Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

I. Quelle université pour quels diplômés ? Approches socio-historiques de l'enseignement supérieur au Maghreb

La construction du système universitaire tunisien. Flux croisés et importation des pratiques scientifiques

François Siino

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 Moncef Ben Slimane (1993), « Parcours et discours des réformes universitaires tunisiennes », Commun (...)

1Si la création de l’Université de Tunis en 1960 constitue un événement majeur pour un pays ayant recouvré son indépendance politique depuis seulement quatre ans, elle apparaît aux yeux de nombre d’observateurs de l’époque comme un fait d’évidence. Même à près de quarante ans de distance, rares sont ceux, comme le sociologue Moncef Ben Slimane, à s’étonner de ce que « cette création ne s’accompagnât pas d’un débat. L’explication – avance-t-il – peut être trouvée dans le climat de l’époque dominée par l’euphorie de l’indépendance et le pragmatisme politique de dirigeants encore auréolés de la légitimité historique de la lutte de libération nationale. En effet, la lecture des journaux de l’époque confirme bien l’absence de débat autour de la question lors de la mise en place de la première institution académique supérieure entourée d’une « aura » d’excellence et de légitimité. La question universitaire n’affleure dans l’actualité journalistique que par des encadrés révérencieux et presque mondains ; le ton solennel de la presse couvrait de silence les multiples questions que soulevait la nouvelle université »1.

2Les questions, pourtant, auraient pu ne pas manquer, concernant une institution appelée à former les futures élites de la jeune République tunisienne. Car une telle construction supposait un certain nombre de choix, plus ou moins contraints par l’histoire et la géographie, elle impliquait des ruptures ou des continuités plus ou moins bien assumées, mais toutes révélatrices des orientations du nouvel État tunisien.

Disqualification du modèle traditionnel, réappropriation d’un modèle colonial

3Le premier de ces choix est sans doute celui de disqualifier le système d’enseignement supérieur « traditionnel » incarné par la célèbre université de la mosquée Zitouna, institution plus que millénaire (fondée en 840). Le souci des nouveaux dirigeants nationalistes d’éliminer le centre de formation d’une élite potentiellement concurrente entraîne le démantèlement de cette pièce centrale de l’ancienne organisation sociale. Transformée en simple faculté de théologie, la Zitouna est absorbée par l’Université de Tunis et, au même titre que les autres, soumise à la tutelle du Secrétariat d’État à l’Éducation Nationale.

  • 2 Rappelons qu’à cette époque, les autres établissements relevant de l’enseignement supérieur sont l’ (...)

4Paradoxalement, c’est une institution datant de la période coloniale, l’Institut des Hautes Études de Tunis, créé en 1945 par les autorités françaises, qui vient servir de socle et d’inspiration pour jeter les bases du système d’enseignement supérieur tunisien (Kchir-Bendana, 1990). L’Université de Tunis, officiellement créée le 31 mars 1960, comprend cinq Facultés qui, à l’exception de la médecine, prolongent les enseignements auparavant dispensés par l’IHET : sciences mathématiques, physiques et naturelles ; lettres et sciences humaines ; droit, sciences politiques et économiques ; médecine et pharmacie ; théologie2.

5Ce choix d’un modèle « hérité » de l’ancienne puissance colonisatrice préfigure une familiarité avec le modèle français qui ira en s’approfondissant lorsque s’établiront d’intenses flux d’hommes traversant dans les deux sens la Méditerranée. Plus encore que les emprunts institutionnels, ce sont en effet ces hommes qui porteront avec eux des valeurs, des normes, des habitudes qui contribueront à façonner le système universitaire tunisien pour de nombreuses années.

La tunisification à marche forcée

  • 3 Mission qui sera précisée avec une précision mathématique par les perspectives décennales établies (...)

6Au-delà des raisons politiques et de la portée symbolique des orientations de départ de l’Université tunisienne, il faut replacer sa création dans le contexte général de cette période, dominé par un discours développementaliste qui est la référence ultime de toutes les actions entreprises par l’État tunisien indépendant. C’est ainsi que le système universitaire se voit fixer une mission avant tout quantitative : la production en masse de cadres supérieurs nécessaires au fonctionnement du système éducatif et de l’État en général3, sur la base d’un dispositif égalitariste garantissant au plus grand nombre l’accès aux études supérieures. Le combat de ce que l’on appelle alors la « tunisification » se déroule sur deux fronts : l’accueil d’étudiants en masse toujours croissante et la formation rapide d’enseignants du supérieur – c’est-à-dire de docteurs – sur la base d’une intense coopération universitaire avec la France.

