Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

II. Étudiants et diplômés maghrébins face à la « crise ». Emploi, chômage et insertion professionnelle

Trajectoires de chômeurs diplômés en Tunisie : L’attente, l’ailleurs et la conversion

Abdelwahab Hafaïedh

Texte intégral

  • * Enseignant en sociologie à l’Université de Tunis I.

1Note portant sur l’auteur*

Le chômage des diplômés : un non-dit social

  • 1 Nous utilisons délibérément les guillemets étant entendu que nous n’avons pas tranché sur la quest (...)
  • 2 Pour les aspects statistiques du chômage des diplômés en Tunisie, voir dans le présent ouvrage la (...)

2Au Maghreb, le chômage des diplômés ne constitue pas un thème de recherche traditionnel. Si, en Europe et dans les pays de l’OCDE, les études sociologiques et économiques se sont développées depuis le début des années quatre-vingt consécutivement à la montée du chômage global et au lancement des politiques publiques visant à l’enrayer, en revanche, dans les pays maghrébins la réflexion sur le chômage des sortants de l’Université n’est qu’à ses débuts. En gagnant en visibilité sociale, ce phénomène pose aux chercheurs maghrébins la question de sa lisibilité sociologique. De ce fait, c’est un nouveau champ d’observation, de recherche et d’expérimentation sociale qui s’ouvre : les analyses longitudinales des trajectoires, l’évaluation des politiques publiques et des actions de cette « catégorie sociale1 et l’exploitation statistique, constituent autant de pistes à explorer dans les années à venir. L’adoption de ces divers angles d’approche a le mérite de souligner un changement fondamental en cours dans les sociétés maghrébines, notamment en Tunisie : le chômage ne peut plus être analysé selon le modèle de la privation transitoire ou de la mobilisation totale des ressources humaines2. L’accès à l’emploi des jeunes diplômés est désormais plus difficile, les aides publiques – quand elles existent – se révèlent peu efficaces et la sélectivité devient plus imprévisible. Et si toutes les analyses concordent pour reconnaître que les titres universitaires continuent à être une protection contre le chômage, cela n’est plus évident pour les diplômés et leurs familles qui subissent quotidiennement le phénomène. En ce sens, le chômage des diplômés du supérieur n’est plus assimilable à quelques « ratés » de la croissance ou à un accident touchant exclusivement la « périphérie » mais menace aujourd’hui les régulations sociales, contribuant à déstabiliser des représentations bien établies (l’ascension sociale par le diplôme).

3En se propageant dans les sociétés maghrébines, le chômage menace la cohésion sociale et interroge les modèles de « justice » et de redistribution, hérités de la période développementaliste : quelle est la place actuelle de la méritocratie scolaire dans des sociétés qui ont tendance à reconnaître beaucoup plus facilement les mérites d’un joueur de football ou d’un chanteur que ceux d’un universitaire ou d’un homme de science ? (Tahar Hani, 1997).

  • 3 Encore qu’en Tunisie, contrairement à l’Algérie et au Maroc, le discours des médias sur le chômage (...)

4En essayant d’apporter quelques explications à ce phénomène, dans un pays où l’expérience du chômage est vécu plutôt comme un échec personnel et comme une « honte » (hichma, aar), le chercheur est confronté d’entrée au problème de la lisibilité sociologique d’un non-dit social. Cette difficulté provient essentiellement du fait que l’identification des diplômés demandeurs d’emploi, comme catégorie sociale autonome, reste très aléatoire, dans la mesure où les inscriptions dans les bureaux d’emploi ne sont ni systématiques ni obligatoires. Être un diplômé au chômage, ce n’est pas seulement être privé de travail, c’est aussi être reconnu comme tel, c’est pouvoir légitimement revendiquer un emploi, c’est faire partie d’une catégorie sociale bien spécifique, ayant reçu un capital culturel non rentabilisé. Or, en Tunisie et dans les autres pays du Maghreb, cette reconnaissance fait souvent défaut. À travers les représentations collectives, les mots battal, atel ou mchoumer sont généralement employés pour désigner principalement le chômage global. Il a fallu attendre la fin des années quatre-vingt pour voir la question de l’emploi des diplômés inscrite sur l’agenda politique national (Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, 1997 : 18). Ainsi, simultanément au discours des médias sur le chômage des diplômés, alarmiste et parfois abrupt (mouchkilat bitalit hamili echahadat)3, se met en place un discours étatique qui se veut plus apaisant, positif et rassurant. De ce point de vue officiel, le chômage des diplômés n’est pas un problème (muchkilat) mais une question (masaalat), ce qui explique que les pouvoirs publics parlent rarement du « chômage des diplômés », préférant la formule aseptisée « question de l’emploi des diplômés » (masaalat tachghil hamili echahadat). À cette distinction politique, s’ajoute l’ambiguïté dans la définition officielle du diplômé chômeur. Un diplômé inactif – on pense plus particulièrement, en Tunisie, aux femmes au foyer, ayant un niveau d’instruction supérieure – n’est pas forcément un chômeur pour l’Institut National de la Statistique (INS).

  • 4 Voir à ce sujet les articles de presse publiés dans le journal arabophone Es Sabah et les revues h (...)

5En ce qui concerne le premier registre de définitions et de représentations (le chômage des diplômés comme un problème social), il faut signaler que la production journalistique tunisienne des années 1980-1990 (reportages, enquêtes et analyses économiques) mettait en lumière un véritable construit social. On a parfois l’impression que les sujets sont constitués par des règles sociales et par des normes culturelles qui les spécifient par rapport aux autres catégories de chômeurs4. Leurs attitudes et leurs opinions reflètent, en l’absence d’une stabilisation sociologique par le travail, une réalité sociale et psychologique très particulière. Or, s’il est vrai que l’approche de cette réalité nécessite une connaissance plus raffinée de cette population de diplômés, il faut admettre la difficulté pour le « sujet » d’être reconnu ou représenté comme un « cas » d’étude (hala) ou d’analyse sociologique.

