Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

II. Étudiants et diplômés maghrébins face à la « crise ». Emploi, chômage et insertion professionnelle

Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur : Une mobilité sociale en panne ?

Larbi Ibaaquil

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 Université Hassan II de Casablanca (1975), Université Cadi Ayyad Marrakech (1975), Université Moham (...)
  • 2 Les filières étant les lettres et les sciences humaines, le droit et l’économie, les sciences et te (...)

1De l’indépendance marocaine (1956) jusqu’à la fin des années soixante-dix, l’Université Mohammed V a été la seule institution à assurer la quasi-totalité des missions d’Enseignement supérieur. Ce n’est qu’après 1975 (ses effectifs dépassaient alors les 60 000 étudiants) que les pouvoirs publics marocains œuvrèrent à la création de nouveaux centres universitaires répartis dans les grandes villes du royaume (Casablanca, Marrakech, Oujda, Agadir, Meknès, Kénitra...)1. Depuis, pas moins de douze universités ont vu le jour2. Cette politique de décentralisation universitaire s’est accompagnée également d’une diversification et d’une adaptation des formations aux nouvelles réalités socio-économiques du pays : création de facultés des sciences et techniques (FST), d’écoles nationales de commerce et gestion (ENCG) et d’écoles supérieures de technologie (EST). En plus de ces institutions, l’enseignement supérieur marocain compte quelque vingt-cinq écoles ou instituts placés sous la tutelle de différents ministères qui ont engagé une politique active de formation des cadres, ainsi qu’une dizaine d’établissements de formation pédagogique.

2Aujourd’hui, les effectifs scolarisés dans l’Enseignement supérieur marocain ont dépassé les 250 000 individus (exactement 266 507 étudiants en 1998), soit un doublement par rapport au début des années quatre-vingt. Il convient de noter que ce développement rapide de l’Enseignement supérieur doit moins cependant à la croissance économique qu’à la pression d’une demande sociale d’éducation. Le flux de bacheliers a ainsi augmenté de 6 % par an entre 1981 et 1994. Depuis le début des années quatre-vingt, le nombre total de bacheliers marocains a plus que doublé pour atteindre aujourd’hui 70 000 lauréats.

3En ce qui concerne les diplômes universitaires, les licenciés en lettres et sciences humaines restent majoritaires (35,7 % en 1994-1995), suivis de près par ceux de droit et d’économie (31,6 %), ceux de sciences fondamentales (28,6 %) et enfin ceux de médecine et de pharmacie qui accusent une vitesse de croisière annuelle quasiment constante depuis 1984-1985 (environ 750 reçus).

4Quant aux effectifs enseignants du supérieur, ils occupaient 8 562 emplois en 1994-1995, dont 7 927 de titulaires contre à peine 3 422 en 1986.

TABLEAU 1. Effectifs universitaires au Maroc pour l’année 1997-1998 (les inscrits en troisième cycle ne sont pas compris)

TABLEAU 1. Effectifs universitaires au Maroc pour l’année 1997-1998 (les inscrits en troisième cycle ne sont pas compris)

Source : Annuaire de l’Afrique du Nord, 1997 : 241.

5

TABLEAU 2. Évolution du budget de fonctionnement de l’enseignement universitaire (en millions de Dirhams courants)

TABLEAU 2. Évolution du budget de fonctionnement de l’enseignement universitaire (en millions de Dirhams courants)

Source : Mouvement éducatif, 1984-1986 et 1988-1990 cité par Mohamed Benlahcen Tlemçani, « L’impact de la politique d’ajustement sur le système éducatif au Maroc : le cas de l’enseignement supérieur », dans Mohammed Bougroum et Patrick Werquin (dir.), Éducation et emploi dans les pays du Maghreb, Marseille, Document du Céreq n° 125, 1997.

  • 3 Cf. aussi dans la première partie de l’ouvrage la contribution de Kamal Mellakh, « L’expansion scol (...)

6Cette description rapide de l’Enseignement supérieur marocain3 nous permet de prendre conscience de la mission dévolue à l’Université depuis l’indépendance. Elle fait désormais l’objet de nombreuses critiques, tant du côté des diplômés confrontés à des situations de précarité, que de celui des décideurs nationaux et internationaux qui mettent constamment en doute l’efficacité économique et professionnelle des formations universitaires.

  • 4 Le terme « panne » est peut-être un peu exagéré mais c’est précisément l’objet de cette contributio (...)

7Afin de mieux cerner le phénomène récent et massif du chômage des diplômés nous retracerons, d’une manière synthétique, l’évolution de l’Enseignement supérieur au Maroc, en mettant en lumière son rôle d’« ascenseur social » de l’indépendance jusqu’au début des années quatre-vingt. Nous nous interrogerons ensuite sur les raisons de la « panne »4 de cette mobilité par l’Université, en nous attachant à décrire les différents aspects de la mobilisation des diplômés-chômeurs, ainsi que les principales mesures adoptées par les pouvoirs publics pour endiguer le fléau. En guise de conclusion, nous rappellerons les grands défis que doit affronter aujourd’hui l’Université marocaine aussi bien du point de vue de la qualité de ses enseignements théoriques et professionnels que de l’adéquation de la formation à l’emploi.

Enseignement supérieur et mobilité sociale au Maroc : « mon fils sera médecin, pharmacien, ingénieur ou professeur »

  • 5 Cf. à titre de comparaison l’article de Kmar Bendana sur le rôle de la mosquée-université Es Zaytou (...)

8Sur le plan historique, l’Ecole a toujours joué au Maroc un rôle déterminant dans l’émergence des élites administratives, politiques et religieuses. L’Enseignement supérieur dispensé à l’époque pré-coloniale était surtout lié aux grandes mosquées-universités, telle la prestigieuse Al Qarawiyyine à Fès5.

