent par les multiples entreprises qu’il favorise. Conservateur du Département des antiquités orientales au Louvre et membre de l’Académie des inscriptions, puis son secrétaire perpétuel, il développe pour les deux institutions une politique très active de fouilles au Proche-Orient. Grâce à lui, le Louvre prend une part considérable à l’exploration archéologique de la Syrie : d’anciens élèves de l’École du Louvre, dont certains attachés au musée, dirigent des chantiers, tels Maurice Pézard (1877-1923) à Tell Nébi-Mend, l’ancienne Qadash, Denyse Le Lasseur (1889-1945) à Tyr, le comte Robert du Mesnil du Buisson à Mishrifé-Qatna, ou le docteur Georges Contenau à Sidon.

  • 281 André Dupont-Sommer (1900-1983), professeur à l’École pratique des hautes études puis au Collège de (...)

297L’Académie des inscriptions, quant à elle, accorde des missions pour que des fouilles soient accomplies, ainsi à P. Montet à Byblos, et sa Commission de Syrie-Palestine désigne des boursiers accueillis à l’École de Jérusalem, comme A. Parrot en 1926-1927 ou André Dupont-Sommer en 1928-1929281.

298Conscient que les chantiers français au Proche-Orient sont moins nombreux que ceux des États-Unis ou de la Grande-Bretagne, R. Dussaud encourage et soutient les initiatives du Service des antiquités de Syrie et intervient dans le choix des sites, Byblos, Ras Shamra ou Mari. En 1929, c’est lui qui appelle Henri Seyrig (1895-1973) à la direction du Service qui se donne alors des programmes ambitieux de mise en valeur et de protection des grands sites de Baalbek, Palmyre et du krak des Chevaliers, pour lesquels l’État de Syrie consent des dépenses considérables. H. Seyrig pourvoit le Service des antiquités d’une importante équipe d’architectes, dont le rôle dans le dégagement et la restauration des sites et des monuments est déterminant.

  • 282 Le chantier danois de Hama est ouvert en 1930.

299Les archéologues étrangers participent à ces travaux : c’est le cas d’Harald Ingholt, conservateur à la Ny Carslberg Glyptotek de Copenhague, qui collabore à Palmyre avec Maurice Dunand puis avec Albert Gabriel. De nombreuses concessions de fouilles sont accordées à des équipes étrangères sur le territoire syrien des Américains, des Anglais, des Allemands, mais aussi des Tchèques, comme F. Hrozny, ou des Danois282 accélèrent le processus d’exploration du pays.

300Alors que l’École de Jérusalem et sa Revue biblique jouent un rôle important dans les progrès de l’archéologie palestinienne, l’Institut français de Damas créé en 1922 devient un véritable centre de recherche sous l’impulsion d’H. Seyrig, qui le réforme en 1932 et en prend la direction entre 1938 et 1941. La création, en 1946, de l’Institut français de Beyrouth achève de pourvoir le Proche-Orient d’institutions archéologiques équivalentes de celles implantées tout autour de la Méditerranée depuis 1846.

301Une telle organisation de la recherche archéologique et la collaboration internationale aboutissent au profond renouvellement de nos connaissances sur la Palestine et la Phénicie.

144. Doura Europos (Syrie), l’édicule dans le naos du temple. Au fond à gauche, murs décorés de peintures. Cliché pris par J. H. Breasted en 1920. F. Cumont, Fouilles de Doura Europos (1922-1923), Paris, 1926, pl. XXVII.1. Bibliothèque de l’Institut de France.

Palestine et Phénicie

  • 283 Cf. U. Hausmann, Handbuch der Archäologie. Vorderasien II, Band I, Palästina in vorhellenistischer (...)
  • 284 Cette ville de Basse-Galilée connut une brève existence du ier au ive siècle de notre ère. La fouil (...)

302Les autorités britanniques, qui ont la responsabilité du mandat sur la Palestine, l’ont pourvue d’un Service des antiquités dirigé par John Garstang. En outre, des institutions archéologiques spécifiquement juives se sont organisées283 : la première d’entre elles, la Jewish Palestine Exploration Society, fondée dès 1913, confie à une équipe d’historiens, d’archéologues et d’épigraphistes l’étude des textes, des inscriptions et des sites de la Palestine dans l’Antiquité : des fouilles sont conduites à Jérusalem, Galilée et en particulier sur le site de Beth-Schearim284. En 1925, une chaire d’archéologie est ouverte à l’université hébraïque de Jérusalem. Ces efforts, conjugués à ceux du Département des antiquités mis en place par les Britanniques, assurent la connaissance de l’archéologie palestinienne depuis la préhistoire jusqu’au Moyen Âge.

  • 285 Les plus importants sont ceux de J. Garstang à Ascalon, Jéricho et Mersin, celui que D. Garrod diri (...)
  • 286 Le R. P. L. H. Vincent fait, en 1934, le point sur les découvertes de la mission américaine menée p (...)
  • 287 R. P. L. H. Vincent, Céramique de la Palestine, Paris, 1924.
  • 288 Par exemple les pères R. Mouterde ou É. Dhorme, le premier créateur du Corpus des Inscriptions grec (...)
  • 289 R. P. Roland Guérin de Vaux (1903-1971), professeur à l’École de Jérusalem de 1935 à 1970, coordonn (...)

303La préhistoire, qui, à la fin du xixe siècle, suscitait encore de violentes polémiques, est au centre des intérêts des archéologues ; si la plupart des chantiers sont anglais ou américains et inspirés par les écoles anglo-saxonnes implantées à Jérusalem285, l’École biblique et archéologique française de Jérusalem participe à la recherche sous forme de mises au point générales, ou par le compte rendu des travaux en cours sur le terrain286. Le père Vincent entretient à l’École de Jérusalem la tradition archéologique née avec le père Lagrange, et possède, grâce à ses visites sur les chantiers anglo-saxons, une parfaite connaissance de l’archéologie palestinienne. Il attache une particulière importance aux méthodes de fouilles et à l’étude de la céramique : c’est ainsi qu’en 1924, il propose une classification de la céramique palestinienne du néolithique à l’époque romaine287. Cependant, pour les travaux de terrain c’est vers la Syrie que s’orientent les membres de l’École de Jérusalem288. Ce n’est qu’en 1933 et avec l’arrivée du R. P. Roland Guérin de Vaux289, que s’infléchit l’orientation de l’École biblique et archéologique française : le nouveau membre se révèle immédiatement comme un archéologue de terrain et fouille des sites mineurs en Transjordanie et près de Jérusalem jusqu’en 1946, date à laquelle il entreprend l’exploration du site de Tell el-Farah. Directeur de l’École de Jérusalem de 1945 à 1965, il associe étroitement ses travaux à ceux de l’École britannique, porte à son apogée la tradition de collaboration internationale née en 1920 et renforce encore le prestige de la vénérable institution française.

  • 290 Dorothy Garrod (1892-1968) mène trente-six ans de recherche en Palestine à partir de 1928. Première (...)
  • 291 J. Perrot, « Le Centre de recherches françaises de Jérusalem. Cent ans de découvertes en Israël », (...)

304L’archéologie française en Palestine est d’autre part brillamment illustrée par les travaux de René Neuville (1899-1952), diplomate en poste à Jérusalem à partir de 1926, qui perpétue la tradition des diplomates-archéologues inaugurée au Proche-Orient par P.-É. Botta. Il est l’un des pionniers de la préhistoire palestinienne et l’héritier de J. de Morgan travaille collaboration étroite Garrod, la grande préhistorienne anglaise290, et les préhistoriens, géologues et zoologues de l’Université hébraïque de Jérusalem et jette ainsi les bases de la coopération scientifique entre la France et le futur État d’Israël291.

305Cependant, si l’archéologie française est bien représentée en Palestine, c’est en Syrie et au Liban, placés sous mandat français, qu’elle connaît ses plus grands succès : la découverte de Mari sur le Tell Hariri, à la frontière syro-irakienne, revêt une importance aussi grande que celle de Tello au siècle précédent ; les travaux menés à Ras Shamra-Ougarit couronnent les recherches relancées dès avant la Première Guerre mondiale à Sidon.

  • 292 R. Dussaud, L’Art phénicien du IIe millénaire, Paris, 1940, chap. 1.

306Au xixe siècle, l’archéologie française au Proche-Orient avait ouvert une voie nouvelle, celle des études phéniciennes. La mission d’E. Renan en 1860 avait fait clairement apparaître la richesse de la côte syrienne et la nécessité d’y mener des explorations en profondeur. Or, jusqu’en 1913, le gouvernement ottoman refuse toute autorisation de fouille et, alors que « l’Égypte, la Mésopotamie, l’Iran, Troie, Mycènes, Tirynthe et la Crète minoenne livraient leurs secrets [...], la Phénicie et la Syrie étaient simplement prospectées292 ». En l’absence de documentation nouvelle, les archéologues et les historiens poursuivaient les débats engagés à la fin du xixe siècle sur le rôle des Phéniciens en Méditerranée.

307La situation politique et archéologique allait radicalement changer à la veille de la Première Guerre mondiale. En 1913, en effet, le Musée du Louvre demande au gouvernement ottoman l’autorisation de reprendre les fouilles de Renan à Byblos. Celle-ci est refusée mais, en revanche, la possibilité d’explorer la nécropole de Sidon, que Renan et Gaillardot avaient déjà sondée, est accordée. C’est au docteur G. Contenau, ancien élève de l’École du Louvre, attaché au musée, que revient la direction de la mission française à Sidon. Il collabore avec Macridy Bey, conservateur au musée d’Istanbul.

  • 293 Le sarcophage est transporté au musée de Constantinople et publié par Hamdi Bey et Théodore Reinach(...)
  • 294 G. Contenau, Deuxième Mission archéologique à Sidon, 1920, Paris, 1924.

308Depuis les travaux de Renan, Sidon avait fait en 1887 l’objet de recherches de la part d’Hamdy Bey, directeur du musée de Constantinople, qui avait découvert, à Ayaa, non loin de Saïda, une nécropole royale, constituée de deux hypogées comprenant, parmi de nombreux sarcophages, celui du roi Tabnit, père d’Eshmounazar, dont l’identité est révélée par son inscription293. Les recherches de G. Contenau sont interrompues par la guerre mais reprennent en 1920, à la faveur du mandat français établi sur la Syrie294.

  • 295 Id., La Civilisation phénicienne, Paris, 1926.
  • 296 D. Le Lasseur, « Mission archéologique à Tyr, 1921 », Syria, 3, 1922, p. 1 sq., 116 sq.
  • 297 E. de Lorey fut le premier directeur de l’Institut français d’archéologie et d’art musulmans de Dam (...)

309Contenau procède, au château dit « de Saint-Louis » et dans les nécropoles qui entourent la ville, à des sondages qui permettent d’atteindre la fin de l’âge du bronze, et qui révèlent les origines de la civilisation phénicienne, dont on n’avait pas de témoignage jusque-là295. Le Service des antiquités de Syrie, dirigé par C. Virolleaud, multiplie les entreprises archéologiques sur la côte syrienne, confiant à Denyse Le Lasseur, élève de l’École du Louvre, une mission à Tyr en 1921296, et à E. de Lorey297 celle d’Oum el-Amad au sud de la ville.

  • 298 P. Montet, « Les fouilles de Byblos, 1919-1923 », Bulletin de la faculté des lettres de Strasbourg, (...)
  • 299 Id., « Les Égyptiens à Byblos », Monuments Piot, 25, 1921, p. 237-272 ; Byblos et l’Égypte, Paris, (...)

310Mais c’est la reprise des fouilles de Byblos, en 1921, qui renouvelle radicalement la connaissance de la civilisation phénicienne. P. Montet, professeur d’égyptologie à Strasbourg, curieux d’établir les relations entre la Phénicie et l’Égypte attestées par Plutarque, s’était rendu à Djebail, site de Byblos, en 1919. Il y revient en 1921, chargé d’une mission de l’Académie des inscriptions, et mène quatre campagnes298 dans les ruines d’un temple incendié, celui de la « Dame de Byblos » : il y découvre de précieux dépôts de fondation, datés par les cartouches des pharaons Mykérinos, Ounas et Pépi II, qui font remonter les relations entre le pays du Nil et la Phénicie à la IVe dynastie égyptienne299. Le temple, construit vers 2800-2700, jouit d’un prestige tel que les pharaons de l’Ancien Empire envoient des offrandes.

  • 300 Charles Virolleaud, « Découverte à Byblos d’un hypogée de la XIIe dynastie », Syria, 3, 1922.

311Ces découvertes sont complétées par celles que C. Virolleaud et P. Montet font dans la nécropole de Sidon : le directeur du Service des antiquités déblaie un hypogée de la XIIe dynastie300 et l’égyptologue de Strasbourg retrouve quatre tombeaux des rois phéniciens, dont un, contemporain de Ramsès II (1929-1225 av. J.-C.), porte une inscription qui le désigne comme celui d’Ahiram, et conduit R. Dussaud à y reconnaître le plus ancien document en caractères alphabétiques phéniciens. Cette nouvelle documentation archéologique, épigraphique et historique est complétée par celle des expéditions menées sur des sites de l’intérieur syrien, attestant l’importance du rôle joué par les Phéniciens en Méditerranée et en Orient.

  • 301 Maurice Dunand (1898-1987), directeur des Antiquités au Haut-Commissariat de France pour la Syrie e (...)

312P. Montet quitte le site de Sidon en 1924, et son assistant, Maurice Dunand301, reprend en 1926 les fouilles de Byblos pour le Musée du Louvre, avec des subventions de l’Académie des inscriptions et du ministère de l’Éducation nationale. La République libanaise, qui, en 1929, prendra la charge du chantier, y consacre dès 1926 des crédits importants.

  • 302 M. Dunand, « La sixième campagne de fouilles de Byblos (mai-juillet 1927) », Syria, 1928, p. 1 sq., (...)
  • 303 M. Dunand, Fouilles de Byblos. 1926-1937, 3 vol., Paris, 1939-1944, t. II, 1933-1938, p. 5.
  • 304 Ibid., t. I, 1926-1932, p. 7.
  • 305 Ibid., p. 8.
  • 306 Ibid., t. II, 1933-1938, p. 3.
  • 307 Ibid., p. 4.

313S’inspirant de J. de Morgan à Suse, et de S. Macalister à Gezer302, M. Dunand entreprend à Byblos « la fouille totale303 » du site, et la poursuit pendant plus de cinquante ans. Il y met au point la « méthode des levées » qui repose sur le découpage préalable du site selon un quadrillage de soixante rectangles numérotés, de 5 m de largeur et d’une longueur variant de 7 à 35 m. Par la suite, Dunand modifiera ces dispositions et adoptera un système de carrés de 10 m de côté. Appliquant « à la fouille le découpage en plaques minces bien connu dans les études des sciences naturelles304 », il fait prélever dans chaque zone des tranches strictement horizontales de 20 cm d’épaisseur. Aspirant « à être complet » et « à donner fidèlement tout ce que ses travaux lui ont révélé, et cela en toute objectivité », il choisit une méthode d’une scrupuleuse minutie, mais dont il reconnaît lui-même qu’elle présente l’inconvénient de ne pas restituer la stratigraphie « naturelle » du site : « Découpant le site en tranches rigoureusement horizontales, on est appelé à reporter sur des planches différentes des constructions qui appartiennent à un même monument, ou, au contraire, à rassembler sur la même planche des bâtiments d’époques diverses305. » La valeur des levées « n’est donc que géométrique, nullement chronologique306 mais l’« inventaire est total, chaque silex est comme la moindre perle, au même titre que les documents les plus importants sont localisés dans l’espace par trois dimensions »307.

314M. Dunand fait d’autre part procéder à la couverture aérienne du site et confie des analyses de prélèvements au Centre de documentation et de recherches préhistoriques du musée de l’Homme.

315Les travaux de M. Dunand à Byblos traduisent le souci de recourir à des méthodes systématiques qui permettent d’accéder à la connaissance la plus objective et la plus approfondie d’un site. Ils témoignent aussi des progrès accomplis par « l’archéologie scientifique » depuis la Première Guerre mondiale. Byblos est, grâce à M. Dunand, l’un des sites du Proche-Orient considéré comme intégralement fouillé, de ses origines au VIe millénaire av. J.-C. jusqu’à l’époque médiévale.

  • 308 A. Poidebard, La Trace de Rome dans le désert de Syrie, le limes de Trajan à la conquête arabe. Rec (...)

316Aux méthodes de fouille d’avant-garde qu’applique M. Dunand sur le chantier de Byblos, s’ajoute le recours systématique et suivi à la photographie aérienne, pour donner une image d’ensemble du site. C’est pendant la Première Guerre mondiale que l’aviation se révèle comme un précieux auxiliaire de la prospection archéologique. Dès 1918, A. Poidebard, alors chef d’escadron dans l’armée du Levant, avait survolé les plateaux de l’Iran, puis entre 1924 et 1932, il entreprend le repérage du limes de Syrie, depuis le Tigre jusqu’à la Méditerranée308.

  • 309 Id., « Reconnaissances dans l’ancien port de Tyr (1934-1936) », Syria, 18, p. 355-368 ; Un grand po (...)
  • 310 Idem, Un grand port disparu. Tyr. Recherches aériennes et sous-marines. op. cit.
  • 311 En collaboration avec le R. P. Mouterde entre 1946 et 1950.
  • 312 Cf. E. Will, Les Palmyréniens. La Venise des sables, Paris, 1992.

317Au moment où Dunand explore Byblos, A. Poidebard tente de retrouver l’ancien port de Tyr, en combinant recherches aériennes et sous-marines309. Il mène cinq campagnes entre 1934 et 1939, au cours desquelles il fait procéder à des prises de vues sous-marines à l’aide d’un scaphandrier. Ses recherches, qui ont pour objet la mise au point d’une méthode de répérage des ruines enfouies, apportent la preuve « d’une structure portuaire très complexe et perfectionnée au sud de l’ancienne île de Tyr310 ». A. Poidebard procédera de la même façon pour le port de Sidon311. Il emploiera encore la photographie aérienne à Palmyre pour repérer les routes qui en partent et qui y arrivent312.

  • 313 P. Montet, Byblos et l’Égypte, Paris, 1928-1929.
  • 314 Cf. J. Heurgon, Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, Paris, PUF, coll. « (...)

318La « vieille Phénicie », enfin fouillée comme y encourageait E. Renan au terme de sa mission de 1860, tient ses promesses : l’exploration de Byblos atteste les liens très anciens de la cité avec l’Égypte313, et le site de Ras Shamra, révélé en 1929 et rapidement identifié avec Ougarit, permet aux orientalistes d’accéder à une meilleure connaissance de la Phénicie du IIe millénaire. Le vieux débat qui opposait phénicomanes et phénicophobes314, après avoir été relancé par les découvertes de Mycènes et de Cnossos, se posait dès lors en termes plus équilibrés.

  • 315 A. Caubet, « Claude Schaeffer, inventeur d’Ougarit ». Cités disparues. Découvreurs et archéologues (...)
  • 316 Claude F. A. Schaeffer Forrer (1898-1982), conservateur-adjoint au musée de Saint-Germain-en-Laye e (...)

319La découverte, à onze kilomètres au nord de Lattaquié, sur le site de Minet el-Beïda, d’une tombe de la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C., où se mêlaient céramiques cananéennes, chypriotes et mycéniennes, attire en 1929 l’attention du Service des antiquités de Syrie, qui en réfère aussitôt à R. Dussaud, conservateur du Département des antiquités orientales au Musée du Louvre. Celui-ci organise sans tarder une mission des Musées nationaux, patronnée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, à laquelle sont associés le ministère de l’Éducation nationale et le Service des antiquités de Syrie. Conscient que l’archéologie proche-orientale réclame désormais « des hommes formés aux techniques de la recherche sur le terrain, sensibles à l’approche de l’anthropologie315 », R. Dussaud fait appel pour diriger cette mission à Claude Schaeffer, conservateur-adjoint au musée préhistorique et gallo-romain de Strasbourg316, et à Georges Chenet, préhistorien spécialiste des sites de l’Argonne.

145. Claude Schaeffer et Sir Mortimer Wheeler (le premier et le deuxième à gauche) à Huelgoat (Bretagne) en 1938 : le Français insepcte menés par l’archéologue anglais et son équipe sur l’oppidum du « Camp d’Artus ». D’après Sir M. Wheeler, Still digging, Londresn Michael Joseph, 1955.

  • 317 R. Dussaud, « Les fouilles archéologiques des musées nationaux dans le Proche-Orient », Société des (...)
  • 318 R. Dussaud, « Le rôle des Phéniciens dans la Méditerranée primitive », Scientia, 13, 1913, p. 81-90

320Dès 1925 et le congrès international de Syrie-Palestine, R. Dussaud, après avoir constaté la supériorité numérique des chantiers anglo-saxons au Proche-Orient, avait résolument entrepris de « jeter un nouveau lustre sur la science française317 », en favorisant l’exploration de nouveaux sites en Syrie et au Liban. Devant les progrès décisifs que les méthodes scientifiques mises au point par les archéologues allemands, britanniques et américains faisaient accomplir à la préhistoire proche-orientale, il oriente les recherches françaises dans la voie ainsi ouverte, celle des « fouilles méthodiques et profondes » qu’il appelait de ses vœux en 1913318.

  • 319 C. Schaeffer, Les Tertres funéraires préhistoriques de la forêt de Haguenau, Strasbourg, 1926-1930.
  • 320 Robert Forrer (1866-1947). Fondateur de l’archéologie alsacienne et auteur du Reallexikon der prähi (...)

321Par le choix de préhistoriens pour diriger les travaux de Ras Shamra, R. Dussaud manifeste le souci de voir l’archéologie orientale se rallier aux pratiques généralisées en Palestine, en Mésopotamie et en Syrie par les Andrae, Jordan, Woolley ou Mallowan et les archéologues de l’Oriental Institute de Chicago. Le conservateur du Louvre non seulement connaissait les travaux de C. Schaeffer sur la protohistoire alsacienne319 mais il avait confié à cet élève de Robert Forrer320 et d’Albert Grenier l’étude des origines proche-orientales des antiquités de l’âge du bronze de son département au Louvre.

  • 321 Tombé gravement malade, Renan dut renoncer à explorer Chypre, mais en confia la tâche au marquis Me (...)
  • 322 A. Parrot, compte rendu de V. Karageorghis, Chypre, Genève, 1968, Syria, 46, 1969, p. 379-380. G. P(...)

322En 1929, C. Schaeffer et G. Chenet ouvrent les fouilles à Minet el-Beïda, puis sur le tell de Ras Shamra tout proche. Comme Renan avait associé Chypre à la Syrie dans sa mission de 1860321, Schaeffer, à partir de 1932, mène des recherches conjointes à Ras Shamra et sur la grande île, dont on savait déjà qu’elle constituait « le chaînon capital dans l’histoire des relations Occident-Orient322 ».

  • 323 C. Schaeffer, « French Archaeological Excavations in Syria between the two Wars », Journal of the R (...)
  • 324 R. Dussaud, « Les fouilles archéologiques des musées nationaux dans le Proche-Orient », Société des (...)
  • 325 Id., Les Découvertes de Ras Shamra (Ugarit) et l’Ancien Testament, Paris, 1937.

