Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

IV. La formation à l'étranger. Échappatoire ou prolongement des cursus nationaux ?

La formation à l’étranger des étudiants algériens les limites d’une politique rentière (1962-1995)

Aïssa Kadri

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 Peu de statistiques sont produites sur le flux des boursiers avant le début des années 80. Quand el (...)

1En Algérie, la politique de formation à l’étranger ne s’est institutionnalisée que tardivement. Ce qui a prévalu auparavant, c’est-à-dire jusqu’au début des années quatre-vingt, ce sont des politiques sectorielles d’envoi des boursiers algériens1, développées de manière unilatérale par les entreprises et les ministères techniques. Ces derniers géraient le stock des bourses attribuées par des conventions bilatérales, à leur guise, sans aucune interférence d’un organisme centralisateur et sans immixtion de l’Etat. Cette gestion s’est faite de manière anarchique et clientéliste.

  • 2 Ordonnance 71-78 du 3 décembre 1971, décret 72-160 du 27 juillet 1972.
  • 3 Commission Nationale des Bourses Universitaires, composée de représentants de tous les ministères e (...)

2Au début des années soixante, beaucoup de facilités de formation avaient été accordées par de nombreux pays étrangers à l’Algérie sortie de la guerre avec un énorme déficit en cadres dans tous les secteurs. La disponibilité de l’offre, comme l’urgence des besoins à satisfaire, n’ont pas permis la mise en place d’un contrôle qui d’ailleurs aurait été déficient dans les conditions administratives de l’heure. Ainsi, même lorsque les premières mesures de coordination2 sont édictées, certains opérateurs économiques jaloux de leurs prérogatives ne s’y plièrent guère. La mise en place de contrôles préalables par la CNBU3 – visa financier mais aussi contrôle sur l’opportunité des formations envisagées – ne rogna guère la toute puissance des ministères techniques, surtout celui de l’Industrie, d’autant plus affirmée qu’elle était portée par un développementalisme tous azimuts.

3Bien au contraire, les années soixante-dix confirmaient l’orientation vers l’autonomisation des projets de formation menés par les entreprises, aussi bien au niveau local qu’à l’extérieur du pays. Les réorientations du modèle économique par le passage de l’usine « clés en mains » à l’usine « produits en mains », l’échec des formations extra-universitaires locales, relancent la demande de formation à l’étranger. Cette relance va cependant très vite tourner au profit du ministère de l’Enseignement supérieur. La création de la CNFE (Commission Nationale de la Formation à l’Étranger) en 1981 vient confirmer l’échec des « industrialistes ».

4L’Université en pleine expansion exigeait l’élargissement de son encadrement et le remplacement de la coopération. La gestion de la formation à l’étranger n’avait, semble-t-il, abouti qu’à une dispersion des efforts ; elle avait eu le tort au yeux des « restructurateurs » d’avoir érigé de véritables états dans l’État, telles ces énormes entreprises – SONATRACH (pétrole), SONACOME (mécanique), SNS (sidérurgie) – dont les cadres s’auto-reproduisaient par ces types de formation.

Centralisation de la gestion et élitisme réorienté vers l’Occident

  • 4 La part des ministères techniques se rééquilibrera relativement en 1985. Elle va représenter 38,60  (...)
  • 5 Résolution n° 49 de la 2ème session du Comité central du FLN, citée in : Rapport sur la formation à (...)

5L’unification de la formation à l’étranger par l’intermédiaire de la CNFE va dans ce contexte remettre en cause la prééminence quantitative du Ministère de l’Industrie et de ses entreprises. La part de celui-ci dans la totalité de la formation à l’étranger, qui représentait 46,86 % de l’ensemble des étudiants boursiers en 1972, n’est plus que de 19,16 % en 19834 ; c’est que dans le même temps, l’Université s’était développée et diversifiée et que la formation à l’étranger n’était plus envisagée que comme « appoint […] justifié uniquement par les besoins du pays et par l’inexistence de certaines spécialités au sein de nos universités »5.

  • 6 Si le choix des pays d’accueil est surtout lié à l’offre des pays concernés en matière de bourse, i (...)

