Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Première partie. Les origines de l’archéologie scientifique (1719-1848)

Chapitre 2. La « renaissance orientale1 » : philologie et archéologie

Texte intégral

  • 1 R. Schwab, Renaissance orientale, Paris, 1951.

1Depuis B. de Montfaucon, le comte de Caylus et J. J. Winckelmann, la « science archéologique » s’est affirmée comme celle des objets et des monuments, a adopté les méthodes critiques de la philologie et tenté de se définir dans ses rapports avec l’histoire ; mais elle a aussi franchi le cercle étroit des cabinets de curiosités et des collections et s’est portée sur le terrain, en Italie, en Grèce, où, à la suite des voyageurs éclairés, les architectes anglais et français ont introduit les principes d’une étude systématique des monuments. À Pompéi et Herculanum, à Rome, à Athènes, on fait l’expérience de l’exploration archéologique des villes antiques. Aux initiatives individuelles succèdent les missions organisées par des institutions aussi prestigieuses que la Société des Dilettanti de Londres, ou l’Académie des inscriptions et belles-lettres de l’Institut de France. En Italie et en Grèce, l’Institut de correspondance archéologique et l’École française d’Athènes donnent aux recherches un cadre international et officiel. Les domaines de l’archéologie classique se différencient et l’on pourvoit la nouvelle « science » des outils indispensables à son essor, corpora, catalogues, monographies ou synthèses provisoires.

  • 2 Abraham-Hyacinthe Anquetil du Perron (1731-1805), orientaliste français, éditeur du Zend-Avesta, ou (...)
  • 3 S. Lévi, « Les études orientales, leurs leçons, leurs résultats », Annales du musée Guimet, t. 36 ( (...)

2Sur les terres « classiques », on assiste donc à l’avènement d’une archéologie nouvelle, non seulement par ses objectifs et ses méthodes, mais aussi par l’intégration à laquelle elle procède de cultures jusque-là ignorées ou négligées : c’est ainsi que l’Étrurie orientalisante ouvre des perspectives inattendues, repoussant loin dans le temps les origines de la civilisation gréco-romaine, tout en suggérant des liens étroits avec un Orient où, à la même époque, les travaux des érudits ressuscitent les langues et la culture matérielle de peuples disparus. En effet, après l’araméen et le phénicien, le sanscrit suscite les recherches des savants occidentaux. En publiant le Zend-Avesta, en 1771, Hyacinthe Anquetil du Perron2 ouvre tout à la fois l’Inde et la Perse aux recherches européennes, et fraie la voie qui conduit aux travaux de Franz Bopp (1791-1867) et à sa Grammaire comparée, qui manifeste l’étroite parenté des langues indo-européennes. « La vieille barrière dressée par le préjugé entre Orient et Occident tombait3 ».

  • 4 Ibid., p. 183.

3L’orientalisme, où la France jouit, dès le xviiie siècle, d’un prestige inégalé, se trouve encore renforcé de découvertes archéologiques extraordinaires. La Mésopotamie et l’Égypte, d’abord révélées dans leurs systèmes d’écriture, deviennent terres d’exploration, puis de fouilles, et l’archéologie prête son concours à la philologie dans la reconstitution d’un monde antique où l’Orient a part égale avec l’Occident. « La lumière ne jaillit plus de la Palestine ; Jérusalem s’éclaire par Ninive et Babylone4. »

  • 5 R. Schwab, 1951, p. 12, qui emprunte ce titre à l’un des chapitres d’Edgard Quinet, dans Le Génie d (...)
  • 6 J. Mohl, Vingt-sept Ans d’histoire des études orientales (1840-1867), 2 vol., Paris, 1879, t. I, p. (...)

4Au moment où l’on prend conscience que l’Antiquité classique ne peut se concevoir comme une entité indépendante, la Bible elle-même ne constitue plus la référence historique absolue. Au début du xixe siècle, on assiste à la Renaissance orientale qui, selon Jules Mohl (1800-1876), brille d’un éclat aussi vif que celle du xve siècle et fait de « l’humanisme partiel des classiques » un « humanisme intégral »5. Les conquêtes successives du déchiffrement des langues orientales imposent la valeur universelle de ces études qui font « connaître l’histoire de la partie la plus anciennement civilisée du monde6 ».

  • 7 Pour une vision critique de l’orientalisme, vu par un « Oriental » : cf. E. W. Saïd, L’Orientalisme (...)

5L’orientalisme, auquel l’archéologie alliée à la philologie fait faire des progrès prodigieux tout au long du xixe siècle, modifie fondamentalement le regard que portent sur le monde classique les savants, mais aussi tous ceux que l’on appellerait aujourd’hui les « intellectuels7 ».

La philologie introduit l’archéologie

6En France, l’orientalisme est brillamment illustré dès le xviiie siècle par des savants exceptionnels, épigraphistes et philologues qui se consacrent au déchiffrement d’inscriptions et à l’identification des langues anciennes.

Le monde phénicien, la Mésopotamie et la Perse

  • 8 Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795), « Réflexions sur l’alphabet et la langue dont on se servait au (...)
  • 9 J. J. Barthélemy, « Réflexions sur quelques monuments phéniciens et sur les alphabets qui en résult (...)
  • 10 Félix De Saulcy (1807-1880), « De l’histoire et de l’état actuel des études phéniciennes », Revue d (...)
  • 11 A. Dupont-Sommer, op. cit.
  • 12 Wilhelm Gesenius (1786-1842), Scripturae Linguaeque Phoeniciae Monumenta quotquot supersunt, Leipzi (...)
  • 13 Sur le rôle de l’armée française en Afrique du Nord, cf. M. Dondin-Payre, « L’Exercitus Africae ins (...)
  • 14 Collectif, Histoire et Historiens de l’Algérie, publié par la Revue historique dans la « Collection (...)
  • 15 Histoire et Historiens de l’Algérie, chap. IV, par E. Albertini, « L’Algérie antique », à propos de (...)
  • 16 Adolphe Hedwige Alphonse Delamare (cité parfois sous la forme de La Mare) (1793-1861), chef d’escad (...)
  • 17 Cité par P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, 2 vol., Aix-en-Provence, Édisud, 1989, t. 1, p (...)

7C’est ainsi qu’en 1754, Jean-Jacques Barthélemy8 découvre l’araméen à partir des inscriptions de Palmyre, puis, en utilisant l’inscription bilingue gravée sur deux « candélabres » votifs retrouvés à Malte, rétablit l’alphabet phénicien9. Cependant, malgré cette vigoureuse impulsion, les études phéniciennes connaissent ensuite une longue période de léthargie et Félix de Saulcy fait en 1846 ces amères constatations : « De la littérature et des archives phéniciennes, il ne nous reste que des lambeaux traditionnels recueillis de loin en loin [par des étrangers]10. » À son époque, les érudits qui se hasardent dans ces recherches s’exposent aux railleries. Cependant, les inscriptions recueillies en Tunisie vers 1820, puis à partir de 1830 en Algérie, relancent l’intérêt pour cette civilisation et suscitent les travaux du français Étienne Quatremère (1782-1857), mais surtout de ce « géant de la science hébraïque11 », Wilhelm Gesenius, qui, en 1837, accomplit un considérable bond en avant12. En 1839 l’activité officiers et le regret « de voir colonie en friche scientifique13 » suscitent la création de la Commission pour l’exploration scientifique d’Algérie14, constituée sous l’autorité du ministre de la Guerre et composée de vingt membres, académiciens et officiers réunis. Les expéditions militaires de Tlemcen, de Constantine et des Portes de Fer15 permettent d’abondantes moissons épigraphiques, dont les fruits vont au musée du Louvre et sont publiés par le capitaine Delamare, le plus actif des officiers-épigraphistes de cette époque16. En 1837 encore, Dureau de La Malle et Silvestre de Sacy fondent une « Société pour l’exploration et les fouilles de l’ancienne Carthage ». Cependant, avant 1848, ce sont les témoignages de la civilisation romaine en Afrique du Nord qui retiennent l’attention et l’intérêt des officiers et des archéologues, car, comme l’écrit en 1833 le maréchal Soult au secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, « la science elle-même peut concourir à cette œuvre de civilisation qui commence en Afrique sous la protection de nos armées17 ».

27. Étienne Quatremère (1782- 1857), Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825. Dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.

28. A. Dureau de la Malle, Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825. Dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.

29. Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838), Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825. Dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.

30. Djemila-Cuiculum (Algérie), vue générale. A. Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842... Beaux-arts, architecture et sculpture, Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1846, pl. 28, vol. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.

31. Announa (Algérie), arc municipal. A. Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842... Beaux-arts, architecture et sculpture, Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1846, pl. 8, vol. 2. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 18 Révérend père Alfred Louis Delattre (1850-1932), cf. È. et J. Gran-Aymerich dans Archéologia, 208, (...)
  • 19 F. de Saulcy, Recherches sur la numismatique punique, Paris, 1843.
  • 20 Albert de Luynes, Essai sur la numismatique des satrapies de Phénicie, Paris, 1846.
  • 21 Le sarcophage, découvert en 1855 et conservé au Musée du Louvre, fournissait la première inscriptio (...)
  • 22 Ernest Renan (1823-1892) accomplit en 1860-1861 cette mission, conçue sur le modèle de l’Expédition (...)

8La Commission pour l’exploration scientifique d’Algérie laisse vers 1848 une œuvre inachevée, qui sera complétée sous le Second Empire, mais ne sera vraiment relancée qu’à partir de 1880 et du protectorat français sur la Tunisie. L’exploration archéologique de Carthage ne commencera qu’en 1878, avec les premiers sondages du père Delattre sur la colline de Junon18. Quant aux recherches spécifiquement phéniciennes, F. de Saulcy19 et le duc de Luynes20 s’efforcent d’ajouter aux connaissances en s’appliquant à la numismatique. En 1846, sur deux fragments d’une dalle inscrite, connue comme le « tarif de Marseille », Charles Texier (1802-1860) reconnaît la langue phénicienne. Cependant, il faudra attendre la découverte du sarcophage du roi Eshmounazar de Sidon21 , et surtout la mission d’Ernest Renan en Phénicie22, pour que le retard soit comblé. Dans la première moitié du xixe siècle, en Afrique du Nord et en Phénicie même, la philologie, en manifestant son impuissance à pousser plus avant les connaissances, réclame le secours de l’épigraphie et de l’archéologie, dont les progrès engendreront les siens.

  • 23 Cf. André Parrot, Archéologie mésopotamienne, 2 vol., Paris, Albin Michel, 1946, in t. 1, Les Étape (...)
  • 24 Connu sous l’appellation de « Caillou Michaux ».
  • 25 Jules Oppert (1825-1905) sera en 1874 le premier titulaire de la chaire de philologie et archéologi (...)
  • 26 Karsten Niebuhr (1733-1815), géographe et voyageur danois. Reisebeschreibung nach Arabien und ander (...)
  • 27 Près de Persépolis, lieu de sépulture des rois perses à partir de Darius Ier : les tombes rupestres (...)

9Au Proche-Orient et en Égypte aussi, la philologie ouvre la voie à l’archéologie, dont elle prépare l’essor. Depuis le xviie siècle, de nombreux voyageurs avaient parcouru la Mésopotamie et la Perse et certains, le Romain Pietro della Valle ou le Français Chardin par exemple, avaient rapporté des inscriptions de Babylone ou de Persépolis23. Le botaniste français A. Michaux accompagne dans son voyage en Perse le consul Rousseau et rapporte à le premier monument épigraphique babylonien d’importance24 : il s’agit d’un kudurruou borne-limite, qui sera déposé au Cabinet des Médailles en 1786 et plus tard déchiffré par Jules Oppert25. Mais c’est l’expédition à laquelle participe Karsten Niebuhr, entre 1761 et 176726, qui marque un tournant décisif : investi d’une mission officielle par Frédéric V de Danemark, il parcourt l’Inde, la Perse, la Mésopotamie, l’Égypte et l’Arabie. Pendant un séjour de trois semaines à Persépolis, il exécute les relevés d’une douzaine d’inscriptions, auxquelles il joint les copies des inscriptions pehlvies-grecques de Naqsh-i-Roustem27, qui devaient fournir le point de départ du déchiffrement des écritures cunéiformes. Niebuhr, après avoir étudié les inscriptions, reconnaît à Persépolis trois langages différents.

  • 28 A.-H. Anquetil du Perron, « Recherches sur les anciennes langues de la Perse », Mémoires de l’Acadé (...)
  • 29 Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838), auteur de Mémoires sur diverses antiquités de la Perse et sur (...)
  • 30 Henri Dehérain, Les Établissements d’enseignement et de recherche de l’orientalisme à Paris, Paris, (...)
  • 31 J. Mohl, op. cit., p. 267.

10Le Français Isaac Silvestre de Sacy suit les traces de son compatriote Anquetil du Perron28 qui avait rapporté de l’Inde le Zend-Avesta, livre sacré des Zoroastriens, et révélé les mécanismes du zend, langue proche de celle des Achéménides. Silvestre de Sacy étudie à son tour les inscriptions de Naqsh-i-Roustem, identifie l’une des trois langues, le pehlvi sassanide, et expose ses résultats devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres29. Il inaugure d’autre part l’enseignement de l’arabe à l’École spéciale des langues orientales ; cet établissement, fondé en 1795 par Louis Langlès, fournit à l’orientalisme une occasion extraordinaire de se développer et devient « pépinière des orientalistes de toute l’Europe30 ». Grâce à cette institution, la France accentue encore l’avance qu’elle a prise sur les autres pays européens. En 1846, Jules Mohl place l’École au premier rang des lieux où préparer les futurs « missionnaires » scientifiques en Orient qui doivent impérativement être choisis parmi ses élèves31.

  • 32 Eugène Burnouf (1801-1852), Mémoire sur deux inscriptions cunéiformes trouvées près d’Hamadhan, Par (...)
  • 33 A.-H. Anquetil du Perron, Zend-Avesta, ouvrage de Zoroastre, Paris, 1771.

11C’est encore l’œuvre pionnière d’Anquetil du Perron qui permet à Georg Grotefend (1775-1853) et à Eugène Burnouf32 d’avancer dans le déchiffrement des inscriptions de Persépolis. À partir de la langue zend et du travail d’Anquetil du Perron33, G. Grotefend isole dans la première écriture les noms d’Hystape, de Darius et de Xerxès et dresse l’alphabet. Quant à E. Burnouf, il traduit en 1836 les inscriptions trilingues du mont Elvend, copiées par Henry Rawlinson (1810-1895), et établit un alphabet de trente-trois signes. Le déchiffrement de la première écriture de Persépolis sera parachevé lorsque l’officier britannique aura élucidé deux paragraphes de l’inscription de Behistun, et transmis ses résultats à la Royal Asiatic Society de Londres, qui les communique à la Société asiatique de Paris. E. Burnouf envoie à son collègue anglais ses propres publications, faisant preuve d’une générosité scientifique qui rend compte de la volonté de faire aboutir l’entreprise par la collaboration internationale.

  • 34 P.-É. Botta et E. Flandin, Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et des (...)

12Le texte de Behistun complètement élucidé ne sera publié qu’en 1846, l’année même où les reliefs du palais de Sargon d’Assyrie font leur entrée au Louvre34. À ce moment, épigraphie, philologie et archéologie conjuguent leurs acquis et font faire à l’orientalisme des progrès prodigieux : la première écriture de Persépolis est déchiffrée et les fouilles d’Austen Henry Layard (1817-1894) et de Paul-Émile Botta (1802-1870) à Nimrud et Khorsabad ouvrent des horizons nouveaux à la science qui vient de gagner une discipline, l’assyriologie.

32. Jules Oppert (1825-1905), photographié par E. Pirou. Album conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

33. Le mont Elvend près d’Hamadan (Iran) : vue du rocher où sont gravées les inscriptions que E. Flandin et P. Coste ont entrepris de copier. E. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse. Perse ancienne, Paris, Gide et Baudry, s.d., pl. 24, t. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.

34. Naqsh-i-Roustem (Iran), vue des tombes royales. E. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse. Perse ancienne, Paris, Gide et Baudry, s.d., pl. 174, n° 2, t. IV. Bibliothèque de l’Institut de France.

35. Behistun (Iran), « Vue géométrale des bas-reliefs », E. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse. Perse ancienne, Paris, Gide et Baudry, s.d., pl. 16, t. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.

36. Bavian (Iran) : Layard se hisse jusqu’aux inscriptions qui couvrent le rocher pour les copier, A. H. Layard, A Second Series of the Monuments of Nineveh... from drawings made on the spot, during a Second Expedition to Assyria, Londres, John Murray, 1853, pl. 51. Bibliothèque de l’Institut de France.

13Botta, illustrant la complémentarité de l’archéologie et de la philologie, avait recopié toutes les inscriptions portées sur les monuments dégagés. Bien que le déchiffrement de l’akkadien ne fût pas assuré, la comparaison avec les textes trilingues de Persépolis avait permis d’identifier le palais de Sargon.

  • 35 J. Mohl, op. cit., constatations qu’il fait pour l’année 1849-1850.

14Les travaux de P.-É. Botta avaient bénéficié des conseils, des encouragements et des interventions de Jules Mohl, secrétaire général de la Société asiatique de Paris, fondée en 1822 à l’instigation du comte Ferdinand de Lasteyrie (1810-1879), d’Abel Rémusat (1788-1832), d’Antoine Saint-Martin (1791-1832) et de Silvestre de Sacy. Le rôle de la Société et de son Journal asiatique a été déterminant dans le développement de l’orientalisme en France. Société savante qui réunit d’abord des « hommes du monde », elle jouit du patronage officiel du duc d’Orléans, reçoit la souscription du roi, une subvention du ministère de l’Instruction publique et un crédit annuel de l’Imprimerie royale. Elle a par conséquent, dès sa naissance, un statut très particulier qui la distingue radicalement des sociétés savantes de province et l’apparente plutôt à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, à laquelle appartiennent d’ailleurs les plus prestigieux de ses membres. Placée sous la présidence d’I. Silvestre de Sacy, le plus illustre des orientalistes européens de l’époque, elle assure, dès ses débuts, un travail scientifique d’une très haute tenue, dont la qualité s’affirmera encore après 1830, quand le nombre en son sein « des hommes voués à l’étude35 » aura largement dépassé celui des amateurs éclairés.

