Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Première partie. Les origines de l’archéologie scientifique (1719-1848)

Chapitre premier. Une science des objets et des monuments

Texte intégral

  • 1 Jacob Spon (1647-1685). Médecin et érudit lyonnais. Miscellanae eruditae antiquitatis, 3 vol., Lyon (...)
  • 2 Réponse à la critique publiée par M. Guillet, 1679.
  • 3 Référence à J. Boucher Crèvecœur de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes, Paris, 1847-1 (...)

1Depuis que Jacob Spon, le premier, en 1679, a donné au terme « archéologie » son sens moderne1, préconisé une méthode critique pour l’étude des inscriptions et soutenu la validité des témoignages archéologiques2, la « science archéologique » s’est construite et organisée, d’abord dans le domaine privilégié par les humanistes de la Renaissance, celui des civilisations grecque et romaine, puis de plus en plus loin vers l’Orient et jusqu’à un passé « antédiluvien3 ».

  • 4 A. L. Millin, Introduction à l’étude des monuments antiques, Paris, 1796-1826.
  • 5  L’Archéologie. Sur l’étude des vases peints antiques », Revue archéologique, 1, 1844, p. 3 sq.

2En se donnant un objet propre et des règles spécifiques, l’archéologie se distingue de la pratique des collectionneurs aussi bien que de la philologie et de l’histoire philosophique. Mais, de la définition qu’en donne Aubin-Louis Millin en 17964 à celle de Charles Lenormant dans le premier numéro de la Revue archéologique en 18445, on peut mesurer la distance creusée par les successeurs de Caylus et Winckelmann et les « inventeurs » de l’Égypte et de la Mésopotamie.

  • 6 A. L. Millin, op. cit.
  • 7 A. Momigliano, « L’histoire ancienne et l’antiquaire », dans Problèmes d’historiographie ancienne e (...)

3Pour Millin, en effet, est archéologue et plus vulgairement antiquaire celui qui s’adonne à « l’étude des antiquités, c’est-à-dire celle des monuments antiques et l’étude des anciens usages qui sont venus jusqu’à nous6 ». Après avoir établi l’équivalence apparente entre archéologue et antiquaire, il introduit cependant cette distinction « on applique plus communément le premier nom (archéologue) à celui qui étudie les mœurs et usages et le second (antiquaire) à celui qui étudie les monuments. » C. Lenormant, pour maintenir la même distinction, y introduit néanmoins une nuance et donne l’avantage à l’archéologue sur l’antiquaire, qui « est plutôt celui qui recueille les monuments de l’Antiquité que celui qui les comprend ». De « l’ère des Antiquaires7 » on est passé à celle des archéologues.

L’ère des antiquaires : l’avènement de l’objet archéologique

4Le xviiie siècle, qui voit le triomphe des Lumières, connaît aussi une véritable révolution du goût et de la méthode historique, animée par les érudits de l’ordre des Bénédictins de Saint-Maur, qui s’efforcent de fonder l’histoire sur l’analyse complète de toutes les sources, en accordant une importance nouvelle aux témoignages non littéraires, chartes, inscriptions, monnaies, statues, objets et monuments étant conçus comme des témoins, des jalons sur la voie de la civilisation et du progrès, et bénéficiant dès lors d’un intérêt exceptionnel.

  • 8 J. Mabillon, De re diplomatica, Paris, 1681.
  • 9 B. De Montfaucon, Paleographia graeca sive de ortu et progressu litterarum graecarum et variis omni (...)
  • 10 A. Momigliano, op. cit., p. 244.
  • 11 B. De Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, Paris, 1719-1724.
  • 12 Ibid., introduction : cité par A. Schnapp, « Modèle naturaliste et modèle philologique dans l’arché (...)

5Les érudits Jean Mabillon (1632-1707) et Bernard de Montfaucon (1655-1741) fixent les règles de classification et d’interprétation de ces « nouveaux » documents historiques : le premier fonde la diplomatique8, le second la paléographie grecque9 et une « iconographie scientifique10 », sous la forme des cinq volumes de son Antiquité expliquée et représentée en figures11. B. de Montfaucon précise son titre : « Par le terme d’antiquités, j’entends seulement ce qui peut tomber sous les yeux et ce qui peut se représenter dans des images », et il distingue « deux classes » parmi les « monuments de l’Antiquité », « celle des livres et celle des statues, bas-reliefs, inscriptions et médailles, qui se prêtent des secours mutuels »12. L’étude des textes et celle des objets, considérés comme documents historiques, sont donc complémentaires et doivent concourir à reconstituer tous les aspects d’une civilisation.

  • 13 B. de Monfaucon, Antiquité expliquée et représentée en figures, Paris, 1719, t. V, 2e partie, p. 19 (...)

6L’objet n’est plus une simple illustration, mais devient sujet d’étude, ainsi les « anciennes armes des Gaulois » auxquelles B. de Montfaucon consacre en 1734 une communication devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres : soucieux de les classer et de les dater, il fait état de l’hypothèse des trois âges (pierre, cuivre et fer) émise par J.-C. Helin, professeur à Bâle, dans une lettre du 12 mai 1718. En rapport épistolaire avec les savants de toute l’Europe, B. de Montfaucon connaît les recherches menées sur les sépultures mégalithiques au Danemark, en Norvège ou en Grande-Bretagne. Il publie dans le tome cinq de son Antiquité expliquée..., la sépulture de Cocherel découverte en 168513.

  • 14 Lettre du 14 juin 1723.

7B. de Montfaucon a fait un long séjour en Italie entre 1698 et 1701, et s’il est, comme ses contemporains, italiens et français, surtout sensible à l’influence de la civilisation romaine, il concourt au renouveau des études grecques et encourage même le cardinal Quirini, devenu évêque de Corfou, à entreprendre des fouilles à Olympie14.

  • 15 Thomas Dempster (1579-1625). Professeur à de Pise, De Etruria Regali, Florence, 1723.
  • 16 M. Cristofani, « mythe en entre le xvie et xviiie siècle catalogue de l’exposition du Grand Palais, (...)
  • 17 Luigi Lanzi (1732-1810), Saggio di lingua etrusca e di altre nazioni di Italia, Florence, 1789.

8Cependant, c’est bien d’Italie que l’œuvre pionnière du bénédictin recevra le renfort de découvertes extraordinaires et bouleversantes. En effet, en 1723, paraît enfin l’ouvrage commandé à Thomas Dempster par le Grand Duc de Toscane Côme II en 161515. En Toscane, les érudits locaux, en proie à l’étruscomanie, explorent les tombes de Tarquinia, se réunissent en académies, à Cortone, Volterra ou Florence, et l’un d’entre eux, Francesco Gori (1691-1757), publie un Museum Etruscum en 1737, à la veille de la découverte de la ciste Ficorini, à Préneste16. Luigi Lanzi, assistant à la galerie des Offices de Florence, constitue un « musée étrusque » et, en donnant les premières exégèses exactes de textes étrusques, contribue à créer l’étruscologie17. Certes, on est encore très loin de l’étruscologie moderne, le patriotisme, la fantaisie et l’imagination tenant lieu de méthode scientifique, mais on est capable désormais de reconnaître les objets étrusques, et l’on a la preuve que l’on peut identifier une civilisation par les objets qu’elle a produits, et dont la valeur en tant que documents historiques est ainsi confirmée.

  • 18 J.J. Winckelmann, Histoire de l’art dans l’Antiquité, trad. Hubert, 3 vol., Paris, 1781, t. 1, p. 1 (...)
  • 19 G. B. Passeri, Picturae Etruscorum in vasculis, 3 vol., 1767-1775.
  • 20 P.V. d’Hancarville, Collection ofEtruscan, Greek and Roman Antiquities from the Cabinet of the Homb (...)

9Les « vases étrusques », que J. J. Winckelmann reconnaîtra comme grecs18, sont étudiés pour leur décoration19, et sont très recherchés par les collectionneurs, ainsi par lord W. Hamilton, ambassadeur anglais auprès du roi des Deux-Siciles, qui confie la publication de son « cabinet » au chevalier P. V. d’Hancarville20 qui, avec G. B. Passeri, est un des initiateurs de la céramologie grecque.

  • 21 P. Grimal, À la recherche de’Italie antique, Paris, Hachette, 1961, introduction, p. 7.

10L’archéologie naissante voit son horizon s’élargir considérablement dès 1738, année où Herculanum connaît un début d’exploration, et surtout en 1748, quand Pompéi est tirée de l’oubli. Cette découverte « apparut comme une révélation : on ignorait encore nom de la cité qui sortait de son linceul que déjà tous les regards se portaient vers le lieu du miracle21 ». Cette ville, surprise par l’éruption du Vésuve, semble figée en son dernier état et offre une image saisissante et unique de la civilisation romaine au Ier siècle apr. J.-C. ; l’Antiquité, que B. de Montfaucon tentait d’expliquer et de représenter, surgit à Pompéi et donne l’illusion d’une proximité immédiate. Les objets, jusqu’alors recueillis dans les collections, classés et interprétés, retrouvent un contexte, celui de leur usage quotidien ; et l’archéologie gagne un nouveau domaine, celui de la ville, qui suscite la curiosité passionnée et n’est plus exclusivement conçue comme une mine d’antiquités destinées à enrichir les collections, mais devient elle-même sujet de recherche et d’étude. À Pompéi, l’archéologie entendue comme étude des objets et des monuments disponibles et visibles, selon la conception d’un Jacob Spon par exemple, devient une véritable activité de terrain où la pratique de la fouille tient une place privilégiée.

  • 22 Ibid., p. 294-341. A. Momigliano, « La riscoperta della Sicilia antica da T. Fazello a P. Orsi », d (...)
  • 23 Le prince de Torremuza fut « associé libre résident » de l’Académie des inscriptions et belles-lett (...)

11Les « pays grecs22 » de l’Italie, Grande-Grèce et Sicile, connaissent eux aussi le même mouvement de découverte : ainsi, F. Gazzola attire-t-il l’attention sur Paestum et ses temples en 1784, alors qu’en Sicile, le père Pancrazi, émule de B. de Montfaucon, publie ses Antiquités siciliennes (1751), et que les voyageurs affluent dans l’île. Les princes Biscari et de Torremuza23 fouillent à Catane, procèdent à des restaurations sur les temples de Ségeste et d’Agrigente, fondent les musées de Catane et de Palerme et, en 1779, obtiennent la mise en place d’un embryon de service archéologique.

12L’architecture devient l’une des « provinces » de l’archéologie, qui voit naître en Italie ses premières institutions. À la même époque, la Grèce est le domaine d’élection des voyageurs et architectes anglais, dont les travaux vont revivifier le goût pour les études helléniques et concourir à compléter l’archéologie classique qui se constitue.

  • 24 N. Revett- J. Stuart, Antiquities of Athens mesured and delineated, Londres, 1761-1762, traduit en (...)
  • 25 Cité par R. et F. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes » G (...)

13En 1751, en effet, la Société londonienne des Dilettanti envoie à Athènes un peintre, James Stuart, et un architecte, Nicolas Revett, et leur confie la tâche de relever, mesurer et dessiner les antiquités d’Athènes et d’établir un plan de l’Acropole24. Les mesures prises sur les monuments sont rigoureusement exactes, leur analyse est scientifique et ne fait aucune part à l’imagination. Ennio Quirino Visconti, le plus grand archéologue-antiquaire italien de son époque, ne s’y trompe pas qui déclare : « J. Stuart révéla le premier en Europe le véritable goût de l’architecture grecque25 ».

  • 26 Julien David Le Roy (1728-1803), architecte, professeur attaché à l’Académie d’architecture et memb (...)
  • 27 J. D. Le Roy, Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris, 1758.
  • 28 R. Chandler et W. Pars, Antiquities of Ionia, Londres, 1769-1797. Cf. D. Constantine, Early Greek T (...)

14La mission de Stuart et Revett est la première à obéir à des buts scientifiques préalablement fixés. À la même date, Julien David Le Roy26 est à Athènes et procède aux relevés des monuments de l’Acropole. Il prend les Anglais de vitesse et publie son ouvrage avant eux en 1758, offrant ainsi la première reproduction de monuments helléniques27. Cependant, Le Roy est loin de faire preuve de la même rigueur et précision que Stuart et Revett et cède trop facilement à sa fantaisie. Les missions anglaises se poursuivent dans l’Orient hellénique, et Richard Chandler et William Pars, patronnés par la Société des Dilettanti, se rendent en Ionie, en 1764, pour y relever les temples28.

3. James « Athenian » Stuart (1713-1788), portrait en frontspice du premier volume des Antiquités d’Athènes, publié en français par C. P. Landon, 2 vol., a tomes, Paris, imprimerie Firmin-Didot, 1808-1822. Bibliothèque de l’Institut de France.

4. Nicolas Revett, portrait en frontspice du tome IV des Antiquités d’Athènes, publié en français par C. P. Landon, 2 vol., 4 tomes, Paris, imprimerie Firmin-Didot, 1808-1822. Bibliothèque de l’Institut de France.

5. Athènes, vue de la façade orientale du Parthénon. On peut voir la mosquée aménagée à l’intérieur du temple. J. Stuart, N. Revett, Les Antiquités d’Athènes, publié en français par C. P. Landon, 2 vol., 4 tomes, Paris, imprimerie Firmin-Didot, 1808-1822, pl. IV du tome second. Bibliothèque de l’Institut de France.

6. « Vue de quelques fragments d’un temple, situé dans un lieu de l’Attique appelé Thoreîon ». Au premier plan, des terrassiers procèdent à une fouille. J. D. Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, 2 vol., Paris, 1770, pl. II du tome I. Bibliothèque de l’Institut de France.

7. Athènes, « Vue de l’extrémité occidentale du temple de Minerve poliade et le Pandrosium » (l’ensemble de l’Érechteïon) : Disdar Aga et son gendre Ibrahim Aga surveillent les fouilles qu’effectuent les ouvriers de Stuart et Revett pour découvrir les marches du soubassement et la base en dessous des caryatides. J. Stuart, N. Revett, Les Antiquités d’Athènes, publié en français par C. P. Landon, 2 vol., 4 tomes, Paris, imprimerie Firmin-Didot, 1808-1822, pl. XIX, fig. 1, tome second. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 29 A. Hus, « Stendhal et les Étrusques », dans Mélanges J. Heurgon, 1, 1976, p. 462.
  • 30 Johann Joachim Winckelmann (1717-1768). Cf. W. Schiering, « Zur Geschichte der Archäologie », et en (...)
  • 31 Sendschreiben von den herculanischen Entdeckungen an der Reichsgrafen H. von Brühl, 1762. Nachricht (...)
  • 32 Comte Anne Claude de Tubières de Caylus, Recueil d’antiquités égyptiennes, grecques, étrusques et r (...)
  • 33 J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Altertums, 1763.

15En Grèce comme en Italie, l’archéologie classique définit peu à peu ses domaines et se constitue, les travaux des architectes jetant les bases d’études scientifiques auxquelles ils préludent par la rigueur et la précision de leurs relevés, dessins et croquis. En Italie et en Grèce, l’étude de l’Antiquité en ses vestiges matériels, objets d’art ou de la vie quotidienne, mais aussi ruines de monuments et de villes, sollicite voyageurs, architectes et antiquitaires, et c’est dans ce contexte que les « deux géants du xviiie siècle »29, le comte de Caylus et J. J. Winckelmann30, vont donner une impulsion décisive à l’archéologie alors en gestation. L’un et l’autre suivent avec un intérêt passionné les fouilles d’Herculanum et de Pompéi, le comte de Caylus divulguant en traduction française le pamphlet que Winckelmann rédige pour protester contre les méthodes employées et les interdits que la cour de Naples multiplie à l’encontre des visiteurs et des savants31. Leur « collaboration » dans la diffusion des travaux réalisés dans les deux cités campaniennes n’est pas l’unique raison de les associer dans la même épithète superlative : par leur œuvre respective, ils peuvent l’un et l’autre prétendre au titre de « fondateurs » de l’archéologie, le Français, par son Recueil d’antiquités...32, établissant les principes de la méthode typologique, le Prussien33 donnant à l’art antique une histoire et un système.

  • 34 Comte de Caylus, op. cit., avertissement du t. 1, cité par A. Laming-Emperaire, Origines de l’arché (...)

