Version classiqueVersion mobile

L’esprit, figures classiques et contemporaines

 | 
Pascale Gillot

III. L’autonomie explicative de l’activité mentale. La redécouverte du problème du corps et de l’esprit à partir du tournant cognitiviste de la seconde moitié du xxe siècle

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

  • 1 J. Kim, Mind in a Physical World [1998], MIT Paperback edition, 2000, p. 2.
  • 2 Ibid., p. 3. (Nous traduisons).

1Nous l’avons remarqué, les postulats philosophiques inhérents aux diverses versions de la « théorie de l’identité » du mental et du corporel de la fin des années cinquante, et au premier chef celle de H. Feigl, engagent par eux-mêmes une première rupture avec le projet d’une mise hors circuit des concepts d’activité psychique et d’états mentaux. De la sorte, le problème classique du corps et de l’esprit, qui semblait dépassé et comme privé de pertinence dans le cadre du béhaviorisme et des philosophies du langage ordinaire, gagne une nouvelle légitimité, fût-ce dans une perspective d’abord physicaliste. Or il est remarquable que l’abandon même, dès les années soixante, de la théorie de l’identité et du matérialisme strict en jeu dans l’identification des états mentaux à des états cérébraux, n’entraîne nullement l’éviction de ce problème. Bien au contraire, le mind-body problem acquiert et conserve le statut, jusque dans la période contemporaine, de « problème philosophique systématique », pour reprendre une formule de Jaegwon Kim1. Il semble en effet que la perspective dès lors dominante en philosophie de l’esprit, celle de la nouvelle science de la cognition, oucognitivisme, promue à l’origine, notamment, par la philosophie fonctionnaliste, accorde à la causalité mentale une autonomie épistémologique explicite par rapport à la causalité physique. La fameuse thèse de la réalisation multiple, qui constitue un des traits définitionnels du fonctionnalisme, invalide du reste l’hypothèse strictement réductionniste d’une identité des types, c’est-à-dire d’une correspondance terme à terme entre tel état mental et tel état physique, ou neurophysiologique, hypothèse caractéristique des théories de « l’identité esprit-cerveau ». C’est ainsi que la nouvelle philosophie de l’esprit que constitue en particulier le premier fonctionnalisme de Hilary Putnam, qui engage un modèle computationnel de l’activité mentale, avec l’analogie posée entre l’esprit et l’ordinateur, rompt avec le « matérialisme classique » et la conception exclusivement neurophysiologique du mental. Elle paraît accorder de la sorte à la « psychologie » le statut d’une science à part entière, à l’encontre du postulat physicaliste traditionnel, qui prétendait rendre raison des événements mentaux dans le vocabulaire de la science de la nature. Cette autonomie épistémologique du mental dans sa conception fonctionnaliste se trouve ainsi soulignée par J. Kim, dans l’étude qu’il consacre à l’histoire récente de la philosophy of mind au début deMind in a Physical World : « L’approche fonctionnaliste des états mentaux (mentality) semblait faite sur mesure pour la nouvelle science des états mentaux et de la cognition, car sa doctrine centrale semblait postuler un domaine distinctif des propriétés mentales/cognitives qui pouvaient être étudiées scientifiquement de façon indépendante de leurs réalisations (implementations) physiques/biologiques - une idée qui, pour la psychologie, était promesse à la fois de légitimité et d’autonomie en tant que science. Le fonctionnalisme fournit à la nouvelle science de la cognition à la fois une métaphysique et une méthodologie »2.

2Simultanément, dans le contexte de la philosophie de l’esprit des années soixante, et de la réaffirmation d’une spécificité des concepts d’activité mentale et de rationalité, la théorie linguistique de Noam Chomsky promeut une représentation générale du fonctionnement de l’esprit humain en opposition remarquable à la tradition empiriste et béhavioriste jusqu’alors déterminante dans la philosophie anglo-saxonne. Le mentalisme revendiqué par N. Chomsky, dans le cadre du postulat théorique général d’une « grammaire générative », réactive la thèse d’une innéité des fonctions psychiques ; il engage ainsi une reprise, assurément singulière, de ce cartésianisme que la philosophie du langage ordinaire, de Wittgenstein à Ryle, à travers la critique du solipsisme et de « l’antithèse de l’intérieur et de l’extérieur », avait assigné au statut de mythe philosophique. Cette réhabilitation chomskienne de la tradition rationaliste et mentaliste contribue de la sorte, en un retournement remarquable, à la destitution du béhaviorisme logique, et à la résurgence, pour le moins hétérodoxe, de thématiques cartésiennes dans le champ de la philosophie de l’esprit.

  • 3 H. Putnam, « The « innateness hypothesis » and explanatory models in linguistics », 1967, inMind, L (...)

3Le fonctionnalisme, qui signe l’abandon de la thèse de l’identité esprit-cerveau, et la théorie linguistique « innéiste » de Chomsky, résolument opposée au béhaviorisme, constituent sans doute deux conceptions distinctes du mental. Cette divergence de l’une à l’autre se trouve du reste clairement soulignée par Putnam lui-même, qui critique « l’hypothèse de l’innéité (the innateness hypothesis) » en jeu dans la représentation chomskienne d’« universaux linguistiques »3. Cependant ces deux perspectives philosophiques, fonctionnaliste et innéiste, si différentes soient-elles, participent toutes deux du tournantcognitiviste en philosophie de l’esprit, et ont pour trait définitionnel commun le postulat d’une autonomie épistémologique de la causalité mentale. Pareil postulat, s’il implique un dépassement du réductionnisme traditionnel, comme de l’éliminativisme, et pose une certaine irréductibilité de l’esprit par rapport au corps et à la causalité physique, n’engage pourtant pas de retour au dualisme ontologique classique. Telle est également la leçon, plus récente encore, de la théorie du « monisme anomal » développée par Donald Davidson, qui récuse la possibilité d’un isomorphisme causal et gnoséologique de l’activité mentale et de l’activité corporelle, tout en maintenant l’axiome du caractère intégralement physique des événements du monde, contre le dualisme classique. En l’occurrence, l’essentielle « anomalie » du mental serait la marque, non d’une réalité particulière de l’esprit, distincte de l’ordre naturel des événements physiques, mais de son irréductibilité théorique par rapport au déterminisme physique universel. Ce qui demeure fondamentalement en jeu, c’est la thèse, d’abord négative, de l’inadéquation des schèmes réductionniste et physicaliste dans la perspective d’une explication des opérations de l’esprit.

Notes

1 J. Kim, Mind in a Physical World [1998], MIT Paperback edition, 2000, p. 2.

2 Ibid., p. 3. (Nous traduisons).

3 H. Putnam, « The « innateness hypothesis » and explanatory models in linguistics », 1967, inMind, Language and Reality. Philosophical Papers, vol. 2, Cambridge University Press, 1975, pp. 107-116.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search