323Alors qu’à Minet el-Beïda, on dégage une ville portuaire et une nécropole, le tell de Ras Shamra révèle les ruines d’une cité du IIe millénaire av. J.-C., que l’on identifie très vite avec Ougarit, capitale cananéenne, connue par les textes égyptiens, babyloniens et hittites. Au centre de la ville, on reconnaît les grands sanctuaires de Dagon et de son fils Baal, divinité principale d’Ougarit323. La résidence du grand prêtre, élevée près du temple, devait ménager une découverte sensationnelle, celle des archives constituant une véritable bibliothèque formée de tablettes en argile écrites en caractères cunéiformes dans une écriture alphabétique inconnue jusqu’alors. Une équipe internationale d’épigraphistes, comprenant Hans Bauer, le R. P. Édouard Dhorme et Charles Virolleaud, y reconnaît un dialecte phénicien archaïque. Le palais, construit à partir de 1450 av. J.-C. et agrandi périodiquement, renferme lui aussi des archives comprenant non seulement des textes économiques, administratifs ou juridiques, mais surtout des textes religieux et littéraires dont le contenu fait apparaître « la mythologie phénicienne dans sa forme ancienne et authentique324 ». Pour la première fois on dispose d’une documentation « qui projette une vive lumière sur la primitive civilisation israélite » et l’on comprend mieux « le développement religieux en Israël à haute époque ». Pour R. Dussaud, « la découverte des tablettes de Ras Shamra est la plus importante qui ait jamais été faite dans le domaine des études bibliques325 ».

  • 326 Ibid. G. Rachet, notice « Ugarit », dans Dictionnaire de l’archéologie, Paris, Laffont « Bouquins » (...)

324Archéologue formé aux méthodes de la préhistoire, C. Schaeffer met en œuvre à Ras Shamra la fouille stratigraphique, devenue familière sur les sites du Proche-Orient. Il pousse l’enquête jusqu’au sol vierge et à la période néolithique, et discerne cinq grands niveaux sur l’ensemble du site326 : la céramique révèle les mêmes étapes qu’en Mésopotamie, celles d’El-Obeïd, de Tell Halaf, de Suse I, l’installation des protoPhéniciens coïncidant avec l’apparition de la céramique cananéenne au milieu du IIIe millénaire. C’est au Bronze moyen, niveau II d’Ougarit, qui commence vers 2100, qu’abonde la céramique cananéenne et que sont construits les grands sanctuaires. Les premiers éléments culturels phéniciens apparaissent au moment où la cité est en étroite relation avec l’Égypte et Chypre. Au xive siècle, la céramique mycénienne provenant de Chypre est très bien attestée sur le site, tandis qu’au xiiie siècle la composante phénicienne semble régresser, ce qui permet à C. Schaeffer de supposer l’installation à Minet el-Beïda et à Ras Shamra d’un comptoir mycénien. Ougarit serait définitivement détruite vers 1200, à la suite de l’invasion des Peuples de la mer.

  • 327 C. Schaeffer, « French Archaeological Excavations in Syria between the two Wars », Journal of the R (...)

325Les travaux menés à Ras Shamra jusqu’en 1939 mettent en évidence le rôle d’Ougarit au IIe millénaire av. J.-C. : la cité occupe une position-clé au point de contact des influences exercées par l’Égypte, la Mésopotamie et le monde égéen327.

  • 328 Id., Leçon inaugurale faite le lundi 24 janvier 1953 au Collège de France. Chaire d’archéologie de (...)

326De plus, l’importante quantité d’armes en bronze découvertes sur le site en 1929, et la maîtrise de la métallurgie qu’elles révèlent, conduisent C. Schaeffer à établir des rapports entre Ougarit et les cultures européennes balkaniques : il élabore alors la théorie des « porteurs de torques », « mystérieux moniteurs originaires d’Asie Mineure et de Syrie » qui se seraient « avancés parmi les néolithiques des Balkans, puis ceux de l’Europe centrale et occidentale » et leur auraient « transmis les premières connaissances de l’industrie du métal328 ».

  • 329 Cf. le volume, Kinyras. Archéologie française à Chypre, Lyon, 1993.
  • 330 M. Ohnefalsch-Richter intervient à Chypre à partir de 1879 et est associé aux travaux de J. L. Myre (...)

327Étant donné la position géographique d’Ougarit, qui fait exactement face à l’extrême pointe de l’île de Chypre, et les nombreux témoins des échanges étroits entre Chypre et la cité cananéenne, C. Schaeffer explore la grande île à partir de 1932 et se joint à Porphyrios Dikaïos, conservateur du musée de Nicosie qui fouille la nécropole de Vounous. En 1934, il se porte à Enkomi, près de Famagouste, le port d’où le cuivre de Chypre était embarqué pour Ougarit329. Il est le premier Français à ouvrir un chantier sur cette île, dont les antiquités avaient été exploitées par les consuls occidentaux et surtout l’Américain L. Palma di Cesnola, puis avaient suscité les travaux de M. Ohnefalsch-Richter et de J. L. Myres330.

  • 331 Cf. O. Masson, « Inscriptions syllabiques chypriotes », dans Études chypriotes, I, Paris, 1961.
  • 332 A. S. Murray, A. H. Smith et H. B. Walters, Excavations in Cyprus, Londres, 1900.
  • 333 A. Parrot, « Compte rendu de V. Karageorghis, Chypre, Genève, 1968 », Syria, 46, 1969, p. 379.
  • 334 De 1927 à 1931, il fouille à Vounous, Idalion, Solis et à Enkomi précisément en 1930.

328L’île, passée sous administration britannique en 1882, fait l’objet de nombreuses expéditions archéologiques anglaises331, dont celle que A. S. Murray, A. H. Smith et H. B. Walters dirigent en 1896 sur les sites de Salamine et d’Enkomi332. Cependant, « les premières recherches scientifiquement sérieuses, menées avec les garanties requises333 » ne commencent qu’en 1927 lorsqu’est lancée la Swedish Cyprus Expedition dirigée par Einar Gjerstad334. En 1934, l’University of Pennsylvania Museum ouvre sa première campagne de fouilles dans la région de Kourion.

  • 335 Sur le site d’Amathonte. Nécropole d’Amathonte, sous la direction de V. Karageorghis et O. Picard, (...)
  • 336 O. Picard, « Chypre et l’École française d’Athènes », dans Kinyras, archéologie française à Chypre, (...)

329Il est a priori surprenant que l’École d’Athènes n’ait pas, dès la fin du xixe siècle, contribué à l’exploration archéologique de Chypre où elle n’ouvrira son premier chantier qu’en 1974335. Certains membres de l’institution athénienne avaient effectué des missions, dont aucune cependant n’avait débouché sur une entreprise de fouilles. C’est que l’École d’Athènes concentrait ses efforts et ses crédits sur les « grands chantiers » de Delphes et de Délos336. Le dernier de ses membres à se rendre à Chypre, avant que C. Schaeffer n’y commence ses travaux, est Henri Seyrig en 1924 mais, après ce voyage qui ne laisse que peu de traces dans son œuvre, l’« Athénien » se tourne définitivement vers la Syrie pour y diriger le Service des antiquités.

  • 337 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », Revue historique 1948, p. 1-21 et 189-207.

330C. Picard, directeur de l’École d’Athènes entre 1919 et 1925, déplore que Chypre soit restée en dehors de son champ d’intervention et refuse d’abandonner l’île aux seuls orientalistes337. Ce sont pourtant ces derniers qui, en la personne de C. Schaeffer, réalisent l’ancien projet de fouilles françaises à Chypre.

  • 338 A. S. Murray, A. H. Smith e H. B. Walters, Excavations in Cyprus, op. cit.
  • 339 E. Gjerstad et al., The Swedish Cyprus Expedition, Stockholm, 1934-1962.
  • 340 J. Lagarce, « Enkomi. Fouilles françaises », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, Lyon, 19 (...)

331Lorsqu’en 1934, Schaeffer, chargé d’une mission des Musées nationaux et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, ouvre le chantier d’Enkomi, le site a déjà été exploré par les Britanniques en 1896338 et par E. Gjerstad en 1930, dans le cadre de la grande expédition suédoise339. Au terme de ces missions, on considérait le site comme une nécropole de l’âge du bronze, et il revient à C. Schaeffer de montrer qu’il s’agit d’une ville importante, capitale de l’île entre 1600 et 1100 av. J.-C. Les fouilles, interrompues par la Seconde Guerre mondiale, reprendront en 1946 et se poursuivront jusqu’en 1958340.

  • 341 C. Schaeffer, « Chypre. Fouilles d’Enkomi », Revue archéologique, 1947, p. 129 sq.

332L’exploration stratigraphique révèle quatre villes dont les vestiges se succèdent sur sept niveaux répartis entre les xviiie et xie siècles av. J.-C. L’établissement du Bronze moyen atteste l’exportation du cuivre vers la Syrie, dont les traces avaient été relevées à Ras Shamra341.

  • 342 W. Helbig, « Sur les origines de l’art mycénien », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1 (...)
  • 343 R. Dussaud, Les Découvertes de Ras Shamra (Ugarit) et l’Ancien Testament, op. cit., p. 23.

333Par l’exploration conjointe d’Ougarit et d’Enkomi, C. Schaeffer élucide les rapports entre l’île et le monde oriental, et apporte des éléments de réponse à la question si débattue depuis la fin du xixe siècle du rôle respectif des Phéniciens et des Égéens : les Phéniciens avaient pris pied à Chypre et contrôlaient le trafic du cuivre, mais les Mycéniens, après avoir conquis la grande île, s’étaient installés en masse à Minet el-Beïda et Ras Shamra, et avaient fini par évincer les Phéniciens. « Ainsi, l’influence orientale, qui a fortement pénétré le monde mycénien, n’y pas été apportée, comme le pensait Helbig342, par les marchands phéniciens se répandant dans les îles et en Grèce, mais tout au contraire elle est due à l’introduction de populations égéennes en Phénicie343. »

334Aussi bien à Byblos qu’à Ougarit et Chypre, c’est l’archéologie qui restitue les éléments nécessaires à la connaissance des civilisations cananéenne et phénicienne et permet de rétablir les rapports entretenus par les riverains de la Méditerranée dès le IIIe millénaire av. J.-C.

  • 344 Flinders Petrie, en 1891-1892, avait daté la céramique mycénienne en établissant des synchronismes (...)
  • 345 C. Schaeffer, Stratigraphie comparée et Chronologie de l’Asie occidentale (IIIe-IIe millénaires). S (...)

335Les travaux de Ras Shamra et d’Enkomi, comme tous ceux menés dans le Proche-Orient entre les deux guerres mondiales, consacrent l’archéologie comme science : les méthodes mises au point, fouille stratigraphique et étude de la céramique en particulier, rendent possible la reconstitution des différentes étapes de la préhistoire mésopotamienne et la mise en relation des nombreuses cultures proche-orientales, non seulement entre elles et avec les autres civilisations méditerranéennes, mais aussi avec les régions continentales d’Europe et d’Asie. La méthode du « cross dating » inaugurée par Flinders Petrie344 permettait de jeter des « ponts chronologiques » entre les cultures et de dater l’inconnu par le connu. En 1948, C. Schaeffer entreprend de fonder la « chronologie de l’Asie occidentale » aux IIIe et IIe millénaires av. J.-C., sur une méthode nouvelle, celle de la « stratigraphie comparée345 ».

  • 346 Ibid., p. 5.
  • 347 Ibid., p. 6.

336Le point de départ de C. Schaeffer est la constatation que la stratigraphie observée à Ras Shamra pour l’époque du bronze coïncide avec celle d’autres sites contemporains en Syrie-Palestine et en Asie Mineure. Il a pu établir en effet qu’Ougarit a été une première fois détruite par un tremblement de terre vers 1365 av. J.-C., sous le règne d’Aménophis IV, cette date étant fournie par les objets égyptiens retrouvés à ce niveau du site ; or, J. Garstang à Jéricho, Macalister à Gezer et C. W. Blegen à Troie relèvent le même phénomène. « Du coup, [les archéologues se trouvent] munis, pour l’étude de la stratigraphie et de la chronologie de tous ces nombreux sites d’Asie occidentale, d’un jalon fort précieux planté en plein milieu des couches du Bronze récent346 ». C. Schaeffer reconstitue une « stratigraphie sismologique » applicable à toute l’Asie occidentale, concernée dans son ensemble par les séismes. Il lui suffit d’appliquer « aux niveaux correspondants des sites de cette période [l’âge du bronze] les dates obtenues au cours de [ses] recherches dans l’ancienne Ougarit »347.

  • 348 Ibid., p. 566.

337Une méthode strictement archéologique permet ainsi d’établir une chronologie absolue pour l’Asie occidentale. L’archéologie n’est donc plus tributaire de l’épigraphie et permet de dater « en se servant uniquement des indices stratigraphiques et céramo-graphiques, et de la méthode comparative du matériel archéologique en général, ainsi que de l’étude des monuments architecturaux348 ».

  • 349 Cf. Bulletin des Musées de France, XIIe année, n° 6, juillet 1947.

338Lorsqu’on célèbre au Louvre, le 25 juin 1947, le centenaire de la fondation de la section assyrienne du Département des antiquités orientales et sa réouverture349, il est aisé de mesurer le chemin parcouru depuis P.-É. Botta et le premier coup de pioche porté sur le site de Khorsabad.

  • 350 C. Schaeffer, Leçon inaugurale, Chaire d’archéologie de l’Asie occidentale. 14 janvier 1955, Collèg (...)
  • 351 Ibid., p. 8.

339Dans la résurrection des civilisations orientales, l’archéologie française a joué un rôle de premier plan, révélant les Assyriens, les Sumériens, la civilisation élamite, et apportant une contribution majeure à la connaissance des Phéniciens. Les succès de la recherche archéologique au Proche-Orient suscitent la création pour C. Schaeffer, en 1954, de la chaire d’archéologie de l’Asie occidentale au Collège de France. Dans sa leçon inaugurale350, il développe la thèse « des porteurs de torques » qui, des mines arméniennes et anatoliennes, auraient gagné les régions septentrionales du Croissant fertile puis, au début du IIe millénaire, l’Europe continentale, instaurant « les premiers échanges internationaux et puis les premières liaisons intercontinentales351 ».

  • 352 A. Caubet, « Claude Schaeffer, inventeur d’Ougarit », Cités disparues. Découvreurs et archéologues (...)
  • 353 J. Deshayes, Les Outils de Bronze de l’Indus aux Balkans, Paris, 1960.

340Même si cette vision diffusionniste est abandonnée aujourd’hui, C. Schaeffer a eu le mérite d’attirer l’attention sur les rapports du Proche-Orient avec l’Europe protohistorique, à une époque où la recherche était encore cloisonnée352. Il ouvre ainsi la voie aux travaux novateurs d’un Jean Deshayes, qui regroupera dans la même étude Les Outils de bronze de l’Indus aux Balkans353.

  • 354 E. Pottier, « L’art hittite », Syria, 1, 1920, p. 169-182 et 264-286 ; et L’Art hittite, Paris, 192 (...)
  • 355 G. Contenau, La Civilisation des Hittites et des Mitanniens, Paris, 1934 (éd. 1948).
  • 356 L. Delaporte, Les Hittites, Paris, 1936.

341Le prodigieux essor de l’archéologie au Proche-Orient permet l’élaboration des premières synthèses, notamment celle que G. Contenau, explorateur de Sidon, présente de la civilisation phénicienne, publiée en 1926, mais reprise et complétée des nouvelles découvertes en 1949. Les Hittites, dont l’archéologie a permis la découverte à la fin du xixe siècle, suscitent les études d’E. Pottier354, G. Contenau355 et L. Delaporte356.

***

  • 357 J. De Morgan, La Préhistoire orientale, Paris, 1926 (publication posthume).

342L’Orient comme la Grèce a retrouvé sa préhistoire et les recherches, qui se sont développées depuis que J. de Morgan en esquissait le cadre357, sont désormais menées par des spécialistes, tout à la fois hommes de terrain formés aux méthodes scientifiques d’exploration et historiens. Un véritable corps d’orientalistes s’est formé, et un véritable réseau d’institutions anime la recherche au Proche-Orient.

343Si, en 1925, C. Picard peut regretter pour l’École d’Athènes qu’elle n’ait pas bénéficié des conditions qui lui auraient permis d’élargir son domaine à l’Orient, il est probable que l’archéologie française au Proche-Orient n’aurait pas connu un tel essor sans les institutions mises en place, en Syrie et en Palestine, dès 1920.

  • 358 E. Pottier, « L’art hittite », Syria 1, 1920, p. 169-182 et 264-286 ; et L’Art hittite, op. cit.
  • 359 Id., Les Vases peints de l’acropole de Suse. Mémoires de la Délégation en Perse, t. XII, Paris, 191 (...)
  • 360 Dans Journal des savants, 1929, 1932 et 1935.
  • 361 C. Picard, « Note additionnelle » à la réédition de 1937 de G. Glotz, La Civilisation égéenne.
  • 362 Dans Scientia, 13, 1913, p. 81-89.
  • 363 R. Dussaud, L’Art phénicien du IIe millénaire, Paris, 1949.

344À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la rivalité entre institutions s’est effacée au profit de la science : hellénistes et orientalistes ont travaillé parallèlement sur les mêmes problèmes, posés par les origines des civilisations helléniques et orientales et leurs rapports réciproques. Les hellénistes L. Heuzey, E. Pottier et S. Reinach s’étaient tournés, dès la fin du xixe siècle, vers l’Orient ; les découvertes de Mycènes, de Troie, de Cnossos, puis de la « préhistoire » orientale et en particulier celle des « Phéniciens » des IIIe et IIe millénaires av. J.-C., conduisent les hellénistes et les orientalistes sur les mêmes terrains : E. Pottier examine l’art des Hittites358 et la céramique de Suse359, C. Picard revient à plusieurs reprises sur les rapports entre la Crète et l’Asie360, et lorsqu’il complète l’ouvrage de G. Glotz sur La Civilisation égéenne361, les relations entre Occident et Orient retiennent son attention. R. Dussaud, quant à lui, tente dès 1913 d’évaluer « le rôle des Phéniciens dans la Méditerranée primitive362 », et, en 1949, après les découvertes ménagées par la « vieille Phénicie » depuis la Première Guerre mondiale, évoque à nouveau la question de « l’art phénicien » pour conclure, en s’appuyant sur les fouilles de Byblos et d’Ougarit, que le IIe millénaire av. J.-C. a été la période où cet art a fleuri, fortement influencé par l’Égypte mais contribuant aussi « à inspirer l’art minoen d’abord, l’art mycénien ensuite363 ».

  • 364 Id., « Rapports entre la Crète ancienne et la Babylonie », Irak, 6, 1939.
  • 365 P. Demargne, La Crète dédalique. Étude sur les origines d’une renaissance, Paris, 1947.
  • 366 Id., « Crète. Égypte. Asie. Perspectives d’hier et d’aujourd’hui », Annales de l’École des hautes é (...)
  • 367 P. Montet, Byblos et l’Égypte, Paris, 1928.

345À la veille du second conflit mondial, les rapports de l’hellénisme et de l’orientalisme ne sauraient être mieux illustrés que par l’écho que se renvoient R. Dussaud et P. Demargne : alors que le premier examine en 1939 les « Rapports entre la Crète ancienne et la Babylonie364 », le second publie, en 1947, sa thèse sur la Crète dédalique365, après avoir consacré des études préliminaires aux relations de la Crète, de l’Égypte et de l’Asie366. D’autre part, le pont entre l’Égypte et l’Asie est établi par P. Montet, égyptologue qui choisit de consacrer une partie de ses travaux à retrouver à Byblos les traces des relations entre Égyptiens et Phéniciens367.

  • 368 O. Montelius, Der Orient und Europa, 1899.
  • 369 S. Reinach, « Le mirage oriental », L’Anthropologie, 1893, p. 539-578 et 699-732.
  • 370 Vere Gordon Childe (1892-1957), préhistorien britannique, professeur d’archéologie préhistorique de (...)
  • 371 V. Gordon Childe, « The Orient and Europe », The Advancement of Science, 1938, et dans American Jou (...)

346Toutefois, ce ne sont pas les seules relations entre civilisations méditerranéennes et orientales que l’on tente d’élucider ; un C. Schaeffer, en construisant la thèse des « porteurs de torques », apporte des arguments au point de vue qu’Oscar Montelius exprimait en 1899 quand il envisageait l’Orient dans ses rapports avec l’Europe368 et soutenait que la seconde était redevable au premier des acquis de la « civilisation ». S. Reinach avait mis en garde contre le « mirage oriental »369, mais les progrès de l’archéologie permettent en 1938 au préhistorien britannique Vere Gordon Childe370 de faire la démonstration de la validité des cinq postulats d’O. Montelius : dans son article, dont le titre reproduit celui de l’archéologue suédois371, il se fonde sur les résultats des travaux menés au Proche-Orient pour établir la continuité des relations entre l’Asie et l’Europe depuis la préhistoire.

  • 372 Id., L’Orient préhistorique, 1935.

347Spécialiste de l’Europe, V. Gordon Childe étudie la préhistoire de l’Orient car on ne peut autrement véritablement comprendre la préhistoire européenne qui « est, avant tout, surtout, l’histoire de l’imitation, au mieux de l’adaptation, des conquêtes du génie oriental : l’histoire de ces conquêtes se trouve dans l’archéologie orientale372 ».

348La préhistoire, née dans les sablières d’Abbeville, triomphe en Orient, de l’Égypte aux rives de l’Indus, et revient en Europe enrichie de découvertes qui permettent aux archéologues, préhistoriens, protohistoriens, égyptologues, hellénistes et orientalistes de proposer un tableau d’ensemble du monde ancien depuis le néolithique, et de restituer un réseau complexe d’échanges entre Occident et Orient.

349Les liens étroits que l’archéologie permet de tisser entre des domaines, qui jusque-là s’étaient développés indépendamment les uns des autres, renforcent la cohésion des institutions existantes ou mises en place immédiatement après la Seconde Guerre mondiale. En 1946, lorsqu’est créé l’Institut français de Beyrouth, l’archéologie française est représentée sur tout le pourtour méditerranéen, du Maroc et de l’Espagne à l’Iran. Les écoles fondées au xixe siècle ont développé leur action et se sont donné de nouvelles ambitions l’École d’Athènes a poursuivi de « grands chantiers » mais a participé aussi à la découverte de la Préhistoire en Macédoine et surtout s’est associée aux autres équipes occidentales dans la résurrection de la Crète minoenne. L’École de Rome a fait de l’Afrique du Nord son terrain privilégié d’intervention, multipliant les chantiers et dotant les pays sous administration française de services archéologiques et d’une législation dont on s’inspirera pour la métropole. Les travaux combinés de l’Institut du Caire et du Service des antiquités maintiennent et portent très haut l’égyptologie française en contrebalançant efficacement le poids de la Grande-Bretagne. Les institutions créées après 1920, Casa de Velázquez à Madrid, École de Jerusalem, Service des antiquités de Syrie et instituts de Constantinople, Damas et Beyrouth consolident la recherche française.

350C’est incontestablement au Proche-Orient que l’archéologie française connaît les mutations les plus radicales et l’essor le plus spectaculaire. L’archéologie orientale est au même titre que l’archéologie classique pourvue d’institutions puissantes, et les orientalistes pèseront d’un poids égal à celui des hellénistes au sein du Centre national de la recherche scientifique créé en 1939 : la place de l’archéologie en son sein illustrait alors le prestige qu’elle avait acquis et confirmait son accession au rang de science.

L’archéologie francaise en 1945 : le parachèvement de son organisation

351Quoi qu’il en soit du degré de développement des différents domaines de l’archéologie dans les années trente de notre siècle, le constat que faisait, en 1848, Ernest Renan dans son Avenir de la science reste valable : des institutions existent mais elles disposent de moyens beaucoup trop modestes et ne parviennent pas à assurer une collaboration étroite et suivie. La nécessité de créer le « corps de chercheurs » que Renan appelait de ses vœux se fait de plus en plus impérieuse, aussi bien pour les disciplines peu representées à l’Université, archéologie métropolitaine et préhistoire, que pour celles qui ont déjà amorcé leur institutionnalisation, archéologie classique et orientale.

