Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Deuxième partie. Institutions nouvelles et essor des recherches (1848-1885)

Chapitre 5. L’archéologie dans l’entreprise de redressement national (1870-1885)

Texte intégral

1Quand la guerre avec la Prusse éclate, immédiatement conclue par le désastre français, l’archéologie est frappée en plein essor : la participation de Léon Renier au Corpus Inscriptionum Latinarum de l’Académie de Berlin est ajournée. En Italie, le projet d’implanter à Rome une école française avorte avant même d’avoir reçu un début de réalisation. En Grèce, les fouilles que Paul Foucart a prévues pour Delphes, et pour lesquelles il a obtenu les crédits nécessaires, sont annulées. La réforme de l’École d’Athènes, préparée dès la disparition en 1867 de son directeur, Amédée Daveluy, ne sera effective qu’en 1874. Enfin, Charles Clermont-Ganneau doit renoncer à la mission en Phénicie et Palestine, alors qu’il se promettait d’y prolonger les travaux d’Ernest Renan.

La « crise de la conscience française1 » et le mouvement historique

  • 1 En référence à P. Hazard, La Crise de la conscience européenne (1680-1715), Paris, 1935.

2La situation assez particulière de l’archéologie à la veille de la défaite de 1870 explique peut-être le rôle joué par certains de ses représentants, Ernest Renan ou Albert Dumont par exemple, dans la réorganisation de la science française.

  • 2 E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, 1871, Paris, Éd. Complexe, 1990.
  • 3 Ibid., p. V (éd. 1990).
  • 4 Ibid., p. VI.
  • 5 Ibid., p. 55 et 95.

3Alors que la guerre fait encore rage, Renan écrit et publie sa Déception, analyse les symptômes et les causes de la crise qu’il traverse2. Sa « chimère », « l’alliance intellectuelle, morale et politique de l’Allemagne et de la France, alliance entraînant celle de l’Angleterre [...] est détruite pour jamais3 ». Lui qui a été formé à la philosophie, à la critique allemandes, lui, « avait été [la] maîtresse4 », a, par la guerre, la révélation de la violence prussienne, prend conscience que la victoire remportée par l’Allemagne est celle « de la science et de la raison », et que « l’infériorité de la France a été surtout intellectuelle5 ».

  • 6 A. Dumont, L’Administration et la Propagande prussiennes en Alsace, Paris, 1871.
  • 7 G. Perrot, Notes manuscrites rédigées lors du siège de Paris, s.l.d.
  • 8 Id., « L’École française d’Athènes : comment on la juge à l’étranger », Revue de l’Instruction publ (...)
  • 9 C. Lenormant et J. de Witte, L’Élite des monuments céramographiques, Paris, 1844.
  • 10 P. Le Bas, Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure, Paris, 1847.

4Georges Perrot ou Albert Dumont6 manifestent le même cruel désenchantement, à l’égard de ceux que le premier désigne comme des « sauvages frottés de mathématiques7 ». La déception est d’autant plus amère pour les philosophes et archéologues que les principes et les méthodes de leurs sciences ont été conçus et développés en Allemagne. G. Perrot, en 1865, se réjouissait que fût projetée une mission permanente allemande à Athènes, manquerait pas d’avoir « effet bénéfique d’émulation les membres de notre École8 ». En effet, même si la céramologie est illustrée par Charles Lenormant et Jean de Witte à partir de 18499, si les travaux de Jean-Antoine Letronne, les missions de Philippe Le Bas10 et le projet d’un Corpus dès 1829 attestent l’intérêt que l’on porte en France à l’épigraphie grecque et latine dans les premières décennies du xixe siècle, il est indéniable que l’Institut de correspondance archéologique de Rome, dont la section française est très active jusqu’en 1848, joue un rôle déterminant dans le progrès de ces sciences.

  • 11 E. Gerhard, « Rapporto intorno i vasi volcenti » : Annales de l’Institut de correspondance archéolo (...)
  • 12 D. Raoul-Rochette, Monuments inédits d’antiquité figurée grecque, étrusque et romaine, Paris, 1828- (...)
  • 13 C.-E. Beulé, L’histoire de l’art grec avant Périclès, Paris, 1868.

5Le Rapporto intorno i vasi Volcenti11 d’Eduard Gerhard jette, dès 1831, les bases de la céramologie, et les « corpus », que l’Institut romain constitue et publie à partir des collections italiennes, fournissent à Désiré Raoul-Rochette12, Charles-Ernest Beulé13 ou Albert Dumont les références de leurs propres travaux.

  • 14 T. Mommsen, Études osques, Berlin, 1845-1846.

6Dans la naissance du Corpus Inscriptionum Latinarum, les épigraphistes français et allemands se disputent l’appui de Bartolomeo Borghesi, et si Théodore Mommsen finit par l’emporter et poser la première pierre de l’entreprise prussienne14, c’est parce qu’il met à profit les liens d’étroite collaboration entre épigraphistes italiens et allemands au sein de l’Institut et, avec Kellermann et Henzen, bénéficie des leçons du grand maître italien. Stimulés, les Français publient les œuvres de B. Borghesi, sous la direction de L. Renier, qui, lui-même, par ses missions en Algérie, donne à l’épigraphie latine un éclat intense.

  • 15 C. Digeon, La Crise allemande de la pensée française, Paris, 1959, p. 32.

7Léon Heuzey, Georges Perrot, Paul Foucart, pour ne citer que les plus prestigieux des membres de l’École d’Athènes, poursuivent dans la voie tracée par P. Le Bas, mais leurs missions en Grèce sont aussi à l’image des « Reisen » que les Allemands et les Autrichiens, préparés par l’Institut de Rome, accomplissent dans tout le domaine hellénique. À ces jeunes gens, qui connaissent les faiblesses du système universitaire français, « l’Allemagne des universités indépendantes devait bien apparaître comme la terre libératrice, comme le pays où l’on découvrait par la critique religieuse, par l’histoire, par la philologie, par la philosophie, les domaines prodigieux du passé15 ».

  • 16 E. Renan, L’Avenir de la science, pensées de 1848, op. cit.

8L’humiliation de la défaite transforme l’admiration pour l’Allemagne intellectuelle en volonté de l’égaler, et même de la dépasser sur ses terrains d’excellence : ainsi, E. Renan, G. Perrot, A. Dumont, O. Rayet, tous philologues et archéologues, déplorent-ils le défaut de véritable organisation de la science et l’insuffisance des crédits qui lui sont alloués. Dès 1848, E. Renan16 en appelait à une plus grande participation de l’État dans le développement scientifique et proclamait comme la première des sciences la philologie, celle qui fournissait ses bases les plus solides à l’histoire, l’histoire pratiquée selon les règles énoncées par les savants allemands, c’est-à-dire renforcée par l’épigraphie et par l’archéologie.

  • 17 O. Rayet, « Les Antiques au musée Berlin », La Gazette des beaux-arts, 1er sept. 1882 ; id., dans É (...)
  • 18 Id., articles sur les fouilles d’Olympie parus dans La Gazette des beaux-arts en 1875-1876, et repr (...)

9En 1882, O. Rayet compare l’attitude de la France et de l’Allemagne en matière de politique culturelle : « Le Landstag prussien et le Reichstag allemand [...] sont des assemblées beaucoup moins paralysées par la peur des braillards de comités électoraux et beaucoup plus accessibles à l’intelligence des nécessités du gouvernement. Les crédits qu’elles votent pour la fonte des canons et l’achat de torpilles ne les empêchent pas de pourvoir fort généreusement les établissements d’instruction supérieure, les musées et les entreprises scientifiques.17 » O. Rayet lance enfin cet appel pressant aux politiques français : « Puissiez-vous comprendre enfin que l’argent est le nerf de l’érudition aussi bien que de la guerre, et témoigner aux études de l’Antiquité le quart de l’intérêt que leur portent la Chambre des Communes de Londres ou le Reichstag de Berlin !18 »

  • 19 A. Dumont, « Comparaison des études d’érudition en France et en Allemagne », Revue des Deux Mondes,(...)

10Comme tous les intellectuels français de cette époque, les philologues, archéologues et épigraphistes ont la conviction que le redressement national passe par l’essor de la science ; or, le modèle scientifique, qui a favorisé la réussite et la victoire de l’Allemagne, est fourni par la philologie qui, « en établissant les lois de la fixation des langues, a montré par un exemple incontestable combien sont certaines les règles qui président au développement des facultés sociales19 ».

  • 20 P. Nora, « Lavisse, instituteur national », dans Les Lieux de mémoire, t. I, La République, Paris, (...)
  • 21 Cité par P. Nora, ibid.

11Cette science développée en Allemagne apparaît par voie de conséquence, comme étroitement liée au sentiment national20. Si l’histoire, qui doit favoriser le sursaut de la nation humiliée, devient sous la IIIe République « la reine des sciences », elle est redevable de son rang à la philologie; en effet, pour E. Lavisse lui-même, « le véritable historien est un philologue21 ». Et l’historien des « institutions politiques de l’ancienne France », Numa Fustel de Coulanges (1830-1889), qui milite si activement pour la renaissance française, n’est-il pas ancien membre de l’École d’Athènes, formé à la philologie et à l’épigraphie à l’École normale supérieure ?

12Si l’on tient compte des liens étroits entretenus à cette époque par la philologie et l’histoire, on s’explique mieux le rôle tenu par les représentants de la première dans la réforme du système universitaire.

La réforme universitaire

13Albert Dumont, ancien membre de l’École d’Athènes, est nommé directeur de l’Enseignement supérieur en 1879 et joue un rôle de premier plan dans la réforme de l’Université. Or, auparavant, il a donné son orientation et son organisation définitives à l’École d’Athènes, en même temps qu’il concourt à fonder l’École française de Rome.

  • 22 A. Dumont, Essai sur l’éphébie attique, Paris, 1875.
  • 23 Id., Essai sur la chronologie des archontes athéniens postérieurs à la CXXIIeolympiade et sur la su (...)

14Normalien, il est admis à l’École française d’Athènes en 1864 : pendant les quatre années de son séjour en Grèce, et parallèlement aux explorations dans le Péloponnèse, les îles et la Thrace, il accomplit un travail considérable sur les collections de la capitale grecque. En moins de deux ans, après avoir recueilli, dépouillé et classé les plus infimes débris de monuments écrits ou figurés, il établit un véritable corpus des inscriptions céramiques de la Grèce. Il examine ainsi plusieurs dizaines de milliers de tessons. Il classe les inscriptions qui touchent à l’éphébie athénienne, et tout particulièrement celles que les fouilles de la Société archéologique d’Athènes avaient révélées en 1860. L’Essai sur l’éphébie attique22 est directement issu de ce minutieux dépouillement, ainsi que sa thèse, Essai sur la chronologie des archontes athéniens23, soutenue en Sorbonne en 1870. Il recourt à l’archéologie et à l’épigraphie pour établir des faits nouveaux et certains, qui complètent et assurent la chronologie grecque.

88. Albert Dumont (1842-1884), buste par Jules Chaplain, faculté des Lettres de Paris.

89. Georges Perrot (1832-1914), premier titulaire de la chaire d’archéologie créée à la Sorbonne en 1876. Album de photographies prises à la Sorbonne, bibliothèque de l’Institut de France.

90. Maxime Collignon (1849-1917) devant ses étudiants dans la « salle des collections d’art ancien » que G. Perrot comparait aux laboratoires allemands pour déplorer la modicité des moyens mis en œuvre par le gouvernement français. Album de photographies prises à la Sorbonne, bibliothèque de l’Institut de France.

  • 24 A. Dumont et J. Chaplain, « Les vases peints de la Grèce propre », Journal des savants, sept. et dé (...)

15La pratique scientifique de l’archéologie et de l’épigraphie, l’ingrat travail de dépouillement systématique d’objets sans valeur artistique, lui permettent de fonder avec certitude des faits historiques. Il adopte tout à fait la même optique que les savants allemands, rompus à la rédaction de corpus et d’inventaires, qui réagissent favorablement à l’ouvrage de Dumont, comme l’atteste l’une de ses lettres, datée du 8 mai 1873 : « Les Archontes font beaucoup parler d’eux en Allemagne [...]. Ce livre est de ceux que les érudits ont toujours sous la main. » Il applique ensuite les mêmes principes à l’étude des vases peints, se fixant pour but l’élucidation de leur provenance24.

16Comme ses aînés, Heuzey, Perrot, Foucart, il défend à l’École et malgré son directeur, une conception scientifique des études sur l’Antiquité, celle que l’Institut de correspondance archéologique de Rome a imposée depuis 1829. Quand meurt Amédée Daveluy en 1867, le projet prussien de mission permanente à Athènes imitée de l’Institut de Rome préoccupe les milieux politiques et scientifiques : entre la France et l’Allemagne, le temps n’est plus de la rivalité courtoise et de l’émulation salutaire ; il s’agit désormais de ne pas céder un pouce de terrain à la Prusse et d’assurer à l’École d’Athènes un véritable rôle national.

  • 25 A. Dumont à A. Geffroy, lettres des 2 et 18 avril 1867, citées par G. Radet, op. cit.
  • 26 Auguste Geffroy (1820-1895). Directeur de l’École française de Rome de 1876 à 1882, puis de 1888 à (...)
  • 27 G. Radet, op. cit.

17A. Dumont qui, depuis son arrivée à Athènes, s’est voué tout entier à l’illustration scientifique de l’École, conçoit pour elle un projet de réforme qu’il expose dans ses lettres à Auguste Geffroy25, appelé à devenir directeur de la future École d’archéologie de Rome26. À ses yeux, il faut faire de l’École d’Athènes « une académie ou un institut », résolument orienté vers la recherche érudite. Mais, en 1867, l’heure n’est pas encore venue de donner forme à ces idées et V. Duruy, ministre de l’Instruction publique, préfère, pour « élargir en Orient l’influence française en la sécularisant, implanter à Athènes une Faculté française, véritable “Sorbonne du Levant”, qui eût dispensé un enseignement pratique et utilitaire27 ».

  • 28 J. Simon, « J.-D. Guigniaut », dans Centenaire de l’École normale supérieure, 1795-1895.
  • 29 J. Guigniaut, « Projet pour la révision des actes concernant l’École d’Athènes », dans Dossier de l (...)
  • 30 Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1872, p. 107, et G. Radet, op. cit (...)

18Après la guerre avec la Prusse, l’Académie des inscriptions et belles-lettres partage le sentiment général qu’une rénovation profonde de notre système éducatif est nécessaire et urgente. Cette exigence s’applique à l’École française d’Athènes qui, depuis 1867, va à la dérive. Joseph Guigniaut, auteur du « concordat de 1850 » édulcoré par le décret de 1859, saisit Jules Simon, ministre de l’Instruction publique et son ancien élève28, d’un projet de réforme de l’École qui « moins que jamais, [...] ne saurait devenir, en face de l’Allemagne, ni une académie au petit pied, ni la directrice des collèges d’Orient29 ». En mai 1872, le ministre invite l’Académie des inscriptions et belles-lettres à rédiger un projet de constitution30. La perspective adoptée est claire : il s’agit de rendre effective la tutelle de l’Académie sur l’École, dont le directeur ne serait plus nommé par le ministre, mais choisi par lui sur une liste de trois noms proposés par l’Académie. Les futurs membres seraient soumis à un concours, sur un programme établi par l’institution savante. Ce projet consiste à faire de l’École un institut scientifique pour les hautes études grecques, philologiques, épigraphiques et archéologiques. Cependant, J. Simon, partagé entre les arguments de J. Guigniaut et de l’Académie d’une part et, d’autre part, ceux d’Émile Burnouf, directeur de l’École d’Athènes, ne tranche point et la réforme ne pourra avoir lieu qu’en 1874.

19Il faut la défaite de 1870, et la situation nouvelle créée à Rome par la transformation de l’Institut de correspondance archéologique en établissement placé sous la tutelle exclusive de l’Académie de Berlin, pour provoquer la réaction française. Paradoxalement, l’ultime mutation de l’École d’Athènes est la conséquence de la fondation à Rome d’une école archéologique française.

  • 31 T. Homolle, « Notice sur Albert Dumont », Bulletin de correspondance hellénique, 8 (1884).
  • 32 Félix Ravaisson-Mollien (1813-1900), agrégé de philosophie, chef du secrétariat de M. de Salvandy, (...)

20Dès 1860, Léon Renier avait plaidé auprès de Napoléon III pour la création d’« une sorte d’Institut épigraphique et archéologique31 », qui permettrait aux membres de l’École d’Athènes de se former à Rome, en y fréquentant les bibliothèques et les collections qui faisaient défaut à Athènes. Félix Ravaisson, conservateur des Antiques au Louvre au lendemain de la défaite32, reprend la même idée, qu’il expose à J. Simon.

21E. Burnouf, directeur de l’École d’Athènes, demande à A. Dumont de défendre la création à Rome d’une succursale où les futurs « Athéniens » séjourneraient une année sous l’autorité d’un sous-directeur qui les formerait.

  • 33 Citée par G. Goyau, « La fondation de l’École », dans L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de (...)
  • 34 Ibid.

22Thiers, d’abord réticent, finit par céder aux raisons que développe A. Dumont dans une note figurant aux archives de l’Instruction publique33. L’ancien membre de l’École d’Athènes montre l’importance pour la France d’une science riche et forte. En effet, l’Allemagne dispose de seize chaires d’histoire et d’archéologie, dont trois à Strasbourg, alors qu’en France, l’archéologie n’est enseignée dans aucun établissement universitaire. A. Dumont affirme cette volonté des intellectuels français de vivre dans l’éclat de la science malgré le récent désastre et il est péremptoire : « Nous pouvons faire aussi bien que l’Allemagne ; nous pourrions faire mieux si nous le voulions34. »

  • 35 Ibid.
  • 36 T. Homolle, Bulletin de correspondance hellénique, 1884.

23A l’institution de Rome, A. Dumont fixait quatre objectifs : « conserver en Italie nos relations érudites », « créer une section française indépendante de l’Institut archéologique de Rome, servir aux progrès de l’École d’Athènes et développer en France les études d’antiquité ». Il s’agissait pour lui d’imposer la science française et d’« arrêter en Italie et en Grèce l’envahissement de la science allemande, si active, si dédaigneuse, si ignorante des qualités que nous pouvons opposer aux siennes35 ». Grâce à l’appui de F. Ravaisson, de Du Mesnil, directeur de l’Enseignement supérieur et de P.-E. Bersot (1816-1880), directeur de l’École normale supérieure, le décret du 25 mars 1873 nomme A. Dumont « sous-directeur de l’École d’Athènes, chargé du cours d’archéologie à Rome ». La nouvelle institution est alors conçue une annexe d’Athènes, une halte sur le chemin de la Grèce, Rome offrant aux futurs «Athéniens une formation préalable en épigraphie et archéologie36.

24Le décret du 26 novembre 1874, en faisant d’A. Dumont le directeur de l’« École archéologique de Rome », impose aussi la réorganisation de l’École d’Athènes, désormais placée sous l’autorité du ministère de l’Instruction publique, le patronage diplomatique du ministère des Affaires étrangères et la direction scientifique de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Un dernier décret, signé le 20 novembre 1875, par Henri Wallon, à la fois ministre de l’Instruction publique et secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, fonde définitivement l’École française de Rome, lui accordant par ce nouvel intitulé une vocation historique plus large.

25Placée sous la tutelle de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, elle accueillera d’une part en première année les membres de l’École d’Athènes et, d’autre part, six membres qui lui sont attachés en propre, issus de l’École normale supérieure, de l’École des Chartes et de l’École des hautes études.

26D’abord conçue comme une annexe de l’École d’Athènes, l’École française de Rome acquiert très vite une complète indépendance vis-à-vis de son aînée : le séjour obligatoire d’un an pour les futurs membres d’Athènes n’est imposé qu’aux deux premières promotions de 1873 et 1874 et tombe en complète désuétude à partir de 1877. Définie aussitôt que mise en place, l’institution romaine ne connaît pas les aléas de sa sœur athénienne. En effet, les hôtes du palais Farnèse bénéficient de la longue tradition de recherches sur l’Antiquité établie par l’Institut de correspondance archéologique, au sein duquel les Français avaient occupé une place éminente. Son caractère scientifique s’impose d’emblée et la tutelle de l’Académie des inscriptions et belles-lettres n’est à aucun moment remise en cause.

  • 37 O. Motte, « Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire », Mélanges de l’École française (...)

27À la fin de 1875, Auguste Geffroy remplace A. Dumont à la tête de l’École française de Rome, pour laquelle, à force de diplomatie, il conquiert sa place entre les Italiens et les Allemands37. Il entretient les meilleures relations avec Wilhelm Henzen, premier secrétaire de l’Institut archéologique allemand et avec le Vatican, comme avec le pouvoir civil. Il revendique pour l’institution qu’il dirige une vocation généraliste, lui ouvrant le champ de l’histoire de l’Italie jusqu’au Moyen Âge, en associant les points de vue complémentaires de l’historien, de l’archéologue, du philologue et du juriste. Il obtient pour l’École le privilège de l’ouverture des archives vaticanes, et encourage les membres, auxquels les fouilles sont refusées, à collaborer avec les architectes de la villa Médicis, développant ainsi les études d’histoire de l’art.

28Le 13 janvier 1876, A. Dumont quitte la direction de Rome pour prendre celle d’Athènes. Il est chargé de relever l’École qui périclite et de lui redonner son éclat. Pendant son « triennat » il travaille à pourvoir l’École d’Athènes structures et de l’organisation d’un véritable centre d’érudition et de recherche scientifique.

  • 38 U. Jantzen, Einhundert Jahre Athener Institut, 1874-1974, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1986.
  • 39 Athenischen Mitteilungen.

29L’installation à Athènes, en 1873, de l’Institut allemand dirigé par le Dr Koehler38, avait provoqué une vive inquiétude dans les milieux français ; d’emblée, la mission permanente allemande se dotait d’une revue39, et ouvrait ses séances publiques. A. Dumont répond par la création, le 9 avril 1876, de l’Institut de correspondance hellénique et de son Bulletin. Soucieux d’affirmer l’esprit d’ouverture qui anime la science française, il laisse aux participants aux conférences publiques le choix de la langue, française ou grecque. A. Dumont associe l’École de Rome et son directeur A. Geffroy à la création, en 1876 encore, de la Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome. L’institution romaine se pourvoira, en 1881, des Mélanges d’archéologie et d’histoire, conçus par A. Geffroy à l’image du Bulletin de correspondance hellénique d’A. Dumont.

  • 40 Lettre d’A. Dumont à A. Geffroy, du 24 mars 1877, citée par G. Radet, op. cit.

30Par ailleurs, les travaux d’exploration et de fouilles se poursuivent en Grèce, et A. Dumont charge les membres de rédiger catalogues systématiques d’objets archéologiques et recueils épigraphiques. L’École française d’Athènes relève le défi prussien et dans « cette guerre polie, voilée sous des formes qui évitent toute apparence de polémique40 », elle l’emporte. À Rome, les Français ont retrouvé un institut au sein duquel déployer leurs recherches et pérenniser la science de l’Antiquité ; à Athènes, l’École française correspond enfin au statut proposé pour elle par Sainte-Beuve en 1846, et peut s’imposer face à l’Institut allemand.

31À Rome et à Athènes, l’archéologie française donne les premiers exemples de réussite face à la science allemande, et amorce le grand mouvement qui entraînera l’Université française vers son renouveau.

  • 41 Cité par A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français, (...)
  • 42 Gaston Boissier (1823-1908), professeur d’éloquence latine au Collège de France, de 1862 à 1904, pu (...)
  • 43 « Les réformes de l’enseignement. L’enseignement supérieur », Revue des Deux Mondes, 15 juin 1868.
  • 44 Future Revue internationale de l’enseignement. Parmi les membres de la Société figurent G. Boissier (...)

32Dans les dernières années du Second Empire, les faiblesses du système universitaire français apparaissent clairement à Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique entre 1864 et 1869, qui tente d’y remédier : il lance une enquête en 1865, mais devant les pesanteurs inhérentes à l’Université et le manque de moyens budgétaires, il se limite à la création de l’École pratique des hautes études, en espérant que son exemple provoquera la réforme des facultés. Il nomme également une commission, présidée par François Guizot et « chargée d’étudier les moyens propres à développer dans les Facultés la vie l’esprit de progrès41 ». Gaston Boissier42 et E. Renan, qui appartient à cette commission, ont déjà proposé en 1868 une réforme de l’enseignement supérieur43 et participeront à la constitution, en 1878, de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur et à la création de sa revue44.

  • 45 Louis Liard (1846-1917), directeur de l’Enseignement supérieur, de 1884 à 1902. L’Enseignement supé (...)

