Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

III. Élites universitaires, élites sociales ? Réflexions sur les filières d'excellence

Hautes études commerciales et dynamique sociale au Maroc et en Tunisie durant les années quatre-vingt-dix

Pierre Vermeren

Texte intégral

  • * Chercheur associé à l’Institut Maghreb-Europe, Université de Paris VIII-Saint-Denis.

1Note portant sur l’auteur*

2Les Hautes études commerciales sont une filière qui s’est peu à peu imposée au Maroc et en Tunisie depuis une vingtaine d’années, au détriment de la formation d’ingénieur technique jusque là souveraine au sein des élites lycéennes. Longtemps marginale, cette filière est aujourd’hui au cœur des stratégies de formation de la classe dominante. Après l’âge développementaliste et industriel des années soixante-soixante-dix qui a vu triompher la figure de l’ingénieur, il faut aujourd’hui des « commerciaux » dans le cadre d’une économie qui se globalise et se financiarise Cette nécessité n’a pas échappé aux étudiants et à leurs parents. Les élèves les plus « doués » de la bourgeoisie rêvent de poursuivre des cursus en France ou en Amérique du Nord (Grandes Écoles versus MBA). Pour les autres, tout un secteur d’enseignement supérieur privé (de relégation non pas sociale mais scolaire) se met en place depuis quinze ans à Rabat, Casablanca et Tunis, essentiellement axé sur les formations de cadres commerciaux. Il va sans dire que les facultés d’économie sont les grandes perdantes de cette évolution.

3Pour les étudiants formés en Europe ou en Amérique du Nord se pose d’ores et déjà la question du « retour » et de l’entrée dans le monde du travail : ces étudiants en pointe dans le domaine de l’économie (on pourrait dire « branchés ») doivent-ils (peuvent-ils) rentrer dans leur pays, acquérir une expérience professionnelle au Maghreb ou au Nord, ou bien encore rester là où ils ont été formés? Il convient alors de s’interroger sur les conditions du retour en fonction de la surface sociale et économique de la famille dont l’étudiant est issu (Pierre Vermeren, 2000).

Une filière de formation secondaire prise en charge par les États depuis les années soixante dix

4Aux lendemains des indépendances, les ingénieurs pionniers formés sous les Protectorats en dépit de la méfiance chronique des autorités françaises, n’eurent de cesse de développer la formation d’ingénieurs de haut niveau. La politique menée à Rabat par M’Hamed Douiri, le premier polytechnicien marocain, trouvait son alter ego à Tunis en la personne de Mokhtar Latiri, deuxième polytechnicien tunisien. Ils tentèrent d’abord de faire admettre sur titre des scientifiques marocains et tunisiens dans certaines grandes Écoles françaises, s’appuyèrent sur la présence de classes préparatoires de « math sup » au sein des lycées français (jusqu’en 1965 à Carnot -date à partir de laquelle les lycéens scientifiques les plus brillants furent envoyés dans les prépas françaises – mais jusqu’en 1986 à Lyautey) et contribuèrent à la création d’Écoles nationales d’ingénieurs. L’École Mohammedia d’ingénieurs de Rabat vit le jour en 1959 et l’École Nationale des ingénieurs de Tunis (ENIT) fut créée en 1968. A partir de là, la formation d’ingénieurs prit une ampleur croissante, au fur et à mesure que les effectifs des classes de mathélem s’étoffaient, répondant à la demande impérieuse d’États modernisateurs, soucieux de réalisations lourdes au service de l’économie : politique des grands barrages au Maroc ou politique d’industrialisation dans le cadre de la Tunisie socialiste (Ali Kenz, 1995).

5Face à cet activisme, la formation de cadres commerciaux fut le parent pauvre des politiques publiques. Une poignée d’étudiants maghrébins tentèrent dès les années soixante leur chance dans les hautes études commerciales les plus réputées, à l’instar du marocain Azzedine Guessous diplômé d’HEC en 1964 ou du tunisien Mondher Gargouri titulaire d’un Ph. D. d’économie et économétrie à Cornell University en 1973. Les études commerciales n’étaient pas inconnues au Maghreb du temps des Protectorats, mais étaient restées assez modestes. Elles étaient développées au Maroc en particulier, où les sections commerciales des Collèges musulmans et des Lycées français avaient accueilli depuis les années trente la fine fleur des héritiers du capitalisme commercial fassi pour les préparer à la reprise des affaires familiales. L’enseignement y était assez sommaire tout en répondant à la nécessité d’adapter les pratiques commerciales anciennes aux nouvelles lois du capitalisme industriel et bancaire. Il n’était d’ailleurs pas sans rappeler les formations délivrées par les Écoles des chambres de commerce dans les villes de province dans la France du xixe siècle. À Tunis enfin, un Institut des Hautes Études Commerciales avait été fondé en 1942 pour délivrer une formation professionnelle moyenne, mais le public demeurait en majorité européen.