6Dans cet ordre d’idées, la formation à l’étranger va ne concerner, et progressivement par élimination des étudiants en graduation, que les étudiants de troisième cycle et plus particulièrement ceux qui devaient constituer l’encadrement de l’Université ; la graduation ne va plus représenter en 1987-1988 que 241 étudiants, soit 6,7 % de l’ensemble des étudiants à l’étranger. Les réorientations vont concerner également les pays d’accueil destinataires des étudiants envoyés en formation6. En 1982, ce sont les pays « socialistes » qui prennent en charge le plus d’étudiants algériens, l’URSS venant en tête avec 1072 étudiants recensés ; les pays occidentaux suivaient avec respectivement 721 étudiants pour la France, 422 pour la RFA et 381 pour la Grande-Bretagne. En 1987-1988, l’URSS ne reçoit plus que 116 étudiants alors que la France inscrit 1738 étudiants, la Grande-Bretagne 923, les USA 321, le Canada 203 ; l’ensemble des pays « socialistes », hors URSS, n’ont plus que 50 étudiants inscrits dans leurs universités ; quant aux pays arabes, ils totalisent 295 étudiants.

TABLEAU 1. Effectifs des étudiants boursiers envoyés en formation à l’étranger (1962-1995)

TABLEAU 1. Effectifs des étudiants boursiers envoyés en formation à l’étranger (1962-1995)
  • 2 Nous avons mis en gras l’année universitaire 1987-1988 pour souligner la baisse brutale des effecti (...)
  • 3 À partir de 1990-1991, le total inclue l’effectif des étudiants en formation non détaillé dans ce t (...)

Sources : Annuaire statistique du Ministère de l’Enseignement Supérieur, cité par Hocine Ladelaoui, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n° 2-3, 1996-1997 : 107-124.
Note (1)2
Note *3

  • 7 En 1974-1975, sur 1253 étudiants inscrits en graduation, 352 vont dans les pays occidentaux, 129 da (...)

7Du point de vue de la nature des formations engagées, il faut remarquer qu’avant la mise en place de la CNFE, ce sont les pays de l’Est qui prenaient en charge les étudiants dans les filières technologiques, principalement au niveau de la graduation ; les pays occidentaux recevaient, eux, les étudiants en lettres et sciences humaines au niveau du troisième cycle7.

TABLEAU 2. Les principaux pays de formation des boursiers algériens pour la période 1989-1994 (raisonnement en termes de stocks)

TABLEAU 2. Les principaux pays de formation des boursiers algériens pour la période 1989-1994 (raisonnement en termes de stocks)

Source : CNOP, cité par Hocine Labdelaoui, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n°2-3, 1996/1997 : p. 121.

  • 8 Le décret 81-17, du 14 février 1981, prévoit en son article 12 « que les types de formation et de p (...)

8À partir des années quatre-vingt, il va y avoir plus d’étudiants en technologie que d’étudiants en sciences sociales dans les pays occidentaux, les pays de l’Est ne recevant, à partir de cette date, que très peu d’étudiants. Les étudiants envoyés à l’étranger ne représentent plus globalement que ceux inscrits en post-graduation, c’est-à-dire que des enseignants ou des chercheurs, la part de la formation pour les entreprises devient minime. La redéfinition des niveaux d’envoi en formation à l’étranger8 pénalise de cette façon les entreprises. La formation en technologie va être, de manière prévalante, orientée vers la France ; elle concerne les étudiants inscrits aux classes préparatoires aux Grandes Écoles, ceux inscrits dans quelques grandes écoles, dans des universités scientifiques, dans des centres de recherche et quelques-uns inscrits dans les Instituts Universitaires Technologiques (IUT). Cette formation, d’un niveau élevé, est moins liée à l’apprentissage de l’instrumentation technologique existante qu’à préparer les conditions préalables à la maîtrise des technologies, en envoyant des étudiants davantage sélectionnés dans des secteurs de recherche très pointus.

D’une stratégie fondée sur l’entreprise à une stratégie fondée sur l’Université

  • 9 « L’État va débourser mensuellement la bagatelle de douze millions de francs français pour assurer (...)
  • 10 Discours du Président Chadli aux étudiants algériens en formation à l’étranger », dans La semaine d (...)

9Le renversement de la stratégie de formation à l’étranger apparaît assez net en l’espace d’une décennie (1971-1981). D’une stratégie de formation fondée sur l’autonomie des entreprises, sur leur poids économique et institutionnel, on est passé à une stratégie unifiée, centralisée, ambitieuse, voulant en quelque sorte produire une nouvelle institution à l’extérieur. Cette véritable cargaison magique (Philippe Lucas, 1978) vise à régénérer l’Université asphyxiée, le contexte s’y prête, le second « choc pétrolier » donne les moyens à la mesure d’une politique dont on veut qu’elle soit un modèle9 ; de grands « shows » médiatisés, dénommés « Séminaires sur la formation à l’étranger », sont organisés avant les départs des étudiants, au moment des rentrées universitaires. Le Président Chadli Benjedid, comme le responsable de l’appareil du parti, s’y adresseront à des étudiants réunis en conclave pour les imprégner de leur rôle d’avant-garde : « vous êtes les hommes de demain et les cadres de l’avenir, du proche avenir, dira Chadli avant d’ajouter, c’est pour cela que la responsabilité qui vous est dévolue est considérable »10.

