Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

V. Diplomés maghrebins en France : des individus en sursis migratoire?

Les étudiants maghrébins en France dans les années quatre-vingt-dix. Trajectoires migratoires et mobilisations familiales

Abdelkader Latreche

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1L’entrée dans le monde de l’immigration des étudiants maghrébins est un moment d’un processus de socialisation plus vaste qui commence parfois avant, au pays d’origine. On voudrait montrer ici, en nous appuyant sur une enquête ayant permis de reconstituer les trajectoires des étudiants maghrébins en région parisienne, combien cette séquence résulte de conduites, plus ou moins actives, et suggérer que ces conduites renvoient à la dimension problématique de leurs trajectoires dans sa triple composante : universitaire, professionnelle et sociale. Compte tenu de l’hétérogénéité des parcours au travers desquels se réalise la migration universitaire, la notion de mobilisation familiale paraît pertinente dans l’accomplissement de sa réussite (Zaïhia Zéroulou, 1985 et 1987). Elle nous permet de rendre compte des attentes familiales à l’égard de la migration.

2Intégrer la notion de mobilisation dans la compréhension des études en France, c’est souligner la dimension active des déterminants sociologiques à la migration sans gommer le poids des motivations personnelles qui la préforment. La diversité, les contradictions, l’ambiguïté qui caractérisent souvent la mobilisation familiale imposent aux étudiants un important travail d’interprétation et de transformation de cette adhésion collective à la migration. On s’inscrit ici dans une perspective « rentabiliste » de la migration auquel l’étudiant ne peut qu’adhérer pour ne pas s’opposer aux siens.

  • 1 Nous avons élaboré un échantillon de 10 % d’étudiants algériens, marocains et tunisiens à la lumièr (...)

3Notre cadre de référence sera l’enquête réalisée en 1995 auprès des étudiants algériens, marocains et tunisiens inscrits dans les universités de la région parisienne1. Il s’agit de personnes venues poursuivre leurs études supérieures en France après avoir obtenu un diplôme dans leur pays d’origine et dont les parents résident à l’étranger.

4Dans un premier temps, on décrira les effets de la diversification de l’enseignement supérieur sur la migration. Cinq facteurs seront identifiés : le moment de la migration, le diplôme à la migration, le choix des études, l’influence de la variable « sexe » et les origines socioculturelles des étudiants.

5Examinées de près, les trajectoires sociales des étudiants ne sont pas celles d’une stricte reproduction sociale. Seule une minorité d’entre eux sont des enfants de médecins, d’ingénieurs ou de cadres supérieurs diplômés de l’enseignement supérieur. Les plus nombreux sont issus de familles de cadres intermédiaires ou d’origine modeste. Les étudiants migrants sont donc aux prises avec un héritage ou un capital culturel ambivalent. Leur migration a été guidée davantage par une mobilisation familiale valorisant des études dans une université française, la Sorbonne notamment (le mythe mobilisateur du Sobonnard), que par une logique d’excellence. Celle-ci produit aussi une adhésion de la famille au projet migratoire.

6Mais pour bien saisir les facteurs explicatifs de la migration universitaire et des projets d’études à l’étranger, il est nécessaire de faire un bref détour par la situation de l’enseignement supérieur dans les pays d’origine.

Migrations étudiantes et processus de diversification de l’enseignement supérieur dans les pays d’origine

7Ces dernières décennies, la population scolaire s’est considérablement accrue dans les pays du Maghreb (tableau 1). Au début des années soixante, où le niveau d’instruction ne dépassait pas le certificat d’étude, l’accès à l’enseignement était un privilège. Trente ans plus tard, en 1995, les personnes scolarisées représentent plus du quart de la population totale. Cette évolution doit beaucoup à la place de l’Éducation dans les programmes de développement et aux efforts entrepris par les nouveaux États pour faire bénéficier les enfants du Maghreb des bienfaits de l’enseignement. Les premiers signes de cette « explosion » sont l’allongement de la vie scolaire et l’amélioration des niveaux (taux) de fréquentation du système scolaire.

TABLEAU 1. Évolution de la scolarisation au Maghreb

TABLEAU 1. Évolution de la scolarisation au Maghreb

Les réformes des systèmes éducatifs (dans le 1er et 2e niveau) expliquent à elles seules les variations numériques à travers les décennies.
Source : Annuaire statistique d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie.

  • 2 Eu égard à la structure de la population, le taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur au (...)

8Le développement du système universitaire au Maghreb a permis l’ouverture de nouvelles disciplines scientifiques et a favorisé une relative « démocratisation » de l’enseignement supérieur : des milieux sociaux jusque là « exclus » ont pu y accéder. Cette diversification de l’offre en formation universitaire relève beaucoup plus de changements morphologiques multiples des systèmes éducatifs que de considérations démographiques2. Aussi, le processus de diversification de l’enseignement supérieur peut-il être analysé à partir de deux éléments « internes » à l’institution : la décentralisation universitaire et la spécialisation.

La décentralisation de l’enseignement supérieur

9En Algérie, au Maroc et en Tunisie, le fait le plus marquant de ces dernières années est certainement la multiplication des universités et des centres d’enseignement supérieur. Si, au début des années soixante, les structures de l’enseignement supérieur se limitaient aux établissements hérités de la période coloniale, la décennie quatre-vingt a connu la naissance de nouveaux pôles d’enseignement supérieur situés dans des villes de province. Ces centres d’enseignement s’insèrent dans des pôles économiques corollaires aux centres urbains d’une certaine importance.

10La régionalisation des universités est souvent présentée par les gouvernements maghrébins comme un moyen de stimuler le développement des régions de l’intérieur en vue de rapprocher les centres de formation supérieurs des activités économiques et ceci, afin de créer une dynamique locale nouvelle (Marie-Paule Brugnes, 1984). Elle constitue aussi un indicateur de la diversification du recrutement des étudiants. Le mouvement de régionalisation se pose comme un facteur de modification de l’origine géographique et sociale des étudiants, ayant des incidences directes sur les flux universitaires nationaux et transnationaux. Les universités régionales peuvent être alors abordées comme des équipements qui génèrent des nouvelles classes, notamment les classes moyennes.

11Les universités nouvelles créent une demande régionale immédiate, parce qu’elles renforcent le poids des étudiants originaires des villes de province. Au Maroc, pour lequel nous disposons d’une enquête, la diversification spatiale a inversé la distribution des étudiants. Si, en 1985, plus d’un étudiant sur deux fréquentait une université de province, il en était tout autrement au début des années soixante-dix : concentration de presque neuf étudiants sur dix (86,9 %) à Rabat. La diversification de la « carte universitaire » a non seulement généré des demandes locales nouvelles, mais elle a aussi inversé la distribution spatiale des étudiants.

Le processus de spécialisation de l’enseignement supérieur

12L’autre signe de l’accroissement de l’enseignement supérieur au Maghreb est la naissance de nouveaux besoins en formation et l’autonomisation de certaines disciplines. L’explosion des effectifs en tant qu’expression spontanée trouve probablement son origine dans cette perspective interne.

13Le développement quantitatif du système d’enseignement supérieur s’est effectué de façon déséquilibrée et diversifiée selon les contextes nationaux (tableau 2). En Algérie, par exemple, la diversification a surtout profité aux sciences fondamentales et aux filières médicales, attirant plus de 60 % des étudiants. Dans le cas algérien, l’« option scientifique et technologique » a constitué le principal objectif du Premier et Second Plan Quinquennal (Mohamed Bouchikhi, 1988). Elle devait répondre aux exigences des secteurs productifs. Cette orientation, symbole de modernisme, signifie la sacralisation de la technique et de tout ce qui d’une certaine manière s’associe à elle. On pouvait discerner chez certains (…) la volonté d’effacer de la société toute forme de culture non technicienne (M. Haddab, 1980 : 155-172)).

14En revanche, pour le Maroc et la Tunisie, la diversification s’est orientée pour l’essentiel vers les disciplines à caractère juridique, économique, social et littéraire.

