Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

IV. La formation à l'étranger. Échappatoire ou prolongement des cursus nationaux ?

Les diplômés tunisiens formés à l’étranger. Analyse des profils sociologiques et des projets de retour

Vincent Geisser et Saïd Ben Sedrine

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 L’objectif de cette communication est de donner un aperçu synthétique des résultats de l’enquête IR (...)

1En dépit des discours récurrents et souvent passionnels sur le phénomène de la fuite des cerveaux (brain-drain) et sur le retour ou plutôt le non-retour des étudiants maghrébins dans leur pays d’origine, il n’existait à ce jour aucune étude approfondie sur la réinsertion sociale des diplômés formés à l’étranger. La prise de conscience de ce vide de références nous a incité à développer un programme commun d’évaluation des retours dans la société d’origine, en initiant une coopération étroite entre nos institutions respectives, l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (division des sciences sociales et humaines de la sous-direction de la recherche du MAE) et l’Institut National du Travail et des Études Sociales (Université de Tunis III)1.

  • 2 L’évolution récente des politiques publiques relatives aux étudiants migrants ou aux migrants étudi (...)

2Ce projet scientifique répond donc à une double préoccupation : comprendre l’évolution récente des migrations étudiantes maghrébines et mesurer l’effet des diplômes étrangers sur l’insertion professionnelle. Pour cette raison, il s’inscrit simultanément dans deux champs de la recherche en sciences sociales, celui des migrations internationales et celui des politiques de l’emploi. En effet, les étudiants maghrébins formés à l’étranger peuvent être appréhendés sous deux angles principaux : le premier qui renvoie à leur statut de migrants (catégorie particulière d’émigré ou d’immigré), le second à celui de détenteurs de titres de l’enseignement supérieur (catégorie particulière de diplômés)2. Force est de constater que jusqu’à présent, ces deux facettes ont généralement été étudiées séparément : les sociologues se sont surtout intéressés à la dimension migratoire (situation des étudiants étrangers dans les pays d’accueil) et les économistes aux aspects « insertion » et « transfert du capital humain » (effet de la formation à l’étranger sur le développement).

3Depuis le milieu des années 1980, l’approche des États maghrébins concernant leurs migrations étudiantes a évolué sous l’effet des politiques d’ouverture économique et d’ajustement structurel : « les situations sont très variables d’un pays à l’autre en terme d’orientation et de gestion des programmes d’envoi mais toutes montrent que de moins en moins d’étudiants entrent dans le cadre de programmes d’envoi, financés et organisés par le pays d’origine » (Sofia Séfrioui, rapport OCDE, 1998).

  • 3 Par exemple, en Algérie, la période 1980-1989 « est caractérisée par une baisse continue du nombre (...)
  • 4 Extrait du Journal officiel de la République tunisienne du 2 février 1996.

4Aujourd’hui, le thème mobilisateur de la participation des élites intellectuelles au développement national tend à céder la place à une conception néo-libérale, insistant davantage sur le caractère sélectif de la gestion des flux universitaires3. A ce propos, la rhétorique officielle des régimes marocains et tunisiens sur la mise à niveau intégrale de leur économie constitue une parfaite illustration de ce changement de paradigme : la réduction drastique du nombre de bourses étatiques pour étudier à l’étranger a été généralement accompagnée de mesures symboliques pour inciter les diplômés jugés « utiles » à servir, d’une façon ou d’une autre, les intérêts du pays d’origine. En quelques années, les pays du Maghreb sont passés d’une représentation du diplômé de l’étranger comme militant du développement au diplômé comme acteur potentiel de la politique de libéralisation. Conformément à cette nouvelle orthodoxie du développement, le parlement tunisien a voté une loi (n° 96-6 du 30 janvier 1996) précisant que « les établissements publics de recherche scientifique et les établissements supérieurs et de recherche (…) agissent en vue de renforcer leurs relations scientifiques avec les établissements de recherche des pays étrangers et des organisations internationales en vue de tirer un profit mutuel des résultats de recherche scientifiques. Ils encouragent l’invitation des chercheurs tunisiens ou non tunisiens travaillant à l’étranger ainsi que l’envoi des chercheurs tunisiens à l’étranger à l’effet de mettre au point ou de réaliser des projets de recherche communs »4.

5Compte-tenu de ces changements dans le but assigné à la formation à l’étranger, on ne peut plus se contenter d’envisager les rapports des États maghrébins avec leurs migrations étudiantes en fonction des modèles développementalistes qui ont dominé jusqu’à la fin des années 1970. Rappelons que ces modèles nationaux, malgré des variantes selon les pays, avaient été conçus pour répondre à un même objectif : combler dans l’urgence la pénurie de techniciens et de cadres supérieurs locaux, appelés à remplacer progressivement les coopérants étrangers. A titre d’exemple, au moment de son indépendance, la Tunisie comptait à peine 84 ingénieurs et une centaine de médecins autochtones (Lilia Ben Salem, 1976). Le nouveau régime était donc contraint de recourir massivement à une assistance technique étrangère, principalement française.

6Aujourd’hui, nous sommes loin de cette situation de pénurie en matière grise et nous recensons même des chômeurs chez les diplômés du supérieur, y compris parmi ceux formés à l’étranger. En ce sens, les questions relatives aux flux d’étudiants maghrébins (départ et retour) ne peuvent plus faire abstraction du nouveau contexte économique et migratoire qui incite les décideurs à une gestion sélective des compétences scientifiques et universitaires au détriment d’une gestion quantitative. L’objectif des pouvoirs publics maghrébins n’est plus de former massivement et rapidement des diplômés, comme dans les années 1960-1970, mais de redéployer la formation supérieure vers des objectifs dits « stratégiques », adaptés aux contraintes de l’économie de marché et au contexte de globalisation des échanges.

7Pour les pouvoirs publics européens et plus particulièrement pour les autorités françaises, le nouveau credo est celui du codéveloppement qui procède d’une sorte de compromis entre les impératifs sécuritaires (contrôler les flux migratoires) et les idéaux tiers-mondistes d’autrefois (soutenir l’économie des pays du tiers-monde). Ce n’est pas un hasard si les plus fervents défenseurs de la problématique du codéveloppement se recrutent actuellement dans les milieux de la gauche républicaine, à la fois nostalgiques du tiers-mondisme militant et malgré tout rompus aux impératifs sécuritaires de la nouvelle donne migratoire : « si l’immigration constitue un apport réel dès lors qu’elle correspond aux besoins de la France, elle ne doit pas être pour autant un manque à gagner pour le pays d’origine » (Sami Naïr, 1998).

  • 5 À titre d’illustration, citons cet extrait du mémorandum relatif à la politique de codéveloppement (...)

8Quel que soit le jugement porté sur la « faisabilité » de ce projet de codéveloppement5, il faut reconnaître que c’est la première fois dans les politiques migratoires européennes que l’immigration intellectuelle en provenance du Maghreb fait l’objet d’une attention spécifique : « si l’accueil des premières migrations de travail était une nécessité dans les années d’expansion et pouvait à la fois passer pour une aide de facto aux pauvres, il est aujourd’hui évident que l’émigration de couches qualifiées correspond à une perte sèche, une hémorragie socio-économique pour ces mêmes pays » (Sami Naïr, 1998).

9Aussi, les énonciateurs de la politique de codéveloppement en appellent-ils à une régulation active des flux migratoires à caractère intellectuel afin de favoriser les retours indispensables pour les sociétés d’origine. Ils rejoignent en cela les orientations néo-libérales des États maghrébins qui cherchent à récupérer à tout prix les diplômés jugés utiles et stratégiques pour la libéralisation économique, délaissant par ailleurs les diplômés perçus comme peu rentables. C’est précisément ces dernières catégories de diplômés qui posent aujourd’hui le plus de problèmes aux autorités des pays de départ et des sociétés d’accueil, parce qu’elles ont la plus forte probabilité d’être touchées par le chômage et la précarité professionnelle : que faire des diplômés maghrébins indésirables ici et là-bas ?