33Le rapport établi par la commission, et publié en 1870, dénonçait la dispersion des enseignements dans les facultés et préconisait la création, dans de grandes villes de province, d’universités offrant l’ensemble complet des disciplines littéraires et scientifiques45.

  • 46 E. Renan, Questions contemporaines, Paris, 1876, préface.
  • 47 Id., La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, 1871, Éd. Complexe, 1990.
  • 48 L. Liard, op. cit., 2e vol., p. 341.
  • 49 E. Renan, La Réforme intellectuelle…, op. cit., éd. 1990, p. 100.

34Après Sedan, l’analyse des causes de la défaite fait apparaître que « la force d’une nation ne réside pas seulement dans ses armées, mais aussi dans ses écoles savantes, en sorte que le relèvement de notre enseignement supérieur [...] apparaissait comme un des facteurs de notre relèvement national, au même titre que la réfection de nos forteresses et de notre matériel de guerre46 ». Renan, comme la plupart des intellectuels de son temps, réclame des « réformes radicales » pour « notre système d’instruction47 ». La science, « investie d’un triple office, un office intellectuel, un office économique et un office social48 », doit prendre le pas sur « le talent d’écrire et de parler », et « l’enseignement doit surtout être scientifique49 ».

35Si, sous le Second Empire, les sciences auxiliaires de l’histoire ont trouvé leur place au Collège de France, à l’École des hautes études ou à l’École normale supérieure, elles ne font l’objet d’aucun enseignement à l’Université : le choix a été fait de développer la recherche à très haut niveau, à partir de pôles d’excellence, qui ne suffisent pas à former les cadres futurs.

36Les « écoles spéciales », École polytechnique, École normale supérieure, École pratique des hautes études, sont, en 1870, les seules à dispenser l’enseignement que l’on réclame pour les universités à créer en France, que Renan veut indépendantes les unes des autres, indépendantes des villes où elles sont établies, indépendantes du clergé.

  • 50 Ibid., p. 102.

37Pour Renan, « l’Université enseigne tout, prépare à tout et dans son sein toutes les branches de l’esprit humain se touchent et s’embrassent », si bien qu’il n’est même plus besoin, selon lui, des « écoles spéciales », qui retirent des étudiants aux facultés, et «qui empêchent les universités de se développer50 ». De son point de vue, l’École normale supérieure et l’École polytechnique doivent donc devenir, comme l’École pratique des hautes études, où les grands la recherche de très haut niveau, en vue de former des spécialistes.

  • 51 René Goblet (1828-1905), ministre de l’Instruction publique de 1885 à 1887.

38Or, pour les sciences de l’Antiquité, cette organisation existe déjà ; il suffit d’en introduire l’enseignement à l’Université. À partir de 1876, William-Henri Waddington, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et ministre de l’Instruction publique, met en œuvre la réforme, proposant la création, par regroupements des facultés existantes, des universités à Paris, Bordeaux, Montpellier, Lyon, Nancy, Lille et Rennes. Cependant, la crise du 16 mai 1877 empêche que le projet soit soumis aux chambres et les réformes seront ponctuelles et progressives, les universités n’étant réellement fondées qu’en 1885 par le décret Goblet51.

  • 52 A. de Beauchamps, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, Paris, 1880, t. 2 (1 (...)

39En 1877, le budget pour l’enseignement supérieur est multiplié par trois, par rapport à celui qui était accordé à la fin du Second Empire. Plus de trois cent cinquante chaires nouvelles sont créées, pour des disciplines qui n’avaient pas leur place à l’université jusque-là, telles que la philologie, l’archéologie et, en général, les sciences auxiliaires de l’histoire. En 1876, la première chaire d’archéologie à la Sorbonne est pour Georges Perrot, et un cours d’archéologie est ouvert à Bordeaux et confié à Maxime Collignon. La même année, l’université de Toulouse est dotée d’une chaire d’antiquités grecques et latines. L’égyptologie, qui fait son entrée officielle à la Sorbonne en 1872, par la thèse que Gaston Maspero soutient sur « Le Genre épistolaire chez les Anciens Égyptiens », fait l’objet des leçons de Victor Loret, nommé lecteur à l’Université de Lyon qui, par les enseignements qu’elle dispense, témoigne du statut privilégié dont jouissent les sciences auxiliaires de l’histoire : en 1893, des cours y sont dispensés en égyptologie, antiquités grecques et latines, paléographie, épigraphie, sanscrit et grammaire comparée, et enfin en philologie classique52.

40La nomination par J. Ferry d’A. Dumont à la tête de l’Enseignement supérieur en 1879 confirme le poids de ces disciplines et le rôle moteur qu’elles ont dans la réforme universitaire. Amorcé par la création de l’École française de Rome et la réorganisation de celle d’Athènes, le renouveau se poursuit grâce à l’action de celui qui a dirigé chacune des deux institutions, et dont il a réussi à faire le fleuron de la science française à l’étranger.

  • 53 A. Dumont, Notes inédites, 1865-1872.
  • 54 E. Renan, dans L’Enseignement supérieur en France, op. cit.
  • 55 A. Dumont, Notes inédites, op. cit.
  • 56 Ibid.
  • 57 Rapporté par L. Liard, « Inauguration du buste d’A. Dumont et séance de rentrée à la faculté des le (...)

41À Athènes, A. Dumont était devenu épigraphiste et céramologue, mais il est historien de formation et « l’histoire a été de tout temps [sa] voie53 ». Il croit en l’histoire « nouvelle » créée par les  «docteurs allemands », « l’histoire envisagée comme le parallèle de la géologie, l’histoire recherchant le passé de l’humanité, de même que la géologie recherche les transformations de la planète54 ». A. Dumont renchérit sur Renan, et affirme sa conviction que la science historique constituera, « dans l’ordre moral, un ensemble de lois semblables à celles que la physique, la chimie, la biologie ont découvertes dans l’ordre matériel55 ». L’histoire « mettra aux mains de la génération qui nous suivra le moyen de développer cette voie », pourvu que l’on confie « la direction de ces lois morales [à] la volonté intelligente56 ». C’est à l’histoire, quintessence de « la haute culture intellectuelle », que revient la mission d’assurer le progrès de la démocratie en proposant aux « milliers de libertés qui sont l’État lui-même, [...] l’idéal le plus élevé, pour que tant d’efforts ne s’épuisent pas dans de vulgaires préoccupations »57.

  • 58 O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Paris-Rome, École française de Rome, 1990.
  • 59 N. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, t. III, Paris, 1 (...)

42Telle est la perspective qui guide l’action d’A. Dumont à la direction de l’Enseignement supérieur, et c’est à N. Fustel de Coulanges qu’il demande d’assumer, en 1880, la direction de l’École normale supérieure58. L’historien la quittera en 1883 pour reprendre ses travaux suspendus durant ces trois années. Aux yeux d’A. Dumont, Fustel de Coulanges, pour qui « l’histoire n’est pas un art, elle est une science pure59 », fondée sur l’examen le plus scrupuleux des textes, permettra la formation des nouvelles générations, auxquelles revient la réalisation d’une démocratie reposant sur les « lois morales », mises en évidence par la science historique.

  • 60 Gabriel Monod (1844-1912), historien, ancien élève de l’École normale supérieure, en mission en Ita (...)
  • 61 C. Digeon, La Crise allemande de la pensée française, Paris, 1959.

43La pierre angulaire du nouvel édifice universitaire sera donc l’initiation et la formation aux méthodes de la science historique, telle que la pratiquent l’École des Chartes, l’École pratique des hautes études, l’École normale supérieure et le Collège de France. L’organisation d’universités multiples, réparties sur tout le territoire à l’image du système allemand, requiert des informations recueillies en Allemagne par des jeunes gens envoyés en séjours d’étude : dès 1868, l’historien Gabriel Monod60 avait suivi à Göttingen les cours Georges Waitz (1813-1886) ; Henri Taine s’était lui livré à une observation critique de l’université allemande à l’occasion d’un voyage accompli en 187061.

  • 62 A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français, 1880-1930(...)
  • 63 C. Jullian, Lettres de jeunesse. Italie. Allemagne, 1880-1883, Bordeaux, 1936.

44Albert Dumont remet à Camille Jullian une bourse d’étude pour suivre en 1882-1883 les cours de l’université de Berlin, et en particulier le séminaire de Théodore Mommsen. Il a pour mission « d’étudier l’organisation des séminaires historiques et philologiques des universités allemandes62 », et se rend à Berlin « non seulement en admirateur et en étudiant, mais aussi... en espion63 ».

  • 64 O. Motte, op. cit.

45Admis à l’École française de Rome en 1880, C. Jullian, conseillé par Ernest Desjardins, son maître de l’École normale supérieure, et par A. Geffroy, directeur de l’École de Rome, était immédiatement entré en contact avec l’Institut archéologique allemand et son premier secrétaire Wilhelm Henzen64. À Rome, les relations entre Français et Allemands étaient amicales et étroites, et les jeunes membres de l’École française voyaient la science allemande à l’œuvre.

  • 65 Revue internationale de l’enseignement 1884, p. 289 sq. et 403 sq.
  • 66 A. H. Borbein, « Ernst Curtius, Alexander Conze, Reinhard Kekulé : Probleme und Perspektiven der kl (...)
  • 67 Abhandlungen et Mitteilungen aus Archaeologisch-epigraphische Österreich.
  • 68 G. Perrot, « Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours », Revue des D (...)

46En Allemagne, C. Jullian, conscient de contribuer à la réorganisation de notre Université, accomplit scrupuleusement sa mission d’observateur et rédige son rapport au ministre, publié en 188465. Il suit le séminaire de T. Mommsen, mais aussi à Vienne le séminaire épigraphique et archéologique de G. Hirschfeld (1847-1895) et d’O. Benndorf (1838-1907), qui forment les conservateurs de musées d’antiquités66. Jullian admire la bibliothèque, où l’on peut consulter les revues de toute l’Europe, et les deux publications67 émanant du séminaire qui est, de fait, un véritable institut dont le budget important permet les excursions ou voyages archéologiques. Georges Perrot, en 1880, et malgré la grande victoire représentée par la création de sa chaire d’archéologie à la Sorbonne en 1876, ne peut s’empêcher, en comparant avec les instituts d’archéologie allemands, de déplorer les conditions dans lesquelles il travaille avec ses étudiants : « Faute de place, on a dû se contenter jusqu’ici de quelques photographies serrées dans des armoires humides et d’un petit nombre de bustes entassés à la poussière sur le dessus des mêmes armoires68. »

  • 69 L. Liard dans Revue internationale de l’enseignement, 15 nov. 1891.

47Jullian, de retour en France, conforte A. Dumont dans sa certitude que la rénovation de l’université française peut s’accomplir sans renoncer à rien « de ce qui fit l’honneur de notre génie national », en alliant à « autant de talent [...] plus de science »69.

  • 70 J.-M. Mayeur, « Albert Dumont et les transformations de l’enseignement supérieur au début de la III(...)

48Dumont entreprend donc, tout en respectant les spécificités françaises et tout particulièrement les « écoles spéciales » qui préparent à la recherche érudite, d’introduire dans l’enseignement universitaire la formation aux méthodes scientifiques et d’en donner les moyens matériels. Des locaux sont créés et pourvus d’un outillage scientifique complet, des bibliothèques, des collections sont réunies pour l’usage des étudiants. Il instaure aussi des rapports nouveaux entre maîtres et élèves, entre administration et facultés, encourageant l’initiative, la responsabilité et l’autonomie70.

  • 71 Émile Cartailhac (1845-1921) avocat et préhistorien, l’un des grands promoteurs de la préhistoire e (...)

49Dumont traduit par la création de chaires nouvelles l’essor des sciences élaborées depuis le début du xixe siècle : ainsi fait-il entrer, en 1888, la préhistoire à la faculté des sciences de Paris, par un cours accordé à Émile Cartailhac, qui, en 1884, assure un cours libre à la faculté des sciences de Toulouse71. En 1882, le cours d’épigraphie de la faculté des lettres de Douai, confié à René Cagnat, confirme l’importance acquise par cette science dans les années immédiatement antérieures.

  • 72 È. Gran Aymerich, « La Tunisie et la politique archéologique française », dans La Tunisie mosaïque. (...)

50L’Afrique du Nord, où R. Cagnat et son maître L. Renier ont porté l’épigraphie française à la hauteur de la science allemande, n’est pas oubliée, et, en 1882, est fondée l’École supérieure des lettres d’Alger. La Tunisie, placée sous protectorat français en 1881, reçoit, en 1885, un Service des antiquités et des arts, alors que l’Algérie est pourvue d’un Service des monuments historiques dès 188072.

51À Paris et en province, naissent des revues émanant des universités : les Annales de la faculté des lettres de Bordeaux, et celles des facultés de Toulouse et Montpellier fusionnent pour former la Revue des universités du Midi. Aix, Lyon, Rennes ou Nantes reçoivent les crédits nécessaires à la création de leurs revues. La France rattrape alors le retard qu’elle accusait en matière de publications scientifiques.

52Pendant la même période, le mouvement de création de chaires et de conférences, amorcé à la fin du Second Empire, se poursuit au Collège de France et à l’École pratique des hautes études : l’épigraphie grecque et latine reçoit, en 1874, deux conférences à l’École pratique qui, en 1876, confie à Olivier Rayet un cours d’antiquités grecques. Au Collège de France, Paul Foucart inaugure, en 1877, une chaire d’épigraphie et d’antiquités grecques. L’orientalisme, déjà introduit à l’École pratique par la conférence d’archéologie égyptienne accordée à Gaston Maspero en 1869, y est, à partir de 1871, représenté par des cours réservés aux domaines les plus récents de la science la philologie sémitique et les antiquités assyriennes. En effet, une conférence de langues sémitiques est assurée par Georges Carrière en 1881, et Jules Oppert, qui occupe depuis 1874 la chaire de philologie et archéologie assyrienne au Collège de France, fait entrer à l’École pratique des hautes études la langue et les antiquités assyriennes.

  • 73 J. Vercoutter, introduction de L’Institut français d’archéologie orientale, livre du Centenaire, Le (...)
  • 74 Le musée de Boulaq en 1863.

53En 1880, l’égyptologie et l’orientalisme sont pourvus d’une nouvelle institution, l’École française du Caire, fondée par Jules Ferry sur le modèle des Écoles d’Athènes et de Rome73. Depuis 1850, Auguste Mariette, non content de créer l’archéologie égyptienne par les multiples chantiers conduits tout au long de la vallée du Nil, avait organisé le premier Service des antiquités et inauguré le premier musée implanté dans un pays oriental74. Mais, en 1880, tous redoutent sa fin prochaine, – elle interviendra le 18 janvier de l’année suivante – qui risque de faire perdre à l’égyptologie française la position qu’elle occupe en Égypte même grâce à lui. On parle en effet d’Heinrich Brugsch pour la direction du Service des antiquités. De plus, Mariette n’a pu former de disciples capables de prendre sa relève sur le terrain.

54L’égyptologie « théorique » est enseignée en France à l’École pratique des hautes études, au Collège de France et à l’université de Lyon, toutefois, dès 1874, Gaston Maspero ressent la nécessité d’une école, conçue sur le modèle de celles d’Athènes et de Rome, qui formerait ses jeunes membres à la pratique archéologique en Égypte. Mariette étant opposé à cette initiative, le projet avait été mis en sommeil mais l’urgence de la situation en 1880 réclame sa réalisation rapide. Le décret du 18 décembre 1880 fonde l’École française du Caire, à laquelle incombe « l’étude des antiquités égyptiennes, de l’histoire, de la philologie et des antiquités nationales ». Maspero en conçoit le plan d’organisation en 1881, et définit les domaines auxquels s’appliquera la nouvelle institution : l’archéologie et la philologie égyptiennes, de l’époque des pyramides jusqu’à l’extinction de la langue copte au xviiie siècle, d’une part, mais aussi l’archéologie et la philologie des civilisations de l’Orient ancien non égyptien, c’est-à-dire la Phénicie, la Judée, l’Arabie, la Mésopotamie et la Perse.

  • 75 E. Renan, Rapport sur l’organisation de l’Institut du Caire, 1881.
  • 76 École pratique d’études bibliques, fondée en 1890, puis École archéologique française de Jérusalem, (...)
  • 77 Institut français d’archéologie d’Istanbul, créé en 1930.
  • 78 Institut français d’archéologie et d’art musulman de Damas, créé en 1920.
  • 79 Institut français d’archéologie de Beyrouth, fondé en 1946.

55E. Renan, à qui ce plan est soumis, l’approuve sans réserve75, et envisage Le Caire comme appelé à devenir le centre des recherches consacrées à l’Égypte et au Proche-Orient. Cette vocation de l’École française du Caire est clairement exprimée par la nouvelle dénomination, décrétée le 18 mai 1898, « Institut français d’archéologie orientale du Caire ». L’Égypte offrait un nouveau pôle de développement pour l’archéologie proche-orientale, que certains membres de l’École d’Athènes avaient commencé à aborder. La création des écoles de Jérusalem76, d’Istanbul77, de Damas78 et de Beyrouth79 limiterait « de facto » les ambitions de leurs aînées d’Athènes et du Caire à leur domaine spécifique, le monde hellénique et l’Égypte. L’archéologie orientale, qui avait repris son essor depuis 1877 et les fouilles d’Ernest de Sarzec à Tello, se révélerait beaucoup trop riche et complexe, pour qu’un seul centre, situé loin des régions concernées par les travaux de terrain, pût envisager de se consacrer à la fois à l’égyptologie et aux sciences nées des recherches menées au Proche-Orient, de Chypre à la Perse.

56En 1880, l’archéologie française est représentée dans tout le bassin méditerranéen par des écoles qui, tout en offrant une formation pratique à leurs membres, développent les missions, ouvrent des chantiers et inaugurent les « grandes fouilles » sur des sites majeurs. Si l’Espagne semble encore échapper à leurs membres, l’expansion de l’archéologie française en Méditerranée à la fin du siècle, les découvertes insolites du Cerro de los Santos à Albacete, attireront sur elle l’intérêt de Léon Heuzey, conservateur des Antiquités orientales au Louvre.

57La réforme universitaire, grand-œuvre de la IIIe République, a été inaugurée par la création de l’École française de Rome, et l’ultime réforme de celle d’Athènes. L’organisation de l’archéologie française dans le bassin méditerranéen se poursuit par la création de l’École française du Caire. Alors que des institutions sont créées aux lieux mêmes où se sont épanouies les civilisations antiques, en France l’enseignement des sciences auxiliaires de l’histoire s’implante dans les universités. L’on commence ainsi à remédier au « mal français », l’absence de lieux de formation pour assurer la continuité dans les sciences de l’Antiquité. Les musées eux-mêmes connaissent la même préoccupation, et privilégient désormais leur mission d’éducation.

  • 80 A. Dumont, « Introduction » à E. Gule et W. Koner, La Vie antique. Manuel d’archéologie grecque et (...)
  • 81 O. Rayet, « Les Antiques au musée de Berlin », Gazette des beaux-arts, 1er sept. 1882.

58Albert Dumont, en archéologue conscient du rôle des musées dans le développement de l’archéologie, les considère comme « des établissements d’éducation nationale [...] faits pour le public, pour la démocratie aussi bien que les lettres ». Il estime que « l’État a le devoir d’aider ceux qui y viennent à en tirer parti », par la publication de « livres très simples, faciles à comprendre et d’un prix insignifiant80 », tels que les Anglais en proposent. Jules Mohl, président de la Société asiatique, avait déjà, à propos des publications françaises luxueuses et hors de prix, exalté le modèle britannique. Olivier Rayet, quant à lui, regrette encore en 1882 que « depuis 1869, dans une période de treize années marquée par un effort universel, par un véritable réveil scientifique, par une transformation complète de l’enseignement supérieur, le service des antiquités grecques et romaines [du Louvre] n’a pas publié une ligne81 ».

  • 82 J.-J. Marquet de Vasselot, Répertoire des catalogues du musée du Louvre (1793-1917), Paris, 1917.
  • 83 O. Rayet, op. cit.

59Et effectivement, entre la Notice de la sculpture antique de Wilhelm Froehner de 1869 et le Catalogue sommaire des marbres antiques de 1879, on ne relève aucune publication intermédiaire82. En établissant une comparaison entre le Louvre et le musée de Berlin, Rayet souligne la différence des politiques menées, l’Allemagne consacrant un budget double de celui qui est consenti par la France, et reconnaît la mise en œuvre de deux conceptions du musée : à Paris, « un musée est un palais destiné à offrir de temps en temps aux gens de goût une promenade agréable au milieu de belles choses ». À Berlin, « un musée est avant tout, uniquement, un grand établissement d’instruction [souligné par nous] au même titre qu’une université. Tout y est fait pour la science : c’est dans le personnel scientifique que l’administration se recrute83. »

  • 84 Texte du décret de 1826, et E. Révillout, « Leçon d’ouverture du cours de langue démotique », dans (...)

60Au moment où Olivier Rayet écrit ces lignes, la situation et les mentalités évoluent en France, où le musée devient un « établissement d’éducation », comme J.-F. Champollion le concevait en 1826, quand le conservateur du Musée égyptien dispensait des cours d’égyptologie parmi les monuments84.

  • 85 L’École du Louvre, 1882-1932, Paris, 1932.

61En 1882, en effet, se constitue l’École du Louvre85, qui doit répondre à la nécessité de former le corps des conservateurs de musées. Cette fondation s’insère dans le mouvement de réforme de l’enseignement supérieur et répond au dessein d’y introduire l’archéologie et l’histoire de l’art.

  • 86 H. Verne, « La fondation et le développement de l’École du Louvre », dans L’École du Louvre, 1882-1 (...)

62C’est Alexandre Bertrand, conservateur du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, qui, en posant sa candidature en 1875 à la chaire d’archéologie de la Sorbonne obtenue par G. Perrot, élabore un programme qu’il reprend pour l’École du Louvre. Il proposait, pour compléter l’enseignement théorique, un enseignement pratique dispensé devant les œuvres, dans les salles du musée. « On en venait ainsi, logiquement, à concevoir le plan d’une École spéciale des musées, fonctionnant dans un musée, et dont le programme serait conforme à l’organisation même des musées, mais varierait et développerait avec cette organisation86. » « École spéciale » ou « d’application » pour l’archéologie et l’histoire de l’art, inspirée de l’École pratique des hautes études, et dont les cours rendraient compte du dernier état de chaque science, en présentant les dernières découvertes.

  • 87 Louis de Ronchaud (1816-1887), poète ami de Lamartine, de George Sand et Marie d’Agoult. Inspecteur (...)
  • 88 L. de Ronchaud, « Premier rapport de L. de Ronchaud, administrateur du musée du Louvre et directeur (...)

63Louis de Ronchaud87, nommé administrateur du Louvre en 1881, ajoute à ce titre celui de directeur de l’École du Louvre, institution qu’il dote d’un programme et de professeurs. Conscient que « l’archéologie n’est enseignée nulle part d’une manière pratique », il entend assurer par l’École du Louvre « un enseignement complémentaire » de celui des chaires de la Sorbonne et du Collège de France, et faire de la nouvelle institution « un séminaire de jeunes savants [... qui] contribueront [...] à former le goût public en matière d’art, à lui donner cette éducation qui doit être le fruit de nos grandes collections, sans lequel elles ne seraient qu’un dépôt stérile88 ».

64Dans les premières années de l’École du Louvre, l’archéologie occupe indéniablement une place privilégiée, sinon même exclusive, puisque les cours de 1882-1883 sont d’archéologie égyptienne pour Paul Pierret, conservateur du Musée égyptien, de langue démotique pour Eugène Révillout, conservateur-adjoint du même département, de céramique antique pour Antoine Héron de Villefosse (1845-1919), conservateur-adjoint des antiquités grecques et romaines, et d’épigraphie sémitique pour Eugène Ledrain, attaché au musée des Antiquités orientales.

  • 89 A. Bertrand, « Leçon d’ouverture (8 déc. 1882) de son cours d’archéologie nationale », dans Discour (...)
  • 90 Ibid.

65Le cours d’A. Bertrand est une innovation, puisqu’« aucun établissement d’instruction publique, en France du moins, n’avait été doté jusqu’ici d’un cours d’archéologie nationale89 ». Fondateur du musée de Saint-Germain-en-Laye, il a conçu le musée comme un centre d’éducation et de recherche ; il y met en œuvre « l’archéologie historique », qui consiste à « appliquer les documents archéologiques à l’histoire nationale, faire de l’archéologue un auxiliaire de l’historien », l’archéologie devenant « un accroissement de l’histoire90 ».

  • 91 Ibid.
  • 92 A. Bertrand, Nos origines, 3 vol., t. I, La Gaule avant les Gaulois, Paris, 1884 ; t. II (avec S. R(...)
  • 93 Id., Archéologie celtique et gauloise. Mémoires et documents relatifs aux premiers temps de notre h (...)
  • 94 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, 10 vol., Paris, 1882-1894.