TABLEAU 2. Les étudiants au Maghreb selon la discipline d’étude en 1995

TABLEAU 2. Les étudiants au Maghreb selon la discipline d’étude en 1995

Source : Annuaire Statistique de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie

15La diversification de l’offre en terme de spécialisation est certainement sous-tendue par la diversification des contextes nationaux de formation, l’« offre » adopte plusieurs modalités. Elle est le résultat de plusieurs facteurs combinés : les politiques éducatives au plan national en interaction avec les groupes de pouvoir ; les pratiques liées à des dimensions proprement culturelles – la place, par exemple, d’un enseignement confessionnel -; les traditions d’orientation et le poids social et politique de certains groupes à des moments précis de l’histoire de chaque pays. S’ajoute à ce phénomène, le rôle des « filières courtes » axées sur l’acquisition de certaines compétences professionnelles et l’orientation des nouvelles universités dans le processus de diversification de l’offre. Ces facteurs combinés peuvent contribuer à la diversification, la création ou l’intégration de formations nouvelles ou, à l’opposé, à l’élimination de certains domaines d’études.

16Par ailleurs, l’expansion du système d’enseignement supérieur a entraîné la résorption des inégalités par sexe dans les trois pays (tableau 3).

  • 3 L’enquête de Victor Borgogno et de Lise Andresen-Vollenweider (D.P.M., 1998) indique que les filles (...)

17L’amélioration du niveau de scolarisation dans l’enseignement supérieur relève, en partie, d’une participation croissante des filles. Nous pouvons penser que l’accroissement des effectifs de l’enseignement serait lié à une ouverture du système à des fractions sociales nouvelles, les femmes notamment, ce qui n’est pas sans conséquence sur la distribution sexuelle des flux d’étudiants vers l’étranger3.

TABLEAU 3. Les femmes dans l’enseignement supérieur au Maghreb.

TABLEAU 3. Les femmes dans l’enseignement supérieur au Maghreb.

Source : Annuaire statistique Algérie, Maroc et Tunisie, Division des statistiques de l’UNESCO

18À l’issue de cette description, nous disposons d’une vision globale de la population étudiante et du développement de l’enseignement supérieur au Maghreb. Il s’agit maintenant de s’interroger sur les caractéristiques migratoires, universitaires et professionnelles des étudiants maghrébins en France, dont les parcours et les projets peuvent être considérés comme un prolongement de leur socialisation et leur scolarisation dans les pays d’origine.

Les caractéristiques sociologiques des étudiants maghrébins en France

Sélectivité de l’âge à la migration

  • 4 D’une façon générale, les lycéens des pays du Maghreb obtiennent leur baccalauréat à un âge plus av (...)

19Pour accéder à l’Université en France, l’étudiant étranger doit fournir un certificat de réussite secondaire ou un diplôme d’études supérieures. Par conséquent, la population des étudiants maghrébins expatriés présentera des caractéristiques d’âge spécifiques. Or, la majorité des lycéens maghrébins terminent leurs études secondaires vers dix-huit ou dix-neuf ans, voire vingt-ans4 ; c’est donc à cet âge qu’ils peuvent entrer dans l’enseignement supérieur du pays d’origine pour en sortir à des âges différents selon le cursus universitaire, la spécialité, le niveau de formation et la progression des études. De ce fait, l’entrée des étudiants maghrébins dans le système universitaire français, par le biais de la migration, se produit à des âges différents (tableau 4). Cette situation reflète la diversité des trajectoires universitaires et professionnelles.

TABLEAU 4. Répartition des étudiants algériens, marocains et tunisiens à la migration selon l’âge (%)

TABLEAU 4. Répartition des étudiants algériens, marocains et tunisiens à la migration selon l’âge (%)

Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.

20L’élément essentiel caractérisant l’âge à la migration est la forte concentration des étudiants dans les classes 20-24 ans et 25-29 ans., qui regroupent plus de 76 % de l’ensemble des individus. Les moins de 20 ans et les plus de 30 ans sont représentés dans les mêmes proportions. On observe également que l’âge à la migration présente des disparités selon l’origine nationale des migrants (tableau 4). Les étudiants marocains et tunisiens immigrent à des âges proches, souvent jeunes, alors que la migration des étudiants algériens intervient à des âges plus élevés qui coïncident généralement avec la fin du deuxième cycle universitaire (niveau licence-maîtrise) : c’est une migration « immédiate ». Pour le courant des étudiants algériens, l’élévation de l’âge d’entrée en France s’explique principalement par la migration de diplômés issus des filières traditionnellement longues (sciences médicales et sciences fondamentales), ayant intégré des fonctions dans les secteurs de l’enseignement ou de la santé et bénéficiant de bourses d’études en vue d’une spécialisation.

21Cela dit, quelque soit l’origine nationale, la migration des étudiants maghrébins apparaît de plus en plus sélective pour les nouveaux flux de diplômés (années 1990). En effet, il existe aujourd’hui une relation causale entre le marché de l’emploi dans les pays d’origine et la migration universitaire. Pour l’étudiant maghrébin arrivant en France, le projet migratoire se construit d’emblée à partir de la formation acquise au pays d’origine. Cette migration est donc étroitement liée à l’adéquation ou l’inadéquation entre le système de formation et le marché de l’emploi. L’absence de perspectives professionnelles ou l’expérience de l’échec des nouvelles vagues de diplômés accélère la migration universitaire. Il importe donc de cerner les diplômes et les filières concernés plus particulièrement par la migration et de s’interroger sur les significations de celle-ci.

Le niveau de diplôme à la migration

22Ces dix dernières années, l’effort remarquable de scolarisation engagé par les pouvoirs publics maghrébins s’est trouvé partiellement mis en contradiction par la montée rapide du chômage des diplômés. La détention d’un titre universitaire de deuxième cycle ou d’une formation supérieure généraliste ne représente plus la garantie d’accéder à un emploi stable. Les titulaires d’une formation universitaire semblent tout aussi vulnérables face au phénomène du chômage que les non-diplômés (Nour-el-Houda Touiti-Ben Hami-da, 1994). L’accès des nouvelles vagues de diplômés maghrébins au marché du travail se heurte désormais aux effets de la récession et de la dégradation de l’activité économique, ainsi qu’au recul du rôle de l’État comme principal employeur des sortants de l’Université et des instituts d’enseignement supérieur. Par conséquent, le fossé se creuse entre la capacité de mobilisation du marché de l’emploi et les diplômés. Cette situation de relative précarité contraint certains étudiants maghrébins à poursuivre leurs études supérieures en France, en raison de la proximité linguistique, des liens de leur établissement d’origine avec les universités françaises et de la présence de populations maghrébines résidentes dans l’Hexagone. Ce type de migration exprime d’abord l’aspiration à une meilleure qualification, à savoir le doctorat (M. Khalledi et D. Liabes, 1981).

  • 5 L’ouverture de l’enseignement supérieur a fait que les institutions se sont davantage préoccupées d (...)

23Il est clair que, d’après les données de notre enquête, la migration sélectionne davantage les diplômés des formations scientifiques, médicales et d’ingénieurs. Ce constat traduit, en partie, la difficile insertion socioprofessionnelle de ces filières dans les pays d’origine, même si par ailleurs, ces dernières restent toujours associées à une image de prestige social (Élisabeth Longuenesse et Roland Waast, 1995). On peut voir ici les effets de l’explosion « numériquement déséquilibrée »5 de l’université maghrébine mais surtout les conséquences des plans d’ajustement structurel qui se sont manifestés par un ralentissement général du recrutement dans le secteur public et parapublic, sans pour autant que le secteur privé prenne le « relais » dans l’embauche des diplômés.

24Cependant, cette crise du recrutement des diplômés du supérieur ne touche pas de la même manière les niveaux de formation et les spécialités d’études. En Tunisie, par exemple, l’accès à l’emploi des sortants des filières dites « techniques » est difficile en raison de l’inadaptation entre la formation dispensée et les exigences du marché de l’emploi. Les diplômés des spécialités de l’informatique et de l’électrotechnique rencontrent d’énormes difficultés pour s’insérer, compte tenu du niveau actuel du développement des structures techniques des entreprises tunisiennes, en particulier des services informatiques et de la maintenance. Cette réalité s’applique également aux deux autres pays maghrébins.

