Version classiqueVersion mobile

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Première partie. Les origines de l’archéologie scientifique (1719-1848)

Chapitre 3. L’archéologie française jusqu’en 1848 : organisation et fonctionnement

Texte intégral

  • 1 Cf. Archives des missions scientifiques et littéraires, t. I, Paris, 1850, p. 184.

1La période qui sépare l’Expédition d’Égypte et la clôture des fouilles de Khorsabad voit l’avènement de l’archéologie comme « science des objets » et activité de terrain. Des érudits, disciples de B. de Montfaucon et du comte de Caylus, font appel, pour compléter leur connaissance des anciennes civilisations de l’Italie, de la Grèce, de l’Égypte ou de la Mésopotamie, à l’étude des vestiges matériels, inscriptions, objets d’art ou de la vie quotidienne, monuments que voyageurs cultivés, peintres et architectes rapportent en France ou reproduisent. Les savants adonnés aux travaux de cabinet, philologues et épigraphistes, reçoivent le renfort d’hommes de terrain qui, sur les terres classiques, en Égypte et en Mésopotamie, ouvrent des fouilles d’envergure inégale et inaugurent une ère nouvelle : après les bouleversements 1848 la rupture brutale qu’ils provoquent dans le développement de l’archéologie française, l’État lance, à partir de 1850, de nouvelles missions, donne à l’École d’Athènes un nouveau statut1 et crée de nouvelles institutions qui doivent garantir l’essor de l’archéologie métropolitaine : une nouvelle ère s’ouvre alors.

2Sur le terrain, les travaux épigraphiques ou archéologiques sont certes encore assurés par de nombreux amateurs, mais on assiste à la montée d’une nouvelle génération de savants qui éprouvent la nécessité du contact direct avec les pays où sont nées les civilisations antiques. En Égypte, Champollion, en précurseur, avait insisté sur la nécessité de fouilles réalisées selon des critères scientifiques. En Mésopotamie, Paul-Émile Botta subit la répression consécutive à la Révolution de 1848 et ne peut poursuivre ses travaux à Khorsabad, mais la mission Fresnel et la reprise des fouilles par Victor Place marquent le regain d’intérêt pour cette région. L’École française d’Athènes, créée en 1846, affirmera sa vocation archéologique après 1850. En ce début du xixe siècle, on assiste à la naissance d’une nouvelle profession, celle de l’archéologue.

3En France, les études classiques et orientales bénéficient d’une longue tradition, entretenue par les bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur et les savants réunis dans l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Alors même que se multiplient les recherches sur le terrain, et que l’archéologie fait ses premiers pas, des sociétés savantes se constituent et concourent avec l’Académie à encourager les travaux tout en énonçant des exigences scientifiques ; elles assurent le patronage de l’archéologie. Les voyages, missions et fouilles exigent des crédits et posent le problème de leur financement : on constate, au cours de la première moitié du xixe siècle, l’intervention grandissante des institutions officielles, même si la part des fonds privés reste importante. L’intérêt de l’État pour l’archéologie s’affirme, au point que l’on crée, au sein du ministère de l’Instruction publique, un Bureau des missions scientifiques et littéraires où la place de la science nouvelle est considérable.

4Les travaux archéologiques fournissent des objets et des monuments qui viennent grossir les collections publiques et privées pour servir à la formation du public : après le musée des Antiques, sont créés au Louvre, le musée égyptien, puis le musée assyrien, et des catalogues sont immédiatement rédigés, dès le premier quart du xixe siècle, par E. Q. Visconti, le comte de Clarac, J.-F. Champollion et A. de Longpérier.

5Une science ne peut en effet se perpétuer que si les résultats des recherches sont largement diffusés par l’enseignement et les publications. Une chaire d’archéologie a été créée pour J.-F. Champollion au Collège de France en 1831, et s’est ajoutée à celle du Cabinet des médailles, que complétera le cours de l’École des Chartes.

6Les publications de l’Académie des inscriptions, les revues des sociétés savantes, le Bulletin du comité des arts et monuments, se font l’écho des travaux archéologiques et, en 1844, paraît le premier numéro de la Revue archéologique, conçue comme un organe d’information et de liaison, sur le modèle des périodiques de même nature que possédait déjà l’Allemagne.

  • 2 E. Renan, L’Avenir de la science, Paris, 1890, rédigé en 1848.

7En 1848, l’archéologie française a donc reçu un embryon d’organisation qu’Ernest Renan juge bien insuffisant2, mais certaines conditions de son développement futur sont déjà réunies.

Le patronage de l’archéologie

8Au début du xixe siècle, nombre de voyageurs parcourent, à titre personnel et en puisant dans leurs propres deniers, les pays riverains de la Méditerranée, en particulier les aristocrates tels Louis Linant de Bellefonds, Alexandre de Laborde et son fils Léon ou encore le duc de Luynes. Ce dernier, membre fondateur de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, donne l’exemple du mécénat en consacrant une part importante de sa fortune personnelle à l’archéologie ; après avoir engagé des recherches dans le sud de l’Italie et fouillé à Métaponte, il finance partiellement les publications de l’Institut romain. C’est lui encore qui, ayant pris Auguste Mariette sous sa protection, couvre les frais du déblaiement du sphinx de Gizeh. Quant au duc de Blacas, il joue un rôle primordial dans la carrière de J.-F. Champollion, pour lequel il obtient du roi les crédits nécessaires à son voyage en Égypte. L’archéologie, en ses débuts, bénéficie donc d’initiatives individuelles et de l’intérêt que lui portent de grands seigneurs, émules de Mécène.

  • 3 Cf. M. N. Bourguet, B. Lepetit, D. Nordman, M. Sinarellis, L’Invention scientique de la Méditerrané (...)

9D’autre part, l’Expédition d’Égypte, dirigée par Bonaparte à la fin du xviiie siècle, fournit un modèle qui dominera tout le siècle suivant : la mission de Morée, celle d’Eugène Flandin et de Pascal Coste en Perse, celle d’Ernest Renan en Phénicie, ont certes une vocation archéologique, mais n’en sont pas moins insérées dans des actions d’ordre militaire ou diplomatique. De même, l’essor de l’archéologie en Algérie ne peut se comprendre qu’en rapport étroit avec la conquête du pays et la politique coloniale qu’elle inaugure3.

10Missions individuelles ou collectives relèvent à la fois d’une autorité scientifique et d’une autorité politique. La première émane des savants réunis dans l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui animent par ailleurs de grandes sociétés savantes, créées en ce début du xixe siècle.

11Une part importante des travaux de l’Académie avait été définie par Colbert lui-même qui avait projeté le relevé de tous les monuments romains de France. Cette vocation initiale s’accomplit, en particulier, grâce aux travaux de Bernard de Montfaucon, dont l’Antiquité expliquée en figures... permet l’identification et le classement des monuments. C’est encore le bénédictin qui, en publiant la sépulture collective découverte à Cocherel en Normandie, attire l’attention sur les antiquités préhistoriques : il précède ainsi Prosper Mérimée, élu à l’Académie en 1843, qui, sensibilisé par son ami le préhistorien danois Worsaae, jouera un si grand rôle dans la reconnaissance des monuments préhistoriques, dolmens et allées couvertes. Le rapport présenté devant l’Académie en 1799 par Legrand d’Aussy, la circulaire du comte de Montalivet de 1810 et la Commission des antiquités de la France, constituée au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1819, témoignent de la permanence du souci d’inventorier et de conserver les monuments anciens répartis sur le territoire national.

  • 4 N. Belmont, Aux sources de l’ethnologie française. L’Académie celtique, Paris, 1995.
  • 5 Éloi Johanneau (1770-1851), ami de La Tour d’Auvergne qui lui inspira son enthousiasme pour la phil (...)
  • 6 É. Johanneau, « discours d’ouverture », Mémoires de l’Académie celtique, I, 1807, pp. 63-64.

12Cependant, l’État et les institutions qui en émanent n’ont pas l’exclusivité des recherches dans ce domaine, et les sociétés savantes, qui réunissent les érudits dans les provinces, jouent un rôle important dans les progrès de ces études. Le début du xixe siècle voit un certain nombre de créations dont celle de l’Académie celtique4 en 1804 : ses fondateurs, Éloi Johanneau, Jacques Cambry et Michel-Ange de Mangourit5 entendent poursuivre « la recherche de la langue et des antiquités celtiques », et « recueillir, écrire, comparer et expliquer les antiquités, tous les monuments, tous les usages, toutes les traditions ; en un mot, faire la statistique antique des Gaules et expliquer les temps anciens par les temps modernes »6. C’est la première fois en France qu’une telle entreprise est lancée, inaugurant les recherches ethnologiques. Pour ce qui est des « antiquités » et des monuments, cette initiative annonce, à plusieurs décennies de distance, la Commission de topographie des Gaules mise en place par Napoléon III en 1858 et dirigée par Alexandre Bertrand.

  • 7 M. Ozouf, « L’invention de l’ethnographie française : le questionnaire de l’Académie celtique », da (...)

13Pour remplir son programme, l’Académie celtique réunit des amateurs et des savants, dont le rôle est de susciter les enquêtes et de fédérer les travaux. Un questionnaire7, publié dans le premier volume des Mémoires de l’Académie celtique, est diffusé dans les départements auprès des « personnes les plus éclairées », qui constituent un réseau d’informateurs. C’est la même préoccupation, consistant à recueillir les renseignements et à organiser les efforts sur tout le territoire, qui inspire aussi la Commission des antiquités de la France à l’Académie des inscriptions.

14En dépit de ces principes si novateurs et si prometteurs, l’Académie celtique ne parvint pas à maintenir son action dans le cadre des exigences scientifiques et succomba à la fascination de la celtomanie. Certains de ses membres firent sécession et, en 1814 constituèrent la Société royale des antiquaires de France, dont le premier volume des Mémoires parut en 1817.

  • 8 F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », dans P. Nora éd., Les Lieux de mémoire, (...)
  • 9 J. P. Chaline, Sociabilité et Érudition. Les sociétés savantes en France. xixe-xxe siècles, Paris, (...)
  • 10 A. Hardel, préface à A. de Caumont, Abécédaire ou rudiment d’archéologie, Caen, 1854, p. V.
  • 11 J. P. Chaline, Sociabilité et érudition..., op. cit., p. 204. Berlin en 1828 et Vienne en 1832 avai (...)

15L’érudition se pratique alors en province autant qu’à Paris, mais le grand problème pour les sociétés savantes locales réside dans leur isolement et, tout au long du siècle, elles tenteront d’y remédier, en établissant des réseaux et en résistant aux tentatives de centralisation de l’État. Arcisse de Caumont8 incarne cette volonté de coordonner les initiatives privées en province et c’est lui qui met en place les premières structures fédératrices des travaux érudits en province9. En 1824, il fonde la Société des antiquaires de Normandie qui témoigne déjà de sa volonté de dépasser le cadre strictement local – la ville de Caen – pour embrasser l’ensemble des départements normands ; en 1829, alors qu’il parcourt déjà la France entière pour réunir les éléments de son cours d’antiquités, il parvient à convaincre plusieurs sociétés savantes et de nombreux archéologues de l’Ouest et du Nord de se réunir « pour réclamer près du ministre de l’Intérieur contre les décisions municipales qui devaient entraîner la démolition d’un certain nombre de monuments précieux10 ». Animé du désir de faire se conjuguer les efforts des savants de province, il les convie en 1833 à un congrès scientifique, conçu sur le modèle offert par l’Allemagne et l’Autriche11. Dès 1834 et la fondation de la Société française pour la conservation des monuments nationaux – future Société française d’archéologie –, qu’il soumet à l’autorité d’un comité permanent et dote d’un réseau d’inspecteurs et de correspondants, il organise les congrès archéologiques de France, tenus chaque année dans une ville différente.

