Version classiqueVersion mobile

L’esprit, figures classiques et contemporaines

 | 
Pascale Gillot

II. Le rejet du dualisme et de la « doctrine officielle » des deux mondes dans la philosophie anglo-saxonne au xxe siècle

Chapitre VII. La théorie de l’identité

Texte intégral

1Le béhaviorisme philosophique, nous l’avons remarqué, ne prétend pas résoudre le problème classique du corps et de l’esprit, puisque ce problème serait constitué à partir d’une distinction conceptuelle dépourvue de pertinence. C’est ainsi que, dans la perspective singulière de Ryle, le corps et l’esprit ne peuvent pas plus être identifiés qu’opposés l’un à l’autre. Le postulat théorique d’états mentaux internes, ou privés, se trouve en effet invalidé, assimilé à une hypothèse « tournant à vide », conformément aux analyses originales de Wittgenstein à ce sujet ; analyses dont l’influence sur la philosophie de Ryle semble considérable, en ce qui concerne notamment la critique du dispositif conceptuel intérieur-extérieur, et de la doctrine classique d’une intériorité psychique. Le rejet du dualisme d’obédience cartésienne s’opère à partir de la critique des prémisses théoriques qui fondent celui-ci, et se double d’un abandon des postulats fondamentaux, également institués dans la philosophie classique, du mécanisme qui commandait notamment la neuropsychologie de Descartes.

2Or telle n’est précisément pas la perspective adoptée par les théoriciens de l’identité. Ceux-ci, dans le champ de la « philosophie de l’esprit » des années cinquante, proposent une solution au problème du corps et de l’esprit, en adoptant un programme réductionniste explicite, dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler un monisme de type matérialiste. La « théorie de l’identité » en question, promue par des auteurs tels que Place, Smart ou encore Feigl, réduit les états mentaux à des processus physiques, en l’occurrence cérébraux. Il est remarquable que cette théorie matérialiste, opposée au dualisme métaphysique, développe de fait, dans une perspective physicaliste nouvelle, certains enseignements de la perspective neuropsychologique dont le cartésianisme fournit historiquement la première esquisse, comme en témoignent à titre exemplaire les Passions de l’âme. Si les théoriciens de l’identité rejettent toute dualité réelle, ontologique, du mental et du physique, ils ne récusent pas totalement pour autant la pertinence conceptuelle de la distinction entre une intériorité subjective et l’extériorité physique. Contre la tradition béhavioriste, ils reconnaissent ainsi une signification aux énoncés « introspectifs », quand bien même ceux-ci ne se rapportent, selon ces théoriciens de l’identité, à aucun objet privé ou occulte réellement distinct des événements cérébraux. La thèse de l’identité, en l’espèce, est celle d’une identité factuelle, contingente, et non a priori, ni nécessaire, entre le mental et le physique.

Un monisme matérialiste : la réduction du mental au cérébral

  • 1 J.J.C. Smart, « Sensations and Brain Processes », Philosophical Review, 1959. Article repris dans u (...)
  • 2 U.T. Place, « Is Consciousness a Brain Process ? », British Journal of Psychology, 1956.

3La théorie de l’identité, telle qu’elle se trouve exposée notamment par J.J.C. Smart, dans un article de 1959 intitulé « Sensations and Brain Processes »1, se présente d’emblée comme un réductionnisme strict. Un tel réductionnisme se trouvait déjà affirmé dans la conception de la relation psychophysique proposée en 1956 par U.T. Place, auteur d’un texte au titre explicite, « Is Consciousness a Brain Process ? »2 ; pareille conception, qui tendait à reconduire le phénomène de l’expérience subjective à un processus cérébral, et à réassigner en quelque sorte la conscience à un support physique, en l’occurrence dans le cerveau, constituait en effet un des premiers développements de cette théorie de l’identité, d’obédience matérialiste.

  • 3 J.J.C. Smart, « Sensations and Brain Processes », p. 122.
  • 4 Ibid., p. 123.
  • 5 Ibid., p. 124. (Nous traduisons).
  • 6 Ibid., p. 122.