TABLEAU 5. Répartition des étudiants maghrébins selon le diplôme à la migration ( %)

TABLEAU 5. Répartition des étudiants maghrébins selon le diplôme à la migration ( %)

Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne

25D’une certaine façon, le diplôme à la migration exprime l’inadaptation du marché de la formation au développement du marché de l’emploi.

26Ce constat nous invite donc à étudier de manière plus fine le moment de la migration, à rendre compte de la diversité des profils des étudiants et à porter une attention particulière aux différentes « formes » de la migration universitaire.

Le moment de la migration

27La migration universitaire est sous-tendue par des logiques multiples. Les effets de cette diversité sont perceptibles à travers le moment de la migration. On observe ainsi que 39 % des étudiants maghrébins entament leurs études supérieures en France l’année même de l’obtention du diplôme au pays d’origine, 27 % une année plus tard, 11 % deux ans plus tard et 7 % trois ans plus tard. En général, la migration intervient les trois premières années de l’obtention du diplôme dans un établissement maghrébin (tableau 6). En revanche, on remarque que le flux d’étudiants algériens se distingue par une forte proportion de migrants au-delà de quatre années après l’obtention d’un diplôme supérieur au pays d’origine. Autrement dit, le moment de la migration renvoie à des significations multiples, liées aux expériences personnelles ou collectives, et aux particularités des systèmes universitaires nationaux.

Tableau 6. Moment réel de la migration des étudiants maghrébins (en %)

Tableau 6. Moment réel de la migration des étudiants maghrébins (en %)

Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.

28En regard du moment de la migration, deux types de trajectoires sont identifiables.

29Le premier, que l’on peut qualifier de décalé, exprime une instrumentalisation de la formation à l’étranger, associée fréquemment à la mise en avant des parcours professionnels.

30Le second, immédiat, dans lequel les études supérieures en France marquent une continuité par rapport au parcours scolaire et universitaire accompli dans le pays d’origine.

31Au sein du premier type, l’individu s’identifie à sa forme de migration, le plus souvent institutionnelle (boursier). L’expérience migratoire vise une meilleure qualification car elle entretient un rapport étroit avec l’univers professionnel du pays d’origine :

Détaché par mon ministère de tutelle en Algérie, en l’occurrence le ministère de la santé, je prépare actuellement une spécialisation d’orthopédiste à Paris dans le cadre d’un programme de formation à l’étranger décidé conjointement entre l’Algérie et la France. Je retournerai en Algérie à l’issue de ma formation pour la simple raison que j’occupe une fonction utile pour ma société d’origine qui m’est rentable et qu’ailleurs je ne trouverai rien d’égal en statut social (Ibrahim, maître assistant algérien en formation à Paris).

32On peut également intégrer dans ce premier type de migration, les étudiants maghrébins qui recherchent une meilleure qualification, suite à des déceptions socioprofessionnelles dans le pays d’origine (processus de reconversion) :

J’ai obtenu mon diplôme d’ingénieur en électronique à l’Université d’Alger en 1990. Depuis, je n’ai pas trouvé un travail. J’ai donc décidé de venir en France poursuivre une formation doctorale qui m’ouvrira peut-être la voie de l’enseignement supérieur en Algérie… ! (Mohamed, étudiant algérien).

33Si la migration universitaire lointaine trouve son entière justification dans ce type de visée socioprofessionnelle, il n’empêche qu’elle peut exprimer également la volonté d’une libre acculturation (visée sociétale) :

Je suis avocat. J’exerce depuis plus de huit ans à Casablanca et j’ai toujours voulu faire des études de droit à la Sorbonne. Mais à défaut de moyens financiers et de bourses d’études, je n’ai pas pu réaliser ce projet à temps, c’est-à-dire les premières années qui ont suivi ma sortie de l’Université. Après plusieurs années de travail, j’ai pu économiser de l’argent et établir des liens avec des Marocains résidents en région parisienne. J’ai pu réunir les éléments nécessaires à ma migration (hébergement et autonomie financière). Actuellement, je passe mon temps entre Paris, pour la préparation de ma recherche et Casablanca où réside ma famille et où se trouve mon cabinet (Larbi, avocat marocain âgé de 37 ans inscrit en thèse de droit à la Sorbonne).

34Dans le second type, celui de la migration immédiate, mode privilégié chez les Tunisiens et les Marocains, le projet d’expatriation coïncide, le plus souvent, avec l’obtention d’un diplôme de deuxième cycle. Il s’agit davantage d’une continuité dans le parcours universitaire des étudiants-diplômés, comme le confirme les témoignages suivants :

J’ai toujours projeté de poursuivre mes études à l’étranger et d’obtenir un doctorat. Dès l’approche de la fin de ma licence, l’équivalent d’une maîtrise française, j’avais entrepris par le biais d’un proche, lui-même étudiant à Paris, les démarches nécessaires en vue de ma venue en France. J’ai décroché une inscription à l’Université de Jussieu l’année qui suit l’obtention de mon diplôme au Maroc (El-Hocine, étudiant marocain).

J’ai fait toute ma scolarité dans un lycée français à Tunis. Il était normal pour moi que je termine mes études supérieures dans une université française (Hichem, tunisien).

35De façon générale, la migration suivant les premières années de l’acquisition du diplôme se manifeste par la présence d’étudiants boursiers. Elle nous renseigne au mieux sur les fonctions et le mode de gestion des programmes de formation à l’étranger qui, au Maghreb, s’adressent souvent à des étudiants en fin de graduation (deuxième cycle) ou aux lauréats du baccalauréat (admis dans les classes préparatoires).

36En dehors de la migration des étudiants boursiers, la migration immédiate se fait de manière variée, organisée et structurée. Pour certains, la migration immédiate se voit facilitée par la présence d’un frère ou d’un ami, lui aussi étudiant en France :

Je suis venu étudier en France aussitôt mes études terminées en Algérie grâce à la présence de mon frère aîné à Paris, lui-même étudiant en pharmacie depuis trois ans. C’est sa présence qui m’a motivé et encouragé (Abdelmalek, étudiant algérien en médecine à Paris, venu en 1993 après avoir obtenu son doctorat en médecine à la session de juin 1993 de l’université d’Alger).

37La présence d’un proche ou d’un ami dans la société d’accueil qui peut agir sur le moment de la migration ne constitue pas l’unique condition de l’accélération du projet d’expatriation. Parfois, la migration se voit décalée par des contraintes administratives, telles que les délais de délivrance par l’Université d’origine de l’attestation de réussite ou de l’obtention du visa d’études :

A l’approche de la présentation de mon projet d’ingénieur, j’ai entrepris avec l’appui d’un compatriote, ancien étudiant à Jussieu, les démarches au vu de mon inscription dans une université parisienne en D.E.A. Une fois les dossiers retirés, j’ai fixé des entretiens (trois) avec des responsables de D.E.A afin de pouvoir garantir mes chances d’inscription. En revanche, j’attendais toujours l’obtention de mon diplôme ou de l’attestation de réussite de la part de mon université d’origine, qui, pour des raisons inconnues, avait retardé la délivrance de ce document nécessaire à notre dossier d’inscription pédagogique en France. Faute d’avoir reçu ce document au-delà du délai d’inscription, j’ai du reporter mon inscription à l’année suivante (Slimane, étudiant algérien).

38Les difficultés à obtenir le « visa étudiant » auprès des services consulaires français au Maghreb retardent aussi la migration :

J’ai obtenu mon visa d’étudiant deux années après l’obtention de ma licence de lettres à Rabat, alors que je prévoyais de venir en France aussitôt mes études terminées au Maroc. Et à chaque fois le refus n’était pas motivé (Brahim, étudiant marocain).