52. Prosper Mérimée (1803-1870), inspecteur général des Monuments historiques de 1834 à 1853.

53. Arcisse de Caumont (1801-1873), fondateur de la Société française d’archéologie.

  • 12 Archives de l’Institut de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, dossiers « Correspon (...)
  • 13 L. Theis, « François Guizot et les institutions de mémoire », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mém (...)
  • 14 F. Bercé, Les Premiers Travaux de la Commission des monuments historiques, 1837-1848, Paris, Picard (...)
  • 15 X. Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques, 3 vol., Paris, 1886, t. I, introduc (...)

16Si A. de Caumont entretient avec l’Académie des inscriptions et belles-lettres des rapports constants et étroits12 et jouit d’un grand prestige national, ses initiatives n’en soulèvent pas moins le problème de la place de l’État. Les institutions que François Guizot13, ministre de l’Intérieur, met en place à partir de 1830, répondent aux créations du grand érudit normand : il crée un poste d’inspecteur général des Monuments historiques et des Antiquités nationales, confié à Ludovic Vitet en 1830, puis à Prosper Mérimée14. En 1834, est formé le Comité des travaux historiques rattaché au ministère de l’Instruction publique ; en 1837, le comte de Salvandy le remanie et y ajoute le Comité historique des arts et monuments ; la même année, du ministère de l’Intérieur émane une Commission des monuments historiques. Inspirées des cadres imaginés par A. de Caumont pour la défense du patrimoine architectural ancien, ces institutions officielles s’organisent dans un climat de concurrence entre État et sociétés savantes. Elles ont pour but, en renouant avec la tradition bénédictine, d’« organiser » un immense système d’investigations sur l’histoire intellectuelle et morale, aussi bien que sur l’histoire « matérielle ». Il s’agit de « faire parler les pierres, comme on avait fait parler les chartes, retrouver la terre du passé, non seulement dans les œuvres écrites, mais dans les diverses manifestations de l’art, y découvrir non seulement des modèles de goût, mais des documents historiques15 ».

  • 16 Ibid., t. II, p. 8-9 : extrait de F. Guizot, Rapport au Roi et pièces (arrêtés et lettres 1833-1835(...)
  • 17 Ibid., t. I, p. CLI.
  • 18 Ibid., t. I, p. CCXXIX.

17Pour accomplir cette œuvre, on avait besoin de collaborateurs dans les provinces, et on les trouve au sein des sociétés savantes, auxquelles on se propose de « transmettre, d’un centre commun, les moyens de travail et de succès qui ne sauraient leur venir d’ailleurs et de recueillir, en ce même centre, les fruits de leur activité, pour les répandre dans une sphère étendue16 ». Des subventions sont accordées aux sociétés savantes, qui se multiplient après 1834, et la création du Comité des travaux historiques les concerne même par un chapitre spécial dans le budget de 1847. « Par la force des choses, [et la volonté centralisatrice de l’État, ajoutons-nous], les comités étaient devenus les agents supérieurs, les tuteurs naturels des sociétés savantes17 », qui, alors que les facultés étaient de médiocres centres scientifiques, sont appelées à remplir un rôle semblable, toutes proportions gardées, à celui des universités en Allemagne. En attendant la refonte du système universitaire, qui n’interviendra qu’à partir de 1876, c’était tenter de compenser les déficiences de notre enseignement supérieur par les sociétés savantes, dont on voulait faire de « véritables foyers de solide érudition », capables de stimuler l’activité intellectuelle dans le pays. Le Comité des travaux historiques intervenait, « comme une sorte de conseil pour tout ce qui, dans l’Université, ne fai[sait] pas partie de l’enseignement proprement dit »18. C’était aussi mettre en place une organisation mixte de la science, conciliant le centralisme si caractéristique de l’État français et les initiatives privées.

  • 19 M. Jacob, « Étude comparative des systèmes universitaires et place des études classiques au xixe si (...)

18Ce choix donnait à la France une position singulière en Europe, intermédiaire entre celle de l’Angleterre, où l’on comptait essentiellement sur l’action des riches particuliers et des sociétés savantes, et celle de l’Allemagne où le nombre considérable des universités assurait l’essor de la science19.

  • 20 Christian Gotlob Heyne (1729-1812), philologue allemand, professeur à Göttingen à partir de 1763. I (...)
  • 21 W. Schiering, « Zur Geschichte der Archäologie », dans U. Hausmann, Allgemeine Grundlagen der Archä (...)

19Chez nos voisins d’outre-Rhin, dès 1650, l’archéologie fait l’objet d’un enseignement, sous la forme de « leçons d’antiquités » dispensées par W. Morhof à l’université de Kiel ; à Göttingen, la bibliothèque de l’université accueille en été le philologue C. G. Heyne20, qui, de 1767 à 1804, introduit les jeunes gens à l’étude de l’Antiquité, en leur donnant des cours d’archéologie. La première chaire strictement réservée à l’archéologie est créée à Kiel en 1802 pour Georg Zoëga21.

20En ce début du xixe siècle, nombreuses sont les universités allemandes à compter un enseignement d’archéologie, que celle-ci soit associée à la philologie ou bénéficie d’une chaire spécifique. Le système français, en se fondant sur l’activité des sociétés savantes et des amateurs qui les animent, néglige un aspect fondamental de l’archéologie : la formation de ceux qui la pratiquent à une véritable profession, dont l’exercice suppose plus que le goût des antiquités et l’aptitude à réunir des collections. La conscience qu’un enseignement solidement organisé de l’archéologie est nécessaire ne se fera jour qu’à la fin du Second Empire, l’École pratique des hautes études, fondée par Victor Duruy sur le modèle des laboratoires et des séminaires allemands, offrant à cette science absente de l’Université une place dans la section réservée aux « sciences historiques et philologiques ».

21Pourtant, les comités et la Commission des monuments historiques, en suscitant la naissance de nombreuses sociétés savantes et un immense mouvement d’intérêt pour le patrimoine architectural et archéologique, permettront d’entreprendre la classification, la conservation et la restauration des monuments.

  • 22 Cf. F. Bercé, Les Premiers Travaux de la Commission des monuments historiques. 1837-1848, op. cit.

22Si, au sein de la Commission des monuments historiques, les architectes jouent un rôle important, certains archéologues contribuent largement à l’orientation et à l’organisation des travaux, tels Charles Lenormant ou Léon de Laborde. Le premier avait accompagné Champollion dans son voyage en Égypte. Très lié à François Guizot, il devient en 1838 directeur des Beaux-Arts, puis conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, et, par la suite, du Cabinet des antiques de la Bibliothèque royale. Ami de Mérimée, il le seconde très activement et accomplit, en 1842, une longue tournée en Provence, au cours de laquelle il visite l’amphithéâtre d’Arles, le temple d’Auguste à Vienne et la cathédrale de Vaison-la-Romaine. Quant à Léon de Laborde, secrétaire puis attaché d’ambassade, auteur d’un voyage célèbre en Arabie, il rejoint la commission en 1842 et, en 1848, se consacre à l’organisation des musées nationaux. Sous le Second Empire, il deviendra conservateur au Musée du Louvre22.

  • 23 Livre du Centenaire de l’École nationale des Chartes (1821-1921). I, L’École, son histoire, son œuv (...)
  • 24 Jules Quicherat (1814-1882), directeur de l’École des Chartes à partir de 1871. Par ses travaux qui (...)

23À la « renaissance de l’érudition touchant les antiquités nationales »23 contribuent, d’autre part, les élèves de l’École des Chartes, fondée en 1821, annexée à la Bibliothèque royale et aux Archives du Royaume, et placée sous le patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Un cours d’« archéologie et arts du Moyen Âge » y est créé pour Jules Quicherat en 184624.

24L’École des Chartes, fondée à une époque où l’histoire était conçue comme un récit plein d’agréments ou comme une mine d’arguments pour défendre des théories politiques, impose la critique des sources et l’utilisation des archives. La nouvelle institution devient rapidement le centre des études d’érudition historique, reprenant ainsi le flambeau de la Congrégation de Saint-Maur. La création du diplôme d’archiviste-paléographe en 1829, associée à celle du Comité des travaux historiques et de la Commission des monuments historiques, stimule l’intérêt pour l’archéologie nationale en province : de nombreuses sociétés savantes se forment où entrent les archivistes, anciens élèves de l’école parisienne. Jules Quicherat, en inaugurant l’enseignement de l’archéologie, et par son action au sein de la Société des antiquaires de France ou du Comité des travaux historiques, joue un rôle déterminant dans l’essor de l’archéologie en France.

25L’archéologie nationale, dont l’Académie des inscriptions et belles-lettres avait reçu le soin au xviiie siècle, était donc, en 1848, également prise en charge par les sociétés savantes, le Comité des arts et monuments, la Commission des monuments historiques et l’École des Chartes. Les comités à cette époque n’exerçaient aucune action sur l’archéologie hors de nos frontières : la section d’archéologie, instituée en 1858, ne deviendra une instance coordinatrice de toutes les opérations menées en France et à l’étranger qu’à partir de 1880.

  • 25 C. Picard, Les Recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1739-1945) (...)
  • 26 A. Pasquier, La Vénus de Milo et les Aphrodites du Louvre, Paris, 1985, p. 21-28.

26L’Académie des inscriptions et belles-lettres, dont le règlement de 1786 avait établi les compétences pour l’étude des langues grecque, latine et orientales, jouissait, pour l’archéologie en Italie, en Grèce et en Orient, d’une autorité incontestée. L’étude des langues orientales ouvre l’Académie, en même temps qu’à l’orientalisme, aux missions d’exploration et aux travaux de relevés de documents ou de fouille sur le terrain. Entre 1820 et 1848, on assiste à « l’élargissement pratique de [l’]activité érudite25 ». Au siècle précédent, l’abbé Barthélemy, par ses voyages d’études en Italie, avait pu mesurer l’importance de la connaissance précise des monuments figurés ; le comte de Caylus, quant à lui, par ses comptes rendus réguliers des fouilles de Pompéi et d’Herculanum, avait mis l’accent sur la place des fouilles archéologiques qui donnaient accès aux realia de la civilisation romaine. Cependant, malgré l’œuvre de ces précurseurs, en Grèce comme en Mésopotamie, la recherche française accusait, au début du xixe siècle, un net retard. L’acquisition de la Vénus de Milo, en 182026, puis l’organisation de l’expédition scientifique de Morée devaient redonner à l’archéologie française à l’étranger une place de premier plan.

  • 27 En 1839.
  • 28 1842-1845.

27La mission d’Eugène Flandin et de Pascal Coste en Perse27, et les fouilles de Paul-Émile Botta à Khorsabad28, confirment ce renouveau et l’engagement de l’Académie des inscriptions et belles-lettres dans des actions pratiques menées sur le terrain, qui renforcent la recherche érudite en l’alimentant.

  • 29 Centenary Volume of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland. 1823-1923, Londres, 192 (...)

28Le même mouvement se dessine sur les terres classiques : le duc de Luynes, membre de l’Académie, joue un rôle essentiel dans la fondation de l’Institut de correspondance archéologique de Rome. L’Académie accorde son soutien aux voyageurs et « missionnaires »-archéologues, qu’elle pourvoit d’instructions, et dans ce rôle, est secondée par des savants et des amateurs qui fondent, en 1822, la Société asiatique. En effet, le dynamisme de la Grande-Bretagne en Orient se manifeste par l’action de la Compagnie des Indes et des sociétés asiatiques qu’elle fait naître29, et provoque en France la réaction des grands orientalistes : Isaac Silvestre de Sacy et Abel Rémusat, tous deux professeurs à l’École des langues orientales vivantes, soutenus par le comte Ferdinand de Lasteyrie et A.-J. Saint-Martin, ont l’idée de créer une société capable de promouvoir la recherche.