9Avec l’instauration du Protectorat, le principal souci des nouveaux maîtres du pays était de former des intermédiaires entre le système colonial et les différentes couches de la population autochtone. Au départ, en dépit des nombreuses résistances de la bourgeoisie traditionnelle, l’École – plus particulièrement celle instituée par les Européens – devenait le point de mire des groupes sociaux dominants (notamment les Fassis) qui très vite comprirent l’enjeu qu’elle représentait en termes de mobilité sociale et de conquête du pouvoir : ces derniers prenaient conscience qu’un jour ou l’autre, leurs enfants seraient conduits à remplacer les colons dans les principaux postes de responsabilités (administration, économie et éducation).

10À l’Indépendance du royaume, l’Enseignement supérieur a répondu à une préoccupation commune à l’ensemble des États maghrébins : former au plus vite et en nombre suffisant des cadres administratifs afin d’assurer le fonctionnement « normal » de l’appareil bureaucratique laissé vacant par les autorités du Protectorat.

  • 6 Enquête réalisée par l’auteur auprès de 500 individus de nationalité marocaine (hommes et femmes), (...)

11Pour bien comprendre l’impact des représentations scolaires sur les différents groupes sociaux marocains, il n’est pas inintéressant de nous référer à une enquête personnelle, réalisée au cours des années quatre-vingt6. Certes, les résultats de cette étude quantitative peuvent apparaître aujourd’hui datées et les raisonnements trop marqués par le marxisme ambiant. Toutefois, ces données anciennes nous permettent de reconstituer a posteriori les aspirations des diplômés marocains et de leurs familles à une époque où la voie universitaire était encore synonyme d’ascension et de réussite sociales, contrastant ainsi avec le pessimisme actuel.

  • 7 Cette typologie retenue à l’époque dans le cadre de notre enquête demanderait bien sûr à être révis (...)
  • 8 Sur l’ensemble des fus et des filles issus des classes populaires, 65 % avaient opéré une mobilité (...)

12Quand on saisit les perceptions relatives aux aspirations professionnelles des différentes classes sociales (populaires, moyennes et dominantes)7, en rapport avec le passage par l’Ecole et l’acquisition de titres supérieurs, on se rend compte de l’influence sur les consciences d’une certaine mobilité sociale opérée par les diplômes. En effet, plus de 80 % des enquêtés issus des couches populaires et moyennes aspiraient pour leurs enfants à une qualification supérieure, supposant un investissement scolaire et universitaire substantiel. Ils n’étaient que 19,5 % à envisager une voie plus « réaliste » pour leur progéniture, c’est-à-dire des qualifications moyennes ou traditionnelles, n’exigeant pas nécessairement de diplômes élevés. Par ailleurs, l’analyse approfondie du contenu de ces aspirations professionnelles met en évidence quatre métiers de prédilection dans la population marocaine : médecin, ingénieur, enseignant et pharmacien qui recueillaient à eux seuls 67 % des aspirations des familles des couches populaires et moyennes et 80 % des couches supérieures. L’engouement pour ces quatre métiers n’était sans doute pas étranger au « type » même du système scolaire qui prévaut jusqu’à maintenant. Ce système n’a pas toujours produit des qualifications adaptées aux impératifs du développement du pays. Les métiers classés au premier rang par les familles marocaines traduisaient davantage une attente renvoyant au symbole de réussite sociale qu’à une volonté de s’inscrire dans un certain réalisme économique, à savoir : les professions incarnant la stabilité professionnelle par excellence (médecin et pharmacien) ou/et les professions intellectuelles révélatrices d’une fascination populaire pour les techniques avancées (ingénieur) et la diffusion du savoir (professeur). Quel que soit le groupe social – surtout dans les couches populaires et moyennes –, n’étaient guère prises en compte les chances objectives des niveaux d’aspirations professionnelles par rapport aux niveaux réels d’intégration. En ce sens, la dimension imaginaire de la réussite sociale prévalait sur les probabilités d’insertion professionnelle. Cette tendance commune à l’ensemble des familles interrogées est significative d’un comportement dans lequel se reconnaissaient la plupart des groupes sociaux marocains dans les années soixante et soixante-dix : l’utilisation de l’instrument scolaire de reproduction (Pierre Bourdieu, 1979). Dans ce contexte d’émulation développementaliste, les principaux bénéficiaires de la mobilité sociale par l’École ont été les enfants issus des classes moyennes et des milieux favorisés. Chez ces derniers, on observait généralement la conquête d’une position sociale supérieure à celle du père (mobilité ascendante), ce qui était rarement le cas pour les enfants issus des milieux populaires, où environ un tiers des individus « stagnaient » dans le bas de la hiérarchie socioprofessionnelle8.

13L’intensité de cette mobilité sociale en rapport avec le passage par l’École s’explique autant par la politique de scolarisation massive menée par les pouvoirs publics (volontarisme étatique) que par les besoins croissants en qualifications diversifiées qu’exigeait le fonctionnement de l’appareil bureaucratique hérité du Protectorat. Dans les premières années de l’indépendance, le diplôme, en général, et les titres universitaires, en particulier, ont donc représenté un instrument de lutte contre le déclassement social et pour le positionnement de certains groupes dans la hiérarchie socioprofessionnelle.

14Mais, au début des années quatre-vingt, les phénomènes du chômage et de la précarité n’ont plus épargné les diplômés marocains issus de l’Enseignement supérieur qui, jusqu’à cette période, faisaient encore figure de privilégiés du système. Tout le mythe et les perceptions valorisantes nourris à l’égard de l’École et de l’Université ont alors volé en éclats, favorisant même le développement d’une « idéologie du soupçon » à l’égard des titres universitaires.

Désenchantement universitaire et chômage des diplômés

15L’apparition puis l’aggravation rapide du chômage des diplômés sont devenues aujourd’hui l’une des préoccupations majeures des acteurs politiques, syndicaux et associatifs marocains à un point tel que le nouveau souverain chérifien, Mohammed VI, en a fait l’une des priorités de son début de règne : « comment atteindre le progrès scientifique et être en phase avec le monde évolué, alors que des contingents de nos jeunes, instruits et qualifiés, sont au chômage et trouvent les portes fermées devant eux, les empêchant de gagner leur vie à défaut d’une formation adéquate permettant de mettre en valeur leur vocation et leurs compétences et de leur assurer la maîtrise du savoir dont le Prophète – sur Lui prière et bénédiction – a recommandé l’utilité et l’ouverture sur la vie active (...) » (Discours de Mohammed VI à la nation à l’occasion de l’anniversaire du 20 août 1953).