  • 11 Discours au séminaire des étudiants en formation à l’étranger, septembre 1985. Nous citons de mémoi (...)

10M. C. Messadia, responsable de l’appareil du parti, ira jusqu’à dire devant les étudiants et en présence de hauts responsables de l’Etat : « qu’un étudiant en formation vaut mieux qu’un ministre. Les ministres on peut en fabriquer comme on veut, un étudiant formé c’est plus difficile… »11.

  • 12 Arrêté du 18 mai 1983 qui en précise les modalités.
  • 13 Ce qui portait le revenu exportable par l’étudiant à une fourchette de 9 000 à 12 000 francs frança (...)

11A cette élite sont accordés généreusement tous les moyens financiers : ils bénéficient d’une allocation d’études avantageuse, définie selon les pays considérés12 ; à cela s’ajoutent des indemnités d’installation, des avantages liés à la situation civile de l’étudiant (le conjoint recevant 30 % et les enfants 20 % de l’allocation mensuelle d’études), un voyage annuel (aller et retour) est payé à l’étudiant. En plus de la bourse, les fonctionnaires conservent leurs salaires payés en Algérie mais dont ils peuvent transférer jusqu’à l’équivalent de 50 % du montant de la bourse13. Les chiffres d’inscrits connaissent à partir de là une hausse (cf. tableau 1). La formation à l’étranger devient alors très demandée, les influences et les pressions sur la CNFE se font plus fortes.

  • 14 Entre autres, le leader actuel du Front Islamique du Salut (FIS), Abassi Madani, a été détaché en G (...)

12L’État, porté par le prix du baril de pétrole, saisissait l’opportunité d’une opération qui n’était pas sans arrière pensée politique. Elle lui permettait de se « débarrasser » d’enseignants « difficiles » représentant aussi bien ceux qui résistaient au processus d’arabisation que de certains militants syndicalistes – souvent les mêmes que les premiers – qui s’opposaient à une politique de démantèlement de l’Université. La formation à l’étranger permettait aussi à l’État de tenter « l’occidentalisation » des premiers diplômés arabophones de l’Université14. C’est que la formation à l’étranger va être moins pensée en terme de maîtrise technologique que de redistribution d’une partie de la rente à une fraction de l’élite, jusque là exclue de celle-ci, et d’une certaine façon de la corrompre. La désillusion n’en a été que plus grande.

Le temps des désillusions et du non-retour

  • 15 Revalorisation des allocations par arrêtés interministériels en date du 17 juillet 1985, puis remis (...)
  • 16 Les « affaires » liées aux modalités de transfert de bourses ont affleuré tout au long de la décenn (...)
  • 17 Avant les années quatre-vingt les sociétés nationales avaient des bureaux de contrôle des étudiants (...)
  • 18 Si bien que nombre d’étudiants venaient simplement toucher leurs bourses et repartaient au pays.
  • 19 La formation à l’étranger n’est pas souvent, comme on pourrait le croire, l’enclenchement d’un proc (...)

13D’abord les prix erratiques du pétrole précarisent la situation des étudiants dans les pays occidentaux. Partis sur de véritables rentes ceux-ci ne reçoivent que des subsides. La réglementation sur les transferts d’argent changea au moins autant de fois que le prix du pétrole15 ; ensuite l’organisation elle-même révéla des carences : les étudiants ne recevaient plus régulièrement leurs allocations, celles-ci produisaient plutôt des intérêts occultes16, le suivi pédagogique n’est généralement pas mené ; les chargés de missions culturelles, qui remplaçaient les bureaux mis en place par les sociétés nationales17, s’occupaient plus de l’aspect financier de la formation que du contrôle de l’effectivité du suivi pédagogique des étudiants18 ; l’absence de contacts entre institutions, sinon entre individualités, ne permettait pas de contrôler la progression des étudiants, d’être au courant de leurs problèmes. Les difficultés d’adaptation, surtout dans les pays anglo-saxons, liées aux questions linguistiques, à l’absence d’informations préalables sur les études et la société, font que les étudiants s’isolent, se referment sur eux-mêmes, reproduisant souvent une vie communautaire qui n’est en rien rupture avec leur mode de socialisation antérieur et qui va plutôt renforcer celui-ci dans l’exclusive ; ceci apparaît comme une des caractéristiques de bon nombre d’étudiants « arabophones » qui ne sont pas autrement remis en cause dans leurs idées et dans leurs pratiques mais qui sont au contraire confortés dans leurs convictions et leurs représentations stéréotypées de « l’Occident »19.