  • 373 J. F. Picard et E. Pradoura, « La longue marche vers le CNRS, 1901-1945 », Cahiers pour l’histoire (...)

352Dans « la longue marche vers un Centre de la recherche scientifique »373, le début du xxe siècle marque une étape importante avec l’apparition de nouvelles institutions ; cependant, il faut attendre 1930 pour que soient clairement énoncés les problèmes, et élaborées des solutions : l’archéologie, conçue comme l’une des sciences humaines dont la réalité est enfin reconnue, s’insère alors dans le mouvement général d’organisation de la science au sein d’un centre coordonnateur.

  • 374 Raymond Vaufrey (1880-1967), membre de la XVe commission du CNRS et directeur régional des antiquit (...)

353Par-delà les conflits qui opposent archéologues issus des écoles françaises à l’étranger et préhistoriens, le consensus s’établit sur l’exigence d’une organisation de l’archéologie en France : c’est ainsi qu’en 1941, Jérôme Carcopino, archéologue classique, et René Vaufrey, préhistorien374, élaborent l’un et l’autre, sans se consulter, le même projet d’un service archéologique.

354En 1939, la création du CNRS, sans résoudre immédiatement les antagonismes entre spécialistes de l’archéologie, ni mettre fin au développement inégal des disciplines, offre cependant un cadre institutionnel commun à toutes les archéologies, prépondérantes ou non.

355Si l’on considère l’histoire du CNRS dans son ensemble, et plus particulièrement le domaine des sciences humaines, on est frappé par le statut privilégié dont bénéficie l’archéologie, sinon en 1939 du moins à partir de 1941.

356C’est alors en effet que sont promulguées les « lois Carcopino », du nom de l’historien-archéologue devenu secrétaire d’État à l’Éducation nationale du gouvernement de Vichy, et que s’organise un véritable service archéologique, placé, ainsi que les fouilles en France et à l’étranger, sous l’autorité et la responsabilité des XVe et XVIe commissions du CNRS.

  • 375 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, 18 mars 1943.

357En outre, la nouvelle institution, coordonnatrice de la science en France, assure en archéologie non seulement l’administration mais aussi la publication des travaux, par le truchement de la revue Gallia, qui est, de l’avis de Charles Jacob, directeur du CNRS entre 1940 et 1944, tout comme le travail des deux commissions archéologiques, un modèle de ce que devrait être l’activité d’ensemble du CNRS375.

358On ne saurait expliquer une telle situation par le seul fait qu’un archéologue ait été chargé du secrétariat d’État à l’Éducation nationale en 1941-1942, ou dans la personnalité exceptionnelle d’A. Grenier, fondateur de Gallia. Les raisons sont multiples et anciennes et tiennent à l’histoire même de l’archéologie depuis les origines de son institutionnalisation en France, au début du xixe siècle, et plus précisément à partir de 1830, quand François Guizot met en place la Commission des monuments historiques. Il faut cependant distinguer entre les différents domaines de la discipline, archéologie classique et orientale d’une part –qui se développent de façon continue depuis 1846, date de fondation de la première École française d’archéologie à l’étranger, et sont bien représentées à l’Université et au Musée du Louvre – et d’autre part archéologie métropolitaine et préhistoire.

359En ce qui concerne l’archéologie métropolitaine, elle prend son essor sous Napoléon III, qui décide de la création, en 1867, du musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye. En 1939 pourtant, le développement de l’archéologie métropolitaine est bien moindre et sa situation beaucoup moins prestigieuse que celle de notre archéologie à l’étranger.

360Quant à la préhistoire, si, depuis l’âpre bataille de l’évolution et la difficile reconnaissance de la « science préhistorique » à l’Exposition universelle de 1867, elle a été illustrée par de nombreuses et sensationnelles découvertes et nourrie des travaux de personnalités de premier plan, elle ne parvient pas à trouver une place à l’Université et se développe en dehors d’elle ; ainsi est-ce le prince Albert Ier de Monaco qui assurera la création de l’Institut de paléontologie humaine. Ce n’est qu’en 1929 que l’enseignement officiel de la préhistoire est mis en place au Collège de France par Henri Breuil, qui contribuera grandement à sa défense au sein du CNRS à partir de 1945.

Les efforts d’organisation et de coordination des recherches

361Dans la quête des origines des cadres institutionnels que la création du CNRS fournit à l’archéologie, l’on reconnaît aisément le premier jalon planté en 1830 par François Guizot, historien et ministre de l’Instruction publique, quand il fonde la Commission des monuments historiques et le poste d’inspecteur général.

362L’archéologie métropolitaine recevra une impulsion nouvelle de Napoléon III : des fouilles sont ouvertes à Alésia, à Gergovie et à Bibracte sur le mont Beuvray, hauts lieux de l’épopée julienne autant que gauloise ; en 1867, on inaugure le musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye. En France, l’institutionnalisation de l’archéologie commence donc assez tôt. Il faut cependant reconnaître que les crédits consacrés à l’archéologie sont alloués en priorité aux « missionnaires » envoyés aux quatre coins du monde et aux Écoles françaises implantées à l’étranger.

363Avant que l’École d’Athènes ne s’ouvre en 1846, le Service des missions de l’Instruction publique, créé en 1842 et maintenu jusqu’en 1935, date à laquelle il est « absorbé » par la Caisse nationale de la recherche scientifique, assure la présence de savants français dans cet Orient, qui, aux yeux des Européens, détient la source de notre propre civilisation, et qu’explorent déjà architectes et archéologues anglais et allemands. C’est dans un contexte de concurrence politique entre les trois grandes puissances européennes en Méditerranée qu’est conçue la première École française d’archéologie, qui doit devenir un foyer culturel capable de développer en Grèce l’influence de la France contre celle de l’Angleterre.

364La défaite devant la Prusse en 1870 stimule la modernisation de l’enseignement et de la recherche en France, et en particulier la création de nouvelles institutions archéologiques en 1872, l’École de Rome est organisée, avec le souci de défendre en Italie l’archéologie française contre l’allemande. En Égypte, à la veille de la mort d’A. Mariette en 1881 est fondée l’École d’archéologie orientale du Caire, aujourd’hui l’IFAO, Institut français d’archéologie orientale.

365En Afrique du Nord, domaine privilégié des membres de l’École française de Rome, la Tunisie dispose, dès 1884, d’un Service des antiquités, organisé par René du Coudray La Blanchère, ancien « Romain », tout comme S. Gsell, qui dotera l’Algérie d’une Inspection des antiquités, créée en 1900, puis complétée en 1923.

366Plus tard, au lendemain de la Première Guerre mondiale, quand la Syrie et le Liban sont placés sous mandat français, un Service d’antiquités y est organisé par le général Gouraud et patronné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres : René Dussaud et Edmond Pottier, tous deux conservateurs au Louvre et membres de l’Institut, sont à l’origine du Service des antiquités de Syrie et de l’École française d’archéologie de Jérusalem et suscitent au sein de l’Académie la création d’une commission de Syrie-Palestine. En Espagne, après une longue période de gestation, la Casa de Velázquez est inaugurée en 1928.

367Les Écoles françaises d’archéologie qui jalonnent le bassin méditerranéen sont, jusqu’en 1939, les seuls véritables centres de recherche, et leurs membres peuvent être considérés comme les premiers « chercheurs » de notre histoire scientifique. L’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui en a la responsabilité et dont font partie la plupart des « anciens » de Rome, d’Athènes, du Caire, de Jérusalem ou de Madrid, apparaît comme l’instigatrice de la recherche archéologique par la création de nouvelles institutions sur le modèle de la première d’entre elles, Athènes, et l’organisation de services des antiquités en Méditerranée occidentale et orientale.

368Dans les années trente de notre siècle, l’archéologie française à l’étranger fait excellente figure face à la science allemande qui, tout au long du xixe siècle et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, constitue la référence obligée : les recherches dans les domaines classique et oriental sont actives, et de véritables services des antiquités fonctionnent en Afrique du Nord et au Proche-Orient.

  • 376 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine. 1. Première partie. Généralités. Travaux militaires(...)
  • 377 A. Grenier, Manvel..., op. cit., p. 71 sq.

369Si l’on évoque, en comparaison, la situation en France, on ne manque pas d’être surpris. Certes, après 1870, dans la perspective du redressement national, une profonde réforme de l’Université est engagée et l’on crée alors les premières chaires d’archéologie. C’est A. Dumont, ancien membre de l’École d’Athènes et fondateur de celle de Rome, qui, nommé directeur de l’Enseignement supérieur en 1879, contribue à mettre en place la « Nouvelle Sorbonne » en s’inspirant du modèle universitaire allemand : il ouvre laboratoires et bibliothèques et inaugure des enseignements nouveaux. C’est lui qui en 1884 confie à Émile Cartailhac un enseignement de préhistoire à la faculté des lettres de Toulouse. Il faut souligner à ce propos que cette initiative restera exceptionnelle, la première véritable chaire de préhistoire n’étant créée qu’en 1954, à Toulouse précisément, pour Louis-René Nougier. En 1904, la fondation de la Société française des fouilles archéologiques, placée sous la présidence d’Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles, permet l’ouverture de chantiers importants en France et à l’étranger : la société subventionne par exemple les travaux du trophée d’Auguste à La Turbie, ceux des thermes romains du vieil Évreux, les fouilles d’Alise-Sainte-Reine/Alésia, ou de Saint-Bertrand-de-Comminges376. Tous ces sites seront pris en charge, à partir de 1941, par la XVe commission du CNRS. Le Bulletin publie les conférences organisées par la Société française des fouilles archéologiques, dont A. Grenier prévoit, en 1931, qu’elle « promet de devenir un organe important du travail archéologique en France377 ».

  • 378 F. Delage, « La législation de l’archéologie », La Grande Revue, 1911 ; S. Reinach, « La question d (...)

370Cependant, en ce qui concerne la conservation du patrimoine archéologique en France et la réglementation des fouilles, la situation n’est pas loin d’être catastrophique : aucune loi, pas de service des antiquités avant 1941. Et pourtant, la prise de conscience est réelle et relativement précoce, puisqu’en 1910 deux projets de lois sont déposés au Sénat378. Cette tentative pour imposer une réglementation des fouilles échouera malgré l’énergie que les archéologues mettent depuis 1880 à dénoncer le lamentable état de notre patrimoine préhistorique, celtique et gallo-romain.

  • 379 H. Hubert, « La Commission des monuments préhistoriques », L’Anthropologie, 21, 1910, p. 321 sq., e (...)

371En 1879, Jules Ferry avait constitué au sein de la Commission des monuments historiques la sous-commission des monuments mégalithiques, et on avait entrepris la liste des dolmens et menhirs379. La loi du 30 mars 1887 « sur les monuments historiques » permettait leur classement, mais on interprétait le mot « monument » dans un sens trop restreint : les grottes préhistoriques n’en faisaient pas partie. La loi du 21 avril 1906 concerne la « protection des sites et monuments naturels de caractère artistique », et permet le classement de camps romains et celtiques ou du rocher de Solutré, mais ne se rapporte pas aux fouilles. Les sites préhistoriques surtout souffraient du pillage et du vandalisme. Le scandale atteint son paroxysme en 1910 quand éclate l’affaire Hauser : cet antiquaire suisse avait fouillé pour son propre compte et sans autorisation en Dordogne et avait impunément vendu en Allemagne deux squelettes du quaternaire. S. Reinach, conservateur en chef du musée de Saint-Germain-en-Laye, préoccupé par la situation des monuments archéologiques en France, suggère à son frère, Théodore Reinach, le dépôt au Sénat de deux projets de lois touchant l’archéologie.

372Le projet du 25 octobre 1910 porte sur « les fouilles intéressant l’archéologie et la paléontologie ». Celui du 11 novembre 1910 envisage la « conservation des monuments et objets ayant un intérêt historique ou artistique ». Ces projets étaient très novateurs, en particulier sur le point du classement d’office des « terrains qui renferment des stations ou des gisements préhistoriques ». Il cependant souligner que l’on n’y envisage pas l’organisation d’un service archéologique.

  • 380 H. Hubert, op. cit., 1914, p. 353.
  • 381 P. Verdier, « Le Service des monuments historiques, son histoire, organisation, administration, lég (...)

373Devant la résistance des préhistoriens, en particulier de la Société préhistorique française, et la levée de boucliers des sociétés savantes, malgré une nouvelle présentation, on finit par renoncer et l’on se contenta de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques présentée par le sénateur Audiffred : les stations et gisements préhistoriques sont inclus et, s’il n’est pas question des fouilles, on a cependant le souci de donner à l’État certains moyens pour protéger le patrimoine historique, artistique et archéologique, et d’en hâter l’inventaire380. La loi du 10 juillet 1914 porte création de la Caisse des monuments historiques et préhistoriques, qui a la charge de recueillir et de gérer les fonds « mis à la disposition du ministère des Beaux-Arts, en vue de l’acquisition et de la conservation des immeubles et meubles classés381 ». La guerre de 1914-1918 met fin aux tentatives de réglementation.

  • 382 Henri Hubert meurt en 1927, Louis Capitan en 1929.
  • 383 R. Vaufrey, « La protection des monuments préhistoriques en France », L’Anthropologie, 42, 1932, p. (...)

374Aux termes de la loi du 31 décembre 1913, la protection des monuments préhistoriques et la surveillance des fouilles étaient assurées par la Deuxième Section (sous-commission des monuments préhistoriques) de la Commission des monuments historiques, créée en 1909. Les préhistoriens de la section se partagent la tâche mais, rapidement submergés et découragés, ils s’avèrent impuissants à améliorer la situation. Seuls Henri Hubert, conservateur au musée de Saint-Germain-en-Laye et Louis Capitan, professeur au Collège de France, restent actifs, mais disparaissent trop tôt382 pour assurer la continuité de la tâche entreprise383.

375Pourtant, un projet de création de postes d’inspecteurs des Monuments historiques pour la préhistoire, conçu par H. Hubert, est repris en 1930 par Paul Léon, directeur général des Beaux-Arts, qui approuve la proposition. Faute de crédits, on en restera aux vœux pieux, mais retenons cette date de 1930 comme décisive : la crise de l’archéologie métropolitaine est patente et de plus en plus nombreux sont ceux, y compris à la tête des institutions existantes, qui réclament des remèdes d’urgence. L’absence de lois sur les fouilles et d’organisation cohérente de l’archéologie en France est ressentie comme aberrante et intolérable, non seulement si l’on se réfère à la situation des autres pays d’Europe déjà pourvus de structures et de réglementations, mais surtout si l’on pense à ce qui a été créé en Méditerranée, dans les régions contrôlées par la France.

  • 384 O. Dumoulin, « Les sciences humaines et la préhistoire du CNRS », Revue française de sociologie, 26 (...)

376En ce début des années trente, on est conscient que l’on ne peut maintenir le déséquilibre entre une archéologie à l’étranger, prestigieuse et fermement assise sur des institutions qui assurent aux archéologues une place de premier plan dans l’Enseignement supérieur ou au sein de la Caisse des recherches scientifiques, aux côtés des historiens et des philologues, et l’archéologie métropolitaine –préhistoire, protohistoire et période gallo-romaine– peu ou pas institutionnalisée, quasiment dépourvue de moyens et de personnels de recherche. En 1930, l’archéologie s’est affirmée comme discipline distincte de l’histoire et s’est fait admettre comme « science » ; elle est donc placée en première ligne dans la lutte pour la reconnaissance des « sciences humaines » qui se joue alors et trouve un début de résolution par la création de la Caisse nationale des sciences et des lettres. Alors qu’en 1901 la Caisse des recherches scientifiques ne concerne que les sciences exactes, la création en son sein de la IVe section, chargée de soutenir la publication des œuvres « d’ordre juridique, littéraire, archéologique et historique », marque en 1921 une étape décisive, puisque les disciplines concernées sont implicitement associées à la recherche et à la science. Savoir que 80% des crédits alloués à la IVe section allaient aux philologues, historiens et archéologues384 permet de mieux comprendre la place que ces disciplines devaient prendre au CNRS parmi les sciences humaines.

377L’archéologie, qui se définit comme science et a acquis une place privilégiée dans l’Enseignement supérieur, partage avec les sciences exactes les mêmes exigences d’organisation globale.

L’archéologie dans le mouvement général d’organisation et de coordination de la science (1930-1939)

  • 385 J. Perrin, L’Organisation de la recherche scientifique en France, Paris, 1930.
  • 386 O. Dumoulin, op. cit., p. 355 ; E. Pradoura , « Les sciences humaines au CNRS de leur mise en place (...)

378Dans l’histoire de l’organisation de la science en France, la date de 1930 représente un moment crucial : en même temps que Jean Perrin, physicien de renom, conçoit un plan d’organisation de la recherche scientifique385, se constitue la Caisse nationale des sciences, composée de deux comités scientifiques distincts, l’un pour les sciences mathématiques ou expérimentales et l’autre pour les sciences « humaines » ; ce terme, utilisé pour la première fois, marque l’admission des « lettres » dans la recherche scientifique386.

  • 387 E. Pradoura, op. cit., p. 18.
  • 388 Lettre à J. Cavalier du 6 mai 1933, citée par O. Dumoulin, op. cit., p. 368.
  • 389 A. Piganiol, « Histoire romaine », Revue historique (Bulletin critique 1, 2 et 3), 191, avril-juin. (...)

379En 1933, la volonté d’organiser la recherche inspire à J. Perrin le projet d’un Conseil supérieur de la recherche scientifique où sont privilégiées les sciences exactes. La notion de « sciences humaines » est alors encore fragile et il faut encore se battre pour leur pleine reconnaissance. C’est ainsi qu’Albert Coville, membre de l’Institut, directeur honoraire de l’Enseignement supérieur, réclame la constitution au sein du Conseil de deux divisions, l’une pour les sciences positives et l’autre pour les sciences humaines387. Coville proteste aussi contre la composition du corps électoral limité aux seuls « professeurs de faculté, maîtres de conférence, titulaires d’un enseignement dans un grand établissement et chercheurs de la Caisse nationale des sciences. »388A. Coville va plus loin dans l’élargissement du corps électoral et propose « d’inclure dans la liste, les chargés de cours dont l’enseignement des sciences désintéressées est en marge des enseignements classiques ». Le terme « sciences désintéressées » est illustré par deux exemples emblématiques pour nous : ceux des cours d’histoire d’André Piganiol en Sorbonne, et du séminaire de Charles Virolleaud à l’École pratique des hautes études. Historien de Rome, le premier est assez sensible à l’archéologie pour dresser en 1941 un bilan des fouilles menées en Gaule389. Le second, C. Virolleaud, ancien directeur des antiquités de Syrie, assure, à l’Institut d’art et d’archéologie de l’université de Paris, un cours sur l’art et la civilisation de la Syrie antique et, à l’École pratique des hautes éudes, section des sciences religieuses, une conférence sur la religion des Phéniciens. A. Coville plaide également pour que soient représentés au Conseil de la recherche scientifique les directeurs et les pensionnaires des Écoles françaises à l’étranger. Dans la défense des sciences humaines, c’est l’histoire antique et l’archéologie que l’on choisit de mettre en valeur, témoignant ainsi de la place privilégiée qu’elles occupent dans l’Enseignement supérieur et de la pression qu’exercent historiens et archéologues pour s’insérer dans les structures de la recherche.

  • 390 R. Vaufrey, op. cit., p. 324.

380Une initiative prise en 1933 par certains membres de la Société d’études latines confirme cette approche de la situation. Alors que R. Vaufrey, directeur du Laboratoire de paléontologie du quaternaire à l’Institut de paléontologie humaine, qui, devenu maître de recherche au CNRS, siégera à la XVe commission, fait en 1932 un sombre bilan de la préhistoire en France390 et réclame l’organisation d’un Service des antiquités, E. Albertini, ancien membre des écoles de Rome et de Madrid, professeur au Collège de France et directeur des antiquités d’Algérie, présente le 11 février 1933, à la Société des études latines, un projet de Service des antiquités. J. Carcopino, qui portera l’entreprise à son terme, et A. Grenier, fondateur en 1943 de la revue Gallia et membre de la XVe commission du CNRS, sont présents. Tout en isolant le cas des antiquités préhistoriques qui, à ses yeux, bénéficient d’une structure institutionnelle, en l’occurrence la sous-commission des monuments préhistoriques à la Commission des monuments historiques et des beaux-arts créée en 1909, E. Albertini réclame pour l’archéologie métropolitaine la création de postes d’archéologues professionnels rémunérés selon les mêmes critères que les universitaires. Il souligne le besoin urgent de crédits supplémentaires pour les fouilles et la publication. En mars 1933, un texte de vœux est rédigé et adressé au directeur des Beaux-Arts, Bollaert : J. Carcopino avait fait admettre le bénévolat pour les inspecteurs d’antiquités, cherchant à éviter le principal écueil auquel pouvait se heurter le projet, le coût de sa mise en place.

146. Lionel Balout (1907-1992), dans les Aurès en 1975. Cliché C. Roubet, « Études d’antiquités africaines », 1979.

147. Raymond Vaufrey (1890-1967) à Oran en 1950. Cliché de R. Le Dû pris du Murdjadjo, « Études d’antiquités africaines », 1979.

148. Jérôme Carcopino (1881-1970). Aquarelle conservée à la bibliothèque de l’Institut de France.

149. André Leroi-Gourhan (1911-1986). D’après Gallia préhistoire, tome 29, 1986, fasc. 1.

381On obtient, par décret du 13 avril 1933, la création d’une cinquième section à la commission des monuments historiques, celle des « fouilles et antiquités classiques ». Ses membres sont désignés par le ministre de l’Éducation nationale et parmi eux l’on remarque C. Jullian, professeur au Collège de France dans la chaire d’Histoire et antiquités nationales, A. Grenier et J. Carcopino, tous trois anciens membres de l’École française de Rome.

  • 391 C. Jullian, Au seuil de notre histoire, t. 2, chap. 3, leçon d’ouverture au Collège de France du 4. (...)
  • 392 A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Éditions du Seuil, 1 (...)

382Ces historiens-archéologues, qui élaborent en 1933 l’embryon du service archéologique qui sera mis en place par l’un d’eux en 1941, ont tous la conscience aiguë que le retard accusé par l’archéologie métropolitaine doit être comblé. Leurs carrières respectives témoignent de leurs efforts dans ce sens : leur doyen, C. Jullian, titulaire depuis 1905 de la chaire « Histoire et antiquités nationales » au Collège de France, est avant tout l’historien de la Gaule, celui qui intitule sa leçon inaugurale « Plaidoyer pour la préhistoire391 », l’instaurant comme prolégomène à notre histoire nationale. Il introduit ainsi pour la première fois la préhistoire au Collège de France392, longtemps avant son entrée officielle, en 1929, avec l’abbé Breuil. Lorsqu’en 1916, C. Jullian confie à A. Grenier le soin de poursuivre le Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine laissé inachevé par J. Déchelette, c’est convaincu qu’ « il fallait songer à reconstituer le patrimoine archéologique de la Gaule ».

  • 393 A. Grenier, Habitations gauloises et villas latines dans la cité des Médiomatrices. Étude sur le dé (...)
  • 394 Id., Bologne villanovienne et étrusque, viiie - ive siècle avant notre ère, Bibliothèque des Écoles (...)

383A. Grenier, qui succède, en 1936, à son maître dans la chaire d’Antiquités nationales au Collège de France, a ouvert son œuvre scientifique en 1906 par « une étude de la civilisation gallo-romaine dans une province gauloise393 » ; son séjour à l’École française de Rome et ses recherches sur Bologne villanovienne et étrusque394, bien loin de le détacher de l’archéologie métropolitaine, renforceront sa conviction qu’archéologie protohistorique et archéologie classique sont indissolublement liées. De retour en France et avec l’aide de C. Jullian, il obtient la création de la première chaire d’Antiquités gallo-romaines et rhénanes, qu’il occupe jusqu’en 1936 à Strasbourg.