29Le Journal asiatique, la plus ancienne revue de ce type, paraît dès 1822, et bénéficie d’une subvention du ministère de l’Instruction publique. 1822 est aussi l’année de la lettre que J.-F. Champollion adresse à M. Dacier et celle de la publication du dernier volume de la Description de l’Égypte ; c’est l’époque où l’Orient, de l’Égypte à l’Inde en passant par la Mésopotamie et la Perse, révèle de nouveaux domaines de recherche. La Société asiatique assure la promotion et l’essor de l’égyptologie et de l’assyriologie : sa première séance générale, le 21 avril 1823, célèbre la découverte de Champollion, et l’on sait le rôle que Jules Mohl, son secrétaire général puis président, a joué dans l’ouverture des fouilles à Khorsabad et l’obtention de crédits officiels.

30Le patronage des sciences nouvelles, qui s’appliquent aux anciennes civilisations de l’Orient, est donc partagé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres et la Société asiatique : les deux institutions conjuguent leurs actions pour obtenir les fonds nécessaires à l’exercice d’une archéologie dont elles sont, l’une et l’autre, les garants scientifiques. La collaboration est d’autant plus aisée qu’après 1830, les membres de l’Académie sont de plus en plus nombreux à appartenir à la Société asiatique. Celle-ci, largement ouverte aux amateurs éclairés, apporte à l’orientalisme son concours qui renforce les crédits accordés par l’État.

  • 30 En 1833.
  • 31 Table générale des archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XV bis, Paris, (...)
  • 32 J. Mohl, Vingt-Sept Ans d’histoire des études orientales (1840-1867), 2 vol., op. cit., t. I, p. 26 (...)

31L’Académie des inscriptions et belles-lettres et la Société asiatique se portent garantes pour des missions, voyages et fouilles qui réclament des crédits : outre les ressources dont disposent les voyageurs eux-mêmes, ou celles que de généreux mécènes leur accordent, l’État, par ses ministères de l’Instruction publique, de l’Intérieur ou des Affaires étrangères, ou les Chambres elles-mêmes, peut leur remettre des indemnités, à l’instigation de savants reconnus pour leurs compétences. La part du financement officiel de l’archéologie augmente tout au long du xixe siècle, soit que l’État lance, sur le modèle de l’Expédition d’Égypte, des entreprises militaires ou diplomatiques où la science intervient, soit qu’il accorde des crédits à des missions individuelles, comme, par exemple, à Charles Texier qui se voit octroyer par les Chambres une subvention extraordinaire pour son exploration de l’Asie Mineure30. Jusqu’en 1842, année où est créé le Bureau des missions scientifiques et littéraires, les crédits affectés aux voyages et explorations, inscrits au chapitre XXI du budget (intitulé « Encouragements et secours aux savants et aux hommes de lettres ») ne dépassaient pas 12 000 francs31. Aucun plan d’ensemble, aucune directive ne présidait à l’attribution des allocations, insuffisantes pour permettre des travaux d’envergure et de longue haleine. J. Mohl, secrétaire de la Société asiatique, souligne les graves inconvénients de cette situation, qui nuit à l’essor de l’archéologie française à l’étranger et tout particulièrement en Orient. Il suggère la création d’une institution qui assurerait le financement des missions de longue durée et garantirait une orientation générale et concertée des recherches32.

54. Milet, le temple d’Apollon à Didymos, ou Dictyméïon. C. Texier, premier volume de la Description de l’Asie mineure faite par ordre du gouvernement français de 1833 à 1837, 3 vol., Paris, 1839-1849, pl. 136.Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 33 Table générale des Archives des missions scientifiques et littéraires, op. cit., t. XV bis, p. II.

32L’influence dont J. Mohl jouit auprès d’Henri Villemain, ministre de l’Instruction publique en 1842, permet d’obtenir qu’un crédit annuel de 112000 francs – environ dix fois la somme affectée jusque-là – soit inscrit au budget de 1843 et réservé aux voyages et missions scientifiques. C’est ainsi qu’est créé le Bureau des missions scientifiques et littéraires, institution stable, dotée de moyens financiers et d’un plan général d’intervention : « Elle a pour objet de constituer un système de voyages dirigés vers des recherches physiques et géographiques ou des études appliquées aux langues, à l’histoire, à ce qui peut en intéresser civilisation33. » Si le terme d’« archéologie » n’était pas prononcé, le ministre cependant, dans sa revue des grandes explorations accomplies avant 1842, rappelait le voyage de Champollion en Égypte. De plus, dès 1843, une somme de trois mille francs est allouée à P.-É. Botta pour la poursuite des fouilles de Khorsabad, et le peintre Flandin est attaché au chantier. À la fin de la même année, un nouveau crédit est accordé par les ministères de l’Instruction publique et de l’Intérieur, associés pour favoriser le dégagement du palais de Sargon.

33Les premières fouilles françaises en Mésopotamie coïncidaient avec le premier chantier archéologique officiellement financé par le Bureau des missions scientifiques et littéraires. J. Mohl, l’homme de science, avait su convaincre les hommes politiques de l’importance de ces travaux pour étendre l’influence de notre pays en Orient. Science et politique interfèrent et entretiennent des relations complexes : si P.-É. Botta est nommé au poste de consul que l’on crée à Mossoul, c’est grâce à l’expérience qu’il a acquise de l’Orient comme consul en Égypte et lors de son séjour au Yémen. Mais c’est aussi, et surtout, l’intérêt qu’il porte aux études orientalistes et qu’il manifeste au cours de ses conversations avec J. Mohl, qui détermine le secrétaire de la Société asiatique à intervenir en sa faveur auprès du pouvoir politique.

34À l’époque où Botta à Khorsabad fonde l’assyriologie, le Bureau des missions contribue à la reprise des activités archéologiques françaises en Grèce, par les crédits accordés en 1843 à Philippe Le Bas, pour une mission qui inclut l’Asie Mineure.

  • 34 Ibid., avertissement, p. III.

35La création d’une institution destinée à favoriser et développer les recherches scientifiques françaises à l’étranger a lieu au moment où, en Grèce, s’exacerbe la rivalité des nations européennes. Le Bureau des missions offre la possibilité d’implanter à Athènes « une mission permanente34 » qui fonctionnerait grâce aux crédits affectés au Bureau.

  • 35 Cf. G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; Bulletin de corre (...)

36En 1840, la Grèce bénéficie en France de l’enthousiasme qui anime les romantiques philhellènes, lecteurs de Chateaubriand et de Hugo. Le gouvernement Guizot est tout acquis à la cause grecque, et disposé à respecter le devoir de reconnaissance qui s’impose à la France, héritière de la civilisation des anciens Hellènes. La Grèce est à cette époque l’enjeu d’une âpre lutte d’influences, que se livrent la France et l’Angleterre. Le ministre de France à Athènes, Théobald Piscatory, pour favoriser les intérêts politiques de notre pays, fait appel à la science et soumet à Narcisse-Achille de Salvandy, Grand Maître de l’Université, le projet d’une « École française d’Athènes35 ».

37Il s’agit de renforcer par une action intellectuelle la politique d’intervention directe que mène T. Piscatory en soutenant ouvertement Jean Coletti, président du cabinet grec en 1844 : le ministre français compte rallier la classe cultivée grecque, qui a épousé la cause du « parti anglais ». Par ailleurs, les relations entre T. Piscatory et N.-A. de Salvandy sont étroites, et la perspective de créer un centre français de culture et d’enseignement à Athènes séduit le Grand Maître, soucieux d’illustrer l’Université confiée à sa direction.

38L’idée d’une telle fondation a germé, dès 1841, à Paris où sont réunis Piscatory et Coletti. En 1843, le premier s’installe à Athènes, à la tête de la légation de France, et est bientôt par le second : le projet suscite l’enthousiasme du « parti français » et une ordonnance du 17 octobre 1844 fonde à Athènes la Société des beaux-arts. Quelques mois plus tard, à Paris, l’Académie des beaux-arts, en sa séance du 22 février 1845, autorise les architectes de l’Académie de France à Rome à faire le voyage d’Athènes et à y séjourner quatre mois, pour y étudier les antiquités.

  • 36 Théodore Ballu (1867-1895) consacre son Envoi à l’Érechthéion, ainsi que Jacques Tétaz (1816-1865)  (...)
  • 37 A. de Laborde, Le Parthénon, documents pour servir à une restauration, Paris, 1848.
  • 38 Le Moniteur universel, 3 mars 1846, n° 62, p. 524, col. 2.

39De leur côté, Piscatory et Salvandy examinent ensemble le projet d’école française à Athènes. Ces diverses initiatives, prises à Athènes et à Paris, visent toutes à permettre l’ouverture dans la capitale grecque d’une institution inspirée du modèle romain de l’Académie de France. En effet, la décision de l’Académie des beaux-arts d’envoyer à Athènes des architectes de la villa Médicis est très vite mise en œuvre : sur proposition de Désiré Raoul-Rochette, les architectes Philippe Titeux, Théodore Ballu et Alexis Paccard s’installent dans la capitale grecque36. Leurs frais de mission sont assurés par le ministère de l’Intérieur. La légation de France à Athènes finance la restauration du portique des Caryatides, qu’Alexis Paccard entreprend au flanc sud de l’Érechthéion alors que le comte de Laborde assure les frais de la restauration du Parthénon, menée par Titeux et Paccard37. La présence et les travaux des architectes français sur l’Acropole autorisent T. Piscatory à annoncer dans Le Moniteur universel du 3 mars 1846, six mois avant l’ordonnance officielle de fondation : « L’École française d’Athènes est aujourd’hui installée38. »

40Le ministre de France en Grèce compte bien ainsi vaincre les hésitations de N.-A. de Salvandy, et accélérer le processus de la fondation. À la faveur des vacances des Chambres, et par conséquent sans discussion au Parlement, ni consultation d’une commission scientifique, l’ordonnance qui porte création d’« une école de perfectionnement, pour l’étude de la langue, de l’histoire et des antiquités grecques », placée sous l’autorité du ministre français près S. M. le Roi de Grèce, est signée par Louis-Philippe, le 11 septembre 1846.

  • 39 L’École normale supérieure est l’héritière des écoles normales ouvertes à Paris par décret du 9 bru (...)

41Pour éviter d’avoir à faire voter un crédit spécifique, les fonds nécessaires au fonctionnement de l’institution sont fournis par le Bureau des missions, et prélevés sur les chapitres XXVI et XXVII de la loi de finance : « missions scientifiques » et « encouragement aux lettres ». La permanente française composée d’élèves de l’École normale supérieure39, agrégés des classes d’humanités, d’histoire ou de philologie, qui s’engagent à séjourner deux ans à Athènes, une troisième année pouvant être accordée sur décision du Grand Maître de l’Université.

42L’École d’Athènes, conçue comme un centre d’enseignement primaire, secondaire et supérieur, dont le rôle est d’amplifier l’influence française dans le Levant, ne reçoit aucun programme : l’exclusion des agrégés de grammaire en rejette d’emblée la philologie ; les beaux-arts, l’architecture et l’archéologie, sur lesquels reposait le projet lancé par Piscatory, sont laissés en retrait.

  • 40 G. Radet, op. cit., p. 31.

43En effet, la création d’une section des Beaux-Arts exigeait l’adhésion du ministre de l’Intérieur dont dépendait l’Académie de France à Rome ; on risquait d’allonger la durée des démarches alors que l’École d’Athènes est créée dans l’urgence politique. En outre, cela revenait à placer la nouvelle institution sous la tutelle de son illustre ancêtre de Rome, ce à quoi se refusait N.-A. de Salvandy, attaché à « réserver l’indépendance de l’institution qu’il fonde40 ». Voilà pourquoi la section des Beaux-Arts ne verra le jour qu’en 1859.

