Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

III. Élites universitaires, élites sociales ? Réflexions sur les filières d'excellence

Trois générations d’élèves tunisiens à l’école polytechnique française (1955-1985)

Anousheh Karvar

Texte intégral

  • * Bibliothèque nationale de France, Centre de Recherches en Histoire des sciences et des techniques, (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Avant 1921, les étrangers étaient admis à l’École polytechnique comme simples auditeurs et plus ta (...)
  • 2 Les éléments d’explication de la courbe de fréquentation des élèves étrangers, ainsi que leur répa (...)

2En deux siècles, l’École polytechnique française a attiré environ un millier d’auditeurs et d’élèves étrangers, ayant suivi une partie ou l’intégralité de son enseignement. Au vu du rythme de fréquentation de ces élèves de 1794 à 1985, plusieurs remarques s’imposent. La première concerne leur nombre réduit sur l’ensemble de la période : malgré deux pics, en 1835 (22 élèves) et en 1985 (30 élèves), le nombre moyen tourne autour de 5 à 6 par promotion. La seconde remarque consiste dans le caractère erratique de leur présence jusqu’en 1955, date à partir de laquelle on observe une tendance continue à la hausse dans le nombre d’élèves étrangers. À cette date, on relève successivement une première période allant de 1794 à 1824 où le principal apport étranger provient des élèves des départements annexés par la France à la suite des conquêtes napoléoniennes, puis une période de relative importance du nombre d’auditeurs étrangers, où les effets de l’émigration polonaise des années 1830 se font ressentir à partir de 1834. Il faut ensuite attendre 1855 pour que le nombre d’étrangers dépasse à nouveau la barre de 10 par promotion, ce qui correspond jusqu’en 1898 à l’arrivée structurée d’élèves-officiers roumains dans le cadre d’un accord de coopération militaire entre la France et ce pays. Commence alors une longue période blanche de 1898 à 1955, où l’on recense en moyenne 1 à 2 élèves étrangers par promotion. Elle englobe à la fois les effets négatifs de la Première et Seconde Guerre mondiale, comme l’absence d’effets positifs dus au changements intervenus dans le statut des élèves en 1921 et qui ne se manifeste que 35 ans après1. À partir de 1921, le rythme d’admission des élèves étrangers s’accélère par paliers successifs : d’une moyenne de 2 étrangers par promotion de 1921 à 1955, on passe à 8 ou 9 étrangers dans les vingt années suivantes et à 18 ou 19 sur les dix années d’après. Leur provenance géographique comprend une gamme autrement plus étendue de pays, même si celle-ci se restreint par la suite pour n’inclure principalement que les pays du Maghreb. En effet, la répartition des élèves étrangers par pays et par aires géographiques révèle une prédominance des anciennes colonies et protectorats de la France, les décolonisations des années cinquante-soixante se traduisant par une arrivée importante d’élèves originaires de la Tunisie, du Maroc, du Liban, du Viêtnam et de l’Algérie2.

3Ce travail est consacré à l’étude d’un échantillon de polytechniciens issus d’un seul et même pays, la Tunisie. Jusqu’en 1985, date à laquelle s’arrête notre étude, les ressortissants de ce pays constituent le plus grand contingent d’élèves étrangers de l’institution parisienne. Après l’indépendance en 1956, leur présence dans les grandes écoles techniques françaises et à l’École polytechnique relève en outre d’une politique délibérée et d’une filière spécifique créée en 1969 (filière A de l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis, préparant au concours des grandes écoles françaises).

TABLEAU 1. La présence des élèves maghrébins à l’École polytechnique (1921-1985)

TABLEAU 1. La présence des élèves maghrébins à l’École polytechnique (1921-1985)

4L’étude de cette population fait apparaître une première génération de polytechniciens entièrement vouée au service public, impliqués dans la construction du pays après l’indépendance, suivie d’une deuxième génération tournée vers l’activité de bureaux d’études, au service du secteur public et para-public, en partenariat avec des entreprises étrangères, enfin une troisième génération où l’installation définitive en France l’emporte largement sur le retour au pays.

5Notre enquête porte sur des entretiens détaillés avec des polytechniciens de la première et de la seconde générations. La carrière des polytechniciens de la troisième génération a été reconstituée à l’aide des renseignements fournis par le « groupe X-Tunisie » et la Société amicale des anciens élèves de l’École polytechnique.

Les promotions 1950-1960 : creuset républicain et cause nationaliste

6De toutes les composantes de l’empire colonial français, la Tunisie était citée en modèle par l’administration française : sous le régime de protectorat, la justice avait été réformée, un enseignement de type français était introduit, les villes étaient assainies, des hôpitaux installés, le pays était doté d’une infrastructure portuaire et ferroviaire et le budget présentait un certain équilibre.

7Tirant les leçons de l’expérience algérienne, les régimes de protectorat au Maroc et en Tunisie avaient respecté l’arabe comme langue nationale. En Tunisie, il existait un système d’écoles franco-arabes où l’on enseignait dans les deux langues au niveau élémentaire, puis dans des collèges. Le fleuron de ce système, le Collège Sadiki de Tunis préparait aussi au baccalauréat français. Ce privilège avait été obtenu au bout de longues négociations entre l’élite locale et l’administration française (Sraïeb, 1995). Il y avait aussi des collèges sur le modèle français avec une section d’études arabes (Collège Alaoui), et d’autres encore où l’enseignement était entièrement dispensé en français (Lycée Carnot).