384C. Jullian et A. Grenier sont donc des artisans de l’institutionnalisation de l’archéologie métropolitaine et, lorsque la science s’organise en France et que des structures coordonnatrices naissent, ils sont tout prêts à agir pour que la « science archéologique » y trouve sa place.

385E. Albertini et J. Carcopino, qui, l’un, par la direction des antiquités en Algérie, et l’autre, par celle de l’École française de Rome, ont l’expérience de la gestion de l’archéologie, fournissent les modèles sur lesquels fonder un véritable service archéologique en France.

  • 395 Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie », Congrès (...)

386En ces années d’immédiat avant-guerre, cruciales pour l’organisation de la recherche en France, alors que l’on est tenté de placer les priorités ailleurs que dans l’archéologie, archéologues, amateurs et professionnels, ne négligent aucune occasion de rappeler la nécessité d’une réforme profonde. En 1934, le centenaire conjoint du Service des monuments historiques, créé par F. Guizot, et de la Société française d’archéologie, fondée par Arcisse de Caumont, célébré lors du 97e congrès archéologique de France395, témoigne de la collaboration entre la société savante et les représentants des institutions d’État. À partir de 1897, le ministre de l’Instruction publique avait délégué un archéologue aux congrès annuels de la société, tel Antoine Héron de Villefosse, membre de l’Institut et conservateur au Louvre. Au congrès du centenaire de 1934, les archéologues professionnels interviennent en grand nombre, entre autres l’abbé Breuil, professeur au Collège de France pour la préhistoire, A. Grenier, professeur à Strasbourg, et R. Lantier, conservateur à Saint-Germain-en-Laye, pour la protohistoire ou Adrien Blanchet, président de la section archéologique du Comité de travaux historiques et scientifiques pour la période gallo-romaine. Tous appartiendront aux commissions et comités du CNRS.

  • 396 L’Inspection générale des monuments historiques, créée en 1830, le Comité des travaux historiques f (...)

387Ainsi, la Société française d’archéologie, fondée alors que les institutions archéologiques n’existaient pas, a non seulement provoqué leur apparition, – il s’agit des comités de Guizot396 –, mais, par son dynamisme et son sérieux, s’est imposée comme leur égale : sur le territoire national, on ne peut compter sans elle, et les archéologues professionnels, s’ils veulent faire évoluer l’archéologie en France, doivent s’assurer la collaboration des amateurs. La création du CNRS infléchira de façon décisive les rapports entre institutions publiques et sociétés savantes privées et parachèvera la professionnalisation de l’archéologie métropolitaine et de la préhistoire.

  • 397 R. Lantier, « Un siècle d’archéologie protohistorique », Centenaire du Service des monuments histor (...)

388À ce congrès de 1934, R. Lantier rend hommage, dans son exposé397, à l’œuvre des Sociétés savantes et des particuliers dans les provinces, tout en déplorant l’indifférence des « sphères officielles ». Il dresse un bilan sévère de la situation léguée par le xixe siècle : « L’histoire de notre organisation administrative quant à la découverte et à la protection de nos antiquités préromaines est des plus instructives. Hésitations, brusques changements au gré d’incidents qu’une réglementation prévoyante eût suffi à empêcher, dualité d’organismes relevant de ministères différents (Beaux-Arts et Instruction publique), contacts difficiles à établir et à maintenir entre Comité central siégeant à Paris et ses correspondants résidant dans les départements, enfin médiocrité des ressources financières. » R. Lantier dénonce à la fois le manque de cohérence des institutions centrales et le centralisme inefficace, deux défauts majeurs auxquels le CNRS devra porter remède.

  • 398 O. Dumoulin, « Les sciences humaines et la préhistoire du CNRS », op. cit., p. 370.

389Au moment où dans le domaine archéologique, les perspectives d’une organisation se dessinent, l’on crée, en 1935, la Caisse nationale de la recherche scientifique : cet organisme, qui le premier porte le sigle CNRS, associe les missions de la Caisse des recherches scientifiques et de la Caisse nationale des sciences, absorbe les deux plus anciennes institutions d’incitation à la recherche, le Service des missions et le Comité des travaux historiques et scientifiques, et assure la cohésion de la recherche scientifique en France398.

  • 399 E. Pradoura, op. cit., p. 16.
  • 400 Archives nationales, CNRS, F 17 17465 ; cité par O. Dumoulin, op. cit., p. 371.

390Malgré la présence, à la réunion du conseil d’administration en mai 1937, de J. Carcopino399, et compte tenu des exigences de la Défense nationale, la nouvelle caisse ne semble pas disposée à accorder à l’archéologie la place dont elle jouissait jusque-là, et A. Grenier réagit énergiquement au refus de crédits pour les fouilles à l’étranger : dans une lettre à Henri Laugier, futur directeur du CNRS, il soutient que les missions archéologiques à l’étranger « représentent un intérêt national, en ce moment plus que jamais400 ». À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’archéologie s’inscrit encore et toujours dans un contexte politique de concurrence avec l’Allemagne.

391Lorsqu’en 1939 est créé le Centre national de la recherche scientifique et que l’archéologie, au côté des autres sciences humaines, y trouve sa place, c’est au terme d’un combat continu pour la reconnaissance, engagé dès 1830. Le processus d’institutionnalisation de la discipline archéologique est alors parachevé, même s’il reste à « inventer » au sein du CNRS, pour la préhistoire et l’archéologie métropolitaine, les structures de gestion et de recherche qui attendront 1941 pour voir le jour.

La création d’un service d’archéologie métropolitaine et la gestion de l’archéologie française au sein du CNRS (1939-1944)

392Par le décret-loi du 19 octobre 1939, est créé le Centre national de la recherche scientifique, placé sous l’autorité du ministère de l’Éducation nationale et sous la direction de Jean Perrin.

393Ce nouvel organisme remplace tous les services d’État non spécialisés de recherche fondamentale ou appliquée et se trouve chargé de la coordination des recherches à l’échelon national. Dans les dix premières années de fonctionnement du CNRS, il convient de distinguer deux périodes, définies par la césure de 1944, date de la Libération, et de la réorganisation du CNRS par Frédéric Joliot-Curie.

394Pour l’archéologie, alors que, de 1940 à 1944, on assiste au développement incontesté de l’archéologie métropolitaine et que se maintiennent les missions à l’étranger, la préhistoire, rattachée en 1944 à l’anthropologie et à l’ethnologie, prendra son essor dans le cadre des comités directeurs institués par Joliot-Curie, où pourront s’exprimer et agir des personnalités qui ne figuraient pas dans les commissions archéologiques du CNRS mises en place en 1941.

395En 1941, sous le gouvernement de Vichy, J. Carcopino accepte le secrétariat d’État à l’Éducation nationale, et organise l’archéologie au sein du CNRS. Ancien directeur de l’École française de Rome, il a vu fonctionner les services archéologiques italiens et a donc une expérience de l’administration de la recherche. Il trouve dans le CNRS l’institution qui permettra enfin de réaliser les projets que, depuis le début du siècle, préhistoriens et archéologues classiques avaient élaborés, et de combler le retard de la France sur les autres pays d’Europe en matière de protection du patrimoine archéologique et de législation des fouilles.

  • 401 Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1941, p. 218.

396En effet, le 27 septembre 1941 paraît la première loi sur les fouilles, si longtemps attendue et si instamment réclamée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres en août 1941401, et par René Vaufrey, maître de recherches au CNRS, au nom des préhistoriens. Quand la loi est inscrite au Journal officiel, l’article de R. Vaufrey sur « L’organisation des recherches et des études préhistoriques », publié dans le numéro d’octobre de la Revue scientifique, est sous presse ; il signale dans un post-scriptum incisif, qui rappelle la rivalité des préhistoriens et des archéologues classiques, que la section de préhistoire de la Commission des monuments historiques n’a pas été consultée pour la conception de la nouvelle loi.

  • 402 Bulletin de la Société préhistorique française, 44, 1947, p. 76.

397La loi recevra de sévères critiques de la part de la plupart des membres de la Société préhistorique française402, qui la jugent trop dirigiste et restrictive, l’accusant de paralyser toutes les initiatives : la grande majorité des préhistoriens étaient en effet des archéologues bénévoles, des « amateurs », dont la loi risquait à terme d’entraver les activités. On verra quelles réponses le CNRS tentera de donner au problème des rapports entre amateurs et professionnels, entre sociétés savantes et institutions publiques, qui demeure crucial.

  • 403 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans. 1937-1944, Paris, 1953, p. 102.

398Comme l’indique J. Carcopino lui-même403, il s’agit d’une loi de circonstance, faite pour se prémunir contre l’occupant qui explorait en toute liberté les sites d’Entremont (Aix-en-Provence), Cimiez (Nice), Carnac ou la côte normande à l’occasion de la construction du mur de l’Atlantique, et qui avait nommé un officier-archéologue, responsable de ces travaux.

399La deuxième « loi Carcopino » du 21 janvier 1942 porte sur l’organisation du Service archéologique, esquissée en 1933 par les membres de la Société des études latines, et largement inspirée du modèle bien rodé en Italie depuis la fin du xixe siècle.

  • 404 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, lettre du directeur du CNRS au directeur de l’Enseig (...)

400Deux commissions archéologiques sont créées au sein du CNRS, et placées sous l’autorité du secrétariat d’État à l’Éducation nationale : la XVe, pour les « Fouilles archéologiques en France métropolitaine », est chargée de coordonner les divers organismes archéologiques, d’attribuer crédits et subventions, d’assurer enfin la publication rapide des résultats ; cette commission sera remplacée en 1948 par le « Comité technique de la recherche archéologique en France », qui deviendra par la suite Conseil supérieur de la recherche archéologique. La XVIe commission créée en 1942 au CNRS étend son autorité sur les « Fouilles archéologiques hors de France », et doit assurer le fonctionnement des grandes missions lancées avant la création du CNRS. Le problème se pose en 1942 de leur rattachement soit au CNRS par le truchement de la XVIe commission, soit à l’Enseignement supérieur, soit encore au ministère des Affaires étrangères. En juin 1942, la XVIe Commission du CNRS est effectivement responsable des fouilles en Iran – mission permanente de Susiane–, de la mission scientifique en Afghanistan et des fouilles en Asie occidentale404. Quant à la commission de l’Institut français du Caire, elle reste à l’Enseignement supérieur, de même que la Commission de l’Afrique du Nord et la Commission archéologique de l’Indochine, qui dépendent du Comité des travaux historiques et scientifiques. Le CNRS n’a pas de mandat non plus pour les fouilles de Delphes, organisées par l’École d’Athènes et rattachées à la direction de l’Enseignement supérieur. Ces dernières exceptions faites, le CNRS, par sa XVIe commission, doit assurer pour la première fois une coordination d’ensemble de toutes les actions françaises à l’étranger en matière d’archéologie. Le CNRS perdra ces prérogatives en 1945, lorsque les « fouilles archéologiques hors de France » seront définitivement transférées à la nouvelle « commission des fouilles » du ministère des Affaires étrangères.

401Le service archéologique mis en place par la « loi Carcopino » de janvier 1942, dépendant de la XVe commission du CNRS, réunit les circonscriptions archéologiques définies sur le territoire métropolitain : six pour la préhistoire, dix-sept pour les antiquités celtiques, grecques et gallo-romaines. À la tête de chaque circonscription, on place un directeur des antiquités, bénévole et nommé par le secrétaire d’État à l’Éducation nationale après avis de la Commission des monuments historiques. Les directeurs des antiquités sont chargés des relations avec les sociétés savantes et réfèrent de leurs travaux à la XVe commission du CNRS qui accorde les permis de fouille. Le CNRS peut aussi, après accord avec la Commission des monuments historiques, envoyer des boursiers ou des maîtres de recherche sur les chantiers de fouille. Le directeur des antiquités est véritablement la cheville ouvrière du Service archéologique, en ceci qu’il permet d’établir, sur le terrain, des liens entre l’organe central et les sociétés savantes dans les provinces, et assure la coordination des recherches en évitant l’écueil du centralisme excessif.

  • 405 Revue d’études anciennes, 1942, p. 64.

402A. Grenier explicite le rôle du directeur de circonscription : « Il lui faudra la collaboration des savants locaux. Loin de brider leur activité, la nouvelle organisation sollicite les initiatives particulières par l’intermédiaire de ce directeur régional405. » C’était répondre aux craintes et aux critiques des préhistoriens et tenter de « normaliser » les rapports avec les sociétés savantes. Les directeurs des antiquités sont, pour la plupart, choisis parmi les universitaires, et l’on voit ainsi s’accentuer la professionnalisation de l’archéologie, à laquelle la majorité des préhistoriens s’opposent en tant qu’archéologues bénévoles, travaillant dans le cadre des sociétés savantes. En 1942, les plus prestigieux de ces archéologues « amateurs » figurent parmi les directeurs de circonscription, tels Denis Peyrony, instituteur et fouilleur des Eyzies, et Saint-Just Péquart, fouilleur du Mas-d’Azil.

403La loi de janvier 1942, par son article 6, fixe les rapports entre la XVe commission du CNRS, le Service des monuments historiques et le Comité des travaux historiques, maintenu malgré son intégration en 1935 à la Caisse nationale de la recherche scientifique.

404Pour les résultats d’ordre historique et scientifique, les directeurs de circonscription saisissent la section archéologique du Comité des travaux historiques. En ce qui concerne la technique des travaux, la conservation, la restauration éventuelle, c’est à la Commission des monuments historiques qu’ils doivent en référer. Après examen des rapports, la section archéologique du Comité des travaux historiques et les deuxième et cinquième sections – Préhistoire et Antiquités classiques – de la Commission des monuments historiques font toute proposition, pour l’ouverture de chantiers de fouilles, leur conduite et l’aménagement des sites, à la XVe commission du CNRS, qui en saisit le secrétaire d’État à l’Éducation nationale.

405La XVe commission du CNRS, première instance dépendant directement du secrétariat à l’Éducation nationale, apparaît bien comme coordonnatrice des actions de deux administrations, Éducation nationale et Beaux-Arts, qui, jusque-là, s’occupaient séparément des questions archéologiques. La XVe commission fait intervenir d’une part l’archéologue universitaire, qui désigne les sites à explorer, interprète les découvertes dans les fouilles, et, d’autre part, l’architecte des monuments historiques, chargé d’assumer l’ensemble des travaux de restauration et de conservation.

406Si l’on examine les listes des membres des XVe et XVIe commissions du CNRS, on remarque tout d’abord le maintien des mêmes noms de 1942 à 1945 et au-delà, et l’on est frappé de la majorité écrasante des membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et anciens pensionnaires des écoles françaises à l’étranger. C’est ainsi que l’on retrouve le nom de René Dussaud, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et l’un des « pères fondateurs » de l’archéologie orientale, qui, pendant de nombreuses années, jouera un rôle de premier plan, appartenant à la fois à la XVe et à la XVIe commission du CNRS. Charles Picard, directeur de l’Institut d’art et d’archéologie de l’université de Paris, occupe une place équivalente et intervient très activement dans l’orientation des fouilles en métropole ou en Afrique du Nord.

407La proportion d’archéologues orientalistes et classiques est très largement majoritaire, puisque, aux côtés de J. Carcopino, A. Grenier et P. Wuilleumier, chargé de cours à l’université de Lyon, fouilleur du théâtre de Fourvière, on ne trouve qu’un protohistorien, R. Lantier, conservateur au musée des Antiquités nationales, mais également issu de la Casa de Velázquez de Madrid, et un préhistorien, R. Vaufrey, directeur de l’Institut de paléontologie humaine, institution privée créée par le prince de Monaco.

408Les rapports de force entre archéologie classique et orientale d’une part et archéologie métropolitaine et préhistoire d’autre part, qui préexistaient à la création du CNRS, se trouvent reproduits au sein de l’institution nouvelle. L’institutionnalisation de l’archéologie, qui se parachève grâce au CNRS, obéit aux principes qui s’étaient imposés dans la mise en place et l’essor de la discipline à l’Université. La situation s’infléchira, à partir de 1944, en faveur de l’archéologie métropolitaine et de la préhistoire.

409Le nouvel organe de décision qu’est le CNRS ne se substitue pas aux institutions plus anciennes, puisque sont membres de droit des commissions les représentants de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, du Comité des travaux historiques et scientifiques, du ministère des Beaux-Arts et des Monuments historiques. Le CNRS est bien, avant tout, une institution coordonnatrice qui met fin, pour l’archéologie et pendant cette période de 1942-1944, à la disparité de services cloisonnés rattachés à des ministères différents.

  • 406 R. Lantier, « Un siècle d’archéologie protohistorique », Centenaire du Service des monuments histor (...)
  • 407 Ibid., p. 17.

410Dans l’organisation de l’archéologie, le CNRS assure donc le fonctionnement d’un véritable service archéologique en France et administre les fouilles à l’étranger, mais se charge aussi de la publication des travaux effectués en métropole : en effet, en 1943, paraît le premier numéro de la revue Gallia, fondée par A. Grenier, pour faire connaître « les fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine ». À cette époque, l’information est dispersée dans de nombreuses revues, et l’actualité archéologique est difficile à saisir. Il n’existe jusque-là en France, rien de comparable aux Notizie degli scavi « qui, rapidement et de façon précise, renseignent sur les découvertes effectuées » en Italie406. Quant au Bulletin archéologique, publié depuis 1883 par la section archéologique du Comité des travaux historiques, il ne saurait prétendre à la qualité de « répertoire des découvertes archéologiques407 ».

411A. Grenier, ancien membre de l’École française de Rome, dont il deviendra directeur en 1945, connaît bien l’organisation de l’archéologie italienne et a pu en apprécier l’efficacité. Depuis 1923, il complète dans la Revue des études anciennes les notes d’archéologie gallo-romaine de C. Jullian, par des « notes d’archéologie rhénane », tentant ainsi de faire la chronique de l’archéologie métropolitaine et de pallier l’absence d’un organe unique d’information.

412Dès 1941, A. Grenier fait paraître à Mâcon une collection intitulée « Fouilles et documents d’archéologie antique en France », qui, par la similitude du titre même, apparaît comme l’ancêtre de Gallia. Le rôle que fixe A. Grenier pour la revue Gallia est de publier le plus rapidement possible les documents bruts –cahiers de fouille, croquis, photographies– recueillis par les fouilleurs, amateurs ou professionnels, pour les faire connaître et servir aux recherches de l’ensemble de la communauté archéologique.

  • 408 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, réunion de la XVe commission du 18 mars 1943.
  • 409 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 205.

413Dans les années trente et quarante, les fouilles étaient très souvent menées par des amateurs, simples particuliers ou membres de sociétés savantes, et l’on sent bien qu’à propos de Gallia se pose, une fois de plus, le problème du rapport entre les institutions publiques et le secteur privé. Cependant, les forces en présence ont évolué, les sociétés savantes ayant perdu une grande part de leur rayonnement, et l’archéologie officielle étant parvenue à l’institutionnalisation complète. En 1934, à l’occasion du Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie, on avait déjà le sentiment d’un processus de fusion : en 1943, la Société des antiquaires de Normandie, création d’Arcisse de Caumont, avant-coureuse de la Société française d’archéologie, sollicite des crédits pour publier des travaux d’archéologues amateurs. Grâce à la caution de R. Lantier et de R. Vaufrey, la XVe commission du CNRS accède à cette demande408. Cet exemple témoigne des difficultés que rencontrent les sociétés locales, réduites à se soumettre à l’autorité des archéologues professionnels pour faire connaître leurs travaux. Le problème est général, et la situation si délicate que Lucien Febvre, membre de la commission « Histoire » du CNRS, fait en 1945 « un rapport concernant l’aide aux Sociétés savantes »409. Il énonce très clairement l’attitude du CNRS qui, « en principe, ne refuse pas de soutenir les sociétés régionales ou locales dans l’embarras en les aidant à imprimer leurs publications ». Cependant, le Centre ne peut suffire aux demandes qui lui viennent de toutes parts. Les subventions pour publication seront octroyées après avis de la section compétente du CNRS et sous contrôle d’un commissaire. Les sociétés sont de plus invitées à se fédérer pour faciliter la publication de revues régionales d’archéologie, qui se substitueront aux revues préexistantes, publiées par chaque société locale.

  • 410 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, séance du 13 juillet 1943.

414La dépendance des sociétés savantes vis-à-vis des institutions est rendue patente par la création du CNRS, qu’elles sollicitent mais dont elles reçoivent non seulement des crédits mais aussi des orientations et un contrôle. Les sociétés de province sont atteintes non seulement dans leurs publications, mais également dans les musées qu’elles ont mis en place depuis le début du xixe siècle et qu’elles ne parviennnent plus à entretenir. Les membres de la XVe commission du CNRS s’inquiètent ainsi du sort du musée de Mâcon, laissé à l’abandon faute de crédits410. Jean Verrier, inspecteur général des Monuments historiques, souligne à cette occasion le droit de regard de la XVecommission sur les musées archéologiques, et le préhistorien R. Vaufrey explicite clairement les enjeux, en déclarant : « On se prépare à prendre la haute main sur les musées de province. »

415Si l’on récapitule les travaux de fouille dont la XVe commission du CNRS a la charge de 1942 à 1948, on saisit parfaitement ce même processus de dissolution de l’archéologie d’amateurs : les chantiers menés par des bénévoles passent progressivement sous le contrôle des professionnels, dans la mesure où les crédits que le CNRS peut attribuer le permettent. Ainsi, se pose le problème des chantiers de Senlis ou de Saint-Rémy-de-Provence – Glanum – que la XVe commission ne peut subventionner, et de celui de Gergovie, qui fonctionne essentiellement grâce à des ressources privées, même si un crédit de 30 000 francs est accordé en 1943.

416Les grands sites comme Alésia ou Gergovie, qui, depuis les travaux exécutés à l’initiative de Napoléon III, ont été explorés par des amateurs appartenant à des sociétés de province, passent à partir de 1942 sous la direction de professionnels, désignés par la XVe commission du CNRS, tels, à Gergovie, Jean-Jacques Hatt, qui occupera la chaire d’Archéologie nationale à Strasbourg, ou à Alésia Jules Toutain, membre de l’École française de Rome, inspecteur des antiquités de Tunisie.

  • 411 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, séance du 18 mars 1943.

417Lorsque, pour diverses raisons, insuffisance des crédits ou indiscutable qualité de l’amateur responsable du chantier, la XVe commission ne peut immédiatement confier les sites à des professionnels, membres des écoles françaises à l’étranger, professeurs d’université ou chercheurs au CNRS, elle leur confie des missions d’inspection ou de collaboration avec l’équipe en place. C’est le cas, par exemple, à Ensérune, exploré par l’abbé Cigal : Charles Picard demande l’envoi d’une mission qu’il assumera avec Raymond Lantier et François Chamoux, ancien membre de l’École d’Athènes, qui restera sur le site411.

  • 412 N. Duval, « Henri Rolland. Le “découvreur” de Glanum », Dossiers histoire et archéologie, n° 140, j (...)

418Le cas d’Henri Rolland (1886-1970), archéologue-amateur à la formation d’architecte, est tout à fait exemplaire : à Saint-Blaise, il fouille depuis 1935 sur ses propres deniers. La direction de ce chantier lui est conservée et, en 1942, il prend en charge le site de Glanum, à Saint-Rémy-de-Provence où, depuis 1918, travaillait André Formigé, architecte des Monuments historiques. H. Rolland publie dans le premier numéro de Gallia, en 1943, les résultats de ses travaux. D’abord « délégué » pour les Basses-Alpes, Saint-Rémy et Saint-Blaise, H. Rolland sera, de 1956 à 1964, directeur de la circonscription de Provence Nord412.