44L’École française d’Athènes, née du cerveau politique de T. Piscatory, restera un centre français d’enseignement mis au service de la diffusion de notre culture en Grèce jusqu’en 1850, année où elle recevra une nouvelle charte et sera placée sous le patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; elle s’orientera alors définitivement – non sans traverser de nombreuses difficultés – vers la recherche érudite et scientifique.

45L’histoire des origines de l’École française d’Athènes permet de saisir la complexité des liens entre science et politique : une institution, tout d’abord conçue comme un moyen pour répondre à une situation contingente, et dont la naissance est favorisée par le pouvoir politique sous l’autorité duquel elle est placée, offre à la science le cadre où s’épanouir. Lorsqu’elle bénéficiera du patronage et des directives de l’Académie des inscriptions, l’archéologie et la philologie y seront cultivées et, même si ses membres et les savants qui encouragent leurs travaux ont conscience de concourir au prestige de la France, la science prendra le pas sur la politique.

  • 41 M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie. Une héritière méconnue de laco (...)

46La commission pour l’exploration scientifique d’Algérie41 offre un autre exemple des relations que nourrissent science et politique, à cette époque où se mettent en place des institutions qui permettront l’essor de l’archéologie.

  • 42 P. A. Février, Approches du Maghreb romain, vol. 1, chap. I, « Les étapes de la recherche : colonis (...)
  • 43 Ibid., p. 23.
  • 44 En 1844, ils s’adressent à Dureau de La Malle pour écrire une Histoire de l’Afrique ancienne.
  • 45 Stéphane Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, 8 vol., Paris, 1913-1928, et L’Histoire de (...)

47Jusqu’en 1830, l’Algérie avait été visitée par quelques voyageurs, dont certains français, mais, naturalistes et géographes pour la plupart, ils ne portaient que peu d’intérêt à l’archéologie42. La perspective est radicalement changée par la conquête de la régence d’Alger, « où nous [les Français] avons recommencé, au profit de la civilisation et de l’humanité [...] l’œuvre des Romains43 ». Cette conviction que la France en Algérie marche dans les traces de Rome, et qu’une Histoire de l’Afrique ancienne, en analysant les circonstances et les conditions de la colonisation romaine, doit favoriser l’entreprise française, est partagée tout au long du xixe siècle, aussi bien par les éditeurs Firmin-Didot44, les savants Léon Renier ou Stéphane Gsell45, que par les autorités militaires.

  • 46 Cité par A. Février, op. cit., p. 30.
  • 47 Rapports élaborés en 1833 et 1837, et publiés dans les Mémoires de l’Académie des inscriptions et b (...)

48En 1833, dans une lettre au secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le maréchal Soult émettait le vœu que la science s’associât à « cette œuvre de civilisation qui commence en Afrique sous la protection de nos armes »46. La connaissance de la géographie de la « Maurétanie » et des cadres de la colonisation romaine servirait la science en même temps que les intérêts politiques et administratifs. Le ministère de la Guerre demandait à l’Académie d’établir un programme de recherches, pour l’histoire et l’archéologie, en Algérie47.

  • 48 Adrien Berbrugger (1805-1869), ancien élève de l’École des Chartes, secrétaire du général Clauzel e (...)
  • 49 Karl Benedikt Hase (1780-1864), philologue français d’origine allemande. Professeur de paléographie (...)

49Avant que ne soit mise en place la première commission pour l’étude scientifique de l’Algérie, amateurs et officiers s’attachent à la découverte et à la mise en valeur du patrimoine antique, tel Adrien Berbrugger48, qui allait fonder le musée d’Alger, et fut son premier conservateur. La recherche sur le terrain est l’apanage des officiers qui signalent les ruines et copient de très nombreuses inscriptions. Ces officiers, amateurs d’archéologie, avaient pour un grand nombre d’entre eux bénéficié de l’enseignement de Karl Benedikt Hase, professeur à l’École polytechnique depuis 1830, qui leur dispensait des cours sur l’histoire antique et les avait formés à la copie d’inscriptions49. Lui-même est d’ailleurs chargé, en 1839, d’une mission en Algérie. Des sociétés se créent qui réunissent les officiers férus d’archéologie.

55. Timgad (Thamugadi), Algérie, le forum en 1860. E. Boeswillwald, R. Cagnat, A. Ballu, Timgad. Une cité africaine sous l’empire romain. Plans et dessins exécutés par le Service des Monuments historiques de l’Algérie, Paris, 1905, pl. XI. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

56. Timgad (Thamugadi), Algérie, l’arc dit de Trajan, reproduction d’un dessin du capitaine Delamare.E. Boeswillwald, R. Cagnat, A. Ballu, Timgad. Une cité africaine sous l’empire romain. Plans et dessins exécutés par le Service des Monuments historiques de l’Algérie, Paris, 1905, pl. XVI. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

57. Cirta (Constantine), Algérie, vestiges romains. A. Ravoisié, premier volume de l’Exploration scientifique de l’Algérie dans les années 1840, 1841, 1842... Beaux-Arts, architecture et sculpture, 3 vol., Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1846, pl. 14. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 50 C. T. Falbe (1791-1849), Recherches sur l’emplacement de Carthage augmentées d’une carte archéologi (...)
  • 51 A. Février, op. cit., p. 32.

50En 1837, la prise de Constantine s’accompagne de la création, au sein de l’armée expéditionnaire, d’une commission chargée d’explorer le pays et de recueillir tous les documents, inscriptions, « objets d’art et d’antiquité ». En faisaient partie des militaires, un médecin, un chirurgien, un pharmacien et A. Berbrugger qui établit un rapport provisoire. Y appartient aussi C. T. Falbe50, ancien consul de Danemark à Tunis qui, pendant onze ans, avait procédé à la reconnaissance topographique du site de Carthage, dont il avait donné un plan. Cette commission, placée sous l’autorité du ministère de la Guerre, projetait d’étendre ses travaux à la régence de Tunis et à celle de Tripoli, associant étude des monuments, relevé des inscriptions et description des voies militaires anciennes : « Cartographier et tenir le pays étaient donc des tâches complémentaires auxquelles l’archéologie pouvait apporter sa contribution51. »

  • 52 Cf. M. Dondin-Payre, « Une institution méconnue : la Commission d’exploration scientifique de l’Alg (...)
  • 53 Amable Ravoisié, architecte, participe à l’expédition de Morée en 1829. Cf. en particulier Monument (...)
  • 54 Charles Texier (1802-1871), inspecteur des travaux publics et archéologue. Il est nommé inspecteur (...)

51Dès 1838, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, soucieuse depuis le début de la conquête de voir se développer des recherches scientifiques en Algérie, est informée des activités de cette première commission, élargie en 1839 et intégrée au Comité des travaux historiques et scientifiques avec pour vocation « l’exploration scientifique de l’Algérie52 ». Composée de vingt membres, elle réunit des académiciens, des officiers et des amateurs, parmi lesquels encore A. Berbrugger. Elle comporte deux sections, l’une pour les beaux-arts, l’architecture et la sculpture, présidée par Amable Ravoisié53, et l’autre pour l’archéologie, sous l’autorité du capitaine Adolphe Delamare. Tous deux font faire des progrès décisifs à la connaissance du patrimoine archéologique de l’Algérie : de 1840 à 1844, l’officier et l’architecte parcourent le Constantinois procédant au relevé systématique des monuments et des vestiges de villes dont ils exécutent aquarelles, dessins et plans. C’est Delamare qui, en 1844, alors qu’il participe à l’expédition du duc d’Aumale vers Biskra, découvre une inscription dédiée au Génie de Lambaesis, qui permet d’identifier le site, où il reviendra en 1850 avec Léon Renier. Preuve de l’intérêt que l’administration française porte aux monuments antiques, en 1845, le maréchal Soult confie l’inspection générale des bâtiments civils à Charles Texier, architecte, auteur d’une importante mission en Asie Mineure, qui avait travaillé à Fréjus, à Ostie et en Orient54.

52Des sociétés savantes, animées par les notables des villes, voient le jour à cette époque mais leur existence est brève ; il faut attendre le Second Empire pour voir se développer des sociétés dynamiques et durables. Cependant, en 1848, l’impulsion que les exigences militaires de la Conquête ont donnée à l’archéologie en France retombe : les événements politiques en sont la cause. L’« exploration scientifique de l’Algérie », qui concilie exigences politiques de la conquête et progrès de la connaissance scientifique, commence brillamment mais sera mise en sommeil pendant le Second Empire : l’archéologie subit les conséquences du peu d’intérêt que Napoléon III portait à la colonie.

  • 55 Colonel Jean Baradez, Fossatum Africae. Recherches aériennes sur l’organisation des confins saharie (...)

53Entre 1830 et 1850, les officiers donnent à l’archéologie de terrain une impulsion décisive, et sont les premiers d’une longue lignée des leurs à se faire archéologues ; on assiste alors à la naissance d’une tradition, qui se maintiendra tout au long du xixe siècle, pour culminer au xxe siècle avec les travaux remarquables du colonel Baradez55.

54La création d’une institution, qui réunit dans la même commission académiciens, officiers et amateurs, est déterminante pour la recherche, son développement et son organisation : dès 1880, l’Algérie sera dotée d’un service des Monuments historiques, qui assumera la protection du patrimoine archéologique

55En 1848, le patronage de l’archéologie relève d’instances qui se sont diversifiées en cette première moitié du xixe siècle : l’Académie des inscriptions et belles-lettres, au sein de laquelle s’est formée, depuis le xviie siècle, une tradition de recherches sur l’Antiquité grecque, romaine et orientale, conforte l’essor de l’archéologie métropolitaine avec les institutions mises en place par F. Guizot et les sociétés savantes, de plus en plus nombreuses sur tout le territoire. Académie et Comité des travaux historiques et scientifiques collaborent encore pour favoriser l’« exploration scientifique de l’Algérie », où se développent les recherches sur le terrain.

56Dans le domaine de l’orientalisme, la Société asiatique favorise l’ouverture du premier chantier de fouilles en Mésopotamie, et la création du Bureau des missions scientifiques et littéraires, grâce auquel l’archéologie française s’exerce hors de nos frontières. En Italie, l’Institut de correspondance archéologique, dont la fondation et le fonctionnement doivent beaucoup aux ducs de Luynes et de Blacas, organise la collaboration internationale. La place de nos savants y est très importante, même si 1848 marque le retrait des mécènes français. En Grèce, l’École française d’Athènes est appelée à jouer un rôle déterminant pour le développement de l’archéologie classique.

57L’archéologie française reçoit donc très tôt des institutions qui doivent permettre son épanouissement. Cependant, alors qu’en Allemagne l’enseignement de la philologie et de l’archéologie est assuré dans de très nombreuses universités, en France le problème de la formation des archéologues se posera encore très longtemps.

58Qui sont-ils donc ceux qui, jusqu’en 1848, exercent l’archéologie, quelle est leur formation, quels sont les fruits de leur activité, et comment divulguent-ils les connaissances acquises ?

Les « acteurs » de l’archéologie

  • 56 P. Pinon, « Les architectes et l’archéologie », Préfaces, juil.-sept. 1987, p. 72-75.
  • 57 F. C. Mougel, « La Société des Dilettanti (1734-1800) », Revue historique, avril-juin 1978, p. 389- (...)
  • 58 Ils sont envoyés par la société londonienne des Dilettanti, et publient Antiquities of Athens mesur (...)
  • 59 J. D. Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris, 2. vol., 1758.