6Après les indépendances, cet enseignement commercial souffrit de la priorité donnée aux formations d’ingénieurs et plus généralement au développement des universités nationales. L’enseignement de l’économie fut donc, et pour longtemps, d’abord délivré au sein des facultés de droit et de sciences économiques. Pourtant, au tournant des années soixante-dix, les hautes études commerciales se virent dotées d’institutions publiques propres. En 1968, le vieil Institut des Hautes Études Commerciales de Tunis acquit rang d’établissement universitaire. Puis, en 1971, était créé à Casablanca l’Institut Supérieur de Commerce et d’Administration des Entreprises (ISCAE). Cette nouvelle vague de créations vint enrichir le paysage universitaire et signifia que de nouveaux besoins se faisaient jour dans l’administration et l’économie de ces pays.

Les mutations de la sphère économique mondiale et maghrébine

7Dans les années quatre-vingt-dix, l’heure n’est plus, au Maroc et en Tunisie, comme dans les autres pays du tiers-monde, au développementalisme industrialisant. Les ingénieurs ont toujours un rôle fondamental dans la production, mais le Maghreb est entré, à l’âge de la mondialisation commerciale et financière, dans une autre période de son développement. Il s’agit de valoriser la production locale, d’aller forcer la porte des marchés européens et d’attirer sur place les investissements directs (tel est depuis 1998 le principal défi du gouvernement de M. el Youssfi). Or, ces fonctions reviennent avant tout aux ingénieurs commerciaux, en regard desquels les économies maghrébines connaissent une réelle carence.

8Le besoin d’ingénieurs commerciaux pour l’économie marocaine par exemple, trouve son illustration à travers plusieurs signes récents. Le premier consiste en l’éclosion d’Écoles supérieures de commerce privées, notamment à Rabat et Casablanca. Elles sont à ce jour plus d’une quarantaine. Outre le fait qu’elles servent de point de chute à des élèves de niveau moyen (en partie du fait de l’arabisation du secondaire) mais dont les familles peuvent se permettre une formation coûteuse, ces Écoles n’offrent pour la plupart aucune garantie de formation. Elles jouent un peu le rôle des écoles d’ingénieurs publiques des années 1960-1970 en formant des ingénieurs de « second rang ».

9Le second signe découle de cette situation. À travers la constitution de la Fondation Academia en 1997, le patronat marocain manifeste son soutien aux étudiants en management des grandes Écoles de commence françaises. Cette fondation basée à Casablanca (et en lien avec le MBN), rassemble les PDG des plus grandes firmes marocaines : elle vise avant tout à sensibiliser les étudiants commerciaux en France pour les informer des opportunités que présente pour eux l’économie marocaine. Pour les inciter au retour, elle offre des prêts d’honneur aux étudiants des « Parisiennes » pour financer leur coûteuse scolarité. Cette politique traduit la demande ardente du patronat marocain vis-à-vis de ces professionnels. Pour ce faire, Academia est en contact étroit avec l’Association des élèves marocains des Écoles commerciales françaises, actuellement présidée par Driss Mernissi, élève à HEC. Elle organise des journées d’information à Paris et à Casablanca.

10Pour comprendre cette demande d’ingénieurs commerciaux, il faut rappeler brièvement l’histoire économique des deux pays maghrébins depuis une vingtaine d’années. Le Maroc de Hassan II s’est toujours présenté comme une économie libérale. Pourtant, derrière le discours, la réalité de l’économie marocaine était dans les années 1960-1970 celle d’une économie administrée caractéristique des pays en développement, mis à part le secteur agricole. La marocanisation de 1973 a constitué l’apogée de l’emprise étatique sur les secteurs industriel et bancaire. A cette époque, la Tunisie de Bourguiba venait de tourner la page de l’économie socialiste d’Ahmed Ben Salah, et le nouveau Premier ministre Hédi Nouira (1969-1980) se présentait comme un libéral dans la sphère économique. La conjoncture favorable des années soixante-dix pour les pays du Sud différa cependant de quelques années les options réellement plus libérales. L’argent facile des matières premières et le contexte international favorable à l’endettement permit de satisfaire pendant une courte période les différentes clientèles politiques et sociales au sein d’une économie encore très étatisée.

11Ce sont donc les années quatre-vingt qui constituent une véritable rupture. La crise de la dette et la diffusion de la crise internationale au début de la décennie fit passer les États maghrébins (l’Algérie pétrolière mise à part) sous la tutelle des créditeurs internationaux et du Fonds monétaire international. Les Plans d’ajustement structurels (PAS) s’appliquent au Maroc à partir de 1983 et en Tunisie dès 1986. Ils visent à compresser la demande interne, à ouvrir ces économies sur l’extérieur et à engager un processus de privatisation (Michel Camau, 1989). La libéralisation économique annonce le déclin de la toute puissance publique et la dynamisation du secteur privé. En un sens, l’État producteur et employeur doit céder la place à un État arbitre et garant du bon fonctionnement du marché. Dans le prolongement des PAS, les accords de libre-échange signés avec l’Union Européenne par le Maroc et la Tunisie, et qui doivent entrer en vigueur dans la prochaine décennie, ne peuvent qu’accentuer la marche vers plus de libéralisme économique. L’ingénieur commercial doit donc pleinement trouver sa place dans une économie plus ouverte, et qui doit avant tout miser sur sa capacité à promouvoir les échanges de produits, de services et de capitaux.

