Version classiqueVersion mobile

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Deuxième partie. Institutions nouvelles et essor des recherches (1848-1885)

Chapitre 4. La formation d’une archéologie officielle et la reconnaissance de la préhistoire (1848-1870)

Texte intégral

1En 1848, alors que, sous l’égide de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et du Comité des travaux historiques, les antiquités nationales bénéficient d’une première forme de protection et sont l’objet de recherches, un vaste domaine s’ouvre à l’archéologie française : l’Italie et la Grèce, l’Afrique du Nord, où se poursuit la conquête coloniale, l’Égypte, où Champollion a planté des jalons que Mariette s’apprête à suivre, et enfin la Mésopotamie, où P.-É. Botta a ouvert le premier grand chantier de fouilles.

2Cependant, malgré de telles perspectives, la crise est patente aussi bien pour l’archéologie orientale que pour l’archéologie classique : la science française trahit un net retard sur la science allemande et le système universitaire en est la cause. L’archéologie, que les membres de l’Institut de correspondance archéologique de Rome mettent en œuvre, est fille et sœur de la philologie, qui, en Allemagne, est enseignée dans de très nombreuses universités, mais ne jouit pas de la même faveur dans l’université centralisée française.

  • 1 E. Renan, L’Avenir de la science, pensées de 1848, Paris, 1890 ; suivant les conseils de l’historie (...)
  • 2 Ibid., p. 826.

3Ernest Renan, qui a eu la révélation des sciences historiques et de la philologie en se mettant à l’école de l’Allemagne a, très tôt, conscience de l’urgente nécessité de développer les études philologiques. C’est en effet dans l’exaltation des journées de 1848 qu’il rédige L’Avenir de la science1, véritable « défense et illustration » de la philologie, définie comme « la science exacte des choses de l’esprit » qui fournit « l’instrument premier et indispensable de la méthode historique »2.

  • 3 Ibid., p. 926.
  • 4 Ibid., p. 928.

4Lorsqu’il envisage la situation des études philologiques en France, Renan constate que « le grand obstacle qui arrête [leur] progrès [lui] semble être cette dispersion du travail et cet isolement des recherches spéciales ». Il réclame « une révolution dans la science » et affirme : « On ne sortira de ce labyrinthe du travail individuel et isolé que par une grande organisation scientifique3. » C’est un appel à l’État, auquel revient « le devoir de patronner la science comme l’art », car « l’État doit à la science des observatoires, des bibliothèques, des établissements scientifiques4 ».

  • 5 Louis-Napoléon Bonaparte, Histoire de Jules César, Paris, 1865-1866, vol. I-II (sur trois volumes p (...)
  • 6 J. Le Gall, « La préparation de l’Histoire Jules César de l’empereur Napoléon III », Bulletin de la (...)

5L’appel de Renan à une plus grande intervention de l’État coïncide avec la mise en place par le Second Empire d’institutions archéologiques nouvelles. Aux préoccupations politiques, Napoléon III associe celles de l’historien qui a entrepris une Histoire de Jules César5 : pour la mettre en œuvre, il s’entoure de savants qui appartiennent au cercle littéraire d’Hortense Cornu, son amie d’enfance. Alexandre Bertrand, Alfred Maury, Léon Renier, Léon Heuzey, Georges Perrot, Paul Foucart et le commandant Stoffel accompliront un immense travail collectif6 qui, au-delà de la contribution à l’œuvre impériale, concourt à l’essor de l’archéologie sur le territoire métropolitain et hors de nos frontières, en Espagne, en Italie et en Grèce.

6C’est à la même époque, aux environs de 1850, que l’archéologie préhistorique s’affirme et s’achemine vers sa reconnaissance officielle qui interviendra en 1867, à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris et de l’inauguration du Musée des antiquités nationales.

7L’archéologie, dont les perspectives avaient été déjà si profondément modifiées par la découverte des civilisations orientales, est radicalement transformée dans la seconde moitié du xixe siècle par la révélation de la préhistoire européenne. On poursuit dans les voies ouvertes dans la première moitié du siècle, et les fouilles en Mésopotamie sont relancées à partir de 1850, date à laquelle Auguste Mariette gagne l’Égypte. La réforme de l’École d’Athènes est une tentative pour doter l’archéologie classique d’un institut scientifique équivalent à celui de Rome ; d’autre part, la création de l’École pratique des hautes témoigne de la volonté d’introduire les « sciences auxiliaires l’histoire »dans l’enseignement supérieur et de former véritablement des spécialistes de ces disciplines.

58. Ernest Renan (1823-1892). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.

Réformes et créations

L’École française d’Athènes

  • 7 Cf. le numéro spécial « Cent cinquantenaire » du Bulletin de correspondance hellénique, 120, 1996.

8L’École française d’Athènes7 pouvait offrir à l’archéologie classique un centre de recherche complémentaire de celui qui existait à Rome depuis 1829. Cependant, l’institution française avait été vouée par ses fondateurs au rôle d’« université du Levant ».

  • 8 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901, p. 102.
  • 9 Archives des missions scientifiques et littéraires, Paris, 1850, p. 185.

9Les événements politiques de 1848 remettent en cause son existence même : confrontés à de graves difficultés financières et sceptiques quant à l’utilité de l’École, les dirigeants de la IIe République suppriment du budget le chapitre « Voyages et missions », dont relève l’institution d’Athènes, puis le rétablissent sur un rapport de J.-D. Guigniaut (1794-1876), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et surnommé « le père de l’École d’Athènes ». Ce texte donne à l’École un caractère résolument scientifique en la plaçant sous le patronage de l’Académie qui assure sa « direction intellectuelle8 ». Le décret du 26 janvier 1850, qui porte réorganisation de l’École française d’Athènes, en est directement inspiré et est publié dans le premier volume des Archives des missions scientifiques et littéraires. À l’exemple des membres de l’Académie de France à Rome qui sont soumis à l’obligation des « envois » à l’Académie des beaux-arts, les membres de l’École d’Athènes devront rédiger « un mémoire sur un point d’archéologie, de philologie ou d’histoire, choisi dans un programme de questions9 » élaboré par l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

  • 10 B. de Montfaucon, Paleographia graeca..., Paris, 1708.
  • 11 August Boeckh (1785-1867). Professeur de philologie classique aux universités de Heidelberg et de B (...)
  • 12 J. Frantz, Elementa Epigraphica Graeca, Berlin, 1840.
  • 13 Karl Otfried Müller (1797-1840), philologue et archéologue allemand, Handbuch der Archäologie der K (...)

10La mission de l’institution athénienne est très clairement définie et il lui appartient désormais de promouvoir l’archéologie et la philologie au même titre que l’Institut de correspondance archéologique de Rome. Les références choisies pour guider les membres de l’École d’Athènes sur la voie de l’érudition sont, outre celle à la Paléographie grecque de B. de Montfaucon10, toutes allemandes : le Corpus Inscriptionum Graecarum d’August Boeckh11, les Elementa Epigraphica Graeca de J. Frantz12 et le Manuel d’archéologie de K. O. Müller13.

11Une disposition stipule qu’au nombre des membres figureront des architectes de l’Académie de France à Rome, et détermine de façon décisive l’orientation de l’École : les architectes, en apportant leur compétence pour les relevés graphiques, offrent un concours précieux lors des voyages d’exploration qui se feront de plus en plus nombreux.

59. Paul Foucart (1836-1926). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.

60. La première École française d’Athènes, d’après G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901.

  • 14 Émile Burnouf (1821-1907). Cousin du linguiste Eugène Burnouf. Membre de l’École française d’Athène (...)

12Le premier volume des Archives des missions... donnait une idée de ce que pouvait devenir l’École d’Athènes par deux articles d’Émile Burnouf14 qui, par sa description du Vieux Pnyx et des propylées d’Athènes, apparaissait comme le précurseur des études savantes. L’Académie inscrivait au programme de la troisième année « une étude et une description complète et approfondie de l’Acropole d’Athènes, d’après l’état actuel et les travaux récents, comparés aux données des auteurs anciens ».

  • 15 Alexandre Bertrand (1820-1902), promotion de 1849. D’Athènes à Argos. Études de mythologie et d’arc (...)
  • 16 G. Radet, op. cit., p. 115.
  • 17 Cf. M. C. Helmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance h (...)
  • 18 C.-E. Beulé, Fouilles et Découvertes, t. I, p. 7.
  • 19 G. Boissier, « Progrès de l’archéologie grecque et romaine », Revue des Deux Mondes, 1864, p. 117-1 (...)

13La volonté des membres de l’École d’Athènes de s’engager résolument dans les études d’archéologie se manifeste clairement dès 1851 : Jules Girard (1825-1902) inaugure l’exploration scientifique de la Grèce en se rendant en Eubée et fait de cette mission la matière de son mémoire. C’est le Péloponnèse que choisissent Alexandre Bertrand15, Charles-Ernest Beulé (1826-1874) et Alfred Mézières (1826-1915) pour carrière de leurs recherches qui font appel à la topographie, la géographie historique, à l’épigraphie et à l’archéologie. « Ils inaugurent l’effort collectif [...] qui, s’il avait été soutenu, encouragé, développé, se serait traduit par des œuvres de longue haleine, analogues aux Corpus et aux Reisen dont les Allemands et les Autrichiens ont fourni plus d’un modèle.16 » A. Bertrand et C.-E. Beulé poursuivront leurs efforts pour que se développe l’archéologie en France et en Grèce. En effet, le second prend l’initiative, pour répondre au sujet proposé par l’Académie, d’ouvrir des fouilles en avant des Propylées : il dirige le chantier pendant le printemps 1852 et durant l’hiver 1852-1853. Il reçoit l’aide des architectes D. Lebouteux et L. V. Louvet et les conseils de C. Garnier. Pour sa description de l’Acropole, il utilise les commentaires que Tétaz, Paccard et Desbuissons avaient joints à leurs Envois de Rome17. Ces travaux illustrent la collaboration entre les architectes pensionnaires de la villa Medicis et les Athéniens aux premiers temps de l’École. C. E. Beulé fonde ainsi la « science militante18 » qui lui vaut une gloire extraordinaire. En effet, la nouvelle qu’il avait retrouvé les portes de la citadelle sur l’Acropole fut répandue par Le Moniteur universel et déclencha une immense vague d’enthousiasme : « Le retentissement qu’eurent par toute l’Europe les belles découvertes de M. Beulé montrèrent à l’École de quel côté était son avenir, et, depuis ce moment, elle est devenue pour la France une sorte de séminaire archéologique.19 »

  • 20 Paul Foucart (1836-1926), épigraphiste français, directeur de l’École française d’Athènes de 1878 à (...)

14Cependant, si les travaux de Beulé sur l’Acropole inaugurent la recherche archéologique à l’École et si la vigilante attention que lui porte Joseph Guigniaut permet à certains de ses membres de poursuivre dans cette voie, Amédée Daveluy (1798-1867), son directeur de 1846 à 1867, se refuse à réaliser l’institut archéologique rêvé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Le conflit entre Guigniaut et Daveluy, latent depuis 1850, éclate en 1859, le premier estimant qu’une place insuffisante est réservée aux travaux d’érudition, le second prétendant faire prévaloir les conceptions de 1846 et réaliser la « Faculté du Levant » imaginée par Théobald Piscatory et Narcisse de Salvandy. L’École connaît alors une véritable sédition de ses membres, parmi lesquels figurent ceux dont les noms resteront attachés à la « révolution » qu’ils feront subir à la science historique et archéologique : Numa Fustel de Coulanges (1830-1889), Léon Heuzey (1831-1922), Georges Perrot (1832-1914), Paul Foucart20.

  • 21 L. Heuzey, Le Mont Olympe et l’Acarnanie, Paris, 1860.

15Léon Heuzey se lance dans deux expéditions, l’une en 1855-1856 jusqu’au mont Olympe et l’autre en 1856-1857 en Acarnanie. Persuadé avec Fustel de Coulanges que l’homme, même s’il a oublié son passé, en garde toujours la trace en lui, en ces zones où se sont succédé et superposés les peuples les plus divers, il recherche les origines de la civilisation grecque et, pour les découvrir, ne néglige aucun document : la topographie, l’observation des mœurs, l’étude des idiomes, le recueil des légendes permettront à l’archéologue-historien de remonter le temps21.

  • 22 G. Perrot, Mémoire surl’île de Thasos, Paris, 1864.

16Quant à Georges Perrot, il est le premier à mener l’exploration complète de l’île de Thasos, et à y relever tous les sites22. Avec Léon Thenon (1832-1881), il se rend en Crète et fait parvenir au musée du Louvre le premier fragment des lois de Gortyne. Ces entreprises se font malgré le directeur ; c’est ainsi que Paul Foucart prend même l’initiative de fouilles à Delphes et les finance lui-même. Les mémoires qui résultent de ces expéditions sont publiés dans les Archives des missions scientifiques et littéraires entre 1850 et 1856, date à laquelle la publication est supprimée. J. Guigniaut, conscient qu’un institut de recherche privé de la possibilité de publier est condamné à l’échec, réclame un organe propre à l’École, qui prendrait la forme de travaux ou d’annales... Le principe en est accepté par le ministre Rouland, mais l’on se heurte à l’opposition résolue de Daveluy qui refuse ainsi à l’École tout moyen de diffusion. Le préjudice est d’autant plus grave que les Archives des missions ne seront rétablies qu’en 1864 par Victor Duruy : de nombreux manuscrits resteront inédits, ou seront publiés trop tardivement pour conserver leur caractère novateur ; c’est le cas du mémoire de Georges Perrot sur Thasos, où l’a suivi Alexander Conze (1831-1914), futur directeur de l’Institut archéologique allemand de Rome, qui réussit à publier son rapport le premier.

17En cette première décennie du Second Empire, l’École d’Athènes dispose donc d’atouts précieux qui devraient lui permettre de devenir un véritable centre scientifique : elle compte une pléiade de jeunes savants de premier plan, et la conjoncture historique et politique ne peut que favoriser son développement.

18En effet, Napoléon III suscite et soutient les recherches archéologiques pour alimenter et enrichir son Histoire de Jules César, et, dans l’entourage du souverain, les savants, comme Alfred Maury et Léon Renier, sont des promoteurs très actifs de l’archéologie, à l’égard de laquelle l’intérêt de l’opinion publique s’est réveillé.

19Cependant, l’École d’Athènes souffre jusqu’en 1874 du caractère éminemment politique de sa fondation et même, à l’époque où Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique, crée l’École pratique des hautes études dans le souci d’y faire enseigner les sciences auxiliaires de l’histoire, le point de vue politique l’emporte sur le scientifique. Malgré un projet prussien d’implanter à Athènes une mission permanente, sur le modèle de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, on choisit de réaliser la « Sorbonne du Levant » qui doit permettre de renforcer l’influence de la France en Orient.

  • 23 G. Radet, op. cit., p. 134.

20On néglige l’archéologie que les initiatives individuelles ne suffisent pas à imposer, et l’École, une nouvelle fois, est déviée de la voie que Sainte-Beuve lui ouvrait dès 1846 et grâce à laquelle « elle eût conquis une avance de quinze ans dont les désastres mêmes de l’Année Terrible ne l’auraient point dépouillée23 ». Sa vocation scientifique ne pourra se réaliser qu’après une nouvelle intervention de J. Guigniaut en 1872.

L’archéologie nationale et la préhistoire

21Malgré tous ces aléas, l’institution athénienne permet la naissance et l’essor de l’« archéologie militante » en Grèce et concourt, par l’un de ses anciens membres, à l’épanouissement de l’« archéologie nationale » : Alexandre Bertrand est en effet, à partir de 1858, l’âme d’institutions nouvelles qui complètent celles mises en place par François Guizot.

  • 24 X. Charmes, Bureau des missions scientifiques. Le Comité des travaux historiques et scientifiques, (...)

22Jusqu’en 1850, le Comité des travaux historiques consacre ses efforts aux monuments gallo-romains et du Moyen Âge. En 1852, Hippolyte Fortoul, ministre de l’Instruction Publique, entreprend de le réformer et le nouvel intitulé – Comité de la langue, de l’histoire et des arts de la France – traduit la volonté de privilégier la philologie et la linguistique. L’archéologie est toujours un axe important de ce comité, puisqu’il édite en 1853 des Instructions sur l’archéologie24, qui préconisent la rédaction de « notices de monuments » et de questionnaires sur les antiquités gauloises, romaines et du Moyen Âge en vue de dresser une « carte archéologique de la France » et d’établir une «statistique générale des monuments ». On prévoit aussi un Recueil des inscriptions de la Gaule.

  • 25 Ibid., t. I, p. CLX.
  • 26 Ibid., p. CLXX.

23En 1854, le Bulletin des sociétés savantes est créé avec l’intention de soumettre les sociétés savantes à l’autorité universitaire et d’« en faire des appendices et des accessoires des Facultés25 ». La résistance des érudits de province qui, « pour échapper au joug pédagogique auquel on voulait les soumettre, [...] préféraient renoncer à la direction morale et à l’appui du comité26 », explique le ralentissement du mouvement intellectuel et la léthargie du comité jusqu’en 1858.

  • 27 J.-P. Chaline, Sociabilité et Érudition. Les sociétés savantes en France. xixe-xxe siècle, Paris, É (...)

24Le ministère Rouland, par son arrêté du 22 février 1858, réorganise le comité en le divisant en trois sections : histoire et philologie, archéologie et enfin sciences. Le Comité des travaux historiques et des sociétés savantes publie la Revue des sociétés savantes qui remplace le Bulletin. On poursuit dans la voie du contrôle des sociétés savantes, mais on se heurte toujours à Arcisse de Caumont qui n’a pas renoncé à son œuvre de fédération de sociétés savantes, indépendantes de l’autorité gouvernementale. Il réalise en 1850 son projet d’assemblée annuelle à Paris et réunit quarante-sept sociétés savantes au siège de la Société d’encouragement à l’industrie nationale, rue Bonaparte. Pour ruiner cette initiative, l’État institue en 1861 un congrès annuel des sociétés savantes. Les deux congrès sont clairement concurrents et cette situation traduit la rivalité des institutions officielles et des sociétés savantes27. La section d’archéologie entreprend l’élaboration des répertoires archéologiques des départements et lance des enquêtes pour préparer le recueil des inscriptions de la Gaule. Le nouveau comité poursuit donc l’œuvre d’inventaire de l’institution créée par Guizot et atteste aussi l’importance que prend l’épigraphie à cette époque.

  • 28 S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique, XIX, 1898.

25C’est encore en 1858 que voit le jour une institution nouvelle, la Commission de topographie des Gaules, qui a pour vocation « d’étudier la géographie, l’histoire et l’archéologie nationale jusqu’à l’avènement de Charlemagne28 ».

  • 29 È. et Gran-Aymerich, « Visions de la Gaule indépendante au xixe siècle. Mythe historique et réalité (...)

26Cette commission doit sa création à l’intérêt que, comme historien, Napoléon III porte à César et, au-delà même de la conquête romaine, au passé « gaulois » de notre pays le forme légitimité régime qu’il fonde, à dépasser les termes de la vieille querelle des « deux races », Francs victorieux et Gaulois vaincus, qui, sous l’Ancien Régime, avait opposé aristocratie et tiers état29. L’Empereur, en favorisant les études sur le passé pré-romain de la Gaule, y trouve un moyen de repousser les origines de la France au-delà de la royauté franque.

  • 30 G. Perrot, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie d’une part, de la Mysie, de la (...)
  • 31 L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique en Macédoine, Paris, 1876.

27Dotée d’un budget spécial, la Commission de topographie attribue des subventions pour des fouilles et des explorations : c’est ainsi que seront entrepris les chantiers d’Alésia, de Gergovie, du mont Beuvray et que seront financées les missions de G. Perrot en Asie Mineure30 et de L. Heuzey en Macédoine31.

  • 32 Alfred Maury (1817-1892), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il est l’auteur (...)
  • 33 « Aperçu général sur la numismatique gauloise », introduction au Dictionnaire archéologique. Époque (...)

28Les travaux et les missions sont envisagés dans la perspective de fournir des matériaux à l’Histoire de Jules César que l’Empereur a entreprise et dont il a confié la direction à Alfred Maury32, qui devient secrétaire de la Commission de topographie des Gaules, alors que la présidence en est confiée à Félix de Saulcy. Ce dernier, pionnier de la numismatique gauloise33, prend une part très active aux travaux de la Commission, participe aux fouilles d’Alésia et contribue à l’organisation du musée de Saint-Germain-en-Laye.

  • 34 R. Lantier, « Autour d’un centenaire (1844-1944) », Revue archéologique, 1945 ; C. Le Roy, « Cent-c (...)
  • 35 Otto Benndorf (1838-1907), archéologue allemand, élève de F. G. Welcker, O. Jahn et F. Ritschl.
  • 36 Abbé Cochet (1812-1815). Cf. J. Hubert, « L’abbé Cochet et l’avènement d’une science de l’archéolog (...)

29Mais c’est A. Bertrand, invité à faire partie de la Commission sur la recommandation d’E. Renan, qui donne à l’archéologie nationale les fondements sur lesquels elle repose aujourd’hui : membre de l’École française d’Athènes, il avait été l’un des tout premiers à y défendre l’archéologie par une mission d’exploration dans le Péloponnèse. De retour en France et introduit par A. Maury dans la rédaction de la Revue archéologique, dont il assure la direction à partir de 185934, il devient l’âme de ce recueil, lui donne un caractère d’avant-garde et en fait, au jugement d’Otto Bendorf, « la meilleure publication de ce genre en Europe35 ». Fondée en 1844, la revue s’était montrée très conservatrice, rejetant les doctrines novatrices de l’abbé Cochet36 et négligeant d’évoquer l’archéologie préhistorique qui s’ébauchait alors. A. Bertrand est le premier des archéologues formés aux disciplines classiques à s’intéresser à la préhistoire et à reconnaître sa validité scientifique.

  • 37 Charles Darwin (1809-1882), Origin of Species by Means of Natural Selection or the Preservation of (...)
  • 38 C. Cohen et J.-J. Hublin, Boucher de Perthes. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, Be (...)
  • 39 Sir Joseph Prestwich (1812-1896), marchand de vin londonien, qui se fait une solide réputation de g (...)
  • 40 Sir John Evans (1823-1908), fabricant de papier anglais, archéologue, géologue et numismate, père d (...)
  • 41 Tous membres de la Geological Society de Londres.
  • 42 Sir Charles Lyell (1797-1875), chef de file de la géologie anglaise, auteur de The Principles of Ge (...)
  • 43 J. Prestwich, On the Occurrence of Flint Implements, 1859, cité par C. Cohen et J.-J. Hublin, op. c (...)

30L’année 1859, celle où A. Bertrand prend la responsabilité de la Revue archéologique, marque pour la préhistoire un tournant décisif : C. Darwin publie De l’origine des espèces par voie de sélection naturelle37, et J. Boucher Crèvecœur de Perthes38 reçoit à Abbeville la visite des Anglais J. Prestwich39 et J. Evans40, puis J. W. Flower, R. Godwin-Austen, R. W. Hylne41 et enfin C. Lyell42, qui s’accordent tous à reconnaître l’authenticité des découvertes d’Abbeville et de Saint-Acheul et attestent la contemporanéité d’« outils de silex, produits de la conception et du travail de l’homme » et « des restes de différents mammifères [...], quelques-uns encore vivants mais les plus nombreux étant disparus »43.

  • 44 Le tome II paraîtra en 1857, et le tome III en 1864.

31Le retentissement des déclarations anglaises est tel que les savants français ne peuvent que se rendre enfin aux raisons que Boucher de Perthes leur présente depuis 1846 et la publication du premier volume de ses Antiquités celtiques et antédiluviennes44.

61. Gabriel de Mortillet (1821-1898).

62. Alexandre Bertrand (1820-1902). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.

63. D’après G. et A. de Mortillet, coupes des terrains d’alluvions du « quaternaire-chelléen » levées à Chelles et Saint-Acheul et « figure schématique ou de démonstration indiquant comment les coups-de-poings ou instruments chelléens étaient tenus à la main. L’instrument en silex provient des alluvions d’Abbeville (Somme) », Musée préhistorique, Paris, 1881, pl. IX. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 45 Les premières fouilles systématiques sont dues à J.-G. Ramsauer, de 1846 à 1864.
  • 46 Ces découvertes sont le fait de F. Schwab, colonel et archéologue il fut secondé par F. Keller, pro (...)

32À partir de 1860, les fouilles préhistoriques se multiplient en France et en Europe et la Revue archéologique dirigée par A. Bertrand se fait l’écho des découvertes. Ces années, décisives pour la reconnaissance officielle de la préhistoire, sont marquées aussi par les progrès de la connaissance du passé pré-romain de l’Europe. C’est en 1846 en effet que l’on découvre la nécropole de Hallstatt en Autriche45, et en 1856 que l’on recueille des objets antiques sur le site de La Tène, situé à l’extrémité orientale du lac de Neuchâtel46. Des objets que leur forme et décor désignent comme des importations étrusco-italiques permettent de dater la nécropole de Hallstatt entre 1000 et 500 av. J.-C. Les bases de la chronologie comparative, qui seront fermement établies dans la seconde moitié du siècle par Flinders Petrie et Montelius, sont déjà jetées lors de la découverte de Hallstatt. C’est Bror Emil Hildebrand (1806-1884) qui, au congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques réuni à Stockholm en 1874, fixera la division de l’Âge du Fer en deux périodes, « Hallstatt » et « La Tène ».