6Bacheliers exclus de l’Université (les cartouchards), diplômés professionnels, techniciens supérieurs ou titulaires d’une licence-maîtrise, âgés entre 22 et 32 ans, les sujets interrogés, dans le cadre de cette enquête, étaient tous des résidentiels du gouvernorat de Ben Arous (banlieue sud du Grand-Tunis). L’intérêt d’une telle étude qualitative est de démontrer que les sortants de l’Université, confrontés au chômage, adoptent des stratégies très variées : la gestion de la crise de l’emploi renvoie aussi à des stratégies d’acteurs. Dans cette perspective, on peut dégager trois « types » de situation (Dominique Schnapper, 1984) :

  1. le chômage total qui désigne l’expérience de l’humiliation, l’ennui et la désocialisation, accompagné d’un sentiment de vide et d’inutilité ;
  2. le chômage inversé vécu, au contraire, sur le mode dédramatisé, voire valorisé, par le temps libéré pour des activités personnelles ;
  3. le chômage différé, vécu sur le mode du « comme si » : il s’agit d’un temps où le travail consiste à rechercher du travail et à se former pour en trouver.

7Ces trois types d’expérience ou de trajectoire, décrits par Dominique Schnapper, peuvent être, en partie, appliqués aux diplômés chômeurs tunisiens avec une nuance concernant le chômage inversé de type « B », c’est-à-dire le chômage dédramatisé : l’inversion du chômage, bien qu’elle soit vécue effectivement chez certains diplômés sur un mode de dépassement et de dédramatisation, semble être ressentie, dans le cas des pays du Maghreb, sur un mode de double frustration : frustration relative d’abord en ce qu’elle engendre des attitudes propres aux diplômés eux-mêmes, ce qui n’empêche pas les activités de compensation (projet de départ, de conversion, etc.) et frustration de décalage (frustration gap), ensuite, dans la mesure où ces attitudes préparent indéniablement une certaine révolution des attentes montantes (revolution of rising expectations), à travers l’inadéquation entre la formation, le niveau de diplômation et l’emploi.

8Dans cette contribution nous retiendrons trois attitudes valables, résumant l’ensemble des trajectoires possibles et probables d’une cohorte de 18 diplômés chercheurs d’emploi. La première attitude dégagée concerne l’attentisme, la seconde renvoie à l’« ailleurs » comme espace de compensation et de refuge, la troisième résume une véritable construction positive qui peut s’apparenter aux phénomènes de conversion dans le domaine professionnel.

L’attente des diplômés tunisiens : un conflit sans parole

9D’un point de vue empirique, l’attitude attentiste est vérifiable à travers la durée du chômage qui est de plus en plus longue. À titre de comparaison et selon une étude récente, le délai d’attente pour un diplômé à la recherche d’un emploi peut aller jusqu’à sept ou huit ans en Egypte et jusqu’à quatre ou cinq ans dans les pays du Maghreb (Hendoussa Heba, 1995). Dans le cas marocain, il ressort de l’enquête de 1991 que 75 % des diplômés inactifs recherchent un emploi depuis plus d’un an, 55 % plus de deux ans et 38 % plus de 3 ans. En Tunisie, l’attente de plus de deux ans semble être plus fréquente : elle concerne 40,8 % des diplômés du supérieur. Dans ce cas précis, la tranche d’âge majoritaire des diplômés chômeurs commence à partir de 21 ans pour atteindre progressivement les 25-29 ans.

10La réussite universitaire, perçue comme un moyen de décollage, est aussi un facteur qui attise les attentes. Le parcours vertical sans faute des diplômés, l’« ascétisme universitaire » dont ils font preuve durant leur cursus et leur lutte pour l’obtention des titres les prédisposent à continuer à croire en la méritocratie scolaire, en un système où ils trouvent leur compte et qui ne les a pas encore déçus. Mais progressivement, le discours attentiste évolue vers une certaine forme de frustration relative.

  • 5 « Emploi des jeunes diplômés : beaucoup reste à faire », dans Réalités du 20 avril 1995. Voir auss (...)
  • 6 La grande majorité des cadres de l’administration et des hauts fonctionnaires de l’Après Indépenda (...)

11L’un des facteurs les plus déterminants dans l’élaboration des trajectoires marquées par l’attente est justement l’escalade dans la dépréciation des titres universitaires, alors que d’autres valeurs, comme l’argent ou même le sport, ont pris le pas, rendant le diplôme nécessaire mais insuffisant5. Le diplôme, couronnant la période de formation supérieure grâce au mérite, a acquis une légitimité certaine depuis l’indépendance, mais remise en cause actuellement par l’inflation des titres et par la plus grande efficience sociale de procédés concurrents, moins « méritocratiques » : la réactivation des solidarités familiales et régionales (les mythes du Sahélien dans l’administration et du Sfaxien dans l’entreprenariat)6, au sein desquelles la voie du clientélisme est ouverte à ceux qui sont munis d’atouts sociaux.

  • 7 La participation des diplômés chômeurs aux « émeutes du pain en 1984 » a été trop visible pour êtr (...)

12Ainsi, la logique de la mobilité sociale par l’Université se trouve concurrencée par celle des réseaux d’influence et des solidarités parallèles. Et alors que le mérite est intériorisé comme une voie « normale » pour de gens « normaux » (adiyin), les facilités, les interventions et la corruption, qui profiteraient à une minorité de privilégiés, contribuent à renforcer la perception de soi en tant qu’exclu de l’ordre social. Pour la nouvelle génération de diplômés, l’Université, parenthèse sans aboutissement, devient le lieu de « retraite des jeunes », une retraite à risque, car peu paisible et où on peut à tout moment basculer dans l’incertain. Là aussi, on assiste à la naissance d’un conflit « sans parole » ; contrairement au cas marocain (mouvement des diplômés-chômeurs), en Tunisie il n’existe que très peu de place pour une expression revendicative (absence totale de manifestations dans l’espace public). Il s’agit d’un univers dans lequel « l’attente » de quelque chose qui ne vient pas, ou qui est longue à venir, attise les tensions et rend les attitudes plus agressives. On peut remarquer au passage que l’attente (du verbe attendre) n’est pas loin du verbe transitif attenter (latin : attemptare) et qui signifie « commettre une tentative criminelle ou un attentat » (Larousse). C’est une situation à la fois psychologique et sociologique dans laquelle la cohorte, le groupe, ou les individus ne cessent de vivre sur le rythme d’un projet individuel difficile à réaliser. Ici, point de temps pour la lecture ou pour la culture, car tout tourne autour d’une conscience alimentaire du pouvoir et de la société7. Et c’est cette conscience qui alimente la tension existentielle du sujet.

  • 8 La création récente du CAPES (1998) a soulevé de nombreuses protestations dans le monde étudiant, (...)