10À cette question embarrassante tant pour les responsables des sociétés d’origine que pour ceux des pays d’accueil, le projet de codéveloppement n’apporte pas encore de réponse pertinente, puisqu’il est fondé sur les idées de complémentarité et d’utilité socio-économique et non de « charge ».

La fin du post-colonialisme universitaire ?

11Jusqu’à une période récente, la grande majorité des étudiants tunisiens expatriés a été formée en France, en raison des liens historiques et des accords de coopération sur les plans scientifique et universitaire. Ce monopole hexagonal dans la formation supérieure se trouve aujourd’hui remis en cause par la volonté des pouvoirs publics tunisiens de diversifier leur coopération, en recherchant notamment de nouveaux partenaires occidentaux (Allemagne, Canada, États-Unis…) et par la politique d’accueil sélectif des autorités françaises (priorité aux élites universitaires).

12Ainsi, cette étude sur le retour des diplômés tunisiens permet d’appréhender les effets du discours affiché sur la structure des flux : les données de l’enquête IRMC-INTES confirment-elles ou non le processus de diversification des échanges universitaires ?

13L’ancienne puissance coloniale continue à drainer un flux substantiel d’étudiants tunisiens, même si l’on ne peut plus véritablement parler d’émigration massive. Aujourd’hui, environ un tiers des étudiants tunisiens formés à l’étranger (31,8 %) ont accompli une partie de leur cursus supérieur dans une université ou une école d’ingénieurs française. Le discours sur la nécessaire diversification des échanges universitaires doit donc être relativisé au regard des flux de départ et de retour. Toutefois, le profil scolaire et universitaire des étudiants tunisiens formés dans l’Hexagone a considérablement évolué ces dix dernières années, consécutivement aux nouvelles orientations des politiques d’accueil. Désormais, la France devient principalement une destination de spécialisation et d’excellence universitaire, se contentant d’accueillir les étudiants tunisiens « confirmés » (titulaires d’une licence ou d’une maîtrise) et se fermant progressivement aux étudiants des premier et second cycles. Seules exceptions : les lauréats des classes préparatoires qui, dés le plus jeune âge (20-24 ans), intègrent les filières élitistes.

  • 6 D’après le directeur de la Mission Universitaire et Éducative de Tunisie en France, « la publicatio (...)
  • 7 Pour l’année universitaire en cours (1998-1999), 81 étudiants tunisiens ont réussi le concours des (...)
  • 8 Créé en juin 1991, l’IPEST a pour mission de préparer aux concours d’entrée des écoles d’ingénieurs (...)

14Ce phénomène d’excellence universitaire est attesté par le nombre croissant des jeunes Tunisiens qui, chaque année, parviennent à réussir le concours d’entrée aux Grandes Écoles françaises. Pour la seule année académique 1996-1997, on recensait ainsi quatre-vingt-un lauréats tunisiens des classes préparatoires, dont huit admis à l’École Polytechnique6 et quatorze à l’École Centrale de Paris7. Le fait nouveau réside dans le rôle joué par les classes préparatoires « locales » comme, par exemple, l’Institut Préparatoire aux Études Scientifiques et Techniques (IPEST) de la Marsa8, qui cette année-là, a envoyé vingt-deux élèves tunisiens dans des écoles d’ingénieurs de l’Hexagone, obtenant des résultats comparables aux meilleures classes préparatoires françaises (Louis-le-Grand, Janson de Sailly, Saint Geneviève, Saint Louis, Stanilas…).

  • 9 Les deux tiers des bourses gouvernementales tunisiennes sont distribuées au profit des étudiants de (...)

15Mais la politique de l’État français n’est pas la seule responsable de cette modification de la composition des flux. Dans le nouveau contexte d’ajustement structurel, les autorités universitaires tunisiennes accordent de moins en moins de bourses aux étudiants des premier et second cycles, privilégiant exclusivement les inscrits en troisième cycle. Seuls, les premiers cycles correspondant aux classes préparatoires aux Grandes Écoles restent encore fortement soutenus. La nouvelle doctrine de l’État tunisien en matière d’aides publiques consiste à dissuader les étudiants de suivre à l’étranger des cursus existant déjà dans le pays d’origine. De ce fait, certains projets migratoires deviennent « illégitimes » et ne peuvent être portés que par une émigration étudiante « libre », non financée par les pouvoirs publics9.

16Les destinations maghrébines (Algérie, Maroc, Mauritanie et Libye) relèvent plutôt de la « face cachée » de l’émigration étudiante. Longtemps considérés comme des destinations poubelles, peu valorisés socialement, les pays du Maghreb drainent de plus en plus des étudiants tunisiens, désireux d’échapper aux Fourches Caudines du système scolaire national. En 1992-1993, les statistiques de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) indiquaient que 1300 étudiants tunisiens séjournaient au Maroc, 700 en Algérie, 406 en Mauritanie et 180 en Libye, soit un total de 2586 individus émigrés pour les études dans les pays de l’UMA. Ces destinations offrent en quelque sorte une seconde chance aux diplômés tunisiens en difficulté scolaire.

17Aujourd’hui, environ 40 % des diplômés tunisiens de retour au pays ont été formés au Maroc (19,4 %), en Algérie (11,3 %), en Mauritanie (5,5 %) et plus rarement en Libye (1,3 %). Ce sont généralement des diplômés de premier ou second cycle qui, une fois leur diplôme décroché, rentrent définitivement au pays. En effet, il est difficile de s’y installer sur le plan professionnel, dans la mesure où le marché de l’emploi de ces pays est déjà saturé par les demandes des diplômés nationaux (chômage élevé des diplômés en Algérie et au Maroc).

18Ainsi, l’émigration tunisienne vers les « pays frères » de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), longtemps occultée par les discours officiels, tend à devenir un phénomène majeur, bouleversant nombre d’idées reçues : si le Maghreb politique semble éprouver des difficultés à émerger et à trouver ses marques, le Maghreb de la formation supérieure se développe rapidement et ceci, malgré les différends géopolitiques (guerre civile algérienne, conflit algéro-marocain…) et les contextes socio-économiques (chômage et précarité) peu favorables à la mobilité inter-maghrébine.

  • 10 Certains diplômes délivrés par les universités nord-américaines ne sont pas encore reconnus par la (...)
  • 11 Parmi les nouvelles destinations d’études, on peut citer le Japon. Chaque année, le ministère japon (...)

19Il convient de s’arrêter, enfin, sur les destinations universitaires de plus en plus prisées à la fois par les individus et les autorités tunisiennes à la recherche de nouveaux partenaires. Sur le plan sociologique, elles correspondent généralement aux « pays élus » par les enfants de l’élite socio-économique et des bénéficiaires de la politique de libéralisation (entrepreneurs privés, grands commerçants, professions libérales…). C’est notamment le cas de l’Allemagne (3 % des retournants), des Etats-Unis (3 %) et du Canada (1,7 %). On peut parler ici d’un phénomène de mode « par le haut », indépendamment de la valeur des titres universitaires acquis. Les diplômes décrochés dans ces « pays prestigieux » sont parfois médiocres10 et ne bénéficient pas du même contrôle de sérieux que les diplômes acquis dans les « pays connus », comme la France, la Belgique ou le Maroc. Dans le contexte actuel de la mondialisation économique, se développe une forme de fétichisation des titres universitaires des pays puissants, au détriment des destinations en perte de vitesse ou considérées comme tels11. Face à la banalisation des diplômes français, la tendance des élites socio-économiques tunisiennes est d’aller chercher des diplômes toujours plus rares et toujours plus loin.

TABLEAU 1. Les pays de formation des diplômés tunisiens de retour

TABLEAU 1. Les pays de formation des diplômés tunisiens de retour

© Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998

  • 12 Source : Ministère tunisien de l’Enseignement supérieur, 1999.