  • 47 A. de Barthélemy, « Étude sur les monnaies antiques recueillies au mont Beuvray de 1867 à 1872 », M (...)

33Les fouilles conduites dans le camp romain du mont Rea, sur le site d’Alésia, entre 1860 et 1865, par A. Bertrand et le général Creuly, puis par le colonel Stoffel (1823-1909), permettent d’acquérir la certitude que la période de La Tène correspond à la dernière phase de la grande civilisation celtique : des épées et des lances identiques à celles que fournit la station suisse sont découvertes associées à des monnaies gauloises et romaines, dont aucune n’est postérieure à 54 av. J.-C., et les plus récentes antérieures de deux ans à la célèbre bataille47.

  • 48 Avec pour sous-titre : Bulletin des travaux et découvertes concernant l’anthropologie, les temps an (...)
  • 49 Les sessions suivantes auront lieu à Neuchâtel en 1866, à Paris en 1867, à Norwich en 1868 et à Cop (...)

34En Italie, la découverte des cités lacustres est le fait d’un ingénieur français, Gabriel de Mortillet (1821-1898), qui, exilé en Italie et de retour en France en 1864, crée la revue Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme48. Par ses articles, il participe largement au triomphe de la préhistoire qui, grâce à lui, connaîtra la consécration du premier congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, réuni à La Spezia en 186549.

  • 50 A. Bertrand, Mémoire sur les monuments mégalithiques, manuscrit couronné par l’Institut de France e (...)

35Dans ce contexte de découvertes, qui portent bien au-delà des limites temporelles de l’Antiquité grecque et romaine le champ où peut s’exercer une archéologie de plus en plus indépendante de la philologie et de l’histoire, A. Bertrand contribue aux progrès de la préhistoire et à la mise en place de la protohistoire européenne. Il participe au Dictionnaire archéologique de la Gaule celtique, dont il rédige l’introduction. Sous sa direction, on procède à des relevés et à des statistiques qui permettent d’établir des cartes archéologiques. En particulier, il est le premier à dresser une carte de répartition des monuments mégalithiques en France50. Il concourt à faire naître une « géographie historique de la Gaule » qui annonce l’archéologie moderne.

36En ces années 1860, les recherches et les découvertes s’intensifient à ce point que la constitution d’un musée des antiquités nationales s’impose. Le château de Saint-Germain-en-Laye, alors en cours de restauration, abritera les objets et les monuments qui nous viennent de la plus lointaine préhistoire jusqu’à l’établissement du christianisme en Gaule.

  • 51 « Les musées et les collections archéologiques », Revue archéologique, 1861.

37En 1865, A. Bertrand est nommé membre de la commission d’organisation du musée, à laquelle appartient aussi Félix de Saulcy. Dès 1861, Bertrand s’était intéressé à la question de la muséographie et avait exposé ses conceptions dans un article de la Revue archéologique51, où il soulignait l’intérêt des plus modestes objets : « vase de poterie grossière, couteau en silex ou hache de pierre », qui constituent « un dépôt de renseignements précieux sur les mœurs et les usages des populations primitives ».

  • 52 C. B. Stark, Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich 1969, (...)

38Pour élaborer son projet de musée des Antiquités nationales, il s’inspire de l’expérience du Danemark, et du musée des Antiquités du Nord à Copenhague. Le Römisch-germanisches Museum de Mayence, fondé en 1852 par Ludwig Lindenschmidt, et présenté selon les mêmes principes52, fournissait un autre modèle à A. Bertrand. À Saint-Germain-en-Laye, il adopte le classement chronologique et conçoit le musée non seulement comme un lieu d’exposition et d’accueil du public, mais aussi comme un centre d’études et de recherches : des ateliers de moulage, de restauration, de photographie, sont dirigés par Abel Maître. Les moulages peints, si importants pour la confrontation et la comparaison des objets issus des différents pays d’Europe, font l’objet d’échanges constants avec le musée de Mayence.

  • 53 Chaque année, l’empereur se rendait au camp de Châlons, y dirigeait des manœuvres et... des fouille (...)
  • 54 G. de Mortillet, Promenades préhistoriques à l’Exposition universelle, Paris, 1867.

39À Saint-Germain-en-Laye, le fonds est constitué des collections offertes par Boucher de Perthes, Lartet et Christy, et par les collections personnelles de Napoléon III53. G. de Mortillet est attaché au musée en 1868, et est chargé de classer et de présenter la salle consacrée au paléolithique. En lui, avec l’entrée d’un authentique préhistorien dans un musée public consacré aux antiquités nationales, la préhistoire reçoit une reconnaissance tout à fait officielle. Elle est éclatante en 1867, quand une commission présidée par É. Lartet, auquel est adjoint G. de Mortillet comme secrétaire, organise la présentation d’objets préhistoriques à l’Exposition universelle de Paris54. En même temps, le congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques tient ses assises, et le musée de Saint-Germain-en-Laye ouvre ses portes.

L’Afrique du Nord

40Alors que l’archéologie nationale est ainsi fondée et connaît, par la préhistoire et la protohistoire, un essor sans précédent, un autre savant de l’entourage de Napoléon III donne une impulsion décisive aux recherches en Afrique du Nord, et particulièrement en Algérie. En effet, Léon Renier (1809-1885) traverse la Méditerranée en 1850 et, par ses travaux, assure à l’épigraphie française une place de premier plan sur la scène européenne.

  • 55 M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie et Le Capitaine Delamare, Mémoi (...)

41Au sein de la Commission pour l’exploration scientifique de l’Algérie, créée en 1839, l’officier Adolphe Delamare et l’architecte Amable Ravoisié avaient mené une œuvre considérable d’inventaire et de relevé des sites et des monuments55. L’épigraphie avait bénéficié des travaux de nombreux officiers en poste en Algérie, mais, jusqu’en 1850, aucun homme de science n’avait encore apporté sa contribution, si l’on excepte Karl Benedikt Hase, qui forme certains officiers aux techniques épigraphiques mais n’est pas « spécialiste » des inscriptions latines.

42En 1850 donc, Léon Renier, renouvelant l’expérience des savants de l’expédition d’Égypte, se joint au corps expéditionnaire et parcourt, en quête d’inscriptions, la province d’Alger et celle de Constantine, accompagné par le capitaine Delamare qui avait identifié, à Lambèse, le site correspondant au camp de la IIIe légion romaine.

  • 56 Cf. P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, 2 vol., Aix-en-Provence, Édisud, 1989 ; M. Dondin-P(...)

43Lorsque L. Renier s’y rend, l’armée a entrepris d’y faire construire un pénitencier en réutilisant les pierres taillées romaines. Le commandant du cercle de Batna, le colonel Carbuccia, y a fait exécuter des fouilles et apporte son aide à Renier et Delamare56. En 1852, un second voyage conduit L. Renier jusqu’à Philippeville et Constantine.

44Ces travaux donnent une nouvelle dimension aux recherches sur l’Antiquité en Afrique du Nord. La collaboration entre un savant et un officier illustre les rapports qu’entretiennent en Algérie science et politique : on favorise l’essor de l’archéologie, car le pouvoir y trouve une source d’informations pour mener la conquête, et un modèle pour réaliser la colonisation.

  • 57 P. A. Février, op. cit., vol. 1, p. 36-37.
  • 58 S. Gsell, introduction au t. IV, Archéologie et Histoire, de Histoire et Historiens de l’Algérie, p (...)
  • 59 P. A. Février, op. cit., vol. 1, p. 37.

45Les Inscriptions romaines d’Algérie que Léon Renier publie en 1855, et qui réunissent plus de 4400 objets, fournissent la première fois «une série aussi riche qui donnait une image de l’Antiquité57 ». Les textes sont présentés sans commentaire et l’apport scientifique de s’en trouve restreint58 cependant, les travaux de Renier orientent de façon décisive l’archéologie du Maghreb qui « sera, en grande partie, faite à partir des textes épigraphiques plus qu’à partir des fouilles59 ».

64. Par l’officier Godart, chef de bataillon au 110e de ligne en Tunisie, « Arc de triomphe [sic] en pierre, situé dans la partie est de la ville dominant la Sihanah », croquis n° 25 accompagné du commentaire suivant : « Cet arc peut rivaliser avec ceux de Rome. Quel malheur de ne pouvoir transporter d’aussi belles choses ! », album « Souvenirs de Tunisie », 1881-1882, conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

65. Ensemble du forum de Lambèse (Algérie). A. Ballu, Algérie. Monuments antiques et arabes. Photographies de Mieusement. Mission de 1893, pl. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 60 Par son Recueil des inscriptions grecques et latines d’Égypte, publié entre 1842 et 1848.
  • 61 J. Leclant, « Une tradition : l’épigraphie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres », séanc (...)

46Quoi qu’il en soit, L. Renier renouvelle l’épigraphie en France et lui redonne l’élan perdu à la mort de J.-A. Letronne en 1848. Celui-ci avait en effet fixé la méthode60, mais avait disparu sans laisser de disciples. Un projet de Corpus français des inscriptions latines avait été élaboré par P. Le Bas en 1829 puis, abandonné, avait été ravivé par une Commission épigraphique de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1843, et enfin, évoqué en 1847 par Adolphe Noël des Vergers dans une Lettre adressée à M. Letronne sur les divers projets d’un recueil des inscriptions latines de l’Antiquité. Cependant, toutes ces initiatives avaient échoué, laissant la voie libre à l’Académie de Berlin, dont le Corpus Inscriptionum Latinarum, dirigé par Theodor Mommsen, voit le jour en 186361.

  • 62 C. Jullian, Inscriptions romaines de Bordeaux, 2 vol., 1886-1890.
  • 63 E. Desjardins, Monuments épigraphiques du Musée national hongrois, Paris, 1868.

47La mort, en 1859, du comte Bartolomeo Borghesi, le « Champollion de l’épigraphie latine » selon la formule d’Ernest Desjardins, suscite, à l’initiative de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, la constitution d’une Commission pour la publication des œuvres et de la correspondance du grand épigraphiste italien. En effet, celui que tous les savants d’Europe allaient consulter dans son refuge de Saint-Marin n’avait rien publié, mais laissait des lettres qui étaient de véritables mémoires. La commission, présidée par L. Renier, réunit Noël des Vergers, E. Desjardins, Th. Mommsen, W. Henzen de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, et les Italiens J. B. de Rossi, Cavedoni et Minervini. Alors qu’à l’Institut de correspondance archéologique, l’épigraphie s’épanouit grâce à W. Henzen, T. Mommsen et de Rossi, la chaire d’épigraphie et antiquités romaines est créée au Collège de France pour Léon Renier en 1861. Plus tard, il participe à la fondation de l’École pratique des hautes études et y assure une conférence d’épigraphie. Par son enseignement, Renier forme de nombreux disciples, qui constituent une authentique école d’épigraphie latine en France ; en font partie, entre autres, Auguste Allmer, fondateur de la Revue épigraphique du Midi de la France, Camille Jullian, dont la carrière commence par les publications des inscriptions de la vallée de l’Huveaune62, et Ernest Desjardins (1823-1886), auteur en 1868 d’une mission dans les pays du Danube63, d’où il rapporte « le plus beau recueil d’inscriptions latines publié par un Français », selon le jugement de L. Renier lui-même.

  • 64 P. A. Février, op. cit., vol. 1, p. 40-46.

48L’épigraphie française, illustrée par L. Renier, aurait connu l’honneur de contribuer à l’entreprise allemande du Corpus, si la guerre n’avait éclaté en 1870, et empêché Renier de réaliser le tome VII, que l’Académie de Berlin lui avait confié. En Algérie, les sociétés savantes se multiplient et se dotent d’organes de diffusion : c’est ainsi qu’en 1852 se forme la Société archéologique, historique et géographique de Constantine, et que son Annuaire paraît en 1853. En 1856, la Société historique algérienne publie la Revue africaine et, en 1858, ouvre le musée d’Alger. En 1865, Bône se pourvoit d’une Académie qui diffuse ses travaux par le Bulletin de l’Académie d’Hippone. Constituées de membres de l’administration, civils et militaires, d’architectes et d’officiers, ces sociétés développent les explorations, les relevés topographiques et les fouilles64. Elles interviennent aussi en faveur du maintien des vestiges en Algérie, et exercent un rôle efficace de protection du patrimoine archéologique. Dès 1845, la création d’un Musée algérien à Paris avait été envisagée, et Delamare et Renier eux-mêmes n’avaient eu aucun scrupule à expédier au Louvre mosaïques, bas-reliefs et inscriptions. La Société historique algérienne et son musée, animés par A. Berbrugger, comme les autres sociétés savantes et les nombreuses collections privées, permirent d’éviter que l’Algérie ne fût dépouillée de ses richesses archéologiques.

49Si la période romaine est privilégiée, l’archéologie chrétienne se développe à partir de 1867, quand Mgr Robert s’installe à Constantine, et Mgr Lavigerie à Alger. Sous l’impulsion de ce dernier, les Pères Blancs s’implantent à Carthage dès 1857, et l’un d’entre eux, le R. P. Delattre, inaugurera en 1875 des fouilles de grande envergure dans les nécropoles de la ville punique.

  • 65 C. T. Falbe (1791-1849), consul général danois en Tunisie. Recherches sur l’emplacement de Carthage(...)
  • 66 N. Davis, Carthage and her Remains, Londres, 1861.
  • 67 Cf. P. A. Février, op. cit., p. 48-49.
  • 68 Victor-Louis Guérin (1821-1890), arrivé à Alger en 1851, où il est professeur de rhétorique au Lycé (...)

50Et en effet, de l’Algérie la science se porte, en même temps que les ambitions de conquête, en Tunisie. Le site de Carthage avait surtout retenu l’attention, et suscité des études de la part des consuls européens en poste à Tunis : ainsi le consul du Danemark, C. T. Falbe65 et le consul anglais, Sir Thomas Reed, qui y avaient fouillé. Un autre Anglais, Nathan Davis, avait pu travailler à Carthage et Utique, entre 1856 et 185866. Quant au consul de France à Sousse, il dégagea en 1844 quelques mosaïques publiées par K. B. Hase dans la Revue archéologique67. Mais, c’est le Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, que Victor-Louis Guérin68 entreprit aux frais du duc de Luynes, et publia en 1862, qui permit une si bonne connaissance du pays que l’armée s’en servit lors de l’occupation de la Tunisie par les troupes françaises.

  • 69 C.-E. BEULÉ, Fouilles de Carthage, Paris, 1861.
  • 70 Pour l’histoire des fouilles à Carthage, cf. en dernier, A. Beschaouch, La Légende de Carthage, Par (...)

51Carthage offre à Charles-Ernest Beulé, qui s’était illustré par ses fouilles à Athènes, une nouvelle arène où exercer ses talents d’archéologue de terrain : il y mène, en 1859, des travaux sur la colline de Byrsa, aux abords des ports et dans les nécropoles69. En 1865 enfin, la mission confiée à l’ingénieur Daux d’étudier les vestiges archéologiques de Tunisie témoigne de l’intérêt que portait à ce pays Napoléon III, mais les restitutions que Daux fournit de Carthage et d’Utique sont tout à fait fantaisistes70.

  • 71 P. Della Cella, Viaggio di Tripoli, Gênes, 1819.
  • 72 Fied et H. M. Beechey, Proceedings of the Expedition to explore the North Coast from Tripolis, Lond (...)
  • 73 J.-R. Pacho, Relation d’un voyage dans la Marmarique, la Cyrénaïque, les oasis d’Andjéhah et de Mai (...)
  • 74 H. Barth, Wanderung durch das afrikanische Gestadeland, Berlin, 1849.

52Vers 1880, l’Afrique du Nord a été explorée dans toute son étendue, puisque, après l’expédition de l’Italien Della Cella, médecin du bey de Tripoli71, et celle des officiers de marine anglais Fied et Beechey en Tripolitaine72, la Cyrénaïque est le but de J.-R. Pacho qui, en 1824-1825, s’y rend pour le compte de la Société de géographie de Paris73. H. Barth, philologue allemand, élève d’A. Boeckh et de K. Ritter, parcourt dans les années 1845 à 1847, toute l’Afrique du Nord, puis l’Égypte, la Syrie et l’Asie Mineure74, et procède à un inventaire extrêmement minutieux de tous les vestiges antiques. En 1848-1849, l’agent consulaire français à Benghazi, Vattier de Bourville, procède à des fouilles dans les

  • 75 Publiés dans la Revue archéologique, V, p. 230, et VI, p. 56 ; et par C.-E. Beulé, Fouilles et Déco (...)
  • 76 R. M. Smith et E. A. Porcher, History of the Recent Discoveries at Cyrene, Londres, 1864.

53nécropoles de la ville grecque et en extrait une centaine de vases attiques, parmi lesquels trois amphores panathénaïques portant le nom des archontes, qu’il fait parvenir au Louvre75. Ces découvertes marquent un tournant dans la connaissance du commerce grec. Ce sont ensuite deux Anglais, R. M. Smith et E. A. Porcher, l’un et l’autre officiers de marine, qui dégagent, sur le plateau de Cyrène, cinq temples où ils recueillent de nombreuses statues envoyées au British Museum76.

54Si l’exploration archéologique de l’Afrique du Nord est réalisée par des citoyens danois, italiens, anglais, allemands et français, il est indéniable qu’à partir de 1830 et de la prise d’Alger, la recherche française bénéficie des conditions imposées par la conquête et jouit, à la fin du Second Empire, d’un quasi-monopole en Afrique du Nord. Une fois l’École française de Rome fondée en 1872, l’Algérie et la Tunisie deviendront la terre d’élection de ses membres. Ces « départements français » d’au-delà de la Méditerranée donneront aussi à la métropole, dès la fin du xixe siècle, l’exemple d’une législation et d’une organisation de l’archéologie qui ne sera mise en place en France qu’en 1942.

***

  • 77 Recueil de rapports sur les progrès des lettres et des sciences en France, Paris, 1867.
  • 78 Dans son exposé, A. Maury envisage successivement la numismatique grecque et latine, la sculpture e (...)

55Si l’on veut tenter de dresser un bilan de l’archéologie en France, de 1848 à la fin du Second Empire, l’année 1867 nous en fournit les matériaux. En effet, Paris est alors le siège de l’Exposition universelle, qui est l’occasion de faire le point « sur les progrès des lettres et des sciences », avec des rapports rédigés par les spécialistes des différentes disciplines77. L’absence de la préhistoire dans le panorama brossé par A. Maury dans son « Exposé des progrès de l’archéologie », outre qu’elle montre les difficultés à classer cette science, révèle aussi ce que l’on entend alors par « archéologie » : seules sont réunies sous ce vocable les recherches qui concernent l’Antiquité classique78. On ne parle pas encore d’archéologie égyptienne ou orientale, mais des « études relatives à l’Égypte et à l’Orient ».

  • 79 G. Boissier, « Progrès de l’archéologie grecque et romaine », Revue des Deux Mondes, 1864, p. 117-1 (...)
  • 80 A. Maury, « Exposé des progrès de l’archéologie », dans Recueil de rapports sur les progrès des let (...)

56Si Emmanuel de Rougé peut se réjouir, pour l’égyptologie, de voir consolidé et assuré son avenir en France, par la réouverture, en 1860, de la chaire fondée pour Champollion au Collège de France, et si Alfred Maury constate lui aussi les très grands progrès accomplis par l’archéologie classique, ils n’en déplorent pas moins l’absence d’« écoles » qui assurent la pérennité de la science. Gaston Boissier fait le même constat, incriminant l’insuffisance des institutions, l’École normale qui forme trop peu d’authentiques érudits79, et l’école d’Athènes qui « serait capable de continuer la tradition [de Letronne, Quatremère de Quincy, Raoul-Rochette, Lenormant], si une parfaite organisation, jointe à des circonstances favorables, lui ouvrait largement la carrière »80. On a vu, en effet, quelles difficultés rencontrait l’institution athénienne à devenir un centre de recherches archéologiques.

57L’Exposition universelle de 1867 met en évidence le décalage entre science française et science allemande, et suscite une réflexion sur le rôle de l’Université. Le problème se pose de l’enseignement des disciplines que la science française a illustrées brillamment, mais où elle accuse un handicap en ce moment crucial de l’histoire de l’archéologie, où s’impose la nécessité d’œuvres collectives et non plus individuelles.

  • 81 S. Horvath-Peterson, Victor Duruy and the French Education Liberal Reform in the Second Empire, Bat (...)
  • 82 Adolphe Chéruel, historien, enquête de 1865, cité par L. Liard, L’Enseignement supérieur en France (...)
  • 83 V. Duruy, Rapport à l’Empereur. Statistique de l’Enseignement supérieur, Paris, 1868.

58Tout l’enseignement supérieur est concerné et, Victor Duruy (1811-1894), ministre de l’Instruction publique entre 1863 et 1869, a une claire conscience de l’urgence qu’il y aurait à le réformer profondément. C’est dans cette perspective qu’il commande des enquêtes sur l’instruction en Europe, et tout particulièrement en Allemagne81, pour aboutir à une Statistique de l’Enseignement supérieur en 1868. Le bilan est à ce point accablant qu’A. Chéruel, rapporteur de l’enquête de 1865, peut se demander : « La France a-t-elle bien conservé la religion des hautes études ? », et constater : « L’esprit universitaire s’est éteint partout82. » Et Victor Duruy conclut, dans son Rapport à l’Empereur 1868 : « Il semble qu’en dehors de l’Académie des inscriptions et de l’École des Chartes, l’érudition nous effraye83. »

  • 84 V. Cousin, rapport : « De l’instruction publique dans quelques pays d’Allemagne », 1833.

59Le modèle du ministre Duruy est celui de la « Wissenschaft » élaborée dans les séminaires et les laboratoires des universités allemandes ; déjà, en 1833, Victor Cousin avait, à la demande du ministre de l’Instruction publique, établi un rapport sur le système éducatif « dans quelques pays d’Allemagne », pays qui apparaît comme une référence en matière d’enseignement84 ; V. Duruy s’inspira de l’expérience allemande pour instaurer des « cours libres » à l’Université, et organiser l’École pratique des hautes études. Quatre cours libres d’archéologie sont ouverts à Paris et onze dans les départements, pour lesquels il est fait appel, non seulement aux professeurs, mais aussi aux membres des sociétés savantes : leur succès est immense.

66. Gaston Maspero (1846-1916). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.

67. Gaston Boissier (1823-1908). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.

60Quant à l’École pratique des hautes études, elle est fondée par le décret du 31 juillet 1868, qui lui assigne « pour but de placer, à côté de l’enseignement théorique, les exemples qui peuvent le fortifier et l’étendre », et la définit en ces termes : « École plus pratique de laboratoires et de séminaires à la mode allemande. » L’École comprend quatre sections, la quatrième abritant les « sciences historiques et philologiques ».

  • 85 Ainsi désignée depuis 1845.

61En créant cette nouvelle institution, V. Duruy cherche à coordonner les recherches et à former les savants dans des disciplines qui ne sont pas enseignées à l’Université. Il espère aussi que les facultés subiront la contagion de cette « renaissance scientifique » et se réformeront d’elles-mêmes. Le même décret qui fonde l’École pratique des hautes études concerne aussi l’École normale supérieure85.

  • 86 G. Perrot, « L’École normale et son centenaire », dans Centenaire de l’École normale 1795-1895, Par (...)
  • 87 P. Hummel, Humanités normaliennes, Paris, Les Belles Lettres, 1995.

62Après avoir subi les assauts de « l’Empire autoritaire », à partir de 1852, et avoir échappé à maints projets de démantèlement, l’École normale supérieure avait vu ses études réformées et ravalées à une « mesquine et monotone prolongation des hautes classes de lycée86 ». À partir de 1855, et sous la pression de l’opinion publique, le ministre Gustave Rouland restaure l’École de la rue d’Ulm. Il revenait à V. Duruy, ancien normalien, de l’orienter vers la recherche, et de lui donner le statut d’un séminaire de haut niveau. Le décret de 1868 associe donc École pratique des hautes études et École normale, et pourvoit celle-ci d’un programme d’études pour les agrégés qui désirent poursuivre dans la voie de la recherche après l’agrégation87.

63Un esprit nouveau souffle en cette année 1868 sur l’École normale, stimulée par l’exemple de l’École pratique : les études d’histoire et de philologie s’y développent, en se donnant les traits de véritables sciences.

  • 88 Michel Bréal (1852-1915), professeur de grammaire comparée au Collège de France, de 1866 à 1905. Il (...)
  • 89 W. C. Waddington (1826-1894). Archéologue et homme politique français.
  • 90 G. Boissier, Rapport au ministre de l’Instruction publique sur les études de littérature latine, Pa (...)
  • 91 L. Liard, op. cit., vol. 2, p. 291.
  • 92 A. Chéruel, Enquête de 1865.