16Alors que B. de Montfaucon plaidait pour le recours simultané et complémentaire aux textes et aux vestiges matériels pour expliquer l’Antiquité, le comte de Caylus privilégie résolument le strict point de vue archéologique : les monuments et objets ne sont plus confrontés aux textes, mais à d’autres monuments et objets, et « se distribuent d’eux-mêmes en quelques classes générales relatives aux pays qui les ont produits et, dans chaque classe, ils se rangent dans un ordre relatif au temps qui les a vu naître »34.

8. Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), d’après C. Justi, Winckelmann und seine Zeitgenossen, 2e édition, Leipzig, 1898, vol. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.

9 et 10. A. C. P. de Tubières, comte de Caylus. En haut : frontispice du Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, Paris, chez Desaint et Saillant, 1752. Bibliothèque de l’Institut de France. En bas : pl. XXXIII, repésentant un canthare étrusque acquis par le comte de Caylus et ayant appartenu au cabinet du comte Peralta.

  • 35 Point de vue de lord W. Hamilton, qui, pendant son séjour à Naples comme ambassadeur auprès du roi (...)
  • 36 Comte de Caylus, op. cit., 1752, avertissement du t. 1.

17De modèles pour les artistes contemporains35, les objets et monuments deviennent le centre même de l’étude, dont la méthode et les règles sont aussi sûres et fermes que celles de la paléographie établies par B. de Montfaucon. La nature et l’évolution des produits des civilisations ne sont pas le fait du hasard : ils sont le fruit d’un sol et d’une époque et « la voie de comparaison, qui est pour l’antiquaire ce que les observations et les expériences sont pour le physicien36 », permet de reconnaître des types caractéristiques d’un pays et d’établir leur chronologie.

  • 37 G. Perrot, « Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours », Revue des D (...)

18Les objets et monuments sont considérés comme des manifestations d’une identité nationale, et leur évolution traduit celle de la société qui les a produits. C’est le même point de vue que J. J. Winckelmann adopte pour son Histoire de l’art dans l’Antiquité, où « l’on voit apparaître pour la première fois cette idée [...] que l’art naît, grandit et s’abaisse avec la société où il fleurit, pour tout dire en un mot qu’il y a une histoire de l’art37 ». J. J. Winckelmann adopte les méthodes de description des antiquaires italiens et français, définit des styles successifs et invente un langage de l’art fondé sur l’observation de la nature. Il impose une conception de l’archéologie commune aux pays d’Europe et permet de transcender les clivages que connaît la philologie.

19Alors que le xviiie siècle suit son second versant, les études d’archéologie se sont détachées des compilations des collectionneurs en donnant à l’objet le statut de document historique, et, en France, deux institutions, l’Académie des inscriptions et belles-lettres et le Cabinet des médailles, sont les centres de l’histoire érudite.

  • 38 A. Franklin-G. Perrot-G. Boissier, L’Institut de France, Paris, 1907, cf. le chapitre sur l’Académi (...)
  • 39 Règlement ordonné par le Roi pour l’Académie royale des inscriptions et médailles, du 16 juillet 17 (...)
  • 40 G. Perrot, ibid.
  • 41 D. Poulot, Musée, patrimoine, nation, 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997.

20Fondée en 1663, et d’abord chargée de rédiger les inscriptions commémoratives pour Louis XIV, la Petite Académie reçoit, par l’ordonnance du 16 juillet 1701, un plan complet d’organisation, élaboré par le comte de Pontchartrain et l’abbé Bignon, qui en font une institution d’État et permanente38. Ce règlement élargit ses attributions : lui incombent « les descriptions historiques des événements par rapport auxquels les médailles auront été faites », et « l’explication de toutes les médailles, médaillons, pierres et autres raretés du Cabinet de Sa Majesté, comme aussi [...] la description de toutes les antiquités et de tous les monuments de France »39. Un vaste champ d’investigation s’offrait ainsi à l’Académie : non seulement celui de l’histoire de la France, mais encore celui d’objets et de monuments, dont l’étude ouvrait « les voies encore à peine frayées de la numismatique et de l’archéologie nationale40 ». L’Institut national que l’assemblée révolutionnaire crée en 1795 fera sienne cette préoccupation du patrimoine monumental qui était considéré comme l’une des manifestations de l’idée de Nation41.

  • 42 Marquis Scipione Maffei (1675-1755). Littérateur et archéologue italien, fondateur de l’Académie de (...)
  • 43 A. Buonopane, « Scipione Maffei agli studi di epigrafiaromana in colloque « Les archéologues et l’a (...)

21La numismatique, la glyptique et l’épigraphie sont, en cette fin du xviiie siècle, les disciplines dominantes. Les inscriptions du Midi de la Gaule ont déjà fait l’objet d’une étude et d’une publication par le grand érudit italien Scipione Maffei42, qui parcourt l’Europe en 1732 en compagnie de Jean-François Séguier (1703-1784), auteur de la première édition scientifique de l’inscription de la Maison Carrée de Nîmes43.

  • 44 E. Babelon, Le Cabinet des médailles et antiquités de la Bibliothèque nationale. Notice historique (...)
  • 45 G. Perrot, « L’Académie des inscriptions et belles-lettres », dans A. Franklin, G. Perrot, G. Boiss (...)
  • 46 En 1754.
  • 47 En 1758, à partir de l’inscription bilingue de Malte « Reflexions sur quelques monuments phéniciens (...)
  • 48 E. Babelon, op. cit., p. XII.

22Le Cabinet du roi, constitué des collections de la Couronne et organisé depuis 1560 et le règne de Charles IX44, concentrait, avant la Révolution, les recherches sur l’exégèse des monuments figurés, en la personne de B. de Montfaucon et celle du comte de Caylus ; l’abbé Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795), ami et collaborateur de Caylus, et comme lui membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1747, devient garde des médailles du Cabinet du roi en 1753 et donne à la numismatique un essor exceptionnel. Par des mémoires consacrés à des inscriptions attiques, il montre quel parti l’historien peut tirer de ces documents et fonde ainsi l’épigraphie grecque45. Sa connaissance des langues orientales lui permet de déchiffrer les inscriptions palmyréniennes copiées par Robert Wood et de découvrir l’araméen46, puis d’identifier l’alphabet phénicien47. Non seulement il assure une parfaite gestion du Cabinet, mais, en organisant la recherche des visiteurs, il en fait « le centre où convergeaient les études [d’une] pléiade de savants48 ». En 1795, au Cabinet des médailles est rattachée la première chaire d’« archéologie monumentale romaine et du Moyen Âge », créée pour Aubin-Louis Millin, qui réunit les « antiquités nationales » en un Recueil, créant le terme qui désigne l’un des domaines privilégiés de recherche de l’Académie.

  • 49 « Les recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1739-1945) », Compt (...)

23À l’Académie, où Charles Picard affirme qu’il fut le plus grand savant de son époque49, J.-J. Barthélemy représente l’épigraphie orientale avant que l’expédition d’Égypte et les travaux de Paul-Émile Botta en Mésopotamie n’ouvrent la voie à Jean-François Champollion et Jules Oppert. L’épigraphie, qui se rattache à la fois à la philologie et à l’archéologie, est donc brillamment illustrée à l’Académie des inscriptions et concourt à susciter l’intérêt pour les civilisations productrices des textes que l’on commence à lire.

  • 50 Cité par A. Momigliano, « La contribution de Gibbon à la méthode historique », dans Problèmes d’his (...)

24Cependant, la qualité exceptionnelle de ces pionniers qui apportent à l’histoire la richesse de la documentation matérielle ne suffit pas à provoquer l’essor de ces études. L’historien anglais, E. Gibbon, fait, à la fin du xviiie siècle, ce constat amer : « In France, [...] the learning and language of Greece and Rome were neglected by a philosophic age. The guardian of those studies, the Academy of Inscriptions, was degraded to the lowest rank among the three royal societies of Paris the appellation Erudits was contemptuously applied to the successors of Lepsius and Casaubon50. »

  • 51 Bon-Joseph Dacier (1742-1833), Rapport historique sur les progrès de l’histoire et de la littératur (...)
  • 52 Cf. K. Pomian, « Maffei et Caylus », dans Collectionneurs, Amateurs et Curieux, Paris-Venise, xvie-(...)
  • 53 Ibid.

25Le rapport établi par Bon-Joseph Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions, sur les études classiques en France et adressé en 1808 à l’empereur est aussi pessimiste51. C’est la « révolution historique » de 1830 qui contribuera à réduire l’opposition de l’histoire philosophique et de l’histoire érudite qui domine le xviiie siècle52. Les bouleversements introduits par la méthode critique élaborée par les philologues allemands et l’archéologie, qui connaît dès le début du xixe siècle un essor extraordinaire, modifieront considérablement les termes du débat. Une « des objets a vu le jour, élaborée par les érudits du xviiie siècle qui élèvent les vestiges matériels des civilisations anciennes au statut de « documents historiques » et énoncent pour leur interprétation des règles méthodiques à valeur universelle53.

26Les objets répartis en « classes », selon leur origine géographique et la chronologie, ne sont cependant pas encore mis en relation avec un contexte archéologique précis, mais la découverte de villes comme Pompéi, Herculanum ou les cités de Mésopotamie favorisera le développement de la topographie et entraînera les archéologues-antiquaires dans une réflexion sur les fonctions des objets et leur signification sur le lieu de leur trouvaille.

27Du cabinet de l’érudit, l’archéologie se portera sur le sol même des grandes civilisations disparues se déployant en expéditions et missions, en attendant les grands chantiers des xixe et xxe siècles.

11. Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795), portrait paru dans le recueil Les Cinq Cents Immortels, iconographie, conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

12. Baron Bon-Joseph Dacier (1742-1833), Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils. Bibliothèque de l’Institut de France.

13. Ennio-Quirino Visconti (1751-1818), médaillon des Planches de l’Iconographie romaine par le chevalier E. Q. Visconti, Paris, 1817. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

14. Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy (1755-1849), Iconographie de l’Institut royal de France, 1re livraison. Bibliothèque de l’Institut de France.

Les monuments, patrimoine national et universel : la France et l’Occident méditerranéen

28Vers 1750, la découverte progressive des monuments en Italie du Sud, Sicile et Grèce oriente les recherches archéologiques et complète cette science des objets qui se met alors en place.

  • 54 P. Nora, « À l’école du patrimoine », dans Jeunesse et patrimoine architectural, Liège, 1990, p. 22

29La Révolution française, en enfantant la Nation, provoque l’« irruption » d’une notion nouvelle, celle du patrimoine, incarnation de l’identité nationale, dont le germe se trouvait déjà dans l’œuvre de Caylus54.

  • 55 Cité par A. Chastel, « La notion de patrimoine », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II, La (...)

30Les « édifices dépositaires du génie de chaque siècle », selon la formule de Quatremère de Quincy55, le sont aussi du génie de chaque peuple et, à ce titre, éveillent l’intérêt des politiques. Ainsi, en 1790, l’Assemblée nationale décide-t-elle la constitution d’une première Commission des monuments, puis en 1793 d’une seconde attachée aux Arts, qui traduisent le souci de répertorier et de sauvegarder le patrimoine monumental national et annoncent les institutions mises en place par François Guizot sous la Monarchie de Juillet.

  • 56 J. Leclant, « L’Académie des inscriptions et belles-lettres », op. cit. ; id., « Des académies de l (...)
  • 57 L. Theis, « Guizot et les institutions de mémoire », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II, (...)
  • 58 P. Legrand d’Aussy, Mémoire sur les anciennes sépultures nationales et les ornements extérieurs qui (...)
  • 59 A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Éditions du Seuil, 1 (...)
  • 60 X. Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1886, 3 vol., t. 1, p. CXX s (...)
  • 61 P. Marot, « L’essor de l’étude des antiquités nationales à l’Institut, du Directoire à la Monarchie (...)

31L’Institut national des sciences et des arts56, créé par la Convention en remplacement des académies royales supprimées en août 1793, témoigne lui aussi de ce souci du patrimoine monumental et joue un rôle déterminant dans la formation de l’identité nationale : tout en assurant la pérennité de la culture académique de l’Ancien Régime, il contribue à sa fusion avec l’esprit de la Révolution inspiré par la philosophie des Lumières57. Certains membres de l’Institut militent très activement pour que soit dressé l’inventaire des monuments nationaux et que leur protection soit organisée : Pierre Legrand d’Aussy (1737-1800), membre de la classe des sciences morales et politiques, est le premier d’entre eux, par le rapport qu’il rédige sur les « anciennes sépultures nationales58 », et dont il fait la lecture dans la séance du 7 ventôse an VII. Ce pionnier fait le bilan de l’archéologie préhistorique et historique, propose la première chronologie des sépultures en six âges établis à partir des différences observées entre les modes d’ensevelissement et, en se demandant si, « au défaut de preuves historiques », il n’y aurait pas « un moyen de constater ces divers changements et [...] de les ranger méthodiquement sous quelques époques principales », il donne l’exemple de la démarche archéologique. Il prononce aussi le premier plaidoyer pour des fouilles systématiques et scientifiques, qu’il voudrait voir organisées à l’échelle nationale59. Dans cette perspective, il suggère l’envoi de circulaires-questionnaires aux représentants de l’État dans les départements et l’instauration du principe d’une autorisation pour fouiller sous le contrôle d’un ou deux commissaires responsables des travaux. Il s’agit du premier projet de législation sur l’archéologie, dont la réalisation ne s’accomplira qu’en 1941. Cette initiative de Legrand d’Aussy, restée sans suite, est reprise en 1810 par le comte de Montalivet, ministre de l’Intérieur, dans une circulaire inspirée par le comte Alexandre de Laborde et examinée par l’Académie des inscriptions dans sa séance du 20 novembre 1818 : un questionnaire sur les monuments et les antiquités y est élaboré et envoyé aux préfets et savants de province pour qu’il soit ainsi procédé à l’inventaire et à la nomenclature des monuments. Mais, faute de ressources suffisantes et d’autorité administrative compétente, l’entreprise échoue avant même que d’avoir reçu un début de réalisation60. Alexandre de Laborde (1774-1842) qui, dès 1816, présente « Les monuments de la France », est l’âme de cette commission académique, rendue définitive en 1819 sous l’intitulé Commission des antiquités de la France61.

  • 62 J.-P. Chaline, Sociabilité et Érudition. Les sociétés savantes en France. xixe-xxe siècles, Paris, (...)

32On assiste à la fin du xviiie siècle et au début du xixe aux premières tentatives d’organisation et de centralisation de l’archéologie nationale, mais il ne faut pas négliger le rôle des sociétés savantes, déjà nombreuses à cette époque, qui, soucieuses de leur indépendance vis-à-vis de l’État et du monde érudit officiel, multiplieront les efforts pour coordonner leurs actions62.

33Les Antiquités nationales sont réunies par Aubin-Louis Millin (1759-1818) en un Recueil des monuments qui peuvent servir à l’histoire de France (1790-1798), et l’expression, créée par le successeur de J.-J. Barthélemy à la direction du Cabinet des médailles, consacre définitivement la valeur historique et nationale des objets et monuments légués par le passé.

  • 63 A. L. Millin, Introduction à l’étude des monuments antiques, Paris, 1796-1826.
  • 64 1807-1811.
  • 65 C.-L. Clérisseau, Les Antiquités de la France, Paris, 1778 : premier ouvrage consacré aux monuments (...)

34A.-L. Millin, botaniste et minéralogiste, introduit en France le système de Linné, préconise son adaptation à l’archéologie63, et se situe ainsi dans le sillage du comte de Caylus. Au Cabinet des médailles, il inaugure en 1795 l’enseignement de l’archéologie en France par son cours d’« Archéologie monumentale romaine et du Moyen Âge », qui associe l’archéologie nationale, née de la Révolution, et l’archéologie classique, qu’il concourt à fonder. Par son Voyage dans le sud de la France64, il suit encore la voie tracée par le comte de Caylus qui, après avoir exploré le Midi, avait laissé à P.-J. Mariette le soin de publier les Édifices antiques de la France, finalement réunis par l’architecte C.-L. Clérisseau65.

  • 66 Il fonde Le Magasin encyclopédique qu’il dirige de 1795 à 1816.
  • 67 1808-1810, republié par S. Reinach en 1891 dans Peintures de vases antiques recueillies par Millin (...)
  • 68 C. Jullian, Notes sur l’histoire en France au xixe siècle, Paris, 1897, rééd. collection « Ressourc (...)