20Dans les cas précis de l’Allemagne et du Canada, on voit émerger une politique active de bourses publiques, destinées aux meilleurs élèves du baccalauréat national qui vient directement concurrencer le système français des Grandes Écoles. En 1998-1999, la République fédérale a ainsi accueilli 240 étudiants tunisiens, dont 201 boursiers nationaux (BN) et 39 boursiers de coopération (BC), principalement concentrés dans les filières génie électrique (82 boursiers), génie mécanique (50) et informatique (55)12. De son côté, le Canada a accordé la même année 70 bourses de coopération pour des étudiants tunisiens en gestion (18), informatique (13), génie électrique (7) et TELECOM (7). Sur ce plan, les destinations allemande et canadienne ne renvoient pas seulement à un effet de mode mais également à la volonté affichée de ces deux États de renforcer leur coopération scientifique et universitaire avec la Tunisie.

21En regard de ces données, il est nécessaire de relativiser la rhétorique des pouvoirs publics tunisiens sur les nouvelles orientations de la coopération scientifique et universitaire. Le processus de diversification est encore à ses débuts. L’essentiel de l’effort financier de l’État tunisien en matière d’aides aux études à l’étranger continue à se porter sur la France. Le poids des variables historiques et linguistiques (hégémonie de l’arabe littéraire et du français) et les contraintes socio-économiques limitent considérablement le redéploiement des flux migratoires étudiants.

22Il est vrai cependant que les diplômés tunisiens se dirigent de plus en plus vers des pays « proches » sur les plan géographique et/ou culturel où le niveau de vie est comparable à celui de la Tunisie : le Maroc est désormais le deuxième pays d’accueil des étudiants tunisiens. Les nouvelles destinations occidentales (Amérique du Nord, Grande-Bretagne, Italie, Espagne…) n’attirent finalement que les diplômés issus des milieux privilégiés ou ceux d’origine modeste bénéficiant d’une bourse de coopération.

Derrière les projets d’études à l’étranger, des logiques classistes et régionalistes ?

  • 13 Cf. Noureddine Sraïeb, Le Collège Sadiki de Tunis 1875-1956 : enseignement et nationalisme, Paris-T (...)

23En Tunisie, les titres universitaires étrangers jouissent depuis longtemps d’une cote hors pair, conférant à ses détenteurs une forme de prestige social, négociable dans les différentes activités de la vie (mariage, emploi, notoriété publique, carrière politique, magistère religieux…). Déjà à l’époque pré-coloniale, certaines familles de l’aristocratie tunisoise ou de la nouvelle bourgeoisie urbaine du Sahel envoyaient leurs enfants dans les universités étrangères pour suivre des études dans les disciplines dites « modernes » (la fascination pour l’Université de la Sorbonne à Paris) ou dans les filières théologiques (Université Al-Azhar au Caire)13. Aujourd’hui, malgré une banalisation et une généralisation des titres étrangers, partir étudier dans une université ou dans une grande école européenne est toujours synonyme de prestige. En ce sens, c’est moins le contenu et la valeur des diplômes qui entrent en ligne de compte que leur label « étranger » ou « occidental », objet d’une forme de fétichisation de la part des individus et des familles.

24Toutefois, ce processus de généralisation des titres universitaires étrangers en Tunisie doit être relativisé. Notre enquête sur le retour des diplômés tunisiens tendrait à prouver que la migration d’études reste l’apanage d’une minorité de familles, dans un contexte où les possibilités de départ sont de plus en plus réduites (politique des visas, fermeture des frontières, difficultés à se procurer des devises pour financer le séjour des enfants…).

Rendre visible et faire savoir la réussite scolaire de son enfant.
Source : La Presse de Tunisie, rubrique « succès », mardi 6 juillet 1999.

25Dans les années 1990, l’émigration étudiante recrute principalement au sein des classes moyennes supérieures et des milieux favorisés de la société tunisienne. Aussi, enregistre-t-on une sur-représentation des enfants des catégories cadres supérieurs-professions libérales (18,3 % des retournants) et cadres moyens-techniciens supérieurs (11 %). Émerge également une assez forte présence de diplômés issus des familles de l’artisanat et du commerce (11 %). Ces résultats laissent à penser que ces groupes sociaux développent des stratégies de placement des enfants à l’étranger comme moyen d’assurer leur réussite professionnelle et la reproduction du capital familial (restaurant, boutique, micro-entreprise…).

26En revanche, force est de constater une sous-représentation des diplômés de l’étranger issus des couches populaires des milieux ruraux et urbains : enfants de salariés agricoles (1,1 %), de manœuvres (1,4 %) et d’ouvriers (6,8 %).

27En définitive, quelle que soit la destination d’études (Amérique, Europe ou monde arabe), les projets migratoires nécessitent une telle mobilisation de moyens et de ressources familiales, qu’il s’opère dès le départ une forme de sélection sociale, malgré les aides publiques du gouvernement tunisien et des partenaires de la coopération universitaire (France, Allemagne et Canada).

28Existe-t-il cependant des disparités sociales importantes entre les diplômés selon les pays de formation ? En bref, peut-on parler de destinations de riches et de destinations de pauvres ?

29Les étudiants tunisiens formés en France appartiennent plutôt aux milieux sociaux favorisés, comme les professions libérales (avocats, médecins, huissiers-notaires, experts-comptables…) et les cadres supérieurs du secteur public et du secteur privé. Les enfants de manœuvres, d’ouvriers et de salariés agricoles sont quasiment absents de cette destination d’études et plus généralement des destinations occidentales (Europe de l’Ouest et Amérique du Nord).

30Le recrutement social des diplômés tunisiens de l’UMA (Algérie, Maroc, Mauritanie et Libye) est, lui, nettement plus hétérogène. Certes, on y retrouve une proportion substantielle d’enfants des couches sociales supérieures (professions libérales et cadres), mais aussi des enfants issus de milieux en apparence plus modestes, comme les artisans et les petits commerçants. Les origines sociales des diplômés formés dans les pays du Machrek sont à peu près similaires.

31En fait, ces variables relatives aux origines sociales des diplômés de l’étranger (profession du père et de la mère) ne produisent pas d’effet mécanique sur le « choix » des destinations d’études. Elles ne présentent de pertinence pour la compréhension des migrations étudiantes que si elles sont corrélées avec des variables socioculturelles, révélatrices de l’idéologie scolaire des familles.

32Sur ce plan, on ne peut séparer les origines sociales des diplômés des caractéristiques sociologiques de leurs milieux de socialisation familiale et de scolarisation primaire (urbain/rural ; ville/campagnes ; capitale/intérieur ; régions développées/zones d’ombre, etc.).

TABLEAU 2 Les origines sociales des diplômés : comparaison entre les retournants de France et ceux du Maghreb

TABLEAU 2 Les origines sociales des diplômés : comparaison entre les retournants de France et ceux du Maghreb

© Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998

33Les individus nés dans le Grand-Tunis (Tunis-ville, gouvernorats de l’Ariana et de Ben Arous) constituent de loin le groupe le plus important des diplômés formés à l’étranger. Une telle donnée confirme le poids démographique de la capitale tunisienne dans l’espace national et plus particulièrement dans la population étudiante : on retrouverait une distribution comparable pour les diplômés issus des universités nationales.

34Les destinations d’études se caractérisent-elles par un recrutement à base régionaliste ?

35D’après les résultats de notre enquête, les jeunes de la ville de Sfax, du Grand Tunis et du sud-est du pays (Gabès, Médenine et Tataouine) se dirigent plus souvent vers la France pour leurs études supérieures que les étudiants des autres régions.

36Les jeunes des régions de l’intérieur de la Tunisie, notamment du nord ouest (Le Kef, Jendouba, Kasserine…) émigrent davantage vers le Maghreb et le Machrek, non seulement pour accomplir leurs études universitaires mais aussi, dans la majorité des cas, leurs études secondaires.

