Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Première partie. Les origines de l’archéologie scientifique (1719-1848)

Chapitre 3. L’archéologie française jusqu’en 1848 : organisation et fonctionnement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La période qui sépare l’Expédition d’Égypte et la clôture des fouilles de Khorsabad voit l’avènement de l’archéologie comme « science des objets » et activité de terrain. Des érudits, disciples de B. de Montfaucon et du comte de Caylus, font appel, pour compléter leur connaissance des anciennes civilisations de l’Italie, de la Grèce, de l’Égypte ou de la Mésopotamie, à l’étude des vestiges matériels, inscriptions, objets d’art ou de la vie quotidienne, monuments que voyageurs cultivés, peintres et architectes rapportent en France ou reproduisent. Les savants adonnés aux travaux de cabinet, philologues et épigraphistes, reçoivent le renfort d’hommes de terrain qui, sur les terres classiques, en Égypte et en Mésopotamie, ouvrent des fouilles d’envergure inégale et inaugurent une ère nouvelle : après les bouleversements 1848 la rupture brutale qu’ils provoquent dans le développement de l’archéologie française, l’État lance, à partir de 1850, de nouvelles missions, donne à l’École d’Ath...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540