4Ainsi Smart, à la suite de Place, affirme que les énoncés concernant les sensations ne se rapportent pas à quelque chose « d’irréductiblement psychique »3. Dans le même temps, il accorde une certaine réalité à ces sensations : réalité phénoménale qui ne renvoie pas cependant à un type d’être particulier, mais désigne un événement exclusivement physique. Mentalisme et physicalisme, en l’occurrence, semblent coexister et se concilier remarquablement. Ainsi, les énoncés concernant les sensations, comme une « image rémanente (after-image) » (telle la sensation visuelle rémanente d’une tache jaune-orange), ou bien encore un sentiment de douleur, ne se réduisent pas complètement à l’expression de dispositions comportementales ; ils renvoient en outre, selon Smart qui souligne du reste son désaccord partiel avec la thèse de Wittgenstein à ce propos, à des états qualitatifs internes, dans l’ordre d’une expérience en première personne, pourrait-on dire. Et pourtant, en dépit de leur mode de donation, interne et privé, les sensations n’en sont pas moins, en dernière instance, des phénomènes physiques, et plus précisément des « processus cérébraux (brain-processes) »4. Ainsi l’image rémanente jaune-orange, pour reprendre cet exemple, ne constitue pas in re un événement spécifiquement psychique ou immatériel, qui n’aurait d’existence qu’à l’intérieur de l’esprit, contrairement à la thèse dualiste d’une distinction réelle entre le psychique et le corporel. Bien au contraire, l’énoncé portant sur la perception qualitative ou subjective de la couleur, en première personne, et l’énoncé objectif du processus physico-chimique impliqué dans une telle perception, sont deux énoncés dénotant un seul et même événement, en l’espèce un événement cérébral particulier. Si la proposition en première personne, portant sur des états mentaux ou qualitatifs internes, est par elle-même douée de sens, contrairement à la perspective béhavioriste qui niait la validité théorique des propositions introspectives, une telle proposition, sémantiquement expressive d’une expérience intérieure, n’admet pas cependant pour référent un phénomène irréductible à l’ordre des événements physiques, en l’espèce neurophysiologiques. Si le sens de l’énoncé introspectif ou « subjectif » est dans ce cas distinct du sens de l’énoncé scientifique, les deux types d’énoncés ne dénotent qu’un seul et même événement. L’énoncé « j’ai mal », par exemple, renvoie à un processus qui « se trouve être un processus cérébral »5. La pertinence épistémologique du modèle physicaliste, qui vise à l’explication de l’ensemble des phénomènes dans les termes théoriques de la science de la nature ou de la physique, ne saurait donc, selon Smart, être remise en cause lorsqu’il s’agit de rendre compte des phénomènes mentaux, sensations et états de conscience en général6.

  • 7 Ibid., p. 128.
  • 8 Ibid., p. 124.

5Pareille analyse de la sensation, et plus généralement de l’expérience en première personne, apparaît à cet égard commandée par une « métaphysique matérialiste », clairement opposée, selon les propres termes de Smart, à toute « métaphysique dualiste »7. La conscience elle-même n’échappe pas au schème physicaliste, et les corrélations entre processus mentaux et processus cérébraux se comprennent dans les termes d’une « identité stricte (strict identity) »8. En l’occurrence, l’identité est une identité systématique et non fluctuante : non seulement à chaque événement mental correspond un événement cérébral particulier, selon le principe d’une correspondance biunivoque, mais le premier s’identifie au second. Il s’agit donc d’une « identité des types » qui n’autorise aucune autonomie des états mentaux par rapport à leur réalisation physique spécifique, et qui ne pose pas une simple corrélation entre tel état mental et tel état neurophysiologique, mais affirme que les sensations, par exemple, ne sont réellement rien d’autre que des processus cérébraux.

  • 9 Ibid., p. 124.