37En regard de ces données, l’on peut donc conclure que les origines régionales des individus interfèrent, en partie, sur le choix des pays de formation. Cette interférence se produit selon trois logiques distinctes, entretenant un rapport étroit avec les milieux socioculturels.

38La première que nous qualifierons d’entrepreneuriale, concerne surtout les régions tunisiennes marquées par une forte tradition d’émigration étudiante vers la France, s’appuyant principalement sur les ressources sociales de la famille proche (Tunis, Sfax et Sahel). C’est une émigration de privilégiés, dont les parents ont parfois eux-mêmes accompli leurs études à l’étranger.

39Le seconde recoupe l’existence des réseaux de l’émigration économique d’extraction paysanne qui sert ainsi de base d’accueil aux diplômés tunisiens expatriés (sud-est, régions sahariennes). Issus de familles populaires, ces étudiants parviennent malgré tout à émigrer en Europe grâce à la présence d’un membre de la famille dans le pays d’accueil (père, oncle ou frère).

40Enfin, la dernière, que nous appellerons logique de proximité culturelle et linguistique touche principalement les régions pauvres de l’intérieur du pays (Sidi Bouzid, Kairouan, Kasserine, Le Kef…) qui « exportent » des étudiants vers les pays arabophones dès l’enseignement secondaire.

41Le choix des pays et des filières de formation est non seulement fonction des origines sociales des diplômés (profession du père) mais aussi très largement du contexte socioculturel dans lequel ils ont grandi. Sur ce plan, des facteurs comme la langue parlée en famille, le rapport à la ruralité ou à l’urbanité, le sentiment d’appartenance à une arabité symbolique semblent jouer un rôle tout aussi important que les origines sociales stricto-sensu. De même, on peut penser que l’ouverture des « nouveaux riches » et des enfants d’entrepreneurs tunisiens aux pays anglo-saxons révèle une sensibilité plus marquée aux aspects de la mondialisation économique, par rapport aux familles d’intellectuels qui sont fondamentalement restés attachés à la langue française et à tout ce qu’elle peut véhiculer en termes de culture et de valeurs.

42L’analyse des profils sociologiques des diplômés tunisiens expatriés montre que le principal clivage réside entre les individus formés dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Mauritanie) et ceux formés en Europe de l’Ouest et plus particulièrement en France. Au-delà des facteurs subjectifs qui poussent les diplômés à opter pour un pays plutôt que pour un autre, les différents « choix » de destinations universitaires cachent de profondes disparités sur le plan des origines sociales, des contextes culturels de socialisation (villes/campagnes ; capitale/intérieur ; régions riches/zones d’ombre…), des représentations familiales du rôle de l’école, mais aussi des disparités du point de vue des parcours scolaires effectués dans le pays d’origine avant la migration.

Retour et réinsertion : des fortes inégalités entre les diplômés formés en Occident et ceux formés dans le monde arabe

43Contrairement à une idée reçue, la majorité des diplômés tunisiens formés à l’étranger affirment que leur retour au pays procède d’une décision « totalement volontaire » (68,5 %). Les autres motifs, comme l’expiration des visas d’études, les difficultés financières et les discriminations subies dans la société d’accueil, sont rarement évoqués comme facteurs majeurs du retour en Tunisie. Il convient bien sûr d’interpréter avec beaucoup de précautions la formule « totalement volontaire ». Au cours des entretiens, les individus ont eu parfois tendance à minimiser les raisons « objectives » qui les ont conduits à prendre la décision de rentrer, mettant ainsi en valeur leur projet personnel de réinsertion dans le pays d’origine. Les diplômés de l’étranger reconstruisent sur le registre de l’idéalisation le processus décisionnel du retour au pays, euphémisant les motivations jugées moins nobles. On peut parler ici d’un imaginaire du retour qui occulte temporairement les contraintes subies dans le pays de formation (visas, argent, racisme, chômage…) pour mieux souligner le mérite personnel à bâtir un projet d’avenir dans leur propre pays, à savoir la Tunisie.

TABLEAU 3. Les motifs du retour en Tunisie selon les pays de formation (en %)

TABLEAU 3. Les motifs du retour en Tunisie selon les pays de formation (en %)

© Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998

44On ne relève pas de différences fondamentales dans les réponses des diplômés en fonction des pays de formation, des filières et des niveaux d’études. La seule variable à induire une disparité significative est le sexe. En effet, les filles sont proportionnellement moins nombreuses à déclarer que leur retour au pays constitue une décision « totalement volontaire » (53 % contre 71,3 % pour les hommes), mentionnant d’« autres raisons », qu’elles refusent généralement d’expliciter devant l’enquêteur. Il faut voir ici un effet du contrôle exercé par les familles tunisiennes sur le destin matrimonial des étudiantes émigrées. En fait, derrière ce non-dit féminin se cache le contrôle social exercé par les familles sur le destin matrimonial de leur progéniture. En ce sens, les filles expatriées semblent davantage dépendantes que les garçons des décisions familiales quant au retour définitif en Tunisie. Malgré l’éloignement géographique, les parents continuent à exercer sur leurs filles des pressions, afin qu’elles ne s’attardent pas trop dans les pays de formation. Les questions des fiançailles et du mariage dissuadent les étudiantes de s’absenter trop longtemps du pays ou de la région d’origine, au risque de mettre en péril leur avenir et limitent de ce fait considérablement leur autonomie à l’étranger.

45D’une manière générale, les diplômés expatriés n’ont pas obtenu de promesses d’emploi avant leur retour au pays. C’est donc « sur place » qu’ils sont conduits majoritairement à chercher et à négocier du travail auprès des employeurs locaux. Seule une minorité parmi eux (un quart de l’effectif environ) revient avec une promesse d’embauche dans ses bagages. Sur ce plan, les relations familiales et les réseaux relationnels remplissent une fonction majeure, puisqu’ils permettent à certains diplômés « privilégiés » d’avoir des garanties sérieuses quant à leur avenir socioprofessionnel avant même d’être rentrés au pays. Les négociations se déroulent souvent lors des vacances estivales (juin-août) précédant immédiatement le retour.

46L’absence ou la présence d’une promesse d’emploi avant le retour est révélatrice de la capacité des diplômés expatriés à mettre à profit leur relations sociales pour se bâtir une situation professionnelle au pays. L’étude des moyens utilisés pour la recherche d’emploi vient confirmer, en partie, le rôle clef dans la société tunisienne actuelle des sociabilités familiales et régionales.

47Le rôle des relations familiales dans la recherche d’emploi est une question délicate, dans le mesure où elle peut être interprétée par les enquêtés comme un soupçon de favoritisme et de clientélisme. Toutefois, dans le cas particulier de la Tunisie, elle tend à être banalisée par les pratiques sociales courantes : les individus recourent fréquemment à leurs réseaux familiaux dans toutes sortes de situations sociales, ce qui explique paradoxalement qu’ils n’ont pas de mal à l’avouer. Environ un tiers de nos enquêtés reconnaissent avoir recouru à leur famille (proche ou éloignée) pour chercher un emploi en Tunisie. Cette pratique est commune à tous les diplômés de l’étranger quel que soit le pays de formation (France, Algérie, Maroc et reste du monde). Cependant, elle semble plus ancrée chez certaines catégories de diplômés, notamment chez ceux en sciences sociales (41,7 % contre une moyenne de 31,8 %). La famille joue ici un rôle de compensation aux autres moyens défaillants. Il ne faut pas oublier que les diplômés en sciences sociales, y compris ceux titulaires de titres étrangers, sont les plus touchés par le chômage. La famille constitue donc pour eux un « filet de sécurité » dans un contexte marqué par la précarité de l’emploi.