66L’« archéologue-historien » selon Alexandre Bertrand se distingue du « géologue-préhistorien par son respect des textes, car « c’est du rapprochement des textes et des monuments que jaillit la vérité91 ». Dans son cours, il envisage l’«histoire nationale » depuis « les époques les plus reculées » jusqu’à la mort de Clovis, intégrant par conséquent la préhistoire, dont la reconnaissance officielle lui doit beaucoup. La Gaule avant les Gaulois92 et L’Archéologie celtique et gauloise93 sont les deux pôles exclusifs de son œuvre par laquelle il s’efforce d’imposer préhistoire et protohistoire. Par son élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1881, l’archéologie celtique est officiellement reconnue, mais n’est encore reçue dans aucune institution qui permettrait sa diffusion et la formation de disciples. A. Bertrand avait posé sa candidature à la chaire d’archéologie créée à la Sorbonne en 1877 mais, à l’archéologie nationale telle qu’il la mettra en œuvre à l’École du Louvre, on avait préféré l’« archéologie générale » conçue comme une forme de l’histoire de l’art par G. Perrot94.

67Ni l’École pratique des hautes études ni le Collège de France ne semblaient prêts à accueillir l’enseignement de la « protohistoire » et, jusqu’en 1905, date à laquelle sera créée pour Camille Jullian une chaire d’histoire et d’antiquités nationales, l’École du Louvre sera le seul établissement à assurer la formation de disciples capables d’en appliquer et d’en amplifier les acquis.

  • 95 F. W. von Hase, « Ludwig Lindenschmidt et Napoléon III. Un chapitre précoce de la coopération arché (...)
  • 96 A. Bertrand, « Leçon d’ouverture de son cours d’archéologie nationale », dans Discours d’ouverture (...)

68A. Bertrand tient compte pour son cours de l’activité et des publications de tous les pays européens, où préhistoire et protohistoire font l’objet d’études depuis le début du xixe siècle : l’Allemagne et le Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence, la Suisse, la Suède, le Danemark, l’Irlande avec le musée de Dublin, l’Autriche-Hongrie et enfin l’Italie. Il est en rapport constant avec Ludwig Lindenschmidt, fondateur du musée de Mayence95, et avec les grands préhistoriens d’Europe par les congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques. Ses cours ont lieu devant les objets, dans les salles du musée de Saint-Germain-en-Laye, et il fait appel à la collection ethnographique du musée du Trocadéro pour évoquer « les époques primitives » par comparaison. Il s’appuie sur les découvertes archéologiques et établit des statistiques et des cartes de répartition, « exécutées d’après les registres de la Commission de géographie historique96 ».

69Il poursuit parallèlement l’initiation de son auditoire « aux côtés pratiques du métier d’archéologue », l’organisation des musées archéologiques, le classement et l’exposition des objets, leur restauration ; il organise des séances d’estampage d’inscriptions, de reconstitution de céramiques à partir de tessons et envisage même la technique de fouilles. L’enseignement d’A. Bertrand à l’École du Louvre forme à l’esprit scientifique de nombreux défenseurs de l’archéologie nationale, et favorise l’entrée de cette discipline au Collège de France.

  • 97 C. Jullian, Histoire de la Gaule, 8 vol., Paris, 1908-1926.
  • 98 A. Bertrand, Nos origines, op. cit.

70Grâce à son action, une nouvelle génération d’historiens apparaît : Camille Jullian, dans sa monumentale Histoire de la Gaule97, tient compte des données de l’archéologie, et est le premier à introduire la préhistoire au Collège de France. L’archéologie nationale, qui se fixe pour but la reconstitution de « nos origines98 », rejoint les préoccupations politiques, et le thème, longtemps débattu, du rôle joué par les Gaulois et les Francs dans la formation de la nation française.

  • 99 E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, op. cit.

71L’archéologie, placée aux avant-postes de la réforme universitaire, fournit à l’idéologie républicaine des fondements « scientifiques », en donnant aux Gaulois une existence « matérielle ». L’usage que font les politiques des acquis de la science n’est pas absolument satisfaisant pour les savants, mais au lendemain de 1870, exigences politiques et scientifiques se conjuguent pour réaliser la « réforme intellectuelle et morale de la France99 ».

  • 100 Henri Martin (1810-1883). Historien et homme politique. Publie une Histoire de France, en 1837, et (...)
  • 101 R. Mallet, « Henri Martin et les Gaulois : histoire et mythe », dans P. Viallaneix et J. Erhard (éd (...)
  • 102 Dans son mémoire manuscrit, conservé au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, r (...)

72Ainsi, par exemple, l’exaltation de nos ancêtres celtiques est-elle à son comble dans l’œuvre d’Henri Martin100, dont on a dit qu’il fut « le celtomane du xixe siècle101 ». En effet, il est le seul, encore en 1867, à tenir pour celtiques les monuments mégalithiques, alors que dès 1862 A. Bertrand avait dénoncé l’erreur102. De plus, il nie la préhistoire et soutient contre toute évidence que les Gaulois sont les premiers et les seuls habitants de notre pays. L’histoire, pour H. Martin, est faite par les grands hommes, et Vercingétorix en est un des archétypes, ce qui lui vaut une place prépondérante, puisque l’historien lui consacre une centaine de pages, et l’impose comme héros populaire. Sénateur de la IIIe République naissante, H. Martin forge une image des Gaulois qu’il intègre à la mythologie républicaine, et qui sert ses exigences patriotiques : intelligents, épris de liberté, individualistes et impétueux, nos ancêtres se sont battus et sacrifiés pour sauvegarder l’indépendance de leur territoire et l’intégrité de leur génie, nous donnant ainsi l’exemple de la dignité nationale. Une véritable « imagerie » gauloise prend alors place dans tous les livres scolaires, qui ne manquent jamais de commenter la scène de la reddition de Vercingétorix, fièrement campé sur son cheval et jetant d’un geste noble et digne ses armes aux pieds de César vainqueur. Le mythe historique des Gaulois a pris sa forme définitive et renforce l’idéologie républicaine.

73En même temps que se construit une « histoire nationale », qui fait des Gaulois vaincus et opprimés d’hier les fondateurs de la France, apparaît et se développe l’« archéologie nationale », fondée et défendue par A. Bertrand. La Commission de topographie des Gaules, créée en 1858, patronne les fouilles d’Alésia, de Gergovie et de Bibracte.

  • 103 A. Bertrand impose la notion de statistiques d’objets ou de sites et leur répartition sur des carte (...)
  • 104 È. et J. Gran-Aymerich, « Émile Cartailhac », Archéologia, n° 199, fév. 1985, p. 63 sq.
  • 105 Camille Jullian (1859-1933). Occupa la première chaire d’histoire et antiquités nationales au Collè (...)

74Grâce aux enquêtes sur le terrain, on procède à des classifications, des statistiques et on établit des cartes archéologiques103. Ainsi se dessine une géographie historique de la Gaule et s’élabore le Dictionnaire archéologique de la Gaule celtique, qui commence à paraître en 1869, un moment abandonné, puis repris en 1894 par Émile Cartailhac104, et enfin par Camille Jullian105, Salomon Reinach (1858-1933) et Émile Espérandieu (1857-1939).

  • 106 Joseph Déchelette (1862-1914), homme d’affaires et archéologue français. Cf. S. Binetruy, Joseph Dé (...)
  • 107 A. Bertrand, Les Tumulus gaulois de la commune de Magny-Lambert (Côte-d’Or), mémoire présenté à la (...)

75Alésia, dès 1856, soulève la passion chez les archéologues : les Gaulois étaient définitivement installés au seuil de notre histoire, Vercingétorix s’imposait comme héros national, et 52 av. J.-C. apparaissait désormais comme date fondatrice. Un deuxième grand site, l’oppidum éduen de Bibracte, que le père jésuite Lempereur situait dès 1704 sur le mont Beuvray, est exploré par Jacques-Gabriel Bulliot, dans le cadre des activités de la Société éduenne, et avec le soutien financier de Napoléon III ; Joseph Déchelette, neveu de Bulliot et l’un des grands noms de la protohistoire française, poursuivra les fouilles jusqu’en 1904106. La Commission de topographie des Gaules patronne également en 1873 l’exploration des tumulus de Magny-Lambert en Côte-d’Or, sous la direction d’A. Bertrand107.

76Après 1870, la Commission de topographie des Gaules est maintenue et, en 1880, change d’intitulé pour devenir Commission de géographie historique de l’Ancienne France, présidée par Henri Martin.

  • 108 Pour le modèle du Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence. Cf. S. Reinach, « Esquisse d’une h (...)
  • 109 C.-O. Carbonell, « Après 1870 : régénérescence de la France et renaissance de la Gaule », dans P. V(...)
  • 110 S. Reinach entra au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye comme attaché en 1886, (...)

77Le musée des Antiquités nationales, inauguré en 1867, présente des collections qui s’agrandissent rapidement en 1898, plus de 35 000 objets, répartis en trente-huit salles, étaient exposés avec le souci d’établir des comparaisons avec le reste de l’Europe108. Même si a pu le musée Saint-Germain-en-Laye « était un grand bric-à-brac d’imaginaire109 » et s’il faut tenir compte des progrès accomplis depuis par la muséographie et la recherche protohistorique, il n’en reste pas moins qu’en classant et répartissant les objets en fonction de critères rigoureux et éprouvés, Alexandre Bertrand et son successeur Salomon Reinach110 ont jeté les fondements d’une réelle archéologie celtique. L’archéologie concourait véritablement à sortir l’histoire de l’ornière des discussions sur l’opposition des races « franque » et « gauloise » et sur leurs origines.

  • 111 A. Bertrand, S. Reinach, Les Celtes dans la vallée du Pô et du Danube, op. cit.

78Pour A. Bertrand et ses contemporains, l’archéologie et l’histoire se complètent sans se contredire, mais la première est la seule à pouvoir « élucider les problèmes qui se rattachent à la marche et à la diffusion de la civilisation celtique111 ». En France, comme dans les autres pays d’Europe, des revues apparaissent, qui permettent de mettre en rapport les savants et de répandre les connaissances dans des domaines peu familiers du public, comme la préhistoire et la protohistoire. Ainsi, la Revue archéologique, créée en 1844, publie les rapports d’Édouard Lartet sur les grottes du Périgord. C’est A. Bertrand, quelques années plus tard associé à G. Perrot, qui en assure la direction à partir de 1860 : qu’un protohistorien tienne ce rôle majeur est bien le signe de la place reconnue à ces secteurs très neufs de l’archéologie. En 1864, le préhistorien Gabriel de Mortillet fonde les Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme, où il défend et impose la préhistoire et ses découvertes si « bouleversantes ». En 1872, naît la Revue celtique, qui consacre le caractère scientifique pris par ces études et les progrès spectaculaires accomplis par la protohistoire en France. À l’extrême fin du siècle, la Revue des études anciennes couronne en quelque sorte ce formidable essor de l’archéologie : les Gaulois perdent de leur caractère mythique et gagnent en réalité.

91. Camille Jullian (1859-1933), portrait conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

92. Joseph Déchelette (1862-1914) sur le mont Auxois (Alésia) en 1908, d’après le Livre d’or de Joseph Déchelette. Centenaire, 1862-1962, Roanne, 1962.

93. Paul Vidal de la Blache (1845-1918). Portrait conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

  • 112 Au Cabinet des médailles, A.-L. Millin assure dès 1806 un cours d’archéologie grecque et romaine. L (...)
  • 113 Henri d’Arbois de Jubainville (1827-1910). Le premier grand maître des études celtiques en France, (...)

79Le problème des origines, qui hantait les historiens, peut maintenant être abordé d’un autre point de vue des savants, issus pour la plupart de l’École normale supérieure et des écoles d’Athènes et de Rome, qui se spécialisent alors dans l’archéologie, constituée en discipline autonome et officiellement reconnue par la place qu’elle prend dans l’enseignement supérieur112. Pour la protohistoire celtique de notre pays, 1882 est une date fondatrice, puisque cette année-là est créée au Collège de France la chaire de littérature celtique pour Henri d’Arbois de Jubainville, qui fait œuvre de pionnier113, et que s’ouvre le cours d’archéologie nationale d’A. Bertrand à l’École du Louvre.

  • 114 Cependant, dès 1825, les archéologues danois Thomsen et Worsaae avaient élaboré la théorie des troi (...)

80Le développement de la préhistoire, qui repousse la question des origines très loin au-delà des Gaulois, a permis à la protohistoire de trouver sa place. Le travail d’A. Bertrand, de G. de Mortillet, de S. Reinach au musée de Saint-Germain-en-Laye, qui aboutit au classement des objets en antiquités préhistoriques, celtiques et gallo-romaines, selon une chronologie rigoureusement établie, met fin aux confusions qui prévalaient jusqu’alors114.

  • 115 Le Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, 4 vol., Paris, Picard, 1908-1914 (...)
  • 116 A. Bertrand, Archéologie celtique et gauloise, Paris, 1876 (éd. de 1889), p. 402.
  • 117 « La Gaule, bien avant la conquête romaine, se composait déjà d’éléments nombreux et divers, élémen (...)

81Un long et difficile chemin a été parcouru des Antiquités celtiques et antédiluviennes de J. Boucher Crèvecœur de Perthes au Manuel d’archéologie de J. Déchelette115. La pratique archéologique qui repose sur l’examen minutieux des sites, des monuments et des objets, donc sur des faits constatés, répertoriés puis comparés, incite les archéologues à la prudence et à la modération. La préhistoire et la protohistoire mettent en évidence la diversité des populations anciennes, et la définition de nos ancêtres apparaît dès lors comme une entreprise bien délicate. Les origines gauloises de la France semblent d’autant plus mythiques que l’on éprouve les plus grandes difficultés à définir les « Gaulois ». En tant que Celtes, on ne peut les saisir qu’en les réinsérant dans leur milieu européen : on ne peut comprendre les civilisations de l’âge du fer en France sans se référer à leurs témoignages en Suisse, Allemagne, Autriche, Italie ou Espagne. Les archéologues européens sont en rapport les uns avec les autres par les musées, les revues et les congrès internationaux et élaborent une « histoire primitive de l’Europe116 », bien éloignée de la vision très restreinte des origines de la France qu’avaient encore hommes politiques et historiens, au début du xixe siècle. Aux yeux des archéologues de la seconde moitié du xixe siècle, notre pays apparaît déjà comme le produit d’une superposition progressive de populations différentes, dont on retrouve, grâce à l’archéologie, des traces dans un grand nombre de pays européens117.

  • 118 L. Theis, « Guizot et les institutions de mémoire », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II (...)

82Cependant, les conclusions, pourtant fondées scientifiquement, auxquelles les archéologues aboutissent, ont quelque mal à s’imposer au public. A. Bertrand et S. Reinach se plaignent avec aigreur que les historiens ne tiennent aucun compte des vérités acquises par l’archéologie. Ce manque de « perméabilité » de deux disciplines qui devraient être étroitement associées est d’autant plus grave que l’œuvre des historiens a de grandes répercussions dans le public et sur les mentalités118. Par exemple, c’est à la lecture de l’Histoire des Gaulois d’Amédée Thierry, que Camille Jullian sentit s’éveiller en lui sa vocation. Or, Amédée Thierry, pas plus que Michelet ou Henri Martin, ne tient compte des données de la préhistoire.

  • 119 La Gaule romaine, mis au point par C. Jullian, d’après les manuscrits de Fustel de Coulanges, Paris (...)
  • 120 G. Bloch, Histoire de la Gaule, Paris, 1901.
  • 121 C. Jullian, Histoire de la Gaule, 8 vol., Paris, 1908-1926, mais aussi De la Gaule à la France. Nos (...)
  • 122 Numa-Denis Fustel de Coulanges (1830-1889), dans son Histoire des institutions politiques de l’anci (...)

83Malgré tout, en cette fin du xixe siècle, le mythe gaulois se trouve modifié des multiples découvertes et des progrès de l’archéologie nationale, qui permettent l’éclosion de synthèses. N. Fustel de Coulanges introduit son Histoire des institutions politiques de l’Ancienne France par un premier tome intitulé La Gaule romaine119. L’Histoire de France, dirigée par Ernest Lavisse, s’ouvre sur le volume de Gustave Bloch, consacré à la Gaule120. Paul Vidal de la Blache (1845-1918) commence aussi son Tableau de la géographie de la France par une évocation de la Gaule. Camille Jullian consacrera huit volumes à l’Histoire de la Gaule, dont il tente la résurrection totale121. Élève du géographe Vidal de la Blache et de l’historien Fustel de Coulanges, dont il publie Les Institutions politiques de l’ancienne France122, C. Jullian réaffirme à la suite de ses maîtres que l’« histoire est une science » et, pour composer celle de la Gaule, il a recours à des disciplines réputées scientifiques : la géographie humaine, la philologie, la numismatique, l’épigraphie et l’archéologie. Toutes les données qu’il rassemble, en suivant une démarche qui se veut rigoureusement scientifique, lui permettent d’identifier une « patrie gauloise » à laquelle Vercingétorix se serait sacrifié, mû par l’espoir que la Gaule, si divisée, était en marche vers l’unité.

  • 123 C. Jullian, « Les temps de la Gaule romaine: valeur morale choses », Revue bleue, janv. 1927, p. 1 (...)

84Ainsi donc, et malgré les nuances apportées par l’archéologie, le passé gaulois s’inscrira pleinement dans notre histoire et justifiera tous les espoirs d’une renaissance nationale après la défaite de 1870. Désormais fondé « scientifiquement » avec le concours partiel de l’archéologie, le mythe gaulois s’en trouve fortifié et plus que jamais sert la cause républicaine de l’union nationale, de la résistance et de la renaissance de la nation vaincue123.

85Par ses découvertes et ses progrès liés à ceux de la préhistoire, l’« archéologie historique » qu’A. Bertrand concevait comme un supplément à l’histoire, a aidé à la naissance d’une histoire de la Gaule, qui s’est donné toutes les apparences de la science, en s’appuyant, entre autres disciplines, sur l’archéologie.

  • 124 M. Roche, « La violence des Gaulois », L’Histoire, 30, 1981, p. 38, et les réponses critiques de J. (...)

86Alors que l’œuvre d’H. Martin attirait la condamnation des archéologues, celle de C. Jullian répondait à leurs vœux dans la mesure où elle mettait un terme au mépris dans lequel les historiens tenaient l’archéologie. Cependant, même si le vieux mythe gaulois se trouve profondément modifié par les découvertes de la préhistoire et de la protohistoire, et ne peut garder sa valeur fondatrice, il n’en reste pas moins d’autant plus vivace et efficace qu’il bénéficie de la caution d’une histoire qui se veut science et détentrice de vérité124.

  • 125 C. Jullian, Notes sur l’histoire de France au xixe siècle, Paris, rééd. 1987 ; C. Billard, P. Guibe (...)
  • 126 J. Lecuir, « Les héros de l’histoire de France », L’Histoire, 33, 1981, p. 102 sq.

87S’il n’est plus question après 1870 d’opposer le mythe gaulois au mythe franc, l’exemple de la résistance gauloise devant César et de la tentative d’union doit inciter chaque Français à se lever et à se sacrifier pour la défense et la renaissance de la Nation125. Au mythe des origines gauloises de la France s’est substitué celui d’une Gaule libre et résistante qui, renforcé et accrédité par l’archéologie, sert l’idéologie républicaine126.

88Les Gaulois, qui désormais ouvrent l’histoire de France, ont acquis leur existence grâce à l’archéologie : la préhistoire et la protohistoire, dès lors reconnues comme sciences, apportent le bénéfice de leurs découvertes à la reconstitution du passé national, qui se trouve grâce à elles considérablement élargi.

89L’archéologie est devenue science historique, et, comme l’histoire la « reine des sciences », favorise les conditions du redressement national : dès 1860, elle offre un modèle de développement et de réussite et, après 1870, ce sont les écoles françaises d’archéologie d’Athènes et de Rome qui inaugurent la profonde transformation de l’Enseignement supérieur, dont les sciences de l’Antiquité seront les bénéficiaires.

État de la recherche en 1885

  • 127 Par les travaux de C. Lenormant et J. de Witte, ou D. Raoul Rochette, par exemple.
  • 128 Celles d’A. Bertrand, de L. Heuzey, G. Perrot, P. Foucart, A. Dumont.

90La réforme de l’enseignement supérieur s’est appuyée sur l’exigence d’introduire la science et ses méthodes dans l’Université française. Pour les disciplines littéraires, la philologie et les sciences auxiliaires de l’histoire offraient des modèles de contributions scientifiques à la reconstitution du passé et à sa compréhension. L’archéologie classique qui, par la section française de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, aborde un premier tournant décisif de son évolution vers 1840127, s’oriente définitivement vers la science à partir de 1860 : l’École française d’Athènes joue alors un rôle décisif, d’abord grâce à des initiatives individuelles128, soutenues par l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; puis, une fois organisée comme véritable institut de recherche archéologique, elle permet l’éclosion de nouvelles générations d’archéologues, formés à la céramologie et à l’épigraphie.

Le monde grec

  • 129 E. Gerhard, « Rapporto intorno i vasi Volcenti », Annali dell’Instituto di Corrispondenza archeolog (...)
  • 130 O. Jahn, Beschreibung der Vasensammlung Königs Ludwigs in der Pinakothek zu München, Munich, 1854.
  • 131 A. Dumont, Les Peintures céramiques de la Grèce propre, 2 vol., Paris, 1888-1890, œuvre publiée par (...)

91A. Dumont, qui favorise l’ultime métamorphose de l’École d’Athènes, est un authentique savant et un véritable « chef d’école » qui initie les membres placés sous sa direction aux méthodes nouvelles de l’archéologie : étude minutieuse d’objets en grand nombre, classement en séries typologiques et chronologiques, afin d’aboutir à des catalogues. La céramologie, dont les critères ont été établis par Eduard Gerhard129 et Otto Jahn130 les premiers, est au centre des travaux d’A. Dumont et de ses disciples. Alors que l’on avait, à partir de 1828, étudié les vases grecs retrouvés en Italie, les membres de l’École d’Athènes envisagent ceux que l’on découvre en Grèce. A. Dumont a le projet d’« une œuvre capitale », où il cherchera à établir la provenance des céramiques de la Grèce131, et abordera les problèmes posés par les relations commerciales des différentes populations de la Méditerranée.

  • 132 « Note sur les monuments de l’âge de la pierre trouvés en Grèce », Comptes rendus de l’Académie des (...)
  • 133 Membres de l’École d’Athènes, ils fouillent à Santorin en 1870. A. Dumont publie un article « Sur l (...)
  • 134 A. Salzmann, photographe et consul français et A. Biliotti, consul anglais, fouillent à Rhodes, à p (...)
  • 135 Alexander Conze (1831-1914), archéologue autrichien, élève d’E. Gerhard. Cf. A. H. Borbein, « Ernst (...)
  • 136 A. Furtwängler et G. Loeschke, Mykenische Thongefasse, Berlin, 1879.

92Dès 1866, et avant les découvertes extraordinaires d’H. Schliemann à Troie et à Mycènes, A. Dumont s’était intéressé aux traces de la préhistoire en Grèce132. Les céramiques d’Acrotiri-Santorin, découvertes par H. Gorceix et H. Mamet133, les fouilles d’A. Salzmann et A. Biliotti dans les nécropoles de Camiros et Ialysos à Rhodes134, celles de L. P. di Cesnola à Chypre et, finalement celles d’H. Schliemann, modifient complètement les perspectives de l’étude des vases grecs. En effet, jusque-là les débuts de l’art grec étaient fixés au viie siècle av. J-C. par les exemples de la céramique orientalisante ou corinthienne, que l’on considérait comme les plus anciens. À partir de 1862, et de l’étude d’A. Conze sur le vase de Mélos et l’identification du style géométrique135, la remontée jusqu’aux origines de la céramique en Grèce s’effectue de façon continue. La céramique mycénienne est étudiée par A. Dumont, à partir des vases de Santorin, puis par A. Furtwängler et G. Loeschke en 1879136.

  • 137 Introduction d’E. Pottier, Les Peintures céramiques de la Grèce propre, op. cit., p. III.

93À la lumière de toutes les découvertes intervenues depuis qu’il a conçu son ouvrage sur les Peintures céramiques de la Grèce propre, Dumont s’attache surtout à la question des origines de l’art grec et de ses rapports avec l’Orient. Il se fixe « pour objet de retrouver scientifiquement l’histoire des pays classiques pour la longue époque que nous ne connaissons encore que par la légende137 ». Il s’agit de vérifier, et de compléter, les traditions et les témoignages écrits par l’examen des objets, et en particulier les vases dont A. Conze a montré qu’ils constituaient des « fossiles-directeurs » chronologiques.

