Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Troisième partie. L’archéologie moderne (1885-1945)

Chapitre 6. L’archéologie classique et la préhistoire de l’Orient (1885-1918)

Texte intégral

1En 1885, l’archéologie, tout d’abord définie à la fin du xviie siècle comme « science des objets et des monuments », s’est pourvue de méthodes et de principes rigoureux, et s’est résolument portée sur le terrain en Grèce et en Égypte, où les institutions créées par les grandes nations européennes organisent des chantiers pour l’exploration de sites importants, selon des méthodes scientifiques inspirées par les architectes.

2En France, la profonde réforme de l’Université, qui favorise l’archéologie en lui réservant des chaires et en poursuivant la création de « missions permanentes » à l’étranger, a reçu une impulsion décisive et irréversible. Le mouvement imprimé se poursuivra jusqu’en 1939, pour culminer avec la création du CNRS, mais, dès la fin du xixe siècle, les conditions indispensables à l’essor de l’archéologie sont réunies : la formation des archéologues est assurée par les facultés, l’École normale supérieure et les écoles d’application, l’École pratique des hautes études, l’École du Louvre et le Collège de France. Même si l’on déplore l’absence de préparation des jeunes membres à leur arrivée dans les Écoles françaises d’archéologie implantées à Athènes, à Rome ou au Caire, un réseau est désormais en place, qui corrige le handicap présenté par l’archéologie française par rapport à la science allemande jusqu’en 1875.

3Par la mise en place d’institutions patrimoniales en Algérie et en Tunisie, et la création des Écoles de Rome et du Caire, l’archéologie française est représentée dans tout le bassin méditerranéen et jusque dans le Proche-Orient, par les fouilles de Tello ; si l’École du Caire ne peut assurer le rôle, qu’on lui assignait a priori, de coordination des recherches de l’Égypte à la Syrie, en comprenant la Palestine et la Mésopotamie, l’École biblique de Jérusalem créée en 1890, par l’intérêt qu’elle porte à l’archéologie, contribuera à son essor dans ces régions. Le « déficit » des institutions implantées au Proche-Orient sera comblé après 1918, lorsque de nouvelles « missions permanentes » seront implantées à Jérusalem, Constantinople, Bagdad et Beyrouth.

4Les instances de patronage de l’archéologie se font encore plus actives et se diversifient : à l’Académie des inscriptions et belles-lettres et au ministère de l’Instruction publique, s’ajoutent le ministère des Affaires étrangères et le Musée du Louvre, dont le rôle n’est plus seulement de conservation des monuments, mais de formation du public et des futurs archéologues-conservateurs, et d’organisation de missions sur le terrain.

5L’archéologie, en cette fin du xixe siècle, est devenue activité pratique exercée sur des sites, qu’il s’agit de dégager en ménageant la compréhension de leur organisation, de leur place dans la société dont ils sont l’expression, et dans l’histoire. Ces exigences supposent la mise en œuvre de méthodes spécifiquement archéologiques, que l’on introduit sur les premiers grands chantiers ouverts en Grèce, à Samothrace et Olympie.

6À la faveur du grand mouvement de découvertes de la préhistoire en Grèce et en Orient, l’archéologie préhistorique, officiellement reconnue peu avant 1870, exerce une influence décisive sur les méthodes appliquées en archéologie classique et orientale. On fait la preuve de la validité des classifications typologiques des objets, même les plus modestes, scrupuleusement relevés dans leur contexte au cours d’une fouille minutieuse, où l’on tient compte de tous les indices.

7Un nouveau « discours de la méthode » s’élabore, qui, ébauché par les promoteurs de la céramologie et de l’épigraphie « scientifiques », énonce les fondements d’une archéologie qui se fait sur les sites comme dans le cabinet du savant : l’archéologue, qui jusque-là s’identifiait à l’homme de science, déléguant les travaux de fouilles à un homme de terrain, alors qu’il se réservait la part d’interprétation des découvertes, parcourt désormais la chaîne entière des travaux archéologiques, et réalise la fusion de l’homme de terrain et de l’homme de science.

8L’archéologie, en s’exerçant sur des périodes où la philologie n’est d’aucun secours, démontre la validité de sa démarche et de sa méthode, et devient une discipline de plus en plus autonome, dont les rapports à la philologie et à l’histoire ont gagné en complexité dans les premières décennies du xxe siècle.

9Les révélations des civilisations pré- et protohistoriques de Grèce et du Proche-Orient, en établissant la parenté de l’Europe et de l’Orient, soulèvent des questions auxquelles l’archéologie à elle seule ne peut apporter de réponses suffisantes. L’archéologie est devenue « sciences » par ses méthodes, mais science incertaine, l’histoire elle-même.

Les découvertes préhistoriques de l’Orient hellénique et leurs conséquences

  • 1 A. Bertrand, « Antiquités scandinaves », Revue archéologique, 1857, p. 170-172.
  • 2 Ils publient en 1864 le premier article général sur l’art paléolithique, « Sur des figures d’animau (...)
  • 3 A. Bertrand, La Gaule avant les Gaulois, Paris, 1884, seconde édition 1891.

10Depuis 1867, année de l’Exposition universelle de Paris et de l’inauguration du musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye, la préhistoire a fait son entrée dans notre histoire nationale par les travaux d’A. Bertrand et de C. Jullian. Le premier, en prenant la direction de la Revue archéologique en 1857, attire l’attention de ses lecteurs « sur les travaux des sociétés archéologiques du Nord [de l’Europe] »1, ouvre ce périodique aux travaux de ceux qu’il désigne comme les « géologues-préhistoriens », Édouard Lartet et Henry Christy, par exemple2. A. Bertrand crée d’autre part l’« historique », autrement dit la protohistoire, et fait revivre La Gaule avant les Gaulois3 par ses cours de l’École du Louvre et devant les collections du musée des Antiquités nationales.

  • 4 Oscar Montelius (1843-1921). Les Temps préhistoriques en Suède et dans les autres pays scandinaves (...)
  • 5 Articles de comptes rendus d’ouvrages, Revue archéologique, 1899, 1903, 1909 ; « L’Art et la magie  (...)
  • 6 S. Reinach, Description sommaire du musée de Saint-Germain-en-Laye, Paris, 1889.
  • 7 Id., Répertoire de l’art quaternaire, Paris, 1913.

11Salomon Reinach, ancien membre de l’École française d’Athènes, comme son aîné A. Bertrand, collabore avec lui au musée de Saint-Germain-en-Laye, avant d’en devenir le conservateur et porte le même intérêt à l’archéologie scandinave et à la préhistoire. En effet, il traduit en français l’ouvrage d’O. Montelius sur Les Temps préhistoriques en Suède4, et accorde une attention extrême à tous les travaux du préhistorien suédois. Il confie à la Revue archéologique et à l’Anthropologie de nombreux articles concernant la préhistoire5, rédige le Catalogue du Musée des antiquités nationales6, et procède au Répertoire de l’art quaternaire7.

  • 8 Par les travaux de G. de Mortillet, L. Pigorini et P. Strobel ; cf. en particulier A. Guidi, Storia (...)
  • 9 A. Bertrand et S. Reinach, Les Celtes dans les vallées du Pô et du Danube, Paris, 1891, 2e éd., 189 (...)

12Les découvertes de Hallstatt et de La Tène, ainsi que celle de la préhistoire en Italie8, révèlent la cohésion de l’Europe aux époques pré- et protohistoriques. On prend alors conscience que les Gaulois sont des Celtes, et participent d’une civilisation qui s’est étendue sur une grande partie de l’Europe. A. Bertrand et S. Reinach poursuivent leur enquête au-delà des frontières de la Gaule, pour leur ouvrage Les Celtes dans les vallées du Pô et du Danube9.

13Alors que certains archéologues, formés aux disciplines classiques, consacrent une part importante de leurs travaux à la préhistoire européenne, en Grèce, puis en Égypte et au Proche-Orient, la remontée dans le temps s’est amorcée qui conduira à la révélation des âges les plus anciens, et manifeste l’unité du monde méditerranéen et son étroite parenté avec l’Europe.

14Jusqu’en 1918, l’archéologie classique – en Grèce, en Italie et en Afrique du Nord – et l’égyptologie, bénéficient de la plus grande part des moyens, en institutions, en hommes et en crédits, alors que l’archéologie au Proche-Orient repose encore sur l’activité de diplomates, et qu’aucun centre fédérateur ne suscite les recherches. Avant que ne s’amplifient au Proche-Orient les travaux qui permettront de rétablir cette région dans sa plus lointaine antiquité, c’est en Grèce que la préhistoire, soudain révélée, bouleverse toutes les connaissances.

114. Salomon Reinach (1858-1932).

115. Série A de fibules de l’Italie septentrionale, publiées par O. Montelius, l’un des initiateurs de la typologie. O Montelius, La Civilisation primitive en Italie depuis l’introduction des métaux, première partie, Stockholm, Imprimerie royale, 1895, pl. 1.

  • 10 Cf. Glyn Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, op. cit., p. 136-142.

15Depuis le début du xixe siècle, on avait décelé les indices de la préhistoire égéenne : en 1826, Feedler, géologue allemand, publia le premier des tombes préhistoriques mises au jour dans les Cyclades10. Puis, avant même les découvertes d’H. Schliemann, les révélations s’étaient multipliées : en 1862, dans les tombes de Syros fouillées par le grec Pappadopoulos ; en 1866, dans les nécropoles de Rhodes explorées par les consuls Salzmann et Biliotti ; à Chypre enfin, lors des travaux de Luigi di Cesnola.

  • 11 A. Dumont, « La collection préhistorique de G. Finley à Athènes », Matériaux pour servir à l’histoi (...)
  • 12 Rudolf Virchow (1821-1902), médecin, anthropologue et préhistorien. Cf. en particulier « Über alt-g (...)
  • 13 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. VI, La Grèce primitive, l’art mycén (...)

16La céramique recueillie par Alfred Fouqué, puis Henri Gorceix et Henri Mamet à Santorin, avait été étudiée par A. Dumont, qui avait su discerner et son antiquité et son importance ; le futur directeur de l’École d’Athènes avait manifesté son intérêt pour la préhistoire grecque, par la publication de la collection de G. Finley, parue dans la revue de Gabriel de Mortillet, les Matériaux, en 187211. Le préhistorien allemand R. Virchow, qui apportera sa contribution aux fouilles de Schliemann à Hissarlik en 1879, se penche lui aussi sur des objets qui attestent la préhistoire grecque12. G. Perrot utilisera ces deux études pour retracer le tableau de l’âge de la pierre dans le volume de son Histoire de l’art consacré à la Grèce primitive13.

17Alors que, depuis J. J. Winckelmann, les recherches des spécialistes de la Grèce ont permis de progressivement retracer la formation et l’évolution de l’art, en remontant de l’âge classique à la période archaïque, en 1871, les travaux qu’H. Schliemann entame à Hissarlik font faire un saut prodigieux jusqu’à la civilisation que dépeint Homère et même au-delà, à l’insu de l’auteur même des fouilles. On ne peut plus désormais envisager l’histoire de l’art grec sans tenir compte des plus lointains témoignages de l’activité humaine sur ce sol où s’est accompli le « miracle » qui fascina E. Renan.

  • 14 H. Schliemann fouille à Hissarlik de 1871 à 1873, à Mycènes de 1874 à 1876, à Hissarlik de nouveau, (...)
  • 15 G. Perrot et C. Chipiez, op. cit., p. 10.
  • 16 Ibid., loc. cit.

18C’est cette plongée jusqu’aux origines qu’entreprend G. Perrot, en interrogeant les textes, les poèmes homériques en l’occurrence, et les « monuments de la plastique ». Les découvertes de Schliemann à Troie, puis à Mycènes, Tirynthe et Orchomène14, consacrent l’archéologie et « ses méthodes d’analyse et de comparaison »15, de plus en plus précises, qui éclairent les textes homériques : « Avec chaque nouvelle fouille, où la tranchée atteint les couches profondes des dépôts antiques, de nouvelles séries se fondent et s’ordonnent dans nos musées et chacune vient à son tour permettre d’interpréter tel ou tel passage, qui jusqu’à ce moment avait été mal compris ou était demeuré inintelligible16. »

  • 17 Ibid., p. 14.

19Helléniste formé à l’école classique, G. Perrot, tout en saluant les progrès de l’archéologie, l’associe à la philologie et partage avec A. Bertrand la conception d’une « archéologie historique », qui ne saurait se passer du secours des textes. Il est difficile à un archéologue classique, et G. Perrot le confesse, d’« admettre qu’il y ait quelque chose de commun entre les sauvages de la mer Égée et le peuple qui a bâti le Parthénon ! Mais il faut bien se rendre à l’évidence », celle des fouilles de Schliemann, qui ont donné à « l’histoire de la race grecque... plusieurs siècles d’arrière-plan »17.

  • 18 Ibid., p. 165.

20En effet, quelque critiquables que soient les méthodes employées par Schliemann, on doit le reconnaître comme le fondateur de l’archéologie préhistorique hellénique, le premier à révéler la civilisation mycénienne de Grèce et la civilisation pré-mycénienne d’Anatolie. Il est aussi le premier à fouiller un « tell », et ses travaux d’Hissarlik anticipent ceux qui se développeront à partir de 1890 au Proche-Orient. Même si G. Perrot critique l’imbroglio de vestiges « entassés par couches qui n’avaient pas un niveau horizontal constant, qui souvent se pénétraient les unes les autres et au milieu desquelles il était bien difficile de se reconnaître18 », il n’en reste pas moins qu’en distinguant à Troie sept niveaux d’occupation, Schliemann réalise l’un des grands moments de la fouille stratigraphique.

  • 19 Wilhelm Dörpfeld, (1853-1940), directeur de l’Institut archéologique d’Athènes de 1887 à 1912.

21Lorsqu’à partir de 1882, Schliemann s’adjoindra Wilhelm Dörpfeld19, qui a mis en pratique à Olympie une archéologie de terrain scientifiquement fondée, la démonstration sera faite des possibilités offertes par les fouilles pour la reconstruction de l’histoire ancienne. En publiant en 1902 son Troja und Ilion, W. Dörpfeld détermine avec certitude la chronologie de Troie et fournit la référence obligée pour les trente premières années du xxe siècle.

22Les travaux de Schliemann en Grèce et en Anatolie suscitent des recherches du même ordre pour l’Égypte et le Proche-Orient, où l’on n’a pas encore atteint la connaissance de civilisations dépourvues d’écriture. Les recherches de Schliemann et Dörpfeld, en révélant deux civilisations inconnues, posent le problème de leur origine, de leur relation, de leur datation, et précèdent les travaux de plusieurs générations d’archéologues dans le bassin oriental de la Méditerranée.

  • 20 A. Dumont, Les Peintures céramiques de la Grèce propre, Paris, 1874.
  • 21 A. Furtwängler et G. Loeschke, Mykenische Thongefässe, Berlin, 1879 ; Mykenische Vasen, Berlin, 188 (...)

23A. Dumont reconnaît dans la céramique de Santorin une production mycénienne, qu’il replace dans une chronologie relative entre celles d’Hissarlik-Troie et celles de Ialysos à Rhodes. Il discerne dans ces vases « le résultat d’une longue pratique » et l’expression d’« une époque de décadence d’une population ancienne, commerçante et industrielle »20. Furtwängler Loeschke, en les mycéniens21, ont eux aussi le sentiment qu’il a dû exister un état de civilisation plus ancien, dont témoignent les découvertes des Cyclades et de Chypre. En effet, F. Dümmler, dans les nécropoles d’Amorgos, qu’il fouille en 1886, et Bent dans les tombes d’Antiparos et de Syros, trouvent de la céramique semblable à celle de Troie II et émanant d’une civilisation pré-mycénienne.

116. Heinrich Schliemann (1822-1890), portrait paru dans l’ouvrage de C. Schuchhardt, Schliemanns Ausgrabungen, Leipzig, 1891. Bibliothèque de l’Institut de France.

117. Mycènes, vue générale prise de l’ouest, restauration de C. Chipiez. G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. 6, La Grèce primitive, Paris, 1894. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

118. Troie (Hissarlik), vue du grand mur de fondation de l’« acropole de la deuxième cité », du côté est. H. Schliemann, Troja : Results of the latest Researches and Discoveries on the site of Homer’s Troy, Londres, John Murray, 1884, p. 55. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

119. Planche d’objets découverts à Troie (Hissarlik). H. Schliemann, Atlas des antiquités troyennes, Leipzig Paris, 1874, pl. 119. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

120. Troie (Hissarlik), plan général des ruines. H. Schliemann, Atlas des antiquités troyennes, Leipzig, Paris, 1874, pl. 214. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

121. Plan de Troie établi par W. Dörpfeld au cours des travaux qu’il dirige sur le site pour Schliemann : on appréciera la différence entre le plan d’un amateur et celui d’un architecte-archéologue. D’après C. Schuchhardt, Schliemanns Ausgrabungen, Leipzig, 1891. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

24Les recherches de D. Mackenzie (1869-1954), G. Edgar et J. L. Myres (1869-1954) dans les Cyclades aboutissent à l’identification de trois types différents de céramiques, et par conséquent de trois périodes distinctes. La civilisation pré-mycénienne est fixée dans une chronologie relative grâce aux fouilles menées, en 1894-1895, par la British School d’Athènes à Phylakopi, sur la côte orientale de Mélos, sous la direction de sir Cecil Smith, du British Museum, et de Duncan Mackenzie, futur collaborateur d’Arthur Evans à Cnossos. Le site, soumis à une fouille stratigraphique rigoureuse, permet de définir avec précision une civilisation qui reçoit l’épithète provisoire de « cycladique », redéfinie comme «crétoise » puis « minoenne », après le début des fouilles à Cnossos.

  • 22 Pour le compte rendu des travaux de F. Dümmler, parus dans Mitteilungen des Deutsches Archäologisch (...)

25On ne tarde pas à reconnaître la diffusion de cette culture dans tout le monde insulaire : Chypre, où depuis 1865 les frères L. et A. Palma di Cesnola, aidés de M. Ohnefalsch-Richter (1850-1917), s’attachent à réunir de prodigieuses collections d’objets et de monuments, s’ouvre à la recherche archéologique à partir de l’occupation anglaise en 1882. Elle est, après Amorgos, sondée dans ses tombes par F. Dümmler, qui reconnaît sur la grande île une civilisation de l’âge du bronze ancien, comparable à celle de Troie II, à laquelle sont mêlés des éléments indigènes et mycéniens importés. Dümmler établit avec certitude les relations de Chypre avec la plus ancienne installation d’Hissarlik. Il fonde « l’étude comparée des plus anciens témoins de la civilisation chypriote22 ».

  • 23 J. L. Myreset M. Ohnefalsch-Richter, A Catalogue of the Cyprus Museum, Oxford, 1899.
  • 24 Excavations in Cyprus, Londres, 1900.

26À partir de 1894, l’archéologie anglaise s’exerce dans les Cyclades et à Chypre, où J. L. Myres obtient la collaboration de M. Ohnefalsch-Richter pour remettre de l’ordre dans les collections du musée de Chypre, à Nicosie, et en publier le catalogue23. Le British Museum d’autre part organise, sous la direction de Murray, Smith et Walters, des fouilles à Enkomi et Hala Sultan Tekké (Lárnaka)24.

  • 25 O. Masson, « Kypriaka X. Archéologues français à Chypre en 1896 », Bulletin de correspondance hellé (...)
  • 26 A. Caubet, « Les antiquités chypriotes au musée du Louvre », dans Kinyras. Archéologie française à (...)
  • 27 G. Colonna-Ceccaldi, Monuments antiques de Chypre, de Syrie et d’Égypte, Paris, 1882.
  • 28 S. Reinach, « Chroniques d’Orient », rubrique concernant les découvertes à partir de 1883, dans la (...)
  • 29 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. III, Phénicie et Chypre, Paris, 188 (...)
  • 30 O. Picard, « Chypre et l’École française d’Athènes », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, (...)

27Quant aux Français, depuis 1862 et la mission du marquis de Vogüé, ils n’ont guère entrepris dans cette région de la Méditerranée orientale25. Les frères Tiburce et Georges Colonna-Ceccaldi, dont le premier est consul de France à Lárnaka de 1866 à 1869, relèvent monuments et objets en faisant preuve d’une grande probité scientifique, bien étrangère aux préoccupations du célèbre consul américain. Georges « fut [même] l’un des premiers vrais spécialistes de l’archéologie chypriote26 », mais disparut prématurément en laissant des notes réunies en un volume posthume en 188227. En 1878, M. Beaudoin et E. Pottier, membres de l’École d’Athènes, font une courte escale à Chypre, et il s’écoulera presque vingt ans avant que d’autres représentants de l’École française ne gagnent l’île à leur tour. En effet, la mission française, dirigée par Théophile Homolle, était accaparée par ses travaux en Grèce et en Asie Mineure ; cependant, en France, S. Reinach par ses Chroniques d’Orient28 et G. Perrot par le tome III de son Histoire de l’art29 tiennent le monde savant informé des recherches dans l’île, et, en 1896, Paul Perdrizet (1870-1938) et Charles Fossey (1860-1947), tous deux membres de l’institution athénienne, entreprennent le voyage de Chypre dans la perspective de faire des fouilles à Lárnaka30. Perdrizet, resté seul, effectue une exploration de l’île, recueillant inscriptions et objets pour les collections du Louvre. Le projet de fouilles françaises à Lárnaka n’a cependant pas de suite, et ce n’est qu’en 1924 qu’un autre membre de l’École d’Athènes, Henri Seyrig, posera le pied sur le sol de Chypre.

  • 31 Christos Tsountas (1857- 1934), l’un des plus grands archéologues grecs. Sur de la Société archéolo (...)

28La préhistoire de l’Orient hellénique, que les îles révèlent, est attestée aussi en Grèce propre, où les recherches s’intensifient en cette fin du siècle. Les découvertes sont le fait des archéologues allemands, américains et anglais, mais les Grecs portent à leur préhistoire un intérêt aussi grand qu’à la civilisation des Hellènes et prennent une part très importante à son exploration. Dès avant les travaux de Schliemann à Mycènes et Orchomène, R. Köhler avait découvert une tombe à coupole à Menidi en Attique. À partir de 1880, sont fouillées de nombreuses tombes du même type, ainsi celle de Dimini en Thessalie, ou celle de Vaphio qui, en 1889, est mise au jour par Christos Tsountas, pour la Société archéologique d’Athènes31.

  • 32 Panogiotis Kavvadias (1850-1928), inventeur des korai de l’Acropole, et directeur des Antiquités de (...)
  • 33 Cf. S. Reinach, « Chroniques d’Orient », op. cit., 1891 ; G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’Ar (...)
  • 34 Reinach, « La méthode en archéologie », Revue du mois, 1911, I, p. 279-292 ; id., dans l’ouvrage co (...)
  • 35 C. Tsountas, The Mycenean Age, 1897.

29La préhistoire grecque est redevable à ce grand archéologue de ses nombreux travaux menés en 1890-1891, en Attique et en Messénie, puis dans les Cyclades à l’extrême fin du siècle. La Société archéologique d’Athènes poursuit à Mycènes les travaux de Schliemann et y découvre le premier habitat de l’âge du bronze grec. À Athènes, Panagiotis Kavvadias32, éphore des Antiquités qui a dirigé le dégagement d’Épidaure, assure pour la Société archéologique grecque, l’exploration méthodique et définitive de l’Acropole, entre 1883 et 189033. Outre que la fouille stratigraphique, menée jusqu’au sol vierge, permet de fixer avec certitude la chronologie des céramiques attiques, et de faire remonter la fabrication des vases à figures rouges au dernier quart du vie siècle34, on retrouve sur l’Acropole les vestiges d’un palais semblable à ceux de Mycènes et de Tirynthe35.

  • 36 G. Daniel, A Hundred Years of Archaeology, op. cit., p. 136-141.

30Tous ces travaux attestent la puissance de la civilisation mycénienne, non seulement dans les îles mais aussi en Grèce propre. La question se pose de sa datation absolue, que l’on ne peut déterminer qu’en établissant, grâce aux trouvailles archéologiques, un rapport de synchronie avec les civilisations historiques, dont la chronologie est indubitable. Dès 1866, et par conséquent avant même que Schliemann ne ressuscite Mycènes, l’archéologie fournit les documents de référence : Salzmann et Biliotti avaient, au cours de leurs travaux à Rhodes, retrouvé dans une tombe de Ialysos, un scarabée d’Aménophis III, associé à de la céramique mycénienne, ce qui indiquait avec certitude que la tombe n’avait pu être construite avant 1400 av. J.-C. Le trésor de Minos, à Orchomène, avait livré à H. Schliemann, en 1886, un fragment de plafond orné de spirales, fleurs de lotus et rosettes, décor semblable à celui des tombes égyptiennes de l’époque d’Aménophis III36.

  • 37 W. M. Flinders Petrie, Kahun, Gurob et Hawara, Londres, 1890, p. 40-45 ; id., Illahun, Kahun et Gur (...)

31Mais c’est à l’égyptologue Flinders Petrie que devait revenir le mérite d’interpréter ces concordances, en appliquant la méthode du « cross dating », ou double datation : en 1890, il trouve dans une tombe de Gurob, en Égypte, de la céramique mycénienne mélangée à des objets de la fin de la XVIIIe dynastie et à de la céramique encore inconnue en Grèce, qu’il désigne comme égéenne ou proto-grecque ; l’année suivante, à Kahun, il reconnaît le même type de céramique, associée à des vestiges de la XIIe dynastie37.

  • 38 Ernest Arthur Gardner (1862-1939), archéologue anglais, directeur de la British School of Athens de (...)

32En 1891, Petrie se rend à Mycènes, dans l’intention de dater précisément les sites de Gurob et Kahun. Il est secondé par Ernest Gardner, l’un de ses anciens élèves et collaborateurs en Égypte, devenu directeur de la British School d’Athènes38. À Mycènes, Petrie repère des exemples d’influence égyptienne et des objets égyptiens importés remontant à la XVIIIe dynastie. Petrie avait, en Égypte puis en Grèce, établit deux synchronismes, l’un entre objets égéens ou proto-grecs et la XIIe dynastie, et le second entre le mycénien et la XVIIIe dynastie. Il en conclut que la civilisation égéenne remontait à 2500 av. J.-C., et avait duré jusqu’à 1500-1000 av. J.-C. Quant à la civilisation mycénienne, sa datation est précisée grâce aux fouilles du British Museum à Chypre, où sont retrouvés des objets égyptiens de la fin de la XVIIIe et de la XIXe dynastie, et par celles de J. L. Myres au village crétois de Kamarais, où il découvre la même céramique mycénienne, associée à des objets égéens ou proto-grecs.

  • 39 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. VI, 1894, p. 165.
  • 40 W. Dörpfeld, Troja und Ilion, Berlin, 1902.

33À Troie, W. Dörpfeld a procédé à la « fouille horizontale » de la deuxième ville qu’il a presque entièrement dégagée, veillant à mettre les objets recueillis en relation stratigraphique avec les monuments contemporains39. Il a également ouvert un sondage jusqu’au sol vierge et établi la chronologie du site40 entre 3000 avant et 500 après J.-C.

  • 41 S. Reinach, La Crète préhistorique, Paris, 1901.

34À l’extrême fin du xixe siècle, les deux grandes civilisations découvertes par Schliemann à Hissarlik et à Mycènes étaient donc bien connues, grâce aux travaux qui s’étaient multipliés depuis 1870, mais la question de leur origine n’était pas élucidée ; c’est en Crète que l’on pensait trouver la réponse : « Dès 1894 [...] les yeux de tous les archéologues étaient tournés vers la grande île, d’où l’on attendait des révélations décisives sur la civilisation et l’industrie dites mycéniennes41. »

  • 42 G. Perrot, L’Île de Crète, Paris, 1866.

35Déjà en 1878, M. Kalokairinos avait découvert à Kephala, site de Cnossos, des céramiques semblables à celles de Mycènes ; l’idée était alors venue, et à Schliemann le premier, qu’il fallait chercher en Crète le centre de la civilisation mycénienne. L’exploration archéologique de l’île remontait à 1835 et à l’anglais R. Pashley, suivi en 1857 par G. Perrot et L. Thenon, tous deux membres de l’École française d’Athènes, qui avaient envoyé au Louvre le premier fragment des lois de Gortyne et constaté que « la plus ancienne ville de la Crète antique [...], Cnosse [sic], n’a pas laissé de ruines42 ».

  • 43 B. Haussoullier (1852-1926), « Notice sur des vases archaïques de Cnosse », Bulletin de corresponda (...)

36En 1878 encore, un autre membre de l’institution française, Bernard Haussoullier, accomplissait deux missions sur l’île, puis une troisième en 1879 ; il fut le premier à signaler, en 1880, les vases « mycéniens » recueillis par M. Kalokairinos à Kephala, et avait retrouvé d’autre part deux nouveaux fragments des lois de Gortyne43. L’année suivante, W. J. Stillman, diplomate et journaliste américain, obtenait l’autorisation de fouiller à Cnossos, y relèvait des murs inscrits de caractères étranges et affirmait que c’étaient les vestiges du fameux « labyrinthe ». Il révèlait à la fois l’écriture syllabique crétoise et le palais « mycénien ».

  • 44 M. Milchöfer, Die Anfänge der Kunst in Griechenland, Leipzig, 1883.
  • 45 A. Evans, Cretan Pictographs, Londres, 1894.
  • 46 V. La Rosa (éd.), L’Archeologia italiana nel Mediterraneo fino alla seconda guerra mondiale, Catane (...)

37Quant à l’Allemand M. Milchöfer, il voit dans les caractères crétois les formes d’une culture primitive, ce qui attesterait que la Crète pourrait bien avoir été le siège de la plus ancienne civilisation du monde hellénique44. Ses travaux influencent beaucoup Arthur Evans45 et l’Italien Federico Halbherr, que le désir d’élucider son écriture conduit vers la Crète. En 1884, F. Halbherr (1857-1930), accompagné de Paolo Orsi (1859-1935), se rend en Crète, alors que son pays tente de s’opposer en Méditerranée à la puissance grandissante de la France, et que l’île devient un enjeu crucial de cette politique46. Sur la rive gauche du Lathacos, qui traverse Gortyne, les Italiens dégagent les assises d’un mur circulaire couvert d’inscriptions : ils ont découvert le code de Gortyne, le recueil des lois le plus ancien d’Europe. Halbherr et Orsi poursuivent leurs travaux et tentent d’obtenir la concession de la fouille à Cnossos.

  • 47 T. Homolle, lettre de 1891, citée par A. Farnoux, Cnossos, l’archéologie d’un rêve, Paris, « Découv (...)

38Alors qu’en 1886, Schliemann visite le site de Cnossos avec W. Dörpfeld, il obtient des autorités ottomanes la permission d’y fouiller, mais ne peut réaliser son projet. André Joubin (1866-1944), membre de l’École française d’Athènes, qui en 1891-1892 accomplit une mission en Crète, nourrit le même projet, encouragé par T. Homolle, persuadé que l’île « est un des pays qui recouvrent les ruines les plus étonnantes, les révélations les plus considérables à l’archéologie47 ».

39Toutefois, les troubles qui éclatent précisément en 1891 et aboutiront à l’insurrection de 1897, empêchent que les négociations engagées aboutissent, d’autant qu’A. Evans, présent sur l’île en 1894, mène des tractations qui lui permettent d’acheter une grande partie des terrains en 1899 et de commencer la fouille de Cnossos en 1900.

  • 48 M. Allsebrook, Harriet Boyd : born to rebell, Oxford, Oxbow Books, 1992.
  • 49 Richard Mac Gillivray Dawkins (1871-1955), directeur de la British School of Athens de 1906 à 1914.

40En 1898, la Crète est libérée de l’occupation turque et placée sous la responsabilité du prince Georges, fils du roi de Grèce, et sous le contrôle des grandes puissances européennes : aux Italiens échoit le sud de l’île, aux Français l’est, aux Russes l’ouest et la Crète centrale est confiée aux Anglais. Ce statut favorise l’ouverture de chantiers. Une mission italienne, dirigée par F. Halbherr, est créée en 1899, et s’engage dans la fouille d’un palais à Phaïstos et d’une villa royale à Haghia Triada. L’American School of Classical Studies, créée à Athènes en 1881, fouille en Crète de l’est, et en particulier confie à une jeune femme, Harriet Boyd, et à R. B. Seager, l’exploration de Gournia, qu’ils dégagent tout entière de 1901 à 190448. Quant à la British School, elle charge R. M. Dawkins49 et R. C. Bosanquet de l’exploration de Praisos et Palaikastro.

41Comme les Grecs, les Crétois portent un très vif intérêt à leur préhistoire et conduisent des travaux de fouilles : ainsi J. Hatzidakis, qui dégage un palais minoen à Tylissos, et S. Xanthoudidis, qui explore des tombes à tholos dans la Messara. L’École française d’Athènes, après une tentative peu fructueuse à Goulas, et les premiers travaux de Joseph Demargne entre 1898 et 1900, n’ouvrira le chantier de Mallia qu’en 1921.

42La Crète est devenue l’objet d’une intense activité archéologique exercée, comme en Grèce, par les archéologues représentant les nations européennes les plus puissantes, auxquelles se sont joints les États-Unis. Cet intérêt universel pour la préhistoire de l’île, éveillé par les travaux de Schliemann, a été considérablement avivé par les fouilles d’A. Evans à Cnossos, qui soulèvent dans l’opinion publique un enthousiasme extraordinaire.

  • 50 Arthur Evans (1851-1941). Cf. S. L. Horwitz, The Find of a Lifetime. Sir Arthur Evans and the Disco (...)
  • 51 A. Evans, The Ashmolean Museum as a Home of Archaeology in Oxford. An inaugural Lecture, Londres, 1 (...)

43Arthur Evans50 était fils du grand préhistorien anglais, Sir John Evans, par ailleurs détenteur d’une considérable fortune, qu’il n’hésitera pas à engager dans les fouilles de son fils à Cnossos. J. Evans avait été membre de la délégation anglaise, qui s’était rendue en 1859 à Abbeville, et avait assuré l’authenticité des découvertes de J. Boucher de Perthes. Son fils avait vécu dans la familiarité des objets de l’importante collection paternelle, et avait été sensibilisé aux points de vue de l’archéologie préhistorique. Lorsqu’il entame les travaux à Cnossos, il a déjà affirmé, depuis son poste de conservateur de l’Ashmolean Museum d’Oxford, sa conception de l’archéologie : dans sa conférence inaugurale de 1884, il déclare l’Ashmolean Museum comme « le foyer de l’archéologie à Oxford », et rattache à l’histoire le champ auquel doit s’appliquer l’institution dont il prend la direction : « History, the history of the rise and succession of human Arts, Institutions and Believes in our historic portion of the globe51. » Si pour les périodes historiques l’archéologie peut ne sembler que « l’humble servante d’une Histoire fondée sur les textes », il revendique pour elle la primauté absolue dans la reconstitution de l’« Histoire non-écrite de l’Humanité ». Dès 1884, Evans entreprend de transformer l’Ashmolean Museum, simple cabinet hétéroclite de curiosités quand il en prend la charge, en « un centre pour l’étude de l’Archéologie ».

122. Portrait de Sir Arthur Evans (1851-1941) paru dans The Palace of Minos at Knossos, vol. 4.1, Londres, 1921. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

123. Cnossos, coupe de la cour ouest. A. Evans, The Palace of Minos at Knossos, vol. 4.1, Londres, 1921, p. 33. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

124. Cnossos (Crète), la salle du trône au moment de sa découverte. Fonds Homolle, bibliothèque de l’Institut de France.

44Dès cette conférence inaugurale, Arthur Evans met l’accent sur l’importance de la préhistoire, et proclame son intention de lui accorder, dans les salles du musée, la place qui lui revient, en abolissant le statut privilégié de la Grèce classique et de Rome dans les collections. Pour son musée, il acquiert des outils préhistoriques, une collection de sceaux phéniciens et hittites, et des objets chypriotes et égyptiens offerts par J. L. Myres et W. M. Flinders Petrie et issus de leurs fouilles. Il contribue d’autre part à faire connaître la préhistoire britannique par sa découverte d’une nécropole de la période des « champs d’urnes » à Aylesford le Kent, et son cours sur les « British Praehistoric Antiquities » qu’il donne à l’Oxford University Extension.

  • 52 Id., « The Neolithic Settlement at Knossos », A Monthly Record of Anthropological Science, 1901, p. (...)

45Quand Evans porte sur le site de Cnossos le premier coup de pioche, il a certes, comme H. Schliemann, les textes d’Homère en mémoire, mais, à la différence du « dilettante » allemand, il a une connaissance précise de l’archéologie préhistorique, et la claire conscience que la civilisation mycénienne a été assurément précédée de cultures plus anciennes. Et en fouillant le palais de Minos, il comprend vite que la période mycénienne n’est qu’une étape dans l’histoire du site ; il identifie une civilisation inconnue jusque-là, plus ancienne que la mycénienne et qui lui a donné naissance. Outre les palais de l’âge du bronze crétois, Evans restitue une civilisation néolithique antérieure52, les vestiges mycéniens, considérés jusqu’alors comme témoins de la préhistoire hellénique, prenant leur place définitive entre préhistoire et histoire.

46À Cnossos, A. Evans démontre que l’archéologie permet de remonter le temps jusqu’à des périodes pour lesquelles, malgré l’absence de textes, elle fournit de solides éléments pour la restauration des « âges de l’humanité ». Ces résultats sont garantis par des méthodes de fouille scientifiques, appliquées par l’équipe qu’Evans a réunie. Duncan Mackenzie, son principal assistant, avait dirigé les travaux de la British School à Phylakopi, sur l’île de Mélos, y avait réalisé la première fouille stratigraphique sur un site de l’Égée, et avait mis au point une technique de mise en relation, dans une même couche, des tessons de céramique avec les vestiges d’architecture correspondants. Cette équipe applique au site de Cnossos les principes de la fouille stratigraphique et tient scrupuleusement les carnets qui rendent compte de la progression des travaux.

47Evans est parmi les premiers à faire appel aux services d’un architecte présent en permanence sur le site : à T. Fyfe, attaché à la British School, sont confiés les plans, les coupes et les restaurations de monuments. Les artistes suisses, E. Gilleron et son fils, exécutent les dessins et restituent les fresques.

48Grâce à la méthode de la « stratigraphie architecturale », A. Evans la chronologie relative du site de Cnossos et recourt au « cross dating », méthode inaugurée en Grèce par son ami Flinders Petrie, pour établir un synchronisme entre la civilisation minoenne et les dynasties égyptiennes.

49Entre 1921 et 1936, A. Evans met au point les quatre volumes de son Palace of Minos at Knossos, qui constituent une véritable synthèse sur la civilisation minoenne.

  • 53 Ernest Chantre (1843-1924), pionnier de la cartographie préhistorique. Grâce à une mission du minis (...)
  • 54 E. Chantre, Recherches archéologiques dans l’Asie occidentale. Mission en Cappadoce 1893-1894, Pari (...)

50Alors que l’on cherchait en Crète le royaume du roi Minos chanté par Homère, on découvre une civilisation originale plus ancienne que celle de Mycènes, et, elle aussi, en relation avec l’Égypte. Au congrès archéologique réuni à Athènes en 1905, les civilisations pré-helléniques, et surtout celle qui est en train de surgir en Crète, occupent le devant de la scène. La question de leur origine et de leurs relations avec l’Orient se pose et l’Anatolie, où Schliemann a découvert Troie, est, aux yeux de certains, la région qui assure la transmission des influences orientales, qu’attestent les civilisations pré-helléniques. Tel est le point de vue d’Ernest Chantre53 qui, du Caucase en Cappadoce et en Égypte, cherche à reconstituer le cheminement des éléments de civilisations venus « de Mésopotamie et sans doute de l’Égypte », pour aboutir dans le monde hellénique par l’Asie Mineure et la Syrie54.

  • 55 G. Perrot, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, Paris, 1872.

51Titulaire d’une mission de l’Instruction publique, muni de crédits de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et soutenu par G. Perrot, qui en 1861 avait révélé l’art hittite de Bogazköy55, E. Chantre se livre à la reconnaissance des tells sur l’ancienne voie qui conduit de Mazace à Sébaste, fouille dans la capitale des Hittites et y recueille des tablettes couvertes d’inscriptions cunéiformes. Il complétera ses recherches en Égypte, où il est accueilli au sein de l’IFAO en 1898-1899.