Une montée en flèche du chômage des diplômés

  • 9 Cette institution placée directement sous la présidence du Roi a été créée par le Dahir du 20 févri (...)
  • 10 CNJA, Le chômage des jeunes diplômés. Evaluation des résultats du recensement des jeunes diplômés e (...)

16En dix ans, le taux de chômage des diplômés du supérieur a été quasiment multiplié par dix, passant de 1,8 % en 1980 à 18,7 % en 1993, alors qu’au cours de la même période le taux de chômage urbain est passé de 9,4 % à 15,9 %. Quand on saisit l’évolution du volume de ce chômage, la tendance lourde y est encore plus accusée : on recensait [seulement] 22 636 diplômés demandeurs d’emploi en 1980 ; ils étaient 121 464 en 1993, soit une progression annuelle de 15,5 %. Une enquête réalisée au début des années 1990 par le Centre National de la Jeunesse et de l’Avenir (CNJA)9 indiquait que le chômage des diplômés frappait principalement les bacheliers (49,6 % des demandeurs), les titulaires de licence (21,6 %) et les techniciens (20,8 %). Les auteurs de l’étude concluaient : « au vu de ces données, force est de constater une moins grande difficulté à trouver un emploi à mesure que le niveau de diplôme augmente. En effet, les diplômés des grandes écoles (y compris les médecins), ayant acquis une formation spécialisée, semblent rencontrer moins de difficulté d’insertion (...) »10.

17

TABLEAU 3. Demandes d’emploi par type de diplôme au début des années 1990

TABLEAU 3. Demandes d’emploi par type de diplôme au début des années 1990

Source : Enquête du CNJA, 1991.

  • 11 Dans de nombreux pays, les individus titulaires du seul baccalauréat ne sont pas comptabilisés dans (...)

18Outre le fait que la situation des demandeurs d’emploi issus de l’Enseignement supérieur s’est considérablement dégradée depuis la date de la première enquête du CNJA (1991), les auteurs de l’étude ont tendance à sous-estimer le cas particulier des licenciés qui constituent aujourd’hui le gros des bataillons de la mobilisation des diplômés chômeurs au Maroc. Ces derniers, munis pourtant de titres assez élevés dans la hiérarchie des diplômes (Bac+4), ne s’en retrouvent pas moins au chômage. Les effectifs des chômeurs titulaires de licence universitaire ont été multipliés par 7,2 en dix ans, passant de 3 000 individus en 1980 à 6 000 en 1985 pour atteindre un total de 21 000 en 1990, c’est-à-dire – si l’on exclut les bacheliers11 du décompte général – presque la moitié des diplômés en chômage.

19Les filles diplômées sont particulièrement touchées par le phénomène du chômage. Une enquête de la Direction de la statistique de 1993 révélait ainsi que « la population des chômeurs diplômés se caractérise par un taux de féminisation élevé : près de 44,1 % contre 31,1 % pour l’ensemble de la population en chômage » (Enquête population active urbaine, 1993). De plus, les femmes diplômées semblent davantage concernées par le chômage de longue durée que les hommes : « la distribution de la population féminine selon la durée du chômage se caractérise par des proportions élevées dans les classes correspondant à des durées longues alors que celle de la population masculine se caractérise, au contraire, par des proportions importantes dans les classes correspondant à des durées de chômage faibles (Mohammed Bougroum, Ahmed Trachen, Céreq, 1997 : 62).

20

TABLEAU 4. Évolution des taux de chômage selon le diplôme entre 1985 et 1993 en %

TABLEAU 4. Évolution des taux de chômage selon le diplôme entre 1985 et 1993 en %

Source : Direction de la Statistique, Enquête Population active urbaine, 1993.

  • 12 Au début des années quatre-vingt-dix, ces catégories étaient encore relativement préservées du chôm (...)

21Pour les années 1994 et 1995, le volume de chômage des diplômés a connu une pointe de 167 000 demandeurs d’emploi, parmi lesquels 45 000 titulaires de DEUG et de licence universitaires. Plus grave encore, les enquêtes officielles révèlent une montée en flèche du chômage dans les catégories les « mieux diplômées », à savoir les docteurs et les ingénieurs, contrairement aux titulaires de formations moyennes qui s’en sortent plutôt bien : « la détente observée au niveau du taux de chômage global a bénéficié en premier lieu aux personnes ayant une formation moyenne » (Ibid., 1993)12.

22Mais de toutes les évolutions décrites ci-dessus, la plus inquiétante pour les diplômés marocains de l’Enseignement supérieur comme pour les autorités du royaume est sans aucun doute le développement d’un chômage de longue durée qui produit des effets dévastateurs sur le plan psychosociologique, représentant une menace directe pour la cohésion sociale : « l’augmentation du nombre de chômeurs de longue durée est désormais le problème qui préoccupe aussi bien la théorie économique que les pouvoirs publics. En effet, contrairement à ce qui est souvent affirmé, il ne s’agit pas d’un chômage transitoire mais fondamentalement d’un chômage de longue durée » (M. Ben-salem, A. Ibourk et P. Werquin, Céreq 1997). L’enquête du CNJA (1993) faisait ressortir que 75 % des diplômés recherchaient un travail depuis plus d’un an, 55 % depuis plus de deux ans et 38 % depuis trois ans (CNJA, 1993). En regard de ces données, les auteurs concluaient de manière pessimiste sur la situation générale des diplômés chômeurs au Maroc : « le chômage des jeunes diplômés est un processus qui mène à l’exclusion d’un certain nombre d’entre eux » (Ibid., Céreq, 1997).