59Dans la première moitié du xixe siècle, l’archéologie devient activité de terrain et ne s’exerce plus exclusivement dans les cabinets des érudits et sur les collections des antiquaires. Ce sont non seulement des voyageurs, mais des peintres et des architectes qui, dès le milieu du xviiie siècle, se rendent en Italie, en Grèce mais encore en Égypte et au Proche-Orient, pour y étudier les monuments et en faire des relevés précis56. Nombreux sont les Anglais, membres de la Société des Dilettanti57, dont l’activité stimule celle des Allemands et des Français : alors que James Stuart et Nicolas Rivett, respectivement peintre et architecte, mesurent et dessinent les antiquités d’Athènes et donnent un plan de l’Acropole58, l’architecte français Julien-David Le Roy, pensionnaire de l’Académie de France à Rome, en fait tout autant59.

  • 60 Comte J.-B. de Clarac, Fouilles de Pompéi, 1813.
  • 61 F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, Paris, Firmin-Didot, 4 vol., 1824-1838.
  • 62 À partir de 1810, sous l’autorité de la commission aux embellissements de Rome, créée par Napoléon (...)
  • 63 W. Wilkins, Antiquities of Magna Graecia, Londres, 1807.
  • 64 R. C. Cockerell relève les temples de Girgenti-Agrigente en 1812. En 1822, S. Angell et W. Harris, (...)
  • 65 Entre 1840 et 1844, il procède, avec le capitaine d’artillerie A.-H. Delamare, au relevé systématiq (...)

60À Pompéi, les souverains français de Naples, Murat et Caroline Bonaparte, intensifient les fouilles, auxquelles assiste le comte de Clarac60, qui deviendra conservateur des Antiques au Louvre ; par ailleurs, l’architecte F. Mazois est chargé d’exécuter le relevé des antiquités de Campanie61. À Rome, l’architecte J.-F. Ménager dirige les travaux de dégagement de nombreux monuments du Forum62. En Italie, l’activité des Dilettanti londoniens s’applique à la Grande Grèce63 et à la Sicile64, où le duc de Luynes, accompagné de l’architecte F.-J. Debacq, fait des fouilles et des relevés à Métaponte en 1828. La Commission scientifique de Morée s’en remet pour l’archéologie à un architecte, Abel Blouet qui, avec L.-J. Dubois, engage des travaux à Olympie. À Athènes, à la veille de la fondation de l’École française, les architectes Titeux, Ballu et Paccard étudient et restaurent certains monuments de l’Acropole. En Algérie, le rôle de l’architecte Amable Ravoisié est déterminant pour la connaissance du patrimoine monumental ancien65. En Perse et en Mésopotamie, c’est un peintre, Eugène Flandin, et un architecte, Pascal Coste, qui accomplissent un travail remarquable en dessinant, copiant, mesurant les monuments, à Khorsabad comme à Persépolis.

  • 66 Charles Lenormant (1802-1859) publie l’article intitulé « L’Archéologie », d’abord dans l’Encyclopé (...)
  • 67 Ibid.

61Cependant, ceux que Charles Lenormant désigne comme « les vrais archéologues66 », entrent en scène et se distinguent des antiquaires par leur connaissance de l’histoire de l’art, et leur capacité à « expliquer les monuments par les livres et les livres par monuments67 ». En 1844, ce sont Antoine Quatremère de Quincy et Ennio Quirino Visconti qui, pour C. Lenormant, réalisent l’idéal de l’archéologue : ce modèle est bien différent du nôtre, puisqu’il ne se réfère, et explicitement, qu’à l’archéologie classique et s’applique à l’étude d’objets de collections. Les membres fondateurs de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, et en premier lieu Eduard Gerhard, répondent à la même conception.

62Pour l’Allemand comme pour le Français, l’activité de terrain ne définit pas encore l’archéologue, qui, selon eux, doit être à la fois philologue et historien, et auquel revient la compréhension et l’interprétation des « monuments », au sens d’« objets », sans que soit encore envisagée l’étude des sites. L’homme de terrain exécute les fouilles et se distingue de l’« archéologue », qui, au sens de C. Lenormant, examine le produit des travaux du premier et en tire les conclusions d’ordre historique. Ce partage des rôles et des fonctions ne constitue pas une nouveauté, si l’on se réfère aux rapports qu’entretenaient à la fin du xviiie siècle les érudits attachés à l’étude des langues orientales et les voyageurs qui leur fournissaient des documents épigraphiques. Cependant, l’ouverture de véritables chantiers archéologiques imposera de nouvelles définitions de l’archéologue, la fusion entre homme de terrain et homme de science s’opérant à la fin du xixe siècle.

63En 1848, la fouille de Khorsabad est la première et la seule entreprise archéologique de vaste envergure et de longue haleine, officiellement soutenue par les institutions françaises. C’est à partir de 1850 qu’en Grèce et en Égypte de véritables fouilles s’ouvriront. Charles-Ernest Beulé, membre de l’École d’Athènes, pour décrire l’Acropole, y sonde le sol et se fait archéologue de terrain. Auguste Mariette, quant à lui, inaugure au Sérapeum de Memphis une longue carrière d’archéologue militant. En Mésopotamie, tout au long du xixe siècle, les diplomates en poste dans le pays continueront à diriger les travaux sur le terrain.

64Ces archéologues amateurs se rattachent cependant aux institutions officielles de patronage de l’archéologie : les auteurs de missions et de fouilles en Orient ont en général suivi à l’École spéciale des langues orientales, ou au Collège de France, les cours d’Isaac Sacy ; ils sont en rapports étroits avec la Société asiatique, et ils font le compte rendu de leurs découvertes à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Les objets et monuments recueillis entrent au Louvre, où les conservateurs les exposent, les étudient et les présentent dans des catalogues. Ainsi, Adrien de Longpérier, conservateur des Antiques, consacre-t-il une Notice aux monuments de Khorsabad et déchiffre les inscriptions cunéiformes gravées sur les taureaux androcéphales.

  • 68 A. de Longpérier, Notice des Antiquités assyriennes, babyloniennes, perses, hébraïques, 3e éd., Par (...)

65Les méthodes de datation proprement archéologiques n’étant pas encore mises au point, « il appartient à la philologie [souligné par nous] de donner à ces monuments toute leur valeur en dévoilant le secret des nombreuses inscriptions cunéiformes qui seules pourront assigner une place exacte dans l’histoire à tant de précieux restes d’un monde détruit »68. Le temps est encore loin où pratiquée selon des critères scientifiques rigoureux, permettra, même en l’absence d’éléments d’ordre philologique ou historique, l’interprétation des sites, des monuments, des objets et des cultures révélés par les fouilles.

66Il faudra la découverte de la Préhistoire, en Europe occidentale et aussi en Orient, pour mettre en évidence l’importance fondamentale du travail de fouille, qui détermine la compréhension de ce que l’on met au jour. Le préhistorien impose la figure de l’archéologue au sens moderne du terme : tout à la fois homme de terrain, qui exhume les vestiges en veillant à les relever et à les présenter systématiquement, et homme de science qui, à partir des informations recueillies pendant le travail de fouille, élabore l’interprétation des données objectives, en incluant celles d’ordre historique, linguistique ou religieux, comme c’est le cas tout particulièrement pour les périodes dites protohistoriques.

  • 69 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, vol. 2, Techniques et problèmes, Paris, Albin Michel, 1953, (...)

67Cette conception de l’archéologie ne peut être mise en œuvre qu’au terme d’une formation, non seulement aux disciplines historiques et philologiques, mais aussi à la pratique de l’archéologie de terrain. Or, force est de constater, comme le déplore encore André Parrot en 195369, qu’une telle formation au « métier » d’archéologue n’a été mise en place que très tardivement en France.

  • 70 Emmanuel de Rougé (1811-1872) occupe la chaire de « Philologie et archéologie égyptiennes » du Coll (...)

68En 1848, les auteurs de missions en Orient bénéficiaient de l’enseignement de l’École spéciale des langues orientales et du Collège de France, où enseignaient les plus prestigieux orientalistes d’Europe. Si Champollion n’avait trop tôt disparu, l’égyptologie aurait pu être l’objet d’un enseignement où l’archéologie et l’histoire de l’art auraient occupé une place équivalente à celle de la philologie. Or, c’est seulement en 1860, qu’Emmanuel de Rougé, formé à la doctrine de Champollion, restaure l’enseignement de l’égyptologie au Collège de France, l’intitulé de sa chaire associant philologie et archéologie70. Mais jusque-là l’enseignement du Collège de France, pour les disciplines qui se rapportent à l’Antiquité classique ou orientale, est essentiellement philologique.

69Le Cabinet des médailles, puis l’École des Chartes, dispensent un « cours d’archéologie », mais si l’un concerne l’Antiquité classique, l’autre ne porte que sur les monuments français du Moyen Âge, et aucun des deux n’envisage l’archéologie dans sa pratique sur le terrain.

70De l’École normale supérieure sont issus les membres de l’École française d’Athènes, mais entre 1846 et 1850, ce sont des jeunes gens formés aux lettres latines et grecques et à la rhétorique ou à l’histoire, qui n’ont de l’archéologie que de très vagues notions. L’épigraphie y est cependant enseignée par Philippe Le Bas, maître de conférences, qui fait naître une véritable école française de cette science auxiliaire de l’histoire. À l’École polytechnique, l’helléniste Karl Benedikt Hase forme à l’épigraphie les officiers appelés à poursuivre la conquête de l’Algérie.

  • 71 G. Perrot, « Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours », Revue desDe (...)
  • 72 J. Reinach, cité par O. Carbonell, L’Historiographie, Paris, 1981, chap. IX.

71En 1848, il existe donc en France un embryon d’enseignement de l’archéologie, et on assiste au renouveau des études. Cependant, comme le souligne Georges Perrot en 1880, « nous n’avons jamais eu d’école d’archéologie qui pût rivaliser, par sa fécondité et son aptitude à poursuivre de grandes œuvres collectives, avec celle qu’avait fondée Eduard Gerhard71 ». En effet, l’Institut de correspondance archéologique de Rome reçoit de jeunes érudits allemands formés dans les universités de leur pays aux méthodes précises et rigoureuses de la philologie, pour qu’ils s’initient aux « lentes analyses qui font jaillir la vérité historique d’une stèle funéraire ou d’un tesson d’amphore72 ».

  • 73 En 1825, Stackelberg, Panofka, Kestner et Gerhard établissent l’inventaire du musée Bourbon de Napl (...)
  • 74 Cf. A. Michaelis, Storia dell’Instituto Archeologico germanico 1829-1879, Rome, 1879.

72Dès 1831, et la publication de son Rapporto intorni i vasi Volcenti, E. Gerhard établit les fondements de la céramologie moderne et suscite la rédaction de catalogues et de corpus de différentes catégories de monuments73. Peu de temps après sa fondation, l’Institut de Rome a ce caractère d’« Oberuniversität » qui s’accentuera encore à partir de 185674. Le cercle des jeunes Allemands qui s’installent en Italie ne cesse de s’élargir à partir de 1837. Emil Braun, qui succède à Eduard Gerhard à la direction de l’Institut, en fait un centre d’enseignement de l’archéologie pour les philologues formés dans les universités allemandes : ainsi, en 1838-1839, il transmet à Otto Jahn les principes de l’analyse de l’art antique par ses monuments. Les leçons du maître porteront leurs fruits, puisque l’œuvre magistrale de l’élève, Beschreibung der Vasensammlung Königs Ludwigs, publiée à Munich en 1854, fixera pour longtemps les règles de la céramologie. Heinrich Brunn, Theodor Mommsen, John Lewis Burkhardt, George Dennis, l’ami d’Emil Braun, profiteront des « séminaires archéologiques » que le secrétaire de l’Institut organise dans les musées de Rome.

73La France n’offrant pas aux éventuels archéologues de formation scientifique équivalente, il faudra attendre la réforme de l’École française d’Athènes, et la définition précise de sa mission, pour que se lève une nouvelle génération d’archéologues, issus de l’École normale supérieure, très informés des recherches allemandes et désireux de les égaler : à partir de 1850, s’installent à Athènes, les Alexandre Bertrand, Léon Heuzey, Georges Perrot, Albert Dumont... Le mouvement qu’ils impriment sera renforcé par la création en 1868 de l’École pratique des hautes études.