  • 56 P. Demargne, La Crète dédalique. Études sur les origines d’une renaissance, Bibliothèque des Écoles (...)
  • 57 S. Reinach, « La Crète avant l’histoire et les fouilles de M. Evans à Cnossos », dans Chroniques d’ (...)
  • 58 Id., « Le mirage oriental », L’Anthropologie, 1893, p. 539-578, repris dans Chroniques d’Orient, t. (...)
  • 59 E. Meyer, Geschichte des Altertums, Berlin, 2e éd., 1893.
  • 60 W. Helbig, « La question mycénienne », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1 (...)
  • 61 O. Montelius, dans Journal of Anthropological Institut, 1897.
  • 62 Id., Orient und Europa. Einfluss der orientalischen Cultus auf Europa bis zur Mitte des letzten Jah (...)

52Les recherches d’E. Chantre en Cappadoce traduisent l’un des courants de pensée qui s’opposent, entre 1880 et 1900, sur la « question mycénienne56 », dont les termes seront modifiés par les découvertes de Crète. La tradition établissait que les Phéniciens avaient été les éducateurs de la Grèce, mais l’archéologie révélait depuis 1870 l’originalité des civilisations pré-helléniques. Partisans et adversaires des Phéniciens s’opposent à la fin du xixe siècle : certains des « Occidentaux », comme S. Reinach, prennent argument anéantir « toutes les théories qui attribuent aux Phéniciens une part prépondérante dans les très vieilles civilisations de l’Archipel57 », et affirmer que la civilisation mycénienne, « entièrement européenne d’origine », « est seulement orientalisée à la surface »58. Les autres, les « Orientaux », dénient à la civilisation créto-mycénienne toute originalité et n’y voient que le reflet de l’influence des Phéniciens et des Hittites59. Wilhelm Helbig affirme même que « l’art mycénien n’est qu’une phase de l’art phénicien60 ». Oscar Montelius, quant à lui, soutient que la civilisation mycénienne est une très ancienne manifestation de la civilisation orientale introduite en Europe61, dont toute la culture est d’origine orientale62.

  • 63 P. Demargne, La Crète dédalique…, op. cit., p. 43 sq.

53Les découvertes en Crète modifient les données du problème, en révélant une civilisation antérieure à la phénicienne, mais en contact avec d’autres civilisations orientales, celles de Mésopotamie ou le monde hittite par exemple, « dont on exagère singulièrement les rapports avec le monde égéen63 ».

  • 64 Ibid., p. 40.
  • 65 O. Montelius, Orient und Europa, op. cit.
  • 66 A. Evans, « Eastern Question », Anthropology, 1895.
  • 67 G. Sergi, La Stirpe Mediterranea, 1895.
  • 68 J. L. Myres, Prehistoric Man in the Eastern Mediterranean, 1895.
  • 69 V. Gordon Childe, « The Orient and Europe », The Advancement of Science, 1938, et dans American Jou (...)

54Avant 1914, les antagonistes s’opposent des thèses extrêmes, les uns « apercevant partout sans discernement l’influence de la Crète ou de Mycènes, depuis l’Europe de Hallstatt jusqu’au Caucase et à l’Extrême-Orient64 », et les autres ne voyant dans la civilisation européenne que « le pâle reflet de la civilisation orientale65 ». A. Evans66, G. Sergi67 et J. L. Myres68 tentent de concilier les théories des adversaires, et plaident pour une civilisation égéenne en relations équitables avec l’Orient et avec l’Europe. Ce sont toutefois les recherches sur la préhistoire de l’Égypte et de l’Orient, amorcées à la fin du xixe siècle, qui permettront à Vere Gordon Childe, par exemple, d’envisager de façon plus sereine et équilibrée les rapports entre l’Orient et l’Occident69.

La découverte de la préhistoire en Égypte et au Proche-Orient

  • 70 G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, op. cit., p. 116.

55Si l’on peut considérer avec Glyn Daniel que l’Exposition universelle de Paris70 en 1867 consacre la préhistoire, c’est cependant à l’extrême fin du xixe siècle qu’elle reçoit sa pleine reconnaissance, en Europe comme en Orient : les années 1890 sont en effet décisives car, après la révélation de la préhistoire égéenne, la démonstration sera faite, en Palestine et en Égypte simultanément, que les civilisations antiques ont été précédées de cultures qui présentent des caractères semblables à ceux des temps préhistoriques européens. À partir de là, les archéologues du xxe siècle pourront commencer une étonnante remontée dans le temps et rétablir toute la préhistoire orientale.

56Alors que les archéologues classiques opèrent cette profonde mutation qui les entraîne à franchir les frontières de l’hellénisme et les bornes du « miracle grec » pour remonter à la préhistoire égéenne, toutes les résistances ne sont pas vaincues sur le terrain de l’orientalisme. On se refuse encore à admettre que la Palestine et l’Égypte ont, comme l’Europe, connu « les âges de la pierre ».

  • 71 Paris, 1896-1897. Cf. È. et J. Gran-Aymerich, « Jacques de Morgan », Archéologia, n° 187, fév. 1984 (...)

57En effet, l’ultime bataille pour la reconnaissance de la préhistoire se livre en Palestine, dernier retranchement des défenseurs de la chronologie biblique, et il faudra attendre 1896 et les Recherches sur les origines de l’Égypte de Jacques de Morgan71, pour que le débat entamé en 1860 soit définitivement clos, et que l’impulsion soit donnée pour rétablir l’Orient dans sa préhistoire.

  • 72 Duc H. d’Albert de Luynes, Exploration de la mer Morte et de la vallée de l’Arabah par la mission d (...)
  • 73 L. Lartet, Exploration géologique de la mer Morte, de la Palestine et de l’Idumée, Paris, 1878.

58En 1864, le duc de Luynes organise aux rivages de la mer Morte une expédition scientifique72, dont fait partie le géologue Louis Lartet, fils du préhistorien. Malgré sa spécialité et le titre de son ouvrage73, Louis Lartet ne s’en tient pas à la stricte géologie de la région étudiée, mais, soulignant les liens entre sciences naturelles et préhistoire, dresse l’état des recherches en Palestine dans le domaine de cette science nouvelle qu’il propose de désigner par le terme « paléo-anthropologie » – « science des êtres anciens » – pour mieux marquer son indépendance vis-à-vis de l’archéologie au sens classique.

  • 74 P.-É. Botta, « Observations sur le Liban et l’Anti-Liban », Mémoire de la Société géologique de Fra (...)
  • 75 Communication à l’Académie des sciences, compte rendu de la séance du 21 mars 1864.

59Partis en quête des cultures préhistoriques orientales, dont ils supposent que, semblables à celles de l’Europe, elles doivent cependant être plus anciennes, le duc de Luynes et L. Lartet procèdent à une fouille dans les grottes du Nahr el-Kelb, que P.-É. Botta avant eux avait signalées74. Ils découvrent des silex taillés semblables à ceux de « l’âge du renne du Périgord et de l’Aquitaine », en relation avec les restes d’« animaux éteints » qui garantissent l’authenticité du gisement75.

  • 76 A. Arcelin dans Matériaux pour servir à l’histoire de l’homme, 5e année, 1869, p. 237 sq., et 2e(...)

60À Bethséour, près de Bethléem, ils visitent la collection de l’abbé Morétain, qui avait déjà reçu Félix de Saulcy en 1850, puis le marquis de Vogüé en 1862 et enfin Adrien Arcelin en 1869 ; ce dernier s’appliquera lui aussi à prouver la préhistoire du Proche-Orient76.

  • 77 Abbé Richard, « Découvertes d’instruments de pierre en Égypte, au Sinaï et au tombeau de Josué », C (...)
  • 78 L. Lartet, op. cit., p. 227.

61Cependant, alors que les découvertes se multiplient, l’abbé Richard peut encore, en 1871, soutenir devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres77, « la thèse favorite de la plupart des archéologues classiques, à savoir que les gisements dits “préhistoriques” rentrent dans le cadre des traditions historiques et n’échappent ni aux limites ni aux méthodes tracées par l’archéologie78 ». La conclusion de sa communication est péremptoire : les silex de Palestine et d’Égypte sont d’époque historique et, par conséquent, ceux d’Europe le sont aussi.

  • 79 Père Germer-Durand (1845-1917), premier supérieur de l’Hôtellerie de Notre-Dame-de-France à Jérusal (...)
  • 80 In Revue biblique, 1897, p. 439-449.
  • 81 L. Lartet, op. cit., p. 230.

62La situation n’évoluera qu’à partir de 1890, et des travaux du père Germer-Durand79, qui, en 1896, ouvre le musée palestinien de Notre-Dame-de-France à Jérusalem, établit un réseau de gisements de silex taillés, pour lesquels il propose un classement80, et présente « L’âge de pierre en Palestine » au XIe congrès international des orientalistes, à Paris, en 1897. C’est l’année même de la parution du second tome des Recherches sur les origines de l’Égypte de J. de Morgan qui, en fondant la préhistoire égyptienne, démontre la préhistoire en Palestine comme Louis Lartet le prophétisait : « C’est même probablement dans ces archives si reculées de l’Égypte que l’on trouvera la preuve de la haute antiquité de cette industrie [celle des outils de silex] dont l’écho s’est perpétué, à travers les changements de dynasties, dans certaines pratiques religieuses81. »

  • 82 A. Arcelin, Recueil des travaux relatifs à la philologie, à l’archéologie égyptienne et assyrienne, (...)

63Si l’on accepte 1896, année de parution des Recherches sur les origines de l’Égypte, comme date de naissance de la préhistoire égyptienne, on ne peut manquer d’être frappé du décalage qu’accuse l’Égypte par rapport à l’Europe ; c’est que la découverte de la civilisation pharaonique était récente, et que l’histoire de l’antiquité égyptienne avait concentré tout l’intérêt et tous les efforts. Pourtant, dès 1867, alors que le préhistorien danois J. J. A. Worsaae rend compte de la découverte en Égypte d’objets préhistoriques qu’on lui a indiqués, Adrien Arcelin, à l’issue d’une mission pour le ministère de l’Instruction publique, expose son point de vue Sur l’âge de pierre en Égypte à la deuxième session du congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique, puis, dans son rapport de 1869 au ministre de l’Instruction publique82.

  • 83 « Découverte de restes de l’âge de pierre en Égypte », Comptes rendus de l’Académie des sciences, s (...)
  • 84 J. Lubbock, « Notes on the discovery of stone implements in Egypt », Journal of the Royal Archaeolo (...)
  • 85 A. H. L. Pitt-Rivers, « On discovery of flint implements in stratified gravel in the Nile valley ne (...)

64En 1869 encore, l’helléniste François Lenormant et le préhistorien Ernest Hamy recueillent des silex taillés lors d’un séjour en Haute-Égypte83. Les préhistoriens anglais se joignent aux français, et soutiennent l’existence de préhistoire égyptienne ainsi Sir John Lubbock, qui, en 1872, récolte dans la vallée des Rois et à Abydos des silex taillés84 ; ou le général Pitt-Rivers qui, pratique un sondage dans le lit d’un ouadi dont le cours relie la vallée des Rois au Nil : des outils de silex sont relevés à trois mètres de la surface, et les dépôts bien stratifiés attestent leur chronologie préhistorique85.

65Cependant, les égyptologues, philologues, archéologues et historiens dans leur grande majorité soutiennent que les objets de silex appartiennent aux époques historiques, au cours desquelles ils auraient reçu un usage religieux. C’est le point de vue de F. Chabas, d’A. Mariette, de G. Maspero ou de K. R. Lepsius, qui s’opposent ainsi aux préhistoriens, L. Lartet, G. de Mortillet ou É. Cartailhac, lesquels reconnaissent une industrie préhistorique dans la vallée du Nil.

  • 86 A. Mariette, dans Bulletin de l’Institut égyptien, 11, p. 60. È. et J. Gran-Aymerich, « Auguste Mar (...)

66Mariette, quant adopte une position nuancée fait recueillir les silex dans ses fouilles, reconnaît qu’ils ont été taillés de main humaine, mais, pour en avoir trouvé dans des tombes de la XIe dynastie à Gournah, il les considère comme historiques. Cependant, il admet : « Ce n’est pas à dire pour cela que tout soit terminé sur ce point et qu’on ne puisse retrouver un jour l’âge de pierre en Égypte ; seulement, au lieu de chercher à la surface du sol, c’est par une fouille approfondie des terrains de l’ancienne vallée du Nil qu’on pourra s’éclairer définitivement ; et pour ce travail, il faut, non pas un archéologue, mais un géologue qui puisse dire dans quelles couches [souligné par nous] se retrouveront les silex qu’on pourra rencontrer encore et s’ils appartiennent à une époque de l’histoire de notre globe antérieure aux dernières révolutions géologiques86. » Conscient des exigences spécifiques de la recherche préhistorique, Mariette en a parfaitement saisi la démarche et lance un appel à des spécialistes qui, en se livrant à des fouilles systématiques, feront par la stratigraphie la preuve de la date des silex retrouvés.

  • 87 W. M. Flinders Petrie, Kahun, Gurob and Hawara, Londres, 1890 ; Illahun, Kahun and Gurob, 1889 -189 (...)

67Le scénario imaginé par Mariette reçoit un début de réalisation en 1881. À cette date, en effet, W. M. Flinders Petrie avait commencé à explorer le sol égyptien en recourant à des méthodes qu’il emprunte à l’archéologie préhistorique. En Égypte, Flinders Petrie dirige les travaux de l’Egypt Exploration Fund, créée à Londres en 1883, et fonde en 1894 l’Egyptian Research Account, qu’il transformera en British School of Archaeology in Egypt. En 1889-1890, il fouille à Kahun, ville de la XIIe dynastie, à l’entrée du Fayoum, et y trouve des silex taillés87.

  • 88 Id., Nagada and Ballas, 1895, Londres, 1896.
  • 89 L’Anthropologie, 4, juillet-août 1892. È. et J. Gran-Aymerich, « Émile Cartailhac », Archéologia, n (...)
  • 90 W. M. Flinders Petrie, A History of Egypt from the Earliest Kings to the XVIth Dynasty, Londres, 19 (...)

68De 1894 à 1905, Flinders Petrie poursuit ses travaux en Haute-Égypte, et fouille en particulier l’immense nécropole de Négada et Ballas88, dont les traits la distinguent radicalement de la civilisation pharaonique. Cependant, alors que le préhistorien Émile Cartailhac, après examen des matériaux recueillis par Flinders Petrie, conclut à l’existence d’un âge de la pierre en Égypte89, l’archéologue anglais, craignant peut-être de contredire l’opinion commune des grands égyptologues, attribue à une hypothétique « new race », population sporadique de la première période intermédiaire, les vestiges de cette civilisation qu’il vient de découvrir90.

  • 91 J. de Morgan, Notice sur le Campigny, station de la pierre sise à Beaugey-sur-Bresle, Seine-Inférie (...)
  • 92 Id., Archéologie préhistorique du Jura. Forêt des Moidons, Lons-le-Saulnier, 1883.
  • 93 Id., Mission scientifique au Caucase, t. I, Les Premiers Âges des métaux dans l’Arménie russe, t. I (...)

69Telle est donc la situation au début des années 1890 : en Égypte, Flinders Petrie a inauguré une archéologie fondée sur des méthodes rigoureuses d’investigation qui permettent la mise en évidence d’aspects nouveaux de la civilisation égyptienne, dont on hésite encore à reconnaître qu’ils révèlent la préhistoire de ce pays. C’est à ce moment, en 1892 exactement, que Jacques de Morgan, géologue et ingénieur, est nommé directeur du Service des antiquités d’Égypte. Il partage sur la préhistoire égyptienne l’avis le plus répandu et pense avec la plupart des égyptologues que les découvertes récentes se rattachent aux époques historiques. Il a, comme Flinders Petrie, une sensibilité et une expérience de préhistorien, puisqu’il a fouillé entre 1872 et 1874 à Campigny dans l’Eure91, et qu’il a commencé en 1883 l’exploration des tumuli des Moidons dans le Jura, et l’a poursuivie jusqu’en 190392. J. de Morgan a d’autre part déjà accompli une mission scientifique au Caucase93 et, par l’étude de l’âge des métaux dans cette région, abordé la question des origines de ses peuples.

  • 94 J. de Morgan, L’Humanité préhistorique, Paris, 1921, collection « L’Évolution de l’Humanité », diri (...)

70Comme préhistorien et protohistorien, Jacques de Morgan sait quelle importance il faut accorder aux indices de tous ordres produits par un site, et il rend hommage à Flinders Petrie pour les recherches méthodiques qu’il est un des très rares à mener en Égypte. J. de Morgan est de plus, comme la plupart des historiens de cette époque, préoccupé de découvrir les racines de la civilisation moderne en remontant le plus loin possible dans le passé. C’est donc en préhistorien qu’il envisage les travaux sur le terrain, et en historien qu’il interprète leurs résultats. Il tente ainsi de combler le déficit des « historiens tournés vers la préhistoire », que constate encore Henri Berr, directeur de la Revue de synthèse, en 192194.

  • 95 Id., Recherches sur les origines de l’Égypte, Paris, 1896-1897, p. XII.

71J. de Morgan – qui, dès son arrivée en Égypte en 1892, a réuni une collection d’outils en pierre et multiplié les enquêtes de prospection et de reconnaissance dans la vallée du Nil, recueillant « les moindres documents, notant les détails, observant les plus petits indices95 » –, a acquis la conviction que la préhistoire égyptienne existe. Il identifie quatre stations paléolithiques, à Thèbes, Toukh, Abydos et Dachour, et de nombreuses stations néolithiques, en Haute et Basse-Égypte et dans le Fayoum. Il rend compte de ses observations sur tous les sites explorés, dont il dessine lui-même les objets, dans ses Recherches sur les origines de l’Égypte : le catalogue des objets et des sites est complété de développements introductifs sur la formation géologique du pays, et d’observations d’ordre anthropologique et paléontologique. Le second tome est consacré à l’« ethnographie préhistorique et au tombeau royal de Négada, qu’il a fouillé lui-même en 1897.

  • 96 J. de Morgan, op. cit., p. 23.

72J. de Morgan, convaincu qu’en préhistoire la pluridisciplinarité est indispensable, et conscient que « les sciences ont réalisé de tels progrès qu’il n’est plus possible au même homme d’écrire un livre complet », a recours à des spécialistes, géologues, chimistes, anthropologues, ethnologues, de France ou d’autres pays, comme l’Allemagne ou la Suisse. Il met en œuvre une conception très « moderne » de l’archéologie préhistorique, dont il affirme, avant André Leroi-Gourhan, qu’elle se confond avec l’ethnographie, au sens où le mot « préhistorique » doit s’« étendre à tous les peuples, à toutes les questions relatives à l’existence de l’homme, pour lesquelles des documents écrits émanant des peuples eux-mêmes ne nous renseignent pas, aussi bien pour les époques les plus anciennes que pour celles qui sont presque nos contemporaines »96.

  • 97 J. de Morgan, La Préhistoire orientale, Paris, 1926, p. 164.
  • 98 Ibid., p. 338.
  • 99 Ibid., p. 372.
  • 100 V. Gordon Childe, L’Orient préhistorique, Paris, 1953 (1re édition anglaise 1935), p. 137.

73De 1895 à 1897, Jacques de Morgan et son équipe fouillent à Négada deux nécropoles et un tombeau royal. Lorsqu’en 1926 il rappelle ces travaux, il indique : « Deux nécropoles furent attaquées, l’une appartenant aux peuplades indigènes, l’autre, située à quelques kilomètres plus au nord et renfermant des sépultures des premiers Égyptiens ; par ces termes [peuplades indigènes et premiers Égyptiens], j’entendais alors [en 1897] les prédynastiques et les pharaoniques de la première dynastie97. » En 1897, de Morgan supposait l’invasion de conquérants venus d’Asie, mais il modifie ensuite son point de vue ; dans sa synthèse sur la Préhistoire orientale, il avance la « solidarité entre les divers peuples qui ont été du initial98 » et affirme : « Il y eut certainement aux débuts une communauté d’idées, de là cette unité d’ensemble qu’on rencontre dans les civilisations de ces provinces [l’Égypte, le Proche-Orient et l’Asie antérieure] pendant plusieurs millénaires99. » Il annonce la notion de « fertilisation mutuelle à laquelle parviendra Vere Gordon Childe100 à une époque où la connaissance de la préhistoire orientale aura fait un prodigieux bond en avant.

  • 101 E. Amélineau, Les Nouvelles Fouilles d’Abydos, Paris, 1896.

74Le vaste monument en brique crue qui est mis au jour à Négada présente de nombreuses affinités avec celui qu’Émile Amélineau a dégagé à Abydos101. Ces tombeaux en brique appartiendraient aux premiers représentants de la Ire dynastie égyptienne, alors que les nécropoles plus anciennes mettraient en évidence un état différent de civilisation, les cultures de la pierre et du cuivre coexistant. Dans ses Recherches sur les origines de l’Égypte, qui fondent la préhistoire égyptienne, J. de Morgan ne se contente pas de rendre un compte minutieux des éléments de la « civilisation de Négada », qu’il vient de découvrir. Il se pose la question de son origine, que ses travaux auront pour but de déterminer.

  • 102 Cité par Louis Germain, dans sa préface au tome II de La Préhistoire orientale, Paris, 1926.
  • 103 E. Massoulard, Préhistoire et protohistoire d’Égypte, Paris, 1949, p. XV.

75S. Reinach considère cet essai comme un « monument de pénétration et de clairvoyance » et le « fondement de toutes les études ultérieures à ce sujet102 ». Il fut diversement accueilli, selon que l’on était égyptologue ou préhistorien : les premiers se montrèrent encore très réticents, alors que les seconds saluaient avec enthousiasme la naissance de la préhistoire égyptienne. Flinders Petrie lui-même se ralliera aux conclusions de J. de Morgan dans son Prehistoric Egypt de 1920. Sans conteste, « c’est à J. de Morgan que revient le mérite d’avoir clos définitivement le débat103 » qui divisait égyptologues et préhistoriens.

  • 104 J. de Morgan, Recherches sur les origines de l’Égypte, op. cit., t. I, p. 190.
  • 105 Ibid., p. 238.

76Une fois prouvé que l’Égypte a connu des âges de la pierre, dont celui de Négada « a joué un très grand rôle dans la civilisation pharaonique elle-même », J. de Morgan croit discerner à Négada les apports d’« une race différente, peuple très civilisé, familier avec l’usage de la métallurgie, de l’écriture, des lois de l’architecture, des arts, ayant sur la religion des idées philosophiques très étendues104 ». Il relève les affinités que présente cette civilisation prédynastique de Négada avec celles de Mésopotamie et en conclut, provisoirement et en soulignant l’insuffisance de ses connaissances, qu’elles ont « une communauté d’origine » et que ces peuples « communiquaient forcément bien entre eux, bien que les pays où ils s’étaient fixés fussent éloignés »105.

  • 106 Ibid., p. 267.
  • 107 M. I. Rostovzev, « L’âge du cuivre dans le Caucase septentrional et les civilisations de Sumer et d (...)
  • 108 J. de Morgan, Mission scientifique en Perse, 5 volumes en 9 tomes, Paris, 1891-1905 : I-II, Études (...)

77C’était, dès 1897, et bien avant les découvertes extraordinaires de la pré- et protohistoire mésopotamienne qui auront lieu après 1918, remettre en cause le dogme du développement autonome de l’Égypte ancienne. Dans les Recherches sur les origines de l’Égypte, J. de Morgan tisse un véritable réseau de comparaisons entre Égypte et Asie occidentale, en examinant successivement les différents domaines où ces civilisations se sont illustrées. Mais, à Négada, selon lui, « l’innovation la plus importante qu’ils [les conquérants venus d’Orient] aient introduite dans leur nouveau pays [...], c’est l’usage du métal et surtout du cuivre106 ». Or, Jacques de Morgan avait cherché, dès 1889 et lors de sa Mission scientifique au Caucase, dans ces régions du nord de l’Asie antérieure, le berceau de la « révolution métallurgique ». Ses recherches sur Les Premiers Âges des métaux dans l’Arménie russe précédaient les travaux des archéologues russes et la découverte de la très riche sépulture de Maïkop (1897), qui témoignait de la splendeur de la civilisation du cuivre au IIIe millénaire dans le Caucase107. En outre, avant même de prendre la direction du Service des antiquités en Égypte, il avait accompli une exploration géographique, géologique et archéologique de la Perse qui l’avait mené à Suse108. C’est précisément en 1896-1897, au moment où paraissent les Recherches sur la préhistoire égyptienne, que J. de Morgan publie ses Recherches archéologiques en Perse. Sur le site de Suse, il avait relevé en 1891 des tessons de céramique non tournée et des silex taillés qui l’avaient convaincu de la très haute antiquité de la cité. Ses travaux dans la vallée du Nil le reportent donc en Asie, dont il pense qu’elle lui fournira la clé des origines égyptiennes. En 1897, nommé directeur de la Délégation française en Perse, il gagne Suse à la tête de la plus importante mission archéologique jamais organisée en Europe.

125. Jacques de Morgan (1857-1924), collection M. Jaunay, Marseille.

126. Edmond Pottier (1855-1934). D’après R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux d’É. Pottier », Institut de France, 1935.

127. Suse (Iran), « Coupe théorique du tell de l’acropole » par J. de Morgan, « Observations sur les couches profondes de l’acropole à Suse », Mémoires de la Délégation en Perse, t. XIII, p. 23. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 109 Cf. È. et J. Gran-Aymerich, Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, op. cit., p. 90 sq.
  • 110 J. de Morgan, La Préhistoire orientale, op. cit., p. 320.
  • 111 Ibid., p. 250.

78Quand J. de Morgan la rejoint, Suse a déjà fait l’objet de fouilles anglaises à l’initiative de Kennet Loftus, et françaises, sous la direction de Marcel et Jane Dieulafoy109. Toutefois, la préhistoire de Suse et de la Perse n’a pas encore été révélée et J. de Morgan peut revendiquer « la paternité de la préhistoire aussi bien en Égypte qu’en Élam110 », et se considérer même comme l’un des initiateurs de la préhistoire orientale, puisqu’« avant l’exploration des couches profondes du tell de Suse, les éléments de la civilisation suméro-akkadienne remontaient peu au-delà du temps de Sargon l’Ancien et de Naram-Sin. C’est-à-dire que, pour l’Asie, on se trouvait au point où, en 1895, on était en Égypte, on atteignait à peine les débuts des temps historiques111 ».

  • 112 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, Albin Michel, 1946, p. 169 sq. ; t. (...)
  • 113 W. M. Flinders Petrie, Tell el-Hesy, Londres, 1891.

79Les fouilles de Suse bénéficient de moyens gigantesques et sont méthodiquement organisées selon les principes de l’« archéologie industrielle » que J. de Morgan met au point112. Sa formation de préhistorien et les objets découverts en prospection lui inspirent l’application pour Suse d’une méthode où il met en œuvre le principe stratigraphique. Alerté par les découvertes qu’il a faites en prospection de surface sur les pentes du site, il est déterminé à sonder le tell de l’Acropole pour parvenir aux niveaux les plus anciens. Il opère par série de tranchées de cinq mètres de largeur et divise la hauteur totale de la colline (35 m) en sept niveaux de cinq mètres. Il est évident qu’une telle méthode ne permet pas une fouille minutieuse et qu’en particulier les vestiges de constructions sont illisibles. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une ébauche de fouille stratigraphique, dont le principe avait été inauguré en 1891 à Tell el-Hesy en Palestine par Flinders Petrie113. Les fouilles de Suse marquent un tournant dans l’archéologie proche-orientale : non seulement on découvre la plus ancienne céramique peinte, datée du IVe millénaire, qui, jusqu’en 1928, servira de référence pour classer les cultures à céramique peinte mises au jour en Mésopotamie après 1919, mais Suse traduit aussi un profond changement de perspective. Soucieux de montrer la totalité d’une séquence chronologique, on pousse la recherche jusqu’au sol vierge. Ce point de vue va s’imposer progressivement, et tous les chantiers du Proche-Orient comporteront au moins un sondage stratigraphique.

80Pour les périodes préhistoriques, les problèmes de datation sont primordiaux, puisque l’on ne dispose plus des repères que constituent les textes dynastiques égyptiens ou babyloniens. Il s’agit donc de trouver de nouveaux critères et, de même que G. de Mortillet avait fondé la succession des périodes préhistoriques sur la typologie des outils de silex, Flinders Petrie en Égypte et J. de Morgan à Suse donnent à la céramique la fonction de « fossile chronologique ». L’Anglais met au point la méthode de la succession des types céramiques et de la double datation qui, combinée à la fouille stratigraphique, lui permet de dater exactement Tell el-Hesi en Palestine. Le Français définit la première culture élamite par sa céramique peinte, dont Edmond Pottier établit la typologie, et inaugure la longue liste des sites caractérisés et datés d’après leurs céramiques par référence à celles de Suse.

  • 114 J. de Morgan, Mission en Susiane. Mémoire de la délégation en Perse, t. XII, Paris, 1917, p. VI.
  • 115 E. Pottier, Catalogue des vases antiques de terre cuite du Louvre, 3 vol., Paris, 1896-1906, t. I, (...)
  • 116 W. M. Flinders Petrie, Illahun, Kahun and Gurob, 1889-1890, op. cit.

81Disciple d’Albert Dumont, E. Pottier a mis définitivement au point l’étude de son maître, prématurément disparu, sur Les Céramiques de la Grèce propre, et s’est affirmé comme « le spécialiste le plus éminent » des études céramologiques114. Il aborde « un sujet aussi nouveau et aussi difficile » que la céramique de Suse, muni d’une méthode affirmée dans le Catalogue des vases antiques de terre cuite du Louvre, où il envisage les vases « comme des documents historiques d’une valeur égale à celle des textes », fait figurer « de simples tessons, que bien des gens verraient sans déplaisir jeter au coin de la borne »115, et souligne leur importance comme indicateurs chronologiques : ce sont les fragments de vases, méprisés des esthètes, qui ont permis à W. Dörpfeld de corriger les conclusions d’H. Schliemann sur l’identification de Troie dans la stratigraphie d’Hissarlik. Ce sont encore les tessons mycéniens retrouvés en Égypte qui permettent, en 1890, à Flinders Petrie l’établissement de synchronismes inédits entre deux civilisations, jusque-là conçues comme radicalement étrangères, celle de l’Égypte et celle de la Grèce primitive116.

  • 117 Mémoire de la délégation en Perse, t. XII, op. cit.
  • 118 R. Ghirshman, Fouilles de Tépé Giyan, Paris, 1935.

82Dans son étude « Sur les vases peints de l’Acropole de Suse117 », E. Pottier cherche à déterminer, d’une part, « une chronologie intrinsèque, qui fixe les périodes successives de la poterie fabriquée en Susiane » et, d’autre part, « une chronologie extrinsèque, qui détermine la date approximative des poteries, par l’observation des conditions naturelles de la découverte, et par comparaison avec les autres objets recueillis dans les fouilles ». En 1933, les fouilles de Tépé Giyan, menées par Georges Contenau et Roman Ghirshman de façon beaucoup plus rigoureuse que celles de J. de Morgan à Suse, sur le point très précis de la stratigraphie, confirmeront et corrigeront la chronologie proposée par E. Pottier118. La céramique de Suse, datée et située dans ses relations avec les autres poteries antiques, est l’élément déterminant dans la définition de la civilisation élamite, et devient la première référence chronologique pour le Proche-Orient ancien, progressivement restauré dans sa « préhistoire ».

  • 119 J. de Morgan, « Mémoires originaux de l’influence asiatique sur l’Afrique à l’origine de la civilis (...)
  • 120 J. de Morgan, op. cit., 1921, p. 185 sq. (souligné par nos soins).

83J. de Morgan est alors confirmé dans son intuition, que « dans les couches profondes du tell de Suse, on trouverait à coup sûr les éléments archaïques nécessaires pour trancher, par une étude comparative, la question primordiale des origines de la civilisation orientale119 ». Alors qu’en Égypte il relevé influences asiatiques, «  il [lui] restait à savoir si l’Asie avait elle-même reçu certains principes ou certains types de l’Égypte ; en ce cas, il y eût eu, dans les temps anté-historiques, échanges de relations entre les deux pays120 ».

  • 121 P. Boudy, L. Capitan, J. de Morgan, « Études sur les stations préhistoriques du Sud tunisien » : Re (...)

84J. de Morgan lance ici, et explicitement, le principe de l’« archéologie comparative », qu’il appliquera en concevant les trois volumes de sa Préhistoire orientale : alors que la première partie de l’ouvrage est consacrée aux notions générales de géographie, géologie et anthropologie, préalables indispensables à toute étude de la préhistoire selon lui, la deuxième traite de l’Égypte et de l’Afrique du Nord, et la troisième de l’Asie antérieure. Quand il élabore cette synthèse, J. de Morgan place donc l’Égypte au centre de sa problématique. Lorsque, en Afrique du Nord, avec Louis Capitan et Paul Boudy, il explore les environs de Gafsa121, et définit une période intermédiaire entre paléolithique et néolithique, le Capsien, l’Égypte est au centre de ses préoccupations, puisqu’il est en quête des traces d’influences, d’échanges, avec le Maghreb. En Asie occidentale, il cherche, dans le Caucase, l’origine de la métallurgie, et, à Suse, tente d’établir des liens entre les civilisations du Nil et de l’Élam.

  • 122 Titre donné par J. de Morgan à la troisième partie de son ouvrage, L’Humanité préhistorique, Paris, (...)
  • 123 Ibid., p. 305.

85Par comparaison des traits de civilisation, J. de Morgan reconnaît un réseau d’influences réciproques entre l’Égypte et l’Asie, et le développement conjoint de la civilisation en Élam et en Égypte. Certes, sa démonstration ne repose pas sur des typologies rigoureuses, telles que Flinders Petrie en avait établies pour les objets trouvés dans ses fouilles d’Égypte; il fait l’économie de l’analyse, privilégiant les « vues d’ensemble ». En effet, J. de Morgan brûlait les étapes, et c’est sans aucun doute l’une des faiblesses de sa démarche. Cependant, doté d’un remarquable esprit de synthèse, et animé de la volonté de reconstituer la continuité de l’évolution humaine qui, selon lui, résulte des « relations des peuples entre eux122 », il a ce mérite d’intégrer la préhistoire à l’histoire. Il accorde une importance particulière aux « influences extérieures car il est souvent possible de tirer de celles-ci des notions chronologiques par comparaison [souligné par nous] avec la culture des peuples déjà entrés dans l’histoire123 ».

  • 124 W. M. Flinders Petrie s.l., s.d., 1891, The Relations of Egypt and Early Europe ; id., Methods and (...)

86J. de Morgan fait partie de cette génération de préhistoriens qui n’envisagent plus l’évolution linéaire et universelle du genre humain selon les mêmes modes de développement, mais reconnaissent des faciès culturels caractéristiques de chaque région du monde ; il privilégie la notion d’échange, relation, d’influence, qui fonde l’archéologie comparée, brillamment mise en œuvre dès 1891 par Flinders Petrie. Celui-ci applique, sur les sites de Kahun et de Tell el-Amarna, la méthode du « cross dating ou « double datation124 », qui lui permet de donner une chronologie absolue à la céramique égéenne et de fixer les bornes extrêmes de la civilisation mycénienne, dont l’antiquité même suscitait une ardente polémique, certains prétendant que Schliemann n’avait exhumé que des vestiges d’époque byzantine !

  • 125 M. F. von Oppenheim, Der Tell Halaf. Eine neue Kultur in ältesten Mesopotamien, Leipzig, 1931.
  • 126 S. A. Huzayyin, The Place of Egypt in Prehistory, Mémoires présentés à l’Institut d’Égypte, 43, Le (...)

87Même si, comme il en avait pleinement conscience, ses conclusions étaient soumises aux progrès de l’archéologie orientale, et si la céramique peinte de Suse allait se voir détrônée par celle de Tell Halaf du premier rang en antiquité125, Jacques de Morgan, véritable pionnier de la préhistoire orientale, fournit aux archéologues des générations suivantes les éléments qui permettront d’établir les relations de l’Égypte et de l’Asie occidentale. Sa Préhistoire orientale, dont toute la première partie est consacrée au cadre géographique, géologique, anthropologique, est une œuvre de préhistorien au même titre que celle de S. A. Huzayyin qui, en 1941, adoptera le même point de vue pour déterminer la place de l’Égypte dans la préhistoire126.

  • 127 J. de Morgan, La Préhistoire orientale, op. cit., p. 111.
  • 128 V. Gordon Childe, L’Orient préhistorique, Ire éd. anglaise 1935, traduction française, 1953, p. 137

88Dans cette œuvre posthume, la Préhistoire orientale, J. de Morgan tient compte des toutes dernières découvertes, celles d’Eridu et d’Ur par Henry R. Hall et Leonard Woolley, ou de Kish par Henri de Genouillac, ou encore celle d’Anau par Robert Pumpelly. Conscient que « l’archéologie de ces pays est encore dans l’enfance127 », il introduit des nuances dans sa pensée, renonçant à certains points de vue trop tranchés des Recherches sur les origines de l’Égypte. Ainsi, ne tient-il plus à l’hypothèse d’une invasion des pays du Nil par des « Asianiques », mais il envisage le développement parallèle des civilisations au Proche-Orient et en Égypte, à partir « d’un foyer initial » qu’il situe nord de l’Asie antérieure et de l’Iran. Il affirme de plus que « l’hypothèse de l’unité de foyer de la sidérurgie doit être abandonnée ». Il n’aurait sans doute pas contredit V. Gordon Childe qui, entre Égypte et Sumer, refusait de choisir et concluait : « S’il y eut sûrement une certaine mesure de fertilisation mutuelle, il n’est guère possible d’admettre que les apports aient constamment été fournis par le même côté128. »

  • 129 A. Parrot, op. cit., t. I, p. 422.

89Par ses travaux dans le Caucase et en Iran, J. de Morgan attire l’attention sur ces régions du nord et de l’est de l’Asie antérieure, et les échanges qu’elles ont entretenus avec la Mésopotamie il le l’archéologie et apporte les premiers éléments des comparaisons qui, au fil des découvertes, allaient s’imposer, non plus seulement entre Orient et Occident, « mais avec des régions plus à l’est, l’Iran [...], le Baluchistan et jusqu’aux rives de l’Indus129 ».

90Après la mort de J. de Morgan, l’exploration de la Mésopotamie s’intensifie encore, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale : en 1946, André Parrot peut présenter une protohistoire mésopotamienne, dont les étapes se trouvent déterminées. Par ses travaux au Caucase, en Égypte et en Perse, J. de Morgan avait révélé un pan de ce qu’il tenait pour la « préhistoire orientale », dont la science archéologique moderne ferait l’introduction à l’histoire ou protohistoire, réservant l’adjectif « préhistorique » pour les périodes les plus anciennes. C’est donc un préhistorien qui, en Égypte et à Suse, a donné une impulsion décisive aux recherches sur les âges les plus reculés, et permis qu’en Orient, on puisse envisager préhistoire et histoire dans leur continuité.

91C’est en Méditerranée orientale que le fossé entre préhistoire et histoire se comble dans la première moitié du xxe siècle. La quête des origines des civilisations classiques a abouti à établir la continuité de l’une à l’autre. L’archéologie préhistorique a vu reconnaître la validité de sa démarche et de ses méthodes ; issue des sciences de la nature et conservant avec elles des liens étroits, elle appartient désormais aussi aux sciences historiques et fait son entrée dans les institutions : au Collège de France, par Camille Jullian, puis par l’abbé Breuil, et enfin à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, où « le pape de la préhistoire » est élu en 1938.

  • 130 V. Gordon Childe, L’Orient préhistorique, op. cit.

92Les travaux de la fin du xixe siècle ont imposé l’évidence que pour comprendre la préhistoire européenne, révélée la première, « il est indispensable de commencer par étudier l’archéologie préhistorique et protohistorique de l’Orient ancien130 ». Telle est la tâche à laquelle s’appliqueront les archéologues après 1918.