6Remarquons pourtant que cette conception de la relation psychophysique, effectivement commandée par un monisme matérialiste, n’invalide pas la thèse d’une distinction logique entre le physique et le psychique. En effet, la thèse de l’identité en question est celle d’une identité factuelle, ou contingente, entre processus mentaux et processus neurophysiologiques. Elle n’implique pas, écrit Smart, que « la logique d’une proposition relative à une sensation soit la même que celle d’une proposition relative à un processus cérébral »9 ; à ce titre, les propositions du premier genre ne sauraient être « traduites » en propositions du second genre. Cette absence de traductibilité réciproque entre énoncés portant sur des états mentaux et énoncés portant sur des états physiques autorise donc seulement une identité ontologique, et non conceptuelle, entre le mental et le physique. Elle semble avoir partie liée avec la thèse (non béhavioriste) selon laquelle les énoncés en première personne, relatifs à des états de conscience internes, demeurent doués de sens.

L’irréductibilité gnoséologique du mental

  • 10 H. Feigl, « Mind-Body, Not a Pseudoproblem », in Dimensions of Mind, ed. by Sidney Hook, New York U (...)
  • 11 H. Feigl, « The « Mental » and the « Physical » », in Minnesota Studies in the Philosophy of Scienc (...)
  • 12 H. Feigl, « The « Mental » and the « Physical » », VI, p. 473. (Nous traduisons).

7Une version célèbre de la théorie de l’identité du psychique et du physique, fondée sur le modèle d’une réduction empirique des processus mentaux à des processus neurophysiologiques, se trouve développée dans les années cinquante par Herbert Feigl. Cette théorie (comme les postulats philosophiques qui la gouvernent), se construit en rupture explicite avec le programme béhavioriste d’une mise hors circuit du problème du corps et de l’esprit ; c’est ce dont témoigne le titre même d’un article de Feigl, « Mind-Body, Not a Pseudoproblem »10. Elle s’inscrit dans une perspective matérialiste qui ne rejette pas pour autant la thèse de l’existence subjective d’états mentaux Cette perspective originale, distincte du physicalisme strict que Feigl assimile curieusement au béhaviorisme, se donne déjà à lire dès les premières pages d’un autre article, de 1958, intitulé « The « Mental » and the « Physical » »11. L’identité du mental et du corporel, soutient Feigl, en accord du reste avec la doctrine de Smart à ce sujet, n’est pas de type logique ou a priori ; il s’agit donc d’une identité synthétique et empirique. Le monisme matérialiste dont se réclame Feigl laisse donc subsister la distinction des propriétés, ou tout au moins des « modes de connaissance » (connaissance directe ou connaissance indirecte) d’une même réalité fondamentale, ou d’un même événement : « C’est précisément un des avantages de la théorie de l’identité, que d’écarter la dualité de deux ensembles d’événements corrélés, pour la remplacer par la dualité bien moins embarrassante de deux façons de connaître le même événement - l’une directe, l’autre indirecte »12.

  • 13 Au sujet de la relation entre spinozisme et théorie du double aspect, selon la lecture qu’en propos (...)
  • 14 H. Feigl, « The « Mental » and the « Physical » », V, p. 465.
  • 15 H. Feigl, « Mind-Body, Not a Pseudoproblem », pp. 371-372.