  • 75 E. Q. Visconti, Notice des statues, bustes, bas-reliefs et autres objets composant la galerie des A (...)

74Si les conceptions de la formation à dispenser aux archéologues sont bien différentes en France et en Allemagne, l’activité des archéologues enrichit pareillement les collections publiques et privées, et la « politique muséographique » offre dans les deux pays de nombreuses analogies. En effet, les collections réunies par les diplomates européens en Égypte sont proposées aux grands musées à Paris, Turin, Londres et Berlin. Les missions et les fouilles ont pour but et résultat d’enrichir les musées européens chargés d’offrir au public l’image du rayonnement des États et d’assurer leur prestige. Cependant, les préoccupations strictement scientifiques s’affirmeront, au même titre que la recherche de la gloire : certes, le voyage de Champollion de 1828 est bien, dans l’esprit de Charles X, le moyen de rivaliser avec l’Empire, en favorisant une entreprise dont le retentissement sera aussi grand que celui de la fameuse « expédition ». Le « déchiffreur » n’en accomplit pas moins sa mission en obéissant à des critères scientifiques, dans le respect des sites, des monuments et des objets. Champollion, quand il organise le Musée égyptien du Louvre, est avant tout soucieux de faire connaître au public la civilisation égyptienne. Il a une conscience très aiguë de l’importance du rôle joué par les musées dans la formation du public, et l’ouverture des musées égyptien et assyrien au Louvre a favorisé l’essor de l’égyptologie et de l’assyriologie. De même, si la galerie des Antiques du Musée central des arts devait servir la gloire de Bonaparte, qui l’avait constituée en « pillant » les collections italiennes, son conservateur, Ennio Quirino Visconti, en dresse le catalogue selon les principes de son maître Winckelmann, et met ainsi en œuvre une histoire de l’art radicalement novatrice75.

  • 76 L. Hautecœur, Histoire du louvre des origines à nos jours : 1200-1928, Paris, 1928.
  • 77 K. Pomian, Collectionneurs, Amateurs et Curieux. Paris-Venise xvie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, (...)
  • 78 S. Maffrei, La Religione de’gentili nel morire ricavata da un basso rilievo antico che si conserva (...)
  • 79 T. Gaehtgens, « Le musée Napoléon et son influence sur l’histoire de l’art », dans Histoire de l’hi (...)
  • 80 J. Chatelain, Dominique Vivant Denon et le Louvre de Napoléon, Paris, 1973 ; P. Lelièvre, Vivant De (...)

75La première moitié du xixe siècle voit s’organiser le Musée du Louvre76 et, sous l’impulsion de l’État et des sociétés savantes, se former de nombreux musées en province. La naissance des musées archéologiques est l’une des conséquences du développement des études antiquaires au xviiie siècle. C’est en Italie que les créations de musées sont les plus précoces, et le Museum veronense, fondé en 1749 par le marquis Scipione Maffei dans sa ville natale, en est un exemple remarquable77. Lors de son séjour à Paris, en 1735, l’illustre antiquaire italien conçoit et propose le projet d’un musée des antiquités et des inscriptions, qui pourrait être abrité au palais des Tuileries78. Mais il ne rencontre alors qu’indifférence ou même hostilité, malgré le soutien de son ami le comte de Caylus, qui reprendra le projet après la mort de Maffei en 1755. L’idée d’un Muséum d’antiquités est relancée en 1786, par le marquis d’Angiviller, directeur des bâtiments, jardins, manufactures et académies de Louis XVI, mais le Musée central des arts sera créé par la Convention et son décret du 16 septembre 1792 : le 18 brumaire an II, la « Galerie publique » est ouverte, puis, en 1800, est inauguré le musée des Antiques, constitué des anciennes collections du roi et bientôt prodigieusement enrichi du « butin » rapporté d’Italie par Bonaparte79. Dominique Vivant Denon est nommé directeur général et le restera jusqu’en 1815, date à laquelle il démissionnera80.

  • 81 E. Pommier, « Naissance des musées de province », dans P. Nora, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallim (...)
  • 82 C. de Chennevières-Pointel, Du rapport adressé par M. le Directeur des Musées Nationaux à M. le Min (...)

76L’exigence, qui se fait jour avec la Révolution française, de favoriser l’éducation culturelle du peuple sur tout le territoire national se manifeste, sous le Consulat, par la création officielle des musées de province, par le décret de Chaptal, ministre de l’Intérieur, en date du 14 fructidor an IX (1er septembre 1801)81 : en 1848, on comptera environ deux cents collections publiques en province82. Le mouvement historique de 1830 et les créations de Guizot, Comité des travaux historiques, Commission des monuments historiques et Comité historique des arts et monuments, suscitent en province la naissance de nombreuses sociétés savantes qui, très souvent, se pourvoient de musées pour y recueillir et exposer les objets archéologiques que les amateurs relèvent lors de prospections ou de fouilles.

  • 83 Ibid.
  • 84 Ibid., « Projet d’instruction pour les inspecteurs délégués par la direction des musées nationaux d (...)

77En 1848, les liens qui doivent unir les musées des départements avec le Musée central – le Louvre – sont explicités dans le rapport de Jeanron, directeur des Musées nationaux de la IIe République, au « citoyen-ministre de l’Intérieur », Ledru-Rollin. Philippe de Chennevières, attaché à l’administration du Louvre, avait inspiré ce texte, où il constate que « les musées de province sont livrés au plus profond oubli et au plus affligeant abandon », et en déduit la nécessité d’une administration centrale des musées de province. Le rapport Jeanron aboutit à la nomination de quatre inspecteurs, attachés à la direction des Musées nationaux, et chargés d’établir « un inventaire général, estimatif et raisonné de tous les objets composant chaque musée départemental ». D’autre part, « un modèle de catalogue, arrêté par la direction des Musées nationaux serait communiqué et recommandé aux conservateurs » en province83. Le même esprit, qui avait inspiré F. Guizot dans la création du Comité des travaux historiques, préside aux mesures préconisées par l’éphémère république de 1848 : il s’agit de favoriser l’essor des institutions savantes en province, mais en les soumettant à l’autorité de l’État et de l’administration centrale, dont émane « un pouvoir tout protecteur, tout organisateur et qui ne veut fermement que faire jouir la France entière de toutes ses richesses d’art en lui en révélant le nombre et l’importance84 ».

78Sous le Second Empire, la question des rapports des musées de province avec le pouvoir central sera à nouveau posée à l’occasion de l’« affaire Campana », dans laquelle le marquis de Chennevières, devenu inspecteur des musées de province en 1852, interviendra activement.

  • 85 Description des antiques du Musée royal commencée par feu M. le Chevalier Visconti, continuée et au (...)
  • 86 Comte J. B. de Clarac, Musée de sculpture antique et moderne, Paris, 1826-1841.
  • 87 S. Reinach publie, en 1897, un Répertoire de la statuaire grecque et romaine dont il intitule le pr (...)
  • 88 Ibid., t. I, introduction, p. VI.
  • 89 Comte J.-B. de Clarac, op. cit., t. I, avant-propos, p. XLIX.

79La volonté de répertorier les objets conservés dans les musées et de les faire connaître par des catalogues s’applique d’abord au musée du Louvre, avant que l’on ne souligne la même nécessité pour les musées de province. En effet, E. Q. Visconti, qui a suivi Bonaparte à Paris, assure la conservation de la galerie des Antiques de 1802 à 1818 et rédige les premiers catalogues du Louvre. Après lui, le comte de Clarac (1777-1847) occupe la même charge et, dès 1820, complète la Description des antiques du Musée royalcommencée par son prédécesseur85. Il se consacre entièrement à l’ordonnancement des collections et conçoit l’idée « d’un musée qui offrirait toutes les statues de l’Europe86 », immense catalogue qu’il réunit à partir de 1822 et poursuit vingt-cinq ans durant. Son ambition est d’offrir l’inventaire des statues antiques que possèdent les musées publics et les collections particulières en France et en Europe. Son ouvrage se présente sous la forme d’un « recueil iconographique », dont Salomon Reinach87 souligne, qu’en dépit du désordre de la présentation, les gravures « sont supérieures à tout ce qu’on a jamais fait dans le même genre88 ». Au texte et aux planches s’ajoutent des « tables très complètes, l’une méthodique, l’autre alphabétique [...] qui offrent ainsi, ou du moins à bien peu d’exceptions près, toutes les statues antiques de l’Europe et feront connaître les endroits où elles se trouvent89 ». Les œuvres plastiques sont réparties en des tableaux chronologiques et Clarac établit une liste alphabétique des artistes. Même si ce catalogue, qui est l’œuvre d’un antiquaire plus que d’un archéologue, ne répond pas aux exigences scientifiques et aux critères de classement systématique et raisonné, qu’E. Gerhard et ses émules prônent et illustrent, c’est, jusqu’en 1880, le plus riche recueil des monuments plastiques, irremplaçable par l’indication qu’il donne des sources, des mesures et des restaurations des statues.

  • 90 F. G. Welcker, Annali del’Instituto di Corrispondenza Archeologica, 1833, p. 143.
  • 91 J.-F. Champollion, Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X, Paris, 1827.
  • 92 A. de Longpérier, Notice des monuments exposés dans la galerie d’antiquités assyriennes, au Musée d (...)

80Clarac a une conscience précoce de la nécessité de fournir un outil documentaire qui permette l’étude de la statuaire antique. N’ayant pas bénéficié d’une initiation aux méthodes élaborées par les philologues en Allemagne, il ne parvient pas à soumettre son œuvre à un ordre proprement scientifique, mais l’attention qu’il porte aux techniques employées par les artistes antiques est tout à fait remarquable. F. G. Welcker, qui rend compte de l’ouvrage de Clarac dans les Annali de l’Institut de correspondance archéologique de Rome en 1833, en souligne l’importance et lui reconnaît le mérite « d’étendre tant sur le domaine de la technique que sur celui de la littérature, sa vue dans toutes les directions90 ». L’entreprise de description des monuments du Louvre, commencée par Visconti et Clarac pour les Antiques, est poursuivie par J.-F. Champollion pour le Musée égyptien91, et par A. de Longpérier pour le Musée assyrien92. Alors même que les savants des musées se montrent de plus en plus soucieux de présenter et d’expliquer les monuments et les objets au public, pour le former et faire grandir son intérêt pour l’archéologie, des publications périodiques spécialisées voient le jour, qui se fixent le même objectif et se donnent un rôle d’impulsion et de coordination, toutes deux nécessaires à l’essor des recherches.

81L’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui, depuis 1717, rend compte de ses travaux dans les Mémoires, leur assure une plus large diffusion encore grâce au Journal des savants, dont l’Institut de France assure la publication au début du xixe siècle. La Société royale des antiquaires de France inaugure elle aussi ses Mémoires en 1817 et A. de Caumont, en même temps qu’il fonde la Société française d’archéologie, la dote en 1834 d’un Bulletin monumental. À partir de 1822, le Journal asiatique se fait l’écho des recherches dans les divers domaines de l’orientalisme. En 1839, la Bibliothèque de l’École des Chartes est la première revue historique à paraître en France. En 1849, le Bureau des missions scientifiques et littéraires se pourvoit d’Archives, où sont publiés les rapports des missionnaires et les mémoires des membres de l’École d’Athènes. Les publications de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, dont le rôle a été déterminant dans la formation d’une véritable « science archéologique », doivent leur existence à la collaboration internationale et en particulier à la part très active prise par les Français dans leur création. Le duc de Luynes décide de publier, à Paris, Les Nouvelles Annales qui n’éveillent aucun intérêt chez le public français, encore peu ouvert à l’archéologie. Déçu, de Luynes renoue alors avec la publication romaine et, avec Jean de Witte, se charge de la rédaction de la moitié du volume français. Les Annales sont alors imprimées tantôt à Paris, tantôt à Rome. En 1846, tous les frais éditoriaux sont assumés par le mécène français. L’exemple donné par Rome suscite, à partir de 1840, la création de publications archéologiques dans les grands pays européens.