  • 36 L’École des langues orientales vivantes, fondée en 1795, le Collège de France, avec les chaires de (...)
  • 37 J. Mohl, op. cit., année 1851-1852, p. 451.

15Même si la France est à cette époque le seul pays européen à disposer de centres d’enseignement des langues orientales36, les progrès accomplis sont si rapides et si importants, que « les établissements d’instruction publique, les académies, les universités, ne peuvent suivre que lentement cette extension subite et presque tumultueuse des études et [que] les sciences nouvelles cherchent encore une fois, dans la formation de sociétés libres, des points de réunion, des moyens d’action et de publicité [...]37 ». Il est vrai aussi que la Société asiatique avait vu le jour quelques années avant le grand mouvement de renouveau et de promotion des « travaux historiques » qui est à la fois la cause et la conséquence de la révolution de 1830. Sous la Restauration, la part prise par l’État à l’essor des recherches philologiques et archéologiques est moins considérable que sous la Monarchie de Juillet. Jusqu’en 1830, les initiatives privées ont donc un rôle plus important dans l’essor des sciences de l’Antiquité : c’est le cas de la Société Asiatique, mais aussi de la section française de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, financée et animée par ses mécènes, les ducs de Luynes et de Blacas.

  • 38 N. L. Westergaard (1815-1875), « Zur Entzifferung der Achämenidischen Keilschrift zweiter Gattung » (...)
  • 39 E. Hincks (1792-1866), « On the three kinds of Persepolitan Writing », Transactions of the Royal Ir (...)
  • 40 E. Norris, « Memoir on the Scythic Version of the Behistun Inscription », Journal of the Royal Asia (...)
  • 41 La traduction d’une inscription de Tiglatpileser Ier, découverte à Qalaat-Shergat (Assur), est dema (...)
  • 42 Cf. A. Parrot, op. cit., t. 1, p. 120 sq.
  • 43 J. Bottero et M. J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993

16Les inscriptions copiées par Niebuhr continuent à susciter les travaux de philologues qui se penchent sur les deuxième et troisième écritures de Persépolis. Mais, malgré les efforts du Danois N. L. Westergaard38, de l’Irlandais E. Hincks39 et de l’Anglais E. Norris40, il faudra attendre que Jules Oppert se consacre à leur étude à partir de 1859, et que s’engagent les fouilles de Suse en 1897, pour aboutir à l’identification de l’élamite non-sémitique ou anzanite par le père Vincent Scheil (1858-1940). Quant à la troisième écriture, si son déchiffrement est acquis dès 185741, la question de son origine suscita la discussion et même une vive polémique entre J. Oppert et J. Halévy42. La thèse du premier, qui tenait pour l’origine « sumérienne » de l’écriture cunéiforme, sera confirmée par la découverte des Sumériens sur le site de Tello à partir de 187743. En ces deux occasions, philologie et archéologie se prêtaient secours mutuel dans la reconnaissance de civilisations perdues, celle de l’Élam et celle de Sumer.

17Les entreprises de déchiffrement des langues orientales anciennes, engagées dès le xviiie siècle par des savants de cabinet, soulèvent la curiosité pour les peuples qui les ont inventées et utilisées ; aux lieux mêmes où l’on découvrit les inscriptions, en Mésopotamie, en Perse, des hommes passionnés d’orientalisme se font archéologues et les premiers représentants de sciences nouvelles.

18Dans la découverte des Assyriens, des Sumériens et des Élamites, les échanges entre philologie et archéologie sont constants et réciproques : si la philologie est première, et permet d’identifier les vestiges du palais de Sargon, elle ne peut, sans le secours de l’archéologie, résoudre tous les problèmes, ni vérifier les hypothèses qu’elle a élaborées. Les découvertes de Tello et de Suse, fruits de l’archéologie, permettent de rendre leurs langues et leurs écritures aux Sumériens et aux Élamites, et restituent le cadre de leur vie matérielle, sociale, politique et intellectuelle.

L’Égypte

19Les mêmes rapports entre philologie et archéologie s’observent pour l’Égypte. Champollion, le déchiffreur, fonde l’égyptologie et précède Mariette, l’« inventeur » du Sérapeum de Memphis.

  • 44 Comte Constantin François de Chassebœuf dit Volney (1757-1820), Voyage en Syrie et en Égypte pendan (...)
  • 45 Description ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’Ex (...)

20Même si l’Égypte avait depuis longtemps attiré de nombreux voyageurs, dont le célèbre Volney44, et si le jésuite allemand Athanase Kircher (1602-1680), inspiré par une intuition géniale, avait déjà fait du copte la version phonétique des hiéroglyphes, la fameuse expédition de Bonaparte de 1798-1801 est incontestablement décisive dans la naissance de l’égyptologie. Non seulement la découverte de la pierre de Rosette est à l’origine du déchiffrement des hiéroglyphes, mais, en créant l’Institut d’Égypte et en nommant une commission chargée de réaliser l’extraordinaire Description de l’Égypte45, Bonaparte donne à la science un cadre institutionnel qui lui a permis de se former.

37. François Chassebœuf, comte de Volney (1757-1820), Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils. Bibliothèque de l’Institut de France.

38. Fronstispice de la Description de l’Égypte, Antiquité, t. I. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

39. El Kab, Description de l’Égypte. Antiquité, pl. 66, t. I.

40. El Kab, Description de l’Égypte. Antiquité, pl. 67, t. I.

41. Baron Dominique Vivant Denon (1747-1825), Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils. Bibliothèque de l’Institut de France.

42. Medinet-Habou, J.-F. Champollion, Monuments de l’Égypte et de la Nubie. Notices descriptives conformes aux manuscrits autographes rédigés sur les lieux par Champollion-le-Jeune, Paris, Firmin-Didot frères, 1844, p. 353. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 46 D. Vivant Denon, (1747-1825), Voyage dans la Basse et Haute-Égypte pendant les campagnes du général (...)
  • 47 Cf. M. N. Bourguet, B. Lepetit, D. Nordman, M. Sinarellis, L’Invention scientifique de la Méditerra (...)

21À la fois militaire et scientifique, l’expédition de Bonaparte fournit un trésor d’informations sur la civilisation qu’elle révèle à toute l’Europe : le Voyage dans la Basse et la Haute-Égypte, de Dominique Vivant Denon46 connaîtra quarante-huit éditions au cours du siècle, et sera très vite traduit en anglais et en allemand. De plus, un modèle est né pour d’autres missions en Grèce, en Perse, en Algérie, ou en Phénicie47.

  • 48 Jean Lacouture, Champollion. Une vie de lumières, Paris, Livre de poche, 1988, cf. son chap. 9.
  • 49 Jean Leclant, « En quête de l’égyptomanie », Revue de l’art, V (1969).
  • 50 J.-J. Barthélemy, dans Recueil d’antiquités égyptiennes..., du comte de Caylus.

22L’expédition et la découverte de la pierre de Rosette revivifient l’intérêt pour les hiéroglyphes, qui, au xviiie siècle, avaient fait l’objet de tentatives d’interprétation48. Ainsi, J.-J. Barthélemy, ce prodige de l’orientalisme, avait-il publié en 1762, dans le Recueil d’antiquités du comte de Caylus, le compte rendu de l’étude d’un fragment de bandelette portant des hiéroglyphes. Il y avançait l’idée que les noms de rois ou de dieux pouvaient être contenus dans les ovales – les cartouches – qu’il avait reconnus49. En outre, il affirme que des progrès ne pourront être faits que par « l’étude des monuments qui parleront clairement »50. C’est en appeler à l’archéologie et reconnaître une importance considérable à la « science des objets et des monuments », qui se constitue à cette époque et dont il est, avec son ami Caylus, l’un des maîtres d’œuvre.

  • 51 G. Zoëga, De origine et usu obeliscorum, Rome, 1797.

23Karsten Niebuhr, pendant son séjour en Égypte en 1762, s’était intéressé aux hiéroglyphes et avait eu l’intuition de leur valeur à la fois alphabétique et symbolique. Son compatriote Georg Zoëga, alors qu’il résidait à Rome, y avait étudié les nombreux obélisques51, répondant ainsi à l’injonction de l’abbé Barthélemy de chercher dans l’étude des monuments égyptiens les clefs du déchiffrement.

  • 52 I. Silvestre de Sacy (1758-1838), Lettre à M. Chaptal, Paris, 1802.
  • 53 Thomas Young (1773-1829) médecin et physicien, Lettre à Silvestre de Sacy, 3 octobre 1814, traducti (...)
  • 54 J.-F. Champollion, Lettre à M. Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie royale des inscriptions e (...)
  • 55 J.-F. Champollion, Précis du système hiéroglyphique des Anciens Égyptiens ou Recherches sur les élé (...)

24La pierre de Rosette, découverte en 1799, est, par son trilinguisme, immédiatement ressentie comme le monument qui doit apporter la solution. Isaac Silvestre de Sacy52 et le suédois Jean-David Akerblad (1760-1819) entreprennent d’élucider le texte démotique et isolent les groupes de caractères correspondant aux noms propres. Mais, malgré ces premiers résultats, tous deux renoncent à aller plus loin, et c’est Thomas Young53 qui, en 1814, reprend les recherches. Le déchiffrement ne sera acquis que lorsque J.-F. Champollion lira, le 27 septembre 1822, devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres, sa Lettre à M. Dacier54, et aura rédigé son Précis du système hiéroglyphique55.

  • 56 A. Moret, « L’Égyptologie », Société asiatique : le livre du Centenaire (1822-1922), collectif, Par (...)

25La Société asiatique, fondée l’année même où J.-F. Champollion triomphe, lui rend hommage en sa première séance générale, le 21 avril 182356. Le « déchiffreur » cependant ne se contente pas d’avoir restitué l’écriture et la langue de l’ancienne Égypte ; c’est sa civilisation tout entière qu’il entend ressusciter et, faute de pouvoir encore se rendre sur les lieux qui l’ont vue naître, il s’attache à faire connaître son art en organisant les collections à Turin et Paris.

  • 57 Texte de l’ordonnance royale du 14 mai 1826 le nommant conservateur du Musée égyptien du Louvre.
  • 58 J.-F. Champollion, Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X, Paris, 1827.
  • 59 Créée pour lui en 1831. Cf. J. Leclant, « Champollion et le Collège de France », Bulletin de la Soc (...)
  • 60 H. Hartleben, Champollion, sein Leben und sein Werk, Berlin, 1906, trad. fr. Champollion, sa vie, s (...)

26Alors que le musée italien avait fait l’acquisition de la première collection Drovetti, J.-F. Champollion, après avoir obtenu pour le Louvre la collection Salt, y fait entrer la seconde collection Drovetti. En 1826, il est nommé conservateur des Antiquités égyptiennes au musée Charles X, et tenu d’y faire « un cours public et gratuit d’archéologie égyptienne57 ». Aussitôt le musée organisé sur des principes très novateurs, en particulier la présentation chronologique et thématique des monuments, J.-F. Champollion rédige la Notice descriptive58, qui constitue le premier catalogue des collections égyptiennes du Musée du Louvre. Avant même de disposer de la chaire d’archéologie du Collège de France59, il inaugure dans les salles du Louvre l’enseignement de l’égyptologie60. Champollion a l’ambition de faire revivre l’antique Égypte dans tous les aspects de sa civilisation : voilà pourquoi, linguiste et philologue, il s’applique aussi à l’étude des monuments, dont il organise la présentation dans les musées, et veut connaître leur contexte d’origine.

  • 61 Point de vue exposé dans un article paru dans le Bulletin universel des connaissances scientifiques (...)
  • 62 H. Hartleben, op. cit., p. 360.

27Pour lui, les monuments sont autant de jalons qui permettront de restituer l’histoire de l’Égypte ancienne et de remonter le plus loin possible dans le temps61. Il entend procéder à « la reconstitution des annales historiques au moyen des monuments62 ». Il fait sienne la recommandation de l’abbé J. J. Barthélemy et forme le projet de faire parler clairement les monuments d’Égypte. Comme il l’a déjà montré par sa présentation des antiquités au Louvre, le philologue en lui se double d’un historien et d’un archéologue pour qui l’étude des produits des civilisations anciennes contribue à rétablir leur histoire. En lui, philologie et archéologie sont indissociables, et le voyage en Égypte sera l’occasion de mettre en œuvre l’une et l’autre.

  • 63 Cf. M. Dewaechter, « Nouveaux documents relatifs à l’expédition franco-toscane en Égypte en Nubie ( (...)
  • 64 J. Leclant, « Aux sources de l’égyptologie européenne : Champollion, Young, Rosellini, Lepsius », o (...)

28Quand, le 18 octobre 1828, Champollion peut enfin débarquer à Alexandrie, se réalise pour lui un rêve ancien. Dès 1826, alors qu’il s’est rendu à Livourne pour étudier la collection Salt et en négocier l’achat, il a conçu, avec son protecteur le duc de Blacas, un projet d’expédition scientifique européenne en Égypte, dont auraient fait partie Sir William Gell et Henry Salt, et qui aurait mis fin aux rivalités internationales. Devant les innombrables difficultés, on se contente d’une mission franco-toscane, financée et patronnée par le Roi et le Grand Duc, codirigée par J.-F. Champollion et Ippolito Rosellini (1802-1843), professeur de langues orientales à Pise, qui demande à devenir son élève. Une publication commune est d’abord prévue, que la mort de Champollion rendra impossible63. Véritable « joint expedition64 », ce voyage témoigne, en ce début du xixesiècle, de la vivacité de l’esprit des Lumières.

  • 65 Cf. le catalogue de l’exposition, Marianne et Germania, 1789-1889. Un siècle de passions franco-all (...)
  • 66 E. Renan, Rapport sur les travaux de la Société asiatique en 1876, Paris, 1876.
  • 67 Wilhelm Froehner (1833-1925), archéologue français d’origine allemande. Sur les savants allemands i (...)
  • 68 Baron Alexander von Humboldt (1769-1859), naturaliste et voyageur allemand, et son frère, baron Kar (...)
  • 69 A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico-germanico. 1829-1879, Rome, 1879.

29En un temps où, sur le sol de l’Égypte, les représentants des nations européennes rivalisent âprement dans le pillage des antiquités, la mission de Champollion et de Rosellini est remarquable à un double titre : par ses objectifs strictement scientifiques et par son caractère international. En ce début du xixe siècle, et jusqu’en 1848, la circulation des savants dans les différents pays d’Europe est quasi naturelle et les échanges sont nombreux et fructueux65. Ce sont, comme le dit Renan, les effets « du grand et libéral esprit qui règne en Europe depuis la fin des orages de la Révolution et de l’Empire »66. C’est ainsi que J. Mohl, qui allait jouer un rôle si important au sein de la Société asiatique, était né à Stuttgart, avait fait ses études à Tübingen et s’était installé à Paris en 1823 pour y suivre, comme Champollion, les cours de Silvestre de Sacy au Collège de France. Jules Oppert, l’un des pères de l’assyriologie, était lui aussi d’origine allemande, tout comme Karl Benedikt Hase (1780-1864) ou Wilhem Froehner67. Champollion, si controversé en France, reçoit le soutien des frères Humboldt68, de Niebuhr et de Bunsen, qui, membres de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, donnent le premier exemple de collaboration scientifique internationale, en faisant entrer Champollion au sein de l’Institut qu’ils ouvrent ainsi à l’égyptologie69.

30Les grandes collections qui, à cette époque, sont acquises par les musées européens, Turin, Berlin, Stockholm, Londres ou Paris, portent les noms des consuls alors en poste en Égypte : Bernardino Drovetti pour la France, Henry Salt pour l’Angleterre, Giovanni Anastasi pour la Suède et la Norvège ; chacun a à son service des agents qui fouillent en les saccageant les sites, ne poursuivant qu’un seul but, la récolte d’antiquités pour constituer des collections vendues au meilleur prix.

  • 70 Edme-François Jomard (1777-1862). Géographe, archéologue et orientaliste, participe à l’Expédition (...)
  • 71 H. Hartleben, op. cit., p. 376.

31Si Champollion est impatient de gagner l’Égypte, c’est bien sûr pour réaliser un vieux rêve, mais aussi parce qu’il craint la disparition de sites et de monuments qui constituent les archives de ce pays. Il veut compléter la Description de l’Égypte entreprise par la commission créée par Bonaparte et présidée par Edme Jomard70. Les relevés effectués entre 1798 et 1801, à un moment où l’égyptologie n’existait pas encore, sont imprécis, inexacts, parfois fantaisistes. Les artistes de l’expédition ne soupçonnaient évidemment pas la signification de ce qu’ils reproduisaient. Champollion, pour la mission franco-toscane, constitue une équipe spécialisée, dont certains membres avaient été formés à son école dans les salles du musée égyptien71 : Charles Lenormant, inspecteur des Beaux-Arts, Antoine Bibent, architecte rencontré en Italie, les peintres Alexandre Duchesne, Pierre-François Lehoux, Albert-Henri Bertin et Nestor L’Hôte.

  • 72 Abel Blouet, Léon-Jean Dubois, Edgar Quinet.

32I. Rosellini était accompagné de son oncle Gaetano, architecte, de Salvatore Cherubini, dessinateur, A. Ricci, médecin coutumier des voyages en Égypte, G. Raddi, naturaliste, et du peintre Angelelli. La mission comprend donc deux égyptologues, un archéologue, deux architectes et une majorité de peintres et dessinateurs. Cette composition traduit clairement les objectifs : effectuer les relevés précis des monuments, des inscriptions et des peintures, l’exactitude des documents étant garantie par les savants et leur connaissance de la langue et de la civilisation égyptiennes. On assiste à la formation d’un « personnel » de la science archéologique et à l’apparition de véritables archéologues professionnels, que ce soit à l’occasion de cette mission franco-toscane en Égypte ou de l’expédition de Morée qui, la même année, réunit un architecte, un archéologue et un épigraphiste72.