39Les ressources financières qui assurent les moyens de survie et d’existence des étudiants les premiers mois de la migration constituent un autre facteur d’activation ou de report de la migration :

Je suis venu la première fois à Paris au mois d’octobre 1990, je venais de terminer mon diplôme d’ingénieur en architecture de l’Université d’Oran, avec un visa touristique, à l’époque c’était facile de l’obtenir pour les Algériens. C’était un séjour touristique. Il n’empêche que je me suis renseigné sur les conditions et les modalités de poursuite des études en France mais aussi sur le mode de vie à Paris. J’ai aussitôt compris qu’en l’absence de bourse d’études, de famille d’accueil ou d’amis étudiants il fallait assurer par soi même « les éléments de son existence ». Dés lors, je suis retourné au pays et j’ai commencé à bien préparer ma migration d’études. Pour cela, je n’avais en tête que d’économiser le maximum d’argent et de les convertir en francs. J’ai eu la chance dans le bureau d’étude où je suivais les travaux d’une villa d’un immigré originaire d’Oran (Algérie) et résident à l’époque à Marseille qui en échange de mon suivi à son projet me garantissait un bon taux de change. Par conséquent, j’ai pu réunir plus de 35 000 francs après quelques mois de travail. Somme que je considère suffisante pour m’assurer les premiers mois de ma présence à Paris, lieu de mon inscription. C’est comme ça qu’a débuté mon expérience migratoire en France. (Yahia, étudiant algérien).

40Le moment réel de la migration constitue l’une des clefs de l’interprétation de la diversité des trajectoires et de la composition de la population des étudiants maghrébins. La présence d’un proche, d’un ami ou d’un compatriote en France, les ressources financières, bourses d’études et les pratiques administratives constituent autant de facteurs qui agissent directement sur la réussite du projet migratoire mais aussi sur le moment de la migration.

Le choix des filières d’études : des fortes disparités selon les origines nationales

41Le choix des études en France marque de fortes disparités entre les trois courants d’étudiants. Pour les Algériens, plus de 60 % des individus s’orientent vers les filières scientifiques. Parmi les étudiants tunisiens, 43 % se dirigent vers les études juridiques et économiques. Pour les Marocains, on constate un attrait simultané pour les sciences fondamentales et les disciplines littéraires. Cette distribution nous donne un aperçu sur le processus de diversification de l’enseignement supérieur dans chacun des trois pays. Elle nous renseigne aussi sur les options des États en matière de politique éducative. Aujourd’hui, en Algérie, les études scientifiques attirent la majorité des étudiants. En revanche, au Maroc et en Tunisie, deux étudiants sur trois se dirigent vers les études juridiques, économiques et littéraires. Le lien entre les études en France et les études au pays d’origine semble être assez étroit. C’est peut-être là l’une des conséquences les plus marquantes de l’inadaptation de la formation proposée en termes de spécialisation et de niveau d’études et de la difficile insertion professionnelle de certaines filières.

42Depuis les indépendances, les systèmes d’enseignement supérieur au Maghreb se sont ouverts principalement aux études traditionnelles, aux sciences fondamentales, aux sciences médicales et aux sciences économiques et juridiques qui privilégient des certifications « classiques ». Peu d’étudiants s’orientent vers des formations courtes et diplômantes. Les études de spécialisation et de troisième cycle restent encore embryonnaires. Ces choix éducatifs conjugués à la montée en puissance des nouveaux bacheliers font que les universités maghrébines s’occupent beaucoup plus de la gestion des effectifs étudiants au détriment de la réflexion autour de l’adaptation du système de formation au marché de l’emploi. Les conséquences de cette réalité sont vite perceptibles : les niveaux d’études et les formations sont mal adaptés au marché du travail. Autrement dit, l’Université devient prisonnière de son propre mode de développement.

TABLEAU 7. Répartition des étudiants algériens, marocains et tunisiens selon les études poursuivies en France (%)

TABLEAU 7. Répartition des étudiants algériens, marocains et tunisiens selon les études poursuivies en France (%)

Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.

43Profitant d’opportunités d’études en France, les diplômés maghrébins cherchent à acquérir une meilleure qualification. La migration universitaire formule certainement une demande en formation. Cette demande prend une double signification. Elle est la recherche d’un niveau élevé de qualification ou d’une formation absente au pays d’origine. D’une certaine façon, l’université française contribue à réguler, en partie, les demandes croissantes en formation supérieure spécialisée. Reste que ce phénomène s’accompagne de certaines contradictions. En effet, les études en France ne donnent pas toujours lieu à l’obtention d’un diplôme compétitif sur le marché de l’emploi. C’est le cas notamment des étudiants algériens en médecine, dont les formations (certificats) suivies en France n’aboutissent pas à des formations diplômantes et qualifiées.

44Il s’agit le plus souvent de certificats non reconnus dans le pays d’accueil comme dans le pays d’origine.

TABLEAU 8. Proportion de femmes parmi les étudiants maghrébins en France selon les classes d’âge (%)

TABLEAU 8. Proportion de femmes parmi les étudiants maghrébins en France selon les classes d’âge (%)

Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne. Exemple de lecture : les étudiants algériens de moins de 20 ans représentent 7 % de leur communauté en France et sur ces 7 % les femmes représentent 20 %.

45En revanche, l’orientation vers des formations médicales de pointe qui font appel aux techniques évoluées de l’informatique et de l’expérimentation exprime une réelle demande en formation spécialisée, étant donné qu’elles sont sanctionnées par un diplôme reconnu dans les sociétés d’origine :

J’ai constaté qu’un nombre important, pour ne pas dire la totalité des médecins algériens, s’orientent vers des sous-spécialités en médecine et en biologie qui ne mènent à rien, au moment où d’autres spécialités médicales plus récentes sont désertées. Moi, j’ai opté pour l’imagerie médicale qui associe informatique et médecine. C’est une formation absente en Algérie, dans la perspective du retour, et assez demandée sur le marché du travail en France et à l’étranger dans la perspective du non-retour (Slimane, médecin algérien).

Et les étudiantes maghrébines en France ?

  • 6 Cf. infra l’article de Victor Borgogno et Lise Andresen-Vollenweider sur le rameau féminin de la mi (...)

46Ce qui caractérise la migration maghrébine, indépendamment de sa forme, c’est son caractère masculin6. La migration est avant tout une migration d’hommes. En effet, la société maghrébine assimile le fait migratoire aux « mâles ». Ce faisant la femme est exclue de ce champ. Avec ce fondement de l’immigration maghrébine, on s’approche de la signification sexuelle du fait migratoire, auquel la migration étudiante n’échappe pas.

47Cet usage de la sélection sexuelle face à la migration agit parfois sur le projet migratoire des étudiantes elles-mêmes :

J’ai terminé mes études de médecine en 1989 à l’Université d’Alger et j’étais souvent tentée de poursuivre mes études à l’étranger, précisément en France en raison de la langue d’étude. Il n’empêche que face à la pression familiale et par peur de ne pas se marier (c’est le mariage qui détermine le statut de la femme en Algérie), j’ai fini par renoncer à ce projet. Jusqu’au jour où mon mari, médecin, décide de venir poursuivre ses études en France. Je l’ai donc suivi sans hésitation (Souad, étudiante algérienne en médecine à Paris V).

48En dehors de ce cas traditionnel, c’est le fait d’avoir étudié dans une université lointaine au sein-même du pays d’origine qui facilite la migration des étudiantes. L’expérience d’une migration interne au territoire national favorise donc l’émigration vers l’étranger :

Je suis originaire de Mascara, l’Ouest algérien, et j’ai fait mes études de littérature française à Oran. Le jour où j’ai décidé de poursuivre mes études en France, je me suis heurtée à une vive opposition de la part de mes parents. C’était une opposition par rapport à la migration elle-même et non par rapport aux études. Mes parents m’ont toujours encouragée dans mes études. Après maints débats et disputes, je leur ai fait comprendre qu’il s’agit d’un réel enjeu pour mon avenir professionnel et intellectuel que de poursuivre mes études en France. Ils ont fini par céder mais sans jamais être convaincus. Leur refus à l’égard de la migration reposait beaucoup plus sur l’interprétation sociologique et morale de la migration d’une femme. Au fond, la position de mes parents pose tout le questionnement de la société traditionnelle à l’égard du prolongement des études et de l’espace de liberté que veut se créer la femme dans un contexte sociologique et mental précis (Souraya, étudiante algérienne en littérature française à l’Université de Paris 3).