35Attaché à la définition des recherches sur les Antiquités nationales66, Millin s’intéresse aussi à l’Italie où il se rend pour visiter Pompéi et les tombes d’Apulie. Par ses Peintures de vases antiques vulgairement appelés étrusques67, il fait de l’étude des vases grecs une spécialité de l’archéologie. Millin, membre de l’Académie des inscriptions, apparaît alors comme « une sorte de chef officiel de la science du passé68 ».

  • 69 Marie-Alexandre Lenoir (1761-1839). Cf. D. Poulot, « Alexandre Lenoir les musées des monuments fran (...)
  • 70 C. Jullian, op. cit., p. VI.
  • 71 J. Michelet, Le Peuple, p. XXVI.
  • 72 C. Jullian, op. cit., p. VI.
  • 73 C. Gould, Trophy of Conquest. The Musée Napoléon and the Creation of the Louvre, Londres, 1965.
  • 74 Cf. C. Moati, À la recherche de la Rome antique, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1989.
  • 75 Ennio-Quirino Visconti (1751-1818). Auteur du remarquable catalogue Museum Pio-Clementinum, Rome, 1 (...)
  • 76 E. Q. Visconti, Notice des statues, bustes et bas-reliefs de la Galerie des Antiques du Musée centr (...)
  • 77 Cette publication, suivie d’une pétition adressée au Directoire et signée par cinquante artistes po (...)

36La reconnaissance du patrimoine a pour conséquence l’installation et le développement des musées, ainsi celui des Monuments français décidé par la Convention en 1793 et confié à Alexandre Lenoir69. Situé dans le cloître et les jardins du couvent des Petits-Augustins – l’actuelle École des Beaux-Arts –, il réunit « les débris des sanctuaires gothiques et des palais de la Renaissance70 », qui éveilleront en Michelet « la vive impression de l’histoire71 ». Mais Alexandre Lenoir doit se battre pour la reconnaissance de l’art médiéval, auquel les néo-classiques et le premier d’entre eux, Quatremère de Quincy, dénient toute valeur. L’art grec et romain règne en maître au Musée central du Louvre, qui « attirait seul la foule », car « tel était le goût dominant que, de 1792 à 1800, les directeurs du grand musée écartèrent tous les chefs-d’œuvre de notre école et tous les monuments de notre pays72 ». Le Musée central des Arts – notre Louvre actuel – fut institué par le même décret de la Convention nationale que son malheureux concurrent. Il deviendra Musée Napoléon inauguré le 18 brumaire an IX73 : véritable abrégé du patrimoine universel, il présentait la plus grande collection d’antiquités au monde elle était le fruit de la menée par pour Directoire, au terme de laquelle Rome fut occupée par les Français, et les grandes collections privées réquisitionnées, de même que celles du Vatican et du Capitole74. Ennio Quirino Visconti, l’héritier de Winckelmann75 en Italie, accompagne les œuvres à Paris, assume la responsabilité des Antiques du Louvre entre 1802 et 1818 et en rédige le catalogue76, selon les principes de l’histoire de l’art établis par son maître. Des protestations courageuses s’élèvent contre cette politique de spoliation délibérée, en particulier celles de Quatremère de Quincy (1755-1845) qui publie en 1796, pendant la campagne d’Italie ses Lettres sur le préjudice qu’occasionneraient aux arts et à la science le déplacement des monuments de l’art de l’Italie, le démembrement de ses écoles, et la spoliation de ses collections, galeries, musées etc.77

15. Aubin-Louis Millin (1759-1818), Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825, dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.

16. Pompéi. F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, 1824, pl. XXXIV, deuxième partie. Bibliothèque de l’Institut de France.

17. Pompéi, vue de la basilique avec dessinateur, F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, 1829, pl. XVI, troisième partie. Bibliothèque de l’Institut de France.

  • 78 C. Moati, op. cit., p. 88.
  • 79 C. Quatremère de Quincy, Lettres sur le préjudice…, Paris, 1796, p. 33.

37C’est à cette occasion qu’il est le premier à formuler « l’idée d’une relation nécessaire entre un objet et son lieu d’origine78 » : « Le Museum de Rome perdrait dans les figures qui le forment le couronnement des leçons et des parallèles d’où résulte la théorie complexe du Beau. Le Museum qui se formerait ailleurs de ces démembrements n’acquerrait pas l’ensemble et la base qui peut donner la valeur nécessaire à ces fragments79 Et, en effet, la section des Antiques du réunissant des échantillons de toutes les périodes de l’art, de Phidias à Hadrien, échoue à recomposer la vision d’ensemble que l’on avait à Rome néanmoins, les collections à Paris, en les comparaisons, font faire d’importants progrès aux études archéologiques.

  • 80 M. Jonsson, La Cura dei monumenti alle origini. Restauro e scavo di monumenti antichi a Roma 1800-1 (...)

38En Italie, une République cisalpine est instaurée et placée sous contrôle français ; Rome devient, en 1809, département de l’Empire français et seconde capitale après Paris. Soucieux de rendre Rome digne de son nouveau titre, Napoléon Ier consacre d’importantes subventions aux travaux des architectes et des archéologues qu’il charge de dégager et restaurer la cité antique80. Une impulsion décisive est alors donnée à l’archéologie et l’on fait à Rome l’apprentissage des grands chantiers.

39On est également confronté aux problèmes qui se posent encore aujourd’hui à l’archéologie moderne : en procédant au dégagement et à la restauration de grands ensembles, on doit s’efforcer de concilier la mise en valeur des ruines et leur conservation avec les exigences de l’urbanisme et du développement d’une grande ville.

40À Rome, il ne s’agit plus seulement de recueillir des objets de collections, mais bien de mettre à jour des ensembles complets, insérés dans le tissu urbain et, pour les comprendre, on fait appel à la topographie et à l’étude architecturale des monuments. Des institutions officielles se mettent en place : le gouvernement français est représenté par la « Consulta straordinaria », composée de Tournon, préfet Rome, comte Daru, intendant de la Couronne, et de Pâris, directeur de l’Académie de France. Les architectes et archéologues italiens, Antonio Canova, Carlo Fea, Giorgio Valadier, G. Guattani et Camporesi, y siègent et dirigent les travaux.

41Pie VII, quant à lui, soucieux de protéger les antiquités, fait promulguer en 1802 un édit interdisant de fouiller et d’exporter des objets sans autorisation, complété en 1820 par l’édit Pacca. Les états pontificaux, en ce début du xixe siècle, sont les premiers à se pourvoir d’une législation pour l’archélogie.

  • 81 A. Nibby et W. Gell, The Topography of Rome and its Vicinity, Londres, 1827. Tous deux sont les ini (...)

42La « Commission des embellissements de la ville de Rome », créée en 1811, délivre les permis de fouilles établis par le préfet qui contrôle les travaux et le sort des découvertes. Alors que Carlo Fea organise et dirige, de 1803 à 1817, les premières fouilles scientifiques sur le Forum, l’architecte Jean-François Ménager, pensionnaire de la villa Médicis, a la responsabilité des travaux que les Français engagent à partir de 1810 : ainsi, les temples de la Concorde, d’Antonin et Faustine, celui de Vénus et Rome, la basilique de Maxence, l’arc de Titus, sont-ils dégagés. On entreprend de mettre au jour la Maison dorée de Néron, et l’architecte italien G. Valadier, qui est de tous les travaux, préside à l’aménagement de la place Trajane. Le rôle des architectes est primordial dans l’élaboration d’une archéologie de terrain et d’une « science des monuments », qu’ils restituent en libérant les substructions et étudient en exécutant des relevés précis. Le dégagement de vastes ensembles architecturaux oriente les recherches vers la compréhension de la topographie des sites. De ce point de vue, le Guide de Rome de G. Guattani annonce les travaux d’A. Nibby et W. Gell81.

  • 82 Cf. R. Étienne, La Vie quotidienne à Pompéi, Paris, Hachette, 1966 ; id., Pompéi, la ville enseveli (...)
  • 83 A. Michaelis, Un secolo di scoperte archeologiche, Bari, 1912.
  • 84 Comte J.-B. de Clarac (1777-1847). Conservateur au Musée du Louvre.

43En dehors de Rome, c’est à Pompéi que se concentre l’activité archéologique sous autorité française. Après les travaux dont Charles III, roi de Naples, avait chargé l’ingénieur Joaquín Roque de Alcubierre, la Cività connaît de 1770 à 1815 une période d’intensification des recherches82. En 1798, le général Championnet occupe Naples et fait reprendre les fouilles qui, les Bourbons rétablis, seront interrompues. Joseph Bonaparte, installé sur le trône de Naples de 1806 à 1808, confie au Corse Charles Saliceti la direction du chantier : on procède alors au dégagement de la maison de Salluste. Par ailleurs, on demande à Michele Arditi, directeur du musée de Portici, de soumettre au ministre de l’Intérieur un projet global de fouilles pour Pompéi : il suggère l’acquisition du territoire par l’État et dresse un plan d’ensemble de la cité. Les crédits alloués permettent le travail de cent cinquante ouvriers83. Murat et Caroline, sœur de Napoléon, devenus souverains de Naples en 1808, intensifient encore les travaux en portant à six cents le nombre des ouvriers et font procéder à l’achat des terrains : le comte de Clarac84, précepteur des enfants du couple royal s’intéresse aux fouilles, au cours desquelles on dégage la rue de la nécropole et l’on découvre le forum, l’amphithéâtre et la basilique.

  • 85 F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, 4 vol., Paris, 1813-1838, Cf. L. Mascoli, « Architectes, “antiquai (...)

44À partir de 1811, on conçoit une nouvelle stratégie d’exploration de Pompéi, dont on cherche désormais à définir le périmètre, en dégageant les murs d’enceinte. Cette démarche témoigne d’un changement radical dans les buts poursuivis par la fouille de la cité : l’intérêt, jusque-là concentré sur les peintures et les objets, se porte désormais sur l’architecture et l’urbanisme. François Mazois (1783-1826), architecte du Cabinet de la reine, est chargé par Murat de veiller à l’embellissement de Naples et entreprend le relevé des monuments antiques de Campanie. De 1809 à 1811, il se consacre à Pompéi et donne de ses ruines la première illustration architectonique et la première vision de son urbanisme85.

45Grâce à ces travaux intensifs, Pompéi offre pour la première fois une vision d’ensemble d’une ville romaine de province, que l’on peut saisir dans son fonctionnement, et qui donne une image saisissante du cadre de vie de ses habitants, révélant l’architecture publique et privée et le décor des grandes villas. Les monuments et les objets sont compris dans leur contexte urbain, et Pompéi constitue le modèle de « l’archéologie des villes », qui se construit alors.

46Toutes les « provinces » de ce qui est en train de devenir l’archéologie classique sont concernées par la multiplication des travaux et des recherches ; ainsi la Grèce, où dès le milieu du xviiie siècle les architectes anglais s’étaient imposés par l’intensité de leur activité et la qualité de leurs études. Leur rôle se trouve encore renforcé car ils bénéficient entre 1799 et 1806 du rapprochement entre gouvernements turc et anglais. Deux événements majeurs marquent cette période charnière de la fin du xviiie siècle et du début du xixe  : ce sont l’acquisition des « marbres Elgin » par le British Museum et la découverte des temples d’Égine et de Bassae.

  • 86 Ch. Picard, Les Recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 19 (...)
  • 87 Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1676 par J. Spon et G. (...)

47Les Français, cependant, ne sont pas absents et interviennent sur ce terrain, ou dans l’appréciation et l’étude des chefs-d’œuvre de l’art grec soudain révélés. Le comte de Choiseul-Gouffier, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, visite la Grèce et l’Asie Mineure, entre 1776 et 1782, en compagnie de l’helléniste Jean-Baptiste d’Ansse de Villoison (1750-1805), procédant à la première fouille sur le site de Troie86 et marchant sur les pas de Jacob Spon87, et du marquis de Nointel qui, en 1674, avait fait dessiner les sculptures du Parthénon. Devenu ambassadeur à Constantinople et déterminé à ne pas laisser le champ libre aux Dilettanti anglais, Choiseul-Gouffier engage le peintre Fauvel pour qu’il mène des travaux à Athènes : une métope et une frise sont détachées du Parthénon et acquises à la France.

  • 88 R. et F. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, « Découvertes » Gallimard, Paris, (...)
  • 89 Ibid., p. 69.
  • 90 E. Q. Visconti, Mémoires sur les ouvrages de sculpture de la collection Elgin, Paris, 1816.
  • 91 C. Quatremère de Quincy, Lettres à M. Canova sur les marbres Elgin, Rome, 1818.

48Une fois consul de France, Fauvel poursuivra son activité à Athènes, constituera son propre musée et détiendra le marché des antiquités jusqu’en 1798, date à laquelle, emprisonné comme tous les Français résidant en Grèce, il laissera la voie libre à ses concurrents anglais88. Or, c’est l’année suivante que lord Elgin est nommé ambassadeur à Constantinople ; il profite du climat d’entente de son gouvernement avec les Turcs pour procéder au pillage de l’Acropole et du Parthénon, entre 1801 et 1805. Trois à quatre cents ouvriers sont employés sur ce vaste « chantier », un butin est réuni d’une douzaine de statues, de cinquante-six dalles de la frise du Parthénon, de quinze métopes, auxquelles s’ajoutent la frise du temple d’Athèna Niké et une caryatide de l’Érechthéion89. Acheminés à Londres, les « marbres Elgin » bouleversent à tel point tout ce que l’on croyait savoir de l’art grec depuis Winckelmann qu’une vive polémique s’élève, animée par la Société des Dilettanti, pour qui ce ne sont pas des œuvres de Phidias mais des produits de la Rome tardive. Lord Elgin, qui négocie la vente de ses marbres avec le British Museum, demande une expertise à Visconti90 et à Quatremère de Quincy91, tous deux éblouis par la perfection du style et de la technique des sculptures.

  • 92 R. et F. Étienne, op. cit., p. 75 ; A. Rhatje et G. Lund, « Danes overseas. A short history of Dani (...)

49Après Athènes, Égine et Bassae en Arcadie compléteront la révélation de la plastique grecque. En 1811, en effet, deux architectes anglais, R. C. Cockerell et J. Foster, et deux Allemands, K. Haller von Hallerstein et J. Linckh, membres avec O. Magnus von Stackelberg et les deux danois, P. O. Bröndsted et G. H. C. Koes, du Xéneion92, la première association internationale d’archéologues avant l’Institut de correspondance archéologique de Rome, se rendent à Égine et, avec trente ouvriers, dégagent le temple dont ils détachent la frise. La glyptothèque de Munich en fera l’acquisition et disposera ainsi avec le British Museum de la plus riche collection de statuaire grecque.

50L’année suivante, K. Haller von Hallerstein et Stackelberg procèdent de la même manière sur le temple d’Apollon de Bassae, dont la frise est acquise par le Musée britannique. On découvre alors le plus ancien art corinthien connu, et si les méthodes des membres du Xéneion sont plus que discutables, condamnables à nos yeux, cependant par leurs croquis et dessins exacts, par l’étude rigoureuse des monuments, ces architectes concourent à l’élaboration d’une archéologie scientifique.

  • 93 F. Ravaisson, La Vénus de Milo, 1892 ; A. Pasquier, La Vénus de Milo et les Aphrodites du Louvre, P (...)

51Dans ce contexte de concurrence européenne pour l’acquisition d’antiquités, les Français accusent un net retard, corrigé en partie par la découverte de la Vénus de Milo et son acquisition par le Louvre en 182093. Sur le plan scientifique, Quatremère de Quincy, architecte et chantre du néo-classicisme, contribue remarquablement à l’étude de la plastique grecque révélée par les œuvres de Phidias et les frises d’Égine et Bassae. Dans son essai de 1814 sur Jupiter olympien ou l’art de la sculpture antique en or et en ivoire, il entreprend de rendre compte du monument, en recourant à l’interprétation des sources littéraires, en examinant la technique employée et en insérant l’objet de son étude dans la catégorie de ses semblables. Il soulève aussi le problème de la polychromie de la sculpture grecque, d’ailleurs confirmée par les vestiges d’Égine.

18. Temple d’Égine (Grèce). A. Blouet, A. Ravoisié, A. Poirot, F. Trézel, F. de Gournay, Expédition scientifique de Morée, Paris, Firmin-Didot frères, 1831-1838, pl. 38, vol. 3. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

19. Bassae (Grèce), temple d’Apollon, A. Blouet, A. Ravoisié, A. Poirot, F. Trézel, F. de Gournay, Expédition scientifique de Morée, Paris, Firmin-Didot frères, 1831-1838, pl. 30, vol. 2. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

20. Ciste d’un enfant trouvé à Athènes et fouillé par Stackelberg en 1813. O. M. von Stackelberg, Die Graeber der Hellenen, Berlin, 1837, pl. VIII. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

21. A. Blouet, frontispice du vol. 2, Expédition scientifique de Morée, Paris, Firmin-Didot frères, 1831-1838. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

  • 94 Parues en 1807.