  • 20 Ainsi les universitaires étrangers vont de plus en plus se plaindre du niveau des étudiants en prov (...)
  • 21 Les bourses de graduation, notamment dans les matières scientifiques, celles qui donnent accès aux (...)
  • 22 Cf. « Formation à l’étranger : la Commission Nationale installée par M. Brerhi », El Moudjahid, 21 (...)

14Le niveau lui-même des « élus » apparaît faible et handicape sérieusement ces derniers dans leur volonté de mener à bien leurs études20 ; c’est que la sélection pédagogique de départ n’est rien moins que formelle et qu’elle est plutôt politique ; passées les premières cohortes de « francophones » envoyées en formation à l’étranger pour cause d’arabisation, afin de réduire « la contestation » et les « résistances » et de s’allier les forces montantes – les arabisants – dans l’institution, la politique d’envoi en formation à l’étranger va de plus en plus privilégier, en sciences sociales notamment, les arabophones. Ceux-ci sont principalement envoyés en Grande-Bretagne. Les scientifiques sont plutôt envoyés en France et aux États Unis. Les critères de choix deviennent moins pédagogiques et se font sur la base de la « cooptation »21. La Commission Nationale de Formation à l’Étranger, qui a ici le pouvoir décisionnel, est à ce titre représentative de l’orientation politique sous-jacente dans la définition de la stratégie de formation à l’étranger ; elle est composée de plus d’administrateurs que d’enseignants ou de formateurs, les institutions politiques, le parti, l’UGTA (syndicat unique), l’Union de la Jeunesse (UNJA), le représentant de l’armée, y ont une place prépondérante22.

  • 23 Le taux d’échec aux U.S.A. est de l’ordre de 60 %, en France il est de l’ordre de 40 %, en Grande-B (...)

15Le résultat en est d’énormes déperditions, plutôt en deuxième post-graduation, différenciées selon les pays, plus élevées aux USA qu’en France ou en Grande-Bretagne23.

TABLEAU 3. Évaluation du non-retour des étudiants boursiers dans le pays d’origine

TABLEAU 3. Évaluation du non-retour des étudiants boursiers dans le pays d’origine

Source : Mohammed Lamine Lajal, La migration des compétences arabes, les causes et les propositions : le cas de l’Algérie, Magister en sciences politiques, 1990, cité par Hocine Labdelaoui, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n°2-3, 1996/1997 : p. 123.

  • 24 Chiffres cités dans Etat d’application des recommandations de la Première Conférence Nationale de l (...)
  • 25 Le bilan 1989-1990 sur le retour des étudiants formés à l’étranger est encore plus pessimiste. Sur (...)
  • 26 Les rubriques du courrier des lecteurs dans les journaux abondent de lettres de diplômés formés à l (...)
  • 27 L’estimation des étudiants qui s’installent définitivement dans les pays où ils se sont formés vari (...)

16Ces échecs, dus aux conditions générales de l’organisation des études, sont redoublés par le maintien dans les pays d’accueil de bon nombre d’étudiants qui réussissent dans leurs études. Les retours d’étudiants sont très peu nombreux : les statistiques officielles relèvent que 61 étudiants seulement sont retournés en 1980-1981, 179 en 1982-1983 et 306 en 1986-8724. La formation à l’étranger participe ainsi à l’exode des cerveaux25. Encore faut-il souligner que la rentrée au pays est souvent un échec pour beaucoup d’étudiants26. Sous-employés, mal utilisés, mal rémunérés, non logés, nombre de diplômés des universités étrangères refont le chemin inverse et préfèrent se réinstaller dans les pays où ils ont obtenu leurs diplômes de deuxième post-graduation27.

  • 28 Il s’agit ici pour les premiers de stages de courte durée, inférieure ou égale à un mois, et pour l (...)
  • 29 La formation à distance dans les pays anglo-saxons nécessitant une inscription administrative coûte (...)
  • 30 Circulaire n° 02-90 DERS portant modalités de programmation et de renouvellement des détachements e (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Textes Ibid. ; la contestation de ces critères va d’ailleurs être très vive, ce qui amène le minist (...)