  • 138 Ibid., introduction d’E. Pottier, p. V.

94Les travaux de cette époque, dont ceux d’A. Dumont et de ses disciples, font franchir une étape décisive à l’étude des vases grecs : « À la période iconologique succède ce qu’on pourrait appeler la période tectonique138. » Alors que les ouvrages plus anciens présentaient une classification établie sur l’analyse des images et leur répartition selon les thèmes mythologiques, les catalogues élaborés à partir de 1870 reposent sur l’examen des procédés de fabrication des vases, sur l’étude de leur forme et de leurs ornements, l’objet étant considéré comme un tout et non plus seulement comme le cadre d’un tableau.

  • 139 M. Collignon, Manuel d’archéologie grecque, Paris, 1881.

95A. Dumont, pendant son « triennat » à Athènes, forme une véritable « école » d’« archéologie figurée »139, et ses disciples, devenus maîtres à leur tour, propagent par leur enseignement les méthodes de l’archéologie scientifique qui s’impose en ces années 1870-1885.

  • 140 Paris, 1877, 2e éd. 1902.
  • 141 Paris, 1880.

96À l’École d’Athènes, Maxime Collignon, gagné aux critères prescrits par A. Dumont, suit la voie de la céramologie et réalise le Catalogue des vases peints de la Société archéologique d’Athènes140. Cet ouvrage, qui fit autorité vingt ans durant, est de pure archéologie figurée : les vases typiques sont dessinés par Collignon lui-même, groupés en séries géographiques et chronologiques, fondées sur l’examen des formes et des styles rétablis dans leur évolution. La même méthode est adoptée par Jules Martha (1853-1932), pour son Catalogue des figures en terre cuite de la Société archéologique d’Athènes141.

  • 142 J. Martha, « L’archéologie », leçon prononcée le 5 déc. 1879, à l’ouverture du cours des antiquités (...)
  • 143 Ibid., p. 28.
  • 144 Ibid., p. 29.

97À son retour en France, M. Collignon inaugure la chaire d’archéologie de Bordeaux créée pour lui en 1876 ; J. Martha, quant à lui, prend en charge le cours d’antiquités grecques et latines de Montpellier ; tous deux mettent en pratique et transmettent aux étudiants une archéologie qui « procède suivant certains principes scientifiques », en empruntant « une longue voie d’observations rigoureuses et d’études patientes »142. Au commencement est l’observation scrupuleuse des objets, puis l’on procède à la classification sur des critères géographiques, chronologiques, techniques et stylistiques. Enfin, la comparaison des éléments dans chaque série complète l’ensemble des faits ainsi établis. Ce processus une fois accompli, « les conclusions de chaque série, comparées les unes avec les autres, conduisent par une suite de raisonnements rigoureux à un ensemble de vues plus générales143 ». J. Martha, tout comme A. Dumont, rapproche l’archéologie des sciences physiques et naturelles : « Elle observe les faits ; un ensemble de faits l’amène à entrevoir une loi ; la comparaison des lois particulières la conduit à la comparaison des lois générales, et la théorie à laquelle elle aboutit n’est que la conclusion pour ainsi dire mathématique des faits acquis144. »

  • 145 M. Collignon, Manuel d’archéologie grecque, op. cit.
  • 146 M. Collignon, L’Histoire de la sculpture grecque, 2 vol., Paris, 1892-1897.
  • 147 J. Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889.

98À cette école technique et scientifique, dont les profits s’ajoutent à leur éducation littéraire, les disciples d’A. Dumont deviennent des savants polyvalents : archéologues, épigraphistes, ils sont aussi historiens et tentent de « pénétrer par l’archéologie figurée la vie morale et intime d’une civilisation à ses époques successives145 ». La voie de l’observation et des catalogues conduit à l’histoire de l’art, à laquelle M. Collignon contribue par son Histoire de la sculpture grecque146, et J. Martha par son Art étrusque147.

  • 148 G. Perrot, « Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours », Revue des D (...)
  • 149 K. O. Müller, Handbuch der Archäologie, Breslau, 1830.
  • 150 Paris, 1883.

99Les exigences de l’enseignement conduisent la nouvelle génération d’archéologues, issus de l’École d’Athènes, à combler une lacune que G. Perrot déplore148, celle de manuels équivalents à ceux dont l’Allemagne dispose149. En 1881, Collignon publie son Manuel d’archéologie grecque, puis une Archéologie grecque en 1882, suivie de La Mythologie figurée de la Grèce150. Ces trois livres marquent un tournant dans les méthodes et la conception de l’enseignement classique : dans chaque partie de son Manuel, Collignon présente une suite chronologique de monuments, classés par périodes depuis les origines de l’art. Les exemples sont ordonnés suivant le mode habituel aux musées, dont la visite régulière est indispensable à la formation de l’archéologue.

100Pour les historiens-archéologues de la nouvelle génération, les monuments les plus humbles de l’art populaire présentent un intérêt historique aussi grand que les formes nobles et aristocratiques ; les figurines en terre cuite de Myrina reflétant une grande statuaire disparue et les vases en argile peints permettant d’évaluer les œuvres de la grande peinture. La notion même d’« arts mineurs » se trouve anéantie.

  • 151 Paris, 1888.
  • 152 E. Pottier, Les Lécythes blancs à représentations funéraires, Paris, 1883.
  • 153 Ibid.

101M. Collignon met au point le manuscrit d’Olivier Rayet, et permet la publication de son Histoire de la céramique grecque151. C’est Edmond Pottier (1855-1934), élève d’A. Dumont, qui, après s’être révélé par sa thèse un céramologue exceptionnel152, porte la dernière main au grand ouvrage de son maître Les Peintures céramiques de la Grèce propre, qui paraît en 1888-1890 : il y applique une méthode qu’il fonde, et qu’il affinera tout au long de sa carrière. Les vases sont « envisagés comme des documents historiques d’une valeur égale à celle des textes et non comme une sorte de commentaire illustré153». Par les vases, l’état de la société qui les a produits nous est restitué plus fidèlement que par les grandes œuvres de la sculpture et de l’architecture, plus idéalisées et plus éloignées du peuple.

  • 154 L. Heuzey, Catalogue des figurines antiques de terre cuite du Musée du Louvre, Paris, 1882 ; Figuri (...)

102Le musée du Louvre, où d’anciens membres de l’École d’Athènes assurent la conservation des antiquités, édite des catalogues réalisés sur les critères mis au point par A. Dumont. Ainsi, Léon Heuzey, conservateur du Département des antiquités orientales créé en 1881, donne-t-il le Catalogue des figurines antiques de terre cuite154 où, par l’examen minutieux des objets, il reconstitue les relations entre monde grec et monde oriental, et définit l’« action en retour » de la civilisation grecque vers la Phénicie.

94. J. Martha, planches de vases, L’Art étrusque, Paris, 1889. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 155 L. Heuzey, Catalogue des figurines..., éd. de 1923, p. VI.

103Heuzey considère ce catalogue comme « un livre d’enseignement », chargé de « tracer pour le visiteur [du musée] comme une histoire de la plastique ancienne par les petites images terre cuite155 ». L. Heuzey traduit le souci de faire un établissement d’éducation et concourt à cette transformation par sa participation à l’organisation de l’École du Louvre, fondée en 1882.

  • 156 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, op. cit., p. 203.

104L’épigraphie, qui, depuis 1850, s’est développée en Grèce et en Afrique du Nord, offre elle aussi un modèle de science historique fondée sur des critères scientifiques rigoureux. À l’École d’Athènes, elle est pratiquée depuis 1850, et Paul Foucart, qui s’y est tout entier consacré, en accédant à la direction de l’École en 1878, l’engage dans la « renaissance épigraphique156 ».

  • 157 Ibid., p. 212.
  • 158 Ibid., p. 208.

105Si l’on peut déplorer avec G. Radet que, trop exclusivement préoccupé d’épigraphie, P. Foucart, laissant se perdre la tradition des catalogues archéologiques, ait transformé le Bulletin de correspondance hellénique en « une manière d’herbier à inscriptions157 », dont les nouvelles archéologiques finissent par disparaître, et qu’il n’ait pas maintenu les séances de l’Institut de correspondance, le bilan de son action est toutefois largement positif : c’est P. Foucart, en effet, qui attache Delphes à la France et donne aux fouilles « un essor régulier et brillant158 ».

  • 159 U. Jantzen, Einhundert Jahre Athener Institut 1874-1974, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1986.
  • 160 A. Conze, A. Hauser, G. Niemann, Archaelogische Untersuchungen auf Samothrake, 2 vol., Vienne, 1875 (...)

106L’Institut archéologique allemand159, installé à Athènes depuis 1874, a permis la réalisation du projet d’Alexander Conze de fouiller à Samothrace : une première campagne a lieuen 1873, suivie d’une deuxième expédition en 1875. Conze a défini un programme précis, qu’il met en œuvre avec deux architectes, A. Hauser et G. Niemann ; à l’exemple de C. T. Newton à Halicarnasse, il se fait accompagner d’un photographe qui restitue en images l’ensemble des monuments et les pierres caractéristiques, permettant ainsi de vérifier l’exactitude des restitutions et de connaître les différentes techniques de construction. Pour la première fois, la publication complète du rapport de fouilles fait intervenir la photographie. Samothrace marque le début en Grèce des fouilles modernes160.

  • 161 E. Curtius, F. Adler, G. Hirschfeld, Ausgrabungen zu Olympia, 4 vol., Berlin, 1875-1879.
  • 162 Wilhelm Dörpfeld (1853-1940), ingénieur-architecte, directeur de l’Institut allemand d’Athènes de 1 (...)
  • 163 B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athèn (...)

107De même, le programme, qu’Ernst Curtius avait élaboré dès 1852 pour Olympie, est ramené au premier plan en 1874, et un accord est passé avec les autorités grecques : les fouilles allemandes commencent en 1875 sous la direction générale d’E. Curtius et de l’architecte F. Adler. La direction des travaux sur le terrain est assurée par G. Hirschfeld et l’architecte A. Böttischer161. Wilhelm Dörpfeld, quant à lui162, procède au dégagement complet et à l’étude stratigraphique du temple de Zeus, qui est immédiatement reconstruit ; à cette occasion, Dörpfeld met au point des méthodes rigoureuses de fouille et de conservation des vestiges, et joue, comme secrétaire de l’Institut archéologique d’Athènes, un rôle de premier plan. Il engage la Société archéologique grecque dans des travaux de grande envergure, auxquels il participe en tant qu’architecte : ainsi, dans la fouille du sanctuaire d’Asclépios, au versant sud de l’Acropole, ou encore dans le dégagement de l’Amphiareion en Eubée. La Société archéologique d’Athènes, dont les moyens financiers augmentent considérablement sous la direction de P. Evstratiadès, se lance dans de grandes entreprises à Épidaure et Éleusis163.

  • 164 Carl Humann (1839-1895), « inventeur » de l’autel de Pergame. Ingénieur allemand des Ponts et Chaus (...)

108En Asie Mineure, où Charles T. Newton avait fouillé le mausolée d’Halicarnasse et considérablement enrichi les collections du British Museum, les musées de Berlin se lancent dans le dégagement de Pergame et y gagnent l’acquisition de la frise du grand autel. Charles Texier, au cours de son voyage en Asie Mineure, avait, en 1833, conduit les premiers travaux de fouille. Carl Humann164 visite Pergame à son tour en 1864-1865, et constate que des sculptures d’une qualité exceptionnelle sont détruites par les carriers et transformées en chaux. Il conçoit le projet de fouiller le site et l’expose à A. Conze, directeur de la galerie de sculpture aux musées de Berlin, qui obtient que les travaux commencent en 1878 et se poursuivent jusqu’en 1886. La fouille méthodique de l’autel permet la reconstitution des différents groupes de la frise au Pergamonmuseum, conçu et construit pour le recevoir. À partir de 1880, la ville antique elle-même est dégagée grâce au concours de nombreux architectes.

109C’est à cette époque aussi que, sur le modèle français et allemand, les États-Unis fondent, en 1882, l’American School of Classical Studies, et la Grande-Bretagne la British School en 1885.

110L’ère des grands chantiers s’est ouverte dans le domaine hellénique ; cependant, la perspective d’enrichir les collections européennes, si elle est maintenue dans les régions sous administration ottomane, s’est évanouie dans la Grèce indépendante, où l’exportation d’antiquités est interdite. Les objectifs des fouilles menées sur le territoire grec s’en trouvent profondément modifiés, et les grands sites sont dégagés sur des principes semblables à ceux qui prévalent à Pompéi, ou que Victor Place a mis en œuvre à Khorsabad : on poursuit la connaissance et la compréhension d’un complexe cultuel ou d’un ensemble urbain pour eux-mêmes, en s’appliquant à élucider leur topographie, à étudier l’architecture des monuments et à veiller à leur conservation. Samothrace et Olympie sont les deux sites où l’archéologie allemande met en œuvre ces nouvelles conceptions, et des méthodes de fouilles systématiques et rigoureuses. L’École française d’Athènes, qui, dès avant sa dernière réforme de 1874, s’était engagée dans des travaux de fouilles, ouvre elle aussi de grands chantiers.

  • 165 O. Rayet et A. Thomas, Milet et le golfe Latmique (Tralles, Magnésie du Méandre, Priène, Milet, Did (...)
  • 166 Théophile Homolle (1848-1925), directeur de l’École française d’Athènes de 1890 à 1903, puis en 191 (...)
  • 167 G. Radet, op. cit., p. 333.

111En 1872-1873, Olivier Rayet et l’architecte Albert Thomas fouillent aux frais des barons de Rothschild à Milet et dans le golfe Latmique165. À Délos, Albert Lebègue avait inauguré les fouilles en 1873, et permis à l’École d’Athènes de s’y imposer. En 1876, Théophile Homolle166 y est envoyé par A. Dumont et, considérant que toute l’histoire de l’île « est celle d’un sanctuaire et d’un port167 », il décide de fouiller d’abord les ruines du temple pour rayonner ensuite sur la cité religieuse et la cité marchande. Il établit ainsi un programme clair, qui guidera ses travaux jusqu’en 1888. Le dégagement du temple s’effectue d’abord sans qu’aucun architecte n’y collabore ; ce n’est qu’en 1880 qu’Homolle se fait accompagner de l’architecte Henri-Paul Nénot et que le premier plan des fouilles est relevé. Entre 1880 et 1894, la direction des fouilles est assurée chaque année par un membre différent de l’École d’Athènes, ce qui nuit à la cohésion du programme de fouilles.

95. Samothrace, essai de reconstitution du sanctuaire. A. Conze, A. Hauser, G. Niemann, Archaeologische Untersuchungen auf Samothrake, 2 vol., Vienne, 1875. Bibliothèque de l’Institut de France.

96. Samothrace, la stoa. A. Conze, A. Hauser, G. Niemann, Archaeologische Untersuchungen auf Samothrake, 2 vol., Vienne, 1875, t. II, pl. 53. Bibliothèque de l’Institut de France.

97. Olympie, le champ de fouilles vu du nord-ouest. E. Curtius, F. Adler et G. Hirschfeld, vol. II (travaux de 1876-1877), Ausgrabungen zu Olympia, 4 vol., Berlin, 1875-1879, pl. II. Bibliothèque de l’Institut de France.

98. Olympie, le Philippeïon et l’Héraïon vus du sud-ouest. E. Curtius, F. Adler et G. Hirschfeld, vol. III, Ausgrabungen zu Olympia, 4 vol., Berlin, 1875-1879, pl. III. Bibliothèque de l’Institut de France.

99. Pergame, état de la façade du théâtre en 1900. M. Collignon et E. Pontremoli, Pergame, restauration et description des monuments de l’acropole, Paris, 1900, pl. II. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

100. Pergame, l’acropole. R. Bohn, Altertümer von Pergamon II, Berlin, 1885, pl. I. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 168 La Redécouverte de Delphes. Centenaire des fouilles françaises à Delphes, École française d’Athènes (...)

112À Samos, Victor Guérin avait tenté des fouilles en 1853, mais la véritable exploration de l’Héraïon commence avec Paul Girard (1852-1922) en 1879, auquel succède Michel Clerc en 1881 et 1883. À Delphes, P. Foucart avait suivi K. O. Müller et, en dégageant trente-huit mètres du Mur polygonal, avait valu à l’École d’Athènes la plus belle moisson épigraphique. En 1862, des fouilles subventionnées par le gouvernement français allaient s’ouvrir sur ce site, quand la chute du roi Othon Ier entraîna la faillite de l’entreprise. Ce n’est qu’en 1880 que Bernard Haussoullier (1852-1926) peut diriger une nouvelle campagne sur le site, et reconnaître la Voie sacrée et le Portique des Athéniens. L’importance de ces résultats permit à P. Foucart d’obtenir, le 2 février 1882, la signature de la première convention delphique, établie sur les bases du traité allemand pour Olympie. Cependant le gouvernement grec ayant été renversé, l’accord ne put recevoir d’exécution et ce n’est qu’au terme de négociations difficiles et de multiples péripéties, qu’une loi cédant pour dix ans à la France le monopole des fouilles à Delphes est enfin signée en 1891. Les travaux pourront commencer en octobre 1892168.

  • 169 Maurice Holleaux (1866-1932), directeur de l’École française d’Athènes de 1904 à 1912.
  • 170 E. Pottier et S. Reinach, Terres cuites et autres antiquités trouvées dans la nécropole de Myrina, (...)

113Les six campagnes que Maurice Holleaux169 mène au sanctuaire d’Apollon Ptoïos, entre 1884 et 1891, revêtent une importance équivalente à celle des travaux conduits à Délos et à Delphes. Les fouilles de S. Reinach, E. Pottier et A. Veyries à Myrina révèlent les statuettes en terre cuite, répliques en miniature de la statuaire en bronze et en marbre170.

  • 171 Glynn Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, op. cit., p. 167.

114Telles sont les grandes entreprises de l’École française d’Athènes pendant la direction de P. Foucart. Delphes et Délos s’annoncent déjà comme les deux grands chantiers que la France peut opposer à ceux de Samothrace, d’Olympie ou de Pergame. La Grèce devient, à partir de 1870, « a school for the methode and technique of excavation171 ».

101. Délos, place publique avec en arrière-plan le Cynthe. Fonds Homolle, bibliothèque de l’Institut de France.

102. Delphes, le chantier en novembre 1892. Fonds Homolle, bibliothèque de l’Institut de France.

La Gaule et l’Afrique du Nord

  • 172 G. Radet, op. cit., p. 203.

115Alors que l’École d’Athènes connaît, grâce à P. Foucart, une véritable « renaissance épigraphique172 », l’exploration systématique de l’Anatolie en étant la plus remarquable manifestation, l’épigraphie poursuit son essor en Gaule et en Afrique du Nord.

  • 173 A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français. 1880-1930(...)

116L’épigraphie latine, fondée sur des bases scientifiques par Bartolomeo Borghesi et ses émules italiens et allemands de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, a reçu en France une impulsion décisive à partir de 1850 et des missions de Léon Renier en Algérie. En ces années 1880, où se joue la réforme de l’enseignement supérieur, « l’épigraphie est la déesse nouvelle de l’érudition173 ».

  • 174 O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, École française de Rome, Paris-Rome, 1990, p. 4 (...)

117De sa chaire du Collège de France, créée en 1861, L. Renier continue, jusqu’à sa mort en 1886, à promouvoir les recherches et assure sa propre relève. En effet, il introduit Ernest Desjardins auprès de madame Cornu qui, grâce à l’influence qu’elle exerce sur Napoléon III, lui permet d’effectuer plusieurs missions en Italie174 et d’appartenir à la commission réunie pour publier les œuvres de B. Borghesi. En 1861, E. Desjardins est nommé maître de conférences à l’École normale supérieure et y introduit la géographie historique, dont il était le fondateur en France.

118Auteur d’une mission dans les pays du Danube, au terme de laquelle il avait publié les Monuments épigraphiques du Musée national hongrois, E. Desjardins rallie à l’épigraphie les élèves antiquisants de l’École normale supérieure et les étudiants qui suivent son cours à l’École pratique des hautes études. Parmi les adeptes de cette science, qui fournissait un exemple des méthodes rigoureuses indispensables à l’exercice d’une histoire scientifique, Camille Jullian et René Cagnat devaient, l’un en Gaule et l’autre en Afrique du Nord, s’appliquer à l’étude des inscriptions et montrer tout le parti que l’histoire pouvait en tirer.

  • 175 E. Desjardins, Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, 4 vol., Paris, 1876-189 (...)
  • 176 Paul Vidal de la Blache (1845-1918), élève de l’École normale supérieure, membre de l’École françai (...)
  • 177 C. Jullian, Histoire de la Gaule, t. I, 1908, p. 4.

119À suivre l’enseignement d’E. Desjardins, C. Jullian découvre la Gaule romaine, dont le maître de l’École normale reconstitue la Géographie historique et administrative175. Ce tableau de la Gaule romaine, qui associe géographie, histoire administrative et épigraphie, renforce, dans l’esprit du futur historien de la Gaule et titulaire de la première chaire d’Antiquités nationales au Collège de France, la grande leçon de Paul Vidal de la Blache176 : ne jamais séparer géographie et histoire. Il s’en souvient au seuil de son Histoire de la Gaule : « Faire l’histoire de la Gaule, c’est raconter et expliquer les changements qui se sont produits dans l’aspect du sol et dans la manière de vivre et de penser de ses habitants. Nous ne séparerons pas de l’étude de l’humanité celle du terroir qui la nourrit177. » Lui aussi élève d’Ernest Desjardins, R. Cagnat (1852-1937) utilise les documents épigraphiques en les replaçant dans le contexte géographique et humain, pour les faire servir à l’histoire.

  • 178 Paris, 1883.
  • 179 E Desjardins, cité par A. Grenier, « Camille Jullian (1859-1933) », Revue historique, CLXVIII, 1934
  • 180 Auguste Allmer (1815-1899), percepteur, archéologue et grand épigraphiste lyonnais, auteur avec P. (...)
  • 181 R. Cagnat, Cours élémentaire d’épigraphie latine, Paris, 1886.
  • 182 Cf. Centenaire de l’Année épigraphique, Paris, 1988.

120Pour faire l’histoire de la Gaule, il fallait des documents nouveaux que seule l’épigraphie pouvait fournir. Dès sa thèse sur les Transformations politiques de l’Italie sous les empereurs romains178, C. Jullian avait recouru à l’épigraphie et ouvrait ainsi « des voies encore peu frayées »179. Chargé en 1883 du cours d’histoire ancienne à Bordeaux, il assure, à partir de 1886, un cours créé par la municipalité sur l’histoire de Bordeaux et du Sud-Ouest. À cette époque, où l’on multiplie les universités dans les provinces, se développe un régionalisme intellectuel dont bénéficient l’histoire ancienne et l’épigraphie tout particulièrement : en 1821, Florian Vallentin, magistrat de Montélimar, avait fondé le Bulletin épigraphique de la Gaule, publié à Vienne et relayé en 1886 par la Revue épigraphique d’Auguste Allmer180. Le Bulletin, puis la Revue, sont les organes de l’épigraphie française et s’honorent des signatures des plus grands noms, ceux de L. Renier ou d’A. Héron de Villefosse, par exemple. R. Cagnat, qui, à partir de 1883, assure le cours d’épigraphie latine de la faculté de Douai, publie ses leçons dans le Bulletin avant de les réunir en un manuel181, qui constitue le premier ouvrage de ce genre publié en français et restera longtemps un outil de travail indispensable. C’est lui aussi qui crée, en 1888, l’Année épigraphique, insérée dans la Revue archéologique182.

  • 183 C. Jullian, Inscriptions de la vallée de l’Huveaune, Bulletin épigraphique de la Gaule, 1885-1886.
  • 184 Id., Inscriptions romaines de Bordeaux, 2 vol., 1887 et 1890.
  • 185 Id., Histoire de Bordeaux, Bordeaux, 1895.

121Dès 1883, C. Jullian collabore au Bulletin et lui confie ses Inscriptions de la vallée de l’Huveaune183. En publiant les Inscriptions romaines de Bordeaux184, qui lui fournissent les documents indispensables pour faire l’histoire de la cité185, Jullian donne le premier exemple de l’application méthodique de l’épigraphie, associée à la géographie humaine, à l’histoire ancienne d’une région.

  • 186 Id., Au seuil de notre histoire, 2 vol., Paris, 1930.

122Par l’histoire locale, C. Jullian prépare une histoire nationale de nos origines, qu’il élaborera en utilisant les acquis récents de l’archéologie protohistorique fondée par A. Bertrand. La science épigraphique et l’archéologie contribuent donc à la restitution des périodes les plus anciennes de notre histoire, celles pour lesquelles les textes se dérobent. L’archéologie préhistorique elle-même est sollicitée, lorsque C. Jullian envisage les antiquités nationales et place « au seuil de notre histoire »186 les vestiges matériels des temps préhistoriques.