49En bref, si la diversification de l’enseignement supérieur au Maghreb a ouvert la voie à une entrée massive des filles à l’Université, les étudiantes se trouvent encore confrontées à des pratiques discriminatoires entretenues par les familles, qui cherchent à contrôler leur destin matrimonial.

Le mariage des étudiants maghrébins

50Dans l’étude de l’état matrimonial des étudiants maghrébins en France, il importe de procéder à une approche du phénomène en distinguant le moment de la migration (la date d’entrée dans l’Hexagone) du moment de l’enquête. Ce type d’approche permet de mieux comprendre le « marché matrimonial » des étudiants et voir par quels mécanismes et dans quelles conditions le mariage peut transformer la migration d’un séjour temporaire en une installation quasi-définitive dans la société d’accueil, ou au contraire, favoriser le retour dans le pays d’origine.

TABLEAU 9. État matrimonial des étudiants maghrébins au moment de l’enquête (en %)

TABLEAU 9. État matrimonial des étudiants maghrébins au moment de l’enquête (en %)

Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.

51D’emblée, on remarque que le séjour en France occasionne un nombre substantiel de mariages pour les étudiants marocains et tunisiens et, à un degré moindre, pour les étudiants algériens. On observe toutefois que le courant algérien enregistre une proportion assez élevée de mariages après la migration, notamment chez les filles. De manière générale, la forte présence d’étudiantes algériennes mariées au moment de la migration s’explique principalement par l’arrivée en France de femmes venues rejoindre leurs maris eux-mêmes étudiants, comme l’illustre le témoignage suivant :

Je suis médecin et je me suis mariée en 1989 avec un médecin qui a décidé depuis 1991 de poursuivre sa spécialisation à Paris. Au départ, c’était facile pour moi d’obtenir le visa, ce qui fait que je pouvais me déplacer entre Alger et Paris. En revanche, depuis 1993, l’Ambassade de France m’a refusé la procédure de rapprochement des couples dont pouvaient bénéficier les étudiants étrangers en France. Alors, j’ai décidé de m’inscrire en France et recourir à la migration étudiante pour rejoindre mon mari (Faouzia, étudiante algérienne venue rejoindre son mari à Paris en 1994).

TABLEAU 10. Moment du mariage des étudiants maghrébins par rapport à la migration (en %)

TABLEAU 10. Moment du mariage des étudiants maghrébins par rapport à la migration (en %)

Exemple de lecture : sur 100 hommes algériens mariés, 75 ont contracté leur mariage après la migration et 25 avant la migration.
Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.

52Si dans ce cas, la migration de la femme traduit une stratégie dans la complétude du couple, la présence en France d’étudiants algériens mariés se justifie également par la migration de diplômés confirmés ayant déjà formé une famille en Algérie, arrivés dans le cadre de programme de formation étatique.

53Reste maintenant à analyser les unions survenus au cours de la migration. Pour ce faire, nous distinguerons les mariages « communautaires » et les mariages « mixtes ».

54En effet, c’est en redonnant sens à l’origine du conjoint, c’est-à-dire à l’appartenance ethnique, nationale ou religieuse, que l’on parvient le mieux à saisir les « logiques » matrimoniales des étudiants maghrébins en France.

55Le mariage « mixte » avec des Français(e)s de naissance se présente comme une somme d’expériences diverses et contradictoires, revêtant des significations multiples : expériences des individus qui, séparés de leur famille, découvre un large champ de liberté, favorisant des interrogations personnelles sur le rapport au sexe opposé. Perdus par leur condition d’étranger et d’isolement social et culturel, les étudiants maghrébins vivent dans un accablement total les changements qui se produisent dans leur entourage le plus immédiat. Ils adhèrent et participent, parfois en spectateurs, aux relations qui se créent dans le monde du travail, des loisirs et des sociabilités à l’Université et au sein de leur lieu de résidence. Aussi, accompagnent-ils au quotidien les modifications qu’introduit la « mixité ». Plus que tout autre milieu, c’est peut-être dans l’univers professionnel, étroitement lié aux études suivies en France (petits boulots, travail à temps partiel ou emploi d’attente avant le retour), que les étudiants maghrébins font l’expérience du rapport à l’« Autre français ». Le mariage « mixte », souvent décrit en termes culturalistes, est envisagé ici dans sa dimension sociologique mais aussi économique, nous éclairant sur les conditions sociales de sa genèse :

Je suis arrivé en France en 1988 suivre une spécialisation ORL. Tout en préparant cette spécialité, j’avais décroché un poste de FFI (faire fonction d’interne). De ce fait, je suis devenu financièrement indépendant. Par conséquent, j’ai quitté la cité universitaire où j’étais hébergé chez un ami et j’ai loué un appartement près de mon lieu de travail et de stage. Dès lors, j’ai perdu le contact avec la communauté des étudiants algériens (…). En revanche, la sphère de mes connaissances et de mes relations françaises s’élargissait. Je me trouvais dans un environnement entièrement français. C’est dans ce contexte que j’ai fait la rencontre de ma femme qui faisait partie du personnel hospitalier… (H., étudiant algérien arrivé en France en 1988).

56Produit de la perception qu’ont les étudiants de leur séjour en France et de leurs rapports avec la société d’accueil, le mariage « communautaire » détermine à son tour les représentations qu’ils se font de leur avenir ici et là-bas. Parce que les étudiants envisagent le retour, même si celui-ci tarde à se réaliser, ils se marient avec un conjoint dit « proche ». Il s’agit pour le couple de préparer et gérer la perspective du retour au pays d’origine. C’est certainement en raison de la nature du séjour et de la spécificité de cette migration, par définition temporaire, plus qu’en raison de quelques autres contraintes linguistiques, culturelles ou religieuses, que la forme dominante du mariage des étudiants maghrébins d’aujourd’hui est le mariage communautaire. C’est peut-être là une différence majeure avec les étudiants maghrébins des années 1960-1970 qui contractaient davantage des unions mixtes, généralement avec des étudiantes françaises rencontrées sur les bancs de l’Université ou à la résidence (Jocelyne Streiff-Fénart, 1985) :

Je suis venu en France pour atteindre un objectif bien précis : obtenir mon doctorat. Je n’avais nullement l’intention de faire carrière d’« immigré » ou de fonder une famille et voir mes enfants grandir ici. Je sais que je suis de passage. Dès lors, je pense qu’il est essentiel pour moi, en tirant les enseignements des mariages mixtes autour de moi, qu’ils finissent souvent par une séparation douloureuse des enfants ou des conflits à l’intérieur du couple, d’opter pour un choix « raisonnable », c’est-à-dire épouser une personne pour qui la notion du retour au pays ne se pose pas comme un problème mais comme une réalité à laquelle on n’échappe pas…. C’est ce qui s’est produit. Je me suis marié en 1993 avec une étudiante algérienne. Je pense sincèrement que le fait de se marier avec une personne française constitue une déviation par rapport au caractère initial de notre migration, sauf si la Française décide un jour de rentrer en Algérie. Mais ça, je n’y crois pas… (S., étudiant algérien, marié à une étudiante algérienne connue en France).

TABLEAU 11. Origine du conjoint des étudiants maghrébins au moment de l’enquête (en %)

TABLEAU 11. Origine du conjoint des étudiants maghrébins au moment de l’enquête (en %)

Exemple de lecture : sur 100 étudiants algériens (hommes), 39 ont épousé des Françaises de naissance, 15 des Françaises d’origine étrangère, 8 des étrangères et 39 des concitoyennes.
Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.

