Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Deuxième partie. Institutions nouvelles et essor des recherches (1848-1885)

Chapitre 5. L’archéologie dans l’entreprise de redressement national (1870-1885)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand la guerre avec la Prusse éclate, immédiatement conclue par le désastre français, l’archéologie est frappée en plein essor : la participation de Léon Renier au Corpus Inscriptionum Latinarum de l’Académie de Berlin est ajournée. En Italie, le projet d’implanter à Rome une école française avorte avant même d’avoir reçu un début de réalisation. En Grèce, les fouilles que Paul Foucart a prévues pour Delphes, et pour lesquelles il a obtenu les crédits nécessaires, sont annulées. La réforme de l’École d’Athènes, préparée dès la disparition en 1867 de son directeur, Amédée Daveluy, ne sera effective qu’en 1874. Enfin, Charles Clermont-Ganneau doit renoncer à la mission en Phénicie et Palestine, alors qu’il se promettait d’y prolonger les travaux d’Ernest Renan.

La « crise de la conscience française1 » et le mouvement historique

La situation assez particulière de l’archéologie à la veille de la défaite de 1870 explique peut-être le rôle joué par certains de ses représentants, Ernest Ren...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540