  • 93 E. Gerhard, dans sa présentation de la revue, fait explicitement référence aux publications ancienn (...)
  • 94 C. Le Roy, « Cinquante ans de littérature archéologique à travers la Revue archéologique et ses lec (...)
  • 95 Revue archéologique, 1, avril 1844, ou « Recueil de documents et de mémoires relatifs à l’étude des (...)
  • 96 Revue archéologique, 1, avril 1844, « Avertissement de l’éditeur ».

82La même année 1843, paraissent l’Archaeological Journal de Londres et l’Archäologische Zeitung fondé à Berlin par E. Gerhard93. La Revue archéologique est créée à Paris par Jean-Antoine Letronne en 1844 et restera longtemps en France le seul organe consacré aux recherches archéologiques94. La parution de ces revues au caractère spécifiquement archéologique confirme que la « science des objets et des monuments » est définitivement constituée. Dans l’article inaugural, C. Lenormant95 s’attache à en donner une définition : l’archéologue se distingue de l’historien par la connaissance qu’il possède des monuments figurés de l’Antiquité, et de l’antiquaire par la compréhension qu’il en a, fondée sur « les éléments de comparaison », « les principes de la critique », et surtout sur l’histoire de l’art, « base de toute archéologie ». La revue, conçue, de l’aveu même de son éditeur, sur le modèle des périodiques allemands, et en particulier l’Archäologische Zeitung de Gerhard, doit être un « moyen de propager et de populariser les connaissances archéologiques », en associant étroitement dans ses pages « l’étude des monuments et la philologie ». Elle « embrasse à la fois l’Antiquité européenne, égyptienne et asiatique » et son horizon comprend le Moyen Âge, « la branche de l’archéologie qui se rattache de plus près à l’état actuel de notre société, à notre histoire et à nos institutions96 ». Organe d’information et de liaison, la revue consacre une rubrique aux « Découvertes et nouvelles » et offre une bibliographie qui concerne les publications en France, en Allemagne, en Angleterre et en Italie.

  • 97 R. Lantier, op. cit.

83Si la Revue archéologique observe un équilibre rigoureux entre archéologie classique, égyptienne et orientale, elle rejette absolument la préhistoire à laquelle elle ne commence à s’intéresser, et encore timidement, qu’à partir de 1850. En ses premières années, la publication française témoigne d’« un conservatisme archéologique97 », qu’il appartiendra à Alexandre Bertrand de corriger à partir de 1859. Il n’en reste pas moins que la création de la Revue archéologique parachève l’organisation de l’archéologie française avant 1848.

***

84L’archéologie française, classique, égyptienne ou orientale s’est formée et affirmée dans la première moitié du xixe siècle : elle reçoit le patronage d’institutions prestigieuses et est placée sous l’autorité d’instances officielles qui concourent à son financement ; la diffusion des recherches est assurée par les musées et par des revues dont le nombre va croissant.

85Pourtant, si notre archéologie est brillamment illustrée par J.-A. Letronne, A. Quatremère de Quincy, J.-F. Champollion, A. de Longpérier, D. Raoul-Rochette, C. Lenormant ou J. de Witte, elle connaît en 1848 une crise, liée certes aux événements politiques, mais aussi consécutive à des carences dont les répercussions se feront sentir jusqu’au début de notre siècle.

86L’égyptologie, fondée par Champollion, avait, grâce à lui, reçu une organisation exemplaire : il avait su conjuguer philologie, archéologie, histoire de l’art et des religions ; par l’organisation du musée égyptien, il avait montré tout le cas qu’il fallait faire de la présentation raisonnée des objets et monuments dans la perspective de l’initiation du public et avait, par ses leçons dans les salles du musée, donné les prémices d’un enseignement de l’archéologie, fondé sur la connaissance précise des objets, que l’École du Louvre allait développer beaucoup plus tard. Enfin, la chaire du Collège de France, créée pour lui, devait assurer la formation de jeunes égyptologues et la continuité des recherches. Sa mort prématurée en 1832 remet tout en cause et prive l’égyptologie française d’un maître capable de former des disciples réunis en une authentique école.

  • 98 L’École des Chartes inspire en particulier les fondateurs de la Escuela de diplomática, créée en 18 (...)

87L’archéologie classique connaît une situation analogue. Le Cabinet des médailles offre bien une chaire d’« archéologie monumentale romaine et du Moyen Âge » et l’École des Chartes, réformée en 1846 et placée sous la direction du grand J.-A. Letronne, constitue pour toute l’Europe un modèle d’organisation des sciences auxiliaires de l’histoire98, mais la portée de cet enseignement est trop restreinte et ne suffit pas à former une véritable école française d’archéologie.

88En Italie et en Grèce, deux institutions sont mises en place. L’Institut romain – s’il est, certes, le fruit de la collaboration internationale et si les Français forment en son sein une section équivalente à celle des Allemands – prend, dès avant 1850, un caractère d’école allemande. Les étudiants d’outre-Rhin, formés à la philologie et à l’archéologie dans les nombreuses universités où ces disciplines sont représentées, développent à Rome des méthodes qui assurent à la science allemande un éclat incomparable.

89L’École française d’Athènes pourrait, en Grèce et pour la France, jouer un rôle équivalent à celui de l’Institut de Rome, et elle deviendra d’ailleurs ce centre de recherche archéologique défini par Sainte-Beuve au moment de sa création. Cependant, en 1848, non seulement elle n’a encore reçu aucun programme scientifique précis, mais son existence même est remise en cause.

90L’absence de l’archéologie dans l’Université française explique les difficultés qui se manifestent déjà en ce début du xixe siècle : les progrès de la recherche sont le fait de personnalités isolées qui ne peuvent à elles seules mener à bien des entreprises qui réclament des efforts collectifs.

91Il n’empêche que, même si, en 1848, la situation est loin d’être idéale, l’archéologie française est pourvue d’un cadre et d’institutions qui permettent son essor. Les réformes et les innovations, qui interviendront à partir de 1850, ouvriront une nouvelle étape de l’histoire de la science qui s’est lentement élaborée à partir des travaux pionniers de Bernard de Montfaucon et du comte de Caylus.

Notes

1 Cf. Archives des missions scientifiques et littéraires, t. I, Paris, 1850, p. 184.

2 E. Renan, L’Avenir de la science, Paris, 1890, rédigé en 1848.

3 Cf. M. N. Bourguet, B. Lepetit, D. Nordman, M. Sinarellis, L’Invention scientique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998.

4 N. Belmont, Aux sources de l’ethnologie française. L’Académie celtique, Paris, 1995.

5 Éloi Johanneau (1770-1851), ami de La Tour d’Auvergne qui lui inspira son enthousiasme pour la philologie et les antiquités celtiques, entraînera l’Académie dans la celtomanie et provoquera la scission dont résulte la création de la Société royale des antiquaires de France. Jacques Cambry (1747-1807), premier président de l’Académie celtique. Michel-Ange de Mangourit (1752-1829), diplomate et créateur en 1789 d’un des premiers journaux révolutionnaires.

6 É. Johanneau, « discours d’ouverture », Mémoires de l’Académie celtique, I, 1807, pp. 63-64.

7 M. Ozouf, « L’invention de l’ethnographie française : le questionnaire de l’Académie celtique », dans L’École de la France, Essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, 1984, pp. 350-379.

8 F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », dans P. Nora éd., Les Lieux de mémoire, vol. II, La Nation, t. 2, Paris, Gallimard, 1986.

9 J. P. Chaline, Sociabilité et Érudition. Les sociétés savantes en France. xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995.

10 A. Hardel, préface à A. de Caumont, Abécédaire ou rudiment d’archéologie, Caen, 1854, p. V.

11 J. P. Chaline, Sociabilité et érudition..., op. cit., p. 204. Berlin en 1828 et Vienne en 1832 avaient été le siège de deux congrès qui avaient réuni la majorité de la communauté scientifique.

12 Archives de l’Institut de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, dossiers « Correspondance » E333 sq.

13 L. Theis, « François Guizot et les institutions de mémoire », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, vol. II, La Nation, t. 2, op. cit.

14 F. Bercé, Les Premiers Travaux de la Commission des monuments historiques, 1837-1848, Paris, Picard, 1979.

15 X. Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques, 3 vol., Paris, 1886, t. I, introduction, p. CXXVIII.

16 Ibid., t. II, p. 8-9 : extrait de F. Guizot, Rapport au Roi et pièces (arrêtés et lettres 1833-1835). Collection de documents inédits sur l’Histoire de France, 1835.

17 Ibid., t. I, p. CLI.

18 Ibid., t. I, p. CCXXIX.

19 M. Jacob, « Étude comparative des systèmes universitaires et place des études classiques au xixe siècle en Allemagne, en Belgique et en France », dans M. Bollack éd., Philologie und Hermeneutik im 19. Jahr., II, Göttingen, 1983, pp. 108-140.

20 Christian Gotlob Heyne (1729-1812), philologue allemand, professeur à Göttingen à partir de 1763. Il donne des cours de numismatique et d’archéologie à partir de moulages, et développe de façon considérable l’Institut de numismatique et d’archéologie de l’université. Avec Winckelmann et Lessing, il est un de ceux qui ont le plus efficacement contribué à la formation de l’« Archäologie der Kunst » en Allemagne.

21 W. Schiering, « Zur Geschichte der Archäologie », dans U. Hausmann, Allgemeine Grundlagen der Archäologie, Munich, 1969, pp. 11-161.

22 Cf. F. Bercé, Les Premiers Travaux de la Commission des monuments historiques. 1837-1848, op. cit.

23 Livre du Centenaire de l’École nationale des Chartes (1821-1921). I, L’École, son histoire, son œuvre, p. XXI. Cf. L’École nationale des Chartes. Histoire de l’École depuis 1821, Paris, Gérard Klopp éditeur, 1997.

24 Jules Quicherat (1814-1882), directeur de l’École des Chartes à partir de 1871. Par ses travaux qui portent aussi bien sur l’archéologie médiévale que gallo-romaine, celtique et préhistorique, il contribue grandement à l’essor de l’archéologie nationale sous le Second Empire.

25 C. Picard, Les Recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1739-1945), Paris, 1945, 35-67.

26 A. Pasquier, La Vénus de Milo et les Aphrodites du Louvre, Paris, 1985, p. 21-28.

27 En 1839.

28 1842-1845.

29 Centenary Volume of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland. 1823-1923, Londres, 1923.

30 En 1833.

31 Table générale des archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XV bis, Paris, 1890, avertissement, p. I.

32 J. Mohl, Vingt-Sept Ans d’histoire des études orientales (1840-1867), 2 vol., op. cit., t. I, p. 260.

33 Table générale des Archives des missions scientifiques et littéraires, op. cit., t. XV bis, p. II.

34 Ibid., avertissement, p. III.

35 Cf. G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; Bulletin de correspondancehellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996.

36 Théodore Ballu (1867-1895) consacre son Envoi à l’Érechthéion, ainsi que Jacques Tétaz (1816-1865) ; Philippe Titeux (1812-1846) étudie les Propylées, Alexis Paccard (1813-1867) étudie le Parthénon et restaure les caryatides. Cf. M. C. Hellmann, « Les architectes de l’École d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique, 120, p. 191-222.