L’archéologie préhistorique, classique, orientale : échanges et fusion

Un nouveau « discours de la méthode »

93La révélation de la préhistoire méditerranéenne, en Grèce, en Égypte et au Proche-Orient, consacre une «archéologie préhistorique », caractérisée par des méthodes spécifiques et détachée de la philologie aussi bien que des sciences naturelles : on se souvient qu’avant 1875, A. Bertrand distinguait encore les « archéologues-historiens », voués à l’étude et à l’interprétation comparée des monuments figurés et des textes, et les « géologues-préhistoriens », qui par l’objet et les méthodes de leur discipline, étaient tenus en marge de l’archéologie. Mais, alors même qu’H. Schliemann cherche encore à Troie et à Mycènes confirmation des poèmes homériques, une nouvelle génération d’archéologues se lève, convaincus que les civilisations découvertes en Grèce et en Crète, puis en Égypte et au Proche-Orient, sont bien antérieures à l’histoire, que pour leur étude la philologie n’offre plus aucun secours, et que seule l’archéologie permet l’identification et la mise en rapport de ces cultures inédites.

94Pour étudier ces civilisations « sans textes », « l’archéologue-historien » doit se convertir à la préhistoire, et pallier l’absence de textes par le recours à des méthodes empruntées à l’archéologie préhistorique : si la fouille stratigraphique est mise en œuvre à Olympie par les architectes, son application systématique et les principes de son interprétation sont, en Méditerranée orientale, le fait d’archéologues préhistoriens de formation ou qui le deviennent sur le chantier.

  • 131 N. Coye, Une conscience pour le fouilleur : méthodes et techniques de terrain en archéologie préhis (...)

95La méthode stratigraphique est empruntée à la géologie, et a été appliquée à la préhistoire par J. Boucher de Perthes, qui fait œuvre de précurseur en énonçant les principes de la fouille préhistorique131. Cependant, au xixe siècle, la préhistoire souffre en France du développement anarchique des recherches, et c’est l’archéologie préhistorique méditerranéenne et ses succès spectaculaires qui retentiront sur la préhistoire métropolitaine, en mettant l’accent sur les méthodes de fouille.

  • 132 J. de Morgan, Les Recherches archéologiques, leur but et leurs procédés, Paris, 1906.
  • 133 Ibid.
  • 134 Ibid.
  • 135 W. M. Flinders Petrie, Methods and Aims in Archaeology, Londres, 1904.

96En Grèce, comme au Proche-Orient, on est parvenu à la reconstitution de la succession des civilisations grâce à l’utilisation de la stratigraphie, qui permet la mise en relation des objets et l’application du « cross dating » ou double datation. Une « nouvelle » archéologie, détachée de la philologie et non événementielle, se fixe pour but la reconstitution intégrale de civilisations inconnues jusqu’alors. « Tout ce qui concerne les transformations survenues dans le monde physique depuis l’apparition de l’humanité sur terre et tout ce qui a rapport à cette humanité même, est du domaine de l’archéologie132. » Les « annales de l’humanité » commencent avec le premier homme et se divisent « en préhistoire ou histoire naturelle et en histoire proprement dite »133. La préhistoire donc trait d’union la géologie et l’histoire, et l’historien doit la connaître et la considérer comme « la préface de ses travaux134 ». L’archéologie, telle que la conçoivent J. de Morgan et Flinders Petrie, est une science qui prend en compte toutes les manifestations de l’homme : « all the products and works of our species,... what man has been doing in all ages and under all conditions135 » ; et de cet examen scrupuleux, il déduit la connaissance des cultures humaines.

  • 136 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’Art dans l’Antiquité, 10 vol., Paris, 1882-1914.
  • 137 G. Perrot, Leçon inaugurale du cours d’archéologie à la Sorbonne, Paris, 1877.
  • 138 Id., Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. VI, La Grèce primitive, Paris, 1894, p. 165.

97L’archéologue est donc à la fois préhistorien et historien, et ne peut accéder à la connaissance des civilisations qu’en les rétablissant dans leur continuité chronologique, et dans les relations qu’elles ont entretenues. À la fin du xixe siècle, on ne peut plus entreprendre une Histoire de l’art dans l’Antiquité136, et ne considérer que l’art grec. Lorsque G. Perrot conçoit le projet de renouveler l’œuvre de J. J. Winckelmann, il est convaincu de l’interdépendance des civilisations méditerranéennes et, pour aboutir à l’art grec, il emprunte le « long chemin qui conduit des pyramides égyptiennes et des tours à étages de la Chaldée jusqu’aux Propylées de l’Acropole d’Athènes137 ». À mesure qu’il avance dans son œuvre, la découverte des civilisations « préhistoriques » en Orient lui impose la remontée jusqu’aux origines de l’art grec : son histoire de l’art inclut la Grèce primitive dont il évoque « l’âge de la pierre ». La préhistoire est le prélude à l’histoire, et G. Perrot, en évoquant les fouilles de Schliemann à Mycènes, montre toute l’importance qu’il accorde aux méthodes qui doivent garantir la validité d’une archéologie privée des recours aux textes, et fondée sur les seuls « monuments ». À l’anarchie qui règne sur le chantier de Schliemann à Troie, G. Perrot oppose la fouille stratigraphique, qui consiste à enlever les couches « l’une après l’autre dans l’étendue du périmètre à déblayer », en prenant la précaution de faire « un relevé très exact des dépositions condamnées à disparaître »138.

  • 139 S. Reinach, « La méthode en archéologie », Revue du mois, 1911, p. 279-292.

98Les résultats obtenus en Grèce et au Proche-Orient ont convaincu certains hellénistes, déjà initiés à l’orientalisme, que les méthodes de fouilles appliquées sur les chantiers de Troie, de Phylakopi ou de Cnossos doivent être généralisées. « Dans une fouille bien conduite, selon S. Reinach, ce qui importe plus que les objets à découvrir, ce sont les informations que l’étude des couches ou celle des objets découverts par groupes peuvent fournir pour leur classement chronologique139. » La fouille stratigraphique, que Christos Kavvadias a dirigée sur l’Acropole d’Athènes de 1883 à 1890, et qui a permis, grâce au classement chronologique des vases peints attiques, de fixer au dernier quart du vie siècle la production des premiers vases à figures rouges, prouve que l’on peut appliquer la démarche strictement archéologique aux civilisations historiques, et à la plus prestigieuse d’entre elles, celle de la Grèce classique.

  • 140 Ibid., op. cit., p. 286.
  • 141 J. de Morgan, Les Recherches archéologiques, leur but et leurs procédés, op. cit.

99Conscient n’y a qu’« une Troie, une Ostie, une Pompéi », et qu’une fouille donnée détruit « les archives du sol140 », S. Reinach préconise la réglementation des fouilles, qui ne devraient être confiées qu’à des représentants de l’État, ou de sociétés savantes. Le recours à des méthodes d’archéologie de terrain suppose la formation des archéologues, et l’on réclame avec de plus en plus d’insistance « une école pratique d’archéologie141 ».

  • 142 O. Montelius, Les Temps préhistoriques en Suède et dans les autres pays scandinaves, Paris, 1895, t (...)
  • 143 Cf. en particulier « Den förhistoriska fornforskningens metod och material », Antiquarisk tidskrift (...)

100L’« étude des couches » doit être associée à celle des objets, et S. Reinach, dans le souci de développer la « nouvelle archéologie », traduit en français et commente les ouvrages d’Oscar Montelius142, préhistorien suédois spécialiste de l’âge du bronze et l’un des premiers promoteurs des méthodes archéologiques. En effet, celui-ci est le premier en 1884143 à fixer les principes du « cross dating » qui permet à Flinders Petrie de rétablir les civilisations pré-helléniques dans leur chronologie relative et de les dater en référence aux dynasties égyptiennes. Inspiré par les travaux de Darwin sur l’évolution, Montelius avait, avec son compatriote Bror Emil Hildebrand (1806-1884), conçu une classification des outils préhistoriques, selon leurs types et leur rattachement géographique. La « méthode typologique » assure la chronologie relative des objets, et la comparaison avec des séries semblables dans d’autres régions, où elles sont datées avec certitude, permet de déterminer leur chronologie absolue. C’est grâce à cette méthode que Montelius définit les différentes périodes de l’âge du bronze.

101La constitution d’une typologie repose sur l’examen minutieux des objets, et la prise en compte de toutes leurs caractéristiques. L’objet n’est plus seulement considéré pour sa valeur esthétique, mais son importance tient à ce qu’il reflète un état « industriel » et « culturel » à une période donnée, et peut donc servir d’indicateur chronologique. Le cas de la céramique est très caractéristique de cette évolution : la céramologie, fondée par E. Gerhard et O. Jahn, porte d’abord sur les vases grecs peints trouvés en Italie ; puis, découvertes de Santorin et de Mycènes suscitent les études d’A. Dumont et d’A. Furtwängler (1853-1907) qui, dans leur analyse des objets, tiennent compte non seulement de leur décoration, mais aussi de leur forme et des techniques employées, pour déterminer les origines de cet art, les voies de son développement et de sa diffusion.

  • 144 E. Pottier, Catalogue des vases antiques de terre cuite du Louvre, Paris, 1896, p. 37.

102La valeur de « fossile-directeur » (Leitfossil), qu’Alexander Conze accorde à la céramique, est confirmée par le rôle qu’elle joue dans la définition des civilisations mycénienne et minoenne, et leur datation. Dans cette perspective, le moindre tesson caractéristique a une importance équivalente à celle du vase entier, et c’est ce qui explique qu’E. Pottier, dans sa présentation des collections céramiques du musée du Louvre, expose des tessons : en effet, « avec ces modestes dessins... on résout actuellement les problèmes les plus obscurs de l’histoire grecque primitive ; c’est grâce à eux qu’on peut établir les rapports des peuplades grecques entre elles, retrouver la chronologie des cités disparues dans une période antérieure à tout document littéraire144 ».

103L’accession du tesson aux vitrines du plus grand musée de céramique au monde, le Louvre, traduit une évolution considérable de la céramologie et de la muséographie : le musée n’est plus seulement un lieu où l’on présente de beaux objets, mais un véritable centre scientifique, qui répercute les résultats des dernières recherches, et assume un rôle didactique auprès du public.

  • 145 Ibid., p. 52.
  • 146 Ibid., p. 52.

104Le catalogue d’E. Pottier n’est plus seulement un répertoire de vases aléatoirement réunis au sein de collections, mais un véritable traité de céramologie, où l’on n’envisage plus exclusivement l’objet en lui-même, mais aussi « les circonstances de sa découverte », permettant d’établir « des synchronismes qui sont de la plus haute importance pour déterminer, sinon la date exacte, au moins l’époque relative des différents groupes d’antiquités145 ». C’est dire l’extrême importance des méthodes de fouilles, et la lourde responsabilité de ces archéologues qui négligent de rédiger des « procès-verbaux de fouilles détaillés », et perpétuent le déplorable « gaspillage qui a épuisé toutes les nécropoles d’Italie et de Grèce sans aucun profit pour la connaissance exacte des provenances et des concomitances146 ».

  • 147 Ibid., p. 57.
  • 148 Ibid.

105Quant au vase lui-même, son décor n’est plus seulement analysé comme le serait un tableau, mais tous les aspects techniques sont considérés : la couleur, le dessin, mais aussi la forme qui « est un précieux conducteur chronologique », et la nature de la pâte, en application du principe « qu’il faut étudier le vase peint comme une unité, comme un tout, dont les parties sont indissolubles147 ». On aboutit ainsi à la constitution de « groupements céramiques », dont « l’ensemble forme un bloc, ou si l’on veut, une superposition d’assises dont on ne peut guère changer l’ordre respectif », « l’enchaînement des séries [étant] logique148 ». Pottier adopte donc pour les céramiques grecques les principes de la « méthode typologique », mise en œuvre par les préhistoriens de Mortillet, Pitt-Rivers, O. Montelius ou Flinders Petrie.

  • 149 Ibid., p. 67 (souligné par nous).

106La présentation des collections du Louvre répond aux principes scientifiques énoncés dans le Catalogue, et à l’ancienne classification par sujets se substitue une nouvelle qui, compte tenu d’un premier classement géographique, repose sur l’identification des fabriques, et sur l’ordre chronologique des produits fondé sur les formes et les types d’ornementation. Dans les salles du musée, on cherche à mettre en évidence « l’enseignement qui résulte de la découverte même des objets dans telle ou telle région. En voyant réunis les produits trouvés dans un même pays, on embrasse d’un même coup d’œil l’histoire artistique et commerciale de cette contrée149 ».

  • 150 Ibid., p. 247.

107La salle des « origines comparées » réunit les « vases depuis les premières céramiques de la Troade jusqu’aux vases de l’Attique et de la Béotie, retraçant ainsi l’évolution des unes aux autres. Les vases, et tout particulièrement ceux de Mycènes, sont considérés comme des « documents historiques »: une fois les « groupements », les « séries », construits, il ne s’agit pas de se satisfaire d’avoir ainsi classé des objets, mais aussi de poser les questions de leur origine, des rapports avec d’autres produits, de leur diffusion et de leur influence ; ce qui revient à tenter de définir les civilisations dont ils sont issus, et leurs relations avec les cultures contemporaines. Les vases peints, outre leur valeur esthétique, sont utiles « pour l’éclaircissement des questions historiques et artistiques qui concernent la Grèce naissante150 ».

  • 151 S. Reinach, « La méthode en archéologie », Revue du mois, op. cit., p. 279-292.

108Si l’on doit veiller à ce que les fouilles soient conduites dans le respect des méthodes scientifiques, qui permettent l’interprétation des découvertes, si, pour tirer tous les renseignements historiques des monuments, il est indipensable de composer des séries, de construire des typologies, la tâche de l’archéologue ne s’arrête pas là : il ne doit pas oublier qu’il est historien ; si l’archéologie fait appel aux sciences naturelles et aux sciences exactes, « la science dont l’archéologie a le plus continuel besoin est l’histoire... ; on peut dire qu’un archéologue non historien n’est qu’à moitié archéologue151 ».

109Si les archéologues « classiques » ont saisi tout le profit que « la science de l’antiquité » pouvait retirer du recours à la « méthode archéologique », il n’est pas pour eux question de réduire leur rôle à l’application de la fouille stratigraphique et à la confection de typologies : ils entendent concilier « enquête historique et enquête archéologique », pour atteindre la connaissance des sociétés anciennes. C’est rejoindre le point de vue de J. de Morgan, géologue et préhistorien, qui met en œuvre sciences naturelles et archéologie, afin de servir à l’histoire de l’humanité.

  • 152 G. Daniel et C. Renfrew, The Idea of Prehistory, Édimbourg, C. A. Watts & Co. Ltd., 1988, p. 121.

110La description des objets et leur organisation en séries ou typologies doivent viser à restituer les cultures qui les ont produits : la transformation et l’évolution des monuments sont considérées comme les manifestations de transformations sociales ou culturelles, la préhistoire se fixant pour but de distinguer « les différents types de vie des sociétés préhistoriques152 ».

111Non seulement la préhistoire doit être admise dans le champ des historiens, mais elle-même doit devenir une discipline historique par le but qu’elle s’assigne : l’histoire universelle depuis les débuts de l’humanité.

  • 153 J. de Morgan, L’Humanité préhistorique, Paris, collection « L’Évolution de l’Humanité », dirigée pa (...)

112Cette conception « historique » de la préhistoire est celle de J. de Morgan, quand il présente L’Humanité préhistorique153 dans le premier volume d’une collection qui retrace l’évolution humaine. C’est en Méditerranée orientale que s’élabore une « archéologie préhistorique », dont les résultats doivent contribuer à la connaissance des cultures mises au jour, et permettre leur insertion dans une perspective historique. En Grèce et au Proche-Orient, des civilisations antérieures à l’histoire ont pu être identifiées, et leurs relations rétablies grâce à la « méthode archéologique », qui a fait la preuve de sa capacité à répondre à des questions d’ordre historique ; et c’est elle une fois de plus qui apportera les éléments de réponses qui manquent encore avant 1918.

  • 154 J.-P. Millotte, Précis de protohistoire européenne, Paris, Armand Colin, 1970, p. 6.
  • 155 Cf. A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, Paris, Albin Michel, 1946.

113En Orient, l’« archéologie historique », qu’A. Bertrand appliquait à la civilisation gauloise et à celle des Celtes européens, concerne les civilisations anté-historiques, en relation chronologique et culturelle avec des civilisations déjà entrées dans l’histoire. J. de Morgan assignait à la préhistoire la place de trait d’union entre géologie et histoire, mais, lorsque les archéologues restaurent en Méditerranée orientale des civilisations que leurs céramiques mettent en relation avec l’Égypte dynastique, c’est une préhistoire à la lisière de l’histoire qu’ils atteignent : la Préhistoire orientale du temps de J. de Morgan, est la protohistoire ou Frühgeschichte, à laquelle Jean-Pierre Millotte, protohistorien contemporain, assigne l’étude des « civilisations primitives qui vivent plus ou moins au contact de peuples connaissant déjà l’écriture154 ». C’est après 1918, que « les découvertes de l’authentique préhistoire au Proche-Orient permettront l’identification de la protohistoire155 ».

L’archéologie française en Méditerranée jusqu’en 1918

La Grèce

  • 156 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », Revue historique, 1948, p. 192.
  • 157 Cf. R. Treuil, « L’École française d’Athènes et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », Bull (...)
  • 158 Par des découvertes mycéniennes à Delphes en 1939, et à Délos en 1946. Cf. R. Demangel, « Le centen (...)
  • 159 C. Picard, op. cit.

114La découverte de la préhistoire en Orient, et en premier lieu en Grèce et en Crète, est « le fait [le] plus important dans l’évolution de nos connaissances sur l’histoire primitive de la Méditerranée156 » : seulement fouilles Cnossos rendaient un millénaire à l’histoire, mais elles préludaient l’essor prodigieux de l’archéologie « préhistorique » au Proche-Orient. En Méditerranée occidentale, c’est en Italie et en Espagne que l’on tentera d’élucider la préface à l’histoire. Dans le monde grec, l’École française d’Athènes ne contribue pas au même titre que les autres missions étrangères à la découverte de la préhistoire, qui avait pourtant très tôt retenu l’attention d’Albert Dumont157. En dehors de la mission de Paul Perdrizet, Chypre n’a fait l’objet d’aucune intervention française avant les fouilles que Claude Schaeffer entame en 1932 et auxquelles l’École d’Athènes ne prend aucune part. 1891 est l’année où André Joubin et Joseph Demargne se rendent en Crète avec le projet d’obtenir l’autorisation de fouiller Cnossos, mais ils sont pris de cours par les tractations fructueuses d’A. Evans. Les travaux que J. Demargne entreprend en Crète en 1898 ne vaudront un chantier à la France qu’en 1921, date à laquelle commencent les fouilles de Mallia. À Délos et Delphes, dont les fouilles profondes, menées bien plus tard au-delà des niveaux archaïques révéleront l’origine mycénienne158, les efforts portent pour l’heure exclusivement sur les périodes historiques. C’est en Macédoine et en Thrace, à la faveur de la Première Guerre mondiale, que les Athéniens concourent à la connaissance de la préhistoire grecque au sein du Service archéologique de l’armée d’Orient159.

  • 160 Théophile Homolle (1848-1925), directeur de l’École française d’Athènes de 1890 à 1903, puis en 191 (...)
  • 161 Circulaire de T. Homolle, en date du 6 février 1897, citée dans G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de (...)

115En 1891, quand Théophile Homolle160 succède à Paul Foucart à la direction de l’École d’Athènes, « en face de l’Institut allemand qui embrasse tout le monde savant et rayonne dans tous les pays classiques, l’École paraît quelque peu isolée161 ». Une grande partie de l’œuvre d’A. Dumont s’était perdue depuis 1878 : l’Institut de correspondance hellénique, qui, dans l’esprit de Dumont, devait asseoir l’influence française en Grèce, avait été délaissé ; le Bulletin était devenu un répertoire épigraphique, et n’avait plus joué son rôle d’information sur les découvertes intervenues dans le monde grec. T. Homolle, membre de l’École sous le « triennat Dumont », entreprend de remettre l’institution dont il prend la tête sur la voie ouverte en 1875. Sa première initiative est de restaurer l’Institut de correspondance, dont la première séance a lieu le 18 avril 1891.

128. Théophile Homolle (1848-1925). Portrait photographique conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

129. L’intérieur du musée de Delphes à l’époque de sa construction : le cliché montre le célèbre aurige et probablement T. Homolle à droite. Fonds Homolle, bibliothèque de l’Institut de France.

  • 162 Ibid.

116À partir de 1875, l’École avait mis en œuvre une archéologie scientifique et avait largement contribué à son avènement dans le système universitaire français ; mais en 1891, T. Homolle constate que les jeunes membres sont frappés d’une « espèce de myopie scientifique qui les fait passer au milieu des sujets sans les voir162 ». Il attribue cette « infirmité » au défaut de préparation à la méthode de recherche et réclame pour les futurs membres, après l’agrégation, une année d’études spécifiques, consacrée à fréquenter les cours du Collège de France, de la Sorbonne, de l’École du Louvre et de l’École pratique des hautes études.

  • 163 Ibid.

117Homolle plaide pour un enseignement « pratique », « qui mettrait les futurs membres de notre École en état de relever le plan ou les détails d’un édifice163 », qui leur fournirait des notions sommaires de topographie ou de numismatique, et les mettrait devant les monuments des musées. « Ce stage scientifique » des futurs membres est indispensable à la réalisation de l’« école d’érudition », l’« établissement scientifique » voulu par Albert Dumont.

  • 164 G. Radet, op. cit., p. 228.
  • 165 A. Michaelis, Un secolo di scoperte archeologiche, Bari, 1912.

118En ces années où l’institution française devient une « école de production », un « petit Collège de France archéologique164 », où l’archéologie de terrain prend une place considérable par les travaux de Délos et de Delphes, l’absence d’architecte sur les chantiers se fait cruellement sentir, la section des Beaux-Arts ayant été supprimée par la réforme de 1874 ; les relevés de monuments, pourtant indispensables, sont impossibles, et T. Homolle lui-même s’expose aux critiques allemandes en fouillant à Délos de 1877 à 1879, sans pouvoir confier l’étude de l’architecture et l’exécution d’un plan général de la fouille à un homme de l’art165. En 1880, il fait appel à l’architecte Henri-Paul Nénot pour le relevé et la restauration des ruines dégagées à Délos.

  • 166 Article 1er du décret du 18 juillet 1899 sur l’École française d’Athènes.
  • 167 De 1901 à 1904, le hollandais W. Vollgraff séjourne à l’École comme membre étranger et conduit des (...)

119L’exemple que fournissent les chantiers allemands de Samothrace et d’Olympie et son expérience personnelle lui ont fait prendre conscience de l’absolue nécessité de disposer sur les chantiers de compétences techniques que les universitaires ne possèdent pas. Par le décret du 18 juillet 1899, T. Homolle obtenait l’ouverture de l’École aux «candidats que recommandent leurs titres scientifiques166 », et le rattachement d’un architecte. En 1900, la création de la section étrangère parachève les efforts déployés pour assurer à l’École française le rayonnement qu’aurait dû lui valoir le plan prévu par A. Dumont pour lutter contre l’influence allemande. Le contingent étranger de l’École comprend des citoyens des Pays-Bas, de la Belgique, de la Suisse et du Danemark167.

  • 168 Gustave Fougères (1863-1927), directeur de l’École française d’Athènes de 1913 à 1919.

120Théophile Homolle cède à Maurice Holleaux (1866-1932) la direction de l’École en 1903, mais la reprendra en 1912, pour la quitter définitivement l’année suivante, au bénéfice de Gustave Fougères168. Si Homolle est l’homme de Délos et de Delphes à la fois, M. Holleaux, épigraphiste, historien autant qu’archéologue, privilégie l’île d’Apollon et y reprend les fouilles en 1902. Pendant sa direction, M. Holleaux accentue la politique d’ouverture de l’École et prend l’initiative d’un accord passé en 1908 avec l’Académie des beaux-arts de Copenhague pour associer de jeunes architectes danois aux travaux de l’École. Gerhardt Poulsen est le premier à partir pour la Grèce, et de 1908 à 1911 travaille à Délos.

121Entre 1885 et 1891, se poursuivent les voyages d’exploration et les missions épigraphiques, alors que l’archéologie de terrain se déploie dans les sanctuaires d’Apollon, à Perdico-Vrysi en Béotie et à Délos. Le Ptoïon était le siège d’un oracle presque aussi célèbre que celui de Delphes, et la fouille méthodique que M. Holleaux entreprit de 1881 à 1891 fait de ce chantier, qui sera maintenu jusqu’en 1935, l’un des plus prestigieux de l’École d’Athènes.

  • 169 M. Holleaux, Premier rapport à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1904, cité par (...)
  • 170 G. Rachet, Dictionnaire de l’archéologie, Paris, « Bouquins » R. Laffont, 1983, p. 278.

122L’exploration de Délos, commencée en 1873 par Albert Lebègue, poursuivie jusqu’en 1935, avait en 1877 été confiée par A. Dumont à T. Homolle, qui avait élaboré un programme d’exploration du site. À partir de 1880, un architecte participe aux travaux, dirigés par T. Homolle jusqu’en 1888, puis remis à la responsabilité de divers membres de l’École jusqu’en 1894. En 1902, les fouilles peuvent reprendre grâce à la générosité du duc de Loubat, qui assure un crédit annuel. Jusqu’en 1914, Délos connaît une intense activité et requiert de très nombreuses compétences : la contribution des architectes danois est alors infiniment précieuse. M. Holleaux qui, à l’occasion du dégagement du Ptoïon, avait fait preuve d’une grande rigueur, applique à Délos les méthodes de l’archéologie allemande, fait appel à Henri Convert, conducteur des Ponts et Chaussées, pour l’organisation du chantier et les relevés et fouille la cité quartier par quartier et jusqu’au sol vierge. « Les altitudes ont été relevées, les plans établis, les photographies prises au fur et à mesure de l’exploration ; on a dressé le catalogue complet des objets découverts169. » Grâce à lui, « l’exploration de Délos apparaît comme l’une des contributions les plus importantes à la connaissance de l’art, de l’architecture privée, de l’économie et de la vie quotidienne du monde grec à l’époque hellénistique170 ».

  • 171 Exploration archéologique de Délos, XXX fascicules en trente-quatre volumes, Paris, 1909-1979.
  • 172 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », op. cit.

123En outre, M. Holleaux assure la publication rapide des résultats, grâce à sa conception collective du travail scientifique. Le premier volume de l’Exploration archéologique de Délos paraît en 1909171 et est, en 1948, et au jugement de C. Picard, « la plus belle des publications françaises jusqu’ici réalisées en Grèce »172.

  • 173 Cf. La Redécouverte de Delphes, École française d’Athènes, 1992.
  • 174 Cf. Paris-Rome-Athènes. Le voyage en Grèce des architectes français aux xixe et xxe siècles, exposi (...)

124Delphes, où l’École d’Athènes, malgré les travaux importants de P. Foucart, C. Wescher et B. Haussoullier, avait affronté la concurrence allemande et américaine est enfin définitivement acquis à la France au début de l’année 1891173. Un crédit de 500 000 francs est voté par les Chambres, et le village de Kastri, implanté sur les ruines, est transféré. Les travaux commencent en octobre 1892 et se poursuivent jusqu’en 1903. T. Homolle s’entoure d’une équipe constituée de membres de l’École, mais aussi d’un architecte, Albert Tournaire, et d’un ingénieur, Henri Convert, qui assure le fonctionnement du chantier174. On applique à Delphes les méthodes mises au point à Olympie, la fouille étant considérée comme la restitution d’un ensemble dont chaque partie doit être étudiée de façon précise et rigoureuse. Lorsqu’en 1903, le musée est inauguré et le site remis à l’État grec, un travail considérable de dégagement a été accompli, l’on pense alors que le chantier est achevé et que cinq années suffiront à tout publier.

  • 175 Robert Demangel (1891-1952), directeur de l’École française d’Athènes de 1936 à 1950.

125Mais T. Homolle commet l’erreur de croire qu’il suffira seul à l’étude épigraphique et ne prend pas la peine d’organiser un travail collectif. La Commission du ministère de l’Instruction publique, composée pour élaborer un plan d’exploitation des découvertes et organiser la publication, cesse très vite de se réunir. Ce n’est qu’à partir de 1920 que Charles Picard réactivera le chantier de Delphes, en le confiant à Robert Demangel175, et relancera les publications.

  • 176 L. Rey, « Observations sur les premiers habitats de la Macédoine recueillies par le Service archéol (...)

126La Première Guerre mondiale fournit l’occasion à l’École d’Athènes de participer aux recherches sur la préhistoire grecque : après le débarquement des Dardanelles en 1915, le corps expéditionnaire franco-anglais reçoit la responsabilité des antiquités de Macédoine, par ordonnance du 21 février 1916 émanant du général Sarrail. Une instruction postérieure donne la possibilité à la France d’emporter des trouvailles, et, dans l’esprit de « la tradition française d’Égypte et de Morée176 », permet de lancer une véritable exploration scientifique.

  • 177 Ibid.

127Le Service archéologique de l’armée d’Orient en est chargé et, assistés du Service topographique de l’armée et des éphores grecs, des « Athéniens » prennent la direction de la mission, placée sous le patronage de l’Institut de France. Leurs travaux révèlent la préhistoire en Macédoine, cette région intermédiaire entre la Grèce et l’Europe centrale et orientale, et fournissent « un nouvel anneau de la chaîne... qui relie la Bosnie à la Troade et à la Phrygie d’une part, de l’autre à la Hongrie et à la Russie du Sud-Ouest177 ».

128Ces recherches, importantes pour la compréhension de la préhistoire en Europe et en Méditerranée, relancent à partir de 1919 les enquêtes de l’École française d’Athènes en Grèce du Nord, commencées en 1911-1914 par Adolphe Reinach, Charles Picard et Georges Avezou en Macédoine, et sur la côte thrace jusqu’aux Dardanelles. Cette exploration aboutit à l’ouverture du chantier de Philippes en 1913 : interrompus par la guerre, les travaux seront repris à la fin des années vingt. Durant leur périple, les trois « Athéniens » abordent Thasos, visitée par G. Perrot en 1856, où l’École inaugurera, en 1925, l’une des fouilles les plus riches du monde grec.

  • 178 De 1902 à 1908, puis en 1913-1914, K. F. Kinch (1853-1921) et C. S. Blinckenberg (1863-1948) dirigè (...)

129En cette période qui s’achève en 1918, l’École française d’Athènes s’emploie à s’affirmer un contexte international toujours dominé par « la science allemande », avec laquelle « la science française » rivalise : Delphes et Délos répondent à Samothrace, Olympie, Pergame et Magnésie. Cependant, les autres nations européennes et les États-Unis se sont aussi implantés en Grèce par des institutions semblables à l’École française d’Athènes et à l’Institut allemand. L’Autriche est représentée à Athènes depuis 1896 et, à la même date, la Suède participe à l’exploration de l’Attique, puis, entre 1902 et 1914, la Carlsberg Foundation soutient pour le Danemark les travaux à Rhodes178. La British School of Archaeology, fondée en 1886, fouille à Mégalopolis et Robert M. Dawkins inaugure, au sanctuaire d’Artémis Orthia à Sparte en 1906, une méthode de fouille promise à un bel avenir, celle qui associe carroyage et observation stratigraphique. Pour être indépendant de la British School, le mécène du chantier de Cnossos, A. Evans n’en est pas moins anglais et a infligé un échec à l’École française d’Athènes, qui ne rejoindra les missions étrangères en Crète qu’en 1921. Quant à la mission archéologique italienne de Crète, créée en 1899, elle s’installe solidement sur l’île par les chantiers d’Haghia Triada, de Phaïstos et de Prinias. En 1909, la Reale Scuola archeologica itaiana di Atene confirme l’emprise de l’Italie dans le monde hellénique. Les États-Unis, déjà présents en Grèce par les fouilles d’Assos, fondent en 1882 l’American School of Classical Studies, qui, aussitôt, ouvre le chantier de l’Héraïon d’Argos ; l’école américaine participe aussi à l’exploration de la Crète par le dégagement de Gournia.

130L’année 1891 marque un tournant important dans l’histoire de l’École d’Athènes et de l’archéologie française en Grèce : alors que la Crète a déjà attiré certains « Athéniens », et l’on pense organiser un chantier sur le site de Cnossos, la signature du protocole de Delphes intervient enfin, et impose à T. Homolle le choix de la Grèce contre la Crète, celui d’un sanctuaire plus prestigieux encore que celui d’Olympie, où l’archéologie française pourra rivaliser avec la science allemande, et la France trouver son compte de gloire.

131L’état d’esprit de l’après-Sedan semble encore dominer en ces années 1890, où l’on est avant tout soucieux de rattraper l’Institut allemand qui, en appliquant un programme semblable à celui qu’A. Dumont avait prévu pour l’École française, s’est assuré un rayonnement incontestable.

132Or, au moment où la préhistoire hellénique fait brusquement et spectaculairement irruption sur la scène archéologique, les Français privilégient les grands chantiers de Délos et de Delphes, et se trouvent écartés des recherches menées sur les sites préhistoriques. Peut-être faut-il voir dans ce choix une explication à l’échec de l’École dans la réalisation d’une vocation orientale qui lui semblait promise.

  • 179 Albert Gabriel (1883-1972) participe aux fouilles et à la publication de Délos (1908-1911).
  • 180 Pierre Jouguet (1869-1949). Directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, de 1 (...)

133En effet, dès 1893, la direction de l’École avait engagé une politique d’ouverture vers les régions hellénisées hors de Grèce : André Joubin (1866-1944) avait été détaché au musée de Constantinople pour travailler à la présentation et aux catalogues des collections. Il avait à cette occasion conçu le projet d’une école française à Constantinople, qui sera réalisée en 1930 et confiée à la responsabilité d’Albert Gabriel, ancien architecte de l’École française d’Athènes179. En 1894, J. de Morgan, directeur du Service des antiquités de l’Égypte, suggère qu’un membre de l’École d’Athènes étudie l’époque ptolémaïque : suite à l’accord passé entre l’institution athénienne et l’Institut du Caire, une section de papyrologie est créée, et Pierre Jouguet180 détaché en Égypte de 1894 à 1897. Quelques années plus tard, en 1901, cet Athénien fonde, à Lille, l’Institut de papyrologie. Paul Perdrizet, auteur d’une mission à Chypre et en Syrie avec Charles Fossey, publie pour sa part des bronzes grecs d’Égypte.

134Telle est la situation de l’archéologie française en Méditerranée orientale. Certains membres de l’École d’Athènes avaient porté leurs regards vers l’Occident, et l’Afrique du Nord avait été, dès 1859 et les travaux d’E. Beulé à Carthage, une aire ouverte aux recherches des « Athéniens » : en 1884, Salomon Reinach avait, avec Ernest Babelon, réalisé le projet de Charles J. Tissot de fouiller Carthage ; en 1892-1893, Charles Diehl (1859-1944) se rend en Tunisie pour y étudier les monuments byzantins. Cependant, c’est l’École de Rome qui fera de l’Afrique du Nord son domaine d’application, et les « grands Africains » de l’archéologie française seront « romains » plutôt qu’« athéniens ».

L’Espagne

135En Méditerranée occidentale, l’Espagne offrait à « la petite colonie athénienne de Bordeaux » la possibilité de compléter par ses travaux le panorama de la préhistoire méditerranéenne qui se précisait à l’Orient. Ce sont des « Athéniens » qui, de Léon Heuzey à Pierre Paris, tournent leurs regards vers la péninsule Ibérique et sont à l’origine d’une nouvelle institution française en Méditerranée.

  • 181 É. Cartailhac, « Mea culpa d’un sceptique », L’Anthropologie, 1902.
  • 182 H. Alcalde del Rio, H. Breuil, R. P. L. Sierra, Les Cavernes ornées de la région cantabrique. Espag (...)

136En 1890, la préhistoire espagnole avait vaincu les doutes des sceptiques181, et les savants français et espagnols inauguraient, par la monographie commune consacrée à Altamira182, le Corpus de l’art préhistorique. Une ère de coopération franco-espagnole s’ouvre en 1910, grâce au mécénat du prince monégasque qui crée à Paris l’Institut de paléontologie humaine, où Henri Breuil occupe la chaire d’ethnographie préhistorique. À partir de 1910, les travaux se concentrent sur l’art rupestre de la France et de l’Espagne et sont menés en étroite collaboration avec les savants espagnols.

  • 183 L. et H. Siret, Les Premiers Âges du métal dans le sud-ouest de l’Espagne, Anvers, 1887. À l’Exposi (...)

137En Espagne, la situation archéologique est assez semblable à celle de la France, puisque dans les deux pays se développent parallèlement des recherches sur la préhistoire et la protohistoire, ces deux termes étant pris dans leur acception moderne. Les Français sont très attentifs aux découvertes qui révèlent la pré- et protohistoire en Espagne : c’est ainsi qu’É. Cartaillhac assure à l’ouvrage des frères Siret183 un grand retentissement international et que J. Déchelette se rend lui aussi dans la péninsule Ibérique.

  • 184 L. Heuzey, « Statues espagnoles de style gréco-phénicien », Comptes rendus de l’Académie des inscri (...)
  • 185 Arthur Engel (1855-1920), archéologue et numismate, fils de l’industriel Frédéric Engel-Dollfus qui (...)
  • 186 Pierre Paris (1859-1931), fondateur de la Casa de Velazquez à Madrid.

138Dans ce contexte de formidable essor de la préhistoire espagnole, les recherches sur l’archéologie préromaine se développent tout aussi considérablement : elles ont commencé par la découverte des étranges statues du Cerro de los Santos qui ont retenu l’attention de Léon Heuzey184, préoccupé de la question des influences qui se sont exercées de l’Orient à l’Occident de la Méditerranée. Il est le premier à avoir l’intuition qu’un vaste domaine de recherche s’ouvre en Espagne, et c’est lui qui y envoie en cette fin du siècle deux jeunes «Athéniens » : Arthur Engel185et Pierre Paris186.

  • 187 E. Hübner, Die Antiken Bildwerke in Madrid, Berlin, 1862.

139Comme en Italie et en Grèce, les archéologues français vont se heurter en Espagne à la concurrence de l’Allemagne, avec laquelle la rivalité archéologique s’aggravera d’une compétition politique à la veille de la Première Guerre mondiale. En effet, l’un des premiers savants étrangers à s’intéresser aux antiquités espagnoles est Emil Hübner (1834-1901), qui, en 1862, dresse un catalogue des œuvres antiques conservées à Madrid187, constitue le Corpus Inscriptionum Latinarum d’Espagne, et, en 1888, publie son Archéologie d’Espagne, œuvre couronnée par le premier grand prix Martorell de Barcelone.

  • 188 George Edward Bonsor (1855-?), peintre et archéologue britannique. Installé au château de Mairena d (...)
  • 189 P. Paris, Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, Paris, 2 vol., 1903-1904.
  • 190 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 27.8.1897, bibliothèque de l’Institut de France.
  • 191 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 3.1.1898, bibliothèque de l’Institut de France.

140Arthur Engel, ancien membre de l’École d’Athènes, avant même de bénéficier d’une mission de l’Instruction publique, réside en Andalousie en 1889-1890, et y effectue des fouilles avec George Bonsor, le fondateur du musée de Carmona188. Il est bientôt rejoint, en 1895 puis en 1897, par Pierre Paris, à qui la découverte des statues du Cerro de los Santos a fait entrevoir une direction de recherche originale et concevoir « une histoire de l’art espagnol indigène189 ». Ne rêve-t-il pas d’être le Schliemann de l’archéologie espagnole ?190. En 1897, il a le bonheur d’acquérir pour le Louvre une statue féminine, proche de celles du Cerro de los Santos, qui restera à jamais célèbre sous le nom de Dame d’Elche, et il déclare : « C’est le moment où jamais de conquérir l’Espagne !191 »

141Pierre Paris s’engage alors avec Arthur Engel dans cette entreprise, développant toute une stratégie sur les sites les plus prometteurs, mais aussi tentant d’emporter la citadelle de l’Enseignement supérieur français qu’il faut convaincre, en la personne de Louis Liard, de s’intéresser enfin à l’Espagne.

  • 192 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 7.5.1902, bibliothèque de l’Institut de France.