12Le développement des marchés financiers sur la place de Casablanca et la renaissance de sa Bourse des valeurs depuis le début des années quatre-vingt-dix sont un signe avant-coureur de cette évolution. Cette évolution ne marginalise pas pour autant la figure de l’ingénieur technique mais le place en situation concurrentielle. Le constructeur de barrages, l’édificateur des complexes énergétiques et autre concepteur des infrastructures routières des années soixante a cédé la place à l’ingénieur informaticien, au cadre financier ou au promoteur des services touristiques. Ainsi, sur les 120 cadres de la banque d’affaires Casablanca Finances Groupe créée au début des années quatre-vingt-dix au Maroc, on compte une moitié d’ingénieurs classiques face à une autre moitié d’ingénieurs commerciaux issus des Écoles de commerce. Cette situation dans le secteur tertiaire a des prolongements tout aussi inquiétants pour les ingénieurs techniques dans leur sphère spécifique de compétence (Ali Kenz, 1995). La privatisation de services autrefois assurés par l’État dans le cadre d’appels d’offres internationaux évince les ingénieurs locaux d’un certain nombre de projets de grande envergure. De la construction de la Grande mosquée de Casablanca à l’édification prochaine du port Tanger-Atlantique par Bouygues en passant par la concession de la construction des autoroutes marocaines à des sociétés privées européennes, les ingénieurs techniques se voient au Maroc dépouillés de grands projets mobilisateurs (Élisabeth Longuenesse et Roland Waast, 1995).

13Or aujourd’hui, l’État national saturé n’est plus à même d’offrir à l’ensemble de « ses » jeunes ingénieurs diplômés les postes auxquels ils aspirent. Au Maroc, s’il y a toujours de la place pour les ingénieurs de conception de haut niveau au sein de la haute administration (de par la volonté explicite du Roi, qui a par exemple nommé dix ingénieurs parmi les membres du G14), les ingénieurs d’application sont dans une situation beaucoup plus délicate. Les promotions de 1998 des deux plus prestigieuses Écoles d’ingénieurs marocaines (Écoles Mohammedia et Hassanid) n’ont toujours pas réussi à placer l’ensemble de leurs diplômés un an après leur sortie. Que dire des nombreuses autres écoles de second rang dont on retrouve les diplômés chômeurs en tête des manifestations récurrentes à Rabat depuis plusieurs années, jusque sur l’avenue Mohammed V sous les fenêtres du Parlement. Avec plus de 10 000 ingénieurs techniques, le Royaume est dans une situation de trop-plein et l’État est aujourd’hui incapable de répondre à l’afflux des nouveaux titulaires.

14En Tunisie, une même situation de pléthore caractérise le corps des ingénieurs. Elle aiguise d’ailleurs la rivalité entre ingénieurs formés sur place et ingénieurs formés à l’étranger, en particulier dans les Grandes Écoles françaises, qui se lit dans la rivalité au sein de l’Ordre des ingénieurs. La situation est d’autant plus difficile pour les ingénieurs tunisiens que l’École Nationale d’Administration de Tunis (ENA) a réussi, de par la structure du Parti-État (RCD) qui gouverne le pays, à placer ses étudiants du cycle supérieur, les fameux Conseillers de Service Public (CSP) à tous les postes clefs de l’administration (Pierre Vermeren, 1997). Dans ce contexte, la figure de l’ingénieur arrive au second rang, celui d’adjoint technique, ce qui a poussé la quasi totalité des ingénieurs de conception à quitter l’administration tunisienne depuis une vingtaine d’années à notre connaissance. Il n’existe pas à ce jour de réelle volonté politique (à l’inverse du Maroc) de favoriser ce corps de haut niveau, et la personnalité de Mokhtar Latiri, Conseiller de la Présidence de la République, est un cas trop particulier pour inverser cette tendance lourde. Par ailleurs, les mêmes causes produisant les mêmes effets qu’au Maroc, les ingénieurs techniques sont, dans le secteur privé, en situation de concurrence avec les ingénieurs commerciaux, en particulier avec les diplômés de l’Institut des Hautes Études Commerciales (IHEC) de Tunis.

