Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

II. Étudiants et diplômés maghrébins face à la « crise ». Emploi, chômage et insertion professionnelle

Gagnants et perdants de la transition libérale. L’insertion professionnelle des diplômés en Tunisie

Saïd Ben Sedrine

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1L’enseignement supérieur revêt la plus haute importance pour le développement économique et social. Les plans successifs de la Tunisie indépendante (neuf depuis 1956) soulignent constamment la corrélation entre investissement en capital humain et croissance économique à long terme. Le rapide essor de l’effectif étudiant a été favorisé par l’étatisation du système d’enseignement et la garantie d’emploi offerte aux diplômés dans le secteur public.

2Depuis la seconde moitié des années quatre vingt, avec le tournant libéral sur le plan économique, le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur occupe une place centrale dans la politique active du marché de l’emploi. L’insertion professionnelle de cette population n’est pas plus difficile que celle des autres sortants d’un système éducatif fort sélectif. Mais, comme partout dans le monde, les diplômés du supérieur exercent une forte pression politique et sociale qui les propulse au-devant de la scène médiatique au cours des années quatre-vingt-dix.

3Cette période est marquée par la libéralisation progressive de l’économie tunisienne partiellement intégrée aujourd’hui à l’économie européenne par un accord de libre échange. Toutefois, le secteur privé, en cours d’expansion, n’offre pas suffisamment d’emplois pour compenser les effets de la restructuration et de la privatisation des activités du secteur public. Son modèle de développement, axé sur la compétitivité par la baisse des coûts salariaux et la recherche du profit à court terme, ne favorise pas le recours aux diplômés du supérieur qui ont encore une forte exigence salariale.

4Durant cette période de transition libérale, l’enseignement supérieur passe par une phase de forte croissance de l’effectif étudiant qui traduit le passage progressif d’un enseignement élitiste à un enseignement de masse. L’évolution divergente entre la demande globale de la main d’œuvre hautement qualifiée et le flux croissant des diplômés n’est pas sans effets sur les caractéristiques de leur processus d’insertion professionnelle.

5Cependant, le déclin des emplois offerts dans le secteur public n’affecte pas en même temps ni à la même vitesse les différentes catégories de diplômés du supérieur, car certaines activités du service public ont subi plus que d’autres le processus de libéralisation économique. Les diplômés en difficulté sont ceux dont les débouchés correspondent aux activités les plus touchées par la privatisation et la réforme de la fonction publique. Après une expérience de recherche vaine de l’emploi souhaité, ils sont contraints d’ajuster à la baisse leurs attentes, notamment salariales, pour pouvoir éventuellement accéder à un emploi dans le secteur privé.

  • 1 La littérature de la Banque Mondiale sur la transition libérale distingue « des perdants » et « des (...)

6Le chômage des diplômés interpelle de plus en plus la politique active du marché de l’emploi. Depuis la seconde moitié des années quatre-vingt, un dispositif a été créé pour aider les « perdants »1 de la libéralisation à s’insérer. Une part importante du flux annuel, issue de certaines filières de formation, accède au premier emploi grâce au dispositif SIVP 1 (stage d’initiation à la vie professionnelle) qui est devenu le principal instrument de régulation de l’insertion professionnelle au cours des années quatre-vingt-dix.

7Dans ce nouveau contexte macro-économique marqué par le rationnement de l’emploi public et privé, nous proposons d’analyser comment se structure et se différencie le processus d’insertion professionnelle, comment évoluent les comportements des perdants de la transition libérale, comment s’opère enfin, la régulation de l’insertion par l’intervention de l’État et par les mécanismes du marché du travail segmenté.

  • 2 Les données sur le processus d’insertion que nous utilisons dans cette étude sont longitudinales.

8Pour ce faire, nous étudierons successivement l’ampleur et la structure du développement de l’enseignement supérieur, les attentes des diplômés au seuil de la vie active, la différenciation du processus d’insertion en terme de stabilisation, de comportements de recherche d’emploi et d’ajustement des espérances aux conditions du marché durant la période d’observation de ce processus. Enfin, nous réfléchirons sur le rôle et l’efficacité de la politique d’aide à l’insertion professionnelle des diplômés du supérieur2.

D’un enseignement supérieur élitiste à un enseignement de masse

9La Tunisie a connu au cours de la période récente un très fort développement de l’enseignement supérieur caractérisé par un accroissement des inscrits et par conséquent de mauvaises conditions des études, notamment dans les établissements de type faculté. Nombre d’indices attestent de la progression, tant absolue que relative, de cet enseignement. Les effectifs étudiants sont passés de 41 000 à 155 000 entre 1986 et 1999, soit une croissance annuelle moyenne de 21 %. Durant la même période le flux annuel des diplômés a évolué avec un taux de croissance annuel moyen de 20 % (17 000 diplômés en 1999 contre 4 700 en 1986). La croissance des effectifs doit se poursuivre au cours des prochaines années pour donner, en l’an 2006, un taux de scolarisation égal à 23 % pour la tranche d’âge des 20-24 ans (contre 13 % en 1995), signe manifeste du passage d’un enseignement élitiste à un enseignement supérieur de masse.