8Si Feigl ne revendique pas un parallélisme explicite, au sens de la doctrine philosophique de la corrélation systématique de « deux ensembles d’événements », sa théorie de l’identité semble pourtant proche, bien plus encore que celle de Smart, d’une théorie du double aspect ; théorie proche de celle des « deux aspects » dont certains éléments trouveraient leur origine, suivant l’interprétation qu’en donnait W. James, par exemple, dans le spinozisme13. La dualité conceptuelle du physique et du mental, qui engage une irréductibilité de type gnoséologique, entre des modes de connaissance, se trouve donc réaffirmée. Le matérialisme moniste de la théorie de l’identité, en l’occurrence, refuse tout réductionnisme logique ou sémantique, et paraît de la sorte réhabiliter le mind-body problem : l’identification du problème du corps et de l’esprit à un faux problème, notamment par les théoriciens du béhaviorisme philosophique, est décrite par Feigl comme un échec14. Ainsi, Feigl soutient la thèse de l’inadéquation de la perspective philosophique d’une « dissolution du problème du corps et de l’esprit », promue notamment par Ryle, mais aussi par Wittgenstein, qui récusait dans les Recherches philosophiques le postulat de l’inhérence à l’esprit d’états psychiques, considérés comme des états par essence privés et internes. Le béhaviorisme philosophique de Ryle, comme la critique wittgensteinienne du solipsisme et du mentalisme d’obédience cartésienne, articulée au rejet de la doctrine d’une intériorité mentale et de la thématique classique de l’introspection, ou du regard intérieur, éluderaient le problème du corps et de l’esprit au lieu de le résoudre. Ces philosophies du « langage ordinaire » ne sauraient en effet, et par définition, rendre compte de ce qui constitue cependant pour Feigl la singularité du mental, à savoir l’expérience directe, en première personne, sur le mode intra-subjectif d’un accès privilégié, « d’états ou de processus » réassignables à l’ordre général de la conscience : telles les « sensations brutes (raw feels) », notion dont la théorie béhavioriste niait précisément l’intelligibilité et la pertinence épistémologique15. Il apparaît ainsi que la théorie de l’identité psychophysique, et plus précisément psycho-neurophysiologique, si elle rejette assurément le dualisme ontologique dans son acception classique, ne récuse pas pour autant la distinction théorique, ou gnoséologique, de l’intérieur et de l’extérieur, du privé et du public. Or cette distinction trouve également son origine, nous l’avons remarqué, dans le cartésianisme, puisqu’elle constitue une prémisse théorique cruciale de la doctrine des « deux mondes », selon la terminologie de The Concept of Mind. Contrairement à la perspective théorique défendue par Wittgenstein et Ryle (perspective qui paraît d’ailleurs difficilement compatible avec le projet de réduction du psychique au neurophysiologique), le postulat moniste et matérialiste des corrélations neuropsychiques n’invalide pas pour autant l’idée d’une vie intérieure et d’une activité mentale inhérente au sujet. De sorte que, dans le cadre de la théorie de l’identité proposée par Feigl, le problème du corps et de l’esprit retrouve sa pertinence théorique, et ne saurait être considéré comme le produit d’une « confusion conceptuelle », ou encore d’une erreur de catégorie originaire.

  • 16 Ibid., p. 372.
  • 17 cf. Gottlob Frege, « Sens et dénotation » [Zeitschrift für Philosophie und philosophische Kritik, 1 (...)
  • 18 H. Feigl, « Mind-Body, Not a Pseudoproblem », p. 374.

9Une tension interne se dessine ainsi dans la thèse de l’identité : la réduction stricte, ontologique, des états psychiques aux états physiques, dans le cadre de la science neurophysiologique, se double du constat de l’impossibilité d’une réduction conceptuelle. À ce titre, il semble que la notion de correspondance terme à terme soit sujette à caution, selon Feigl lui-même. S’il est possible en philosophie de l’esprit de postuler un isomorphisme entre les processus mentaux et les processus cérébraux auxquels ils se réduisent, à partir des données de la science et des travaux des neurophysiologistes, cet isomorphisme, qui ne doit pas s’entendre au sens dualiste d’une co-occurrence, mais dans le sens général d’un monisme, est dépourvu de toute nécessité logique, et ne peut être considéré que comme une hypothèse scientifique utile16. De sorte que cette thèse de l’identité ne peut valoir comme une thèse métaphysique, ou même un postulat indépassable en philosophie de l’esprit. Cette identité n’est pas en effet, selon Feigl, celle d’une correspondance stricte, ou terme à terme, entièrement nécessaire. La contingence logique de l’identité du mental et du physique explicitement posée dans la théorie psychophysique de Feigl se comprend en référence à la distinction, originairement établie par G. Frege, entre Sinn (sens) et Bedeutung (dénotation). Selon Frege, rappelons-le, la dénotation d’un signe (nom, proposition), ce à quoi il réfère ou « ce qu’il désigne », se distingue de son sens, dans lequel en revanche « est contenu le mode de donation de l’objet » ; ainsi, une seule et même entité, in re, peut posséder deux sens différents, dans la mesure où les divers modes de donation de cette même entité sont indépendants l’un de l’autre17. La reprise explicite de cette théorie de Frege dans « Mind-Body, Not a Pseudoproblem », indique que l’identité du corps et de l’esprit est une identité de dénotation, non exclusive d’une dualité de sens18. Cette représentation moniste, d’un point de vue ontologique, de la relation psychophysique, s’accompagne ainsi de la thèse d’une spécificité gnoséologique du mental par rapport au physique, en jeu dans la notion de « raw feels » et de « connaissance directe ». Par là se mesure l’écart engagé par la théorie de l’identité, dans l’analyse philosophique singulière, voire paradoxale, qu’en propose H. Feigl (analyse qui procède simultanément d’une lecture neuropsychologique et d’une critique de la réduction logique du mental au physique), avec la perspective wittgensteinienne ou celle du béhaviorisme philosophique : celles-ci refusaient d’accorder une pertinence théorique effective aux concepts d’intériorité et d’activité intra-mentale, comme à ceux d’introspection et de connaissance directe pour la description du phénomène de la pensée.