123Ainsi se trouvait confirmée la conviction d’A. Bertrand que l’archéologie apportait un formidable accroissement à l’histoire. L’épigraphie de la Gaule connaît un essor inédit, à partir de 1880 grâce aux travaux conjugués des animateurs du Bulletin épigraphique et de C. Jullian.

124Ces conquêtes s’ajoutent à celles que L. Renier avait brillamment inaugurées en Algérie, et que son disciple R. Cagnat amplifie encore à partir de 1881. Cagnat s’embarque pour la Tunisie en janvier 1881, et, à l’exemple de son aîné, suit le corps expéditionnaire français, dont la première campagne aboutit à la signature, le 21 mai 1881, du traité du Bardo, qui instaure le protectorat français. Cagnat se joint encore à la fin de 1881 jusqu’en avril 1882 à une nouvelle expédition militaire, destinée à occuper Kairouan et Tunis. Il accomplit une troisième mission de novembre 1882 à mai 1883, au cours de laquelle, accompagné de l’architecte Saladin, il suit les officiers de la brigade topographique chargée de dresser des cartes qui seront très utiles pour les atlas archéologiques.

  • 187 R. Cagnat, « Les Romains dans l’Afrique du Nord. L’occupation romaine en Afrique, ses méthodes, ses (...)
  • 188 R. Cagnat, L’Armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, Par (...)
  • 189 È. et J. Gran-Aymerich, « René Cagnat », Archéologia, janv. 1988, p. 71-77.

125Plein d’admiration pour l’armée et l’entreprise coloniale française, R. Cagnat établit la comparaison avec l’œuvre de Rome en soulignant la rapidité de la conquête française : « Nous avons brûlé les étapes, nous avons franchi en moins de quatre-vingts ans le chemin que Rome avait mis trois fois plus de temps à parcourir187. » L’expérience de ses missions le porte à s’intéresser à l’Armée romaine d’Afrique...188 Les rapports que R. Cagnat rédige pour les Archives des missions scientifiques et littéraires le classent au premier rang des épigraphistes. Son exploration de la Tunisie imprime un formidable élan à la recherche archéologique dans ce pays189.

  • 190 Corpus Inscriptionum Latinarum, t. VIII, suppl. pars 1 (1891), 2 (1894), 3 (1904), 4 (1916).

126L. Renier avait été l’initiateur de l’épigraphie en Afrique du Nord et ses qualités lui avaient valu l’invitation à collaborer au Corpus Inscriptionum Latinarum de l’Académie de Berlin. La guerre de 1870 avait empêché la réalisation de ce projet, mais Mommsen avait envoyé, en 1875, un explorateur, G. Wilmans, pour préparer le tome VIII du Corpus, que le maître achève lui-même en 1881. R. Cagnat met toute son énergie à défendre l’épigraphie française en Afrique du Nord et se voit confier la rédaction des quatre suppléments au tome VIII du Corpus190. Il reviendra à Stéphane Gsell de publier enfin, en 1922, Les Inscriptions latines de l’Algérie.

  • 191 È. Gran-Aymerich, « La Tunisie et la politique archéologique française », dans La Tunisie mosaïque. (...)

1271881, année de l’occupation de la Tunisie et celle où le Maroc est placé sous contrôle international, marque un tournant décisif pour l’histoire de l’archéologie en Afrique du Nord, qui reçoit alors une spectaculaire impulsion191.

  • 192 Émile Masqueray (1843-1894), premier directeur de l’École supérieure des lettres d’Alger. Il se con (...)
  • 193 René du Coudray La Blanchère (1853-1896), élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, m (...)
  • 194 E. Albertini, « L’Algérie antique », dans Histoire et historiens de l’Algérie, « Collection du Cent (...)

128En 1880, l’École supérieure des lettres d’Alger était fondée par A. Dumont, et placée sous la direction d’Émile Masqueray192. Elle se pourvoit en 1882 d’un Bulletin de correspondance africaine. Son organisation laisse aux professeurs qui y sont rattachés une liberté assez grande pour accomplir des explorations. Cette école rayonne jusqu’en Tunisie, puisque c’est un de ses enseignants, René du Coudray La Blanchère, qui, de 1884 à 1890, contrôle les recherches en Tunisie et devient, en 1885, le premier directeur des antiquités de ce pays193. « En même temps qu’un établissement d’enseignement supérieur » l’École d’Alger « était comme une mission permanente attachée à l’étude du pays »194.

103. René Cagnat (1852-1937), d’après la « Notice sur la vie et les travaux de R. Cagnat », Institut de France, t. 107, 1937.

104. Timgad (Algérie), les colonnes du marché. A. Ballu, Algérie. Monuments antiques et arabes. Photographies de Mieusement. Mission de 1893. Bibliothèque de l’Institut de France.

105. Lambèse (Algérie), fragments romains sur une maison. A. Ballu, Algérie. Monuments antiques et arabes. Photographies de Mieusement. Mission de 1893, pl. 5. Bibliothèque de l’Institut de France.

106. Djamila (Cuiculum), arc romain. A. Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840,1841, 1842..., vol. 1, Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1846, pl. 34. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 195 R. Cagnat, Carthage, Timgad, Tebessa et les Villes antiques de l’Afrique du Nord, Paris, 1909.

129C’est encore en 1880 qu’est implanté à Alger le Service des monuments historiques, dirigé par les architectes Duthoit, puis Ballu. L’ère des fouilles en Algérie s’ouvre par le dégagement, sous contrôle du service, de Timgad et Lambèse. R. Cagnat, devenu inspecteur des musées scientifiques et archéologiques de l’Algérie, attachera le Service des monuments historiques au déblaiement de Djemila et Tébessa, et poursuivra les travaux à Lambèse et Timgad195.

130Les recherches qui s’intensifient en Algérie et Tunisie sont placées sous l’autorité scientifique de la Commission d’Afrique du Nord qui, au Comité des travaux historiques, relaie, en 1883, la Commission d’exploration de l’Algérie. R. Cagnat est secrétaire de la nouvelle commission, qui joue un rôle déterminant dans la promotion des recherches en Afrique du Nord. Le Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques permet de diffuser les résultats des recherches.

131En Algérie, se multiplient les musées locaux, alors qu’en Tunisie on décide, en 1882, la création, dans l’ancien palais du Bardo, d’un musée, inauguré en 1888. L’archéologie de terrain porte surtout sur Carthage, qui concentre les recherches depuis 1873, et l’installation à Tunis d’E. de Sainte-Marie comme premier drogman du consulat général. Chargé d’une mission épigraphique par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il se met en quête de stèles puniques, qu’il découvre dans des collections privées et exhume en très grand nombre entre la colline de Byrsa et la mer. Les inscriptions sont relevées et estampées, et trente-neuf caisses pleines de stèles sont chargées sur le Magenta en direction de la France. Malheureusement, après l’explosion du bateau à Toulon, seules quatre caisses parviennent au Louvre. Les deux mille trois cents inscriptions relevées sont insérées dans le Corpus Inscriptionum Semiticarum en cours d’élaboration.

  • 196 « De l’utilité d’une mission archéologique permanente à Carthage ? ». Lettre à Monsieur le Secrétai (...)

132À la même époque, l’archéologie punique connaît un essor semblable à celui de l’épigraphie : en 1875, le R. P. Delattre est envoyé à Carthage par le cardinal Lavigerie avec double mission, apostolique et archéologique. Archevêque d’Alger, Mgr Lavigerie avait encouragé des fouilles dans la plaine de Sétif et à Cherchel. Par l’exploration archéologique de Carthage, haut lieu de la chrétienté, il entendait « affirmer la primauté de la religion chrétienne sur la musulmane » et « prouver par des faits aux civilisés de notre Europe que l’Église n’a pas cessé d’être l’amie de la science ». Il soumet à l’Académie des inscriptions et belles-lettres un projet de mission permanente à Carthage196, et choisit le père Delattre pour y incarner l’œuvre archéologique de l’Église. C’est en 1878 que celui-ci découvre sur la colline de Junon les premiers tombeaux puniques appartenant à une nécropole, dont l’exploration se poursuivra jusqu’en 1886.

  • 197 Charles-Joseph Tissot (1828-1884), diplomate français et l’un des fondateurs de la géographie compa (...)
  • 198 C.-J. Tissot, Exploration scientifique de la Tunisie, reprise et mise au point par S. Reinach, 2 vo (...)
  • 199 Entre 1906 et 1908.

133Encouragé et conseillé par Charles-Joseph Tissot197, ambassadeur à Constantinople, qui a entrepris une Exploration scientifique de la Tunisie198, le R. P. Delattre continue à fouiller les nécropoles dans le sous-sol des collines, de Byrsa à Bordj-Djedid. Le musée Lavigerie, installé dans les bâtiments du scholasticat sur la colline Saint-Louis, abrite les très nombreux monuments et objets découverts dans les quelque mille deux cents tombes retrouvées par le père Delattre. Les collections réunies au musée Lavigerie permettent de reconstituer la société carthaginoise, ses modes de vie, ses croyances et ses rites. Le mobilier des tombes révèle les influences égyptiennes et grecques sur les artistes carthaginois. Par ses fouilles du cimetière des « officiales », fonctionnaires du procurateur impérial, et celles de l’amphithéâtre, le père Delattre ressuscite en partie la ville romaine. Il dégage d’autre part des basiliques chrétiennes, dont la « Basilica majorum arearum199 ».

  • 200 Publiées dans les Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1877.
  • 201 C.-J. Tissot, Le Bassin du Bagrada et la voie romaine de Carthage à Hippone par Bulla Regia, Paris, (...)

134Les travaux de Delattre attirent sur Carthage l’attention des savants de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Le père blanc reçoit le soutien du marquis de Vogüé et d’Antoine Héron de Villefosse. C.-J. Tissot lui prodigue aussi ses conseils ; le diplomate avait commencé sa carrière à Tunis, où il avait été nommé élève-consul en 1852. Il s’y était lié d’amitié avec l’abbé Bourgade, aumônier de Saint-Louis de Carthage, qui lui avait donné le goût de l’archéologie. De 1853 à 1858, il accomplit de nombreuses missions d’exploration au cœur de la Tunisie, conjuguant recherches d’épigraphie et de chorographie (étude des routes et itinéraires). Il est en relation à Paris avec E. Renan et L. Renier, et communique à ce dernier les inscriptions qu’il trouve. Éloigné de la Tunisie par les exigences de sa carrière diplomatique, Tissot ne peut rejoindre l’Afrique qu’en 1871, lorsqu’il est nommé ministre plénipotentiaire à Tanger. Jusqu’en 1876, il parcourt toutes les voies romaines du Maroc, relève les ruines et les inscriptions, dresse la carte d’une région presque inconnue jusqu’alors ; ses explorations doivent servir à ses Recherches sur la géographie comparée de la Maurétanie tingitane200. Il rejoint la Tunisie pour un voyage, qui le conduit, en 1876, à explorer le cours supérieur de la Medjerda, pour compléter son travail sur les voies romaines de Tunisie. En 1879, il effectue une dernière mission dans la vallée du Bagrada, et établit la voie romaine de Carthage à Hippone par Bulla Regia, alliant un instinct topographique admirable et de grandes qualités d’épigraphiste201. Il entre alors en rapports épistolaires avec T. Mommsen, auquel il communique les inscriptions qu’il a relevées, pour la publication du tome VIII du Corpus de l’Académie de Berlin. Il tente de mettre au point son Exploration scientifique de la Tunisie, qui paraîtra trop tard pour résister à l’épreuve des découvertes qui se multiplient à partir de 1880 et modifient radicalement l’état des connaissances sur l’Afrique du Nord.

107. Le Révérend Père Louis Delattre (1850-1932), d’après la Revue archéologique, 1932.

108. Charles-Joseph Tissot (1828-1884).

109. L’étage souterrain de la rotonde de Damous el Karita, Carthage, d’après une carte postale ancienne.

  • 202 Paris, 1884-1891.
  • 203 Lettre de C.-J. Tissot à S. Reinach du 23 décembre 1883.

135C’est à Athènes, où il est nommé ministre plénipotentiaire, que C.-J. Tissot fréquente l’École française, rencontre A. Dumont et S. Reinach. Celui-ci restera en rapport avec Tissot jusqu’à sa mort, en 1884, le secondera dans sa mise au point de La Province romaine d’Afrique, et assurera la publication posthume de sa Géographie comparée de la province romaine d’Afrique202. Depuis Constantinople et son poste d’ambassadeur extraordinaire, Tissot assiste à l’essor prodigieux de l’activité archéologique en Tunisie, et voudrait diriger le travail collectif, ce qui s’avère impossible. Reinach lui suggère de confier l’exploration de la Tunisie à deux ou trois membres de l’École de Rome, mais se heurte à un refus catégorique. Dès 1880, la jeune fondation romaine aurait pu se tourner vers l’Afrique du Nord, dont elle fera son domaine privilégié une dizaine d’années plus tard. Carthage cependant, où les travaux du père Delattre multiplient les découvertes, reste pour C.-J. Tissot l’objet de son plus grand dessein: le projet de fouilles profondes conçu en 1856 l’occupe encore en 1883 ; à la veille de sa mort, il prépare une mission dans la capitale punique, avec S. Reinach, auquel il écrit : « J’ai beaucoup travaillé cette topographie de Carthage et nous fouillerons à coup sûr [...]. Nous aurons à retrouver : 1°) les deux ou trois enceintes de Carthage, 2°) les murs de Byrsa, 3°) les ports, sans compter la fouille profonde jusqu’au sol punique203. » La maladie empêchera Tissot de réaliser ce rêve, mais il remet à S. Reinach un plan des fouilles que celui-ci accomplira à Carthage avec Ernest Babelon, entre janvier et mai 1884.

136En Afrique du Nord, la topographie, l’archéologie et l’épigraphie sont associées dans la résurrection de l’antiquité punique et romaine : comme en Grèce, on s’attache désormais au dégagement de monuments et de sites dans leur ensemble, en se préoccupant de leur compréhension globale et de leur présentation. En Algérie, le Service des monuments historiques et ses architectes s’emploient, dès 1880, à fouiller les grandes cités romaines, et c’est en Tunisie qu’est mis en place le premier Service des antiquités dépendant de l’administration française.

137L’Afrique du Nord apparaît aussi comme la terre où l’École de Rome peut remplir sa vocation archéologique : la suggestion de S. Reinach à C.-J. Tissot, de confier à des membres de l’École romaine l’exploration de la Tunisie, est mise en œuvre par R. Cagnat, à partir de 1889 : il favorise alors le séjour des jeunes « Farnésiens » dans la Régence et, avec Alfred Merlin, directeur du Service des antiquités, organisera pour eux un véritable « stage archéologique » en Afrique du Nord.

L’Italie

  • 204 E. Mâle, « Conclusion », L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931.
  • 205 Sur l’attitude de l’administration italienne, voir F. Delpino, « Gli scavi di Stéphane Gsell Vulci (...)

138L’Afrique deviendra peu à peu pour l’École de Rome « une sorte d’école d’application204 », mais entre 1875 et 1890 l’institution romaine cherche sa voie. Conçue par son directeur, Auguste Geffroy, comme une école d’érudition, dont les travaux embrassent l’histoire de l’Italie jusqu’au Moyen Âge, l’École de Rome a une vocation archéologique moins affirmée que celle d’Athènes. Elle doit, d’autre part, se faire une place entre l’Institut archéologique allemand et l’archéologie italienne, qui n’accorde pas de chantiers aux étrangers205.

  • 206 C. Jullian, « L’histoire et l’archéologie de l’Italie et de l’Empire romain », L’Histoire et l’Œuvr (...)
  • 207 Lettre adressée par M. Bréal, professeur au Collège de France à A. Geffroy, le 15 février 1876.
  • 208 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris-Rome, 1891.

139A. Geffroy, « ardent rêveur de l’Étrurie206 », est encouragé par Michel Bréal, professeur au Collège de France, à diriger les membres de l’École vers l’étude des Étrusques207. C’était poursuivre dans la voie ouverte par l’Institut de correspondance archéologique : C. Jullian songe un moment à s’y engager, et en 1881 se rend avec Georges Lacour-Gayet et Antoine Héron de Villefosse à Vulci, pour se renseigner sur les possibilités de fouiller sur le domaine des Torlonia. Mais la réalisation de ce projet reviendra à Stéphane Gsell, qui conduira à Vulci une fouille exemplaire208, puis se tournera définitivement vers l’Algérie.

140C’est le premier des anciens membres de l’École de Rome, Jules Martha, qui ose, après avoir séjourné à Athènes sous l’autorité d’A. Dumont et commencé une brillante carrière d’helléniste, se consacrer aux Étrusques.

  • 209 J. Martha, Manuel d’archéologie étrusque et romaine, Paris, 1884.
  • 210 J. Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889.

141En effet, depuis la parution en 1862, de l’ouvrage d’Adolphe Noël des Vergers, L’Étrurie et les Étrusques, ces études avaient été passablement négligées. Et pourtant, A. Dumont, comme M. Bréal et A. Geffroy, est convaincu que l’Étrurie offre l’occasion de recherches neuves et riches, qu’il exhorte J. Martha à aborder. En 1884, celui-ci accomplit en Italie une mission du ministère de l’Instruction publique, et, à son retour, rédige un Manuel d’archéologie étrusque et romaine209, publié dans la même collection que le Manuel d’archéologie grecque de M. Collignon. Ces deux livres, qui visent à la formation des amateurs et des étudiants, remédient à l’absence d’ouvrages français de synthèse sur les civilisations antiques. Le titre que choisit Martha, en associant les deux grandes civilisations de la péninsule Italique, exprime une idée révolutionnaire à cette époque : celle de l’origine étrusque de l’art romain. La portée de ce Manuel fut considérable, et cet ouvrage constituait déjà une contribution remarquable à l’étruscologie. Quatre ans plus tard, J. Martha développe la première partie de son petit livre et publie la première œuvre de synthèse sur L’Art étrusque210. Il répond à un concours de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, où s’exprime le désir de relancer les études étruscologiques en France : on souhaitait « une étude critique sur les œuvres que nous connaissons de l’artétrusque ; les origines de cet art, l’influence qu’il a eue sur l’art romain ». La présentation de l’art étrusque par J. Martha commence par celle des conditions géographiques et climatiques de l’Étrurie. Il lie l’origine des Étrusques à celle de leur langue. Le caractère, oriental d’une part, grec d’autre part, de leur civilisation, résulte selon lui du commerce avec les marchands de Tyr, de Carthage ou des villes grecques. « Tout revient à une question commerciale », affirme-t-il. Après avoir abordé les problèmes généraux, il fait le tableau complet et vivant de l’art étrusque en ses différentes spécialités et en fonction des dernières découvertes archéologiques. Par ses conclusions, il marque la fin de l’« etruscheria » ou étruscomanie : il adopte une attitude critique, affirme la dépendance de l’art étrusque à l’égard des modèles orientaux ou grecs. Selon lui, les Tyrrhéniens ont été saisis d’une fièvre d’imitation qui, en eux, a étouffé l’originalité, excepté en un domaine, celui du portrait, où les artistes ont su développer le sens de l’individualité. Et c’est par là, à son avis, que les Étrusques nous conduisent tout droit aux Romains. Malgré cette critique un peu sévère de son art, J. Martha souligne avec force toute l’importance du rôle joué par ce peuple : sans lui, on ne peut comprendre l’art romain qui, grâce à lui, a pu accéder à la connaissance de l’hellénisme et se mettre à son école.

  • 211 Cité par J. Carcopino, Annuaire de l’Association amicale des anciens élèves de l’École normale supé (...)

142La critique fut unanimement excellente, en Allemagne notamment où Heydemann écrit dans la Wochenschrift für klassische Philologie : « Tout dans ce livre se recommande à ceux qui cherchent précisions et certitudes sur l’état actuel de nos connaissances étruscologiques211. » Jules Martha illustre l’étruscologie française, et marque une date très importante dans l’histoire de cette discipline, puisqu’il est le premier à donner une synthèse sur les manifestations d’une culture aux origines encore obscures. Il fait ainsi la démonstration brillante de ce que l’histoire et l’histoire de l’art peuvent gagner à recourir aux documents archéologiques.

  • 212 Emmanuel Fernique (1854-1885), ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire. À Rom (...)
  • 213 R. DU Coudray la Blanchère, Terracine. Essai d’histoire locale, Paris, 1884.
  • 214 R. DU Coudray la Blanchère, « Inscriptions de Terracine », Mélanges de l’École française de Rome. A (...)

143Jusqu’en 1885, à l’École française de Rome, les travaux de fouilles proprement dits sont modestes : S. Reinach procède en 1880 à quelques sondages entre Esquilin et Caelius, mais les recherches archéologiques prennent surtout la forme de monographies locales issues de travaux de topographie : Emmanuel Fernique étudie Préneste212et collabore avec l’architecte Blondel, hôte de la villa Médicis, pour la restitution du temple de la Fortune ; René du Coudray La Blanchère se livre à l’exploration des terres Pontines, y relève des inscriptions et produit une étude sur Terracine213. C’est son article sur les inscriptions de Terracine qui ouvre les Mélanges d’archéologie et d’histoire, fondés par A. Geffroy en 1881214.

  • 215 A. Geffroy, « L’École française de Rome. Ses premiers travaux », Revue des Deux Mondes, 1er juin 18 (...)

144L’une des préoccupations principales du directeur de l’École fut en effet de la doter d’organes de diffusion des travaux. Dès 1876, la Bibliothèque des écoles d’Athènes et de Rome recevait « les mémoires étendus » qui demandent « plusieurs années d’application et de recherches215 », autrement dit les thèses des membres.

145Alors qu’A. Dumont créait le Bulletin de correspondance hellénique, Rome n’avait d’autre recours, pour faire connaître les recherches de ses membres, que les revues privées, et se trouvait bien démunie face à l’Institut archéologique allemand et aux publications italiennes, en particulier les Notizie degli scavi di antichità, créées en 1876.

  • 216 Frédéric Engel-Dollfus (1818-1883), industriel, directeur de la Société Dollfus-Mieg et Cie de Mulh (...)

146Grâce à l’action de Frédéric Engel-Dollfus216, dont le fils Arthur est membre libre de l’École entre 1878 et 1880, une caisse est créée qui reçoit les donations et permet la fondation des Mélanges. La revue se pose d’emblée comme concurrente des publications scientifiques allemandes, et permet à l’École française de Rome de s’affirmer face à l’Institut archéologique allemand. L’idéal de collaboration internationale, qui animait l’Institut de correspondance archéologique dans la première moitié du xixe siècle, s’est définitivement évanoui, complètement étouffé par l’esprit de compétition qui prévaut dans le domaine politique et scientifique.

147A. Geffroy comprend immédiatement l’importance que revêt pour l’École de Rome l’établissement du protectorat français sur la Tunisie en 1881 ; il encourage les membres à se rendre en Afrique du Nord, ce que fait R. du Coudray La Blanchère qui devient professeur à l’École supérieure des lettres d’Alger et, en 1885, premier directeur du Service des antiquités et des arts de la régence de Tunis. Beaucoup d’autres le suivront, et l’École de Rome deviendra une pépinière de grands « Africains ».

L’Égypte

  • 217 Cf. J. Vercoutter (dir.), L’Institut français d’archéologie orientale. Livre du Centenaire, Le Cair (...)

148En 1880, l’archéologie française en Méditerranée a reçu une nouvelle institution, l’École française du Caire, qui, en 1898, devient « Institut français d’archéologie orientale du Caire217 ». La mission permanente française en Égypte permet de maintenir la place de notre archéologie dans ce pays où, depuis 1882 et l’instauration du protectorat britannique, l’influence anglaise est dominante. Par cette création, on évite aussi que le Service des antiquités, fondé par Auguste Mariette, n’échappe aux archéologues français lorsqu’il meurt en 1881. Gaston Maspero, qui a suggéré la constitution de cette école et élaboré son organisation, en devient le directeur en 1880, mais quittera cette charge l’année suivante car il doit assumer en même temps la direction du Service des antiquités et du musée de Boulaq. Les temps de mise en route des activités sont rendus assez difficiles par l’insuffisance des crédits, la précarité de l’installation et l’absence de personnel qualifié pour les fouilles. Maspero a entraîné avec lui en Égypte ses élèves de l’École pratique des hautes études, Urbain Bouriant qui prendra la tête de l’École en 1886 et Victor Loret, qui, à son retour en France, deviendra lecteur d’égyptologie à Lyon. Tous trois, par leurs travaux publiés dans le premier tome, inaugurent la série des Mémoires, ouverte en 1883.