TABLEAU 4 Moyens et efficacité de la recherche d’emploi : comparaison selon les pays de formation des diplômés (en %)

TABLEAU 4 Moyens et efficacité de la recherche d’emploi : comparaison selon les pays de formation des diplômés (en %)
  • 2 Nombre de diplômés ayant utilisé ce moyen / Total de l’échantillon ayant recherché un emploi x 100.
  • 3 Nombre de diplômés ayant trouvé un emploi avec ce moyen / Total des diplômés l’ayant utilisé x 100.

© Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998
Note *2
Note **3

48Par ailleurs, les relations familiales occupent la seconde position dans le classement de l’efficacité des moyens de recherche d’emploi en Tunisie : le tiers des « utilisateurs des réseaux familiaux » avouent avoir obtenu un emploi par leur intermédiaire.

  • 14 Durant toute la période de formation dans ces écoles, l’étudiant reçoit une bourse qui constitue en (...)

49Dans un souci de pacification sociale et par crainte de la contestation étudiante (grèves et mouvements de diplômés-chômeurs comme au Maroc), le gouvernement tunisien a généralisé l’organisation du concours comme moyen de sélection des candidats à l’emploi dans le secteur public. Compte tenu de la situation actuelle, caractérisée par un taux de chômage élevé chez les diplômés du supérieur (entre 10 % et 15 %), les concours publics attirent de plus en plus de candidats (parfois plusieurs centaines). Dans ces circonstances, les diplômés de l’étranger, à l’instar de leurs homologues nationaux, s’inscrivent à plusieurs concours à la fois dans l’espoir d’en décrocher au moins un. Ainsi, environ 56 % des étudiants formés à l’étranger ont utilisé ce moyen de recherche d’emploi. Les concours auxquels la participation est massive concernent principalement l’accès au poste d’enseignant du secondaire et du supérieur. C’est aussi le cas pour les emplois dans les grandes banques et les caisses de sécurité sociale (CNSS). Il s’agit, enfin, des concours qui permettent l’accès à une école débouchant automatiquement sur un emploi de la fonction publique après la réussite aux études comme, par exemple, l’École nationale d’administration (ENA) OU l’École supérieure de la magistrature (ESM)14.

50Malgré ce phénomène d’inscription massive des diplômés de l’étranger aux concours publics tunisiens, l’efficacité de ce moyen de recherche d’emploi reste très limité, puisque seulement 21 % de ses utilisateurs ont effectivement accédé à un emploi. Cette faible efficacité s’explique évidemment par le déséquilibre croissant entre l’offre et la demande d’emplois dans le secteur public.

GRAPHIQUE 1. L’orientation sectorielle de la recherche d’emploi en Tunisie (public / privé)

GRAPHIQUE 1. L’orientation sectorielle de la recherche d’emploi en Tunisie (public / privé)

© Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998

51Malgré les nombreux bouleversements sur le plan économique, il existe encore aujourd’hui en Tunisie une culture du secteur public très ancrée chez les diplômés de l’Enseignement supérieur qu’ils soient issus des universités nationales ou des universités étrangères. En période de crise et de mutations économiques, le secteur public incarne plus que jamais les vertus de la stabilité sociale et de la « réussite à moindres risques ». A l’opposé, le secteur privé continue à faire l’objet de nombreux préjugés négatifs (bas salaires, exploitation, non respect des acquis sociaux…), en dépit de la volonté de l’État tunisien d’encourager chez les jeunes diplômés l’esprit d’entreprise. Dans une précédente étude, nous avions même constaté un phénomène de « pantouflage à l’envers » (S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1997). se traduisant par le passage fréquent de diplômés du privé vers le public. En effet, après une expérience professionnelle « ratée » dans une entreprise privée, certains diplômés préfèrent se réorienter vers les concours publics, espérant devenir fonctionnaires ou assimilés. Parmi les sortants des écoles de commerce et de gestion, on relève ainsi une proportion substantielle d’individus qui choisissent de passer les concours de la fonction publique.

52De plus, toutes les analyses récentes sur la Tunisie confirme l’extrême faiblesse du taux d’encadrement dans le secteur privé, comme si les patrons tunisiens faisaient de la résistance à l’embauche des cadres supérieurs. Une telle attitude s’explique à la fois par le comportement patriarcal du patronat tunisien mais aussi par le caractère encore artisanal de nombreuses entreprises locales qui recourent massivement à une main-d’œuvre peu qualifiée et donc bon marché. Dans ces circonstances, on peut comprendre que le secteur privé national provoque un effet dissuasif chez les diplômés de l’étranger qui privilégient, soit une recherche dans le seul secteur public (44 % des enquêtés), soit une recherche mixte, c’est-à-dire dans les deux secteurs à la fois (42 %).

53Cette stratégie de refuge dans le secteur public se trouve aujourd’hui renforcée par la peur du chômage qui touche un nombre croissant de diplômés, notamment ceux formés dans le monde arabe (Maghreb et Machrek).

54En effet, trois ans après la date d’obtention de leur équivalence, 30 % des diplômés tunisiens du Maghreb et 40 % des diplômés du Machrek de niveau bac+4 sont encore au chômage, alors que la quasi-totalité des diplômés de France occupent un emploi. La situation de ces diplômés tunisiens formés dans les universités arabes apparaît même moins favorable que celle des diplômés formés localement, dans la mesure où seulement 15 % d’une cohorte issue des universités tunisiennes se trouve en situation de chômage, trois ans après l’entrée dans la vie active (S. Ben Sedrine, J.-M. Plassard, 1998).

55Par ailleurs, chez les diplômés du monde arabe, la tendance à la baisse du taux de chômage n’évolue que très lentement, ce qui traduit des grandes difficultés d’insertion professionnelle par rapport aux diplômés d’Amérique et d’Europe de l’Ouest.

56La situation professionnelle des diplômés formés en France est donc nettement meilleure que celle des diplômés du Maghreb et du Machrek. Les premiers représentent 41 % du groupe des emplois stables contre 30 % du groupe des emplois d’attente. En revanche, les seconds sont davantage représentés dans le groupe des emplois précaires. Sur ce plan, l’emploi d’attente traduit la difficulté d’insertion professionnelle des diplômés formés dans les pays arabes. Deux raisons principales expliquent cette situation de relative précarité.

57En premier lieu, la majorité des diplômés de cette population possèdent une maîtrise (bac+4), dont les titulaires sont fortement excédentaires sur le marché tunisien. Ils constituent aujourd’hui les deux tiers des diplômés du supérieur inscrits dans les bureaux publics de placement. De plus, ces diplômés du Maghreb et du Machrek sont concentrés dans des spécialités qui ont le plus de difficultés d’insertion en Tunisie, à savoir les sciences sociales (droit, économie et gestion), les lettres et les sciences humaines qui représentaient, à la fin mars 1998, respectivement 39 % et 29 % de l’effectif total des diplômés du supérieur au chômage (A. Halleb, S. Ben Sedrine et M. Bouchrara, 1998).

GRAPHIQUE 2. Évolution du chômage des diplômés de niveau bac+4 selon les pays de formation (1995-1998)

GRAPHIQUE 2. Évolution du chômage des diplômés de niveau bac+4 selon les pays de formation (1995-1998)

© Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998

  • 15 Rappelons que notre échantillon d’enquête est composé exclusivement des diplômés qui ont obtenu leu (...)

58Ensuite, les titres universitaires obtenus au Maghreb et au Machrek constituent des « signaux » ambigus de la qualité de la formation, car certains individus formés dans ces pays ne parviennent pas obtenir d’équivalence au diplôme tunisien. Certes, ce n’est pas le cas de la population de notre échantillon15, mais celle-ci est probablement victime de la perception négative de certains employeurs. Les décisions de refus de la commission nationale d’équivalence contribue à semer le doute chez certains patrons tunisiens sur la qualité de la formation délivrée dans les universités arabes. Dans un contexte d’incertitude sur la productivité des diplômés, les employeurs ont besoin d’un signal clair, prédicteur de cette productivité pour minimiser les risques que pourrait entraîner leur décision d’embauche. Notre population est consciente de ce problème, puisqu’une proportion importante de diplômés du monde arabe décide de ne pas faire état de leurs études à l’étranger. Dans la plupart des cas, cette stratégie d’occultation volontaire de l’origine nationale des titres scolaires n’empêche pas l’employeur de découvrir la nature du diplôme au moment de l’examen du dossier et de donner une suite défavorable à la demande d’emploi.