  • 73 Cité par H. Hartleben, op. cit., p. 492.

33Le voyage de Champollion en Égypte est le premier qu’effectue un philologue sur les lieux mêmes d’où sont issus les textes qu’il a étudiés. Soucieux de retracer un tableau d’ensemble de l’Égypte ancienne, il adopte la démarche de l’épigraphiste et de l’archéologue. Il se livre d’ailleurs à des fouilles à Mit-Rahineh ou à Karnak, par exemple, et souligne l’intérêt scientifique qu’il y aurait à poursuivre les travaux sur une autre échelle. À Medinet-Habou, il voit dans l’ensemble des temples, situés à l’extrémité sud-ouest de la nécropole, un « tableau abrégé de l’Égypte monumentale », et il reconstitue une véritable stratigraphie historique : « Là existe, presque enfouie sous les débris des habitations particulières qui se sont succédé d’âge en âge, une masse de monuments de haute importance qui, étudiés avec attention, montrent au milieu des plus grands souvenirs historiques l’état des arts de l’Égypte à toutes les périodes principales de son existence politique73. »

  • 74 Ibid., p. 512.
  • 75 Note à Méhémet Ali, Alexandrie, novembre 1829, citée par J. Lacouture, op. cit, p. 678. Cf. M. Dewa (...)

34Avant de quitter le pays du Nil, il remettra au pacha une note pour demander la protection des monuments exposés à l’avidité des collectionneurs européens et parfois délibérément détruits, comme les temples d’El-Kab ou de Contra-Latopolis74. « L’intérêt bien entendu de la science exige, non que les fouilles soient interrompues, puisque la science acquiert chaque jour par ces travaux de nouvelles certitudes et des lumières inespérées, mais qu’on soumette les fouilleurs à un règlement tel que la conservation des tombeaux découverts aujourd’hui et à l’avenir soit pleinement assurée et bien garantie contre les atteintes de l’ignorance ou d’une aveugle cupidité75. » Il préconise l’organisation d’un service archéologique que réalisera Auguste Mariette trente ans plus tard. Il est l’un des très rares savants de cette époque à avoir été capable d’une telle prise de conscience et à ne pas s’être comporté comme un simple collecteur d’antiquités son attitude est d’autant plus remarquable qu’il était conservateur du Musée égyptien au Louvre et que ce point de vue aurait pu prévaloir. L’Égypte pour lui appartient au patrimoine universel et doit être préservée et protégée.

  • 76 Première lettre au duc de Blacas (1824), dans Lettres à M. le duc de Blacas d’Aulps, premier gentil (...)

35J.-F. Champollion, en appelant à une réglementation des fouilles, distingue celles qui servent la science de celles qui ne visent qu’à constituer des collections. C’est définir l’archéologie « scientifique », mise au service de la connaissance d’une civilisation, en un temps où l’on est avant tout soucieux de recueillir le plus grand nombre d’objets spectaculaires et de grande valeur, sans se préoccuper des sites eux-mêmes. Le souci de la conservation et de la protection des villes, nécropoles et monuments est alors radicalement nouveau, de même que l’exigence, pour évaluer l’art égyptien, de connaître le « sujet », « l’époque » et la « destination primitive » des objets qui en témoignent76. Cette notion que l’étude du contexte est nécessaire et qu’un art ne peut s’apprécier sans références aux lieux qui l’ont inspiré ne s’imposera que lentement au cours du xixe siècle, lorsque les principes d’exploration systématique des villes antiques auront été définis et appliqués à Pompéi, puis sur les grands sites de Grèce et du Proche-Orient.

  • 77 Lettre à M. Dacier du 1er Janvier 1829, datée de Ouadi Halfa. Cf. J.-F. Champollion, Lettres et jou (...)
  • 78 « Considérations sur les arts de l’ancienne Égypte », discours prononcé devant l’Académie des inscr (...)
  • 79 J.-F. Champollion, dans sa première lettre au duc de Blacas écrite en 1824.

36Le contact direct avec « toute la vieille Égypte, religion, histoire, arts et métiers, mœurs et usages »77, a apporté à Champollion la confirmation des intuitions que les collections de Turin lui avaient inspirées sur l’art égyptien et sa place dans le monde antique. Dès 1824 et la première lettre au duc de Blacas, il récuse le jugement porté sur l’art égyptien par Désiré Raoul-Rochette78, qui, « en prenant pour terme d’appréciation ou de parallèle l’art des Grecs, c’est-à-dire celui d’un peuple totalement étranger à l’Égypte », énonçait « des arrêts contraires à la raison comme à l’équité79 ».

  • 80 R. Bianchi Bandinelli, Introduzione all’archeologia, Rome, Editori Laterza, 1976, p. XIX.
  • 81 Lettre à son frère, citée par J. Lacouture, op. cit, p. 533. Cf. aussi J.-F. Champollion, Lettres é (...)
  • 82 J.-F. Champollion, « Première lettre au duc de Blacas », cité par J. Lacouture, op. cit., p. 512.

37Remettant en cause la primauté absolue de l’art grec selon J. J. Winckelmann, Champollion introduit la notion fondamentale de la relation obligée de l’art à la civilisation et au sol qui l’ont produit. L’étude de l’art égyptien doit être à la fois esthétique et historique. En plaidant pour la reconnaissance de l’art égyptien, Champollion fait entrer tout l’Orient dans l’histoire universelle80. En Italie, à Paestum, devant « le temple de Neptune », puis en Égypte, il acquiert la certitude de « l’origine égyptienne de l’architecture grecque81 ». Bien avant que les travaux d’Heinrich Schliemann n’ouvrent les perspectives inattendues de la préhistoire hellénique, Champollion relie le « miracle grec » à celui qu’accomplit en Égypte « un peuple qui, jetant les premiers fondements de la civilisation humaine, entre le premier dans la carrière des arts82 ».

  • 83 Cité par J. Lacouture, op. cit, p. 655.

38Préoccupé par la chronologie égyptienne, « au milieu des monuments de l’Égypte, [il est] effrayé de ce qu’[il] y li[t]83 ». Son travail de relevés lui apporte en effet des indications qui remettent en cause la chronologie biblique et plaident pour une antiquité égyptienne qui remonte au-delà de la date fixée pour la création du monde. Ces vues « révolutionnaires » ne seront confirmées qu’à la fin du siècle, lorsque la bataille de la préhistoire en Égypte aura été remportée par Jacques de Morgan et William Flinders Petrie : l’archéologie préhistorique disposera alors des moyens scientifiques de convaincre et de faire reculer les préjugés.

39La découverte de l’Égypte et la science que fonde Champollion modifient profondément la vision du monde antique et par conséquent celle du monde contemporain : l’Occident et son héritage gréco-latin ne sont plus des absolus inébranlables en Égypte, l’Orient révèle une civilisation extraordinairement complexe et brillante dont on soupçonne à la fois l’influence sur les cultures occidentales et l’origine très lointaine, au-delà des bornes chronologiques imposées par la tradition biblique. L’égyptologie fonde l’orientalisme moderne.

  • 84 Le 7 mai 1830.

40Non seulement, par son œuvre, J.-F. Champollion crée l’égyptologie, mais en sa personne s’opère la fusion de la philologie, de l’histoire, de l’archéologie et de l’histoire de l’art. En outre, lorsqu’il est nommé professeur dans la chaire d’archéologie du Collège de France, le 12 mars 1831, il donne à la science nouvelle une tribune et complète le cadre institutionnel qu’elle a déjà reçu par la création du département des antiquités égyptiennes au Louvre. La philologie et l’archéologie sont réunies dans l’enseignement de Champollion. Quelques mois auparavant, l’égyptologie avait été reconnue officiellement comme science lorsqu’il avait été élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres84. Toutes les conditions favorables au développement de l’égyptologie sont réunies, mais sa mort prématurée les compromet puisque le poste de conservateur des Antiquités égyptiennes au Louvre restera vacant jusqu’en 1849.

41Par son séjour en Égypte, Champollion avait donné l’exemple de l’exploration scientifique et ouvert la voie à l’archéologie de terrain qui allait peu à peu s’imposer dans tout le Proche-Orient.

Topographie et archéologie de terrain

  • 85 C’est encore le but fixé à l’archéologie que la définit R. Bianchi Bandinelli « La ricostruzione in (...)

42Dès 1828 et la note adressée au pacha pour la réglementation des fouilles et la préservation des sites et monuments, J.-F. Champollion avait mis en évidence la nécessité d’une archéologie de terrain, pratiquée dans une perspective strictement scientifique : au-delà de la simple collecte d’antiquités, c’est la connaissance d’une civilisation dans toutes ses manifestations et dans son déroulement historique que l’on doit poursuivre85. Cette conception ne s’imposera que difficilement au cours du xixe siècle, mais on assiste à partir de la fin du xviiie siècle, en Orient comme en Grèce et en Italie, à l’essor des études topographiques, des reconnaissances et des relevés de ruines, qui annoncent et introduisent les véritables travaux archéologiques.

La Mésopotamie et la Perse

  • 86 J. de Beauchamp, « Mémoire sur les Antiquités babyloniennes qui se trouvent aux environs de Bagdad  (...)
  • 87 Cité par A. Parrot, op. cit., t. 1, p. 20.

43En Mésopotamie, l’abbé Joseph de Beauchamp (1752-1801), astronome correspondant de l’Académie des sciences, et vicaire général à Bagdad, visite les sites environnants et fait des observations très précises, qu’il communique à l’abbé J.-J. Barthélemy86. Ce dernier, préoccupé par le déchiffrement de l’écriture cunéiforme, lui envoie des instructions concernant les documents inscrits à recueillir sur le site de Babylone. Beauchamp donne en particulier une excellente description de l’arche de Taq-i-Kesra (Ctésiphon) et de l’ensemble des ruines de Babylone. Il procède même à des sondages près de la porte d’Ishtar, où il relève « une brique sur laquelle était un lion87 ».

  • 88 Claudius James Rich (1787-1821). Memoir on the Ruins of Babylon, Bagdad, 1812.

44Le mémoire qu’il rédige sur les antiquités babyloniennes suscite un grand mouvement d’intérêt pour Babylone et Persépolis dans les milieux scientifiques, et tout particulièrement en Grande-Bretagne. À Londres, la Compagnie des Indes Orientales charge ses agents de Bagdad et de Bassora de prospections sur les sites antiques. Claudius James Rich88, résident de la Compagnie des Indes à Bagdad et consul général, fait faire des progrès considérables aux connaissances topographiques sur les sites mésopotamiens. Il procède à l’observation minutieuse du site de Babylone, dont il détermine les limites extrêmes. Il se rend dans la région du haut Tigre, à Nimrud et Mossoul, où il acquiert la conviction que les tells de Quyundjik et Nebi-Yunus correspondent à l’ancienne Ninive, dont il repère les murailles. En Perse, il se livre en 1821 à une très sérieuse prospection de Persépolis. Sa collection, constituée d’objets provenant de Babylone, et achetée à sa mort par le gouvernement anglais, fournit au British Museum ses premiers monuments d’archéologie orientale.

  • 89 J. S. Buckingham, Travels in Mesopotamia including a Journey from Aleppo to Bagdad by the Route of (...)
  • 90 Sir Robert Ker Porter, Travels in Georgia, Persia, Armenia, Ancient Babylonia... during the Years 1 (...)
  • 91 Cf. Seton Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, Thames & (...)

45Avec l’aide de Rich, J. S. Buckingham89 et le peintre R. Ker Porter90 explorent Babylone. Ces pionniers donnent une impulsion décisive aux recherches conduites par des amateurs, parmi lesquels dominent les Anglais et les militaires91. Les missions de prospection se développent, qui conduisent au repérage de sites jusque-là inconnus : ainsi, ceux de la Djézireh, que J. Baillie Fraser signale, parcourant toute la Basse-Mésopotamie, où il précède Loftus et Taylor.

  • 92 W. F. Ainsworth, Researches in Assyria, Babylonia and Chaldea, forming part of the Labours of the E (...)

46En 1835, c’est l’Angleterre qui prend l’initiative de la première entreprise officielle : dotée de moyens importants et placée sous le patronage de Guillaume IV, l’Euphrates Expedition a pour but d’étudier la navigabilité du Tigre et de l’Euphrate. W. F. Ainsworth, médecin et géologue, en fait partie et, passionné d’archéologie, publie ses observations92.

  • 93 En 1833, lors d’une exploration de l’Asie Mineure, Exploration de l’Asie Mineure, 3 vol., Paris, 18 (...)
  • 94 C. F. M. Texier, Description de l’Arménie, la Perse, la Mésopotamie, 3 vol., Paris, 1842-1852.

47La suprématie anglaise dans l’exploration archéologique de l’Orient est incontestable et, jusqu’en 1839, l’activité des Français dans ces régions est en sommeil. Seul Charles Texier, à qui l’on doit la découverte de Bogazköy93, parcourt l’Arménie, la Mésopotamie et la Perse, et dessine les principaux monuments94.

48Les recherches sur le terrain, description, topographie des sites, recueil de documents inscrits, s’intensifient et s’infléchissent selon des directions de plus en plus précises, inspirées par les exigences de la philologie. En effet, les inscriptions relevées par K. Niebuhr à Persépolis ont fourni les bases du déchiffrement des écritures cunéiformes, et, en 1839, sont élucidés les problèmes que posait jusqu’alors la première d’entre celles qui figurent sur les documents persépolitains.

  • 95 E. N. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse, entrepris par ordre de M. le ministre des Affaires étra (...)

49Pour avancer dans l’entreprise philologique, il faut multiplier le nombre de textes qui permettent les confrontations et comparaisons, et seuls les travaux sur les sites fourniront l’aliment indispensable à une meilleure connaissance des langues orientales anciennes. C’est ainsi que se fait progressivement jour la nécessité de recherches précises, menées systématiquement selon des programmes clairement définis, et que s’organisent les premières missions scientifiques officielles. En 1839, en effet, Eugène Flandin, peintre, et Pascal Coste, architecte, sont chargés par l’Académie des inscriptions et belles-lettres de relever en Perse et en Mésopotamie tous les monuments qui présentent un intérêt pour l’art et l’archéologie95. Ils accompagnent l’ambassade de M. de Sercey, que Louis-Philippe envoie en Perse avec le titre de ministre plénipotentiaire et la mission d’obtenir les mêmes avantages commerciaux que les Russes et les Anglais. Dans un contexte de concurrence politico-commerciale entre les pays européens, la mission de Flandin et Coste en Mésopotamie et en Perse fait accomplir aux recherches sur le terrain un pas décisif en leur donnant un caractère archéologique. En effet, les deux Français parcourent toute la Perse, pendant deux ans en 1840-1841, relèvent ruines et inscriptions, établissant une documentation iconographique d’excellente qualité : ils séjournent deux mois à Persépolis, où ils fouillent et dégagent de nombreux bas-reliefs. De Babylone, ils dressent même un plan.

50L’intérêt que le gouvernement de Louis-Philippe porte à la Perse provoque le réveil de l’activité scientifique française en Orient et permet de combler l’écart qui, sur le terrain, se creusait entre Français et Anglais. En effet, Henry Rawlinson avait, dès 1836, copié les inscriptions du mont Elvend et allait se consacrer à celles de Behistun ; quant à Austen Henry Layard (1817-1894), en Perse en même temps que Flandin et Coste, il parvient jusqu’à Suse, alors inaccessible aux Européens, et prospecte sur le site. Chargé par le gouvernement anglais d’une mission de conciliation entre la Turquie et la Perse, de passage à Mossoul, il y fait la connaissance du consul français, P.-É. Botta. En visitant la colline de Quyundjik, où le Français a commencé des fouilles, Layard acquiert la conviction qu’elle recèle des ruines importantes. Quelques années plus tard, il y reconnaîtra à la suite de C. J. Rich le site de Ninive et dégagera le palais de Sénachérib.

  • 96 Cf. F. Demange, « Eugène Flandin, un peintre archéologue », dans E. Fontan éd., De Khorsabad à Pari (...)

51La mission de Flandin et Coste marque un tournant de l’orientalisme même si elles dominent encore, les préoccupations philologiques sont complétées par le souci de relever les monuments et une attention nouvelle est apportée aux sites mêmes. S’ils ne sont archéologues ni l’un ni l’autre, Flandin et Coste, par leurs spécialités –peinture et architecture–, portent sur les ruines un regard particulier de professionnels en possession de techniques précises, grâce auxquelles ils rendent une image exacte des monuments96.

52Les deux hommes sont d’autre part investis d’une mission officielle, dont le caractère scientifique est garanti par le patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Avant que ne soit créé en 1842 le Service des missions scientifiques et littéraires, l’Académie – où, depuis le xviiie siècle et J.-J. Barthélemy ou I. Silvestre de Sacy, l’orientalisme a suscité des travaux de premier plan–, dirige et soutient des initiatives d’exploration dont elle définit le programme. Si les missions de Flandin et Coste en Perse et d’Abel Blouet, Edgar Quinet et Léon-Jean Dubois en Morée, bénéficient des circonstances politiques et si elles s’inscrivent l’une dans une expédition militaire et l’autre dans une entreprise diplomatique, les exigences d’ordre archéologique commencent à s’exprimer et reçoivent les moyens matériels nécessaires à leur satisfaction. En Perse et en Mésopotamie comme en Grèce, l’archéologie apparaît sans doute comme l’une des voies par laquelle renforcer l’influence de la France dans ces régions, les enjeux étant tout à la fois politiques, commerciaux et culturels.

53Dans la perspective de la connaissance de l’Orient ancien, le Voyage en Perse de Flandin et Coste marque aussi la fin d’une période au terme de laquelle on a atteint les limites de l’investigation de surface : tout ce qui était visible a été relevé et la nécessité d’une recherche souterraine s’impose désormais. L’ère des fouilles s’amorce au seuil de la nouvelle décennie et la Mésopotamie, la première, répond aux espoirs que les orientalistes avaient fondés dans son exploration : en effet, P.-É. Botta y découvre les Assyriens.

