Version classiqueVersion mobile

L’esprit, figures classiques et contemporaines

 | 
Pascale Gillot

Glossaire

Texte intégral

1Accès privilégié : cette notion implique que le sujet entretient un rapport de connaissance immédiat et exclusif à ses propres états mentaux, inaccessibles comme tels, de façon directe, à tout autre que lui, et à ce titre essentiellement privés. La métaphore de « l’accès privilégié » renvoie à la définition générale de la pensée dans les termes de l’intériorité et de la conscience (ou de la réflexivité), telle qu’elle se rencontre dans la philosophie de Descartes : « par le mot de penser, j’entends tout ce qui se fait en nous de telle sorte que nous l’apercevons immédiatement par nous-mêmes » (Principes de la philosophie, I, art.9).

2Attitudes propositionnelles : un certain type d’états mentaux, tels les désirs et les croyances, doués d’un certain contenu propositionnel, qui s’énoncent en troisième personne (x désire que p, x croit que p). Exemple : Achille désire venger la mort de Patrocle ; Achille croit qu’en retournant sur le champ de bataille, il vengera la mort de Patrocle. Les attitudes propositionnelles, en tant qu’on leur attribue le rôle de causes du comportement ou de l’agir humain, ne comportent par elles-mêmes aucun caractère nécessairement privé, puisqu’elles sont comme telles descriptibles par un témoin « extérieur ».

3Éliminativisme : théorie philosophique selon laquelle les états dits mentaux, en particulier les attitudes propositionnelles, ne peuvent pas simplement être réduits, mais doivent à terme être éliminés de la nomenclature et de l’ontologie d’une véritable science de l’esprit, identifiée à une science des phénomènes et mécanismes cérébraux. La « psychologie populaire », qui recourt précisément à la catégorie des états mentaux (x croit que, x veut que, x a l’intention de...) pour tenter de rendre raison du comportement, serait en effet une pseudo-théorie, une théorie inamendable, appelée à disparaître avec le développement des neurosciences. L’éliminativisme, revendiqué en particulier par Patricia et Paul Churchland, se présente donc comme un matérialisme physicaliste radical, qui dépasse le seul programme réductionniste.

4Epiphénoménisme : selon l’épiphénoménisme, les phénomènes psychiques sont produits par des états physiques, mais ne détiennent en retour aucune espèce d’efficace causale dans l’ordre physique et public qui est aussi celui du comportement humain. L’hypothèse même d’une causalité proprement mentale est inconcevable dans la perspective épiphénoméniste, dont l’un des théoriciens, au xixe siècle, est Thomas Huxley. La représentation d’automates dépourvus d’esprit, mais dont la conduite serait indiscernable de celle de sujets humains, doués de conscience, est un corrélat de l’épiphénoménisme.

5Externalisme : position caractéristique d’une philosophie de l’esprit soucieuse de se distinguer de toute « philosophie mentale » qui isole l’esprit du monde dit « extérieur ». L’externalisme, opposé à l’internalisme et au mentalisme en général, récuse l’identification des processus intentionnels et cogitatifs à des processus « mentaux », en l’occurrence internes. Les concepts, percepts, les états dits psychiques en général, ne sont pas « dans l’esprit » (ou dans le cerveau), ils ne s’identifient donc pas avec des représentations ou des images mentales. Ils relèvent non d’une sphère privée, mais de l’ordre public et symbolique du langage, et des institutions sociales. Notons que la critique de la notion d’expérience privée, et le dépassement de l’hypothèse classique d’un lieu particulier (fût-ce un lieu cérébral) de la pensée et de l’intentionnalité, éloigne autant l’externalisme du réductionnisme physicaliste, que du mentalisme.

6Intentionnalité : le phénomène, caractéristique des états psychiques, qui consiste à être « à propos de », ou à se « rapporter à », suivant la caractérisation qu’en a proposée Brentano au xixe siècle (évoquée sous la dénomination de « thèse de Brentano » dans la philosophie contemporaine). L’intentionnalité, autrement dit le rapport à un contenu ou la direction vers un objet, par quoi les états mentaux se distinguent fondamentalement des états physiques, ne se confond pas avec l’expérience privée, ou en première personne.

7Internalisme : perspective qui pose le caractère interne, intra-mental, des phénomènes psychiques, et reconduit la notion classique d’une intériorité spécifiquement mentale. La distinction du mental et du physique, en l’espèce, apparaît commandée par le partage conceptuel, institué à l’âge classique, de l’intérieur et de l’extérieur.

8Mentalisme : théorie selon laquelle il existe des causes mentales distinctes du comportement observable, et sous-jacentes à ce dernier. En particulier, la théorie mentaliste pose l’inhérence des états psychiques et cogitatifs à l’esprit, à la seule sphère mentale (âme ou cerveau). Plus schématiquement, l’on peut affirmer que dans la perspective mentaliste, les concepts, idées, représentations, sont « dans la tête ».

9Modularité : thèse proposée par le philosophe américain Jerry Fodor, dans la perspective théorique du fonctionnalisme. Elle repose sur l’hypothèse d’une architecture, d’une organisation complexe de l’esprit, selon des sous-systèmes indépendants, qui correspondent à autant de « facultés » mentales autonomes (raisonnement, perception, langage...). En d’autres termes, il existe dans l’esprit des mécanismes psychologiques distincts, et la vie mentale résulte de l’interaction entre ces différents mécanismes. La thèse de la modularité constitue une version contemporaine, articulée à un modèle computationnel de l’esprit, de la « psychologie des facultés » de type innéiste et rationaliste, opposée à la tradition empiriste. Plus précisément, la notion de module désigne un système cognitif spécifique, propre à un domaine, conçu comme un certain mécanisme computationnel, et répondant au principe du « cloisonnement informationnel ».