52L’art de l’Occident grec, Grande-Grèce et Sicile, est l’objet de recherches intensifiées pendant le premier quart du xixe siècle. Les architectes anglais sont, ici comme en Grèce, les principaux acteurs de cet essor : Paestum, négligée depuis que Gazzola l’avait révélée, figure au premier rang des Antiquities of Magna Grecia de W. Wilkins94.

  • 95 Publiée entre 1826 et 1830.

53R. C. Cockerell, l’un des « inventeurs » d’Égine, se transporte en Sicile et relève les temples de Girgenti-Agrigente en 1812 ; deux ans plus tard, ses compatriotes, S. Angell et W. Harris, architectes comme lui, fouillent à Sélinonte. Quant au duc de Luynes (1802-1867), accompagné de l’architecte F. J. Debacq, il fouille à Métaponte en 1828 et découvre une tête de fauve en marbre dont les couleurs sont intactes, relançant le problème de la polychromie et confirmant les hypothèses de Quatremère de Quincy. C’est à J. I. Hittorf, installé à Paris, que revient le mérite de la première synthèse sur l’Architecture antique de la Sicile95.

  • 96 J.-F. Champollion, Lettres au duc de Blacas, Paris, 1824.
  • 97 J.-F. Champollion, Lettres à Champollion-Figeac, citées par J. Lacouture, Champollion. Une vie de l (...)

54L’Italie permettait, en ce qui concerne l’architecture grecque, d’élucider les époques les plus anciennes et de mesurer l’expansion du « dorisme ». À la fin années vingt du siècle, on commence à poser la question de l’origine de l’art grec et à évoquer ses liens avec l’Orient : Champollion soutient, contre Désiré Raoul-Rochette, la primauté de l’art égyptien96 et, en voyant les temples de Paestum, est définitivement convaincu de « l’origine égyptienne de l’architecture grecque97 ». De tels progrès ont été accomplis qu’une révision des conceptions de J. J. Winckelmann apparaît nécessaire.

55Quand, en 1828, le prince de Canino entreprend sur son domaine l’exploitation de la nécropole de Vulci, une science des objets et des monuments s’est dotée de ses premiers fondements et apporte à l’histoire la contribution des études sur la culture matérielle : l’archéologie, qui s’est différenciée de la philologie, est tributaire de l’histoire de l’art dont elle ne se distingue pas encore. La découverte de Vulci entraîne les antiquaires-archéologues dans une nouvelle « province » de la science naissante : la céramologie où s’approfondiront encore les liens et les écarts entre philologie et archéologie.

La science archéologique et son organisation : l’ère des philologues-archéologues

  • 98 E. Gerhard, « Rapporto intorno i vasi Volcenti », Annales de l’Institut de Correspondance de Rome, (...)

56Les années 1828-1829 marquent une accélération simultanée de l’histoire et de l’archéologie : la Grèce se libère des Turcs, la France l’y aide en organisant l’expédition de Morée, qui, comme celle d’Égypte, sera à la fois militaire et scientifique. J.-F. Champollion peut enfin gagner l’Égypte et réhabiliter son art méprisé par les néoclassiques, chantres exclusifs du Beau hellénique. Les « vases étrusques » de la nécropole de Vulci suscitent le premier essai de la céramologie moderne98 et sont au cœur de l’archéologie nouvelle promue par l’Institut de correspondance archéologique de Rome, dont la fondation est le prélude à un grand mouvement d’organisation du patrimoine et de l’archéologie en France, au lendemain de la Révolution de 1830, qui permet le triomphe des historiens libéraux et leur accession au pouvoir.

  • 99 A. Blouet et al., Expédition scientifique de Morée, Paris, 1831-1838. F. L. Lucarelli, « Une archéo (...)
  • 100 C. Picard, « Les recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1739-194 (...)

57En 1827, l’insurrection des Grecs contre les Turcs permet l’établissement d’une République indépendante, avec à sa tête Jean Capodistria. L’assassinat de ce dernier et le refus des Turcs d’évacuer la Grèce entraînent la médiation des grandes puissances, et leur victoire sur la Sublime Porte à Navarin. Une monarchie bavaroise est finalement instaurée et le roi Othon règne de 1833 à 1862, permettant à l’archéologie allemande de donner toute sa mesure en Grèce. Un corps expéditionnaire français commandé par le général Maison est chargé de chasser les Turcs du Péloponnèse. Sur le modèle de l’expédition d’Égypte, y est jointe une mission scientifique99, dont la section archéologique dirigée par Charles Lenormant et Léon Jean Dubois, comprend aussi Edgar Quinet qui y est attaché comme épigraphiste ; la section d’architecture et de sculpture est placée sous la responsabilité d’Abel Blouet, architecte, grand prix de Rome, accompagné d’Amable Ravoisié, architecte lui aussi ; des travaux sont engagés à Olympie et deux métopes du temple de Zeus parviennent au Louvre. Après l’attique, l’éginate et le sélinontais, un nouveau style de la plastique grecque était révélé, et l’expédition de Morée « avait libéré d’un coup dix siècles d’histoire grecque100 ».

  • 101 Ludwig Ross (1806-1859). Archéologue allemand, professeur à l’université d’Athènes.
  • 102 B. Petrakos, È en Athinais Archaiologikè Etaireia. È historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athèn (...)

58L’État grec promulgue dès 1827 une loi qui interdit l’exportation des antiquités et en 1834 organise le Service archéologique à la tête duquel est placé Ludwig Ross101, remplacé en 1836 par Cyrus Pittakis. L’année suivante, est fondée la Société archéologique d’Athènes qui allait se révéler si active et jouer un rôle de premier plan dans l’exploration du pays102.

  • 103 De la publication prévue par P. Le Bas sous le titre : Itinéraire, Inscriptions grecques, Monuments (...)
  • 104 Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996.

59Par la mission de Morée, l’archéologie française en Grèce gagne en éclat, rachète les échecs essuyés devant les Anglais à Athènes et les Xénioi à Égine et Bassae. À partir de 1840, l’activité archéologique française Grèce est relancée : Philippe Le Bas (1794-1860), chargé d’une mission du ministère de l’Instruction publique, entreprend en 1843, avec le dessinateur Eugène Landron, un voyage de deux années qui les conduit à Athènes, dans le Péloponnèse, en Carie, dans les Îles et en Phrygie, qu’aucun archéologue n’avait encore explorée. Des empreintes d’inscriptions sont exécutées. On procède aussi à des fouilles pour dégager de petits monuments qui sont dessinés et moulés. Des douze volumes prévus initialement, seul fut publié, en 1847-1848, le Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure, dont Salomon Reinach donnera une nouvelle édition en 1888103. De plus, l’École française d’Athènes, fondée par le décret du 11 septembre 1846, confirme l’essor de l’archéologie française en Grèce104.

  • 105 C. Alexandre, « Mission en Grèce », Journal de l’instruction publique, 15 (1846) ; J. Guigniaut, «  (...)

60En 1829, la Grèce avait été placée, en vertu du traité d’Andrinople, sous la triple protection de la Russie, de l’Angleterre et de la France. Ces deux derniers pays se disputaient âprement les suffrages grecs, et, en 1844, la bataille atteint son paroxysme. Théobald Piscatory, ministre de France en Grèce, envisage de faire pièce aux Anglais par « une sorte de collège français établi aux portes de l’Orient, pour les intérêts de la politique autant que pour les besoins de la science105 ».

  • 106 « L’École française d’Athènes », Journal des débats, 25 août 1846.
  • 107 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École d’Athènes, Paris, 1901.

61C’est ainsi qu’est née l’idée de l’École française d’Athènes, reprise en France par Sainte-Beuve dans son article du 25 août 1846, paru dans Les Débats106 : il est le premier, et le seul pour longtemps, à définir la mission scientifique de l’École et à lui établir un programme qui ne sera réalisé qu’au terme de nombreuses métamorphoses à la fin du xixe siècle107. En effet, les intérêts de l’art, de l’archéologie et de l’érudition ne triompheront qu’à grand mal du dilettantisme littéraire en vogue à l’École pendant la direction d’Amédée Daveluy, jusqu’en 1867.

  • 108 L. Reybaud, Jérôme Patureau à la recherche d’une position sociale, Paris, 1843.
  • 109 C. Lévèque, « La fondation et les débuts de l’École française d’Athènes », Revue des deux Mondes, 1(...)
  • 110 E. Gandar, lettre à J. Guigniaut du 17 janvier 1849.

62Cette situation s’explique par l’état des esprits entre 1840 et 1850 : l’archéologie ne rencontre encore qu’indifférence auprès du public108, et l’on n’a pas pris conscience qu’il est urgent de créer des institutions spécifiquement archéologiques. Au sein du Conseil royal de l’université, on pense que l’expédition de Morée (1829) et les missions de Le Bas (1842 et 1844) « ont tout épuisé109 » ; quant aux membres des premières promotions athéniennes, s’ils sont désemparés quand il s’agit de définir leur rôle scientifique, ils sont parfaitement lucides sur la nature de leur mission en Grèce et savent que l’École « tient un peu de l’agence électorale et du cénacle romantique110 ».

63Malgré les aléas que connaît l’École française d’Athènes, sa création permet de franchir une étape décisive dans l’organisation de l’archéologie : alors qu’à Rome, l’Institut de correspondance archéologique coordonne les recherches internationales et assure leur diffusion, la fondation d’Athènes garantit, sinon à ses débuts du moins après la réforme de 1850, le développement de l’archéologie française en Grèce.

  • 111 R. et F. Étienne, op. cit., p. 92 ; M. C. Helmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes (...)

64Une autre initiative allait favoriser cette tendance : des missions sont créées pour les architectes prix de Rome, qui, à partir de 1845, ont la possibilité d’étudier sur place les monuments d’Athènes et de l’Attique. Un arrêté du 25 janvier 1847 institue une section des Beaux-Arts à l’École « qui accueille des élèves pensionnaires de l’Académie de France à Rome111 ».

65Alors que l’École d’Athènes, balbutiante, cherche la voie qui la conduira à devenir un véritable centre d’érudition et de recherches scientifiques, en Italie, l’archéologie progresse à grands pas et a déjà reçu sa première organisation internationale.

  • 112 J. Heurgon, « La découverte des Étrusques au début du xixe siècle », Comptes rendus de l’Académie d (...)
  • 113 L’Italia avanti il dominio dei Romani, Florence, 1810. Pour l’histoire de l’étruscologie, cf. M. Pa (...)
  • 114 J. Heurgon, op. cit., p. 593.
  • 115 A. Hus, « Stendhal et les Étrusques », dans Mélanges Heurgon, Paris, 1976, t. 1, p. 467 sq.

66C’est de l’ancienne Étrurie que surgit « une série de découvertes archéologiques qui permettent de commencer à poser les problèmes étrusques en des termes neufs112 ». En Toscane, en proie à l’« Etruscheria » depuis le xviiie siècle, l’ouvrage de Giuseppe Micali113, paru en 1810, constitue « une entreprise sans précédent d’essayer de dégager, aux origines de la civilisation romaine, l’apport spécifique des peuples qu’elle avait absorbés et assimilés114 ». Ce livre devint rapidement pour les amateurs la source de leurs informations sur l’Étrurie antique et c’est à le consulter que Stendhal se construisit une vision fantaisiste d’une société étrusque libérale115. Cependant, l’archéologie, confirmant les intuitions de Micali, n’allait pas tarder à rendre nécessaire la révision des idées que l’on se faisait des rapports de Rome et des autres civilisations d’Italie.

  • 116 G. Platz-Horster, « Eduard Gerhard et le Cabinet étrusque de l’Altes Museum de Berlin », dans le ca (...)
  • 117 E. Gerhard, Etruskische Spiegel, Berlin, 1839-1867.

67Dès 1824, Eduard Gerhard, philologue formé à l’école d’August Boeck et de Friedrich A. Wolf est installé à Rome depuis deux ans, et se rend en Étrurie, que le patriotisme local avait discréditée aux yeux des archéologues116. Surmontant les préjugés défavorables imposés par J. J. Winckelmann à l’égard de l’art étrusque, il est stupéfait de découvrir la richesse en antiquités des collections privées et publiques : il s’intéresse aux miroirs en bronze et aux urnes à reliefs de Volterra, dont il exécute des dessins117.

  • 118 J. Heurgon, op. cit. : en 1827, les tombes de la Mer, des Inscriptions, du Baron, des Biges ; en 18 (...)
  • 119 D. Raoul-Rochette, Monuments inédits de l’Antiquité figurée grecque, étrusque et romaine, Paris, 18 (...)
  • 120 G. Colonna, « L’Aventure romantique », dans le catalogue de l’exposition Paris-Berlin, Les Étrusque (...)

68À partir de 1827, interviennent à Tarquinia des découvertes successives de tombes peintes118, en particulier celle des Biges dont O. Magnus von Stackelberg et le baron Kestner, membres de la Société des hyperboréens romains, copient les fresques, et que visite aussitôt Désiré Raoul-Rochette avec l’intention de la publier dans ses Monuments inédits119. Jusqu’à ces révélations de Tarquinia, bientôt complétées par celles, plus sporadiques, de Chiusi, Véies, Cerveteri et Orvieto120, on ne connaissait la peinture antique que par Herculanum et Pompéi ; or, les tombes d’Étrurie, dont on a rapidement la conviction qu’elles reflètent la peinture grecque et remontent au début du viie siècle av. J.-C., éclairent le domaine le plus obscur de l’art grec en même temps qu’elles modifient radicalement l’image de la civilisation étrusque dans ses rapports avec Rome et l’Orient hellénique.

  • 121 P. Grimal, À la recherche de l’Italie antique, Paris, Hachette, 1961, p. 265.
  • 122 Il découvre en 1840 l’hypogée des Volumnii.
  • 123 Notizia di Vulcia, antica città etrusca, Macerata, 1829. Cf. G. Colonna, « Archeologia dell’età rom (...)

69Par ailleurs, la tombe Regolini-Galassi, découverte intacte en 1836 à Cerveteri, dévoile la splendeur de l’Étrurie orientalisante du viie siècle et atteste qu’une civilisation brillante a fleuri en Italie bien avant Rome et a même précédé celle de la Grèce hellénique telle qu’on la connaissait en cette première moitié du xixe siècle. Même si, malgré les curiosités et les intérêts d’un D. Raoul-Rochette par exemple, on ne disposait pas encore d’éléments suffisants pour évaluer les influences orientalisantes sur l’Étrurie, « le premier germe de l’idée qui devait transformer, dans la seconde moitié du siècle, la conception du monde homérique, remonte bien à la découverte de Cerveteri121 L’Étruscologie, fondée Luigi son affirmée aux travaux de G. B. Vermiglioli à Pérouse122, ceux de V. Campanari, maire de Tuscania et auteur de la première description du site de Vulci123, ou encore par les fouilles du marquis Campana à Véies et Cerveteri.

  • 124 A. Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine, Paris, Klincksiek, 1971 ; F. Buranelli, « Gli scavi a Vu (...)
  • 125 Collection achetée en 1825 par le Musée du Louvre.

70En 1828, la révélation sur le domaine de Lucien Bonaparte, prince de Canino, de la vaste nécropole de Vulci124, fait sensation : jusqu’à la fin de 1829, trois mille vases peints sont extraits des tombes. Auparavant, la plupart des objets de ce type avaient été recueillis en Campanie et dans le sud de l’Italie et étaient entrés dans des collections prestigieuses commes celles de lord William Hamilton ou du chevalier Edme-Antoine Durand125.

  • 126 A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico germanico, 1829-1879, Rome, 1879 ; G. Rodenwaldt, (...)

71E. Gerhard se rend immédiatement à Vulci et en même temps que, par son étude des vases, il fonde la céramologie, il travaille à mettre sur pied une institution internationale capable de rendre compte des richesses archéologiques de l’Italie et de créer les outils de la recherche126.

  • 127 P. Grimal, À la recherche de l’Italie antique, op. cit., p. 267.