57Ce n’est donc pas sans raison que l’intensité du mariage « communautaire », et plus particulièrement avec un(e) concitoyen(ne), souvent étudiant(e), doit sa justification tant dans les significations sociales que culturelles du mariage et, implicitement à la représentation que les étudiants se font de leur propre situation dans la société d’accueil. Le mariage « communautaire » se présente comme une stratégie et une réponse à l’isolement social et familial, conséquence de l’émigration.

Origines géographiques : le poids de l’histoire universitaire coloniale

58En introduisant l’origine géographique qui désigne le lieu d’obtention du dernier diplôme obtenu dans le pays de départ, on essaye de mesurer l’impact de la diversification spatiale de l’enseignement au Maghreb sur la migration. En d’autres termes, d’où provient l’appel à la migration universitaire ? S’agit-il d’une demande générale touchant l’ensemble des universités (anciennes et nouvelles) ou, au contraire, d’une demande spécifique, locale et déterminée par la géographie et l’histoire ?

  • 7 Ils peuvent être originaires de ces villes universitaires ou ils les ont rejoint pour leurs études.

59Quelle que soit leur origine nationale, les étudiants sont souvent des diplômés des anciennes universités. (tableau 12)7. On peut penser que le déséquilibre trouve sa signification dans les liens historiques entre les anciennes universités maghrébines et leurs homologues françaises, les échanges académiques permanents et la présence d’anciens diplômés des universités de l’Hexagone comme enseignants ou décideurs.

60Les universités maghrébines sont restées attachées aux universités de l’ancienne métropole. Depuis l’indépendance, ces liens se sont consolidés par le jumelage d’instituts, l’envoi d’enseignants maghrébins en France pour des stages ou la préparation de thèse de doctorat, l’arrivée d’enseignants français au Maghreb, la mise en place de programmes de recherche communs… La permanence de ces liens accélère la migration universitaire. Les étudiants maghrébins en fin de formation, attirés par la poursuite des études en France, trouvent dans ces liens, voire ces réseaux universitaires, un support à leur migration étudiante :

J’ai obtenu ma licence de sociologie en 1989 à l’Université d’Oran (Algérie), que j’ai rejoint pour mes études. Au cours de mon cursus universitaire, j’ai eu des enseignants algériens qui revenaient de formation à l’étranger. Ils étaient tous marqués par un modèle d’enseignement, propre à leur pays d’études. Personnellement j’entretenais de bons rapports avec celui qui revenait de la France, il me donnait des livres à lire, on discutait souvent de la migration étudiante, des études et de la vie en France… A la fin de mes études, je lui ai est demandé, de par son expérience migratoire, une orientation vers une université française (Ahmed, thésard algérien en sociologie à l’Université de Paris 5).

TABLEAU 12. Universités d’origine des étudiants maghrébins en France (en %)

TABLEAU 12. Universités d’origine des étudiants maghrébins en France (en %)

Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.

Origines sociales : des enfants de l’élite socio-économique et du Makhzen ?

61À recenser les difficultés financières, les séries de dévaluations des monnaies maghrébines et la cherté du savoir en France (C. Moncel et J.-.C. Martinau, 1990), on pourrait croire qu’en dehors des boursiers, la migration se limiterait aux enfants des familles privilégiées ou à celles du Makhzen. Or, il n’en est rien. Au contraire, les étudiants maghrébins de France proviennent plutôt des milieux sociaux « modestes ». La catégorie socioprofessionnelle du père indique que 49 % appartiennent aux « professions intermédiaires » et 28 % aux « professions libérales » (tableau 13). D’après les résultats de notre enquête, les étudiants maghrébins de l’Hexagone ne sont donc pas tous des « héritiers ».

62Faut-il pour autant nier le rôle des origines sociales des étudiants face à la migration ou convient-il de rechercher d’autres variables sociologiques plus pertinentes ?

63Une fois qu’ils ont accédé à l’Université, les étudiants maghrébins en France semblent moins dépendre de leurs origines socioprofessionnelles que leurs homologues européens. De ce fait, l’appartenance sociale des étudiants ne se pose pas comme une validation de la migration. Il est donc possible d’annuler, en partie, l’effet des origines sociales comme variable explicative de la migration.

64La migration universitaire ne s’est jamais posée comme le signe d’une sélection privilégiant une catégorie sociale bien précise. Au contraire, l’origine sociale fut traditionnellement modeste comme l’affirmait déjà Ferhat Abbas dans L’intellectuel musulman en Algérie : « nous sommes pour la plupart des pauvres gens sortis des douars et des familles modestes pour devenir bacheliers, on ne sait comment » (Guy Pervillé, 1984).

TABLEAU 13. Origines sociales des étudiants maghrébins en France (en %)

TABLEAU 13. Origines sociales des étudiants maghrébins en France (en %)

(1) Fonctionnaires et employés des administrations publiques, enseignants du 1 et 2 niveau
(2) Commerçants, avocats, médecins, pharmaciens et industriels
(3) Directeurs d’entreprises et hauts fonctionnaires,
(4) Propriétaires

65Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.

66La non-validité de l’origine sociale face à la migration rend manifeste un mode de recrutement de l’Université au Maghreb, identifié souvent au rapport entre l’offre et la demande pressante en enseignement supérieur. Ce contexte de formation instaure une relation d’« offre » et de « demande » entre l’Université et les générations de l’après-indépendance, ayant bénéficié des progrès de la scolarisation. Dés lors, les étudiants constituent une catégorie, dont les contours ne sont pas exclusivement définis par rapport à l’appartenance sociale :

Dans les grandes villes ou ailleurs, les classes moyennes ont été les premières à bénéficier de la démocratisation de l’enseignement en Algérie. C’est à ce titre que nous sommes en majorité issus d’origines sociales modeste ou pauvre (Kamel, étudiant algérien en France).

67La diversification de l’enseignement supérieur au Maghreb a donné lieu à une extension de la carte scolaire en dehors des anciennes villes universitaires. Ce mouvement a profité aux couches moyennes et s’est accompagné d’une ouverture sociale de l’Université à des populations locales d’origine modeste :

Je suis le fils d’un pauvre agriculteur qui a bénéficié des efforts de la scolarisation réalisés en Algérie. Grâce à l’implantation de l’institut d’agronomie à Mostaghanem, j’ai pu suivre ma formation d’ingénieur sans être une charge pour mes parents à revenu modeste (Mohamed. B étudiant algérien).

  • 8 Au Maghreb, l’absence de grandes écoles et la rareté des instituts de formations créent une uniform (...)

68On peut avancer l’hypothèse que la non-signification de l’origine sociale des étudiants maghrébins face à la migration tient précisément à ce que la « démocratisation » de l’enseignement supérieur au Maghreb a produit une « certaine égalité » du point de vue de la scolarisation. S’ajoute à cela, « l’essai d’homogénéisation » de la population universitaire, notamment en Algérie, par la disparition des différences sociales. A ses débuts, l’organisation de l’enseignement supérieur par la recherche de l’unicité des formations supérieures8 a annulé l’effet de l’origine sociale sur la migration.

69Dès l’instant où le lien entre l’origine sociale et la migration est faible, il est possible de conclure à un relâchement des inégalités à la migration. Cette observation nous conduit à ressortir les « mécanismes » qui annulent ces inégalités. En d’autres termes, le relâchement des inégalités sociales à la migration n’est-il pas le produit des stratégies et des attentes familiales vis-à-vis de celle-ci ? Aussi, défendrons-nous l’hypothèse que la réduction de l’origine sociale à la migration passe en priorité par une réflexion autour des mobilisations familiales

Mobilisations familiales : une gestion collective du projet migratoire

70Quelle que soit l’origine sociale des étudiants, la migration universitaire fait souvent l’objet d’une gestion collective et d’un investissement familial. Cela n’est guère surprenant si l’on prend en considération le niveau de dépendance des jeunes au Maghreb à l’égard de leur famille. La difficile insertion des diplômés et les problèmes de logement maintiennent les jeunes dans une dépendance totale par rapport au milieu familial, jusqu’à des âges avancés. Cette relation accompagne la migration universitaire, du moins dans les premiers mois.

