Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

I. Quelle université pour quels diplômés ? Approches socio-historiques de l'enseignement supérieur au Maghreb

L’expansion scolaire et universitaire au Maroc. Aspects et enjeux

Kamal Mellakh

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Au cours des quatre dernières décennies, l’enseignement au Maroc a connu un développement quantitatif considérable. Au lendemain de l’indépendance, une politique volontariste d’investissement dans le champ éducatif a très vite fait le consensus. Fondée sur la décentralisation des pôles de formation et la diversification des filières d’études, cette politique avait comme objectif la « marocanisation » de l’encadrement des secteurs clefs du développement (économie, éducation, santé, agriculture...). L’expansion de la scolarisation et la massification des effectifs à tous les niveaux de l’enseignement sont les conséquences d’une telle politique. Mais l’expansion quantitative de la formation a entraîné très rapidement des déséquilibres qualitatifs limitant considérablement le rendement interne et externe du système. En effet, l’accès à l’enseignement est loin d’être généralisé, les déperditions scolaires sont toujours importantes et le chômage des diplômés est en nette évolution. En même temps, la pression des demandes sociales d’éducation sont de plus en plus fortes. Les jeunes diplômés et leurs familles réclament avec insistance que le système de formation assure sa fonction d’intégration et de distribution des ressources.

2Cette contribution tente d’éclairer les évolutions paradoxales du système de formation scolaire et universitaire au Maroc.

Massification des effectifs et organisation sélective

3Les politiques publiques en matière d’éducation et de formation se sont articulées, au lendemain de l’indépendance de 1956, autour de quatre mots d’ordre nationalistes : l’unification, l’arabisation, la marocanisation et la généralisation. Il s’agissait de faire valoir un enseignement en langue arabe, dispensé par des maîtres nationaux, ouvert au plus grand nombre d’enfants, dont les programmes et les horaires devaient s’unifier (Moatassime, 1978 : 32). L’évaluation de cette politique éducative a donné lieu à une importante littérature critique autant sur la nature de l’enseignement, les méthodes pédagogiques, que sur le problème des débouchés ou celui de la langue véhiculaire (Sekkat, 1977 ; Baina, 1981 ; Souali, Merrouni, 1981 ; Salimi, 1985). Les critiques à ces sujets ont été parfois très virulentes. Mais au-delà de la portée de celles-ci, la politique scolaire mise en ouvre a incontestablement contribué au développement de l’éducation dans le Royaume.

4La progression vertigineuse des effectifs d’élèves et d’étudiants marque bien une expansion sans précédent des « scolarités » dans la société marocaine.

TABLEAU 1. Évolution des effectifs scolaires au Maroc (1956-1998)

TABLEAU 1. Évolution des effectifs scolaires au Maroc (1956-1998)

5En effet, le contexte général de la période de la première décennie d’indépendance a été propice au développement de la scolarisation dans le sens de l’intérêt national. Les exigences de l’édification de bases institutionnelles pour la monarchie et la nécessité d’une restructuration de l’État chérifien, de l’économie et des secteurs sociaux ont été autant de facteurs favorables à un fort investissement dans le champ de la formation des cadres. Ainsi, en une seule année, soit de 1956 à 1957 (année de l’indépendance politique du pays), les effectifs scolaires sont passés de 415 151 à 625 659. Par un Dahir (décret royal), paru en novembre 1963, l’enseignement est déclaré obligatoire pour tous les enfants âgés de 7 à 13 ans. En 1966, le nombre d’individus scolarisés atteignait 1 321 786. Durant les dix années d’indépendance, les effectifs ont ainsi doublé. Cette évolution régulière et rapide, survenue durant une période relativement courte, n’allait pas sans remettre en cause la politique scolaire suivie jusqu’ici. Si les slogans nationalistes restaient légitimes (l’unification, l’arabisation, la marocanisation et la généralisation), l’obligation de contrôler les flux s’était progressivement imposée. La généralisation de l’enseignement, comme utopie nationaliste d’une école accessible à tous, devait changer de sens. L’ordre du jour n’était plus de promouvoir la démocratisation de l’enseignement entre les individus et les régions. Le nouvel objectif assigné au développement de l’éducation était plutôt de favoriser la consolidation de l’État moderne et la conquête de l’indépendance économique. Aussi, les efforts à fournir en matière d’éducation avaient-ils pour but de former les cadres techniques et administratifs susceptibles de prendre la relève des coopérants étrangers (principalement français). Le système scolaire devint alors plus sélectif, engendrant de nombreuses inégalités, notamment sur le plan du sexe (garçons/filles) et du milieu (urbain/rural).