8Les polytechniciens tunisiens de la première génération s’accordent à considérer que la présence française, du fait de sa longévité et sous la pression de l’élite locale a su porter des fruits sur plusieurs générations, notamment en matière de formation. Le schéma le plus classique est celui d’un grand-père ou d’un père ayant fait l’école normale d’instituteurs en Tunisie, dont les enfants ou les petits-enfants ont poursuivi des études en France. Les enfants embrassent le plus souvent des carrières libérales (médecin, avocat, pharmacien) et les petits enfants sont ingénieurs diplômés des grandes écoles françaises.

9Nous disposons de peu d’informations sur le premier polytechnicien tunisien de la promotion 1929, M’hamed Ali El-Annabi, sinon qu’il a fréquenté le collège Sadiki, qu’il était ingénieur des travaux publics et qu’il a présidé l’Association des anciens élèves du Collège Sadiki, de 1936 jusqu’à l’autonomie interne de la Tunisie en 1954. Cette association a joué un rôle considérable dans la circulation des idées nationalistes dans la jeunesse tunisienne. Son bureau était composé dès les années 1930 par les cadres politiques du Vieux comme du Néo-Destour. On y remarque notamment les frères Bourguiba, Tahar Sfar et Bahri Guiga. L’AAECS a également servi de groupe de pression et de médiation auprès des autorités coloniales pour une plus grande prise en compte de l’instruction des « indigènes » (Sraïeb, 1995 : 236 et 306).

10Environ deux décennies séparent M. El-Annabi du second polytechnicien tunisien, Mokhtar Latiri (X-1947). A partir de 1954, date d’entrée du troisième élève, l’Ecole polytechnique est fréquentée, régulièrement et selon une progression constante, par des élèves tunisiens. Les polytechniciens de la première génération constituent un contingent de 18 élèves sur les 80 Tunisiens ayant fréquenté l’École polytechnique de 1947 à 1985. On compte, parmi eux, trois élèves juifs qui ont acquis la nationalité française et se sont établis en France.

  • 3 Lilia Ben Salem recense cinq polytechniciens tunisiens avant l’indépendance, tandis que les regist (...)

11En 1956, au moment de l’indépendance, la Tunisie comptait 36 diplômés des grandes écoles françaises. La plupart d’entre eux possédait très peu d’expérience et n’avait occupé aucun poste de responsabilité. Il s’agit de quatre diplômés de l’École polytechnique, dix de l’École des Mines de Paris et de Saint-Etienne, quatre de l’École d’Hydraulique de Grenoble, trois de l’École des Télécommunications, deux de l’École des Travaux publics, un de l’École centrale des Arts et manufactures de Paris (Bensalem, 1990 : 91)3.

12Les trois élèves de la première génération, objet de notre enquête, ont fait leurs études secondaires dans des établissements de langue française (Lycée Carnot de Tunis, Collège de Sfax) ou d’enseignement franco-arabe (le Collège Sadiki de Tunis). Ils ont bénéficié de bourses d’études octroyées par l’État indépendant ou par la fondation habous en ce qui concerne le Collège Sadiki avant l’indépendance. Le Collège disposait, en effet, pour l’entretien de ses élèves, d’une fondation dépendant du ministère des Affaires religieuses, et qui prenait en charge les études d’une deuxième série de lauréats du concours d’entrée de cette institution, en les faisant bénéficier de l’usufruit des terres dont elle était propriétaire.

13Les bacheliers qui souhaitaient poursuivre des études en France avaient souvent le choix entre les filières menant à des carrières libérales (médecine, pharmacie, droit), à l’enseignement ou bien aux écoles d’ingénieurs où les débouchés paraissaient plus aléatoires à la veille de l’indépendance. Dans tous les cas, les conseils des professeurs français ont toujours été déterminants dans l’orientation des jeunes bacheliers.

14Les trois élèves tunisiens se sont trouvés à l’École polytechnique par le jeu classique des concours des grandes écoles, qu’ils ont préparés dans les lycées parisiens de renom, Louis le Grand et Henri IV. Pour cette période de préparation, ils ont disposé de bourses ou bien ils ont contracté des prêts d’honneur auprès de la direction de l’Instruction publique avec l’engagement moral de travailler à leur retour dans la fonction publique.

15Ainsi, selon un modèle emprunté à l’administration française, le gouvernement tunisien de l’indépendance a pris en charge les frais de scolarité de ses ressortissants à l’École polytechnique contre un engagement décennal de service dans la fonction publique.

16En évoquant les années de scolarité à l’École polytechnique, l’avis des polytechniciens tunisiens est varié. On souligne, d’une part, le caractère « homogénéisant » de la camaraderie qui régnait à l’École polytechnique dans les années cinquante, et qui faisait abstraction des différences – notamment en termes de nationalités et d’opinions politiques – : « Pas de marque distinctive en dehors du classement bis pour les étrangers ». On qualifie même l’École polytechnique de « fondoir général et intégral », où chaque élève était connu par son nom et seulement son nom, et non ses origines. Cette image de creuset républicain prend un sens autrement plus important quand elle émane de militants nationalistes. Elle peut être interprétée de manières différentes suivant qu’il s’agirait de mettre en relief l’apolitisme des élèves de l’École polytechnique pendant leurs années d’études (trop absorbés par une charge de travail écrasante et par la concurrence) ou bien un regard bienveillant porté a posteriori sur des camarades ayant conservé leurs liens d’amitié avec les polytechniciens des colonies après les indépendances.