17Le coût économique de la formation à l’étranger s’avère sans commune mesure avec les résultats ; si bien qu’au milieu des années quatre-vingt une réorganisation de la formation à l’étranger fut engagée non sans susciter des remous au plus haut niveau de l’Etat. De fait, les mesures qui vont être mises en œuvre visent essentiellement la réduction des effectifs à l’envoi. Les chiffres des boursiers en 1987-88 (cf. tableau 1) sont à ce titre révélateurs de la régression du nombre d’étudiants envoyés à l’étranger. Si les chiffres de 1990 marquent une reprise, celle-ci est due à l’offre de bourses de coopération de la part des pays occidentaux et particulièrement la France, l’Algérie ne finançant pratiquement que des compléments de bourses. Peu à peu, en effet, cette réduction s’accompagne de modalités de programmation qui se veulent adaptées à l’essor de l’Université et plus rigoureuses quant à la gestion financière. Ainsi, l’accent va être mis sur les formations de courte durée ou les formations dites « à distance » surtout destinées aux enseignants28. De fait ce type de formation ne va plus concerner que les étudiants inscrits en France ou dans certains pays arabes29 ; la formation à l’étranger va être aussi décentraliséé ; des quotas de bourses sont définis pour les instituts ; les Conseils Scientifiques d’Instituts vont avoir une plus grande importance dans la sélection des candidats30. De plus, les textes prévoient la mise en place de commissions scientifiques spécialisées qui évaluent l’avancement des travaux31 ; ils soumettent les postulants à des conditions d’âge (avoir moins de 37 ans) et pédagogiques : « engagement d’une recherche, dynamisme pédagogique, encadrement de mémoires de graduation, production de polycopiés, montage de labos, publications »32.

18L’ensemble de ces nouvelles dispositions, loin d’assainir la situation, ne fait que déplacer le problème. La formation à l’étranger devient de plus en plus une gestion de la pénurie des devises. À ce titre, elle va concerner davantage ceux qui sont dans les cercles restreints de l’administration, ceux qui exercent des fonctions de direction ou de responsabilité dans les institutions ; les jeunes diplômés vont être de plus en plus exclus de ce type de formatio ; pour les autres, les stages de courte durée ne constituent le plus souvent qu’un alibi pour se « séparer » d’une université anomique.

  • 33 Nombre de contestations vont s’élever contre l’octroi de l’équivalence du doctorat d’État en lettre (...)
  • 34 Cf. infra.

19La formation à l’étranger ne va ainsi que redoubler les hiérarchisations mises en place entre ceux qui ont été formés à l’étranger et ceux qui sont formés localement accentuant par là la dévalorisation de l’institution ; elle contribue à fragmenter le corps enseignant selon les cursus antérieurs et les pays de formation ; elle approfondit les clivages, suscite des compétitions stériles focalisées sur le système d’équivalence33 et les statuts34, déstabilisant par là davantage l’institution.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

COMMISSION NATIONALE DE LA FORMATION, 1985, Rapport sur la formation à l’étranger, document sur la rentrée 1985-86, document dactylographié, Alger, novembre.

CONFÉRENCE NATIONALE DE LA FORMATION SUPÉRIEURE, 1987, État d’application des recommandations, Alger.

Harbi Abdelmajid, 1983 La formation des cadres algériens à l’étranger, étude et analyse de l’expérience d’une entreprise nationale (SONATRAC I, division Engineering et développent), mémoire de DEA, Institut de Sociologie d’Alger, 146 p.

HMS, 1984, « Mieux maîtriser les potentialités », Révolution et travail [organe de l’UGTA], Alger, 10 septembre 1984.

Glasman Dominique, KREMER Jean, 1978, Essai sur l’Université et les cadres en Algérie, une technocratie sans technologie, Paris, Éditions du CNRS, p. 215.

Labdelaoui Hocine, 1996-1997, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n° 2-3, 107-124.

Lajal Mohamed Lamine, 1990, La migration des compétences arabes, les causes et les propositions, le cas de l’Algérie, Magister en sciences politiques, 210 p.

Lucas Philippe, 1978, Problème de la transition au socialisme, le transformisme algérien, Paris, Anthropos.

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, Dossier algérianisation du corps enseignant, document dactylographié, Alger, octobre, p. 34.

Touati Belkacem, 1989, Dynamique de la formation à l’étranger : aspects économiques et aspects budgétaires, Magister en sciences commerciales, Alger, 161 p.

« Formation à l’étranger : la Commission Nationale installée par M. Brerhi », El Moudjahid du 21 avril 1981, p. 3.

Notes

1 Peu de statistiques sont produites sur le flux des boursiers avant le début des années 80. Quand elles sont données, ces statistiques sont peu fiables. De plus, peu ou presque pas de publicité entourait les premières offres de formation à l’étranger. Les premiers bénéficiaires ont été souvent les enfants ou les proches parents des gestionnaires du secteur public ou des cercles restreints du pouvoir. Cf. A. Harbi, La formation des cadres algériens à l’étranger, étude et analyse de l’expérience d’une entreprise nationale (SONATRAC I, division Engineering et développent), mémoire de DEA, Institut de Sociologie d’Alger, septembre 1983.