Des disparités en fonction du sexe et du milieu de vie

  • 1 Données tirées du Recensement général de la population et de l’habitat de 1994, Direction de la sta (...)

6D’après le recensement général de la population marocaine réalisé en 1994, prés de sept femmes sur dix contre quatre hommes sur dix sont analphabètes. Pour les jeunes âgés de moins de 25 ans, le taux d’analphabétisme est presque deux fois plus fort chez les filles que chez les garçons1. Ces différences entre les sexes reflètent une scolarisation de base plus faible pour les filles. L’écart filles/garçons constitue encore aujourd’hui une des caractéristiques majeures de l’accès au système scolaire marocain.

TABLEAU 2. Répartition de la population scolarisée par sexe au sein de chaque niveau d’enseignement (en %)

TABLEAU 2. Répartition de la population scolarisée par sexe au sein de chaque niveau d’enseignement (en %)

Source : DIRECTION DE LA STATISTIQUE, 1994, Recensement général de la population et de l’habitat, Rabat.

  • 2 Contrairement à la Tunisie, où il touche l’ensemble du territoire.

7De l’école primaire à l’Université, les filles connaissent une moindre participation que les garçons. Toutefois, la présence des filles à l’intérieur du système scolaire et universitaire prend de plus en plus un aspect évolutif. Les filles ont considérablement amélioré leur situation depuis l’indépendance. Les effectifs féminins dans le secondaire ont été multipliés par dix entre 1966 et 1980, alors que les effectifs des garçons n’ont été multipliés que par cinq pour la même période. L’évolution des effectifs féminins est encore plus spectaculaire dans l’Enseignement supérieur. Entre 1965 et 1990, les filles ont multiplié leurs effectifs par quatre-vingt contre dix-huit pour les garçons. Cependant, ces évolutions masquent de profonds déséquilibres en fonction du milieu urbain/rural. À cet égard, on ne soulignera jamais assez qu’au Maroc, le développement de la scolarisation moderne est avant tout un phénomène urbain2. N’abritant que 37 % des Marocains, les grandes villes du Royaume (Casablanca, Rabat-Salé, Fès, Marrakech, Oujda, Kénitra, Meknès, Tétouan, Tanger, Safi, Agadir, Khribga, et Beni-Mellal) accueillent les deux tiers des effectifs scolaires. Sur dix enfants scolarisés dans le primaire, plus de sept sont d’origine urbaine à un moment où 48 % de la population marocaine réside toujours en milieu rural. À l’échelle nationale, pour l’ensemble des enfants de la tranche d’âge 7-14 ans, 32 % ne sont pas scolarisés. Cette proportion atteint 50,6 % dans les campagnes contre seulement 7,9 % en ville (CERED, 1996 : 107). Ainsi, la croissance accélérée des effectifs scolaires à tous les niveaux de l’enseignement marocain (fondamental, secondaire et supérieur) masque des distorsions en fonction du sexe et du milieu urbain/rural. En effet, les inégalités sociales persistantes influencent aussi d’une manière très nette l’évolution des effectifs scolaires et universitaires.

Les Fassis, les « classes moyennes » et les autres : une différenciation des demandes sociales de scolarisation

8L’examen de l’évolution des effectifs scolaires dans l’enseignement fondamental et dans le supérieur laisse apparaître une demande sociale différenciée. Alors que les effectifs scolarisés dans l’enseignement supérieur n’ont cessé de croître depuis l’indépendance, l’évolution de l’enseignement fondamental a connu une stagnation, voire même une certaine baisse.

  • 3 La variable «  origines sociales  » est absente des statistiques scolaires officielles disponibles (...)

9La baisse des effectifs scolarisés dans l’enseignement fondamental contraste avec la poussée régulière des effectifs étudiants. Depuis 1960, l’effectif global des étudiants s’est accru avec un taux annuel de 11 % chez les garçons et de 15 % chez les filles. Toutefois, il n’est pas aisé d’évaluer l’évolution de ces effectifs en fonction des différences sociales. Nous ne disposons pas de données chiffrées indiquant précisément les origines sociales des élèves et des inscrits à l’Université3. Toutefois, il semble que la croissance rapide des effectifs de l’enseignement supérieur s’est opérée au profit des enfants des « classes moyennes » montantes (enseignants, cadres moyens et supérieurs de la fonction publique). En revanche, le faible accès à l’école primaire concerne surtout les enfants issus des groupes domestiques urbains à faible revenu, de même que les enfants, notamment les filles, issus du petit paysannat. Ainsi, les inégalités des conditions marquent fortement les rapports que les différents groupes sociaux marocains entretiennent avec le système scolaire.