  • 19 Ibid., p. 376.

10Il est à ce titre remarquable que le rejet du réductionnisme strict conduise Feigl à se réapproprier, comme théorie concurrente du dualisme métaphysique d’obédience cartésienne, le postulat classique d’une dualité conceptuelle du physique et du mental, déjà formellement en jeu dans le parallélisme spinoziste, et reprise dans les théories du double aspect. Ainsi, écrit Feigl à la fin de « Mind-Body, Not a Pseudoproblem », au sujet de la théorie de l’identité : « Au lieu de concevoir deux domaines ou deux types concomitants d’événements, nous n’avons qu’une seule réalité, qui est représentée dans deux systèmes conceptuels différents - d’une part celui de la physique, et d’autre part celui de la psychologie phénoménologique (phenomenological psychology) »19. C’est cette sorte de « dualisme » conceptuel, corrélatif d’un monisme ontologique, qui gouverne précisément la redécouverte, dans le cadre de la théorie de l’identité, du mind-body problem.

Notes

1 J.J.C. Smart, « Sensations and Brain Processes », Philosophical Review, 1959. Article repris dans une version à peine modifiée in Philosophy of Mind, Contemporary Readings, ed. by Timothy O’Connor and David Robb, Routledge, 2003, pp. 121-137.

2 U.T. Place, « Is Consciousness a Brain Process ? », British Journal of Psychology, 1956.

3 J.J.C. Smart, « Sensations and Brain Processes », p. 122.

4 Ibid., p. 123.

5 Ibid., p. 124. (Nous traduisons).

6 Ibid., p. 122.

7 Ibid., p. 128.

8 Ibid., p. 124.

9 Ibid., p. 124.

10 H. Feigl, « Mind-Body, Not a Pseudoproblem », in Dimensions of Mind, ed. by Sidney Hook, New York University Press, 1960.

11 H. Feigl, « The « Mental » and the « Physical » », in Minnesota Studies in the Philosophy of Science, vol. 2, University of Minnesota Press, 1958, I, p. 372. Traduction française : H. Feigl, Le « Mental » et le « Physique », traduction de l’anglais par Christine Lafon et Bernard Andrieu, traduction de l’allemand par Fabien Schang, introduction par Bernard Andrieu, L’Harmattan, 2002 (p. 75).

12 H. Feigl, « The « Mental » and the « Physical » », VI, p. 473. (Nous traduisons).

13 Au sujet de la relation entre spinozisme et théorie du double aspect, selon la lecture qu’en propose W. James, cf. supra, partie II, chap. IV, pp. 114-118.

14 H. Feigl, « The « Mental » and the « Physical » », V, p. 465.

15 H. Feigl, « Mind-Body, Not a Pseudoproblem », pp. 371-372.

16 Ibid., p. 372.

17 cf. Gottlob Frege, « Sens et dénotation » [Zeitschrift für Philosophie und philosophische Kritik, 1892], in Ecrits logiques et philosophiques, traduction et introduction de Claude Imbert, Seuil, 1971, collection Points Essais, p. 103. Remarquons que Frege différencie expressément le sens de la représentation, quant à elle « entièrement subjective », qui peut être associée au signe. En conséquence, le sens d’un terme ou d’une proposition (son mode de donation) n’est pas ici de l’ordre d’une image mentale interne (Ibid., pp. 105-107).

18 H. Feigl, « Mind-Body, Not a Pseudoproblem », p. 374.

19 Ibid., p. 376.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search