Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Deuxième partie. Institutions nouvelles et essor des recherches (1848-1885)

Chapitre 4. La formation d’une archéologie officielle et la reconnaissance de la préhistoire (1848-1870)

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

En 1848, alors que, sous l’égide de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et du Comité des travaux historiques, les antiquités nationales bénéficient d’une première forme de protection et sont l’objet de recherches, un vaste domaine s’ouvre à l’archéologie française : l’Italie et la Grèce, l’Afrique du Nord, où se poursuit la conquête coloniale, l’Égypte, où Champollion a planté des jalons que Mariette s’apprête à suivre, et enfin la Mésopotamie, où P.-É. Botta a ouvert le premier grand chantier de fouilles.

Cependant, malgré de telles perspectives, la crise est patente aussi bien pour l’archéologie orientale que pour l’archéologie classique : la science française trahit un net retard sur la science allemande et le système universitaire en est la cause. L’archéologie, que les membres de l’Institut de correspondance archéologique de Rome mettent en œuvre, est fille et sœur de la philologie, qui, en Allemagne, est enseignée dans de très nombreuses universités, mais ne jouit pas...

© CNRS Éditions, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540