23

TABLEAU 5. Caractéristiques générales du chômage des diplômés du supérieur

TABLEAU 5. Caractéristiques générales du chômage des diplômés du supérieur

Source : Direction de la Statistique, Enquête Population active urbaine, 1993.

  • 13 Cf. « La tête de l’emploi », Maroc Hebdo, n° 381, du 19 au 25 octobre 1998 : 14-15.

24À l’heure actuelle (1998-1999), selon certaines estimations13, les diplômés chômeurs auraient dépassé la barre fatidique des 200 000 individus, soit un doublement du nombre des demandeurs d’emploi de niveau supérieur par rapport au début des années quatre-vingt-dix.

25Ces déséquilibres sont le résultat des contradictions fondamentales entre les logiques de fonctionnement de deux systèmes : celui de la production, d’une part, et celui de la formation, d’autre part. Au Maroc, comme dans de nombreux pays en voie de développement, l’expansion de l’Enseignement supérieur s’est faite essentiellement sous la pression de la croissance démographique et de l’augmentation de la demande sociale d’éducation (Kamal Mellakh). Face à celles-ci, les pouvoirs publics se sont contentés le plus souvent de colmater les brèches, sans développer de vision prospective en termes d’adaptation des formations et de création de nouveaux débouchés professionnels pour les diplômés de l’Enseignement supérieur : « l’absence de dimension prévisionnelle explique, en grande partie, les déficiences relevées tant au niveau de la gestion des flux étudiants, que des orientations imprimées au système d’enseignement supérieur. De ce fait, la politique suivie a consisté, la plupart du temps, en une gestion ponctuelle des contraintes démographiques et financières, plutôt qu’en une véritable politique fixant les objectifs globaux et les grandes orientations du système en fonction d’un projet social précis » (Mohamed Benlahcen Tlemçani, Céreq, 1997 : 122).

26Il est vrai que, de leur côté, les diplômés marocains sont restés longtemps attachés à une culture (un culte ?) du secteur public, recherchant principalement une insertion dans l’administration ou les entreprises étatiques, le secteur privé n’occupant qu’une place marginale dans leurs projets professionnels. Ainsi, sur environ cent mille diplômés interrogés par les enquêteurs du CNJA en 1991, 88 % souhaitaient travailler dans le secteur public contre à peine 12 % dans le secteur privé. Parmi les administrations les plus demandées, on peut citer le ministère de l’Éducation nationale (18,8 %), les collectivités locales (18,2 %) le ministère de l’Intérieur et de l’Information (11,6 %) et le ministère des Finances (9,7 %). Pour le secteur privé, ce sont surtout les banques et les assurances (29,79 %) et l’Industrie (27,9 %) qui mobilisent le plus les aspirations des diplômés.

  • 14 L’Opinion du 9 octobre 1999.

27Toutefois, la « baisse de la demande dans le secteur public [consécutive au Programme d’Ajustement Structurel] est loin d’être compensée par la demande émanant du secteur privé, d’autant plus que les besoins des deux secteurs sont qualitativement très différents. Cette différence qualitative s’explique en partie par le fait que le transfert de la demande qualifiée du secteur public vers le secteur privé n’a pas eu de répercussions sur le contenu et les objectifs des formations dispensées au sein de l’université qui restent fortement orientées vers la satisfaction des besoins du secteur public » (Mohammed Bougroum, Ahmed Trachen, Céreq, 1997 : 62). On comprend dès lors les pesanteurs et les résistances qui ont pu se manifester lors des diverses tentatives de réforme du système éducatif et de son adaptation aux réalités socio-économiques nationales et internationales. Celles-ci ne relèvent pas exclusivement d’une mauvaise volonté des pouvoirs publics ou de l’immobilisme de la bureaucratie makhzennienne mais également d’une culture étatique, profondément ancrée dans la population marocaine : la tendance à tout attendre de l’État, y compris du travail. Le nouveau Roi, Mohammed VI, reconnaît lui-même ce trait culturel, en appelant les jeunes diplômés chômeurs à s’orienter [dorénavant] vers le secteur privé : « L’embauche ne doit pas être du seul ressort d la fonction publique. Notre jeunesse doit investir le secteur privé sans le moindre complexe (...) » (Discours d’ouverture de la troisième année législative, octobre 1999)14. Cependant, comme le font remarquer pertinemment, Mohammed Bougroum et Ahmed Trachen, « dans le contexte marocain, ce changement d’attitude est loin d’être acquis dans la mesure où il remet en cause le mode d’accumulation “rentier” qui caractérise notre société » (Céreq, 1997 : 69).

  • 15 En Tunisie, la crainte du pouvoir à l’égard des manifestations sur la voie publique des étudiants e (...)

28Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, les mesures prises par les pouvoirs publics marocains pour favoriser l’insertion des diplômés du supérieur ont été progressives (pas de traitement de choc ou de grandes campagnes d’embauche comme en Tunisie)15, faisant écho le plus souvent aux pressions de la rue.

Mobilisation et radicalisation du mouvement des diplômés chômeurs

  • 16 On peut penser que l’éviction de Driss Basri du gouvernement d’Abderrahmane Youssoufi, le 9 novembr (...)
  • 17 En dépit du caractère autoritaire du régime, la Tunisie a développé un mode d’intervention institut (...)

29Au départ, la mobilisation des diplômés chômeurs a pris la forme de manifestations ponctuelles et de grands sit in devant les ministères concernés. Avec le temps, les diplômés se sont organisés : les manifestations sont devenues quasi-permanentes (jour et nuit) devant des lieux hautement symboliques comme le Parlement, où des banderoles revendicatives interpellent les citoyens ordinaires et les élus sur leur situation précaire. Des négociations se sont progressivement engagées avec les autorités, notamment avec le ministère de l’Intérieur qui, à chaque fois, ont fait des promesses en matière d’insertion et d’embauche « immédiate » dans le secteur public (publication de listes). Dans la plupart des cas, celles-ci n’ont débouché sur rien de concret. On doit souligner ici une particularité marocaine qui fait du ministère de l’Intérieur et de son responsable, Driss Basri16, le principal – pour ne pas dire l’unique – interlocuteur des mouvements sociaux17.