Des Grandes Écoles françaises au mythe des Écoles de management anglo-saxonnes

15La situation de pénurie de cadres commerciaux de haut niveau au Maghreb se lit notamment dans le flux des étudiants marocains qui partent à l’étranger pour suivre des études commerciales. En Tunisie, les choses semblent différentes du fait que les bacheliers les plus brillants sont automatiquement affectés dans l’ancienne « filière A » de l’ENIT, c’est-à-dire qu’ils se voient inscrits dans les meilleures classes préparatoires françaises, mais aussi dans des instituts supérieurs des sciences de l’ingénieur en Allemagne ou au sein des universités techniques des États-Unis (ce dernier programme a été lancé en 1985 mais stoppé en 1995 du fait du trop faible taux de retour des ingénieurs tunisiens). Ces bacheliers de haut niveau scientifique sont la fierté du système public tunisien et c’est dans le cadre de ce programme public qu’une dizaine de Tunisiens entrent chaque année à l’École Polytechnique. Mais ce système assez dirigiste de « l’orientation scolaire et universitaire » tunisienne, inchangé depuis une vingtaine d’années, n’a pas pris en compte les nouvelles évolutions du marché de l’emploi des cadres.

16C’est en effet l’ensemble des étudiants tunisiens qui sont orientés en fonction de leurs résultats. Les bacheliers postulent chaque année pour les filières dont ils voudraient suivre le cursus par ordre de préférence. Ils sont alors classés en fonction de leur moyenne au baccalauréat et affectés par ordre de priorité en partant du premier. Mis à part la filière de l’ingéniorat, il n’existe pas de filière donnant accès à des études à l’étranger. Or les étudiants tunisiens sont contraints d’accepter leur orientation s’ils veulent bénéficier de l’aide publique sous forme de bourses d’études. Ce système pousse les étudiants à accepter leur orientation, sauf à vouloir voler de leurs propres ailes (financières) au sein du secteur privé d’enseignement supérieur ou à l’étranger. Cependant, en Tunisie, la clientèle « aristocratique » du type de celle fréquemment rencontrée au Maroc, aux moyens financiers très élevés, est beaucoup plus rare, ce qui rend l’écrasante majorité des étudiants dépendants du système de l’orientation. Il est donc intéressant d’étudier la place des hautes études commerciales publiques dans le système tunisien de l’orientation.

  • 2 Le Figaro du mercredi 9 décembre 1998.

17La consultation des barèmes d’admissibilité permet justement de constater que les études au sein de l’IHEC sont dans les années quatre-vingt-dix parmi les plus prestigieuses en Tunisie (Ministère de l’Éducation, 1995). Les étudiants envoyés à l’étranger pour les études d’ingénieurs sont suivis par les élèves des classes de « math sup » (créées en Tunisie depuis une quinzaine d’années dans le cadre de la coopération française), par les étudiants des différentes facultés de médecine et tout de suite après par les bacheliers désireux d’entrer à l’IHEC et à l’Institut Supérieur de Gestion de Tunis (ISG). Toutes les autres facultés ou écoles, mise à part l’Institut National Agronomique de Tunis, arrivent derrière. Or les grandes facultés (droit, lettres et sciences) accueillent l’écrasante majorité des étudiants tunisiens. Parallèlement à ces filières de formation sur place, il existe des possibilités d’obtenir des bourses pour les études internationales, en particulier un régime d’exemption réservé aux étudiants maghrébins dans les universités canadiennes qui en accueillent de plus en plus (notamment dans le cadre du programme d’incitation à l’immigration lancé en 1993)2, ou bien encore de s’inscrire librement (moyennant finances) dans les établissements étrangers.

18C’est ainsi que depuis quelques années, les étudiants tunisiens qui avaient pratiquement délaissé les hautes études commerciales françaises, commencent à entrer (certes en moins grand nombre que les Marocains) dans les grandes Écoles de commerce via les classes préparatoires de France. Les annuaires des élèves des grandes Écoles françaises comptent, depuis le milieu des années quatre-vingt, leur petit quota d’étudiants tunisiens. L’annuaire des anciens élèves de l’ESSEC (qui ne prend en compte que les anciens élèves ayant une adresse à l’étranger) compte trois Tunisiens pour les années 1980-1990, alors que les Marocains sont une dizaine. À l’autre bout de l’échelle, les Tunisiens de l’Institut Supérieur de Gestion (ISG) de Paris sont 10 (dont 6 de 1992 à 1996), tandis que les Marocains sont 21 (dont 13 des années quatre-vingt-dix). Sachant qu’il existe plus d’une trentaine d’écoles supérieures de commerce françaises appartenant à la Conférence des Grandes Écoles, on peut estimer à quelques centaines les étudiants tunisiens passés par ces établissements. Le chiffre doit certainement être triplé en ce qui concerne les Marocains (alors qu’il est équivalent aux Tunisiens pour les Écoles d’ingénieurs).