110. Gaston Maspero (1846-1916), photographié le 6 octobre 1905 en Égypte. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 218 G. Maspero, Sur les fouilles exécutées en Égypte, de 1881 à 1885, 1886; « Trois fouilles dans les t (...)
  • 219 G. Maspero, Traduction des inscriptions des pyramides de Saqqarah, Paris, 1894.

149Jusqu’en 1886 et son retour à Paris, G. Maspero effectue des recherches sur le terrain218 et, en premier lieu, révèle les inscriptions des pyramides de Saqqarah, que Mariette refusait obstinément d’admettre ; sur les monuments d’Ounas, Pépi Ier, Mirinri, Pépi II et Téti III, il copie quatre mille lignes de textes, auxquels il consacrera dix années de travail219, pour aboutir à la reconstruction des rites en usage sous l’Ancien Empire et à une conception neuve de la religion égyptienne.

150Les premiers temps du séjour de Maspero en Égypte sont marqués par une autre découverte éclatante : en 1881, au terme d’une enquête patiente auprès des vendeurs d’objets antiques, il parvient à découvrir la cachette de Deir el-Bahari, où sont réunies onze momies royales des xviiie, xixe et xxe dynasties, parmi lesquelles la dépouille de Ramsès II. Entre 1881 et 1885, il organise une souscription par l’intermédiaire du Journal des débats pour le dégagement du Sphinx de Gizeh et du temple de Louksor. Il fouille aussi Karnak et Thèbes, et procède à des reconnaissances le long du Nil: c’est ainsi qu’il sonde le cimetière de Tell el-Amarna et découvre à Edfou la nécropole où reposaient les grands prêtres d’Hor et les princes d’Apollonopolis.

151À partir de 1898 et de la direction d’Émile Chassinat, les activités de terrain de l’Institut français d’archéologie orientale s’intensifieront, stimulées par les travaux des égyptologues anglais de l’Egypt Exploration Fund, qui a vu le jour à Londres en 1883.

  • 220 W. M. Flinders Petrie, The Pyramids and Temples of Gizeh, 1883.
  • 221 Id. Tanis. Part I (1883-1884), Londres, 1885 ; Naukratis. Part I (1884-1885).

152Le plus actif de ces Anglais est William M. Flinders Petrie (1853-1942), qui arrive en Égypte en 1880, et jusqu’en 1882 procède à l’exploration des pyramides220. Membre de l’Egypt Exploration Fund, il fouille pour cette société entre 1884 et 1886, à Tanis, Naucratis, Daphnae et Nebesha221. Fâché avec l’Egypt Exploration Fund, il mènera ses travaux de façon indépendante et créera en 1894 l’Egyptian Research Account, qu’il transformera plus tard en British School of Archaeology in Egypt.

  • 222 Glynn Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, Duckworth, 1975.

153À son arrivée en Égypte, Flinders Petrie avait une grande expérience de l’inspection des monuments préhistoriques en Grande-Bretagne : il en avait acquis la conviction que la fouille archéologique devait être minutieuse et rigoureuse. Sur les sites égyptiens, il introduit des méthodes de fouille tout à fait inédites : le relevé systématique des trouvailles et leur description, en portant une égale attention aux monuments et objets remarquables et aux vestiges de la vie quotidienne. Après Adolf Furtwängler et Alexander Conze, qui avaient montré la valeur de « chronomètre archéologique » de la céramique peinte, Flinders Petrie est le premier à accorder la même importance à la céramique non peinte : dès 1884 et ses fouilles à Naucratis, il définit les niveaux stratigraphiques par les différents types de poteries222.

154Malgré la situation politique favorable à la Grande-Bretagne, dont le protectorat sera maintenu jusqu’en 1922, le Service des antiquités restera, jusqu’en 1952, sous la direction d’un Français. L’Égypte, comme la Grèce, est, tout au long du xixe siècle, une arène où se joue la concurrence des nations européennes. Mais, en Égypte comme en Grèce, la course aux antiquités a cessé grâce à des lois sur la protection du patrimoine et l’organisation de services des antiquités. En Égypte, les archéologues anglais et français, et bientôt allemands et italiens, rivalisent comme en Grèce, mais leurs recherches se complètent pour faire progresser la connaissance des civilisations antiques. D’ailleurs, le Service des antiquités d’Égypte, sous la direction de Maspero, accorde des concessions de fouilles aux équipes étrangères, réservant ses ressources financières au nettoyage, à la consolidation et à la restauration des monuments.

  • 223 Paris, 1875, reprise à partir de 1894 en trois volumes, sous le titre Histoire des peuples de l’Ori (...)

155La concurrence des archéologues européens est d’ordre scientifique et, même si le débat est parfois très vif, la rivalité est stimulante et l’on voit se mettre en place une forme de collaboration internationale. Alors que l’archéologie militante se développe en Égypte, sur les sites répertoriés par Mariette, mais avec des méthodes plus « scientifiques » que les siennes, et que l’Institut du Caire assure la formation des archéologues et se consacre à l’étude des sites et monuments, G. Maspero, de sa chaire du Collège de France, et grâce à sa conférence de l’École pratique des hautes études, ménage la continuité de l’égyptologie française. D’autre part, il veille à la grande diffusion des connaissances par son Histoire ancienne des peuples de l’Orient223.

156L’égyptologie française a rattrapé son retard et se trouve dotée de chaires au Collège de France, à l’École pratique des hautes études, à l’Université. Le Musée du Louvre a rendu son autonomie au département des antiquités égyptiennes, dirigé par des spécialistes qui dispensent des cours à l’École du Louvre. En Égypte même, l’œuvre de Mariette est poursuivie par le maintien d’une direction française au Service des antiquités et est encore amplifiée par la création de l’École du Caire, qui assure la formation d’archéologues et le développement de chantiers. Grâce à ces institutions, l’égyptologie française maintient, sur la scène internationale, la place de premier plan que Champollion lui avait gagnée au début du xixe siècle.

Le Proche-Orient

157L’École du Caire – qu’E. Renan concevait comme « centre non seulement des études égyptologiques mais des études relatives à la Syrie, à l’Arabie, à l’Abyssinie et à toutes les régions nord-est de l’Afrique », un « grand khan scientifique » – concentre ses activités sur l’Égypte, où l’ampleur de la tâche requiert toutes ses forces, assez réduites en ses débuts. Le Proche-Orient échappe au contrôle de l’Institut du Caire et l’archéologie y poursuit une évolution autonome.

158L’archéologie orientale, née à Khorsabad, s’était, à partir de 1850, étendue à la Palestine et à la Phénicie, où F. de Saulcy, le marquis de Vogüé, et surtout E. Renan et C. Clermont-Ganneau, avaient ouvert des voies pleines de promesses. Avant 1870, les études sémitiques avaient bénéficié de l’association étroite de la philologie, de l’épigraphie et de l’archéologie, Renan initiant les fouilles en Phénicie et lançant parallèlement le Corpus Inscriptionum Semiticarum. L’œuvre archélogique des pionniers est poursuivie au-delà de 1870 par C. Clermont-Ganneau (1846-1923), l’inventeur et l’interprète de la célèbre stèle de Mesha.

159La guerre avec la Prusse anéantit le projet de reprendre les fouilles d’E. Renan à Oum el-Awamid et repousse à 1881 l’obtention d’une mission officielle pour relancer la recherche archéologique en Syrie-Palestine. Mais, dès 1874, Clermont-Ganneau peut reprendre ses investigations à Jérusalem, grâce à la Palestine Exploration Fund, société anglaise fondée en 1867 et très active pour la recherche archéologique dans les pays bibliques.

  • 224 C. Clermont-Ganneau, « Mission en Palestine et en Phénicie », dans Rapports parus dans les archives (...)

160Toute une année, Clermont-Ganneau se livre à une enquête approfondie dans tous les domaines de l’archéologie orientale en Palestine : il ne néglige aucun vestige, tant pour les civilisations sémitiques anciennes que pour la période musulmane224. L’un des résultats les plus importants de cette exploration est l’identification du site de Gezer. Cette mission atteste aussi l’esprit de collaboration qu’entretiennent en Palestine la France et l’Angleterre, et prélude aux relations que leurs savants sauront instaurer pendant la période des mandats sur la Syrie et la Palestine, jusqu’en 1946.

  • 225 Id., Les Antiquités sémitiques. Leçon d’ouverture du cours fait au Collège de France pour l’inaugur (...)
  • 226 Id., « Sur la coupe de Palestrina » Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres(...)
  • 227 Id., « L’imagerie phénicienne et la mythologie iconologique chez les Grecs », dans Études d’archéol (...)

161En novembre 1876, l’École pratique des hautes études ouvre pour Clermont-Ganneau une chaire d’archéologie orientale. Contraint de poursuivre sa carrière diplomatique, il regrette de ne pouvoir se consacrer entièrement à l’archéologie, mais obtient enfin, en 1881, une mission du ministère de l’Instruction publique pour explorer la Philistide, la Phénicie, la Syrie et la Palestine. Il acquiert pour le Louvre de nombreuses antiquités mycéniennes, phéniciennes, juives, grecques, romaines. Il reprend la question, autrefois si controversée, du Tombeau des rois, découvert et fouillé par F. de Saulcy et confirme que le sarcophage est bien celui d’Hélène d’Adiabène. Cette « tournée est dernière que Clermont-Ganneau accomplit au Proche-Orient. À Paris, où il est nommé secrétaire-interprète au ministère des Affaires étrangères, il assure toujours son enseignement à l’École pratique des hautes études, collabore au Corpus Inscriptionum Semiticarum et se consacre à l’étude des monuments découverts. Sa méthode d’interprétation obéit aux mêmes principes que celle pratiquée par les archéologues classiques, A. Dumont, L. Heuzey ou M. Collignon : il ne tire de conclusions qu’après un examen minutieux des objets auxquels il attache une importance égale à celle des textes. Épigraphiste aussi bien qu’archéologue, il défend les deux disciplines dans la chaire d’épigraphie et antiquités sémitiques, créée pour lui au Collège de France en 1890. L’analyse et l’interprétation des stèles d’Oum el-Awamid et de celle d’Amrith illustrent parfaitement la méthode qu’il préconise, « de l’épigraphie jointe à l’archéologie225 ». Non seulement il étudie les objets du point de vue épigraphique, mais il en examine la technique et l’iconographie, dont il tire des conclusions d’ordre mythologique. Il invente une nouvelle méthode d’exégèse, la « mythologie iconologique [ou iconographique]226 ». Il s’attache à montrer le rôle considérable joué par l’image dans la signification et la transformation des idées religieuses. Dans son Imagerie phénicienne227, il mesure la place occupée par les Phéniciens entre Orient et Occident.

  • 228 Dans une note adressée au ministère de l’Instruction publique, reprise dans un article de la Revue (...)

162Alors que, par ses conférences de l’École pratique des hautes études et ses cours du Collège de France, Clermont-Ganneau fonde un véritable enseignement de l’archéologie et de l’épigraphie sémitiques, formant plusieurs générations de chercheurs, il contribue à la diffusion de ces études en participant à la création de la revue Syria, en 1922. Il regrette à plusieurs reprises l’insuffisance des moyens mis à la disposition des archéologues en Syrie-Palestine, et, dès 1882, liait l’essor de l’archéologie dans ces régions à la création d’« un centre permanent de recherches méthodiques et continues », une « station archéologique orientale », qui aurait un statut semblable à celui des Écoles françaises de Rome, d’Athènes et du Caire228. Il aura la joie de voir créée en 1920 une mission archéologique permanente et une École française d’archéologie, installées à Jérusalem et rattachées à l’École biblique. L’archéologie orientale suit en Syrie-Palestine la même évolution que l’archéologie classique et l’égyptologie, et élargit son emprise en ces années qui suivent la guerre franco-prussienne : les fouilles en Mésopotamie, mises en sommeil depuis 1855, sont relancées à partir de 1877, et la Perse s’ouvre aux recherches françaises grâce à la mission Dieulafoy de 1880-1882.

  • 229 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Paris, Albin Michel, 1946 ; S. Lloyd, Foundations in t (...)

163En Mésopotamie, la guerre de Crimée avait causé la suspension des activités anglaises et françaises et, jusqu’au réveil de l’intérêt européen pour cette région au début des années 1870, les pilleurs et les marchands d’antiquités avaient succédé aux archéologues et mettaient les sites en coupe réglée229.

  • 230 Secrétaire de la Royal Asiatic Society.
  • 231 George Smith (1840-1876), graveur de matrices de billets de banque.
  • 232 G. Smith, Assyrian Discoveries. An Account of Exploration and Discoveries on the Site of Nineveh, d (...)

164En Europe, le travail scientifique se poursuit : les philologues s’attachent à l’étude des documents recueillis dans les fouilles par Layard, Botta et Place. En Grande-Bretagne, Henry Rawlinson publie les textes en collaboration avec E. Norris230 et George Smith231, auquel Samuel Birch, conservateur des antiquités orientales au British Museum, a confié la restauration des tablettes de la bibliothèque d’Assurbanipal, et qui découvre en 1872 un fragment du récit assyrien du Déluge. Cette découverte extraordinaire, qui révélait le parallélisme entre les textes akkadiens et bibliques, suscita une telle émotion que le Daily Telegraph offrit à Smith la possibilité de se rendre à Ninive pour y trouver les fragments manquants du texte. Il accomplit plusieurs voyages en 1873, 1874 et 1876, et, malgré les innombrables difficultés, peut fouiller à Quyundjik, à l’emplacement de la bibliothèque, et y retrouve, outre plusieurs centaines de tablettes du plus haut intérêt, une tablette de dix-sept lignes, correspondant au début du récit du Déluge232.

165G. Smith meurt à Alep au terme de sa mission de 1876, mais ses trouvailles ont renforcé Rawlinson dans sa conviction qu’il faut reprendre les recherches en Mésopotamie. Le British Museum fait donc appel à Hormuz Rassam, l’assistant de Layard à Nimrud, qui depuis 1869 avait cessé toute activité archéologique. Grâce à Layard, devenu ambassadeur à Constantinople, Rassam obtient les firmans nécessaires à la reprise de ses fouilles : de 1878 à 1882, de Quyundjik à Tello, il se livre à des pillages systématiques.

166En France, Adrien de Longpérier, conservateur du département des antiques au Louvre, avait, depuis 1844, souligné que le « principe originel » de l’art assyrien manquait, et que cette civilisation, que l’on ne connaissait encore qu’à son apogée, sans pouvoir remonter au-delà du premier millénaire, avait été sans aucun doute élaborée au prix de nombreux siècles d’apprentissage.

  • 233 S. Lloyd, op. cit., éd. 1980, p. 144-145.
  • 234 J. Oppert, « Étude sumériennes. Sumérien ou akhadien ? Sumérien ou rien ? », Journal asiatique, p. (...)

167Cette intuition de Longpérier prend de plus en plus corps au fur et à mesure que l’on déchiffre les tablettes de Quyundjik, où l’on discerne des fragments de littérature sumérienne plus ancienne repris par les scribes assyriens233. Certains de ces documents, textes et syllabaires bilingues, permettent de reconnaître une langue pré-babylonienne non sémitique. En s’appuyant sur la titulature des anciens souverains de Babylone, « rois de Sumer et de Babylone » , et après avoir identifié les Akkadiens comme les premiers Sémites à s’être installés en Mésopotamie, Jules Oppert, en 1873, rattache la langue non sémitique des inscriptions aux Sumériens234.

168Malgré les avis contraires d’Ernest Renan et de Jules Halévy, à qui l’oppose une très vive polémique, ses conclusions seront confirmées par les découvertes d’Ernest de Sarzec à Tello.

  • 235 En 1853 et 1854.

169En 1875, E. de Sarzec (1837-1901) est nommé vice-consul de France à Bassora et, sans doute influencé par l’exemple de J. E. Taylor, consul d’Angleterre, qui avait procédé à des prospections et avait reconnu Lu et Eridu235, il décide d’occuper ses loisirs à des travaux archéologiques.

  • 236 William Kennet Loftus (1821-1858), géologue, membre de la commission chargée d’établir la frontière (...)

170Les Sumériens, dont on soupçonnait l’existence, s’étaient déjà manifestés à William K. Loftus236, lors de ses fouilles à Warka en 1854, mais il n’avait pu les reconnaître, constatant, perplexe, qu’il retrouvait les traces d’une très ancienne civilisation inconnue jusqu’alors. En 1877, E. de Sarzec, conduit à Tello par des informations sur la découverte de statues issues de fouilles clandestines, entreprend la première fouille continue d’un site sumérien : jusqu’en 1900, il dirigera onze campagnes. Après avoir engagé, à ses frais, les premiers travaux en 1878, il s’adresse, lors d’un de ses séjours à Paris, à William H. Waddington, numismate membre de l’Académie des inscriptions et ministre des Affaires étrangères, qui le présente à L. Heuzey, alors conservateur-adjoint des antiques au Louvre.

171Devant les antiquités que lui présente le consul, Heuzey comprend immédiatement l’importance de sa découverte, l’encourage à poursuivre ses travaux et, quant à lui, s’engage résolument dans la voie de l’orientalisme.

172Pendant l’absence d’E. de Sarzec, H. Rassam s’était précipité à Tello et y avait fouillé illégalement. Le consul français, en regagnant l’Irak, s’arrête à Constantinople et obtient du sultan les firmans qui gagnent le site de Tello à la France. En 1880-1881, il dirige les troisième et quatrième campagnes et tire du tell A toute la collection des grandes statues du patési Gudéa, et plusieurs fragments de la stèle des Vautours, premiers exemples d’un art prébabylonien. Ces antiquités parviennent en France en mai 1881, et sont acquises par le Louvre grâce à un crédit de 130000 francs, voté par la Chambre sur proposition de Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, déterminé à soutenir les recherches au Proche-Orient, qu’il conçoit comme une forme de pénétration coloniale sur un territoire que se disputent les grandes puissances européennes.

  • 237 E. De Sarzec et L. Heuzey, Découvertes en Chaldée, 2 vol., Paris, 1884-1912 ; Une villa royale chal (...)

173La découverte d’E. de Sarzec est annoncée officiellement à l’Académie des inscriptions le 29 juillet 1881, et son importance est telle que le 20 août 1881 une section des antiquités orientales est créée au sein du département des antiques au Louvre. L. Heuzey en est nommé conservateur, et se consacre désormais à l’étude des antiquités de Tello en collaborant étroitement avec E. de Sarzec, puis avec son successeur sur le site, le capitaine Cros237.

174L’organisation des recherches à Tello reproduit le partage qui s’était établi à Khorsabad, entre l’homme de terrain, qui assure la direction des fouilles sur le site, et l’homme de science qui interprète les résultats. Le chantier de Tello clôt une période où les fouilles au Proche-Orient sont exécutées par des membres du corps diplomatique, sans qualification archéologique. En 1883, de Sarzec est nommé consul à Bagdad, et reçoit une mission scientifique officielle. Cependant, les travaux à Tello ne peuvent reprendre qu’en 1888. Les campagnes de 1888-1890 produisent de nouveaux fragments de la stèle des vautours et le vase d’argent d’Entéména, que L. Heuzey dégage lui-même de sa gangue pour découvrir l’extraordinaire décoration incisée.

  • 238 L. Heuzey, Catalogue des antiquités chaldéennes, Paris, 1902.
  • 239 E. Pottier, « Souvenirs d’un collaborateur », Revue archéologique, 1922.

175Heuzey applique aux monuments de Tello cette méthode d’« auscultation patiente » qui lui permet de compléter les résultats obtenus par les épigraphistes et de prouver que « l’archéologie fournissait des conclusions aussi précises, parfois précises, que l’épigraphie238 ». Il fixe le cadre d’une science nouvelle, en retraçant l’évolution des styles depuis les bas-reliefs grossiers d’Ur-Nina aux statues de Gudéa. Il reconstitue ainsi les phases de l’histoire chaldéenne sur une durée de dix à douze siècles. Helléniste et orientaliste à la fois, Léon Heuzey est un précurseur, et Edmond Pottier peut affirmer qu’après lui « l’helléniste de demain doit être en quelque façon un orientaliste sous d’ignorer la moitié de son métier239 ».

  • 240 A. Parrot, op. cit., p. 135.

176Si les fouilles françaises de Tello, du point de vue des techniques employées, trahissent un recul sur les travaux de Victor Place, elles sont cependant novatrices au sens où elles se déroulent sur une longue période, pendant laquelle on met tout en œuvre pour tirer le plus grand profit scientifique des travaux. Une véritable équipe de savants s’applique à l’étude des découvertes : l’archéologue L. Heuzey et les épigraphistes Amiaud et F. Thureau-Dangin, placés sous l’autorité de J. Oppert. « Tello marque une date capitale dans la progression de l’orientalisme240 », car le IIIe millénaire, totalement inconnu jusqu’alors, est révélé par des objets et des textes.

177La découverte des Sumériens à Tello attire d’autres nations dans le bas-pays mésopotamien : ainsi l’Allemand Ernst Schrader s’y rend-il, tout comme Robert Koldewey (1855-1925), chargé par les musées royaux prussiens de fouiller en 1886 deux tells situés à l’est de Tello. Les États-Unis d’autre part, où les découvertes de Layard ont suscité un vaste courant d’intérêt pour l’orientalisme, montent la Wolf Expedition en 1884-1885, et lui donnent pour mission la prospection méthodique des sites entre Bagdad et Muqqayar. Les travaux de fouilles sur le site de Nippur ne commenceront qu’en 1888, sous la direction de Peters, et la mission se soldera par un désastre et la fuite des membres chassés par les tribus hostiles. Une deuxième campagne est organisée en 1890, mais Peters, qui travaille sans architecte ni assyriologue, pratique les méthodes de Rassam, n’accorde aucune attention à l’architecture et est incapable de juger de l’importance des tablettes qu’il recueille.

  • 241 È. et J. Gran-Aymerich, Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, Paris, Perrin, 1991 ; La Cité royale de Su (...)
  • 242 Jane Dieulafoy, née Magre (1851-1916). Participe avec Marcel, son mari, à la guerre de 1870 et à l’ (...)

178Alors qu’E. de Sarzec fait renaître l’archéologie française en Mésopotamie, les missions de Marcel et Jane Dieulafoy à Suse inaugurent les recherches en Iran241. Préoccupé de l’origine de la voûte, Marcel Dieulafoy (1844-1920) décide de se rendre en Perse, avec sa femme Jane242, pour tenter de résoudre cette question d’architecture.

111. E. de Sarzec et son escorte à Tello, Découvertes en Chaldée par E. de Sarzec, publié par les soins de Léon Heuzey, Paris, Ernest Leroux éditeur, 1884-1912, pl. 63. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

112. Mission J. et M. Dieulafoy à Suse (Perse, 1884-1886). Plan établi par C. Babin.

179Après un premier voyage d’exploration qui les conduit en 1881-1882 de Téhéran à Chiraz, en passant par Persépolis et Suse, et mis en contact par Viollet-le-Duc avec Louis de Ronchaud, directeur des Musées nationaux, les Dieulafoy obtiennent un crédit de 30000 francs pour fouiller Suse. Avant eux, Sir Henry Layard avait visité le site et sir William K. Loftus y avait procédé à des sondages, en 1851 et 1853.

  • 243 M. Dieulafoy, L’Art antique de la Perse. Achéménides, Parthes, Sassanides, 5 vol., Paris, 1884 ; L’ (...)
  • 244 È. et J. Gran-Aymerich, « Jacques de Morgan », Archéologia, n° 187, févr. 1984, p. 79-82 ; N. Cheva (...)

180Marcel et Jane Dieulafoy, accompagnés d’un ingénieur de l’École des Ponts et Chaussées, Babin, et d’un élève de l’École normale supérieure, Houssaye, gagnent Suse en 1884 et y mènent, jusqu’en 1886, deux campagnes de fouilles. Ils dégagent le palais de Darius et découvrent les fameuses frises des Archers et des Lions, qui enrichissent encore les collections orientales du Louvre, et révèlent l’art de la faïence d’époque achéménide243. Le chantier de Suse, repris en 1897 par Jacques de Morgan, directeur de la Délégation archéologique française en Perse244, deviendra le plus important chantier européen du Proche-Orient, et aussi le plus durable, puisqu’il s’est maintenu jusqu’en 1979, quand fut suspendue toute activité archéologique étrangère en Iran.

L’Espagne

  • 245 Casiano de Prado y Vallo (1797-1866). L’un des introducteurs de la recherche géologique moderne en (...)
  • 246 Édouard Lartet (1801-1871), fondateur de la paléontologie humaine. E. Lartet et E. de Verneuil, « N (...)

