Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Première partie. Les origines de l’archéologie scientifique (1719-1848)

Chapitre 2. La « renaissance orientale1 » : philologie et archéologie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis B. de Montfaucon, le comte de Caylus et J. J. Winckelmann, la « science archéologique » s’est affirmée comme celle des objets et des monuments, a adopté les méthodes critiques de la philologie et tenté de se définir dans ses rapports avec l’histoire ; mais elle a aussi franchi le cercle étroit des cabinets de curiosités et des collections et s’est portée sur le terrain, en Italie, en Grèce, où, à la suite des voyageurs éclairés, les architectes anglais et français ont introduit les principes d’une étude systématique des monuments. À Pompéi et Herculanum, à Rome, à Athènes, on fait l’expérience de l’exploration archéologique des villes antiques. Aux initiatives individuelles succèdent les missions organisées par des institutions aussi prestigieuses que la Société des Dilettanti de Londres, ou l’Académie des inscriptions et belles-lettres de l’Institut de France. En Italie et en Grèce, l’Institut de correspondance archéologique et l’École française d’Athènes donnent aux recherc...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540