Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Troisième partie. L’archéologie moderne (1885-1945)

Chapitre 6. L’archéologie classique et la préhistoire de l’Orient (1885-1918)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1885, l’archéologie, tout d’abord définie à la fin du xviie siècle comme « science des objets et des monuments », s’est pourvue de méthodes et de principes rigoureux, et s’est résolument portée sur le terrain en Grèce et en Égypte, où les institutions créées par les grandes nations européennes organisent des chantiers pour l’exploration de sites importants, selon des méthodes scientifiques inspirées par les architectes.

En France, la profonde réforme de l’Université, qui favorise l’archéologie en lui réservant des chaires et en poursuivant la création de « missions permanentes » à l’étranger, a reçu une impulsion décisive et irréversible. Le mouvement imprimé se poursuivra jusqu’en 1939, pour culminer avec la création du CNRS, mais, dès la fin du xixe siècle, les conditions indispensables à l’essor de l’archéologie sont réunies : la formation des archéologues est assurée par les facultés, l’École normale supérieure et les écoles d’application, l’École pratique des hautes études, l...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540