181Alors qu’en Méditerranée orientale, à Tello, comme à Troie et à Mycènes, s’amorce l’étonnante remontée dans le temps qui permet de concevoir les origines de la civilisation et les relations et influences entretenues par les différentes sociétés, à l’Occident, l’Espagne se révèle aussi comme une terre de découvertes tout à fait extraordinaires. Comme en Europe septentrionale, on y reconnaît la préhistoire à partir de 1860 et de la visite d’Édouard Lartet aux gravières du Manzanares, à San Isidro, en compagnie de Casiano Prado245 : la découverte des silex taillés qu’ils recueillent à cette occasion fut en Espagne « le point de départ de toutes les autres et elle eut un grand retentissement en Europe246 ». En 1867, année où la préhistoire ouvre l’exposition de la Galerie de l’histoire du travail, à l’Exposition universelle de Paris, l’Espagne envoie une délégation conduite par Amalio Maestre et présente des objets illustrant le quaternaire de San Isidro. Au deuxième congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, qui se tient à Paris en même temps que l’Exposition universelle, Juan Vilanova y Piera (1821-1893), professeur de géologie et de paléontologie à Madrid et ami de Lartet, présente la géologie de la province de Valence. En 1869 à Copenhague, ce grand préhistorien espagnol expose la stratigraphie du site de San Isidro et publie en 1872 la première synthèse sur la préhistoire espagnole.

113. Cerro de los Santos (Espagne), l’une des statues étudiées par Léon Heuzey. Elle est conservée au Musée archéologique national de Madrid. D’après le Bulletin de correspondance hellénique XV, 1891. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 247 G. Cotteau, Les Sciences anthropologiques à l’Exposition universelle de Paris de 1878, Paris, 1878.
  • 248 E. Cartailhac, Les Âges préhistoriques de l’Espagne et du Portugal, Paris, 1886.
  • 249 L’Anthropologie, 1902.

182À l’Exposition universelle de Paris, en 1878, l’Espagne, en la personne de Tubino, transporte tout « un musée préhistorique » et révèle Altamira247. Une polémique s’engage sur l’authenticité de l’art rupestre préhistorique, et Émile Cartailhac figure au nombre des incrédules. Un voyage, qu’il fait en 1881 à Santillana del Mar avec Édouard Harlé, lui permet « une étude plus attentive, moins superficielle de la grotte d’Altamira248 », au terme de laquelle il fait paraître son Mea culpa d’un sceptique249 et reconnaît l’authenticité des peintures. É. Cartailhac accomplit en 1880-1881 deux missions en Espagne, où il découvre « la terre promise des préhistoriens », et publie la première synthèse française sur Les Âges préhistoriques de l’Espagne et du Portugal.

  • 250 Louis Siret (1860-1934), industriel et archéologue belge installé en Espagne. Son frère Henri, ingé (...)

183Comme en France, la découverte de la préhistoire s’accompagne en Espagne de celle de la protohistoire : les travaux des frères Louis et Henri Siret à Cuevas de Almanzora et dans les provinces d’Almería, Grenade et Murcie, dévoilent un large pan de la protohistoire européenne, et en particulier l’une des plus importantes cultures de l’Âge du Bronze, la civilisation d’El Argar250.

184Les recherches d’archéologie pré-romaine en Espagne confirment le réseau des relations entre civilisations occidentales et orientales, que laissent soupçonner les découvertes en Étrurie, en Grèce, à Rhodes, à Chypre, en Égypte et au Proche-Orient.

  • 251 G. Cotteau, Les Œuvres anthropologiques à l’Exposition universelle de Paris de 1878, op. cit.
  • 252 L. Heuzey, « Statues espagnoles de style gréco-phénicien » : Comptes rendus de l’Académie des inscr (...)

185La révélation d’une puissante civilisation pré-romaine est venue du Cerro de los Santos, province d’Albacete, où, en 1831, avaient été retrouvées les premières statues, d’une facture tout à fait inédite, que Juan de la Rada y Delgado (1827-1901), titulaire de la chaire d’archéologie et de numismatique à l’École de diplomatie, avait présentées à l’Académie d’histoire de Madrid en 1871. Lors de l’Exposition universelle de 1878, L. Heuzey avait pu voir certaines de ces figures ou leurs moulages, qui appartenaient au « musée espagnol »251. Considérées comme fausses par A. de Longpérier, elles éveillent en L. Heuzey l’intuition d’un art spécifiquement ibérique, influencé tout à la fois par les Phéniciens et par les Grecs. Pour s’en assurer, Heuzey se rend à Madrid, expertise les objets et conclut devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres à leur authenticité252. Heuzey ajoutait un nouveau chapitre à l’histoire de l’art antique : celui de l’art ibérique. C’est lui qui dirige vers l’Espagne Arthur Engel et Pierre Paris, et étend ainsi vers l’Occident les recherches archéologiques françaises.

***

186L’archéologie, classique ou orientale, préhistorique et protohistorique, s’engage à partir de 1860 dans la voie de la science et accomplit d’immenses progrès qui lui valent de trouver une place à l’Université, à la faveur de la profonde réforme que la IIIe République engage, immédiatement après la guerre franco-prussienne.

187L’«archéologie scientifique » se manifeste dans l’étude des objets, vases peints ou sans décor, statues ou figures en terre cuite, appliquant ses principes d’observation rigoureuse à toutes les catégories de vestiges, sans en exclure aucun, même les plus modestes. « Science des objets », directement issue de celle qu’avaient « inventée » B. de Montfaucon et le comte de Caylus, l’archéologie s’affirme aussi, en ce dernier quart du xixe siècle, comme une « science des sites et des monuments » qu’elle s’attache à étudier scrupuleusement, afin de les comprendre dans leur ensemble, grâce à des méthodes de fouille systématique, qui font leur apparition sur les grands chantiers allemands en Grèce et sont introduites en Égypte par Flinders Petrie.

188Peu à peu, les archéologues font la preuve de la fiabilité des conclusions qu’une telle archéologie fournit pour établir des faits historiques avec autant, et peut-être plus, de précision que l’épigraphie, comme l’affirme Léon Heuzey. Associée à la philologie et à l’épigraphie, l’archéologie au sens classique, mais aussi celle qui s’applique à la préhistoire et à la protohistoire, sert à l’histoire des origines telle que la conçoit Camille Jullian par exemple.

189Les découvertes d’Heinrich Schliemann à Troie et à Mycènes, celles d’Ernest de Sarzec à Tello, attestent que l’archéologie à elle seule peut restituer des civilisations dont l’histoire n’a conservé qu’un souvenir fugace. L’archéologie se détache de la philologie et impose des critères et des valeurs spécifiques, qui s’appuient sur la « culture matérielle ».

190Au moment où en Europe l’archéologie préhistorique sort victorieuse d’une longue bataille, engagée au début du siècle, sur la haute antiquité de l’homme, les découvertes qui, d’Espagne au Proche-Orient, en passant par la Grèce et l’Égypte, modifient profondément la vision du monde antique, contribuent à ruiner les arguments des irréductibles. L’archéologie préhistorique, qui, pour les « temps primitifs », est la seule « pourvoyeuse d’histoire », selon l’heureuse formule de Georges Perrot, exerce en cette fin du xixe siècle, une grande influence sur l’archéologie classique et orientale, qui lui emprunte certaines de ses méthodes. De plus, le monde antique, qui, pour les érudits du début du xixe siècle, était dominé par la Grèce et Rome, s’est considérablement élargi, et les différentes civilisations qui le composent, et dont l’archéologie a permis la révélation, offrent une cohésion que l’on ne pouvait guère soupçonner avant 1850 : à la fin du siècle, un helléniste comme Léon Heuzey, pour comprendre les origines et la formation de la civilisation grecque, se fait orientaliste et scrute tout le bassin méditerranéen, de la Basse-Mésopotamie à l’Espagne, pour tenter de rétablir les relations et influences mutuelles de l’Orient et de l’Occident.

191Les Écoles françaises traduisent ce même souci et, d’Athènes et de Rome, essaiment dans les pays baignés par la Méditerranée. D’Alger à Jérusalem et Bagdad, on réclame la fondation de « missions permanentes », qui permettent l’action continue de spécialistes formés et dotés de moyens.

192La préhistoire, officiellement reconnue en 1867 à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, et de l’inauguration du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, progresse de l’Europe septentrionale à l’Europe méditerranéenne et à l’Orient ; et, tout d’abord ressentie comme une science apparentée à la géologie, elle fait progressivement la conquête des archéologues classiques et orientalistes, que les découvertes de la protohistoire grecque, italique, ibérique et de la préhistoire de l’Égypte à la Perse, gagnent à l’idée de la continuité de la préhistoire à l’histoire.

  • 253 Première chaire d’histoire et antiquités nationales, au Collège de France.

193Alexandre Bertrand et Camille Jullian amorcent ce mouvement d’intégration de la préhistoire, en la plaçant à l’origine de l’histoire nationale ; par l’archéologie préhistorique, complètement détachée de la philologie par son objet même, s’impose une archéologie scientifique, dont les méthodes d’étude des objets et des monuments sont inspirées de celles de la philologie, mais qui, pour l’étude des sites, emprunte à l’archéologie préhistorique. L’écart se réduit entre les « géologues-préhistoriens » et les « archéologues-historiens » qu’A. Bertrand distingue encore radicalement en 1880. Déjà inclus dans les collections du Musée des antiquités nationales, les vestiges de la préhistoire sont définitivement admis Au Seuil de notre histoire par C. Jullian, qui les introduit en prolégomènes de son cours du Collège de France, en 1905253. L’archéologie moderne peut voir le jour.

Notes

1 En référence à P. Hazard, La Crise de la conscience européenne (1680-1715), Paris, 1935.

2 E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, 1871, Paris, Éd. Complexe, 1990.

3 Ibid., p. V (éd. 1990).

4 Ibid., p. VI.

5 Ibid., p. 55 et 95.

6 A. Dumont, L’Administration et la Propagande prussiennes en Alsace, Paris, 1871.

7 G. Perrot, Notes manuscrites rédigées lors du siège de Paris, s.l.d.

8 Id., « L’École française d’Athènes : comment on la juge à l’étranger », Revue de l’Instruction publique, 29 juin 1865.

9 C. Lenormant et J. de Witte, L’Élite des monuments céramographiques, Paris, 1844.

10 P. Le Bas, Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure, Paris, 1847.

11 E. Gerhard, « Rapporto intorno i vasi volcenti » : Annales de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, 1831.

12 D. Raoul-Rochette, Monuments inédits d’antiquité figurée grecque, étrusque et romaine, Paris, 1828-1829.

13 C.-E. Beulé, L’histoire de l’art grec avant Périclès, Paris, 1868.

14 T. Mommsen, Études osques, Berlin, 1845-1846.

15 C. Digeon, La Crise allemande de la pensée française, Paris, 1959, p. 32.

16 E. Renan, L’Avenir de la science, pensées de 1848, op. cit.

17 O. Rayet, « Les Antiques au musée Berlin », La Gazette des beaux-arts, 1er sept. 1882 ; id., dans Études d’archéologie et d’art, Paris, 1888.

18 Id., articles sur les fouilles d’Olympie parus dans La Gazette des beaux-arts en 1875-1876, et repris dans Études d’archéologie et d’art, op. cit.

19 A. Dumont, « Comparaison des études d’érudition en France et en Allemagne », Revue des Deux Mondes, 15 oct. 1874 ; cf. C. Charles, La République des universitaires, Paris, Le Seuil, 1994, 1re partie : « L’impossible modèle allemand ».

20 P. Nora, « Lavisse, instituteur national », dans Les Lieux de mémoire, t. I, La République, Paris, Gallimard, 1987.

21 Cité par P. Nora, ibid.

22 A. Dumont, Essai sur l’éphébie attique, Paris, 1875.

23 Id., Essai sur la chronologie des archontes athéniens postérieurs à la CXXIIe olympiade et sur la succession des magistrats éphébiques, Paris, 1870.

24 A. Dumont et J. Chaplain, « Les vases peints de la Grèce propre », Journal des savants, sept. et déc. 1872, p. 577 sq. et 783 sq. ; avril et sept. 1873, p. 245 sq. et 575 sq.

25 A. Dumont à A. Geffroy, lettres des 2 et 18 avril 1867, citées par G. Radet, op. cit.

26 Auguste Geffroy (1820-1895). Directeur de l’École française de Rome de 1876 à 1882, puis de 1888 à 1895.

27 G. Radet, op. cit.

28 J. Simon, « J.-D. Guigniaut », dans Centenaire de l’École normale supérieure, 1795-1895.

29 J. Guigniaut, « Projet pour la révision des actes concernant l’École d’Athènes », dans Dossier de l’Instruction publique, cité par G. Radet, op. cit., p. 169.

30 Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1872, p. 107, et G. Radet, op. cit., p. 167-180.

31 T. Homolle, « Notice sur Albert Dumont », Bulletin de correspondance hellénique, 8 (1884).

32 Félix Ravaisson-Mollien (1813-1900), agrégé de philosophie, chef du secrétariat de M. de Salvandy, ministre de l’Instruction publique, puis chef de cabinet du même en 1845. Conservateur des Antiques au Musée du Louvre de 1870 à 1886.

33 Citée par G. Goyau, « La fondation de l’École », dans L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 T. Homolle, Bulletin de correspondance hellénique, 1884.

37 O. Motte, « Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 94 (1982), p. 393-483.

38 U. Jantzen, Einhundert Jahre Athener Institut, 1874-1974, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1986.

39 Athenischen Mitteilungen.

40 Lettre d’A. Dumont à A. Geffroy, du 24 mars 1877, citée par G. Radet, op. cit.

41 Cité par A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français, 1880-1930, Paris, 1944, p. 45.

42 Gaston Boissier (1823-1908), professeur d’éloquence latine au Collège de France, de 1862 à 1904, puis administrateur du Collège ; maître de conférences de lettres françaises et de littérature latine (1865-1899) à l’École normale supérieure. Élu à l’Académie française en 1876. Promenades archéologiques, Paris, 1886 ; L’Afrique romaine. Promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie, Paris, 1895.

43 « Les réformes de l’enseignement. L’enseignement supérieur », Revue des Deux Mondes, 15 juin 1868.

44 Future Revue internationale de l’enseignement. Parmi les membres de la Société figurent G. Boissier, M. Bréal, N. Fustel de Coulanges, G. Perrot, E. Renan.

45 Louis Liard (1846-1917), directeur de l’Enseignement supérieur, de 1884 à 1902. L’Enseignement supérieur en France. 1789-1889, 2 vol., Paris, 1888 et 1894.

46 E. Renan, Questions contemporaines, Paris, 1876, préface.

47 Id., La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, 1871, Éd. Complexe, 1990.

48 L. Liard, op. cit., 2e vol., p. 341.

49 E. Renan, La Réforme intellectuelle…, op. cit., éd. 1990, p. 100.

50 Ibid., p. 102.

51 René Goblet (1828-1905), ministre de l’Instruction publique de 1885 à 1887.

52 A. de Beauchamps, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, Paris, 1880, t. 2 (1848-1874), t. 3 (1875-1883), t. 4 (1884-1889).

53 A. Dumont, Notes inédites, 1865-1872.

54 E. Renan, dans L’Enseignement supérieur en France, op. cit.

55 A. Dumont, Notes inédites, op. cit.

56 Ibid.

57 Rapporté par L. Liard, « Inauguration du buste d’A. Dumont et séance de rentrée à la faculté des lettres de Paris », Revue internationale de l’enseignement, 15 nov. 1891.

58 O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Paris-Rome, École française de Rome, 1990.

59 N. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, t. III, Paris, 1888, pp. 32-33. Cf. F. Hartog, Le xixe Siècle et l’Histoire : le cas de Fustel de Coulanges, Paris, PUF, 1988.

60 Gabriel Monod (1844-1912), historien, ancien élève de l’École normale supérieure, en mission en Italie et en Allemagne de 1865 à 1868 ; maître de conférences à l’École normale supérieure en 1880.

61 C. Digeon, La Crise allemande de la pensée française, Paris, 1959.

62 A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français, 1880-1930, op. cit., p. 48.

63 C. Jullian, Lettres de jeunesse. Italie. Allemagne, 1880-1883, Bordeaux, 1936.

64 O. Motte, op. cit.

65 Revue internationale de l’enseignement 1884, p. 289 sq. et 403 sq.

66 A. H. Borbein, « Ernst Curtius, Alexander Conze, Reinhard Kekulé : Probleme und Perspektiven der klassischen Archäologie zwischen Romantik und Positivismus » ; K. Krist et A. Momigliano, L’Antichità nel Ottocento in Italia e Germania, Bologne-Berlin, 1988, pp. 275-302.

67 Abhandlungen et Mitteilungen aus Archaeologisch-epigraphische Österreich.

68 G. Perrot, « Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours », Revue des Deux Mondes, 1er août 1880, pp. 516-555.

69 L. Liard dans Revue internationale de l’enseignement, 15 nov. 1891.

70 J.-M. Mayeur, « Albert Dumont et les transformations de l’enseignement supérieur au début de la IIIe République », Bulletin de correspondance hellénique, 1976.

71 Émile Cartailhac (1845-1921) avocat et préhistorien, l’un des grands promoteurs de la préhistoire en France.

72 È. Gran Aymerich, « La Tunisie et la politique archéologique française », dans La Tunisie mosaïque. Diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité, actes du colloque tenu à Toulouse, 14-17 janvier 1997, sous presse.

73 J. Vercoutter, introduction de L’Institut français d’archéologie orientale, livre du Centenaire, Le Caire, 1980.

74 Le musée de Boulaq en 1863.

75 E. Renan, Rapport sur l’organisation de l’Institut du Caire, 1881.

76 École pratique d’études bibliques, fondée en 1890, puis École archéologique française de Jérusalem, fondée en 1921.

77 Institut français d’archéologie d’Istanbul, créé en 1930.

78 Institut français d’archéologie et d’art musulman de Damas, créé en 1920.

79 Institut français d’archéologie de Beyrouth, fondé en 1946.

80 A. Dumont, « Introduction » à E. Gule et W. Koner, La Vie antique. Manuel d’archéologie grecque et romaine, d’après les textes et les monuments figurés, édition revue et annotée par O. Rieman, traduite par F. Trawinski, Paris, 1884 (1re éd. allemande, 1861).

81 O. Rayet, « Les Antiques au musée de Berlin », Gazette des beaux-arts, 1er sept. 1882.

82 J.-J. Marquet de Vasselot, Répertoire des catalogues du musée du Louvre (1793-1917), Paris, 1917.

83 O. Rayet, op. cit.

84 Texte du décret de 1826, et E. Révillout, « Leçon d’ouverture du cours de langue démotique », dans Discours d’ouverture de MM. les professeurs de l’École du Louvre, Paris, 1883, p. 2.

85 L’École du Louvre, 1882-1932, Paris, 1932.

86 H. Verne, « La fondation et le développement de l’École du Louvre », dans L’École du Louvre, 1882-1932, Paris, 1932, p. 3 (souligné par nos soins).

87 Louis de Ronchaud (1816-1887), poète ami de Lamartine, de George Sand et Marie d’Agoult. Inspecteur des beaux-arts puis secrétaire général de l’administration des beaux-arts en 1879, administrateur du Louvre en 1881, il fonde l’École du Louvre en 1882 et favorise les deux expéditions Dieulafoy à Suse (1881-1882 et 1884-1886).

88 L. de Ronchaud, « Premier rapport de L. de Ronchaud, administrateur du musée du Louvre et directeur de l’École d’administration des musées au directeur général des beaux-arts, 11 avril 1882 », dans L’École du Louvre. 1882-1932, op. cit., p. 116-117.

89 A. Bertrand, « Leçon d’ouverture (8 déc. 1882) de son cours d’archéologie nationale », dans Discours d’ouverture de MM. les professeurs de l’École du Louvre, Paris, 1883, p. 92.

90 Ibid.

91 Ibid.

92 A. Bertrand, Nos origines, 3 vol., t. I, La Gaule avant les Gaulois, Paris, 1884 ; t. II (avec S. Reinach), Les Celtes dans les vallées du Pô et du Danube, Paris, 1894 ; t. III, La Religion des Gaulois. Les Druides et le Druidisme, Paris, 1897.

93 Id., Archéologie celtique et gauloise. Mémoires et documents relatifs aux premiers temps de notre histoire nationale, Paris, 1876 (2e éd. 1889).

94 G. Perrot et C. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, 10 vol., Paris, 1882-1894.

95 F. W. von Hase, « Ludwig Lindenschmidt et Napoléon III. Un chapitre précoce de la coopération archéologique franco-allemande », dans Aspects de l’archéologie française au xixe siècle, actes du colloque international tenu à La Diana de Montbrison les 14 et 15 octobre 1995, sous presse.

96 A. Bertrand, « Leçon d’ouverture de son cours d’archéologie nationale », dans Discours d’ouverture de MM. les professeurs de l’École du Louvre, op. cit., p. 112.

97 C. Jullian, Histoire de la Gaule, 8 vol., Paris, 1908-1926.

98 A. Bertrand, Nos origines, op. cit.

99 E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, op. cit.

100 Henri Martin (1810-1883). Historien et homme politique. Publie une Histoire de France, en 1837, et une Histoire de France populaire en 1875, qui orientèrent tout l’enseignement scolaire.

101 R. Mallet, « Henri Martin et les Gaulois : histoire et mythe », dans P. Viallaneix et J. Erhard (éd.), Nos ancêtres les Gaulois, Clermont-Ferrand, 1982, p. 231 sq. ; S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique, 19, 1898, p. 306.

102 Dans son mémoire manuscrit, conservé au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, rédigé en accord avec P. Mérimée, Mémoire sur les monuments mégalithiques, Paris, 1862, couronné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

103 A. Bertrand impose la notion de statistiques d’objets ou de sites et leur répartition sur des cartes typologiques, cf. son Mémoire sur les monuments mégalithiques de 1862, repris dans Les Celtes dans la vallée du Pô et du Danube, op. cit.

104 È. et J. Gran-Aymerich, « Émile Cartailhac », Archéologia, n° 199, fév. 1985, p. 63 sq.

105 Camille Jullian (1859-1933). Occupa la première chaire d’histoire et antiquités nationales au Collège de France en 1905. È. et J. gran-Aymerich, « Camille Jullian », dans Archéologia, n° 184, nov. 1983, p. 76 sq.

106 Joseph Déchelette (1862-1914), homme d’affaires et archéologue français. Cf. S. Binetruy, Joseph Déchelette, Lyon, 1994.

107 A. Bertrand, Les Tumulus gaulois de la commune de Magny-Lambert (Côte-d’Or), mémoire présenté à la Société des antiquaires de France en 1875; cf. aussi Archéologie celtique et gauloise, Paris, 1876 (éd. 1889, p. 296 sq.).

108 Pour le modèle du Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence. Cf. S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique, 19, 1898, p. 300.

109 C.-O. Carbonell, « Après 1870 : régénérescence de la France et renaissance de la Gaule », dans P. Viallaneix et J. Erhard (éd.), Nos ancêtres les Gaulois, op. cit., p. 247, dans le résumé des débats.

110 S. Reinach entra au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye comme attaché en 1886, succédant à G. de Mortillet. Il deviendra directeur à la mort d’Alexandre Bertrand, en 1902.

111 A. Bertrand, S. Reinach, Les Celtes dans la vallée du Pô et du Danube, op. cit.

112 Au Cabinet des médailles, A.-L. Millin assure dès 1806 un cours d’archéologie grecque et romaine. Les cours de J. Quicherat à l’École des Chartes inaugurent, en 1847, un enseignement d’archéologie monumentale, romaine et du Moyen Âge. Les premiers cours donnés dans le cadre du musée du Louvre sont ceux de Champollion, mais l’École du Louvre ne sera fondée définitivement qu’en 1882 ; à partir de cette date, A. Bertrand assure les premiers cours d’archéologie nationale (cf. École du Louvre. Leçons d’ouverture, Paris, 1883). Les premières chaires d’archéologie remontent à 1876, pour celle de G. Perrot à la Sorbonne, suivie de la chaire de M. Collignon à Bordeaux. En 1905, Camille Jullian occupe la première chaire d’antiquités nationales du Collège de France. Cf. C. Charle, « Le Collège de France », dans P. Nora, Les Lieux de Mémoire, op. cit., vol. III, p. 389.

113 Henri d’Arbois de Jubainville (1827-1910). Le premier grand maître des études celtiques en France, professeur au Collège de France en 1882. Écrivit en particulier Les Premiers Habitants de l’Europe d’après les écrivains de l’Antiquité, Paris, 1877.

114 Cependant, dès 1825, les archéologues danois Thomsen et Worsaae avaient élaboré la théorie des trois âges successifs, pierre, bronze, fer, en même temps qu’ils organisaient selon un classement chronologique le musée des Antiquités du nord à Copenhague.

115 Le Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, 4 vol., Paris, Picard, 1908-1914 de J. Déchelette a fait l’objet d’une réédition par Picard éditeur (t. I, 1986).