Évolution du taux de scolarisation au Maroc entre 1984 et 1992 (en %)

Évolution du taux de scolarisation au Maroc entre 1984 et 1992 (en %)
  • 4 On peut comparer cette stratégie avec celle développée actuellement par certaines familles sfaxienn (...)
  • 5 Cf. aussi dans le présent ouvrage, la contribution de Larbi Ibaquiil, «  Université et mobilité soc (...)
  • 6 Cf. sur ce sujet la contribution de Pierre Vermeren, «  Hautes études commerciales et dynamique soc (...)

10La bourgeoisie fassie (originaire historiquement de le ville de Fès), implantée aujourd’hui dans la plupart des villes du Maroc, investit traditionnellement dans la scolarisation des enfants pour s’accaparer ou conforter sa position dans les principaux lieux du pouvoir économique et politique du Royaume4. L’expérience familiale et la fortune du clan sont mobilisées en vue de bien scolariser la descendance, les projets de mobilité sociale étant associés à la réussite par et à l’école5. La puissance de ce groupe repose autant sur ses compétences historiques dans la négociation marchande (grand commerce, spéculation immobilière, industrie du textile...) que sur sa forte mobilisation du capital scolaire pour parvenir à la haute administration (Bennhaddou, 1993). Avec le processus de « libéralisation » du système scolaire marocain, l’accès à l’enseignement supérieur privé (ex. l’Université américaine Al Akhawayn) et aux Grandes Écoles de type occidental (HEM, HEC...)6 est désormais au centre des stratégies scolaires de ce groupe.

11À l’inverse, les groupes sociaux les plus démunis, résidant dans les quartiers périphériques et les bidonvilles, issus de l’exode rural, parviennent à supporter avec beaucoup de peine le coût d’un investissement scolaire à long terme. Les ressources que ces familles allouent à la scolarisation de leurs enfants sont maigres. Ne pouvant se passer des revenus procurés par l’activité professionnelle de leurs fils ou de leurs filles (dans la plupart des cas précaire), la sortie de l’École vers le marché du travail est souvent prématurée.

12Ce sont finalement les « couches sociales moyennes » qui parviennent le plus massivement à inciter leurs enfants à envisager l’École à travers une vision promotionnelle du devenir social. Des fortes demandes scolaires et sociales sont exprimés par ces couches (fonctionnaires, cadres....) qui sont conduites à rivaliser, avec plus ou moins de succès, avec les stratégies scolaires de la haute bourgeoisie. Cependant, cette dernière tend à faire jouer son influence politique et économique pour limiter l’accès au réseau de prestige formé par les établissements de la mission française (Lycée Descartes à Rabat, Lycée Lyautey à Casablanca, lycée Victor Hugo à Marrakech...). Ce réseau, réputé d’excellence scolaire, est certainement le plus rentable socialement, mais il est de plus en plus difficile d’accès pour un nombre croissant de familles appartenant aux couches moyennes. Ces familles cherchent parfois à négocier un meilleur reclassement scolaire et social de leurs enfants grâce notamment aux établissements supérieurs d’enseignement privé (écoles supérieures privées de finances, de commerce, d’informatique ou de management), venant ainsi compenser la quasi-impossibilité de s’inscrire au sein du réseau de prestige. Ces établissements qui ont vu leurs nombre triplé en une décennie, sont principalement fréquentés par les enfants issus des couches sociales moyennes et aisées.

  • 7 À titre de comparaison, voir aussi Hocine Khelfaoui, «  Savoir, savoir diplômé et représentations s (...)