  • 97 S. Lloyd, op. cit, p. 94 sq. ; N. Chevalier, « Des consuls en Iraq », dans Cités disparues. Découvr (...)

54La politique française au Proche-Orient, en Mésopotamie et en Perse, aborde vers 1840 une étape nouvelle et importante : l’hégémonie anglaise dans ces régions est une réalité et le gouvernement de Louis-Philippe se montre soucieux d’y affirmer la présence française. Alors que M. de Sercey est envoyé en ambassade à Téhéran avec mission d’y négocier le partage des intérêts commerciaux, une agence consulaire française est ouverte à Mossoul, et P.-É. Botta nommé à sa tête97. Le diplomate connaît bien l’Orient puisqu’il a été consul à Alexandrie et a résidé au Yémen. De plus, dès avant son installation, il est sensibilisé à l’archéologie mésopotamienne : il est rentré très impressionné d’un séjour à Londres où il a vu, au British Museum, la collection constituée par C. J. Rich, et il a rencontré à Paris le secrétaire de la Société asiatique, Jules Mohl. Celui-ci favorise sa nomination à Mossoul et encourage le futur consul à pratiquer des fouilles sur les sites du Haut Tigre dont il pressent l’extrême richesse archéologique. J. Mohl soutiendra Botta de ses conseils et obtiendra une subvention officielle pour assurer la poursuite des travaux engagés.

55Certes, Botta est un diplomate et même s’il s’intéresse à l’orientalisme au point de se mettre en contact avec la Société asiatique, on ne peut le considérer comme un véritable savant. Cependant, par son statut et son activité archéologique sur le terrain, il témoigne d’une évolution radicale des conditions dans lesquelles se feront, à partir de lui, les recherches au Proche-Orient. En effet, la nécessité de procéder à de véritables fouilles a imposé celle de résider de façon permanente à proximité des sites antiques pour y accomplir des travaux d’envergure qui exigent la continuité. Qui peut mieux que les diplomates en poste dans ces régions répondre à ces exigences ?

  • 98 La Délégation française en Perse, dirigée par J. de Morgan à partir de 1897.

56En attendant que se constituent, à la fin du xixe siècle, les missions spécifiquement archéologiques confiées à des spécialistes98, les grandes découvertes en Mésopotamie sont le fait des agents anglais, Austen Henry Layard et Henry Rawlinson, et français, Paul-Émile Botta, Victor Place et Ernest de Sarzec. Politique et archéologie sont pour longtemps liées en cet Orient dont les puissances européennes se disputent le contrôle. Anglais et Français assument avec le même sérieux leur double rôle : Rawlinson est un épigraphiste remarquable et l’un des pères de l’assyriologie. Quant à Botta et de Sarzec, ils sont avant tout hommes de terrain mais ils travaillent en collaboration très étroite avec des savants aussi éminents que Jules Mohl, Adrien de Longpérier ou Léon Heuzey.

  • 99 P.-É. Botta, Lettres de M. Botta sur sa découverte à Khorsabad près de Ninive, publiées par M. Mohl(...)

57Une fois installé à son poste de Mossoul, P.-É. Botta fixe son intérêt sur les « tells » qui s’élèvent de l’autre côté du Tigre, à Quyundjik et Nebi-Yunus où C. J. Rich avait reconnu Ninive. À partir de 1842, il y pratique des sondages mais, déçu par leurs pauvres résultats, il se transporte à seize kilomètres au nord-est de Mossoul, à Khorsabad, d’où proviennent des tablettes inscrites que des ouvriers lui ont remises en lui indiquant l’existence sur le site de murs décorés de bas-reliefs. Au mois de mars 1843, Botta fait commencer les fouilles et aussitôt apparaissent les murs d’un ensemble qui s’annonce très vaste. Le 5 avril 1843, il fait part de ces découvertes dans une lettre adressée à J. Mohl, communiquée à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en sa séance du 7 juillet et publiée dans le Journal asiatique99. L’importance des vestiges mis au jour convainc l’Académie des inscriptions d’intervenir auprès des ministres de l’Intérieur et de l’Instruction publique qui accordent une subvention et la collaboration du peintre Flandin de retour de la mission de Perse. P.-É. Botta, qui jusque-là a financé lui-même les travaux, peut dès lors employer trois cents ouvriers.

58Tous les vestiges et les monuments sont relevés et dessinés par Flandin qui accomplit un travail prodigieux ; en demandant sa collaboration, P.-É. Botta montrait son souci de garder des traces précises et exactes des ruines exhumées et aussitôt menacées de destruction irrémédiable. Il abordait aussi l’archéologie d’un site urbain avec un état d’esprit sensiblement différent de celui qui avait animé jusqu’alors les collecteurs d’antiquités : les ruines elles-mêmes retenaient son intérêt et non plus seulement les éléments de leur décoration. Persuadé d’avoir complètement dégagé cet ensemble où il reconnaît un palais, Botta ferme définitivement le chantier en octobre 1844.

59Il reste à choisir les éléments de sculpture, bas-reliefs et statues, à assurer leur emballage et leur transport jusqu’à Bassora et Paris où le chargement arrive, après avoir remonté la Seine, en février 1847. Le 1er mai de la même année, était inauguré au Louvre le premier musée assyrien d’Europe : la Mésopotamie révélait une civilisation antique dont l’art était complètement inédit, bien différent de ce que l’on connaissait en Égypte et dans le monde classique. L’Orient était introduit au Louvre où désormais l’Antiquité n’était plus exclusivement gréco-romaine.

43. Vue des tells de Quyundjik et Nebi Yunus et des ruines des remparts depuis le nord. A. H. Layard, A Second Series of the Monuments of Nineveh... from Drawings made on the spot, during a Second Expedition to Assyria, Londres, John Murray, 1853, pl. 70-1. Bibliothèque de l’Institut de France.

44. « Vue du monticule et du village de Khorsabad », P-É. Botta et E. Flandin, Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, t. I, Architecture et Sculpture, Paris, Imprimerie nationale, 1849, pl. 1. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

45. Élévation de la façade sud-est du palais de Khorsabad, P. -É. Botta et E. Flandin, Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, t. I, Architecture et Sculpture, Paris, Imprimerie nationale, 1849, pl. 46. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

46. Façade L du palais de Khorsabad, P.-É. Botta et E. Flandin, Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, t. I, Architecture et Sculpture, Paris, Imprimerie nationale, 1849, pl. 12. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

47. A. H. Layard dessinant à Quyundjik, Discoveries in the Ruins of Nineveh and Babylon, Londres, John Murray, 1853, p. 344. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 100 F. Lenormant cité par J. de Witte, Notice sur A. de Longpérier, Bruxelles, 1884.
  • 101 A. de Longpérier, « Ninive et Khorsabad », Revue archéologique, 1 (1844), p. 213.
  • 102 Id., Notice des monuments exposés dans la Galerie d’antiquités assyriennes du Musée du Louvre, Pari (...)
  • 103 A. de Longpérier, Notice des antiquités assyriennes, babyloniennes, perses, hébraïques, 3e édition, (...)

60En 1847, au moment même où les monuments assyriens font leur entrée au Louvre, Adrien de Longpérier (1816-1882) succède au comte de Clarac à la tête du département des Antiques. Numismate formé à l’école de Jean-Antoine Letronne et de Charles Lenormant, il possède une connaissance égale des monuments grecs, romains ou orientaux, du Moyen Âge ou de la Renaissance, et apparaît comme « le maître incontesté de la science archéologique100 ». Son Essai sur les médailles des rois perses le conduit à s’intéresser de très près aux travaux de Botta à Khorsabad, auxquels il consacre un article publié dans le premier numéro de la Revue archéologique en 1844101. C’est lui qui classe le Musée assyrien et en fait le catalogue102. Sur les taureaux à face humaine, il déchiffre les inscriptions qui permettent de les rattacher à « Sargon, roi grand, roi puissant, roi du pays d’Assour », dont Botta a par conséquent dégagé le palais. Par référence à l’Ancien Testament où le nom du souverain est mentionné, il est possible de placer les ruines de Khorsabad entre 710 et 668 av. J.-C. La philologie a donné « à ces monuments toute leur valeur en dévoilant le secret des nombreuses inscriptions cunéiformes, qui, seules, pourront assigner une place exacte dans l’histoire à tant de précieux restes d’un monde détruit103 ».

61En ce milieu du xixe siècle, l’archéologie ne s’est pas encore pourvue de moyens autonomes pour interpréter les documents qu’elle tire du sol et en faire de véritables archives qui servent à l’histoire des civilisations antiques. Le recours aux textes et à la philologie est encore indispensable. Il faut attendre la fin du xixe siècle et les progrès accomplis alors dans la mise au point de méthodes spécifiques, pour que l’archéologie se détache de la philologie et, pour ces périodes où le recours aux textes est impossible, démontre la validité de ses procédés.

  • 104 D. Raoul-Rochette, Mémoires d’archéologie comparée, asiatique, grecque et étrusque, Paris, 1848.

62A. de Longpérier est le premier à affirmer les influences exercées par l’art assyrien sur le monde grec, même si, en 1845, lorsque Ludwig Ross avait découvert à Chypre une stèle représentant le roi Sargon, l’on s’était demandé s’il ne fallait pas chercher en Assyrie l’origine de l’« art homérique ». En 1848, Désiré Raoul-Rochette quant à lui, dans ses Mémoires d’archéologie comparée, considérait l’« Hercule assyrien et phénicien dans ses rapports avec l’Hercule grec104 ».

  • 105 A. de Longpérier, 1854, op. cit., p. 16.
  • 106 Ibid., p. 16, 18-19.

63En 1854, quand paraît la troisième édition de la Notice des antiquités assyriennes, les découvertes se sont multipliées également en Mésopotamie, grâce aux travaux de Layard, et en Chypre, où des coupes d’argent doré de travail « assyrien ont été trouvées à Citium-Kytion, l’une d’elles ayant été donnée au Louvre par F. de Saulcy. A. de Longpérier rapproche ces objets des coupes semblables trouvées à Cerveteri en Étrurie, qui traduisent les mêmes influences asiatiques. Il donne à ces « monuments » une origine assyrienne et en déduit qu’« il a dû exister de fréquentes communications entre Chypre, Rhodes, la Crète et la Sicile, et les écoles d’artistes crétois, rhodiens et siciliens auront reçu des leçons et des modèles de ces habiles sculpteurs assyriens [...] qui étaient si expérimentés dans la pratique de l’art105 ». L’Assyrie aurait inspiré les Perses qui « continuèrent l’éducation orientale des Grecs qui, à la vérité, surpassèrent bientôt leurs instituteurs », et adoptèrent des types « qui se sont transmis traditionnellement dans toutes les parties de l’Occident où les Grecs se sont établis106 ».

  • 107 Sur la coupe d’argent dorée de la tombe Bernardini de Préneste, cf. L’Imagerie phénicienne et la my (...)
  • 108 Léon Heuzey, Catalogue des figures antiques de terre cuite du Musée du Louvre, Paris, 1882 ; id., C (...)

64Bien avant que le développement des fouilles dans l’Orient grec, en Phénicie et en Mésopotamie, ne relance la question des influences orientales sur les civilisations classiques méditerranéennes, A. de Longpérier l’avait posée et avait donné des directions de recherche : la naissance de l’archéologie phénicienne, qui coïncide avec la mission d’Ernest Renan en 1860, permettra à Charles Clermont-Ganneau de préciser les rapports entre civilisations méditerranéennes d’Orient et d’Occident et, en particulier, de confirmer l’influence phénicienne sur l’Étrurie107. Tello, découvert à la fin du siècle par E. de Sarzec, donnera raison à A. de Longpérier, qui soutint toujours qu’une civilisation plus ancienne que l’assyrienne s’était épanouie au sud de la Mésopotamie. L’helléniste Léon Heuzey, premier conservateur du département des Antiquités orientales au Louvre, à la suite de Longpérier et en se fondant sur la découverte de Tello, reprendra la question des influences réciproques de l’Orient et de la Grèce108.

65Les découvertes de Khorsabad jetaient un pont entre Orient et Occident, entre les civilisations méditerranéennes classiques et des civilisations orientales beaucoup plus anciennes : après avoir imposé l’art égyptien contre les néo-classiques, Champollion avait défendu l’hypothèse de son influence sur l’art grec ; l’art assyrien révélé à Khorsabad suggère à A. de Longpérier un autre foyer oriental auquel les Grecs auraient puisé.

  • 109 F. Schlegel, Pensieri sulla filologia, 1798, cité dans R. Bianchi Bandinelli, Introduzione all’arch (...)
  • 110 R. Bianchi Bandinelli, op. cit., p. XIX.

66Dès le milieu du xixe siècle, la question de l’origine de l’art grec est posée : l’on est déjà bien loin des conceptions de J. J. Winckelmann et de son « mysticisme esthétique109 », par lequel il avait imposé l’art grec comme l’expression de la beauté absolue. « La stessa arte greca non è apparsa più un modelo fisso e immutabile, ma è stata storicizzata, è stata vista in un quadro immensamente più ampio110 ». L’Orient – Égypte et Mésopotamie, auxquelles s’ajouteront au cours du siècle, Phénicie, Iran, Anatolie – s’impose comme la terre des origines, le creuset d’où sont issues les cultures européennes. Ce processus d’insertion de l’art grec dans l’histoire recevra une impulsion décisive lorsque H. Schliemann lui aura donné sa préhistoire par ses fouilles à Troie, Mycènes et Tirynthe.

  • 111 Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, 5 v (...)

67La monumentale publication de Botta et de Flandin111 est d’une irremplaçable valeur par les dessins du peintre, qui consigne avec une scrupuleuse exactitude l’état des monuments au moment de leur exhumation, témoignant de l’intérêt des deux hommes pour l’architecture et la topographie. Si, par la philologie, on avait pu identifier le souverain propriétaire du palais de Khorsabad, les fouilles, en fournissant un lot considérable de tablettes inscrites, illustraient la contribution de l’archéologie aux progrès de l’orientalisme : P.-É. Botta copie les inscriptions découvertes et publie un Mémoire sur l’écriture cunéiforme assyrienne (1848). L’akkadien n’était alors pas encore reconnu et les documents révélés à Khorsabad, auxquels s’ajouteront ceux de Ninive, Nimrud et Assur, permettent le déchiffrement de la troisième écriture de Persépolis. Tandis que les événements de 1848 entraînent la disgrâce de P.-É. Botta, contraint de quitter Mossoul pour Tripoli de Syrie, ses découvertes de Khorsabad ont un retentissement extraordinaire en Europe et tout particulièrement en Grande-Bretagne.

68En Mésopotamie, le champ est désormais libre pour Austin Henry Layard et Henry Rawlinson. Le premier se porte à Quyundjik que Botta avait abandonné pour Khorsabad ; second est nommé en 1843 agent politique gouvernement britannique à Bagdad. Dès 1845, alors que Botta était à Paris et que l’agent consulaire Rouet assurait l’intérim diplomatique et était déterminé à défendre les droits de la France sur les sites de Quyundjik et Khorsabad, Layard se rendait à Mossoul et s’installait à Nimrud où il découvrit très vite des reliefs sculptés et, après avoir rencontré Rawlinson à Bagdad, put fouiller pour le compte du British Museum, jusqu’en 1847.

  • 112 A. H. Layard, Nineveh and its Remains, 2 vol. Londres, 1849 ; id. ; The Monuments of Nineveh from D (...)

69Pourvu d’un maigre crédit de deux mille livres, sans architecte ni dessinateur, Layard se livre à l’« exploitation » du site dont il veut avant tout extraire les monuments et les objets qui constitueront la collection assyrienne du British Museum. Puis il se porte à Quyundjik où il évince Rouet, fouille un palais qui se révèle être celui de Sénachérib, et permet aussi l’identification de Ninive. Après un sondage à Qalaat-Shergat/Assur, il rentre à Londres. Les monuments de Nimrud suscitent une admiration comparable à celle soulevée par ceux de Khorsabad, et le British Museum investit Layard d’une seconde mission qui se déroule d’octobre 1849 à avril 1851, et dont les travaux portent à la fois sur Nimrud et Quyundjik. C’est sur ce dernier site qu’il découvre une partie de la bibliothèque d’Assourbanipal, révélant aux épigraphistes une collection extraordinaire de documents scientifiques, littéraires et religieux. Il se livre d’autre part à des prospections de surface sur un territoire très étendu, sur le Haut Tigre, dans la vallée du Khabur, en Babylonie et près de Ninive112. En 1851, Rawlinson se voyant confier par les Trustees du British Museum la charge de coordonner toute l’activité archéologique en Mésopotamie, Layard préfère regagner Londres et se consacrer désormais à une carrière politique.

48. Bas-relief de Quyundjik montrant des Assyriens qui déplacent l’un des taureaux ailés, A. H. Layard, A Second Series of the Monuments of Nineveh... from Drawings made on the spot, during a Second Expedition to Assyria, Londres, John Murray, 1853, pl. 13. Bibliothèque de l’Institut de France.

49. A. H. Layard dirigeant le déplacement du taureau ailé. Frontispice du vol. 1 de Nineveh and its Remains, Londres, John Murray, 1849. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

70Les Français, auxquels les Assyriens devaient leur résurrection, avaient dû s’effacer devant les Anglais : l’intérêt archéologique et politique des travaux en Mésopotamie n’avait pu être soutenu, et ce n’est qu’en 1852 que Victor Place remplacera à Mossoul et à Khorsabad son compatriote Paul-Émile Botta, et qu’une mission officielle sera confiée à Fulgence Fresnel.

71Les travaux de P.-É. Botta et de A. H Layard en Mésopotamie inauguraient l’archéologie de terrain dans cette région où un siècle de fouilles continues allait permettre de remonter jusqu’à la plus lointaine préhistoire. C’est au Proche-Orient que s’ouvrait l’ère des grandes fouilles de sites urbains, alors qu’en Égypte l’organisation de l’archéologie souhaitée par Champollion ne sera réalisée par Auguste Mariette qu’à partir de 1858.