17D’autre part, on considère aussi que l’École polytechnique, en laissant la spécialisation technique à l’école d’application, a dispensé à ses élèves une culture scientifique fondamentale les préparant à affronter avec succès une variété de situations et de problèmes techniques. Qu’il s’agisse d’un creuset républicain ou d’un foyer de culture scientifique, l’appréciation positive, voire élogieuse, ne cesse d’accompagner le discours des polytechniciens de la première génération sur la contribution de l’École polytechnique dans la formation des premiers ingénieurs de la Tunisie indépendante. L’importance accordée à leur diplôme au retour au pays, ainsi que les carrières de premier plan qu’ils y ont menées ne peuvent être étrangères à cette appréciation.

18Sur l’ensemble des élèves tunisiens de l’École, un tiers a suivi une formation complémentaire dans une école d’application (Mines, Ponts, Télécoms, ENSTA). Il est important de noter que les huit premiers (promotions 1929 à 1965) sont tous passés par l’École des Mines de Paris ou l’École des Ponts et chaussées. A entendre les premiers polytechniciens tunisiens, le choix de l’école d’application aurait obéi soit au classement de sortie également valable pour les étrangers, soit aux phénomènes de mode ou à l’influence des amphis « retappe », conférences au cours desquelles les responsables des écoles d’application tentent d’attirer les élèves vers leur branche. En poussant l’investigation, tout laisse penser que la carrière de ces jeunes cadres avait été fléchée par le gouvernement de l’indépendance, dès leur réussite au concours de l’École polytechnique, afin qu’ils puissent occuper des places laissées par des ingénieurs français dans les secteurs clés de l’économie tunisienne. Les jeunes recrues avaient, de leur côté, entièrement intégré le sens de l’intérêt collectif et n’envisageaient guère d’autres carrières que celle à laquelle ils étaient prédestinés.

19Au lendemain de l’indépendance, les besoins en cadres étaient d’une telle ampleur qu’un ingénieur des Mines aurait pu demander et obtenir à diriger l’aviation civile « même s’il ne faisait pas la distinction entre un avion et un hélicoptère ». Cette déclaration d’un polytechnicien de la première heure pourrait paraître d’une exagération provoquante. Ceci étant, on retrouve ici une reproduction à l’identique de la pratique en vigueur en métropole, et qui consiste à recruter les futurs dirigeants des secteurs clés du pays indépendant sur les bancs du lycée, pour ensuite les propulser dans le système de formation des corps techniques de l’État colonial.

20Le réformisme étatique en vigueur dans la Tunisie de la décennie 1960, pourrait en être une explication. Tout en forçant la dynamique du changement par la planification, le gouvernement Bourguiba en assurait également l’encadrement dans la continuité. En matière technique, cet encadrement semble être calqué, dans les moindres détails, sur le modèle français de formation dans les grandes écoles, avec l’École polytechnique comme pierre angulaire. « La bosse » des mathématiques semble alors apporter les garanties suffisantes pour confier au futur polytechnicien les commandes des secteurs vitaux de l’économie (mines, énergie, transports) dès le plus jeune âge.

21Aurait-on pu parvenir à des résultats similaires en appliquant un autre modèle? A entendre l’un d’entre eux, en s’alignant sur le modèle français, l’État indépendant a assuré la continuité du schéma selon lequel la réglementation est du ressort des ingénieurs d’État, en contraste avec la situation américaine où l’administration repose ses décisions sur l’avis des associations professionnelles spécialisées. L’exemple évoqué est celui de l’American Association of Petroleum Engineers (AAPE) en matière d’exploration et d’extraction pétrolières. Le maillage technique certes rudimentaire de l’administration allait donc être assuré par les ingénieurs des grandes écoles françaises, du fait de l’expertise qu’ils pouvaient apporter notamment en matière de réglementation. Grâce à leur formation généraliste complétée par une spécialisation dans les secteurs privilégiés de l’intervention de l’État, à savoir les mines et les travaux publics, les polytechniciens étaient particulièrement appréciés. On portait également à leur crédit une grande capacité d’adaptation du fait de leur polyvalence. Dans des domaines techniques spécifiques ou relevant de la souveraineté nationale, les pouvoirs publics faisaient donc appel à leurs compétences scientifiques.

22Derrière cet argument d’ordre technique, sans doute faut-il rechercher des raisons politiques plus profondes. Dans les années 1960, la Tunisie expérimente, par le biais de la politique des coopératives, promue par Ahmad Ben Salah, des modes de développement sinon originaux du moins éloignés du mode de production capitaliste et libéral. Cette situation valable dans le secteur agricole et commercial ne trouve pas de pendant dans les secteurs économiques de souveraineté qui semblent avoir été écartés de cette expérimentation, tant dans leur mode de gestion que dans leur encadrement. La décolonisation dans la continuité semble constituer, dans ces secteurs, le choix politique dominant, d’autant plus, que la solution à la française ne présente pas ici de contradiction majeure avec les options étatiques, dirigistes et autoritaires, de Bourguiba.