13Cette situation peut être exprimée aussi en termes de formation prolongée. Le CAPES (Certificat d’aptitude au professorat d’enseignement secondaire)8 et les différents concours publics, bien qu’ils soient mis en place pour assurer l’égalité des chances devant l’emploi, sont plutôt considérés comme des « couloirs d’attente ». Les expressions utilisées à leur propos sont variées : « j’attends le prochain cycle de formation » ou bien « j’attends l’ouverture d’un concours dans l’administration ou dans l’enseignement » (Mouldi 27 ans). Les explications avancées pour justifier l’occupation d’un poste temporaire, souvent précaire (aide-commerçant, guide touristique, réceptionniste...) est de meubler le temps, d’attendre, d’approvisionner un peu d’argent pour partir ailleurs ou tisser des connaissances solides avec des gens bien placés « à l’étranger », c’est-à-dire en France ou en Allemagne. Il s’agit d’une attitude négative ou rebelle, mais qui, en tout cas, refuse le provisoire et les « petits boulots », et récuse par conséquent toute initiative de conversion ou d’installation professionnelle.

  • 9 Abdelwaheb Hafaiedh, « Le chômage des diplômés au Maghreb », Sociétés en transition, n° 2, Paris, (...)

14Ce refus du « provisoire » peut prendre d’autres aspects : l’enquête montre à quel point la fréquentation des espaces cafés (qahwa) est fondamentale dans le cadre des différentes trajectoires de la vie d’un chercheur d’emploi9. Il faut admettre cependant que, de nos jours, la fréquentation de ces espaces pour échange d’informations et la fréquentation pour refuge se complètent de plus en plus à travers les trajectoires de vie des acteurs marginalisés. Lorsqu’on n’a pas de travail, on ne peut rester inactif. Il faut sortir ou faire croire qu’on est occupé ou bien qu’on a quelque chose à faire comme les « gens ordinaires ». En donnant l’impression de se soumettre aux diverses impositions sociales (le chômage en l’occurrence), on déjoue celles-ci, ce qui permet de survivre et de dépasser la crise existentielle.

15Cette situation s’explique par le fait que le non-travail est devenu dans l’ensemble un véritable construit ou édifiant social, dont les dynamiques ne cessent de croître en s’inscrivant dans la durée. Le temps du non travail est souvent géré par un recours fréquent à l’ambiance groupale : « je suis un homme d’ambiance », nous déclare Imed qui passe en moyenne huit heures par jour dans le café du boulevard. De ce point de vue, l’espace café atténue l’insociabilité du sujet, mais sans remettre en cause l’attitude de l’attente.

  • 10 En Tunisie, le tourisme est le deuxième secteur pourvoyeur de devises étrangères. Chaque été, il o (...)

16C’est dans le cadre de cette attente atténuée, que certains sujets interrogés développent des propos et des arguments qui rappellent les attitudes de frustration de décalage, par rapport à un niveau d’instruction et à une formation qui ne seront jamais mis en valeur par le monde du travail. La comparaison avec les anciens camarades de classe, aujourd’hui en poste, est très déterminante, dès qu’il s’agit d’une durée de chômage supérieure à deux ou trois ans. Ainsi, Nadia, diplômée en psychologie, se compare par rapport « à sa sœur Lobna qui a rompu sa scolarité et qui a réussi sa vie dans le domaine de la haute couture ». Dans ce cas précis, la frustration est relative, puisqu’elle concerne le sujet par rapport à son investissement culturel antérieur. Le prolongement logique de ce type de frustration, chez Hichem, par exemple, se manifeste à travers la notion des sous-métiers et la gestion du provisoire (chaddane yed). C’est une notion qui renvoie au décalage entre l’image cultivée pendant la période de formation et le monde du travail auquel il a été confronté, il y a quelques mois, dans le cadre d’une activité saisonnière : « on a jamais reconnu ma connaissance, ni mon diplôme, je travaillais comme un coursier... j’étais dans un monde de relations autoritaires ». Les récits de la plupart des enquêtés sur leur entrée dans le monde du travail saisonnier, notamment le secteur touristique10, témoignent de la violence de ce choc.

  • 11 Raymond Boudon et François Bourricaud, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, Presses univ (...)
  • 12 L’une des thèses clés de la théorie de frustration relative est que plus le niveau d’instruction e (...)

17Dans la tradition sociologique expérimentale, la notion de frustration est liée à jamais aux analyses sur les aspirations professionnelles des diplômés. Construit par les auteurs de l’Américain Soldier qui est une étude psychosociologique de l’armée américaine durant la Deuxième Guerre mondiale, le concept de frustration relative prendra une place centrale dans les analyses des comportements des cohortes des diplômés11. L’objectif de cette enquête, rappelons-le, était de répondre à un certain nombre de questions, relatives à des « faits » considérés comme paradoxaux au sein d’un groupe de soldats ayant un niveau d’instruction ou des diplômes. L’idée principale des auteurs était de montrer qu’il existe a priori une divergence non explicable par les théories en cours entre les « faits réels », objectifs et enregistrés, et les opinions intériorisées par les membres de ce groupe, ayant un diplôme ou un certain niveau d’instruction12.

18Contrairement à ceux qui ont un niveau d’instruction très bas, ceux qui sont les plus instruits et qui ont donc le plus de chance d’avoir une promotion, sont les plus sceptiques quant à leur possibilité de progresser dans leur carrière. Les auteurs de cette enquête, A.S. Stouffer et ses collaborateurs, avancent l’explication par la théorie des frustrations relatives :

« si un individu de niveau d’instruction bas est promu, il sera heureux d’appartenir au groupe restreint de ses collègues qui sont eux-mêmes promus et qui ont le même niveau d’instruction. Mais s’il échoue, il ne sentira pas de frustration particulière puisqu’il partagera le même sort que l’écrasante majorité des individus ayant un niveau d’instruction bas ».

  • 13 Il faut signaler au passage, que la méthode de Workshop de pré-recrutement pratiquée par des école (...)