Au-delà des titres, réhabiliter l’expérience migratoire des diplômés

59Cette première étude sur le retour des diplômés tunisiens formés à l’étranger nous renseigne autant sur les conditions particulières de leur réinsertion dans la société d’origine que sur l’évolution générale du paysage des migrations étudiantes au Maghreb. Une page de l’histoire de la coopération universitaire et scientifique est bel et bien tournée : à la relation traditionnelle entre la Tunisie et son ancienne puissance coloniale se substitue un système d’échanges multiples dans lequel la France ne représente plus qu’un partenaire parmi d’autres. Si l’influence de l’Hexagone reste substantielle sur le plan des échanges universitaires, il n’est plus en situation de monopole pour l’accueil des étudiants tunisiens expatriés. Désormais, des pays occidentaux comme l’Allemagne et le Canada jouent un rôle de plus en plus important dans les échanges scientifiques, accueillant chaque année plusieurs dizaines d’étudiants et de chercheurs tunisiens qui souhaitent parfaire leur formation à l’étranger. Ce phénomène ne repose pas exclusivement sur un effet de mode, entretenu par les nouvelles élites économiques tunisiennes réceptives à la mondialisation, mais aussi sur une politique active de ces États occidentaux qui veulent marquer leur présence en Tunisie et dans l’ensemble des pays du Maghreb. La distribution de nombreuses bourses d’études est une manière pour eux de signifier leur bonne volonté quant à leurs projets de coopération avec la Tunisie dans des domaines aussi variés que l’environnement, les télécommunications, l’informatique et la gestion des entreprises. Cette politique « généreuse » a bien sûr des sous-entendus économiques : la formation de cadres supérieurs et d’ingénieurs tunisiens constituent pour eux un vivier de futurs médiateurs et passeurs qui favoriseront la pénétration de leurs produits sur les marchés locaux. De plus, si l’État tunisien reste profondément attaché à une relation forte avec la France (consolidation de l’axe Tunis-Paris), il n’en est pas moins favorable à l’émergence de nouveaux partenaires occidentaux, susceptibles de lui venir en aide dans sa politique actuelle de réformes économiques.

60Outre ce processus de diversification en direction des pays comme l’Allemagne et le Canada, cette étude sur le retour a mis en lumière un phénomène connu, mais dont l’ampleur restait encore insoupçonnée : les migrations étudiantes inter-maghrébines. Aujourd’hui, la majorité des étudiants tunisiens expatriés accomplissent leur cursus universitaire dans les pays voisins de l’UMA (Maroc, Algérie et Mauritanie) ou dans les autres pays arabes (Liban, Syrie, Égypte…). Dans un contexte, où la plupart des experts et des observateurs dénoncent la faiblesse des échanges inter-maghrébins, ces données nouvelles sur les migrations étudiantes relancent les espoirs d’une construction unitaire. En dépit des problèmes politiques et sociaux, nous voyons naître sous nos yeux un marché maghrébin de la formation supérieure qui ne sera pas sans conséquence sur les relations entre les États de la région : le développement rapide des échanges intellectuels et scientifiques est le signe d’une intensification future des relations inter-maghrébines et inter-arabes. Jusqu’à présent, ces échanges entre pays du Maghreb relevaient essentiellement de stratégies individuelles et familiales, échappant le plus souvent à tout cadre officiel de coopération. À certains égards, on pouvait parler d’une coopération par le bas : ce sont les projets individuels et non les États qui contribuent à la richesse de ces flux intellectuels inter-maghrébins Nous touchons là à une différence fondamentale des « types » de relations universitaires que la Tunisie entretient actuellement avec ses partenaires étrangers : si les destinations occidentales sont fortement encadrées par les initiatives étatiques, les destinations maghrébines ou arabes échappent le plus souvent à toute politique commune concernant la formation et le transfert de technologies. En fait, à travers l’hétérogénéité culturelle et sociologique des flux d’étudiants et de diplômés, on découvre les différentes facettes de la Tunisie d’aujourd’hui : l’une ouverte sur l’Europe et le monde occidental (le triangle Tunis-Sousse-Sfax), l’autre davantage tournée vers les pays arabo-musulmans (Le Kef, Kairouan, Kasserine, Gafsa…).

61En choisissant de travailler sur le phénomène du retour des diplômés, nous avons mis à nu l’hétérogénéité des milieux de socialisation familiale et de scolarisation avant le départ (urbain/rural, régions développées/zones d’ombre, villes du littoral/intérieur du pays…), les inégalités de statut face au financement public des études (boursiers/non boursiers), les disparités entre les sexes (prédominance de l’émigration masculine), la différence de réputation des pays de formation (destinations valorisées/destinations poubelles) et la hiérarchie des titres et des filières universitaires dans le processus d’insertion (diplômes recherchés par les employeurs/diplômes déconsidérés). En définitive, nous avons montré que la catégorie « diplômés de l’étranger » n’existait pas en tant que telle. Le fait de posséder en commun un titre scolaire de l’étranger ne suffit pas à créer une conscience groupale qui serait le support d’une concurrence avec les diplômés nationaux, ni même l’esquisse de lobbies professionnels qui s’identifierait par pays de formation (lobby des diplômés d’Allemagne, des États-Unis, de France, du Maroc, etc.).

62Cependant, la non-existence de ce groupe social, que l’on aurait pu qualifier « d’anciens diplômés expatriés », ne doit pas nous conduire – sous prétexte de normalisation sociologique – à occulter totalement les apports et les influences de la formation étrangère sur l’insertion et les pratiques socioprofessionnelles des individus. Quelles que soient les destinations, faire des études à l’étranger, c’est d’abord capitaliser une expérience migratoire qui n’est pas sans effet sur sa vie privée et publique dans la société d’origine et plus généralement sur sa vision du monde.

63Parce qu’ils ont eu la possibilité d’être directement en contact avec des cultures étrangères, des modes particuliers d’organisation du travail, des conceptions différentes de l’autorité et de la prise de décision dans les entreprises et les administrations, les diplômés tunisiens de l’étranger doivent être considérés comme des acteurs potentiels de la réforme économique, des éclaireurs avertis du partenariat euro-méditerranéen et des relations tuniso-arabes. Outre les compétences spécifiques acquises dans le cadre strictement scolaire et universitaire, ils sont susceptibles de jouer le rôle de médiateurs et de passeurs culturels, favorisant l’intégration de la Tunisie dans son environnement régional et international. En ce sens, aucune destination d’études n’est à négliger, pas même celles qui ont été considérées pendant longtemps comme « peu porteuses » pour le développement du pays.

La fin du « modèle français » au Maghreb ? L’attirance pour les études « à l’américaine » ? Remise de diplôme à l’École supérieure de commerce de Tunis. Source : collection personnelle Nabil Smida.

Le prestige des études à l’étranger, la soutenance de doctotat : un moment solennel. Source : collection personnelle Abdallah Gabsi.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BENSALEM Lilia, 1990, « La Profession d’ingénieur en Tunisie. Approche historique », in E. Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-orient, Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen : 81-93.

– 1976, Développement et problème de cadres : le cas de la Tunisie, Cahiers du CERES, série sociologique, n° 3, juin.

– 1972, L’Encadrement supérieur de l’économie tunisienne : Développement et problèmes de cadres, Tunis, Cahiers du CERES.

– 1969, « Démocratisation de l’enseignement en Tunisie. Essai d’analyse du milieu d’origine des étudiants tunisiens », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 16.