23A la veille de l’indépendance, l’économie tunisienne était relativement prospère, mais tournée vers la métropole. Dans les secteurs coloniaux, capitaux, techniques et techniciens, machines et entrepreneurs étaient pour la plupart importés. L’agriculture coloniale, techniquement puissante, géographiquement bien installée et disposant, à l’époque du Protectorat, d’appuis financiers et politiques importants, ne visait avant tout que le marché français ou international. Parallèlement, l’agriculture autochtone et arriérée était destinée à l’autoconsommation.

24Depuis la fin du xixe siècle, le développement industriel se résumait à l’extraction des matières premières et à la création de l’infrastructure qui permettait leur écoulement hors des frontières. La construction des réseaux ferré et routier, du port de Tunis, comme l’exploitation des ressources minières étaient entre les mains des compagnies concessionnaires françaises et dans une moindre mesure, italiennes ou anglaises. Le matériel était acheté à l’étranger et les bénéfices y étaient transférés. A cette industrie limitée mais puissante, étrangère mais moderne, s’opposait un secteur artisanal sous-développé (Guen, 1988 : 60).

25Avec le départ à l’étranger des capitaux et de l’encadrement, l’Etat indépendant est intervenu activement dans la mise en œuvre du projet de rattrapage. Dans les perspectives décennales 1962-1971, le secteur public a joué de multiples fonctions économiques dans la gestion directe de l’économie et des activités délaissées par le capital privé. Les ingénieurs tunisiens formés en France ont trouvé leur place dans la continuité du fonctionnement des institutions créées par le Protectorat. Ils estiment aujourd’hui que les modes d’organisation du travail sont restés globalement inchangés dans leur « rationalité », malgré le décalage technique perceptible.

26À propos du décalage technique, les polytechniciens tunisiens considèrent qu’il était même moindre au moment du départ de l’administration par rapport à nos jours. D’une part, les ouvriers et les contremaîtres qui avaient travaillé au contact des Européens partageaient le même savoir-faire et le même mode d’organisation du travail. D’autre part, les cadres techniques formés en France, parlaient le même langage (en l’occurrence le français) et partageaient les mêmes références techniques. L’utilisation du français à tous les niveaux (sauf avec les manœuvres) était donc aussi un grand facteur de rapprochement.

27En revanche, l’inexpérience des cadres tunisiens et leur savoir trop théorique sont présentés par les anciens élèves comme un handicap en amont, notamment face à la charge de responsabilité qui leur incombait. Le polytechnicien se distinguait des autres ingénieurs des grandes écoles, parce qu’il était plutôt décideur que technicien, capable d’aller vite et bien et de diriger une équipe au lieu de rester à la traîne. Par conséquent, même inexpérimenté, il était particulièrement bien outillé pour cette tâche.

28Alors que les secteurs agricole et commercial vivaient, en Tunisie, de grands bouleversements à la suite de l’introduction des coopératives, la question des structures ne semble pas s’être posée dans le secteur de l’énergie, des mines et des travaux publics, faute de moyens ou de temps, pour des raisons d’efficacité ou tout simplement parce qu’ils n’avaient pas été mis en cause au niveau politique. En conséquence, la prise de relève par les cadres tunisiens présente un schéma de déroulement sans heurts. Dans la plupart des cas étudiés, la substitution s’est effectuée à l’identique sur le plan de la formation. Les X-Mines ou X-Ponts français ont laissé la place aux polytechniciens ou ingénieurs civils des Mines et des Ponts d’origine tunisienne. La hiérarchie des diplômes français, le mode d’organisation et de travail ont été transposées sans nuances.

29Au cours des longues années qu’elle a vouées au service de l’Etat, la première génération composée d’une poignée seulement de polytechniciens a laissé une empreinte durable dans son secteur d’activité : équipement, sidérurgie, raffinage, énergie, industries délocalisées. Elle a fondé la première école de formation de techniciens supérieurs et d’ingénieurs en Tunisie, créé les entreprises publiques qui ont contrôlé l’exploitation et la distribution de l’électricité, du gaz, du pétrole (STEG, ETAP, Sotugat, Sergaz, etc.).

30Dans les années 1970, lorsque la Tunisie est entrée dans une phase d’instabilité politique, le pouvoir a eu davantage recours à des techniciens, appelés communément « hommes de dossiers », plutôt qu’à des politiciens pour former les gouvernements. Les polytechniciens de la première génération ont participé à ce mouvement où ils ont occupé des postes de secrétaires généraux, de directeurs ou de chargés de mission sur des dossiers relevant de leurs compétences (Larif-Béatrix : 1988). Ils ont été accueillis dans les ministères de l’Équipement, de l’Économie, de l’Éducation, et des Transports.