142En attendant, il s’agit pour les Français de « consolider leurs positions dans ce riche domaine qu’est l’Espagne192 ». A. Engel s’y emploie par les relations qu’il s’efforce d’établir avec les archéologues espagnols : une lettre du 19 mars 1902, à L. Heuzey, témoigne du succès qu’il rencontre auprès de Manuel Rodríguez de Berlanga, élève et ami d’E. Hübner, mais selon A. Engel « un peu dégagé de l’influence allemande » après la mort de l’épigraphiste allemand. Les Français doivent s’en faire un allié qui, « par son impartialité, sa science, sa connaissance profonde de ses compatriotes », serait précieux. A. Engel obtiendra aussi le soutien de l’Academia de la Historia en la personne du R. P. Fita.

  • 193 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 2.3.1903, bibliothèque de l’Institut de France.

143En 1902, tandis que M. Rodriguez de Berlanga s’apprête à publier des reliefs préromains, récemment découverts à Osuna, A. Engel négocie leur achat pour le Louvre. Au mois de janvier 1903, Engel se porte acquéreur du terrain même où sont apparus les reliefs, et entreprend les fouilles qui l’occuperont en 1903-1904. Ne suffisant pas à la tâche, malgré la collaboration de G. Bonsor, il réclame l’aide de P. Paris ou d’un membre de l’École de Rome, dont il déplore « qu’elle ne se décide pas à comprendre l’Espagne dans son domaine193 ».

  • 194 Eugène Albertini (1880-1941), historien et archéologue français, directeur du Service des antiquité (...)
  • 195 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 25.3.1903, bibliothèque de l’Institut de France.

144A. Engel aura gain de cause en 1905, lorsqu’un jeune « Romain » de troisième année, Eugène Albertini, rejoindra P. Paris à Elche pour une mission de fouilles194. Il y aurait tant à faire, par exemple mener à bien le projet élaboré avec l’« ami Bonsor » de « jeter les bases de la carte archéologique de l’Andalousie195 », le de qui est alors en cours de réalisation en France. E. Albertini, définitivement conquis par l’Espagne, s’attachera à son tour à cette ambitieuse entreprise, mais en l’absence d’Atlas géographique, devra se contenter d’un Corpus des « Sculptures antiques du conventus tarraconensis », publié dans l’Anuari de Barcelone en 1911.

  • 196 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 17.4.1903, bibliothèque de l’Institut de France.

145A. Engel voit encore plus loin et plus grand, et se déclare capable de reproduire « dans n’importe quelle ville d’Espagne », le « petit service d’antiquités » qu’il a organisé à Osuna. Il envisage aussi son officialisation en même temps que son développement sur toute l’Espagne. Il suffirait « d’envoyer régulièrement un membre de Rome et un d’Athènes pour explorer ces cerros ou despoblados qu’(il) aurait conquis196 ». La France aurait ainsi, sans frais, « une mission permanente », à laquelle il faudrait bien sûr associer les archéologues et les institutions espagnoles, en passant des relations entre individus à des échanges officiels entre les deux pays.

146Il est d’autant plus urgent de prendre des décisions pour élargir et consolider le champ d’action défini par ces pionniers que sont A. Engel et P. Paris, que s’annonce en Espagne l’adoption d’une loi sur les fouilles et l’exportation d’antiquités.

147Un projet draconien a en effet été élaboré dès 1900 : la loi sera définitivement votée le 7 juillet 1911 et, en 1912, l’Espagne se dote d’une Junta Superior de Excavaciones y Antigüedades qui a pour mission la protection des antiquités et de la recherche archéologique.

148L’analyse qu’Engel avait faite dès 1893 de la situation de l’archéologie en Espagne se révèle tout à fait juste : il avait alors adressé au ministre de l’Instruction publique un rapport intitué : « À quand l’École française d’Espagne ? » P. Paris était revenu la en 1898, par un rapport au directeur des Beaux Arts, et au directeur de l’Enseignement supérieur, qu’il tentait encore de convaincre d’instituer une mission permanente française à Madrid. Comme Engel, il soulignait la nécessité d’implanter en Espagne une école française, capable d’établir des relations équilibrées avec les institutions qui n’allaient pas manquer de se créer chez notre voisine ibérique.

149Et, en effet, dès 1907, apparaissait la Junta para ampliacion de estudios e investigaciones científicas, dont le but était de promouvoir les échanges culturels avec l’étranger, de susciter les travaux de recherche, et de favoriser le développement d’institutions éducatives. Grâce à cette instance, l’Espagne et la France échangent des répétiteurs. Par son Centre d’études historiques créé en 1910 et présidé par Ramon Menéndez Pidal, la Junta organise des missions de fouilles. La section d’archéologie est dirigée par Manuel Gomez Moreno, et publie l’Archivo Español de Arte y Arqueologia. Le Musée archéologique national de Madrid est alors réorganisé par Ramon Melida et Alvarez Osorio. L’archéologie espagnole s’est donc dotée d’institutions dont l’un des buts est d’éviter que ne se renouvelle la mésaventure de la Dame d’Elche : en effet, le succès de P. Paris dans son acquisition ne semble pas étranger à la naissance de la Junta. Dans les provinces, on assiste, en cette période de grande créativité, à la floraison de musées, de revues et d’institutions régionales ou locales. Ainsi à Barcelone, où Prat de la Riba crée en 1907 l’Institut d’Estudis catalans et son Anuari, auquel P. Paris dès le premier numéro collabore par un article consacré à « Quelques vases ibériques inédits ».

  • 197 R. Lantier, « Compte rendu des Cuadernos de Trabajos de la escuela Española de Historia e Arqueolog (...)

150En ce début du xxe siècle, l’archéologie espagnole s’organise et prend des dimensions internationales, non seulement par l’envergure de ses savants, mais aussi par la création de l’École espagnole de Rome, fondée par décret du 3 juin 1910197.

  • 198 L. Liard, L’Enseignement supérieur en France, 1789-1889, t. 1, Paris, 1888.
  • 199 G. Radet, « La Casa Velázquez », Revue philomatique, 32.1, 1929.
  • 200 J. Luchaire, « Sur l’organisation des relations des universités françaises avec l’étranger », Publi (...)

151Du côté français, ni Engel ni Paris n’avaient réussi à convaincre le pouvoir central de créer à Madrid une école analogue à celles de Rome et d’Athènes. Cependant, la charte constitutive des universités de 1896, en les encourageant à utiliser leurs ressources au mieux des intérêts de la région198, va fournir le biais par lequel fonder l’organisme français de Madrid. Comme le dit Georges Radet, l’un des piliers de cette entreprise française en Espagne, « Bordeaux adopterait et ranimerait le projet espagnol tombé à Paris dans un sommeil cataleptique199». L’université de Grenoble donnait l’exemple par la création de l’Institut français de Florence dirigé par Julien Luchaire, inauguré le 27 avril 1908 et placé sous le patronage de l’Académie des sciences morales et politiques200.

  • 201 « Cinquantenaire de la Casa Velázquez », séance publique du 11 octobre 1978, Académie des inscripti (...)

152Dès 1888, les universités de Bordeaux et de Toulouse avaient transformé leurs Annales en Revue des universités du Midi, comportant un Bulletin hispanique, qui devient en 1899 Revue des études anciennes dirigée pendant quarante ans par G. Radet (1859-1941). Ce compagnon de P. Paris à l’École d’Athènes, soucieux d’assurer le rayonnement de l’université de Bordeaux, contribuera grandement à la fondation de la Casa de Velázquez201.

  • 202 J. Luchaire, « Sur l’origine des relations des universités françaises avec l’étranger », op. cit., (...)

153Dans les premières années du xxe siècle, alors que dans les pays latins la vie intellectuelle prend un nouvel essor en réaction contre le pangermanisme et l’admiration universellement professée pour la science allemande depuis 1870, apparaît l’idée d’une « Union latine », dans laquelle la France jouerait le rôle d’intermédiaire intellectuel entre les nations202.

  • 203 J. Luchaire, L’Œuvre de la Commission de coopération intellectuelle à la Société des nations, Paris (...)

154Après la Première Guerre mondiale, on organise au sein de la Société des nations une commission de coopération intellectuelle, présidée par Henri Bergson, fondée sur l’entente entre États et touchant les fouilles archéologiques, ainsi que la propriété scientifique et artistique203.

  • 204 « Cinquantenaire de la Casa Velázquez », op. cit.
  • 205 G. Radet, op. cit.

155À cette époque, Toulouse et Bordeaux apparaissent comme les intermédiaires naturels entre la France et l’Espagne dans le domaine de la culture et, alors que la première crée en 1909 l’Union des étudiants français et espagnols, la seconde organise l’École de hautes études hispaniques, dirigée par P. Paris, qui y attire d’anciens membres des écoles de Rome et d’Athènes, tels Eugène Albertini et Gabriel Leroux. Jusqu’en 1913, date à laquelle verra le jour l’Institut français de Madrid204, se développe une « sorte d’amphictyonie universitaire205 » qui réunit Bordeaux, Toulouse et nombreuses universités espagnoles : Barcelone, Madrid, Oviedo, Salamanque, Saragosse, Séville et Valladolid.

  • 206 Id., « Une mission universitaire en Espagne », Bulletin hispanique, 10, 1908, p. 321 sq.

156L’institution de la « calle del Marqués de la Ensenada » est une petite université franco-espagnole, où se pratique l’intercambio entre universitaires et étudiants des deux pays, en même temps que des recherches archéologiques206. Suivant l’exemple de l’Institut de Florence, l’établissement français de Madrid développe une politique de stricte réciprocité avec l’Espagne.

130. La « Dame d’Elche » découverte par des ouvriers le 4 août 1897, dans la province d’Alicante, en Espagne. Elle fut très rapidement acquise par P. Paris pour le Musée du Louvre. Première photographie publiée par P. Paris dans Monuments et Mémoires de la Fondation Eugène Piot, 1897, pl. XIII. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

157À la veille de la Première Guerre mondiale, l’ère des pionniers de l’archéologie franco-espagnole s’ouvre sur des perspectives d’échanges intensifiés et stimulés par la création d’institutions qui organisent les liens entre chercheurs français et espagnols. « La conquête de l’Espagne » dont rêvait Pierre Paris est accomplie, mais ne laisse ni vainqueurs ni vaincus : l’activité en Espagne des savants français, préhistoriens, protohistoriens et spécialistes de l’Antiquité a contribué à structurer les recherches des archéologues espagnols, et les bases sont jetées d’une fructueuse collaboration.

158Alors que le conflit sur le plan mondial s’annonce inévitable, l’Espagne devient l’enjeu des propagandes allemande et française. La rivalité scientifique des deux puissances participe d’une âpre lutte d’influence, à laquelle les archéologues prennent une part active.

  • 207 P. Paris, « Notes et réflexions sur notre propagande et l’état de l’opinion en Espagne. L’Espagne e (...)
  • 208 Raymond Lantier (1886-1980), conservateur en chef du musée de Saint-Germain-en-Laye de 1932 à 1956.

159L’Institut français de Madrid organise des conférences, où l’on procède à des « lectures sur la guerre » d’après le programme établi par P. Paris, qui est le vice-président du Comité international de propagande207. Raymond Lantier208, attaché libre au musée de Saint-Germain-en-Laye et boursier de l’École des hautes études hispaniques, collabore à la tentative de gagner l’opinion publique espagnole à la France ; il fait la connaissance à Madrid de l’abbé Breuil, qui a été affecté au Service d’information navale de l’ambassade, et remplit des missions de renseignements.

  • 209 P. Paris, « La Casa Velázquez », Sud-Ouest économique, 182, janv. 1929, p. 19 sq.
  • 210 M. Azaña, « Nuestra mision en Francia », Bulletin hispanique, 19, 1917, p. 26.
  • 211  Cinquantenaire de la Casa Velázquez », op. cit.
  • 212 R. Lantier, « Chronique ibéro-romaine, I-IV », Bulletin hispanique, 1 à 22, 1916-1920.
  • 213 R. Lantier et J. Cabré, Le Sanctuaire ibérique de Castellar de Santisteban, Madrid, 1917.
  • 214 R. Lantier, Inventaire de monuments sculptés pré-chrétiens de la péninsule Ibérique, Bordeaux, 1918

160D’autre part, P. Paris et l’Institut français sont à l’origine d’une mission d’académiciens français, qui se rendent à Madrid en 1916 pour plaider auprès du roi Alphonse XIII la création d’une École française d’art et d’archéologie209. Quelques mois après, des académiciens espagnols se rendent à leur tour à Paris, sont reçus à Toulouse et Bordeaux et visitent le front210. Au plus fort des hostilités, les liens entre la France et l’Espagne sont consolidés par l’attitude libérale du roi Alphonse XIII, qui s’engage à fournir le terrain où s’élèvera la future École française. Les Cortes ratifieront la décision en 1919, et concéderont à l’Académie des beaux-arts un emplacement sur le domaine royal du plateau de la Moncloa211. Ce n’est pourtant qu’en 1928 que sera inaugurée l’aile principale de la Casa de Velázquez, qui recrutera ses membres parmi les artistes des deux pays. Dans le domaine archéologique, la collaboration des chercheurs espagnols et français se développe dans le cadre de l’École des hautes études hispaniques : R. Lantier, qui alimente la « chronique ibéro-romaine » du Bulletin hispanique de comptes rendus sur les travaux archéologiques en Espagne212, publie avec Juan Cabré (1881-1947), et sous le patronage de la Junta para ampliacion de estudios, le sanctuaire de Castellar de Santisteban213. R. Lantier poursuit d’autre part l’« Inventaire de monuments sculptés pré-chrétiens de la péninsule Ibérique » entrepris par E. Albertini214.

  • 215 P. Paris, Rapport sur le fonctionnement de l’École des hautes études hispaniques pendant l’année 19 (...)
  • 216 Id., « Exploration archéologique de Bolonia, province de Cadix », Bulletin hispanique, 20, 1918, p. (...)

161Parallèlement au travail de constitution d’un corpus des antiquités en Espagne, P. Paris entend amplifier l’activité de fouilles qu’avec A. Engel il avait développée au début du siècle, et qui lui semble d’une importance considérable « pour notre influence intellectuelle et morale en Espagne215 ». En octobre 1914, il obtient, pour l’École des hautes études hispaniques, l’autorisation de fouiller le site de Bolonia-Belo, sur le littoral de la province de Cadix, face à Tanger. Ce n’est qu’en 1917 cependant que commencent les fouilles de ce qui deviendra le chantier officiel de la Casa de Velázquez216.

  • 217 P. Paris, op. cit., 1924.

162Pour les fouilles de Belo, P. Paris s’assure la collaboration de G. Bonsor, correspondant de la Real Academia de la Historia et explorateur de Carmona. Cayetano de Mergelina est délégué par la Junta pour être associé aux travaux. Les autorisations de fouille ne manquent pas à l’école, mais « elle a beaucoup de peine à recruter des archéologues, les jeunes Français hésitant à s’orienter vers l’Espagne qui ne leur offre pas la perspective d’une carrière aussi brillante qu’Athènes ou Rome217 ».

  • 218 P. Bosch-Gimpera, « My Archaeological Research and Souvenirs », Antiquity, 1974.
  • 219 Hugo Obermaier (1877-1946), préhistorien allemand ; il quitte l’Espagne en 1936 et devient professe (...)

163Pendant ces difficiles années de mise en place de la Casa de Velázquez, l’archéologie espagnole parachève son organisation, et s’affirme sur le plan international. À Madrid est créée en 1914 une Commission de recherches paléontologiques et préhistoriques qui regroupe, parmi d’autres, Hugo Obermaier, Hernandez Pacheco, le comte de la Vega del Sella, Juan Cabré, Paul Wernert, et donne une nouvelle impulsion aux recherches préhistoriques en Espagne218. L’abbé Breuil concourt aussi à la création, à l’université de Madrid, du premier enseignement de préhistoire, avec la chaire d’histoire primitive de l’homme, confiée à H. Obermaier219 en 1914. En 1929, la municipalité de Madrid se dotera d’un Service d’investigations préhistoriques dirigé par Perez de Barradas.

  • 220 P. Bosch-Gimpera (1891-1974), professeur à l’université de Barcelone, considéré comme le fondateur (...)

164L’activité archéologique n’est cependant pas l’exclusivité de la capitale, et se déploie dans les régions, et tout particulièrement en Catalogne. Dès 1907, avait été constitué à Barcelone l’Institut d’Estudis Catalans. Son Anuari recevait l’active participation des archéologues français. En 1915, l’Institut catalan est pourvu d’un Servei d’investigations archéologiques, dont un jeune professeur d’histoire universelle antique et médiévale à l’université de Barcelone, Pere Bosch-Gimpera, assure la direction. La même année 1915, il est attaché à la Commission de recherches paléontologiques et préhistoriques220. Plus tard, en 1929, un Servei d’investigations préhistoriques sera créé à Valence, par Isidro Ballester Tormo et Luis Pericot, l’un des élèves de P. Bosch-Gimpera.

  • 221 A. Beltran, De Archeologia Aragonesa, I, Saragosse, 1978.
  • 222 È. et J. Gran-Aymerich, R. Batista Noguera, « Á proposito de Pere Bosch-Gimpera y de su corresponde (...)

165Formé à l’école des grands historiens et archéologues allemands, P. Bosch-Gimpera organise le Servei catalan sur le modèle des surintendances italiennes, qui inspireront aussi les Français quand ils mettront en place un Service de fouilles. Soucieux de donner à l’archéologie catalane une dimension nationale, il organise en 1917 un séminaire de préhistoire, où se forme une pépinière d’archéologues professionnels, et qui permet le dialogue avec le noyau de préhistoriens dirigé à Madrid par H. Obermaier. Le Servei, sous l’impulsion de Bosch-Gimpera, développe une intense activité de recherches, en particulier à Ampurias et dans le bas Aragon221. Largement ouvert aux contacts internationaux, Bosch-Gimpera engage une active correspondance avec Salomon Reinach à propos d’échanges de moulages et d’échantillons avec le musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye222.

166Sur le plan théorique, le chef de file de l’archéologie catalane s’astreint à une vision d’ensemble de la préhistoire et protohistoire péninsulaires, en les replaçant dans leur contexte européen, méditerranéen et africain. Il ne néglige rien de ce qui se publie en Europe, et fait en particulier de très nombreux comptes rendus des travaux français. C’est à la Revue anthropologique qu’il confie de 1925 à 1927 les « Études sur le néolithique et le chalcolithique de France », poursuivies en collaboration avec Serra Rafols, et considérées comme la première synthèse sur les cultures néolithiques françaises.

167Dans cette longue suite d’efforts pour donner à l’archéologie tous les caractères d’une science internationale, mise au service de la compréhension globale de l’humanité grâce à la collaboration des chercheurs de tous pays, Espagnols et Français ont donné l’exemple d’échanges étroits et équilibrés. De la naissance de la science préhistorique à l’essor de la protohistoire méditerranéenne, les Lartet, Cartailhac, Breuil d’une part et Engel, Paris, Albertini ou Lantier d’autre part ont trouvé en Espagne des savants et des institutions disposés à faire avancer de concert la connaissance du passé méditerranéen et européen. P. Bosch-Gimpera est constamment soutenu dans ses entreprises conciliatrices et son œuvre restauratrice de saines relations internationales par H. Breuil, R. Vaufrey ou R. Lantier.

  • 223 E. Albertini, « Sculptures antiques du Conventus Tarraconensis », Anuari d’Estudis Catalans, 1911.
  • 224 Juan Cabré Aguiló (1881-1947), archéologue espagnol. Collabore aussi avec l’abbé Breuil pour l’étud (...)
  • 225 P. Paris, « Exploration archéologique de Bolonia, province de Cadix », op. cit., p. 77.
  • 226 M. R. Lachner, « Casa de Velázquez : la institucion extranjera que más ha excavado en España », Rev (...)

168Pendant toute cette période, et malgré la coupure provoquée par la Première Guerre mondiale, les relations entre institutions et archéologues français et espagnols non seulement se maintiennent mais se développent. Les boursiers de l’École des hautes études hispaniques, puis les membres de la Casa de Velázquez, poursuivent l’établissement de Corpus, dans la perspective définie par P. Paris : E. Albertini procède à l’Inventaire des sculptures antiques de la Tarraconaise, et trouve dans cette tâche le soutien de l’Institut d’Estudis catalans223; R. Lantier complète en 1918 l’œuvre de son aîné et établit l’Inventaire des monuments sculptés pré-chrétiens. Gabriel Leroux, en collaboration avec Alvarez Osorio, publie en 1912 les Vases grecs et italo-grecs du musée de Madrid, catalogue complété en 1921 par celui d’Alfred Laumonier, sur les terres cuites du même musée, et celui de Raymond Thouvenot, en 1927, sur les figures et objets de bronze. Quand, en 1917, R. Lantier publie avec Juan Cabré Aguiló224 Le Sanctuaire ibérique de Castellar de Santisteban, P. Paris souligne dans sa préface qu’il s’agit du troisième exemple de « la collaboration intelligente et amicale des savants des deux pays ». D’autres suivront encore. Pour les fouilles à Belo, P. Paris avait demandé le concours de la Junta para ampliacion... car « l’École avait à cœur de témoigner que les Français entraient dans la science espagnole non pas en concurrents prétentieux, et par suite ridicules, mais en amis et collaborateurs déférents et zélés225 ». N’est-ce pas de cette façon que la Casa de Velázquez s’est imposée comme « l’institution étrangère qui a le plus fouillé en Espagne226 » ? Au chantier de Belo s’ajoutent les travaux dans la région d’Alcañiz (province de Teruel) ou de Setefilla (province de Séville).

169Si, après une courte période, où, en l’absence d’un organe scientifique international semblable à l’Institut de correspondance archéologique romain ou d’instances officielles espagnoles, les Français avaient pu croire à « la conquête de l’Espagne », le dynamisme des historiens et archéologues espagnols et l’apparition d’institutions les avaient vite convaincus qu’il leur fallait changer d’attitude.

170La France, d’ailleurs, donnait l’exemple de l’organisation scientifique et officielle de l’archéologie, amorcée dès le début du xixe siècle et poursuivie tout au long par ses écoles de Grèce et d’Italie, son Service des monuments historiques, des centres d’enseignement aussi prestigieux que le Cabinet des médailles, le Collège de France, l’École pratique des hautes études ou celle du Louvre, la création de chaires dans les universités ou l’organisation des musées et des missions à l’étranger. L’institutionnalisation de l’archéologie, commencée en France en 1830, se réalisait en Espagne au début du xxe siècle, stimulée par l’intérêt que soulevèrent chez les étrangers les spectaculaires découvertes d’arts et de civilisations demeurés jusque-là insoupçonnés.

171Les archéologues et les gouvernants espagnols ont alors assez de clairvoyance pour prendre conscience qu’il est urgent de protéger un patrimoine devenu objet de convoitises et de tractations. Les Français se montrent assez ouverts pour comprendre que nos relations avec l’Espagne doivent s’instaurer sur un pied d’égalité, et que l’archéologie est l’un des domaines où peut se manifester l’entente nécessaire entre les deux pays, au moment où l’équilibre européen est sévèrement remis en cause.

172L’ouverture de perspectives scientifiques nouvelles, grâce à la découverte de la préhistoire hellénique et orientale, a, pour l’archéologie française, deux effets : d’une part la création en Espagne d’une nouvelle institution, émule des écoles d’Athènes et de Rome, et d’autre part l’essor spectaculaire des fouilles au Proche-Orient, favorisé par les circonstances politiques nouvelles, créées par la Première Guerre mondiale.

131. Pierre Paris (1859-1931). D’après A. Audollent, « Notice sur la vie et les travaux de M. Pierre Paris… », Institut de France, 1940.

132. Stéphane Gsell (1864-1932), debout à droite, pose avec la promotion de 1886-1887 de l’École française de Rome.

173L’Institut français de Madrid est considéré comme un rival dans le bassin occidental de la Méditerranée par l’École de Rome qui, plus que jamais, concentre son activité sur l’Afrique du Nord.

L’Italie et l’Afrique du Nord

174Depuis sa création, l’École de Rome avait poursuivi la tradition étruscologique, fondée par l’Institut de correspondance archéologique. Cependant, les « Romains » n’avaient pu conduire de fouilles, et avaient dû se contenter d’études topographiques et de monographies sur certaines cités d’Étrurie et du Latium.

  • 227 Stéphane Gsell (1864-1932), directeur du Service des antiquités algériennes et d’art musulman à par (...)
  • 228 Paris, 1893.
  • 229 C. Jullian, « Travaux de l’École française sur l’histoire et l’archéologie de l’Italie et de l’Empi (...)

175Stéphane Gsell227, membre de l’École de Rome de 1886 à 1890, est le premier à diriger un chantier de l’institution française en Italie. Déjà, son Essai sur le règne de l’empereur Domitien228 avait fait grand bruit et l’avait placé d’emblée au rang des très grands historiens : il y fait preuve d’une « maîtrise incomparable d’historien et d’archéologue229 ». Pour mémoire, S. Gsell bouleverse quelque française : à la rhétorique brillante, il substitue le sérieux d’une documentation précise, abondante et de tous ordres : épigraphique, numismatique et archéologique, autant que littéraire.

  • 230 S. Gsell, La Nécropole de Vulci, Paris, 1892. Cf. A. Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine, Paris, (...)

176Plus remarquables encore sont les fouilles qu’il dirige dans la nécropole de Vulci, et dont le mémoire offre les seuls éléments de valeur scientifique que nous possédions sur cette cité étrusque230.

  • 231 C. Jullian, op. cit.

177Auguste Geffroy, directeur de l’École française au temps où S. Gsell en est membre, conseillé par Michel Bréal, professeur au Collège de France, envisage de faire de l’étruscologie l’un des principaux axes de recherches de son institution. Il lui arrive, ainsi que le raconte C. Jullian231, d’entraîner professeurs en visite et membres de l’École dans des randonnées à cheval parmi les tombes de Vulci. La nécropole étrusque se trouvait alors sur le domaine de Musignano, qui appartenait au comte Torlonia. Grâce à ses talents de diplomate, A. Geffroy avait réussi à convaincre ce descendant d’une La Rochefoucauld, très attaché à la France, de permettre de fouiller sur son domaine. La nécropole étrusque était déjà la proie des clandestins, et il importait de l’explorer avant qu’il ne fût trop tard. La direction des travaux est confiée à S. Gsell qui, du 11 février au 1er juin 1889, se consacre à l’exploration de la zone sud, comprise dans la boucle du Fiora et du Timone, et depuis longtemps pillée. Dans une région désolée et infestée de malaria, Gsell accomplit un travail considérable et remarquable de rigueur scientifique, dans des conditions très difficiles.

  • 232 F. Messerschmidt, A. von Gerkan, « Die Nekropolen von Vulci », Jahrbuch des Deutschen Archäologisch (...)

178Il découvre cent trente-six tombes à puits et à fosse, datées pour la plupart du viiie au ve siècle av. J.-C., dont il relève avec un soin scrupuleux la disposition et le contenu. Le journal des fouilles est tenu heure par heure. Il constitue un petit musée étrusque à Rome, au palais Torlonia de la Longara, et confie le contenu d’une partie des fouilles au Musée Préhistorique, devenu plus tard le musée Luigi-Pigorini. Le mémoire, qu’il publie en 1891 sur Les Fouilles dans la nécropole de Vulci, revêt une grande importance pour la chronologie des tombes étrusques, et emporte les suffrages non seulement des savants français, mais aussi des archéologues allemands, F. Messerschmidt et A. von Gerkan qui réexamineront les nécropoles de Vulci en 1928232.

179À Vulci, S. Gsell applique les méthodes d’une archéologie scientifique inaugurée en Grèce sur les chantiers de Samothrace et d’Olympie, et introduite par Wilhelm Dörpfeld à Hissarlik-Troie. Les travaux de Gsell témoignent de l’intérêt que l’on commence à porter à l’Étrurie archaïque, probablement sous l’influence des découvertes qui bouleversent le monde grec.

180Le séjour de S. Gsell à Rome s’achève au moment où Louis Liard, directeur de l’Enseignement supérieur, effectue un voyage en Italie et visite l’École française. Il sait apprécier les qualités du jeune homme, et le nomme à l’École supérieure des lettres d’Alger, en novembre 1890. Cet arrêté ministériel allait décider de toute sa carrière, désormais tout entière consacrée à l’histoire ancienne de l’Afrique du Nord.

  • 233 Henri Graillot (1868-1949), élève de l’École normale supérieure, membre de l’École française de Rom (...)
  • 234 S. Gsell et H. Graillot, « Exploration archéologique dans le département de Constantine », Mélanges (...)

181Quelques années plus tard, un autre membre de l’École de Rome, Henri Graillot, « en étudiant la topographie des collines qui entourent Conca et en cherchant la nécropole de cet oppidum », découvre les vestiges du temple archaïque de Satricum. Les fouilles autorisées par le ministère de l’Instruction publique d’Italie sont suspendues quatre jours après les premières découvertes de terres cuites architecturales du sanctuaire, et reprendront quelques semaines après... mais sous la direction du ministère italien. Ce cas témoigne des difficultés rencontrées par les membres de l’École française de Rome pour conduire des fouilles en Italie233. H. Graillot retrouvera S. Gsell à Alger et mènera avec lui une exploration archéologique dans le département de Constantine234. Tous deux font partie des premières générations de membres de l’École française de Rome à se tourner vers l’Afrique du Nord.

  • 235 Albert Grenier (1878-1946), premier directeur de la revue Gallia, directeur de l’École française de (...)
  • 236 A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque. viiie-ive siècle avant notre ère, Bibliothèque des É (...)

182Les recherches de S. Gsell à Vulci et celles d’H. Graillot à Conca attirent l’attention sur l’Étrurie « primitive » : un autre membre de l’École de Rome, Albert Grenier235, poursuit les travaux dans la même voie en explorant la Bologne villanovienne et étrusque236.

  • 237 Cf. A. Guidi, « The Development of Prehistoric Archaeology in Italy », Acta Archaeologica, 58, Cope (...)

183La préhistoire italienne était née vers 1860 sous l’influence de Gabriel de Mortillet, qui, avec Bartolomeo Gastaldi et Édouard Desor, avait exploré la station lacustre de Mercurago près de Novare237. Un peu plus tard, P. Strobel et Luigi Pigorini s’adjoignent au petit groupe de préhistoriens constitué en Émilie, et une impulsion décisive est alors donnée à la « science préhistorique » en Italie.

  • 238 O. Montelius, La Civilisation primitive en Italie depuis l’introduction des métaux, Stockholm, 1895

184À la fin du xixe siècle, A. Bertrand applique l’« archéologie historique » aux populations celtiques de Gaule et des vallées du Pô et du Danube, c’est-à-dire aux périodes que l’on désigne aujourd’hui comme la « protohistoire ». Le préhistorien suédois Oscar Montelius, à partir de la typologie des objets métalliques et tout particulièrement des fibules, tente de donner une image de La Civilisation primitive en Italie238.

  • 239 A. Grenier, op. cit., p. 57, note 1, avec référence à O. Montelius, La Civilisation primitive..., e (...)
  • 240 Ibid., p. 8 (souligné par nous).
  • 241 Ibid., p. 5 (souligné par nous).

185Lorsque de mai à octobre 1906, Albert Grenier entreprend une série de fouilles autour de Bologne, la « préhistoire » italienne a donc déjà fait l’objet de nombreux travaux, auxquels le jeune Farnésien se réfère239. Lui-même a conscience de faire œuvre de « préhistorien », dans la mesure où étudie une période pour laquelle les textes sont muets. La difficulté pour lui consiste « à limiter exactement [son] exposé à la plaine du Pô, et dans la préhistoire de la plaine du Pô, aux deux seules périodes villanovienne et étrusque240 ». Il se fixe pour objectif la reconstitution des origines de Bologne, où il espère trouver réponse à la « question étrusque », et pour atteindre son but essaie « d’exploiter [...], au profit de l’histoire des périodes antérieures à la tradition écrite, les documents fournis par l’archéologie241 ».

  • 242 A. Grenier, Habitations gauloises et Villas latines dans la cité des Médiomatrices. Étude sur le dé (...)

186Cette méthode qui consiste à tirer des conclusions historiques à partir des informations archéologiques recueillies au cours des fouilles, Albert Grenier l’a déjà mise à l’épreuve dans son mémoire de l’École pratique des hautes études242, préparé sous la direction d’Antoine Héron de Villefosse. A. Grenier a assuré sa formation en fréquentant les cours de René Cagnat au Collège de France, ceux de Bernard Haussoullier en épigraphie grecque à l’École pratique des hautes études, d’Edmond Pottier à l’École du Louvre et Maxime Collignon à la Sorbonne. Pour la philologie, il se met à l’école d’Antoine Meillet et de Louis Havet. Il bénéficie donc des efforts de ses prédécesseurs pour imposer l’archéologie comme discipline scientifique et matière à enseignement, et acquiert une connaissance approfondie de toutes ces « sciences auxiliaires » de l’histoire, qu’un historien comme C. Jullian avait progressivement découvertes en avançant dans sa carrière et son œuvre. Son initiation à l’archéologie est également pratique puisque, investi d’une mission de l’École pratique des hautes études, il se rend à Trèves en 1903 et y fait des fouilles.

  • 243 A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français (1880-1933 (...)

187Quand il étudie pour la région de Metz « le développement de la civilisation gallo-romaine dans une province gauloise il analyse archéologiques ainsi que leur répartition respective, et en déduit une image du progrès de la civilisation latine sur le territoire gaulois. Il tente, dès ce premier essai, de faire une synthèse des informations archéologiques réunies localement, ne se contentant pas d’un inventaire, mais traitant les documents dans une perspective historique. Son étude s’ouvre sur l’évocation « du pays des Médiomatrices et les Médiomatrices », son enquête s’appuyant sur l’examen préalable de la terre et des hommes. Bien qu’il n’ait jamais suivi les cours de C. Jullian au Collège de France, A. Grenier est bien son disciple : il montre le même goût du concret, le même intérêt pour les « realia » et, est convaincu, comme lui, que « l’histoire même de la terre est à la base de toute l’histoire243 ».

188C’est à l’influence de Paul Perdrizet, son maître à Nancy, qu’A. Grenier doit le choix des Étrusques pour domaine de recherche pendant son séjour romain. Si Bologne l’attire tout particulièrement, c’est qu’elle occupe, dans la polémique sur l’origine des Tyrrhéniens, une position-clé. L’ancienne Felsina constituait un point de passage obligé sur l’axe qui relie l’Europe continentale et l’Italie centrale. Grâce aux excellents rapports que l’École française entretient avec les archéologues italiens, A. Grenier obtient par les professeurs Brizio et Gamurrini l’autorisation de pratiquer des fouilles à Bologne. Du côté français, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, en la personne de Georges Perrot, son secrétaire perpétuel, accorde un crédit pour les travaux.

189Albert Grenier, comme Stéphane Gsell avant lui et Jérôme Carcopino qui, en même temps que lui, pratique des sondages à Ostie, est l’un des précurseurs de la collaboration franco-italienne dans l’exploration archéologique de l’Italie, qui s’intensifiera après la Seconde Guerre mondiale. À Villanova, bourgade située à huit kilomètres de Bologne, on avait découvert en 1853 une vaste nécropole du premier âge du fer. De la porte Santa Isaïa, limite occidentale de Bologne, au cimetière de la Certosa, les nécropoles se succédaient dans l’espace comme dans le temps, de la phase villanovienne à la période étrusque. La juxtaposition de tombes de types et de matériel tout à fait différents avait soulevé la polémique entre W. Helbig et E. Brizio : le premier assimilait Étrusques et Villanoviens et soutenait qu’à Bologne l’évolution entre les deux périodes avait été régulière et ininterrompue ; il suffirait de trouver les tombes qui correspondaient à la transition entre Villanoviens et Étrusques. Quant au directeur du musée de Bologne, il identifiait les Villanoviens avec les Ombriens, chassés de Toscane par les Étrusques, qui eux seraient d’origine orientale.

190Par ses fouilles à Bologne, Grenier entreprend d’apporter une réponse à ces questions, et se met en quête des « tombes de transition », supposées par Helbig. Ses travaux le conduisent à la certitude de leur inexistence : entre les dernières tombes villanoviennes et les premières tombes étrusques, il n’existe pas d’intermédiaire. À Bologne, se sont succédé deux civilisations bien distinctes l’une de l’autre, sans que l’on puisse reconnaître une évolution continue de l’une à l’autre. Les Étrusques ont mis fin à la civilisation villanovienne. A. Grenier se rallie ainsi à l’hypothèse d’E. Brizio, et voit dans la constitution de la fédération des douze colonies étrusques – la seconde dodécapole–, dont Felsina-Bologne est la capitale, le dernier épisode d’un remarquable essai d’unité italienne. De plus, Grenier admet pour les Étrusques leur origine orientale et leur migration maritime.

  • 244 A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque - viiie-ive siècle avant notre ère, Paris, 1912, préf (...)
  • 245 Ibid., p. 6.
  • 246 Ibid., p. 8.

191Quant à la méthode adoptée pour aboutir à ces conclusions, elle est identique à celle du mémoire des hautes études : « La matière du travail est donc fournie principalement par l’archéologie244 », dont le recours est indispensable et qui constitue « une source d’information nouvelle », même s’il convient de l’utiliser avec prudence, car « le moindre texte est de nature à fournir à l’histoire plus de lumière que l’exploration de dix nécropoles »245. Les conclusions auxquelles il parvient sont établies « sur la foi des témoignages historiques rectifiés et interprétés par l’archéologie246 ».

192En associant archéologie et histoire, Albert Grenier répond aux vœux d’un Alexandre Bertrand de voir collaborer archéologues et historiens. Camille Jullian avait, pour son Vercingétorix et son Histoire de la Gaule, fait largement appel à l’archéologie, mais le progrès est très net chez A. Grenier puisque, pour lui, les données archéologiques sont fondamentales et aboutissent à des conclusions historiques.

193De son travail à Bologne, A. Grenier fait sa thèse de doctorat, qu’il soumet au jugement de Jules Martha, auteur de la première synthèse sur l’art étrusque, et se place ainsi dans la ligne d’une jeune tradition d’étruscologie française, qui se perpétuera à l’École de Rome, tout particulièrement lorsque Grenier sera devenu son directeur.

  • 247 Félix de Pachtère (1881-1916), tué sur le front de Macédoine, le 24 septembre 1916.
  • 248 Dominique Anziani (1887-1914), mort au front en 1914.

194À l’époque où A. Grenier séjourne à Rome, d’autres Farnésiens prennent la même direction de recherche, et auraient pu constituer une véritable école française d’étruscologie. Malheureusement, ils disparaissent pendant la Première Guerre mondiale. Il s’agit de Félix de Pachtère247, qui avait une parfaite connaissance de la préhistoire du Latium et de l’Étrurie méridionale et songeait à étudier la région de Plaisance. Pendant ses années romaines, il suivit les fouilles du Janicule. Dominique Anziani248 se porte, dès son arrivée à Rome, vers l’étude de l’histoire et de l’archéologie étrusques et retrace d’autre part l’Histoire de la ville de Locres depuis les origines, jusqu’à la fin de l’Empire romain.

  • 249 G. Bloch, Les Origines du Sénat romain, Bibliothèque de l’École française d’Athènes et de Rome, 29  (...)
  • 250 L. Homo, Lexique de topographie romaine, 1900 ; id., La Rome antique, historique, guide des monumen (...)

195En ces années d’avant la Première Guerre mondiale, l’École française oriente aussi les travaux de membres Rome Gaston Piganiol remontent-ils à ses origines249, alors que Léon Homo, Maurice Besnier et Alfred Merlin contribuent à élucider la topographie de la Ville éternelle250.

  • 251 Jérôme Carcopino (1881-1970), directeur de l’École française de Rome de 1937 à 1940, secrétaire d’É (...)
  • 252 Auteurs d’études sur Préneste et Terracine.
  • 253 J. Carcopino, Virgile et les origines d’Ostie, Paris, 1919.
  • 254 P. Grimal, C. Carcopino, P. Ourliac, J. Carcopino, un historien au service de l’humanité, Paris, 19 (...)
  • 255 J. Carcopino, « Ostiensa », Mélanges de l’École française de Rome, 1910 et 1911.