Ben Sedeine Saïd et Geisser Vincent, 1997, « Les diplômés à la sortie de l’Université. Devenir social et stratégies d’insertion professionnelle », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 157, juillet-septembre : 17-28.

Ben Slimane Moncef, 1997, « Discours et parcours des réformes universitaires tunisiennes », dans Réformes universitaires et mutations socioculturelles, Moncef Ben Slimane et Noureddine Dhahri, éd., Tunis, Imp. Eigraph.

Borgogno Victor et Streift-Fenart Jocelyne, 1996-1997, « L’accueil des étudiants étrangers en France : évolution des politiques et des représentations », Les Cahiers du SOLIIS, n° 2/3 : 73-88.

Borgogno Victor et Andresen-Vollenweider Lise, 1997, Les étudiants étrangers en France, trajectoires et devenir, Convention d’étude Direction de la Population et des Migrations, Ministère de l’emploi et de la solidarité, rapport de recherche.

Bougerra Mohamed-Larbi, 1993, La Recherche contre le tiers-monde, Paris, PUF.

Bougerra Mustapha-Kamel, 1985, Le commerce technologique entre pays d’inégal développement, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille.

CENTRE D’ÉTUDES ET DE RECHERCHES SUR LES QUALIFICATIONS (France), 1996, Bref, Emploi public, emploi privé, la difficile conversion des titulaires de thèses, n° 146, octobre.

Chemillier-Gendreau M., 1998, L’injustifiable, Les politiques françaises de l’immigration, Paris, Bayard Éditions.

Collectif, Les lois de l’inhospitalité. les politiques de l’immigration à l’épreuve des sans papiers, 1997, Paris, La Découverte.

CONFÉRENCE NATIONALE SUR L’EMPLOI, 1998, L’emploi en Tunisie, contexte, enjeux et perspectives, septembre 1998. Rapport de synthèse des études réalisées pour cette conférence, éditeur, MFPE.

« Étudiants étrangers : l’Université prend la préfecture à contre pied », Libération, 30 janvier 1998.

Flory Maurice, 1993, Étudiants d’Europe, Paris, La Documentation française.

Kadri Mohamed Salah, 1991, « Esquisse d’une évaluation globale du système universitaire tunisien : institutions d’enseignement et de recherche, possibilités de lecture et état des bibliothèques », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 104.

Labdelaoui Hocine, 1996-1997, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n° 2-3 : 107-124.

Lajal Mohamed Lamine, 1990, La migration des compétences arabes, les causes et les propositions, le cas de l’Algérie, Magister en sciences politiques : 210 p.

Le Figaro, mardi 8 et mercredi 9 décembre 1998, « Enquête sur la désaffection des étudiants étrangers pour les Universités françaises », voir article « Scientifiques du Maghreb : une combine au Canada », Paris.

Lettre de la Mission Universitaire et Éducative de Tunisie, 1996-1999, Paris, dir. Mahdi Abdeljaouad : collection complète.

L’Université et les transformations sociales, Cahiers du CERES : série Sciences de l’Éducation, n°3, Tunis, Université de Tunis, 1992.

Malherbe Jacques, 1998, Les étudiants étrangers déçus de la France », Le Figaro, 8 décembre.

MISSION INTERMINISTÉRIELLE AU CODÉVELOPPEMENT ET AUX MIGRATIONS INTERNATIONALES, 1998, Mémorandum : propositions françaises d’axes de travail pour la politique de codéveloppement franco-marocaine, document interne, Paris, 23 septembre.

Naïr Sami, mai 1997, Rapport de bilan et d’orientation sur la politique de codéveloppement liée aux flux migratoires, Mission interministérielle « Migrations/Codéveloppement », Ministère des Affaires Étrangères.

– 1998, « La politique de codéveloppement liée aux flux migratoires », Hommes et migrations, n° 124.

Plassard J.-M. et Ben Sedrine Saïd (dir.), 1998, Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales, 1998.

Sefrioui Sofia, 1998, Les migrations étudiantes vers et entre les pays de l’OCDE : caractéristiques et tendances actuelles, OCDE, note du secrétariat.

Siino François, 1997, « La science : au cœur du discours, aux marges de la société », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 157, juillet-septembre, p. 29-39.

Simon Valérie, 1997, La migration des étudiants maghrébins en France et ses transformations (1962-1994), Thèse de Doctorat nouveau régime en Histoire, sous la direction de Monsieur Le Professeur Claude Liauzu, Université de Paris VII, 2 Tomes, 726 p.

Sraïeb Noureddine, 1991, Le Collège Sadiki de Tunis 1875-1956: enseignement et nationalisme, Paris-Tunis, CNRS-Éditions/Alif.

– et alii, 1984, Les Relations entre le Maghreb et le Machrek. Des solidarités anciennes aux réalités nouvelles , Aix-en Provence, Institut de recherches méditerranéennes.

Taamallah Khemaïes, 1987, « Enseignement supérieur en Tunisie : inégalité et reproduction sociale », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 88-91.

Touati Belkacem, 1989, Dynamique de la formation à l’étranger : aspects économiques et aspects budgétaires, Magister en sciences commerciales, Alger : 161 p.

Vermeren Pierre, 2000, La formation des élites par l’enseignement supérieur moderne au Maroc et en Tunisie durant le xxe siècle, Thèse d’histoire sous la direction du Professeur René Gallissot, Institut Maghreb-Europe, Université de Paris VIII.

Vermeren Pierre, 1997, « Administrateurs et ingénieurs dans le secteur public au Maroc et en Tunisie (1956-1997): formation compétition et luttes d’influence », contribution aux rencontres de Hammamet, les 5, 6 et 7 juillet 1997 dans le cadre du programme de recherche Flux et gestion des compétences intellectuelles dans les échanges euro-maghrébins.

Wadii Adnan, 1992, « L’Enseignement supérieur et le modèle étranger », texte en langue arabe, dans L’Université et les transformations sociales, Tunis, Université de Tunis-CERES.

Weil Patrick, 1997, Pour une politique de l’immigration juste et efficace, Rapport au Premier ministre, juillet.

Zahlan Antoine, 1985, « Le problème de l’exode des compétences arabes » Symposium sur l’exode des compétences arabes, Commission des Nations-Unies pour l’ouest asiatique, Beyrouth du 4 au 8 février 1985, ONU.

Notes

1 L’objectif de cette communication est de donner un aperçu synthétique des résultats de l’enquête IRMC-INTES, réalisée auprès de 625 diplômés tunisiens formés à l’étranger dans les années quatre-vingt-dix. L’échantillon d’enquête a été constitué à partir du fichier des équivalences du Ministère tunisien de l’enseignement supérieur. L’étude proprement dite s’est déroulée entre les mois de février et mai 1998 sur l’ensemble du territoire national, afin de ne pas négliger les localités de l’intérieur du pays qui connaissent, elles aussi, une forte émigration étudiante. Au total, 30 enquêteurs-étudiants ont participé à cette première enquête franco-maghrébine sur le retour des diplômés formés à l’étranger. L’ensemble des résultats statistiques de l’étude sont contenus dans le Rapport final, Le Retour des Diplômés : enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger dans les années 1990, contribution scientifique au débat sur le codéveloppement universitaire, Tunis, Institut Français de Coopération, IRMC, INTES, mai 1999.

2 L’évolution récente des politiques publiques relatives aux étudiants migrants ou aux migrants étudiants reflète d’ailleurs cette ambiguïté dans les représentations : en Europe de l’Ouest, c’est de plus en plus l’image du « faux étudiant » qui prévaut, les Maghrébins étant parfois accusés d’être des immigrés clandestins déguisés en étudiants. Par exemple, en France, ce n’est plus le ministère de l’Éducation nationale ou celui des Affaires Étrangères qui est l’acteur principal de la migration et du séjour des étudiants maghrébins, mais le ministère de l’Intérieur qui détermine les conditions de vie et d’études. Cf. Victor Borgogno et Jocelyne Streiff-Fenart, « L’accueil des étudiants étrangers en France : évolution des politiques et des représentations », Les Cahiers du SOLIIS, n° 2/3, 1996-97, p. 73-88.