31En somme, la première génération de polytechniciens tunisiens aurait largement rempli le programme défini par l’un de ses pionniers : « la mise en valeur du Pays par les Tunisiens pour les Tunisiens ». Cette devise rend une image certes fidèle du dévouement de cette génération à la cause nationale. A travers les entretiens que nous avons effectués et des informations que nous avons recueillies, nous serons plutôt tentés d’insister sur le rôle de médiateurs qu’ont joué les ingénieurs formés en France entre le pouvoir et les citoyens, dans tous les domaines où se jouait la modernisation de la Tunisie dans le prolongement de l’œuvre coloniale. De ce fait, ils ont également servi leur propre cause, celle des ingénieurs en tant que groupe social, en les hissant vers le haut de la stratification générale de la société tunisienne. Ils ont importé et perpétué le mythe de l’École polytechnique comme porte du « paradis administratif », ouverte par le seul talent scientifique. Les études techniques supérieures paraissent donc, à l’aune de cette première génération, comme un moyen sûr de mobilité sociale au sein d’une société tunisienne qui n’aura pas vécu de rupture majeure avec la décolonisation.

Les promotions soixante-dix : la figure de l’ingénieur d’État et de l’expert

32Les polytechniciens tunisiens de la seconde génération représentent 25 des 80 élèves tunisiens ayant fréquenté l’École polytechnique de 1947 à 1985. À l’instar des autres diplômés des grandes écoles françaises, ils continuent à dominer les secteurs techniques de la fonction publique tunisienne. On observe cependant un déplacement progressif au cours de leur carrière vers des postes dans des entreprises privées et dans les banques. Ainsi, à l’issue de leurs études en France, les jeunes ingénieurs sont principalement recrutés dans l’administration (ministère de l’Équipement pour les ingénieurs des Ponts) et dans les entreprises publiques créées par la première génération, comme la STEG, la SNCFT, la Compagnie des phosphates de Gafsa, la STIR (entreprise filiale d’Elf) chargée de la raffinerie de Bizerte, et la société pétrolière nationale, l’ETAP.

  • 4 A titre d’exemple, on peut citer SCET Tunisie en partenariat avec la SCET française, Comète Engine (...)

33Sur la longue durée, la fonction publique ne réussit pourtant pas à fidéliser les polytechniciens, du fait d’une nette dégradation des conditions matérielles de recrutement. Par conséquent, après un passage souvent bref dans l’administration, beaucoup fondent des bureaux d’études en partenariat avec de grands groupes européens, où les relations de camaraderie établies en France pendant les années d’études interviennent favorablement4. La présence d’un camarade plus ancien au ministère de l’Equipement dont il a occupé le portefeuille, leur a procuré les premiers engagements dans des projets pour le compte de l’État, en attendant l’émergence d’un secteur privé capable d’assurer la relève en matière de futurs contrats.

34L’évolution dans la typologie des carrières des polytechniciens correspond aux mutations intervenues dans l’économie tunisienne au cours des vingt-cinq dernières années. Les perspectives décennales 1962-1971 ont eu un impact relativement modeste en matière d’industrialisation, en dehors des activités de transformation de matières premières (raffinage pétrole, aciérie, cellulose) et de quelques industries de substitution d’importation textile et alimentaire. Au cours de la décennie suivante, la Tunisie en vient à l’abandon du modèle global de développement socialiste, ainsi qu’à une insertion dans la division internationale du travail. La politique de l’Infitah menée dans ce pays, comme en Égypte et dans d’autres pays arabes, s’est manifestée par la promotion des investissements privés et l’intensification des échanges avec l’extérieur (Ben Hamouda, 1995 : 151-156).

35Cette nouvelle orientation a été réalisée en partie par un polytechnicien de la première génération, ministre de l’Économie de 1970 à 1972, et directeur-fondateur de l’Agence de Promotion des investissements. Elle s’est traduite par la création d’un espace privilégié de délocalisation des activités intensives en travail du centre lorsque leur rentabilité s’est détériorée (i.e. le textile). Le développement de l’industrie manufacturière par la relance de l’exportation et l’élargissement du marché intérieur constituait un autre volet de cette politique.

36Dans les années quatre-vingt-quatre-vingt-dix, les polytechniciens de la seconde génération comme ceux de la troisième génération qui sont rentrés en Tunisie ont occupé des postes de responsabilités dans les grands groupes délocalisés, laissant les postes d’exécution aux ingénieurs diplômés des écoles tunisiennes. Cette situation serait à mettre en regard des entreprises privées de petite taille qui, du fait de leur décalage technique, ne proposent pas de postes d’ingénieur au recrutement, ne serait-ce qu’aux ingénieurs formés sur place.

37Le groupement industriel UTIC avec ses multiples branches d’assemblage, de production et de commercialisation d’emballages, de flacons plastiques, de mécanique, d’automobile (Nissan, Bosch, Unilever) illustre bien cette orientation. Il compte dans ses rangs une vingtaine d’ingénieurs des grandes écoles (dont quatre polytechniciens). Ces derniers occupent des fonctions de gestion, tandis que les ingénieurs ENIT, appréciés pour leur bonne communication avec les contremaîtres, occupent les postes d’exploitation.