10L’effort financier de l’État n’a pas suivi la croissance de l’effectif étudiant. Les coûts unitaires de fonctionnement de l’enseignement supérieur en dinar 1990 ont baissé de 2 462 DT en 1981 à 1 390 DT en 1994 (S. Zouari-Bouattour et alii, 1996). Le coût unitaire est devenu alors inférieur au seuil d’efficacité dans la mesure où les établissements fonctionnent de plus en plus dans des conditions difficiles : étudiants trop nombreux, détérioration des locaux et des installations, manque de ressources pour les dépenses autres que les traitements et les salaires. Il en résulte une forte sélectivité et un mauvais rendement interne de l’enseignement supérieur (S. Ben Sedrine, 1998a).

11Deux phénomènes expliquent une telle progression de l’effectif étudiant. D’un côté, les jeunes et les familles ont accru leur demande éducative fortement subventionnée par les fonds publics ; le prolongement des études est perçu comme une garantie d’accès à l’emploi. De l’autre, l’enseignement supérieur académique est la seule perspective offerte aux élèves du secondaire, car le système éducatif n’est pas adossé au système de formation professionnelle ou à un enseignement post-secondaire professionnalisé (A. Halleb, S. Ben Sedrine et A. Mahjoub, 1996).

12

GRAPHIQUE 1. Évolution de l’effectif des diplômés du supérieur entre 1981 et 1998

GRAPHIQUE 1. Évolution de l’effectif des diplômés du supérieur entre 1981 et 1998

13La maîtrise du taux de réussite au baccalauréat et la mise en place d’un système d’orientation universitaire fortement centralisé sont les principaux moyens de régulation de la demande de formation. Depuis très longtemps, les bacheliers insatisfaits de leur orientation universitaire et les non bacheliers estimant pouvoir réussir leur bac ailleurs, se dirigent vers un pays d’Europe, du Maghreb ou du Machrek pour échapper aux effets très sélectifs de cette régulation (S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1999). Si le rapide essor des effectifs a permis à des groupes traditionnellement moins favorisés d’avoir davantage accès à l’enseignement supérieur, celui-ci reste élitiste, les étudiants issus de familles aisées y étant sur-représentés (tableau 1).

14La structure du flux des étudiants formés en Tunisie ou à l’étranger est dominée par la présence des diplômés issus des filières moyennes et longues (bac+4 et bac+6). Il s’agit donc d’une population à la fois relativement pléthorique et aux exigences salariales correspondant à cet investissement en capital humain.

  • 3 Voir à ce sujet l’analyse critique des recommandations de la Banque mondiale par Karim Ben Kahla, « (...)

15Une enquête récente montre que 65 % des étudiants inscrits dans l’ensemble des facultés tunisiennes estiment que l’Université doit les préparer à la vie active (M. Belajouza et M.-N. Romdhane, 1999). Le débat actuel -faut-il ou non professionnaliser des filières de l’enseignement supérieur ?3 – est ainsi arbitré en faveur de cet objectif par la majorité des étudiants. De ce point de vue, l’étude de l’insertion professionnelle des diplômés du supérieur qui révèle l’interaction entre le système éducatif et le système d’emploi, permet d’apprécier l’efficacité externe de l’investissement public et privé en capital humain à une époque où les contraintes budgétaires se font largement sentir.

16

TABLEAU 1. Origine socioprofessionnelle des élèves (en %)

TABLEAU 1. Origine socioprofessionnelle des élèves (en %)

Source : Banque Mondiale, Stratégie d’éducation et de formation au niveau du secondaire, décembre 1993.

L’attente des diplômés : accéder à un emploi stable dans le secteur public

17La politique économique et sociale de la Tunisie a été toujours marquée par le rôle dominant de l’État dans la production et la distribution de la richesse pour maintenir un équilibre social. Le secteur public a permis la gratuité de l’enseignement et la garantie de l’emploi jusqu’à la première moitié des années quatre-vingt ; l’État a joué son rôle régulateur sur le marché de l’emploi grâce à la rente pétrolière. Ainsi, plusieurs générations successives ont construit un même idéal de mobilité sociale : pousser le plus loin possible les études et obtenir un emploi stable dans le secteur public.

  • 4 La taille de la file d’attente des candidats à l’emploi est croissante traduisant ainsi le déséquil (...)

18Le modèle d’emploi stable a déterminé la stratégie de recherche d’emploi au moment d’entrée dans la vie active. Les diplômés en lettres, en sciences humaines et en sciences fondamentales ont orienté leur recherche d’emploi exclusivement vers le secteur public, tandis que les économistes, les gestionnaires et les ingénieurs se sont dirigés simultanément vers les deux secteurs (public et privé). La première catégorie cherchait à obtenir un poste de professeur dans l’enseignement secondaire qui demeure encore aujourd’hui leur débouché principal4. En revanche, le second groupe, composé des « perdants » de la transition libérale, a été contraint d’ajuster son comportement de recherche d’emploi aux nouvelles configurations du marché du travail en gardant toujours l’espoir d’accéder à un emploi dans le secteur public.

