Version classiqueVersion mobile

De Darwin à Piaget

 | 
Dominique Ottavi

IV. Progrès et pédagogie. La république face à la science

Herbert Spencer, mauvais élève de la République1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En même temps que la psychologie de l’enfant, et dans son sillage, se dessine une revendication de libéralisation de l’éducation. Il convient de faire ici une mise au point sur l’adjectif « libéral » : appliqué à l’éducation par les politiques et les pédagogues de la troisième République, il signifie surtout la mise à la portée de tous de savoirs ayant une autre fin que l’application professionnelle et la visée de l’autonomie morale. Mais la revendication de la liberté dans l’éducation peut simplement revêtir la forme d’une valorisation de la liberté individuelle, sans qu’un rapport privilégié soit établi entre cette dernière et l’acquisition d’un savoir formateur ou d’une autonomie conquise sur la nature. Un rêve d’éducation spontanéiste, de libération de l’enfant se formulera bientôt en terme de respect du développement. De même que sa psychologie avait à l’avance dessiné les contours de la future science de l’enfant, la philosophie de l’éducation de Herbert Spencer contient par a...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search