  • 413 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, réunion du 18 mars 1943.

419Des sites de première importance sont donc conservés à des archéologues non professionnels, investis par ailleurs, parfois, d’un poste officiel dans la direction des circonscriptions mises en place par la loi de janvier 1942. Il convient de remarquer que l’unanimité sur ce point n’a pas été de règle au sein de la XVe commission du CNRS, et C. Picard, en particulier, se montre réticent à l’égard d’H. Rolland : il faudra à ce dernier le soutien d’A. Grenier pour continuer à assurer la direction des travaux de Saint-Blaise et de Glanum413.

  • 414 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, XVe commission, séance du 13 juillet 1943.
  • 415 Ibid.

420Dans l’attribution des chantiers, les compétences des amateurs ne sont pas seules en cause : en ces années d’Occupation, la situation en France des membres des Écoles d’Athènes et Rome est difficile. Leur donner la responsabilité de chantiers métropolitains c’est, comme le remarque J. Carcopino, « l’occasion de faire fonctionner cette fameuse École de Rome en ce moment414 ». C’est aussi le moyen de reprendre à l’occupant des sites où il commence à s’installer : c’est le cas de Cimiez à Nice, exploré par les Italiens sous la direction de Nino Lamboglia, où l’on envoie Paul-Marie Duval, membre de l’École de Rome réfugiée en Avignon. Le site de Cimiez à Nice sera d’ailleurs l’enjeu de complexes rivalités, puisque P.-M. Duval, délégué par la XVe commission du CNRS, doit affronter l’archéologue local, et que les Beaux-Arts envoient Fernand Benoît, archiviste et fouilleur des Alyscamps d’Arles. C. Picard lui-même, l’un des membres les plus actifs de la XVe commission, justifie le choix d’un élève de l’École de Rome en affirmant : « Ce sont les seuls qui connaissent leur métier415. »

  • 416 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, XVe commission 20 mai 1944.

421Les procès-verbaux rédigés au cours des réunions de la XVe commission du CNRS entre 1942 et 1944 mettent en évidence le déséquilibre entre archéologie grecque et gallo-romaine d’une part et préhistoire d’autre part, représentée par le seul R. Vaufrey : il n’est question pour cette période d’aucun chantier préhistorique important, et même D. Peyrony se voit refuser un permis de fouille pour les Eyzies car « il convient de conserver [ce site] aux savants de l’avenir qui disposeront de connaissances et de moyens techniques supérieurs aux nôtres416 ».

422Durant cette première période de développement de l’archéologie au CNRS, la situation, héritée du xixe siècle et maintenue jusqu’en 1939, n’a que peu évolué : l’archéologie à l’étranger reste favorisée, en particulier par les crédits, tandis que l’archéologie métropolitaine bénéficie des efforts des Carcopino, Grenier, Lantier pour lui faire rattraper le retard considérable qu’elle accusait dans les années trente, mais au détriment de la préhistoire, dont les représentants, amateurs pour une large majorité, s’estiment brimés par les dispositions des « lois Carcopino » de 1941 et 1942. Les archéologues classiques gardent l’avantage sur les préhistoriens.

  • 417 Conférence du 16 janvier 1945 pour l’Association des travailleurs scientifiques, Archives nationale (...)

423D’un point de vue global, et de l’aveu même de Frédéric Joliot-Curie quand il rend compte de l’activité du CNRS entre septembre 1944 et octobre 1945, « pendant la période d’Occupation, en dépit de nombreuses difficultés matérielles et morales [...] l’administration intérieure [du CNRS] a été bien réorganisée et certaines réalisations ont été faites dans les domaines de la recherche pure et appliquée ». Il donne alors les exemples des crédits pour les publications, dont Gallia, et pour les travaux archéologiques417.

Le redéploiement des compétences administratives et de recherche (1944-1948)

  • 418 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 55, compte rendu d’activité du CNRS, 1944-1945.

424Frédéric Joliot-Curie, nommé fin août 1944 à la tête du CNRS, réorganise l’institution dont la responsabilité lui échoit. Dans le souci d’une planification de la recherche, il établit un comité directeur où, « aux compétences du directeur et du directeur adjoint », sont associées celles des membres d’un grand comité couvrant tous les domaines de la recherche pure et appliquée »418.

  • 419 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 205.

425Les grands domaines de la science sont divisés au CNRS en spécialités. Lors de la première réunion du Comité directeur des sciences humaines, le 6 octobre 1944419, F. Joliot-Curie affirme : « Il faut donner une grande importance à la province », et il fait preuve du même souci d’équilibre entre les services publics et privés. Dès l’exposé des orientations générales, les archéologues-amateurs de province, membres d’associations privées, et les préhistoriens, quasiment absents de l’Université, pouvaient concevoir quelques espoirs d’amélioration de leur situation.

426En octobre 1944, les sciences humaines sont réparties en six commissions pour l’attribution des bourses : histoire, archéologie, histoire de l’art figurent ensemble dans l’une d’entre elles, et la préhistoire est associée à l’anthropologie et à l’ethnologie, dans la même commission où l’abbé Breuil figure aux côtés de Paul Rivet, directeur du musée de l’Homme, et d’Henri Vallois, directeur de l’Institut de paléontologie humaine. Les commissions seront reproduites à l’identique pour constituer les comités directeurs de 1945.

  • 420 A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Éditions du Seuil, 1 (...)

427La préhistoire qui, entre 1941 et 1944, était comprise dans l’ensemble des fouilles menées en France et était par conséquent concernée par la XVe commission du CNRS, est associée, à partir d’octobre 1944 et jusqu’à nos jours, à l’anthropologie et l’ethnologie. La cohabitation instaurée en 1942 entre archéologie celtique, grecque, gallo-romaine et préhistoire, au sein de la même commission des fouilles en France métropolitaine, exprimait l’un des pôles de l’alternative à laquelle la préhistoire a été soumise depuis 1850 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale : très proche des sciences naturelles par ses méthodes, de l’anthropologie et de l’ethnologie par son objet, elle est défendue, dans un premier temps, vers 1860, par les représentants de ces sciences. Puis, quand s’opère la mutation fondamentale de l’histoire, exprimée, par exemple, par C. Jullian dans son « plaidoyer pour la préhistoire » au Collège de France en 1905, l’étude des temps et de l’homme primitifs s’intègre à l’histoire en ceci qu’elle envisage l’évolution de l’humanité depuis les origines420.

428C’est dans cette perspective qu’en 1942, la préhistoire, au sein de la XVe commission du CNRS, fait partie intégrante de l’archéologie nationale. Le comité-directeur anthropologie-ethnologie qui, en 1945, abrite la préhistoire, semble à première vue constituer un considérable retour en arrière. Or, l’on assistera, à partir de ce moment, au développement considérable de la science préhistorique, dont on a le sentiment qu’elle ne pouvait s’épanouir lorsqu’elle partageait la même structure que les autres domaines de l’archéologie nationale. Une fois l’autonomie acquise vis-à-vis des autres formes de l’archéologie métropolitaine, l’association entre ethnologie-anthropologie et préhistoire s’avère entièrement fructueuse et, bien loin d’être passéiste, détermine l’évolution dans des directions très novatrices de cette discipline, qui rencontrait tant de difficultés à trouver sa place dans les institutions publiques.

429Les autres domaines de l’archéologie sont représentés par le comité directeur histoire, histoire de l’art, archéologie. Les sections du comité correspondent aux différentes spécialités : égyptologie, assyriologie etc. C. Picard assure la responsabilité de l’archéologie classique, et A. Grenier celle de l’archéologie gallo-romaine, ce dernier conservant par ailleurs la direction de Gallia. Les XVe et XVIe commissions créées en 1942 sont maintenues et, jusqu’en 1945, assurent la gestion des fouilles en France et à l’étranger.

  • 421 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48.

430La XVIe commission, chargée des « fouilles hors de France », sera transférée, en 1945, du CNRS au ministère des Affaires étrangères dont émane la Commission des fouilles, cette passation de responsabilités ayant eu lieu à la demande du CNRS421. La séance inaugurale, tenue le 25 juillet 1945, est placée sous la présidence d’Henri Laugier, directeur du CNRS en 1939-1940, devenu directeur général des Relations culturelles au ministère des Affaires étrangères. On envisage le développement des fouilles déjà engagées par la France à l’étranger et celui de chantiers nouveaux, selon « un vaste plan d’extension avec des programmes pouvant s’étendre sur plusieurs années ». Des sous-commissions sont constituées : la première intitulée Préhistoire et Amérique est placée sous la responsabilité de l’abbé Breuil ; André Leroi-Gourhan, entré au CNRS en 1939 et directeur intérimaire au musée de l’Homme en 1945, en fait partie. Dans sa composition, cette sous-commission manifeste le même choix que le comité-directeur anthropologie-ethnologie du CNRS, puisque les ethnologues Lévi-Strauss, Rivet et Soustelle y appartiennent.

431La sous-commission Athènes-Rome concerne la Grèce, l’Italie, la Tunisie et le Maroc ; parmi d’autre membres, s’y retrouvent A. Grenier, directeur de l’École française de Rome et responsable de l’archéologie gallo-romaine au sein du comité-directeur histoire, archéologie, histoire de l’art du CNRS, A. Merlin et C. Picard, qui, au CNRS, a la charge de l’archéologie classique.

432Pour le Proche-Orient et l’Asie antérieure, R. Dussaud maintient et amplifie l’impulsion qu’il a imprimée, depuis plusieurs décennies, à l’archéologie française dans cette région du monde, et évoque la création d’un Institut supérieur d’archéologie à Beyrouth, réalisé en 1946, et dirigé par Henri Seyrig.

433La commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères manifeste, comme les comités du CNRS, une continuité remarquable avec les structures mises en place en 1942. Si la fin de la guerre a permis à l’abbé Breuil, de retour en France, d’occuper une place de premier plan dans l’illustration de la préhistoire, et si J. Carcopino, ministre du gouvernement de Vichy, est écarté des responsabilités, peu de changements sont intervenus dans la composition des instances dirigeantes de l’archéologie française.

434Dans ce contexte de stabilité, il faut néanmoins souligner l’innovation déterminante que constitue le rattachement de la préhistoire à l’anthropologie et à l’ethnologie : le paysage de l’archéologie métropolitaine s’en trouve profondément modifié, la préhistoire apparaissant progressivement comme une discipline « de pointe ». Quant aux lois sur les fouilles, celle du 27 septembre 1941 est validée par décret du 13 septembre 1945, puis complétée par le décret des 21-22 avril 1947 sur les expertises d’objets. La loi du 21 janvier 1942 est annulée en 1945 et les circonscriptions archéologiques sont redéfinies par l’arrêté du 19 novembre 1946. Les circonscriptions préhistoriques sont désormais au nombre de douze, au lieu de six en 1942, et l’on compte dix-neuf circonscriptions historiques au lieu de dix-sept.

  • 422 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 205.

435Un état des sciences humaines est dressé au CNRS par le comité directeur lors de sa réunion du 28 juillet 1945 : les disciplines les plus déficitaires en laboratoires sont l’anthropologie et la préhistoire ; dans un contexte de reconstruction nationale défavorable au développement des sciences humaines, il est urgent d’élaborer un plan d’ensemble et de créer des chaires et laboratoires422. Le comité directeur rédige le rapport du 28 août 1945, où figure la liste des chaires à créer à l’Université, au Collège de France et à l’École pratique des hautes études.

  • 423 Ibid.

436La préoccupation dominante en ces premiers temps d’après guerre est celle de la préparation des chercheurs, et l’on souligne en mars 1945, que « le préhistorien et l’archéologue doivent être soigneusement préparés aux méthodes de relevé, prospection, fouille, enregistrement »423. Or, où les former, sinon dans le cadre l’Université ou dans des centres à créer ?

  • 424 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, XVe commission, séance du 18 mars 1943.

437En 1945 les besoins en sciences humaines, et plus spécialement en archéologie préhistorique et métropolitaine, sont considérables et soulignés avec insistance. Il faut cependant attendre la nomination à la tête du CNRS de Georges Teissier, le 6 février 1946, et surtout celle de Georges Jamati comme directeur adjoint des sciences humaines, pour que s’ouvre une période faste pour les sciences humaines, qui jouissent enfin de leur pleine reconnaissance et bénéficient de la création de nouveaux centres. Déjà, en 1943, au moment du lancement de la revue Gallia, A. Grenier, R. Lantier et R. Vaufrey soulevaient la question de l’initiation aux techniques de fouille et suggéraient la publication de manuels inspirés de ce qui existait déjà en Espagne ou en Angleterre424.

  • 425 N. Duval, « Henri Rolland. Le “découvreur” de Glanum » op. cit.

438L’enseignement pratique de l’archéologie de terrain était alors inexistant et le seul chantier-école était celui d’Henri Rolland à Glanum, où il accueillait pendant un mois les futurs membres de l’École de Rome425. Le cas de la préhistoire est bien différent, et l’on assiste à partir de 1945 à une véritable éclosion d’initiatives déterminantes pour l’épanouissement de cette discipline. Dans un domaine où le chercheur ne dispose que de vestiges matériels à l’exclusion de textes, la maîtrise des techniques de fouille spécifiques est primordiale. Les préhistoriens en sont parfaitement conscients et, en 1947, la Société préhistorique française lance le projet de centres régionaux d’études préhistoriques, à l’initiative d’H. Breuil, L. R. Nougier et A. Leroi-Gourhan. C’est ainsi qu’est organisé le Centre de documentation et de recherches préhistoriques dont A. Leroi-Gourhan, maître de recherches au CNRS, est directeur. Ethnologue de formation, organisateur du Centre de formation aux recherches ethnologiques, collaborateur de Paul Rivet au musée de l’Homme, A. Leroi-Gourhan opère « une véritable révolution des études préhistoriques, qu’il soumet à l’éclairage de l’anthopologie physique et de l’ethnologie », et avec l’abbé Breuil, concourt à donner à la préhistoire des institutions qui lui manquaient.

439Le Centre de documentation et de recherches préhistoriques comprend un service documentaire et une école de fouilles, le chantier dirigé par A. Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure d’abord, puis à Pincevent. Les préhistoriens ont donc trouvé une réponse aux problèmes de la formation des chercheurs et ont opté pour le développement autonome de leur discipline dans des structures parallèles aux cadres fixés pour l’archéologie métropolitaine. La constitution, en 1958, de Gallia préhistoire, dirigé par A. Leroi-Gourhan, consacre l’heureuse issue du combat pour cette reconnaissance, mais illustre aussi la volonté des préhistoriens de ne pas se tenir en dehors des institutions archéologiques créées au sein du CNRS. Ainsi, lorsque en 1948 la XVe commission des fouilles en France métropolitaine laisse la place au Comité de la recherche archéologique en France, A. Leroi-Gourhan figure parmi les membres du nouveau comité, dont tous les autres sont des archéologues classiques. R. Dussaud préside, assisté au secrétariat d’A. Grenier, P. Boyancé et P.-M. Duval. Le poids des archéologues classiques et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres n’a donc pas décru depuis la création du CNRS, dix années plus tôt, mais n’a pas enrayé le développement de la préhistoire française. La tâche de ce comité est avant tout scientifique : étude des données de fouille, liaison entre chercheurs et laboratoires, publication de Gallia.

  • 426  Conférence de presse de J. Lang sur le Patrimoine archéologique », Le Monde, 2 févr. 1989, p. 13.
  • 427 A. Querrien et A. Schnapp, « Second rapport sur la politique de la recherche archéologique en Franc (...)

440L’administration des fouilles, qui entrait dans le cadre du Service des fouilles mis en place en 1942, sous la responsabilité du CNRS, par la XVe commission, sera confiée dès 1945 au Service des monuments historiques. La Société française des fouilles archéologiques, rattachée à la Direction de l’architecture, réunit les directeurs de circonscriptions nommés à la suite du remaniement régi par l’arrêté du 19 novembre 1946, qui décident des permis de fouille et des crédits. En 1964 sera créé le Service des fouilles, dans le cadre du ministère de la Culture, fondé lui-même en 1959. Les « lois Carcopino », bien que suscitant des critiques encore aujourd’hui, comme au moment de leur parution, continuent à régir l’archéologie en France, avec les amendements qu’ont imposés l’essor de l’exploration subaquatique ou l’entrée sur le marché des détecteurs de métaux426. À partir de 1945 et de la réorganisation de F. Joliot-Curie, le CNRS, en matière d’archéologie, renonce à la gestion et à l’administration des fouilles pour concentrer toute son activité sur le travail scientifique. Alors qu’en 1939 les archéologues étaient peu nombreux et répartis dans des institutions multiples, le CNRS permet la constitution d’un véritable corps d’archéologues professionnels opérant sur le terrain, dans les laboratoires ou les musées. Le CNRS apparaît indiscutablement « comme l’instrument essentiel du développement de l’archéologie française427 », non seulement pour les trente dernières années, mais depuis sa fondation, dans la mesure où il fédère les actions des institutions préexistantes. De plus, c’est au sein du CNRS qu’est créé un véritable service archéologique qui assure la protection du patrimoine et organise les fouilles sur le sol métropolitain et à l’étranger, mettant fin pour un temps à la dispersion des tutelles et des responsabilités. Enfin, c’est bien par le CNRS que se parachève l’institutionnalisation de l’archéologie métropolitaine et que la préhistoire s’insère dans des structures officielles où elle peut se développer.

441Au sein du CNRS, l’archéologie recueille les fruits de sa longue évolution depuis la fin du xviiie siècle : qu’elle soit préhistorique, métropolitaine, classique ou orientale, elle a fait la preuve de sa validité en tant que science contribuant à la connaissance des communautés humaines aux plus lointaines époques. Inégalement dotées d’institutions au cours du xixe siècle, les différentes disciplines archéologiques sont enfin réunies et intégrées en un centre fédérateur où elles rejoignent les autres sciences.

150. Abbé Henri Breuil (1877-1961).

151. « Le bison le mieux conservé » de la grotte d’Altamira, dessin de l’abbé Breuil. É. Cartailhac et abbé Breuil, La Caverne d’Altamira près de Santander (Espagne), imprimerie de Monaco, 1906, pl. XVII, Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

442Le réseau des institutions françaises établies sur le pourtour méditerranéen est complet en 1946 lorsqu’est créé l’Institut français de Beyrouth. Les succès de l’archéologie française en Méditerranée et au Proche-Orient ont rejailli sur la situation en France même, où se mettent enfin en place la recherche, la législation et les services de protection et de gestion du patrimoine archéologique.

Notes

1 École française d’archéologie de Jérusalem, créée en 1920, Institut français d’archéologie d’Istanbul, fondé en 1930, Institut français d’archéologie de Beyrouth, créé en 1946.

2 La Préhistoire orientale est le titre de l’importante synthèse de J. de Morgan, publiée en trois volumes, à titre posthume, en 1926.

3 Ainsi, Gilbert-Charles Picard, fils de Charles Picard, présente-t-il en 1955 le projet d’un Institut français d’archéologie implanté à Tunis : « Le directeur des antiquités et des arts au directeur de l’Instruction publique à Tunis : établissement à Tunis d’un Institut français d’archéologie », note manuscrite conservée aux archives des Musées de France, au Louvre.

4 Gustave Fougères (1863-1927), directeur de l’École d’Athènes entre 1913 et 1919, professeur d’archéologie classique à la Sorbonne. Cf. M. Stavrinou, « Gustave Fougère, l’École française d’Athènes propagande en Grèce durant les années 1917-1918 », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial, « Cent cinquantenaire », 1996, p. 83-89.

5 Charles Picard (1883-1965), directeur de l’École française d’Athènes de 1919 à 1925, professeur d’archéologie classique à Lyon puis à la Sorbonne, directeur de l’Institut d’art et d’archéologie à partir de 1937.

6 Cf. V. La Rosa (dir.), L’Archeologia italiana nel Mediterraneo fino alla seconda guerra mondiale, Catane, Centro di Studi per l’archeologia greca CNR, 1986 ; M. Petricioli, Archeologia e Mare nostrum, Rome, Valerio Levi Editore, 1990 ; D. J. Grange, L’Italie et la Méditerranée (1896-1911), Rome, Collection de l’École française de Rome, 197, 1994, vol. 2, p. 1181-1187.

7 Doro Levi (1898-1991), archéologue italien, professeur à l’université de Cagliari et surintendant des Antiquités et art médiéval de Sardaigne, directeur de l’École archéologique d’Athènes à partir de 1947. MNHMEION. Ricordo triestino di Doro Levi, Rome, Quasar, 1995.

8 Les fouilles commencent en 1925 et sont menées par G. Caputo, A. Adriani et F. Magi. En 1930, la découverte du site préhistorique de Poliochni connaît un grand retentissement international : des fouilles stratigraphiques y sont conduites jusqu’en 1936.

9 Tous deux avaient participé à la découverte du temple d’Apollon à Bassae.

10 K. F. Kinch (1853-1921). Cf. A. Rathje et J. Lund, dans « Recent Danish Research in Classical Archaeology », Acta Hyperborea, 3, Copenhague, 1991, p. 11-56.

11 Christian S. Blinckenberg (1863-1948), conservateur du Musée national danois, puis premier professeur d’archéologie à l’université de Copenhague.

12 Frederik Poulsen (1876-1950), membre étranger de l’École française d’Athènes.

13 Telle est l’analyse que fait A. Della Seta, directeur de l’École italienne d’Athènes pour qui l’École américaine serait la seule à avoir réussi « a vincere politicamente l’avversione della Grecia a quest’intervento scientifico nel cuore di Atene », cité par M. Petricioli « Le missioni archeologiche italiane nei paesi del Mediterraneo », dans V. La Rosa, op. cit., p. 31.

14 Le vice-consul français Champoiseau avait découvert les fragments de la fameuse Victoire de Samothrace en 1863. En 1873, A. Conze avait inauguré sur l’île des fouilles, systématiquement reprises en 1875. Une mission franco-tchécoslovaque rouvrira le chantier en 1922.

15 Les fouilles commencées en 1932 se poursuivent encore aujourd’hui, cf. The Athenian Agora, 19 volumes parus, Princeton et Excavations of the Athenian Agora, onze volumes parus, Princeton.

16 La mission américaine de Troie dépend de l’université de Cincinnati et est dirigée par W. T. Semple et C. W. Blegen, qui deviendra directeur de l’École américaine à Athènes. Pour ces travaux à Troie : C. W. Blegen et alii, Troy, 4 vol., Princeton, 1950-1958 ; C. W. Blegen, Troy and the Trojans, Londres, 1963.

17 L’École d’Athènes fonctionne essentiellement grâce à des fonds publics, le mécénat n’étant que très peu pratiqué en France : alors que les archéologues anglais, allemands et américains reçoivent des dons privés, l’École française ne bénéficie que de la seule donation annuelle (50000 FF) du duc de Loubat.

18 D’abord par C. Picard, puis par P. Roussel, directeur de l’École entre 1925 et 1935.

19 Une série consacrée à Thasos est ouverte en 1944, Études thasiennes.

20 Sur cette île, une mission franco-tchécoslovaque reprend les travaux en 1923, sous la direction d’Antonin Salac et de Fernand Chapouthier. Les résultats sont publiés par J. Bouzec.

21 Christos Tsountas (1857-1934), archéologue grec, éphore du Service archéologique de 1883 à 1904, poursuit les travaux de Schliemann à Mycènes et explore la tholos de Vaphio ainsi que les Cyclades et les sites de Sesklo et Dimini. Cf. A. J. B. Wace, « The Prehistoric Exploration of the Greek Mainland », Bulletin de correspondance hellénique, 1946, p. 628-638.