19L’insertion professionnelle est un processus, c’est-à-dire une succession de situations par lesquelles l’individu transite avant de se stabiliser dans ce type d’emploi. Comme nous l’avons déjà souligné, du point de vue des diplômés, la stabilisation du processus d’insertion reste associée à l’emploi dans le secteur public qui a été fortement rationné au cours des années quatre-vingt-dix. Plusieurs comportements sont alors observés lorsque la recherche n’aboutit pas. Certains préfèrent continuer la recherche en situation de chômage, d’autres décident de poursuivre des études de troisième cycle pour éviter le statut de chômeur, d’autres encore, ne supportant plus les coûts financier et psychosociologique du chômage, poursuivent leur recherche en occupant un emploi d’attente (S. Ben Sedrine 1998b). Ces différents comportements donnent ainsi plusieurs trajectoires individuelles d’insertion professionnelle.

TABLEAU 2. Secteur d’orientation de la recherche d’emploi par discipline de formation selon l’année d’obtention du diplôme supérieur

TABLEAU 2. Secteur d’orientation de la recherche d’emploi par discipline de formation selon l’année d’obtention du diplôme supérieur

Source : Enquête S. Ben Sedrine, Processus d’insertion professionnelle des diplômés du supérieur de 1991 et 1993.

  • 5 L’obtention d’un diplôme de troisième cycle qui débouche sur un poste dans l’enseignement supérieur

20L’évolution du taux de stabilisation de l’insertion traduit en effet des conditions d’insertion professionnelle contrastées suivant les disciplines de formation et corrélées à la politique de recrutement du secteur public. Les diplômés de lettres, sciences humaines et sciences fondamentales (LSHSF) ont le meilleur taux de stabilisation, car leur débouché professionnel principal est l’enseignement secondaire qui échappe encore à la logique de libéralisation. Au contraire, les ingénieurs et les gestionnaires qui sont les victimes de la privatisation des entreprises publiques et de l’austérité budgétaire dans la fonction publique, ont un processus d’insertion très lent. La stabilisation de certains se produit après une période de poursuite d’études sanctionnée par un diplôme supérieur qui débouche sur un emploi dans le secteur public5. Pour d’autres la stabilisation résulte de la réussite à un concours dans le secteur public après plusieurs tentatives vaines.

21Faute d’emploi stabilisateur dans le secteur public, les diplômés sont contraints d’accepter des emplois d’attente dans le secteur privé ou de poursuivre des études de troisième cycle pour accéder plus tard à un emploi stable dans l’enseignement supérieur en cours d’expansion. En effet, le taux de stabilisation des gestionnaires, des économistes et des juristes s’améliore à la fin de la période d’observation du processus d’insertion pour atteindre le même niveau que celui du groupe LSHSF (graphique 2). Toutefois la situation des ingénieurs demeure difficile quarante deux mois après la date d’obtention du diplôme. Le problème se pose d’une façon particulièrement aiguë aux ingénieurs agronomes.

22

GRAPHIQUE 2. Évolution du taux de stabilisation de la cohorte de juin 1991

GRAPHIQUE 2. Évolution du taux de stabilisation de la cohorte de juin 1991
  • 6 Un modèle d’analyse discriminante est construit pour identifier les caractéristiques particulières (...)

23Nos enquêtes longitudinales invitent les diplômés occupés à classer leur emploi en « emploi d’attente » ou « emploi stabilisateur de l’insertion ». Ce classement est évidemment subjectif mais l’analyse statistique rigoureuse6des caractéristiques objectives de l’emploi occupé montre bien que le binôme d’emploi est associé à deux contenus différents en termes de salaire offert, d’adéquation de la formation, de type de contrat de travail et de statut juridique de l’employeur et de la profession exercée. En effet, en Tunisie, l’appartenance au secteur public, la durée indéterminée du contrat de travail, l’adéquation du niveau de formation à l’emploi et l’exercice de la profession d’enseignant sont les caractéristiques spécifiques de l’emploi stabilisateur du processus d’insertion. Inversement, l’appartenance au secteur privé, la durée déterminée du contrat de travail et l’exercice de la profession d’agent commercial sont les caractéristiques particulières de l’emploi d’attente (S. Ben Sedrine, 1998b).

24L’observation du processus d’insertion sur une longue période montre généralement que la vitesse de stabilisation de l’insertion est lente, puisque 80 % de la cohorte est stabilisée quarante-deux mois après la date d’obtention du diplôme. Ce processus pourrait devenir encore plus lent avec le développement de la libéralisation économique et de la précarité de l’emploi. Dans ce cas, les diplômés perdant l’espoir d’accéder à un emploi stable seraient contraints de modifier leurs attentes et leurs comportements en fonction des nouvelles configurations du marché du travail. A cet égard, le repérage de la stabilisation du processus d’insertion par l’accès à l’emploi stable ne serait plus pertinent et la période d’insertion prendrait fin quand la personne occupe durablement des positions instables (M. Verniéres, 1995). Le déroulement du processus d’insertion au cours des années quatre-vingt-dix révèle donc des changements prédicateurs de rupture avec les situations du passé.

