Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Naissance de l’archéologie moderne

Remerciements

Texte intégral

1Avant que le vaillant lecteur n’entreprenne courageusement la découverte de cette histoire de l’archéologie, je voudrais qu’il sache ce qu’elle doit à tous ceux qui m’ont soutenue, encouragée et aidée à des titres très divers. Qu’il me soit tout d’abord permis d’évoquer ici la mémoire toujours si vivante de Jacques Heurgon, membre de l’Institut, qui, à la Sorbonne, a guidé mes premiers pas sur la voie de cette recherche dont il a eu la joie de voir le terme.

2Ce livre est le fruit de longs travaux qui n’ont pu être menés à bien que grâce à l’intérêt constant et… patient dont ils ont bénéficié de la part de M. Jean Leclant, Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de M. André Laronde, professeur à la Sorbonne, qui ont bien voulu lire ce texte et le soumettre à l’épreuve de leur très haute compétence. Les conseils de M. Dominique Briquel, professeur à la Sorbonne, m’ont été précieux ainsi que l’analyse très attentive et constructive que Mme Fanette Laubenheimer, directrice de la revue Gallia, a bien voulu faire du manuscrit.

3Ce travail repose sur une très vaste documentation recueillie auprès de nombreuses institutions en France et à l’étranger. Sans pouvoir les nommer tous, je voudrais exprimer ma reconnaissance à ceux qui ont facilité mon travail et l’ont rendu fructueux et agréable : à Paris, aux archives du ministère des Affaires étrangères, des Musées de France ou encore aux Archives nationales ; à Rome, où l’École française et l’Institut archéologique allemand m’ont ouvert les trésors de leur bibliothèque et où la possibilité m’a été offerte de consulter les archives et la bibliothèque du Vatican ; à l’université de Tübingen et au Römischgermanisches Museum de Mayence, où j’ai pu non seulement consulter les publications les plus récentes mais surtout bénéficier de très riches échanges. Je voudrais souligner ici ce que je dois à la disponibilité et à la bienveillance de Mme Dumas, conservateur général honoraire, de Mme Pastoureau, directeur et conservateur général de la Bibliothèque de l’Institut de France, et de M. Petitmengin, directeur de la bibliothèque des Lettres de l’École normale supérieure. L’illustration de cet ouvrage leur doit infiniment puisqu’ils ont eu la générosité de permettre la reproduction des documents conservés dans leurs collections. Que Mme Chassagne, conservateur à la Bibliothèque de l’Institut de France, qui m’a constamment honorée de son intérêt et m’a apporté une aide inestimable, trouve ici l’expression de ma plus chaleureuse reconnaissance.

4Je voudrais adresser mes plus vifs et sincères remerciements à tous ceux qui m’ont accordé leur confiance et m’ont invitée à prendre la parole lors de congrès et colloques où l’histoire de l’archéologie pouvait intervenir ; ce fut le cas bien sûr en France, mais aussi en Belgique, au Danemark, en Espagne, en Grèce ou aux États-Unis. Enfin, je me souviens avec une émotion toute particulière des étudiants et des collègues qui ont participé aux séminaires sur l’histoire de l’archéologie que l’on m’a confiés à l’Université Libre de Bruxelles, à l’Université de Saragosse et à celle d’Arizona à Tucson.

5Comment mesurer enfin ce que ce livre, sous sa forme achevée, doit à l’équipe de CNRS Éditions, Thomas Mourier son éditeur, Huguette Champs et Lise Beninca, avec qui j’ai partagé de longues mais très agréables séances de travail ?

6Qu’il me soit enfin permis d’affirmer que rien n’aurait été possible sans la patience et l’attention constantes dont ont fait preuve Jean, Julien et Laure ; le a le sacrifice part considérable de son temps pour réaliser les très nombreux clichés photographiques nécessaires à l’illustration ; les seconds ont accepté de grandir dans une atmosphère très studieuse !

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site