22 Harriett Boyd appartient à la mission constituée par l’Exploration Society de Philadelphie pour explorer Kavousi, et à celle de l’université de Pennsylvanie à Gournia. Cette Américaine est l’une des premières femmes à pratiquer l’archéologie de terrain et à partager la direction d’un chantier. Sur ce personnage hors du commun, cf. Mary Allbrook, Born to Rebell, the Life of Harriett Boyd Hawes, Oxford, Oxbow Books, 1992.

23 Dès 1866, A. Dumont avait étudié la céramique recueillie par A. Fouqué, puis H. Gorceix et H. Mamet sur l’île de Théra : A. Dumont, « Sur les céramiques d’Acrotiri (Santorin-Théra) », Journal des savants, déc. 1872, p. 798 sq. Cf. R. Treuil, « L’École française et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 407-439.

24 Cf. « Nouvelles et correspondance », Bulletin de correspondance hellénique, 1893, p. 631.

25 Cf. « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques », Bulletin de correspondance hellénique, 1935, p. 278 ; et L. Lerat et J. Jannoray « Premières recherches sur l’acropole de Krisa », Revue archéologique, 1936, 2, p. 129-145 ; J. Jannoray et H. Van Effenterre, « Fouilles de Krisa (Phocide) », Bulletin de correspondance hellénique, 1937, p. 299-326.

26 J. Jannoray, « Krisa, Kirrha et la première guerre sacrée », Bulletin de correspondance hellénique, 1937, p. 33-43.

27 L. Lerat, « Trouvailles mycéniennes à Delphes », Bulletin de correspondance hellénique, 1935, p. 329-375.

28 F. Courby, Exploration archéologique de Délos, V, 1912, chap. IV, p. 63-74. Il s’agit du monument connu comme la « Théké des vierges hyperboréennes » et datable du bronze récent.

29 Cf. Bulletin de correspondance hellénique, 1924, p. 258-260. La recherche de « Délos primitive et archaïque » sera reprise par H. van Effenterre en 1960, Bulletin de correspondance hellénique, 1960, p. 313 ; cf. aussi C. Vatin, « Délos pré-mycénienne », Bulletin de correspondance hellénique, 1965, p. 225-230.

30 Cf. R. Treuil, « L’École française d’Athènes et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 407-439.

31 L’ordonnance du 21 février 1916 promulguée par le général Sarrail assurait la préservation des objets d’art et d’archéologie et offrait les moyens de les recueillir. Cette mission « fidèle à la tradition française d’Égypte et de Morée » est confiée au Service archéologique de l’armée d’Orient, et d’abord dirigée par Léon Rey, archiviste-paléographe, puis par des Athéniens, G. Jardy, P. Courby, J. Hatzfeld. Cf. L. Rey, « Observations sur les premiers habitats de la Macédoine recueillis par le Service archéologique de l’armée d’Orient (19161919) », Bulletin de correspondance hellénique, 1921.

32 Albania, revue d’archéologie, d’histoire, d’art et des sciences appliquées, en Albanie et dans les Balkans, dont C. Picard réclamera la réédition : « Anciennes et nouvelles fouilles archéologiques en Albanie : Apollonie d’Illyrie », Revue archéologique, 1952, p. 209-217.

33 Dans l’article cité supra, p. 209, C. Picard s’exclame en effet : « Comme il eût été bon que la France soutînt davantage sa mission d’Albanie et qu’on n’oubliât pas trop ses réussites. »

34 P. Jouguet, « Discours prononcé à l’occasion centenaire de d’Athènes Bulletin de correspondance hellénique, 1946, supplément, p. 68.

35 L’École française d’Athènes s’était très tôt intéressée à la Crète et certains de ses membres s’y étaient rendus, tels L. Thenon et G. Perrot en 1891, et Joseph Demargne en 1900 qui entreprit des fouilles sur le site de Goulas (actuelle Lâto) dans l’est de l’île. La cité, présumée mycénienne, devait se révéler d’époque historique (ive-iiie siècles av. J.-C.), et les travaux furent rapidement suspendus, pour reprendre de 1967 à 1971.

36 Pour le site de Mallia, les missions de F. Chapouthier et J. Charbonneaux en 1922 ; en 1928 celle de C. Picard, Charbonneaux et P. Demargne de 1929 à 1932 celle de P. et de F. qui dégagent un quartier d’habitation, des nécropoles, le palais et ses abords. Interrompus de 1933 à 1946, les travaux reprennent de 1946 à 1948 : H. Gallet de Santerre, J. Deshayes et A. Dessene procèdent alors à l’exploration de la ville et on atteint les couches profondes du palais. Les fouilles se sont poursuivies jusqu’à nos jours, faisant intervenir des archéologues belges et suisses, qui collaborent avec les français.

37 C. Picard, « Fouilles exécutées à Mallia (1921-1943) », Études crétoises, IX, École française d’Athènes, 1953.

38 Le premier volume, paru en 1928, contient le premier rapport sur les « Fouilles exécutées à Mallia (1922-1924) », établi par F. Chapouthier et J. Charbonneaux.

39 G. Glotz, La Civilisation égéenne, collection « L’évolution de l’Humanité », dirigée par H. Berr, Paris, 1923.

40 J. De Morgan, L’Humanité préhistorique, Paris, 1921.

41 G. Glotz, La Civilisation égéenne, Paris, 1937, avec une note additionnelle de C. Picard, p. 474-485.

42 H. Berr, dans l’avant-propos à G. Glotz, La Civilisation égéenne.

43 Pierre Demargne (né en 1904), professeur à l’université de Strasbourg puis de Paris ; La Crète déda-lique. Études sur les origines d’une renaissance, thèse soutenue à Paris en 1946, bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, Paris, 1947.

44 P. Demargne présente sa thèse dans Annales ESC, 3, 1947, p. 182-187.

45 L. Febvre, « Vers une autre histoire », Revue de métaphysique et de morale, 1949, p. 2-35.

46 Ibid., p. 35.

47 Amorcée par C. Picard à partir de 1919, et poursuivie par son successeur P. Roussel, directeur de l’École d’Athènes de 1925 à 1935, qui remet à l’honneur l’épigraphie de Delphes, et fait paraître, entre 1929 et 1935, douze nouveaux volumes des Fouilles de Delphes. En 1928 paraît le premier volume des Études crétoises, et en 1944 sont créées les Études thasiennes.

48 Depuis 1912, l’Italie cherche à élargir à l’Asie Mineure sa sphère d’influence. En 1913, une mission archéologique italienne, dirigée par R. Paribeni, s’installe à Adalia. En 1920, le traité de Sèvres entérine l’occupation italienne en Anatolie, et G. Guidi et A. Maiuri, membres de l’École d’Athènes, exécutent en 1920-1921 une exploration de la Carie, de la Lycie et de la Pamphylie. Les relations italo-turques s’améliorant à partir de 1934, G. Jacopi peut, en 1937, obtenir l’autorisation de fouiller à Aphrodisias. Cf. V. La Rosa (dir.), L’Archéologia italiana nel Mediterraneo fino alla Seconda Guerra mondiale, Catane, Centro di Studi per l’archeologia greca CNR, 1986.

49 Ainsi A. Joubin qui, en 1893, accomplit une mission à Constantinople, et propose un projet d’École française implantée dans la capitale turque. L’Institut français d’Istanbul sera créé en 1930 et dirigé par A. Gabriel, architecte de l’École française d’Athènes.

50 En 1878, E. Pottier s’était rendu à Chypre et en Syrie, puis en 1895 C. Fossey et P. Perdrizet avaient fait une nouvelle mission sur l’île et à Damas.

51 En 1894, P. Jouguet avait été détaché à l’École française du Caire ; de 1928 à 1940, il dirige l’IFAO.

52 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », Revue historique, 1948, p. 1-21, 189-207.

53 Henri Seyrig (1895-1973), archéologue français, directeur du Service des antiquités de Syrie et de l’Institut français de Beyrouth.

54 Jean Deshayes (1924-1979), professeur à l’Institut d’art et d’archéologie, puis son directeur.

55 E. Renan, « Rapport sur l’organisation de l’Institut du Caire », Paris, 1881.

56 P. Jouguet, dans Mélanges Maspero, I, Orient Ancien, préface au second fascicule, 1935-1938, t. LXVI des Mémoires publiées par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire.

57 Pour l’histoire de l’archéologie en Égypte, cf. P. Montet, Isis ou à la recherche de l’Égypte ensevelie, Paris, 1956 ; B. M. Fagan, The Rape of the Nile, New York, 1975, éd. fr., L’Aventure archéologique en Égypte, Paris, Pygmalion Gérard Watelet, 1981 ; J. Vercoutter, À la recherche de l’Égypte oubliée, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1998.

58 Cette Direction des travaux de Karnak, créée en 1895, reste sous la responsabilité de G. Legrain jusqu’en 1917.

59 James Edward Quibell (1867-1935), conservateur du musée du Caire de 1913 à 1923.

60 J.-P. Lauer, Saqqarah. Une vie. Entretiens avec P. Flandrin, Paris, Payot, 1992.

61 Pierre Lacau (1873-1963), directeur de l’IFAO de 1917 à 1936, puis professeur à la Sorbonne.

62 Gustave Lefebvre (1879-1957), membre de l’École d’Athènes de 1901 à 1904, conservateur du musée du Caire de 1919 à 1928, directeur à l’École pratique des hautes études de 1928 à 1948.

63 C’est à Fachoda, ville du Soudan située sur le cours du Nil, que parvient le 10 juillet 1898 la colonne du capitaine Marchand, chargée de relier Dakar à Djibouti ; en septembre de la même année, Lord Kitchener, à la tête d’un convoi de canonnières, remonte le Nil avec mission d’établir la jonction Le Caire-Le Cap ; il enjoint aux Français d’évacuer la ville. Après un refus d’Hanotaux, Delcassé, son successeur au ministère des Affaires étrangères, se soumet à l’ultimatum britannique. Cet incident altère profondément et durablement les relations entre la France et l’Angleterre. Quant à l’accord Prinetti-Barrère passé en 1902, il complète celui qu’avait obtenu Visconti Venosta avec la France en 1900/1901, et garantit à l’Italie et à la France la liberté de développer leurs intérêts en Lybie et au Maroc. Cf. D. J. Grange, L’Italie et la Méditerranée (1896-1911), Rome, Collection de l’École française de Rome, 197, 1994, vol. 2, p. 1130-1132.

64 Cf. sur ce point M. Petricioli, « Le missioni... », dans V. La Rosa (dir.), L’Archeologia italiana nel Mediterraneo fino alla seconda guerra mondiale, op. cit. ; id., Archeologia e Mare nostrum, Rome, Valerio Levi Editore, 1990.

65 Miss Gertrude Caton-Thompson (1889-1985). Elle publie, avec G. Brunton, The Badarian Civilization and Predynastic Remains near Badari, 1928.

66 Les couches « mécaniques » tiennent compte des strates « naturelles » sans les mélanger.

67 Cf. M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, Londres, 1991, IVe partie, chap. 9.

68 Henri Frankfort (1897-1954), égyptologue hollandais, membre de la British School of Athens en 1924-1925, research professor à l’Oriental Institute de l’université de Chicago, professeur à l’université de Londres et directeur du Warburg Institute.

69 James Henry Breasted (1865-1935), égyptologue et orientaliste américain, cofondateur de l’Oriental Institute de Chicago, professeur d’égyptologie et d’histoire orientale à l’université de Chicago.

70 H. Junker, Grabungen auf dem Friedhof des Alten Reiches bei den Pyramiden von Gîza, 1929-1955.

71 Edmond Vignard, employé à la Société des sucreries d’Égypte, « Une station aurignacienne à Nag Hamadi (Haute-Égypte), station du Champ de Bégasse », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO), XVIII, 1921, p. 1-20 ; id., « Stations paléolithiques de la carrière d’Abou el-Noun près de Nag Hamadi », BIFAO, XX, 1923, p. 89-109 ; id., « Une nouvelle industrie lithique : le sébilien », BIFAO, XX, 1923, p. 1-76.

72 Cf. M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, op. cit., IIIe partie, chap. 14.

73 R. P. P. Bovier-Lapierre, « Une nouvelle station néolithique (El Omari) au nord d’Hélouan (Égypte) », Comptes rendus du congrès international de géographie, IV, Le Caire, 1925.

74 F. Debono, « La civilisation prédynastique d’El Omari, au nord d’Hélouan », Bulletin de l’Institut égyptien, 37, 1956, p. 329-339.

75 R. Cottevieille-Giraudet, « Gravures préhistoriques de la montagne thébaine », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, t. XXX, 1930, p. 545-552. Id., « L’Égypte avant l’histoire, Paléolithique, Néolithique, âge du cuivre », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, XXXIII, 1933, p. 1-168.

76 P. Bovier-Lapierre, L’Égypte préhistorique. Précis de l’histoire de l’Égypte, I, Le Caire, 1952.

77 E. Vignard, « Le paléolithique en Égypte », dans Mélanges Maspero, I, p. 165-175.

78 Cf. M. A. Hoffman, op. cit., p. 192 : « One can imagine the ghost of sir Flinders Petrie railing from his grave against French excavation techniques », et, p. 194 « the most of the problems raised by El Omari were created by its excavators ».

79 Dans Mélanges Maspero, I, Orient ancien, second fascicule, 1935-1938, p. XLII.

80 Pierre Montet (1885-1966), professeur à l’université de Strasbourg puis au Collège de France.

81 F. Bisson de la Roque, Abou-Roasch (1922-1923), Fouilles de l’IFAO, t. I, rapports préliminaires, 3e partie, 1924, et t. II, 1re partie, 1925.

82 Marquis de Rochemonteix, Le Temple d’Edfou publié in extenso par É. Chassinat, t. I, 1892 ; puis É. Chassinat, Le Temple d’Edfou, de 1898 à 1934, en quatorze tomes parus dans les Mémoires publiés par les membres de la mission archéologique française au Caire.

83 Fondé en 1901, par Pierre Jouguet, « Athénien » invité en 1894 par J. de Morgan à étudier les sites gréco-romains d’Égypte.

84 Fouille franco-polonaise, rapports en trois volumes B. Bruyère, J. Manteuffel, K. Michalowski, J. Sainte-Fare Garnot, C. Kuentz, G. Jourdain, Tell Edfou, Le Caire, 1937, puis 1938, 1939 et 1950.

85 Cf. le catalogue, Un siècle de fouilles françaises en Égypte, 1880-1980, École du Caire – Musée du Louvre, 1981.

86 J. Cerny, Catalogue des ostraca hiératiques non littéraires de Deir el-Médineh, six tomes, Le Caire, 1935-1951, 1970.

87 J. Sainte-Fare Garnot, « L’Institut français d’archéologie orientale du Caire », Revue de l’Enseignement supérieur, 1959.

88 A. Varille, Karnak I, t. XIX des fouilles de l’IFAO, Le Caire, 1943.

89 Pendant cette période, y participent Jean Vercoutter, futur directeur de l’IFAO à partir de 1977, et Jean Leclant, aujourd’hui secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

90 Créée en 1935.

91 Chanoine Étienne Marie-Félix Drioton (1889-1961), directeur du Service des antiquités d’Égypte à partir de 1936, professeur à l’université du Caire, conservateur au Musée du Louvre.

92 C. Robichon et A. Varille, Description sommaire du temple primitif de Médamoud, Recherches d’archéologie, de philologie et d’histoire, t. XI, Le Caire, 1940.

93 Cf. J. Leclant, Tanis, l’or des pharaons, catalogue de l’exposition du Grand-Palais, Paris, 1987.

94 C. Robichon, P. Bourguet, J. Leclant, Karnak-Nord IV, 2e fasc., Le Caire, 1954.

95 Raymond Weill (1874-1950), directeur à l’École pratique des hautes études, président de la Société française d’égyptologie.

96 Cf. H. Laurens, Le Royaume impossible. La France et la genèse du monde arabe, Paris, Armand Colin, 1990.

97 Cf. P. Jouguet, Mélanges Maspero. I, Orient ancien, préface, Paris, 1935.

98 E. Pottier, lettre du 27 octobre 1933, publiée dans Mélanges Maspero. I, Orient ancien, 2e fasc., Paris, 1935.

99 C. Picard, « L’Occident étrusco-latin », La Science française, t. II, Archéologie méditerranéenne, p. 182, éd. avec M. Collignon et R. Lantier, Paris, 1943.

100 C. Picard, « Vingt d’études arts antique », Revue d’études latines, 1943, p. 509.

101 Luigi Pigorini (1842-1925), directeur général des musées et des fouilles archéologiques, professeur à l’université de Rome dans la première chaire de préhistoire créée en Italie.

102 Bartolomeo Gastaldi (1818-1879) ; il fouille l’habitat palafittique de Mercurago, près de Novare, et organise le premier musée de préhistoire à Turin.

103 Édouard Desor (1821-1881), préhistorien suisse, professeur à Neuchâtel. Pour l’histoire de la préhistoire italienne, cf. A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome, Editori Laterza, 1988.

104 René Vaufrey (1880-1967), directeur du laboratoire de Paléontologie du quaternaire, à l’Institut de paléontologie humaine, puis maître de recherches au CNRS, et enfin directeur de l’Institut de paléontologie humaine ; « Le Paléolithique italien », Archives de l’Institut de paléontologie humaine, Paris, 1928.

105 A. Minto, « Il Mondo archeologico dell’Etruria e l’Instituto di studi etruschi ed italia », Atti dell’ Accademia Fiorentina di Scienze Morali « La Colombaria », 1950.

106 Raniero Mengarelli en entreprend la fouille d’une manière régulière au commencement de notre siècle.

107 E. Gabrici commence les fouilles en 1914. G. Q. Giglioli et E. Stefani les reprennent jusqu’en 1921. M. Pallottino leur succède en 1939-1940, et M. Santangelo assume les travaux de 1944 à 1949. La découverte du temple d’Apollon et du groupe extraordinaire des statues en terre cuite fut complétée par celle d’un sanctuaire archaïque. Cf. F. Delpino, « Massino Pallottino a Veio » : G. Bartoloni, Le Necropoli arcaiche di Veio, Rome, 1997, 19-26.

108 Les fouilles de P. Romanelli à Tarquinia révèlent le grand temple d’époque hellénistique de l’Ara della Regina. M. Pallottino consacre une importante monographie à la cité de Tarquinia.

109 La ville de Marzabotto, au sud de Bologne, découverte et explorée dès le milieu du xixe siècle par le comte G. Aria, a bénéficié jusqu’à nos jours de fouilles régulières et exemplaires, qui font de ce centre l’habitat étrusque le mieux connu. G. Sassatelli, La Città etrusca di Marzabotto, Casalecchio di Reno, 1989.

110 Autrefois sur le bord de l’Adriatique, la cité de Spina s’est trouvée prise dans une langue de terre de la lagune qui porte son nom, dans l’une des branches sud du delta du Pô. La ville a été découverte et fouillée depuis 1922. N. Alfieri, Spina. Museo Archeologico nazionale di Ferrara, Ferrare, 1979.

111 P. Ducati, L’Etruria antica, 1927, et Storia del arte antica, 1927 ; G. Q. Giglioli, L’Arte etrusca, Milan, 1935 : M. Pallottino, Gli Etruschi, 1939, et surtout son Etruscologia, 1942, qui constitue la référence obligée, a été traduite en huit langues et a connu sa septième édition en 1984.

112 Nicolas Fréret (1688-1749) avait défendu l’origine nordique des Étrusques. Le comte de Caylus (1692-1765), dans son Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques..., 1752-1767, publie de nombreux objets étrusques, y compris des pièces d’un intérêt purement scientifique, tel un canthare en bucchero, qu’il est un des premiers à considérer comme un document archéologique (pl. XXXIII). Le xixe siècle est marqué, entre autres travaux fondamentaux, par ceux de Jules Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889, Stéphane Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, 1891, et Albert Grenier, Bologne villanovienne et étrusque, viiie-ive siècle avant notre ère, Paris, 1912.

113 Jean Bayet (1892-1969), professeur à de Rouen puis de Paris, directeur de l’École française de Rome (1952-1960).

114 Jacques Heurgon (1903-1995), professeur aux universités d’Alger, de Lille, puis de Paris.

115 Ranuccio Bianchi-Bandinelli (1900-1975), directeur général des Antiquités et des Beaux-Arts de 1945 à 1948, rédacteur en chef de l’Encicliopedia dell’arte classica ed orientale.

116 Cf. Paolo Orsi e l’archeologia del’900, Naples, 1991.

117 François Villard, né en 1924, professeur à l’université de Paris, conservateur au Musée du Louvre de 1977 à 1983.

118 Georges Vallet (1922-1994), professeur à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand, puis de Paris X-Nanterre, directeur de l’École française de Rome de 1970 à 1983.

119 Tels A. Grenier, Le Génie romain, Paris, 1925 ; J. Toutain, L’Économie antique, Paris, 1927 ; L. Homo, L’Empire romain, Paris, 1925, et La Civilisation romaine, Paris, 1930 ; A. Piganiol, La Conquête romaine, Paris, 1927 ; E. Albertini, L’Empire romain, Paris, 1929 ; J. Carcopino, Tite-Live, tome II de L’Histoire romaine, 1930.

120 A. Grenier, Habitations gauloises et Villas latines dans la cité des Médiomatrices. Étude sur le développement de la civilisation gallo-romaine dans une province gauloise, Paris, 1906.

121 En 1921.

122 Cf. A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, Paris, Éd. A. Picard, 1931.

123 Commandant Émile Espérandieu (1857-1939), officier et archéologue français, directeur de la Revue épigraphique, conservateur des monuments et musées de Nîmes ; Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, 11 vol., Paris, 1907-1938. Raymond Lantier y rajoute quatre volumes de 1947 à 1966.

124 Cf. J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », Hommes et Mondes, oct. 1948, p. 261-280, et nov. 1948, 441-459.

125 V. La Rosa (dir.), L’Archéologia italiana nel Mediterraneo fino alla seconda guerra mondiale, op. cit., en particulier M. Petricioli, « Le Missioni archeologiche italiane nei paesi del Mediterraneo : uno strumento di politica internazionale », p. 9-31, et A. Di Vita, « Tripolitania et Cirenaïca nel carteggio Halbherr : tra politica e archeologia », p. 73-92.

126 Cf. A. Grenier, « Notice sur la vie et les travaux d’E. Albertini », Institut de France, 1945, t. 115, n. 1.

127 Cf. J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », op. cit.

128 Pour une comparaison de la législation en Algérie et en Tunisie, cf. E. Albertini, « La réglementation nouvelle des monuments historiques en Algérie », Société de géographie et d’archéologie d’Oran, 1926.

129 Pour une histoire de l’archéologie en Afrique du Nord, cf. les premiers chapitres de P. A. Février, Approches du Maghreb romain, 2 vol., Aix-en-Provence, Édisud, 1989.

130 Un certain Louis Bertrand est l’auteur d’une « Lettre ouverte à M. le Ministre de l’Instruction publique pour les ruines antiques de l’Afrique du Nord », parue dans le Journal des débats, du 2 juin 1920. S. Reinach lui répond par l’article sur « La conservation des monuments de l’Afrique française », dans la Revue archéologique de juillet-décembre 1920, p. 126-128.

131 Le dégagement de la mosquée Hassan de Rabat commence le 1er octobre 1914, sous la direction de Jane et Marcel Dieulafoy. Tous deux effectuent, à la demande du général Lyautey, une visite à Volubilis pour tracer les grandes lignes des fouilles futures. Le chantier de Volubilis ouvrira en 1916, sous la direction de Louis Chatelain.

132 Maurice Reygasse, « Nouvelles études de palethnologie maghrébine », Recueil de notices et mémoires de la Société archéologique de Constantine, 1921 et 1922.

133 Henri Breuil (1877-1961), L’Afrique préhistorique, Cahiers d’art, 1930.

134 H. Obermaier, « Le Paléolithique de l’Afrique Mineure », Revue archéologique, 1930, p. 253 sq.

135 Eugène Albertini (1880-1941), directeur des collections d’antiquités du musée d’Alger et directeur du Service des antiquités à partir de 1923.