64La Commission de patronage de l’École pratique des hautes études est constituée, pour la quatrième section, de M. Bréal88, A. Maury, L. Renier, E. de Rougé et W. C. Waddington89. Sa composition traduit l’importance reconnue aux études philologiques et archéologiques. G. Boissier, chargé en 1867 d’un rapport sur les études de littérature latine, où il déplorait la « part trop petite et peu digne de nous [prise] au mouvement qui a renouvelé la critique des textes classiques », et l’insuffisant intérêt pour le « travail des philologues90 », est le premier titulaire de la chaire d’études latines. A. Tournier est le premier directeur de la section grecque. La conférence d’épigraphie et d’antiquités gréco-latines est confiée à L. Renier dès 1868. L’année suivante, G. Maspero enseigne l’archéologie égyptienne. Progressivement, les conférences se diversifient et se multiplient, et tous les domaines de la philologie et de l’archéologie seront représentés à l’École pratique des hautes études par les savants les plus autorisés qui, chacun pour sa discipline, « met l’auditeur en possession des méthodes qui lui apprendront les sciences que ces méthodes ont créées91 ». Lorsque, à l’instar de l’École des Chartes, l’École pratique se dote d’une bibliothèque en 1869, la France possède enfin une « École » qui répond à la définition qu’en donne A. Chéruel : « Un faisceau de doctrines que relie un esprit commun, unité féconde qui se prête à la variété des recherches et des résultats92. »

65Malgré le budget insuffisant accordé à l’Enseignement supérieur et aux institutions scientifiques, l’École pratique des hautes études devient rapidement le centre où, sur le modèle de la recherche allemande, l’on forme de jeunes savants aux méthodes des sciences auxiliaires de l’histoire, progressivement élaborées depuis 1830. Comme l’École des Chartes, elle jouit à l’étranger d’un très grand renom scientifique.

66L’archéologie française qui, dans la première moitié du xixe siècle, a reçu un début d’organisation, se développe à partir de 1850 grâce à la création d’institutions nouvelles. L’archéologie nationale est particulièrement privilégiée par la fondation de la Commission de topographie des Gaules et l’ouverture du musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye. L’Afrique du Nord offre un vaste domaine où l’épigraphie surtout s’épanouit.

67L’École française d’Athènes, dont le statut est révisé, si elle n’est pas encore devenue le « séminaire archéologique » complémentaire et rival de l’Institut de Rome, offre aux plus entreprenants de ses membres l’occasion de contribuer à la recherche archéologique en Grèce.

68L’on déplore l’absence d’« école archéologique » française, mais des chaires nouvelles sont créées au Collège de France, pour l’égyptologie et l’épigraphie latine. La réforme en profondeur de l’enseignement supérieur reste à faire, mais l’École pratique des hautes études l’amorce et constitue un véritable institut de recherche scientifique pour les disciplines historiques et philologiques.

69Ce cadre, mis en place sous le Second Empire, est celui qui permet à l’archéologie française de se déployer, non seulement en France et en Afrique du Nord, mais aussi en Italie, en Grèce, en Mésopotamie, dans tout le Proche-Orient et en Égypte.

L’archéologie en Italie et l’« affaire Campana »

70L’Italie, terre d’élection de l’archéologie classique, où sont nées ses plus anciennes institutions et où, depuis 1829, la nouvelle science s’élabore grâce à la collaboration internationale, voit, entre 1850 et 1870, d’une part, s’épanouir les recherches entreprises dans la première moitié du siècle et, d’autre part, intervenir de profondes mutations d’ordre politique, dont les répercussions sur l’archéologie sont considérables.

  • 93 F. W. Deichmann, Vom internationalen Privatverein zur Preussischen Staatsanstalt. Zur Geschichte de (...)
  • 94 F. M. Avellino (1788-1850), professeur de grec à Naples puis, à partir de 1839, directeur du Museo (...)
  • 95 Domenico Cavallari seconde le duc de Serradifalco dans le dégagement des métopes de Sélinonte en 18 (...)
  • 96 Francesco Inghirami (1772-1846). Cf. P. Defosse, « La figure du Cavaliere Inghirami à travers sa co (...)

71La continuité marque l’action de l’Institut de correspondance archéologique de Rome93, au sein duquel la section italienne est, depuis la fondation, très solide et très dynamique. Tous ceux qui, dans toutes les régions d’Italie, concourent aux progrès de l’archéologie y sont associés : pour Naples et sa région F. M. Avellino94, fondateur du Bollettino Archeologico Napoletano, son continuateur G. Minervini (1819-1891), et le grand G. Fiorelli (1824-1896), alors que la Sicile est représentée par les frères Cavallari95. Les étruscologues, G. B. Vermiglioli de Pérouse (1769-1848), F. Inghirami96 et G. Migliani de Florence collaborent régulièrement aux publications de l’Institut.

  • 97 T. Mommsen, Les Inscriptions du règne de Naples, 1852.
  • 98 De Rossi est l’auteur du volume VI du CIL qui concerne les inscriptions de Rome.
  • 99 Sur l’archéologie en Italie et ses rapports avec l’archéologie allemande, cf. L. Polverini éd., L’A (...)

72L’épigraphie, qui, à partir de 1857, devient un axe de recherche privilégié du centre romain, bénéficie du concours du fondateur de cette science, le comte B. Borghesi, qui se fait le tuteur des jeunes épigraphistes allemands G. Kellermann, W. Henzen, T. Mommsen97, et joue un rôle majeur dans la réalisation du Corpus Inscriptionum Latinarum. G. B. De Rossi (1822-1894) apporte au Corpus une contribution décisive98, en même temps qu’il fonde l’archéologie chrétienne99.

  • 100 Carl Wescher (né en 1832), membre de l’École française d’Athènes, promotion de 1859.

73La section française, quant à elle, s’est progressivement désengagée depuis 1848, et J. de Witte, E. Desjardins ou C. Wescher100 sont les rares savants français à maintenir leur intérêt et leurs liens avec l’Institut. Même si L. Renier, que l’épigraphie et la publication des œuvres de B. Borghesi rapprochent de W. Henzen, obtient du gouvernement français qu’il dote généreusement la bibliothèque de l’Institut, il s’en détache après 1860. Ce changement d’attitude a sans doute à voir avec la nouvelle orientation que H. Brunn donne à l’Institut à partir de 1859, et avec le projet de créer une mission permanente prussienne à Athènes.

  • 101 A. Michaelis, Storia dell’Instituto Archeologico germanico 1829-1879, Rome, 1879 ; G. Rodenwaldt, A (...)

74Le gouvernement de Berlin octroie en effet des crédits importants, affectés à des bourses de voyages ou de séjours, en Italie ou en Grèce, et destinés à favoriser la formation de professeurs d’archéologie en Allemagne. En 1860-1861, une douzaine d’étudiants allemands séjournent en Italie, et préparent « l’archéologie de l’avenir »101 : ils ont pour noms Conze, Michaelis, Helbig, Hirschfeld...

  • 102 L’un d’eux est Olivier Rayet (1847-1887), membre de l’École française.

75Même si des étudiants grecs, belges, hollandais et français102 bénéficient aussi de ces séjours, il est clair que l’Institut de Rome affermit de plus en plus sa vocation d’« Oberuniversität » pour l’archéologie allemande. La rupture définitive de 1870 sanctionnera la détérioration progressive des rapports entre Français et Allemands au sein de l’Institut, et conduira à la fondation de l’École française de Rome, dont L. Renier est l’un des maîtres d’œuvre.

761860 marque donc un tournant dans l’évolution de la plus ancienne institution archéologique internationale, mais est surtout décisive pour l’histoire de l’Italie, qui réalise son unité et organise son archéologie sur le plan national.

  • 103 M. Gigante éd., La Cultura classica a Napoli nell’Ottocento, Naples, 1987.
  • 104 F. de Angelis, « Giuseppe Fiorelli : la vecchia antiquaria di fronte allo scavo », dans L’Archeolog (...)
  • 105 Giornale degli Scavi di Pompei, 1861.
  • 106 Gli scavi di Pompei, 1862-1872.
  • 107 Pompeiaenarum antiquitatum historia, 3 vol., Naples, 1860-1864.

77Pompéi est au cœur du dispositif mis en place entre 1860 et 1870103 : en effet, G. Fiorelli104 prend la direction des fouilles et est nommé à la tête du musée de Naples. Il s’empresse d’établir un règlement général des fouilles105 et met au point un système topographique pour l’exploration de la cité par îlots entiers. Il tient une chronique précise des travaux106, et tente de reconstituer ceux qui ont précédé les siens107.

  • 108 Rapporto sulle scoperte fatte in Italia del 1846 al 1866, Naples, 1867.

78En 1866, G. Fiorelli crée la Scuola archeologica di Pompei et fait ainsi de la cité antique un centre de formation, où les jeunes archéologues, au contact des monuments, reçoivent une éducation pratique complétée grâce à la bibliothèque qui est mise à leur disposition. Fiorelli, auquel on a demandé une enquête sur les études archéologiques en Italie108, devient en 1875 conservateur général des Antiquités du Royaume. Chaque province est dotée d’une commission « delle antichità e belle arti », et la revue Notizie degli scavi degli antichità, créée en 1876, recense et publie les découvertes. G. Fiorelli, membre de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, lui ouvre Naples et Pompéi qui, jusque-là, lui étaient interdites. C’est ainsi que W. Helbig peut dresser le catalogue des peintures d’Herculanum et de Pompéi en 1868.

  • 109 G. Perrot et L. Renier, « Les peintures du Palatin », Mélanges de l’École française de Rome, Antiqu (...)

79À la faveur de l’unité italienne, l’influence française s’exerce à Rome, où Napoléon III achète les jardins Farnèse en 1861 et y fait entreprendre des fouilles par P. Rosa. On dégage les palais impériaux et en 1869 on découvre la « maison de Livie », dont les murs sont ornés de peintures dans un parfait état de conservation109. L’empereur fait d’autre part exécuter le moulage de la colonne Trajane, et porter les moules à Paris.

  • 110 A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome-Bari, Editori Laterza, 1988.

80Les années 1860 à 1870, au cours desquelles se forge l’unité italienne, sont aussi celles qui voient se former la préhistoire italienne, et l’étruscologie aborder une nouvelle phase de son histoire110. En 1853, le comte Giovanni Gozzadini (1810-1887) avait découvert et fouillé sur son domaine de Villanova, près de Bologne, des nécropoles à incinération de l’âge du fer. Il avait constitué un cercle à caractère politique et scientifique, fréquenté par de grands savants européens, parmi lesquels les préhistoriens Chantre, de Mortillet, Hildebrand et Montelius, mais aussi Evans et Schliemann.

  • 111 Bartolomeo Gastaldi (1818-1879). Il fouille l’habitat palafittique de Mercurago, près de Novare, et (...)
  • 112 Édouard Desor (1821-1881), professeur à Neuchâtel, élève de Ferdinand Keller, avec lequel il fouill (...)
  • 113 C. Morigi Govi et G. Sassatelli (éd.), Dalla Stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della f (...)

81Le rôle de Gabriel de Mortillet dans la naissance de la préhistoire italienne est déterminant : c’est lui, en effet, qui attire l’attention sur les habitats lacustres et explore avec Bartolomeo Gastaldi111 et Édouard Desor112 la station de Mercurago, près de Novare, et signale, le premier, la présence archéologique des Celtes en Italie, sur le site de Marzabotto, près de Bologne113. C’est lui encore qui suscite la réunion à La Spezia, en 1865, du premier congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques.

  • 114 A. Zannoni, Gli scavi della Certosa di Bologna, Bologne, 1876. Voir S. Tovoli, « Gli scavie le scop (...)
  • 115 D. Vitali, « Il V Congresso di Antropologia e Archeologia Preistoriche a Bologna », ibid., p. 277-2 (...)
  • 116 Petite localité au nord de Bologne, où le comte Aria découvre, en 1862, dans le parc de son château (...)

82La découverte des nécropoles de Villanova est complétée, en 1869, par celle de la Certosa, fouillée par A. Zannoni, ingénieur et architecte municipal114. Bologne, où se tient, en 1871, le congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques115, offre à l’étruscologie des voies nouvelles : les nécropoles posent la question des rapports entre « Villanoviens » et Étrusques, et l’urbanisme étrusque, révélé à Marzabotto116, complète la vision d’une civilisation dont on ne connaissait jusqu’alors que les tombes.

  • 117 Alessandro François (1796-1857), ingénieur de Livourne. F. Buranelli, « La società François-Noël de (...)
  • 118 A. Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine, Paris, Klincksieck, 1971 ; catalogue La Tomba François d (...)
  • 119 Paris, 1862-1864.
  • 120 G. Colonna, « L’Aventure romantique » et F. Delpino « L’âge du positivisme », dans le catalogue de (...)

83Par ailleurs, les recherches se poursuivent en Étrurie méridionale, où Alessandro François117 prospecte et fouille, pour Adolphe Noël des Vergers : il découvre à Vulci, en 1857, la tombe qui porte son nom, et dont l’intérêt majeur est constitué par les inscriptions, lues et interprétées par Otto Jahn118. Les résultats des travaux d’A. François sont présentés par A. Noël des Vergers dans son ouvrage L’Étrurie et les Étrusques119, qui assure le passage de l’étruscologie romantique à l’étruscologie scientifique120.

  • 121 Romana di peculato con abuso d’ufficio a danno del sagro Monte di Pietà di Roma, Cité du Vatican, A (...)

84Depuis 1828 et les extraordinaires découvertes de Vulci, les Étrusques n’ont pas quitté, le devant de la « scène archéologique » et, en 1857, le marquis Giovanni Pietro Campana, collectionneur célèbre, attire encore sur eux tous les feux de l’actualité. Alors que sa collection est connue dans toute l’Europe, que lui-même est couvert d’honneurs et entretient avec l’Institut de correspondance archéologique des relations étroites, éclate le scandale politico-financier qui provoque sa ruine : il est accusé de concussion, pour avoir mis son musée en gage au mont de Piété de Rome qu’il dirige, et y avoir provoqué un déficit d’un million d’écus romains. Campana est arrêté, enfermé dans la forteresse de San Angelo et condamné à vingt ans de travaux forcés, peine aussitôt commuée en bannissement à vie, moyennant la cession de sa collection à l’État pontifical121.

68. Tombe de Cerveteri, Italie. A. Noêl des Vergers, L’Étrurie et les Étrusques, Paris, 1852-1864. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

69. Cerveteri, le sarcophage des époux conservé au Musée du Louvre, d’après J. Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889.

85L’achat de la collection Campana par la France, outre qu’il met les collections du Louvre au premier rang des musées d’Europe, déclenche l’«affaire Campana », qui détermine la politique du Second Empire et de la IIIe République en matière de beaux-arts et d’archéologie, et a des incidences jusqu’à l’époque contemporaine.

  • 122 L. Vitet, « La collection Campana », Revue des Deux Mondes, sept. 1862, p. 164.
  • 123 M. Tosi, Il sacro Monte di Pietà di Roma e le sue Amministrazioni, Rome 1937 ; G. Q. Gigloli, « Il (...)

86Dès 1838, la « galerie Campana », exposée dans les différentes villas romaines du marquis, connaissait dans l’Europe entière une immense célébrité : « Elle passait à bon droit, même à Rome, pour la collection particulière la plus riche et la plus variée », écrit L. Vitet en septembre 1862 dans son article de la Revue des Deux Mondes122. La visite, en 1846, du pape Pie IX à la luxueuse résidence du marquis à Saint-Jean-de-Latran, vaut à la collection entière sa consécration et ne peut en aucun cas laisser deviner son fatal destin123.

  • 124 G. Campana, Di due sepolcri romani del secolo di Augusto scoperti tra la Via Latina e l’Appia press (...)
  • 125 Enciclopedia Italiana, cf. « Campana (Giampietro) », Rome, 1955 ; A. Michaelis, Un secolo di scavi (...)

87Le marquis Campana fut un collectionneur exceptionnel non seulement par l’ampleur et la variété des objets recueillis, mais aussi par l’origine de ses « antiques » : en effet, suivant la tradition familiale, il était archéologue et, dès 1831, très tôt dans sa carrière – il était né en 1807 –, il pratiqua de nombreuses fouilles, à Rome et en Étrurie124. Sa vocation archéologique est un aspect important, sinon même prééminent, de la personnalité du collectionneur et sa qualité de membre de l’Institut de correspondance archéologique de Rome en est la preuve125.

  • 126 R. Türr, Fälschungen antiker Plastik seit 1800, Berlin, 1984 (sur les frères Pennelli p. 106 sq.) ; (...)
  • 127 S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de la collection Campana », Revue archéologique, juil.-déc. 1 (...)

88Constituée en grande majorité du produit de ses fouilles, la collection du marquis a pris un caractère assez hétérogène : s’y côtoient des pièces tout à fait exceptionnelles, et un grand nombre d’objets médiocres, que l’on gardait en magasin pour les échanger ou les revendre. L’atelier qu’animaient les frères Pennelli, experts en restaurations et transformations126, est un des rouages du commerce d’antiquités auquel Campana est conduit à se livrer127.

  • 128 L. Vitet, « Réponse à cette brochure (sous forme de lettre au Directeur) », Revue des Deux Mondes, (...)
  • 129 Cataloghi del Museo Campana, Rome, s.d., 1858.
  • 130 E. Desjardins, Catalogue des bijoux du musée Napoléon III, Paris, 1862 ; L. Vitet, op. cit.

89En 1862, Ludovic Vitet, qui fut le premier inspecteur général des Monuments historiques en 1830, répondant en pleine polémique à la notice d’Ernest Desjardins sur le musée Napoléon III, dénonce l’aspect hétéroclite de la collection pour lui dénier toute valeur « de cours complet d’histoire de l’art128 ». C’était faire bien peu de cas des intentions de Campana lui-même, qui concevait sa galerie comme « un musée modèle », appelé à corriger les défauts des collections existantes129. En effet, aussi bien les « antiques » que les tableaux des primitifs italiens attestent la volonté de divulguer en Europe la connaissance de certaines branches de l’art alors négligées. Dans son introduction au catalogue des « Œuvres antiques de terre cuite », qu’il publie en 1842, Campana attire l’attention des amateurs et des savants sur des objets dont la vogue n’était pas encore répandue et qui, de l’aveu même de L. Vitet que l’on ne peut soupçonner de complaisance, constituaient avec les bijoux « la partie la plus neuve, la plus originale de toute la collection Campana130 ».

  • 131 H. D. Escamps, Galerie des marbres antiques du musée Campana à Rome, Berlin, 1869.
  • 132 J. de Witte, Antiquités grecques et romaines. Exposition Paris, Palais de l’Industrie, 1862 ; D. vo (...)
  • 133 È. et J. Gran-Aymerich, « Les recherches sur le bucchero et la place de la collection Campana, au L (...)
  • 134 S. Reinach, op. cit., 1905.

90La composition même des collections Campana témoigne des options du marquis : sur les douze classes que comprend la « galerie », huit sont constituées d’antiques131. Le souci archéologique prime à l’évidence, surtout si l’on observe le grand nombre des objets identiques, ou très proches, qui forment des séries ; ainsi des vases grecs ou des vases noirs d’Étrurie – le bucchero – réunis, non pour leurs qualités esthétiques, mais surtout pour leur valeur historique132. En ce qui concerne le bucchero par exemple, Campana voulait donner une image de la céramique nationale des Étrusques, dans la perspective de ce « musée d’Italie » qu’il rêvait d’implanter Rome133. Il semble bien qu’il fût animé d’un souci encyclopédique et qu’il poursuivît la constitution d’un « musée universel représentatif de tous les temps et de tous les pays »134.

91Malgré des défauts incontestables – on s’accordait en général à reconnaître la faiblesse des sections d’art médiéval et moderne –, le prestige extraordinaire dont jouissait la collection Campana au milieu du siècle dernier s’explique par son ampleur, sa qualité et sa variété tout à fait inédites.

92En 1858, quand survient la chute du marquis Campana, Léon Heuzey, un jeune archéologue membre de l’École française d’Athènes, séjourne à Rome et souligne l’urgence qu’il y a à acquérir la collection.

  • 135 C. A. Newton et S. Birch, Report on the Campana Collection, Londres, 1856.

93Lié par une vieille dette à la famille Campana, encouragé par Hortense Cornu et ses proches, poussé aussi par l’exemple du tsar de toutes les Russies qui vient d’acquérir un magnifique lot de vases, de bronzes et de marbres, Napoléon III signe l’achat de la collection en mai 1861. Deux prélèvements importants ont été effectués, par E. Guédéonov pour la Russie, et C. Robinson pour l’Angleterre, avant que la décision française ne soit prise135.

  • 136 Cf. E. Gerhard, sur le musée Campana à Rome, Archäologische Zeitung Anzeiger, 1855.

94Le musée de l’Ermitage s’est enrichi des vases de Ruvo et de vingt-trois vases de Cumes dont la fameuse hydrie, dite « la Regina vasorum », que Désiré Raoul-Rochette, au terme d’une visite à la villa Campana, avait décrite dans une lettre ouverte à Eduard Gerhard en janvier 1854136.

95Les Anglais, quant à eux, avaient acheté pour le musée de South Kensington des sculptures italiennes des xve et xvie siècles, et des majoliques. Ce musée londonien, ouvert en 1857, ancêtre du Victoria and Albert Museum, avait été conçu comme un centre d’art industriel. Il avait d’ailleurs été précédé en 1852 d’un musée des Manufactures, issu lui-même de la grande exposition tenue en 1851 à Hyde Park, où figuraient les travaux industriels de toutes les nations. Depuis 1835, on assistait en Angleterre au développement spectaculaire des écoles de dessin et de peinture, auxquelles on adjoignait des collections d’objets d’art. C’est dans la perspective de l’éducation des apprentis et des artisans que le musée de South Kensington acquiert une partie de la collection Campana.

  • 137 P. de Chennevières, « Union centrale des arts décoratifs », Revue des arts décoratifs, 1, 1880-1881 (...)

96Du côté français, alors qu’à l’exposition londonienne de 1851, l’art industriel de notre pays s’imposait comme le plus dynamique et le plus inventif, on s’était reposé sur la certitude d’être les meilleurs et de disposer de structures suffisantes. Pourtant, certains intellectuels français commençaient à prendre conscience du retard que nous avions dans ce domaine, par rapport au reste de l’Europe137. Ainsi, Victor Schnetz, directeur de l’Académie de France à Rome, dans la lettre qu’il envoie à l’empereur le 25 février 1859, pour le persuader d’acheter la collection Campana, insiste-t-il sur « l’heureuse influence qu’auraient sur les arts et même pour l’industrie la vue et l’étude d’aussi beaux modèles ».

97On peut donc faire remonter à cette date, 1859, l’idée d’utiliser la collection Campana pour donner un concurrent français au musée de South Kensington. En 1861, Léon Renier, épigraphiste et familier d’Hortense et Sébastien Cornu, mène à bien la négociation, alors que le Louvre et le comte de Nieuwerkerke sont tenus à l’écart.

  • 138 P. Angrand, « L’État mécène. Période autoritaire du Second Empire, 1851-1860 », Gazette des beaux-a (...)
  • 139 L. Vitet, op. cit.

9811 835 objets sont achetés pour 4 800 000 francs, c’est-à-dire l’équivalent du total des sommes affectées aux tableaux, décorations et dessins acquis par l’État entre 1851 et 1860138. Cette dépense a souvent été jugée exorbitante, mais de l’aveu de L. Vitet lui-même, pourtant favorable au Louvre et très critique vis-à-vis du musée Napoléon III, elle était parfaitement justifiée : et par la valeur des acquisitions, et par le formidable bond qualitatif et quantitatif qu’elles font faire au Louvre, qui prend alors la tête dans la course à la richesse engagée par les grands musées européens139.

  • 140 E. Vinet, « L’archéologie de l’Asie Mineure et les récentes explorations », Revue nationale, 1862.

99La collection, d’abord portée au Louvre, est transférée au palais de l’Industrie, construit sur les Champs-Élysées pour l’exposition de 1855. Sébastien Cornu, Charles Clément et Edmond Saglio sont alors nommés administrateurs provisoires du musée Napoléon III, que forment la collection Campana et les objets recueillis au cours des missions archéologiques en Phénicie, en Macédoine et en Asie Mineure140.

  • 141 A. de Longpérier, Premier Musée Napoléon III, 1864 ; id., Musée Napoléon III. Choix de monuments an (...)
  • 142 E. Desjardins, Du patriotisme dans les arts. Réponse à M. Vitet sur le musée Napoléon III, Paris, s (...)
  • 143 Catalogue des tableaux, des sculptures de la Renaissance et des majoliques du musée Napoléon III (s (...)