19En effet, si le flux des élèves ingénieurs marocains vers les Grandes Écoles françaises ne s’est pas tari, un nouveau flux s’est constitué vers les Grandes Écoles de commerce comme en atteste, depuis le début des années quatre-vingt, la montée des inscriptions dans les CPGE de France. On peut estimer aujourd’hui à une bonne centaine chaque année, le nombre d’étudiants marocains dans les classes préparatoires commerciales françaises (dont un tiers au Lycée Descartes de Rabat). C’est que le Maroc avait dans ce secteur une carence ancienne que l’on peut attribuer à différents facteurs au cours des années soixante. Après une première poussée d’ingénieurs commerciaux au cours de cette période, les effectifs se sont effilochés jusqu’aux années quatre-vingt (pendant lesquelles n’ont ainsi été reçus que huit Marocains à HEC Paris). La tendance s’est depuis inversée, et plusieurs dizaines de Marocains sont en cours de formation dans les cinq Écoles dites « Parisiennes ». Au cours des années quatre-vingt-dix, HEC accueille ainsi dans chaque promotion une demi-douzaine d’étudiants marocains.

20De même, les étudiants marocains qui partent aux États-Unis (3% en 1989 contre 75 % en France) s’inscrivent de plus en plus nombreux dans les filières de business et de management. Pour l’année 1991-1992, le nombre d’étudiants marocains « commerciaux » aux États-Unis avait pratiquement rejoint celui des étudiants en engineering (133 contre 144), ce qui marque un véritable renversement de tendance par rapport à la décennie précédente (Institute of international education, 1993). Cette situation est identique pour les étudiants tunisiens, bien qu’un peu en retrait : ils étaient 32 en business-management en 1985-1986 contre 251 en sciences de l’ingénieur, ils sont 42 contre 156 en 1991-1992. Les effectifs d’étudiants tunisiens aux États-Unis ont décru depuis 1995 du fait de l’arrêt du programme de coopération (transfert of technology), et il est vraisemblable que les familles tunisiennes seront très peu nombreuses à pouvoir assumer les frais énormes nécessaires pour suivre des études dans ce pays. Au milieu des années quatre-vingt-dix, un étudiant maghrébin aux États-Unis devait disposer de 10 000 à 20 000 dollars par an (à déposer sur un compte bloqué) à dépenser en frais d’inscription universitaire, puis passer la difficile épreuve du visa. En 1991-1992, il y avait cependant 621 étudiants marocains aux États-Unis (contre 435 sept ans plus tôt). Ces étudiants forment un groupe suffisamment étoffé depuis le début de la décennie pour pouvoir créer une association au Maroc de diplômés des États-Unis (l’AMA).

De la création d’écoles privées de relégation scolaire au Maghreb à la mise en place d’un partenariat avec l’extérieur

21Après l’indépendance des deux Protectorats en 1956, un discours très volontariste avait été lié à la politique de l’enseignement. Dans les deux pays, quatre principes de base avaient constitué le cadre idéologique et politique des réformes scolaires : la généralisation de l’enseignement, sa nationalisation, son arabisation et son unification. Sous ce dernier vocable se cachait la volonté de supprimer les différents ordres d’enseignement institués par la colonisation pour instaurer un enseignement national public. Outre la persistance d’écoles israélites et des établissements de la Mission française (MUCF), l’enseignement privé ne disparut vraiment jamais des deux anciens Protectorats. Il se perpétua sous différentes formes, en particulier au Maroc, mais aussi en Tunisie où il comptait 12 030 élèves en 1978 (hors MUCF). Avec la crise de l’enseignement, le secteur privé recommença à s’étoffer à partir des années quatre-vingt. Mais la nouveauté est qu’un enseignement supérieur privé commença à émerger, dans le plus total flou juridique au départ, pour devenir un secteur dynamique et aux effectifs croissants dans les années quatre-vingt-dix.

22A Tunis, l’établissement le plus ancien est l’Université Libre de Tunis (ULT) qui se développa à partir de 1973 du fait de l’instauration d’une sélection drastique instaurée par Mohamed Mzali à l’Université publique (système des cartouches). Au départ, I’ULT n’était qu’un lycée, puis à partir de 1978, elle se mit à former des techniciens supérieurs, et à partir des années 1987-1988 des ingénieurs à bac + 4. Elle forme aujourd’hui des diplômés de bac + 5. Créée pour pallier la trop grande sélectivité de l’Université, I’ULT est dotée de six grandes facultés qui vont du droit à la médecine. L’ULT avait été créée pour répondre aux besoins d’ingénieurs alors très vifs en Tunisie, en particulier dans le secteur électronique. Toutefois, sa principale faculté est aujourd’hui celles des Sciences Économiques et de Gestion (FSEG), qui forme des diplômés commerciaux conformément aux nouveaux besoins du marché des cadres. Au milieu des années quatre-vingt-dix, cette université privée fonctionnant depuis plus de vingt ans était « autorisée » mais aucune loi ne l’avait officiellement reconnue.