19En revanche, quand un individu doté d’un diplôme universitaire jouit d’une promotion, il considérera sa réussite comme étant dans l’ordre des choses puisque la majorité de ses collègues font la même expérience de mobilité. Mais s’il échoue, il aura toutes les raisons du monde pour se sentir personnellement frustré même s’il partage le même sort qu’une minorité de ses collègues. L’idée sous-jacente à l’idée de frustration relative est celle d’un groupe de référence. Elle est productrice d’une certaine crise de l’identité sociale. Dans le cas de Chawki, technicien supérieur en textile (bac + 3), le rôle du groupe de référence et la crise d’identité vont de paire. Il accuse « le système » et « les héritiers » (ouled baba, fils à papa), dont le parcours universitaire et l’insertion socioprofessionnelle sont garantis par des connaissances préalables ou des pistons puissants (aktafs). L’opposition entre les institutions « poubelles » d’enseignement et les Grandes Écoles revient sans cesse dans le discours de Chawki qui parle des campagnes de pré-recrutement dans les instituts de « première classe », comme ceux du commerce, de gestion ou du tourisme13. Dans ce cas, l’attente est plutôt subie, mais elle peut être aussi obligatoire, dans la mesure où elle est instituée par les pouvoirs publics et par des lois. Par exemple, Elham, diplômée en pharmacie de 28 ans, accuse le système des listes d’attente : le problème, dit-elle,

« ne provient pas du numerus clausus qui prévoit une nouvelle pharmacie pour chaque 4 000 habitants (dans la zone du Grand Tunis) mais plutôt de la liste d’attente qui prend en compte les diplômés déjà employés dans des hôpitaux ou dans le secteur public au même titre que les diplômés sans emploi qui viennent d’arriver sur le marché ».

L’ailleurs imaginaire et l’ailleurs planifié

  • 14 Sophie Boukhari, « Diplômés aux enchères », dans L’enseignement supérieur et après, Courrier de l’ (...)
  • 15 En 1985 et pour l’ensemble des pays du Maghreb et du Machrek, l’ALECSO avait recensé 24 000 médeci (...)
  • 16 Cf. dans cet ouvrage, l’article de Pierre Vermeren, « Hautes études commerciales et dynamique soci (...)
  • 17 Celle-ci se traduit également par la création d’établissements étrangers « sur place » selon un sy (...)

20En 1980, environ 900 000 jeunes s’expatriaient pour faire leurs études. Ils sont aujourd’hui 1,5 million. D’après un rapport de l’Unesco14, il semble que cette tendance est appelée à s’accroître : 95 % des étudiants étrangers se dirigent vers les pays développés et les trois quarts sont répartis dans huit d’entre eux. Les États de l’Union européenne sont largement en tête des destinations universitaires15. Cette tendance générale ne touche pas avec la même intensité les pays du Maghreb. Car, paradoxalement, c’est au moment où des accords de libre échange entre l’Union européenne et certains pays de l’Afrique du Nord sont conclus (Maroc et Tunisie), pour que les frontières soient totalement ouvertes à la libre circulation des produits, que le principe de la libre circulation des hommes est remis en cause. Entre le niveau de circulation des marchandises et celui de circulation des personnes, l’asymétrie sur le plan institutionnel est frappante. Du point de vue des acteurs, l’« ailleurs » ou le voyage ne représentent plus une stratégie visible ou réalisable, comme cela a été le cas dans les années 1970-1980. Le processus de privatisation de l’enseignement supérieur (émergence des universités « libres »)16 et la réduction drastique des bourses d’études, encouragés par les pouvoirs publics, sont pour beaucoup dans cette nouvelle orientation, contribuant au ralentissement des flux de diplômés tunisiens à l’étranger. L’idée est ici que la privatisation17 et la diminution des aides publiques aux études doivent permettre à moyen-terme de contenir les fuites en devises causées par les départs massifs d’étudiants. D’autres facteurs entrent en jeu, comme l’encouragement par l’Union Européenne des flux inter-européens qui représentent plus du quart des flux mondiaux. Ce changement s’effectue généralement au dépens de l’accueil des étudiants ou des diplômés maghrébins à la recherche d’une carrière ou d’une formation plus poussée. La volonté politique d’intégration régionale, telle qu’elle est exprimée par des programmes préférentiels d’échanges entre universités du Nord (Erasmus) et les problèmes posés par l’immigration en général, expliquent que les flux maghrébins – à l’exception du Maroc – ont progressivement cédé la place, ces dernières années, aux flux inter-européens et aux stratégies de retour (Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, 1999).

21Chez les quelques sujets interrogés, qui soutiennent l’idée de départ à l’étranger, le choix se situe à un niveau inférieur par rapport à la conversion professionnelle : « on doit partir parce qu’il est impossible de rectifier le tir » ou « parce que les passerelles entre formations sont cassées » (Mohsen, 32 ans). Le projet de « refaire » sa trajectoire de formation leur semble plutôt non réalisable car « c’est comme ça » ou parce que le « système des équivalences ne tient pas compte du temps investi dans la formation initiale » (idem).

  • 18 Un dinar = 5 francs français au cours de 1999.
  • 19 En anglais dans le texte.

22Cet appel de l’« ailleurs » est de plus en plus varié quant à ses motivations individuelles : chez une certaine catégorie d’interviewés (Amal et Ridha, diplômés en philosophie), le travail ne constitue pas l’axe principal de départ, mais ils expriment surtout la volonté de « repartir à zéro » (Amal) et de se donner une nouvelle chance pour « devenir un homme » (Ridha). Dans les deux cas, le départ est considéré comme une expression de rupture avec le pays. C’est le départ des « aventuriers et de ceux qui n’ont plus rien à perdre » (Farid 29 ans). La plupart des enquêtes perçoivent leurs coreligionnaires qui ont réussi à trouver du travail à l’étranger comme « des gens qui ont de la chance (ezzhar) ». Hedia, qui cherche à rejoindre son frère dans un pays de l’Union européenne, considère ceux et celles qui ont réussi à franchir les frontières comme des « veinards (hwaiif)...par jalousie peut être ? ». D’autres diplômés qui ont vécu directement l’échec dans leur projet de départ avancent principalement des arguments d’ordre économique : « la vie ici se monétarise. Si tu possède un dinar, tu vaux un dinar18. Il faut partir vite car le temps c’est de l’argent, “Time is money”19. Je cherche de l’emploi à Tunis, mais la tête est déjà ailleurs » (Mohsen 32 ans).

  • 20 Pour une illustration cinématographique du phénomène, voir le film du cinéaste tunisien, Nouri Bou (...)

23Deux attitudes peuvent être dégagées de ces propos : l’attitude d’un départ planifié, ce qui suppose l’organisation par l’acteur d’un plan de départ (légal ou clandestin), et celle d’un départ rêvé qui est vécu comme un simple souhait que peut motiver le « courtiser », la cour faite à des touristes européennes ou la correspondance avec des ami(e)s à l’étranger20.