  • 18 Comme par exemple, la manifestation du 25 mars 1998 où l’on a dénombré plusieurs blessés chez les d (...)

30À la fin des années quatre-vingt-dix, les actions des diplômés chômeurs ont redoublé d’intensité, suscitant des réactions parfois musclées des forces de l’ordre18. Aux fins de rationaliser leurs actions, les protagonistes ont créé l’Association Nationale des Diplômés Chômeurs qui compte actuellement des sections dans toutes les régions du royaume. Désormais, les manifestations sont davantage structurées et imposantes par le nombre des participants. Une plate-forme des revendications de l’association a même été présentée au Premier ministre socialiste, Aberrahmane Youssoufi, le 25 mars 1998.

  • 19 Cf. « Diplômés chômeurs et médias publics en grogne », Le Matin du Sahara, du 28/10/1999. Voir auss (...)

31À l’occasion de l’anniversaire de sa création, l’association a organisé le 26 octobre 1999 une grande manifestation (interdite par les autorités), réunissant plusieurs milliers de diplômés chômeurs dans les rues de Rabat (cinq à six mille participants selon les sources). Sillonnant les artères de la capitale, les manifestants ont scandé des slogans sur un registre revendicatif de type Le droit au travail équivaut au droit de la vie mais empruntant aussi au registre oppositionnel et radical, tel La politique gouvernementale en matière d’emploi est une politique de classe antipopulaire19

32Au fur et à mesure de son enracinement dans le pays, le mouvement des diplômés chômeurs s’est largement politisé dans ses revendications : la contestation ne porte plus exclusivement sur l’absence de débouchés et de perspectives professionnels mais aussi sur la politique gouvernementale et le modèle de société à venir.

Originalité et faiblesse de la politique marocaine en matière d’insertion

33Face à ce mouvement grandissant, les pouvoirs publics marocains ont tenté d’apporter un certain nombre de réponses qui, malgré leur caractère tardif, se distinguent par une certaine originalité institutionnelle par rapport aux mesures adoptées dans les autres pays du Maghreb (Algérie et Tunisie). En effet, il a fallu attendre le début des années quatre-vingt-dix, avec la création du CNJA (Dahir royal du 20 février 1991) pour que la question du chômage des jeunes diplômés fasse l’objet d’une politique spécifique, distincte de la politique générale de l’emploi : « nous avons résolu de créer auprès de Nous [Sa Majesté Hassan II] un Conseil National de la Jeunesse et de l’Avenir, Conseil qui aura pour mission par ses recherches, études, enquêtes et réflexion, avis, propositions, de Nous aider à définir et appliquer, dans la concertation, la grande politique que Nous entendons conduire pour la Jeunesse et l’Avenir de notre chère nation » (ibid.).

34En définitive, le CNJA ne constitue ni un bureau d’emploi classique destiné aux diplômés ni une officine d’études gouvernementale : il représente d’abord une institution inédite dans les pays du Maghreb, dont la mission principale est de tracer les contours d’une politique globale de l’emploi des diplômés tant en milieu urbain que rural. C’est justement l’originalité de cette mission qui va faire l’objet de nombreuses critiques de la part des associations de diplômés chômeurs qui comprennent mal son rôle exact et dénoncent les gâchis financiers (coût élevé des enquêtes et du fonctionnement de l’institution).

35Pourtant, avec le recul, on ne peut nier le fait que la création du CNJA marque les débuts d’une prise de conscience officielle quant à la gravité de la situation des diplômés chômeurs qui incitera les pouvoirs publics marocains à mettre un œuvre un certain nombre de mesures et de dispositifs sur lesquels nous allons nous arrêter brièvement.

36 Le programme d’Information et d’Assistance à la Création d’Entreprise (PLACE) : il vise à apporter une assistance aussi bien technique que pratique aux 15 % de diplômés chômeurs recensés, ayant manifesté la volonté de s’installer à leur propre compte. L’assistance est censée accompagner tout le processus de mise en œuvre : de la préparation du projet entrepreneurial au dossier bancaire ou au dossier d’investissement jusqu’à l’accomplissement des formalités administratives et des procédures de déblocage des crédits. Toutefois, ce programme ne semble pas avoir produit les effets escomptés. Par exemple, pour l’année 1991-1992, sur 1 000 dossiers programmés, à peine 420 ont été réellement mis en œuvre. Les difficultés rencontrées par les jeunes investisseurs marocains dépassent le concept d’assistance proprement dit. Faute de relations contractuelles clairement définies, l’assistance entraîne souvent un gaspillage de temps et d’argent sans déboucher sur des résultats probants. Par ailleurs, les jeunes créateurs se heurtent à la frilosité légendaire des banquiers marocains qui ne sont pas encore prêts à s’engager sur des projets incertains et jugés par eux peu rentables.

37 Le Fonds de soutien aux jeunes promoteurs : destiné au départ aux lauréats de la formation professionnelle, ce fonds, lancé en 1988, a été finalement beaucoup plus utilisé par les diplômés de l’Enseignement supérieur (médecins, architectes et professions libérales en général), lesquels ont profité de 65 % des prêts entre la date de création et 1993. Ce fonds s’est également caractérisé par des lacunes, à savoir : l’absence de formation des bénéficiaires en matière de gestion, la faiblesse du nombre d’emplois générés par les projets et l’insolvabilité de certains d’entre eux (4 416 échéances impayées d’un montant global de 19 millions de Dh au 31 décembre 1993).

38 Le Programme National de Formation Insertion (PNFI) : il s’adresse précisément aux chômeurs diplômés de longue durée et aux diplômés issus de l’Université, à savoir les titulaires de DEUG et de licence : il s’agit de « mettre en place, dans le cadre du Programme d’urgence d’insertion des jeunes diplômés, une formation complémentaire pour les jeunes en quête d’emploi afin d’accroître leurs chances d’insertion dans la vie active » (Quatre années d’action en faveur des jeunes, CNJA, 1995). Malheureusement, nous ne disposons pas d’informations précises sur les résultats de ce programme. Selon les sources officielles, « près de 2 000 jeunes diplômés en chômage de longue durée auraient pu ainsi bénéficier d’une formation qualifiante complémentaire d’une durée allant de 3 à 9 mois et sur la base d’une prospection rigoureuse des besoins » (Ibid.).

