Version classiqueVersion mobile

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Troisième partie. L’archéologie moderne (1885-1945)

Chapitre 7. Archéologie méditerranéenne et archéologie métropolitaine (1918-1945)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après 1918, l’essor de l’archéologie française en Méditerranée se confirme et se poursuit : le réseau des écoles françaises à l’étranger est alors complété par la création de la Casa de Velázquez à Madrid et par celle d’institutions nouvelles à Jérusalem, Constantinople et Beyrouth1.

Après la parenthèse imposée par la Première Guerre mondiale, l’École d’Athènes ouvre de nouveaux chantiers et rejoint en particulier les missions étrangères déjà installées en Crète. L’École de Rome affirme sa vocation africaine et l’archéologie française connaît en Algérie, en Tunisie et au Maroc un développement inédit, stimulé par les circonstances politiques qui imposent la concurrence des archéologues italiens établis en Libye. L’Afrique du Nord devient la vitrine de l’action culturelle française dans les régions soumises à son administration : l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, pourvus de services des antiquités, offrent le modèle de l’organisation archéologique dont pourraient être dotés...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search