  • 21 De 3 000 à 10 000 francs français.

24Pour la première catégorie, la planification passe avant tout par la collecte de l’information et l’identification des réseaux qui permettent le départ (famille émigrée, touristes, inscription dans une université occidentale, relations ou tuyaux pour l’obtention du visa...). Dans certains cas, le choix se porte sur d’autres modes d’action. Les propos de Fadhel sont sans équivoque : « chacun de nous doit avoir en tête des destinations bien précises, des amitiés, et surtout une certaine somme d’argent... C’est pourquoi je dois travailler ici — n’importe quel travail – pour pouvoir partir ». Ce départ planifié n’exclue pas le voyage clandestin : « avoir une somme de deux milles dinars pour acheter les services d’un « grilleur de frontières » en Italie n’est pas chose facile mais je le ferai peut-être », ajoute Fadhel. Sur ce plan, on peut enregistrer l’émergence d’une véritable culture de clandestinité. Le mot brûler ou griller les frontières revient sans cesse dans les propos de nos interviewés. À Tunis, comme dans les localités de l’intérieur du pays, les informations relatives aux départs clandestins se propagent dans les milieux des jeunes diplômés et dominent le sujet des discussions dans les cafés. Les villes-ports, telles que Kelibia (Cap Bon), Mahdia (Sahel) et Bizerte (nord-est) sont les plus souvent citées comme lieu de départ rêvé. Il suffit, nous dit Fadhel, « d’acheter les services d’un animateur (monachit) qui organise les départs par chalutier avec pas moins de quinze passagers. Le prix ? Il varie de 600 à 2 000 dinars21, selon les destinations et les prises en charge sur l’autre rive. ».

  • 22 Agence gouvernementale qui enregistre les demandes de « missions » à l’étranger, ainsi que les off (...)

25Quant à ceux qui préfèrent partir vers les pays du Golfe, la réalisation du projet passe impérativement par l’Agence tunisienne de coopération technique (ATCT)22 qui enregistre chaque année un nombre croissant d’inscrits mais peu d’élus à l’arrivée : « à ce niveau-là, il faut avoir des bons tuyaux, car sans expérience professionnelle la demande est rejetée d’avance » (Abdel-haq).

26En revanche, lorsqu’il s’agit d’un départ rêvé, l’attitude dominante est celle de compensation. Parler de l’étranger ou même de la possibilité d’un départ, signifie l’affranchissement de l’acteur par rapport aux conditions de vie ici et maintenant. Le voyage dans ce cas est intérieur : il se décline sur un mode imaginaire et réanime la tension existentielle en amplifiant la crise d’identité.

Les convertis

  • 23 Youssef Allouane, « Culture et management : les modes de gestion des ressources humaines dans les (...)

27La conversion professionnelle se distingue de la mobilité par le fait qu’elle ne se réalise pas dans un même domaine d’activité. Selon une enquête récente, la plupart des dirigeants tunisiens des petites et des moyennes entreprises ont exercé d’autres fonctions avant de « monter leur propre affaire ». Le passage dans l’administration est perçu comme une période d’initiation aux rouages administratifs et de « facilitation » de contacts ultérieurs utiles23. Mais la conversion peut revêtir d’autres aspects comme, par exemple, le passage d’un type de formation vers une nouvelle expérience professionnelle qui ne correspond pas à la formation initiale. À ce propos, la nouvelle publication de l’Agence Tunisienne de l’Emploi (ATE), Sada ettachghil, fait état dans son numéro 2 d’un mouvement généralisé de formation et de reconversion de candidats qui se destinent à l’installation à leur propre compte. Recourant à la « méthode » CEFE (création d’entreprises et formation d’entrepreneurs), les « promoteurs en herbe » se livrent à une sorte de simulation afin d’anticiper les difficultés et les blocages susceptibles d’handicaper leur projet.

28Par ailleurs, la densification du tissu des micro-entreprises, voire des PME – PMI, semble connaître actuellement un nouveau souffle grâce à une nouvelle formule, le FIAP (Fonds d’insertion et d’adaptation professionnelle).

29Mais au-delà de ces cas très médiatiques, mis en avant par les pouvoirs publics (le modèle tunisien), les activités productrices du contexte de conversion utilisent le savoir scientifique disponible qui est immédiatement versé à la relation de travail, souvent informelle. En Tunisie, la débrouillardise et la créativité individuelles ne prennent pas forcément la forme de l’entreprise capitaliste. Ainsi, dans les nouvelles cités résidentielles d’Elmourouj ou d’El Madina El Jadida (banlieues de Tunis), habitées par les classes moyennes (fonctionnaires, enseignants, employés de banques...), les diplômés font preuve d’ingéniosité en transformant les garages en petits commerces de proximité (papeterie, quincaillerie, taxiphone...) ou en aménagement des villas d’habitation en crèches et en jardins d’enfants :

  • 24 Isabelle Berry-Chikhaoui, « Mobilisation des habitants et construction du voisinage. Le cas de l’h (...)

« aux côtés de ces personnages qui appuient leur influence sur un pouvoir politique, d’autres figures émergent dans les cités : le patron du hammam, un jeune homme écouté des autres jeunes gens... Ils sont aussi des voisins particuliers fondant leur “pouvoir” sur le statut que leur confère la profession et qui les met en contact avec un grand nombre d’habitants des cités voisines, ou encore avec celui que leur procure une compétence particulière, technique par exemple, comme un savoir faire en matière de construction »24.

  • 25 Stage d’insertion à la vie professionnelle de type « 1 », destiné exclusivement aux diplômés de l’ (...)
  • 26 Créée en 1997 par l’État tunisien, la BNS a pour vocation de financer des micro-projets dans le ca (...)

30Le diplômé converti entreprend sans être entrepreneur, est industrieux sans être industriel et ingénieux sans être ingénieur. La disqualification de fait au sein du système n’exclut pas de saisir une seconde chance « hors du système ». On s’oriente ainsi vers la création de petites entreprises de service (informatique, communication, traitement de texte...). Naji, documentaliste de 26 ans, diplômé de l’Institut supérieur de documentation (ISD), après quelques mois de stage « SIVP 1 »25 dans une entreprise privée, décide de monter sa propre « boutique ». Ses propos dégagent une volonté de rupture avec la culture du secteur public. Riadh et Olfa, qui sont en train de constituer un dossier pour l’obtention d’un crédit de la Banque Nationale de Solidarité (BNS)26, afin d’ouvrir une station de service informatique, partagent le même avis. Leur passage par un cycle de formation professionnelle est évoqué avec une très grande satisfaction.