39

TABLEAU 6. Effectifs des jeunes diplômés bénéficiaires du PNFI (1992-1994)

TABLEAU 6. Effectifs des jeunes diplômés bénéficiaires du PNFI (1992-1994)

Source : CNJA, 1995.

40 L’Aide à l’insertion : son objectif est de promouvoir l’emploi des diplômés dans le secteur privé. Depuis 1993, ce programme accorde aux entreprises l’autorisation de recruter des diplômés pour une période de 18 mois avec des salaires mensuels variant entre 1 600 et 2 500 Dirhams marocains. Afin d’encourager l’embauche, cette autorisation est assortie d’exonérations fiscales et de charges sociales. À la fin du stage, les employeurs peuvent garder ou licencier le stagiaire.

41Il est encore trop tôt pour tenter une évaluation de l’efficacité de ce de programme, mais il s’avère qu’à partir de l’expérience française et plus particulièrement de l’expérience tunisienne des stages d’initiation à la vie professionnelle (SVIP 1 et 2), ce type de formation-emploi ne toucherait qu’une infime minorité de diplômés en chômage (moins de 15 %). De plus, ce sont rarement les diplômés les plus en difficulté qui bénéficient des stages mais davantage ceux qui disposent de ressources sociales pour négocier directement avec les employeurs (S. Ben Sedrine, Vincent Geisser 1997).

42 Vers une Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences ?

43Cette agence est encore au stade de projet que la commission parlementaire des secteurs sociaux et des affaires islamiques discute depuis le mois d’octobre 1999. Elle aurait pour mission d’« offrir des services à l’entreprise et de porter assistance aux personnes à la recherche d’emploi, en mettant à disposition des données et des informations pratiques sur le marché de l’emploi ». Elle devrait travailler en collaboration étroite avec les autorités locales, régionales et les organisations socioprofessionnelles. Ainsi, à moyen terme, elle ambitionne d’assurer annuellement l’intégration dans la vie active d’environ 50 000 personnes qualifiées à la recherche d’un emploi.

44

TABLEAU 7. Les stagiaires marocains par type de diplôme (période 1993-1995)

TABLEAU 7. Les stagiaires marocains par type de diplôme (période 1993-1995)

Source : Ministère de l’Emploi et des Affaires Sociales, CNJA, 1995.

45Comme nous pouvons le constater, les pouvoirs publics marocains placent désormais au centre de leur préoccupation la lutte contre le chômage des diplômés de l’Enseignement supérieur qui apparaît comme une menace pour l’équilibre social construit depuis l’indépendance. Toutefois, en dépit de ce renouveau du volontarisme étatique, l’ensemble des dispositifs, des programmes et des mesures adoptés n’ont qu’une portée restreinte, soulignant les limites de l’action publique en termes d’emploi et de formation. Dans ce contexte, on peut comprendre que la question de la réforme de l’Université soit constamment remise à l’ordre du jour.

***

46On ne saurait faire porter à l’Université et aux acteurs du champ (étudiants, enseignants, diplômés et responsables du ministère de l’Éducation) l’entière responsabilité de la crise actuelle : l’Enseignement supérieur marocain « se trouve confronté à plusieurs contraintes différentes, voire même contradictoires ayant une dynamique propre et une intensité variable selon la conjoncture » (Mohamed Benlahcen Tlemçani, Céreq, 1997 : 131).

47Néanmoins, nous pouvons dégager trois facteurs internes qui constituent autant de jalons pour la mise en œuvre d’une « grande réforme universitaire » dans le royaume.

48Le premier problème qui se pose à l’Enseignement supérieur marocain est la gestion de son héritage étranger et plus particulièrement français, qui en l’incitant à se focaliser sur des programmes calqués sur les formations occidentales, l’a empêché de répondre à des questions plus spécifiquement nationales. Il en est résulté une relative coupure entre l’Université et la société marocaine, un renforcement du processus d’acculturation anarchique et une incapacité endémique à rechercher des solutions originales, adaptées aux contextes locaux et régionaux, ainsi qu’aux contraintes de l’environnement international. Les gâchis enregistrés dans les cohortes d’étudiants marocains formés à l’étranger – principalement en France et en Tunisie – constituent l’une des multiples illustrations de la difficulté à gérer cet héritage. Cette situation de fait de la société marocaine, tout particulièrement sur le plan de l’emploi, la rend encore plus fragile dans le contexte de la mondialisation de l’économie.

49Le second problème auquel est confrontée l’Université marocaine est l’explosion de la demande sociale d’éducation qui s’est traduite par une croissance exceptionnelle des effectifs étudiants, malgré un taux d’inscription dans l’Enseignement supérieur qui n’excède pas les 6 % d’une génération. En ce sens, l’Université marocaine est en situation de saturation, alors qu’elle ne parvient pas encore à répondre à sa mission sociale : faire accéder une majorité de jeunes à un niveau d’études supérieures (au-delà du baccalauréat). Les structures d’accueil, d’encadrement et de formation restent largement insuffisantes et défaillantes. Pourtant d’aucuns parlent déjà de les remettre en cause.

  • 20 N’y a-t-il pas d’ailleurs une contradiction entre le mot d’ordre de la libéralisation de l’Enseigne (...)