100Le nouveau musée est inauguré le 1er mai 1862141, le jour où s’ouvre à Londres l’Exposition universelle. Les deux événements sont salués par Ernest Desjardins, qui, dans la violente polémique entre le Louvre et le musée Napoléon III, a choisi de défendre ce dernier : «À Londres, les merveilles de l’industrie, à Paris les merveilles de l’art de tous les temps142. » Le jeune écrivain, géographe et épigraphiste, publie une notice du musée Napoléon III, où il reprend à son compte les aspirations du marquis Campana quand il formait sa collection : telle qu’elle est exposée au palais de l’Industrie, elle constitue « une véritable histoire de l’art dans toutes ses transformations » ; « les séries qui la composent permettront de faire l’histoire de l’orfèvrerie, de la céramique, de la terre cuite, de la sculpture, de la peinture, etc. »143. Il réaffirme la notion de modèles que constituent les objets exposés, pour l’art industriel, ornemental ou décoratif. Sébastien Cornu, dans sa lettre du 29 octobre 1862 au rédacteur de l’Opinion nationale, présente la Campana acquise « une suite de ininterrompue de spécimens servant à l’histoire des procédés, de l’emploi des pâtes, des vernis, de l’art du dessin et de la couleur » pour enrichir les travaux de l’industrie.

101Le succès du musée Napoléon III est immédiat et prodigieux : par milliers, les visiteurs se pressent à ses portes et dans les galeries. Des cartes gratuites d’étude sont distribuées aux savants, aux artistes, aux chefs d’ateliers et aux ouvriers « recommandés par leur patron », affirmant ainsi la vocation de « musée-école » du nouvel établissement qu’abrite le palais de l’Industrie.

  • 144 A. Brongniart, Traité des arts céramiques ou des poteries, Paris, 1844.
  • 145 Corpus Vasorum Antiquorum, France, 13, Sèvres, 1, introduction par M. Massoul ; A. Schnapp, « Des v (...)

102Le musée Napoléon III illustrait, en l’amplifiant, l’idée que Brongniart avait mise en œuvre à la manufacture de Sèvres au début du xixe siècle144 : les vases antiques pouvaient être conçus comme des modèles pour l’industrie et l’artisanat modernes145. Des moulages et des restitutions grandeur réelle de monuments en accentuent encore le caractère didactique.

  • 146 E. Vinet, « L’art grec au palais de l’Industrie », Journal des débats, 28 nov. 1860.

103En effet, le musée Napoléon III, outre la collection Campana, présente une nombreuse série de moulages, environ cent vingt numéros, réalisés par Félix Ravaisson et exposés dès 1860 au palais de l’Industrie146. Futur conservateur du département des antiques au Louvre, Ravaisson avait été, en 1853, président de la Commission du ministère de l’Instruction publique, pour un plan d’enseignement du dessin dans les lycées. Au cours d’une mission en Italie, il procède au moulage des œuvres majeures de l’Antiquité, mais aussi de certains témoignages beaucoup trop négligés. À l’exemple des musées de Munich et de Mayence, F. Ravaisson constitue ainsi une collection de modèles pour l’enseignement du dessin.

  • 147 E. Desjardins, Notice sur le musée Napoléon III et promenade dans les galeries, Paris, 1862 ; Catal (...)

104Le palais de l’Industrie présente aussi les trois cents pièces moulées d’après la colonne Trajane sur ordre de l’empereur. Le musée Napoléon III a également un caractère d’actualité archéologique, puisqu’y sont exposées les trois grandes missions d’Ernest Renan, Georges Perrot et Léon Heuzey, liées pour les deux dernières aux recherches de Napoléon III sur Jules César. Ernest Renan était des amis d’Hortense Cornu, et les jeunes savants Perrot et Heuzey avaient été recommandés à l’empereur par Léon Renier, lui aussi familier du cercle Cornu. D’ailleurs, mille inscriptions inédites, que Léon Renier devait publier, étaient exposées au palais de l’Industrie147.

  • 148 E. Desjardins, Catalogue de la mission d’Asie Mineure…, op. cit.

105À l’extrémité de la galerie moderne, le tombeau de Pydna, découvert en Macédoine par Léon Heuzey, était restitué en grandeur réelle selon les plans de l’architecte Daumet. Les fragments du testament d’Auguste, relevés par Georges Perrot, étaient insérés dans les murs d’Ankara-Angora, l’ancienne Ancyre, reconstitués par l’architecte Guillaume148.

106Dès 1862, le musée Napoléon III manifeste donc des orientations qui s’affirmeront dans les années suivantes : ainsi, l’importance accordée aux moulages et aux restitutions qui culminera avec la galerie de l’Histoire du travail, organisée pour l’Exposition universelle de 1889.

107Il convient, pour mesurer l’importance du musée Napoléon III et l’ampleur des perspectives qu’il ouvre, de se pencher sur la personnalité des trois savants, auteurs des missions archéologiques. Tous trois sont proches d’Hortense Cornu, mais tous trois sont aussi et surtout les instigateurs du grand mouvement qui, dans ces années soixante du xixe siècle, se fait jour et entraîne la promotion des sciences auxiliaires de l’histoire : philologie, épigraphie et archéologie. En effet, Ernest Renan fonde en 1867 le Corpus Inscriptionum Semiticarum ; Georges Perrot sera, en titulaire la d’archéologie grecque à la Sorbonne. Quant à Léon Heuzey, il présidera, à partir de 1881, aux destinées du Département des antiquités orientales, dont il obtient la création au Louvre.

108Le musée Napoléon III dans son ensemble, collection Campana et missions archéologiques confondues, est une brillante manifestation de la politique du Second Empire en matière archéologique. Les agents de l’essor de cette discipline sont au palais de l’Industrie, et deux d’entre eux, Léon Heuzey et Félix Ravaisson, deviendront conservateurs au Louvre qu’ils contribueront à transformer.

70. Léon Heuzey (1831-1922). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.

71. Lit funéraire en marbre, Pydna (Macédoine). L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876, pl. 20. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

72. Georges Perrot (1832-1914). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.

73. Temple de Rome et d’Auguste, testament de l’empereur Auguste, Ancyre (Galatie). G. Perrot, E. Guillaume et J. Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie..., Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1872, pl. 25. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

74. Caveaux de la nécropole, Sidon (Saïda). E. Renan, Mission de Phénicie dirigée par M. E. Renan, planches exécutées sous la direction de M. Thobois, architecte, Paris, Imprimerie nationale, 1864, pl. XLVI. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 149 Y. Sjöberg, « Eugène Delacroix et la collection Campana », Gazette des beaux-arts, 68, 1966, p. 149 (...)
  • 150 E. Chesneau, La Vérité sur le Louvre. Le musée Napoléon III et les artistes industriels, Paris, 186 (...)

109Cependant, dans l’immédiat, l’année 1862 retentit des violents éclats de la polémique qui s’élève entre le Louvre, d’une part, et les partisans du musée Napoléon III et de son maintien d’autre part149. À S. Cornu, C. Clément et E. Saglio, soutenus par E. Desjardins, s’opposent E. Chesneau et L. Vitet, ce dernier occupant une position intermédiaire et modérée. Pour les porte-parole du Louvre, la nature de la collection Campana ne justifie pas le maintien de son intégrité au sein d’un nouveau musée. Elle comporte, selon E. Chesneau et L. Vitet, de nombreuses séries ennuyeuses que l’on peut défaire sans inconvénient, pour former de petits musées en province et « contribuer à étendre, à augmenter les éléments d’étude sur tout le territoire150 ». Pour servir à l’éducation du peuple, on demande le démembrement de la collection Campana. E. Chesneau cependant ne repousse pas l’idée d’un musée de modèles pour l’art industriel.

110Le Louvre, le comte de Nieuwerkerke et le cercle de la princesse Mathilde finissent par l’emporter : le décret du 12 Juillet 1862 signé à Vichy porte la fermeture du musée Napoléon III et la concession des objets doubles ou reconnus inutiles pour le Louvre à des établissements d’État et des musées départementaux.

  • 151 Musée des Arts décoratifs (statuts), Paris, 1877 ; Guide sommaire à travers le musée des Arts Décor (...)

111La polémique s’apaise progressivement, mais l’« affaire Campana » a des conséquences positives et considérables. De fait, cette année 1862, qui voit l’inauguration et la fermeture du musée Napoléon III, est celle où est créée l’Union centrale des arts appliqués à l’industrie151. Il semble bien que l’on ait entendu le cri d’alarme que poussaient les promoteurs du musée Campana, Sébastien Cornu à leur tête, pour attirer l’attention sur le retard et les lacunes accusés par la France en matière d’art industriel.

112On a vu comment E. Chesneau lui-même arguait de la nécessité d’éduquer pour réclamer le démembrement de la collection Campana ; or, P. de Chennevières, attaché à la direction des Musées nationaux et donc proche du Louvre, est, avec le duc de Luynes, à l’origine de l’Union centrale des arts appliqués à l’industrie, qui aboutira à la création du musée des Arts décoratifs, émule du musée de South Kensington.

  • 152 P. de Chennevières-Pointel, Souvenirs d’un directeur des Beaux-Arts, rééd. Paris, 1979.

113En 1862, le marquis de Chennevières, qui accomplira une brillante carrière administrative, est conservateur du musée du Luxembourg. Comme il le reconnaît dans ses souvenirs152, il doit sa carrière au comte de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-Arts, qui « lui a mis le pied à l’étrier » en lui confiant en 1852 le service des expositions et le titre d’inspecteur des musées de province.

114On le voit donc, l’idée même d’un musée d’art industriel se trouve promue par P. de Chennevières, l’un des adversaires « naturels » du musée Napoléon III. Peut-être est-ce là l’un des secrets de l’échec du musée Napoléon III. L’Union centrale des arts appliqués à l’industrie est dirigée par des artistes, des industriels, des amateurs, soucieux de reconquérir pour la France la position de premier plan qu’elle occupait à l’exposition de Londres de 1851, et qu’elle a perdue, faute d’établissements du type du musée de South Kensington.

  • 153 P. de Chennevières, « Union centrale des Arts décoratifs », op. cit.

115On conçoit donc, à la fin du Second Empire, le projet d’un musée des Arts décoratifs pour « l’éducation de l’industrie française153 », et comme conservatoire de ses œuvres les plus précieuses. La guerre franco-prussienne retarde sa réalisation, mais, entre 1880 et 1892, l’Union centrale multiplie les grandes expositions au palais de l’Industrie, en particulier sur l’art oriental et l’histoire du costume, auxquelles Léon Heuzey prend une grande part. On se souvient que ce très grand conservateur du Louvre avait incité à l’achat de la collection Campana, et que sa mission de Macédoine figurait dans le musée Napoléon III. Il continue donc à « militer » pour l’unité de l’art et s’avère un précurseur de l’« archéologie expérimentale », en particulier par ses expériences à l’École des beaux-arts sur le drapé et le dessin dans l’Antiquité.

116En 1882 enfin, le musée des Arts décoratifs voit le jour, grâce à des fonds privés, et est d’abord logé au palais de l’Industrie. Après la démolition de ce dernier, l’État cède le pavillon de Marsan, dans l’aile nord du palais du Louvre, qui longe la rue de Rivoli, à la condition que les collections lui soient remises quinze ans plus tard. Lorsque, le 29 mai 1905, le musée des Arts décoratifs sera inauguré, ce jour-là, l’« affaire Campana » aura trouvé un heureux épilogue.

117Cependant, qu’en est-il de la collection Campana une fois le musée Napoléon III fermé en 1862 ? C’est le même P. de Chennevières, devenu en 1873 directeur des Beaux-Arts, qui, d’une part, concourt à créer le musée des Arts décoratifs et, d’autre part, préside à la deuxième répartition de la collection Campana en province.

  • 154 C. du Bus, « L’origine des musées de province », Revue archéologique, 19, 1912, p. 160 sq. ; A. com (...)
  • 155 F. Boyer, « Le Directoire et la création des musées des départements », Bulletin de la Société de l (...)

118L’état d’abandon des collections en province et l’anarchie qui régnait alors dans les musées départementaux réclamaient des mesures d’urgence154. P. de Chennevières s’inscrit lui-même dans la ligne de la Convention et des mesures que préconisait, en l’an VII, Heurtaut Lamerville, pour la création des musées départementaux. Il demande, en reprenant les tournures mêmes de son prédécesseur dans le projet, « un système de protection, d’impulsion et de conservation centrale155 ». Il préconise la création d’un corps de commissaires-inspecteurs qui assureraient la surveillance des musées de province, et veilleraient à ce qu’ils soient tous pourvus d’inventaires et de catalogues.

119Ce sont ces idées que l’on avance pour procéder à la dispersion de la collection Campana en 1862-1863. Même si cette mesure a suscité depuis plus d’un siècle de nombreuses polémiques quant à sa légitimité et les conditions dans lesquelles elle s’est faite, elle s’inscrit cependant dans le souci, constant depuis la Convention, d’élargir les collections de province et de faciliter l’enseignement des Beaux-Arts sur tout le territoire.

120Le Second Empire introduit une nouveauté dans cette politique par l’importance inédite qu’il accorde à l’archéologie. Le destin de la collection Campana en province témoigne de ce choix : ainsi, en même temps que le musée de l’hôtel de ville d’Autun reçoit des vases et des tableaux Campana, la Société éduenne des arts et des lettres est gratifiée d’une subvention qui permet à son président, Jacques-Gabriel Bulliot, de fouiller le mont Beuvray, l’ancienne Bibracte.

  • 156 M. Besnier, « La collection Campana les musées de province » Revue archéologique, 1906, janv.-fév. (...)

121Quand on envisage la répartition de la collection Campana en province, il faut distinguer le cas des antiques et celui des tableaux. Pour les premiers, W. Froehner et A. de Longpérier, conservateurs au Louvre, procèdent à des envois en 1863 puis en 1875. Edmond Pottier, de 1893 à 1895, distribue dans certains musées et universités de province des lots de vases choisis comme typiques par leur forme et la qualité de la terre. Il en dresse une liste et rédige des notices explicatives pour les accompagner156. C’est la formation pratique des étudiants que l’on poursuit en cette période, où l’on voit se développer les laboratoires d’archéologie dans les facultés : ainsi ceux de Georges Perrot, puis de Maxime Collignon à la Sorbonne. À l’École du Louvre, récemment fondée, Alexandre Bertrand complète son enseignement d’archéologie nationale par des séances dans les salles du Louvre et du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.

  • 157 P. Perdrizet et R. Jean, La Galerie Campana et les Musées français, Bordeaux, 1907.
  • 158 Ibid.
  • 159 F. Reiset, Notice des tableaux du musée Napoléon III exposés dans les salles de la colonnade au Lou (...)

122Il est vrai d’autre part que, le plus souvent, les antiquités Campana ont été, en province, condamnées à la plus sévère réclusion comme « encombrantes et ennuyeuses inutilités157 ». Le sort des tableaux des primitifs italiens de la collection est encore bien pire, puisqu’ils subissent à trois reprises, en 1863, en 1872-1873, puis en 1874-1876, « beaucoup plus qu’un démembrement, un (véritable) émiettement158 ». Frédéric Reiset159, conservateur des peintures au Louvre, préside à cette œuvre de vengeance, et livre les collections aux caprices du hasard. Les tableaux, répartis dans une centaine de musées de province, ne sont pas inventoriés, si bien qu’on n’en a donc aucune trace après qu’ils ont quitté le Louvre. Le caractère scandaleux de cette dispersion n’échappe à personne et, dès 1905, Salomon Reinach, puis Paul Perdrizet et René Jean plaident pour le regroupement des œuvres distribuées et la constitution d’ensembles régionaux.

123L’« affaire Campana », au-delà même de la polémique qu’elle a provoquée, a joué un rôle considérable dans l’énonciation de problèmes majeurs pour les beaux-arts et l’archéologie au xixe siècle. Le musée Napoléon III a permis de poser, en termes plus clairs, la question de l’art industriel, autrement dit décoratif, et a suscité une réflexion qui aboutit enfin à la création d’un musée des Arts décoratifs à Paris.

124À propos de la collection Campana, les rapports du Musée central –le Louvre–, autrement dit l’État, et des musées de province ont une fois de plus occupé le devant de la scène, et la répartition, puis le regroupement, d’une partie de la collection, marquent des étapes décisives dans la mise en place d’une politique culturelle cohérente, qui concilie le centralisme et la régionalisation.

L’archéologie dans le monde grec, au Proche-Orient et en Égypte

Le monde grec

  • 160 En 1829.
  • 161 En 1843.
  • 162 En 1846.
  • 163 Le roi Othon Ier sera maintenu jusqu’en 1862.

125Depuis le début du xixe siècle, l’archéologie en Grèce est marquée par la concurrence des architectes anglais de la Société des Dilettanti, des membres du Xéneion et des Français. Si ces derniers, dans cette course aux antiquités qui enrichit les grands musées d’Europe, se sont laissé distancer, l’expédition de Morée160, la mission épigraphique de Philippe Le Bas161 et la création de l’École française d’Athènes162 leur permettent de regagner du terrain. Cependant, les voyageurs et architectes anglais n’ont rien perdu de leur dynamisme, et la royauté bavaroise, établie en 1833 à Athènes163, favorise l’épanouissement de l’archéologie allemande en Grèce.

  • 164 Charles Newton (1816-1894) conservateur des Antiquités grecques et romaines au British Museum de 18 (...)
  • 165 J. Jenkins, Archaeologists and Aesthetes in the Sculpture Galleries of the British Museum 1800-1939(...)

126Alors que P. Le Bas parcourt, en quête d’inscriptions, l’Attique, le Péloponnèse, la Carie, l’Archipel et la Phrygie, Charles Fellows (1799-1860), qui, depuis 1832, ne cesse de voyager en Italie et en Grèce, explore la Lycie, découvre à Xanthos le grand monument des Néréides et la tombe des Harpies, dont il prélève les sculptures qui, au British Museum, constituent le Lycian Saloon. Fellows inaugure l’exploration archéologique de l’Asie Mineure où les Anglais dominent pendant une grande partie du xixe siècle, grâce aux travaux de Charles T. Newton164. Dès 1844, Sir Stratford Canning, ambassadeur britannique auprès de la Sublime Porte, tirant parti des conditions favorables créées par la convention commerciale anglo-turque de 1838, négocie l’acquisition des sculptures du mausolée d’Halicarnasse, incorporées dans les murs du château des chevaliers de Saint-Jean au xve siècle165. Il obtient encore l’acquisition de la frise des Amazones pour le British Museum en 1846. C’est Newton, assistant au British Museum, devenu vice-consul à Mytilène, qui, de 1856 à 1859, mène des fouilles à Halicarnasse, Cnide et Didymes et fait acheminer jusqu’au British Museum une extraordinaire collection de sculptures. Les recherches anglaises en Asie Mineure se poursuivent par les fouilles de l’architecte J. T. Wood à l’Artémision d’Éphèse.

127À Athènes, Ludwig Ross qui, de 1834 à 1836, occupe le poste de conservateur des Antiquités, procède au dégagement de l’Acropole et fait remonter le temple d’Athéna Niké. Il est aussi professeur à l’université, et le restera jusqu’en 1843. Il voyage par toute la Grèce et la Turquie, visite en particulier Halicarnasse et se rend aussi à Chypre en 1845.

  • 166 B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athèn (...)

128Les Grecs eux-mêmes prennent en main la mise en valeur de leur patrimoine archéologique, dès 1827, par une loi interdisant l’exportation des antiquités, puis en plaçant K. Pittakis à la tête du Service des antiquités. L’année 1837 voit la naissance de la Société archéologique d’Athènes et de la première revue archéologique grecque, l’Ephéméris Archaiologiki166.

129L’Acropole concentre l’activité des architectes anglais et français : en effet, alors qu’à partir de 1846, Philippe Titeux, Théodore Ballu et Alexis Paccard, pensionnaires de l’Académie de France à Rome, autorisés à séjourner à Athènes, étudient les Propylées et le Parthénon, et procèdent à la restauration de l’Érechthéion, l’Anglais F. C. Penrose mène sa propre recherche sur l’architecture des monuments.

  • 167 A. Mézières, Archives des missions, t. III, p. 149-266.
  • 168 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, op. cit., p. 317.

130La création de l’École d’Athènes offre à l’archéologie française en Grèce un centre d’où s’affirmer et se développer. Même si les difficultés s’accumulent sur la voie qui conduit la jeune institution vers la science, il se trouve parmi ses membres des pionniers de l’« militante qui, dès leurs premiers essais, se révèlent des maîtres. C’est le cas d’Alexandre Bertrand, qui se distinguera surtout, il est vrai, sur le terrain de l’archéologie nationale mais aussi d’Alfred Mézières, dont le Mémoire sur le Pélion et l’Ossa167, fruit d’une exploration menée en Thessalie en 1851, est d’après Georges Radet « une remarquable étude de topographie archéologique168 ». Leur compagnon, Charles-Ernest Beulé, inaugure, à Athènes en 1852, l’archéologie de terrain.

  • 169 Ernest Boutan (1827-1880), « Rapport sur la topographie et l’histoire de l’île de Lesbos » Archives (...)

131À la même époque, l’Institut de correspondance archéologique de Rome offre aux jeunes savants des bourses de voyage et les oriente vers la Grèce : c’est ainsi qu’en 1856-1857, Alexander Conze (1831-1914), l’initiateur des fouilles autrichiennes à Samothrace, visite les îles du nord de l’archipel et en particulier Lesbos, où l’avait précédé Ernest Boutan qui, dans son « Rapport169 », avait donné un bel exemple de géographie archéologique.

  • 170 Paul Foucart (1836-1926), directeur de l’École de 1878 à 1890 ; « Inscriptions inédites de l’île de (...)

132À l’École française d’Athènes, les explorations archéologiques se multiplient, et celles de Paul Foucart à Rhodes, en 1864, et dans le Péloponnèse, en 1868, attestent un intérêt croissant pour l’épigraphie170. On constate en Grèce, comme en Italie et en Afrique du Nord, l’essor de cette science dont les règles sont désormais fixées. Il revient à L. Heuzey et à G. Perrot, qui furent les créateurs de cette tradition à l’École, d’accomplir deux missions qui portèrent l’archéologie française en Grèce sur le devant de la scène.

133La mission d’Heuzey en Macédoine, et celle de Perrot en Asie Mineure répondent toutes deux aux exigences d’information de Napoléon III pour son Histoire de César. L’épigraphiste Léon Renier, proche de l’empereur, lui suggère les noms des deux jeunes « Athéniens » pour exécuter, d’une part, les relevés topographiques du champ de la bataille de Philippes, et, d’autre part, suivre l’itinéraire de l’armée césarienne dans la guerre contre Pharnace, et relever les fragments du testament politique d’Auguste qui se cachaient encore à Ancyre-Ankara.

  • 171 L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876.
  • 172 En 1868.

134L. Heuzey obtient d’étendre sa mission à toute la Macédoine, à la Thrace, l’Illyrie, l’Épire et la Thessalie171. Il est accompagné de l’architecte H. Daumet, qui exécute les relevés graphiques. Non seulement les cartes géographiques établies constituent des acquisitions topographiques immenses, mais l’archéologie aussi bénéficie de découvertes exceptionnelles : celles des tombeaux peints de Pydna, de la villa royale de Palatitza, et enfin celle du bas-relief de Pharsale, première des stèles archaïques trouvées en Grèce du nord, connue comme l’«Exaltation de la fleur », titre de l’article que son inventeur lui consacrera172.

135Comme il s’y était engagé, G. Perrot, aidé des architectes E. Guillaume et J. Delbet, découvre et reproduit la partie manquante du testament d’Auguste à Ancyre et réalise un fac-similé, dont Mommsen lui-même reconnaît qu’il est le plus exact et le plus complet. Outre ce document extraordinaire, l’archéologue rapportait d’Asie Mineure une riche moisson de cent cinquante inscriptions grecques, et surtout les premiers clichés de étranges, découverts à Euyuk et Bogazköy il met au service de l’archéologie une technique encore balbutiante, la photographie, et révèle l’art de l’Empire hittite au monde savant.

  • 173 G. Perrot, E. Guillaume, J. Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, d’un (...)

136De plus, en parcourant la Cappadoce, la Phrygie, la Lydie, G. Perrot prend conscience que cette terre d’Asie Mineure avait fait « la chaîne entre l’Orient et l’Occident » et que ses peuples avaient transmis aux Grecs leurs connaissances acquises au contact des habitants de l’Asie Antérieure. Il révèle en Asie Mineure « les traces d’une des principales routes que la civilisation ait suivie dans son mouvement d’Orient en Occident173. » Il était, après A. de Longpérier et L. Ross, l’un des premiers à souligner les liens entre la Grèce et les civilisations orientales.

75. Tombeau macédonien, Palatitza (Macédoine). L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876, pl. 15. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

76, 77. Parmi les premières photographies archéologiques prises par J. Delbet. À gauche, l’un des pieds-droits de la porte du palais, Euyuk (Cappadoce). À droite, Pterium-Boghazkeuï [sic] (Cappadoce), le lieu appelé Sari-Kaleh («la forteresse jaune »). G. Perrot, E. Guillaume et J. Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, Paris, 1872, pl. 34. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 174 Après ses travaux à Delphes, il est adjoint, par V. Duruy, à la mission du comte E. de Rougé en Égy (...)
  • 175 P. Foucart publie « Le temple d’Apollon à Delphes », Revue archéologique, 1863, p. 44-52 ; « Mémoir (...)
  • 176 Séance de l’Académie des inscriptions et belles-lettres du 3 juillet 1861 : Comptes rendus de l’Aca (...)