72L’Institut de correspondance archéologique tient sa première séance le 21 avril 1829, jour anniversaire de la fondation de Rome, au palais Caffarelli, sis sur le Capitole et, en consacrant l’essor de l’archéologie classique, est appelé à devenir, avant l’unification italienne, « un ministère officieux des recherches archéologiques127 ».

  • 128 Baron Karl-Wilhelm von Humboldt (1767-1835). Poète, critique, philologue et homme d’État allemand.
  • 129 Georg/Jorgen Zoëga (1755-1809). Archéologue danois, formé à l’université de Göttingen.

73Depuis le début du xixe siècle, une communauté internationale de savants anime la vie intellectuelle à Rome : le cercle de Wilhelm von Humboldt128, ambassadeur auprès du Saint-Siège à partir de 1802, réunit prélats romains, artistes, poètes, écrivains allemands et français, parmi lesquels A. W. Schlegel, F. Tieck, Madame de Staël ou P.-L. Courier. En relation très étroite avec F. A. Wolf, W. von Humboldt a étudié la philologie et reçoit dans son salon les meilleurs représentants de cette science, dont Georg Zoëga, disciple de J. J. Winckelmann, qui, par l’étude exhaustive d’une même catégorie de monuments, met au point la méthode moderne d’exégèse des objets archéologiques129.

74Quant aux membres du Xéneion d’Athènes, O. Magnus von Stackelberg, J. Linckh et P. O. Bröndsted, ils s’installent à Rome pour y poursuivre l’étude et la publication du temple de Bassae et forment un cercle actif d’amateurs de l’art grec.

  • 130 Barthold Georg Niebuhr (1776-1831). Historien allemand, né à Copenhague, fils de Karsten Niebuhr, g (...)
  • 131 Baron Christian Karl Josias von Bunsen (1791-1860). Savant et diplomate allemand.

75L’historien de Rome, Barthold Niebuhr130, succède en 1816 à Humboldt dans sa charge diplomatique et le relaie dans son rôle de promoteur de l’archéologie qu’il partage avec Christian von Bunsen131. Tel est le milieu dans lequel E. Gerhard et Théodore Panofka, tous deux disciples de F. A. Wolf et A. Boeckh, vont s’introduire dès leur arrivée à Rome en 1822 et 1823.

  • 132 B. G. Niebuhr et C. K. J. von Bunsen, Beschreibung Roms, Berlin, 1830.

76À l’image du Xéneion qui avait réuni à Athènes des Allemands, Danois et Anglais passionnés d’art antique, se constitue à Rome le groupe des « Hyperboréens romains » dont font partie E. Gerhard, T. Panofka, O. Magnus von Stackelberg, le baron Kestner, B. Thorvaldsen. Ils entreprennent d’étudier les monuments de Rome, pour contribuer à sa description projetée par Niebuhr et Bunsen132, mais aussi les collections privées et publiques dans toute l’Italie : en 1825, Stackelberg, Panofka, Kestner et Gerhard dressent l’inventaire du musée Bourbon à Naples.

  • 133 E. Gerhard, Antike Bildwerke zum ersten Mal bekannt gemacht, Berlin, 1827-1843.
  • 134 E. Vinet, L’Art et l’Archéologie, Paris, 1874, p. 56.

77À l’occasion de leurs voyages qui les mènent à travers toute l’Italie jusqu’en Sicile, ils découvrent la nécessité de dresser catalogues et corpora d’objets et ils mesurent l’importance des séries. Dès 1827, date à laquelle il entreprend de publier ses Antike Bildwerke133, E. Gerhard cherche à établir une méthode qui, pour l’archéologie, serait l’équivalent de « ce que Linné a fait pour la botanique [...] Entre les monuments qui sont à l’archéologie ce que les êtres sont à l’histoire naturelle, il voudrait établir les points de connexion et de distinction, les caractères comparables134 ».

  • 135 Le ministère de l’Instruction et des Cultes de Prusse l’a chargé d’acquérir en Italie des œuvres ét (...)

78L’Étrurie, qu’il a visitée dès 1824 et où se multiplient les découvertes extraordinaires, est au cœur de ses intérêts135, et il constate alors que la diffusion des monuments est insuffisante de Guattani, Monumenti inediti, et les Memorie enciclopediche ne dépassent pas Rome.

79La nécessité d’une nouvelle publication périodique est patente et T. Panofka (1800-1858) en convainc le duc de Luynes qu’il a rencontré à Naples et auquel il a présenté les Hyperboréens. Ce grand seigneur, collectionneur, expert de l’histoire de l’art, numismate et excellent dessinateur, est directeur-adjoint du Musée royal – notre Louvre –, poursuit des recherches en Italie du Sud et fouille à Métaponte avec l’architecte F.-J. Debacq. Il conçoit et finance les Monumenti antichi inediti della Società iperborea romana, auxquels il collabore avec E. Sarti, E. Gerhard, F. Hirt, T. Panofka et O. Magnus von Stackelberg. Il donne ainsi le premier exemple de mécénat scientifique et international.

  • 136 T. Panofka, Musée Blacas, Paris, 1830.

80Un autre Français intervient dans cette entreprise dont le caractère européen s’affirme : le duc de Blacas d’Aulps, protecteur de J.-F. Champollion, appelle T. Panofka à Paris en 1826 pour publier la collection d’antiquités grecques, étrusques et romaines qu’il avait constituée pendant son ambassade à Naples136.

81Paris semble alors tout désigné pour devenir le siège de la direction des publications, mais Bunsen présente le projet d’élargir la Société hyperboréenne au prince héréditaire de Prusse qui, enthousiasmé, accorde son patronage et permet la fondation à Rome de l’Institut de correspondance archéologique.

  • 137 E. Vinet, L’Art et l’Archéologie, Paris, 1874, p. 118.

82Le duc de Blacas, son président, et le duc de Luynes soutiendront l’Institut jusqu’en 1848. L’Académie pontificale donne son aval et on obtient que l’Académie d’Herculanum et le directeur des travaux de Pompéi communiquent leurs notes et relevés de fouilles. L’Institut a pour secrétaire général C. K. J. Bunsen, E. Gerhard et T. Panofka pour secrétaires, et se divise en sections : italienne sous la responsabilité de Carlo Fea, directeur des antiquités de Rome ; française avec le duc de Luynes pour secrétaire ; et anglaise qu’assume James Millingen. F. G. Welcker est secrétaire de la section allemande et le baron Kestner est chargé des archives. L’Institut se fixe la tâche de recueillir par l’intermédiaire de correspondants, et de diffuser les découvertes archéologiques concernant l’Antiquité classique. Il poursuit la fondation d’« une publication archéologique qui compte pour ainsi dire tous les pas de l’archéologie », entreprend de « signaler les fouilles sur tous les points du territoire classique, resserrer le lien entre deux études déjà connexes, celle des monuments et celle des mythologies, montrer en plein l’importance de la céramique des Anciens, dresser l’inventaire des musées, noter les acquisitions, étudier la topographie des cités célèbres ou de certaines provinces, appeler à soi la coopération des archéologues de tous les pays137 ».

  • 138 Annales de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, publiées en français et en italien, (...)

83Pour remplir ce programme, on crée un Bulletin mensuel, la collection des Monuments inédits, annuels, et les Annales, ces publications marquant le point de rupture entre l’ancienne et la nouvelle archéologie. Le premier volume des Annales, paru en 1829, contient les observations préliminaires d’E. Gerhard qui définit la tâche fixée à l’Institut : l’étude des monuments, les recherches épigraphiques, et le développement de la topographie antique, en se limitant à l’antiquité grecque et romaine138. Cette restriction sera levée à partir de 1833 sous l’influence de Bunsen et du duc de Blacas qui ouvrent alors l’horizon de l’Institut vers l’Égypte.

  • 139 Baron Jean de Witte (1808-1889). Archéologue belge résidant à Paris dès l’adolescence ; il est l’au (...)
  • 140 Karl Ottfried Müller (1797-1840). Die Etrusker, Göttingen, 1829.

84Les Annales et les planches des Monuments inédits sont imprimées à Paris, grâce au soutien financier des ducs de Blacas et de Luynes, et aux soins de Theodor Panofka et Jean de Witte139. L’idéal de « coopération » internationale est donc réalisé en ces premières années de fonctionnement de l’Institut ; les échanges scientifiques sont très fructueux, les contacts établis entre savants italiens, anglais, allemands et français permettent le développement de la céramologie et de l’épigraphie. Jusqu’en 1833, date du retour d’E. Gerhard à Berlin, l’Institut consacre la plus grande part de son activité à l’Étrurie, où les découvertes se multiplient et modifient profondément la vision de l’Italie antique, dont on pensait que toute l’histoire était soumise à celle de Rome. Karl Ottfried Müller contribue grandement à la reconnaissance de la civilisation étrusque en présentant la somme du savoir de son époque140.

  • 141 O. Jahn, Beschreibung der Vasensammlung Königs Ludwigs in der Pinacothek zu München, Munich, 1854, (...)

85À la nouvelle que des milliers de vases peints sont exhumés des tombes apparues à Vulci, sur le domaine de Lucien Bonaparte, E. Gerhard et le baron Kestner se rendent sur les lieux pendant les fouilles. Saisissant immédiatement l’importance primordiale de l’événement, E. Gerhard publie, dès 1831, le troisième volume des Annales, le fameux Rapporto intorno i vasi Volcenti, qui, salué comme un chef-d’œuvre par l’épigraphiste Jean-Antoine Letronne, ouvre la voie de la céramologie moderne en offrant les « fondements de l’étude scientifique des vases141 ».

  • 142 A. F. Gori, Museum Etruscum, Florence, 1737-1743.
  • 143 Cf. R. M. Cook, Greek Painted Pottery, Londres, 1972, 2e éd., chap. 15, « The history of vases pain (...)
  • 144 J. J. Winckelmann, Histoire de l’art dans l’Antiquité, trad. Hubert, Paris, 1781, 3 vol., t. 1, p. (...)

86Ces vases peints, qu’au xviiie siècle on trouvait au sud de l’Italie et dont on constituait des collections, avaient d’abord été désignés comme étrusques142. Cependant, dès 1754, A. S. Mazocchi démontrait, à partir d’inscriptions sur des vases à figures rouges, qu’ils étaient grecs143. Il est relayé par J. J. Winckelmann, qui explique l’erreur d’attribution par le « chauvinisme » toscan de Buonarroti et Gori144.

  • 145 Collection of Engravings from Ancient Vases mostly of pure greek Workmanship, Londres, 4 vol., 1791 (...)
  • 146 L. Lanzi, De’vasi antichi dipinti volgarmente chiamati etruschi, Florence, 1806.
  • 147 Otto Jahn (1813-1869). Philologue et archéologue classique, historien de la musique, biographe de G (...)
  • 148 A. Dumont et J. Chaplain, Peintures céramiques de la Grèce propre, Paris, 2 vol., 1888-1890.

87Lord Hamilton, quant à lui, dans l’introduction à sa seconde collection publiée par W. Tischbein145, fait remarquer que les vases trouvés en Italie et en Grèce sont si semblables qu’ils ne peuvent qu’être issus des mêmes fabriques. Il revient à L. Lanzi de faire la preuve définitive de leur caractère grec146. Cependant, pendant toute la première moitié du xixe siècle, on discutera encore de l’origine des vases, les uns, E. Gerhard, F. G. Welcker, C. Lenormant et le duc de Luynes, tenant pour leur fabrication en Italie par des artisans grecs, d’autres comme D. Raoul-Rochette défendant leur origine sicilienne, enfin, Kramer ou K. O. Müller soutenant qu’ils étaient fabriqués en Attique et importés en Italie. O. Jahn tranchera en 1854147 en distinguant les vases provenant de l’Attique de ceux produits en Étrurie, Lucanie et Apulie aux époques tardives. Albert Dumont, en lisant les mêmes signatures d’artistes sur des vases découverts en Grèce et en Italie, démontrera leur importation dans la péninsule148.

  • 149 G. B. Passeri, Picturae Etruscorum in Vasculis, 3 vol., 1767-1775.
  • 150 S. Reinach, 1891, op. cit., introduction.

88Avant le Rapporto Volcente d’E. Gerhard et après les Picturae de G. B. Passeri149, trois ouvrages avaient été consacrés aux « peintures de vases antiques », l’un d’Aubin-Louis Millin, directeur du Cabinet des médailles, les deux autres de John Millingen (1774-1845), secrétaire de la section anglaise de l’Institut de correspondance archéologique de Rome. Les titres mêmes, Peintures..., montrent assez l’intérêt exclusif des auteurs pour les représentations figurées, sans souci pour les formes des vases. Alors que Millin, comme lord W. Hamilton, considère les peintures comme des modèles pour les artistes, et en confie la gravure à Clener, élève de Tischbein, qui en donne des images conventionnelles et inexactes, Millingen, quant à lui, fournit des reproductions d’une fidélité et d’une précision remarquables et est le premier à réagir contre les extravagances de certains, dont Millin, qui introduisait le mysticisme dans l’étude de la céramique150.

  • 151 K. A. Böttiger, Grieschiche Vasengemälde, Weimar-Magdebourg, 1797-1800.
  • 152 T. Panofka, Musée Blacas, Paris, 1830.

89Le Rapporto Volcente Gerhard rompt avec cette « exégèse effrénée » que dénonçait K. A. Böttiger151, mais n’empêchera pas T. Panofka d’y sombrer152.

  • 153 S. Reinach, 1891, op.cit., introduction, p. V.
  • 154 E. Gerhard, Grundriss der Archäologie, Berlin, 1853, cité par C. B. Stark, Systematik und Geschicht (...)
  • 155 Cf. E. Gerhard, Sechszehn Thesen über Archäologie als monumentale Philologie, Berlin, 1850.
  • 156 Annali, 3 (1832), p. 111.
  • 157 C. B. Stark, op. cit., p. 367 « Gerhard ist darin der Caylus des neunzehnten Jahrhunderts geworden, (...)

90En premier lieu, E. Gerhard considère ces vases, qui surgissent par milliers des tombes de Vulci, comme « témoignages de l’activité industrielle des Anciens et comme monuments de l’histoire de l’art153 ». Tout comme Montfaucon et Caylus, il accorde aux objets une valeur historique équivalente à celle des textes et, formé à l’école philologique de F. A. Wolf, il définit ainsi l’archéologie « monumentales Wissen begründete Hälfte allgemeiner Wissenschaft des klassischen Altertums154 », la philologie contribuant pour l’autre moitié à la reconstitution historique de l’Antiquité. L’archéologie est pour lui une « monumentale Philologie155 », et recourt de même à la critique et à l’exégèse. Aux méthodes philologiques, l’archéologie ajoute celles du naturaliste pour l’observation et la classification des objets. C’est ainsi qu’appliquant le principe : « monumentorum artis qui unum vidit, nullum vidit ; qui millia vidit, unum vidit »156, et en recourant à la comparaison des objets, E. Gerhard examine les vases de Vulci du point de vue de la forme, du décor, des techniques, procède à leur classement pour déterminer des styles qui lui permettent d’identifier des écoles et de reconstituer l’évolution, donc l’histoire, de cette catégorie d’objets. Non seulement, par les résultats obtenus, il fait progresser la connaissance de l’Antiquité, mais il établit une méthode de recherche pour la céramologie qui passe au premier rang des disciplines archéologiques, ce qui permet à C. B. Stark de faire de lui un Caylus, qui aurait bénéficié des acquis de la science philologique du xixe siècle157.

91Les tombes étrusques de Vulci, qui recèlent des vases grecs en quantité extraordinaire, posent, pour la première fois avec une telle évidence, le problème des rapports et des échanges entre civilisations méditerranéennes, question que la révélation de l’Orient réactivera en apportant de nouveaux éléments de réponse.

92En permettant la diffusion des découvertes d’Étrurie et du Rapporto Volcente de Gerhard, l’Institut de correspondance archéologique, qui vient de voir le jour, fait la démonstration immédiate et éclatante de son importance. Par les contacts étroits qu’il permet entre les archéologues européens, il favorise l’essor de l’archéologie classique dont l’objet, les domaines d’application et les méthodes sont désormais définis. Les Annales de 1832 à 1834, imprimées à Paris, réunissent tous les représentants de l’archéologie française de cette époque : Albert de Luynes, Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, Jean-Antoine Letronne, Charles Lenormant, Jean de Witte, Désiré Raoul-Rochette, ou encore Joseph Guigniaut.