31Cette catégorie de diplômés fréquente les bureaux d’emploi et les centres de formation professionnelle dans la perspective de se « convertir » et de travailler à leur propre compte. Sur ce plan, l’acteur insiste sur la nécessité de distinguer le travail de la profession ou du métier. De ce point de vue, l’identification à un métier ne se fait plus par rapport au diplôme mais à travers l’expérience. Après le moment du « déclic » (psyching out), il s’engage (commitment). Ce nouveau choix contribue à son intégration dans un cadre identitaire et sectoriel bien défini. C’est un travail qui, par la durée et la stabilité, lutte efficacement contre les risques d’anomie grâce à une discipline et à une solidarité de tous les instants. Son investissement symbolique et matériel, ainsi que le sacrifice de quelques années d’études et du diplôme lui même, est compensé ici par un nouveau choix de « carrière ». Selon les propos recueillis, le moment du « déclic » peut intervenir grâce à un stage SIVP, une formation professionnelle ou, plus simplement, le conseil d’un ami.

  • 27 J.-J. Hughes, dans un recueil d’articles publié en 1958 sous le titre Men and their Work, souligne (...)

32Dans cet univers très pragmatique des convertis, l’accent est mis sur la valeur non-marchande de certains diplômes : le baccalauréat, la licence et même le doctorat ne produisent, selon eux, aucune efficacité en terme de placement professionnel sans intervention d’ordre personnel ou administratif. Les disciplines des sciences humaines et sociales sont généralement considérées comme peu rentables (vision rentabiliste). Cependant, cette conversion ne peut se faire sans accomplir une nouvelle « socialisation » dans le monde du travail. Ainsi, la conversion qui est un phénomène de plus en plus répandu dans les milieux des diplômés chercheurs d’emploi devient l’expression d’une trajectoire de redéfinition identitaire de l’acteur27. Le ton des diplômés convertis est catégorique, se détachant, en partie, du registre de la méritocratie universitaire et exhortant la supériorité de l’expérience sur le diplôme : « ce n’est pas le diplôme qui fait l’homme, mais le travail », nous dit Iman (27 ans) qui a décidé de s’engager comme déléguée médicale pour le compte d’une société italienne installée en Tunisie.

33À première vue, la croyance que le travail est une valeur fondamentale de la vie sociale est au cœur des propos recueillis auprès des sujets convertis. Elle est liée fréquemment à la représentation de l’utilité sociale et de l’identité de l’individu en tant que membre d’une classe ou d’une catégorie socioprofessionnelle particulière, tendance renforcée en Tunisie par le fait que le statut social joue un rôle primordial chez les jeunes, notamment au moment des tractations matrimoniales. À l’encontre de l’idée reçue, selon laquelle « les diplômés refuseraient le travail non intellectuel », il convient de souligner que le rapport de la réussite au travail, et donc à l’effort, est une croyance de plus en plus partagée par les jeunes diplômés. Les convertis sont généralement plus nombreux et plus déterminés à se lancer dans une nouvelle expérience professionnelle et à entreprendre une formation que les attentistes ou les candidats potentiels au départ : « si ça m’arrive un jour je devrais me considérer comme un rescapé », nous déclare Mourad (28 ans).

34Mais n’est pas converti ou rescapé qui veut. Quand on passe plusieurs années sur les bancs de l’Université ou dans le cadre feutré d’une Grande École (l’innocence initiale) pour finalement se retrouver au chômage (le moment du déclic) et rebondir aussitôt (l’engagement), c’est que le passage de la raison statutaire à la raison de l’intégration pragmatique est bien réussi. En accumulant les connaissances personnelles mais aussi les connaissances pratiques relatives à la situation du marché de l’emploi, le converti tente d’échapper par tous les moyens à l’exclusion et à la déperdition.

***

  • 28 L’arabe comme l’anglais sont plus explicites et moins nuancés que le français (travail/œuvre), pui (...)

35Le diplômé ne peut concevoir le travail sans réalisation d’une œuvre28. Le travail comme œuvre, ou comme aboutissement d’une formation, est de toute évidence une source de sens, donc d’identité. La référence à l’autoréalisation revient sans cesse dans les propos des interviewés : « yhakak haja fi hayatou ».

36À contrario, le chômage ou le non-travail définit non seulement un fait mais aussi des orientations normatives et des conduites, selon qu’elles sont négatives ou positives, car le sujet en créant son œuvre agit aussi sur les autres sujets et sur la société. Ainsi, pouvons-nous dire que si le rapport du sujet instruit au travail repose sur trois thèmes fondamentaux qui sont la conscience du « sujet », la sociabilité (la création à autrui) et la conscience existentielle, la sociologie du non-travail, surtout lorsqu’elle concerne le sujet instruit ou le producteur de culture, renvoie aux schémas et aux fondamentaux opposés. On nommera ces schémas crise d’identité (la non-conscience du sujet de lui même en tant qu’acteur), l’insociabilité et la tension existentielle. Ces fondamentaux s’organisent ensuite logiquement en des systèmes de conduites et d’actions qui, une fois « construits » socialement, épousent des attitudes très particulières. Des facteurs comme la disponibilité, l’ennui ou la perte de repères, c’est-à-dire le sentiment d’inutilité sociale, contribuent au fonctionnement de ce système producteur d’une culture qui dévalue la science et l’apprentissage universitaire. L’idée que le diplôme n’est plus une garantie automatique contre le chômage renforce la croyance dans l’efficacité des connaissances personnelles et familiales, voire dans les vertus du clientélisme (el maaraif, laktafi mahsoubia) et dans le « système D » comme soupapes de sécurité. Bien que les diplômes d’enseignement supérieur constituent toujours la meilleure protection conte le chômage (les chiffres le prouvent), la représentation collective commence à agir dans le sens inverse, celui de la dévaluation des titres et de la culture universitaire.