116 A. Bertrand, Archéologie celtique et gauloise, Paris, 1876 (éd. de 1889), p. 402.

117 « La Gaule, bien avant la conquête romaine, se composait déjà d’éléments nombreux et divers, éléments ethniques et éléments moraux » : A. Bertrand, Archéologie celtique et gauloise, op. cit., de l’édition de 1889. Pour cette émergence des cultures ou foyers de civilisation régionaux : J. Guilaine, La France d’avant la France, Paris, Hachette, 1980 ; M. DE Boüard, « Les Gaulois, nos seuls ancêtres ? », LHistoire, 40, 1981, p. 16 sq.

118 L. Theis, « Guizot et les institutions de mémoire », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II 2, op. cit. ; E. Lavisse, Histoire de la Gaule, Paris, 1901, et J.-P. Rioux, « Les métamorphoses d’E. Lavisse », Politique aujourd’hui, nov.-déc. 1975 ; M.-T. Moisset, « L’iconographie de Vercingétorix à travers les manuels d’histoire », Antiquités nationales, 8, 1976, p. 84 sq. ; J. Lecuir, « L’enseignement de l’histoire à l’école primaire, 1880-1914 », Masses ouvrières, avril 1980, p. 15 sq. ; Ch. Amalvi, Les Héros de l’histoire de France, recherche iconographique sur le panthéon scolaire de la IIIe République, Paris, 1979.

119 La Gaule romaine, mis au point par C. Jullian, d’après les manuscrits de Fustel de Coulanges, Paris, 1890.

120 G. Bloch, Histoire de la Gaule, Paris, 1901.

121 C. Jullian, Histoire de la Gaule, 8 vol., Paris, 1908-1926, mais aussi De la Gaule à la France. Nos origines historiques, Paris, 1922, et Au seuil de notre histoire, Paris, 1930. Cf. A. Grenier, « C. Jullian, un demi-siècle de science historique et de progrès français 1880-1930 », Questions historiques, mars-avril 1934.

122 Numa-Denis Fustel de Coulanges (1830-1889), dans son Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, Paris, 6 vol., 1888-1892, présente une défense de la brève « monarchie démocratique » de Vercingétorix, et de cette première tentative d’unité nationale. Cf. F. Hartog, Le xixe Siècle et l’Histoire : le cas de Fustel de Coulanges, Paris, PUF, 1988.

123 C. Jullian, « Les temps de la Gaule romaine: valeur morale choses », Revue bleue, janv. 1927, p. 1 sq. P.-M. Duval, « Vercingétorix, l’histoire et la légende", introduction à la réédition du Vercingétorix de C. Jullian,Verviers, 1963, p. 7 sq. ; A. Miquel, « Vercingétorix, le symbole de la cohabitation », L’Histoire, 83, 1985, p. 76 sq.

124 M. Roche, « La violence des Gaulois », L’Histoire, 30, 1981, p. 38, et les réponses critiques de J.-P. Demoule, O. Buchsenschutz, A. Schnapp et M. Raskolnikoff, dans L’Histoire, 33, 1981, p. 83 sq. P. Chuvin, « Nos ancêtres... les Grecs ! », L’Histoire, 96, 1987, p. 26 sq.

125 C. Jullian, Notes sur l’histoire de France au xixe siècle, Paris, rééd. 1987 ; C. Billard, P. Guibert, Histoire mythologique des Français, Paris, 1976.

126 J. Lecuir, « Les héros de l’histoire de France », L’Histoire, 33, 1981, p. 102 sq.

127 Par les travaux de C. Lenormant et J. de Witte, ou D. Raoul Rochette, par exemple.

128 Celles d’A. Bertrand, de L. Heuzey, G. Perrot, P. Foucart, A. Dumont.

129 E. Gerhard, « Rapporto intorno i vasi Volcenti », Annali dell’Instituto di Corrispondenza archeologica, III, 1, 1831.

130 O. Jahn, Beschreibung der Vasensammlung Königs Ludwigs in der Pinakothek zu München, Munich, 1854.

131 A. Dumont, Les Peintures céramiques de la Grèce propre, 2 vol., Paris, 1888-1890, œuvre publiée par les soins d’E. Pottier.

132 « Note sur les monuments de l’âge de la pierre trouvés en Grèce », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, mai 1866.

133 Membres de l’École d’Athènes, ils fouillent à Santorin en 1870. A. Dumont publie un article « Sur les céramiques d’Acrotiri », dans Le Journal des savants, déc. 1872, p. 798, repris dans Les Peintures céramiques de la Grèce propre, t. I, p. 19-42. Cf. R. Treuil, « L’École française d’Athènes et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », dans Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », p. 408-439.

134 A. Salzmann, photographe et consul français et A. Biliotti, consul anglais, fouillent à Rhodes, à partir de 1859, et distinguent la poterie hellénique de Camiros de la poterie mycénienne de Ialysos.

135 Alexander Conze (1831-1914), archéologue autrichien, élève d’E. Gerhard. Cf. A. H. Borbein, « Ernst Curtius, Alexander Conze, Reinhard Kekulé : Probleme und Perspektiven der klassischen Archäologie zwischen Romantik und Positivismus », dans K. Christ et A. Momigliano, L’Antichità nell’Ottocento in Italia e Germania, Bologne-Berlin, 1988.

136 A. Furtwängler et G. Loeschke, Mykenische Thongefasse, Berlin, 1879.

137 Introduction d’E. Pottier, Les Peintures céramiques de la Grèce propre, op. cit., p. III.

138 Ibid., introduction d’E. Pottier, p. V.

139 M. Collignon, Manuel d’archéologie grecque, Paris, 1881.

140 Paris, 1877, 2e éd. 1902.

141 Paris, 1880.

142 J. Martha, « L’archéologie », leçon prononcée le 5 déc. 1879, à l’ouverture du cours des antiquités grecques et latines de la faculté des lettres de Montpellier.

143 Ibid., p. 28.

144 Ibid., p. 29.

145 M. Collignon, Manuel d’archéologie grecque, op. cit.

146 M. Collignon, L’Histoire de la sculpture grecque, 2 vol., Paris, 1892-1897.

147 J. Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889.

148 G. Perrot, « Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours », Revue des Deux Mondes, 1er août 1880, p. 516-555.

149 K. O. Müller, Handbuch der Archäologie, Breslau, 1830.

150 Paris, 1883.

151 Paris, 1888.

152 E. Pottier, Les Lécythes blancs à représentations funéraires, Paris, 1883.

153 Ibid.

154 L. Heuzey, Catalogue des figurines antiques de terre cuite du Musée du Louvre, Paris, 1882 ; Figurines antiques de terre cuite du Musée du Louvre, Paris, 1883.

155 L. Heuzey, Catalogue des figurines..., éd. de 1923, p. VI.

156 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, op. cit., p. 203.

157 Ibid., p. 212.

158 Ibid., p. 208.

159 U. Jantzen, Einhundert Jahre Athener Institut 1874-1974, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1986.

160 A. Conze, A. Hauser, G. Niemann, Archaelogische Untersuchungen auf Samothrake, 2 vol., Vienne, 1875-1880.

161 E. Curtius, F. Adler, G. Hirschfeld, Ausgrabungen zu Olympia, 4 vol., Berlin, 1875-1879.

162 Wilhelm Dörpfeld (1853-1940), ingénieur-architecte, directeur de l’Institut allemand d’Athènes de 1887 à 1912.

163 B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, Société archéologique d’Athènes, 1987.

164 Carl Humann (1839-1895), « inventeur » de l’autel de Pergame. Ingénieur allemand des Ponts et Chaussées, installé en Anatolie depuis 1861.

165 O. Rayet et A. Thomas, Milet et le golfe Latmique (Tralles, Magnésie du Méandre, Priène, Milet, Didymes, Héraclée du Latmos), fouilles et explorations archéologiques faites aux frais de MM. les barons E. et G. de Rothschild, Paris, 1877-1885, publication interrompue par la mort d’O. Rayet ; deux monographies sur six furent publiées.

166 Théophile Homolle (1848-1925), directeur de l’École française d’Athènes de 1890 à 1903, puis en 1912-1913.

167 G. Radet, op. cit., p. 333.

168 La Redécouverte de Delphes. Centenaire des fouilles françaises à Delphes, École française d’Athènes, Paris, 1992 ; catalogue de l’exposition « Delphes aux sources d’Apollon », Paris, 1993 ; Académie des inscriptions et belles-lettres, séance publique annuelle et commémoration du centenaire de la grande fouille de Delphes par l’École française d’Athènes, séance du 27 novembre 1992, Paris, 1992.

169 Maurice Holleaux (1866-1932), directeur de l’École française d’Athènes de 1904 à 1912.

170 E. Pottier et S. Reinach, Terres cuites et autres antiquités trouvées dans la nécropole de Myrina, Paris, 1886 ; La Nécropole de Myrina, Paris, 1887.

171 Glynn Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, op. cit., p. 167.

172 G. Radet, op. cit., p. 203.

173 A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français. 1880-1930, op. cit., p. 67.

174 O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, École française de Rome, Paris-Rome, 1990, p. 43 sq.

175 E. Desjardins, Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, 4 vol., Paris, 1876-1893.

176 Paul Vidal de la Blache (1845-1918), élève de l’École normale supérieure, membre de l’École française d’Athènes de 1867 à 1870. Maître de conférences à l’École normale supérieure en 1877, professeur de géographie à la Sorbonne en 1898.

177 C. Jullian, Histoire de la Gaule, t. I, 1908, p. 4.

178 Paris, 1883.

179 E Desjardins, cité par A. Grenier, « Camille Jullian (1859-1933) », Revue historique, CLXVIII, 1934.

180 Auguste Allmer (1815-1899), percepteur, archéologue et grand épigraphiste lyonnais, auteur avec P. Dissard des Inscriptions latines du musée de Lyon, 4 vol., 1888-1893.

181 R. Cagnat, Cours élémentaire d’épigraphie latine, Paris, 1886.

182 Cf. Centenaire de l’Année épigraphique, Paris, 1988.

183 C. Jullian, Inscriptions de la vallée de l’Huveaune, Bulletin épigraphique de la Gaule, 1885-1886.

184 Id., Inscriptions romaines de Bordeaux, 2 vol., 1887 et 1890.

185 Id., Histoire de Bordeaux, Bordeaux, 1895.

186 Id., Au seuil de notre histoire, 2 vol., Paris, 1930.

187 R. Cagnat, « Les Romains dans l’Afrique du Nord. L’occupation romaine en Afrique, ses méthodes, ses résultats », Rivista della Tripolitania, II, 2 (1925).

188 R. Cagnat, L’Armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, Paris, 1892.

189 È. et J. Gran-Aymerich, « René Cagnat », Archéologia, janv. 1988, p. 71-77.

190 Corpus Inscriptionum Latinarum, t. VIII, suppl. pars 1 (1891), 2 (1894), 3 (1904), 4 (1916).

191 È. Gran-Aymerich, « La Tunisie et la politique archéologique française », dans La Tunisie mosaïque. Diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité, actes du colloque de Toulouse, 14-17 janvier 1997, sous presse.

192 Émile Masqueray (1843-1894), premier directeur de l’École supérieure des lettres d’Alger. Il se consacre à l’étude de l’Aurès. Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie, Paris, 1886.

193 René du Coudray La Blanchère (1853-1896), élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, membre de l’École française de Rome de 1878 à 1881, professeur à l’École supérieure des lettres d’Alger, premier directeur des Antiquités et des arts de Tunisie, inspecteur général des Archives, bibliothèques et musées d’Algérie.

194 E. Albertini, « L’Algérie antique », dans Histoire et historiens de l’Algérie, « Collection du Centenaire », 1931, t. IV, Archéologie et Histoire.

195 R. Cagnat, Carthage, Timgad, Tebessa et les Villes antiques de l’Afrique du Nord, Paris, 1909.

196 « De l’utilité d’une mission archéologique permanente à Carthage ? ». Lettre à Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres par l’Archevêque d’Alger, Alger, avril 1881.

197 Charles-Joseph Tissot (1828-1884), diplomate français et l’un des fondateurs de la géographie comparée moderne.

198 C.-J. Tissot, Exploration scientifique de la Tunisie, reprise et mise au point par S. Reinach, 2 vol. et 1 atlas, Paris, 1884-1888.

199 Entre 1906 et 1908.

200 Publiées dans les Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1877.

201 C.-J. Tissot, Le Bassin du Bagrada et la voie romaine de Carthage à Hippone par Bulla Regia, Paris, 1881.

202 Paris, 1884-1891.

203 Lettre de C.-J. Tissot à S. Reinach du 23 décembre 1883.

204 E. Mâle, « Conclusion », L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931.

205 Sur l’attitude de l’administration italienne, voir F. Delpino, « Gli scavi di Stéphane Gsell Vulci (1889). La politica culturale dell’amministrazione per le antichità tra aperture internazionalistiche e autarchismo archeologico », Bullettino di paletnologia italiana, vol. 86, Rome, 1995.

206 C. Jullian, « L’histoire et l’archéologie de l’Italie et de l’Empire romain », L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, op. cit., chap. I.

207 Lettre adressée par M. Bréal, professeur au Collège de France à A. Geffroy, le 15 février 1876.

208 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris-Rome, 1891.

209 J. Martha, Manuel d’archéologie étrusque et romaine, Paris, 1884.

210 J. Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889.

211 Cité par J. Carcopino, Annuaire de l’Association amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1933, pp. 32-39.

212 Emmanuel Fernique (1854-1885), ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire. À Rome, il se consacre à l’archéologie du Latium et des Abruzzes. Étude sur Préneste, ville du Latium, Paris-Rome. 1880.

213 R. DU Coudray la Blanchère, Terracine. Essai d’histoire locale, Paris, 1884.

214 R. DU Coudray la Blanchère, « Inscriptions de Terracine », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 1881, p. 35-62. Cf. O. Motte, « Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire », Mélanges de l’École française de Rome. Temps modernes, 94, 1982, p. 393-483.

215 A. Geffroy, « L’École française de Rome. Ses premiers travaux », Revue des Deux Mondes, 1er juin 1883.

216 Frédéric Engel-Dollfus (1818-1883), industriel, directeur de la Société Dollfus-Mieg et Cie de Mulhouse, avait fondé dans sa ville un musée archéologique.

217 Cf. J. Vercoutter (dir.), L’Institut français d’archéologie orientale. Livre du Centenaire, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1980.

218 G. Maspero, Sur les fouilles exécutées en Égypte, de 1881 à 1885, 1886; « Trois fouilles dans les tombeaux de Thèbes et de Memphis », Mémoires publiés par les membres de la mission archéologique française au Caire, I. 2.

219 G. Maspero, Traduction des inscriptions des pyramides de Saqqarah, Paris, 1894.

220 W. M. Flinders Petrie, The Pyramids and Temples of Gizeh, 1883.

221 Id. Tanis. Part I (1883-1884), Londres, 1885 ; Naukratis. Part I (1884-1885).

222 Glynn Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, Duckworth, 1975.

223 Paris, 1875, reprise à partir de 1894 en trois volumes, sous le titre Histoire des peuples de l’Orient classique, Paris, 1894-1898.

224 C. Clermont-Ganneau, « Mission en Palestine et en Phénicie », dans Rapports parus dans les archives des missions scientifiques et littéraires, Paris, 1882-1884.

225 Id., Les Antiquités sémitiques. Leçon d’ouverture du cours fait au Collège de France pour l’inauguration de la chaire d’épigraphie et antiquités sémitiques, Paris, 1890.

226 Id., « Sur la coupe de Palestrina » Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1878 et dans Journal asiatique, 1878-1880.

227 Id., « L’imagerie phénicienne et la mythologie iconologique chez les Grecs », dans Études d’archéologie orientale, 1, Paris, 1880.

228 Dans une note adressée au ministère de l’Instruction publique, reprise dans un article de la Revue archéologique en 1899 : « Deux projets archéologiques : 1. Création d’un fonds spécial pour les antiquités ; 2. Création en Syrie d’une station archéologique orientale. »

229 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Paris, Albin Michel, 1946 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of the Mesopotamian Exploration, Londres, Thames & Hudson, 1947 (rééd. 1980).

230 Secrétaire de la Royal Asiatic Society.

231 George Smith (1840-1876), graveur de matrices de billets de banque.

232 G. Smith, Assyrian Discoveries. An Account of Exploration and Discoveries on the Site of Nineveh, during 1873 and 1874, Londres, 1875 ; The Chaldean Account of Genesis, Londres, 1873 ; « The Chaldean Account of the Deluge », dans Transactions of the Society of Biblical Archaeology, 1873, p. 213-234.

233 S. Lloyd, op. cit., éd. 1980, p. 144-145.

234 J. Oppert, « Étude sumériennes. Sumérien ou akhadien ? Sumérien ou rien ? », Journal asiatique, p. 267-321, 442-497.

235 En 1853 et 1854.

236 William Kennet Loftus (1821-1858), géologue, membre de la commission chargée d’établir la frontière turco-persane. En 1850, explore la Chaldée, et repère les sites d’Al Muqqayar-Ur, Niffar-Nippur et Warka-Uruk, où il fouille trois semaines, puis à nouveau en 1852 pour l’Assyrian Excavation Fund. Fouille à Suse en 1851 et 1853. Publie Travels and Researches in Chaldea and Susiana, Londres, 1857.

237 E. De Sarzec et L. Heuzey, Découvertes en Chaldée, 2 vol., Paris, 1884-1912 ; Une villa royale chaldéenne environ 4000 ans avant notre ère, d’après les levés et les notes de M. de Sarzec, Paris, 1900 ; Catalogue des antiquités chaldéennes, Paris, 1902 ; avec G. De Sarzec, Découvertes en Chaldée, Paris, 1906 ; avec F. Thureau-Dangin, Nouvelles fouilles de Tello, Paris, 1914.

238 L. Heuzey, Catalogue des antiquités chaldéennes, Paris, 1902.

239 E. Pottier, « Souvenirs d’un collaborateur », Revue archéologique, 1922.

240 A. Parrot, op. cit., p. 135.

241 È. et J. Gran-Aymerich, Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, Paris, Perrin, 1991 ; La Cité royale de Suse, édition française du catalogue de l’exposition de New York en 1992, révisée par A. Caubet, Paris, 1994.

242 Jane Dieulafoy, née Magre (1851-1916). Participe avec Marcel, son mari, à la guerre de 1870 et à l’exploration de la Perse ; elle joue un rôle de premier plan dans les premières fouilles françaises sur le site de Suse et la restauration-présentation des murs achéménides en brique émaillée au Musée du Louvre. Elle fait le récit de l’exploration de la Perse et des fouilles à Suse : La Perse, La Chaldée, la Susiane, relation de voyage, Paris, Hachette, 1887 ; A Suse, Journal des fouilles, 1884-1886, Paris, Hachette, 1888 (ces deux ouvrages ont été réédités en trois volumes par les Éditions Phébus, Paris, 1989).

243 M. Dieulafoy, L’Art antique de la Perse. Achéménides, Parthes, Sassanides, 5 vol., Paris, 1884 ; L’Acropole de Suse d’après les fouilles en 1884, 1885, 1886, sous les auspices du Musée du Louvre, Paris, 1893.

244 È. et J. Gran-Aymerich, « Jacques de Morgan », Archéologia, n° 187, févr. 1984, p. 79-82 ; N. Chevalier (dir.), Une mission en Perse. 1897-1912, « Les dossiers du musée du Louvre », Paris, 1997. A Jaunay, Mémoires de Jacques de Morgan, 1857-1924, Paris, L’Harmattan, 1997.

245 Casiano de Prado y Vallo (1797-1866). L’un des introducteurs de la recherche géologique moderne en Espagne, ainsi que des études préhistoriques et anthropologiques. Cf. J. Pérez de Barradas, « El descubridor del hombre fosil en España. D. Casiano de Prado y Vallo », Investigación y Progreso, 1, 1928, p. 1-4.

246 Édouard Lartet (1801-1871), fondateur de la paléontologie humaine. E. Lartet et E. de Verneuil, « Note sur un silex trouvé dans le diluvium des environs de Madrid », Bulletin de la Société géologique de France, 1resérie, t. 20, 1862, p. 698.

247 G. Cotteau, Les Sciences anthropologiques à l’Exposition universelle de Paris de 1878, Paris, 1878.

248 E. Cartailhac, Les Âges préhistoriques de l’Espagne et du Portugal, Paris, 1886.

249 L’Anthropologie, 1902.

250 Louis Siret (1860-1934), industriel et archéologue belge installé en Espagne. Son frère Henri, ingénieur, travaille avec lui à partir de 1880 dans les mines d’Almería en Espagne et collabore à ses travaux archéologiques.

251 G. Cotteau, Les Œuvres anthropologiques à l’Exposition universelle de Paris de 1878, op. cit.

252 L. Heuzey, « Statues espagnoles de style gréco-phénicien » : Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1890, p. 125 sq. ; « À propos des statues du Cerro de los Santos », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1897.

253 Première chaire d’histoire et antiquités nationales, au Collège de France.

Table des illustrations

Légende 88. Albert Dumont (1842-1884), buste par Jules Chaplain, faculté des Lettres de Paris.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 89. Georges Perrot (1832-1914), premier titulaire de la chaire d’archéologie créée à la Sorbonne en 1876. Album de photographies prises à la Sorbonne, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 90. Maxime Collignon (1849-1917) devant ses étudiants dans la « salle des collections d’art ancien » que G. Perrot comparait aux laboratoires allemands pour déplorer la modicité des moyens mis en œuvre par le gouvernement français. Album de photographies prises à la Sorbonne, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 91. Camille Jullian (1859-1933), portrait conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 92. Joseph Déchelette (1862-1914) sur le mont Auxois (Alésia) en 1908, d’après le Livre d’or de Joseph Déchelette. Centenaire, 1862-1962, Roanne, 1962.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 93. Paul Vidal de la Blache (1845-1918). Portrait conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 94. J. Martha, planches de vases, L’Art étrusque, Paris, 1889. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 95. Samothrace, essai de reconstitution du sanctuaire. A. Conze, A. Hauser, G. Niemann, Archaeologische Untersuchungen auf Samothrake, 2 vol., Vienne, 1875. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 96. Samothrace, la stoa. A. Conze, A. Hauser, G. Niemann, Archaeologische Untersuchungen auf Samothrake, 2 vol., Vienne, 1875, t. II, pl. 53. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 97. Olympie, le champ de fouilles vu du nord-ouest. E. Curtius, F. Adler et G. Hirschfeld, vol. II (travaux de 1876-1877), Ausgrabungen zu Olympia, 4 vol., Berlin, 1875-1879, pl. II. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 98. Olympie, le Philippeïon et l’Héraïon vus du sud-ouest. E. Curtius, F. Adler et G. Hirschfeld, vol. III, Ausgrabungen zu Olympia, 4 vol., Berlin, 1875-1879, pl. III. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 99. Pergame, état de la façade du théâtre en 1900. M. Collignon et E. Pontremoli, Pergame, restauration et description des monuments de l’acropole, Paris, 1900, pl. II. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 100. Pergame, l’acropole. R. Bohn, Altertümer von Pergamon II, Berlin, 1885, pl. I. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 101. Délos, place publique avec en arrière-plan le Cynthe. Fonds Homolle, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 102. Delphes, le chantier en novembre 1892. Fonds Homolle, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 103. René Cagnat (1852-1937), d’après la « Notice sur la vie et les travaux de R. Cagnat », Institut de France, t. 107, 1937.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 104. Timgad (Algérie), les colonnes du marché. A. Ballu, Algérie. Monuments antiques et arabes. Photographies de Mieusement. Mission de 1893. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 105. Lambèse (Algérie), fragments romains sur une maison. A. Ballu, Algérie. Monuments antiques et arabes. Photographies de Mieusement. Mission de 1893, pl. 5. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 106. Djamila (Cuiculum), arc romain. A. Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840,1841, 1842..., vol. 1, Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1846, pl. 34. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 107. Le Révérend Père Louis Delattre (1850-1932), d’après la Revue archéologique, 1932.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 108. Charles-Joseph Tissot (1828-1884).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 109. L’étage souterrain de la rotonde de Damous el Karita, Carthage, d’après une carte postale ancienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 110. Gaston Maspero (1846-1916), photographié le 6 octobre 1905 en Égypte. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 111. E. de Sarzec et son escorte à Tello, Découvertes en Chaldée par E. de Sarzec, publié par les soins de Léon Heuzey, Paris, Ernest Leroux éditeur, 1884-1912, pl. 63. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 112. Mission J. et M. Dieulafoy à Suse (Perse, 1884-1886). Plan établi par C. Babin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 113. Cerro de los Santos (Espagne), l’une des statues étudiées par Léon Heuzey. Elle est conservée au Musée archéologique national de Madrid. D’après le Bulletin de correspondance hellénique XV, 1891. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7696/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site