38Le secteur bancaire a aussi attiré de nombreux polytechniciens des deuxième et troisième générations, du fait du niveau élevé des salaires et de nombreux contacts avec l’étranger. Le début des années 1980 marque le passage d’une économie de crédit international à une économie d’endettement. La réorientation des choix de développement en faveur de l’industrialisation de sous-traitance pour l’exportation et l’abandon des marchés internes (Programmes d’Ajustements Structurels proposés par la Banque Mondiale et le F.M.I) renforcent la logique financière, et par le même biais le rôle des banques dans l’économie tunisienne. De par cette vitalité, ce secteur devient créateur d’emplois de haut niveau, où le recrutement des diplômés des grandes écoles françaises, et des polytechniciens, est privilégié du fait de leur ouverture vers l’étranger et de leur formation polyvalente.

39En matière de formation des ingénieurs, la France reste, dans les années soixante-cinq-soixante-dix, la destination privilégiée des futurs cadres techniques tunisiens, la filière A de l’ENIT leur garantissant une sélection fondée sur les résultats scolaires et des bourses pendant la durée de leurs études. Au début des années quatre-vingt, le monopole français est concurrencé par les États-Unis. Dans le cadre d’un accord de transfert de technologies signé avec ce pays, des bourses américaines sont offertes à une sélection de bacheliers bilingues (français-anglais) pour se former dans les universités techniques américaines. Le bilan de ce programme, initié par un polytechnicien de première génération et mené sur deux périodes de cinq ans, semble être mitigé, car le taux de retour au pays reste très négligeable. Beaucoup décident de s’installer aux États-Unis, alors qu’une partie émigre vers les pays du Golfe ou le Sud-Est asiatique. Les carrières y sont certes plus attrayantes d’un point de vue matériel, mais il semble bien qu’il existe également un problème de reconnaissance et d’adéquation des compétences sur place. Selon un des responsables de l’enseignement technique en Tunisie, les diplômes américains ne sont pas aussi appréciés que les diplômes français sur le marché de l’emploi tunisien, du fait de leur grande spécialisation, mais aussi à cause de la trop grande différence d’échelle ou de format institutionnel entre les deux pays, ce qui rend les adaptations quasi impossibles.

40Au regard des trois polytechniciens de la première génération, les choix professionnels de la seconde génération dévient de la voie royale du secteur public et des postes ministériels. Ils font ainsi prévaloir le parcours personnel au détriment de l’intérêt collectif. Ils trouvent, en outre, dans les postes ministériels la meilleure adéquation entre la formation reçue à l’École polytechnique et la performance professionnelle en matière de planification et de mise en œuvre de choix technologiques. Selon eux, pour que l’ingénieur puisse voir ses options de développement s’imposer puis se réaliser au niveau national, il doit faire partie des rouages de l’État. Ils regrettent aujourd’hui que ce rôle qui revenait naturellement par le passé à l’ingénieur polytechnicien, ait été mis en cause par la montée en puissance des diplômés de l’ENA tunisienne.

Troisième génération : le non-retour ?

41De 1980 à 1985, l’École polytechnique a compté dans ses rangs 35 élèves tunisiens. A partir de la promotion 1975, on observe chez cette population une amorce de tendance pour s’établir en France ou dans un pays tiers Cette inclination s’accentue dans les promotions 1980 (54 % de non-retour en Tunisie sur l’ensemble), à tel point que sur les 12 élèves des années 1984 et 1985, seul deux travaillent actuellement dans leur pays pour des sociétés françaises (Alcatel et Valéo).

42L’activité professionnelle de la troisième génération se concentre en Tunisie dans le secteur privé – bureaux d’études et banques. En ce sens, une fois établie en Tunisie, elle ne diffère pas de celle de la seconde génération. Du fait de la nouveauté du secteur informatique, on y trouve en revanche une plus forte proportion de polytechniciens de troisième génération.

43Le secteur public, comme nous l’avons vu, ne présente plus d’attrait pour cette jeunesse hautement diplômée et recherchée par les groupes internationaux. Ajoutons enfin ce qu’un polytechnicien de la première génération appelle une certaine « absence de stratégie au plus haut niveau » pour créer dans la fonction publique des carrières techniques susceptibles d’attirer les jeunes polytechniciens tant par le niveau de responsabilité que de rémunération.

44Que faire pour retenir les polytechniciens dans le secteur public, là où leur compétence technique est optimisée ? En d’autres termes, comment assurer la reproduction des élites de la seconde et de la troisième génération à l’identique de la première ? Une élite au service de l’État qui, à son tour, les protège de la concurrence et leur réserve les postes de commandement ? Préoccupés par ces interrogations, deux des polytechniciens de la première génération y apportent une réponse empruntée encore une fois au système français : leur réserver des postes en dehors de toute concurrence afin qu’ils y fassent la preuve de leur excellence. Au retour d’une mission à l’École polytechnique française en 1989, un polytechnicien de la première génération propose même la « mise en œuvre d’un service national dans lequel tous [les] diplômés des Grandes écoles françaises seraient tenus de servir l’État… ». Sans préjuger du bien-fondé de telles solutions ramenées à l’échelle tunisienne, elle nous paraît difficilement compatible avec les options néo-libérales du pouvoir politique en place. De plus, les réformes récentes entamées dans le système d’enseignement supérieur semblent aussi aller dans le sens de ces options.