10Physicalisme : le programme physicaliste vise à expliquer l’ensemble des phénomènes, en particulier mentaux, dans le vocabulaire de la physique. Si celle-ci constitue la langue universelle de la science, alors tous les phénomènes connaissables peuvent et doivent se comprendre à travers le cadre théorique général de la physique. Dans la mesure où la théorie de l’identité (esprit-cerveau) tend notamment à la réduction explicative du mental au neurophysiologique, elle constitue une forme de physicalisme.

11Qualia : catégorie d’états psychiques distincts des attitudes propositionnelles, en tant qu’ils s’énoncent exclusivement en première personne, et relèvent de l’expérience phénoménale (comme les « sensations brutes »). Leur dimension qualitative est le trait définitionnel de ces états : cette qualité se révèlerait plus particulièrement dans le registre de la sensation, considérée comme processus privé, intra-subjectif. « Ce que cela fait de », en première personne, sentir l’odeur de telle rose, écouter telle mélodie, avoir la sensation visuelle de telle nuance de rouge, ne saurait se donner en troisième personne. Ce sont là autant d’exemples de qualia, qui constituent en ce sens des états internes.

12Réalisation multiple : la thèse de la réalisation multiple (du mental dans le physique) est une thèse originale et fondamentale de la philosophie fonctionnaliste, et du cognitivisme en général, dont les fondements se rencontrent dans les travaux de Hilary Putnam des années soixante du xxe siècle. Contre la théorie de l’identité, qui fait de la pensée le privilège exclusif d’une organisation physique singulière, en l’occurrence le cerveau humain, cette thèse établit que les états mentaux sont des états fonctionnels, définis par la relation causale, la procédure déterminée qui norme leur succession ; ils peuvent ainsi se réaliser dans des supports physiques différents, de type neurophysiologique, ou mécanique, ou électronique par exemple. Autrement dit, l’activité mentale ne dépend pas de la nature particulière du substrat matériel dans lequel elle est implémentée. La thèse de la réalisation multiple est indissociable du modèle computationnel de l’esprit, qui autorise la comparaison de l’esprit à une machine de calcul, à un ordinateur, considéré sous l’aspect de son activité logique, et non de sa construction ou constitution physique singulière.

13Réductionnisme : programme épistémologique de réduction d’une théorie de niveau complexe (ou supérieur) à une théorie de niveau plus simple (ou inférieur). En philosophie de l’esprit, le réductionnisme vise à expliquer les phénomènes mentaux en les rapportant à des phénomènes supposés plus fondamentaux, tels les phénomènes physiques. Ainsi les états mentaux (comme la douleur) seraient réductibles à des processus neurophysiologiques déterminés, de la même façon que la chaleur, par exemple, peut être scientifiquement identifiée à l’agitation moléculaire. La perspective réductionniste suppose l’existence de lois de corrélation stricte, terme à terme, entre événements mentaux et événements physiques (encore appelées lois psychophysiques).

14Théorie représentationnelle de l’esprit (modèle représentationnel) : Cette conception identifie les événements mentaux à des représentations dans l’esprit, douées d’un certain contenu, dans la tradition cartésienne qui fait des idées des images intra-mentales des choses dont elles sont les idées, les « essences objectives ». Ainsi, la relation cognitive serait fondamentalement de l’ordre d’une représentation, contrairement à l’hypothèse concurrente du réalisme direct, qui récuse quant à elle l’identification des idées ou percepts à autant de duplicats internes des objets connus et perçus. Toutefois la notion cartésienne de représentation est distincte de celle de ressemblance, et interdit l’identification de l’image mentale à une reproduction mimétique de l’objet représenté dans l’esprit.

15Survenance (supervenience) : la thèse de la survenance (du mental par rapport au physique) affirme l’identité fondamentale du corps et de l’esprit, mais se distingue des théories de l’identité strictement physicalistes. Selon cette perspective, soutenue notamment par Donald Davidson, les caractéristiques mentales « surviennent (supervene) » sur les caractéristiques physiques, autrement dit en dépendent. Ainsi, il est impossible que deux événements identiques dans le registre physique soient différents sous l’aspect mental. Cependant, dans la version originaire de la thèse de la survenance, cette dépendance du mental par rapport au physique n’est pas synonyme de réductibilité. La réduction explicative du mental au physique demeure impossible, dans la mesure où, pour la plupart des théoriciens de la survenance, les lois de corrélation psychophysique demeurent largement inconnaissables.

16Théorie de l’identité : conception matérialiste et physicaliste de l’esprit, qui identifie les événements mentaux à des événements physiques, en l’occurrence cérébraux. La théorie de l’identité esprit-cerveau pose en outre qu’il existe une correspondance systématique, terme à terme (ou correspondance biunivoque) entre tel événement psychique et tel processus neurophysiologique déterminé. Dans cette perspective, sous l’aspect ontologique, les événements mentaux ne sont rien d’autre que les événements cérébraux correspondants.

17Théorie du double aspect : théorie qui récuse le dualisme ontologique, tout en affirmant un dualisme conceptuel (ou dualisme des propriétés). Elle pose donc l’identité fondamentale du corps et de l’esprit, mais énonce simultanément le caractère mutuellement irréductible, d’un point de vue gnoséologique, des propriétés physiques et des propriétés mentales. Cette théorie du double aspect, opposée au réductionnisme, et dont une version contemporaine est défendue par Thomas Nagel, reconnaît notamment pour origine la doctrine du parallélisme psychophysique. Elle se rapproche également d’une théorie de la « double connaissance ».

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search