71D’une catégorie sociale à l’autre, l’implication de la famille (mobilisation) et les attentes parentales sont ambivalentes. En effet, les « finalités premières » qu’assignent les parents aux études de leurs enfants en France s’alimentent du désir de voir réaliser par leur descendance leurs propres rêves d’ascension sociale, la création de richesses ou la reproduction d’un ordre social.

72On insistera ici sur les différentes formes d’implication de la famille et les attentes que recouvre la migration.

73Aussi bien pour les étudiants issus des milieux favorisés que ceux des classes intermédiaires et des autres groupes sociaux, la mobilisation familiale tourne-t-elle autour de l’appui financier et de la régularisation du séjour. Compte tenu de la cherté des études et de l’absence de relations en France, l’appui financier paraît essentiel, surtout pour les étudiants n’ayant jamais travaillé au pays d’origine qui doivent transférer une somme d’argent pour subvenir à leurs besoins, au moment de l’arrivée notamment :

J’ai souvent hésité avant de venir étudier en France, car en dehors des droits d’inscription, je n’avais aucune ressource financière pour assurer le minimum de survie une fois arrivé en France. Face à cette situation et devant mon obstination à vouloir poursuivre mes études en France, ma mère contacta mon grand frère, marié et commerçant, qui ne vit pas avec nous, pour qu’il puisse m’aider afin de pouvoir surmonter les premiers temps. Quelques jours après, il m’invita chez lui à manger. Il me questionna sur mon projet d’étude, sur ce que je cherchais réellement à travers cette migration et les perspectives professionnelles que m’ouvrira mon départ en France. Une fois convaincu de mon projet, il m’a donné plus de 15 000 francs afin de ne pas être dans le besoin les premiers jours. Et ce fût le point de départ de ma migration (Mohamed, étudiant algérien en informatique à Jussieu).

74La régularisation du séjour ou le dépôt de la demande de la carte de résident à la préfecture représente un autre exemple de la mobilisation familiale. En effet, les étudiants étrangers doivent justifier lors du dépôt de la demande de la carte de séjour de ressources financières suffisantes ou d’une prise en charge d’un répondant en France. Les étudiants inscrits à l’Université se heurtent souvent à ce problème administratif qui peut parfois ne pas valider leur séjour, les obligeant à renoncer à leur migration. Aussi, la majorité des individus maghrébins font-ils appel au réseau familial qui accepte de prendre en charge, de façon plus ou moins formelle, le séjour de l’étudiant et lui permet d’obtenir la carte de séjour « étudiant ». A ce stade, la mobilisation familiale joue le rôle de garantie :

Je suis venu en 1990, j’étais hébergé à la Cité Universitaire de la Porte d’Orléans à Paris chez un ami. Une fois inscrit, il fallait poser la demande de carte de séjour, chose que je n’avais pas prévu. J’avais cherché dans le cercle des étudiants à trouver les pièces nécessaires, mais en vain. Il ne me restait qu’à me tourner vers ma famille au pays pour me trouver une connaissance qui puisse juste me donner les photocopies des documents administratifs nécessaires. Il fallait gérer le délai d’expiration du visa. Après quelques semaines, mon père m’appelle et me donne les coordonnées d’un cousin à lui, immigré qui habite Nanterre. Je l’ai aussitôt contacté, et on a pris rendez-vous le lendemain dans un café parisien. J’avais des doutes, car à travers les expériences d’autres étudiants les immigrés font souvent courir les étudiants du bled pour leurs donner la photocopie de la carte de séjour, des fiches de paie, qui dépassent légèrement le SMIG, et l’avis d’imposition. Heureusement, pour mon cas il était au rendez-vous. Il était très attentif à ma demande, c’était un personnage assez ouvert pas comme les immigrés traditionnels. C’est grâce à la mobilisation de ma famille en Algérie que j’ai pu rencontrer ce monsieur et régulariser de fait mon séjour d’étudiant en France (Slimane, étudiant algérien en électronique à Jussieu, arrivé en France en 1990).

75Dans la plupart des cas, la migration étudiante est vécue sur un mode imaginaire, expression de satisfactions familiales et individuelles. Elle est associée à la fois à une chance supplémentaire d’insertion socioprofessionnelle dans le pays d’origine et à un signe de réussite sur le plan universitaire :

Pour mon père, ma présence en France pour continuer mes études exprime pour lui une grande satisfaction et je suis sûr qu’il n’est pas le seul. Pour lui, le chemin d’une carrière professionnelle réussie passe nécessairement par les universités françaises (Kamel, étudiant algérien en pharmacie).

Avec un doctorat de l’Université de Paris-Sorbonne, je n’aurai aucune difficulté à trouver une place d’enseignant en Tunisie. Les gestionnaires de l’enseignement supérieur privilégient souvent une formation universitaire française, précisément parisienne (Habib,. doctorant tunisien).

76Mais à regarder de plus près les stratégies développées par les groupes sociaux au Maghreb à l’égard de la migration universitaire, on peut mettre en exergue différents « types » d’attentes familiales Ces attentes sont souvent tributaires des situations économiques des familles des étudiants. Elles renvoient à une réalité : le rendement économique et social de la migration pour le groupe. En un certain sens, la migration formule des intérêts communs au groupe. Ces stratégies se traduisent à travers la réalisation d’un projet familial, la sauvegarde et la reproduction de biens collectifs et/ou communautaires :

Avec la libéralisation en Algérie, mon père, professeur en médecine à Oran et ancien étudiant des universités françaises, a entrepris la construction d’une clinique privée. Afin que le fonctionnement de la clinique soit assuré par les membres de la famille, il nous a envoyés en France acquérir des spécialisations nécessaires (Chawki, étudiant algérien en médecine).

Je suis venu en France suivre une spécialisation dans l’industrie du textile pour assurer à mon retour la gestion de l’entreprise familiale qui se trouve à Casablanca (Hassan, étudiant marocain).

77Il existe a aussi une vision « purement économique ». Celle-ci s’opère à travers une représentation « rentabiliste » de la migration universitaire qui la confond avec les autres formes de la migration. Ainsi, elle constitue un projet individuel et/ou familial auquel tout le groupe contribue. Cette approche collective de la migration universitaire – qui ne la distingue pas fondamentalement de la migration de travail – devient alors l’objet d’une mobilisation familiale. Celle-ci fournit les mécanismes qui activent sa réussite. Si ces stratégies forment parfois la base de la migration, elles n’impliquent, en revanche, aucune obligation morale de la part des étudiants :

Depuis ma venue en France comme étudiant tout le monde, ma famille et les autres du pays, me demande des achats, de les aider, leur acheter une voiture, du matériel médical et leur changer des devises. Avec le temps, j’ai fini par comprendre que vue du pays de départ, la migration, quelle que soit sa forme et son objet, est perçue comme une source d’enrichissement. C’est comme ça (Hafid, étudiant algérien en informatique).

78Avec le désengagement des États du Maghreb de la formation à l’étranger, la migration vers les universités françaises se pose plus que jamais comme le « signe » d’une sélection sociale. Force est de constater que les conditions sociologiques de cette migration naissent de plus en plus en dehors de toute sphère institutionnelle et étatique, renforçant ainsi l’implication des familles, tant sur le plan financier (participation aux frais de séjour) que sur le plan affectif (fierté familiale à l’égard du fils ou de la fille étudiant(e) en France).

***

79De par leurs liens étroits et permanents avec leur pays d’origine, les étudiants maghrébins envisagent souvent le retour. Mais ces projets diffèrent en fonction des origines sociales et nationales des individus. Cette situation dépend entre autres du contexte socio-économique du pays d’origine et notamment des perspectives d’emplois offertes aux diplômés de l’enseignement supérieur.

80De plus, le séjour d’études en France ouvre un large champ de recrutement possible ou de mobilité pour les nouveaux diplômés maghrébins. Ce type de mobilité transforme alors la migration étudiante vers les universités françaises en une migration de transit et non en une migration d’installation dans le pays d’études (principale crainte des autorités).