23Au Maroc, où le secteur privé est toujours resté assez substantiel (il comptait plus de 160 000 élèves dans le primaire et le secondaire au milieu des années quatre-vingt), l’enseignement supérieur privé n’a réellement démarré qu’en 1985. C’est à cette date qu’a été créée la première école supérieure privée au Maroc (Hamani, 1994). Les années quatre-vingt sont en effet la période où la crise de l’enseignement supérieur prend une ampleur sans précédent. Confronté à la massification, au chômage des diplômés et à l’arabisation rampante, l’enseignement supérieur national semble ne plus pouvoir offrir de légitimes opportunités d’ascension sociale ni même de formation répondant aux exigences du marché de l’encadrement. Il n’est donc guère surprenant qu’un mouvement très puissant de création d’établissements d’enseignement supérieur privé commence à se développer, notamment dans les domaines de la gestion et de l’informatique appliquée. Une loi de 1986 (n° 15/86) vint opportunément donner un cadre juridique à ce mouvement.

24Ainsi s’explique la très forte expansion de ce secteur qui vit en dix ans le nombre de ses étudiants multiplié par dix. Les établissements quant à eux passèrent de 7 en 1985 (786 étudiants) à 46 en 1998 (7 726 étudiants). Ces écoles privées sont pour l’essentiel concentrées à Casablanca et Rabat où elles accueillent une part notable des étudiants de la bourgeoisie de fonction (à Rabat) et de la bourgeoisie économique (à Casablanca). Une partie du patronat et des investisseurs marocains a pris rapidement en compte la demande pressante de nombreuses familles et leur disponibilité pour financer des études coûteuses mais susceptibles d’assurer des débouchés à leurs descendants. Au sein de la CGPM, l’organisation du patronat marocain, la fédération de l’enseignement supérieur est aujourd’hui l’une des plus puissantes et influentes. Ce marché, bien que très concurrentiel, est néanmoins rentable non seulement dans le secondaire (de plus en plus appelé à suppléer les carences avérées de l’enseignement public) mais aussi dans le supérieur.

25Le coût de la scolarité dans ces établissements privés supérieurs peut en effet apparaître comme prohibitif dans un pays où le revenu annuel par habitant atteint à peine 3 500 dollars en PIB PPA. Il n’en est pas moins très compétitif au vu d’une demande croissante. D’après la revue L’Etudiant marocain de septembre 1997, il n’existait pas moins de 21 établissements supérieurs privés proposant au Maroc une scolarité annuelle égale ou supérieure à 30 000 dirhams par an, soit l’équivalent du revenu annuel moyen par habitant (en PPA). Or le coût élevé des études, voire prohibitif quand on sait que de nombreux enseignants de ces établissements sont des universitaires du secteur public payés en extra, loin de décourager les familles, apparaît au contraire comme un gage de réussite et une preuve de compétence.

26Au plan strictement scolaire, ces écoles sont loin d’être le débouché naturel des « bons élèves ». L’ISCAE de Casablanca comme l’IHEC de Tunis recrutent des élèves de niveau scolaire très supérieur. Au Maroc, être reçu à l’ISCAE au terme d’un concours très sélectif qui met en compétition les bacheliers avec mention issus pour l’essentiel de la section « sciences maths », est vécu comme une grande réussite. Tel n’est pas le cas dans les écoles supérieures privées qui recrutent essentiellement des bacheliers argentés au détriment de la méritocratie, quelques établissements mis à part. Mieux, ces établissements peuvent apparaître à bien des égards comme des écoles de relégation (ou de la dernière chance) pour les jeunes gens ou les jeunes filles de familles aisées. Pierre Bourdieu a montré que cette configuration n’a d’ailleurs rien d’extraordinaire puisque le champ scolaire français de l’enseignement supérieur connaît bien cette ligne de fracture qui oppose les « établissements qui, souvent de statut privé, (…) n’exigent ni une réussite scolaire très élevée ni un temps de préparation très long, aux écoles d’ingénieurs, d’agronomie, d’enseignement et de recherche (…) le plus souvent publiques, exigeant des frais de scolarité plus faibles, et accueillant des élèves plus fortement sélectionnés scolairement, au terme d’une préparation plus longue » (Pierre Bourdieu, 1989 : 213).

27Toutefois, pour crédibiliser leurs écoles, certains entrepreneurs ou directeurs s’assurent de la coopération d’établissements étrangers, en particulier d’écoles de commerce françaises. Tel est le cas de l’École Sup de Co de Marrakech née en 1987 et qui se place dès son origine sous le patronage des Sup de Co françaises. Cette école qui accueillit 164 étudiants dès sa première promotion est un modèle du genre. Placée sous la protection de la fine fleur du capitalisme fassi, comme en atteste son Comité d’honneur, et présidée par Ahmed Bennis, elle obtint la coopération et le parrainage de Sup de Co de Toulouse lui permettant d’offrir à ses étudiants les plus brillants une dernière année en stage à Toulouse. Une démarche analogue présida à la création de l’Institut Marocain de Management (IMM) de Casablanca en 1989, associé à l’École Supérieure de Commerce de Paris (ESCP). Pour affirmer son originalité, l’IMM mit sur pied une classe préparatoire offrant aux étudiants la possibilité de passer les concours des Grandes Écoles de commerce françaises (cette ouverture demeurant cependant tout à fait théorique). Enfin, à la rentrée 1999 voit le jour à Tanger un établissement privé de classes préparatoires aux Grandes Écoles commerciales françaises.