45La première de ces réformes aboutit à la création de l’IPEST, au sein duquel se déroulent des classes de mathématiques supérieures et de mathématiques spéciales. Une École polytechnique de la Tunisie a été également fondée, en 1994, à partir du constat de non-retour des diplômés tunisiens de la Polytechnique française et pour satisfaire les besoins en « animateurs polyvalents de projets ». L’EPT a pour seconde mission de lutter contre la sclérose du corps enseignant dans les autres écoles d’ingénieurs, notamment à l’ENIT. C’est pourquoi ses enseignants, contrairement à ceux de l’ENIT nommés à vie, sont affectés pour une durée de quatre ans renouvelable une fois. Par cet effet induit, les responsables de l’enseignement supérieur comptent obtenir une amélioration du niveau général des grandes écoles techniques.

46Enfin, une nouvelle école, l’INSAT (Institut national des Sciences appliquées et de technologie), créée avec la coopération française, devrait former prochainement des techniciens supérieurs en trois ans et des ingénieurs diplômés en cinq ans. Ce projet semble avoir fait échec à une initiative privée pour fonder une université payante et anglophone à portée régionale (pays du Golfe).

47Dans le cadre général de la libéralisation de l’économie tunisienne, ces nouvelles institutions ont pour objectif de désengager l’État des filières de formation, dont il n’est plus le principal bénéficiaire. Les études supérieures techniques à l’étranger seront ainsi laissées graduellement à la charge des initiatives individuelles.

***

48En Tunisie, le rôle de l’École polytechnique française pourrait être confondu avec celui de toutes les grandes écoles de l’Hexagone, à une nuance près : la transposition de l’échelle des valeurs françaises et le lobbying mené par les anciens en faveur de ses plus jeunes camarades lui confèrent une place de choix dans la hiérarchie des diplômes. En dehors d’échanges réciproques de conseils, surtout au moment de la fondation de l’École polytechnique de Tunisie, l’École polytechnique française ne semble pas avoir pris une part active dans l’accueil et le suivi des élèves ingénieurs tunisiens, alors qu’il semble bien que des accords ont existé entre le gouvernement tunisien et l’École centrale de Paris. Pour ce qui est de la sociabilité, les polytechniciens tunisiens ont souvent mis à profit leurs relations d’amitié avec les camarades français pour obtenir des stages en France pour les jeunes ingénieurs tunisiens avant leur embauche, ou pour établir des liens de partenariat dans le cadre des bureaux d’études.

49En reconstituant la carrière des premiers polytechniciens tunisiens, on peut se demander quelle part il faudrait accorder à la formation polytechnique, quelle part à un contexte politique, à une époque où la destinée économique et les richesses de la Tunisie étaient confiées à une poignée de « jeunes gens », certes munis d’un bagage technique solide mais surtout dotés d’un sens aigu du devoir envers leur pays. Par l’étendue de ses réalisations, le polytechnicien tunisien de la première génération, militant nationaliste, membre formel du Néo-Destour ou bien apolitique, est un technicien impliqué dans le développement de son pays. De ce fait, il a joué un rôle éminemment politique pendant les décennies soixante et soixante-dix. Issu de catégories modestes ou moyennes, il a réussi sa mobilité sociale par l’acquisition d’un important capital scolaire. Son métier d’ingénieur est-il seul capable de concilier cette double exigence, sociale et individuelle? « Oui, sans aucun doute! » nous dira-t-il en 1995, « Je considère que le métier d’ingénieur est le seul capable de résoudre les problèmes de l’ensemble du pays tout en assurant à l’individu la réussite individuelle qu’il recherche ».

50Moins ambitieuse que la première génération et marchant sur la voie ouverte par la première, la seconde génération des polytechniciens tunisiens a su s’adapter à l’évolution de l’économie nationale, en prenant une part active dans la disparition des barrières douanières et l’ouverture du marché tunisien à la communauté européenne. Elle a conforté par la même occasion sa situation économique et sociale.

51Débarrassée du sentiment de devoir envers la patrie, confrontée à un marché local de l’emploi de plus en plus difficile et à un climat politique de moins en moins libéral, la troisième génération choisit d’assurer la gestion technique de la dette extérieure dans les banques en Tunisie, ou bien de s’installer définitivement en France où sa carrière se confond avec celle de ses camarades polytechniciens français.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources dactylographiées

SAMEF (Société arabo-africaine de management, d’études et de formation), « Étude sur la place de l’ingénieur ENIT dans la société », ENIT, avril 1992.

Sources imprimées

La Jaune et la Bleue, revue de l’École nationale d’Ingénieurs de Tunis (collection complète).

ENIT : une grande école pour le développement industriel, Tunis, Simpact, s.d.

Monographies

Élite, pouvoir et légitimité au Maghreb, 1973, Paris, Éd. du CRESM.

Pouvoir et administration du Maghreb, 1975, Éd. du CNRS.

Ageron Charles Robert, 1973, Politiques coloniales au Maghreb, Presses universitaires de France.

Allman James, Social mobility, education and development in Tunisisa, Leiden, Brill, 1979.

Azzouz Azzedine, 1988, L’Histoire ne pardonne pas : Tunisie : 1938-1969, Paris ; Tunis, l’Harmattan, dar Ashraf.