L’Égypte

72Si la mission franco-toscane de 1828 confirme la naissance de l’égyptologie, et correspond bien à un moment crucial où la nécessité de l’archéologie scientifique se fait impérieuse, depuis le fameux voyage du comte de Volney (1757-1820) et l’expédition de Bonaparte, le pays des pharaons n’a cessé d’être parcouru, exploré, sondé, et longue serait la liste de ceux, marchands, voyageurs, amateurs de « curiosités », érudits, qui concoururent à la découverte et à la connaissance de l’Égypte antique. Au moment où s’annonce le xixe siècle, l’aventure napoléonienne ouvre une ère nouvelle, où iront s’affirmant philologie et archéologie : le déchiffrement des hiéroglyphes couronne les efforts des savants européens, et la Description fournit un précieux répertoire des sites antiques. Cependant, alors que se forme la première génération d’égyptologues professionnels, qui feront progressivement prévaloir des exigences et des procédés différents, on assiste en Égypte à une extraordinaire course aux antiquités : l’expédition de Bonaparte a eu pour conséquence l’ouverture du pays aux Européens et les consuls français, britannique, suédois, constituent de très riches collections, vendues aux grands musées d’Europe. Même si les méthodes employées mettent gravement en péril les sites et les monuments, l’art égyptien est révélé par ces travaux et les savants peuvent l’étudier et fonder une science nouvelle. Ce sont les excès mêmes des collecteurs d’antiquités et les ravages infligés au patrimoine égyptien qui provoquent une prise de conscience assez précoce de l’urgente nécessité d’organiser les fouilles et d’imposer une réglementation : c’est ainsi que Champollion alerte Méhémet Ali par la note qu’il lui remet en 1829 et réclame un Service des antiquités réalisé par Auguste Mariette en 1858.

73À poursuivre un but essentiellement lucratif, les consuls et les hommes à leur service n’en démontrent pas moins qu’une archéologie pratiquée selon des exigences et des critères scientifiques doit jouer un rôle de premier plan dans les progrès de l’égyptologie. La nécessité des fouilles et dégagements s’impose progressivement et l’on observe en Égypte le même phénomène qu’en Mésopotamie : lorsque, par les explorations, la prospection de surface et les travaux topographiques, l’inventaire des grands sites est achevé, on entreprend la mise au jour des ruines. L’impulsion donnée par Champollion dès 1822 favorise la formation de véritables égyptologues professionnels qui, sur le terrain, finiront par faire triompher les exigences et les méthodes de la science.

  • 113 John-Lewis Burckhardt (1784-1817). Cf. J. Leclant, « Le voyage en Nubie (1813-1913) », dans D’un Or (...)
  • 114 Frédéric Cailliaud (1787-1869), minéralogiste né à Nantes, conservateur du Muséum d’histoire nature (...)
  • 115 Cf. l’article de Jean Leclant, « Frédéric Cailliaud et la découverte de Méroé », Archéologia, 33, 1 (...)

74En Égypte, les entreprises de découverte de régions ou de sites encore inconnus et celles de « fouilles » de villes, de nécropoles ou de monuments encore visibles, sont concomitantes. John Lewis Burckhardt113 et Frédéric Cailliaud114 comptent parmi les explorateurs « inventeurs » de villes disparues. Le Suisse, célèbre pour avoir retrouvé Pétra, découvre les temples de Soleb et d’Abou-Simbel dont il donne la première description. Le Français reconnaît les ruines de Coptos et révèle Méroé. Arrivé en 1815 en Égypte, F. Cailliaud s’était mis au service de Méhémet Ali et, en compagnie de Bernardino Drovetti, se rendit d’abord en Haute-Égypte et en Nubie où les deux hommes atteignirent Wadi-Halfa115. En 1817-1818, il retrouve dans les monts Zabarah les mines d’émeraudes exploitées dans l’Antiquité et prélève des outils utilisés par les anciens Égyptiens.

  • 116 Voyage à l’oasis de Thèbes et dans les déserts situés à l’Orient et à l’Occident de la Thébaïde, 2 (...)
  • 117 Jean-Nicolas Huyot (1780-1840). Architecte, ami de J.-F. Champollion, il effectua en Égypte et en N (...)
  • 118 Les frères Champollion étaient informés des résultats des explorations effectuées depuis l’Expéditi (...)

75De retour à Paris, F. Cailliaud obtient en 1819 une mission officielle et est chargé de compléter les résultats de la commission d’Égypte dans le Fayoum. Enfin, il entreprend de remonter le Nil et en 1821 parvient à Méroé où il procède au relevé de quarante-cinq pyramides. Les relations de ses voyages116 sont publiées aux frais du gouvernement français et avec l’aide d’Edme Jomard, maître d’œuvre de la Description de l’Égypte. Les documents recueillis par Cailliaud et d’autres voyageurs en Égypte, dont l’architecte français Jean-Nicolas Huyot117, serviront à J.-F. Champollion pour la préparation de son voyage118.

  • 119 George Alexander Hoskins (1802-1863), antiquaire et voyageur anglais. Cf. J. D. Wortham, British Eg (...)
  • 120 J. D. Wortham, op. cit., p. 63 : « The most nearly complete record of Egyptian remains that had bee (...)
  • 121 Cf. « R. Hay » dans W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, The Egypt Exp (...)

76C’est à la lecture des récits de Cailliaud qu’un Anglais, Alexander Hoskins119, sera saisi du désir de se rendre au Soudan. En 1833, il gagne Méroé, Gebel Barkal et Nuri, dont il explore les pyramides. L’un de ses compatriotes, Robert Hay (1799-1863), avait en 1828 pris la tête d’une expédition et, avec une équipe essentiellement composée d’artistes et d’architectes, avait poursuivi l’exploration et le répertoire systématique des ruines de la vallée du Nil jusqu’en Nubie. Malgré la somme considérable des informations recueillies120, les travaux ne furent que très partiellement publiés par divers membres de l’expédition, la plupart des dessins, plans, copies d’inscriptions, notes, ayant été réunis en quarante-neuf volumes conservés au British Museum121.

77Au moment même où se poursuivait le travail d’inventaire commencé par les savants et artistes de l’expédition et de la commission d’Égypte, les représentants des grands pays européens constituaient de très riches collections qui permettraient la formation des premiers « musées égyptiens » en Italie, en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne. Jusqu’en 1858, date à laquelle A. Mariette est nommé « directeur des travaux des antiquités », l’Égypte est la proie des consuls britannique, français et suédois, des agents à leur solde et des fouilleurs clandestins liés aux marchands.

78Henry Salt (1780-1827), consul général de Grande-Bretagne en Égypte de 1816 à 1827, engage G. B. Belzoni, G. B. Caviglia et G. Athanasi et leur fait procéder à des fouilles à Thèbes et en Nubie ; les objets recueillis sont pour une part envoyés au British Museum mais le plus grand nombre entre dans les collections personnelles du consul, dont la première est partiellement achetée par le musée britannique, et la seconde par la France sur les instances de Champollion.

79H. Salt finance le dégagement du Sphinx de Gizeh, les travaux étant dirigés par G. B. Caviglia (1770-1845) qui découvre le passage à la chambre souterraine de la Grande Pyramide. L’ancien marin génois est le premier à mener une fouille d’envergure dans les souterrains du plateau de Gizeh ; après son intervention, on a la certitude qu’il s’agit bien de tombes dont on connaît dès lors l’architecture intérieure.

80Un autre agent de H. Salt, G. B. Belzoni (1778-1823), est l’une des figures marquantes de cette époque de l’archéologie pré-scientifique en Égypte. Alliant exploration et fouilles, il se rend dès 1817 à Assouan et en Nubie, et tente, sans succès, de dégager l’entrée du temple d’Abou-Simbel ; il fait aussi établir un plan du sanctuaire, relever la position des statues et copier scènes et inscriptions. En même temps, il exécute le moulage à la cire du portique du temple d’Isis à Philae. À Thèbes, il découvre six tombes royales dont celle de Seti Ier: les reliefs et les hiéroglyphes sont moulés, avec indications des couleurs, de façon à pouvoir réaliser un fac-similé de la tombe. Cette reproduction grandeur nature est présentée en 1821 à l’Egyptian Hall de Picadilly, puis en 1823 à Paris, où elle provoque l’émerveillement du jeune Champollion. Belzoni est enfin l’inventeur de Bérénice, le port de la mer Rouge, et organise une expédition dans les oasis. Ses méthodes n’ont certes rien de commun avec celles de l’archéologie moderne, progressivement mises au point tout au long des xixe et xxe siècles. Sa « brutalité » notoire lui vaut de nombreuses et violentes critiques, mais il se montre en certaines occasions soucieux de recueillir les informations, par la copie, le relevé, les moulages.

  • 122 La première collection Drovetti est achetée en 1824 par le roi de Sardaigne, la deuxième est assuré (...)

81Le consul français B. Drovetti (1776-1852), qui avait participé comme colonel à l’Expédition d’Égypte, occupa le poste de consul général pendant tout l’Empire, puis sous la Restauration, de 1820 à 1829. Grâce à ses nombreux agents, qui fouillent et achètent les antiquités, il forme des collections si considérables qu’elles suffisent à la création des « musées égyptiens » de Turin, Paris et Berlin122.

  • 123 Jean-Jacques Rifaud (1786-vers 1845), né à Marseille, s’installe en Égypte où il fouille pour le co (...)
  • 124 Cité par Patrick Gautier, « La patience et la hâte », dans Cités disparues. Découvreurs et archéolo (...)

82Le sculpteur Jean-Jacques Rifaud123, au cours des quarante années qu’il passa en Égypte, pratiqua pour Drovetti, puis pour son propre compte, une multitude de fouilles, dont le but fut bien entendu la quête d’objets transportables et susceptibles d’être vendus aux musées d’Europe et aux collectionneurs. Cependant, il semble que l’on puisse discerner chez J.-J. Rifaud les premiers signes d’un sens proprement archéologique : outre les monuments et tombes où il est sûr de trouver des antiquités considérables et monnayables, il dégage des sites comme Antinoé ou l’ancienne Crocodilopolis, dont les maisons en brique ne présentent aucun intérêt dans l’optique exclusive du collectionneur. L’attention qu’il porte aux villes est d’un tout autre ordre : il les considère dans leur topographie, leur urbanisme, leur organisation et s’attache à dégager les murs en brique crue des maisons individuelles car ces pauvres ruines permettent de se faire « une idée de la manière de se loger des anciens habitants124 ». À Koum Médinet el-Farés, l’ancienne Arsinoé, il fait creuser une longue tranchée où il reconnaît trois niveaux, leur rattachant des vestiges qui lui semblent par conséquent d’époques différentes. Il a donc l’intuition d’une méthode stratigraphique et il complète le travail de fouille en relevant des plans et en exécutant des dessins. Ces observations ne sont pas celles d’un « pilleur » d’antiquités mais bien déjà d’un archéologue qui cherche à comprendre un site et pour qui les vestiges archéologiques sont le moyen de rétablir certains traits des civilisations disparues.

83Certes G. B. Belzoni ou J.-J. Rifaud sont des aventuriers qui trouvent en Égypte le moyen de gagner leur vie par l’exploitation des antiquités. Bien que la sévérité des jugements portés sur eux et leurs méthodes soit justifiée, et même si l’on doit se réjouir que Mariette ait mis fin au pillage désordonné et destructeur, l’archéologie en Égypte naît de l’activité de ces hommes qui, par certains de leurs intérêts et de leurs pratiques, annoncent les travaux scientifiques sur le terrain. En tout état de cause, ils ont fait la démonstration que les fouilles permettaient de restituer d’importants témoignages de la civilisation égyptienne. Pendant longtemps encore, cette perspective prévaudra, corrigée cependant par l’intérêt de plus en plus grand porté aux sites et aux monuments eux-mêmes. Le déchiffrement des hiéroglyphes, l’action de Champollion et celle des égyptologues qui se forment en Europe à cette époque, imposent une démarche très différente le but fixé aux fouilles est désormais la quête des indices et des informations qui doivent conduire à une meilleure connaissance de l’Égypte antique sous tous ses aspects. C’est à cette exigence que s’efforcent de répondre des hommes qui, tout à la fois érudits, explorateurs et archéologues, s’adonnent entièrement à la science nouvelle dont ils sont les pionniers.

  • 125 « J. G. Wilkinson », dans W. R. Dawson et E. P. Uphill, op. cit.
  • 126 Sir John Gardner Wilknson, The Manners and Customs of the Ancient Egyptians, Including Private Life (...)
  • 127 Id., Topography of Thebes, and general view of Egypt, Londres, 1835.

84Tel est bien sûr le cas de J.-F. Champollion, mais aussi d’autres savants européens qui, dans leurs pays respectifs, fondent l’égyptologie. Ainsi, en Grande-Bretagne, sir John Gardner Wilkinson (1797-1875), considéré « comme le véritable fondateur de l’égyptologie en Grande-Bretagne125 ». À partir de 1821, il conjugue explorations et fouilles. Il est le premier à réaliser seul une mission archéologique et historique sur les principaux sites en Égypte et en Nubie jusqu’à la deuxième cataracte ; il précède Champollion et Lepsius à Beni-Hassan où il exécute des dessins rigoureusement exacts des peintures de tombes. Lors de cette mission, il signale un très grand nombre de vestiges extrêmement importants pour l’histoire et l’archéologie égyptiennes. Toutefois, à la différence de Champollion, Rosellini ou Lepsius, il ne réunit pas les documents sous forme de publication mais les utilise dans ses nombreux ouvrages, en particulier le très célèbre The Manners and Customs of the Ancient Egyptians, qui constitue, à la date de sa parution, la somme la plus importante jamais produite sur la civilisation égyptienne126. À Thèbes, où il fouille en 1824 puis en 1827-1828, il se consacre aux tombes et dresse le premier plan d’ensemble du site127.

85Alors que les États d’Europe commençaient à contribuer par des aides financières ou des missions officielles au développement des recherches archéologiques, Wilkinson pourvoit lui-même aux dépenses des immenses travaux qu’il engage, sans que le gouvernement britannique lui apporte le moindre dédommagement. Si les politiques de la France et de l’Allemagne offrent en matière d’archéologie de grandes similitudes, celle de la Grande-Bretagne se distingue par la part moindre que se réserve l’État, et l’importance considérable des initiatives privées.

  • 128 Richard William Howard Vyse (1784-1853), officier de l’armée britannique. Après son retour en Grand (...)
  • 129 John Shae Perring (1813-1869), ingénieur civil anglais, se rend en Égypte en 1835 où il travaille s (...)
  • 130 R. W. H. Vyse, Operations carried on at the pyramids of Gizeh in 1837 ; with an account of a voyage (...)
  • 131 J. D. Wortham, op. cit., p. 74.

86Le colonel R. W. Howard Vyse128 est un de ces hommes qui consacrent une partie de leur fortune à la recherche archéologique : après avoir visité l’Égypte en 1835, il confie à Caviglia l’exploration de la Grande Pyramide de Gizeh, puis s’assure l’aide de l’ingénieur J. Shae Perring129, avec lequel il force l’entrée des première et troisième pyramides. Grâce aux cartouches des rois retrouvés dans les chambres mortuaires, il est possible de les rattacher respectivement à Chéops et Mykérinos. Le colonel Vyse n’hésite pas à recourir aux méthodes les plus brutales : il utilise la poudre, fait creuser un tunnel à travers la maçonnerie, prélevant certains des blocs de granit des fondations. Ces travaux sont complétés par un examen des autres pyramides de Gizeh et l’exploration scientifique des pyramides de Haute-Égypte que Perring réalise en 1837-1839. La publication d’ensemble est remarquable130, avec une véritable étude scientifique qui constitue durant tout le xixe siècle un modèle inégalé. Le colonel Vyse, malgré ses méthodes a suscité l’indulgence de ses pairs « he was not a barbarian but rather a transitional archaeology131 ». Il poursuit des et l’assure par la qualité de ses observations, mais n’est pas sensible aux dommages qu’il fait subir aux monuments.

  • 132 William John Bankes (décédé en 1855), voyageur, collectionneur et antiquaire anglais, ami de Byron. (...)
  • 133 Cf. C. Augé et P. Linant de Bellefonds, introduction à L. de Laborde et L. Linant de Bellefonds, (...)

87Le colonel Vyse et J. S. Perring ont mis leurs qualités et leurs connaissances de techniciens au service de l’égyptologie. Belzoni, avant eux, semble avoir utilisé sa formation d’ingénieur-mécanicien pour mettre au point des méthodes adaptées à ses travaux en Égypte. Parmi les Français qui à cette époque contribuent à la connaissance de l’Égypte antique, on compte deux ingénieurs, Louis Linant de Bellefonds (1799-1883) et Émile Prisse d’Avennes. Le premier, après avoir accompagné le comte de Forbin dans une expédition au Proche-Orient, arrive en Égypte en 1818, se met au service de Méhémet Ali, puis rencontre W. Bankes132 en 1820. Il le suit comme dessinateur jusqu’à Dongola et, pendant plusieurs années, participe pour lui à de nombreuses expéditions en Égypte, en Arabie et au Soudan, au cours desquelles il dessine tous les monuments qu’il rencontre. Champollion au cours de son voyage en Égypte trouve auprès de lui un précieux concours. Ses dessins et ses notes, qui ont été confiés par sa famille au Musée du Louvre, sont précieux pour le témoignage qu’ils donnent de monuments aujourd’hui disparus133.

  • 134 Ainsi Jacques de Morgan, ingénieur et géologue devenu archéologue et préhistorien qui succédera à G (...)
  • 135 É. Prisse d’Avennes, Les Monuments égyptiens. Bas-reliefs, peintures, inscriptions… d’après les des (...)