2 Ordonnance 71-78 du 3 décembre 1971, décret 72-160 du 27 juillet 1972.

3 Commission Nationale des Bourses Universitaires, composée de représentants de tous les ministères et placée sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur. Il a été créé aussi une Commission Nationale des Stages (CNS) par le décret 72-104 du 7 juin 1972, placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, gérant les stages de formation professionnelle, le perfectionnement et le recyclage d’une durée inférieure à deux ans et non sanctionnés par un diplôme universitaire.

4 La part des ministères techniques se rééquilibrera relativement en 1985. Elle va représenter 38,60 % du total des étudiants envoyés à l’étranger. Pour les chiffres de 1983, cf A. Harbi, op. cit., p. 43. Pour les chiffres plus récents cf. Rapport sur la formation à l’étranger, document sur la rentrée 1985-86, CNFE, doc dactylogr., novembre 1985 et aussi Annuaire Statistique du Ministère de l’Enseignement Supérieur.

5 Résolution n° 49 de la 2ème session du Comité central du FLN, citée in : Rapport sur la formation à l’étranger, ibid., p. 2.

6 Si le choix des pays d’accueil est surtout lié à l’offre des pays concernés en matière de bourse, il faut néanmoins observer que la CNFE se donne la possibilité de certaines bourses. A partir des années 1980 et jusqu’en 1988, finançant seule pratiquement toutes les formations, l’Algérie se réservait le droit de choisir les pays d’accueil.

7 En 1974-1975, sur 1253 étudiants inscrits en graduation, 352 vont dans les pays occidentaux, 129 dans les pays arabes et 752 dans les pays de l’Est. Dans la même année, sur 535 étudiants inscrits en troisième cycle, 470 le sont dans les pays occidentaux, 29 dans les pays de l’Est et 36 dans les pays arabes, cf. J. Kremer, D. Glasman, op. cit., p. 215.

8 Le décret 81-17, du 14 février 1981, prévoit en son article 12 « que les types de formation et de perfectionnement susceptibles d’être assurés à l’étranger sont :
1° la formation universitaire ou post-universitaire quant elle a lieu, à partir d’un titre scolaire ou universitaire ;
2° la formation extra-universitaire quant elle vise l’acquisition de connaissances ou de techniques nécessaires à l’exercice d’une activité professionnelle ;
3° les stages à l’étranger. L’article 14 précise les conditions : conditions de titres et critères pédagogiques (moyenne des notes) pour les étudiants ; pour les travailleurs, avoir exercé en tant que titulaire depuis au moins deux ans, être proposé par l’organisme employeur. Ce décret a été complété par un autre n° 82-514 du 25 décembre 1982 et plusieurs circulaires plus récentes qui décentralisent le pouvoir de décision au niveau des Conseils scientifiques d’instituts et du Rectorat.

9 « L’État va débourser mensuellement la bagatelle de douze millions de francs français pour assurer aux quelques trois mille étudiants algériens à l’étranger des conditions d’études ». H.M.S., « Mieux maîtriser les potentialités », Révolution et travail [organe de l’UGTA, 10 septembre 1984.

10 Discours du Président Chadli aux étudiants algériens en formation à l’étranger », dans La semaine de l’émigration, 12 septembre 1984.

11 Discours au séminaire des étudiants en formation à l’étranger, septembre 1985. Nous citons de mémoire ces paroles, non publiées, prononcées lors d’une séance où nous étions présent.

12 Arrêté du 18 mai 1983 qui en précise les modalités.

13 Ce qui portait le revenu exportable par l’étudiant à une fourchette de 9 000 à 12 000 francs français en 1983.

14 Entre autres, le leader actuel du Front Islamique du Salut (FIS), Abassi Madani, a été détaché en Grande-Bretagne pour y préparer un Ph. D.

15 Revalorisation des allocations par arrêtés interministériels en date du 17 juillet 1985, puis remis en cause en 1987. Actuellement les étudiants en formation ne reçoivent que des bourses de coopération complétées par une allocation algérienne (taux de 4 800 F mensuel).

16 Les « affaires » liées aux modalités de transfert de bourses ont affleuré tout au long de la décennie (transfert d’argent aux USA, affaire SONACOME…). Après l’explosion d’octobre 1988, la commission d’enquête de l’APN parle d’un dossier « Enseignement supérieur » sans autres précisions.

17 Avant les années quatre-vingt les sociétés nationales avaient des bureaux de contrôle des étudiants à l’étranger ; SONATRACH notamment avait un bureau à Washington, une délégation en Californie, SONACOME avait contracté avec un bureau d’études US. – Calcul Search – chargé « d’élaborer, réaliser et diriger un programme de formation de niveau universitaire ». À partir de 1983, ces bureaux furent remplacés par les attachés culturels d’ambassade, généralement anciens enseignants ou cadres de l’enseignement supérieur en rupture d’Université.