13Les disparités sociales d’accès à la scolarisation ne doivent pas occulter pour autant le rôle bien réel de l’école marocaine en tant que moyen de promotion sociale. Au lendemain de l’indépendance, le volontarisme nationaliste a été propice à l’expansion d’une école redistributive. L’École a été sollicitée pour assurer la mise en place d’un appareil administratif et le développement d’un secteur salarial moderne. Des milliers d’emplois ont été créés, ouvrant le chemin de l’ascension sociale à de larges catégories d’individus certifiés, qualifiés ou diplômés. Dans ce contexte d’émulation développementaliste, l’offre scolaire et universitaire s’est organisée en système de qualification, garantissant à ses détenteurs des avantages sociaux. L’Université s’est progressivement instituée dans l’imaginaire social des jeunes en situation scolaire comme une agence de fabrication de certificats et de diplômes, assurant un accès automatique au fonctionnariat et favorisant une promotion sociale rapide (Mellakh, 1997 : p 98)7. L’Université est investie par les jeunes et leurs familles comme une clef pour accéder à des emplois majoritairement administratifs, c’est-à-dire non-productifs. Jusqu’à récemment, le mode de développement du système scolaire et universitaire s’est forgé en liaison avec la formation d’agents de l’État, de cadres techniques et administratifs. La Fonction publique marocaine, absorbant massivement les jeunes lauréats de l’enseignement secondaire et supérieur, s’est constituée en tant que « structurant fondamental » de l’emploi des diplômés. Cependant, suite aux recommandations des organismes financiers internationaux (Banque Mondiale, Fonds Monétaire International), une politique d’ajustement structurel a limité l’extension des investissements étatiques en matière d’éducation, de recrutement et de débouchés. Le chômage des diplômés est apparu alors inéluctable.

Le chômage des « trop diplômés » : nœud de la question sociale au Maroc ?

14Depuis le début des années quatre-vingt-dix, le Maroc connaît une montée en puissance de la rue où de larges franges de jeunes diplômés en chômage se mobilisent (manifestions, collectifs, pétitions, sit-in...) pour exprimer collectivement leur précarité face aux marchés public et privé de l’emploi. Une telle situation est d’autant plus paradoxale qu’il s’agit d’un pays en mal de développement, ne tirant pas encore pleinement profit de son personnel le plus qualifié. L’inadéquation entre le profil de ces diplômés et les besoins des entreprises est souvent évoquée pour expliquer ce paradoxe et elle semble d’ailleurs plus prononcée chez les titulaires de diplômes universitaires que chez les autres sortants du système scolaire. Les diplômés du supérieur contribuent de plus en plus à augmenter le volume du chômage, notamment en milieu urbain. Ainsi, en 1997, parmi la population citadine au chômage en quête d’un premier emploi, la proportion des diplômés de l’enseignement supérieur a atteint 30, 5 %. Tout se passe comme si le risque de chômage augmente au fur et à mesure que le niveau de diplôme s’élève. En effet, le taux de chômage est deux fois plus élevé chez les diplômés de l’enseignement supérieur que chez les diplômés de niveau moyen (diplômes de techniciens et de cadres moyens).

15

TABLEAU 3. Taux de chômage en milieu urbain selon le niveau de diplôme en 1997

TABLEAU 3. Taux de chômage en milieu urbain selon le niveau de diplôme en 1997

Source : DIRECTION DE LA STATISTIQUE, 1997, Activité, emploi et chômage en 1997, Rapport de synthèse, Rabat.

16Outre les difficultés croissantes à trouver un emploi à la sortie de l’Université, c’est la stagnation des jeunes diplômés dans le chômage qui constitue le phénomène le plus inquiétant : 84 % des sortants d’une formation universitaire sont en chômage depuis au moins un an. Pour ces chômeurs-diplômés de longue durée, les perspectives de passage du chômage à l’emploi apparaissent de plus en plus fermées, voir même désespérées.

17Par ailleurs, comme nous l’indiquions ci-dessus, les diplômés universitaires seraient, selon les chiffres de la Direction de la Statistique, plus touchés par le chômage que les sans-diplôme. Un tel constat marque le paradoxe, voire même le ridicule, de la situation des diplômés marocains du point de vue de l’insertion professionnelle. Les jeunes ayant des diplômes seraient plus vulnérables face au chômage que ceux qui en sont dépourvus. Cette observation, qui mériterait d’être corroborée par d’autres analyses, doit-elle nous conduire à conclure, de manière caricaturale, que les titres universitaires représenteraient aujourd’hui des obstacles à l’emploi ?

  • 8 Pour le cas de la Tunisie, Saïd Ben Sedrine montre bien comment certains emplois d’attente à caract (...)
  • 9 À l’issue des élections législatives de l’hiver 1997, le roi Hassan II a désigné M. Abderrhmane You (...)
  • 10 Comme solution pour résorber le problème du chômage des diplômés, le gouvernement marocain a mis en (...)