3 Par exemple, en Algérie, la période 1980-1989 « est caractérisée par une baisse continue du nombre des étudiants boursiers inscrits à l’étranger ». Pour le Maroc, c’est en 1982 que la politique d’attribution systématique des bourses a été réformée dans un sens restrictif : « l’objectif de formation d’un nombre suffisant de cadres de la fonction publique ayant été atteint et le système d’enseignement supérieur s’étant développé (…), les autorités marocaines ont décidé de restreindre le nombre de bourses octroyées. La politique d’aide aux étudiants concerne désormais essentiellement ceux inscrits à l’étranger et de préférence pour des formations de troisième cycle dans le cadre de filières prioritaires bien définies ». Sources : Sofia Sefrioui, ibid., p. 10.

4 Extrait du Journal officiel de la République tunisienne du 2 février 1996.

5 À titre d’illustration, citons cet extrait du mémorandum relatif à la politique de codéveloppement franco-marocaine : « dans un cadre contractuellement défini et à titre expérimental dans un premier temps, des étudiants de niveau intermédiaires pourront effectuer une partie de leurs études en France, pour autant qu’ils acceptent de mettre les compétences acquises au service du développement du Maroc. Ceci nécessite qu’il puissent avoir une garantie d’emploi à leur retour, dans des secteurs jugés prioritaires par l’État marocain : techniciens de maintenance industrielle, cadres intermédiaires dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de l’éducation, agents de développement, chefs de projets… ». Source : Mission interministérielle au codéveloppement et aux migrations internationales, Mémorandum : propositions françaises d’axes de travail pour la politique de codéveloppement franco-marocaine, document interne, Paris, 23 septembre 1998.

6 D’après le directeur de la Mission Universitaire et Éducative de Tunisie en France, « la publication récente de l’annuaire 1997 de l’Amicale des anciens élèves tunisiens de l’École polytechnique de Paris est instructive à plus d’un titre. Nous apprenons ainsi que, depuis 1929, cent quarante-sept Tunisiens, dont dix-sept jeunes filles, sont entrés dans cette école française prestigieuse et, après deux ans de formation, ont intégré l’une des grandes écoles d’application dans les secteurs des mines (26), des ponts et chaussées (22), des télécommunications (22), l’ENSTA (16), l’ENSAC (13), SUPELEC (6), etc. Notons que 17 polytechniciens tunisiens ont soutenu une thèse de doctorat. Depuis les promotions de 1977, 22 polytechniciens sont rentrés définitivement en Tunisie, 57 se sont installés à l’étranger et 39 n’ont pas terminé leurs études. Ceux qui sont restés à l’étranger exercent essentiellement dans les banques d’affaires et les bureaux de conseils ; 4 sont enseignants ou chercheurs et 4 sont dans le secteur prétolier ». Source, Mahdi Abdeljaouab, MUET, document 1999.

7 Pour l’année universitaire en cours (1998-1999), 81 étudiants tunisiens ont réussi le concours des écoles d’ingénieurs françaises : 10 ont intégré l’École Polytechnique (9 garçons et 1 fille), 3 l’École Centrale de Paris (2 garçons et 1 fille), 1 l’École Centrale de Lille (1 garçon), 3 SUPELEC Paris (1 garçon et 2 filles), 2 TELECOM Paris (2 garçons), 3 TELECOM Èvry (3 garçons), 4 TELECOM Bretagne (1 garçon et 3 filles), 1 l’École Nationale des Ponts-et-Chaussées (1 garçon), 1 l’École des Hautes Études Commerciales (1 garçon), 1 l’École des Mines (1 garçon), 7 l’École Nationale Supérieure des Industries textiles de Roubaix (6 garçons et 1 fille), etc. Notons que 38 d’entre eux sortaient des classes préparatoires tunisiennes. Source : Mission Universitaire et Éducative de Tunisie, septembre 1998.

8 Créé en juin 1991, l’IPEST a pour mission de préparer aux concours d’entrée des écoles d’ingénieurs tunisiennes et françaises, d’une part, et aux concours d’agrégation scientifique, d’autre part. Il existe également des classes préparatoires à Nabeul (Cap Bon), l’Institut de Préparation aux Études d’Ingénieur (IPEI).

9 Les deux tiers des bourses gouvernementales tunisiennes sont distribuées au profit des étudiants de troisième cycle, des Grandes Écoles et des classes préparatoires. Les étudiants des autres catégories doivent se contenter du tiers restant. Les bourses de coopération (État français) renforce cette tendance élitiste, puisqu’elles sont exclusivement réservées aux trosième cycle et aux Grandes Écoles. Source : Lettre de la Mission Universitaire et Educative de Tunisie, n° 1, octobre 1996.

10 Certains diplômes délivrés par les universités nord-américaines ne sont pas encore reconnus par la Commission nationale d’équivalence.

11 Parmi les nouvelles destinations d’études, on peut citer le Japon. Chaque année, le ministère japonais de l’Education distribue huit bourses d’études pour des étudiants tunisiens de troisième cycle et des écoles d’ingénieurs. Ces bourses correspondent à une somme d’environ 2 000 dinars par mois (10 000 francs français). La coopération tuniso-japonaise en matière d’échanges universitaires remonte à la fin des années 1970. Entretien avec l’Attaché culturel de l’Ambassade du Japon à Tunis, mars 1999.

12 Source : Ministère tunisien de l’Enseignement supérieur, 1999.

13 Cf. Noureddine Sraïeb, Le Collège Sadiki de Tunis 1875-1956 : enseignement et nationalisme, Paris-Tunis, CNRS-Éditions/Alif, 1991.

14 Durant toute la période de formation dans ces écoles, l’étudiant reçoit une bourse qui constitue en fait un pré-salaire.

15 Rappelons que notre échantillon d’enquête est composé exclusivement des diplômés qui ont obtenu leur équivalence au diplôme tunisien. Nous n’avons pas retenu les recalés.

Notes de fin

2 Nombre de diplômés ayant utilisé ce moyen / Total de l’échantillon ayant recherché un emploi x 100.

3 Nombre de diplômés ayant trouvé un emploi avec ce moyen / Total des diplômés l’ayant utilisé x 100.

1 Respectivement chargé de recherche au CNRS et enseignant en économie à l’INTES de Tunis.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Les pays de formation des diplômés tunisiens de retour
Légende © Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Rendre visible et faire savoir la réussite scolaire de son enfant.Source : La Presse de Tunisie, rubrique « succès », mardi 6 juillet 1999.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre TABLEAU 2 Les origines sociales des diplômés : comparaison entre les retournants de France et ceux du Maghreb
Légende © Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU 3. Les motifs du retour en Tunisie selon les pays de formation (en %)
Légende © Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABLEAU 4 Moyens et efficacité de la recherche d’emploi : comparaison selon les pays de formation des diplômés (en %)
Légende © Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998Note *2Note **3
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre GRAPHIQUE 1. L’orientation sectorielle de la recherche d’emploi en Tunisie (public / privé)
Légende © Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre GRAPHIQUE 2. Évolution du chômage des diplômés de niveau bac+4 selon les pays de formation (1995-1998)
Légende © Enquête BEN SEDRINE & GEISSER, 1997-1998
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende La fin du « modèle français » au Maghreb ? L’attirance pour les études « à l’américaine » ? Remise de diplôme à l’École supérieure de commerce de Tunis. Source : collection personnelle Nabil Smida.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Le prestige des études à l’étranger, la soutenance de doctotat : un moment solennel. Source : collection personnelle Abdallah Gabsi.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/751/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search