37 A. de Laborde, Le Parthénon, documents pour servir à une restauration, Paris, 1848.

38 Le Moniteur universel, 3 mars 1846, n° 62, p. 524, col. 2.

39 L’École normale supérieure est l’héritière des écoles normales ouvertes à Paris par décret du 9 brumaire an II (30 octobre 1794). Elle est maintenue par décret impérial du 17 mars 1808 et rattachée aux facultés créées en 1810. Supprimée en 1822 par le ministère Villèle, pour opposition libérale à la Restauration, elle est rétablie par Frayssinous le 5 septembre 1826 sous le nom d’École préparatoire, dirigée par J. D. Guigniaut (« le père de l’École d’Athènes »). Le règlement du 30 octobre 1830, rédigé par V. Cousin, sépare sciences et lettres, et pour ces dernières instaure les agrégations de philosophie, d’histoire, de grammaire, d’humanités et de rhétorique. En 1847, N.-A. de Salvandy, Grand Maître de l’Université, l’installe rue d’Ulm.

40 G. Radet, op. cit., p. 31.

41 M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie. Une héritière méconnue de lacommission d’Égypte, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, XIV, 1994 et Le CapitaineDelamare. La réussite de l’archéologie romaine au sein de la Commission d’exploration scientifique d’Algérie, XV, 1994.

42 P. A. Février, Approches du Maghreb romain, vol. 1, chap. I, « Les étapes de la recherche : colonisation et connaissance », Aix-en-Provence, Édisud, 1989.

43 Ibid., p. 23.

44 En 1844, ils s’adressent à Dureau de La Malle pour écrire une Histoire de l’Afrique ancienne.

45 Stéphane Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, 8 vol., Paris, 1913-1928, et L’Histoire de l’Afrique du Nord, leçon d’ouverture au Collège de France, 1912.

46 Cité par A. Février, op. cit., p. 30.

47 Rapports élaborés en 1833 et 1837, et publiés dans les Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, t. XII, 1839, p. 100-134 et 135-181.

48 Adrien Berbrugger (1805-1869), ancien élève de l’École des Chartes, secrétaire du général Clauzel en Algérie, conservateur de la bibliothèque d’Alger. Il fonde le musée d’Alger en 1858.

49 Karl Benedikt Hase (1780-1864), philologue français d’origine allemande. Professeur de paléographie grecque et de grec moderne à l’École des langues orientales vivantes.

50 C. T. Falbe (1791-1849), Recherches sur l’emplacement de Carthage augmentées d’une carte archéologique et topographique, Paris, 1834.

51 A. Février, op. cit., p. 32.

52 Cf. M. Dondin-Payre, « Une institution méconnue : la Commission d’exploration scientifique de l’Algérie », L’Africa romana, 8, Sassari, 1992.

53 Amable Ravoisié, architecte, participe à l’expédition de Morée en 1829. Cf. en particulier Monuments antiques et modernes de l’Algérie, Paris, 1840, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842… Beaux-Arts, architecture et sculpture, Paris, Firmin-Didot, 1846-1851.

54 Charles Texier (1802-1871), inspecteur des travaux publics et archéologue. Il est nommé inspecteur général des bâtiments civils en Algérie en 1843.

55 Colonel Jean Baradez, Fossatum Africae. Recherches aériennes sur l’organisation des confins sahariensà l’époque romaine, Paris, 1949.

56 P. Pinon, « Les architectes et l’archéologie », Préfaces, juil.-sept. 1987, p. 72-75.

57 F. C. Mougel, « La Société des Dilettanti (1734-1800) », Revue historique, avril-juin 1978, p. 389-414.

58 Ils sont envoyés par la société londonienne des Dilettanti, et publient Antiquities of Athens mesured and delineated, Londres, 1761-1762 ; traduction française, Paris, Firmin-Didot, 1808-1822.

59 J. D. Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris, 2. vol., 1758.

60 Comte J.-B. de Clarac, Fouilles de Pompéi, 1813.

61 F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, Paris, Firmin-Didot, 4 vol., 1824-1838.

62 À partir de 1810, sous l’autorité de la commission aux embellissements de Rome, créée par Napoléon Ier.

63 W. Wilkins, Antiquities of Magna Graecia, Londres, 1807.

64 R. C. Cockerell relève les temples de Girgenti-Agrigente en 1812. En 1822, S. Angell et W. Harris, architectes eux aussi, étudient le temple de Sélinonte.

65 Entre 1840 et 1844, il procède, avec le capitaine d’artillerie A.-H. Delamare, au relevé systématique des monuments et des sites du Constantinois.

66 Charles Lenormant (1802-1859) publie l’article intitulé « L’Archéologie », d’abord dans l’Encyclopédie du xixe siècle, puis dans le premier numéro de la Revue archéologique, en 1844.

67 Ibid.

68 A. de Longpérier, Notice des Antiquités assyriennes, babyloniennes, perses, hébraïques, 3e éd., Paris, 1854, 12.

69 A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, vol. 2, Techniques et problèmes, Paris, Albin Michel, 1953, chap. I, « La mission archéologique ».

70 Emmanuel de Rougé (1811-1872) occupe la chaire de « Philologie et archéologie égyptiennes » du Collège de France entre 1860 et 1872. Il succède aussi à Champollion comme conservateur du Musée égyptien au Louvre.

71 G. Perrot, « Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours », Revue desDeux Mondes, 1er août 1880, p. 516-555.

72 J. Reinach, cité par O. Carbonell, L’Historiographie, Paris, 1981, chap. IX.

73 En 1825, Stackelberg, Panofka, Kestner et Gerhard établissent l’inventaire du musée Bourbon de Naples. En 1827, c’est le tour du musée Bartoldiana de Rome. De 1828 à 1839, Gerhard donne ses Antike Bildwerke (Berlin), puis présente les vases grecs les plus remarquables, la plupart trouvés en Étrurie : Auserlesener griechischer Vasenbilder, Berlin, 1840-1858. Il envisage aussi les miroirs étrusques : Etruskische Spiegel, Berlin, 1840-1845.

74 Cf. A. Michaelis, Storia dell’Instituto Archeologico germanico 1829-1879, Rome, 1879.

75 E. Q. Visconti, Notice des statues, bustes, bas-reliefs et autres objets composant la galerie des Antiques du Musée central des arts ouverte pour la première fois le 18 brumaire an 9, Paris, 1801, qui, augmentée d’un supplément en 1811 (Supplément à la Notice des Antiques du musée Napoléon), connaîtra huit éditions jusqu’en 1815 et sera renouvelée en 1817 sous le titre : Description des Antiques du Musée royal par le chevalier Visconti, membre de l’Institut, antiquaire et conservateur des statues du dit musée.

76 L. Hautecœur, Histoire du louvre des origines à nos jours : 1200-1928, Paris, 1928.

77 K. Pomian, Collectionneurs, Amateurs et Curieux. Paris-Venise xvie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1987.

78 S. Maffrei, La Religione de’gentili nel morire ricavata da un basso rilievo antico che si conserva in Parigi, Paris, 1736, cité par K. Pomian, op. cit., p. 12-13.

79 T. Gaehtgens, « Le musée Napoléon et son influence sur l’histoire de l’art », dans Histoire de l’histoire de l’art, 3e partie : « Des Lumières au Romantisme », Louvre, Conférences et colloques, 31 janv. 1994 ; A. Pasquier, « Les antiquités étrusques, grecques et romaines », dans Le Louvre, Réunion des musées nationaux, Paris, 1991, p. 5-9.

80 J. Chatelain, Dominique Vivant Denon et le Louvre de Napoléon, Paris, 1973 ; P. Lelièvre, Vivant Denon. Homme des Lumières, « ministre des arts » de Napoléon, Paris, Picard, 1993.

81 E. Pommier, « Naissance des musées de province », dans P. Nora, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1987 ; F. Bercé, « Les sociétés savantes et la protection du patrimoine monumental », dans actes du centième congrès national des sociétés savantes, Paris, 1975, p. 155-167.

82 C. de Chennevières-Pointel, Du rapport adressé par M. le Directeur des Musées Nationaux à M. le Ministre de l’Intérieur sur la nécessité de relier les Musées des Départements au musée central du Louvre, Paris, 1848.

83 Ibid.

84 Ibid., « Projet d’instruction pour les inspecteurs délégués par la direction des musées nationaux dans leurs rapports avec les musées des départements ».

85 Description des antiques du Musée royal commencée par feu M. le Chevalier Visconti, continuée et augmentée de plusieurs tables par M. le comte de Clarac, conservateur des Antiques, Paris, 1820.

86 Comte J. B. de Clarac, Musée de sculpture antique et moderne, Paris, 1826-1841.

87 S. Reinach publie, en 1897, un Répertoire de la statuaire grecque et romaine dont il intitule le premier tome, Clarac de poche. Il réhabilite à cette occasion le travail du comte de Clarac, qui n’avait jusque-là rencontré qu’une ingratitude injustifiée.

88 Ibid., t. I, introduction, p. VI.

89 Comte J.-B. de Clarac, op. cit., t. I, avant-propos, p. XLIX.

90 F. G. Welcker, Annali del’Instituto di Corrispondenza Archeologica, 1833, p. 143.

91 J.-F. Champollion, Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X, Paris, 1827.

92 A. de Longpérier, Notice des monuments exposés dans la galerie d’antiquités assyriennes, au Musée du Louvre, Paris, 1848.

93 E. Gerhard, dans sa présentation de la revue, fait explicitement référence aux publications anciennes, avec lesquelles l’Archäologische Zeitung offre des analogies dans le plan, la présentation et l’illustration : Archäologische Zeitung, « Herausgegeben von E. Gerhard », n° 1, Berlin, 1843.

94 C. Le Roy, « Cinquante ans de littérature archéologique à travers la Revue archéologique et ses lecteurs » : « L’Archéologie classique aujourd’hui, information et interprétation », colloque international, Revue archéologique, 1994 (2).

95 Revue archéologique, 1, avril 1844, ou « Recueil de documents et de mémoires relatifs à l’étude des monuments et à la philologie de l’Antiquité et du Moyen Âge, publiés par les principaux archéologues français et étrangers ». Cf. R. Lantier, « Autour d’un centenaire (1844-1944), Revue archéologique, 1945.

96 Revue archéologique, 1, avril 1844, « Avertissement de l’éditeur ».

97 R. Lantier, op. cit.

98 L’École des Chartes inspire en particulier les fondateurs de la Escuela de diplomática, créée en 1847 à Madrid, laquelle dispensera le premier enseignement d’archéologie en Espagne.

Table des illustrations

Légende 52. Prosper Mérimée (1803-1870), inspecteur général des Monuments historiques de 1834 à 1853.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende 53. Arcisse de Caumont (1801-1873), fondateur de la Société française d’archéologie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende 54. Milet, le temple d’Apollon à Didymos, ou Dictyméïon. C. Texier, premier volume de la Description de l’Asie mineure faite par ordre du gouvernement français de 1833 à 1837, 3 vol., Paris, 1839-1849, pl. 136.Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende 55. Timgad (Thamugadi), Algérie, le forum en 1860. E. Boeswillwald, R. Cagnat, A. Ballu, Timgad. Une cité africaine sous l’empire romain. Plans et dessins exécutés par le Service des Monuments historiques de l’Algérie, Paris, 1905, pl. XI. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7693/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende 56. Timgad (Thamugadi), Algérie, l’arc dit de Trajan, reproduction d’un dessin du capitaine Delamare.E. Boeswillwald, R. Cagnat, A. Ballu, Timgad. Une cité africaine sous l’empire romain. Plans et dessins exécutés par le Service des Monuments historiques de l’Algérie, Paris, 1905, pl. XVI. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7693/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Légende 57. Cirta (Constantine), Algérie, vestiges romains. A. Ravoisié, premier volume de l’Exploration scientifique de l’Algérie dans les années 1840, 1841, 1842... Beaux-Arts, architecture et sculpture, 3 vol., Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1846, pl. 14. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7693/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 717k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search