37Du point de vue sociologique, l’étude des différentes trajectoires et expériences des diplômés demandeurs d’emploi ouvre une nouvelle perspective pour l’analyse du chômage des cadres en tant que construit social. Ce construit, une fois « mis en forme », au-delà des chiffres et des statistiques, s’impose peu à peu au centre des préoccupations sociologiques sur la formation des compétences et la gestion des ressources humaines. Cette mise en forme devrait justement être analysée à l’articulation entre des attentes normatives et institutionnelles de régulation et des stratégies individuelles face à la privation d’emploi et aux dynamiques identitaires des diplômés. Celles-ci peuvent être animées soit par une stratégie d’attente marquée par une culture makhzenienne et étatiste, soit par une position « positive » et planificatrice.

  • 29 En Tunisie, littéralement « ceux qui ont utilisé toutes leurs cartouches » et qui sont donc exclus (...)
  • 30 La politique des stages bénéficie principalement aux deux grandes villes tunisiennes ne touchant q (...)

38Dans le cas de la présente étude, il semble que les espaces d’attente des diplômés chômeurs se prolongent et se transforment en construits sociaux. L’image de l’État nourricier, bien qu’elle soit ébranlée ces dernières années par les mesures d’ajustement structurel, persiste, alimentant les déceptions des diplômés issus des filières littéraires (arabe, sociologie, anglais, théologie, etc.) et des cartouchards29 (redoublants récidivistes), victimes de la sélection drastique dans les premiers cycles universitaires. Les nouvelles dispositions prises par les pouvoirs publics, en vue d’organiser le système d’attente (stages SIVP, préparation au CAPES, inscription sur listes professionnelles...), semblent avoir un effet positif sur les attitudes et les trajectoires, mais seulement pour certaines filières et dans certaines régions du pays (Tunis et Sfax) 30.

  • 31 Cette planification ne signifie pas qu’ils obtiennent toujours satisfaction. Nombreux sont ceux qu (...)

39Quant à l’ailleurs, il fonctionne de moins en moins sur le mode d’un projet planifié et de plus en plus sur un mode imaginaire. Les plus attirés par l’idée du voyage à l’étranger sont les diplômés en lettres et en sciences fondamentales qui planifient leur départ dans le cadre d’une inscription en doctorat31.

40La conversion, enfin, contribue à l’amélioration de la culture de l’entreprise. Cependant, ce processus est loin d’être une trajectoire dominante, étant donné qu’il exige un minimum de savoir faire et une pratique active des évaluations professionnelles. Par ailleurs, l’absence de passerelles communicantes sur le plan des équivalences des diplômes fait que la conversion est beaucoup plus difficile pour les diplômés en sciences humaines et sociales, dont la formation est souvent jugée trop théorique et très peu utile. En tant que construit social autonome, ces trajectoires peuvent à tout moment modeler eux-mêmes les représentations que se font les jeunes étudiants d’eux-mêmes et de leur avenir mais aussi des valeurs de la société tunisienne (justice, égalité, solidarité...).

41Le faible rôle du processus de conversion dans les entreprises (l’absence d’évaluations professionnelles), comme dans l’enseignement supérieur (l’absence de passerelles communicantes entre disciplines), ne fait que renforcer les trajectoires ou les « couloirs d’attente ». Si une telle hypothèse se confirmait, une culture d’attente risquerait alors de se généraliser chez les diplômés tunisiens, en s’inscrivant dans la durée.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allouane Youssef, 1999, « Culture et management : les modes de gestion des ressources humaines dans les entreprises en Tunisie », dans La gestion des ressources humaines dans les PMI/PME au Maghreb, Les cahiers du CREAD, Alger : 17-51.

Ben Sedrine Saïd et Geisser Vincent, 1997, « Les diplômés à la sortie de l’Université », Monde arabe-Maghreb-Machrek, Paris, La Documentation Française, n° 157.

– 1999, Le retour des diplômés : enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger dans les années 1990, Tunis, IRMC-INTES-Institut Français de Coopération : 211 p.

Berry-Chikhaoui Isabelle, « Mobilisation des habitants et construction du voisinage. Le cas de l’habitat social à Tunis », communication dans le cadre du programme de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), Les arts de faire des citadins ordinaires, coordonné par Isabelle Berry-Chikhaoui et Agnès Deboulet, ouvrage collectif à paraître en 1999-2000.

Bras Jean-Philippe, 1984, « Chronique tunisienne 1984 », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS : 957-1009.

Boudon Raymond et Bourricaud François, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 1982.

Boukhari Sophie, 1998, « Diplômés aux enchères », dans L’enseignement supérieur et après, Courrier de l’UNESCO, Paris.

Hafaiedh Abdelwaheb, 1987, « Le chômage des diplômés au Maghreb », Sociétés en transition, n° 2, Paris : 61.

Hani Tahar, 1997, « Diplômés-chômeurs », Afrique Éducation, mars : p. 31.

Hendoussa Heba, 1997, « Employment prospects in the Middle East », Sociétés en transition, n° 2.

Schnapper Dominique, 1984, « Crise économique, chômage, anomie », dans l’ouvrage collectif du CIACO, La crise dans tous ses états, Louvain-la-Neuve.

Strob R., 1988, The Global Economy, traduction arabe d’Abdelfattah Abderrahman, Riadh, Dar El Merrik.

Notes

1 Nous utilisons délibérément les guillemets étant entendu que nous n’avons pas tranché sur la question, à savoir : les diplômés-chômeurs forment-ils un groupe social ?

2 Pour les aspects statistiques du chômage des diplômés en Tunisie, voir dans le présent ouvrage la contribution de S. Ben Sedrine

3 Encore qu’en Tunisie, contrairement à l’Algérie et au Maroc, le discours des médias sur le chômage des diplômés se veut plutôt rassurant, rejoignant en cela le discours des pouvoirs publics.

4 Voir à ce sujet les articles de presse publiés dans le journal arabophone Es Sabah et les revues hebdomadaires Réalités et L’Observateur durant les années 1996-1998.

5 « Emploi des jeunes diplômés : beaucoup reste à faire », dans Réalités du 20 avril 1995. Voir aussi l’article « Être adulte à 18 ans », dans Réalités du 28 Décembre 1995.

6 La grande majorité des cadres de l’administration et des hauts fonctionnaires de l’Après Indépendance était originaire sur le plan familial de la région du Sahel (Sousse, Monastir, Moknine, Ksar Hellal...), ce qui explique qu’encore aujourd’hui on parle parfois de « lobby sahélien » dans l’appareil d’État. L’image du Sfaxien (deuxième ville industrielle de Tunisie) est davantage, elle, associée au monde de l’entreprise et de la finance.