Bedoui Abdeljelil, Manoubi Khaled El, 1987, Economie tunisienne, état et capital mondial, Tunis, Centre d’études et de recherches économiques et sociales

Beji Hélé, 1982, Désenchantement national. Essai sur la décolonisation, Paris, Maspéro.

Ben Hammouda Hakim, 1995, Tunisie. Ajustement et difficulté de l’insertion internationale, Paris, l’Harmattan.

Ben Romdhane Mahmoud, 1987, « Fondements et contenu des restructuration face à la crise économique en Tunisie – une analyse critique », Annuaire de l’Afrique du Nord, tome XXVI, Éd. du CNRS.

– 1982, « Mutations économiques et sociales et mouvement ouvrier en Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, Éd. du CNRS.

Bensalem Lilia, 1990, « La Profession d’ingénieur en Tunisie. Approche historique », in E. Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-orient, Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen : 81-93.

– 1972, L’Encadrement supérieur de l’économie tunisienne : Développement et problèmes de cadres, Tunis, Cahiers du CERES.

Camau Michel (dir.), 1987, Tunisie au présent, une modernité au-dessus de tout soupçon ?, Paris, Éd. du CNRS.

Charfi Mounir, 1989, Les Ministres de Bourguiba : 1956-1987, Paris, l’Harmattan.

Clausen Ursel, 1976, Tunisie. Notes biographiques, Hambourg, Mitteilungen des Deutschen Orient-Instituts.

Dimassi H., 1984, « La Crise économique en Tunisie : une crise de régulation », Machrek-Maghreb, n°103.

Dimassi H., 1987, « Le Désengagement de l’État tunisien de la reproduction de la force de travail », Annuaire de l’Afrique du Nord, tome XXVI, Éd. du CNRS.

Fitoussi Elie, Benazet Aristide, 1931, L’État tunisien et le protectorat français : histoire et organisation (1525 à 1931), nouvelle éd. Mise à jour et considérablement augmentée, Paris, Rousseau.

Grimaud Nicole, 1995, La Tunisie à la recherche de sa sécurité, Paris, PUF.

Guen Moncef, 1988, Les Défis de la Tunisie : une analyse économique, Paris, l’Harmattan.

Julien Charles André, 1985, Et la Tunisise devint indépendante (1951-1957), Éditions Jeune Afrique.

Larif-Beatrix Asma, 1988, Édification étatique et environnement culturel. Le personnel politico-administratif de la Tunisie contemporaine, Paris, Publisud-OPU.

Leveau Rémy, 1993, Le Sabre et le turban : l’avenir du Maghreb, Paris, F. Bourin.

Ling Dwight Leroy, 1996, Tunisia : from protectorate to republic, facsimile ed., Ann Arbor (Mich.), UMI.

Mahjoubi Ali, 1977, L’Etablissement du protectorat français en Tunisie, Tunis, Université de Tunis.

Martin Jean-François, 1993, Histoire de la Tunisie contemporaine. De Ferry à Bourguiba 1881-1956, l’Harmattan.

Mechat Samya El-, 1992, Tunisie, les chemins vers l’indépendance, Paris, l’Harmattan.

Perillier Louis, 1979, La Conquête de l’indépendance tunisienne, Paris, Laffont.

Sraïeb Noureddine, 1974, Colonisation, décolonisation et enseignement, Tunis, Institut nationale des Sciences de l’éducation.

– 1995, Le Collège Sadiki de Tunis, 1875-1956, Enseignement et nationalisme, Tunis, Les éditions de la Méditerranée.

– et alii, 1984, Les Relations entre le Maghreb et le Machrek. Des solidarités anciennes aux réalités nouvelles, Aix-en Provence, Institut de recherches méditerranéennes.

Toumi Mohsen, 1989, La Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, PUF.

Zartman Ira William, 1982, Politicai elites in arab North Africa, Morocco, Algeria, Tunisia, Libya, and Egypt, Longman Inc.

Notes

1 Avant 1921, les étrangers étaient admis à l’École polytechnique comme simples auditeurs et plus tard comme élèves externes recrutés par concours spécial. À compter de l’année 1921, les candidats étrangers sont autorisés à passer le concours national d’entrée à l’École. Les lauréats sont ensuite accueillis à l’internat au même titre que les élèves français.

2 Les éléments d’explication de la courbe de fréquentation des élèves étrangers, ainsi que leur répartition géographique, dépendent tout aussi bien de l’attitude de l’École polytechnique à leur égard, des politiques de formation des pays dont ils sont originaires, comme des relations que ces pays entretiennent avec la France. Pour une analyse détaillée de la politique extérieure de l’institution, ainsi que pour une étude prosopographique des élèves étrangers par période et par pays, cf. notre thèse de doctorat, La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechnique française aux 19e et 20e siècles, Université de Paris VII, 1997.

3 Lilia Ben Salem recense cinq polytechniciens tunisiens avant l’indépendance, tandis que les registres consultés n’en indiquent que quatre.

4 A titre d’exemple, on peut citer SCET Tunisie en partenariat avec la SCET française, Comète Engineering avec des cabinets belges, Studi avec BCOM.

Notes de fin

* Bibliothèque nationale de France, Centre de Recherches en Histoire des sciences et des techniques, Paris, Cité des Sciences et de l’Industrie.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. La présence des élèves maghrébins à l’École polytechnique (1921-1985)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search