137Cette année 1861 est particulièrement faste pour l’archéologie française, puisque c’est celle où Paul Foucart inaugure les recherches sur le site de Delphes. L’Académie des inscriptions et belles-lettres avait proposé l’étude du sanctuaire d’Apollon en 1851, et relance le sujet en 1859 : l’année suivante, Foucart se rend à Delphes et y pratique plusieurs sondages. Avant lui, Karl Ottfried Müller avait, en 1840, déblayé le mur pélasgique en son extrémité orientale et en avait relevé les inscriptions, mais, frappé d’insolation, le grand savant allemand était mort. Alexander Conze et Adolf Michaelis, en 1861, avaient ensuite, peu avant Foucart, visité le sanctuaire. P. Foucart retourne à Delphes, accompagné de Carl Wescher174 ; tous deux dégagent trente-huit mètres du mur, transcrivent quatre-cent-soixante textes175, et suscitent les félicitations de L. Renier, qui voit dans ce travail « le plus beau résultat obtenu depuis la fondation de l’École d’Athènes176 ».

  • 177 G. Radet, op. cit., p. 303. Sur l’histoire des fouilles à Delphes, cf. en dernier, P. Amandry, « De (...)

138En 1862, C. Wescher et l’architecte Boitte, pensionnaire de l’Académie de France, découvrent le mur oriental. L. Renier, véritable deus ex machina de l’archéologie française à cette époque, intervient alors auprès de Napoléon III, pour obtenir un crédit de quatre mille francs, accordé par le ministère Rouland, et doublé par l’empereur sur sa cassette personnelle177. Le premier grand chantier français en Grèce aurait pu s’ouvrir dès 1862, si la chute du roi Othon Ier, survenue le 23 octobre, n’avait tout remis en question et repoussé à 1880 la reprise des travaux à Delphes.

139Alors que l’École française d’Athènes, malgré ses difficultés, donne l’exemple de brillantes réussites, l’Institut de correspondance archéologique de Rome, après la grave crise traversée en 1856, a pris une nouvelle orientation et, subventionné par le gouvernement prussien, favorise les voyages et les séjours en Grèce d’un nombre croissant de jeunes savants allemands. Les premiers sont Alexander Conze (1831-1914), Adolf Michaelis (1835-1910), et Ernst Curtius (1814-1896) qui, en 1862, est à Athènes et étudie la topographie de la colline de la Pnyx. Les architectes Karl Bötticher et Heinrich Strack séjournent dans la capitale grecque en même temps que Curtius et examinent les monuments de l’Acropole. Dès cette époque, Curtius conçoit le projet d’une fouille à Olympie, se met en contact avec L. Ross et lance une souscription, mais l’entreprise échoue.

  • 178 U. Jantzen, Ein hundert Jahre Athener Instituts 1874-1974, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1986

140À partir de 1865, l’idée d’implanter à Athènes une mission permanente allemande sur le modèle de l’Institut romain178 se fait de plus en plus précise. Français et Allemands prennent conscience de la nécessité de fouilles systématiques et programmées, et l’ère des grands chantiers s’annonce.

141A. Conze, élève d’E. Gerhard, et boursier de l’Institut de Rome, voyage en 1856-1857 dans les îles septentrionales de l’archipel et visite Samothrace puis revient à Rome, où il rencontre C. T. Newton : celui-ci présente au palais Caffarelli les photographies et les dessins de ses fouilles du mausolée d’Halicarnasse, et inspire à A. Conze le projet d’un chantier à Samothrace. Devenu professeur à Vienne en 1869, et bénéficiant de l’appui de Metternich, Conze présente un plan de fouilles et lance les travaux en 1873. Or, en 1863, le vice-consul français Champoiseau avait découvert sur l’île deux cents fragments d’une statue féminine qu’il fait parvenir au Louvre ; c’est la fameuse Victoire de Samothrace. L’École d’Athènes tente de pousser l’avantage acquis par Champoiseau et envoie Deville et Coquart, qui s’avèrent bien en dessous des espérances que l’on a placées en eux et laissent la voie libre à A. Conze.

142Delphes, Olympie, Samothrace, autant de sites où se déploieront les grands chantiers français et allemands, auxquels il faut ajouter Délos où Léon Terrier, en 1864, prépare, pour Albert Lebègue (1845-1894), l’ouverture des fouilles dix ans plus tard.

  • 179 G. Radet, op. cit., p. 342.
  • 180 A. Fouqué, géologue, se rend à Santorin en 1866. Publie Santorin et ses éruptions, Paris, 1879.

143L’École française d’Athènes, qui lance des initiatives déterminantes pour les orientations futures de l’archéologie, missions multidisciplinaires, fouilles, projets de grands chantiers, innove encore en ouvrant à la connaissance de la civilisation grecque la perspective de sa préhistoire. Avant Troie, Mycènes et Tirynthe, Théra-Santorin révèle, après l’éruption de 1866, les ruines d’une « Pompéi préhistorique179 », qu’A. Fouqué découvre sous les ponces de Théra180.

  • 181 H. Mamet, De Insula Thera, Lille, 1875 : le manuscrit de H. Gorceix passa dans l’ouvrage de Fouqué.
  • 182 A. Dumont, « Sur les vases d’Acrotiri », Journal des savants, déc. 1872, p. 798 ; et Les Céramiques (...)

144Henri Gorceix, géologue élève de Fouqué, et Henri Mamet, tous deux membres de l’École d’Athènes, sont envoyés à Santorin en 1869, puis en 1870 et 1871 : ils pratiquent des fouilles à Théra, près du village d’Akrotiri, et dégagent les maisons d’un habitat préhistorique181. Ils y relèvent en particulier les premiers vases minoens connus, et les font parvenir à l’École d’Athènes, où Albert Dumont, qui avait témoigné en 1866 de son intérêt pour la préhistoire à l’occasion de sa mission à Amorgos, les étudie182.

  • 183 R. M. Cook, Greek Painted Pottery, Londres, 1972 (2e éd.), chap. 15, « The History of the Study of (...)
  • 184 A. Conze, « Zur Geschichte der Anfänge der griechischen Kunst », Sitzungbericht (Académie de Vienne (...)

145À l’époque où l’on reconstituait les phases suivies par la céramique grecque183, A. Conze, le premier, identifiait le style géométrique comme spécifique de la période archaïque184 ; les vases d’Akrotiri, ceux des nécropoles de Rhodes et de Chypre, reportaient encore au-delà les origines de la civilisation grecque. La révélation par Schliemann de la civilisation mycénienne, puis la résurrection de la civilisation minoenne par Evans en Crète, allaient apporter la clef indispensable à la compréhension des vestiges de Théra.

  • 185 O. Picard, « Chypre et l’École française d’Athènes », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, (...)
  • 186 O. Masson, « Inscriptions syllabiques chypriotes », Études chypriotes, t. I, 1961 ; cf. son introdu (...)
  • 187 A. Caubet, « Aux origines de la collection Le fonds Guillaume-Rey (1860-1865), dans Report of the D (...)

146Chypre, qui reste jusqu’en 1875 en dehors des explorations de l’École française d’Athènes185, est cependant le but de nombreux voyageurs, et fait l’objet de recherches archéologiques dès le début du xixe siècle186. Ainsi Félix de Saulcy s’arrête-t-il à Larnaca en 1850, et y acquiert-il pour le Louvre l’une des coupes d’argent doré d’Idalion. A. Pérétié, chancelier du consulat de Beyrouth, se rend à Chypre la même année et négocie la tablette de Dali-Idalion, qui passe dans la collection du duc Albert de Luynes, plus tard léguée au Louvre. E. Guillaume-Rey, investi d’une mission officielle, fait son premier voyage à Chypre en 1857187, et s’y arrête à nouveau en route pour la Syrie en 1864-1865.

  • 188 Edmond Duthoit (1837-1889) architecte, élève de Viollet-le-Duc, a pour tâche essentielle d’étudier (...)

147Cette île, dont le rôle d’intermédiaire entre Orient et Occident se révèle si important, est adjointe à la Phénicie dans le programme de la mission d’Ernest Renan. Empêché, Renan confie l’exploration de Chypre à Melchior de Vogüé (1829-1916), W. Waddington et E. Duthoit188, qui la réalisent en 1862. Le but de la mission est essentiellement épigraphique, mais ses auteurs sont conduits à des découvertes d’un autre ordre : ils révèlent l’énorme gisement de sculptures votives de Golgoï et d’autres statues, toutes envoyées au Louvre.

  • 189 O. Masson, op. cit. Tiburce Colonna-Ceccaldi (1833-1892) fut consul à Larnaca de 1866 à 1869. Son f (...)
  • 190 Luigi Palma di Cesnola (1832-1904), d’origine italienne, conduit à Chypre des fouilles menées sans (...)

148Les consuls français, américain et anglais s’intéressèrent aux antiquités de l’île et y procédèrent à des prospections et des fouilles : ainsi Tiburce Colonna-Ceccaldi et son frère Georges, le premier consul à Larnaca, le second attaché au consulat de Beyrouth189 ou encore Luigi Palma di Cesnola, consul des États-Unis, et son frère Alexandre190, ou enfin R. Hamilton Lang, un Écossais représentant de la Grande-Bretagne. Le plus actif de ces consuls-archéologues est Luigi Palma di Cesnola, qui réunit des collections très riches, mais à partir de fouilles conduites sans méthode et dans la perspective exclusive de réunir des objets en vue de leur vente aux musées.

149Les travaux sérieux ne commenceront à Chypre qu’à partir de 1882, date à laquelle l’île est soumise à l’occupation anglaise, et où interviennent M. Ohnefalsch-Richter, Dümmler et J. L. Myres. C’est alors seulement que l’on pourra poser les questions fondamentales sur les rapports de Chypre avec la civilisation mycénienne, et sur les influences réciproques de Chypre et de la côte syro-palestinienne.

78. « Restes du temple d’Apollon. Au fond à gauche, l’acropole et le Cinthe [sic] et à droite les ruines du théâtre », Délos (Grèce). A. Blouet, A. Ravoisié et al., volume 3 de l’Expédition scientifique de Morée, Paris, 1831-1838, pl. 2. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

79. Vases de Santorin (Théra). A. Dumont, J. Chaplain et E. Pottier, Les Céramiques de la Grèce propre, vol. 1, Paris, 1888-1890, pl. 1. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

Le Proche-Orient

  • 191 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, Paris, Albin Michel, 1946, t. 1, Les Étapes ; S. Lloyd, Foun (...)

150En Mésopotamie, la fermeture du chantier de Khorsabad et la disgrâce de P.-É. Botta après la Révolution de 1848, avaient laissé le champ libre à A. H. Layard et à H. Rawlinson qui, de 1847 à 1851, tirent de Quyundjik et Nimrud les monuments, les œuvres d’art et l’extraordinaire bibliothèque d’Assurbanipal qui enrichiront le British Museum191.

  • 192 Victor Place (1818-1875), consul français à Mossoul. Après les fouilles de Khorsabad, dont il donne (...)
  • 193 Fulgence Fresnel (1795-1855) avait, avant l’Expédition..., mené une carrière consulaire, et étudié (...)
  • 194 Jules Oppert (1825-1905), né à Hambourg, s’était installé en France et enseignait l’allemand à Reim (...)
  • 195 Félix Thomas (1815-1875) obtient le Grand Prix de Rome d’architecture en 1845. Cf. E. Fontan, « Fél (...)

151Jusqu’en 1851, date à laquelle H. Rawlinson est chargé de diriger les recherches anglaises en Mésopotamie, l’archéologie française n’est représentée que par l’agent Rouet, qui assure l’intérim au consulat comme sur le chantier de Quyundjik. Les découvertes de Layard ont un tel retentissement que le gouvernement français prend conscience d’avoir négligé une occasion de tirer gloire de recherches qu’il avait lui-même inaugurées. Le consulat de Mossoul est donc rétabli en 1851, et Victor Place mis à sa tête192. Le nouveau consul de France est chargé de l’exploration systématique de Khorsabad, alors même qu’une « scientifique artistique de Mésopotamie et de Médie » est organisée, sous la direction de F. Fresnel193, et dotée par l’Assemblée nationale d’un crédit de 78 000 francs. L’Académie des inscriptions et belles-lettres patronne l’entreprise et les travaux de Place sur le palais de Sargon. J. Mohl est le rapporteur de la commission chargée d’examiner le projet et de donner des directives de recherche. Il suit toujours et inspire les études orientales en Mésopotamie. L’expédition est composée de Fulgence Fresnel, Jules Oppert194 et Félix Thomas195, respectivement membre du corps diplomatique, épigraphiste orientaliste et architecte.

  • 196 Hormuz Rassam (1826-1910), chaldéen chrétien, frère de Christian Rassam, vice-consul d’Angleterre à (...)

152V. Place, qui avait pu s’entendre avec H. Rawlinson pour qu’à Quyundjik un chantier français complétât les fouilles anglaises, est victime des manœuvres d’Hormuz Rassam196 et perd la concession. Il se consacre tout entier à Khorsabad, où P.-É. Botta n’avait qu’entamé un palais d’une très vaste étendue. Les travaux se poursuivent jusqu’en 1854, date à laquelle ils sont interrompus sur ordre du gouvernement, qui juge que l’on a dépensé assez d’argent. V. Place, convaincu qu’il est loin d’avoir achevé le dégagement du palais et de ses annexes, doit fermer le chantier, et rejoindre le poste de Galati en Roumanie où le ministre l’affecte.

80. Traction d’un monolithe, Khorsabad. V. Place et F. Thomas, Ninive et l’Assyrie par Victor Place, consul général, avec des essais de restauration par Félix Thomas, t. 3, Paris, Imprimerie impériale, 1867, pl. 44. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

81. «  Ensemble de la porte Z du Harem », palais de Khorsabad. V. Place et F. Thomas, Ninive et l’Assyrie par Victor Place, consul général, avec des essais de restauration par Félix Thomas, t. 3, Paris, Imprimerie impériale, 1867, pl. 24. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 197 C. Bustarret, « Les premières photographies archéologiques : Victor Place et les fouilles de Ninive (...)

153Les travaux de V. Place à Khorsabad marquent un tournant de la recherche archéologique : en effet, il se fait accompagner de G. Tranchant, auquel est dévolue la couverture photographique du chantier197. Le recours à la photographie appuie la démarche archéologique, et doit permettre la reconnaissance de son caractère scientifique. La photographie donne au travail sur le terrain un statut aussi « scientifique » qu’à celui du « savant de cabinet ». Il tend aussi à réduire l’écart entre le « fouilleur », qui dégage les ruines et les objets, et l’érudit qui les interprète.

  • 198 A. Parrot, op. cit., t. I, p. 63.
  • 199 Ibid., t. II, p. 35.
  • 200 V. Place, Ninive et l’Assyrie, avec des essais de restauration par F. Thomas, 3 vol., Paris, 1867-1 (...)

154À Khorsabad, Place constate très vite que P.-É. Botta n’a dégagé qu’une petite partie d’un immense ensemble, et son premier souci est d’en déterminer les limites, les accès et les voies et d’élucider le fonctionnement de cette demeure royale assyrienne, « le plus formidable complexe que l’on ait jamais rencontré198 ». Le point de vue adopté par Place diffère profondément de celui de Botta, de Layard ou de Rassam : il ne s’agit plus seulement de récupérer les objets d’art grâce à une véritable « chasse au trésor », mais de dégager un site et d’en comprendre la logique. Place est assisté dans cette entreprise par F. Thomas, architecte lauréat du Grand Prix de Rome, qui, au cours de l’expédition de Mésopotamie, avait été pris d’un accès de folie et renvoyé à Mossoul, où Place l’avait retenu pour en faire son collaborateur à Khorsabad. Tous deux réussissent « le premier grand dégagement architectural199 » sur un site mésopotamien, et l’atlas des planches réalisé par Thomas complète les deux volumes du rapport de Place200.

  • 201 Ibid., t. II, p. 97-109.

155Khorsabad fournit le premier exemple d’un grand chantier où interviennent ensemble archéologue, architecte et photographe, et préface les entreprises du même type engagées en Grèce ou au Proche-Orient. De plus, V. Place est l’un des premiers à formuler des principes de fouille201, certes bien différents de ceux des archéologues modernes, mais qui manifestent le souci d’une méthode.

  • 202 Cf. J. Mohl, Vingt-sept Ans d’histoire d’études orientales (1840-1867), op. cit. ; N. Chevalier, L’ (...)

156L’expédition scientifique de Médie et de Mésopotamie, qui devait compléter les travaux de Place, partit de Paris le 1er octobre 1851. Constatant que les sites importants étaient déjà attribués, la mission se porta vers Babylone dont l’exploration se révéla infructueuse. J. Oppert se livra à des relevés topographiques, et à l’étude des inscriptions sur les briques qu’il ramassait ou achetait. En janvier 1854, il décide de regagner la France après avoir étudié les inscriptions trouvées à Khorsabad, sans en référer à Fresnel. Quant à celui-ci, il ne témoigne aucun empressement à répondre aux ordres ministériels l’enjoignant à rentrer le plus rapidement possible et à acheminer les antiquités recueillies. En restant à Bagdad, Fresnel espère pouvoir imposer son projet d’une école archéologique française au Proche-Orient, qui serait organisée sur le mode de l’École d’Athènes202.

157En mai 1855, un convoi composé des caisses de la mission Fresnel, de celles des fouilles de Khorsabad, augmentées des reliefs provenant de Quyundjik et Nimrud et offerts par Rawlinson, commence la descente du Tigre de Bagdad à Bassora. Attaqués près du confluent du Tigre et de l’Euphrate, les radeaux sombrent avec leur précieuse cargaison. On sauva un génie ailé et un taureau, qui se trouvent aujourd’hui au Louvre. La mission de Mésopotamie s’achève par un véritable désastre, qui cause la mort de Fresnel, resté sans ressources à Bagdad, et la disgrâce de Place.

  • 203 A. Parrot, op. cit., t. I, p. 84.

158« L’année 1855, fatale pour l’archéologie et la muséographie françaises, verra [...] aussi la fermeture des chantiers britanniques203 », mais après que les archéologues anglais auront mené à bien de très fructueux travaux. En 1852, H. Rawlinson et le capitaine Jones entreprennent un important « survey » et une étude topographique approfondie de Ninive et Nimrud. H. Rassam a pris la succession de Layard à Nimrud et Qalaat-Shergat. À Quyundjik, il fouille le secteur de Place et y découvre le palais d’Assurbanipal.

  • 204 William-Kennet Loftus (1821-1858), membre de la commission de délimitation de la frontière turco-pe (...)

159En mars 1854, Rassam ayant fermé son chantier, Rawlinson envoie à Ninive W. Butcher puis William Kennet Loftus204. Ce dernier avait fouillé, en 1850, à Warka-Uruk et fait des sondages à Suse en 1851 et 1852-1853. Les résultats de ces travaux avaient semblé si satisfaisants qu’une société fut fondée en Angleterre en 1853 pour subventionner de nouvelles recherches dans le Sud mésopotamien. L’Assyrian Excavation Fund assigne à Loftus la mission de fouiller à Warka, où il retourne en 1854. Il explore aussi Senkéré-Larsa, mais regagne Bagdad déçu des résultats de ses travaux. Rawlinson l’envoie alors à Quyundjik-Ninive. Mais le retour de Rawlinson en Angleterre, et la guerre de Crimée entraînent la fermeture des chantiers anglais en 1855. Par la suite, les missions anglaises se livrent surtout à des travaux topographiques qui aboutissent à la publication de cartes importantes pour les recherches futures.

  • 205 J. Oppert, Expédition scientifique en Mésopotamie (1851-1854), Paris, 2 vol., 1859, t. II, Déchiffr (...)
  • 206 Jules Halévy, professeur à l’École pratique des hautes études, connu par son exploration de l’Arabi (...)
  • 207 E. Renan, « Sur l’ouvrage d’Oppert : Expédition scientifique en Mésopotamie », Journal des savants, (...)
  • 208 A. Parrot, op. cit., t. I, chap. III, « Le déchiffrement des cunéiformes (1780-1900) ».
  • 209 Joachim Menant, Le Syllabaire assyrien, Paris, 1869-1873, 2 vol.

160En Europe, le déchiffrement des écritures cunéiformes progresse grâce aux trouvailles de tablettes inscrites à Quyundjik et Khorsabad. Jules Oppert est le premier à établir les principes du déchiffrement des inscriptions cunéiformes205, et démontre que les particularités du syllabaire assyro-babylonien sont héritées d’un « peuple sumérien » non sémitique. Son hypothèse déclenche une vive polémique avec Jules Halévy206, à laquelle prend part E. Renan, qui conteste aussi le caractère sémitique de la langue assyrienne207. D’autre part, pour vérifier la validité des principes de déchiffrement, l’Asiatic Society de Londres organise épreuve : l’inscription Tiglatpileser I, découverte par Rassam à Qalaat-Shergat est soumise à Rawlinson, Hincks et Oppert, qui envoient à la société londonienne leurs traductions, élaborées séparément. Toutes les versions concordent et confirment donc le déchiffrement de l’assyrien208. C’est Joachim Menant209, collaborateur de J. Oppert, qui met au point un Syllabaire, instrument de travail très utile à la première génération d’assyriologues.

  • 210 J. Mohl, Vingt-sept Ans d’histoire des études orientales 1840-1867, op. cit., p. 507.

161En Mésopotamie, la France et l’Angleterre se partagent les découvertes, mais ont pratiqué une « politique archéologique » bien différente. J. Mohl déplore en effet les atermoiements, la parcimonie du gouvernement français pour les fouilles et, au contraire, sa prodigalité pour une publication luxueuse inaccessible au grand public, alors que « les Anglais ont fouillé hardiment et avec persévérance et ont publié dans une forme qui permettait aux libraires d’entreprendre et au public d’acheter210 ».

162Les deux pays, France et Angleterre, diffèrent encore par le sort qu’ils réservent à leurs pionniers de l’archéologie mésopotamienne : alors que l’Angleterre anoblit Rawlinson et Layard, la France fait subir la disgrâce à Botta, l’exil à Place, et abandonne Fresnel à la misère.

  • 211 A. de Longpérier, Notice des antiquités assyriennes, Paris, 1854.

163En 1870, les tells de Mossoul semblent épuisés et la Babylonie s’est révélée aussi décevante que le Sud mésopotamien. Cependant, comme A. de Longpérier le souligne dans sa Notice211, la civilisation assyrienne, telle qu’elle avait surgi des palais de Sargon et d’Assurbanipal, ne pouvait avoir atteint un tel degré qu’à l’issue de longues périodes de gestation et d’élaboration laborieuse dont on n’avait encore relevé aucune trace. Il faudra attendre 1877 et le début de l’exploration de Tello-Lagash, par Ernest de Sarzec, consul français à Bassora, pour remonter plus haut dans le cours du temps et commencer à répondre à la question des origines.

  • 212 Édouard Robinson, voyageur américain, élève de Gesenius, procède en Palestine à des enquêtes topogr (...)
  • 213 Félix de Saulcy. Catalogue de l’exposition, Félix de Saulcy (1807-1880) et la Terre sainte. Archive (...)
  • 214 F. de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte et dans les terres bibliques, 3 vol., Paris, 1853.
  • 215 F. de Saulcy, Recherches sur la numismatique judaïque, Paris, 1854.
  • 216 Id., Numismatique de la Terre sainte, Paris, 1874.
  • 217 Le docteur Charles Gaillardot avait collaboré avec Ernest Renan lors de sa mission en Phénicie.
  • 218 Victor Guérin (1821-1890), membre de l’École d’Athènes, promotion de 1852.
  • 219 Auguste Salzmann (1824-1872), peintre qui accomplit des voyages en Italie, en Algérie, en Égypte, a (...)

164Alors que les fouilles françaises et anglaises permettent de faire resurgir du sol des lieux dont la Bible a gardé le souvenir, les recherches se portent en Palestine et dans tout le Proche-Orient. Les premiers travaux sont à caractère topographique, ainsi ceux d’H. Kiefert, qui établit, en 1841 et 1859, les cartes illustrant la relation des voyages d’E. Robinson212. Le premier à procéder à une fouille est F. de Saulcy213, qui se rend en Syrie en 1850, visite la Galilée et fait le tour de la mer Morte214. À Jérusalem, il pense avoir identifié le « Tombeau des rois » de Juda, dont il lève le plan, et provoque une violente polémique. De retour à Paris, il se consacre à ses recherches sur la numismatique judaïque215, dont il est un des pionniers et à laquelle il reviendra à la fin de sa vie216. Il accomplit une seconde mission en Terre sainte en 1863 : il est accompagné du cartographe C. Gélis, des archéologues C. Gaillardot217 et V. Guérin218, de l’architecte C. Haussard et du photographe A. Salzmann219. L’expédition se rend en Ammonitide, et F. de Saulcy identifie les ruines d’Araq-el-Amir (Irak-el-Amir) avec le monument des Tobiades. Mais c’est le Tombeau des rois à Jérusalem qui le retient surtout : il procède à des fouilles et découvre un sarcophage avec inscription, qu’il attribue à la sœur du roi David, mais qui est en réalité celui d’Hélène d’Adiabène, convertie au christianisme au 1er siècle de notre ère. Il rapporte pour le Louvre de nombreux monuments, qui forment la première galerie judaïque du musée.