88Quant à Émile Prisse d’Avennes (1807-1879), il était ingénieur-architecte et, en cette première moitié du xixe siècle, où l’archéologie est en voie de devenir une carrière, il appartient à cette catégorie assez fournie d’« hommes de l’art » qui se font archéologues134. Ses travaux dans le domaine de l’égyptologie ont une importance considérable puisqu’il est, parmi ces pionniers, celui qui copie le plus grand nombre d’inscriptions, de reliefs et de peintures, et, par ses Monuments égyptiens135, est le Français qui, depuis Champollion, offre le plus vaste ensemble de documents illustrés sur l’Antiquité égyptienne. De plus, devançant Karl Richard Lepsius, il découvre, en 1845, à Karnak, la Table des rois qu’il fait parvenir en France. Avec le Dr Henry Abott, il fonde au Caire la première société d’égyptologie, l’Association littéraire d’Égypte.

  • 136 A. Moret, « L’Égyptologie » dans Livre du Centenaire de la Société asiatique. 1822-1922, Paris, 192 (...)

89Il est indéniable cependant que, malgré l’activité de certains Français en Égypte, l’égyptologie de notre pays connaît une crise après la mort de Champollion. Après avoir « assumé le déchiffrement des hiéroglyphes, constitué les cadres de l’enseignement de la nouvelle science [...], donné l’exemple de l’exploration scientifique en Égypte136 », il disparut trop tôt pour consolider l’édifice dont il avait jeté les bases. A sa mort, le musée égyptien est rattaché aux antiques et mis sous la responsabilité du comte de Clarac. Il faudra attendre 1849 pour qu’Emmanuel de Rougé assume la succession de Champollion au Louvre, et ce n’est qu’en 1860 qu’il occupera la chaire de philologie et archéologie égyptiennes au Collège de France.

  • 137 A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico germanico (1829-1879), Rome, 1879.

90L’égyptologie française traverse donc une grave crise alors que les découvertes de Champollion sont imposées en Grande-Bretagne par Samuel Birch (1813-1885) conservateur au British Museum, et que l’Institut de correspondance archéologique de Rome, grâce au duc de Blacas, protecteur de Champollion, et à C. K. J. von Bunsen, s’ouvre à partir de 1833 à la nouvelle science. En effet, le savant allemand Bunsen, l’un des premiers à avoir soutenu le « déchiffreur », dans son discours prononcé à l’occasion des Palilie de 1833, aborde des points fondamentaux de la chronologie égyptienne et annonce qu’une place sera dorénavant réservée à ces études dans les volumes de l’Institut137.

  • 138 Cf. C. B. Stark, Handbuch der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich, 1969, p. 288.
  • 139 Ipollito Rosellini, I Monumenti dell’Egitto e della Nubia, disignati della spedizione scientifico-l (...)
  • 140 C. B. Stark, op. cit., p. 283.
  • 141 K. R. Lepsius, « Lettre à Rosellini sur l’alphabet hiéroglyphique », 1836, marque un tournant dans (...)

91À la même époque, K. R. Lepsius (1810-1884) travaille à Rome sur les dialectes italiques et projette avec Bunsen un Corpus Inscriptionum Italicarum138. Mais le secrétaire général de l’Institut, préoccupé de la crise provoquée par la mort de Champollion et conscient des faiblesses de l’œuvre de Rosellini139, est convaincu que seul un « philologue allemand » peut poursuivre l’œuvre entreprise140. Il encourage donc Lepsius à se consacrer à l’étude des hiéroglyphes141.

  • 142 C. K. J. Von Bunsen, Aegyptens Stelle in der Weltgeschichte, Hambourg, 1844, puis Gotha, 1856-1857, (...)
  • 143 Annales de l’Institut de correspondance archéologique, IX (1838).

92C. K. J. von Bunsen lui-même, pendant son ambassade en Grande-Bretagne, s’attachera à fixer la place de l’Égypte dans l’histoire universelle142. Après avoir réexaminé une question d’archéologie comparée abordée par Champollion le premier, celle de l’influence des colonnes des tombes de Beni Hassan sur les colonnes archaïques grecques143, K. R. Lepsius exprime le désir de se rendre en Égypte. Grâce aux interventions de Bunsen et d’Alexander von Humboldt auprès de Frédéric-Guillaume IV, une expédition scientifique en Égypte est organisée pour le compte de la Prusse et pourvue de moyens très importants aussi bien en fonds qu’en personnel scientifique et technique.

50. Colosse de Ramsès II à Wady Esseboua (Égypte), É. Prisse d’Avennes, Monuments égyptiens… d’après les dessins exécutés sur les lieux…, Paris, Imprimerie et librairie Firmin-Didot, 1847. Bibliothèque de l’École normale supérieure.

51. Panorama depuis Qurnah, le « camp » de la mission prussienne. K. R. Lepsius, Denkmaeler aus Aegypten und Aethiopien, Band 2, Abteilung I, Berlin, 1849-1859. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 144 Baron Heinrich Karl Menu von Minutoli (1772-1846), officier de l’armée prussienne. Publie un intére (...)
  • 145 W. R. Dawson et E. P. Uphill, op. cit., p. 174.

93Une première mission officielle prussienne avait été confiée en 1820 au baron von Minutoli144, qui avait visité l’oasis de Siwa et avait rapporté de son voyage une importante collection d’objets, pour partie vendus à Paris et au musée de Berlin. De 1842 à 1845, l’expédition prussienne effectue de longs séjours sur des sites déterminés par avance, pénètre en Éthiopie, jusqu’à Khartoum, et explore le Sinaï. Lepsius se préoccupe surtout de relever des monuments et de recueillir des objets, mais il conduit aussi une fouille stratigraphique dans le labyrinthe du Fayoum, introduisant au Proche-Orient une méthode qui ne sera couramment pratiquée qu’au xxe siècle145.

94Alors que jusque-là on ne connaissait de monuments que du Nouvel Empire, les travaux de Lepsius et de ses collaborateurs révèlent en très grand nombre ceux de l’Ancien Empire et font connaître l’art égyptien du quatrième millénaire jusqu’aux Ptolémées et à l’époque romaine. L’expédition de Lepsius permet l’accroissement considérable des collections du Musée égyptien de Berlin, qui avait été constitué en 1826 par l’achat de la collection Passalacqua. D’autre part, K. R. Lepsius fournit à l’égyptologie des bases considérablement élargies et lui ouvre de nouvelles perspectives de recherches.

  • 146 K. R. Lepsius. Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien, Berlin, 1849-1859 pour les volumes de planche (...)
  • 147 Composés à partir de ses notes, par une équipe dirigée par Édouard Naville et publiés entre 1897 et (...)

95Les résultats de l’expédition seront publiés sous forme de planches de 1849 à 1859146, complétées par cinq volumes de texte. Les Denkmäler aus Aegypten und Aethiopen147, répartis selon leur appartenance aux ancien, moyen et nouvel empires ou aux époques grecques et romaines, donnent une vision historique complète de l’art égyptien.

  • 148 « Die alte Welt in ihren frühen asiatischen Culturstätten und an den Mittelmeeres erweist sich schl (...)

96Pour Lepsius, les hypothèses de Champollion quant aux influences égyptiennes sur l’art grec sont confirmées et, renforcées par les découvertes d’Assyrie, lui font concevoir le monde ancien, civilisations asiatiques et méditerranéennes, comme un tout dont les éléments sont associés étroitement et agissent les uns sur les autres148.

  • 149 Joseph Bonomi (1796-1878), sculpteur anglais d’origine italienne. James William Wild (1814-1892), a (...)

97L’expédition prussienne en Égypte a élargi le domaine de l’Institut de correspondance archéologique de Rome que les découvertes d’Étrurie, et en particulier celle de la tombe Regolini-Galassi à Cerveteri, avaient sensibilisé à la question des influences orientales sur les civilisations méditerranéennes. K. R. Lepsius donne à l’égyptologie un nouveau départ et est le premier des savants allemands qui illustreront cette discipline. Ses travaux poursuivent ceux de Champollion et Rosellini, et l’esprit de collaboration internationale cultivé par les différentes sections de l’Institut de correspondance archéologique romain, qu’il illustre lui-même par la participation de deux Anglais à son expédition149, se perpétuera encore quelques années en Égypte, où Heinrich Brugsch se rangera au côté de Mariette pour le seconder.

***

98La « renaissance orientale à laquelle on assiste, à l’aube du xixe siècle, en Égypte et en Mésopotamie, se manifeste, d’une part, par le déchiffrement d’écritures inconnues, cunéiformes et hiéroglyphes et, d’autre part, par la découverte des monuments égyptiens et des cités assyriennes. L’Orient mobilise tout à la fois philologie et archéologie, dont l’une suscite la naissance de l’autre, qui fournit à son aînée les matériaux indispensables à son progrès.

99Cette étroite association est très caractéristique de l’égyptologie et de l’orientalisme et explique le développement de l’épigraphie sur les chantiers du Proche-Orient.

100La révélation des civilisations égyptienne et assyrienne modifie la vision que l’on avait jusqu’alors du monde antique : l’étude de l’art égyptien et assyrien conduit Champollion, Lepsius et Longpérier à envisager les relations entre Orient et Occident et à reconnaître les influences orientales exercées sur la Grèce.

101Alors même que le monde ancien apparaît comme un « tout » dont les éléments constitutifs interfèrent, l’archéologie, presque à sa naissance, acquiert des traits différents selon les régions et les civilisations auxquelles elle s’applique : archéologie classique et archéologie orientale sont nettement distinctes dès la première moitié du xixe siècle. Quand en Grèce et en Italie se développe l’étude de monuments et de sites d’époque historique, en Égypte et en Assyrie, l’archéologie permet de reculer les limites de l’histoire au-delà des références traditionnelles de la Bible. En Orient, philologie et archéologie suivent une démarche similaire : le déchiffrement des hiéroglyphes et des cunéiformes, en rétablissant le système de langues inconnues, permet d’échapper au renvoi obligatoire vers les textes hébreux, grecs ou latins.

  • 150 Glyn Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, Duckworth, 1975, p. 56 : « The de (...)

102En Égypte et en Assyrie, il est prouvé que, par l’archéologie, on peut remonter jusqu’à un passé qui excède largement les limites de l’histoire. Au terme de son voyage, J.-F. Champollion soupçonne, sans oser le révéler, que l’Antiquité égyptienne plonge très loin ses racines, bien au-delà du terme imposé par la Bible. L’archéologie lui inspire l’intuition de la préhistoire égyptienne. En Assyrie, Botta et Layard font la démonstration que l’archéologie permet de retrouver des palais et des villes disparus, et ils engagent un processus qui conduira à la fabuleuse découverte de la préhistoire orientale. C’est ce qui autorise Glyn Daniel, l’historien anglais de l’archéologie, à accorder un mérite égal, dans la fondation de la démarche archéologique150, à Botta et Layard d’une part, et aux préhistoriens danois, suédois et anglais d’autre part. L’archéologie orientale en Égypte et en Assyrie et l’archéologie préhistorique en Europe procèdent du même principe et aboutissent à la connaissance des sociétés anciennes grâce à des moyens proprement archéologiques.

103L’archéologie, à laquelle Botta donne naissance à Khorsabad, n’est pas la simple pourvoyeuse de textes inscrits livrés aux philologues, pas plus qu’elle ne se limite au recueil d’objets de collection : le consul dégage un palais dont les ruines sont précisément relevées par E. Flandin. Ce recours à l’information graphique est la marque d’une démarche spécifiquement archéologique : la documentation ainsi recueillie sert à la compréhension du site qui devient lui-même objet d’étude. En Égypte, les fouilles de J.-J. Rifaud à Antinoé et Arsinoé traduisent la même attention et les mêmes soucis.

104L’archéologie, qui commence à s’élaborer sur les sites d’Égypte et de Mésopotamie, exige des moyens nouveaux : les chantiers requièrent la présence continue d’un responsable et des crédits considérables qui assurent leur fonctionnement. Aux voyageurs et explorateurs qui se livraient à la prospection et aux études topographiques, s’ajoutent les peintres et architectes, amateurs ou investis de missions officielles, qui par le dessin et la peinture rendent compte des monuments visibles, puis, sur les chantiers de Mésopotamie, secondent le directeur dans le relevé des vestiges exhumés. Quant aux promoteurs des fouilles, tels Botta ou Layard, ce sont encore des « amateurs » mais dont les fonctions diplomatiques assurent cependant la résidence permanente dans le pays et qui, par l’exercice pratique de la fouille sur les sites, deviennent des archéologues de terrain. Le métier d’archéologue se définira à mesure que s’imposeront les exigences de la science et les contraintes du travail sur le terrain. Toutefois, en cette première moitié du xixe siècle, même si se fait jour la nécessité de dresser les plans des ruines et de conserver des traces des vestiges grâce aux relevés et dessins, les activités des fouilleurs en Égypte et en Mésopotamie ont pour objet essentiel et prioritaire de recueillir des antiquités destinées aux collections et aux musées.

  • 151 Cité par S. Lloyd, op. cit., p. 108.

105Le rôle de ces institutions, Louvre, British Museum ou musées de Berlin, est déterminant car elles conditionnent tout le déroulement des fouilles : des crédits très importants sont nécessaires pour ces travaux qui emploient de nombreux ouvriers, se déroulent sur de longs mois, voire même plusieurs années, et pour lesquels les revenus personnels ne sauraient suffire. L’argent accordé par son gouvernement à Botta ou par les Trustees du British Museum à Layard doit permettre avant tout l’enrichissement des musées, ce qui explique les « méthodes » employées sur les sites : si le consul français, qui bénéficiait d’une subvention importante et de la collaboration d’un peintre-architecte de grand talent, a pu accorder une certaine attention au site et aux monuments qui ne pouvaient être emportés, A. H. Layard quant à lui, avec des moyens financiers extrêmement réduits et sans aucun auxiliaire, convient lui-même qu’il doit se contenter de réunir « le plus grand nombre possible d’objets d’art dans le meilleur état de conservation, tout en y consacrant le moins possible de temps et d’argent151 ». La fouille de sites aussi riches que Khorsabad, Quyundjik ou Nimrud est, aux yeux des archéologues modernes, catastrophique : les tranchées creusées le long des murs ou les tunnels menés au cœur des ruines causent des dommages irréparables.

  • 152 La première expédition, celle d’Égypte, servira de modèle à celle de Morée (1829), et à de nombreus (...)
  • 153 X. Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques, 3 vol., Paris, 1886.
  • 154 J. Mohl, Vingt-Sept Ans d’histoire des études orientales (1840-1867), op. cit., t. II, p. 260.

106En Égypte, les travaux commandés par les consuls européens, qui rivalisent dans la formation des collections les plus riches, prennent trop facilement les apparences du pillage et provoquent la destruction des monuments et des sites. Même si de véritables égyptologues se forment en cette première moitié du xixe siècle, ils restent encore, comme K. R. Lepsius lors de son expédition, dominés par le souci et l’obligation imposés par les musées européens de recueillir un grand nombre d’objets susceptibles de figurer dans leurs collections. L’esprit de concurrence anime les grands musées européens et les États, qui en tirent prestige et gloire, et voient dans les travaux archéologiques un moyen d’affirmer leur influence politique, culturelle et commerciale en Méditerranée et au Proche-Orient. C’est ainsi que se développent les voyages, expéditions, missions soutenus par des crédits publics152. Le caractère officiel des missions archéologiques et leur nécessité sont reconnus quand, en 1842, est créé le Bureau des missions scientifiques et littéraires153, auquel Jules Mohl, alors secrétaire de la Société asiatique, un programme de l’Orient : le but de chaque mission doit être précisément défini, et les « missionnaires », préalablement formés aux langues de ces régions, séjourneraient longtemps (six à sept ans) au même endroit pour étudier l’ensemble d’un territoire. « Rien ne serait plus facile que d’explorer ainsi successivement toute l’Asie, en y apportant les précautions et la sage lenteur que permet un système suivi par un gouvernement.154 »

  • 155 Ibid., p. 267.
  • 156 Ibid., p. 264.
  • 157 Voyage en Perse, entrepris par ordre de M. le Ministre des Affaires étrangères, d’après les instruc (...)
  • 158 Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, 5 v (...)

107Jules Mohl souligne encore la nécessité de confier ces missions à des « spécialistes », « à ceux qui ont fait des langues et des littératures de l’Asie l’objet de leurs études155 ». Si, en 1846, l’année même où est fondée l’École française d’Athènes, on observe que « les voyages scientifiques sont devenus une partie régulière et considérable des efforts que fait le gouvernement français pour l’avancement de la science156 », c’est qu’intérêts politiques et scientifiques coïncident et que, pour les États, le devoir à remplir envers la science s’ajoute à la gloire à acquérir. Les grandes missions, expéditions, explorations de régions ou de sites sont publiées aux frais du gouvernement français : ainsi le voyage d’E. Flandin et de P. Coste en Perse157, ou les fouilles de P.-É. Botta à Khorsabad158. Ces entreprises officielles sont patronnées par des institutions qui définissent leur programme et leur garantissent leur valeur scientifique : ce rôle est assuré par l’Académie des inscriptions et belles-lettres et la Société asiatique qui, bien au-delà de 1850, continueront à donner à la philologie et à l’archéologie classique, égyptienne ou orientale une impulsion décisive.

  • 159 Créée pour lui au Collège de France en 1831.

108En ce début du xixe siècle, la science archéologique se constitue et se diversifie : archéologie nationale, classique, égyptologie, assyriologie, sont pourvues d’institutions de recherche ; en même temps, se dessine l’enseignement de la science nouvelle, inauguré au Cabinet des médailles par Aubin-Louis Millin et au Louvre par J.-F. Champollion qui, le premier en Europe, est titulaire d’une chaire d’archéologie égyptienne159.

109En France, les cadres qui permettront le développement de l’archéologie en ses différentes disciplines tout au long du xixe siècle sont très tôt ébauchés. Cependant, si dès le début du siècle et l’Expédition d’Égypte, intérêts politiques et scientifiques se sont confondus et renforcés en Orient comme en Grèce, la vigoureuse impulsion donnée à l’archéologie avant 1848 ne sera pas maintenue : les circonstances historiques, révolution et guerre de Crimée, infligeront un coup d’arrêt aux travaux engagés en Orient.