18 Si bien que nombre d’étudiants venaient simplement toucher leurs bourses et repartaient au pays.

19 La formation à l’étranger n’est pas souvent, comme on pourrait le croire, l’enclenchement d’un processus d’acculturation ; bien au contraire, elle présente par moment un effet fascination/contestation du modèle européen. Le Président Bourguiba disait bien : « Pour guérir mes étudiants du marxisme, il faut les envoyer étudier en URSS ». Ces observations méritent aussi d’être relativisées puisqu’il existe également le type d’étudiants parmi les arabophones qui tombe dans l’excès inverse, celui du mimétisme aveugle, de l’aliénation au modèle.

20 Ainsi les universitaires étrangers vont de plus en plus se plaindre du niveau des étudiants en provenance d’Algérie.

21 Les bourses de graduation, notamment dans les matières scientifiques, celles qui donnent accès aux classes préparatoires aux Grandes Écoles, reviennent principalement aux enfants de l’élite au pouvoir. Il faut remarquer qu’il n’y a pas d’analyse sur l’origine sociale des étudiants en formation à l’étranger. On pourrait cependant avancer l’hypothèse que celle-ci se hiérarchise selon les filières comme elle se hiérarchise pour les mêmes filières en Algérie. La médecine et les Grandes Écoles recevant les enfants des classes supérieures, les sciences sociales recevant ceux des classes populaires. L’observation spontanée de la composante sociale de la cité universitaire Jean Dolent à Paris valide en partie cette hypothèse : sur 63 chambres attribuées plus des deux tiers le sont pour des étudiants de la nomenklatura inscrits dans les études de médecine et de sciences (les attributions de chambres qui sont faites en Algérie pour la cité universitaire Jean Dolent, le sont sur la base du capital social et du clientélisme).

22 Cf. « Formation à l’étranger : la Commission Nationale installée par M. Brerhi », El Moudjahid, 21 avril 1981, p. 3.

23 Le taux d’échec aux U.S.A. est de l’ordre de 60 %, en France il est de l’ordre de 40 %, en Grande-Bretagne de 30 % ; estimations officielles dans : Dossier algérianisation du corps enseignant, document dactylographié, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, octobre 1984, p. 34.

24 Chiffres cités dans Etat d’application des recommandations de la Première Conférence Nationale de la Formation Supérieure, 1987, op. cit, p. 5. Ces chiffres sont encore dérisoires si on les rapporte à ceux des cohortes initialement parties.

25 Le bilan 1989-1990 sur le retour des étudiants formés à l’étranger est encore plus pessimiste. Sur un total de 885 étudiants qui devaient rentrer, seulement 139 sont revenus en Algérie, soit 15,7 %, 580 « se sont perdus » (c’est-à-dire qu’ils n’ont plus donné de nouvelles à l’administration qui les a envoyés), 166 n’ont pas achevé leur formation. Les taux de « disparition » sur la formation à l’étranger sont de 70 % des cohortes des deux dernières années, ce qui confine à une véritable hémorragie. Cf. Algérie Actualité, semaine du 17 au 23 octobre 1991.

26 Les rubriques du courrier des lecteurs dans les journaux abondent de lettres de diplômés formés à l’étranger qui se plaignent des conditions de leur accueil par les entreprises, les administrations ou les institutions de formation : « Nous sommes une vingtaine de cadres […] ayant suivi la plupart une formation supérieure (Doctorat, Ph. D., Master) à l’étranger (U.S.A., Grande-Bretagne, France etc.). À notre retour en Algérie, il n’est pas inutile d’énumérer les conditions dramatiques et scandaleuses auxquelles nous nous sommes heurtés. Pas de logements, pas de travail en rapport avec nos compétences, un salaire nettement insuffisant […] cette situation est humiliante […] plusieurs d’entre-nous ont été suffisamment découragés et profondément déçus et sont partis vers d’autres horizons et sont malheureusement à l’étranger ». « Courrier des lecteurs », El Moudjahid, 18 février 1982. Cf. aussi sur la condition de cadres, « La nomadisation des cadres », rubrique « A l’écoute de l’opinion », El Moudjahid, 17 octobre 1978 et 29 octobre 1978.

27 L’estimation des étudiants qui s’installent définitivement dans les pays où ils se sont formés varie entre 20 % et 40 % de l’effectif de départ. Ces taux, valables peut-être pour le début des années quatre-vingt apparaissent fortement sous-estimés actuellement eu égard à la situation politique de l’Algérie qui voit émigrer de nombreux cadres anciennement installés.