82. Félix de Saulcy (1807-1880).

83. Marquis Melchior de Vogüé (1829-1916). Album photographique réalisé par E. Pirou et conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

84. Charles Clermont-Ganneau (1846-1923), au cours de l’une de ses conférences à l’École pratique des hautes études (Sorbonne). Album photographique conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

  • 220 M. de Vogüe, Inscriptions sémitiques de la Syrie centrale, Paris, 1868.
  • 221 Duc H. d’Albert de Luynes, Exploration de la mer Morte et de la vallée de l’Araba par la mission de (...)
  • 222 L. Lartet, Exploration géologique de la mer Morte, de la Palestine et de l’Idumée, Paris, 1878.

165Sous le Second Empire, l’archéologie du Proche-Orient, inaugurée par F. de Saulcy, prend son essor et les expéditions se multiplient : le marquis Melchior de Vogüé (1829-1916) accomplit, en 1853-1854, puis 1862 et 1869, plusieurs missions en Terre sainte et en Syrie, au cours desquelles il relève de nombreuses inscriptions220, étudie la topographie de Jérusalem et les églises de Palestine et de Syrie. Le duc de Luynes s’adjoint Louis Lartet, géologue fils du préhistorien, pour une expédition scientifique sur les rivages de la mer Morte221 : en Palestine, ils cherchent les témoignages des cultures préhistoriques orientales222.

166L’archéologie palestinienne, dont F. de Saulcy a favorisé les débuts, sera solidement fondée lorsque Charles Clermont-Ganneau (1845-1923), jeune diplomate élève d’E. Renan, sera nommé, en 1867, drogman-chancelier à Jérusalem. En ces années de gestation de l’archéologie en Palestine, les Anglais concourent aussi à son éclosion : en 1864, C. Warren et six officiers britanniques établissent une carte de Jérusalem et de ses environs, et suscitent un tel intérêt, qu’en 1865 est fondée la Palestinian Exploration Fund, qui commande une mission de reconnaissance de la Palestine occidentale pour aboutir à une carte détaillée de la région. L’année même de l’installation de Clermont-Ganneau à Jérusalem, C. Warren y procède à des fouilles. Dès le début de l’exploration archéologique, les Anglais et les Français se partagent les recherches en Palestine, fondant une tradition perpétuée pendant tout le xixe siècle et renforcée par l’établissement, en 1920, du mandat anglais sur la Palestine, et français sur la Syrie.

167S’il fallait donner une date fondatrice de l’archéologie proche-orientale, ce serait indiscutablement 1861, véritable annus mirabilis pour les recherches françaises : trois grandes missions officiellement commandées et financées se partageront, avec la collection Campana, la gloire du musée Napoléon III : celles de L. Heuzey et G. Perrot concernent le monde grec et la troisième, celle d’E. Renan, inaugure les fouilles archéologiques en Phénicie.

  • 223 Institut de France, 1857.

168Napoléon III trouve en 1860 l’occasion de renouveler l’exemple de Bonaparte en Égypte : en Syrie, les Druses massacrent les chrétiens et, avec l’accord de l’Angleterre, la France intervient. Une mission archéologique se joint au corps expéditionnaire, qui prêtera son concours aux fouilles. L’attention du souverain s’était portée sur la Phénicie et sur Renan grâce à son Mémoire sur l’origine et le caractère véritable de l’histoire phénicienne [qui porte le nom de Sanchoniation, traduite par Philon de Byblos]223. Renan y faisait pour ses confrères académiciens un tableau magistral de l’hellénisation de l’Asie occidentale, et soulignait tout l’intérêt qu’il y aurait à fouiller le sol de la vieille Phénicie, et en particulier celui de Byblos. La découverte fortuite à Sidon, en 1855, de la première inscription trouvée en Phénicie même, celle qui orne le sarcophage d’Eshmounazar, roi de cette cité au ve siècle av. J.-C., avait suscité dans le monde savant l’espoir que de nombreuses autres inscriptions suivraient.

  • 224 L’Avenir de la science. Pensées de 1848, Paris, 1890, dans Œuvres complètes d’E. Renan, éd. H. Psic (...)
  • 225 Ibid., p. 832.
  • 226 Ibid., p. 832.
  • 227 Ibid., p. 939.

169Formé à l’exégèse et à la critique allemandes, Renan est convaincu que « l’étude des langues est l’instrument premier et indispensable de la méthode historique224 ». C’est donc un philologue qui s’embarque pour la Syrie, le 18 octobre 1860, mais qui a conscience de devoir être « à la fois linguiste, historien, archéologue [souligné par nous], artiste, philosophe225 ». Renan, qui poursuit l’« histoire de l’esprit humain »226 , définit la «science de l’homme » comme «l’expérimentation universelle de la vie humaine, et par conséquent l’étude de tous les produits de son activité [souligné par nous] »227. C’est donc tout naturellement qu’il se fait archéologue en Phénicie, où il part à la recherche de tous les « monuments », au sens de « témoins de l’activité humaine », dans cette région.

  • 228 La Vie de Jésus, Paris, 1863.

170Il trouvera ses collaborateurs sur place : le Dr Gaillardot qui réside depuis vingt-cinq ans en Syrie, Lokroy, dessinateur de L’Illustration et futur ministre de la Guerre, et l’architecte Thobois. Le temps de la mission est limité au séjour des troupes françaises, fixé à neuf mois, ce qui explique que Renan ouvre simultanément quatre chantiers sur des sites très distants l’un de l’autre : à Amrit-Marathus, Gebel-Byblos, Saïda-Sidon et Sour-Tyr. Alors que le Dr Gaillardot et l’architecte Thobois dirigent les travaux à Saïda et Oum el-Awamid, Renan se rend en Palestine pour visiter les lieux où vécut Jésus, dont il a entrepris de rédiger la vie228. Il prépare aussi une campagne de fouilles à Chypre, quand la même fièvre paludéenne, qui emportera sa sœur, le terrasse, et l’oblige à renoncer à ce projet. Ce sont le marquis de Vogüé et W. Waddington qui exploreront Chypre, en 1862. Même s’il est déçu dans son espoir de trouver de nombreuses inscriptions et des vestiges de la Phénicie antérieurs au premier millénaire, Renan fonde l’archéologie phénicienne et sa Mission de Phénicie, publiée entre 1864 et 1874, constituera pendant cinquante ans le traité fondamental et unique dans ce domaine. Ses recherches, aussi limitées fussent-elles, ouvrirent cependant le champ de l’exploration profonde, par exemple sur le site de Byblos, où les travaux, repris par Pierre Montet puis Maurice Dunand, se sont poursuivis jusqu’à nos jours. À Amrit, l’ancienne Marathus, où s’élèvent encore d’impressionnants monuments décrits par F. de Saulcy et le marquis de Vogüé, Renan mène deux mois de fouilles assidues, avec relevés, dessins et photographies : il y décèle l’influence égyptienne sur la Phénicie, très nette dans le domaine religieux. À Byblos, des tombeaux, quelques inscriptions grecques et fragments égyptiens lui ouvrent sur les cultes de la cité de nouveaux horizons. Saïda-Sidon et sa nécropole avaient livré le sarcophage d’Eshmounazar, et suscité le plus grand intérêt parmi les orientalistes. Sur des terrains acquis par la France, Péretié, premier drogman du consulat de France à Beyrouth, avait mené des fouilles de 1855 à 1860. Le Dr Gaillardot et Renan fouillent le roc percé de caveaux et découvrent six sarcophages anthropoïdes, aujourd’hui conservés au Louvre, qui trahissent une nette influence égyptienne. La nécropole elle-même est dégagée, le site en est acheté par la France, mais sera en grande partie détruit en 1867.

171À son retour de Phénicie, E. Renan est élu à la chaire de « langues hébraïque, chaldaïque et syriaque » du Collège de France, et le 22 février 1862 prononce sa leçon d’ouverture, sur « la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation », qui provoquera l’immédiate suppression de son cours.

  • 229 A. France, La Vie et l’Œuvre d’Ernest Renan, Paris, 1903.

172En 1867, Renan met sa « science de linguiste et d’archéologue229 » au service d’une autre grande entreprise, strictement philologique celle-ci : il prend l’initiative de créer le Corpus Inscriptionum Semiticarum. Alors qu’au début du xixe siècle, seule la Bible apportait des éléments à la connaissance de l’Antiquité sémitique, tout au long du siècle l’archéologie restitue des villes entières, et les inscriptions se multiplient à une rapidité prodigieuse. La nécessité de présenter ces documents épigraphiques s’imposait à Renan et à ses confrères, F. de Saulcy, A. de Longpérier et W. Waddington, qui s’associent au projet soumis à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Les conditions d’une telle entreprise sont favorables, puisque la France domine l’Afrique du Nord, et que les relations scientifiques avec l’Égypte, la Syrie et la Grèce sont intenses. De plus, les musées recèlent de nombreuses inscriptions, et il existe en France une tradition de déchiffrement de textes sémitiques, depuis les travaux de l’abbé J.-J. Barthélemy.

  • 230 Discours à l’Académie du 29 décembre 1891, dans Œuvres complètes, op. cit., t. II.

173L’Académie accepte le projet et crée une commission, à la tête de laquelle E. Renan travaillera vingt-cinq années durant. Quatorze ans de travail préparatoire seront nécessaires tant les découvertes de première importance se multiplient à partir de 1867. Le premier fascicule, consacré aux inscriptions phéniciennes, paraît en 1881. Renan, qui organise le travail et y participe par ses publications, crée une véritable école d’épigraphistes, qui assurent la pérennité de l’œuvre. Renan, pour qui « l’histoire est le fruit de l’étude immédiate des monuments » et ne peut par conséquent s’écrire « sans les recherches du philologue et de l’archéologue230 », a donc payé son tribut à l’érudition laborieuse, par sa contribution au Corpus Inscriptionum Semiticarum.

  • 231 Histoire du peuple d’Israël, 5 tomes, Paris, 1887 ; Histoire des origines du christianisme, Paris, (...)

174Historien du peuple d’Israël, et des origines du christianisme231, Renan fait œuvre de philologue et d’archéologue, suivant en cela l’exemple de Champollion en Égypte. Il est persuadé que seule l’exploration profonde des sites permettra de mieux connaître la civilisation phénicienne, et lance cet appel : « Fouillez la vieille Phénicie, on ne sait pas ce que cache cette terre. »

175L’un de ses élèves, Charles Clermont-Ganneau, poursuit son œuvre, et devient l’initiateur de l’archéologie moderne au Proche-Orient, accomplissant l’exploration de la Syrie et de la Palestine, sous le patronage de son maître.

176Formé à l’étude de l’arabe, du turc et du persan avec les plus grands maîtres de l’École des langues orientales, C. Clermont-Ganneau parfait son hébreu au Collège de France, et s’initie à la critique biblique et à l’épigraphie sémitique, en suivant les leçons d’E. Renan. Celui-ci envisage la collaboration de son élève au Corpus Inscriptionum Semiticarum, mais Clermont-Ganneau entre dans la carrière diplomatique, et gagne Jérusalem en 1867, déterminé à mettre à profit la chance d’être nommé en Palestine pour se consacrer à l’archéologie. Il appartient à la lignée des diplomates-archéologues français, les Botta, Place, Sarzec, qui tirent parti de leur séjour prolongé en Orient pour faire avancer la connaissance des anciennes civilisations.

  • 232 A. Dupont-Sommer, « Un dépisteur de fraudes archéologiques : C. Clermont-Ganneau (1846-1923) », Ins (...)
  • 233 « La Stèle de Mesha », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1870, et da (...)

177Tous ses moments de loisir, Clermont-Ganneau les consacre à des explorations aux environs de Jérusalem. En 1869, son réseau d’informateurs et sa méthode d’enquêtes très systématiques portent leurs fruits : il devient « le héros d’une des plus magnifiques découvertes qui aient été faites au Proche-Orient232 ». Il acquiert et déchiffre la stèle de Mesha, le plus ancien témoignage d’écriture alphabétique à l’époque de sa découverte. Il établit que le texte rapporte une proclamation de Mesha, roi de Moab, révolté contre Israël au ixe siècle avant notre ère. L’inscription confirmait le Deuxième Livre des Rois, et constituait, comme le soulignait Clermont-Ganneau lui-même, « à la fois la contrepartie et l’équivalent d’une page originale de la Bible233 ». Cette grande page d’une langue très peu attestée ouvrait un champ nouveau aux études sémitiques.

178Quand éclate la guerre avec la Prusse en 1870, Clermont-Ganneau est sur le point d’obtenir, grâce à Ernest Renan et Hortense Cornu, une mission officielle qui le libérerait de ses obligations professionnelles : il serait question de reprendre les fouilles que Renan avait entamées à Oum el-Awamid. La guerre fait abandonner ce projet, et le diplomate devra attendre 1881 pour se livrer tout entier à la recherche archéologique en Syrie-Palestine.

179La carrière de Clermont-Ganneau culmine en 1890, avec la création pour lui et à la demande de Renan, de la chaire d’épigraphie et antiquités sémitiques au Collège de France, qui consacre l’avènement de ce nouveau domaine de la science, et en garantit la continuité et les progrès. Les travaux de Renan au Proche-Orient, poursuivis par Clermont-Ganneau, permettent de soupçonner les rapports de la Phénicie avec l’Égypte, où les fouilles, tant espérées par Champollion, ont commencé depuis 1850.

L’Égypte

180On sait quelle éclipse connaît l’égyptologie après la mort de Champollion en 1832 : la chaire du Collège de France est occupée par J.-A. Letronne, puis C. Lenormant, qui ne peuvent assurer la pérennité de l’enseignement inauguré par le « déchiffreur » le Musée égyptien du Louvre, privé de conservateur, est rattaché au département des Antiques.

  • 234 E. de Rougé, Mémoire sur l’inscription du tombeau d’Ahmès, Paris, 1849.
  • 235 Notice des monuments exposés dans la galerie d’antiquités égyptiennes au musée du Louvre, Paris, 18 (...)
  • 236 E. de Rougé, Poème de Pentaour, Paris, 1856.

181La renaissance de l’égyptologie a lieu, lorsqu’Emmanuel de Rougé (1811-1872) publie son Mémoire sur Ahmès234 et, en 1849, est nommé conservateur sans solde du Musée égyptien, dont il publie la même année la notice235. Successeur de Champollion dans sa chaire du Collège de France à partir de 1860, il poursuit ses recherches en matière de philologie, énonçant les règles de lecture et de traduction des textes hiéroglyphiques et révélant le premier la grande richesse de la littérature égyptienne contenue dans les livres hiératiques236.

  • 237 Auguste Mariette (1821-1881). Cf. È. et J. Gran-Aymerich, « Auguste Mariette », Archéologia, n° 219 (...)

182En outre, E. de Rougé est de ceux, avec A. de Longpérier et C. Lenormant, qui savent reconnaître en Auguste Mariette237 un authentique savant. Après avoir quitté Boulogne-sur-Mer pour Paris en 1848, ce dernier, tout jeune homme, est affecté, dans un emploi subalterne, au département égyptien du Louvre, grâce à l’appui de C. Lenormant. Cependant, la nomination d’E. de Rougé, de dix ans seulement son aîné, lui enlève tout espoir d’être promu à la charge de conservateur.

183En 1850, Mariette fait une demande de mission pour l’Égypte, qu’il obtient avec un crédit de six mille francs pour rechercher les manuscrits coptes. Tel est le but officiel, mais Mariette, dans son projet, envisage des fouilles à Abydos et les membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui lui apportent leur soutien, espèrent tous que ses travaux en Égypte répondront au vœu exprimé par Champollion de voir commencer l’ère des fouilles scientifiques.

85. Auguste Mariette (1821-1881), d’après A. Rhoné, L’Égypte à petites journées, 1877, p. 33. Bibliothèque de l’Institut de France.

86. Karnak (Égypte). E. de Rougé, Album photographique de la mission remplie par le vicomte Emmanuel de Rougé, 1863-1864, Paris, L. Samson photographe éditeur, pl. 60. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

87. Les fouilles de San (Tanis) dirigées par A. Mariette, que l’on voit ici au centre de la photographie. E. de Rougé, Album photographique…, 1863-1864, Paris, L. Samson photographe éditeur, pl. 87. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

184Arrivé à Alexandrie le 20 octobre 1850, il se met en quête de manuscrits coptes, mais remarque, dans les jardins du comte Zizinia, consul général de Belgique, un sphinx en calcaire porteur de graffites à Sérapis, Osiris et Apis. Au Caire, il en découvre d’autres, vendus par le même marchand et tous originaires de Saqqarah, petit village établi non loin de la nécropole de Memphis, où il se rend.

185Il entreprend tout d’abord de dresser un plan chronologique de la nécropole, la parcourt en tous sens et un jour découvre une pierre où il lit les noms d’Apis, Osiris, Sérapis et avise la tête d’un sphinx enfoui dans le sable. Le texte de Strabon lui revient alors en mémoire, et il a la conviction d’être sur l’emplacement du Serapeum, demeure funéraire d’Apis, que le géographe grec dépeint enseveli dans le sable. Le 1er novembre 1850, Mariette commence les fouilles, sans permis, avec trente ouvriers. Employant aux travaux les crédits alloués pour les manuscrits coptes, il dégage l’allée des sphinx qui conduit au sanctuaire et, pour contourner l’interdiction de fouiller qui lui a été signifiée, travaille de nuit, dissimule les trouvailles et, clandestinement, fait acheminer jusqu’au Louvre sept mille objets, dont le Scribe accroupi : cette découverte extraordinaire provoque l’hostilité des membres du réseau, qui, des consuls aux marchands, tirent profit des antiquités égyptiennes.

186Le consul anglais Harris, en particulier, s’emploie à perdre Mariette dans l’esprit du vice-roi, Abbas Pacha, par ailleurs peu favorable à la France. Mais le ministère de l’Intérieur français et les Musées nationaux lui accordent des crédits pour poursuivre les travaux et, le 1er janvier 1852, il est officiellement attaché à la conservation égyptienne du Louvre. Il se consacre au classement des objets du Serapeum, représentatifs de toutes les périodes de la IIIe dynastie à l’époque romaine. L’histoire de l’art et de la civilisation égyptiens se trouvait renouvelée par cette découverte, qui fournissait aux savants les matériaux qui leur faisaient défaut.

187Devenu conservateur-adjoint, Mariette n’aspire qu’à rejoindre l’Égypte et à y reprendre les travaux d’exploration. L’occasion s’en présente en 1857, lorsque le prince Napoléon envisage une visite sur les bords du Nil, dans un pays où désormais Saïd Pacha, successeur d’Abbas, est favorable à la France. Ferdinand de Lesseps, le concepteur du canal de Suez, intervient en faveur de Mariette auprès du vice-roi, et lui présente un plan d’action archéologique, où l’on souligne la nécessité urgente d’organiser la protection du patrimoine. Mariette a pu constater les terribles destructions provoquées, non seulement par le pillage des tombes, mais aussi par le progrès industriel : « La construction d’une usine, d’un pont, d’une maison était-elle décidée, qu’on courait aux ruines comme à une carrière. » Il s’agissait pour Mariette de veiller à une surveillance sévère des antiquités, de réprimer le brigandage et de créer un centre où regrouper les collections.

188En octobre 1857, Mariette rejoint Le Caire et, jusqu’à sa mort, en 1881, se consacre tout entier à la sauvegarde et à la mise au jour des grands sites qui jalonnent la vallée du Nil. Il fonde ainsi l’archéologie égyptienne et met aussi en place le premier service des antiquités jamais organisé. En effet, l’ordonnance du 5 juillet 1858 le nomme directeur des travaux d’antiquités en Égypte.

189Dès son installation définitive, Mariette ouvre des chantiers à Saqqarah, Gizeh, à Abydos, Thèbes et Eléphantine. Il réclame d’autre part, pour y fonder un musée, les bâtiments de la Compagnie des bâteaux à vapeur qui se dressent, aux trois quarts ruinés, à Boulaq, en bordure du Nil. Il est secondé par l’égyptologue allemand Heinrich Brugsch (1827-1894), et Théodule Devéria (1831-1871), attaché à la conservation du Louvre, lui offre son aide bénévole. L’action de Mariette se déploie dans deux directions complémentaires : multiplier les opérations de fouille pour accroître la connaissance des sites, et conserver les monuments recueillis dans le premier musée national ouvert au Proche-Orient.

190Le bilan qu’il dresse de son travail devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres, en 1859, est extraordinaire : à Abydos, trois temples ont été entièrement dégagés, Edfou a livré le temple égyptien le plus complet et le mieux conservé. À Karnak, le sanctuaire de Thoutmès-le-Grand est complètement sorti des sables. La nécropole thébaine révèle le sarcophage doré de la reine Aah-hotep.

191Pour alimenter son musée, Mariette explore Tanis et Saïs ; à Gizeh, il reprend les fouilles au temple du Sphinx et au fond d’un puits découvre six statues de Chéphren, dont une, aujourd’hui exposée au musée du Caire, peut être tenue pour le chef-d’œuvre de la sculpture memphite. À Abydos, il retrouve une liste nouvelle des pharaons qui ont précédé Ramsès II, remontant jusqu’aux premières dynasties ; sonde l’immense nécropole et en détermine les époques. Le déblaiement des temples de Dendérah et d’Edfou fait considérablement progresser la connaissance de l’architecture religieuse, des croyances, des écritures et des langues des basses époques égyptiennes.

192Cependant, accaparé par tant de travaux sur le terrain, Mariette ne peut publier, et le monde savant réclame les informations avec de plus en plus de vigueur. De plus, l’Exposition universelle de Paris, où Saïd Pacha veut voir l’archéologie égyptienne représentée, requiert toute l’activité de Mariette, nommé commissaire-général.

  • 238 G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, op. cit., éd. 1975, p. 111.
  • 239 A. Mariette, Catalogue de l’Exposition universelle. Description du parc égyptien, Paris, 1867.

193L’année 1867, que Glyn Daniel a consacrée « l’année de naissance de la préhistoire238 », est aussi celle de l’apothéose de l’égyptologie en la personne et l’œuvre de Mariette. Le temple égyptien qu’il reconstruit sur le Champ-de-Mars est le clou de l’Exposition. C’est pour lui « une tentative savante, faite avec l’intention de montrer ce qu’était un temple égyptien au temps de sa plus parfaite conservation239 ».

  • 240 Il tente de publier les monuments recueillis au cours de la fouille du Serapeum, mais son immense t (...)

194Même si Mariette ne parvient pas à publier toutes ses découvertes240, l’œuvre est considérable : non seulement il fonde l’archéologie en Égypte, mais il lui fait faire un bond prodigieux, dégageant tous les grands sites et fournissant aux savants, historiens de l’art et des religions, épigraphistes et philologues, des matériaux innombrables et exceptionnels. Dans le même temps, il organise la protection du patrimoine archéologique par le Service des antiquités, et impose l’idée d’un musée national égyptien, amorçant ainsi une importante révolution des mentalités européennes. À sa mort en 1881, Gaston Maspero assure le relais et apporte à l’œuvre de Mariette son couronnement par la création de l’Institut français d’archéologie orientale au Caire.

***

195À la veille de la guerre de 1870, l’archéologie de terrain s’est déployée, non seulement en explorations, missions topographiques et épigraphiques, mais aussi en chantiers de fouilles « l’exploration profonde » du Proche-Orient a commencé et Victor Place, en succédant à Paul-Émile Botta, introduit une perspective et des méthodes plus spécifiquement scientifiques et prépare l’ère des grands chantiers mésopotamiens qui s’ouvre à la fin du siècle. En effet, après le relatif échec de l’expédition scientifique menée par Fulgence Fresnel et l’interruption des travaux archéologiques européens liée à la guerre de Crimée, l’activité « militante » de la France, mais aussi de la Grande-Bretagne, marque une pause et c’est seulement en 1877 que les fouilles reprendront et, une fois encore, à l’initiative d’un consul français, Ernest de Sarzec, qui entreprendra de sonder Tello-Lagash.

196Parallèlement à l’archéologie de terrain, la recherche philologique, alimentée par les découvertes, se poursuit et l’on s’achemine vers le déchiffrement complet des écritures cunéiformes. C’est Jules Oppert qui y apporte la contribution la plus importante et peut, à partir de 1874, et depuis la chaire d’épigraphie et archéologie assyriennes créée pour lui au Collège de France, assurer la pérennité de l’assyriologie.