18Une telle question renvoie non seulement au problème crucial de la rentabilité des diplômes mais aussi aux attentes des sortants de l’Université : ces derniers acceptent-ils forcément toutes les propositions professionnelles qui se présentent à eux ? La réponse à cette question est délicate, dans la mesure où elle induit implicitement l’idée qu’il y aurait, d’un côté, des emplois nobles réservés aux diplômés du supérieur et, de l’autre, des emplois précaires, des petits boulots, destinés principalement aux sans diplômes et aux exclus du système scolaire8. Or, le manque de données détaillées à ce sujet et la rareté des études approfondies et rigoureuses, cherchant à vérifier les relations entre l’accès au diplôme, les variations des niveaux de qualification et le risques de chômage, rendent la compréhension du problème de l’adéquation très approximative. Certes, les difficultés d’insertion professionnelle des lauréats de l’enseignement supérieur sont bien réelles. Cependant, dans un contexte où le manque de qualification et de diplômes peut s’avérer préjudiciable pour intégrer les circuits « modernes » de l’emploi, la masse des sans-diplôme est contrainte de se rabattre pour survivre sur les petits métiers urbains et le secteur informel. Les données statistiques relatives à l’emploi, aux salaires et à la situation sociale des travailleurs dans ces milieux sont rares. Les catégories statistiques, qui sont aussi des catégories de mise en forme légale, ont beaucoup de mal à mesurer l’étendue du chômage et les conditions de travail dans le secteur informel. Il convient donc de lire les données officielles sur l’emploi-chômage des diplômés avec prudence (Bougroum, Ibourk, 1998) et d’éviter ainsi de tomber dans un discours catastrophiste et pessimiste qui associerait un peu trop vite l’Université à l’image d’une « usine à chômeurs ». Toutefois, ces statistiques ont le mérite de rendre compte de la situation de plus en plus vulnérable des diplômés du supérieur en matière d’insertion socio-économique. Le chômage des diplômés au Maroc est en train de se banaliser. Il devient chronique et durable, poussant de plus en plus de larges catégories de diplômés à se mobiliser publiquement pour exprimer leur mécontentement. Les diplômés-chômeurs n’hésitent plus désormais à multiplier les manifestations et les sit-in devant le Parlement et les ministères concernés, afin de tirer profit du « programme de changement » défendu par le gouvernement dit « d’alternance »9. Les manifestants crient le slogan du « droit constitutionnel au travail » et cherchent à pousser l’actuel gouvernement à entreprendre des mesures ponctuelles pour créer davantage d’emplois dans le secteur public. Se méfiant des programmes officiels d’aide à l’emploi, fondés sur l’auto-insertion et les stages de formation et de qualification10, les diplômés au chômage réclament des emplois presque exclusivement dans la fonction publique (enseignement et administration centrale). C’est ici que le bât blesse, car les pouvoirs publics marocains, acquis à la nouvelle doctrine du développement (désengagement de l’État et privatisation) ne sont pas prêts à céder à ce type de revendications. Les objectifs macro-économiques ne doivent pas être sacrifiés, comme par le passé, au profit de la création d’emplois peu productifs, c’est-à-dire les postes administratifs qui ont constitué pendant longtemps le principal débouché pour les sortants des universités et des instituts supérieurs de formation des cadres. La création d’emplois doit désormais trouver une justification économique, conforme à l’orthodoxie néo-libérale prônée par la Banque mondiale et le FMI. C’est donc le développement de l’entreprise privée et sa « mise à niveau » qui, selon la nouvelle vision gouvernementale du développement, peuvent garantir une croissance économique durable et par là même générer les ressources nécessaires pour créer des emplois qualifiés. Or, de tels objectifs ne peuvent être atteints que sur une longue période, tandis que dans le même temps les flux de diplômés et les espoirs nourris à l’égard de l’Université continuent de croître. C’est probablement pour cette raison que le problème des diplômés-chômeurs risque de devenir le nœud de la question sociale au Maroc.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baina Abdelkader, 1981, Le système de l’enseignement au Maroc, Casablanca, Éditions Maghrébines.

Benhaddou Allai, 1993, « Reproduction sociale des élites marocaines et mouvement patronal », Cahiers de la Méditerranée, n° 46-47, juin-décembre.

Bougroum Mohamed et Ibourk Aomar, 1998, « La pertinence du salaire de réserve comme facteur explicatif d’accès à l’emploi : une application à des données longitudinales marocaines », Annales Marocaines d’Économie, n° 22-23.

