Version classiqueVersion mobile

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Deuxième partie. Institutions nouvelles et essor des recherches (1848-1885)

Chapitre 4. La formation d’une archéologie officielle et la reconnaissance de la préhistoire (1848-1870)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1848, alors que, sous l’égide de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et du Comité des travaux historiques, les antiquités nationales bénéficient d’une première forme de protection et sont l’objet de recherches, un vaste domaine s’ouvre à l’archéologie française : l’Italie et la Grèce, l’Afrique du Nord, où se poursuit la conquête coloniale, l’Égypte, où Champollion a planté des jalons que Mariette s’apprête à suivre, et enfin la Mésopotamie, où P.-É. Botta a ouvert le premier grand chantier de fouilles.

Cependant, malgré de telles perspectives, la crise est patente aussi bien pour l’archéologie orientale que pour l’archéologie classique : la science française trahit un net retard sur la science allemande et le système universitaire en est la cause. L’archéologie, que les membres de l’Institut de correspondance archéologique de Rome mettent en œuvre, est fille et sœur de la philologie, qui, en Allemagne, est enseignée dans de très nombreuses universités, mais ne jouit pas...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search