197L’égyptologie française a retrouvé en 1870 l’éclat dont elle brillait dans le premier tiers du siècle : Mariette réalise les vœux exprimés par le « Déchiffreur » de voir se développer en Égypte des fouilles « scientifiques » – entendons « propres à faire progresser la science », sinon « menées selon des méthodes scientifiques » –, et s’organiser un service de protection du patrimoine archéologique.

198Les acquis philologiques de Champollion sont enfin repris et poussés à leurs conclusions grâce à Emmanuel de Rougé, François Chabas (1817-1882), ou encore Gaston Maspero, qui recueillera l’héritage de Mariette, et sera en quelque sorte l’égyptologue idéal, tout à la fois archéologue de terrain, philologue et promoteur d’une science qu’il transmet par son enseignement et son action à la tête du Service des antiquités et de l’Institut d’archéologie orientale, qu’il met en place au Caire.

199L’égyptologie offre des occasions de collaboration internationale entre savants français, anglais et allemands : ainsi Mariette et Heinrich Brugsch se partagent-ils la direction des chantiers de la vallée du Nil, et François Chabas bénéficie-t-il du soutien de Samuel Birch et de Richard Lepsius, travaillant aussi avec Charles Wycliffe Goodwin (1817-1878).

200La Palestine et la Phénicie voient à la même époque la naissance d’une archéologie spécifique, dont la mission de Phénicie d’E. Renan assure le développement futur.

201En Grèce, l’École française d’Athènes permet des missions hautement scientifiques, et l’ouverture des premiers chantiers sur l’Acropole et à Delphes. D’ailleurs, si l’on compare les modalités de développement de l’archéologie dans la Grèce indépendante et les régions soumises à la domination ottomane, ainsi l’Asie Mineure où C. T. Newton peut fouiller Halicarnasse, Cnide, Didymes et enrichir le British Museum, on ne peut s’empêcher de penser que la législation grecque de 1827 sur le patrimoine archéologique est à l’origine des grands progrès de l’archéologie : en effet, l’exportation d’antiquités étant interdite, les archéologues français et allemands ont plutôt choisi les missions d’exploration et d’inventaire, et sont conduits à envisager de grands chantiers permanents menés en accord avec les autorités grecques, et dans une perspective strictement scientifique.

  • 241 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, op. cit., p. 281.

202Dès avant 1870, en Grèce comme en Mésopotamie, les nations européennes sont en concurrence, et, si Victor Duruy, lors d’une visite à Athènes, peut rêver pendant l’hiver 1869-1870 d’une action internationale pour déblayer l’Acropole241, cette grande illusion s’effondre définitivement avec la guerre franco-prussienne.

203L’École française d’Athènes a incontestablement accéléré le phénomène de concurrence entre savants des nations européennes, en fournissant un modèle d’institution nationale, capable de permettre l’exploration archéologique du pays où elle est établie. Sans avoir été créée sur les mêmes principes que l’Institut de correspondance archéologique de Rome, elle apparaît progressivement comme son équivalent à Athènes, et n’est sans doute pas étrangère à l’évolution que l’on observe à Rome à partir de 1860 : l’Institut devient une « Oberuniversität » pour l’archéologie allemande, et l’École française d’Athènes s’affirme, malgré son directeur, comme le lieu de formation des archéologues classiques français.

204Ce rôle de modèle joue aussi dans la conception de l’archéologie en dehors de Grèce : c’est sans aucun doute l’École d’Athènes qui inspire les projets de missions permanentes, conçus par F. Fresnel pour Bagdad, Mgr Lavigerie pour Carthage, le marquis de Vogüé pour la Palestine, ou encore A. Joubin pour Constantinople et P. Paris pour Madrid. Des projets semblables aboutiront pour l’Égypte à la création de l’Institut français d’archéologie orientale en 1881, et pour la Palestine à l’École française d’archéologie de Jérusalem en 1920. Quant à l’Italie, après la rupture de 1870 et la transformation de l’Institut international en Institut allemand d’archéologie, elle verra naître une École française, jumelle de celle d’Athènes, qui recevra alors une dernière réforme.

205Le Second Empire voit la reconnaissance de la préhistoire et met en place de nouvelles institutions archéologiques, qui permettent l’essor de recherches extrêmement novatrices. À partir de 1860, en Europe septentrionale, mais aussi en Italie, en Grèce, en Palestine et en Égypte, les découvertes se multiplient, qui permettent d’énoncer autrement la question des origines des grandes civilisations classiques et orientales : les indices de leur préhistoire sont de plus en plus nombreux et l’on commence à soupçonner les relations qui ont dû exister entre populations voisines, Celtes et Étrusques par exemple, mais aussi entre Orient et Occident.

  • 242 A. de Longpérier, « Sur les antiquités de ľîle de Santorin », Comptes rendus de l’Académie des insc (...)

206Ainsi, « les antiquités de l’île de Santorin » inspirent-elles à A. de Longpérier la remarque que l’on reconnaît les mêmes vases peints dans une chambre sépulcrale du temps de Thoutmès (Thoutmôsis) III242 : avant même les découvertes de Schliemann, il annonce le synchronisme entre la civilisation grecque « préhistorique » et l’Égypte historique ; synchronisme que Flinders Petrie établira avec certitude en 1891, et qu’il développera par la méthode qu’il baptisera « cross dating ».

  • 243 C.-E. Beulé, L’Histoire de l’art grec avant Périclès, Paris, 1868, chap. I.

207La découverte et la reconnaissance de la préhistoire en Grèce, en Palestine et en Égypte est sur le point de bouleverser complètement les perspectives, en mettant en évidence l’interdépendance d’univers que l’on considérait jusque-là comme des entités autonomes. La Grèce, où l’on voyait encore au début du xixe siècle « le principe de toutes choses et l’aurore même de l’humanité », occupe désormais un rang plus relatif, alors que « l’archéologie a étendu ses découvertes au milieu de contrées qui semblaient ensevelies pour jamais dans l’oubli243 ».

208L’année 1870 marque une rupture politique qui, pour l’archéologie, se traduit par la mise à distance de l’Allemagne, perçue comme une concurrente contre laquelle il faut affirmer sa supériorité malgré la défaite. Mais, du point de vue de la science de l’Antiquité, les profondes transformations, qui interviennent après la révélation de Troie, de Mycènes et de Tirynthe, sont préparées par les formidables progrès accomplis par l’archéologie dans tout le bassin méditerranéen à partir de 1848. De même, si à la IIIe République revient le mérite d’avoir profondément réformé l’Université française, et d’avoir permis le développement de l’archéologie en son sein, le Second Empire avait créé des institutions favorables à l’essor de l’archéologie métropolitaine et, par la fondation de l’École pratique des hautes études, avait abordé les problèmes fondamentaux de l’enseignement des sciences auxiliaires de l’histoire, et leur avait apporté un début de solution.

209La guerre contre la Prusse anéantit l’effort de réforme du système universitaire, et entraîne la suspension des missions archéologiques et des projets de chantiers envisagés en Grèce et au Proche-Orient. Cependant, la défaite, ressentie par les historiens, les philologues et les archéologues comme une terrible humiliation de la science française devant la science allemande, provoque un formidable sursaut et la relance des initiatives, en premier lieu la profonde refonte du système universitaire, rendu responsable du désastre.

Notes

1 E. Renan, L’Avenir de la science, pensées de 1848, Paris, 1890 ; suivant les conseils de l’historien A. Thierry, Renan ne publie pas immédiatement son manifeste.

2 Ibid., p. 826.

3 Ibid., p. 926.

4 Ibid., p. 928.

5 Louis-Napoléon Bonaparte, Histoire de Jules César, Paris, 1865-1866, vol. I-II (sur trois volumes prévus).

6 J. Le Gall, « La préparation de l’Histoire Jules César de l’empereur Napoléon III », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1982, p. 129-132.

7 Cf. le numéro spécial « Cent cinquantenaire » du Bulletin de correspondance hellénique, 120, 1996.

8 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901, p. 102.

9 Archives des missions scientifiques et littéraires, Paris, 1850, p. 185.

10 B. de Montfaucon, Paleographia graeca..., Paris, 1708.

11 August Boeckh (1785-1867). Professeur de philologie classique aux universités de Heidelberg et de Berlin. Énonce le premier les principes de la philologie historique. Publie le Corpus Inscriptionum Graecarum Auctoritate et Impensis Academiae Regiae Borusiae, 1824 ; l’œuvre Corpus Inscriptionum Graecarum est poursuivie par son élève, J. Frantz.

12 J. Frantz, Elementa Epigraphica Graeca, Berlin, 1840.

13 Karl Otfried Müller (1797-1840), philologue et archéologue allemand, Handbuch der Archäologie der Kunst, Breslau, 1830. Cf. W. Unte, H. Rohlfing, Quellen für eine Biographie Karl Otfried Müllers (1797-1840), Hildesheim, Zürich, New York, Georg Olms Verlag, 1997.

14 Émile Burnouf (1821-1907). Cousin du linguiste Eugène Burnouf. Membre de l’École française d’Athènes, puis directeur de 1867 à 1875. Le Vieux Pnyx à Athènes ; Les Propylées ; études de mythologie comparée, 1872 ; La Science des religions, 1872. Cf. Archives des missions scientifiques et littéraires, t. I, p. 1 et 8.

15 Alexandre Bertrand (1820-1902), promotion de 1849. D’Athènes à Argos. Études de mythologie et d’archéologie grecque, Rennes, 1858.

16 G. Radet, op. cit., p. 115.

17 Cf. M. C. Helmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 191-222.

18 C.-E. Beulé, Fouilles et Découvertes, t. I, p. 7.

19 G. Boissier, « Progrès de l’archéologie grecque et romaine », Revue des Deux Mondes, 1864, p. 117-154.

20 Paul Foucart (1836-1926), épigraphiste français, directeur de l’École française d’Athènes de 1878 à 1890.

21 L. Heuzey, Le Mont Olympe et l’Acarnanie, Paris, 1860.

22 G. Perrot, Mémoire surl’île de Thasos, Paris, 1864.

23 G. Radet, op. cit., p. 134.

24 X. Charmes, Bureau des missions scientifiques. Le Comité des travaux historiques et scientifiques, 3 vol., Paris, 1886, t. III, p. 335.

25 Ibid., t. I, p. CLX.

26 Ibid., p. CLXX.

27 J.-P. Chaline, Sociabilité et Érudition. Les sociétés savantes en France. xixe-xxe siècle, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995.

28 S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique, XIX, 1898.

29 È. et Gran-Aymerich, « Visions de la Gaule indépendante au xixe siècle. Mythe historique et réalité archéologique », dans Le Monde des images en Gaule et dans les provinces voisines, Paris, Errance, 1988, p. 109-119.

30 G. Perrot, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie d’une part, de la Mysie, de la Phrygie, de la Cappadoce et du Pont d’autre part, exécutée en 1861, Paris, 2 vol., 1872. Cf. È. et J. Gran-Aymerich, « Georges Perrot », Archéologia, n° 216, 1986, p. 73-79.

31 L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique en Macédoine, Paris, 1876.

32 Alfred Maury (1817-1892), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il est l’auteur de l’« Exposé des progrès de l’archéologie », dans Recueil des rapports sur les progrès des lettres et des sciences en France, Paris, 1867. Cf. ses Souvenirs d’un homme de lettres, manuscrit conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

33 « Aperçu général sur la numismatique gauloise », introduction au Dictionnaire archéologique. Époque celtique, publié par la Commission de topographie des Gaules, Paris, 1866.

34 R. Lantier, « Autour d’un centenaire (1844-1944) », Revue archéologique, 1945 ; C. Le Roy, « Cent-cinquante ans de littérature archéologique à travers la Revue archéologique et ses lecteurs », Les Cent Cinquante Ans de la Revue archéologique, Revue archéologique, 95, 1994, p. 229-243.

35 Otto Benndorf (1838-1907), archéologue allemand, élève de F. G. Welcker, O. Jahn et F. Ritschl.

36 Abbé Cochet (1812-1815). Cf. J. Hubert, « L’abbé Cochet et l’avènement d’une science de l’archéologie », dans Centenaire de l’abbé Cochet (1812-1875), Rouen, 1978, p. 13-18.

37 Charles Darwin (1809-1882), Origin of Species by Means of Natural Selection or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life, Londres, 1859.

38 C. Cohen et J.-J. Hublin, Boucher de Perthes. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, Belin, 1989.

39 Sir Joseph Prestwich (1812-1896), marchand de vin londonien, qui se fait une solide réputation de géologue en publiant, en 1851, sa Geological Inquiry Respecting the Waterbearing Strata of the County around London.

40 Sir John Evans (1823-1908), fabricant de papier anglais, archéologue, géologue et numismate, père d’Arthur Evans, le fouilleur de Cnossos. Connu pour ses recherches préhistoriques en Angleterre, il participe, avec J. Prestwich, à la visite de 1859 au chantier de Boucher de Perthes à Abbeville, et authentifie ses trouvailles ; en 1866, il prend part aux travaux de Hallstatt (avec Lubbock, Franks, Lartet et Morlot).

41 Tous membres de la Geological Society de Londres.

42 Sir Charles Lyell (1797-1875), chef de file de la géologie anglaise, auteur de The Principles of Geology, Londres, 1830-1833. Dans son livre The Antiquity of Man, publié en 1863, il défend les idées de Boucher de Perthes et celles de Darwin.

43 J. Prestwich, On the Occurrence of Flint Implements, 1859, cité par C. Cohen et J.-J. Hublin, op. cit., p. 186.

44 Le tome II paraîtra en 1857, et le tome III en 1864.

45 Les premières fouilles systématiques sont dues à J.-G. Ramsauer, de 1846 à 1864.

46 Ces découvertes sont le fait de F. Schwab, colonel et archéologue il fut secondé par F. Keller, professeur de Zurich, et par le professeur Desor de Neuchâtel. Cf. G. Nibby, The Testimony of the Spade, Londres, 1956.

47 A. de Barthélemy, « Étude sur les monnaies antiques recueillies au mont Beuvray de 1867 à 1872 », Mémoires de la Société éduenne, 1873, id., dans Revue archéologique, 22, p. 16-33.

48 Avec pour sous-titre : Bulletin des travaux et découvertes concernant l’anthropologie, les temps anté-historiques, l’époque quaternaire, les questions de l’espèce et de la génération spontanée.

49 Les sessions suivantes auront lieu à Neuchâtel en 1866, à Paris en 1867, à Norwich en 1868 et à Copenhague en 1869.

50 A. Bertrand, Mémoire sur les monuments mégalithiques, manuscrit couronné par l’Institut de France en 1862.

51 « Les musées et les collections archéologiques », Revue archéologique, 1861.

52 C. B. Stark, Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich 1969, p. 324 ; F. W. von Hase, « Ludwig Lindenschmidt et Napoléon III. Un chapitre précoce de la coopération archéologique franco-allemande », dans Aspects de l’archéologie française au xixe siècle, actes du colloque international tenu à La Diana de Montbrison, les 14 et 15 octobre 1995, sous presse.

53 Chaque année, l’empereur se rendait au camp de Châlons, y dirigeait des manœuvres et... des fouilles de sépultures de la période de La Tène.

54 G. de Mortillet, Promenades préhistoriques à l’Exposition universelle, Paris, 1867.

55 M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie et Le Capitaine Delamare, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, XIV et XV, op. cit.

56 Cf. P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, 2 vol., Aix-en-Provence, Édisud, 1989 ; M. Dondin-Payre, « Exercitus Africae, inspiratrice de l’armée française d’Afrique : Ense et Aratro », Antiquités africaines, 27, 1991, p. 141-149 ; id., « Réussite et déboires d’une œuvre archéologique unique : le colonel Carbuccia au nord de l’Aurès (1848-1850) », Antiquités africaines, 32, 1996, p. 145-174.

57 P. A. Février, op. cit., vol. 1, p. 36-37.

58 S. Gsell, introduction au t. IV, Archéologie et Histoire, de Histoire et Historiens de l’Algérie, publié par la Revue historique dans la collection du Centenaire, Paris, 1931.

59 P. A. Février, op. cit., vol. 1, p. 37.

60 Par son Recueil des inscriptions grecques et latines d’Égypte, publié entre 1842 et 1848.

61 J. Leclant, « Une tradition : l’épigraphie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres », séance publique de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 18 nov. 1988.

62 C. Jullian, Inscriptions romaines de Bordeaux, 2 vol., 1886-1890.

63 E. Desjardins, Monuments épigraphiques du Musée national hongrois, Paris, 1868.

64 P. A. Février, op. cit., vol. 1, p. 40-46.

65 C. T. Falbe (1791-1849), consul général danois en Tunisie. Recherches sur l’emplacement de Carthage, Paris, 1833. Cf. J. Lund, « The archaeological activities of Christian Tusen Falbe in Carthage in 1838 » ; Cahiers des études anciennes, XVIII (1986), p. 8-24 ; id., « Archaeology and imperialism in the 19th. century : C. T. Falbe, a Danish antiquarian in french service » dans Aspects de l’archéologie française au xixe siècle, actes du colloque international tenu à La Diana de Montbrison les 14 et 15 octobre 1995, sous presse.

66 N. Davis, Carthage and her Remains, Londres, 1861.

67 Cf. P. A. Février, op. cit., p. 48-49.

68 Victor-Louis Guérin (1821-1890), arrivé à Alger en 1851, où il est professeur de rhétorique au Lycée. Membre de l’École d’Athènes, à partir de 1852, il est ensuite nommé à Lyon en 1859.

69 C.-E. BEULÉ, Fouilles de Carthage, Paris, 1861.

70 Pour l’histoire des fouilles à Carthage, cf. en dernier, A. Beschaouch, La Légende de Carthage, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

71 P. Della Cella, Viaggio di Tripoli, Gênes, 1819.

72 Fied et H. M. Beechey, Proceedings of the Expedition to explore the North Coast from Tripolis, Londres, 1821-1822.

73 J.-R. Pacho, Relation d’un voyage dans la Marmarique, la Cyrénaïque, les oasis d’Andjéhah et de Maiadich, Paris, 1829.

74 H. Barth, Wanderung durch das afrikanische Gestadeland, Berlin, 1849.

75 Publiés dans la Revue archéologique, V, p. 230, et VI, p. 56 ; et par C.-E. Beulé, Fouilles et Découvertes, t. II, Paris, 1873, p. 90.

76 R. M. Smith et E. A. Porcher, History of the Recent Discoveries at Cyrene, Londres, 1864.

77 Recueil de rapports sur les progrès des lettres et des sciences en France, Paris, 1867.

78 Dans son exposé, A. Maury envisage successivement la numismatique grecque et latine, la sculpture et la céramographie.

79 G. Boissier, « Progrès de l’archéologie grecque et romaine », Revue des Deux Mondes, 1864, p. 117-154.

80 A. Maury, « Exposé des progrès de l’archéologie », dans Recueil de rapports sur les progrès des lettres et des sciences en France, op. cit.

81 S. Horvath-Peterson, Victor Duruy and the French Education Liberal Reform in the Second Empire, Baton Rouge et Londres, Louisiana State Univ. Press, 1984.

82 Adolphe Chéruel, historien, enquête de 1865, cité par L. Liard, L’Enseignement supérieur en France 1789-1889, 2 vol., Paris, 1888-1894,t. I, chap. II.

83 V. Duruy, Rapport à l’Empereur. Statistique de l’Enseignement supérieur, Paris, 1868.

84 V. Cousin, rapport : « De l’instruction publique dans quelques pays d’Allemagne », 1833.

85 Ainsi désignée depuis 1845.

86 G. Perrot, « L’École normale et son centenaire », dans Centenaire de l’École normale 1795-1895, Paris, 1895, p. XXV.

87 P. Hummel, Humanités normaliennes, Paris, Les Belles Lettres, 1995.

88 Michel Bréal (1852-1915), professeur de grammaire comparée au Collège de France, de 1866 à 1905. Il joue un rôle important dans la constitution de l’École française de Rome, dont il encourage le directeur, A. Geffroy, à l’engager dans la voie de l’étruscologie.

89 W. C. Waddington (1826-1894). Archéologue et homme politique français.

90 G. Boissier, Rapport au ministre de l’Instruction publique sur les études de littérature latine, Paris, 1867.

91 L. Liard, op. cit., vol. 2, p. 291.

92 A. Chéruel, Enquête de 1865.

93 F. W. Deichmann, Vom internationalen Privatverein zur Preussischen Staatsanstalt. Zur Geschichte des Instituto di Corrispondenza Archeologica, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1986 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979.

94 F. M. Avellino (1788-1850), professeur de grec à Naples puis, à partir de 1839, directeur du Museo Borbonico.

95 Domenico Cavallari seconde le duc de Serradifalco dans le dégagement des métopes de Sélinonte en 1870. Francesco-Severio Cavallari (1809-1896).

96 Francesco Inghirami (1772-1846). Cf. P. Defosse, « La figure du Cavaliere Inghirami à travers sa correspondance avec G. B. Vermiglioli », dans Hommages à M. Renard, Bruxelles, t. 3, p. 174-182.

97 T. Mommsen, Les Inscriptions du règne de Naples, 1852.

98 De Rossi est l’auteur du volume VI du CIL qui concerne les inscriptions de Rome.

99 Sur l’archéologie en Italie et ses rapports avec l’archéologie allemande, cf. L. Polverini éd., L’Antichità classica nell’Ottocento, Atti del convegno Acquasparta 1988, Acquasparta, 1993.

100 Carl Wescher (né en 1832), membre de l’École française d’Athènes, promotion de 1859.

101 A. Michaelis, Storia dell’Instituto Archeologico germanico 1829-1879, Rome, 1879 ; G. Rodenwaldt, Archaologisches Institut des Deutschen Reiches 1829-1929, Berlin, 1929.

102 L’un d’eux est Olivier Rayet (1847-1887), membre de l’École française.

103 M. Gigante éd., La Cultura classica a Napoli nell’Ottocento, Naples, 1987.

104 F. de Angelis, « Giuseppe Fiorelli : la vecchia antiquaria di fronte allo scavo », dans L’Archeologia italiana dall’Unità al Novecento, Ricerche di storia dell’arte, 50, 1993, p. 6-16.

105 Giornale degli Scavi di Pompei, 1861.

106 Gli scavi di Pompei, 1862-1872.

107 Pompeiaenarum antiquitatum historia, 3 vol., Naples, 1860-1864.

108 Rapporto sulle scoperte fatte in Italia del 1846 al 1866, Naples, 1867.

109 G. Perrot et L. Renier, « Les peintures du Palatin », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 1875, pp. 74-140.

110 A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome-Bari, Editori Laterza, 1988.

111 Bartolomeo Gastaldi (1818-1879). Il fouille l’habitat palafittique de Mercurago, près de Novare, et organise le premier musée de préhistoire à Turin.

112 Édouard Desor (1821-1881), professeur à Neuchâtel, élève de Ferdinand Keller, avec lequel il fouille, de 1857 à 1860, le site de La Tène découvert par le colonel Schwab.

113 C. Morigi Govi et G. Sassatelli (éd.), Dalla Stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della forma-zione del Museo Civico Archeologico di Bologna, Bologne, Grafis Edizioni, 1984, p. 277 sq.

114 A. Zannoni, Gli scavi della Certosa di Bologna, Bologne, 1876. Voir S. Tovoli, « Gli scavie le scoperte a Bologna tra il 1871 et il 1881 » : C. Morigi Govi et G. Sassatelli éd., Dalla Stanza delle Antichità…, op. cit., p. 307-326.

115 D. Vitali, « Il V Congresso di Antropologia e Archeologia Preistoriche a Bologna », ibid., p. 277-297.

116 Petite localité au nord de Bologne, où le comte Aria découvre, en 1862, dans le parc de son château, plusieurs temples et autels, puis une ville entière et ses nécropoles. G. Gozzadini, Di un’antica necropoli a Marzabotto nel Bolognese, Bologne, 1865.

117 Alessandro François (1796-1857), ingénieur de Livourne. F. Buranelli, « La società François-Noël des Vergers-Firmin-Didot Etruria dal 1850 al 1857 », dans R. Copioli éd., Adolphe Noël des Vergers (1804-1867), Rimini, Associazione Adolphe Noël des Vergers, 1996, p. 419-423.

118 A. Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine, Paris, Klincksieck, 1971 ; catalogue La Tomba François di Vulci, Città del Vaticano, Rome, 1987.

119 Paris, 1862-1864.

120 G. Colonna, « L’Aventure romantique » et F. Delpino « L’âge du positivisme », dans le catalogue de l’exposition, Les Étrusques et l’Europe, Paris, Réunion des musées nationaux, 1992.

121 Romana di peculato con abuso d’ufficio a danno del sagro Monte di Pietà di Roma, Cité du Vatican, Archivio segretto, 1859 ; Lettres référentes au procès Campana, Cité du Vatican, Archivio segretto 1858.63. fasc. 2.

