Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Première partie. Les origines de l’archéologie scientifique (1719-1848)

Chapitre premier. Une science des objets et des monuments

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Depuis que Jacob Spon, le premier, en 1679, a donné au terme « archéologie » son sens moderne1, préconisé une méthode critique pour l’étude des inscriptions et soutenu la validité des témoignages archéologiques2, la « science archéologique » s’est construite et organisée, d’abord dans le domaine privilégié par les humanistes de la Renaissance, celui des civilisations grecque et romaine, puis de plus en plus loin vers l’Orient et jusqu’à un passé « antédiluvien3 ».

En se donnant un objet propre et des règles spécifiques, l’archéologie se distingue de la pratique des collectionneurs aussi bien que de la philologie et de l’histoire philosophique. Mais, de la définition qu’en donne Aubin-Louis Millin en 17964 à celle de Charles Lenormant dans le premier numéro de la Revue archéologique en 18445, on peut mesurer la distance creusée par les successeurs de Caylus et Winckelmann et les « inventeurs » de l’Égypte et de la Mésopotamie.

Pour Millin, en effet, est archéologue et plus vulgairement...

© CNRS Éditions, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540