50Nous touchons là précisément au troisième problème : la nécessaire « rationalisation » de l’Enseignement supérieur marocain. Subissant la pression de la nouvelle orthodoxie du développement professée par des organismes, tels que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale (Rapport de la BM sur l’Éducation au Maroc, 1995), les pouvoirs publics marocains conditionnent désormais l’octroi de nouveaux investissements universitaires au critère d’« efficacité économique » des formations, légitimant le lieu commun selon lequel l’Université d’aujourd’hui est d’abord une usine à chômeurs. Dès lors, l’Université marocaine reçoit pour mission principale de répondre aux besoins du marché et de l’économie, rompant avec son rôle universaliste d’épanouissement de l’individu et d’éducation du citoyen. De notre point de vue, la planification économique stricte de l’enseignement universitaire paraît impossible à réaliser20 : l’adéquation parfaite formation-emploi participe d’une nouvelle utopie libérale qui ne va pas forcément dans le sens du développement d’une nation encore jeune.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BANQUE MONDIALE, 1986, Financing Education in Developing Countries : Exploration of Policy Options, Washington, Éd. World Bank.

Benhlal Mohammed, 1997, Chronique intérieure Maroc, Annuaire de l’Afrique du Nord, tome XXXVI, Paris, Éditions du CNRS.

Benlahcen Tlemçani Mohamed, 1997, « L’impact de la politique d’ajustement sur le système éducatif au Maroc : le cas de l’Enseignement supérieur », dans Mohammed Bougroum et Patrick Werquin (éditeurs), Education et emploi dans les pays du Maghreb : ajustement structurel, secteur informel et croissance, Marseille, Documents du Céreq, n° 125 : 121-133.

Bensalem El Mostafa, Ibourk Aomar, Werquin Patrick, 1997, « Les déterminants individuels de la durée du chômage des jeunes diplômés de Marrakech », dans Mohammed Bougroum et Patrick Werquin (éditeurs), Éducation et emploi dans les pays du Maghreb : ajustement structurel, secteur informel et croissance, op. cit. : 83-119.

Ben Sedrine Saïd, Geisser Vincent, 1997, « Les diplômés à la sortie de l’Université. Devenir social et stratégies d’insertion professionnelle ». Monde arabe Maghreb Machrek, n°157, juillet-septembre 1997.

Bourdieu Pierre, 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit.

Bougroum Mohammed, Trachen Ahmed, 1997, « Typologie des jeunes chômeurs diplômés à Marrakech : une étude sur données longitudinales », dans Mohammed Bougroum et Patrick Werquin (éditeurs), Education et emploi dans les pays du Maghreb : ajustement structurel, secteur informel et croissance, op. cit. : 61-82.

CONSEIL NATIONAL DE LA JEUNESSE ET DE L’AVENIR, 1995, Quatre années d’action en faveur des jeunes 1991-1991, Rabat : 87 p.

CNJA, 1994, Insertion des jeunes : une nouvelle politique, Rabat : 166 p.

CNJA, 1994, Enquête nationale auprès des jeunes : analyse des résultats, trois volumes, Rabat :

– vol. 1 : Relations familiales des jeunes : 106 p.

– vol. 2 : Éducation-formation des jeunes : 83 p.

– vol. 3 : Activités socio-culturelles des jeunes : 93 p.

CNJA, 1994, Dahir portant création du CNJA et règlement intérieur du CNJA, Rabat : 43 p.

CNJA, 1993, L’insertion des jeunes diplômés : programme d’urgence pour un traitement productif du chômage des jeunes diplômés, Rabat : 86 p.

CNJA, 1993, L’insertion des jeunes diplômés : évaluation des résultats du recensement des jeunes diplômés en chômage et de l’enquête auprès des employeurs, janvier-février 1991, Rabat : 52 p.

Debbagh A., 1996, Coût, financement et rendement de l’enseignement supérieur au Maroc, thèse de doctorat d’État en sciences économiques, Université Mohammed V, Rabat.

DIRECTION DE LA STATISTIQUE, 1995, Population active urbaine 1993 : résultats détaillés, Rabat.

El Aynaoui Jean-Philippe Karim, Lachaud Jean-Pierre, 1997, « Offre de travail et marché du travail urbain segmenté : une analyse économétrique appliquée au Maroc », dans Mohammed Bougroum et Patrick Werquin (éditeurs), Éducation et emploi dans les pays du Maghreb : ajustement structurel, secteur informel et croissance, op. cit. : 15-33.

Ibaaquil Larbi, 1996, « La place de l’Université dans l’enseignement supérieur et dans le développement », Actes du Colloque Euro-Arabe, Rabat, Université, Société et Développement. : 43-48.

Ibaaquil Larbi, 1990, « École du protectorat et reproduction sociale », Attadriss, Revue marocaine des sciences de l’Éducation, 16 : 11-32.

Le Matin du Sahara, 1999, « Diplômés chômeurs et médias publics en grogne », jeudi 28 octobre 1999.

L’Opinion, 1999, « Discours de S.M. le Roi à la nation à l’occasion de l’anniversaire du 20 août 1953 », dimanche 22 août 1999 : 3.

Mansouri M., 1991, Le financement de l’enseignement au Maroc, thèse de doctorat d’État en sciences économiques, Université Mohammed V, Rabat.

Millot B., Orivel F., 1980, L’économie de l’enseignement supérieur, Paris, Éditions Cujas.

Notes

1 Université Hassan II de Casablanca (1975), Université Cadi Ayyad Marrakech (1975), Université Mohammed V Agdal Rabat (1975), Université Mohammed I Oujda (1978), Université Sidi-Mohammed ben Abdellah Fès, Université Moulay Ismaïl Meknès (1981), Université Chouaib Doukkali el Jadida (1989), Université Ibn-Tofail Kénitra (1989), Université Ibn-Zohr d’Agadir (1989), Université Mohammed V Souissi-Rabat (1989) et Université Hassan II Mohammedia (1992).

2 Les filières étant les lettres et les sciences humaines, le droit et l’économie, les sciences et techniques, médecine-pharmacie, enseignement fondamental, ingénierie, commerce-gestion et traduction.

3 Cf. aussi dans la première partie de l’ouvrage la contribution de Kamal Mellakh, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc : aspects et enjeux ».

4 Le terme « panne » est peut-être un peu exagéré mais c’est précisément l’objet de cette contribution de montrer en quoi l’Université continue à participer ou non à la mobilité socioprofessionnelle de la jeunesse marocaine.