Ajustement des attentes aux nouvelles conditions du marché du travail

25La sortie du chômage dépend de trois probabilités : celle de trouver un emploi, celle de l’accepter et enfin celle d’être accepté par l’employeur. La première année du processus d’insertion est dominée par le chômage ; c’est particulièrement le cas pour les juristes, les économistes et les gestionnaires (DEG). Au cours de cette première année, une part importante du chômage a un caractère frictionnel ; certains refusent des emplois jugés mal rémunérés ou ne correspondant pas à leur formation. Cette attitude est relativement fréquente chez les économistes et les gestionnaires. C’est le cas respectivement de 32 % et 33 % des diplômés de 1991. Après quelques mois de chômage, certains diplômés atténuent leurs exigences et acceptent un emploi de qualité inférieure à celui souhaité. D’autres décident de sortir du chômage pour poursuivre des études de troisième cycle en vue d’augmenter plus tard leur chance d’insertion professionnelle. Enfin, pour les diplômés privilégiés, la sortie du chômage débouche sur l’emploi stabilisateur de l’insertion. Ces différentes trajectoires expliquent la décroissance du taux de chômage durant la période d’observation du processus d’insertion.

26

GRAPHIQUE 3. Évolution du taux de chômage de la cohorte de 1991

GRAPHIQUE 3. Évolution du taux de chômage de la cohorte de 1991

27Pour étudier le problème d’ajustement entre l’offre et la demande, nous accordons un intérêt particulier à l’analyse des salaires exigés par les diplômés du supérieur en les comparant aux salaires du marché, puis à la qualité de l’emploi en terme de correspondance avec le niveau et la spécialité de formation.

28Au début du processus de recherche de l’emploi, chaque demandeur fixe le salaire qu’il souhaite obtenir : c’est le salaire de réserve au-dessous duquel il n’accepte pas une offre du marché du travail. Étant donné que l’information sur le marché est toujours imparfaite, l’individu peut fixer un niveau de salaire supérieur à celui du marché. Dans ce cas, lorsque le coût financier et psychosociologique du chômage devient élevé, le diplômé est conduit à réviser à la baisse ce salaire après une certaine période de recherche d’emploi. Celle-ci se déroule dans un contexte de rationnement de l’emploi dans les secteurs public et privé. L’ajustement à la baisse du salaire de réserve ne favorise la sortie du chômage que si le diplômé trouve un emploi et remplit les conditions fixées par la politique de recrutement de l’employeur.

29

TABLEAU 3. Refus de l’emploi par discipline de formation de la cohorte de 1991 (en %)

TABLEAU 3. Refus de l’emploi par discipline de formation de la cohorte de 1991 (en %)

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine, Processus d’insertion professionnelle des diplômés du supérieur, 1991-1995.

  • 7 SMIG 48 heures = 170.352 dinars et SMIG 40 heures = 149.237 dinars en 1997.

30La comparaison du salaire de réserve à celui qui est effectivement obtenu permet de voir s’il y a eu un ajustement de leur salaire de réserve et de mesurer aussi l’ampleur de ce phénomène parmi les diplômés du supérieur. Les résultats obtenus montrent que le salaire moyen de réserve (SR) est supérieur à celui du marché (SM) aussi bien pour les hommes que pour les femmes. En 1997, le salaire du marché offert aux diplômés du supérieur représente environ 1,8 fois le SMIG du régime de 48 heures et 2 fois le SMIG du régime de 40 heures alors que le salaire exigé par les diplômés représente respectivement 2,3 ou 2,7 fois le SMIG7.

31Parmi la population qui a obtenu un emploi dans le secteur privé, 79 % des hommes et 73 % des femmes l’ont décroché en acceptant une baisse égale à environ le tiers de leur salaire de réserve. Le reste est composé de diplômés dont l’exigence salariale est adaptée à l’offre du marché.

32Parmi les diplômés qui n’ont pas obtenu un emploi durant toute la période d’observation du processus d’insertion, 72 % des hommes et 69 % des femmes demandent un salaire supérieur à celui du marché. Probablement, le coût du chômage supporté n’est-il pas encore assez élevé pour les conduire à ajuster leur salaire de réserve à celui du marché. Toutefois, il importe de remarquer que 28 % des hommes et 31 % des femmes appartenant à cette population de chômeurs n’ont pas obtenu un emploi bien que leur salaire de réserve soit égal ou inférieur au salaire moyen du marché. Ainsi, l’ajustement à la baisse du salaire de réserve est une condition insuffisante pour accéder à un emploi dans un contexte où ce dernier est rationné.

TABLEAU 4. Salaire mensuel moyen de réserve (SR) et salaire mensuel moyen du marché (SM) par sexe

TABLEAU 4. Salaire mensuel moyen de réserve (SR) et salaire mensuel moyen du marché (SM) par sexe

Unité en dinars (1 dinar = 1,2 dollars US= 5,20 francs français)
Source : S. Ben Sedrine, A. Halleb et M. Bouchrara, Enquête auprès des demandeurs d’emplois inscrits aux bureaux d’emplois, mars 1998.

33

TABLEAU 5. Distribution des diplômés par sexe selon l’écart entre leur salaire de réserve (SR) et le salaire du marché (SM) en %

TABLEAU 5. Distribution des diplômés par sexe selon l’écart entre leur salaire de réserve (SR) et le salaire du marché (SM) en %

Source : S. Ben Sedrine, A. Halleb et M. Bouchrara, Enquête auprès des demandeurs d’emplois inscrits aux bureaux d’emplois, mars 1998.