  • 160 J. Mohl, « Rapports à la société Asiatique de Paris (1879-1880) », dans Vingt-Sept Ans d’histoire d (...)
  • 161 Ibid., t. I, p. 452.
  • 162 X. Charmes, op.cit., t. I, p. CXXVII

110Les travaux archéologiques de terrain ne s’intensifieront que dans le dernier quart du siècle, mais les recherches dans le domaine oriental poursuivent leur essor au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de la Société asiatique, et ne visent rien de moins que « de faire l’histoire de la moitié du genre humain160 ». Cet Orient, dont la philologie et l’archéologie révèlent les civilisations beaucoup plus anciennes que celles de la Palestine, de la Grèce, de l’Italie qui, pour les Européens, incarnaient l’Antiquité, s’avère « la partie la plus anciennement civilisée du monde161 ». En Égypte et en Mésopotamie, on réussit à « faire parler les pierres, [à] retrouver la trace du passé, non seulement dans les œuvres écrites, mais dans les diverses manifestations de l’art, [à] y découvrir non seulement des modèles de goût, mais des documents historiques162 ».

  • 163 Ibid., t. II, p. 307.
  • 164 J. Mohl, op. cit., t. II, p. 733.

111L’Occident, qui se considérait jusque-là comme l’héritier de la Grèce, découvre que, par elle, il plonge ses racines dans un Orient qui a abrité le berceau de la civilisation : « Ainsi ce que nous appelions jadis l’Antiquité devenait le prélude des temps modernes.163 » On a déjà conscience, au sein de la Société asiatique, de l’importance des enjeux mis en œuvre par les études orientales par la science, « il s’agit de faire connaître à l’Europe cet Orient qu’elle est occupée à dévorer sans l’apprécier et où elle fait un mal irréparable par son ignorance des langues, des idées et de l’histoire de ces peuples164 ».

112L’archéologie, qui permet de saisir l’Orient ancien dans les diverses manifestations de ses civilisations, contribue à les faire comprendre et à éviter les erreurs d’une politique menée sans discernement par ignorance du passé et du génie des peuples d’Asie.

113C’est assigner aux études orientales, et à l’archéologie en particulier, un rôle de sauvegarde dans le respect des nations modernes, tout à fait en accord avec l’esprit humaniste qui préside à « la Renaissance orientale » de ce début du xixe siècle.

114L’archéologie, qu’elle s’exerce par des missions d’exploration ou par la fouille de sites, est placée sous la tutelle d’institutions savantes et commence à bénéficier de subventions publiques, qui lui donnent un caractère officiel et lient son développement aux perspectives politiques de l’État. Les hommes de terrain, en Égypte et en Mésopotamie, fouillent pour enrichir les collections des grands musées européens qui concourent au prestige des États français, anglais, prussien, italiens. Mais déjà, en cette première moitié du xixe siècle, s’affirment les exigences d’une archéologie qui n’apparaît plus seulement comme le moyen de recueillir de beaux objets, mais comme une science qui permet d’accéder à la connaissance des civilisations anciennes, suppose une « déontologie » transcendant les intérêts politiques immédiats, et doit mener au respect des sociétés modernes d’Orient.

Notes

1 R. Schwab, Renaissance orientale, Paris, 1951.

2 Abraham-Hyacinthe Anquetil du Perron (1731-1805), orientaliste français, éditeur du Zend-Avesta, ouvrage de Zoroastre, Paris, 1771.

3 S. Lévi, « Les études orientales, leurs leçons, leurs résultats », Annales du musée Guimet, t. 36 (1912), p. 167-184.

4 Ibid., p. 183.

5 R. Schwab, 1951, p. 12, qui emprunte ce titre à l’un des chapitres d’Edgard Quinet, dans Le Génie des religions, Paris, 1841.

6 J. Mohl, Vingt-sept Ans d’histoire des études orientales (1840-1867), 2 vol., Paris, 1879, t. I, p. 452.

7 Pour une vision critique de l’orientalisme, vu par un « Oriental » : cf. E. W. Saïd, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, L’Harmattan, 1980.

8 Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795), « Réflexions sur l’alphabet et la langue dont on se servait autrefois à Palmyre », Mémoires de l’Académie, 1754. Cf. André Dupont-Sommer, « Les débuts des études phéniciennes et puniques et leurs développements », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1983.

9 J. J. Barthélemy, « Réflexions sur quelques monuments phéniciens et sur les alphabets qui en résultent », Mémoires de l’Académie, XXX (1758), p. 405-427.

10 Félix De Saulcy (1807-1880), « De l’histoire et de l’état actuel des études phéniciennes », Revue des Deux Mondes, 16 (1846), p. 1055 sq. Cf. Félix de Saulcy et la Terre Sainte, Paris, Réunion des musées nationaux, 1982 ; È. et J. Gran-Aymerich, Archéologia, 220, janv. 1987, p. 65-75.

11 A. Dupont-Sommer, op. cit.

12 Wilhelm Gesenius (1786-1842), Scripturae Linguaeque Phoeniciae Monumenta quotquot supersunt, Leipzig, 1837. Professeur de théologie à l’université de Halle, il est l’auteur d’un Hebraïsch Elementarbuch, dont la Grammaire hébraïque, qui correspond au premier volume, connaissait en 1858 quatorze éditions.

13 Sur le rôle de l’armée française en Afrique du Nord, cf. M. Dondin-Payre, « L’Exercitus Africae inspiratrice de l’armée française d’Afrique du Nord : ense et aratro », Antiquités africaines, 27 (1991), p. 141-149.

14 Collectif, Histoire et Historiens de l’Algérie, publié par la Revue historique dans la « Collection du Centenaire 1928-1938, t. IV, Archéologie et Histoire, Gsell M. Dondin- Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie et Le capitaine Delamare : Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. XIV et XV, Paris, 1994.

15 Histoire et Historiens de l’Algérie, chap. IV, par E. Albertini, « L’Algérie antique », à propos des expéditions de Tlemcen en 1836, de Constantine en 1837 et des Portes de Fer en 1839.

16 Adolphe Hedwige Alphonse Delamare (cité parfois sous la forme de La Mare) (1793-1861), chef d’escadron d’artillerie puis commandant, membre de la Commission pour l’exploration scientifique de l’Algérie, auteur de nombreuses missions épigraphiques. Publie les planches d’un volume intitulé Archéologie, Paris, 1850, 2 vol.

17 Cité par P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, 2 vol., Aix-en-Provence, Édisud, 1989, t. 1, p. 30.

18 Révérend père Alfred Louis Delattre (1850-1932), cf. È. et J. Gran-Aymerich dans Archéologia, 208, déc. 1985, p. 74-80.

19 F. de Saulcy, Recherches sur la numismatique punique, Paris, 1843.

20 Albert de Luynes, Essai sur la numismatique des satrapies de Phénicie, Paris, 1846.

21 Le sarcophage, découvert en 1855 et conservé au Musée du Louvre, fournissait la première inscription trouvée en Phénicie même.

22 Ernest Renan (1823-1892) accomplit en 1860-1861 cette mission, conçue sur le modèle de l’Expédition d’Égypte ; cf. È. et J. Gran-Aymerich, dans Archéologia, 224, 1987, p. 71-79.

23 Cf. André Parrot, Archéologie mésopotamienne, 2 vol., Paris, Albin Michel, 1946, in t. 1, Les Étapes, p. 109 sq. ; J. Bottéro et M. J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993 ; P. Lecoq, Les Inscriptions de la Perse achéménide, Paris, Gallimard, 1997, p. 19-30.

24 Connu sous l’appellation de « Caillou Michaux ».

25 Jules Oppert (1825-1905) sera en 1874 le premier titulaire de la chaire de philologie et archéologie assyrienne du Collège de France.

26 Karsten Niebuhr (1733-1815), géographe et voyageur danois. Reisebeschreibung nach Arabien und andern umliegenden Ländern, Copenhague, 1774-1778.

27 Près de Persépolis, lieu de sépulture des rois perses à partir de Darius Ier : les tombes rupestres sont creusées dans les falaises qui dominent la plaine.

28 A.-H. Anquetil du Perron, « Recherches sur les anciennes langues de la Perse », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. XXXI (1758), p. 396-512.

29 Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838), auteur de Mémoires sur diverses antiquités de la Perse et sur les médailles des rois de la dynastie des Sassanides, Paris, 1793.

30 Henri Dehérain, Les Établissements d’enseignement et de recherche de l’orientalisme à Paris, Paris, 1939, 23.

31 J. Mohl, op. cit., p. 267.

32 Eugène Burnouf (1801-1852), Mémoire sur deux inscriptions cunéiformes trouvées près d’Hamadhan, Paris, 1836.

33 A.-H. Anquetil du Perron, Zend-Avesta, ouvrage de Zoroastre, Paris, 1771.

34 P.-É. Botta et E. Flandin, Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, 5 vol., Paris, 1849-1850.

35 J. Mohl, op. cit., constatations qu’il fait pour l’année 1849-1850.

36 L’École des langues orientales vivantes, fondée en 1795, le Collège de France, avec les chaires de sanscrit (1814), de persan (1806) et d’arabe.

37 J. Mohl, op. cit., année 1851-1852, p. 451.

38 N. L. Westergaard (1815-1875), « Zur Entzifferung der Achämenidischen Keilschrift zweiter Gattung » : Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, VI (1844), p. 337-466.

39 E. Hincks (1792-1866), « On the three kinds of Persepolitan Writing », Transactions of the Royal Irish Academy, XXI (1847), p. 240-241.

40 E. Norris, « Memoir on the Scythic Version of the Behistun Inscription », Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland, XV (1855), p. 1-213.

41 La traduction d’une inscription de Tiglatpileser Ier, découverte à Qalaat-Shergat (Assur), est demandée à H. Fox Talbot, H. Rawlinson, E. Hincks et J. Oppert qui font parvenir chacun leur travail à la Royal Asiatic Society de Londres ; les traductions parfaitement concordantes garantissent le déchiffrement de l’assyrien.

42 Cf. A. Parrot, op. cit., t. 1, p. 120 sq.

43 J. Bottero et M. J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

44 Comte Constantin François de Chassebœuf dit Volney (1757-1820), Voyage en Syrie et en Égypte pendant les années 1783, 1784 et 1785, Paris, 1787 ; cf. J.-M. Carré, Voyageurs et Écrivains français en Égypte, Le Caire, IFAO, 1932 et 1951.

45 Description ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’Expédition de l’armée française, publiée par les ordres de S.M. l’Empereur Napoléon, 8 vol. et 10 atlas de planches, Paris, 1809-1816. Cf. H. Laurens, L’Expédition d’Égypte, Paris, Armand Colin, 1989 L. Murat et N. Weill, L’Expédition d’Égypte. Le rêve oriental de Bonaparte, Paris, « Gallimard, 1998 Y. Laissus, L’Égypte, une aventure savante, 1798-1801, Paris, Fayard, 1998.

46 D. Vivant Denon, (1747-1825), Voyage dans la Basse et Haute-Égypte pendant les campagnes du général Bonaparte, Paris, 1802, réed., introduction de J.-C. Vatin, Le Caire, IFAO, 1988.

47 Cf. M. N. Bourguet, B. Lepetit, D. Nordman, M. Sinarellis, L’Invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éd. École des hautes études en sciences sociales, 1998.

48 Jean Lacouture, Champollion. Une vie de lumières, Paris, Livre de poche, 1988, cf. son chap. 9.

49 Jean Leclant, « En quête de l’égyptomanie », Revue de l’art, V (1969).

50 J.-J. Barthélemy, dans Recueil d’antiquités égyptiennes..., du comte de Caylus.

51 G. Zoëga, De origine et usu obeliscorum, Rome, 1797.

52 I. Silvestre de Sacy (1758-1838), Lettre à M. Chaptal, Paris, 1802.

53 Thomas Young (1773-1829) médecin et physicien, Lettre à Silvestre de Sacy, 3 octobre 1814, traduction conjecturale de l’inscription démotique ; « Égypte », Encyclopaedia Britannica, supplément, Londres, 1819. Cf. J. Leclant, « Aux sources de l’égyptologie européenne : Champollion, Young, Rosellini, Lepsius », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1991, p. 3-22.

54 J.-F. Champollion, Lettre à M. Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, relative à l’alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Égyptiens pour inscrire sur leurs monuments, les titres les noms et les surnoms de souverains grecs et romains, Paris, 1822. Cf. J. Leclant, « Champollion, la pierre de Rosette et le déchiffrement des hiéroglyphes », Paris, Institut de France, 1972.

55 J.-F. Champollion, Précis du système hiéroglyphique des Anciens Égyptiens ou Recherches sur les éléments premiers de cette écriture sacrée, sur leurs diverses combinaisons et sur les rapports de ce système avec les autres méthodes graphiques égyptiennes, Paris, 1824.

56 A. Moret, « L’Égyptologie », Société asiatique : le livre du Centenaire (1822-1922), collectif, Paris, 1922.

57 Texte de l’ordonnance royale du 14 mai 1826 le nommant conservateur du Musée égyptien du Louvre.

58 J.-F. Champollion, Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X, Paris, 1827.

59 Créée pour lui en 1831. Cf. J. Leclant, « Champollion et le Collège de France », Bulletin de la Société française d’égyptologie, Paris, 1982.

60 H. Hartleben, Champollion, sein Leben und sein Werk, Berlin, 1906, trad. fr. Champollion, sa vie, son œuvre, 1790-1832, Paris, Pygmalion Gérard Watelet, 1983, p. 376.

61 Point de vue exposé dans un article paru dans le Bulletin universel des connaissances scientifiques et industrielles de Férussac, section 7, dont les frères Champollion étaient les rédacteurs : « Aperçu des résultats historiques de la découverte de l’alphabet hiéroglyphique égyptien », Paris, 1827.

62 H. Hartleben, op. cit., p. 360.

63 Cf. M. Dewaechter, « Nouveaux documents relatifs à l’expédition franco-toscane en Égypte en Nubie (1828-1829) », Bulletin de la Société française d’égyptologie, Paris, 1988.

64 J. Leclant, « Aux sources de l’égyptologie européenne : Champollion, Young, Rosellini, Lepsius », op. cit., p. 14.

65 Cf. le catalogue de l’exposition, Marianne et Germania, 1789-1889. Un siècle de passions franco-allemandes, musée du Petit Palais, Paris, Réunion des musées nationaux, 1998.

66 E. Renan, Rapport sur les travaux de la Société asiatique en 1876, Paris, 1876.

67 Wilhelm Froehner (1833-1925), archéologue français d’origine allemande. Sur les savants allemands installés en France, cf. P. Petitmengin, « Deux têtes de pont de la philologie allemande en France : le Thesaurus Linguae Graecae et la Bibliothèque des auteurs grecs (1830-1867) », dans Philologie und Hermeneutik in 19. Jahr., II, Göttingen, 1983 et d’un point de vue plus général C. Charle, Les Intellectuels en Europe au xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1996, chap. 3.

68 Baron Alexander von Humboldt (1769-1859), naturaliste et voyageur allemand, et son frère, baron Karl-Wilhelm von Humboldt (1767-1835), poète, critique, philologue et homme d’État.

69 A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico-germanico. 1829-1879, Rome, 1879.

70 Edme-François Jomard (1777-1862). Géographe, archéologue et orientaliste, participe à l’Expédition d’Égypte comme topographe.

71 H. Hartleben, op. cit., p. 376.

72 Abel Blouet, Léon-Jean Dubois, Edgar Quinet.

73 Cité par H. Hartleben, op. cit., p. 492.

74 Ibid., p. 512.

75 Note à Méhémet Ali, Alexandrie, novembre 1829, citée par J. Lacouture, op. cit, p. 678. Cf. M. Dewaechter, Champollion. Un scribe pour l’Égypte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990, p. 123.

76 Première lettre au duc de Blacas (1824), dans Lettres à M. le duc de Blacas d’Aulps, premier gentilhomme de la chambre, pair de France... relatives au Musée royal égyptien de Turin, Monuments historiques, Paris, 1824-1826.

77 Lettre à M. Dacier du 1er Janvier 1829, datée de Ouadi Halfa. Cf. J.-F. Champollion, Lettres et journaux écrits pendant le voyage d’Égypte, recueillis et annotés par H. Hartleben, Paris, 1909, rééd. 1986.

78 « Considérations sur les arts de l’ancienne Égypte », discours prononcé devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le 24 avril 1823.

79 J.-F. Champollion, dans sa première lettre au duc de Blacas écrite en 1824.

80 R. Bianchi Bandinelli, Introduzione all’archeologia, Rome, Editori Laterza, 1976, p. XIX.

81 Lettre à son frère, citée par J. Lacouture, op. cit, p. 533. Cf. aussi J.-F. Champollion, Lettres écrites d’Italie, recueillies et annotées par H. Hartleben, Paris, 1909.

82 J.-F. Champollion, « Première lettre au duc de Blacas », cité par J. Lacouture, op. cit., p. 512.

83 Cité par J. Lacouture, op. cit, p. 655.

84 Le 7 mai 1830.

85 C’est encore le but fixé à l’archéologie que la définit R. Bianchi Bandinelli « La ricostruzione integrale della storia di un’età e di un luogo sulla base di elementi di fatto materiali, da porre a confronto, quando ve ne siano, con le tradizioni scritte, ma da analizzarsi, altrimenti, di per se stessi » (Bianchi Bandinelli, 1976, p. IX).

86 J. de Beauchamp, « Mémoire sur les Antiquités babyloniennes qui se trouvent aux environs de Bagdad » Journal des savants, déc. 1790, p. 799-806 ; traduit en anglais dans l’European Magazine, XXI (1792), p. 338-342.

87 Cité par A. Parrot, op. cit., t. 1, p. 20.

88 Claudius James Rich (1787-1821). Memoir on the Ruins of Babylon, Bagdad, 1812.

89 J. S. Buckingham, Travels in Mesopotamia including a Journey from Aleppo to Bagdad by the Route of Beer... with Rechearches of the Ruins from Nineveh, Babylon and other ancient Cities, 2 vol., Londres, 1827.