196Jérôme Carcopino251, quant à lui, renoue avec une tradition ancienne et abandonnée par l’École, celle des monographies sur les cités du Latium et de Campanie, illustrée dans les années 1880 par Emmanuel Fernique et René du Coudray La Blanchère252. Par son Virgile et les origines d’Ostie253, Carcopino prouve l’étroite solidarité de l’archéologie et de la philologie. Quand il avait quitté Paris pour gagner l’École de Rome, G. Bloch et R. Cagnat lui avaient recommandé de mener en Italie une recherche qu’il n’aurait pas pu accomplir dans les bibliothèques parisiennes et de ne pas limiter son champ d’intérêt à la topographie. Ostie, à laquelle T. Homolle, membre de l’École en 1873, s’était déjà intéressé, semble offrir à J. Carcopino les possibilités de concilier archéologie, épigraphie et histoire. Il conçoit le projet d’entreprendre une « archéologie littéraire254 ». Ostie avait fait l’objet, entre 1860 et 1888, d’une exploration partielle et épisodique, qui avait été suspendue par la fin du pouvoir temporel de l’Église. En 1906, J. Carcopino mène l’enquête dans les archives, dépouille le corpus des inscriptions et les anciens cahiers de fouilles, et obtient l’autorisation de procéder à des sondages dans le quartier des docks. Il y relève des inscriptions inédites et, à partir des marques de fabrique des briques, il montre que les magasins sont de l’époque d’Hadrien. Il utilise à la fois l’épigraphie, l’archéologie, la philologie, et fait appel aux monuments aussi bien qu’aux textes255. Ces recherches suscitent l’intérêt des archéologues italiens, qui reprennent le dégagement d’Ostie sous la direction de D. Vaglieri.

197Ce n’est qu’en 1919 que J. Carcopino, mobilisé pendant la Première Guerre mondiale dans l’armée d’Orient, peut soutenir sa thèse. Il y affirme son ambition d’atteindre l’«histoire totale » qui intègre les données de tous ordres, littéraires, archéologiques, épigraphiques, topographiques, et restitue la situation sociale, morale, l’activité économique et artistique d’une époque. Il y était porté par l’exemple de G. Bloch, qui, le premier, en 1900, avant que ne paraisse l’œuvre monumentale de C. Jullian, avait dessiné une image de La Gaule indépendante. Franz Cumont, l’historien belge des religions, dont J. Carcopino fut très proche, lui a ouvert la voie de l’exploration des faits religieux. L’intérêt du jeune Farnésien pour Ostie avait été renforcé de la révélation que furent pour lui l’interprétation de l’Odyssée par Victor Bérard, et les lectures de Virgile par Gaston Boissier, qui avait mis ses pas dans ceux d’Énée entre le Tibre et Prattica di Mare. J. Carcopino établit que les six derniers chants de L’Énéide se déroulent entre Ardée, le Tibre, Rome et la mer. Il impose Lavinium comme la cité des Laurentes, et la situe à Prattica di Mare : les fouilles récentes menées par les archéologues italiens dans cette localité et à Castel di Decima confirment aujourd’hui l’intuition qu’avait eue l’exégète de Virgile d’une culture préromaine originale. En tentant de reconstituer la réalité historique du pays ostien et lavinate jusqu’à la fondation d’Ostie au ive siècle av. J.-C., il prélude aux recherches modernes. J. Carcopino s’attache, dans le même temps, à partir de l’examen du paysage, à rendre compte du travail de Virgile et à analyser les raisons politiques et morales de ses choix.

198Le retentissement de la thèse de J. Carcopino est extraordinaire : elle renouvelle profondément la critique virgilienne par la topographie, la vision des paysages et le recours à l’archéologie. G. Bloch y reconnaît l’un des livres les « plus substantiels et des plus originaux qui aient paru ces dernières années, sur les antiquités romaines et italiennes ». «Archéologie, épigraphie, topographie, histoire politique, religieuse, littéraire » sont mises à contribution pour rendre compte à la fois des origines d’Ostie et de l’œuvre de Virgile. Virgile et les origines d’Ostie provoque une manière de « révolution » parmi les latinistes : un historien, épigraphiste et archéologue, se mêle d’interpréter les textes, les envisage dans leurs rapports avec l’histoire, et sa maîtrise des langues anciennes n’offre aucune prise à la critique.

199Avant même d’entamer ses recherches sur Ostie, J. Carcopino s’était rendu en Tunisie, avait exploré le site d’Aïn Tounga et découvert la fameuse inscription d’Aïn el-Djemila. Ce premier contact avec l’Afrique du Nord et la suite de sa carrière sont un exemple, parmi beaucoup d’autres, des liens qui unissent l’École française de Rome et les pays des rivages méridionaux de la Méditerranée.

  • 256 Cf. C. Picard, « Archéologie méditerranéenne », La Science française, II. L’Occident étrusco-latin. (...)
  • 257 Cf. A. Merlin, « L’histoire de l’archéologie de l’Afrique du Nord », dans L’Histoire et l’Œuvre de (...)

200En effet, si un grand nombre de Romains consacrent à la Gaule la suite de leurs travaux256, ils sont tous, à un moment ou un autre de leur carrière, concernés par l’Afrique du Nord. L’École supérieure des lettres d’Alger, fondée en 1880, offre aux Farnésiens une possibilité de continuer les recherches qu’ils ont entreprises en Italie. Le premier à suivre cet itinéraire, qui mène de Rome à Alger ou Tunis, est René du Coudray la Blanchère nommé à l’École d’Alger après son séjour à Rome257. Non seulement il se livre à de longues explorations dans la province d’Oran, mais c’est à lui que l’on doit la création, en 1885, du Service des antiquités et des arts de la régence de Tunis, et l’inauguration du musée Alaoui en 1888. Il a une politique très active de publications, et fait paraître comptes rendus de fouilles et catalogues de musées. En 1890, il ouvre la première série des collections du musée Alaoui et adopte les mêmes dispositions pour les collections se la description du musée il à Paul Gauckler le catalogue du musée de Cherchell, et à René Cagnat celui du musée de Lambèse.

  • 258 R. Cagnat, Carthage, Timgad, Tébessa et les villes antiques de l’Afrique du Nord, 1909.
  • 259 Paul Gauckler (1866-1911), directeur du Service des antiquités et des arts de la régence de Tunisie (...)
  • 260 Confié, en 1899, à L. Homo, membre de l’École française de Rome, et repris par A. Merlin en 1901 ; (...)

201R. la Blanchère disparaît prématurément en 1896, mais l’impulsion est donnée aux publications et aux travaux de terrain soutenus par la commission d’Afrique du Nord et son président R. Cagnat, et organisés en Algérie et en Tunisie par le Service des monuments historiques, l’École supérieure d’Alger et le Service des antiquités de Tunisie. L’étude archéologique de l’Afrique du Nord se développe à partir de 1890, alors que, jusque-là, les missions avaient été surtout épigraphiques. Les explorations débouchent sur des fouilles, qui restituent des villes entières, ainsi en Algérie : Djemila, Tébessa, Lambèse ou Timgad, cette dernière concentrant tous les soins de R. Cagnat, qui publie les plans de l’architecte Duthoit et fait achever l’aménagement des ruines258. En Tunisie, Carthage, où le R. P. Delattre poursuit son exploration des nécropoles, bénéficie des travaux de Paul Gauckler, qui inaugure en 1888 les premières fouilles scientifiques de la cité punique259. Sous la direction de Jules Toutain, puis de Paul Gauckler et Alfred Merlin, le Service des antiquités de Tunisie procède au dégagement de Dougga260, Sufetula, Althiburos, Thuburbo Majus, Thysdra et à la fouille sous-marine de Mahdia.

  • 261 Instructions pour la conduite des fouilles archéologiques en Algérie, Service des monuments histori (...)
  • 262 Ibid., p. 6.
  • 263 Ibid., p. 9.
  • 264 P. Pallary, « Instructions pour les recherches préhistoriques dans le nord-ouest de l’Afrique » : M (...)
  • 265 Par exemple, J. de Morgan, avec la collaboration de L. Capitan et P. Boudy, « Études sur les statio (...)

202À partir de 1890, l’activité archéologique en Afrique du Nord est si importante que les instances officielles se préoccupent des méthodes appliquées et diffusent des instructions pour les interventions. Ainsi, les membres du Comité des travaux historiques et scientifiques publient-ils en 1890 une brochure à destination des correspondants du ministère de l’Instruction publique. Le général Derrécageix, directeur du Service géographique de l’armée au ministère de la Guerre, est associé à la rédaction de ces instructions destinées aux amateurs d’antiquités, officiers et membres des sociétés savantes, nombreux en Algérie et en Tunisie. On recommande à tous l’usage de la photographie des documents découverts et leur communication au Bulletin du comité pour publication. On porte une égale attention aux vestiges de la préhistoire et à ceux des civilisations punique et romaine. Le gouvernement général de l’Algérie et son Service des monuments historiques témoignent du même souci d’organiser la recherche archéologique, par les instructions qu’ils diffusent en 1901261. On y recommande les relevés à chaque étape des travaux, la tenue d’un journal de fouille où sont consignés les petits objets, sans « dédaigner les tessons de poterie, dont on peut souvent tirer des renseignements aux divers points de vue de la chronologie, des usages des anciens, de leurs relations commerciales262 ». Les fouilles préhistoriques font l’objet d’instructions spécifiques : l’accent est mis sur la stratigraphie et le soin à apporter dans l’identification des objets « gisant dans les diverses couches superposées ; on pourra ainsi reconstituer les ensembles... Aucun détail, même infime, n’est à négliger dans ces fouilles. Marquer tous les objets avec une étiquette indiquant l’étage où on les aura recueillis263 ». Pour la préhistoire, Paul Pallary renouvelle ces instructions en 1909264 et, en effet, à l’image des travaux menés en France métropolitaine ou en Espagne, la recherche préhistorique se développe en Algérie et en Tunisie265.

203Ces directives pour la recherche archéologique en Afrique du Nord montrent à quel point les objectifs fixés à l’archéologie ont évolué au tournant xxe siècle : des antiquités a fait place à la restitution de sites que l’on a le souci de préserver ; on a pris conscience de l’importance de la documentation, carnets de fouille, inventaire précis des objets, plans et relevés. Pour les sites préhistoriques, les instructions attestent que la méthode stratigraphique est reconnue comme la seule capable de fournir les éléments de compréhension.

204Ces conseils pour aborder les fouilles archéologiques ne s’adressent pas tant aux professionnels qu’aux amateurs, officiers, membres de sociétés savantes et « représentants de toutes les professions » : en effet, depuis de en Algérie, militaires et civils apportent un concours précieux à l’exploration archéologique et épigraphique, et nombreuses sont les revues qui répercutent leurs travaux. Au nombre des « grands amateurs » figure par exemple le docteur Louis Carton (1861-1924) qui, à partir 1905, tient, Revue tunisienne, une « chronique nord-africaine » et d’autre part contribue à l’exploration de Bulla Regia, Dougga et Carthage.

  • 266 Auguste Audollent (1864-1943), épigraphiste français.
  • 267 S. Gsell, « Tipasa, ville de la Maurétanie césarienne », Mélanges de d’École française de Rome, 14, (...)
  • 268 H. Graillot, S. Gsell, « Exploration archéologique dans le département de Constantine », Mélanges d (...)

205La participation de l’École française de Rome à l’archéologie nord-africaine se fait de plus en plus intense, à partir de la mission d’Auguste Audollent266 en 1889-1890, la première accordée à un Romain en Algérie. Après René du Coudray la Blanchère, Stéphane Gsell est nommé à l’École supérieure des lettres d’Alger en 1890, et se consacrera dorénavant à l’Afrique du Nord. De 1891 à 1904, Gsell se livre à un vaste dépouillement livresque et à une minutieuse exploration du territoire. Des recherches menées à Tipasa, il fait la matière d’une monographie267. Il reçoit les membres de l’École française de Rome, et les guide dans la découverte de l’Algérie antique : par exemple, il accompagne Henri Graillot dans une mission au nord de l’Aurès268.

  • 269 1901.
  • 270 Alger et Paris, 1902-1911.
  • 271 E. Babelon, R. Cagnat, S. Reinach, Atlas archéologique de la Tunisie, Paris, 1914-1926.

206Les enquêtes de S. Gsell lui permettent de présenter les Monuments antiques de l’Algérie269, puis d’établir l’Atlas archéologique de l’Algérie270, constitué de cartes au 200 000e, tous les points où existent des vestiges antiques, une notice détaillée correspondant à chacun. Cet indispensable outil de travail complète l’Atlas archéologique, qu’E. Babelon, R. Cagnat et S. Reinach, tous trois membres de la Commission d’Afrique du Nord, mettent au point pour la Tunisie271.

207En 1902, S. Gsell devient directeur du Musée des antiquités algériennes et d’art musulman, et, jusqu’à son retour à Paris en 1912, accomplit une œuvre administrative considérable : par la publication de catalogues qu’il rédige lui-même qu’il confie des Romains ou des Athéniens, il porte au plus haut degré de qualité la muséographie algérienne. Gsell pourvoit l’Algérie d’une administration scientifique, dont la métropole n’a pas l’équivalent, en créant en 1900 l’Inspection des antiquités. La même politique d’étroite collaboration avec l’École française de Rome est menée par le Service des antiquités de Tunisie, et s’accentue à partir de la direction d’Alfred Merlin, en 1905. L’activité des membres de l’École française de Rome en Afrique du Nord s’étend jusqu’au Maroc, où Maurice Besnier crée en 1904 les Archives marocaines ; Louis Chatelain (1883-1950) commence des travaux à Sala et Volubilis en 1916, avant de devenir le premier directeur du Service archéologique du gouvernement chérifien, en 1920.

  • 272 S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, 8 vol., Paris, 1913-1928.

208L’archéologie nord-africaine a, dès avant la Première Guerre mondiale, pris un tel essor que le Collège de France crée pour S. Gsell une chaire d’histoire de l’Afrique du Nord, d’où il expose les fondements de sa monumentale Histoire ancienne de l’Afrique du Nord qui commence à paraître en 1913272.

209Jusqu’à ce que S. Gsell fournisse cette somme, l’on se référait aux textes grecs et latins de Polybe, Diodore, Plutarque, César, Salluste ou Appien, qui ne rapportent que des événements militaires du conflit entre Rome et Carthage, et font une plus grande part à l’histoire des empereurs qu’à celle des provinces. Il fallait demander à l’archéologie les éléments nouveaux capables de compléter, d’infirmer ou de confirmer les sources littéraires. L’Histoire ancienne de l’Afrique du Nord couvre les temps qui vont des origines à la transformation du royaume de Maurétanie en provinces romaines, en 40 apr. J.-C. Le premier volume examine les « conditions du développement historique », et réunit les données géologiques, géographiques, climatiques et ethniques : S. Gsell applique à son Histoire les mêmes principes que C. Jullian pour celle de la Gaule, et tient compte en premier lieu de la géographie humaine. Il aborde, dans la suite de ce premier tome, « les temps primitifs, la colonisation phénicienne et la fondation de Carthage », les trois volumes suivants présentant respectivement « l’État carthaginois », « l’histoire militaire carthaginoise » et « la civilisation carthaginoise ». Gsell est le premier à faire revivre avec autant de précision et de clarté la civilisation de Carthage et les royaumes berbères : son Histoire repose sur une documentation scrupuleusement vérifiée, qui fait appel à l’épigraphie et à l’archéologie, aussi bien qu’aux textes anciens.

  • 273 T. I, Paris, 1922.
  • 274 R. Cagnat, Corpus Inscriptionum Latinarum, supplément au t. VIII : 1, Paris, 1891, 2, Paris 1894, 3 (...)
  • 275 Id., L’Armée romaine d’Afrique et l’Occupation militaire de l’Afrique sous les Empereurs, Paris, 18 (...)

210S. Gsell contribue aussi à la publication des Inscriptions latines de l’Algérie273, entreprise par L. Renier. Pour la Tunisie, René Cagnat est invité par Théodore Mommsen à collaborer au Corpus Inscriptionum Latinarum, et, de 1891 à 1904, rédige le supplément au volume VIII274. Il donne une brillante illustration du bénéfice que l’histoire peut retirer de l’épigraphie, par sa présentation de l’Armée romaine d’Afrique275.

  • 276 Alfred Merlin (1876-1965), directeur du Service des antiquités et des arts de Tunisie de 1905 à 192 (...)
  • 277 Corpus Inscriptionum Latinarum, vol. VIII, supplément, pars 4, Paris, 1916.

211Avant la Première Guerre mondiale, la valeur de la science épigraphique française en Afrique du Nord est reconnue par T. Mommsen, « le prince des épigraphistes », qui dirige l’entreprise du Corpus : en effet, en 1903, un est passé le ministère de l’Instruction publique français et l’Académie de Berlin pour procéder à la révision des principales inscriptions découvertes en Tunisie depuis 1891. Alfred Merlin276 est chargé, en 1904 et 1905, de deux missions, qui aboutissent à la publication, en 1916, d’un nouveau fascicule du Corpus277.

212Comme le fait remarquer A. Héron de Villefosse (1845-1919), conservateur du Département des antiques au Louvre, devant le congrès des Sociétés savantes, réuni à Alger le 26 avril 1905, « les grandes découvertes faites en Afrique et [les] travaux qu’elles ont provoqués ont stimulé les recherches sur le monde romain entier et plus particulièrement en Gaule. La salle d’Afrique, qu’il a aménagée au Louvre, atteste l’importance acquise par l’archéologie de l’Algérie et de la Tunisie. L’« africain » A. Merlin, devenu conservateur du Département des antiquités au Louvre, est chargé de tenir à jour cette salle.

213À la veille de la Première Guerre mondiale, l’« exploration scientifique » de l’Afrique du Nord, entreprise peu après la conquête de 1830, après avoir longtemps emprunté les voies de l’épigraphie, a mis en œuvre l’archéologie par les expéditions, les fouilles et l’étude des monuments et des objets. Ces travaux permettent d’envisager l’histoire ancienne de l’Afrique du Nord, à laquelle se consacrent des savants issus pour la plupart de l’École française de Rome et formés par R. Cagnat.

214L’archéologie bénéficie bien entendu de la politique coloniale et de la situation politique particulière de l’Algérie et de la Tunisie, auxquelles s’ajoute bientôt le Maroc, placé sous mandat français en 1912 : alors que dans les autres pays du bassin méditerranéen, l’archéologie française doit rivaliser avec celle des autres nations européennes, elle est hégémonique en Afrique du Nord.

215L’Afrique du Nord a suscité, dès la conquête de l’Algérie, l’intérêt des instances militaires et scientifiques, mais l’archéologie a pu y prendre son essor grâce à la création de l’École supérieure des lettres d’Alger et au choix que fait l’École française de Rome d’orienter ses membres vers l’Afrique du Nord. L’École d’Alger offre à certains Farnésiens la possibilité de s’implanter et d’organiser la recherche et la sauvegarde du patrimoine archéologique algérien et tunisien. Ils y réussissent si bien qu’en 1914 l’Afrique du Nord a donné naissance à une véritable école historique et archéologique, et qu’en Algérie et Tunisie le patrimoine et la recherche archéologique ont reçu des institutions et une législation que la métropole n’acquerra qu’en 1941, à l’instigation d’un « Africain », J. Carcopino, qui se souvient, pour élaborer les lois qui portent son nom, de son expérience italienne et algérienne.

216Les écoles françaises installées à Athènes, à Rome, et l’Institut français qui se met en place à Madrid, assurent la recherche archéologique en Méditerranée, de l’Espagne à la Grèce. Si, en Afrique du Nord, l’archéologie française bénéficie du statut politique particulier de l’Algérie et de la Tunisie, en Égypte et au Proche-Orient la situation est assez semblable à celle que l’on connaît en Grèce depuis le début du xixe siècle les puissances européennes y sont en concurrence ouverte, aussi bien sur le plan politique que dans le domaine archéologique.

L’Égypte et le Proche-Orient

217À la veille de la Première Guerre mondiale, l’Empire ottoman est devenu un enjeu politique et économique de première importance : alors que traditionnellement la France et la Grande-Bretagne avaient joui d’une influence prépondérante dans ces pays, à l’extrême fin du xixe siècle l’Allemagne fait irruption aussi bien en Égypte qu’en Mésopotamie. La création des institutions archéologiques traduit les choix politiques : le Deutsche Institut für ägyptische Altertumskunde est fondé en 1897, et la Deutsche Orient Gesellschaft en 1898, l’année du voyage de Guillaume II en Irak, lequel est lié aussi à l’ouverture des fouilles allemandes à Baalbek sous la direction de Theodor Wiegand (1864-1936).

218L’occupation anglaise de la vallée du Nil, à partir de 1882, renforce l’influence britannique, que le Service des antiquités et l’Institut français du Caire permettent de contrebalancer. Après avoir créé en Grèce une école archéologique qui leur permet d’ouvrir des chantiers, les États-Unis se lancent aussi dans l’exploration de l’Égypte et du Proche-Orient. Même si la présence française en Égypte et en Mésopotamie est ancienne, et si les Champollion, Mariette ou Botta ont été les initiateurs de l’égyptologie et de l’assyriologie, à la fin du xixe siècle et jusqu’en 1914, aussi bien en Égypte qu’au Proche-Orient, la concurrence s’exacerbe sur le plan archéologique, comme sur le plan politique.

219La situation de l’archéologie française au Proche-Orient est encore plus délicate, car non seulement la Grande-Bretagne, l’Allemagne et les États-Unis multiplient les initiatives et les fondations, mais la France, qui n’a créé en Mésopotamie, en Palestine ou au Levant aucune mission permanente, concentre tous ses efforts sur la Délégation en Perse et les travaux de Suse.

220En Égypte, Auguste Mariette avait su conserver à la France une place prépondérante par le Service des antiquités, dont il assuma la direction de 1858 à sa mort en 1881. Sa disparition risquait de remettre gravement en cause la position française, et c’est ce que Gaston Maspero évite, en proposant la création d’une école archéologique conçue à l’image de celles d’Athènes et de Rome et capable d’assurer la continuité. Et, de fait, l’École du Caire confirme en Égypte l’importance des « missions permanentes » pour le développement de l’archéologie comme en Grèce, où l’École d’Athènes permis la mise en œuvre d’une « science archéologique » à la hauteur de la « science allemande » et l’ouverture de grands chantiers, la fondation du Caire renforce la position de la France, un moment compromise par la mort de Mariette.

221Lorsque G. Maspero prend la direction de l’École du Caire, il reprend aussi les responsabilités de Mariette. Il réforme profondément le service, où son prédécesseur avait toujours réservé l’exclusivité des fouilles à la France : dorénavant, des concessions sont accordées aux équipes étrangères, de même que sont accueillis à l’École des membres étrangers, suisses, comme Édouard Naville (1844-1926), ou italiens, comme Ernesto Schiaparelli (1856-1928) qui, de 1902 à 1920, dirigera pour son pays une mission sur les sites d’Héliopolis, Hermopolisparva, Assiout et Deir el-Médineh.

  • 278 P. Jouguet, préface aux Mélanges Maspero, I. Orient ancien, Le Caire, 1935, second fascicule, p. XX (...)
  • 279 James Edward Quibell (1867-1935), égyptologue anglais, inspecteur du secteur du Delta à partir de 1 (...)

222Maspero donne au service « une figure nouvelle, en accord avec les exigences croissantes de la science et organise dans l’amitié la collaboration internationale278 ». Le Service des antiquités est en effet dirigé par un Français, mais les trois secteurs du Delta, de la Moyenne et de la Haute-Égypte sont répartis entre Français et Anglais. Deux sites ont un statut privilégié : J. de Morgan, qui prend la direction du service en 1892, crée la Direction des travaux de Karnak, et la remet à Georges Legrain (1865-1917), alors que Saqqarah est placée sous la responsabilité de l’anglais James E. Quibell279.

  • 280 Ludwig Borchardt (1863-1938) fonde l’Institut allemand d’archéologie au Caire et le dirige de 1907 (...)
  • 281 Par la Hearst Expedition, conduite par G. A. Reisner à Naga-ed-Der et Gizeh pour de Californie.

223En 1900, sont créées les Annales du Service des antiquités, qui assurent la publication rapide des fouilles pratiquées par toutes les équipes. Une commission internationale est réunie en 1902, sous la présidence de G. Maspero et de L. Borchardt280, et met au point le plan d’un immense Catalogue général du musée du Caire. Le Service des antiquités, en offrant aux missions étrangères des concessions de fouilles et en réunissant dans les Annales leurs travaux, exerce un rôle fédérateur et entretient un climat de coopération. L’École du Caire, qui, dès sa création, a trouvé sa voie et se consacre à l’archéologie et à la philologie « militantes », assure la formation sur le terrain des égyptologues, en leur permettant diriger des chantiers ainsi, la occupe-t-elle un rang équivalent à celui de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne ou des États-Unis, qui entrent en lice en 1899281.

  • 282 Emil Brugsch (1827-1894), égyptologue allemand, ami d’A.Mariette ; il collabore à ses travaux, puis (...)
  • 283 Karl Richard Lepsius (1810-1884), professeur d’égyptologie à Berlin et conservateur des antiquités (...)
  • 284 Deutsches Institut für ägyptische Altertumskunde, rattaché au Deutsches Archäologisches Institut en (...)
  • 285 Friedrich Wilhelm von Bissing (1873-1956), professeur à l’université de Munich ; il travaille au Ca (...)

224L’exemple français inspire à Emil Brugsch282, Karl Richard Lepsius283 et Johannes Dümichen (1833-1894) le désir de créer en Égypte un institut allemand d’archéologie qui ne sera réalisé qu’en 1897284. Les structures universitaires allemandes offraient d’ailleurs de nombreuses possibilités d’organiser des voyages et des missions, et la Deutsche Orient Gesellschaft, fondée en 1898, favorise les travaux allemands en Égypte aussi bien qu’au Proche-Orient entre 1898 et 1914, la société subventionne les chantiers de Ludwig Borchardt à Abousir et Tell el-Amarna, et celui de Friedrich W. von Bissing285 à Abou-Gourob.

  • 286 George Andrew Reisner (1867-1942), professeur à Harvard et conservateur du département égyptien au (...)

225L’égyptologie anglaise est dominée, à partir de 1883, par la haute figure de W. M. Flinders Petrie. Sur ses nombreux chantiers, il forme un grand nombre de jeunes égyptologues et les initie à ses méthodes : relevés précis des objets, même les plus humbles, et étude typologique. Reprenant le principe de la datation par la céramique établi par A. Furtwängler et A. Conze, il l’applique aussi à la céramique non peinte et met au point un système de datation par séquences. Flinders Petrie et ses disciples constituent une véritable « école » d’égyptologie, formée au sein de la British School of Archaeology in Egypt. Les méthodes « révolutionnaires », que Petrie introduit en Égypte et au Proche-Orient, sont portées encore plus loin par George A. Reisner286, qui inaugure les travaux américains en Égypte, en dirigeant la Hearst Egyptian Expedition pour l’université de Californie, entre 1899 et 1905.

226Avant 1914, l’Égypte est certes l’objet d’une vive concurrence entre les grandes puissances, mais offre une image assez différente de celle que présentait la Grèce : alors que les grands chantiers de Délos et Delphes étaient une réplique à ceux de Samothrace, d’Olympie ou de Pergame, et qu’entre instituts français et allemand prévalait encore une rivalité nourrie par la guerre franco-prussienne, en Égypte, le service des Antiquités garantit, sous la tutelle de son directeur français, une forme de collaboration internationale qui permet de dépasser les clivages nationaux. Avant la Grande Guerre, l’Égypte donne l’exemple d’une exploration archéologique concertée et d’une coopération que les protectorats anglais et français, établis en Proche-Orient après 1918, favoriseront.

  • 287 En 1881, G. Maspero dirige à la fois l’École française du Caire et le Service des antiquités. De 18 (...)
  • 288 J. de Morgan, Le Trésor de Dachour, Paris, 1894 ; id., Fouilles à Dachour, 2 vol., Paris, 1895-1903 (...)
  • 289 Cf. P. Lacau, dans Annales du Service des antiquités d’Égypte, XIX, 1920.

227Entre le Service des antiquités d’Égypte et l’École devenue en 1898 Institut français d’archéologie orientale (IFAO), les liens sont étroits, les deux instances étant placées sous la même direction, ou le directeur de l’École devenant celui du Service287. Mais, même lorsque, à partir de 1892, les deux institutions sont nettement différenciées, elles continuent à entretenir des rapports de collaboration. Les chantiers de Licht et de Dachour sont communs, les membres de la « mission permanente » contribuant aux travaux et l’IFAO publiant leurs résultats. À Deir el-Médineh, l’un des chantiers les plus importants de l’Institut, l’architecte du Service, Émile Baraize, poursuit les travaux que la mission italienne avait amorcés en 1906. J. de Morgan, directeur du Service des antiquités en 1892, suggère la création d’une section de papyrologie au Caire, et obtient le détachement de Pierre Jouguet, membre de l’École d’Athènes. Alors que, jusqu’en 1898, et la prise de fonctions d’Émile Chassinat, l’École du Caire met l’accent sur la copie et la publication de textes, le Service des antiquités ouvre, sous la direction de J. de Morgan, des chantiers importants : à Dachour, où il explore trois pyramides et révèle les bijoux des princesses royales de la XIIe dynastie, il réalise « l’une des grandes découvertes de l’archéologie » ; à Négada, il prouve l’existence de la « préhistoire » égyptienne naissante288. En créant la direction des travaux de Karnak, il donne à Georges Legrain l’occasion d’y mettre en œuvre des méthodes de fouille minutieuses, qu’il applique à la « favissa » du temple, systématiquement étudiée de 1903 à 1906, et d’emprunter des techniques d’architecte pour remonter les colonnes selon les procédés des anciens Égyptiens289.

  • 290 M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, Lon (...)
  • 291 J. de Morgan, Recherches sur les origines de l’Égypte, Paris, 1896-1897.
  • 292 Dans les années vingt, J. de Morgan lui-même, P. Bovier-Lapierre et É. Vignard font porter leurs re (...)

228J. de Morgan est le premier à attirer l’attention sur la préhistoire de l’Égypte et G. Legrain partage avec lui cet intérêt, l’accompagne dans son exploration du Sinaï et, dans l’oasis de Kargeh, recueille des silex taillés. J. de Morgan, par ses travaux à Négada, révèle la période qui précède l’instauration des premiers dynastes, alors qu’à Hiérakompolis, J. E. Quibell et F. W. Green exploitent le plus vaste site pré-dynastique découvert en Haute-Égypte290. Par ses Recherches sur les origines de l’Égypte291, de Morgan inaugure dans ce pays l’archéologie préhistorique, et provoque ainsi le grand mouvement d’intérêt et d’étude que suscite la préhistoire au début du xxe siècle, et tout particulièrement entre les deux guerres292. Cependant, en cette fin du xixe siècle, ce sont surtout les archéologues anglais et américains qui consacrent de nombreux travaux à la préhistoire et, même si Émile Amélineau (1850-1915) dégage à Abydos une nécropole de trois cents tombes, dont celles des rois des Ire et IIe dynasties, il doit remettre la concession de fouille à Flinders Petrie, tant son absolue indifférence aux exigences scientifiques scandalise G. Maspero lui-même.

  • 293 J. Sainte-Fare-Garnot, « L’Institut français d’archéologie orientale du Caire », Revue de l’Enseign (...)

229En 1898, Émile Chassinat (1868-1948) prend la direction de l’Institut français d’archéologie orientale, et dispose de la liberté d’organiser le travail scientifique comme il l’entend293. Jusque-là, l’accent avait porté sur les travaux d’érudition pure et leur publication, les Mémoires de la mission archéologique française du Caire comptant déjà trente-deux volumes en 1898.

  • 294 J. Vercoutter, op. cit., introduction.
  • 295 Les Annales du Service des antiquités égyptiennes paraissent pour la première fois en 1900. É. Chas (...)
  • 296 É. Naville, Textes relatifs au mythe d’Horus, recueillis dans le temple d’Edfou, 1870.
  • 297 W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who Was Who in Egyptology, op. cit., p. 61.

230La direction d’É. Chassinat est une période particulièrement brillante : il crée « la meilleure imprimerie orientaliste au monde294 », et développe les publications de l’Institut comme celles du Service des antiquités295. Alors que l’École n’avait jusque-là pas ouvert de chantier, chaque année, de 1898 à 1912, de nouvelles fouilles sont entreprises : sont explorées les nécropoles d’Abou-Roasch et Qatta, d’Assiout et de Meir, de Drah-Aboul-Neggah de vallée avec des antiquités sur les sites gréco-romains du Fayoum et à Teneh. Chassinat lui-même se consacre à Edfou et au temple d’Horus, que Mariette avait fait nettoyer en 1858 et dont É. Naville avait publié les textes en 1870296. Entreprise en 1891 par le marquis de Rochemonteix (1849-1891), la publication complète du temple d’Edfou sera assurée par É. Chassinat, qui, par les quatorze volumes publiés de 1892 à 1934, réalise une œuvre magistrale et un véritable exploit scientifique297. À partir de 1914, des fouilles seront menées sur le tell qui domine la ville et le temple d’Edfou.

231Alors que l’Institut français d’Archéologie orientale s’affirme, dès sa fondation, comme un centre de recherches très actif, aussi bien par les travaux d’érudition que par ceux de terrain, d’autres institutions renforcent en Égypte l’archéologie française.

  • 298 Georges Bénédite (1857-1926), conservateur au Musée du Louvre de 1907 à 1926.
  • 299 Miroirs. Catalogue du musée du Caire, Le Caire, 1907 ; Objets de toilette. Catalogue du musée du Ca (...)
  • 300 G. Bénédite, « La formation du musée égyptien au Louvre », La Revue de l’art ancien et moderne, 192 (...)
  • 301 Ibid.
  • 302 Ibid.

232Au Musée du Louvre, l’entrée de Georges Bénédite298 à la conservation du département égyptien ouvre une ère de rénovation et d’essor des collections. Membre de l’École du Caire en 1887, G. Bénédite, de retour à Paris, rejoindra l’Égypte chaque année pour négocier lui-même l’achat des objets les plus beaux et les plus intéressants. De son entrée au Louvre, date la reprise des achats de monuments égyptiens par le musée : en vingt-sept ans, il acquiert ainsi quelque mille monuments et objets, parmi lesquels le mastaba d’Akhoutotep (Ve dynastie), la colonne de granit du roi Ounas (Ve dynastie), la stèle de Za-Atothis (Ire dynastie), le buste d’Aménophis IV, la statuette de la dame Toui, les vases canopes de Ramsès II, le couteau préhistorique de Djebel el-Arak, ou encore la stèle du roi-serpent. Les nouvelles acquisitions sont analysées et publiées dans les Monuments et Mémoires de la fondation Piot, la Gazette des beaux-arts ou la Revue de l’art ancien et moderne. G. Maspero lui confie le soin du catalogue des monuments civils du musée du Caire299, et, de 1895 à 1913, G. Bénédite se consacre à la présentation et à la mise en valeur des collections dans les salles du Louvre nouvellement restaurées. Quand il s’engage dans cette vaste entreprise, le musée égyptien n’a pas changé d’aspect depuis l’époque de Mariette, et les objets, trop nombreux, s’entassent dans les salles300. G. Bénédite prend le parti d’en retirer un grand nombre en appliquant ce principe : « Pas de mise en valeur de la qualité, sans le sacrifice de la quantité301. » Son plus grand souci est didactique : « Garder hors de la vue des profanes tout ce qui altère la claire vision de l’art ou de la civilisation que l’on se propose de faire connaître302. » Sous son impulsion, le musée égyptien s’agrandit et sa présentation respecte la coupure chronologique entre l’Ancien et le Nouvel Empire. Les objets sont classés par types, en même temps que par époques.

233Sur le terrain, et au cours d’un de ses séjours en Égypte, G. Bénédite tente en 1891 d’ouvrir un chantier du Musée du Louvre à Héliopolis, mais c’est à Médamoud, et en 1925, qu’il obtiendra que l’IFAO fouille avec des crédits du musée. Il réactive ainsi la tradition instaurée par J.-F. Champollion et A. Mariette qui veut que les conservateurs du Louvre prennent part à l’exploration archéologique de l’Égypte.

  • 303 Attaché à la Compagnie universelle du canal de Suez, il fouille à Tell el-Maskouta, en 1908, puis à (...)
  • 304 Les fouilles durent deux ans, de 1904 à 1906.

234Quant à l’Académie des inscriptions et belles-lettres et au ministère de l’Instruction publique, ils s’associent en 1904, en confiant à Charles Clermont-Ganneau une mission qu’il consacre, aidé de Jean Clédat303, à tenter de retrouver à Éléphantine les traces de la colonie juive qui aurait pu produire les papyri en caractères araméens qu’on y a découverts304.

235Si les institutions officielles françaises s’impliquent en Égypte dans des travaux de terrain, les initiatives privées s’y développent aussi. Les sites égyptiens suscitent l’intérêt d’Émile Guimet, industriel fondateur du musée du même nom, qui finance les fouilles d’Antinoë, dirigées par Albert-Jean Gayet (1856-1916). C’est la Société française des fouilles archéologiques, créée en 1904 et présidée par Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles, qui anime ces travaux. Ce chantier bénéficie ainsi d’un mécénat, dont la forme est familière en Grande-Bretagne, celle de la société qui réunit amateurs éclairés et spécialistes, et collecte des fonds qu’elle investit dans des activités archéologiques. La société française s’inspire du modèle fourni par l’Egypt Exploration Fund, l’Archaeological Survey of Egypt ou la Palestinian Exploration Fund, dont la réussite assure à l’archéologie britannique un éclat extraordinaire, et tout particulièrement en Égypte et en Crète.

  • 305 A. Grenier, introduction du Manuel d’archéologie gallo-romaine, Paris, 1936, p. 32.
  • 306 En 1903-1904.
  • 307 Mars-mai 1907.
  • 308 En 1911.
  • 309 Adolphe Joseph Reinach (1887-1914), fils de Joseph Reinach et membre de l’École française d’Athènes (...)
  • 310 Raymond Weill (1874-1950), directeur à l’École pratique des hautes études à partir de 1928, préside (...)

236Le but de la Société française de fouilles archéologiques est « d’entreprendre et d’encourager, par ses subventions, des explorations et des fouilles archéologiques en France, dans ses colonies et pays de protectorat et à l’étranger, ainsi que d’enrichir les musées publics français en leur donnant tous les objets d’art ou autres provenant des fouilles305 ». C’est ainsi que la société finance en France les travaux de La Turbie, des thermes romains du vieil Évreux ou ceux de Saint-Bertrand-de-Comminges. Elle publie les comptes rendus de fouille et un Bulletin. À l’étranger, elle intervient en Espagne, sur le chantier d’A. Engel et G. Bonsor à Carmona306, elle subventionne la mission des R. P. Jaussen et Savignac en Arabie307 ou celle du R. P. Jerphanion en Cappadoce308. En Égypte, le site de Koptos est exploré en son nom par Adolphe Reinach309 et Raymond Weill310, qui déplace le chantier à Zaouiet el-Maïetin en 1913. La société contribue encore, par l’attribution d’une subvention de cinq mille francs à l’IFAO, à la fouille des nécropoles thébaines.

237À la veille de la Première Guerre mondiale, l’égyptologie française a poursuivi la trajectoire ascendante qu’E. de Rougé et A. Mariette lui ont imprimée à partir de 1850. G. Maspero, en créant l’Institut français d’archéologie orientale, permet le développement conjoint de l’archéologie de terrain et de l’érudition. En France, l’École pratique des hautes études et celle du Louvre, le Collège de France, dispensent l’enseignement de l’égyptologie : G. Maspero joue un rôle décisif dans la formation d’une véritable « école égyptologique française ». Le Service des antiquités, dirigé par des Français jusqu’à la proclamation de la République égyptienne, organise la recherche internationale en étroite liaison avec l’Institut d’archéologie orientale.

238Dès avant 1914, l’Égypte offre, pour l’archéologie, le modèle d’une collaboration entre nations, que les circonstances politiques d’après 1918 imposeront pour le Proche-Orient.

239Si les fouilles de Botta et de Place à Khorsabad, celles de Sarzec à Tello et la mission de Renan avaient suscité l’intérêt des savants pour la Mésopotamie et la Phénicie, les pouvoirs publics n’avaient cependant pas jugé nécessaire la création dans ces régions d’institutions semblables à celles que la France avait implantées en Grèce, en Italie, en Espagne et en Égypte. La seule instance française officielle présente au Proche-Orient est la Délégation en Perse, sur laquelle se concentrent la plus grande part des crédits.