Ajustement des attentes et déclassement

34Les attentes des diplômés ne s’expriment pas seulement en terme de salaire. Elles concernent aussi d’autres caractéristiques de l’emploi, notamment sa correspondance au niveau et à la spécialité de formation du diplômé. À cet égard, un faible taux d’adéquation de la formation à l’emploi traduit le déclassement sur le marché et une forme d’ajustement contraint des comportements des diplômés : « la définition du phénomène n’est pas évidente. Le déclassement peut, en effet, être considéré comme un mouvement global ou spécifique à certaines formations, il peut s’apprécier dans le temps de la personne ou dans celui de la société, il peut être vu comme un processus objectif ou subjectif, statistique ou psychosociologique. Dans tous les cas il exige un point de référence » (J. Rose, 1998 : 86). Le point de vue des diplômés est ici notre référence pour aborder ce sujet. Dans le langage de la théorie de job search, on pourrait dire que, dans un contexte de pénurie d’emplois, les jeunes réduisent leur « emploi de réservation », acceptant plus volontiers un emploi déqualifié, notamment pour ceux d’origine sociale modeste qui ne supportent plus le coût du chômage.

35Le problème de la pénurie se pose différemment pour les filières de formation ; celles qui sont les moins demandées par le secteur public subissent plus fortement que les autres le déclassement sur le marché du travail. En effet, les disciplines qui débouchent sur l’enseignement public (LSHSF) se distinguent par un niveau élevé du taux d’adéquation de la formation à l’emploi, tandis que les gestionnaires et les ingénieurs, souvent rejetés par le secteur public, ont plutôt un faible taux d’adéquation. La baisse de l’emploi dans ce secteur et l’augmentation simultanée du nombre de diplômés, conduit les employeurs à fixer des critères de recrutement plus exigeants, en embauchant à des niveaux supérieurs aux nécessités de l’emploi selon le principe bien connu « qui peut le plus, peut le moins ». Cette attitude génère, en cascade, des effets de dévaluation des diplômés. Le déclassement est aussi un mode de gestion de la main d’œuvre, permettant, grâce au chômage, de sous-rémunérer les plus formés et d’accumuler en précaution une main d’œuvre compétente et plus aisément adaptable ultérieurement. Il constitue une modalité de « flexibilisation du coût du travail ». (J. Rose 1998)

36Une étude monographique sur la politique de recrutement des diplômés du supérieur dans le secteur bancaire tunisien, qui joue un rôle stabilisateur du processus d’insertion, montre que la concurrence entre les candidats internes, soutenus par le syndicat et les candidats externes, raréfie l’emploi offert aux diplômés et conduit ainsi au déclassement sur le marché du travail (A. Bel Hadj et F. Ben Ferjani, 1998). Les candidats ne sont plus en concurrence dans un espace du travail homogène où la flexibilité du salaire assure le plein emploi, mais en compétition pour un emploi rationné, dont l’exclusion peut renvoyer à l’insécurité du travail sur le marché secondaire (J. Vinokur, 1995).

37La pénurie globale d’emplois, en contraignant les jeunes à accepter la première opportunité de travail qui s’offre à eux, freine ainsi l’adéquation entre formation et emploi occupé. Une explication sociologique peut être donnée à ce phénomène. En effet, partant de points de vue théoriques différents, Pierre Bourdieu (1978) et Raymond Boudon (1973) arrivèrent à des conclusions finalement assez voisines sur le déclassement professionnel.

38Selon P. Bourdieu, l’accroissement de la demande d’éducation parmi les catégories sociales les plus modestes, en raison du caractère public du système éducatif, provoque un accroissement de la demande des autres groupes sociaux qui entendent préserver leur avantage comparatif. L’accroissement des diplômes entre alors en contradiction avec la structure des emplois et la « dialectique de la dévaluation et du rattrapage tend ainsi à se nourrir elle-même ». En ce sens, on peut dire qu’il y a « inflation des titres scolaires », puisqu’ils perdent de leur valeur.

39R. Boudon (1973) attribue l’augmentation de la demande d’éducation aux effets des décisions individuelles fondées sur le bénéfice attendu de la formation en termes de mobilité sociale et sur le souhait de préserver ou conquérir une position sociale favorable : « Lorsque la demande d’une catégorie sociale augmente, les autres doivent augmenter la leur sous peine de voir leurs espérances sociales réduites (...). L’augmentation générale de la demande d’enseignement a pour effet que l’individu doit, d’une période à l’autre, payer un prix, mesuré en temps de scolarité, plus élevé, pour un bien (espérances sociales) de valeur constante » (215-216).

40Le mouvement d’accélération de la demande d’éducation s’auto-entretient et les difficultés d’accès aux emplois s’accentuent.

41

TABLEAU 6. Taux d’adéquation de la formation à l’emploi des cohortes de 1991 et de 1993 (Emplois occupés entre 1991 et 1995)

TABLEAU 6. Taux d’adéquation de la formation à l’emploi des cohortes de 1991 et de 1993 (Emplois occupés entre 1991 et 1995)

Source : Enquête S. Ben Sedrine, Processus d’insertion professionnelle des diplômés du supérieur, 1991-1995.

