Version classiqueVersion mobile

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Première partie. Les origines de l’archéologie scientifique (1719-1848)

Chapitre premier. Une science des objets et des monuments

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis que Jacob Spon, le premier, en 1679, a donné au terme « archéologie » son sens moderne1, préconisé une méthode critique pour l’étude des inscriptions et soutenu la validité des témoignages archéologiques2, la « science archéologique » s’est construite et organisée, d’abord dans le domaine privilégié par les humanistes de la Renaissance, celui des civilisations grecque et romaine, puis de plus en plus loin vers l’Orient et jusqu’à un passé « antédiluvien3 ».

En se donnant un objet propre et des règles spécifiques, l’archéologie se distingue de la pratique des collectionneurs aussi bien que de la philologie et de l’histoire philosophique. Mais, de la définition qu’en donne Aubin-Louis Millin en 17964 à celle de Charles Lenormant dans le premier numéro de la Revue archéologique en 18445, on peut mesurer la distance creusée par les successeurs de Caylus et Winckelmann et les « inventeurs » de l’Égypte et de la Mésopotamie.

Pour Millin, en effet, est archéologue et plus vulgairement...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search