122 L. Vitet, « La collection Campana », Revue des Deux Mondes, sept. 1862, p. 164.

123 M. Tosi, Il sacro Monte di Pietà di Roma e le sue Amministrazioni, Rome 1937 ; G. Q. Gigloli, « Il Museo Campana e le sue vicende », Studi Romani, III, 1955, p. 292 sq., p. 413 sq. ; H. Sorensen, « Le roman de la collection Campana », L’Estampille, 55, 1977, p. 12 sq. ; È. et J. Gran-Aymerich, « La collection Campana dans les musées de province et la politique archéologique française », L’Anticomanie. La collection d’antiquités aux xviiie et xixe siècles, textes rassemblés par A.-F. Laurens et K. Pomian, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1992, p. 123-132 ; F. Gaultier, « La collection Campana et la collection étrusque du musée du Louvre » : catalogue de l’exposition « Les Étrusques et l’Europe », Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, p. 350-361.

124 G. Campana, Di due sepolcri romani del secolo di Augusto scoperti tra la Via Latina e l’Appia presso la tomba degli Scipioni, Rome, 1840 ; id., Antiche opere in plastica, Rome, 1842.

125 Enciclopedia Italiana, cf. « Campana (Giampietro) », Rome, 1955 ; A. Michaelis, Un secolo di scavi archeologici, Bari, 1912 (sur l’affaire Campana, p. 78 sq.).

126 R. Türr, Fälschungen antiker Plastik seit 1800, Berlin, 1984 (sur les frères Pennelli p. 106 sq.) ; G. Nadalini, « Le musée Campana : origine et formation des collections. L’organisation du musée et le problème de la restauration », L’Anticomanie. La collection d’antiquités aux xviiie et xixe siècles, op. cit., p. 111-121.

127 S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de la collection Campana », Revue archéologique, juil.-déc. 1904, p. 179 sq., p. 364 sq. ; id., 1905, p. 57 sq., p. 208 sq., p. 343 sq.

128 L. Vitet, « Réponse à cette brochure (sous forme de lettre au Directeur) », Revue des Deux Mondes, oct. 1862, p. 749 sq.

129 Cataloghi del Museo Campana, Rome, s.d., 1858.

130 E. Desjardins, Catalogue des bijoux du musée Napoléon III, Paris, 1862 ; L. Vitet, op. cit.

131 H. D. Escamps, Galerie des marbres antiques du musée Campana à Rome, Berlin, 1869.

132 J. de Witte, Antiquités grecques et romaines. Exposition Paris, Palais de l’Industrie, 1862 ; D. von Bothmer, « Les vases de la collection Campana », Revue du Louvre, 4, 1977, p. 213 sq.

133 È. et J. Gran-Aymerich, « Les recherches sur le bucchero et la place de la collection Campana, au Louvre, à Bruxelles et à l’Ermitage », Die Welt der Etrusker. Internationales Kolloquium, Berlin, 1990, p. 327-339.

134 S. Reinach, op. cit., 1905.

135 C. A. Newton et S. Birch, Report on the Campana Collection, Londres, 1856.

136 Cf. E. Gerhard, sur le musée Campana à Rome, Archäologische Zeitung Anzeiger, 1855.

137 P. de Chennevières, « Union centrale des arts décoratifs », Revue des arts décoratifs, 1, 1880-1881, p. 1 sq.

138 P. Angrand, « L’État mécène. Période autoritaire du Second Empire, 1851-1860 », Gazette des beaux-arts, 1, 1968, p. 303 sq. ; id., Histoire des musées de province au xixe siècle, t. IV, Paris, 1987 ; A. Doumet, Rapport... d’un crédit extraordinaire... applicable à l’acquisition du musée Campana, Paris, 1861.

139 L. Vitet, op. cit.

140 E. Vinet, « L’archéologie de l’Asie Mineure et les récentes explorations », Revue nationale, 1862.

141 A. de Longpérier, Premier Musée Napoléon III, 1864 ; id., Musée Napoléon III. Choix de monuments antiques pour servir à l’histoire de l’art en Orient et en Occident, id., Musée Napoléon III, Paris, 1882.

142 E. Desjardins, Du patriotisme dans les arts. Réponse à M. Vitet sur le musée Napoléon III, Paris, s.d. 1862.

143 Catalogue des tableaux, des sculptures de la Renaissance et des majoliques du musée Napoléon III (s.n. d’auteur), Paris, 1862.

144 A. Brongniart, Traité des arts céramiques ou des poteries, Paris, 1844.

145 Corpus Vasorum Antiquorum, France, 13, Sèvres, 1, introduction par M. Massoul ; A. Schnapp, « Des vases, des images et de quelques-uns de leurs usages sociaux », Dialoghi di Archeologia, 1985.

146 E. Vinet, « L’art grec au palais de l’Industrie », Journal des débats, 28 nov. 1860.

147 E. Desjardins, Notice sur le musée Napoléon III et promenade dans les galeries, Paris, 1862 ; Catalogue de la mission d’Asie Mineure dirigée par G. Perrot, Paris, 1862 ; Catalogue des objets provenant de la mission de Phénicie dirigée par M. E. Renan, Paris, 1862 ; Catalogue de la mission de Macédoine et de Thessalie, Paris, 1862.

148 E. Desjardins, Catalogue de la mission d’Asie Mineure…, op. cit.

149 Y. Sjöberg, « Eugène Delacroix et la collection Campana », Gazette des beaux-arts, 68, 1966, p. 149 sq.

150 E. Chesneau, La Vérité sur le Louvre. Le musée Napoléon III et les artistes industriels, Paris, 1862, collection « Les intérêts populaires dans l’art ».

151 Musée des Arts décoratifs (statuts), Paris, 1877 ; Guide sommaire à travers le musée des Arts Décoratifs. Palais du Louvre. Pavillon de Marsan, Paris, 1905.

152 P. de Chennevières-Pointel, Souvenirs d’un directeur des Beaux-Arts, rééd. Paris, 1979.

153 P. de Chennevières, « Union centrale des Arts décoratifs », op. cit.

154 C. du Bus, « L’origine des musées de province », Revue archéologique, 19, 1912, p. 160 sq. ; A. comte de Nieuwerkerke, Rapport... sur la situation des musées impériaux pendant le règne de Napoléon III (1853-1869). Paris, 1869.

155 F. Boyer, « Le Directoire et la création des musées des départements », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1973, p. 325 sq.

156 M. Besnier, « La collection Campana les musées de province » Revue archéologique, 1906, janv.-fév. p. 30 sq., mai-juin, p. 423 sq.

157 P. Perdrizet et R. Jean, La Galerie Campana et les Musées français, Bordeaux, 1907.

158 Ibid.

159 F. Reiset, Notice des tableaux du musée Napoléon III exposés dans les salles de la colonnade au Louvre. Catalogue des tableaux provenant de la collection Campana choisis par le Louvre, Paris, 1863.

160 En 1829.

161 En 1843.

162 En 1846.

163 Le roi Othon Ier sera maintenu jusqu’en 1862.

164 Charles Newton (1816-1894) conservateur des Antiquités grecques et romaines au British Museum de 1861 à 1886. Travels and Discoveries in the Levant, Londres, 1865.

165 J. Jenkins, Archaeologists and Aesthetes in the Sculpture Galleries of the British Museum 1800-1939, Londres, British Museum Press, 1992, p. 168-195.

166 B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, Société archéologique d’Athènes, 1987.

167 A. Mézières, Archives des missions, t. III, p. 149-266.

168 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, op. cit., p. 317.

169 Ernest Boutan (1827-1880), « Rapport sur la topographie et l’histoire de l’île de Lesbos » Archives des missions, t. V, pp. 273-364.

170 Paul Foucart (1836-1926), directeur de l’École de 1878 à 1890 ; « Inscriptions inédites de l’île de Rhodes », Revue archéologique, 1865, 1866, 1867. En parcourant le Péloponnèse, la Mégaride, la Grèce centrale et l’archipel, P. Foucart avait pour mission de compléter le Voyage en Grèce et en Asie Mineure, laissé inachevé par P. Le Bas.

171 L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876.

172 En 1868.

173 G. Perrot, E. Guillaume, J. Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, d’une partie de la Mysie, de la Phrygie, de la Cappadoce et du Pont exécutée en 1861, Paris, 1872.

174 Après ses travaux à Delphes, il est adjoint, par V. Duruy, à la mission du comte E. de Rougé en Égypte, en 1863.

175 P. Foucart publie « Le temple d’Apollon à Delphes », Revue archéologique, 1863, p. 44-52 ; « Mémoire sur les ruines et l’histoire de Delphes », Archives missions, 1865, t. II, p. 82-84. Et, avec C. Wescher, Inscriptions recueillies à Delphes, Paris, 1863.

176 Séance de l’Académie des inscriptions et belles-lettres du 3 juillet 1861 : Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1861, p. 168.

177 G. Radet, op. cit., p. 303. Sur l’histoire des fouilles à Delphes, cf. en dernier, P. Amandry, « Delphes oubliée », et J. Marcadé « Delphes retrouvée », séance publique annuelle de l’Académie des inscriptions et belles-lettres du 27 novembre 1992.

178 U. Jantzen, Ein hundert Jahre Athener Instituts 1874-1974, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1986.

179 G. Radet, op. cit., p. 342.

180 A. Fouqué, géologue, se rend à Santorin en 1866. Publie Santorin et ses éruptions, Paris, 1879.

181 H. Mamet, De Insula Thera, Lille, 1875 : le manuscrit de H. Gorceix passa dans l’ouvrage de Fouqué.

182 A. Dumont, « Sur les vases d’Acrotiri », Journal des savants, déc. 1872, p. 798 ; et Les Céramiques de la Grèce propre, Paris, 1888-1890, t. I, p. 19-42.

183 R. M. Cook, Greek Painted Pottery, Londres, 1972 (2e éd.), chap. 15, « The History of the Study of Vase Painting ».

184 A. Conze, « Zur Geschichte der Anfänge der griechischen Kunst », Sitzungbericht (Académie de Vienne) 1870.

185 O. Picard, « Chypre et l’École française d’Athènes », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, TMO 22, Lyon, 1993, p. 39-54.

186 O. Masson, « Inscriptions syllabiques chypriotes », Études chypriotes, t. I, 1961 ; cf. son introduction, « L’activité des archéologues et la formation des collections d’objets chypriotes » et « Les archéologues et voyageurs du xixe siècle », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, TMO 22, Lyon, 1993.

187 A. Caubet, « Aux origines de la collection Le fonds Guillaume-Rey (1860-1865), dans Report of the Department of Antiquities Cyprus, Nicosie, 1984 ; id., « Les antiquités chypriotes au musée du Louvre et dans les collections publiques françaises », dans Kinyras. Archéologie française à Chypre, TMO 22, op. cit.

188 Edmond Duthoit (1837-1889) architecte, élève de Viollet-le-Duc, a pour tâche essentielle d’étudier les monuments gothiques. Architecte en chef du Service des monuments historiques de l’Algérie à partir de 1880.

189 O. Masson, op. cit. Tiburce Colonna-Ceccaldi (1833-1892) fut consul à Larnaca de 1866 à 1869. Son frère Georges (1840-1879) s’est souvent rendu à Chypre et a été en rapport régulier avec L. Palma di Cesnola.

190 Luigi Palma di Cesnola (1832-1904), d’origine italienne, conduit à Chypre des fouilles menées sans grand scrupule et réunit des collections, avec lesquelles il prétendait rivaliser avec H. Schliemann. Vend sa collection au Metropolitan Museum de New York, et en devient directeur. Cf. R. Dussaud, « L’île de Chypre », Revue mensuelle de l’École d’anthropologie, 1907, p. 145-175 et 181-212.

191 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, Paris, Albin Michel, 1946, t. 1, Les Étapes ; S. Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, Thames & Hudson, 1947, 1980 (2eéd.) ; É. Fontan (dir.), De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, Réunion des musées nationaux, 1994.

192 Victor Place (1818-1875), consul français à Mossoul. Après les fouilles de Khorsabad, dont il donne « un magistral rapport » (A. Parrot, op. cit., t. 1, p. 83), il fut ballotté de poste en poste (Galati, Andrinople, Calcutta, New York), révoqué, condamné pour malversation, puis grâcié. Il se réfugia en Roumanie en 1873, et y mourut deux ans plus tard, en laissant une veuve et quatre enfants. Cf. M. Pillet, « Un pionnier de l’archéologie, Victor Place », Cahiers de la Société asiatique, XVI, Paris, 1962.

193 Fulgence Fresnel (1795-1855) avait, avant l’Expédition..., mené une carrière consulaire, et étudié le chinois avec A. Rémusat, et les langues sémitiques avec Silvestre de Sacy. Il avait séjourné à Cyrène en 1837 et procédé à des fouilles avec Vattier de Bourville. Il meurt dans la misère à Bagdad. Cf. M. Pillet, L’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie. 1851-1855, Paris, 1922.

194 Jules Oppert (1825-1905), né à Hambourg, s’était installé en France et enseignait l’allemand à Reims. Ses premiers travaux sur les inscriptions de Persépolis (1847) l’avaient fait reconnaître comme épigraphiste.

195 Félix Thomas (1815-1875) obtient le Grand Prix de Rome d’architecture en 1845. Cf. E. Fontan, « Félix Thomas (1815-1875), l’architecte providentiel », dans De Khorabad à Paris, op. cit., p. 102-115.

196 Hormuz Rassam (1826-1910), chaldéen chrétien, frère de Christian Rassam, vice-consul d’Angleterre à Mossoul, assiste d’abord H. Layard, puis fouille pour le compte du British Museum, se livrant à un « système de pillage non scientifique » (Hilprecht).

197 C. Bustarret, « Les premières photographies archéologiques : Victor Place et les fouilles de Ninive », Histoire de l’art, 13-14, mai 1991, p. 7-21.

198 A. Parrot, op. cit., t. I, p. 63.

199 Ibid., t. II, p. 35.

200 V. Place, Ninive et l’Assyrie, avec des essais de restauration par F. Thomas, 3 vol., Paris, 1867-1870.

201 Ibid., t. II, p. 97-109.

202 Cf. J. Mohl, Vingt-sept Ans d’histoire d’études orientales (1840-1867), op. cit. ; N. Chevalier, L’Administration de la recherche archéologique française dans le Moyen-Orient du milieu du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale, sous presse, Éd. ERC-ADPF.

203 A. Parrot, op. cit., t. I, p. 84.

204 William-Kennet Loftus (1821-1858), membre de la commission de délimitation de la frontière turco-persane, avait exploré en 1849, avec H. A. Churchill, les régions de Nippur, de Warka-Uruk et de Muqayyar-Ur. Travels and Researches in Chaldea and Susiana, Londre, 1857.

205 J. Oppert, Expédition scientifique en Mésopotamie (1851-1854), Paris, 2 vol., 1859, t. II, Déchiffrement des écritures cunéiformes.

206 Jules Halévy, professeur à l’École pratique des hautes études, connu par son exploration de l’Arabie.

207 E. Renan, « Sur l’ouvrage d’Oppert : Expédition scientifique en Mésopotamie », Journal des savants, 1859, 165-186, 244-260, et 360-368.

208 A. Parrot, op. cit., t. I, chap. III, « Le déchiffrement des cunéiformes (1780-1900) ».

209 Joachim Menant, Le Syllabaire assyrien, Paris, 1869-1873, 2 vol.

210 J. Mohl, Vingt-sept Ans d’histoire des études orientales 1840-1867, op. cit., p. 507.

211 A. de Longpérier, Notice des antiquités assyriennes, Paris, 1854.

212 Édouard Robinson, voyageur américain, élève de Gesenius, procède en Palestine à des enquêtes topographiques en 1838, puis en 1852. Palästina und die angränzenden Länder, 1838 ; id., Physikalische Geographie des heiligen Landes, 1869.

213 Félix de Saulcy. Catalogue de l’exposition, Félix de Saulcy (1807-1880) et la Terre sainte. Archives et monuments d’une mission archéologique, Paris, Réunion des musées nationaux, 1982 ; È. et J. Gran-Aymerich, « F. de Saulcy », Archéologia, 220, janv. 1987, p. 65-75.

214 F. de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte et dans les terres bibliques, 3 vol., Paris, 1853.

215 F. de Saulcy, Recherches sur la numismatique judaïque, Paris, 1854.

216 Id., Numismatique de la Terre sainte, Paris, 1874.

217 Le docteur Charles Gaillardot avait collaboré avec Ernest Renan lors de sa mission en Phénicie.

218 Victor Guérin (1821-1890), membre de l’École d’Athènes, promotion de 1852.

219 Auguste Salzmann (1824-1872), peintre qui accomplit des voyages en Italie, en Algérie, en Égypte, avant de demander, en 1853, une mission en Orient, pour y étudier les monuments laissés par les chevaliers Hospitaliers de l’Ordre de Saint-Jean. Délaissant son premier objectif, il se rend à Jérusalem pour photographier tous les monuments étudiés par F. de Saulcy en 1850-1851 (Jérusalem. Étude et reproduction photographique de la ville sainte, depuis l’époque judaïque jusqu’à nos jours, Paris, 1856). Il fait partie de la seconde mission de F. de Saulcy en Terre sainte en 1863. À partir de 1853, se consacre à des recherches archéologiques à Rhodes, où, entre 1858 et 1863, il découvre le trésor de Camiros, réparti entre le British Museum, le Louvre et le musée de Colmar (Nécropole de Camiros, Paris, 1874). Il meurt de retour à Paris en 1872. Cf. Fr. Heilbrun, « Auguste Salzmann. Photographe malgré lui », dans catalogue de l’exposition, Félix de Saulcy (1807-1880) et la Terre sainte, op. cit., p. 115-130.

220 M. de Vogüe, Inscriptions sémitiques de la Syrie centrale, Paris, 1868.

221 Duc H. d’Albert de Luynes, Exploration de la mer Morte et de la vallée de l’Araba par la mission de M. le duc de Luynes, Paris, 1864.

222 L. Lartet, Exploration géologique de la mer Morte, de la Palestine et de l’Idumée, Paris, 1878.

223 Institut de France, 1857.

224 L’Avenir de la science. Pensées de 1848, Paris, 1890, dans Œuvres complètes d’E. Renan, éd. H. Psichari, t. III, p. 847.

225 Ibid., p. 832.

226 Ibid., p. 832.

227 Ibid., p. 939.

228 La Vie de Jésus, Paris, 1863.

229 A. France, La Vie et l’Œuvre d’Ernest Renan, Paris, 1903.

230 Discours à l’Académie du 29 décembre 1891, dans Œuvres complètes, op. cit., t. II.

231 Histoire du peuple d’Israël, 5 tomes, Paris, 1887 ; Histoire des origines du christianisme, Paris, 1863-1873.

232 A. Dupont-Sommer, « Un dépisteur de fraudes archéologiques : C. Clermont-Ganneau (1846-1923) », Institut de France, 1974.

233 « La Stèle de Mesha », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1870, et dans Journal asiatique, 1887.

234 E. de Rougé, Mémoire sur l’inscription du tombeau d’Ahmès, Paris, 1849.

235 Notice des monuments exposés dans la galerie d’antiquités égyptiennes au musée du Louvre, Paris, 1849.

236 E. de Rougé, Poème de Pentaour, Paris, 1856.

237 Auguste Mariette (1821-1881). Cf. È. et J. Gran-Aymerich, « Auguste Mariette », Archéologia, n° 219, déc. 1986, p. 71-79 ; E. David, Mariette Pacha 1821-1881, Paris, Pygmalion Gérard Watelet, 1994 ; J. Vercoutter, À la recherche de l’Égypte oubliée, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1998.

238 G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, op. cit., éd. 1975, p. 111.

239 A. Mariette, Catalogue de l’Exposition universelle. Description du parc égyptien, Paris, 1867.

240 Il tente de publier les monuments recueillis au cours de la fouille du Serapeum, mais son immense travail reste à l’état de notes (aujourd’hui conservées au Louvre). Cependant, il publie partiellement Le Serapeum de Memphis, 1857 ; Description des fouilles exécutées en Égypte, 1863 ; Notice des principaux monuments exposés dans les galeries provisoires du Musée... à Boulaq, 1864 ; Abydos, 2 vol., 1869-80 ; Dendérah, 5 vol., 1870-1875 et de nombreuses monographies sur les sites explorés d’Assouan jusqu’à la Méditerranée. G. Maspero se chargera de publier les œuvres inachevées : Le Serapeum de Memphis, 1882 ; Les Mastabas de l’Ancien Empire, 1883.

241 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, op. cit., p. 281.

242 A. de Longpérier, « Sur les antiquités de ľîle de Santorin », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1875, p. 182-184.

243 C.-E. Beulé, L’Histoire de l’art grec avant Périclès, Paris, 1868, chap. I.

Table des illustrations

Légende 58. Ernest Renan (1823-1892). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 59. Paul Foucart (1836-1926). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 60. La première École française d’Athènes, d’après G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 61. Gabriel de Mortillet (1821-1898).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 62. Alexandre Bertrand (1820-1902). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 63. D’après G. et A. de Mortillet, coupes des terrains d’alluvions du « quaternaire-chelléen » levées à Chelles et Saint-Acheul et « figure schématique ou de démonstration indiquant comment les coups-de-poings ou instruments chelléens étaient tenus à la main. L’instrument en silex provient des alluvions d’Abbeville (Somme) », Musée préhistorique, Paris, 1881, pl. IX. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 64. Par l’officier Godart, chef de bataillon au 110e de ligne en Tunisie, « Arc de triomphe [sic] en pierre, situé dans la partie est de la ville dominant la Sihanah », croquis n° 25 accompagné du commentaire suivant : « Cet arc peut rivaliser avec ceux de Rome. Quel malheur de ne pouvoir transporter d’aussi belles choses ! », album « Souvenirs de Tunisie », 1881-1882, conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 65. Ensemble du forum de Lambèse (Algérie). A. Ballu, Algérie. Monuments antiques et arabes. Photographies de Mieusement. Mission de 1893, pl. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 66. Gaston Maspero (1846-1916). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 67. Gaston Boissier (1823-1908). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 68. Tombe de Cerveteri, Italie. A. Noêl des Vergers, L’Étrurie et les Étrusques, Paris, 1852-1864. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 69. Cerveteri, le sarcophage des époux conservé au Musée du Louvre, d’après J. Martha, L’Art étrusque, Paris, 1889.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 70. Léon Heuzey (1831-1922). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 71. Lit funéraire en marbre, Pydna (Macédoine). L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876, pl. 20. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 72. Georges Perrot (1832-1914). Album photographique réalisé par E. Pirou, bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 73. Temple de Rome et d’Auguste, testament de l’empereur Auguste, Ancyre (Galatie). G. Perrot, E. Guillaume et J. Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie..., Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1872, pl. 25. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 74. Caveaux de la nécropole, Sidon (Saïda). E. Renan, Mission de Phénicie dirigée par M. E. Renan, planches exécutées sous la direction de M. Thobois, architecte, Paris, Imprimerie nationale, 1864, pl. XLVI. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 75. Tombeau macédonien, Palatitza (Macédoine). L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876, pl. 15. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende 76, 77. Parmi les premières photographies archéologiques prises par J. Delbet. À gauche, l’un des pieds-droits de la porte du palais, Euyuk (Cappadoce). À droite, Pterium-Boghazkeuï [sic] (Cappadoce), le lieu appelé Sari-Kaleh («la forteresse jaune »). G. Perrot, E. Guillaume et J. Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, Paris, 1872, pl. 34. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 78. « Restes du temple d’Apollon. Au fond à gauche, l’acropole et le Cinthe [sic] et à droite les ruines du théâtre », Délos (Grèce). A. Blouet, A. Ravoisié et al., volume 3 de l’Expédition scientifique de Morée, Paris, 1831-1838, pl. 2. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 79. Vases de Santorin (Théra). A. Dumont, J. Chaplain et E. Pottier, Les Céramiques de la Grèce propre, vol. 1, Paris, 1888-1890, pl. 1. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 80. Traction d’un monolithe, Khorsabad. V. Place et F. Thomas, Ninive et l’Assyrie par Victor Place, consul général, avec des essais de restauration par Félix Thomas, t. 3, Paris, Imprimerie impériale, 1867, pl. 44. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 81. «  Ensemble de la porte Z du Harem », palais de Khorsabad. V. Place et F. Thomas, Ninive et l’Assyrie par Victor Place, consul général, avec des essais de restauration par Félix Thomas, t. 3, Paris, Imprimerie impériale, 1867, pl. 24. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 82. Félix de Saulcy (1807-1880).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 83. Marquis Melchior de Vogüé (1829-1916). Album photographique réalisé par E. Pirou et conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 84. Charles Clermont-Ganneau (1846-1923), au cours de l’une de ses conférences à l’École pratique des hautes études (Sorbonne). Album photographique conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 85. Auguste Mariette (1821-1881), d’après A. Rhoné, L’Égypte à petites journées, 1877, p. 33. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende 86. Karnak (Égypte). E. de Rougé, Album photographique de la mission remplie par le vicomte Emmanuel de Rougé, 1863-1864, Paris, L. Samson photographe éditeur, pl. 60. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 87. Les fouilles de San (Tanis) dirigées par A. Mariette, que l’on voit ici au centre de la photographie. E. de Rougé, Album photographique…, 1863-1864, Paris, L. Samson photographe éditeur, pl. 87. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7695/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search