CERED, 1996, Population infantile au Maroc : caractéristiques socio-démographiques et protection de l’enfant, Rabat, Direction de la statistique.

DIRECTION DE LA STATISTIQUE, 1997, Activité, emploi et chômage, rapport de synthèse, Rabat.

– 1994, Recensement général de la population et de l’habitat, Rabat.

Mellakh Kamal, 1997, Les lycéens et la socialisation au Maroc : enquête auprès des élèves des classes Terminales à Rabat, thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Roger Establet, Aix-en-Provence, Université de Provence.

Moatassime Ahmed, 1978, « La politique de l’enseignement au Maroc de 1957 à 1977 » dans Maghreb-Machrek, n° 79, Paris, La Documentation française.

Salimi Jamil, 1985, Crise de l’enseignement et reproduction sociale au Maroc, Casablanca, Éditions Maghrébines.

Sekkat Abdelhaq, 1977, La politique et l’enseignement au Maroc, Thèse d’État en droit, Grenoble.

Souali et Merrouni, 1981, « Questions de l’enseignement au Maroc », Bulletin Économique et Social du Maroc, n° 143, 144, 145 et 146.

Notes

1 Données tirées du Recensement général de la population et de l’habitat de 1994, Direction de la statistique, Rabat.

2 Contrairement à la Tunisie, où il touche l’ensemble du territoire.

3 La variable «  origines sociales  » est absente des statistiques scolaires officielles disponibles au Maroc.

4 On peut comparer cette stratégie avec celle développée actuellement par certaines familles sfaxiennes de Tunisie qui recourent largement au placement des enfants dans les meilleurs établissements scolaires, aux cours particuliers, ou encore aux séjours linguistiques à l’étranger (Angleterre, États-Unis, Allemagne...), afin de leur assurer un avenir socioprofessionnel. À l’instar des Fassis du Maroc, les Sfaxiens sont répartis dans l’ensemble du pays et notamment dans le Grand-Tunis, où ils détiennent une partie du capital industriel.

5 Cf. aussi dans le présent ouvrage, la contribution de Larbi Ibaquiil, «  Université et mobilité sociale au Maroc  ».

6 Cf. sur ce sujet la contribution de Pierre Vermeren, «  Hautes études commerciales et dynamique sociale au Maroc et en Tunisie dans les années 1990  », dans la troisième partie de cet ouvrage consacrée aux filières d’excellence.

7 À titre de comparaison, voir aussi Hocine Khelfaoui, «  Savoir, savoir diplômé et représentations sociales en Algérie  ».

8 Pour le cas de la Tunisie, Saïd Ben Sedrine montre bien comment certains emplois d’attente à caractère précaire se transforment avec le temps en emplois définitifs. Lassés d’attendre l’emploi dont ils rêvent, les diplômés finissent par accepter n’importe quel travail. Voir dans le présent ouvrage la contribution de S. Ben Sedrine, «  L’insertion socioprofessionnelle des diplômés tunisiens dans un contexte de transition libérale  ».

9 À l’issue des élections législatives de l’hiver 1997, le roi Hassan II a désigné M. Abderrhmane Youssoufi, leader de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) pour conduire un gouvernement de coalition  ; ceci a donné lieu à une situation politique inédite dans l’histoire du royaume chérifien.

10 Comme solution pour résorber le problème du chômage des diplômés, le gouvernement marocain a mis en place un programme d’action basé sur les stages de formation et d’insertion. Ce programme vise surtout à assurer l’adéquation entre le profil des diplômés et les besoins des entreprises et à impliquer plus intensément le secteur privé dans l’effort de la création d’emplois.

Notes de fin

1 Maître de conférence en sociologie à l’Université d’Agadir.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Évolution des effectifs scolaires au Maroc (1956-1998)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre TABLEAU 2. Répartition de la population scolarisée par sexe au sein de chaque niveau d’enseignement (en %)
Légende Source : DIRECTION DE LA STATISTIQUE, 1994, Recensement général de la population et de l’habitat, Rabat.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Évolution du taux de scolarisation au Maroc entre 1984 et 1992 (en %)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/733/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre TABLEAU 3. Taux de chômage en milieu urbain selon le niveau de diplôme en 1997
Légende Source : DIRECTION DE LA STATISTIQUE, 1997, Activité, emploi et chômage en 1997, Rapport de synthèse, Rabat.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/733/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search