136 Lionel Balout (1907-1992), professeur à l’Institut de paléontologie humaine, dont il sera directeur de 1973 à 1981.

137 Cf. R. Lantier, « Les grands champs de fouilles de l’Afrique du Nord. 1915-1930 », Archäologischer Anzeiger, 1931, p. 462-575.

138 Ibid., p. 471.

139 Ibid., p. 479.

140 A. Beschaouch, La Légende de Carthage, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

141 Pierre Cintas (1908-1974), directeur de la mission archéologique française de Tunisie en 1955.

142 J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », op. cit., p. 261-280 et 441-459.

143 P. Cintas, « Un sanctuaire précarthaginois sur la grève de Salammbô », Revue tunisienne, 3e série, I, 1948, p. 1-31 ; P. Demargne, « La céramique punique », Revue archéologique, 1951, p. 44-52.

144 P. Cintas, La Céramiue punique, Paris, 1950 ; en collaboration avec P. Thellier, professeur de physique du globe à la Sorbonne, il met au point un procédé pour mesurer le champ magnétique terrestre, fixé par la céramique au lieu et au moment de la cuisson.

145 P. Cintas, Éléments d’étude pour une protohistoire de la Tunisie, Paris, 1961.

146 Gilbert-Charles Picard, né en 1913, directeur des antiquités de Tunisie de 1941 à 1955, professeur à l’université de Strasbourg puis de Paris, cf. Karthago, 23, 1995, p. 9 sq.

147 Dr L. Carton, Sanctuaire punique d’avant Carthage, Paris, 1929.

148 Id., Bulletin archéologique du comité, 1915, p. 194-194, 1917, p. 150-154, et dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1915, 1917, 1919, 1920, 1922, 1924.

149 Juriste de formation, historien et épigraphiste de Carthage. Son travail bénévole en collaboration avec les services officiels aboutit, en 1924, à rétablir le plan du territoire urbain de la Carthage romaine. « Notes de topographie carthaginoise, la colline de Saint-Louis », Bulletin archéologique du Comité, 1924, p. 177-193.

150 Louis Leschi (1893-1954) succède en 1932 à E. Albertini dans la chaire des antiquités de l’Afrique et à la direction du Service des Antiquités à Alger.

151 Paul-Marie Duval (1912-1997), professeur au Collège de France.

152 J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », Hommes et Mondes, 1948.

153 L. Poinssot et R. Lantier, Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1928, p. 211-216.

154 R. Lantier, « Les grands chantiers de fouilles de l’Afrique du Nord (1915-1930) », Archeologischer Anzeiger, 1931, p. 462-575. Les photographies aériennes qui révèlent des traces d’arpentage et de plantations sont, en 1929, commentées par Charles Saumagne pour l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1929, p. 307-313.

155 Cf. J. Carcopino, « La prospection aérienne du limes de Numidie », Journal des savants, 1949, p. 133-153.

156 Cf. G. Daniel, A Short History of Archaeology, Londres, 1981.

157 R. Chevallier, L’Avion à la découverte du passé, Paris, 1964.

158 R. P. François-Antoine Poidebard (1878-1955). L’un des pionniers de la photographie aérienne appliquée à l’archéologie et de la recherche archéologique sous-marine. Pendant la Première Guerre mondiale, il fait plusieurs reconnaissances au Proche-Orient et, en 1918, en Perse. Un grand port disparu, Tyr. Recherches aériennes et sous-marines (1934-1936), publication du Haut-Commissariat de la République française en Syrie et au Liban, Paris, 1939.

159 Id., « Reconnaissance aérienne au Ledja et au Safa (mai 1927) », Syria, 1928, p. 114-123.

160 Cité par A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, II, 1953, p. 80.

161 Un grand port disparu, Tyr. Recherches aériennes et sous-marines (1934-1936), op. cit.

162 Colonel Jean Baradez (1895-1969), officier français, pionnier de la photographie aérienne ; Fossatum Africae. Recherches aériennes sur l’organisation des confins sahariens à l’époque romaine, Paris, 1949, préface de L. Leschi, et compte rendu par J. Carcopino dans le Journal des savants, 1949, p. 133-153.

163 Cf. M. Tarradell, « Las actividades arqueológicas en el protectorado español de Marruecos », IVe congrès international des sciences préhistoriques et protohistoriques, Madrid, 1954.

164 A. Engel (1855-1920) adresse en 1893 au ministère de l’Instruction publique un rapport intitulé : « À quand l’École française d’Espagne ? » ; en 1898, P. Paris à son tour tente de convaincre le directeur des Beaux-Arts et celui de l’Enseignement supérieur d’instituer une mission permanente à Madrid.

165 Cf. J. M. Delaunay, Des palais en Espagne. L’École des hautes études hispaniques et la Casa de Velázquez au cœur des relations franco-espagnoles du xxe siècle, 1898-1979, Madrid, Casa de Velázquez, 1994 ; et A. Niño, Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España. 1875-1931, Madrid, Consejo superior de Investigaciones Cientificas – Cása de Velázquez – Société des hispanistes français, 1988.

166 Cousin de Prosper Mérimée. Titulaire de la première chaire de langue et littérature espagnoles de Toulouse, créée pour lui en 1886.

167 La première pierre est posée le 26 octobre 1905.

168 P. Paris, « La Casa Velázquez », Sud-Ouest économique, janv. 1929.

169 Cf. A. Niño, op. cit., chap. IV, p. 202.

170 Cf. l’article d’Henri Louis, professeur de Bordeaux qui assiste à l’inauguration : « L’institut de Madrid et l’amitié franco-espagnole », Revue des Français, XV, avril 1913 ; analysé par A. Niño, op. cit., p. 197.

171 Cf. A. Niño, op. cit., p. 203.

172 Pierre Imbart de la Tour (1860-1925), professeur d’histoire médiévale, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

173 R. Lantier, « La propagande française en Espagne », Revue de Paris, 1er juin 1916.

174 Adolf Schulten (1870-1960). Archéologue allemand élève de Wilamowitz et Mommsen ; il se rend en Espagne dès 1899 et par ses nombreux chantiers, illustre la suprématie de l’archéologie allemande.

175 P. Paris, Fouilles de Belo, préface au t. I, Paris, 1923, p. 7.

176 Abbé Henri Breuil (1877-1961), préhistorien français : il contribue à faire reconnaître l’authenticité des peintures d’Altamira et instaure une active collaboration avec les préhistoriens espagnols.

177 P. Paris, op. cit., préface au t. 1.

178 Archer Huntington (1870-1955), mécène américain qui constitua une riche collection archéologique : il se porta acquéreur d’une partie de la collection de G. Bonsor.

179 George Bonsor, né en 1855, peintre et archéologue britannique installé en Espagne. Il avait déjà collaboré à des travaux français, puisqu’il avait partagé avec A. Engel l’exploration d’Osuna.

180 Auteur du catalogue Marbres antiques du musée du Prado, Madrid, fasc. VII de la Bibliothèque de l’École des hautes études hispaniques.

181 Il établit le Catalogue des terres cuites du Musée archéologique de Madrid, fasc. II de la Bibliothèque de l’École des hautes études hispaniques.

182 Cayetano de Mergelina fut directeur du Musée archéologique national de Madrid.

183 Cf. P. Paris, Fouilles de Belo, op. cit., préface, p. 9.

184 Ibid., t. 1,p. 10.

185 Fascicule XII de la Bibliothèque de l’École des hautes études hispaniques.

186 G. E. Bonsor et R. Thouvenot, Nécropole ibérique de Setefilla à Lora del Rio (Séville), fouilles de 1926-1927, fascicule XIV de la Bibliothèque de l’École des hautes études hispaniques, 1928.

187 P. Paris et V. Bardavice Ponz, Fouilles dans la province d’Alcañiz (province de Teruel), fascicule XI de la Bibliothèque de l’École des hautes études hispaniques ; R. Thouvenot et V. Bardavice Ponz, Fouilles dans la région d’Alcañiz (province de Teruel), Bordeaux, 1930.

188 Ainsi R. Cagnat et V. Chapot, Manuel d’archéologie romaine, Paris, 1917-1920 ; A. Grenier, Le Génie romain, Paris, 1925 ; A. Piganiol, La Conquête romaine, Paris, 1927 ou encore J. Carcopino, La Vie quotidienne à Rome, Paris, 1939. Et, pour le monde grec, G. Glotz, La Civilisation égéenne, Paris, 1923 (nouvelle édition remaniée par C. Picard en 1937) ; C. Picard, Manuel d’archéologie grecque. La sculpture, 7 vol., Paris, Hachette, 1925-1963.

189 M. Collignon, Manuel d’archéologie grecque, Paris, 1881, et Histoire de la sculpture grecque, Paris, 1892-1897.

190 C. Picard, La Sculpture antique, t. I, Des origines à Phidias, Paris, 1923, suivi du t. II, De Phidias à l’ère byzantine, Paris, 1926.

191 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », Revue historique, 1948, p. 1-21, 189-207, citation à la p. 206.

192 Cf. V. Cloarec, La France et la question de Syrie, 1914-1918, Paris, CNRS Éditions, 1998.

193 R. Dussaud, « Les missions archéologiques françaises dans le Proche-Orient en 1929 », La Revue de Paris, 1929, 587-603.

194 En 1913-1914, le docteur Georges Contenau entreprend des fouilles à Sidon, en collaboration avec Macridi Bey du musée d’Istanbull ; il reprend recherches en 1920. En 1919, Pierre Montet, alors investi d’une mission de l’université de Lyon, commence l’exploration de Byblos.

195 Fulgence Fresnel meurt en 1855 sans qu’ait été créée l’école archéologique de Bagdad, qu’il appelait de ses vœux ; C. Clermont-Ganneau aura, lui, la joie de voir se réaliser à Jérusalem, en 1920, le « centre permanent de recherches méthodiques et continues » qu’il réclamait pour le Proche-Orient dès 1882.

196 G. Clémenceau au général Gouraud, nommé Haut-Commissaire en Syrie, cité par R. Dussaud, op. cit., p. 587.

197 Lettre de Napoléon III à Pélissier, du 6 février 1863.

198 Cf. Henry Laurens, Le Royaume impossible. La France et la genèse du monde arabe, Paris, Armand Colin, 1990.

199 Lettre de Napoléon III à Mac-Mahon, gouverneur général de l’Algérie, du 20 juin 1865.

200 L’accord est signé le 16 mai 1916, par G. Picot pour la France, et M. Sykes pour la Grande-Bretagne.

201 Article 22 du Pacte de la Société des Nations, adopté le 28 avril 1919. Cité par H. Laurens, L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993, p. 175-176.

202 Cité par H. Laurens, op. cit., p. 178-179.

203 John Garstang (1876-1956), archéologue britannique, professeur d’égyptologie à Liverpool, directeur du Département d’antiquités de la Palestine de 1920 à 1926.

204 Sur la fondation du Service des antiquités de Syrie et de l’École française d’archéologie de Jérusalem, cf. J. Chamonard, « À propos du Service des antiquités de Syrie », Syria, 1, 1920, p. 81-98 ; E. Pottier, « Les travaux archéologiques du Service des antiquités de Syrie, 1920-1921, et la fondation de l’École française de Jérusalem », Syria, 3, 1922, p. 329-337.

205 La British School of Archaeology de Jérusalem est fondée en 1919 et l’American School of Oriental Research en 1921.

206 Charles Virolleaud (1879-1968), orientaliste français, premier directeur du Service des antiquités de Syrie de 1920 à 1929, professeur à l’Institut d’art et d’archéologie et à l’École pratique des hautes études, président de la Commission pour l’Orient du CNRS.

207 Charles Clermont-Ganneau, agent consulaire à Jérusalem et « inventeur » de la stèle de Mesha en 1869.

208 J. Chamonard dans Syria, 1, 1920, p. 87.

209 N. Chevalier, L’Administration de la recherche archéologique française dans le Moyen-Orient du milieu du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale, sous presse, ERC-ADPF.

210 J. Chamonard, dans Syria, 1, 1920, p. 87.

211 La zone ouest correspond à la région côtière et au Liban, la zone est s’étend au-delà du Liban jusqu’à l’Euphrate, la zone sud coïncidant avec la Palestine.

212 Cf. R. Dussaud, « Les missions archéologiques françaises dans le Proche-Orient en 1929 », La Revue de Paris, 1929, p. 587-603.

213 Cf. È. Gran-Aymerich, « Archéologie et politique française en Iran : convergences et contradictions. Des missions Dieulafoy à la Délégation archéologique française en Iran », Orient et Orientalisme : hommes, société, institutions, Société asiatique, sous presse.

214 Ernst Herzfeld (1879-1948), archéologue américain d’origine allemande. Il se rend en Iran en 1924 et conçoit le projet de fouiller à Persépolis où il conduira les travaux pour l’Oriental Institute de Chicago de 1931 à 1934.

215 André Godard (1881-1965), architecte, directeur des services archéologiques de l’Iran de 1928 à 1960.

216 R. Ghirshman, Mémoires de la mission archéologique en Iran, t. 33, Recherches à Tchoga-Zambil. 1935-1936 et 1946, Paris, 1953.

217 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, II, Paris, Albin Michel, 1953, p. 172.

218 R. Ghirshman, « Activité des missions archéologiques françaises en Iran depuis la Première Guerre mondiale », actes du congrès de Chiraz 1971, Paris, 1974.

219 J. Perrot, « Vingt ans de fouilles à Suse » : Dossiers histoire et archéologie, De l’Euphrate à l’Indus, déc. 1987.

220 Pour l’histoire des recherches, voir J. Bottéro et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

221 S. Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, Thames & Hudson, 2e éd., 1980.

222 Gertrude L. Bell (1868-1926), exploratrice et femme de lettres britannique, elle joue en Irak un rôle politique de tout premier plan, favorisant l’implantation à Bagdad de la dynastie hachémite et la création du Service archéologique. Cf. H. V. Winstone, Gertrude Bell, Londres, 1976 ; J. Wallach, La Reine du désert. Vie de Gertrude Bell, Paris, Bayard, 1997.

223 En 1882, tout l’Empire ottoman, et, en particulier la Syrie et l’Irak, étaient soumis au même régime législatif.

224 Cf. S. Lloyd, op. cit., p. 181.

225 Né au Yémen, il avait été élevé à Istanbul, où il s’était révélé comme un professeur remarquable jouissant d’une grande influence. Lorsqu’en 1932 le roi Fayçal lui propose de réorganiser le système éducatif en Irak, il préfère prendre la direction des antiquités.

226 À partir de 1936, à Samarra, l’éphémère capitale des califes au ixe siècle, et à Wasit, la cité fondée en 703. C’est en 1941 que l’équipe du Département irakien des antiquités ouvre le premier chantier pré-islamique à Tell Uqair, où l’on découvre un temple proto-sumérien daté du IIIe millénaire.

227 C’est le cas de Taha Baqir, spécialiste des cunéiformes et de Ferad Safar (1903-1978) qui partage avec Seton Lloyd la direction du chantier de Tell Uqair à partir de 1941.

228 Seton Lloyd, né en 1902, architecte et archéologue britannique, attaché à l’Oriental Institute de Chicago, conseiller technique auprès du Service des antiquités d’Irak, directeur de l’Institut britannique d’archéologie d’Ankara, succède à M. Mallowan dans la chaire d’archéologie de l’Asie occidentale à l’Institut d’archéologie de Londres.

229 L’Irak Expedition de l’Oriental Institute de Chicago maintient ses activités dans ce pays de 1929 à 1937, malgré la législation de 1932.

230 J. H. Breasted, The Oriental Institute, The University of Chicago Survey, vol. XII, Chicago, 1933 ; J. Wilson, «  James Henry Breasted. The Idea of an Oriental Institute », dans Essays in Honour ofNelson Glueck. Near Eastern Archaeology in the Twentieth Century, New York, J. A. Sander, 1970, p. 41-56.

231 Pour une brève histoire de l’archéologie américaine au Proche-Orient, cf. G. Ernest Wright, « The Phenomenon of American Archaeology in the Near East », dans Essays in Honor of Nelson Glueck. Near Eastern Archaeology in the Twentieth Century, op. cit., p. 3-40.

232 E. A. Speiser, professeur de l’université de Pennsylvanie et professeur annuel à Bagdad en 1927, puis directeur de l’American School of Oriental Research de Bagdad, de 1934 à 1947. Dirige les fouilles de Gawra et de Billah.

233 Agatha Mallowan Christie, Let me Know How you Live, Londres, 1944, éd. française, Dis-moi comment tu vis, Paris, Stock, 1977.

234 Tel W. Dörpfeld à Olympie (1878) et à Troie (1882), mais aussi l’anglais R. Dawkins au sanctuaire d’Artémis Orthia à Sparte (1905).

235 De 1899 à 1917.

236 S. Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, Thames & Hudson, 1980, p. 178, 462-465.

237 La céramique caractéristique de cette période avait été pour la première fois découverte par Max von Oppenheim, au cours des fouilles de Tell Halaf, près des sources du Khabur, menées de 1911 à 1913, et à nouveau à partir de 1929. La position de la période de Halaf dans la chronologie de la préhistoire mésopotamienne est assurée par les travaux de Max Mallowan à Ninive, en 1931, et Arpatchiya, en 1933.

238 Le site d’Hassuna, au sud de Mossoul, est fouillé en 1943 par S. Lloyd et Fuad Safar, tous deux attachés au Service irakien des antiquités.

239 Samarra, sur le Tigre au nord de Bagdad, avait été exploré de 1912 à 1914 par E. Hertzfeld.

240 De 1946 à 1949, le Service des antiquités d’Irak fouille le site d’Eridu.

241 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, II, op. cit., p. 107-331.

242 Cf. S. Lloyd, Foundations in the Dust, op. cit., p. 186-187.

243 Ce sont les sanctuaires de Tell Asmar, Khafadjeh et Tell Agrab qui sont fouillés et livrent en grand nombre des sculptures dignes de celles de Tello.

244 Sir Charles Leonard Woolley (1880-1950) avait fouillé en Égypte de 1907 à 1911, et avait participé aux travaux de Karkémish avant de gagner la Mésopotamie. Capitaine de l’Intelligence Service en Égypte, il fut fait prisonnier en Turquie de 1916 à 1918.

245 R. Hall avait découvert, en 1919, le tell d’El-Obeïd et y avait ramassé des objets identifiés comme « préhistoriques ». Il y engage des fouilles et identifie les vestiges d’un temple qui fournit de nombreux éléments de décoration et des sculptures.

246 A. Parrot, op. cit., I, p. 281-282.

247 Steven Langdon (1876-1937), professeur à l’université d’Oxford, participe, avec Charles Watelin (1874-1934), à la mission anglo-américaine qui, en 1922, reprend les fouilles commencées à Kish en 1912 par l’abbé H. de Genouillac. Langdon fouille ensuite à Djemdet-Nasr, en 1925-1926. La céramique, très différente de celle d’El-Obeïd, permet de faire remonter le site à la fin du IIIe millénaire.

248 A. Parrot, op. cit., I, p. 240 ; cf. J. Bottéro et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, op. cit., p. 104 sq.

249 André Parrot (1901-1980), conservateur du Département des antiquités orientales au Louvre à partir de 1946, premier directeur du Musée du Louvre en 1968, secrétaire général de la Commission des fouilles au ministère des Affaires étrangères de 1959 à 1973. Voir son Archéologie mésopotamienne, op. cit., I, p. 356-357.

250 Ibid., p. 362.

251 Ibid., p. 405.

252 Ibid., p. 422.

253 Comte Robert du Mesnil du Buisson (1895-1986), officier de cavalerie et archéologue. Il fouille les ruines d’El-Mishrifé-Qatna en 1924 et 1927. « L’ancienne Qatna ou les ruines d’El-Mishrifé au nord-est de Homs », Syria, 1928, p. 6-24, 681 sq.

254 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, op. cit., I, p. 474.

255 Lucien Cavro (1905-1973). Architecte et dessinateur, il rejoint le chantier de F. Thureau-Dangin à Til-Barsib, et en 1929, réussit à préserver quelques échantillons des peintures murales découvertes dans le palais assyrien (conservées aux musées d’Alep et du Louvre) et surtout à fournir une documentation iconographique fondamentale grandeur nature, d’environ cent mètres de longueur, qui fut exposée à Paris au musée de l’Orangerie en octobre-novembre 1930. Il travaillera ensuite sur les chantiers de l’université de Yale à Doura-Europos (1927), puis à Damas. Au Liban, il fut appelé à restaurer les palais de Beit-Eddine et de Deir-el Kamar. Il dirigea un cabinet d’architecture à Beyrouth. Ses illustrations figurent dans le Til-Barsib de M. Dunand (pl. XLIII-LIII) et l’Assur d’A. Parrot (pl. IX-XIII). Cf. A. Parrot, « Lucien Cavro (1905-1973) », Syria, 50, 1993, 477-478.

256 Pour une histoire de la découverte et de l’archéologie du monde hittite, cf. C. W. Ceram, Enge Schlucht und schwarzer Berg. Entdeckung des Hethiter-Reiches, 1957.

257 C. M. F. Texier accomplit son voyage en Asie Mineure en 1834 et publie sa Description de l’Asie Mineure en 1839 ; G. Perrot visite l’Anatolie au cours de sa fameuse mission de 1862 accomplie avec l’architecte E. Guillaume, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, Paris, 1872. E. Chantre mène deux explorations en Cappadoce en 1893-1894 et procède à des sondages à Alaca Höyük Bogazköy et Yazilikaya.

258 Karl Humann (1839-1895), ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur des fouilles de Pergame de 1878 à 1886, directeur des musées royaux de Berlin.

259 Felix von Luschan (1854-). Médecin militaire passionné d’archéologie, délégué à Sendjirli auprès de K. Humann par la direction des musées royaux de Berlin.

260 Hugo Winckler (1863-1913). Orientaliste allemand. Il est l’initiateur des fouilles du site hittite de Bogazkale-Bogazköy, en Asie Mineure (1906, 1911-1912), où il découvre plus de deux mille cinq cents tablettes, qui permirent d’identifier le site avec Hattousas, capitale de l’Empire hittite.

261 Kurt Bittel (1907-1990). Professeur d’histoire ancienne à Tübingen, puis président du Deutsches Archäologisches Institut à Berlin. Dirige les fouilles de Bogazköy. Bogazköy III, Berlin, 1957.

262 G. Perrot dans son Histoire de l’art dans l’Antiquité ; E. Pottier par son ouvrage sur L’Art hittite, 1926. G. Contenau fournit des Éléments de bibliographie hittite, Paris, 1922, et envisage la question des Hittites dans son ouvrage La Civilisation des Hittites et des Mitanniens, Paris, 1934.

263 Louis-Joseph Delaporte (1874-1944), professeur d’assyro-babylonien à l’Institut catholique de Paris, fondateur et directeur de la Revue hittite et asianique, meurt déporté au camp de Vollau.

264 Trois campagnes ont lieu de 1932 à 1935 à Chatal-Huyuk, deux à Djedeidé, de 1934 à 1936, et trois à Tell Taïnat, de 1935 à 1937.

265 J. H. Breasted, The Oriental Institute of Chicago, 1933, chap. XIII, pdoute. 301-309, « The Syrian Hittite Expedition » ; cette mission est dirigée par C. W. Mc Ewan.

266 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, op. cit., I, p. 484.

267 Ibid., p. 495-513. Cf. aussi Mari, une ville perdue et retrouvée par l’archéologie française, Paris, 1936, et Mari capitale fabuleuse, Paris, 1974.

268 Georges Dossin, professeur à partir de 1946 à l’Institut de philologie et d’histoire orientales et slaves de l’Université libre de Bruxelles. Archives royales de Mari, Paris, I, 1946, IV, 1951.