Politiques d’emploi et politiques de formation des diplômés du supérieur

42Depuis 1985, les pouvoirs publics ont commencé à définir une politique d’aide à l’insertion professionnelle en partant de l’explication du chômage des diplômés, d’abord par le dysfonctionnement du marché lié à une information imparfaite sur l’offre et la demande (d’où la création d’un bureau d’emploi spécialisé dans le rapprochement des deux composantes du marché), ensuite par l’insuffisance et l’inadaptation de la formation aux exigences des employeurs préférant recruter des diplômés titulaires d’une expérience professionnelle. Étant donné que la formation universitaire n’est pas une formation en alternance, le problème d’insertion devient un cercle vicieux : pour accéder à l’emploi, il faut de l’expérience professionnelle ; mais pour la justifier, il est nécessaire de décrocher un emploi. L’analyse des pouvoirs publics conduit alors à la nécessité de rompre ce cercle vicieux en offrant aux diplômés en difficulté l’opportunité de faire des stages d’initiation à la vie professionnelle (SIVP 1), formule inspirée de la politique d’emploi des jeunes en France. Durant la période du stage de deux ans, l’État accorde une bourse et prend en charge les cotisations à la sécurité sociale des diplômés et des employeurs (S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1997).

43Avec le temps, ce dispositif public revêt de l’importance dans le processus d’insertion professionnelle des diplômés du supérieur, plus particulièrement parmi les diplômés rejetés du secteur public. Ainsi, au cours des années quatre-vingt-dix, les ingénieurs et les diplômés en gestion ou en économie ont constitué les catégories les plus utilisatrices du dispositif SIVP 1 qui leur a offert une situation d’attente de l’emploi stable souhaité.

  • 8 Au cours des années 90, les diplômés du supérieur ont bénéficié de deux campagnes nationales. La pr (...)

44Les données les plus récentes indiquent un développement de l’intervention de ce dispositif. Sous l’effet de la campagne nationale d’emploi en 19988, l’effectif bénéficiaire de l’aide à l’insertion est devenu le double de l’année précédente. Quelle que soit la conjoncture économique, les diplômés du supérieur occupent constamment une place privilégiée dans la politique active du marché de l’emploi. En 1997 et 1998, ils représentaient respectivement 35 % et 44 % de l’ensemble des jeunes bénéficiaires des différents programmes d’emploi, alors que leur poids relatif dans le flux annuel des sortants du système d’éducation et de formation est nettement moins important.

45En dépit de la croissance de l’offre, les stages SIVP 1 sont rationnés et font l’enjeu d’une forte compétition sociale, comme semble l’indiquer le fonctionnement de ce dispositif. Le mariage entre la demande et l’offre de stage SIVP 1 se réalise fréquemment en dehors du bureau d’emploi. Le rôle de ce dernier se limite simplement à offrir aux deux parties la possibilité de transformer leur contrat oral en un contrat écrit, leur permettant de bénéficier des avantages du dispositif d’aide à l’insertion. Par conséquent, le programme risque d’être aussi sélectif que le marché du travail.

46

TABLEAU 7. Proportion des bénéficiaires d’un stage SPVP 1 parmi les diplômés qui ont accédé à un emploi entre 1991 et 1995 (en %)

TABLEAU 7. Proportion des bénéficiaires d’un stage SPVP 1 parmi les diplômés qui ont accédé à un emploi entre 1991 et 1995 (en %)

Source : Enquête S. Ben Sedrine, Processus d’insertion professionnelle des diplômés du supérieur, 1991-1995.

47Les diplômés considérés a priori les plus employables seraient donc ses bénéficiaires. Au cours de ces dernières années, le ministère de l’Emploi a fixé au programme SIVP 1 deux objectifs simultanés : aider à l’insertion des diplômés en difficulté et améliorer ainsi l’encadrement au sein des entreprises. Les deux objectifs auraient pu être complémentaires mais ce ne fut pas souvent le cas. La gestion de ce programme a révélé que ce double objectif est de nature à laisser la porte ouverte à divers types de déviation et notamment au clientélisme de type « régionaliste » (S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1997). Ainsi, l’entreprise qui est incité à améliorer son taux d’encadrement, peut opérer un écrémage du marché du travail. Autrement dit, la population qui a une forte employabilité sur le marché, se substitue à celle qui est ciblée par le programme SIVP 1. Dans un souci d’efficacité, il est donc utile de prévoir des instruments différents pour les deux objectifs.

TABLEAU 8. Distribution des stagiaires « SIVP 1 » à Tunis selon le montant du complément à la bourse, 1998

TABLEAU 8. Distribution des stagiaires « SIVP 1 » à Tunis selon le montant du complément à la bourse, 1998

Source : S. Ben Sedrine et Halleb, Enquête sur les contrats de stages « SIVP 1 » conclu à Tunis, 1998.

48Le statut du stagiaire SIVP 1 est d’ailleurs ambigu. S’agit-il de celui d’un étudiant en formation sur le tas ou bien d’un salarié déguisé ? Probablement, c’est ce second statut qui est perçu par les employeurs qui accordent un complément de bourse à une part importante des stagiaires : environ 56 % des jeunes obtiennent un complément inférieur à 300 dinars (1 500 francs) tandis que 9 % reçoivent un complément de bourse égal ou supérieur à ce montant. La rémunération de cette minorité devient proche de son salaire de réserve.