  • 158 C. Lenormant et J. de Witte, Élite des monuments céramographiques, Paris, 1844, p. XVII, à propos d (...)
  • 159 Avant-propos d’E. Pottier pour Madeleine Massoul, CVA Musée national de Sèvres. France, 13, Paris, (...)
  • 160 A. Brongniart, Traité des arts céramiques ou des poteries considérées dans leur histoire, leur prat (...)

93En effet, l’impulsion décisive donnée par Gerhard à la céramologie se répercute en France où ces études se multiplient. D. Raoul-Rochette, dès 1828, publie des Monuments inédits de l’Antiquité figurée grecque, étrusque et romaine, qui révèlent des points de vue très proches de ceux d’E. Gerhard. Le duc de Luynes est le premier « qui fait l’application à l’étude des vases peints, de connaissances chimiques étendues et d’expériences industrielles de grande précision »158. Cette voie avait été ouverte en France par Alexandre Brongniart (1770-1847), directeur du Musée céramique de Sèvres, dont le souci premier était de « dérouler l’histoire entière de la céramique antique depuis l’Égypte à la Susiane jusqu’aux produits gallo-romains ou germains de basse-époque159 ». Il est le premier à faire faire des recherches sur la composition et la fabrication des céramiques et à classer les poteries selon leurs caractères chimiques, suivant les principes établis par Cuvier et Linné pour les sciences naturelles. Il propose aux archéologues « des moyens de tirer de la nature des pâtes et des glaçures, de celle de la coloration, des caractères propres à distinguer les origines et même les époques des poteries découvertes dans des positions inconnues ou incertaines160 », fournissant ainsi un recours contre les difficultés de datation et de détermination des centres producteurs que rencontrent les philologues-archéologues en l’absence d’inscriptions.

  • 161 C. Lenormant et J. de Witte, op. cit., introduction, p. IX.
  • 162 E. Pottier, Catalogue de vases antiques de terre cuite du Louvre, Paris, 1896, introduction, p. 37.

94En effet, C. Lenormant (1802-1859) et J. de Witte, qui, à partir des éléments apportés par les vases de Vulci et le travail d’E. Gerhard, tentent de « déduire les données et les lois qui régissent, dans sa généralité, un domaine déjà si vaste161 », avouent leur embarras pour résoudre les problèmes posés en l’absence de textes : comment expliquer la présence de vases grecs dans des tombes étrusques, comment dater ces objets ? Ils passent par le biais de la numismatique, en comparant des peintures et celui des médailles dont la date d’émission est connue. Il faudra attendre la fin du xixe siècle, le développement des travaux de terrain en Grèce et l’adoption des méthodes d’observation stratigraphiques mises au point en Scandinavie, pour que la céramique, considérée jusque dans les moindres tessons, permette d’« établir les rapports des peuplades grecques entre elles, de retrouver la chronologie des cités disparues dans une période antérieure à tout document littéraire, antérieure même à l’usage de l’écriture dans le bassin méditerranéen162 » n’est qu’alors que l’archéologie se donnera des méthodes propres, indépendantes de celles de la philologie, pour les périodes d’au-delà de l’histoire.

  • 163 Complété en 1840 par J. Franz, Elementa epigraphicae graecae, Berlin.
  • 164 J. Leclant, « Une tradition : l’épigraphie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres », séanc (...)
  • 165 J. A. Letronne, Recueil des inscriptions grecques et latines d’Égypte dans leur rapport avec l’hist (...)
  • 166 J. Leclant, op. cit., p. 3.

95À la frontière de la philologie et de l’archéologie, l’épigraphie concourt, par l’essor qu’elle connaît dans ces années quarante du xixe siècle, au renouveau des études classiques en France. Dès 1828, A. Boeckh et J. Franz avaient entrepris le Corpus Inscriptionum Graecarum163 qui confirmait l’avance de l’Allemagne dans ce domaine. Pourtant, en France, J.-A. Letronne illustrait la philologie et apparaissait comme « le véritable fondateur des études modernes d’épigraphie classique164 » : dans son Recueil des inscriptions grecques et latines d’Égypte165, il mettait en œuvre une conception originale et ouvrait des voies nouvelles à l’épigraphie dont il fixait la méthode. Pour lui, « toutes les inscriptions, même les plus indifférentes, doivent être considérées comme autant de témoignages historiques166 ».

22. E. Gerhard, frontispice du premier volume des Monumenti inediti pubblicati dall’Instituto di Corrispondenza Archeologica, Rome, 1829-1833. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

23. Jean de Witte (1808-1889), photographié par E. Pirou. Album conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

24. Vases trouvés à Vulci et appartenant aux collections Candelori et Feoli. E. Gerhard les a choisis selon leur forme et illustrés lui-même pour son célèbre « Rapporto intorno i vasi Vulcenti », Monumenti inediti pubblicati dall’Instituto di Corrispondenza Archeologica, Rome, 1829-1833, pl. XXVI, vol. I. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.

25. Désiré Raoul-Rochette (1783-1854), Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils. Bibliothèque de l’Institut de France.

26. Jean-Antoine Letronne (1786-1848), Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825. Dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.

96Ce point de vue de Letronne coïncidait avec celui des archéologues à l’égard des objets et des monuments. Cependant, il meurt en 1848 sans laisser de disciple et l’épanouissement de l’épigraphie en France s’en trouve encore différé.

  • 167 Ph. Le Bas (1794-1860), Sur l’utilité que l’on peut tirer de l’épigraphie pour l’intelligence des a (...)
  • 168 S. Reinach, Bibliothèque des monuments figurés grecs et romains. 1. Voyage archéologique en Grèce e (...)
  • 169 S. Maffei, Piano proposito della nuova Società Veronese a tutti i dotti e a tutti i studiosi d’Euro (...)
  • 170 Comte Bartolomeo Borghesi (vers 1781-1860). Numismate et épigraphiste italien ; cf. « Bartolomeo Bo (...)
  • 171 José-Marie-Adolphe Noël des Vergers (1805-1867). Notes à M. Letronne sur les divers projets d’un Re (...)

97En ce qui concerne l’épigraphie latine, un projet français de corpus des inscriptions est conçu par Philippe Le Bas en 1829167. Précepteur à Rome des enfants de la reine Hortense, il avait été au contact des épigraphistes italiens, Borghesi, Cardinali, Bondi, et de Gerhard et Panofka, dans ces années où se préparait la fondation de l’Institut de correspondance archéologique168. En Italie, Scipione Maffei avait, dès 1732, jeté les bases de l’épigraphie scientifique, en préconisant et pratiquant l’examen critique des inscriptions et la lecture des originaux. Il avait d’autre part proposé aux savants de toute l’Europe un projet de collaboration pour un corpus des inscriptions antiques169. Le maître de l’épigraphie latine, Bartolomeo Borghesi170, collabore aux publications de l’Institut de correspondance archéologique par de nombreuses contributions à partir de 1830 alors que E. Braun, premier secrétaire de 1837 à 1856, s’attache à y faire la place égale à l’épigraphie et à l’archéologie. C’est lui qui encourage W. Henzen (1846-1887) à se mettre à l’école de B. Borghesi, qui a par ailleurs promis son aide pour le recueil de tous les textes épigraphiques latins, projeté en France par l’Académie des inscriptions. L’entreprise française n’est pas menée à son terme, mais est relancée en 1843 par une Commission épigraphique créée au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres qui reprend le projet de corpus de 1829 sans le faire aboutir. Nouvelle tentative en 1847 à l’initiative d’Adolphe Noël des Vergers171 qui est alors contacté par W. Henzen au moment où T. Mommsen séjourne à Rome et rend visite à Borghesi à Saint-Marin.

98Les Études osques de Mommsen parues en 1845-1846 sont les prémices du Corpus Inscriptionum Latinarum, dont la publication commencera à Berlin en 1863. Faute d’avoir su faire aboutir une entreprise dont elle avait eu l’initiative, la France devrait se contenter de l’honneur de publier les œuvres de B. Borghesi.

  • 172 P. le Bas, Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure 1842-1844, publié par S. Reinach en 188 (...)

99Quant à P. Le Bas, maître de conférence à l’École normale supérieure, il y fait naître une école épigraphique d’où sortiront Wallon et Duruy. Il est chargé de l’explication des monuments rapportés par l’expédition de Morée, puis d’une mission en Grèce et en Asie Mineure172, où il recueillera quelque cinq mille inscriptions.

  • 173 F. de Saulcy, Essai de classification des monnaies autonomes de l’Espagne, Metz, 1840 id., Recherch (...)
  • 174 Fondateur en 1836 de la Revue numismatique, reprise par Adrien de Longpérier et Jean de Witte.
  • 175 C. Lenormant, Trésors de numismatique et de glyptique, Paris, 1834-1850.
  • 176 L. de la Saussaye, Essai sur les monnaies des rois de la Perse de la dynastie sassanide, Paris, 184 (...)

100Le réveil des études d’érudition que connaît la France vers 1840 concerne aussi la numismatique. La longue tradition française est perpétuée par une riche école représentée par Félix de Saulcy173, Louis de la Saussaye174, Charles Lenormant175, Adrien de Longpérier176 ou Charles Robert.

  • 177 Henri Adrien Prévost de Longpérier (1816-1882). Conservateur au Louvre.

101Vers 1840, la « Altertumswissenschaft », telle qu’elle est définie outre-Rhin, bénéficie du concours de la philologie et d’une archéologie qui a adopté les méthodes de sa sœur jumelle : une « science des objets et des monuments » s’est constituée et s’est pourvue d’outils de recherche, catalogues et corpora. Cependant, la découverte de l’Orient, qui a commencé par l’Égypte et se poursuit par celle de la Mésopotamie, met en perspective les civilisations grecque et latine, dont on soupçonne désormais qu’elles ont été précédées et préparées par d’autres cultures beaucoup plus anciennes, pour lesquelles les textes font défaut et auxquelles ne peuvent s’appliquer les méthodes philologiques. Ainsi, J.-F. Champollion voyait-il en Égypte l’origine de l’architecture grecque et concevait-il pour cette civilisation une origine qui outrepassait très largement le terminus post quem fixé par la Bible. Les monuments assyriens rapportés de Khorsabad par P.- É. Botta suggèrent à A. de Longpérier les échanges entre l’Orient et le monde hellénique : « Dès une époque très reculée, il a dû exister de fréquentes communications entre Chypre, Rhodes, la Crète et la Sicile et les école d’artistes crétois, rhodiens et siciliens auront reçu des leçons et des modèles de ces habiles sculpteurs assyriens177. »

***

102À l’approche de 1830, l’archéologie européenne, depuis que J. Spon en a fait « la défense et illustration », a été définie dans son objet, ses principes et ses méthodes, et ses rapports à la philologie et à l’histoire ont été clairement énoncés. L’Institut de correspondance archéologique de Rome est la première forme d’organisation de l’archéologie officielle et internationale et annonce le grand mouvement de création d’institutions archéologiques en France au lendemain de la Révolution de 1830, considérée comme leur victoire par les historiens libéraux qui accèdent au pouvoir.

  • 178 Société royale des antiquaires de France, fondée en 1814 mais précédée par l’Académie celtique, cré (...)
  • 179 Deviendra Société française d’archéologie.
  • 180 Arcisse de Caumont (1801-1873). Cf. F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », dans (...)
  • 181 A. de Caumont, Histoire de l’architecture religieuse, civile et militaire, Caen, 1830-1841, 6 vol. (...)
  • 182 Congrès archéologiques de France instaurés en 1834.
  • 183 C. Jullian, Notes sur l’histoire en France au xixe siècle, Paris, 1897, p. LXXVI de la réédition, P (...)

103En matière d’archéologie, l’action de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et des sociétés savantes178 se trouve renforcée par celle de la Société pour la conservation et la description des monuments historiques179, qu’Arcisse de Caumont180 fonde en 1834 et par la création des comités des travaux historiques dont l’initiative revient à F. Guizot. L’antiquaire normand, par son Cours d’antiquités monumentales181, et les congrès qui réunissent chaque année les savants des provinces dans une ville différente182, suscite un immense élan en faveur du patrimoine médiéval et élabore, pour les périodes historiques, une méthode typologique d’étude des monuments. Ce sont ces circonstances qui expliquent que « l’histoire purement scientifique, dégagée de tout souci littéraire ou de toute préoccupation politique, l’érudition objective et désintéressée [ait eu], sous le règne de Louis-Philippe, un éclat presque supérieur à celui dont elle avait brûlé en France, au temps des Bénédictins183 ». Les études érudites, dont E. Gibbon déplorait le déclin à la fin du xviiie siècle, bénéficient d’une spectaculaire réhabilitation et apportent à l’histoire les ressources des méthodes critiques et philologiques.

  • 184 Ibid., p. XXXIX.
  • 185 E. Burnouf, Mémoire sur deux inscriptions cunéiformes trouvées près d’Hamadan, Paris, 1836.

104En ces années d’effervescence, en Italie et en Grèce, voyageurs, architectes, archéologues, multiplient les découvertes et les travaux qui élargissent considérablement la connaissance de l’Antiquité classique. En Orient, les premiers jalons de la recherche ont été plantés : l’expédition d’Égypte permet à J.-F. Champollion d’ouvrir une nouvelle province de l’archéologie. L’orientalisme, brillamment représenté en France par J.-J. Barthélemy, « inventeur » de l’alphabet phénicien, ou encore par Abel Rémusat et Silvestre de Sacy, est à la veille d’une véritable épiphanie : Eugène Burnouf (1801-1852), par qui de chose française184 », 1836 des cunéiformes185, quelques années avant que P.- É. Botta ne fasse entrer au Louvre les dépouilles du palais de Sargon à Khorsabad et ne révèle l’art assyrien à l’Europe ébahie.

  • 186 O. Klindt-Jensen, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, Thames & Hudson, 1975.
  • 187 G. Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, Duckworth, 1975, p. 38 sq.
  • 188 Christian Jurgensen Thomsen (1788-1865). Premier conservateur du Musée national de Copenhague.

105Dorénavant, l’Orient se partage l’intérêt des philologues, archéologues et historiens avec le monde classique dont il devient de plus en plus évident qu’il a subi des influences et s’est formé au contact du monde oriental. L’Égypte repousse considérablement les limites de l’histoire et Champollion a l’intuition de sa préhistoire, alors qu’au nord de l’Europe, les Scandinaves explorent la leur186 et élaborent des méthodes pour sa connaissance : les antiquaires scandinaves mettent en évidence la spécificité d’une méthode strictement archéologique, fondée sur la typologie des objets, qui, par classement et comparaison, permet de déterminer une chronologie relative187. C. Thomsen, dans son Guide du musée de Copenhague188, expose et diffuse en 1836 la théorie des Trois Âges, qui est déduite de l’observation directe des contextes des trouvailles.

  • 189 Jacques Boucher Crèvecœur de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes, 3 vol., Paris, 1847- (...)

106J. J. A. Worsaae (1788-1865), préfigurant le « cross dating » d’O. Montelius et de Flinders Petrie, mettra au point la technique de la synchronie qui consiste, par comparaison avec le même type d’objets trouvés dans un contexte méditerranéen historiquement daté, à situer les objets découverts dans le nord de l’Europe dans une chronologie absolue. Certes, il faudra attendre le « choc » que provoquera la découverte de la préhistoire grecque à Troie et Mycènes, pour que ces acquis se répercutent sur l’archéologie classique et permettent de surmonter les difficultés rencontrées par les philologues-archéologues pour dater des objets sans le recours des textes. Cependant, le terrain est préparé pour les échanges entre la préhistoire que Jacques Boucher Crèvecœur de Perthes fonde en France189 et cette archéologie qui s’est constituée depuis le début du xviiie siècle.

Notes

1 Jacob Spon (1647-1685). Médecin et érudit lyonnais. Miscellanae eruditae antiquitatis, 3 vol., Lyon, 1679-1685.

2 Réponse à la critique publiée par M. Guillet, 1679.

3 Référence à J. Boucher Crèvecœur de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes, Paris, 1847-1864. Nous faisons allusion aux progrès simultanés de l’archéologie orientale et de l’archéologie préhistorique en Occident puis en Orient.

4 A. L. Millin, Introduction à l’étude des monuments antiques, Paris, 1796-1826.

5  L’Archéologie. Sur l’étude des vases peints antiques », Revue archéologique, 1, 1844, p. 3 sq.

6 A. L. Millin, op. cit.

7 A. Momigliano, « L’histoire ancienne et l’antiquaire », dans Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, 1983, p. 244-293.