  • 311 È. et J. Gran-Aymerich, « Jane Dieulafoy », Archéologia, n° 189, avril 1984, p. 77-81 ; id., Jane D (...)

240La première mission française à Suse est conduite, en 1884-1886, par Marcel et Jane Dieulafoy, et vaut au Musée du Louvre la première collection d’antiquités susianes, dont les célèbres frises des Archers et des Lions, ainsi que le chapiteau aux protomés de taureau adossés311. Les Dieulafoy avaient en outre gagné à la France un site que la Grande-Bretagne convoitait, que H. Layard avait visité en 1842 et K. Loftus prospecté en 1851.

241Au sein du gouvernement français, le ministre de l’Instruction publique, M. Goblet, et ceux des Affaires étrangères, M. de Freycinet, puis M. Flourens, sont convaincus qu’il faut maintenir la présence française à Suse le chantier archéologique concourt prestige de la France en Perse, et favorise nos intérêts économiques et politiques dans cette région, sur la route de l’Inde et près du golfe Persique, où l’Angleterre exerce sa suprématie. Par la Susiane et le pays bakhtyari, nos produits industriels pourraient trouver un débouché et concurrencer le commerce anglais dans le sud de la Perse.

242Dès 1886, on envisage une nouvelle mission des Dieulafoy en Perse. En 1888, il est déjà question que le gouvernement français achète le site. La Grande-Bretagne envoie quant à elle des missionnaires, Mr et Mrs Bent, chargés par le British Museum de l’exploration archéologique de la Susiane, qui obtiennent l’autorisation de fouiller à Takhté Soleiman, pour déterminer l’emplacement d’Ecbatane. Un accord passé avec les représentants du gouvernement anglais conserve Suse à la France.

243Les négociations avec l’Iran pour obtenir l’exclusivité des fouilles à Suse durent jusqu’en 1895, date à laquelle une première convention est signée, renouvelée et complétée par des accords plus favorables qui garantissent finalement à la France le monopole des recherches archéologiques en Perse, le droit à la totalité des objets trouvés à Suse, et divers avantages douaniers. Cependant, lorsqu’en 1897 est créée la Délégation française en Perse, et que les travaux reprennent sur le site de la capitale élamite, ce ne sont pas les Dieulafoy qui en prennent la direction, mais Jacques de Morgan.

244Avant d’assurer en 1892 la direction par intérim du Service des antiquités d’Égypte, J. de Morgan avait été chargé, par le ministère de l’Instruction publique, d’une mission en Perse, qu’il parcourt du nord au sud, de 1889 à 1891. Alors que des difficultés de toutes sortes s’opposent à la poursuite du chantier de Suse par les Dieulafoy, J. de Morgan, qui s’est déjà fait connaître par de nombreux articles scientifiques sur la géologie, la préhistoire, la linguistique, apparaît comme l’homme de la situation.

  • 312 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Paris, 1946 ; R. Boucharlat, « A History of the Déléga (...)

245Nommé délégué général en 1897, J. de Morgan se rend à Suse en possession de crédits considérables, alloués par les Chambres : il dispose de cent trente mille francs or annuels, et de cent mille francs pour l’achat de matériel. La mission archéologique de Suse est la première à émarger au budget et à bénéficier de sommes aussi importantes312.

  • 313 J. de Morgan attache à la Délégation des jeunes gens appelés à prendre la relève : ainsi, en 1902, (...)
  • 314 Cf. È. Gran-Aymerich, « Archéologie et politique française en Iran. Convergences et contradictions  (...)

246À la tête d’une forte équipe constituée de spécialistes confirmés313, J. de Morgan entame en décembre 1897 des travaux de très grande envergure, qui se poursuivront au-delà de sa démission en 1912. À partir de 1904 en effet, J. de Morgan est mis en demeure de justifier ses dépenses sur le site de Suse. L’affaire fait grand bruit et le président du Conseil lui-même, G. Clemenceau, doit intervenir : après s’être rendu au Louvre, où on lui présente le produit des fouilles de Suse, il affirme son soutien au chef de la Délégation, qui doit cependant démissionner et transmettre la direction des travaux au R. P. Vincent Scheil et à Robert de Mecquenem314.

  • 315 A. Parrot, op. cit., t. I.

247Avant même de commencer à sonder les tells de Suse, J. de Morgan a la certitude que la cité achéménide fouillée par les Dieulafoy n’est que l’une des étapes du site où, lors de sa prospection de 1891, il a relevé des silex taillés et de la céramique non tournée, qui l’ont convaincu de la très haute antiquité de Suse. Quand il s’établit sur les tells, J. de Morgan a le projet de remonter le temps jusqu’au sol vierge. Non seulement l’ouverture du chantier de Suse « marque une date dans l’histoire des entreprises de longue durée dont elle constitue le premier essai315 », mais elle correspond aussi à l’une des premières tentatives de chantier stratigraphique au Proche-Orient.

  • 316 J. de Morgan, sur les couches profondes de l’acropole de Suse », Mémoires de la mission archéologiq (...)
  • 317 Ibid.
  • 318 E. Pottier, « Sur les vases peints de l’Acropole de Suse », Mémoires de la Délégation en Perse, XII (...)

248Après des sondages préliminaires destinés à confirmer l’existence de la céramique peinte trouvée en surface, J. de Morgan décide « d’exploiter dans son entier » le tell de l’Acropole316. En 1907-1908, les niveaux inférieurs sont atteints et la fouille poussée jusqu’au sol vierge, dans l’espoir, déçu, d’atteindre une industrie néolithique. Après avoir découvert la civilisation de Négada et la préhistoire égyptienne, J. de Morgan révélait la « préhistoire » élamite, et se trouvait donc connaître « les plus anciens produits céramiques du monde317 ». Il confie l’étude de la céramique peinte de Suse à Edmond Pottier, dont la contribution à la céramologie proche-orientale se situe dans la perspective de l’histoire générale de la céramique antique318, et confirme la vision unitaire du monde méditerranéen antique que les archéologues avaient alors.

  • 319 J. de Morgan, op. cit., 1912.

249Tandis que J. de Morgan cherche « les liens possibles entre les deux civilisations de la vallée du Nil et des “pays chaldéo-élamites”, et entrevoit une parenté entre les arts primitifs et ceux qui se développèrent plus tard avec tant d’éclat dans la Méditerranée319 », E. Pottier, quant à lui, s’insurge contre la thèse selon laquelle la céramique de Suse serait la source unique de la céramique répandue dans toute la Méditerranée.

  • 320 V. Scheil, « Textes élamites sémitiques (code de Hammourabi) », Mémoires de la Délégation en Perse, (...)

250Les fouilles de Suse enrichissent considérablement le département des antiquités orientales du Louvre : de nombreux monuments babyloniens sont retrouvés, parmi lesquels la fameuse stèle de Naram-Sin et le code de Hammourabi, dont le père Vincent Scheil donne la transcription et la traduction en une publication magistrale dans la série des Mémoires de la Délégation en Perse, ouverte dès 1900320. Après 1912 et la démission de J. de Morgan, la Délégation passe sous la direction conjointe de V. Scheil et R. de Mecquenem. La Première Guerre mondiale interrompt les travaux qui reprendront dès 1920.

  • 321 A. Parrot, op. cit., t. I, p. 170.

251Suse, où la France prend l’initiative d’ouvrir un chantier permanent et pourvu de crédits considérables, figure en bonne place dans la revue de l’archéologie mésopotamienne dressée par A. Parrot : en effet « la capitale de l’Élam fut toujours, par sa civilisation comme par son histoire, étroitement solidaire du pays des deux fleuves321 ». L’ambitieuse entreprise française à Suse n’a d’équivalent que l’exploration de Babylone conduite par R. Koldewey, de 1899 à 1917, avec l’intention affirmée d’épuiser le site. Ces deux chantiers ouvrent une nouvelle ère de la recherche archéologique au Proche-Orient.

252En cette extrême fin du xixe siècle, les archéologues allemands, inévitables en Italie, en Grèce et en Espagne, ne s’étaient guère impliqués en Orient, où ils avaient laissé le champ libre aux Anglais et aux Français. À partir de 1898, la politique orientale de Guillaume II entraîne une conversion de l’archéologie allemande, qui se porte en Égypte et en Mésopotamie. À cette époque, les grandes puissances européennes se disputent les avantages économiques dispensés par un gouvernement ottoman au bord de la faillite, et, dans un Proche-Orient jusque-là soumis à l’influence prépondérante de la Grande-Bretagne et de la France, l’empereur allemand s’efforce de gagner les bonnes grâces des populations indigènes : il se rend en Irak en 1898, et lance le projet du Bagdadbahn, chemin de fer qui doit relier Bagdad à Bassora et ouvrir à son pays la route des Indes.

133. Vincent Scheil (1858-1940). Portrait réalisé à l’École pratique des hautes études (Sorbonne) et conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

134. Robert Koldewey (1855-1925). Portrait en frontispice de Das wieder erstehende Babylon, Leipzig, 1925. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

135. Babylone. R. Koldewey, Das wieder erstehende Babylon, Leipzig, 1925, p. 27. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

253C’est en 1898 aussi, et cette coïncidence ne saurait être fortuite, qu’est fondée la Deutsche Orient Gesellschaft, dont les initiatives se développent à la fois en Égypte et au Proche-Orient, et en particulier à Babylone.

  • 322 Cf. S. Lloyd, Foundations in the Dust, op. cit. J. Bottéro et M. J. Stève, Il était une fois Mésopo (...)

254Robert Koldewey (1855-1925), à qui est remise la direction du chantier de Babylone et qui la conservera jusqu’en 1917, a visité le site en compagnie d’Eduard Sachau au cours d’un voyage de prospection en Mésopotamie effectué en 1896-1898. Il s’établit à Babylone avec une équipe nombreuse où dominent les architectes, parmi lesquels W. Andrae, J. Jordan et A. Nöldecke, formés par lui, dirigeront à leur tour d’importants chantiers. Des préoccupations tout à fait nouvelles animent R. Koldewey322 : il se fixe pour but l’examen minutieux de l’architecture, la restitution de l’organisation sociale de la cité et la mise en évidence de la stratigraphie des tells mésopotamiens. À la fermeture du chantier en 1917, ces objectifs ont été atteints grâce à des méthodes rigoureuses, que les archéologues allemands sont les premiers à introduire au Proche-Orient.

255Pour les fouilles à Babylone, les Allemands procèdent par dégagements horizontaux et mettent au point la technique de déblaiement des murs en brique crue, qui sera adoptée sur tous les chantiers par la suite. L’examen minutieux des vestiges architecturaux permet la reconstitution du système défensif et des portes monumentales de la ville, le dégagement de la voie des processions et des principaux monuments. Les briques émaillées, qui ornaient la porte d’Ishtar et gisaient dispersées sur le sol au milieu des ruines, sont relevées et rangées dans six cent quarante-neuf caisses qui n’atteindront Berlin qu’en 1927. Elles seront alors insérées dans la reconstitution, dont Koldewey dirige la mise en place, au sein de l’ensemble architectural du Pergamonmuseum à Berlin.

  • 323 Walter Andrae (1875-1956), directeur du Vorderasiatischen Museum de Berlin.
  • 324 A. Parrot, op. cit., t. I.

256Babylone n’est pas le seul site où les archélogues d’Outre-Rhin éprouvent leurs méthodes : de 1902 à 1914, Walter Andrae323 dirige les travaux à Qalaat-Shergat, l’ancienne Assur. Formé par Koldewey, il porte à leur perfection les techniques appliquées à Babylone et conduit la fouille stratigraphique exhaustive du temple d’Ishtar : il reconstitue une suite ininterrompue de douze temples, depuis le sanctuaire archaïque primitif. Chaque phase de fouilles s’accompagne du nettoyage, de la photographie et du relevé de chaque état, avant de passer au précédent. Il est incontestable que les travaux de Koldewey fournissent une illustration parfaite de la méthode stratigraphique que J. de Morgan avait, certes, mise en œuvre à Suse, mais selon une conception beaucoup trop mécanique qui faisait obstacle à la lecture des vestiges. Quant à Flinders Petrie, il avait procédé à la première exploration stratigraphique jamais réalisée au Proche-Orient : ses travaux à Tell el-Hesy en 1891 marquent un tournant dans l’histoire de l’archéologie orientale. Il n’en reste pas moins vrai qu’avant 1914, W. Andrae à Qalaat-Shergat se montre « un étonnant précurseur324 », offrant l’exemple parfait d’une fouille scientifique et faisant la brillante démonstration du bénéfice qui en résulte pour la connaissance de l’ancienne Mésopotamie.

257Alors qu’à Tello, Ernest de Sarzec, puis le capitaine Cros, poursuivent l’exploration de la cité sumérienne, et que R. Koldewey se rend dans le Sud mésopotamien pour une mission de prospection méthodique, les Anglais restent fidèles à Ninive jusqu’en 1914.

  • 325 Karl Bezold (1859-1922), assyriologue allemand, auteur du Catalogue of Cuneiform Tablets in the Kuy (...)
  • 326 L. W. King (1869-1919), assistant au département assyrien et égyptien du British Museum.

258En effet, en 1884, Alfred Wallis Budge (1857-1934), émissaire du British Museum, s’était rendu en Mésopotamie pour tenter de mettre fin au pillage des anciens chantiers anglais, et avait obtenu la permission de reprendre les travaux à Ninive. Il s’agissait de compléter la collection des textes, en vue du catalogue projeté par Henry Rawlinson et confié à Karl Bezold325. Le chantier de Ninive est dirigé par L. W. King326 puis, en 1904, par Robert Campbell Thompson (1876-1941), qui procède au déblaiement scientifique des ruines. Fermé en 1905, le chantier de Ninive sera réouvert en 1927, par le même R. Campbell Thomson.

  • 327 H. C. Rawlinson, Cuneiform Inscriptions of Western Asia, Londres, 5 vol., 1860 à 1884.
  • 328 Cuneiform Texts from Babylonian Tablets... in the British Museum, Londres, le premier volume date d (...)

259Jusqu’en 1914, la Grande-Bretagne n’a pas d’autres chantiers en Mésopotamie, car tous les efforts sont concentrés sur la mise en valeur des collections du Bristish Museum, et la publication des tablettes cunéiformes. H. Rawlinson, G. Smith, T. G. Pinches et P. Norris avaient, en 1884, mis au point le dernier volume des Cuneiform Inscriptions of Western Asia327 et réalisé une œuvre monumentale. A. W. Budge, devenu en 1894 conservateur du département égyptien et assyrien au British Museum, décide de publier un nouveau corpus des tablettes babyloniennes328, auquel collabore une nouvelle génération d’assyriologues.

260C’est en haute Syrie, en pays hittite, que les Anglais ouvrent un chantier à Karkemish, au bord de l’Euphrate, à proximité du chantier du Bagdadbahn, alors que les Allemands entament des travaux à la même époque à Tell Halaf, aux sources du Khabur. Les rivalités politiques et économiques expliquent l’intérêt que suscite l’archéologie de cette région dès la fin du xixe siècle. En effet, la Grande-Bretagne ne saurait laisser la voie libre aux ambitions affichées par Guillaume II d’ouvrir pour son pays une voie commerciale vers les Indes par l’Irak.

261Attaché en 1896 aux services diplomatiques allemands d’Égypte, le baron Max von Oppenheim (1860-1946) avait, en 1899, effectué un voyage d’exploration de la Méditerranée au Golfe Persique afin de reconnaître le tracé du futur Bagdadbahn. Des Bédouins l’informent de l’existence de reliefs trouvés à Tell Halaf, où il se fait conduire ; il y revient en 1911, pour ouvrir un chantier, auquel la Grande Guerre met provisoirement fin en 1914. Oppenheim reprendra les travaux à Tell Halaf en 1927, mais c’est à l’anglais Max E. L. Mallowan que reviendra le mérite de révéler la très haute antiquité du site.

  • 329 Thomas Edward Lawrence (1888-1935), officier et archéologue britannique connu comme le fameux « Law (...)
  • 330 Sir Charles Leonard Woolley (1880-1960), capitaine de l’Intelligence Service en Égypte, dirige le c (...)

262À Karkemish, le British Museum avait, en 1878, chargé P. Henderson, consul à Alep, de recueillir les reliefs qui y abondaient. En 1908, David G. Hogarth (1862-1927) accomplit, pour le musée britannique, une mission de prospection qui aboutit à l’ouverture d’un chantier en 1911 ; l’équipe, dirigée d’abord par Hogarth, est composée de T. E. Lawrence329, de C. L. Woolley330 et de R. Campbell Thompson, ce dernier succédant à D. G. Hogarth à la direction des travaux. C. L. Woolley est chargé de la dernière campagne en 1914, et rouvrira le chantier en 1920, tandis que le colonel T. E. Lawrence poursuivra, à partir de 1914, la prodigieuse carrière politico-militaire que l’on sait.

  • 331 Les travaux sont dirigés par Ernst Hertzfeld et révèlent la céramique protohistorique qui, comme ce (...)
  • 332 Le chantier est dirigé par Julius Jordan, qui avait appartenu à l’expédition de R. Koldewey à Babyl (...)
  • 333 En 1888 est créée la Babylonian Exploration Fund et montée la Wolfe Expedition, dont les membres di (...)

263Dans la même période, de 1912 à 1914, les archéologues allemands s’installent encore à Samarra331, dans la vallée du Tigre au nord de Bagdad, et à Warka dans le Sud mésopotamien332. Malgré une entrée tardive sur la scène proche-orientale, l’Allemagne occupe indiscutablement une situation privilégiée en 1914 : sur six grands chantiers, elle en possède quatre, alors que l’Angleterre et la France connaissent un certain effacement, et que les États-Unis, pour leurs premières entreprises, essuient des semi-échecs333.

  • 334 « De 35 000 à 40 000 tablettes furent jetées sur le marché de Bagdad et de Bassora » : A. Parrot, o (...)

264À Tello, où les découvertes d’Ernest de Sarzec avaient révélé les Sumériens et contribué à la création du département des Antiquités orientales au Louvre, les travaux se poursuivent jusqu’à la mort du consul en 1901, sont repris en 1903 par le capitaine Cros, puis interrompus en 1909. En 1883, E. de Sarzec avait été nommé consul à Bagdad et investi d’une mission scientifique, mais les fouilles à Tello n’avaient pu reprendre qu’en 1888, à l’issue de délicates négociations avec Hamdi Bey, directeur du musée de Constantinople, le gouvernement ottoman ayant édicté de nouveaux règlements, plus restrictifs, sur les antiquités. Puis, E. de Sarzec ayant été affecté à la légation française de Batavia, les travaux de Tello furent interrompus jusqu’en 1893 et le site, laissé sans surveillance, « fut alors mis en coupe réglée », les clandestins récupérant, pour les mettre sur le marché, des antiquités et des milliers de tablettes inscrites334. En 1894, E. de Sarzec regagne Bassora et reprend les travaux : le tell désigné par la lettre V est dégagé et fournit en une seule saison de fouilles plus de trente mille tablettes inscrites. Les pillards, cependant, avaient profité de l’interruption du chantier pour vider un second gisement tout proche et tout aussi riche.

  • 335 François Thureau-Dangin (1872-1944), épigraphiste français chargé de la lecture des textes de Tello (...)

265Entre 1895 et 1898, de Sarzec, malade, sollicite un congé et suspend ses travaux à Tello. Cette période est occupée par les négociations de Paul Cambon, ambassadeur de France auprès de la Porte, pour obtenir les monuments découverts pendant les fouilles françaises : il acquiert la masse d’armes de Mesilim, les bas-reliefs généalogiques d’Ur-Nanshe, les fragments de la stèle des Vautours et le vase d’Entéména. Une mission de Léon Heuzey et de François Thureau-Dangin335 à Constantinople permet d’obtenir pour le Louvre quelques-unes des tablettes mises au jour en 1894 et 1895.

136. Tello (Chaldée), le bassin sous le palais. E. de Sarzec, Découvertes en Chaldée par E. de Sarzec, publié par les soins de Léon Heuzey, Paris, Ernest Leroux éditeur, 1884-1912, pl. 61 bis. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 336 Au début de 1929, l’abbé H. de Genouillac rouvre le chantier de Tello, abandonné aux clandestins de (...)

266Les dernières campagnes d’E. de Sarzec ont lieu en 1898 et 1900. Il poursuit le dégagement du dépôt de tablettes du tell V et, sur le tell K, procède à un sondage en profondeur et « sans s’en douter [...] franchit les bornes de l’histoire, pénétrant très avant dans cette protohistoire que, trente ans plus tard, l’abbé de Genouillac reconnaît définitivement336 ».

  • 337 F. Thureau-Dangin, Inscriptions de Sumer et d’Akad, Paris, 1905.
  • 338 E. de Sarzec et L. Heuzey, Découvertes en Chaldée, Paris, 1884-1912.

267Même si le consul de Sarzec a fouillé Tello sans méthode archéologique et a fait prévaloir le souci des trouvailles sur celui de dégager les monuments de façon à comprendre le site, les objets et les tablettes inscrites découverts permirent l’essor de l’assyriologie : une équipe d’épigraphistes, dirigée par Jules Oppert, se consacre aux inscriptions de Tello, que François Thureau-Dangin publie337. L. Heuzey, conservateur du Département des antiquités orientales du Louvre, qui, dès la première heure, avait soutenu les travaux de Tello, assure l’étude et la publication des découvertes338. Après la mort d’E. de Sarzec et l’abandon du chantier, les clandestins reprirent leur trafic de tablettes inscrites. L. Heuzey, convaincu qu’une fouille systématique était nécessaire, obtient que le capitaine Gaston Cros assume la succession d’E. de Sarzec à Tello, et quatre campagnes seront menées de 1903 à 1909. Les fouilles se font alors plus méthodiques, les observations sur l’architecture sont plus précises et l’on tient un plus grand compte des données archéologiques ; mais G. Cros ayant choisi ensuite de rejoindre l’Algérie pour y poursuivre sa carrière militaire, il renonce à continuer l’exploration : le chantier est ainsi fermé en 1909, et ne sera rouvert qu’en 1929.

268À Tello, comme à Khorsabad, les travaux sont menés de façon discontinue et sont dirigés par un consul qui, pour être passionné et entièrement dévoué à la tâche entreprise, n’en ignore pas moins tout des méthodes scientifiques, qu’archéologues allemands et anglais appliquent sur leurs chantiers. Le partage entre l’archéologie de terrain, assumée par un « amateur » et l’étude des objets et des inscriptions, prise en charge par des savants autorisés, L. Heuzey et F. Thureau-Dangin, est une survivance d’un passé en voie d’extinction. En revanche, la Délégation française en Perse, dirigée par Jacques de Morgan, marque l’avènement des missions de longue durée, pourvues de crédits importants, dirigées par un archéologue, exécutées par des équipes de « spécialistes », qui assument à la fois les travaux de terrain, l’étude du site que l’on dégage avec le souci de le comprendre, et celle des monuments, objets et inscriptions qui permet les conclusions d’ordre archéologique et historique.

269En Mésopotamie, la France s’honore de deux découvertes fondamentales, celle de Khorsabad qui donne naissance à l’assyriologie et celle de Tello où sont révélés les Sumériens, mais, à la veille de la Première Guerre mondiale, Suse est passée au premier plan des préoccupations des hommes politiques, et mobilise la plus grande part des crédits consacrés à l’archéologie française au Proche-Orient. En 1914, c’est incontestablement l’Allemagne qui domine en Mésopotamie et y inaugure l’ère de l’archéologie scientifique.

  • 339 Père Vincent Scheil (1858-1940), directeur à l’École pratique des hautes études ; « Une saison de f (...)

270En dehors de Tello, deux autres sites sont explorés par des Français : à Abu-Haba, l’ancienne Sippar au sud de Bagdad, Vincent Scheil, ancien membre de l’Institut du Caire339, est appelé par Hamdi Bey, directeur du musée de Constantinople, et fouille en 1893-1894. À El-Oheimir à l’est de Babylone, identifié en 1873 avec Kish par G. Smith, les clandestins avaient, entre 1905 et 1910, extrait de très nombreuses tablettes inscrites, qui incitèrent l’abbé Henri de Genouillac (1881-1940) à y ouvrir un chantier. Investi d’une mission du ministère de l’Instruction publique, et accompagné d’un architecte, il fouille de janvier à avril 1912. Le projet de poursuivre les travaux fut ruiné par la déclaration de la guerre.

  • 340 La Palestine Exploration Fund, créée à Londres en 1865, et les sociétés allemandes de Cologne et Le (...)

271Alors qu’en Mésopotamie et en Perse, l’application de méthodes de fouille de plus en plus rigoureuses, et en particulier l’adoption du principe stratigraphique, permettait de dévoiler les périodes protohistoriques et préhistoriques, en Palestine, où le duc de Luynes et Édouard Lartet avaient dès 1872 défendu l’existence de la préhistoire, on assiste avant 1914 à un spectaculaire essor de l’archéologie. Depuis 1845 et la création de la Deutsche Morgenländergesellschaft de Leipzig, la Palestine avait fait l’objet de nombreuses explorations et recherches, conduites par les membres des sociétés anglaises et allemandes340.

  • 341 Pour l’histoire de l’archéologie en Palestine, cf. en particulier L. H. Vincent, Canaan d’après l’e (...)

272C’est cependant à partir de 1890 que se développe l’archéologie de terrain, que se multiplient les chantiers et que la préhistoire palestinienne est enfin admise341. En 1890 précisément, Flinders Petrie, qui avait inauguré en Égypte une fouille archéologique scientifique, intervient à la demande de la Palestine Exploration Fund, sur le site de Tell el-Hesy : il est le premier à procéder à la fouille stratigraphique d’un tell palestinien, et il montre que cette technique archéologique permet de reconstituer la chronologie du site. Flinders Petrie fonde la fouille d’un tell sur le principe que les couches inférieures sont les plus anciennes, et que les objets se répartissent chronologiquement selon le même principe ; les tessons de céramique deviennent ainsi des indicateurs chronologiques, des « Leitfossil ».

273À partir de 1891, l’américian Frederic J. Bliss (1859-1937) succède à Flinders Petrie et mène des fouilles méthodiques, divisant un tiers du tell à étudier en carrés de dix pieds et observant l’agencement des couches. La méthode stratigraphique ne sera cependant définitivement mise au point en Palestine qu’en 1952, lorsque miss Kathleen M. Kenyon entreprendra la fouille de Tell es-Sultan, l’ancienne Jéricho.

  • 342 Tell Zakariya, Tell Djedeideh, Tell Sandahannah, Tell es-Safy.

274Par ailleurs, la Palestine Exploration Fund subventionne des fouilles à Jérusalem, placées entre 1894 et 1897 sous la direction du même F. J. Bliss, secondé par un architecte. Parallèlement, la société londonienne fait procéder à une série de fouilles dans plusieurs tells de Palestine occidentale342, en relation avec Tell el-Hesy et en vue d’une synthèse sur le développement de l’art dans cette région : Bliss peut ainsi reconstituer l’évolution de la céramique sud-palestinienne.

  • 343 De 1902 1905, puis de 1907 à 1909.
  • 344 En 1899, au nom de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

275L’anthropologue R. A. S. Macalister fouille pour la Palestine Exploration Fund à Tell Djeser343, site que C. Clermont-Ganneau avait identifié avec Gezer, et où le R. P. Lagrange avait procédé à un relevé topographique344. Macalister procède à l’exploration complète du tell et ne se contente pas de sondages ou de déblaiements partiels.

276Les États-Unis, alors même qu’ils lancent des opérations archéologiques en Égypte et en Mésopotamie, portent à la Palestine un égal intérêt, suscité, comme en Grande-Bretagne, par le poids de la tradition biblique dans les pays anglo-saxons. L’American School of Oriental Research est fondée à Jérusalem en 1901 et, en 1902, l’université de Princeton organise une expédition en Syrie.

  • 345 George Andrew Reisner (1867-1942), égyptologue, conservateur du département égyptien au Museum of F (...)
  • 346 Cf. Helga Weypert, Vorderasien II. Band I., Palästina in vorhellenistischer Zeit, 1988 : U. Haussma (...)

277Dans l’ancienne ville de Samarie, George A. Reisner345 et Clarence S. Fischer (1876-1941), pour l’université de Harvard, ouvrent un chantier en 1908 et inventent une nouvelle méthode d’observation stratigraphique, reposant sur la distinction des couches géologiques et culturelles, et la datation relative des murs par la « Locus-to-Stratum Method » : une couche se caractérise par un certain nombre de « loci », points choisis dans la couche, et mis en rapport avec une céramique contemporaine346.

  • 347 De 1903 1908.
  • 348 De 1898 à 1903 à Tell Ta’annak, et de 1907 à 1909 pour Jéricho.

278Les travaux organisés par les Anglo-Saxons stimulent l’activité des archéologues allemands et autrichiens : G. Schumacher et C. Watzinger entreprennent des fouilles à Tell el-Mutesellin, l’ancienne Megiddo347, et, associés à E. Sellin, ils explorent, pour l’Académie des sciences de Vienne et les Deutsche Orient Gesellschaft et Deutsche Verein zur Erforschung Palästinas, Tell Ta’annak et Tell es-Sultan (Jéricho)348. Ensemble, ils appliquent des méthodes d’architectes, exécutant plans, coupes et relevés d’une précision remarquable.

  • 349 H. Laurens, Lawrence en Arabie, op. cit., p. 27.

279En Palestine, où avant 1914 les grandes puissances européennes préparent le partage des dépouilles de l’Empire ottoman, les activités archéologiques, lancées dès le mileu du xixe siècle par les sociétés anglaises et allemandes désireuses de mieux connaître les pays bibliques, s’intensifient et illustrent parfois la rivalité politique de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. L’archéologie et ses praticiens sont mis au service d’intérêts économiques et politiques : les chantiers de Karkemish et de Tell Halaf sont étroitement liés à celui du Bagdadbahn, et T. E. Lawrence, C. L. Woolley et M. von Oppenheim accomplissent une double mission, d’archéologues et d’agents de renseignements. Les deux premiers seront d’ailleurs chargés, en 1914, par la Palestine Exploration Fund, d’une mission à la frontière de l’Égypte et de la Palestine, le but scientifique affiché dissimulant à peine les préoccupations militaires349.

  • 350 Id., L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993.

280À la veille de la Première Guerre mondiale, la tension est vive entre la Grande-Bretagne, fermement installée au bord du Nil, et la Sublime Porte, qui a passé alliance avec l’Allemagne et constitue, en Palestine, une menace pour l’« Égypte anglaise ». À cette époque, où l’Allemagne affirme ses ambitions sur le Proche-Orient, elle ouvre de nombreux chantiers archéologiques en Mésopotamie et en Palestine. Son alliance avec les Ottomans constitue une menace pour l’Angleterre et la France qui, oubliant leur longue rivalité dans ces régions, se prêtent concours et, en 1912, passent un accord par lequel la France obtient la primauté d’influence sur la Syrie, la Grande-Bretagne se réservant la Palestine350.

281Dès avant 1914, se dessine donc le partage qui, après la victoire des Alliés en 1918, prévaudra au Proche-Orient, Syrie et Liban sous protectorat français, et Irak et Palestine soumis à l’administration britannique.

282Avant la Première Guerre mondiale, l’archéologie française, puissante en Perse grâce au chantier de Suse, n’occupe en Mésopotamie, en Palestine et au Levant qu’une place assez modeste. F. de Saulcy, E. Renan, le marquis de Vogüé et C. Clermont-Ganneau étaient d’illustres pionniers dont les travaux, pour remarquables qu’ils fussent, n’eurent pas de prolongements sur le terrain. Faute de sociétés françaises capables, comme la Palestine Exploration Fund ou les sociétés allemandes, d’organiser et de financer des recherches et des chantiers, l’archéologie française ne connaît pas au Proche-Orient un développement aussi remarquable qu’en Grèce, en Italie, en Afrique du Nord ou en Égypte. Il aurait fallu créer en Orient des « écoles », dont celle d’Athènes avait fourni le modèle pour Rome et Le Caire.

  • 351 Pour l’histoire de l’École biblique de Jérusalem, voir : Commémoration du centenaire de l’École bib (...)
  • 352 Révérend Père Marie-Joseph Lagrange (1865-1938), premier directeur de l’École de Jérusalem, prononc (...)

283Fulgence Fresnel, chef de la mission de 1855 en Mésopotamie, nourrissait le projet d’une telle «mission permanente » française à Bagdad. Pour la Terre sainte, le marquis de Vogüé, depuis son exploration de la Syrie et de la Palestine en 1853-1854, et C. Clermont-Ganneau réclamaient la création d’une institution, qui permettrait de développer l’archéologie de terrain. Devenu ambassadeur à Constantinople, le marquis de Vogüé y rencontre en 1871 le père V. Ligiez, assistant du maître de l’ordre des Dominicains351, et tous deux élaborent le projet d’une école d’études bibliques en Terre sainte. Cependant, ce n’est qu’en 1884 qu’est inaugurée, à Jérusalem, la maison Saint-Étienne, où le père M.-J. Lagrange352 crée une « École pratique d’études bibliques » inspirée de l’École pratique des hautes études de Victor Duruy.

284Dès 1890, l’enseignement y est organisé, le père Lagrange assurant les cours sur l’Ancien Testament, l’hébreu et l’assyriologie ; le père Séjourné se voit confier ceux sur le Nouveau Testament et dispense une formation en topographie et géographie. Le père Doumeth enseigne l’arabe et l’abbé Heydet se charge de l’organisation des voyages d’exploration.

285La Revue biblique, créée en 1892, assure la diffusion des recherches. Alors qu’en dehors du marquis de Vogüé et de C. Clermont-Ganneau, les orientalistes français n’avaient guère porté d’intérêt à la Bible et à l’archéologie de la Palestine, l’« École pratique » de Jérusalem entend mettre au service de l’exégèse biblique les recherches archéologiques et épigraphiques, et mobilise l’assyriologie et l’égyptologie. Le père Lagrange fonde une véritable « école », qui développe la méthode critique et historique, et instaure avec l’Académie des inscriptions et belles-lettres des rapports de collaboration : ainsi, dès 1897, l’exploration épigraphique de Pétra est-elle organisée conjointement par l’Académie et les dominicains de Jérusalem.

  • 353 R. P. Paul-Édouard Dhorme (1881-1966). Dominicain, exégète et assyriologue, directeur à l’École pra (...)
  • 354 En 1907.
  • 355 Le père Raphaël Savignac fouille en 1937 avec R. Guérin de Vaux, directeur de l’École biblique et a (...)

286Le P. Lagrange réserve à l’archéologie une place privilégiée, mais, faute de crédits suffisants, il ne peut lancer l’École de Jérusalem dans des chantiers archéologiques semblables à ceux que les Anglo-Saxons et les Allemands ont ouverts en Palestine. Alors que le père Paul-Édouard Dhorme353 publie un choix de textes religieux assyro-babyloniens et donne la première traduction de l’Épopée de Gilgamesh354, les membres de l’École de Jérusalem multiplient les explorations épigraphiques et archéologiques : les pères A. Jaussen et R. Savignac se rendent au Néguev en 1899, puis en Arabie du Nord et en Transjordanie en 1907 et 1912, et accomplissent en 1914 une mission épigraphique à Palmyre. À Jérusalem même, les pères Félix-M. Abel (1878-1952), Louis-Hugues Vincent (1872-1960) et Raphaël Savignac355 relèvent les monuments de l’ancienne ville pour élucider l’histoire de leur construction.

  • 356 Duc H. d’Albert de Luynes, Voyage d’exploration à la mer Morte, Paris, 1864, t. III; Louis Lartet, (...)
  • 357 Revue biblique, 1897, p. 439-449.
  • 358 À Tell el-Hesy, en 1890.

287La préhistoire de la Palestine, dont le duc de Luynes et Louis Lartet avaient retrouvé des traces lors de leur expédition de 1864356, est progressivement admise à partir de 1890. Les travaux du père Germer-Durand (1845-1917), premier supérieur de l’Hôtellerie de Notre-Dame de France à Jérusalem, contribuent grandement aux progrès qui s’accomplissent en ce domaine. Il réunit à Jérusalem un musée palestinien, dont une section est réservée à la préhistoire, et, lors d’une conférence à l’École biblique, reconstitue un réseau de gisements de silex taillés, pour lesquels il propose un classement typologique et chronologique357. Au XIe congrès des orientalistes, tenu à Paris en 1897, il consacre sa communication à l’« âge de pierre en Palestine » : la « bataille de la préhistoire » est définitivement gagnée en Palestine, alors même que les fouilles méthodiques et profondes y sont introduites par Flinders Petrie358 et qu’elles se généralisent rapidement.

  • 359 R. P. L.-H. Vincent, Canaan, d’après l’exploration récente, 1907.
  • 360 Ibid., cf. table des matières.
  • 361 Ibid., p. 300.
  • 362 M. W. Flinders Petrie, Tell el-Hesy, Londres, 1891, p. 40.

288Si l’École biblique de Jérusalem ne dispose pas des moyens qui lui permettraient de contribuer par un grand chantier archéologique à l’exploration de la Palestine, elle joue cependant par la Revue biblique un rôle important dans la diffusion des recherches et des méthodes mises en œuvre par les savants anglo-saxons et allemands. Le père Louis-Hugues Vincent retrace l’histoire des fouilles archéologiques en Palestine et en Syrie, en insistant principalement sur les innovations méthodologiques introduites sur les grands chantiers359. Sa démarche est « tout archéologique » et, à la lumière des données issues des fouilles, il tente de dresser un tableau de Canaan, dans ses villes, ses lieux de culte et les pratiques religieuses, pour le replacer dans l’histoire générale360. La géologie et l’archéologie préhistorique interviennent dans ce bilan, dont un chapitre entier est consacré à la céramique. En effet, les travaux pionniers de Flinders Petrie à Tell el-Hesy avaient fini de démontrer la validité de « cette science obscure et méconnue361 », que le grand archéologue anglais avait mise au point en Égypte, appliquant l’axiome suivant : « Déterminez une fois la poterie d’une contrée et vous avez en mains la clef de toute exploration ultérieure362. »

  • 363 F. J. Bliss a été à l’école de Flinders Petrie en Égypte et perfectionne ses théories en Palestine. (...)

289À l’époque où le père Vincent écrit, la théorie esquissée par Flinders Petrie a gagné en certitude et précision grâce aux perfectionnements introduits par F. J. Bliss363, R. A. S. Macalister et E. Sellin, et aboutit à l’identification de types de céramiques à partir desquels il est possible d’établir la chronologie d’un site. Entièrement acquis à la méthode de datation et de définition d’un site par la céramique, le père Vincent souligne qu’elle n’est applicable que si l’on pratique une fouille stratigraphique rigoureuse : « Pour que l’étude de la céramique conduise plus avant, il lui faut deux conditions essentielles la comparaison avec des types connus et classés, l’indice de situation dans une strate de ruines. »

290Dès avant 1914, alors qu’aucune institution archéologique française officielle n’est encore implantée au Proche-Orient, l’École biblique de Jérusalem, dont les liens scientifiques avec l’Académie des inscriptions et belles-lettres sont étroits, se révèle comme un véritable centre de recherches, où l’archéologie figure au premier rang. Les Dominicains assurent en Palestine la continuité des travaux commencés par F. de Saulcy, E. Renan, le marquis de Vogüé et C. Clermont-Ganneau.

291L’instauration du protectorat français sur la Syrie, après la Grande Guerre, permettra à l’État de prendre le relais de l’institution religieuse, par la création en 1920 d’une École française d’archéologie associée à l’École biblique du père Lagrange, à qui sera confiée la direction des deux établissements.

  • 364 E. Will, « L’École biblique et la découverte archéologique », dans Commémoration du centenaire de l (...)
  • 365 À la fin de 1912, le gouvernement britannique a reconnu à la France la primauté d’influence sur la (...)

292En ces années d’immédiat avant-guerre, « l’enquête archéologique se trouva là [en Palestine et en Syrie] marquée par un curieux mélange de politique, de religion et de recherche scientifique364 ». Et, de fait, en 1913, les recherches sur la côte syrienne, suspendues après la mission d’E. Renan, reprennent au moment où la France affirme ses prétentions sur l’administration de la Syrie et où elle obtient des garanties de la Grande-Bretagne365.