  • 3 Le Monde du 18 janvier 1995.

28L’apogée de ce système d’enseignement supérieur privé est certainement représenté au Maghreb par l’Université américaine d’Ifrane (dans le Moyen-Atlas), Al Akhawayn, voulue par le Palais durant les années quatre-vingt et financée par des capitaux saoudiens. Inaugurée par le Roi Hassan Il en personne3, elle se voulait être le pendant maghrébin des Universités américaines du Proche-Orient (Beyrouth, Le Caire et Istanbul). Nichée dans une station de moyenne montagne, elle offre à ses étudiants un vaste campus à l’américaine où logent les élèves, et un enseignement de qualité dispensé par un personnel anglo-saxon et marocain notamment des anciens diplômés des universités américaines. Le coût exorbitant de la scolarité n’a pas découragé de nombreuses familles marocaines d’y inscrire leurs descendants. En 1998-1999, la scolarité semestrielle y était de 42 000 dirhams, or le cursus compte sept semestres (soit 30 000 dollars au total). La première promotion est sortie fin 1998. Quels que soient les problèmes rencontrés au cours de ces quatre années par une institution encore mal définie, Al Akhawayn est un établissement emblématique avec ses trois filières (business, humanities et science ingeneering) et fortement soutenu comme le prouve la nomination de son nouveau directeur, Rachid Ben Mokhtar, ancien ministre de l’Éducation Nationale et centralien, issu de la prépa de Lyautey.

Un marché de l’emploi dynamique… mais pour qui ?

29La première vertu des études supérieures commerciales au sein des Grandes Écoles du Maghreb, et a fortiori de l’étranger, est de permettre à leurs lauréats de trouver un emploi. A l’inverse des facultés de sciences économiques qui délivrent un enseignement déconnecté des réalités du monde de l’entreprise (et pas seulement de l’informatique), les Grandes Écoles ne produisent guère de chômeurs diplômés. Ces derniers se « recrutent » massivement dans les facultés des sciences juridiques et économiques, et ils aspirent massivement à intégrer une administration saturée. Peu armés pour affronter le monde de l’entreprise où la langue courante de travail des cadres est le français qu’ils maîtrisent souvent mal (voire l’anglais pour les relations internationales), considérés par les entrepreneurs privés comme ayant reçu une formation purement théorique et donc « à former », ces diplômés fuient le marché privé de l’emploi qui d’ailleurs le leur rend bien. A l’inverse, les diplômés issus des hautes études commerciales, quoique de niveaux scolaires très hétérogènes, sont spécialement formés dans les langues étrangères et ont appris les arcanes de la gestion et de l’informatique. Mieux formés au plan pratique, ayant effectué des stages en entreprise, aptes à rédiger en français, voire en anglais, ces diplômés n’ont guère de problème pour décrocher un emploi tertiaire de cadre dans le privé. Ils sont aussi certainement mieux à même de trouver un emploi que leurs collègues ingénieurs, en particulier ceux qui sont issus des petites écoles d’ingénieurs du Maghreb.

30Certes, les hautes études commerciales offrent des formations extrêmement disparates. Il y a certainement peu de rapport entre le diplômé d’HEC Paris et celui d’HEC Rabat. Les diplômés des Grandes l’Écoles françaises et des MBA américains sont en position de supériorité incontestable sur le marché de l’emploi au Maghreb. Mais c’est à ce niveau qu’intervient la question de l’origine sociale et familiale des diplômés Au Maghreb, le diplôme n’est qu’un élément parmi d’autres dans le recrutement des cadres. Le poids et la surface économique des familles est une composante fondamentale qu’il faut garder à l’esprit. Pour caricaturer, le diplômé d’HEC Rabat issu d’une famille d’entrepreneurs aisés et influents a plus de chance de monter dans la hiérarchie du pouvoir économique que le diplômé d’HEC Paris issu d’une famille modeste. En d’autres termes, l’avenir professionnel des « héritiers » diplômés – parce que telle est la coutume en cette fin de siècle – est de toute manière assuré. Alors bien sûr, il se trouve que la très grande majorité des diplômés des hautes études commerciales du Maghreb sont issus de familles de la classe dominante (y compris à l’IHEC Tunis où l’analyse de l’origine sociale des étudiants nous a montré son caractère de plus en plus sélectif socialement).