81Toutefois, ces dernières années, en raison du recul des programmes publics de formation à l’étranger, cette présence étudiante prend davantage la forme d’une migration que d’une mobilité. En effet, pour la première fois dans le champ des migrations internationales des étudiants, l’on observe un développement des situations de transit, dans l’attente d’émigrer vers un nouveau pays étranger (Canada, Etats-Unis ou vers d’autres pays arabes). Cette évolution est due, en partie, au manque de suivi institutionnel des étudiants maghrébins par les États d’origine (boursiers gouvernementaux ou non) lors de leur séjour en France. L’absence ou la rareté de ce type de relations « institutionnelles » fortes contribue sans aucun doute à accélérer l’éloignement des étudiants maghrébins de leur société d’origine et à réduire ainsi les aspirations au retour.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ben Sedrine Saïd et Geisser Vincent, 1999, Le retour des diplômés : enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger dans les années 1990, Tunis, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain/Institut National du Travail et des Études Sociales/Institut Français de Coopération.

Borgogno Victor et Vollenweider-Andresen Lise, 1998, Les étudiants étrangers en France : trajectoires et devenir, Tome II, Rapport de recherche pour la Direction de la Population et des Migrations, SOLIIS-URMIS Université de Nice-Sophia Antipolis.

Bouchikhi Mohamed, 1988, Caractéristiques socio-économiques des pays du Grand Maghreb, Alger, Office National de la Statistique, n° 10.

Brugnes Marie-Paule, 1984, Université et développement urbain dans le tiers-monde, Paris, Éditions du CNRS.

Haddab Mustapha, 1980 « La formation scientifique et technique. La paysannerie et le développement en Algérie », dans Chantai Bernard (dir.), La politique de l’emploi-formation au Maghreb (1970-1980), Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS : 155-172.

Khalledi M. et Liabes D., 1980, « Redistribution de la population par les pôles, mobilité sociale et marché du travail en Algérie », dans Chantai Bernard, La politique de l’emploi-formation au Maghreb (1970-1980), Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS : 25-44.

Longuenesse Élisabeth et Waast Roland, 1995, « Les professions scientifiques en crise : ingénieurs et médecins en Syrie, Égypte et Algérie », Revue du Tiers Monde, tome XXXVI, n° 143 : 485-497.

Moncel C. et Martinau J.-C, 1990, « Très cher le savoir », Jeune Afrique Économie, n° 135: 100-107.

Perville Guy, 1984, Les étudiants algériens à l’Université française 1880-1962, Paris, Éditions du CNRS.

Streiff-Fenart Jocelyne, 1985, « Le mariage : un moment de vérité de l’immigration familiale maghrébine », Revue européenne des migrations internationales, vol. 1, n° 2, décembre : 129-141.

Touiti-Ben-Hamida Nour-el-Houda, 1994, « L’insertion professionnelles au Maghreb, dans La problématique des ressources humaines au Maghreb, Rabat, GERRH.

Zeroulou Zaïhia, 1985, « Mobilisation familiale et réussite scolaire », Revue européenne des migrations internationales, vol. 1, n° 2, décembre : 107-117.

– 988, « La réussite scolaire des enfants d’immigrés. L’apport d’une approche en termes de mobilisation », Revue française de sociologie, vol. XXLX : 447-470.

Notes

1 Nous avons élaboré un échantillon de 10 % d’étudiants algériens, marocains et tunisiens à la lumière des flux enregistrés depuis 1988 par l’Office des Migrations Internationales, soit 273 étudiants (148 Algériens, 95 Marocains et 30 Tunisiens). Nous posons comme préalable que depuis 1988 la répartition des étudiants maghrébins en région parisienne a suivi le même niveau que celui observé en 1994.

2 Eu égard à la structure de la population, le taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur au Maghreb n’a rien d’excessif.

3 L’enquête de Victor Borgogno et de Lise Andresen-Vollenweider (D.P.M., 1998) indique que les filles représentent environ 20 % de l’ensemble des étudiants maghrébins installés en France dans les années quatre-vingt-dix. Cette proportion est confirmée par l’étude de Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser (IRMC-INTES 1998) qui montre que les filles tunisiennes constituent 20 % des « retours » dans le pays d’origine, ce qui correspondrait grosso modo à la composition du flux de départ (8 garçons pour 2 filles tunisiennes poursuivent des études à l’étranger).

4 D’une façon générale, les lycéens des pays du Maghreb obtiennent leur baccalauréat à un âge plus avancé que les bacheliers français.

5 L’ouverture de l’enseignement supérieur a fait que les institutions se sont davantage préoccupées de la gestion ponctuelle des effectifs étudiants au détriment de la réflexion sur les programmes des études et l’insertion professionnelle des diplômés. Certaines filières ont été créées de façon improvisée sans étude préalable et sans connaissance des besoins du marché de l’emploi. L’orientation des étudiants vers les universités s’est soldée par la prédominance des filières traditionnelles longues au détriment d’autres filières courtes et qualifiantes.

6 Cf. infra l’article de Victor Borgogno et Lise Andresen-Vollenweider sur le rameau féminin de la migration étudiante maghrébine.

7 Ils peuvent être originaires de ces villes universitaires ou ils les ont rejoint pour leurs études.

8 Au Maghreb, l’absence de grandes écoles et la rareté des instituts de formations créent une uniformisation des procédures d’inscription et des conditions d’accès à l’enseignement supérieur.

Notes de fin

1 Chercheur associé à l’Institut Maghreb-Europe, Université de Paris-VIII Saint-Denis.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Évolution de la scolarisation au Maghreb
Légende Les réformes des systèmes éducatifs (dans le 1er et 2e niveau) expliquent à elles seules les variations numériques à travers les décennies.Source : Annuaire statistique d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 2. Les étudiants au Maghreb selon la discipline d’étude en 1995
Légende Source : Annuaire Statistique de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 3. Les femmes dans l’enseignement supérieur au Maghreb.
Légende Source : Annuaire statistique Algérie, Maroc et Tunisie, Division des statistiques de l’UNESCO
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU 4. Répartition des étudiants algériens, marocains et tunisiens à la migration selon l’âge (%)
Légende Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre TABLEAU 5. Répartition des étudiants maghrébins selon le diplôme à la migration ( %)
Légende Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 6. Moment réel de la migration des étudiants maghrébins (en %)
Légende Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU 7. Répartition des étudiants algériens, marocains et tunisiens selon les études poursuivies en France (%)
Légende Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 8. Proportion de femmes parmi les étudiants maghrébins en France selon les classes d’âge (%)
Légende Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne. Exemple de lecture : les étudiants algériens de moins de 20 ans représentent 7 % de leur communauté en France et sur ces 7 % les femmes représentent 20 %.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU 9. État matrimonial des étudiants maghrébins au moment de l’enquête (en %)
Légende Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre TABLEAU 10. Moment du mariage des étudiants maghrébins par rapport à la migration (en %)
Légende Exemple de lecture : sur 100 hommes algériens mariés, 75 ont contracté leur mariage après la migration et 25 avant la migration.Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre TABLEAU 11. Origine du conjoint des étudiants maghrébins au moment de l’enquête (en %)
Légende Exemple de lecture : sur 100 étudiants algériens (hommes), 39 ont épousé des Françaises de naissance, 15 des Françaises d’origine étrangère, 8 des étrangères et 39 des concitoyennes. Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre TABLEAU 12. Universités d’origine des étudiants maghrébins en France (en %)
Légende Source : Enquête Conditions de vie des étudiants maghrébins en région parisienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU 13. Origines sociales des étudiants maghrébins en France (en %)
Légende (1) Fonctionnaires et employés des administrations publiques, enseignants du 1 et 2 niveau(2) Commerçants, avocats, médecins, pharmaciens et industriels(3) Directeurs d’entreprises et hauts fonctionnaires,(4) Propriétaires
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/755/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search