  • 366 « À travers les nécropoles sidoniennes », Revue biblique, octobre 1904.
  • 367 Théodore Reinach (1860-1928), frère de Salomon Reinach, est l’un des meilleurs numismates de son te (...)

293Le docteur Georges Contenau (1877-1964), attaché au Louvre, prend alors, pour le musée français, la direction d’une mission à Sidon, en collaboration avec Macridi-Bey, conservateur au musée de Constantinople, qui avait relancé les travaux au début du siècle366. En 1887, ce site avait révélé deux hypogées contenant dix-huit sarcophages, dont un porteur d’une inscription mentionnant le roi Tabnit, père d’Eshmounazar : Hamdi Bey s’était associé à T. Reinach pour publier ce monument367. Les travaux avaient ensuite été repris par Macridi-Bey. Les recherches à Sidon, interrompues par la Première Guerre mondiale, reprendront en 1920 et c’est en Syrie que l’archéologie orientale française s’épanouira, alors qu’en Perse, la Délégation française poursuit les travaux engagés par J. de Morgan.

***

294La Première Guerre mondiale, en modifiant profondément l’équilibre des nations en Europe, marque un tournant décisif de l’histoire de l’archéologie, dont le destin est étroitement lié aux conditions politiques internationales : alors que l’archéologie nationale avait connu, depuis 1830 et les comités créés par François Guizot, un essor continu grâce aux sociétés savantes et aux institutions officielles mises en place par Napoléon III, elle est, en 1918, privée de son plus brillant chef de file, Joseph Déchelette, mort sur le front, et souffre de l’extinction de nombreuses sociétés savantes. En Méditerranée, si les écoles d’Athènes, de Rome et du Caire permettent l’épanouissement de l’archéologie scientifique en Grèce, en Afrique du Nord, en Espagne et en Égypte, l’archéologie française au Proche-Orient souffre, en 1914, de l’absence d’une institution officielle, qui stimulerait les recherches lancées par les F. de Saulcy, E. Renan, C. Clermont-Ganneau ou M. de Vogüé en Palestine et en Phénicie, et favoriserait l’ouverture de chantiers. Le conflit mondial, qui, au Proche-Orient, débouche sur le protectorat franco-britannique, donne à l’archéologie française l’occasion de prendre son essor dans ces régions, grâce à la création d’une nouvelle école archéologique, associée à l’établissement des Dominicains de Jérusalem.

295L’extrême fin du xixe siècle correspond au parachèvement d’une science archéologique, qui n’a cessé d’évoluer depuis la fin du xviiie siècle et sa première définition par Bernard de Montfaucon et le comte de Caylus. En s’inspirant de l’exemple de la philologie, l’archéologie s’est pourvue de méthodes rigoureuses qui permettent l’étude des objets et des monuments. Les institutions mises en place tout au long du xixe siècle correspondent aux exigences propres à l’archéologie de terrain : l’ère des grands chantiers s’ouvre vers 1890, et, en Grèce, en Afrique du Nord aussi bien qu’en Perse, on voit naître des entreprises de longue durée qui réclament des crédits importants, et le concours de véritables équipes, constituées de spécialistes et dirigées par des archéologues professionnels. Le cas du consul E. de Sarzec, fouillant le site de Tello, qu’il a découvert, à la manière de P.-É. Botta à Khorsabad, constitue une exception ; les directeurs de chantiers en Grèce, en Afrique du Nord ou en Égypte sont, pour la plupart, des archéologues issus de l’Université et membres des écoles d’Athènes, de Rome et du Caire, ou des architectes, dont le rôle, important dès la fin du xviiie siècle, s’avère déterminant à Troie, Olympie ou Delphes, comme à Timgad ou Babylone. Les directeurs des grands chantiers de la fin du xixe siècle ne se contentent pas d’étudier les sites et leurs monuments mais, comme W. Dörpfeld ou R. Koldewey, mettent au point les méthodes de fouille qui s’imposeront progressivement sur tous les chantiers.

296Alors qu’à partir de 1855, l’archéologie, adoptant le modèle philologique et ses méthodes d’analyse, applique à l’étude des objets des principes rigoureusement scientifiques, elle connaît, vers 1870, une évolution décisive, déclenchée par la quête du monde homérique d’H. Schliemann et ses grands travaux à Troie et Mycènes : les fouilles, jusque-là exécutées dans le but d’alimenter les grands musées en objets et monuments, s’imposent comme moyen de faire revivre des civilisations dont les textes n’ont pas gardé le souvenir, et pour lesquelles la philologie est inutile.

  • 368 G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. IV, La Grèce primitive, l’art mycé (...)
  • 369 W. Dörpfeld établit avec certitude la chronologie de Troie (Troja und Ilion, Athènes, 1902) et, alo (...)

297En effet, si Schliemann croit trouver dans les ruines qu’il découvre à Hissarlik, à Mycènes ou à Tirynthe, les vestiges des temps homériques, si G. Perrot, après avoir visité les fouilles de Troie, se félicite que l’archéologie confirme et enrichisse les textes368, on s’aperçoit assez vite, grâce à W. Dörpfeld, que les vestiges identifiés comme ceux d’Ilion par Schliemann sont en fait bien antérieurs et reportent à une période qui n’a pas de liens avec l’épopée d’Homère369.

298Les travaux archéologiques, menés en Grèce et en Crète selon des méthodes rigoureuses d’observation, au premier rang desquelles la technique stratigraphique avec relevé systématique des objets et des tessons de céramique, permettent de remonter jusqu’à la préhistoire hellénique, et font la preuve que l’archéologie de terrain est une source précieuse de documents servant à l’histoire des civilisations ; les objets et les monuments sont dès lors envisagés dans un contexte, celui du site archéologique, que l’on s’attache à comprendre.

299On mesure le chemin parcouru entre 1829 et 1912, en comparant les démarches de l’un des fondateurs de la céramologie, Eduard Gerhard, et d’Edmond Pottier, étudiant la céramique de Suse.

  • 370 Annali dell’Instituto di Corrispondenza archeologica, III.1, 1831, pp. 5-218, 221-270.

300E. Gerhard, dans son Rapporto volcente370 sur les vases grecs de Vulci, jetait les bases de la céramologie moderne, à partir de l’analyse des objets, sans jamais en référer au contexte de la découverte. Il ne pouvait en être autrement, puisque les recherches dans la nécropole étrusque furent menées sans aucune méthode par le prince de Canino, dans le but unique d’en extraire le plus grand nombre possible de vases peints complets, sans témoigner aucun intérêt pour le contexte des tombes elles-mêmes.

  • 371 E. Pottier, « Sur les vases peints de l’acropole de Suse », Mémoires de la Délégation en Perse, t. (...)
  • 372 Ibid., p. 60.

301E. Pottier, quant à lui, dans son étude des céramiques susiennes371, se fonde non seulement sur des critères inhérents à cette poterie, pour rétablir « une chronologie intrinsèque », mais tient compte aussi « des conditions matérielles de la découverte » pour, « par comparaison avec les autres objets recueillis dans les fouilles », reconstituer « une chronologie extrinsèque »372, que seules les observations stratigraphiques effectuées sur le terrain par les archéologues permettent de réaliser. Les méthodes de fouille prennent par conséquent une importance particulière dès lors qu’elles doivent garantir la qualité des observations et la fiabilité des conclusions.

302Cependant, les spécialistes des civilisations classiques, promoteurs de l’« archéologie scientifique » conçue par les Gerhard, Jahn, Heuzey ou Dumont, même s’ils font preuve d’une grande curiosité pour les découvertes extraordinaires favorisées par les travaux de terrain, n’en renient pas pour autant la philologie et préconisent l’alliance de l’étude des textes et de celle des monuments.

  • 373 G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. VI, La Grèce primitive, l’art mycé (...)
  • 374 E. Pottier, Philologie archéologique, Paris, 1898.

303Ainsi en est-il de G. Perrot, présentant les recherches d’H. Schliemann à Troie373, ou encore d’E. Pottier, qui, par « philologie archéologique », entend « l’alliance de l’archéologie et de la philologie pour faire sentir dans toute leur exactitude la réalité des descriptions homériques »374.

  • 375 S. Reinach, « La méthode en archéologie », Revue du mois, 1911, p. 279-292.

304S. Reinach, pour sa part, tout en insistant sur la nécessité de fouilles conduites rigoureusement avec le souci de ménager les plus scrupuleuses observations, n’en distingue pas moins deux archéologies, celle de terrain et celle de cabinet, « l’archéologie militante étant une excellente préparation à l’autre375 ».

  • 376 Ainsi M. Collignon met-il au point l’Histoire de la céramique grecque d’O. Rayet, Paris, 1888, et S (...)
  • 377 S. Reinach : « On peut dire qu’un archéologue non historien n’est qu’à moitié archéologue », La mét (...)

305Avant 1914, les archéologues classiques poursuivent l’entreprise d’étude des objets et des monuments sur les critères définis par A. Dumont, publiant catalogues, répertoires et manuels376. Archéologues à part entière, selon la définition de S. Reinach, ils se révèlent aussi « historiens, revendiquant pour l’archéologie le secours de l’histoire –histoire politique, littéraire, religieuse, scientifique377 ».

306Pourtant, la préhistoire, que des méthodes strictement archéologiques permettent de rétablir dans le monde hellénique, en Égypte et au Proche-Orient, élargit certes les perspectives de l’archéologie classique, mais remet aussi en cause les rapports de la « science archéologique » avec la philologie et l’histoire. En effet, la méthode stratigraphique empruntée à la géologie et à l’archéologie préhistorique permet de définir et de dater en Grèce, en Crète et en Égypte, en Palestine et en Perse, des civilisations dont les textes et l’histoire n’ont préservé aucune trace.

307La preuve est faite – et sera brillamment administrée au Proche-Orient – que l’« archéologie militante », pratiquée selon des méthodes scientifiques de dégagement et d’observation, suffit à reconstituer la succession des cultures depuis les temps les plus éloignés. La préhistoire ayant été progressivement reconnue en Europe, puis en Méditerranée et au Proche-Orient, l’archéologie préhistorique et ses méthodes spécifiques d’investigation démontrent leur validité et leur nécessité.

  • 378 Cf. l’article de J. de Morgan, « Les fouilles archéologiques : leur portée documentaire », Revue de (...)

308Si, dans le domaine classique, l’on peut entendre l’archéologie comme l’étude des monuments et des objets associée à celle des textes, la découverte de la préhistoire en Égée, en Égypte et au Proche-Orient donne une forme nouvelle à l’archéologie, et impose une nouvelle image de l’archéologue, dont les plus remarquables modèles sont, avant 1914, W. M. Flinders Petrie, A. Evans et J. de Morgan : ils appliquent sur le terrain des préoccupations et des connaissances qui sont tout à la fois celles d’un géologue, d’un anthropologue, d’un préhistorien, d’un architecte et d’un historien378.

  • 379 Ibid., p. 288.

309La distinction entre « savant de cabinet » et « archéologue de terrain » est contestée et, aux yeux de J. de Morgan, « les seuls hommes qualifiés pour écrire l’histoire de l’humanité [sont] ceux qui ont touché du doigt les vestiges du passé379 », lors même que de la qualité des observations faites au cours d’une fouille scientifique dépend la validité des conclusions d’ordre historique.

310C’est en Égée et au Proche-Orient que la continuité de la préhistoire à l’histoire apparaît le plus clairement grâce aux fouilles archéologiques, désormais conçues et organisées comme source documentaire irremplaçable pour la découverte et la connaissance de civilisations complètement oubliées.

  • 380 C. Jullian, Au seuil de notre histoire, Bibliothèque de la Revue des cours et conférences, Paris, 1 (...)

311Introduite « au seuil de notre histoire380 », la préhistoire, dont l’étude était jusque-là considérée comme du ressort de la géologie plus que de l’archéologie, est devenue le domaine de recherche d’archéologues, qui, comme J. de Morgan, sont des « géologues-préhistoriens » selon la formule d’A. Bertrand, mais affirment aussi leur vocation d’historiens qui travaillent à la connaissance de l’humanité depuis ses origines. En Mésopotamie, en Syrie, en Palestine et en Perse, se forme une nouvelle génération d’archéologues, qui sur le terrain recueillent eux-mêmes les informations fournies par des fouilles scientifiques et en déduisent les conclusions d’ordre historique.

  • 381 C. Jullian prononçant, au Collège de France, le 4 décembre 1907, son « Plaidoyer pour la préhistoir (...)

312Passeurs entre la préhistoire et l’histoire, les protohistoriens du Proche-Orient donneront à l’archéologie de terrain ses lettres de noblesse, comme Joseph Déchelette l’a déjà fait en France, dans le domaine de l’archéologie celtique381, conduisant les fouilles du mont Beuvray et produisant un Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, qui reste pour les périodes précédant la conquête romaine l’ouvrage de référence obligée.

  • 382 J. Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889.
  • 383 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris et Rome, 1891.

313Le grand mouvement de remontée dans la préhistoire hellénique qu’H. Schliemann a amorcé à Troie et Mycènes, et les spectaculaires résultats obtenus par l’archéologie de terrain en Grèce, en Crète, en Égypte et au Proche-Orient, suscitent en Italie les travaux de jeunes gens formés à la philologie et à l’archéologie : c’est ainsi que l’on voit Stéphane Gsell, membre de l’École française de Rome, suivre la voie ouverte par Jules Martha et se consacrer aux Étrusques. Cependant, alors que son aîné avait entrepris la présentation de L’Art étrusque382 à partir des objets et des monuments connus, Gsell choisit de mener des fouilles scientifiques sur le site de Vulci, qui a livré tant de vases grecs, sans que l’on puisse pour aucun d’eux restituer le contexte de leur découverte. Ses travaux ont un tout autre but que ceux que poursuivait Lucien Bonaparte en 1829 et obéissent au « scrupuleux souci des intérêts de l’archéologie et de l’histoire ». Les fouilles qu’il mène383 visent avant tout à fixer la chronologie des tombes, et à apporter des éléments à la résolution du problème de l’origine des Étrusques. L’archéologie de terrain, pratiquée scientifiquement selon des méthodes rigoureuses d’observation, est pourvoyeuse de documents qui servent à l’histoire.

  • 384 Cf. A. Grandazzi, La Fondation de Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1991, chapitre premier.
  • 385 Giacomo Boni (1859-1925), dirige les fouilles du Forum, du Palatin, du Forum de Trajan et du mur de (...)
  • 386 A. Guidi, « The development of prehistoric archaeology in Italy », Acta Archaeologica, 58, Copenhag (...)
  • 387 G. Boni, « Il metodo negli scavi archeologici », Nuova Antologia, 16 juillet 1901, p. 312-322.
  • 388 Ibid., p. 312 (souligné par nous).
  • 389 Ibid., p. 316.
  • 390 Ibid., p. 319.
  • 391 Ibid., p. 320.

314À Rome même, dont les origines soulèvent la polémique entre défenseurs de la tradition historique et les « hypercritiques384 », les fouilles, que Giacomo Boni385 dirige sur le forum de 1898 à 1922, apportent des preuves irréfutables de l’existence d’un établissement d’époque archaïque au cœur de l’Urbs. L’architecte vénitien Boni est le premier à appliquer la technique stratigraphique à l’archéologie classique386. Dans le dégagement sur le Forum du Lapis Niger et de la nécropole du premier âge du fer, il emploie la méthode qu’il explicite dès 1901387. Convaincu qu’au cœur de la Rome antique, on doit recourir à une archéologie scientifique, il s’impose la tâche suivante : « legere le pagine di storia celate nelle sue stratificazioni388 ». Et c’est en portant jusqu’au sol vierge la fouille d’un puits médiéval, dans le but de fixer la stratigraphie du site, qu’il découvre le Lapis Niger en 1899. G. Boni poursuit la constitution d’un « archivio stratigrafico » dont chaque élément est établi avec certitude sur ce principe: « ognuno di questi strati testimonia qualche residuo di vita del periodo al quale appartennero389 ». La stratigraphie d’un site représente « une échelle dans le temps390 », qui permet de confronter la tradition aux faits d’observation. L’archéologie, pour G. Boni, est « une science expérimentale, d’observation, c’est-à-dire continue et méthodique391 », qui ne doit cependant pas s’interdire la démarche déductive, pour parvenir à des conclusions d’ordre historique.

  • 392 A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque, viiie-ivesiècle avant notre ère, Bibliothèque des Éc (...)
  • 393 Ibid., p. 3-4.
  • 394 Ibid., p. 8.

315Cette conception de l’archéologie est partagée par A. Grenier, qui, en 1906, engage des fouilles à Bologne pour retrouver les traces de la cité villanovienne et étrusque392. Il se livre d’abord à une enquête strictement archéologique pour, grâce à « la concordance parfaite de tous les indices qui se peuvent déduire des faits archéologiques », suppléer « au silence ou à l’insuffisance des sources écrites », et aboutir à « conclusion d’ordre historique ». Le matériel archéologique, considéré « comme un élément d’information », est « traité surtout du point de vue historique393 », et doit permettre la mise à l’épreuve des traditions légendaires. En protohistorien à la croisée de l’archéologie scientifique et de l’histoire, A. Grenier a bien conscience de s’exposer à la critique des « historiens [qui] qualifieront peut-être de naïve la confiance accordée aux faits archéologiques », aussi bien qu’à celle des « archéologues [qui] trouveront que nous apportons, à juger leurs déductions, une critique trop directement inspirée de la méthode historique394 ».

316Pour les périodes immédiatement antérieures à l’histoire, philologie, archéologie et histoire sont mobilisées, et de leur étroite association résulte une connaissance où la part d’aléatoire et d’imagination, pour inévitable qu’elle soit, est cependant réduite, grâce aux faits archéologiques scientifiquement établis.

  • 395 Revue de synthèse historique, fondée en 1900 et dirigée par Henri Berr, Lucien Febvre, Paul Langevi (...)
  • 396 H. Berr, « Pour l’“histoire militante” », Revue de synthèse historique, t. 51, fasc. 3, 1931, p. 28 (...)
  • 397 C. Jullian, « Playdoyer pour préhistoire », lecture faite France, dans Au seuil de notre histoire, (...)
  • 398 J. de Morgan, L’Humanité préhistorique, collection « L’Évolution de l’Humanité », dirigée par H. Be (...)

317En la personne du protohistorien s’opère en partie la « synthèse historique », dont la revue fondée en 1900 par Henri Berr poursuit la réalisation395. Parmi les nombreuses sciences qui doivent concourir à cette synthèse, la préhistoire et l’archéologie, qu’H. Berr désigne comme « l’histoire militante396 », occupent une position de choix. On assiste à l’intégration de la préhistoire à l’histoire, que C. Jullian réclamait dans son « Plaidoyer » de 1907397 : le préhistorien J. de Morgan ouvre la collection historique « L’évolution de l’Humanité » par son ouvrage consacré à L’Humanité préhistorique398.

  • 399 Cf. G. de Mortillet et sa revue Les Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme, (...)

318Dans la perspective d’une histoire « positive » de l’homme depuis son apparition sur terre399, l’archéologie scientifique, appliquée à la préhistoire comme aux périodes « historiques », constitue une source documentaire de premier ordre, les « faits » archéologiques semblant échapper aux aléas de l’interprétation et garantir l’objectivité des conclusions.

319L’archéologie de terrain, science expérimentale d’observation, apparaît en 1914 comme l’un des fondements de l’histoire positiviste, même si les plus clairvoyants des archéologues, A. Grenier par exemple, ont d’ores et déjà pleine conscience de la complexité des rapports entre archéologie et histoire, et du caractère relatif de ce qui est soumis au jugement humain.

320Quoi qu’il en soit du degré de « scientificité » de l’archéologie, elle a accompli, en cette extrême fin du xixe siècle, et jusqu’à la Première Guerre mondiale, des progrès décisifs la restitution des humaines depuis la plus lointaine repose désormais sur l’étude des objets et des monuments selon des critères « scientifiques », mis au point par les philologues-archéologues depuis le milieu du xixe siècle, et sur une archéologie de terrain, dont les principes et les méthodes sont empruntés à la géologie et à l’archéologie préhistorique.

321En 1914, l’exercice d’une science archéologique, qui n’a cessé de se perfectionner, permet une vision globale et cohérente du monde méditerranéen anciens : les artisans de la conversion de l’École d’Athènes de 1860 en véritable centre de recherche archéologique, L. Heuzey, G. Perrot, A. Dumont – qui pensaient trouver en Orient, en Asie Mineure, à Chypre, en Phénicie, Mésopotamie et Perse, l’origine des civilisations classiques –, voient confirmer leur intuition que, dans l’Antiquité, Orient et Occident ont entretenu des rapports étroits, et que la Méditerranée a été le théâtre d’échanges et d’influences dont l’archéologie témoigne. Les fouilles attestent les relations entre le monde égéen, la Crète, Chypre et l’Égypte, la Phénicie et la Mésopotamie. Les influences orientales sont décelables dans l’Espagne ibérique, comme dans l’Italie étrusque.

  • 400 N. Coye, « L’âge de la pierre polie : un égarement méthodologique », Bulletin de la Société préhist (...)
  • 401 P. Du Chatellier, La Poterie aux époques préhistoriques et gauloise en Armorique, Rennes-Paris, 189 (...)

322Les brillants succès de la préhistoire en Égée, en Égypte et au Proche-Orient exercent une « action en retour » sur la préhistoire métropolitaine. Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour réclamer l’application de méthodes scientifiques dans les fouilles. La céramique préhistorique, jusque-là négligée au profit de l’industrie lithique400, fait l’objet des premières études401, inspirées par la démonstration de l’importance de la céramique dans la définition des civilisations méditerranéennes et orientales.

  • 402 A. Dumont, directeur de l’Enseignement supérieur entre 1879 et 1884, confie au préhistorien É. Cart (...)

323Mais l’éblouissante reconnaissance de la préhistoire en Méditerranée accentue encore le paradoxe de la situation qui lui est faite en France : cette discipline, enfin reconnue comme science « archéologique » et «historique », n’occupe qu’une très modeste place dans l’enseignement universitaire402, et n’est représentée dans aucune des grandes institutions Sorbonne, Collège de France, École pratique des hautes études ou Institut de France.

324L’organisation de l’archéologie en France ne sera parachevée que lorsque sera réparée l’« injustice » faite à la préhistoire, et que le patrimoine archéologique bénéficiera enfin d’une protection assurée par des lois et un service archéologique, dont l’administration française en Algérie et en Tunisie offre le modèle depuis la fin du xixe siècle. Telle est la tâche qui reste à accomplir à la veille du premier conflit mondial, et qui sera réalisée entre 1918 et 1950.

Notes

1 A. Bertrand, « Antiquités scandinaves », Revue archéologique, 1857, p. 170-172.

2 Ils publient en 1864 le premier article général sur l’art paléolithique, « Sur des figures d’animaux gravées ou sculptées et autres produits d’art et d’industrie imputables aux temps primordiaux de la période humaine », Revue archéologique, 1864, I, p. 233-267.

3 A. Bertrand, La Gaule avant les Gaulois, Paris, 1884, seconde édition 1891.

4 Oscar Montelius (1843-1921). Les Temps préhistoriques en Suède et dans les autres pays scandinaves est paru en Suède en 1873 et, traduit par S. Reinach, est publié en français en 1895.

5 Articles de comptes rendus d’ouvrages, Revue archéologique, 1899, 1903, 1909 ; « L’Art et la magie », L’Anthropologie, 1903, p. 257.

6 S. Reinach, Description sommaire du musée de Saint-Germain-en-Laye, Paris, 1889.

7 Id., Répertoire de l’art quaternaire, Paris, 1913.

8 Par les travaux de G. de Mortillet, L. Pigorini et P. Strobel ; cf. en particulier A. Guidi, Storia della paletonologia, Roma-Bari, Editori Laterza, 1988, notamment p. 52 sq.

9 A. Bertrand et S. Reinach, Les Celtes dans les vallées du Pô et du Danube, Paris, 1891, 2e éd., 1894.

10 Cf. Glyn Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, op. cit., p. 136-142.

11 A. Dumont, « La collection préhistorique de G. Finley à Athènes », Matériaux pour servir à l’histoire de l’homme, mai 1872 : id., dans Mélanges d’archéologie et d’épigraphie, Paris, 1892. Cf. R. Treuil, « L’École française d’Athènes et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », p. 408.

12 Rudolf Virchow (1821-1902), médecin, anthropologue et préhistorien. Cf. en particulier « Über alt-griechischen Funde », Verhandlungen der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, 1873.

13 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. VI, La Grèce primitive, l’art mycénien, Paris, 1894.

14 H. Schliemann fouille à Hissarlik de 1871 à 1873, à Mycènes de 1874 à 1876, à Hissarlik de nouveau, avec Virchow et Burnouf, en 1879, à Orchomène en 1880, à Tirynthe en 1884-1885, à Hissarlik avec W. Dörpfeld en 1882-1883 et 1889-1890. Atlas trojanische Altenthümer – Bericht über die Ausgrabungen von Troja, Leipzig, 1874 ; Bericht über die Ausgrabungen von Troja, Leipzig, 1890 ; Mykenae. Bericht über meine Forschungen und Entdeckungen in Mykenae und Tyrins, Leipzig, 1878.

15 G. Perrot et C. Chipiez, op. cit., p. 10.

16 Ibid., loc. cit.

17 Ibid., p. 14.

18 Ibid., p. 165.

19 Wilhelm Dörpfeld, (1853-1940), directeur de l’Institut archéologique d’Athènes de 1887 à 1912.

20 A. Dumont, Les Peintures céramiques de la Grèce propre, Paris, 1874.

21 A. Furtwängler et G. Loeschke, Mykenische Thongefässe, Berlin, 1879 ; Mykenische Vasen, Berlin, 1886.

22 Pour le compte rendu des travaux de F. Dümmler, parus dans Mitteilungen des Deutsches Archäologisches Instituts. Athenische Abteilung, cf. R. Dussaud, « L’île de Chypre », Revue mensuelle de l’École d’anthropologie, 1907, p. 145-175, p. 181-212.

23 J. L. Myreset M. Ohnefalsch-Richter, A Catalogue of the Cyprus Museum, Oxford, 1899.

24 Excavations in Cyprus, Londres, 1900.

25 O. Masson, « Kypriaka X. Archéologues français à Chypre en 1896 », Bulletin de correspondance hellénique, 1977, p. 313-328.

26 A. Caubet, « Les antiquités chypriotes au musée du Louvre », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, Lyon, 1993, p. 30. Cf. aussi O. Masson, « Les archéologues voyageurs du xixe siècle », ibid., p. 20.

27 G. Colonna-Ceccaldi, Monuments antiques de Chypre, de Syrie et d’Égypte, Paris, 1882.

28 S. Reinach, « Chroniques d’Orient », rubrique concernant les découvertes à partir de 1883, dans la Revue archéologique, cf. dans le volume de 1891: « Documents sur les fouilles et découvertes dans l’Orient hellénique de 1883 à 1890 ».

29 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. III, Phénicie et Chypre, Paris, 1885.

30 O. Picard, « Chypre et l’École française d’Athènes », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, Lyon, 1993.

31 Christos Tsountas (1857- 1934), l’un des plus grands archéologues grecs. Sur de la Société archéologique d’Athènes, cf. B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, Société archéologique d’Athènes, 1987.

32 Panogiotis Kavvadias (1850-1928), inventeur des korai de l’Acropole, et directeur des Antiquités de 1885 à 1909.

33 Cf. S. Reinach, « Chroniques d’Orient », op. cit., 1891 ; G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’Art dans l’Antiquité, t. VI, La Grèce primitive. L’Art mycénien, Paris, 1894, p. 13.

34 Reinach, « La méthode en archéologie », Revue du mois, 1911, I, p. 279-292 ; id., dans l’ouvrage collectif, De la méthode dans les sciences, Paris, 1911, t. II, p. 199-219.

35 C. Tsountas, The Mycenean Age, 1897.

36 G. Daniel, A Hundred Years of Archaeology, op. cit., p. 136-141.

37 W. M. Flinders Petrie, Kahun, Gurob et Hawara, Londres, 1890, p. 40-45 ; id., Illahun, Kahun et Gurob, Londres, 1891, p. 8-11.

38 Ernest Arthur Gardner (1862-1939), archéologue anglais, directeur de la British School of Athens de 1887 à 1895. Cf. A. Macmillan, « A short of the British School of Athens. 1886-1911 », Annual of the British School of Athens, 17, 1910-1911, p. IX sq. ; H. Waterhouse, The British School of Athens, Londres, 1986.

39 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. VI, 1894, p. 165.

40 W. Dörpfeld, Troja und Ilion, Berlin, 1902.

41 S. Reinach, La Crète préhistorique, Paris, 1901.

42 G. Perrot, L’Île de Crète, Paris, 1866.

43 B. Haussoullier (1852-1926), « Notice sur des vases archaïques de Cnosse », Bulletin de correspondance hellénique, 1880, t. IV, p. 124-127 ; id., Revue archéologique, 1880, II, p. 359.

44 M. Milchöfer, Die Anfänge der Kunst in Griechenland, Leipzig, 1883.

45 A. Evans, Cretan Pictographs, Londres, 1894.

46 V. La Rosa (éd.), L’Archeologia italiana nel Mediterraneo fino alla seconda guerra mondiale, Catane, Centro di Stidi per l’archeologia greca del CNR, 1986 ; M. Petricioli, Archeologia e Mare nostrum, Rome, Valerio Levi Editore, 1990.

47 T. Homolle, lettre de 1891, citée par A. Farnoux, Cnossos, l’archéologie d’un rêve, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993, p. 32.

48 M. Allsebrook, Harriet Boyd : born to rebell, Oxford, Oxbow Books, 1992.

49 Richard Mac Gillivray Dawkins (1871-1955), directeur de la British School of Athens de 1906 à 1914.

50 Arthur Evans (1851-1941). Cf. S. L. Horwitz, The Find of a Lifetime. Sir Arthur Evans and the Discovery of Cnossos, New York, The Viking Press, 1981 ; A. Farnoux, Cnossos, l’archéologie d’un rêve, op cit.

51 A. Evans, The Ashmolean Museum as a Home of Archaeology in Oxford. An inaugural Lecture, Londres, 1884.

52 Id., « The Neolithic Settlement at Knossos », A Monthly Record of Anthropological Science, 1901, p. 184 sq.

53 Ernest Chantre (1843-1924), pionnier de la cartographie préhistorique. Grâce à une mission du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts, il réalise deux explorations en Anatolie, en 1893 et 1894. Accompagné de madame Chantre, il procède à des sondages sur les sites hittites de Alaca Höyük, Yazilikaya et Bogazköy, ainsi qu’à Karahöyük-Kültepe.

54 E. Chantre, Recherches archéologiques dans l’Asie occidentale. Mission en Cappadoce 1893-1894, Paris, 1898.

55 G. Perrot, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, Paris, 1872.

56 P. Demargne, La Crète dédalique. Études sur les origines d’une renaissance, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 1947.

57 S. Reinach, « La Crète avant l’histoire et les fouilles de M. Evans à Cnossos », dans Chroniques d’Orient, t. II, Paris, 1896.

58 Id., « Le mirage oriental », L’Anthropologie, 1893, p. 539-578, repris dans Chroniques d’Orient, t. II, Paris, 1896, p. 699-732.

59 E. Meyer, Geschichte des Altertums, Berlin, 2e éd., 1893.

60 W. Helbig, « La question mycénienne », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1896.

61 O. Montelius, dans Journal of Anthropological Institut, 1897.

62 Id., Orient und Europa. Einfluss der orientalischen Cultus auf Europa bis zur Mitte des letzten Jahrtausend, Stockholm, 1899.

63 P. Demargne, La Crète dédalique…, op. cit., p. 43 sq.

64 Ibid., p. 40.

65 O. Montelius, Orient und Europa, op. cit.

66 A. Evans, « Eastern Question », Anthropology, 1895.

67 G. Sergi, La Stirpe Mediterranea, 1895.

68 J. L. Myres, Prehistoric Man in the Eastern Mediterranean, 1895.

69 V. Gordon Childe, « The Orient and Europe », The Advancement of Science, 1938, et dans American Journal of Archaeology, 1939.

70 G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, op. cit., p. 116.

71 Paris, 1896-1897. Cf. È. et J. Gran-Aymerich, « Jacques de Morgan », Archéologia, n° 187, fév. 1984, p. 79-82.

72 Duc H. d’Albert de Luynes, Exploration de la mer Morte et de la vallée de l’Arabah par la mission de M. le Duc de Luynes, Paris, 1864.

73 L. Lartet, Exploration géologique de la mer Morte, de la Palestine et de l’Idumée, Paris, 1878.

74 P.-É. Botta, « Observations sur le Liban et l’Anti-Liban », Mémoire de la Société géologique de France, 1re série, t. I, p. 135 sq.

75 Communication à l’Académie des sciences, compte rendu de la séance du 21 mars 1864.

76 A. Arcelin dans Matériaux pour servir à l’histoire de l’homme, 5e année, 1869, p. 237 sq., et 2e série, t. V, 1874, p. 19 sq.

77 Abbé Richard, « Découvertes d’instruments de pierre en Égypte, au Sinaï et au tombeau de Josué », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1871, p. 540.

78 L. Lartet, op. cit., p. 227.

79 Père Germer-Durand (1845-1917), premier supérieur de l’Hôtellerie de Notre-Dame-de-France à Jérusalem. Il s’est initié à l’histoire et à l’archéologie palestinienne et fouille sur la colline de Sion ; il réunit à Notre-Dame-de-France la collection d’antiquités la plus complète et la plus variée de Palestine il y réserve une importante section consacrée à la préhistoire. Il écrit dans la Revue biblique à partir de 1897.

80 In Revue biblique, 1897, p. 439-449.

81 L. Lartet, op. cit., p. 230.

82 A. Arcelin, Recueil des travaux relatifs à la philologie, à l’archéologie égyptienne et assyrienne, vol. VII, Paris, 1886.

83 « Découverte de restes de l’âge de pierre en Égypte », Comptes rendus de l’Académie des sciences, séance du 22 novembre 1869.

84 J. Lubbock, « Notes on the discovery of stone implements in Egypt », Journal of the Royal Archaeological Institute, 4 (1874), p. 215-222.

85 A. H. L. Pitt-Rivers, « On discovery of flint implements in stratified gravel in the Nile valley near Thebes », Journal of the Archaeological Institute, 11 (1882), p. 382-399.

86 A. Mariette, dans Bulletin de l’Institut égyptien, 11, p. 60. È. et J. Gran-Aymerich, « Auguste Mariette », Archéologia, n° 219, déc. 1986, p. 71-79 ; E. David, Mariette Pacha. 1821-1881, Paris, 1994.

87 W. M. Flinders Petrie, Kahun, Gurob and Hawara, Londres, 1890 ; Illahun, Kahun and Gurob, 1889 -1890, Londres, 1892.

88 Id., Nagada and Ballas, 1895, Londres, 1896.

89 L’Anthropologie, 4, juillet-août 1892. È. et J. Gran-Aymerich, « Émile Cartailhac », Archéologia, n° 199, févr. 1985, pp. 63-66.

90 W. M. Flinders Petrie, A History of Egypt from the Earliest Kings to the XVIth Dynasty, Londres, 1903.

91 J. de Morgan, Notice sur le Campigny, station de la pierre sise à Beaugey-sur-Bresle, Seine-Inférieure, Amiens, 1872 ; cf. A. Jaunay (dir.), Mémoires de J. de Morgan, Paris, L’Harmattan, 1997.

92 Id., Archéologie préhistorique du Jura. Forêt des Moidons, Lons-le-Saulnier, 1883.

93 Id., Mission scientifique au Caucase, t. I, Les Premiers Âges des métaux dans l’Arménie russe, t. II, Recherches sur les origines des peuples du Caucase, Paris, 1889.

94 J. de Morgan, L’Humanité préhistorique, Paris, 1921, collection « L’Évolution de l’Humanité », dirigée par H. Berr, Paris, 1921, avant-propos, p. XIX.

95 Id., Recherches sur les origines de l’Égypte, Paris, 1896-1897, p. XII.

96 J. de Morgan, op. cit., p. 23.

97 J. de Morgan, La Préhistoire orientale, Paris, 1926, p. 164.

98 Ibid., p. 338.

99 Ibid., p. 372.

100 V. Gordon Childe, L’Orient préhistorique, Paris, 1953 (1re édition anglaise 1935), p. 137.

101 E. Amélineau, Les Nouvelles Fouilles d’Abydos, Paris, 1896.

102 Cité par Louis Germain, dans sa préface au tome II de La Préhistoire orientale, Paris, 1926.

103 E. Massoulard, Préhistoire et protohistoire d’Égypte, Paris, 1949, p. XV.

104 J. de Morgan, Recherches sur les origines de l’Égypte, op. cit., t. I, p. 190.

105 Ibid., p. 238.

106 Ibid., p. 267.

107 M. I. Rostovzev, « L’âge du cuivre dans le Caucase septentrional et les civilisations de Sumer et de l’Égypte protodynastique », Revue archéologique, juil.-déc. 1920, p. 1-37.

108 J. de Morgan, Mission scientifique en Perse, 5 volumes en 9 tomes, Paris, 1891-1905 : I-II, Études géographiques ; III, Études géologiques ; IV, Recherches archéologiques ; V, Études linguistiques. Cf. N. Chevalier (dir.), Une mission en Perse, dossiers du Musée du Louvre, Paris, 1997.

109 Cf. È. et J. Gran-Aymerich, Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, op. cit., p. 90 sq.

110 J. de Morgan, La Préhistoire orientale, op. cit., p. 320.

111 Ibid., p. 250.

112 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, Albin Michel, 1946, p. 169 sq. ; t. II, Techniques et problèmes, Paris, 1953, p. 37 sq. ; J. Perrot, Et ils sortirent du Paradis. Souvenirs d’un archéologue en Orient, Paris, De Fallois, 1997.

113 W. M. Flinders Petrie, Tell el-Hesy, Londres, 1891.

114 J. de Morgan, Mission en Susiane. Mémoire de la délégation en Perse, t. XII, Paris, 1917, p. VI.

115 E. Pottier, Catalogue des vases antiques de terre cuite du Louvre, 3 vol., Paris, 1896-1906, t. I, p. 38.

116 W. M. Flinders Petrie, Illahun, Kahun and Gurob, 1889-1890, op. cit.

117 Mémoire de la délégation en Perse, t. XII, op. cit.

118 R. Ghirshman, Fouilles de Tépé Giyan, Paris, 1935.

119 J. de Morgan, « Mémoires originaux de l’influence asiatique sur l’Afrique à l’origine de la civilisation égyptienne », L’Anthropologie, 31, 1921, p. 185-238 et p. 425-468 ; 32, 1922, p. (souligné par nos soins).

120 J. de Morgan, op. cit., 1921, p. 185 sq. (souligné par nos soins).

121 P. Boudy, L. Capitan, J. de Morgan, « Études sur les stations préhistoriques du Sud tunisien » : Revue de l’école d’anthropologie, 20e année, t. IV, 1910, p. 105-228.

122 Titre donné par J. de Morgan à la troisième partie de son ouvrage, L’Humanité préhistorique, Paris, 1921.

123 Ibid., p. 305.

124 W. M. Flinders Petrie s.l., s.d., 1891, The Relations of Egypt and Early Europe ; id., Methods and Aims in Archaeology, Londres, 1904, chap. 11.

125 M. F. von Oppenheim, Der Tell Halaf. Eine neue Kultur in ältesten Mesopotamien, Leipzig, 1931.

126 S. A. Huzayyin, The Place of Egypt in Prehistory, Mémoires présentés à l’Institut d’Égypte, 43, Le Caire, 1941.

127 J. de Morgan, La Préhistoire orientale, op. cit., p. 111.

128 V. Gordon Childe, L’Orient préhistorique, Ire éd. anglaise 1935, traduction française, 1953, p. 137.

129 A. Parrot, op. cit., t. I, p. 422.

130 V. Gordon Childe, L’Orient préhistorique, op. cit.

131 N. Coye, Une conscience pour le fouilleur : méthodes et techniques de terrain en archéologie préhistorique avant 1950, éd. LAPMO, URA 0164 du CNRS, université de Provence, Aix-en-Provence, 1989 et La Préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950), Paris, L’Harmattan, 1997.