5 Cf. à titre de comparaison l’article de Kmar Bendana sur le rôle de la mosquée-université Es Zaytouna en Tunisie.

6 Enquête réalisée par l’auteur auprès de 500 individus de nationalité marocaine (hommes et femmes), nés entre 1917 et 1959. Cf. Larbi Ibaquiil, 1990, « École du protectorat et reproduction sociale », Attadriss, Revue marocaine des sciences de l’éducation, n° 16 : 11-32.

7 Cette typologie retenue à l’époque dans le cadre de notre enquête demanderait bien sûr à être révisée.

8 Sur l’ensemble des fus et des filles issus des classes populaires, 65 % avaient opéré une mobilité sociale et 35 % restaient dans la même classe sociale.

9 Cette institution placée directement sous la présidence du Roi a été créée par le Dahir du 20 février 1991. Sa principale mission est de « contribuer à l’adaptation des systèmes d’éducation et de formation aux besoins de l’économie du pays, à la préparation adéquate de l’Avenir des Jeunes Marocains, et à la réalisation de leur insertion dans le système productif national. Pour ce faire, le Conseil doit :
– réunir les données quantitatives et qualitatives relatives à l’emploi ;
– collecter les informations relatives à l’économie nationale et aux économies régionales ;
– analyser les potentialités de développement ;
– étudier l’adaptation des formations dispensées dans les établissements d’enseignement et de formation professionnelle aux qualifications exigées sur le marché du travail :
– proposer les incitations et les réformes de structures propres à assurer la promotion de l’emploi.
Extrait de la plaquette officielle du CNJA, Rabat, 1994.

10 CNJA, Le chômage des jeunes diplômés. Evaluation des résultats du recensement des jeunes diplômés en chômage et de l’enquête auprès des employeurs janvier-février 1991, Rabat, deuxième édition, 1993, p. 12.

11 Dans de nombreux pays, les individus titulaires du seul baccalauréat ne sont pas comptabilisés dans la catégorie des diplômés supérieurs demandeurs d’emploi. Par exemple, en Tunisie, les statisticiens établissent clairement une distinction entre les titulaires de diplômes de l’Enseignement supérieur et les autres catégories de diplômés (bacheliers, diplômes professionnels...).

12 Au début des années quatre-vingt-dix, ces catégories étaient encore relativement préservées du chômage. Par exemple, les titulaires de diplômes universitaires supérieurs (au-delà de la licence) ne représentaient en 1991 que 1,2 % des diplômés chômeurs.

13 Cf. « La tête de l’emploi », Maroc Hebdo, n° 381, du 19 au 25 octobre 1998 : 14-15.

14 L’Opinion du 9 octobre 1999.

15 En Tunisie, la crainte du pouvoir à l’égard des manifestations sur la voie publique des étudiants et des diplômés chômeurs conduit le gouvernement à anticiper, en adoptant des programmes d’insertion fortement médiatisés. Cf. dans cet ouvrage les contributions de Saïd BEN SEDRINE et d’Abdelwahab Hafaeïdh.

16 On peut penser que l’éviction de Driss Basri du gouvernement d’Abderrahmane Youssoufi, le 9 novembre 1999, inaugure un nouveau mode de négociation sociale où désormais les ministères concernés (Affaires sociales, Emploi et Éducation) auront leur mot à dire.

17 En dépit du caractère autoritaire du régime, la Tunisie a développé un mode d’intervention institutionnel comparable aux pays européens : ce sont les ministères de l’Emploi et de la Formation ou celui des Affaires Sociales qui sont habilités à mettre en œuvre les dispositifs d’insertion destinés aux diplômés. Le ministère de l’Intérieur tunisien ne joue aucun rôle en la matière. Les impulsions initiales émanent généralement de la Présidence de la République.

18 Comme par exemple, la manifestation du 25 mars 1998 où l’on a dénombré plusieurs blessés chez les diplômés chômeurs.

19 Cf. « Diplômés chômeurs et médias publics en grogne », Le Matin du Sahara, du 28/10/1999. Voir aussi les articles parus dans la presse arabophone, Al Ahdath al Maghribiya et Asharq Al Wasat du 28/10/1999.

20 N’y a-t-il pas d’ailleurs une contradiction entre le mot d’ordre de la libéralisation de l’Enseignement supérieur et la planification économique des formations universitaires ?

Notes de fin

1 Professeur de sociologie à l’Université Mohammed V-Souissi, Rabat.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Effectifs universitaires au Maroc pour l’année 1997-1998 (les inscrits en troisième cycle ne sont pas compris)
Légende Source : Annuaire de l’Afrique du Nord, 1997 : 241.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre TABLEAU 2. Évolution du budget de fonctionnement de l’enseignement universitaire (en millions de Dirhams courants)
Légende Source : Mouvement éducatif, 1984-1986 et 1988-1990 cité par Mohamed Benlahcen Tlemçani, « L’impact de la politique d’ajustement sur le système éducatif au Maroc : le cas de l’enseignement supérieur », dans Mohammed Bougroum et Patrick Werquin (dir.), Éducation et emploi dans les pays du Maghreb, Marseille, Document du Céreq n° 125, 1997.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre TABLEAU 3. Demandes d’emploi par type de diplôme au début des années 1990
Légende Source : Enquête du CNJA, 1991.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/740/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre TABLEAU 4. Évolution des taux de chômage selon le diplôme entre 1985 et 1993 en %
Légende Source : Direction de la Statistique, Enquête Population active urbaine, 1993.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/740/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre TABLEAU 5. Caractéristiques générales du chômage des diplômés du supérieur
Légende Source : Direction de la Statistique, Enquête Population active urbaine, 1993.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/740/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre TABLEAU 6. Effectifs des jeunes diplômés bénéficiaires du PNFI (1992-1994)
Légende Source : CNJA, 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/740/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre TABLEAU 7. Les stagiaires marocains par type de diplôme (période 1993-1995)
Légende Source : Ministère de l’Emploi et des Affaires Sociales, CNJA, 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/740/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 432k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search