90 Sir Robert Ker Porter, Travels in Georgia, Persia, Armenia, Ancient Babylonia... during the Years 1817-1820, 2 vol., Londres, 1821-1822.

91 Cf. Seton Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, Thames & Hudson, 1947, édition augmentée, 1980.

92 W. F. Ainsworth, Researches in Assyria, Babylonia and Chaldea, forming part of the Labours of the Euphrates Expedition, 2 vol., Londres, 1838 ; cf. S. Lloyd, op. cit., p. 81-85.

93 En 1833, lors d’une exploration de l’Asie Mineure, Exploration de l’Asie Mineure, 3 vol., Paris, 1839-1849.

94 C. F. M. Texier, Description de l’Arménie, la Perse, la Mésopotamie, 3 vol., Paris, 1842-1852.

95 E. N. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse, entrepris par ordre de M. le ministre des Affaires étrangères, d’après les instructions dressées par l’Institut, 4 vol., Paris, 1843-1854 ; cf. È. et J. Gran-Aymerich, Jane Dieulafoy, Paris, Perrin, 1991, p. 40 sq. ; Eugène Flandin. Voyage en Perse. 1840-1841, catalogue, Amis de la bibliothèque municipale du Blanc, 1995. P. Coste, Toutes les Égypte, Marseille, Éd. Parenthèses/Bibliothèque municipale de Marseille, 1998.

96 Cf. F. Demange, « Eugène Flandin, un peintre archéologue », dans E. Fontan éd., De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, Réunion des musées nationaux, 1994, p. 86-93.

97 S. Lloyd, op. cit, p. 94 sq. ; N. Chevalier, « Des consuls en Iraq », dans Cités disparues. Découvreurs et archéologues au Proche-Orient, numéro hors-série de la revue Autrement, 1991, n° 95, p. 58-94 ; id., L’Administration de la recherche archéologique française dans le Moyen-Orient du milieu du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale, Paris, éd. ERC, ADPF, sous presse.

98 La Délégation française en Perse, dirigée par J. de Morgan à partir de 1897.

99 P.-É. Botta, Lettres de M. Botta sur sa découverte à Khorsabad près de Ninive, publiées par M. Mohl, Paris, 1845. Cf. É. Fontan (dir.), op.cit.

100 F. Lenormant cité par J. de Witte, Notice sur A. de Longpérier, Bruxelles, 1884.

101 A. de Longpérier, « Ninive et Khorsabad », Revue archéologique, 1 (1844), p. 213.

102 Id., Notice des monuments exposés dans la Galerie d’antiquités assyriennes du Musée du Louvre, Paris, 1849. Cf. E. Fontan, « Adrien de Longpérier et la création du musée assyrien du Louvre », De Khorsabad à Paris, op. cit., p. 226-237.

103 A. de Longpérier, Notice des antiquités assyriennes, babyloniennes, perses, hébraïques, 3e édition, Paris, 1854, p. 12.

104 D. Raoul-Rochette, Mémoires d’archéologie comparée, asiatique, grecque et étrusque, Paris, 1848.

105 A. de Longpérier, 1854, op. cit., p. 16.

106 Ibid., p. 16, 18-19.

107 Sur la coupe d’argent dorée de la tombe Bernardini de Préneste, cf. L’Imagerie phénicienne et la mythologie iconologique chez les Grecs. Études d’archéologie orientale, t. I, Paris, 1880. Sur Charles Clermont-Ganneau (1846-1923), cf. È. et J. Gran-Aymerich, Archéologia, 222, mars 1987, p. 71-79.

108 Léon Heuzey, Catalogue des figures antiques de terre cuite du Musée du Louvre, Paris, 1882 ; id., Catalogue des antiquités chaldéennes, Paris, 1902 ; Id. et Ernest de Sarzec, Découvertes en Chaldée, Paris, 1906. Sur Léon Heuzey, cf. È. et J. Gran-Aymerich, Archéologia, n° 213, mai 1986, p. 71-75.

109 F. Schlegel, Pensieri sulla filologia, 1798, cité dans R. Bianchi Bandinelli, Introduzione all’archeologia classica come storia dell’arte antica, Bari, Editori Laterza, 1976, p. 19, note 24.

110 R. Bianchi Bandinelli, op. cit., p. XIX.

111 Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, 5 vol., Paris, 1849-1850.

112 A. H. Layard, Nineveh and its Remains, 2 vol. Londres, 1849 ; id. ; The Monuments of Nineveh from Drawings made on the spot, 5 vol., Londres, 1849-1853. Cf. M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, Londres et New York, Routledge, 1996.

113 John-Lewis Burckhardt (1784-1817). Cf. J. Leclant, « Le voyage en Nubie (1813-1913) », dans D’un Orient l’autre. Les métamorphoses successives des perceptions et connaissances. Configurations, vol. 1, Paris, 1991, 405-415.

114 Frédéric Cailliaud (1787-1869), minéralogiste né à Nantes, conservateur du Muséum d’histoire naturelle de sa ville natale.

115 Cf. l’article de Jean Leclant, « Frédéric Cailliaud et la découverte de Méroé », Archéologia, 33, 1970.

116 Voyage à l’oasis de Thèbes et dans les déserts situés à l’Orient et à l’Occident de la Thébaïde, 2 vol., Paris, 1821-1862 ; id., Voyage à Méroé, au fleuve Blanc au-delà de Fazoql, 4 vol. de texte et 3 vol. de planches, Paris, 1826-1827.

117 Jean-Nicolas Huyot (1780-1840). Architecte, ami de J.-F. Champollion, il effectua en Égypte et en Nubie un voyage (1818-1819), au cours duquel il dressa un plan de Karnak et pénétra dans le temple d’Abou-Simbel, ouvert par Belzoni en 1817. Les copies de cartouches nubiens qu’il rapporte sont « une des sources décisives du déchiffrement de Champollion » : J. Leclant, D’un Orient l’autre…, op. cit., p. 407.

118 Les frères Champollion étaient informés des résultats des explorations effectuées depuis l’Expédition d’Égypte ; ils entretiennent des rapports amicaux avec F. Cailliaud et J.-N. Huyot. Cf. M. Dewachter, Champollion, 1990, p. 106, et J. Leclant, « Le voyage de J.-N. Huyot en Égypte (1818-1819) et les manuscrits de N. Lhôte », Bulletin de la Société française d’égyptologie, 32, déc. 1961, p. 35-42.

119 George Alexander Hoskins (1802-1863), antiquaire et voyageur anglais. Cf. J. D. Wortham, British Egyptology 1549-1906, Newton Abbot, 1971, p. 66-67.

120 J. D. Wortham, op. cit., p. 63 : « The most nearly complete record of Egyptian remains that had been assembled since the French expedition to Egypt in 1798-1801. »

121 Cf. « R. Hay » dans W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, The Egypt Exploration Society, 1972.

122 La première collection Drovetti est achetée en 1824 par le roi de Sardaigne, la deuxième est assurée à la France grâce à l’intervention de Champollion ; quant à la troisième, Lepsius la négocie en 1836 pour le musée de Berlin.

123 Jean-Jacques Rifaud (1786-vers 1845), né à Marseille, s’installe en Égypte où il fouille pour le compte de B. Drovetti. Son long séjour en Égypte lui inspire un certain nombre d’ouvrages dont Voyage en Égypte, en Nubie et lieux circonvoisins, depuis 1805 jusqu’en 1827, Paris, 1830, 5 vol. de texte et 1 vol. de planches.

124 Cité par Patrick Gautier, « La patience et la hâte », dans Cités disparues. Découvreurs et archéologues au Proche-Orient, numéro hors série de la revue Autrement, 95, sept. 1991, p. 32.

125 « J. G. Wilkinson », dans W. R. Dawson et E. P. Uphill, op. cit.

126 Sir John Gardner Wilknson, The Manners and Customs of the Ancient Egyptians, Including Private Life, Government, Laws, Arts, Manufactures, Religion, Agriculture and Early History, derived from comparison of the paintings, sculptures, and monuments still existing, with the account of ancient authors, 3 vol., Londres, 1837.

127 Id., Topography of Thebes, and general view of Egypt, Londres, 1835.

128 Richard William Howard Vyse (1784-1853), officier de l’armée britannique. Après son retour en Grande-Bretagne en 1837, il finance la poursuite des travaux qu’assure l’ingénieur J. S. Perring.

129 John Shae Perring (1813-1869), ingénieur civil anglais, se rend en Égypte en 1835 où il travaille sous les ordres de Galloway Bey, directeur des Travaux publics de Méhémet Ali. Il publie en 1839, The Pyramids of Gizeh, Londres.

130 R. W. H. Vyse, Operations carried on at the pyramids of Gizeh in 1837 ; with an account of a voyage into Upper Egypt and an appendix (containing a survey by J. S. Perring Esq. of the pyramids at Abu Roash and those to the southwest, including those in the Fayoum), 3 vol., Londres, 1840-1842.

131 J. D. Wortham, op. cit., p. 74.

132 William John Bankes (décédé en 1855), voyageur, collectionneur et antiquaire anglais, ami de Byron. Il parcourt le Proche-Orient, visite l’Égypte, la Nubie et la Syrie. Il remonte le Nil jusqu’à Abou-Simbel, dont il dessine les temples, et rapporte en Grande-Bretagne l’obélisque bilingue de Philae.

133 Cf. C. Augé et P. Linant de Bellefonds, introduction à L. de Laborde et L. Linant de Bellefonds, Pétra retrouvée. Voyage de l’Arabie Pétrée, 1828, Paris, Pygmalion Gérard Watelet, 1994.

134 Ainsi Jacques de Morgan, ingénieur et géologue devenu archéologue et préhistorien qui succédera à G. Maspero à la tête du Service égyptien des Antiquités (1892-1897). Ou encore Marcel Dieulafoy, ingénieur des Ponts et Chaussées, qui, après l’exploration de la Perse, inaugura les fouilles françaises à Suse.

135 É. Prisse d’Avennes, Les Monuments égyptiens. Bas-reliefs, peintures, inscriptions… d’après les dessins exécutés sur les lieux…, Paris, 1847.

136 A. Moret, « L’Égyptologie » dans Livre du Centenaire de la Société asiatique. 1822-1922, Paris, 1922, p. 77.

137 A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico germanico (1829-1879), Rome, 1879.

138 Cf. C. B. Stark, Handbuch der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich, 1969, p. 288.

139 Ipollito Rosellini, I Monumenti dell’Egitto e della Nubia, disignati della spedizione scientifico-letteraria Toscana in Egitto, 6 vol. de texte et 2 atlas, 1832-1844.

140 C. B. Stark, op. cit., p. 283.

141 K. R. Lepsius, « Lettre à Rosellini sur l’alphabet hiéroglyphique », 1836, marque un tournant dans l’étude des hiéroglyphes : Lepsius y démontre définitivement la validité du système de Champollion tout en le complétant et en le corrigeant.

142 C. K. J. Von Bunsen, Aegyptens Stelle in der Weltgeschichte, Hambourg, 1844, puis Gotha, 1856-1857, trad. angl. par H. Cottrell, avec additions de S. Birch dans le volume V, Egyptian Grammar and Egyptian Dictionary, Londres, 1848-1867.

143 Annales de l’Institut de correspondance archéologique, IX (1838).

144 Baron Heinrich Karl Menu von Minutoli (1772-1846), officier de l’armée prussienne. Publie un intéressant compte rendu de sa mission : Reise zum Tempel des Jupiter Ammon in der Libyschen Wüste und nach Ober-Aegypten in den Jahren 1820-1821, Berlin, 1824.

145 W. R. Dawson et E. P. Uphill, op. cit., p. 174.

146 K. R. Lepsius. Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien, Berlin, 1849-1859 pour les volumes de planches et 1897-1913 pour les volumes de texte.

147 Composés à partir de ses notes, par une équipe dirigée par Édouard Naville et publiés entre 1897 et 1913.

148 « Die alte Welt in ihren frühen asiatischen Culturstätten und an den Mittelmeeres erweist sich schliesslich als ein Ganzes, desses einzelne Glieder eng unter einander verbunden waren », cité par C. B. Stark, op. cit., p. 359.

149 Joseph Bonomi (1796-1878), sculpteur anglais d’origine italienne. James William Wild (1814-1892), architecte anglais, volontaire pour participer à l’expédition de Lepsius, succède à Joseph Bonomi dans la charge de conservateur du musée Sloane de Londres.

150 Glyn Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, Duckworth, 1975, p. 56 : « The demonstration by Botta, Layard and sir Arthur Evans that history could extend itself backwards by archaeological methods. »

151 Cité par S. Lloyd, op. cit., p. 108.

152 La première expédition, celle d’Égypte, servira de modèle à celle de Morée (1829), et à de nombreuses missions épigraphiques en même temps que militaires exécutées en Algérie. La mission d’E. Flandin et de P. Coste en Perse est complémentaire de l’ambassade de M. de Sercey, chargé de défendre les intérêts commerciaux de la France auprès du shah.

153 X. Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques, 3 vol., Paris, 1886.

154 J. Mohl, Vingt-Sept Ans d’histoire des études orientales (1840-1867), op. cit., t. II, p. 260.

155 Ibid., p. 267.

156 Ibid., p. 264.

157 Voyage en Perse, entrepris par ordre de M. le Ministre des Affaires étrangères, d’après les instructions dressées par l’Institut, 4 vol., Paris, Imprimerie impériale, 1843-1854.

158 Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, 5 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1849-1850.

159 Créée pour lui au Collège de France en 1831.

160 J. Mohl, « Rapports à la société Asiatique de Paris (1879-1880) », dans Vingt-Sept Ans d’histoire des études orientales (1840-1867), Paris, 1879, t. II, p. 733.

161 Ibid., t. I, p. 452.

162 X. Charmes, op.cit., t. I, p. CXXVII

163 Ibid., t. II, p. 307.

164 J. Mohl, op. cit., t. II, p. 733.

Table des illustrations

Légende 27. Étienne Quatremère (1782- 1857), Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825. Dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 28. A. Dureau de la Malle, Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825. Dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 29. Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838), Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825. Dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 30. Djemila-Cuiculum (Algérie), vue générale. A. Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842... Beaux-arts, architecture et sculpture, Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1846, pl. 28, vol. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 31. Announa (Algérie), arc municipal. A. Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842... Beaux-arts, architecture et sculpture, Paris, Firmin-Didot frères éditeurs, 1846, pl. 8, vol. 2. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 32. Jules Oppert (1825-1905), photographié par E. Pirou. Album conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende 33. Le mont Elvend près d’Hamadan (Iran) : vue du rocher où sont gravées les inscriptions que E. Flandin et P. Coste ont entrepris de copier. E. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse. Perse ancienne, Paris, Gide et Baudry, s.d., pl. 24, t. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 34. Naqsh-i-Roustem (Iran), vue des tombes royales. E. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse. Perse ancienne, Paris, Gide et Baudry, s.d., pl. 174, n° 2, t. IV. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 35. Behistun (Iran), « Vue géométrale des bas-reliefs », E. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse. Perse ancienne, Paris, Gide et Baudry, s.d., pl. 16, t. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 36. Bavian (Iran) : Layard se hisse jusqu’aux inscriptions qui couvrent le rocher pour les copier, A. H. Layard, A Second Series of the Monuments of Nineveh... from drawings made on the spot, during a Second Expedition to Assyria, Londres, John Murray, 1853, pl. 51. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 37. François Chassebœuf, comte de Volney (1757-1820), Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 38. Fronstispice de la Description de l’Égypte, Antiquité, t. I. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 39. El Kab, Description de l’Égypte. Antiquité, pl. 66, t. I.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 40. El Kab, Description de l’Égypte. Antiquité, pl. 67, t. I.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 41. Baron Dominique Vivant Denon (1747-1825), Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 42. Medinet-Habou, J.-F. Champollion, Monuments de l’Égypte et de la Nubie. Notices descriptives conformes aux manuscrits autographes rédigés sur les lieux par Champollion-le-Jeune, Paris, Firmin-Didot frères, 1844, p. 353. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 43. Vue des tells de Quyundjik et Nebi Yunus et des ruines des remparts depuis le nord. A. H. Layard, A Second Series of the Monuments of Nineveh... from Drawings made on the spot, during a Second Expedition to Assyria, Londres, John Murray, 1853, pl. 70-1. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 44. « Vue du monticule et du village de Khorsabad », P-É. Botta et E. Flandin, Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, t. I, Architecture et Sculpture, Paris, Imprimerie nationale, 1849, pl. 1. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 45. Élévation de la façade sud-est du palais de Khorsabad, P. -É. Botta et E. Flandin, Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, t. I, Architecture et Sculpture, Paris, Imprimerie nationale, 1849, pl. 46. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 46. Façade L du palais de Khorsabad, P.-É. Botta et E. Flandin, Monument de Ninive découvert et décrit par M. P.-É. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin, t. I, Architecture et Sculpture, Paris, Imprimerie nationale, 1849, pl. 12. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 47. A. H. Layard dessinant à Quyundjik, Discoveries in the Ruins of Nineveh and Babylon, Londres, John Murray, 1853, p. 344. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 48. Bas-relief de Quyundjik montrant des Assyriens qui déplacent l’un des taureaux ailés, A. H. Layard, A Second Series of the Monuments of Nineveh... from Drawings made on the spot, during a Second Expedition to Assyria, Londres, John Murray, 1853, pl. 13. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 49. A. H. Layard dirigeant le déplacement du taureau ailé. Frontispice du vol. 1 de Nineveh and its Remains, Londres, John Murray, 1849. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 50. Colosse de Ramsès II à Wady Esseboua (Égypte), É. Prisse d’Avennes, Monuments égyptiens… d’après les dessins exécutés sur les lieux…, Paris, Imprimerie et librairie Firmin-Didot, 1847. Bibliothèque de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 51. Panorama depuis Qurnah, le « camp » de la mission prussienne. K. R. Lepsius, Denkmaeler aus Aegypten und Aethiopien, Band 2, Abteilung I, Berlin, 1849-1859. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7692/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site