8 J. Mabillon, De re diplomatica, Paris, 1681.

9 B. De Montfaucon, Paleographia graeca sive de ortu et progressu litterarum graecarum et variis omnium saeculorum scriptionis graecae generibus, Paris, 1708.

10 A. Momigliano, op. cit., p. 244.

11 B. De Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, Paris, 1719-1724.

12 Ibid., introduction : cité par A. Schnapp, « Modèle naturaliste et modèle philologique dans l’archéologie européenne du xvie au xixe siècle », Historiografia de la arqueologia, Madrid, Ministerio de Cultura, 1991, p. 19.

13 B. de Monfaucon, Antiquité expliquée et représentée en figures, Paris, 1719, t. V, 2e partie, p. 194 sq.

14 Lettre du 14 juin 1723.

15 Thomas Dempster (1579-1625). Professeur à de Pise, De Etruria Regali, Florence, 1723.

16 M. Cristofani, « mythe en entre le xvie et xviiie siècle catalogue de l’exposition du Grand Palais, Les Étrusques et l’Europe, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1992.

17 Luigi Lanzi (1732-1810), Saggio di lingua etrusca e di altre nazioni di Italia, Florence, 1789.

18 J.J. Winckelmann, Histoire de l’art dans l’Antiquité, trad. Hubert, 3 vol., Paris, 1781, t. 1, p. 188.

19 G. B. Passeri, Picturae Etruscorum in vasculis, 3 vol., 1767-1775.

20 P.V. d’Hancarville, Collection ofEtruscan, Greek and Roman Antiquities from the Cabinet of the Homble W. Hamilton, Londres, 1766-1767.

21 P. Grimal, À la recherche de’Italie antique, Paris, Hachette, 1961, introduction, p. 7.

22 Ibid., p. 294-341. A. Momigliano, « La riscoperta della Sicilia antica da T. Fazello a P. Orsi », dans Storia della Sicilia, vol. I, Naples, 1979, p. 767-777 ; V. La Rosa, « “Archalologhia” e storiografia : quale Sicilia ? », dans Storia d’Italia. Le regioni dall’Unità a oggi. La Sicilia, Turin, 1987, p. 699-731.

23 Le prince de Torremuza fut « associé libre résident » de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, cf. J. Leclant, « L’Académie des inscriptions et belles-lettres... il y a deux cents ans », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1989.

24 N. Revett- J. Stuart, Antiquities of Athens mesured and delineated, Londres, 1761-1762, traduit en français et publié par l’éditeur Firmin-Didot en 2 tomes, Paris, 1808-1822.

25 Cité par R. et F. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990, p. 56.

26 Julien David Le Roy (1728-1803), architecte, professeur attaché à l’Académie d’architecture et membre de l’Institut de France.

27 J. D. Le Roy, Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris, 1758.

28 R. Chandler et W. Pars, Antiquities of Ionia, Londres, 1769-1797. Cf. D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984.

29 A. Hus, « Stendhal et les Étrusques », dans Mélanges J. Heurgon, 1, 1976, p. 462.

30 Johann Joachim Winckelmann (1717-1768). Cf. W. Schiering, « Zur Geschichte der Archäologie », et en particulier « I. Von Bernard de Montfaucon zu Johann Joachim Winckelmann », dans U. Hausmann, Allgemeine Grundlagen der Archölogie, Munich, 1969, p. 11-161.

31 Sendschreiben von den herculanischen Entdeckungen an der Reichsgrafen H. von Brühl, 1762. Nachrichten von den neuesten herculanischen Entdeckungen an H. Füssly, 1764. Lettres de Winckelmann à Bianconi, 1779.

32 Comte Anne Claude de Tubières de Caylus, Recueil d’antiquités égyptiennes, grecques, étrusques et romaines, 7 vol., Paris, 1752-1767.

33 J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Altertums, 1763.

34 Comte de Caylus, op. cit., avertissement du t. 1, cité par A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Éditions du Seuil, 1964, p. 83.

35 Point de vue de lord W. Hamilton, qui, pendant son séjour à Naples comme ambassadeur auprès du roi des Deux-Siciles, constitue une collection de vases « étrusques », et la fait publier par le chevalier P. V. d’Hancarville, dans le souci de procurer des modèles aux dessinateurs et peintres de son temps. Cf. R. M. Cook, Greek Painted Pottery, Londres, 1972 (2e éd.).

36 Comte de Caylus, op. cit., 1752, avertissement du t. 1.

37 G. Perrot, « Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours », Revue des Deux Mondes, 1er août 1880, p. 516-555.

38 A. Franklin-G. Perrot-G. Boissier, L’Institut de France, Paris, 1907, cf. le chapitre sur l’Académie des inscriptions et belles-lettres, rédigé par G. Perrot, p. 135-196. Cf. aussi J. Leclant, « L’Académie des inscriptions et belles-lettres il y a deux cents ans », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1989 ; id., « Trois cents ans de tradition », Revue des Deux Mondes, févr. 1993, p. 72-87 ; id., « L’Académie des inscriptions et belles-lettres », dans Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 101-197 ; id., « Des académies de l’Ancien Régime à l’Institut national du Directoire », Mélanges de l’École française Rome. Italie et Méditerranée, t. 108, 1996-2, p. 627-641.

39 Règlement ordonné par le Roi pour l’Académie royale des inscriptions et médailles, du 16 juillet 1791 : cité par G. Perrot, 1907, p. 148.

40 G. Perrot, ibid.

41 D. Poulot, Musée, patrimoine, nation, 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997.

42 Marquis Scipione Maffei (1675-1755). Littérateur et archéologue italien, fondateur de l’Académie de Vérone. Galliae Antiquitates quaedam selectae, Paris, 1733.

43 A. Buonopane, « Scipione Maffei agli studi di epigrafiaromana in colloque « Les archéologues et l’archéologie », dans Caesarodunum, XXVII, Tours, 1993, p. 180-197.

44 E. Babelon, Le Cabinet des médailles et antiquités de la Bibliothèque nationale. Notice historique et guide du visiteur. I. Les Antiques et les objets d’art, Paris, 1924.

45 G. Perrot, « L’Académie des inscriptions et belles-lettres », dans A. Franklin, G. Perrot, G. Boissier, L’Institut de France, Paris, 1907, p. 164.

46 En 1754.

47 En 1758, à partir de l’inscription bilingue de Malte « Reflexions sur quelques monuments phéniciens et sur les alphabets qui en résultent », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. 30, p. 405-427.

48 E. Babelon, op. cit., p. XII.

49 « Les recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1739-1945) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1945, p. 35-67.

50 Cité par A. Momigliano, « La contribution de Gibbon à la méthode historique », dans Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, 1983.

51 Bon-Joseph Dacier (1742-1833), Rapport historique sur les progrès de l’histoire et de la littérature ancienne, depuis 1789 et sur leur état actuel, Paris, F. Hartog éd., 1989.

52 Cf. K. Pomian, « Maffei et Caylus », dans Collectionneurs, Amateurs et Curieux, Paris-Venise, xvie-xviiie siècle, Paris, 1987, p. 195-211.

53 Ibid.

54 P. Nora, « À l’école du patrimoine », dans Jeunesse et patrimoine architectural, Liège, 1990, p. 22.

55 Cité par A. Chastel, « La notion de patrimoine », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II, La Nation, vol. 2, Paris, Gallimard, 1986.

56 J. Leclant, « L’Académie des inscriptions et belles-lettres », op. cit. ; id., « Des académies de l’Ancien Régime à l’Institut national du Directoire », op. cit.

57 L. Theis, « Guizot et les institutions de mémoire », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II, La Nation, vol. 2, op. cit.

58 P. Legrand d’Aussy, Mémoire sur les anciennes sépultures nationales et les ornements extérieurs qui en divers temps y furent employés, sur les embaumements, sur les tombeaux des rois francs dans la ci-devant église de Saint-Germain-des-Prés, et sur un projet de fouilles à faire dans nos départements, Paris, 1799 ; rééd. M. de Roquefort, 1824.

59 A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Éditions du Seuil, 1964,
p. 102.

60 X. Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1886, 3 vol., t. 1, p. CXX sq.

61 P. Marot, « L’essor de l’étude des antiquités nationales à l’Institut, du Directoire à la Monarchie de Juillet », Académie des inscriptions et belles-lettres, lecture faite dans la séance publique annuelle du 22 novembre 1963.

62 J.-P. Chaline, Sociabilité et Érudition. Les sociétés savantes en France. xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995.

63 A. L. Millin, Introduction à l’étude des monuments antiques, Paris, 1796-1826.

64 1807-1811.

65 C.-L. Clérisseau, Les Antiquités de la France, Paris, 1778 : premier ouvrage consacré aux monuments antiques de la Gaule.

66 Il fonde Le Magasin encyclopédique qu’il dirige de 1795 à 1816.

67 1808-1810, republié par S. Reinach en 1891 dans Peintures de vases antiques recueillies par Millin et Millingen, Paris.

68 C. Jullian, Notes sur l’histoire en France au xixe siècle, Paris, 1897, rééd. collection « Ressources », Paris-Genève, 1979, p. V.

69 Marie-Alexandre Lenoir (1761-1839). Cf. D. Poulot, « Alexandre Lenoir les musées des monuments français », P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II, La Nation, vol. 2, op. cit., p. 497-531.

70 C. Jullian, op. cit., p. VI.

71 J. Michelet, Le Peuple, p. XXVI.

72 C. Jullian, op. cit., p. VI.

73 C. Gould, Trophy of Conquest. The Musée Napoléon and the Creation of the Louvre, Londres, 1965.

74 Cf. C. Moati, À la recherche de la Rome antique, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1989.

75 Ennio-Quirino Visconti (1751-1818). Auteur du remarquable catalogue Museum Pio-Clementinum, Rome, 1784-1807. Cf. S. Settis, « Da centro a periferia : l’arheologia degli Italiani nel sec.XIX » dans L’Antichità classica nell’Ottocento, Atti del convegno Acquasparta 1988, L. Polverini éd., 1993.

76 E. Q. Visconti, Notice des statues, bustes et bas-reliefs de la Galerie des Antiques du Musée central des Arts, Paris, 1800, puis Supplément à la notice des Antiques du Musée Napoléon, Paris, 1811 et Description des Antiques du Musée royal, Paris, 1817.

77 Cette publication, suivie d’une pétition adressée au Directoire et signée par cinquante artistes pour appuyer les thèses de Quatremère de Quincy, est connue sous le titre Lettres à Miranda sur le déplacement des monuments de l’art de l’Italie ; cf. en dernier l’édition avec introduction et notes d’E. Pommier, Paris, 1989.

78 C. Moati, op. cit., p. 88.

79 C. Quatremère de Quincy, Lettres sur le préjudice…, Paris, 1796, p. 33.

80 M. Jonsson, La Cura dei monumenti alle origini. Restauro e scavo di monumenti antichi a Roma 1800-1830, Stockholm, 1986, p. 41-96.

81 A. Nibby et W. Gell, The Topography of Rome and its Vicinity, Londres, 1827. Tous deux sont les initiateurs Analisi storico-topographico-antiquaria della carta de’dintorni di Roma, Rome, 1837.

82 Cf. R. Étienne, La Vie quotidienne à Pompéi, Paris, Hachette, 1966 ; id., Pompéi, la ville ensevelie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1987 ; F. Zevi, La Storia degli scavi e la documentazione in Pompei (1748-1980). I tempi della documentazione, Rome, 1981 ; L. A Scatozza-Höricht, « Gli Studi archeologici », dans La Cultura classica a Napoli nell’Ottocento, Naples, 1987, p. 815-904.

83 A. Michaelis, Un secolo di scoperte archeologiche, Bari, 1912.

84 Comte J.-B. de Clarac (1777-1847). Conservateur au Musée du Louvre.

85 F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, 4 vol., Paris, 1813-1838, Cf. L. Mascoli, « Architectes, “antiquaires” et voyageurs français à Pompéi de la moitié du xviiie siècle à la fin du xix », dans Pompéi et les architectes français au xixe siècle, exposition Paris-Naples, École nationale supérieure des Beaux-Arts et École française de Rome, 1981, p. 3-55.

86 Ch. Picard, Les Recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1945.

87 Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1676 par J. Spon et G. Wheler, 2 vol., Lyon, 1678 ; au cours de ce voyage, J. Spon découvre, dans l’église de Kastri, une inscription portant le nom de Delphes, qui confirme la conviction de Cyriaque d’Ancône, qui, dès 1436, savait que Kastri était l’ancienne Delphes, et y avait relevé des inscriptions et repéré des monuments disparus à l’époque de Spon. Cf. P. Amandry, « Delphes oubliée », séance solennelle, Académie des inscriptions et belles-lettres, 27 novembre 1992.

88 R. et F. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, « Découvertes » Gallimard, Paris, 1990, p. 68.

89 Ibid., p. 69.

90 E. Q. Visconti, Mémoires sur les ouvrages de sculpture de la collection Elgin, Paris, 1816.

91 C. Quatremère de Quincy, Lettres à M. Canova sur les marbres Elgin, Rome, 1818.

92 R. et F. Étienne, op. cit., p. 75 ; A. Rhatje et G. Lund, « Danes overseas. A short history of Danish Classical Archaeological Fieldwork », dans « Recent Danish Research in Classical Archaeology. Tradition and Renewal », Acta Hyperborea, Copenhague, 1991, 11-56. P. O. Bröndsted philologue, et son beau-frère G. H. C. Koës (1728-1811) furent parmi les premiers Danois à visiter la Grèce. P. O. Bröndsted devint par la suite agent de la cour danoise au Vatican, puis conservateur de la collection royale de pièces et médailles et, enfin, professeur ordinaire de philologie et d’archéologie à Copenhague à partir de 1832.

93 F. Ravaisson, La Vénus de Milo, 1892 ; A. Pasquier, La Vénus de Milo et les Aphrodites du Louvre, Paris, 1985, p. 21-28.

94 Parues en 1807.

95 Publiée entre 1826 et 1830.

96 J.-F. Champollion, Lettres au duc de Blacas, Paris, 1824.

97 J.-F. Champollion, Lettres à Champollion-Figeac, citées par J. Lacouture, Champollion. Une vie de lumières, Paris, Livre de poche, 1988, p. 533.

98 E. Gerhard, « Rapporto intorno i vasi Volcenti », Annales de l’Institut de Correspondance de Rome, 3, 1831.

99 A. Blouet et al., Expédition scientifique de Morée, Paris, 1831-1838. F. L. Lucarelli, « Une archéologie philhellène : les relevés architecturaux de l’expédition scientifique de Morée (1829-1838) », La Grèce en révolte. Delacroix et les peintres français, 1815-1848, Paris, Réunion des musées nationaux, 1996, p. 75-81.

100 C. Picard, « Les recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1739-1945) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 115.19, 1945, p. 48.

101 Ludwig Ross (1806-1859). Archéologue allemand, professeur à l’université d’Athènes.

102 B. Petrakos, È en Athinais Archaiologikè Etaireia. È historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, Société archéologique d’Athènes, 1987, p. 248-253.

103 De la publication prévue par P. Le Bas sous le titre : Itinéraire, Inscriptions grecques, Monuments d’antiquité figurée, architecture, en douze vol. et quatre parties, seul paraîtra : Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure fait par ordre du gouvernement français pendant les années 1843 et 1844 et publié sous les auspices du ministère de l’Instruction publique, Paris, 1847-1848.

104 Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996.

105 C. Alexandre, « Mission en Grèce », Journal de l’instruction publique, 15 (1846) ; J. Guigniaut, « Notice sur la vie et les travaux de C. Alexandre », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1871.

106 « L’École française d’Athènes », Journal des débats, 25 août 1846.

107 G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École d’Athènes, Paris, 1901.

108 L. Reybaud, Jérôme Patureau à la recherche d’une position sociale, Paris, 1843.

109 C. Lévèque, « La fondation et les débuts de l’École française d’Athènes », Revue des deux Mondes, 1er Mars 1898.

110 E. Gandar, lettre à J. Guigniaut du 17 janvier 1849.

111 R. et F. Étienne, op. cit., p. 92 ; M. C. Helmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 191-222.

112 J. Heurgon, « La découverte des Étrusques au début du xixe siècle », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1973, p. 593.

113 L’Italia avanti il dominio dei Romani, Florence, 1810. Pour l’histoire de l’étruscologie, cf. M. Pallottino, Etruscologia, Milan, 1984.