7 La participation des diplômés chômeurs aux « émeutes du pain en 1984 » a été trop visible pour être ignorée par la presse officielle qui voyait en elle un signe de désarroi. Cf. Jean-Philippe BRAS, « Chronique tunisienne 1984 », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS : 957-1009.

8 La création récente du CAPES (1998) a soulevé de nombreuses protestations dans le monde étudiant, notamment parmi ceux qui attendaient depuis plusieurs années un poste d’enseignant. Ces derniers trouvaient « injuste » qu’on leur applique une telle mesure. En effet, jusqu’à 1998, après avoir obtenu la maîtrise, les postulants à la fonction d’enseignant dans le secondaire devaient s’inscrire sur une liste d’attente. Mais l’engorgement des listes et l’augmentation du temps d’attente (parfois cinq ans pour ne rien obtenir) ont incité les autorités tunisiennes à instaurer un concours public sur le modèle français du CAPES.

9 Abdelwaheb Hafaiedh, « Le chômage des diplômés au Maghreb », Sociétés en transition, n° 2, Paris, 1987, p. 61.

10 En Tunisie, le tourisme est le deuxième secteur pourvoyeur de devises étrangères. Chaque été, il offre un nombre substantiel d’emplois saisonniers aux diplômés de l’université (guides, interprètes, réceptionnistes, animateurs dans les hôtels, etc.).

11 Raymond Boudon et François Bourricaud, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 1982.

12 L’une des thèses clés de la théorie de frustration relative est que plus le niveau d’instruction est important, plus les chances réelles de promotion sont réelles. Ce constat relève d’une hypothèse toute simple selon laquelle les promotions sont effectuées à partir des dispositions objectives des acteurs, c’est à dire la formation, l’instruction ou le diplôme. D’un autre côté, on remarque que plus le niveau d’instruction est important, plus les opinions subjectives sur les chances de promotion sont faibles.

13 Il faut signaler au passage, que la méthode de Workshop de pré-recrutement pratiquée par des écoles, comme l’Institut des Hautes Études Commerciales (IHÉC) de Tunis ou l’Institut Supérieur de l’Hôtellerie et du Tourisme (ISHT) joue un rôle primordial dans le placement des promotions sortantes : les diplômés concernés par ces campagnes vont du détenteur d’un brevet de technicien supérieur à un titulaire de diplôme de troisième cylce à finalité professionnelle (DESS).

14 Sophie Boukhari, « Diplômés aux enchères », dans L’enseignement supérieur et après, Courrier de l’UNESCO, Paris, 1998.

15 En 1985 et pour l’ensemble des pays du Maghreb et du Machrek, l’ALECSO avait recensé 24 000 médecins, 17 000 ingénieurs et 7 500 cadres de diverses spécialités qui sont déjà partis s’installer en Amérique du nord et en Europe.

16 Cf. dans cet ouvrage, l’article de Pierre Vermeren, « Hautes études commerciales et dynamique sociale au Maroc et en Tunisie durant les années 1990 » qui rend compte de ce processus de privatisation de l’enseignement supérieur dans les pays du Maghreb.

17 Celle-ci se traduit également par la création d’établissements étrangers « sur place » selon un système de convention ou de parrainage. Toutefois, en Tunisie, ce processus n’est encore qu’à ses débuts. Selon des sources ministérielles, l’enseignement supérieur privé accueillerait entre 3 % et 5 % de l’ensemble de la population étudiante tunisienne.

18 Un dinar = 5 francs français au cours de 1999.

19 En anglais dans le texte.

20 Pour une illustration cinématographique du phénomène, voir le film du cinéaste tunisien, Nouri Bouzid, Bezness, 1991.

21 De 3 000 à 10 000 francs français.

22 Agence gouvernementale qui enregistre les demandes de « missions » à l’étranger, ainsi que les offres des pays, principalement des États d’Afrique noire et du Golfe.

23 Youssef Allouane, « Culture et management : les modes de gestion des ressources humaines dans les entreprises en Tunisie », dans La gestion des ressources humaines dans les PMI/PME au Maghreb, Les cahiers du CREAD, Alger, 1999, p. 17-51.

24 Isabelle Berry-Chikhaoui, « Mobilisation des habitants et construction du voisinage. Le cas de l’habitat social à Tunis », communication dans le cadre du programme de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) Les arts de faire des citadins ordinaires, coordonné par Isabelle Berry-Chikhaoui et Agnès Beboulet, ouvrage collectif à paraître en 1999-2000.

25 Stage d’insertion à la vie professionnelle de type « 1 », destiné exclusivement aux diplômés de l’enseigement supérieur. Le type « 2 » concerne, lui, les diplômés du secondaire.

26 Créée en 1997 par l’État tunisien, la BNS a pour vocation de financer des micro-projets dans le cadre de la nouvelle approche « pragmatique » du développement.

27 J.-J. Hughes, dans un recueil d’articles publié en 1958 sous le titre Men and their Work, souligne l’importance des stéréotypes et discriminations touchant les filières et les trajectoires depuis « l’innocence initiale » et la « conscience d’incongruité » jusqu’au « déclic » (psyching out) et à « l’engagement » (commitment). Ce processus concerne plutôt, ce que certains économistes avaient appelé « Frictional Unemployment » lié à la circulation de l’information sur le marché de l’emploi. Voir R. Steob, The Global Economy, traduction arabe d’Abdelfattah Abderkahman, Riadh, Dar El Merrik, 1988.

28 L’arabe comme l’anglais sont plus explicites et moins nuancés que le français (travail/œuvre), puisque dans ces deux langues les termes sont proches : Work et Works et Amal et Aamaàl.

29 En Tunisie, littéralement « ceux qui ont utilisé toutes leurs cartouches » et qui sont donc exclus définitivement de l’Université.

30 La politique des stages bénéficie principalement aux deux grandes villes tunisiennes ne touchant que marginalement les localités de l’intérieur. Il faut voir ici les effets conjugués de la centralisation administrative et du clientélisme pratiqué par certaines familles.

31 Cette planification ne signifie pas qu’ils obtiennent toujours satisfaction. Nombreux sont ceux qui doivent renoncer à leur projet d’expatriation universitaire pour des raisons financières (coût du voyage et du séjour à l’étranger) et/ou administratives (refus d’inscription universitaire ou de visa de la part du pays d’accueil).

Notes de fin

* Enseignant en sociologie à l’Université de Tunis I.

Auteur

HAFAEÏDH Abdelwahab, département de sociologie, Université de Tunis I.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search