49Le dispositif d’aide à l’insertion n’implique pas seulement les entreprises privées. Il concerne aussi les ministères qui cherchent à contourner la contrainte budgétaire pour satisfaire leurs besoins en diplômés du supérieur. Tout semble indiquer que le dispositif donne le moyen au secteur privé et au secteur public de mobiliser à bon marché ces diplômés en leur offrant l’opportunité de longues périodes d’essai peu coûteuses. Pour éviter les abus, une réforme de la gestion du programme a été introduite en 1996. Mais l’augmentation de l’effectif des stagiaires en 1998, liée à la croissance des diplômés, risque d’exercer une forte pression sur les gestionnaires du programme.

  • 9 Pour certaines filières issues des facultés, le surcoût peut atteindre un coefficient de 3.

50Le stage SIVP 1 est souvent un emploi atypique mais qui pourrait déboucher sur une plus value en terme de formation pratique et de sociabilité professionnelle du diplômé. À cet égard, le coût global de la formation des diplômés du supérieur financé par les fonds publics est élevé car il comprend à la fois le coût de formation à l’Université et le coût du stage SIVP 1. Le coût réel à l’Université est déjà très élevé. Il dépend du coût unitaire de l’année universitaire dans la filière, de la durée des études et du coefficient de surcoût qui intègre les redoublements et abandons9. Le tableau ci-dessous donne une estimation des fourchettes de ce coût pour différentes disciplines.

Tableau 9. Coût unitaire d’un diplômé du supérieur en 1996

Tableau 9. Coût unitaire d’un diplômé du supérieur en 1996

Source : A. Halleb, A. Mahjoub et S. Ben Sedrine, Étude stratégique n° 11, Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi, Tunis 1996.

51Si on admet l’hypothèse que la difficulté d’insertion est en partie liée à la formation, le problème doit être alors de changer la politique de formation pour éviter le gaspillage de l’investissement en capital humain. L’incontournable réalité budgétaire fait qu’il faudra suivre l’augmentation des effectifs, améliorer la qualité de l’enseignement et favoriser l’insertion professionnelle des diplômés.

52Pour remédier aux déficiences de l’enseignement supérieur, une réforme globale des formations a été engagée : développement des filières courtes avec la création des instituts d’enseignement supérieur technologique (ISET), et réforme des études d’ingénieur, des maîtrises et des troisièmes cycles. La création des ISET semble avoir donné de bons résultats. Malheureusement, la réforme des maîtrises s’est heurtée à la réticence des enseignants et elle n’est pas fondée sur une étude des besoins du marché. Dans les faits, les programmes de formation sont construits selon le désir des enseignants. Les membres de chaque discipline mènent une lutte pour occuper une place centrale dans les programmes. De ce fait, la réforme pourrait conduire simplement à une recomposition des anciens programmes selon les nouveaux rapports de force entre les membres des différentes disciplines.

53Pour favoriser une réelle ouverture de l’Université sur son environnement, le défi principal est de rompre avec plusieurs tabous qui caractérisent la gestion interne et externe du système éducatif. La rigidité sociologique et politique du fonctionnement du système universitaire tunisien ne permet guère d’espérer des changements significatifs dans un proche avenir. À cet égard, sous l’effet de la croissance des effectifs, de la contagion des comportements corporatistes observés à l’Université, et de la culture de gestion dominante à l’intérieur et à l’extérieur des établissements, il n’est pas exclu que les ISET, conçus selon un modèle de fonctionnement en rupture avec le modèle dominant, puissent continuer à exister sans dévier de leurs objectifs.

54Sur le plan économique, l’insertion sera tributaire de la réussite des réformes conduites dans un cadre de libre échange avec l’Union européenne. Sans investissement dans des activités créatrices de forte valeur ajoutée, l’insertion professionnelle des diplômés du supérieur risque de devenir encore plus difficile.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BANQUE MONDIALE, 1993, Stratégie d’éducation et de formation au niveau du secondaire.

Ben Sedrine Saïd, 1998a, « Rendement interne de l’enseignement supérieur et mécanismes d’orientation universitaire » dans Plassard J.M et Ben Sedrine Saïd (éd.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, Toulouse : 91-104.

– 1998b, « Entrée dans la vie active et stabilisation des diplômés du supérieur » dans Plassard J.M et Ben Sedrine Saïd (éd.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, Toulouse : 297-310.

Ben Sedrine S., Cahuzac E. et Espinasse J.M., 1998, « Les maîtres tunisiens face au marché du travail, dix ans de dynamique » dans Plassard J.M et Ben Sedrine Saïd (éd.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, Toulouse : 311-328.

Ben Sedrine S. et Ben Salem L., 1998, « Le dispositif tunisien « SIVP1 » dans Plassard J.M et Ben Sedrine Saïd (éd.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, Toulouse : 91-104.

Ben Sedrine Saïd et Geisser Vincent, 1999, Le retour des diplômés tunisiens formés à l’étranger, Édition Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain et l’Institut National du Travail et des Études Sociales à Tunis.