114 J. Heurgon, op. cit., p. 593.

115 A. Hus, « Stendhal et les Étrusques », dans Mélanges Heurgon, Paris, 1976, t. 1, p. 467 sq.

116 G. Platz-Horster, « Eduard Gerhard et le Cabinet étrusque de l’Altes Museum de Berlin », dans le catalogue de l’exposition Paris-Berlin, Les Étrusques et l’Europe, Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, p. 362-366.

117 E. Gerhard, Etruskische Spiegel, Berlin, 1839-1867.

118 J. Heurgon, op. cit. : en 1827, les tombes de la Mer, des Inscriptions, du Baron, des Biges ; en 1830, la tombe du Triclinium ; en 1831, la tombe de la Querciola ; en 1832, les tombes du Mort et du Typhon ; en 1833, les tombes Giustiniani et de la Truie Noire. Cf. H. Blanck et C. Weber-Lehmann, Malerei der Etrusker in Zeichnungen des 19. Jahrunderts. Dokumentation von der Photographie aus dem Archiv des Deutschen Archaïologischen Instituts in Rom, Mayence, 1987.

119 D. Raoul-Rochette, Monuments inédits de l’Antiquité figurée grecque, étrusque et romaine, Paris, 1828-1829 ; D. Raoul-Rochette (1783-1854) avait été le premier à attirer l’attention du public sur les découvertes en Étrurie méridionale par sa « Notice sur la collection des vases peints et autres monuments de l’art étrusque appartenant à M. le Conseiller de cour Dorow », lettre de décembre 1828 lue devant l’Académie des inscriptions et celle des beaux-arts. Les tombes de Tarquinia, étudiées par Stackelberg et Kestner en vue d’une publication, bénéficiaient de l’interdiction ecclésiastique à quiconque d’exécuter de nouveaux relevés des peintures. Raoul-Rochette dénoncera ce « privilège absurde » dans l’article qu’il publie dès son retour à Paris : « Sur les grottes sépulcrales étrusques récemment découvertes près de Corneto, l’ancienne Tarquinium », Journal des Savants, 1828, p. 3-15 et 80-90. C’est ainsi que se déclenche une très vive polémique avec Stackelberg.

120 G. Colonna, « L’Aventure romantique », dans le catalogue de l’exposition Paris-Berlin, Les Étrusques et l’Europe, Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, p. 322-340.

121 P. Grimal, À la recherche de l’Italie antique, Paris, Hachette, 1961, p. 265.

122 Il découvre en 1840 l’hypogée des Volumnii.

123 Notizia di Vulcia, antica città etrusca, Macerata, 1829. Cf. G. Colonna, « Archeologia dell’età romantica in Etruria : i Campanari di Toscanella e la tomba dei Vipiniana », Studi Etruschi, XLVI, 1978, p. 81 sq.

124 A. Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine, Paris, Klincksiek, 1971 ; F. Buranelli, « Gli scavi a Vulci (1828-1854) di Luciano ed Alexandrine Bonaparte Principi di Canino », dans Luciano Bonaparte-le sue collezioni d’arte, le sue residenze a Roma, nel Lazio, in Italia (1804-1840), Rome, 1995.

125 Collection achetée en 1825 par le Musée du Louvre.

126 A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico germanico, 1829-1879, Rome, 1879 ; G. Rodenwaldt, Archäologisches Institut des Deutschen Reiches, 1829-1929, Berlin, 1929 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts. 1876 bis 1929, Mayence, von W. Deichmann, Vom internationalen Privatverein zur Preussischen Staatsanstalt. Zur Geschichte des Instituto di Corrispondenza Archeologica, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1986.

127 P. Grimal, À la recherche de l’Italie antique, op. cit., p. 267.

128 Baron Karl-Wilhelm von Humboldt (1767-1835). Poète, critique, philologue et homme d’État allemand.

129 Georg/Jorgen Zoëga (1755-1809). Archéologue danois, formé à l’université de Göttingen.

130 Barthold Georg Niebuhr (1776-1831). Historien allemand, né à Copenhague, fils de Karsten Niebuhr, géographe et auteur d’une célèbre expédition en Arabie, Inde, Perse, Mésopotamie et Égypte.

131 Baron Christian Karl Josias von Bunsen (1791-1860). Savant et diplomate allemand.

132 B. G. Niebuhr et C. K. J. von Bunsen, Beschreibung Roms, Berlin, 1830.

133 E. Gerhard, Antike Bildwerke zum ersten Mal bekannt gemacht, Berlin, 1827-1843.

134 E. Vinet, L’Art et l’Archéologie, Paris, 1874, p. 56.

135 Le ministère de l’Instruction et des Cultes de Prusse l’a chargé d’acquérir en Italie des œuvres étrusques pour le Musée royal qui sera inauguré en 1830 à Berlin. Cf. G. Platz Horster, « E. Gerhard et le cabinet étrusque de l’Altesmuseum de Berlin », dans le catalogue de l’exposition, Les Étrusques et l’Europe, Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, p. 362-365.

136 T. Panofka, Musée Blacas, Paris, 1830.

137 E. Vinet, L’Art et l’Archéologie, Paris, 1874, p. 118.

138 Annales de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, publiées en français et en italien, dont le numéro un paraît en 1829.

139 Baron Jean de Witte (1808-1889). Archéologue belge résidant à Paris dès l’adolescence ; il est l’auteur de nombreux catalogues de collections de vases et de bronzes et, avec C. Lenormant, publie L’Élite des monuments céramographiques, Paris, 1837-1861.

140 Karl Ottfried Müller (1797-1840). Die Etrusker, Göttingen, 1829.

141 O. Jahn, Beschreibung der Vasensammlung Königs Ludwigs in der Pinacothek zu München, Munich, 1854, p. XVI, cité par S. Reinach, Peintures de vases antiques recueillies par A.L. Millin (1808) et J. Millingen (1813), Paris, 1891.

142 A. F. Gori, Museum Etruscum, Florence, 1737-1743.

143 Cf. R. M. Cook, Greek Painted Pottery, Londres, 1972, 2e éd., chap. 15, « The history of vases painting ».

144 J. J. Winckelmann, Histoire de l’art dans l’Antiquité, trad. Hubert, Paris, 1781, 3 vol., t. 1, p. 188, cité par P. Grimal, À la recherche de l’Italie antique, op. cit., p. 247.

145 Collection of Engravings from Ancient Vases mostly of pure greek Workmanship, Londres, 4 vol., 1791-1795.

146 L. Lanzi, De’vasi antichi dipinti volgarmente chiamati etruschi, Florence, 1806.

147 Otto Jahn (1813-1869). Philologue et archéologue classique, historien de la musique, biographe de Goethe. Beschreibung der Vasensammlung Königs Ludwigs in der Pinacothek zu München.

148 A. Dumont et J. Chaplain, Peintures céramiques de la Grèce propre, Paris, 2 vol., 1888-1890.

149 G. B. Passeri, Picturae Etruscorum in Vasculis, 3 vol., 1767-1775.

150 S. Reinach, 1891, op. cit., introduction.

151 K. A. Böttiger, Grieschiche Vasengemälde, Weimar-Magdebourg, 1797-1800.

152 T. Panofka, Musée Blacas, Paris, 1830.

153 S. Reinach, 1891, op.cit., introduction, p. V.

154 E. Gerhard, Grundriss der Archäologie, Berlin, 1853, cité par C. B. Stark, Systematik und Geschichte der Archäologie derKunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich, 1969, p. 11.

155 Cf. E. Gerhard, Sechszehn Thesen über Archäologie als monumentale Philologie, Berlin, 1850.

156 Annali, 3 (1832), p. 111.

157 C. B. Stark, op. cit., p. 367 « Gerhard ist darin der Caylus des neunzehnten Jahrhunderts geworden, aber mit allen Vorzügen eben der heutiger philologischen Wissenschaft. »

158 C. Lenormant et J. de Witte, Élite des monuments céramographiques, Paris, 1844, p. XVII, à propos de la Description de quelques vases peints étrusques, italiotes, siciliens et grecs, Paris, 1840, du duc Albert de Luynes.

159 Avant-propos d’E. Pottier pour Madeleine Massoul, CVA Musée national de Sèvres. France, 13, Paris, 1935.

160 A. Brongniart, Traité des arts céramiques ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, Paris, 1844, préface p. XIX.

161 C. Lenormant et J. de Witte, op. cit., introduction, p. IX.

162 E. Pottier, Catalogue de vases antiques de terre cuite du Louvre, Paris, 1896, introduction, p. 37.

163 Complété en 1840 par J. Franz, Elementa epigraphicae graecae, Berlin.

164 J. Leclant, « Une tradition : l’épigraphie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres », séance publique de l’Institut de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, 18 novembre 1988. J.-A. Letronne (1787-1848), philologue et épigraphiste classique, succède à J.-F. Champollion à la chaire d’archéologie du Collège de France, qu’il occupe de 1837 à 1848.

165 J. A. Letronne, Recueil des inscriptions grecques et latines d’Égypte dans leur rapport avec l’histoire politique, l’administration intérieure, les institutions civiles et religieuses dans ce pays, depuis la conquête d’Alexandre jusqu’à celle des Arabes, Paris, 1842-1848.

166 J. Leclant, op. cit., p. 3.

167 Ph. Le Bas (1794-1860), Sur l’utilité que l’on peut tirer de l’épigraphie pour l’intelligence des auteurs anciens, Paris, 1829.

168 S. Reinach, Bibliothèque des monuments figurés grecs et romains. 1. Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure (Le Bas 1842-1844), Paris, 1888.

169 S. Maffei, Piano proposito della nuova Società Veronese a tutti i dotti e a tutti i studiosi d’Europa per redure in un corpo tutte le antiche iscrizioni romane e greche e gentile e cristiane, Vérone, 1732.

170 Comte Bartolomeo Borghesi (vers 1781-1860). Numismate et épigraphiste italien ; cf. « Bartolomeo Borghesi. Scienza e libertà », colloque de l’Association internationale d’épigraphie grecque et latine, 1981, Bologne, 1982.

171 José-Marie-Adolphe Noël des Vergers (1805-1867). Notes à M. Letronne sur les divers projets d’un Recueil général des inscriptions latines de l’Antiquité, Paris, 1847.

172 P. le Bas, Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure 1842-1844, publié par S. Reinach en 1888.

173 F. de Saulcy, Essai de classification des monnaies autonomes de l’Espagne, Metz, 1840 id., Recherches sur la numismatique judaïque, Paris, 1854.

174 Fondateur en 1836 de la Revue numismatique, reprise par Adrien de Longpérier et Jean de Witte.

175 C. Lenormant, Trésors de numismatique et de glyptique, Paris, 1834-1850.

176 L. de la Saussaye, Essai sur les monnaies des rois de la Perse de la dynastie sassanide, Paris, 1840.

177 Henri Adrien Prévost de Longpérier (1816-1882). Conservateur au Louvre.

178 Société royale des antiquaires de France, fondée en 1814 mais précédée par l’Académie celtique, créée en 1804. La Société asiatique est fondée en 1822.

179 Deviendra Société française d’archéologie.

180 Arcisse de Caumont (1801-1873). Cf. F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, vol. II, La Nation, t. 2.

181 A. de Caumont, Histoire de l’architecture religieuse, civile et militaire, Caen, 1830-1841, 6 vol. Cours professés à partir de 1824.

182 Congrès archéologiques de France instaurés en 1834.

183 C. Jullian, Notes sur l’histoire en France au xixe siècle, Paris, 1897, p. LXXVI de la réédition, Paris-Genève, 1979.

184 Ibid., p. XXXIX.

185 E. Burnouf, Mémoire sur deux inscriptions cunéiformes trouvées près d’Hamadan, Paris, 1836.

186 O. Klindt-Jensen, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, Thames & Hudson, 1975.

187 G. Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, Duckworth, 1975, p. 38 sq.

188 Christian Jurgensen Thomsen (1788-1865). Premier conservateur du Musée national de Copenhague.

189 Jacques Boucher Crèvecœur de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes, 3 vol., Paris, 1847-1864.

Table des illustrations

Légende 3. James « Athenian » Stuart (1713-1788), portrait en frontspice du premier volume des Antiquités d’Athènes, publié en français par C. P. Landon, 2 vol., a tomes, Paris, imprimerie Firmin-Didot, 1808-1822. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende 4. Nicolas Revett, portrait en frontspice du tome IV des Antiquités d’Athènes, publié en français par C. P. Landon, 2 vol., 4 tomes, Paris, imprimerie Firmin-Didot, 1808-1822. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende 5. Athènes, vue de la façade orientale du Parthénon. On peut voir la mosquée aménagée à l’intérieur du temple. J. Stuart, N. Revett, Les Antiquités d’Athènes, publié en français par C. P. Landon, 2 vol., 4 tomes, Paris, imprimerie Firmin-Didot, 1808-1822, pl. IV du tome second. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 6. « Vue de quelques fragments d’un temple, situé dans un lieu de l’Attique appelé Thoreîon ». Au premier plan, des terrassiers procèdent à une fouille. J. D. Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, 2 vol., Paris, 1770, pl. II du tome I. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 7. Athènes, « Vue de l’extrémité occidentale du temple de Minerve poliade et le Pandrosium » (l’ensemble de l’Érechteïon) : Disdar Aga et son gendre Ibrahim Aga surveillent les fouilles qu’effectuent les ouvriers de Stuart et Revett pour découvrir les marches du soubassement et la base en dessous des caryatides. J. Stuart, N. Revett, Les Antiquités d’Athènes, publié en français par C. P. Landon, 2 vol., 4 tomes, Paris, imprimerie Firmin-Didot, 1808-1822, pl. XIX, fig. 1, tome second. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 8. Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), d’après C. Justi, Winckelmann und seine Zeitgenossen, 2e édition, Leipzig, 1898, vol. 1. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 9 et 10. A. C. P. de Tubières, comte de Caylus. En haut : frontispice du Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, Paris, chez Desaint et Saillant, 1752. Bibliothèque de l’Institut de France. En bas : pl. XXXIII, repésentant un canthare étrusque acquis par le comte de Caylus et ayant appartenu au cabinet du comte Peralta.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 11. Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795), portrait paru dans le recueil Les Cinq Cents Immortels, iconographie, conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 12. Baron Bon-Joseph Dacier (1742-1833), Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 13. Ennio-Quirino Visconti (1751-1818), médaillon des Planches de l’Iconographie romaine par le chevalier E. Q. Visconti, Paris, 1817. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 14. Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy (1755-1849), Iconographie de l’Institut royal de France, 1re livraison. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 15. Aubin-Louis Millin (1759-1818), Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825, dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 16. Pompéi. F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, 1824, pl. XXXIV, deuxième partie. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 17. Pompéi, vue de la basilique avec dessinateur, F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, 1829, pl. XVI, troisième partie. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 18. Temple d’Égine (Grèce). A. Blouet, A. Ravoisié, A. Poirot, F. Trézel, F. de Gournay, Expédition scientifique de Morée, Paris, Firmin-Didot frères, 1831-1838, pl. 38, vol. 3. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 19. Bassae (Grèce), temple d’Apollon, A. Blouet, A. Ravoisié, A. Poirot, F. Trézel, F. de Gournay, Expédition scientifique de Morée, Paris, Firmin-Didot frères, 1831-1838, pl. 30, vol. 2. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 20. Ciste d’un enfant trouvé à Athènes et fouillé par Stackelberg en 1813. O. M. von Stackelberg, Die Graeber der Hellenen, Berlin, 1837, pl. VIII. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 21. A. Blouet, frontispice du vol. 2, Expédition scientifique de Morée, Paris, Firmin-Didot frères, 1831-1838. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 22. E. Gerhard, frontispice du premier volume des Monumenti inediti pubblicati dall’Instituto di Corrispondenza Archeologica, Rome, 1829-1833. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 23. Jean de Witte (1808-1889), photographié par E. Pirou. Album conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 24. Vases trouvés à Vulci et appartenant aux collections Candelori et Feoli. E. Gerhard les a choisis selon leur forme et illustrés lui-même pour son célèbre « Rapporto intorno i vasi Vulcenti », Monumenti inediti pubblicati dall’Instituto di Corrispondenza Archeologica, Rome, 1829-1833, pl. XXVI, vol. I. Bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 25. Désiré Raoul-Rochette (1783-1854), Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 26. Jean-Antoine Letronne (1786-1848), Iconographie de l’Institut royal de France depuis 1814 jusqu’en 1825. Dessinés et lithographiés par J. Boilly. Bibliothèque de l’Institut de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7691/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site