31Cette situation n’est au demeurant pas propre au Maghreb et a été pointée par Pierre Bourdieu en France : « les adolescents de la bourgeoisie d’affaires qui se voient exclus des institutions les plus hautes scolairement (…) doivent pour contourner l’obstacle, s’orienter vers les secteurs les moins autonomes et les moins contrôlés scolairement de l’espace scolaire, c’est-à-dire vers les écoles refuges qui se sont multipliées au cours de ces vingt dernières années, surtout dans le domaine de la gestion » (Pierre Bourdieu, 1989 : 308). Il semble que cette situation nullement spécifique (mais néanmoins assez nouvelle au Maghreb) soit encore surdéterminée au Maroc et en Tunisie du fait de l’importance des structures familiales (voire tribales) et néo-patrimoniales du capitalisme local. Cette situation est cependant assez nouvelle dans la mesure où les ingénieurs des années soixante et soixante-dix, socialement plus diversifiés, se voyaient offrir de réelles opportunités de carrière, en particulier au sein de l’État national en construction. Cette période du début des indépendances peut apparaître avec le recul comme l’apogée d’une méritocratie scolaire au Maghreb, aujourd’hui étouffée. Mais cette situation n’est pas non plus inédite dans la mesure où le passage des héritiers par les écoles privées de gestion n’est pas sans rappeler celui des « fils de notables » par les sections commerciales des Collèges musulmans du Maroc sous le Protectorat.

32Pour les rescapés de la méritocratie, et notamment les diplômés formés en Europe ou aux États-Unis (on pense ici aux ingénieurs tunisiens boursiers formés dans les universités américaines de 1985 à 1995), le choix du retour est une question éminemment délicate. Confrontés à la préférence généralisée des héritiers (fussent-ils moins diplômés), à l’arbitraire des dirigeants imbus de leur pourvoir népotique, au problème du financement de leurs projets d’entreprises (les « crédits jeunes promoteurs » au Maroc ne permettent guère de se lancer dans l’entrepreneuriat) et déconcertés par des méthodes de gestion et de travail si différentes de celles qu’ils ont intégrées lors de leurs expériences professionnelles à l’étranger, nombre d’entre eux préfèrent rester au Nord, ou même rebrousser chemin. C’est ainsi que moins de la moitié des ingénieurs tunisiens formés au États-Unis entre 1985 et 1995 (programme Transfert of Technology) sont rentrés en Tunisie. A ce jour , on peut estimer que le brain-drain des ingénieurs commerciaux marocains formés en France est aussi très important, car au problème de l’origine familiale, il faut ajouter l’attrait du mode de vie occidental, les mariages sur place, la question du statut des femmes qui fait réfléchir nombre de jeunes diplômées maghrébines et les opportunités de carrière souvent incomparables (Bourse de Casablanca versus les traiders de la City londonienne…).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bourdieu Pierre, 1989, La Noblesse d’État, Paris, Éditions de Minuit.

Camau Michel, 1989, La Tunisie, Que sais-je?, Paris, PUF.

Hamani Jean-Lédric, 1994, Dix ans de développement de l’enseignement supérieur privé au Maroc : bilan et enjeux, Thèse de l’Institut d’Études Politiques de Paris.

INSTITUTE OF INTERNATIONAL EDUCATION, annuel, Profiles, Detailled analyses of the foreign student population, New-York.

Kenz Ali, juillet-septembre 1995, « Les ingénieurs et le pouvoir », Tiers-Monde, Paris, tome 36, n° 143 : 565-579.

L’Étudiant Marocain, septembre 1997, « Coût et financement des études », n° 26, Casablanca.

Le Figaro, mardi 8 et mercredi 9 décembre 1998, « Enquête sur la désaffection des étudiants étrangers pour les Universités françaises », voir article « Scientifiques du Maghreb : une combine au Canada », Paris.

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION ET DES SCIENCES, 1995, Guide de l’orientation universitaire, Tunis.

Mouna El Banna, mercredi 18 janvier 1995, « Hassan II a inauguré la première université anglophone du Maghreb », Paris, Le Monde.

Longuenesse Elisabeth et Waast Roland, juillet-septembre 1995, « Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Egypte, Algérie », Revue Tiers-Monde, Paris, tome 36, n° 143 : 485-497.

Vermeren Pierre, 2000, La formation des élites par l’enseignement supérieur moderne au Maroc et en Tunisie durant le xxe siècle, Thèse d’histoire sous la direction du Professeur René Gallissot, Institut Maghreb-Europe, Université de Paris VIII.

– 1997, « Administrateurs et ingénieurs dans le secteur public au Maroc et en Tunisie (1956-1997) : formation compétition et luttes d’influence », contribution aux rencontres de Hammamet, les 5, 6 et 7 juillet 1997 dans le cadre du programme de recherche Flux et gestion des compétences intellectuelles dans les échanges euro-maghrébins.

Notes

2 Le Figaro du mercredi 9 décembre 1998.

3 Le Monde du 18 janvier 1995.

Notes de fin

* Chercheur associé à l’Institut Maghreb-Europe, Université de Paris VIII-Saint-Denis.

Auteur

VERMEREN Pierre, Institut Maghreb-Europe, Université de Paris VIII-Saint-Denis.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540