Ben Sedrine Saïd et Geisser Vincent, 1997, « Les diplômés à la sortie de l’Université », Monde arabe-Maghreb-Machrek, Paris, La Documentation Française, n° 157.

Bel Hadj A. et Ben Ferjani M., 1998, Les pratiques de recrutement dans le secteur bancaire dans Plassard J.M et Ben Sedrine Saïd (éd.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, Toulouse : 197-215.

Boudon Raymond, 1973, L’inégalité des chances, la mobilité sociale dans les sociétés industrielles, Paris, Armand Colin, Collection U.

Bourdieu Pierre, 1978, Classement, déclassement et reclassement, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 18 : 2-22.

Halleb A, Mahjoub Azzam et Ben Sedrine S., 1996, Qualifications professionnelles et dispositif d’éducation et de formation, Étude stratégique n° 11, Tunis, Ministère du développement économique, Ministère de l’Éducation, Ministère de l’Enseignement supérieur et Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi.

Rose Jean, 1998, Les jeunes face à l’emploi, Paris, Éditions Desclée de Brouwer, collection sociologie économique : 260 p.

Vernieres Michel éd., 1995, Ajustement, éducation, emploi, Paris, Économica.

Vinokur A.(1995), « Réflexions sur l’économie du diplôme », Formation Emploi, n° 52 : 151-181.

Zouari-bouattour S et alii, 1996, Financement de l’éducation, Étude stratégique n° 20, Tunis, Ministère de l’Éducation et Ministère de l’Enseignement supérieur.

Notes

1 La littérature de la Banque Mondiale sur la transition libérale distingue « des perdants » et « des gagnants » de cette transition.

2 Les données sur le processus d’insertion que nous utilisons dans cette étude sont longitudinales.

3 Voir à ce sujet l’analyse critique des recommandations de la Banque mondiale par Karim Ben Kahla, « La “crise” de l’Université tunisienne passée au crible de la Banque mondiale ».

4 La taille de la file d’attente des candidats à l’emploi est croissante traduisant ainsi le déséquilibre entre l’offre et la demande.

5 L’obtention d’un diplôme de troisième cycle qui débouche sur un poste dans l’enseignement supérieur.

6 Un modèle d’analyse discriminante est construit pour identifier les caractéristiques particulières de chaque type d’emploi (S. Ben Sedrine 1998b).

7 SMIG 48 heures = 170.352 dinars et SMIG 40 heures = 149.237 dinars en 1997.

8 Au cours des années 90, les diplômés du supérieur ont bénéficié de deux campagnes nationales. La première a eu lieu en 1992 et la seconde en 1998.

9 Pour certaines filières issues des facultés, le surcoût peut atteindre un coefficient de 3.

Notes de fin

1 Enseignant en économie à l’Institut National du Travail et des Études Sociales (INTES), Université de Tunis III.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 1. Évolution de l’effectif des diplômés du supérieur entre 1981 et 1998
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre TABLEAU 1. Origine socioprofessionnelle des élèves (en %)
Légende Source : Banque Mondiale, Stratégie d’éducation et de formation au niveau du secondaire, décembre 1993.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU 2. Secteur d’orientation de la recherche d’emploi par discipline de formation selon l’année d’obtention du diplôme supérieur
Légende Source : Enquête S. Ben Sedrine, Processus d’insertion professionnelle des diplômés du supérieur de 1991 et 1993.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre GRAPHIQUE 2. Évolution du taux de stabilisation de la cohorte de juin 1991
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre GRAPHIQUE 3. Évolution du taux de chômage de la cohorte de 1991
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre TABLEAU 3. Refus de l’emploi par discipline de formation de la cohorte de 1991 (en %)
Légende Source : Enquête Saïd Ben Sedrine, Processus d’insertion professionnelle des diplômés du supérieur, 1991-1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 4. Salaire mensuel moyen de réserve (SR) et salaire mensuel moyen du marché (SM) par sexe
Légende Unité en dinars (1 dinar = 1,2 dollars US= 5,20 francs français)Source : S. Ben Sedrine, A. Halleb et M. Bouchrara, Enquête auprès des demandeurs d’emplois inscrits aux bureaux d’emplois, mars 1998.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre TABLEAU 5. Distribution des diplômés par sexe selon l’écart entre leur salaire de réserve (SR) et le salaire du marché (SM) en %
Légende Source : S. Ben Sedrine, A. Halleb et M. Bouchrara, Enquête auprès des demandeurs d’emplois inscrits aux bureaux d’emplois, mars 1998.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre TABLEAU 7. Proportion des bénéficiaires d’un stage SPVP 1 parmi les diplômés qui ont accédé à un emploi entre 1991 et 1995 (en %)
Légende Source : Enquête S. Ben Sedrine, Processus d’insertion professionnelle des diplômés du supérieur, 1991-1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre TABLEAU 8. Distribution des stagiaires « SIVP 1 » à Tunis selon le montant du complément à la bourse, 1998
Légende Source : S. Ben Sedrine et Halleb, Enquête sur les contrats de stages « SIVP 1 » conclu à Tunis, 1998.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 9. Coût unitaire d’un diplômé du supérieur en 1996
Légende Source : A. Halleb, A. Mahjoub et S. Ben Sedrine, Étude stratégique n° 11, Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi, Tunis 1996.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/736/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search