132 J. de Morgan, Les Recherches archéologiques, leur but et leurs procédés, Paris, 1906.

133 Ibid.

134 Ibid.

135 W. M. Flinders Petrie, Methods and Aims in Archaeology, Londres, 1904.

136 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’Art dans l’Antiquité, 10 vol., Paris, 1882-1914.

137 G. Perrot, Leçon inaugurale du cours d’archéologie à la Sorbonne, Paris, 1877.

138 Id., Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. VI, La Grèce primitive, Paris, 1894, p. 165.

139 S. Reinach, « La méthode en archéologie », Revue du mois, 1911, p. 279-292.

140 Ibid., op. cit., p. 286.

141 J. de Morgan, Les Recherches archéologiques, leur but et leurs procédés, op. cit.

142 O. Montelius, Les Temps préhistoriques en Suède et dans les autres pays scandinaves, Paris, 1895, traduction de S. Reinach.

143 Cf. en particulier « Den förhistoriska fornforskningens metod och material », Antiquarisk tidskrift för Sverige, Stockholm, 1884 ; et sur son œuvre : O. Klindt Jensen, A History of scandinavian Archaeology, Londres, Thames & Hudson, 1975.

144 E. Pottier, Catalogue des vases antiques de terre cuite du Louvre, Paris, 1896, p. 37.

145 Ibid., p. 52.

146 Ibid., p. 52.

147 Ibid., p. 57.

148 Ibid.

149 Ibid., p. 67 (souligné par nous).

150 Ibid., p. 247.

151 S. Reinach, « La méthode en archéologie », Revue du mois, op. cit., p. 279-292.

152 G. Daniel et C. Renfrew, The Idea of Prehistory, Édimbourg, C. A. Watts & Co. Ltd., 1988, p. 121.

153 J. de Morgan, L’Humanité préhistorique, Paris, collection « L’Évolution de l’Humanité », dirigée par H. Berr, 1921.

154 J.-P. Millotte, Précis de protohistoire européenne, Paris, Armand Colin, 1970, p. 6.

155 Cf. A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, Paris, Albin Michel, 1946.

156 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », Revue historique, 1948, p. 192.

157 Cf. R. Treuil, « L’École française d’Athènes et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent Cinquantenaire », 1996, p. 407-439.

158 Par des découvertes mycéniennes à Delphes en 1939, et à Délos en 1946. Cf. R. Demangel, « Le centenaire de l’École française d’Athènes. Compte rendu des cérémonies et des fêtes jubilaires », Bulletin de correspondance hellénique, supplément, 1946.

159 C. Picard, op. cit.

160 Théophile Homolle (1848-1925), directeur de l’École française d’Athènes de 1890 à 1903, puis en 1912, directeur des Musées nationaux en 1903 et enfin administrateur de la Bibliothèque nationale.

161 Circulaire de T. Homolle, en date du 6 février 1897, citée dans G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901, p. 222.

162 Ibid.

163 Ibid.

164 G. Radet, op. cit., p. 228.

165 A. Michaelis, Un secolo di scoperte archeologiche, Bari, 1912.

166 Article 1er du décret du 18 juillet 1899 sur l’École française d’Athènes.

167 De 1901 à 1904, le hollandais W. Vollgraff séjourne à l’École comme membre étranger et conduit des fouilles à Argos à partir de 1902, grâce aux subsides privés accordés par son compatriote Goedoop. Les membres belges, H. Demoulin et P. Graindor, fouillent au sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite à Tinos. G. Nicole et W. Deonna furent les premiers membres suisses. En 1905, le Danemark envoie F. Poulsen. Cf. D. Viviers, « Un enjeu de politique scientifique : la section étrangère de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent Cinquantenaire », 1996, p. 173-185.

168 Gustave Fougères (1863-1927), directeur de l’École française d’Athènes de 1913 à 1919.

169 M. Holleaux, Premier rapport à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1904, cité par R. Vallois dans « Centenaire de l’École d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique, supplément, Paris, 1946.

170 G. Rachet, Dictionnaire de l’archéologie, Paris, « Bouquins » R. Laffont, 1983, p. 278.

171 Exploration archéologique de Délos, XXX fascicules en trente-quatre volumes, Paris, 1909-1979.

172 C. Picard, « L’œuvre de l’École française d’Athènes », op. cit.

173 Cf. La Redécouverte de Delphes, École française d’Athènes, 1992.

174 Cf. Paris-Rome-Athènes. Le voyage en Grèce des architectes français aux xixe et xxe siècles, exposition Paris-Athènes-Houston, Paris, 1982.

175 Robert Demangel (1891-1952), directeur de l’École française d’Athènes de 1936 à 1950.

176 L. Rey, « Observations sur les premiers habitats de la Macédoine recueillies par le Service archéologique de l’armée d’Orient (1916-1919) », Bulletin de correspondance hellénique, 1921.

177 Ibid.

178 De 1902 à 1908, puis en 1913-1914, K. F. Kinch (1853-1921) et C. S. Blinckenberg (1863-1948) dirigèrent les fouilles à Lindos de Rhodes. Cf. A. Rathje et J. Lund, « Recent Danish Research in Classical Archaeology », Acta Hyperborea, 3, Copenhague, 1991, p. 11-56.

179 Albert Gabriel (1883-1972) participe aux fouilles et à la publication de Délos (1908-1911).

180 Pierre Jouguet (1869-1949). Directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, de 1928 à 1940.

181 É. Cartailhac, « Mea culpa d’un sceptique », L’Anthropologie, 1902.

182 H. Alcalde del Rio, H. Breuil, R. P. L. Sierra, Les Cavernes ornées de la région cantabrique. Espagne, Monaco, 1912.

183 L. et H. Siret, Les Premiers Âges du métal dans le sud-ouest de l’Espagne, Anvers, 1887. À l’Exposition internationale de Toulouse, en 1887, le rapport d’É. Cartaillhac sur les travaux des frères Siret leur vaut la médaille d’or.

184 L. Heuzey, « Statues espagnoles de style gréco-phénicien », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1890, p. 125 sq. ; id., Bulletin de correspondance hellénique XV, 1891, p. 608-625.

185 Arthur Engel (1855-1920), archéologue et numismate, fils de l’industriel Frédéric Engel-Dollfus qui, par son mécénat, facilita la création des Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École française de Rome.

186 Pierre Paris (1859-1931), fondateur de la Casa de Velazquez à Madrid.

187 E. Hübner, Die Antiken Bildwerke in Madrid, Berlin, 1862.

188 George Edward Bonsor (1855-?), peintre et archéologue britannique. Installé au château de Mairena del Alcor, dans la région de Séville, il dirige des fouilles à Carmona, puis s’associe aux travaux d’A. Engel sur ce site et à Osuna.

189 P. Paris, Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, Paris, 2 vol., 1903-1904.

190 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 27.8.1897, bibliothèque de l’Institut de France.

191 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 3.1.1898, bibliothèque de l’Institut de France.

192 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 7.5.1902, bibliothèque de l’Institut de France.

193 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 2.3.1903, bibliothèque de l’Institut de France.

194 Eugène Albertini (1880-1941), historien et archéologue français, directeur du Service des antiquités d’Algérie de 1923 à 1933. « Fouilles d’Elche », Bulletin hispanique, 1906, p. 333 sq.

195 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 25.3.1903, bibliothèque de l’Institut de France.

196 Lettre de P. Paris, correspondance avec L. Heuzey, 17.4.1903, bibliothèque de l’Institut de France.

197 R. Lantier, « Compte rendu des Cuadernos de Trabajos de la escuela Española de Historia e Arqueologia en Roma, 1.2 (1912-1914) », Journal des savants, 1916, p. 477 sq.

198 L. Liard, L’Enseignement supérieur en France, 1789-1889, t. 1, Paris, 1888.

199 G. Radet, « La Casa Velázquez », Revue philomatique, 32.1, 1929.

200 J. Luchaire, « Sur l’organisation des relations des universités françaises avec l’étranger », Publication de l’Institut français de Florence, Florence, 1910.

201 « Cinquantenaire de la Casa Velázquez », séance publique du 11 octobre 1978, Académie des inscriptions et belles-lettres, Académie des beaux-arts et Académie des sciences morales et politiques, Paris.

202 J. Luchaire, « Sur l’origine des relations des universités françaises avec l’étranger », op. cit., 1910.

203 J. Luchaire, L’Œuvre de la Commission de coopération intellectuelle à la Société des nations, Paris, 1924.

204 « Cinquantenaire de la Casa Velázquez », op. cit.

205 G. Radet, op. cit.

206 Id., « Une mission universitaire en Espagne », Bulletin hispanique, 10, 1908, p. 321 sq.

207 P. Paris, « Notes et réflexions sur notre propagande et l’état de l’opinion en Espagne. L’Espagne et la guerre. Kultur et civilisation », Bulletin hispanique, 18, 1916, p. 194 sq.

208 Raymond Lantier (1886-1980), conservateur en chef du musée de Saint-Germain-en-Laye de 1932 à 1956.

209 P. Paris, « La Casa Velázquez », Sud-Ouest économique, 182, janv. 1929, p. 19 sq.

210 M. Azaña, « Nuestra mision en Francia », Bulletin hispanique, 19, 1917, p. 26.

211  Cinquantenaire de la Casa Velázquez », op. cit.

212 R. Lantier, « Chronique ibéro-romaine, I-IV », Bulletin hispanique, 1 à 22, 1916-1920.

213 R. Lantier et J. Cabré, Le Sanctuaire ibérique de Castellar de Santisteban, Madrid, 1917.

214 R. Lantier, Inventaire de monuments sculptés pré-chrétiens de la péninsule Ibérique, Bordeaux, 1918.

215 P. Paris, Rapport sur le fonctionnement de l’École des hautes études hispaniques pendant l’année 1923-1924, Bordeaux, 1924.

216 Id., « Exploration archéologique de Bolonia, province de Cadix », Bulletin hispanique, 20, 1918, p. 77 sq.

217 P. Paris, op. cit., 1924.

218 P. Bosch-Gimpera, « My Archaeological Research and Souvenirs », Antiquity, 1974.

219 Hugo Obermaier (1877-1946), préhistorien allemand ; il quitte l’Espagne en 1936 et devient professeur de préhistoire à l’université de Fribourg en 1939.

220 P. Bosch-Gimpera (1891-1974), professeur à l’université de Barcelone, considéré comme le fondateur de l’école catalane d’archéologie. « La investigacion arqueologica en España », Investigacion y Progreso, 4, 1930, p. 2 sq.

221 A. Beltran, De Archeologia Aragonesa, I, Saragosse, 1978.

222 È. et J. Gran-Aymerich, R. Batista Noguera, « Á proposito de Pere Bosch-Gimpera y de su correspondencia inédita conservada en el Musée des antiquités nationales », Ampurias. 50° aniversario, 48-50, 1981-1989 (1993), p. 60-63.

223 E. Albertini, « Sculptures antiques du Conventus Tarraconensis », Anuari d’Estudis Catalans, 1911.

224 Juan Cabré Aguiló (1881-1947), archéologue espagnol. Collabore aussi avec l’abbé Breuil pour l’étude de l’art rupestre espagnol.

225 P. Paris, « Exploration archéologique de Bolonia, province de Cadix », op. cit., p. 77.

226 M. R. Lachner, « Casa de Velázquez : la institucion extranjera que más ha excavado en España », Revista de Arqueología, 1,2, 1980, p. 31.

227 Stéphane Gsell (1864-1932), directeur du Service des antiquités algériennes et d’art musulman à partir de 1902 et professeur au Collège de France.

228 Paris, 1893.

229 C. Jullian, « Travaux de l’École française sur l’histoire et l’archéologie de l’Italie et de l’Empire romain », dans L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931.

230 S. Gsell, La Nécropole de Vulci, Paris, 1892. Cf. A. Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine, Paris, Klincksiek, 1971, p. 179 ; F. Delpino, « Gli scavi di S. Gsell a Vulci (1889). La politica culturale dell’amministrazione per le antichità tra aperture internazionalistiche e autarchismo archeologico », Bullettino di Paletnologia Italiana, 86, Rome, 1995, p. 337-376.

231 C. Jullian, op. cit.

232 F. Messerschmidt, A. von Gerkan, « Die Nekropolen von Vulci », Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, XII, Ergänzungheft, Berlin, 1930.

233 Henri Graillot (1868-1949), élève de l’École normale supérieure, membre de l’École française de Rome de 1892 à 1895, professeur à la faculté des lettres de Toulouse. Directeur de l’Institut français de Florence. « Le temple de Conca (Satricum) », Mélanges de l’École française de Rome, 16, 1896, p. 131-164. Sur les difficultés rencontrées par les institutions archéologiques étrangères pour fouiller en Italie, cf. F. Delpino, op. cit.

234 S. Gsell et H. Graillot, « Exploration archéologique dans le département de Constantine », Mélanges de l’École française de Rome, 13, 1893, p. 461 sq., 14, 1894, p. 17-86 et 501-609.

235 Albert Grenier (1878-1946), premier directeur de la revue Gallia, directeur de l’École française de Rome à partir de 1945.

236 A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque. viiie-ive siècle avant notre ère, Bibliothèque des Écoles fançaises d’Athènes et de Rome, Paris, de Boccard, 1912.

237 Cf. A. Guidi, « The Development of Prehistoric Archaeology in Italy », Acta Archaeologica, 58, Copenhague, 1987, et Storia della paletnologia, Rome, Editori Laterza, 1988.

238 O. Montelius, La Civilisation primitive en Italie depuis l’introduction des métaux, Stockholm, 1895.

239 A. Grenier, op. cit., p. 57, note 1, avec référence à O. Montelius, La Civilisation primitive..., et note 2, avec référence aux travaux de L. Pigorini.

240 Ibid., p. 8 (souligné par nous).

241 Ibid., p. 5 (souligné par nous).

242 A. Grenier, Habitations gauloises et Villas latines dans la cité des Médiomatrices. Étude sur le développement de la civilisation gallo-romaine dans une province gauloise, Paris, 1906.

243 A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français (1880-1933), Paris, 1944.

244 A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque - viiie-ive siècle avant notre ère, Paris, 1912, préface p. 3.

245 Ibid., p. 6.

246 Ibid., p. 8.

247 Félix de Pachtère (1881-1916), tué sur le front de Macédoine, le 24 septembre 1916.

248 Dominique Anziani (1887-1914), mort au front en 1914.

249 G. Bloch, Les Origines du Sénat romain, Bibliothèque de l’École française d’Athènes et de Rome, 29 ; A. Piganiol, Essai sur les origines de Rome, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et Rome, 110.

250 L. Homo, Lexique de topographie romaine, 1900 ; id., La Rome antique, historique, guide des monuments, 1921 ; M. Besnier, L’Ile Tibérine dans l’Antiquité, 1902 ; A. Merlin, L’Aventin dans l’Antiquité, 1906.

251 Jérôme Carcopino (1881-1970), directeur de l’École française de Rome de 1937 à 1940, secrétaire d’État à l’Éducation nationale en 1941-1942.

252 Auteurs d’études sur Préneste et Terracine.

253 J. Carcopino, Virgile et les origines d’Ostie, Paris, 1919.

254 P. Grimal, C. Carcopino, P. Ourliac, J. Carcopino, un historien au service de l’humanité, Paris, 1981.

255 J. Carcopino, « Ostiensa », Mélanges de l’École française de Rome, 1910 et 1911.

256 Cf. C. Picard, « Archéologie méditerranéenne », La Science française, II. L’Occident étrusco-latin. A. Audollent consacre une étude à Clermont-Ferrand gallo-romain en 1910, F. de Pachtère signe avec C. Jullian un article sur l’autel des Nautes de Paris en 1912.

257 Cf. A. Merlin, « L’histoire de l’archéologie de l’Afrique du Nord », dans L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, op. cit.

258 R. Cagnat, Carthage, Timgad, Tébessa et les villes antiques de l’Afrique du Nord, 1909.

259 Paul Gauckler (1866-1911), directeur du Service des antiquités et des arts de la régence de Tunisie de 1895 à 1905. Les Nécropoles puniques de Carthage, 2 vol., 1915. Cf. A. Beschaouch, La Légende de Carthage, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993, p. 59.

260 Confié, en 1899, à L. Homo, membre de l’École française de Rome, et repris par A. Merlin en 1901 ; cf. E. Babelon, Ph. Berger, R. Cagnat et al., Recherches des antiquités dans le nord de l’Afrique, Paris, 1890.

261 Instructions pour la conduite des fouilles archéologiques en Algérie, Service des monuments historiques, Alger, 1901.

262 Ibid., p. 6.

263 Ibid., p. 9.

264 P. Pallary, « Instructions pour les recherches préhistoriques dans le nord-ouest de l’Afrique » : Mémoires de la Société historique algérienne, t. III, Alger, 1909.

265 Par exemple, J. de Morgan, avec la collaboration de L. Capitan et P. Boudy, « Études sur les stations préhistoriques du Sud tunisien », Revue de l’École d’anthropologie, 1910, t. IV, pp. 105-228.

266 Auguste Audollent (1864-1943), épigraphiste français.

267 S. Gsell, « Tipasa, ville de la Maurétanie césarienne », Mélanges de d’École française de Rome, 14, p. 291-450.

268 H. Graillot, S. Gsell, « Exploration archéologique dans le département de Constantine », Mélanges de l’École française de Rome, 13, 1893, p. 460-541, et 14, 1894, p. 17-86, p. 501-609.

269 1901.

270 Alger et Paris, 1902-1911.

271 E. Babelon, R. Cagnat, S. Reinach, Atlas archéologique de la Tunisie, Paris, 1914-1926.

272 S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, 8 vol., Paris, 1913-1928.

273 T. I, Paris, 1922.

274 R. Cagnat, Corpus Inscriptionum Latinarum, supplément au t. VIII : 1, Paris, 1891, 2, Paris 1894, 3, Paris, 1904.

275 Id., L’Armée romaine d’Afrique et l’Occupation militaire de l’Afrique sous les Empereurs, Paris, 1892.

276 Alfred Merlin (1876-1965), directeur du Service des antiquités et des arts de Tunisie de 1905 à 1920, puis conservateur du Département des antiquités au Louvre.

277 Corpus Inscriptionum Latinarum, vol. VIII, supplément, pars 4, Paris, 1916.

278 P. Jouguet, préface aux Mélanges Maspero, I. Orient ancien, Le Caire, 1935, second fascicule, p. XXIV.

279 James Edward Quibell (1867-1935), égyptologue anglais, inspecteur du secteur du Delta à partir de 1898, puis conservateur du musée du Caire de 1913 à 1923.

280 Ludwig Borchardt (1863-1938) fonde l’Institut allemand d’archéologie au Caire et le dirige de 1907 à 1928.

281 Par la Hearst Expedition, conduite par G. A. Reisner à Naga-ed-Der et Gizeh pour de Californie.

282 Emil Brugsch (1827-1894), égyptologue allemand, ami d’A.Mariette ; il collabore à ses travaux, puis fonde et dirige l’École d’archéologie du Caire.

283 Karl Richard Lepsius (1810-1884), professeur d’égyptologie à Berlin et conservateur des antiquités égyptiennes du musée de Berlin.

284 Deutsches Institut für ägyptische Altertumskunde, rattaché au Deutsches Archäologisches Institut en 1927.

285 Friedrich Wilhelm von Bissing (1873-1956), professeur à l’université de Munich ; il travaille au Catalogue du musée du Caire.

286 George Andrew Reisner (1867-1942), professeur à Harvard et conservateur du département égyptien au Museum of Fine Arts de Boston de 1910 à 1942.

287 En 1881, G. Maspero dirige à la fois l’École française du Caire et le Service des antiquités. De 1883 à 1885, E. Grébaut dirige l’École, puis assure la responsabilité du Service de 1886 à 1892.

288 J. de Morgan, Le Trésor de Dachour, Paris, 1894 ; id., Fouilles à Dachour, 2 vol., Paris, 1895-1903. Cf. Un siècle de fouilles françaises en Égypte. 1880-1980, École du Caire-Musée du Louvre, Paris, 1981.

289 Cf. P. Lacau, dans Annales du Service des antiquités d’Égypte, XIX, 1920.

290 M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, Londres, 1991.

291 J. de Morgan, Recherches sur les origines de l’Égypte, Paris, 1896-1897.

292 Dans les années vingt, J. de Morgan lui-même, P. Bovier-Lapierre et É. Vignard font porter leurs recherches sur le paléolithique égyptien, en même temps que G. Caton-Thompson fouille à Hamamieh le premier site pré-dynastique bien stratifié. Cf. P. Montet, « L’Égypte préhistorique », dans A. Varagnac (dir.), L’Homme avant l’écriture, 2e éd., Paris, Armand Colin, 1968, p. 240-276.

293 J. Sainte-Fare-Garnot, « L’Institut français d’archéologie orientale du Caire », Revue de l’Enseignement supérieur, 1953 ; J. Vercoutter (dir.), Institut français d’archéologie orientale. Livre du Centenaire, Le Caire, 1980.

294 J. Vercoutter, op. cit., introduction.

295 Les Annales du Service des antiquités égyptiennes paraissent pour la première fois en 1900. É. Chassinat crée le Bulletin et la Bibliothèque d’études en 1908.

296 É. Naville, Textes relatifs au mythe d’Horus, recueillis dans le temple d’Edfou, 1870.

297 W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who Was Who in Egyptology, op. cit., p. 61.

298 Georges Bénédite (1857-1926), conservateur au Musée du Louvre de 1907 à 1926.

299 Miroirs. Catalogue du musée du Caire, Le Caire, 1907 ; Objets de toilette. Catalogue du musée du Caire, Le Caire, 1911.

300 G. Bénédite, « La formation du musée égyptien au Louvre », La Revue de l’art ancien et moderne, 1923.

301 Ibid.

302 Ibid.

303 Attaché à la Compagnie universelle du canal de Suez, il fouille à Tell el-Maskouta, en 1908, puis à Kom Kalzun. Il fait construire un musée à Ismaïlia.

304 Les fouilles durent deux ans, de 1904 à 1906.

305 A. Grenier, introduction du Manuel d’archéologie gallo-romaine, Paris, 1936, p. 32.

306 En 1903-1904.

307 Mars-mai 1907.

308 En 1911.

309 Adolphe Joseph Reinach (1887-1914), fils de Joseph Reinach et membre de l’École française d’Athènes (1909-1911).

310 Raymond Weill (1874-1950), directeur à l’École pratique des hautes études à partir de 1928, président de la Société française d’égyptologie.

311 È. et J. Gran-Aymerich, « Jane Dieulafoy », Archéologia, n° 189, avril 1984, p. 77-81 ; id., Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, op. cit. ; F. Tallon, « Les fouilles de Marcel Dieulafoy à Suse. La résurrection du palais de Darius », dans N. Chevalier (éd.), Une mission en Perse, Paris, Réunion des musées nationaux, 1997, p. 46-55.

312 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Paris, 1946 ; R. Boucharlat, « A History of the Délégation archéologique française en Iran », Iranian Studies, New York, 1996.

313 J. de Morgan attache à la Délégation des jeunes gens appelés à prendre la relève : ainsi, en 1902, R. de Mecquenem (1877-1957), P. Toscanne, M. Pézard (1877-1923), L.-C. Watelin (1874-1934), P. Chennevier, M. Pillet (1881-1964), le R. P. V. Scheil, (1858-1940) assyriologue, G. Jéquier (1868-1946), égyptologue et linguiste, attaché au Service des antiquités d’Égypte sous la direction de J. de Morgan, J.-É. Gautier (1861-1924) assyriologue et historien, G. Lampre (1855-1912).

314 Cf. È. Gran-Aymerich, « Archéologie et politique française en Iran. Convergences et contradictions », Orient et orientalisme, Deuxièmes journées de l’Orient de la Société asiatique, sous presse.

315 A. Parrot, op. cit., t. I.

316 J. de Morgan, sur les couches profondes de l’acropole de Suse », Mémoires de la mission archéologique de Susiane, XIII, 1912.

317 Ibid.

318 E. Pottier, « Sur les vases peints de l’Acropole de Suse », Mémoires de la Délégation en Perse, XIII, 1912.

319 J. de Morgan, op. cit., 1912.

320 V. Scheil, « Textes élamites sémitiques (code de Hammourabi) », Mémoires de la Délégation en Perse, IV, 1902.

321 A. Parrot, op. cit., t. I, p. 170.

322 Cf. S. Lloyd, Foundations in the Dust, op. cit. J. Bottéro et M. J. Stève, Il était une fois Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

323 Walter Andrae (1875-1956), directeur du Vorderasiatischen Museum de Berlin.

324 A. Parrot, op. cit., t. I.

325 Karl Bezold (1859-1922), assyriologue allemand, auteur du Catalogue of Cuneiform Tablets in the Kuyunjik Collection, 2 vol., Londres, 1889-1899.

326 L. W. King (1869-1919), assistant au département assyrien et égyptien du British Museum.

327 H. C. Rawlinson, Cuneiform Inscriptions of Western Asia, Londres, 5 vol., 1860 à 1884.

328 Cuneiform Texts from Babylonian Tablets... in the British Museum, Londres, le premier volume date de 1896.

329 Thomas Edward Lawrence (1888-1935), officier et archéologue britannique connu comme le fameux « Lawrence d’Arabie ». Cf. en dernier H. Laurens, Lawrence en Arabie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1992.

330 Sir Charles Leonard Woolley (1880-1960), capitaine de l’Intelligence Service en Égypte, dirige le chantier d’Ur de 1922 à 1934.

331 Les travaux sont dirigés par Ernst Hertzfeld et révèlent la céramique protohistorique qui, comme celle de Tell Halaf, remonte au IVe millénaire.

332 Le chantier est dirigé par Julius Jordan, qui avait appartenu à l’expédition de R. Koldewey à Babylone.

333 En 1888 est créée la Babylonian Exploration Fund et montée la Wolfe Expedition, dont les membres dirigés par Peters fouillent à Nippur, entre 1889 et 1900. Les travaux, menés sans méthode et sans souci ni de l’architecture ni des textes inscrits, se déroulent dans la plus grande confusion et ne sont pas d’un grand profit scientifique. La Babylonian Exploration Fund est finalement dissoute.

334 « De 35 000 à 40 000 tablettes furent jetées sur le marché de Bagdad et de Bassora » : A. Parrot, op. cit., vol. I, p. 133.

335 François Thureau-Dangin (1872-1944), épigraphiste français chargé de la lecture des textes de Tello, conservateur au Département des antiquités orientales du Louvre de 1908 à 1928.

336 Au début de 1929, l’abbé H. de Genouillac rouvre le chantier de Tello, abandonné aux clandestins depuis le départ du capitaine Cros pour l’Algérie. Il mène trois campagnes jusqu’en 1931 et procède à une fouille stratigraphique, qui révèle des niveaux archaïques semblables à ceux d’Ur et d’Uruk, toutes les périodes de la protohistoire mésopotamienne y étant représentées. Cf. A. Parrot, op. cit., t. I.

337 F. Thureau-Dangin, Inscriptions de Sumer et d’Akad, Paris, 1905.

338 E. de Sarzec et L. Heuzey, Découvertes en Chaldée, Paris, 1884-1912.

339 Père Vincent Scheil (1858-1940), directeur à l’École pratique des hautes études ; « Une saison de fouilles à Sippar », Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, vol. I, 1902.

340 La Palestine Exploration Fund, créée à Londres en 1865, et les sociétés allemandes de Cologne et Leipzig (Deutsche Verein von heiligen Lände et Deutsche Verein zur Erforschung Palästinas), fondées respectivement en 1876 et 1877. La Deutsche Orient Gesellschaft, fondée en 1898 et active en Égypte et au Proche-Orient, procède à une exploration générale de la Palestine.

341 Pour l’histoire de l’archéologie en Palestine, cf. en particulier L. H. Vincent, Canaan d’après l’exploration récente, Paris, 1907 ; G. Contenau, Manuel d’archéologie orientale depuis les origines jusqu’à l’époque d’Alexandre, Paris, 4 vol., 1927-1947 ; U. Haussmann, Handbuch der Archäologie, Allgemeine Grundlagen der Archäologie, Munich, 1969.

342 Tell Zakariya, Tell Djedeideh, Tell Sandahannah, Tell es-Safy.

343 De 1902 1905, puis de 1907 à 1909.

344 En 1899, au nom de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

345 George Andrew Reisner (1867-1942), égyptologue, conservateur du département égyptien au Museum of Fine Arts de Boston de 1910 à 1942, professeur d’égyptologie à Harvard de 1914 à 1942.

346 Cf. Helga Weypert, Vorderasien II. Band I., Palästina in vorhellenistischer Zeit, 1988 : U. Haussmann (éd.), op. cit.

347 De 1903 1908.

348 De 1898 à 1903 à Tell Ta’annak, et de 1907 à 1909 pour Jéricho.

349 H. Laurens, Lawrence en Arabie, op. cit., p. 27.

350 Id., L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993.

351 Pour l’histoire de l’École biblique de Jérusalem, voir : Commémoration du centenaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, séance publique annuelle de l’Académie des inscriptions et belles-lettres du 23 novembre 1990, interventions de J. Leclant, A. Caquot (« L’exégèse et l’épigraphie sémitiques à l’École biblique »), E. Will (« L’École biblique et la découverte archéologique »).

352 Révérend Père Marie-Joseph Lagrange (1865-1938), premier directeur de l’École de Jérusalem, prononce ses vœux à Salamanque. En 1888, il se rend avec le père V. Scheil en Autriche, puis en 1889 à Jérusalem avec le projet de créer à la maison Saint-Étienne une « faculté d’écriture sainte ».

353 R. P. Paul-Édouard Dhorme (1881-1966). Dominicain, exégète et assyriologue, directeur à l’École pratique des hautes études et professeur au Collège de France de 1933 à 1951.

354 En 1907.

355 Le père Raphaël Savignac fouille en 1937 avec R. Guérin de Vaux, directeur de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, à Ma’in en Jordanie.

356 Duc H. d’Albert de Luynes, Voyage d’exploration à la mer Morte, Paris, 1864, t. III; Louis Lartet, Géologie. Essai sur la géologie de la Palestine et des contrées avoisinantes, telles que l’Égypte et l’Arabie, Paris, 1869.

357 Revue biblique, 1897, p. 439-449.

358 À Tell el-Hesy, en 1890.

359 R. P. L.-H. Vincent, Canaan, d’après l’exploration récente, 1907.

360 Ibid., cf. table des matières.

361 Ibid., p. 300.

362 M. W. Flinders Petrie, Tell el-Hesy, Londres, 1891, p. 40.

363 F. J. Bliss a été à l’école de Flinders Petrie en Égypte et perfectionne ses théories en Palestine. Cf. en particulier F. J. Bliss et R. A. Macalister, Excavations in Palestine during the Years 1898-1900, Londres, 1902, en particulier « Part II. The Pottery », p. 71-141.

364 E. Will, « L’École biblique et la découverte archéologique », dans Commémoration du centenaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, Académie des inscriptions et belles-lettres, séance annuelle du 23 novembre 1990, p. 36.

365 À la fin de 1912, le gouvernement britannique a reconnu à la France la primauté d’influence sur la Syrie.

366 « À travers les nécropoles sidoniennes », Revue biblique, octobre 1904.

367 Théodore Reinach (1860-1928), frère de Salomon Reinach, est l’un des meilleurs numismates de son temps (Recueil des monnaies d’Asie Mineure) ; Hamdi Bey et Reinach, Une nécropole royale à Sidon. Fouilles de Hamdi Bey, Paris, 1892.

368 G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. IV, La Grèce primitive, l’art mycénien, Paris, 1894, p. 12.

369 W. Dörpfeld établit avec certitude la chronologie de Troie (Troja und Ilion, Athènes, 1902) et, alors que Schliemann reconnaissait l’Ilion d’Homère dans les vestiges de Troie II (en fait, cité de l’âge du bronze ancien III, vers 2500-2300 av. J-C.), Dörpfeld la place en Troie VI (vers 1750-1250 av. J.-C.)

370 Annali dell’Instituto di Corrispondenza archeologica, III.1, 1831, pp. 5-218, 221-270.

371 E. Pottier, « Sur les vases peints de l’acropole de Suse », Mémoires de la Délégation en Perse, t. XIII, Paris, 1912.

372 Ibid., p. 60.

373 G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. VI, La Grèce primitive, l’art mycénien, op. cit., p. 10.

374 E. Pottier, Philologie archéologique, Paris, 1898.

375 S. Reinach, « La méthode en archéologie », Revue du mois, 1911, p. 279-292.

376 Ainsi M. Collignon met-il au point l’Histoire de la céramique grecque d’O. Rayet, Paris, 1888, et S. Reinach publie-t-il un Répertoire des vases peints grecs et étrusques, t. I, 1899, t. II, 1900, un Répertoire des reliefs grecs et romains, en 3 vol., 1909-1912, un Répertoire des peintures grecques et romaines, 1922, et Apollo. Histoire générale des arts plastiques professée à l’École du Louvre, 1904.

377 S. Reinach : « On peut dire qu’un archéologue non historien n’est qu’à moitié archéologue », La méthode en archéologie, op. cit., p. 280.

378 Cf. l’article de J. de Morgan, « Les fouilles archéologiques : leur portée documentaire », Revue de synthèse, 1931, p. 283 sq.

379 Ibid., p. 288.

380 C. Jullian, Au seuil de notre histoire, Bibliothèque de la Revue des cours et conférences, Paris, 1930.

381 C. Jullian prononçant, au Collège de France, le 4 décembre 1907, son « Plaidoyer pour la préhistoire », soulignait sa dette envers J. Déchelette, qui lui avait transmis les pages de son Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine publié entre 1908 et 1913.

382 J. Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889.

383 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris et Rome, 1891.

384 Cf. A. Grandazzi, La Fondation de Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1991, chapitre premier.

385 Giacomo Boni (1859-1925), dirige les fouilles du Forum, du Palatin, du Forum de Trajan et du mur de Servius Tullius.

386 A. Guidi, « The development of prehistoric archaeology in Italy », Acta Archaeologica, 58, Copenhague, 1987 ; id., Storia della paletnologia, Rome, 1988, p. 54-55.

387 G. Boni, « Il metodo negli scavi archeologici », Nuova Antologia, 16 juillet 1901, p. 312-322.

388 Ibid., p. 312 (souligné par nous).

389 Ibid., p. 316.

390 Ibid., p. 319.

391 Ibid., p. 320.

392 A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque, viiie-ive siècle avant notre ère, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, Paris, de Boccard, 1912.

393 Ibid., p. 3-4.

394 Ibid., p. 8.

395 Revue de synthèse historique, fondée en 1900 et dirigée par Henri Berr, Lucien Febvre, Paul Langevin et Abel Rey. Parmi les archéologues, J. Carcopino et J. Toutain sont membres de la section de synthèse historique. Cf. L. Febvre, Lettres à Henri Berr, présentées et annotées par J. Pluet et G. Candaz, Paris, Fayard, 1997.

396 H. Berr, « Pour l’“histoire militante” », Revue de synthèse historique, t. 51, fasc. 3, 1931, p. 281.

397 C. Jullian, « Playdoyer pour préhistoire », lecture faite France, dans Au seuil de notre histoire, Paris, 1930.

398 J. de Morgan, L’Humanité préhistorique, collection « L’Évolution de l’Humanité », dirigée par H. Berr, Paris, 1921.

399 Cf. G. de Mortillet et sa revue Les Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme, créée en 1864. Sur G. de Mortillet et ses conceptions scientifiques : N. Richard, « La Revue L’Homme de G. de Mortillet. Anthropologie et politique au début de la IIIe République », dans Histoire de la préhistoire, Bulletin de la Société préhistorique française, 90, 1993.

400 N. Coye, « L’âge de la pierre polie : un égarement méthodologique », Bulletin de la Société préhistorique française, 90, op. cit., pp. 69-86.

401 P. Du Chatellier, La Poterie aux époques préhistoriques et gauloise en Armorique, Rennes-Paris, 1897.

402 A. Dumont, directeur de l’Enseignement supérieur entre 1879 et 1884, confie au préhistorien É. Cartailhac un cours libre à la faculté des sciences de Toulouse. Celui-ci donne par la suite un cours d’archéologie préhistorique à la faculté des lettres, mais ne bénéficie cependant pas du titre de « chargé de cours » et n’est par conséquent pas rémunéré par le ministère de l’Instruction publique : È. et J. Gran-Aymerich, « É. Cartailhac », Archéologia, n° 199, fév. 1985, p. 63-66.

Table des illustrations

Légende 114. Salomon Reinach (1858-1932).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 115. Série A de fibules de l’Italie septentrionale, publiées par O. Montelius, l’un des initiateurs de la typologie. O Montelius, La Civilisation primitive en Italie depuis l’introduction des métaux, première partie, Stockholm, Imprimerie royale, 1895, pl. 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 116. Heinrich Schliemann (1822-1890), portrait paru dans l’ouvrage de C. Schuchhardt, Schliemanns Ausgrabungen, Leipzig, 1891. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 117. Mycènes, vue générale prise de l’ouest, restauration de C. Chipiez. G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. 6, La Grèce primitive, Paris, 1894. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 118. Troie (Hissarlik), vue du grand mur de fondation de l’« acropole de la deuxième cité », du côté est. H. Schliemann, Troja : Results of the latest Researches and Discoveries on the site of Homer’s Troy, Londres, John Murray, 1884, p. 55. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 119. Planche d’objets découverts à Troie (Hissarlik). H. Schliemann, Atlas des antiquités troyennes, Leipzig Paris, 1874, pl. 119. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 120. Troie (Hissarlik), plan général des ruines. H. Schliemann, Atlas des antiquités troyennes, Leipzig, Paris, 1874, pl. 214. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 121. Plan de Troie établi par W. Dörpfeld au cours des travaux qu’il dirige sur le site pour Schliemann : on appréciera la différence entre le plan d’un amateur et celui d’un architecte-archéologue. D’après C. Schuchhardt, Schliemanns Ausgrabungen, Leipzig, 1891. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 122. Portrait de Sir Arthur Evans (1851-1941) paru dans The Palace of Minos at Knossos, vol. 4.1, Londres, 1921. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende 123. Cnossos, coupe de la cour ouest. A. Evans, The Palace of Minos at Knossos, vol. 4.1, Londres, 1921, p. 33. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 124. Cnossos (Crète), la salle du trône au moment de sa découverte. Fonds Homolle, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 125. Jacques de Morgan (1857-1924), collection M. Jaunay, Marseille.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 126. Edmond Pottier (1855-1934). D’après R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux d’É. Pottier », Institut de France, 1935.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 127. Suse (Iran), « Coupe théorique du tell de l’acropole » par J. de Morgan, « Observations sur les couches profondes de l’acropole à Suse », Mémoires de la Délégation en Perse, t. XIII, p. 23. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 128. Théophile Homolle (1848-1925). Portrait photographique conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 129. L’intérieur du musée de Delphes à l’époque de sa construction : le cliché montre le célèbre aurige et probablement T. Homolle à droite. Fonds Homolle, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 130. La « Dame d’Elche » découverte par des ouvriers le 4 août 1897, dans la province d’Alicante, en Espagne. Elle fut très rapidement acquise par P. Paris pour le Musée du Louvre. Première photographie publiée par P. Paris dans Monuments et Mémoires de la Fondation Eugène Piot, 1897, pl. XIII. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 131. Pierre Paris (1859-1931). D’après A. Audollent, « Notice sur la vie et les travaux de M. Pierre Paris… », Institut de France, 1940.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 132. Stéphane Gsell (1864-1932), debout à droite, pose avec la promotion de 1886-1887 de l’École française de Rome.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 133. Vincent Scheil (1858-1940). Portrait réalisé à l’École pratique des hautes études (Sorbonne) et conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 134. Robert Koldewey (1855-1925). Portrait en frontispice de Das wieder erstehende Babylon, Leipzig, 1925. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 135. Babylone. R. Koldewey, Das wieder erstehende Babylon, Leipzig, 1925, p. 27. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 136. Tello (Chaldée), le bassin sous le palais. E. de Sarzec, Découvertes en Chaldée par E. de Sarzec, publié par les soins de Léon Heuzey, Paris, Ernest Leroux éditeur, 1884-1912, pl. 61 bis. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7698/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site