28 Il s’agit ici pour les premiers de stages de courte durée, inférieure ou égale à un mois, et pour les seconds d’un détachement pour une formation d’une durée égale à trois mois. Le bénéficiaire de ces stages peut être libéré de ses activités principales sur accord du Conseil Scientifique d’Institut.

29 La formation à distance dans les pays anglo-saxons nécessitant une inscription administrative coûteuse est de ce fait délaissée au profit d’une formation à temps plein.

30 Circulaire n° 02-90 DERS portant modalités de programmation et de renouvellement des détachements en formation à l’étrange ; et circulaire n° 03-90 DERS portant modalités de programmation et de réalisation des opérations de formation de courte durée et de perfectionnement à l’étranger.

31 Ibid.

32 Textes Ibid. ; la contestation de ces critères va d’ailleurs être très vive, ce qui amène le ministère à reculer et à édicter de nouveaux textes portant notamment, sous l’influence du corps enseignant de rang magistral nettement plus âgé, la suppression de la limite d’âge à la formation à l’étranger et le détachement interne des assistants stagiaires ou contractuels. Cf. El Moudjahid, 10 novembre 1990, p. 2.

33 Nombre de contestations vont s’élever contre l’octroi de l’équivalence du doctorat d’État en lettres et sciences humaines (perçu comme la mesure du niveau le plus élevé dans la certification et donc correspondant au doctorat en sciences algérien) au Ph. D. À l’inverse beaucoup d’enseignants parmi ceux de rang magistral en place conteste le projet d’aligner le nouveau doctorat français sur le Ph. D. impliquant une équivalence automatique entre ce nouveau doctorat et l’ancien doctorat d’État. Ainsi, un maître de conférences résume les termes du conflit en écrivant : « […] il faut mettre fin au clanisme, au régionalisme, au favoritisme, aux connivences pour y substituer le principe “du chacun à la place que lui donne son diplôme” […] on a créé à l’assistant des lois sur mesure […]. Le magister, la thèse unique, le doctorat de troisième cycle, le Ph. D., sont équivalents […] ils ne doivent pas correspondre à un grade supérieur à celui de maître-assistant […]. Seuls deux doctorats (troisième cycle et doctorat d’État) donnent droit à l’accès au grade de maître de conférence, faute de quoi la foire aux équivalences actuelle s’exacerbera. […] Les dégâts des conseils scientifiques doivent cesser […] c’est le lieu où se fomente le blocage des dossiers “à briser” et où se défendent les “passe-droits”, M. Lakhdari, maître de conférence Alger, « Club des lecteurs » Nouvel Hebdo, semaine du 19 au 25 septembre 1990, p. 3. Le problème des équivalences va devenir de plus en plus aigu dans l’institution, opposant les enseignants de rang magistral à ceux de grades subalternes. La mise en place d’une Commission Universitaire Nationale ne viendra que confirmer les rapports de force engagés dans la redéfinition des statuts. Cf. arrêté n° 159/M du 19 décembre 1989 portant missions, organisation, fonctionnement et composition de la commission universitaire nationale et arrêté n° 82/01 du 14 mars 1990 fixant la composition de la Commission Universitaire Nationale.

34 Cf. infra.

Notes de fin

2 Nous avons mis en gras l’année universitaire 1987-1988 pour souligner la baisse brutale des effectifs de boursiers à l’étranger à la suite de la réorientation de la politique de formation.

3 À partir de 1990-1991, le total inclue l’effectif des étudiants en formation non détaillé dans ce tableau.

1 Maître de conférences en sociologie à l’Université de Paris VIII-Saint-Denis, directeur de l’Institut Maghreb-Europe. Cf. aussi sa contribution sur la construction historique de l’Enseignement supérieur en Algérie (1850-1990).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Effectifs des étudiants boursiers envoyés en formation à l’étranger (1962-1995)
Légende Sources : Annuaire statistique du Ministère de l’Enseignement Supérieur, cité par Hocine Ladelaoui, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n° 2-3, 1996-1997 : 107-124.Note (1)2Note *3
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre TABLEAU 2. Les principaux pays de formation des boursiers algériens pour la période 1989-1994 (raisonnement en termes de stocks)
Légende Source : CNOP, cité par Hocine Labdelaoui, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n°2-3, 1996/1997 : p. 121.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU 3. Évaluation du non-retour des étudiants boursiers dans le pays d’origine
Légende Source : Mohammed Lamine Lajal, La migration des compétences arabes, les causes et les propositions : le cas de l’Algérie, Magister en sciences politiques, 1990, cité par Hocine Labdelaoui, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n°2-3, 1996/1997 : p. 123.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search