269 C. F. Jean qui publie les Archives royales de Mari, II, Paris, 1941 ; M. Rutten qui étudie une collection d’inscriptions ; J. R. Kupper rédige une thèse de doctorat présentée à l’Université libre de Bruxelles en 1946 sur les Archives royales de Mari.

270 Cf. A. Parrot, op. cit., I, p. 511.

271 Ibid., p. 512.

272 A. Parrot (Archéologie mésopotamienne, I, p. 440) corrige la date de 1921, donnée par Franz Cumont, spécialiste d’histoire des religions, dans sa publication des Fouilles de Doura Europos (1922-1923), Paris, 1926.

273 Franz Cumont (1868-1947) ; cf. C. Bonnet, La Correspondance scientifique de Franz Cumont conservée à l’Academia Belgica de Rome, Bruxelles-Rome, 1997.

274 F. Cumont, Fouilles de Doura Europos (1922-1923), Paris, 1926, p. I-X.

275 R. du Mesnil du Buisson (1895-1986) publie Les Peintures de la synagogue de Doura Europos, Rome, 1939.

276 Cf. le compte rendu du R. P. L. H. Vincent, « L’année archéologique 1922 en Palestine », Revue biblique, 1923, 272-277.

277 Selon l’expression d’E. Will, « Henri Seyrig », Syria, 50, 1973, p. 260.

278 R. P. E. Dhorme, « Congrès international en Syrie et en Palestine », Revue biblique, 1926, p. 424-434.

279 Allocution de René Dussaud, rapportée par G. Contenau dans « Le congrès international d’archéologie de Syrie et Palestine, avril 1926 », Syria, VII, 1926, p. 257-270.

280 René Dussaud (1868-1958), conservateur au Musée du Louvre de 1928 à 1937, membre à partir de 1945 de la Commission des fouilles hors de France du ministère des Affaires étrangères.

281 André Dupont-Sommer (1900-1983), professeur à l’École pratique des hautes études puis au Collège de France, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

282 Le chantier danois de Hama est ouvert en 1930.

283 Cf. U. Hausmann, Handbuch der Archäologie. Vorderasien II, Band I, Palästina in vorhellenistischer Zeit, par Helga Weipert, Munich, 1969.

284 Cette ville de Basse-Galilée connut une brève existence du ier au ive siècle de notre ère. La fouille, dirigée par B. Mazar entre 1936 et 1940, est la première menée sous mandat britannique par des Juifs et publiée en hébreu.

285 Les plus importants sont ceux de J. Garstang à Ascalon, Jéricho et Mersin, celui que D. Garrod dirige au mont Carmel pour la British School of Archaeology, ou encore celui de K. M. Kenyon à Samarie. Les États-Unis sont représentés en Palestine par leur École de Jérusalem, et l’Oriental Institute de Chicago, qui, de 1925 à 1939, sont associés sur le chantier de Megiddo.

286 Le R. P. L. H. Vincent fait, en 1934, le point sur les découvertes de la mission américaine menée par l’Oriental Institute of Chicago à Megiddo : « Vers l’aube de l’histoire en Palestine d’après les dernières découvertes de Megiddo », Revue biblique, 1934, p. 403-431. Il avait consacré, dès 1907, un volume à l’histoire des fouilles en Palestine et en Syrie, Canaan d’après l’exploration récente, Paris, 1907.

287 R. P. L. H. Vincent, Céramique de la Palestine, Paris, 1924.

288 Par exemple les pères R. Mouterde ou É. Dhorme, le premier créateur du Corpus des Inscriptions grecques et latines de la Syrie, et le second qui déchiffra l’écriture de Ras Shamra. Ou encore les pères Carrère, Barrois et Abel qui ouvrent en 1926 le chantier de Neirab près d’Alep.

289 R. P. Roland Guérin de Vaux (1903-1971), professeur à l’École de Jérusalem de 1935 à 1970, coordonne la publication des manuscrits de la mer Morte.

290 Dorothy Garrod (1892-1968) mène trente-six ans de recherche en Palestine à partir de 1928. Première femme à occuper une chaire à Cambridge.

291 J. Perrot, « Le Centre de recherches françaises de Jérusalem. Cent ans de découvertes en Israël », Archéologia, 196, nov. 1984, p. 18 sq. ; Et ils sortirent du Paradis... Souvenirs d’un archéologue en Orient, Paris, de Fallois, 1997.

292 R. Dussaud, L’Art phénicien du IIe millénaire, Paris, 1940, chap. 1.

293 Le sarcophage est transporté au musée de Constantinople et publié par Hamdi Bey et Théodore Reinach : Une nécropole royale à Sidon, Paris, 1892.

294 G. Contenau, Deuxième Mission archéologique à Sidon, 1920, Paris, 1924.

295 Id., La Civilisation phénicienne, Paris, 1926.

296 D. Le Lasseur, « Mission archéologique à Tyr, 1921 », Syria, 3, 1922, p. 1 sq., 116 sq.

297 E. de Lorey fut le premier directeur de l’Institut français d’archéologie et d’art musulmans de Damas.

298 P. Montet, « Les fouilles de Byblos, 1919-1923 », Bulletin de la faculté des lettres de Strasbourg, déc. 1924.

299 Id., « Les Égyptiens à Byblos », Monuments Piot, 25, 1921, p. 237-272 ; Byblos et l’Égypte, Paris, 1928-1929.

300 Charles Virolleaud, « Découverte à Byblos d’un hypogée de la XIIe dynastie », Syria, 3, 1922.

301 Maurice Dunand (1898-1987), directeur des Antiquités au Haut-Commissariat de France pour la Syrie et le Liban de 1940 à 1945, conservateur en chef des musées nationaux dans le Liban devenu indépendant.

302 M. Dunand, « La sixième campagne de fouilles de Byblos (mai-juillet 1927) », Syria, 1928, p. 1 sq., 173 sq.

303 M. Dunand, Fouilles de Byblos. 1926-1937, 3 vol., Paris, 1939-1944, t. II, 1933-1938, p. 5.

304 Ibid., t. I, 1926-1932, p. 7.

305 Ibid., p. 8.

306 Ibid., t. II, 1933-1938, p. 3.

307 Ibid., p. 4.

308 A. Poidebard, La Trace de Rome dans le désert de Syrie, le limes de Trajan à la conquête arabe. Recherches aériennes (1925-1932), Paris, 1934.

309 Id., « Reconnaissances dans l’ancien port de Tyr (1934-1936) », Syria, 18, p. 355-368 ; Un grand port disparu. Tyr. Recherches aériennes et sous-marines. 1936-1939, Paris, 1939.

310 Idem, Un grand port disparu. Tyr. Recherches aériennes et sous-marines. op. cit.

311 En collaboration avec le R. P. Mouterde entre 1946 et 1950.

312 Cf. E. Will, Les Palmyréniens. La Venise des sables, Paris, 1992.

313 P. Montet, Byblos et l’Égypte, Paris, 1928-1929.

314 Cf. J. Heurgon, Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 1969, p. 127-129.

315 A. Caubet, « Claude Schaeffer, inventeur d’Ougarit ». Cités disparues. Découvreurs et archéologues au Proche-Orient, hors série 55, sept. 1991, Éditions Autrement, p. 65-73.

316 Claude F. A. Schaeffer Forrer (1898-1982), conservateur-adjoint au musée de Saint-Germain-en-Laye en 1933, directeur de recherches au CNRS en 1945, professeur à l’École du Louvre, professeur au Collège de France à partir de 1953.

317 R. Dussaud, « Les fouilles archéologiques des musées nationaux dans le Proche-Orient », Société des Amis du Louvre, 9 mai 1933, p. 20.

318 R. Dussaud, « Le rôle des Phéniciens dans la Méditerranée primitive », Scientia, 13, 1913, p. 81-90.

319 C. Schaeffer, Les Tertres funéraires préhistoriques de la forêt de Haguenau, Strasbourg, 1926-1930.

320 Robert Forrer (1866-1947). Fondateur de l’archéologie alsacienne et auteur du Reallexikon der prähistorischer klassischer und frühchristlicher Altertümer, Berlin et Stuttgart, 1907, où il envisage l’Antiquité classique dans ses rapports avec la préhistoire orientale et européenne, telle que la révélaient les derniers travaux. C. Schaeffer épousa sa fille, et adopta dans plusieurs de ses publications le patronyme de son professeur et beau-père.

321 Tombé gravement malade, Renan dut renoncer à explorer Chypre, mais en confia la tâche au marquis Melchior de Vogüé qui, en 1861, mena à bien la mission sur l’île, en compagnie de W. Waddington et de l’architecte Duthoit.

322 A. Parrot, compte rendu de V. Karageorghis, Chypre, Genève, 1968, Syria, 46, 1969, p. 379-380. G. Perrot, en 1885, présentait Phénicie et Chypre dans le même volume de son Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. 3, 1885.

323 C. Schaeffer, « French Archaeological Excavations in Syria between the two Wars », Journal of the Royal Central Asiatic Society, 24, juil.-oct. 1942, p. 184-194.

324 R. Dussaud, « Les fouilles archéologiques des musées nationaux dans le Proche-Orient », Société des amis du Louvre, 9 mai 1933, p. 19.

325 Id., Les Découvertes de Ras Shamra (Ugarit) et l’Ancien Testament, Paris, 1937.

326 Ibid. G. Rachet, notice « Ugarit », dans Dictionnaire de l’archéologie, Paris, Laffont « Bouquins », 1983.

327 C. Schaeffer, « French Archaeological Excavations in Syria between the two Wars », Journal of the Royal Central Asiatic Society, op. cit., p. 184-194.

328 Id., Leçon inaugurale faite le lundi 24 janvier 1953 au Collège de France. Chaire d’archéologie de l’Asie occidentale, Paris, 1955, p. 5-27.

329 Cf. le volume, Kinyras. Archéologie française à Chypre, Lyon, 1993.

330 M. Ohnefalsch-Richter intervient à Chypre à partir de 1879 et est associé aux travaux de J. L. Myres lorsque celui-ci rejoint l’île en 1894.

331 Cf. O. Masson, « Inscriptions syllabiques chypriotes », dans Études chypriotes, I, Paris, 1961.

332 A. S. Murray, A. H. Smith et H. B. Walters, Excavations in Cyprus, Londres, 1900.

333 A. Parrot, « Compte rendu de V. Karageorghis, Chypre, Genève, 1968 », Syria, 46, 1969, p. 379.

334 De 1927 à 1931, il fouille à Vounous, Idalion, Solis et à Enkomi précisément en 1930.

335 Sur le site d’Amathonte. Nécropole d’Amathonte, sous la direction de V. Karageorghis et O. Picard, 5 vol., 1987-1991.

336 O. Picard, « Chypre et l’École française d’Athènes », dans Kinyras, archéologie française à Chypre, Lyon, 1993, p. 39-54.

337 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », Revue historique 1948, p. 1-21 et 189-207.

338 A. S. Murray, A. H. Smith e H. B. Walters, Excavations in Cyprus, op. cit.

339 E. Gjerstad et al., The Swedish Cyprus Expedition, Stockholm, 1934-1962.

340 J. Lagarce, « Enkomi. Fouilles françaises », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, Lyon, 1993, p. 55 sq.

341 C. Schaeffer, « Chypre. Fouilles d’Enkomi », Revue archéologique, 1947, p. 129 sq.

342 W. Helbig, « Sur les origines de l’art mycénien », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1895, p. 235-250. L’archéologue allemand avait défendu devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres le point de vue des « orientaux » dans la « question mycénienne », allant jusqu’à affirmer que « l’art mycénien n’est qu’une phase de l’art phénicien ».

343 R. Dussaud, Les Découvertes de Ras Shamra (Ugarit) et l’Ancien Testament, op. cit., p. 23.

344 Flinders Petrie, en 1891-1892, avait daté la céramique mycénienne en établissant des synchronismes entre objets égyptiens clairement datés et céramique égéenne et mycénienne, pour laquelle on ne disposait alors que d’une chronologie relative.

345 C. Schaeffer, Stratigraphie comparée et Chronologie de l’Asie occidentale (IIIe-IIe millénaires). Syrie, Palestine, Asie Mineure, Chypre, Perse et Caucase, Oxford, 1948.

346 Ibid., p. 5.

347 Ibid., p. 6.

348 Ibid., p. 566.

349 Cf. Bulletin des Musées de France, XIIe année, n° 6, juillet 1947.

350 C. Schaeffer, Leçon inaugurale, Chaire d’archéologie de l’Asie occidentale. 14 janvier 1955, Collège de France, p. 5-27.

351 Ibid., p. 8.

352 A. Caubet, « Claude Schaeffer, inventeur d’Ougarit », Cités disparues. Découvreurs et archéologues au Proche-Orient, hors série 55, sept. 1991, Éditions Autrement, p. 65-73.

353 J. Deshayes, Les Outils de Bronze de l’Indus aux Balkans, Paris, 1960.

354 E. Pottier, « L’art hittite », Syria, 1, 1920, p. 169-182 et 264-286 ; et L’Art hittite, Paris, 1926-1931.

355 G. Contenau, La Civilisation des Hittites et des Mitanniens, Paris, 1934 (éd. 1948).

356 L. Delaporte, Les Hittites, Paris, 1936.

357 J. De Morgan, La Préhistoire orientale, Paris, 1926 (publication posthume).

358 E. Pottier, « L’art hittite », Syria 1, 1920, p. 169-182 et 264-286 ; et L’Art hittite, op. cit.

359 Id., Les Vases peints de l’acropole de Suse. Mémoires de la Délégation en Perse, t. XII, Paris, 1912.

360 Dans Journal des savants, 1929, 1932 et 1935.

361 C. Picard, « Note additionnelle » à la réédition de 1937 de G. Glotz, La Civilisation égéenne.

362 Dans Scientia, 13, 1913, p. 81-89.

363 R. Dussaud, L’Art phénicien du IIe millénaire, Paris, 1949.

364 Id., « Rapports entre la Crète ancienne et la Babylonie », Irak, 6, 1939.

365 P. Demargne, La Crète dédalique. Étude sur les origines d’une renaissance, Paris, 1947.

366 Id., « Crète. Égypte. Asie. Perspectives d’hier et d’aujourd’hui », Annales de l’École des hautes études de Gand, t. II ; « Crète et Orient au temps d’Hammourabi », Revue archéologique, 1936.

367 P. Montet, Byblos et l’Égypte, Paris, 1928.

368 O. Montelius, Der Orient und Europa, 1899.

369 S. Reinach, « Le mirage oriental », L’Anthropologie, 1893, p. 539-578 et 699-732.

370 Vere Gordon Childe (1892-1957), préhistorien britannique, professeur d’archéologie préhistorique de l’Europe à l’université d’Édimbourg de 1927 à 1946, directeur de l’Institut archéologique de l’université de Londres.

371 V. Gordon Childe, « The Orient and Europe », The Advancement of Science, 1938, et dans American Journal ofArchaeology, 1939.

372 Id., L’Orient préhistorique, 1935.

373 J. F. Picard et E. Pradoura, « La longue marche vers le CNRS, 1901-1945 », Cahiers pour l’histoire du CNRS, 2, 1988, p. 7 sq ; voir aussi È. Gran-Aymerich, « L’archéologie au CNRS : origines et mise en place », Cahiers pour l’histoire du CNRS 1939-1989, 9, 1990, p. 81-105.

374 Raymond Vaufrey (1880-1967), membre de la XVe commission du CNRS et directeur régional des antiquités, directeur à l’École pratique des hautes études, directeur du laboratoire de paléontologie du Quaternaire à l’Institut de paléontologie humaine ; « L’organisation des recherches et des études préhistoriques », Revue scientifique, oct. 1941.

375 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, 18 mars 1943.

376 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine. 1. Première partie. Généralités. Travaux militaires, « Introduction. La tradition de l’archéologie gallo-romaine. Essai de bibliographie générale, historique et raisonnée », Paris, 1931 (Picard, rééd. 1985), p. 17-89 ; A. Blanchet, « L’archéologie gallo-romaine », dans Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie, Congrès archéologiques de France, 97e session tenue à Paris en 1934, Paris, 1935, p. 127-210.

377 A. Grenier, Manvel..., op. cit., p. 71 sq.

378 F. Delage, « La législation de l’archéologie », La Grande Revue, 1911 ; S. Reinach, « La question des fouilles », Revue archéologique, 17, 1911, p. 155 sq.

379 H. Hubert, « La Commission des monuments préhistoriques », L’Anthropologie, 21, 1910, p. 321 sq., et 25, 1914, p. 352 sq.

380 H. Hubert, op. cit., 1914, p. 353.

381 P. Verdier, « Le Service des monuments historiques, son histoire, organisation, administration, législation (1830-1934) », dans Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie, op. cit., p. 53 sq.

382 Henri Hubert meurt en 1927, Louis Capitan en 1929.

383 R. Vaufrey, « La protection des monuments préhistoriques en France », L’Anthropologie, 42, 1932, p. 323 sq. ; H. Hubert, op. cit., 1914, p. 354.

384 O. Dumoulin, « Les sciences humaines et la préhistoire du CNRS », Revue française de sociologie, 26.2, avril-juin 1985, p. 353 sq.

385 J. Perrin, L’Organisation de la recherche scientifique en France, Paris, 1930.

386 O. Dumoulin, op. cit., p. 355 ; E. Pradoura , « Les sciences humaines au CNRS de leur mise en place au début de leur développement », Paris, 1987 (dossier manuscrit, conservé aux archives du CNRS).

387 E. Pradoura, op. cit., p. 18.

388 Lettre à J. Cavalier du 6 mai 1933, citée par O. Dumoulin, op. cit., p. 368.

389 A. Piganiol, « Histoire romaine », Revue historique (Bulletin critique 1, 2 et 3), 191, avril-juin. 1941, p. 285 sq., et 192, oct.-déc. 1941, p. 113 sq. et 290 sq.

390 R. Vaufrey, op. cit., p. 324.

391 C. Jullian, Au seuil de notre histoire, t. 2, chap. 3, leçon d’ouverture au Collège de France du 4.12.1907, Paris 1930.

392 A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Éditions du Seuil, 1964.

393 A. Grenier, Habitations gauloises et villas latines dans la cité des Médiomatrices. Étude sur le développement de la civilisation gallo-romaine, Paris, 1906.

394 Id., Bologne villanovienne et étrusque, viiie - ive siècle avant notre ère, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, Paris, de Boccard, 1912.

395 Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie », Congrès archéologiques de France, 97e session tenue à Paris en 1934, op. cit.

396 L’Inspection générale des monuments historiques, créée en 1830, le Comité des travaux historiques fondé en 1834, complété en 1837 par le Comité historique des arts et monuments et la Commission des monuments historiques.

397 R. Lantier, « Un siècle d’archéologie protohistorique », Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie, op. cit.

398 O. Dumoulin, « Les sciences humaines et la préhistoire du CNRS », op. cit., p. 370.

399 E. Pradoura, op. cit., p. 16.

400 Archives nationales, CNRS, F 17 17465 ; cité par O. Dumoulin, op. cit., p. 371.

401 Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1941, p. 218.

402 Bulletin de la Société préhistorique française, 44, 1947, p. 76.

403 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans. 1937-1944, Paris, 1953, p. 102.

404 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, lettre du directeur du CNRS au directeur de l’Enseignement supérieur, du 27 mai et réponse du 26 juin.

405 Revue d’études anciennes, 1942, p. 64.

406 R. Lantier, « Un siècle d’archéologie protohistorique », Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’Archéologie, op. cit., p. 16.

407 Ibid., p. 17.

408 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, réunion de la XVe commission du 18 mars 1943.

409 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 205.

410 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, séance du 13 juillet 1943.

411 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, séance du 18 mars 1943.

412 N. Duval, « Henri Rolland. Le “découvreur” de Glanum », Dossiers histoire et archéologie, n° 140, juil.-août 1989, p. 78 sq.

413 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, réunion du 18 mars 1943.

414 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, XVe commission, séance du 13 juillet 1943.

415 Ibid.

416 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, XVe commission 20 mai 1944.

417 Conférence du 16 janvier 1945 pour l’Association des travailleurs scientifiques, Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 205.

418 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 55, compte rendu d’activité du CNRS, 1944-1945.

419 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 205.

420 A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Éditions du Seuil, 1964, p. 84.

421 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48.

422 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 205.

423 Ibid.

424 Archives nationales, CNRS, 800 284, liasse 48, XVe commission, séance du 18 mars 1943.

425 N. Duval, « Henri Rolland. Le “découvreur” de Glanum » op. cit.

426  Conférence de presse de J. Lang sur le Patrimoine archéologique », Le Monde, 2 févr. 1989, p. 13.

427 A. Querrien et A. Schnapp, « Second rapport sur la politique de la recherche archéologique en France », Paris, 1984.

Table des illustrations

Légende 137. Tanis (Égypte), le tombeau II, la tombe d’Osorkon II et le tombeau de Psousennès vus du sud en mars 1940. P. Montet, La Nécropole royale de Tanis, Paris, 1947, pl. XV. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 138. Suse (Iran), vue aérienne du site prise le 20 avril 1947 vers le sud-est. Archives R. Ghirshman, cliché aimablement communiqué par H. Gasche, Université de Gand.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 139. Tchogha Zanbil (Iran), vue aérienne de la ziggurat, vers le sud-ouest, 1957. Cliché J. Jochem, aimablement communiqué par H. Gasche, Université de Gand.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 140. Suse (Iran), le chantier stratigraphique A, niveau XIV, secteur nord-ouest, campagne 1964-1965. Archives R. Ghirshman, cliché aimablement communiqué par H. Gasche, Université de Gand.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 141. René Dussaud (1868-1958). D’après la « Notice sur la vie et les travaux de R. Dussaud », Académie des inscriptions et belles-lettres, séance du 21 novembre 1958.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 142. Mari (Syrie), photographie de groupe prise en 1937 lors d’une visite de René Dussaud. De gauche à droite : A. Parrot, Henri Seyrig, M. et Mme Dussaud, Mme A. Parrot.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 143. Byblos, le chantier entre le château des Croisés et la colonnade, levées XXXI à XXXVI. M. Dunand, Fouilles de Byblos, République libanaise, direction de l’Instruction publique et des Arts, 1937, pl. XXI. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 144. Doura Europos (Syrie), l’édicule dans le naos du temple. Au fond à gauche, murs décorés de peintures. Cliché pris par J. H. Breasted en 1920. F. Cumont, Fouilles de Doura Europos (1922-1923), Paris, 1926, pl. XXVII.1. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 145. Claude Schaeffer et Sir Mortimer Wheeler (le premier et le deuxième à gauche) à Huelgoat (Bretagne) en 1938 : le Français insepcte menés par l’archéologue anglais et son équipe sur l’oppidum du « Camp d’Artus ». D’après Sir M. Wheeler, Still digging, Londresn Michael Joseph, 1955.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 146. Lionel Balout (1907-1992), dans les Aurès en 1975. Cliché C. Roubet, « Études d’antiquités africaines », 1979.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 147. Raymond Vaufrey (1890-1967) à Oran en 1950. Cliché de R. Le Dû pris du Murdjadjo, « Études d’antiquités africaines », 1979.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 148. Jérôme Carcopino (1881-1970). Aquarelle conservée à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 149. André Leroi-Gourhan (1911-1986). D’après Gallia préhistoire, tome 29, 1986, fasc. 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 150. Abbé Henri Breuil (1877-1961).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 151. « Le bison le mieux conservé » de la grotte d’Altamira, dessin de l’abbé Breuil. É. Cartailhac et abbé Breuil, La Caverne d’Altamira près de Santander (Espagne), imprimerie de Monaco, 1906, pl. XVII, Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7699/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search