7L’une des plus remarquables évolutions accompagnant la création de l’Université tunisienne est le total renversement de tendance dans l’origine « nationale » des étudiants. En 1956-57, les 600 étudiants tunisiens étaient encore minoritaires dans l’enseignement supérieur de leur pays nouvellement reconquis (44,4 % de l’effectif total). Six ans plus tard, en 1962-63, ils sont 2 903 et représentent 88 % de l’ensemble, ce qui correspond à une augmentation de 383 %. Du fait du départ de la grande majorité des étudiants français, majoritaires dans l’ancien système (IHET), la création de l’Université de Tunis coïncide ainsi avec une réappropriation nationale de l’enseignement supérieur par des étudiants tunisiens jusque là fortement minoritaires.

8Les données de la croissance globale sont éloquentes. En un peu plus de deux décennies, le nombre de 2 489 étudiants en 1958-59 a plus que décuplé, puisqu’ils sont 30 150 en 1979-80. Il s’agit là d’une croissance géométrique presque parfaite dans laquelle le nombre d’étudiants double en moyenne tous les six ans.

  • 4 Cette progression vers la parité se poursuivra par la suite. En 1995-96, l’écart n’est plus que de (...)

9On constate également une croissance soutenue de la population féminine sur les bancs de l’université. Pour la période considérée (1958-80), l’augmentation relative de cette population est beaucoup plus forte que celle des garçons puisque le nombre de filles est multiplié par 21,7 contre 10,2 pour les garçons. En 1958, les jeunes filles ne représentent que 16,4 % de l’ensemble ; en 1979, elles approchent du tiers de l’effectif (29,5 %)4. Cette progression se fait en dépit d’obstacles et de résistances socioculturelles plus fortes que pour leurs pairs masculins ; on sait par les enquêtes de Lilia Ben Salem (Ben Salem, 1969) que pour devenir étudiante, une jeune tunisienne doit être issue d’une famille relativement moins nombreuse, plus aisée et plus urbaine qu’un garçon.

10L’explosion globale du nombre d’étudiants tunisiens a d’autres causes que la seule persuasion dont essayent de faire preuve les dirigeants politiques qui l’appellent de leurs vœux. D’une part, l’option de la gratuité des études, affirmée dès 1960 qui ne sera pas remise en cause par la suite. D’autre part, la rapide extension d’un système « d’œuvres universitaires » (cités et restaurants pour étudiants) et surtout de bourses du gouvernement tunisien, censées permettre aux étudiants issus de milieux modestes de poursuivre leurs études supérieures. Au début des années soixante-dix, c’est plus d’un étudiant tunisien sur deux (50,7 % sur un total de 10 129) qui est boursier du gouvernement.

  • 5 Les jeunes étudiants tunisiens semblent plus confiants sur ce point que leurs pairs marocains, par (...)

11Enfin, cette politique inspirée par un égalitarisme méritocratique se conjugue avec la foi que les jeunes semblent avoir dans les possibilités d’une promotion sociale ultra-rapide. Le vide de responsables à tous les niveaux créé par le départ de l’ancienne puissance coloniale laisse entrevoir l’imminence d’un grand « appel d’air » vers le haut dont l’école, et surtout l’Université, sont les moteurs principaux5. Un changement d’attitude est aussi nettement sensible dans les familles, non seulement chez les plus pauvres, pour lesquels l’école constitue le seule voie d’ascension, mais aussi chez celles dotées d’un fort capital économique, à qui il n’échappe pas que l’instruction est en train de devenir l’une des meilleures garanties pour le conserver. Ainsi, par exemple, « même les gros propriétaires agricoles du Nord qui interrompaient jeunes les études de leurs fils pour qu’ils les aident à diriger leur propriété, ont tendance à laisser leurs enfants [...] poursuivre leurs études le plus loin possible » (Ben Salem, 1969 : 131).

Flux croisés et formation française

12Si la réappropriation de l’enseignement supérieur par les étudiants tunisiens est quasi-immédiate, il n’en va bien sûr pas de même pour les enseignants. Non seulement les enseignants étrangers sont encouragés à rester au sein de la jeune université pour assurer une transition dont on ignore encore la durée, mais par le biais des accords de coopération culturelle, les autorités tunisiennes tentent d’en attirer d’autres, à la mesure de leurs besoins (ce que l’on appellera la « coopération de substitution »).

13Parmi les enseignants étrangers exerçant dans les facultés tunisiennes, les Français sont très largement majoritaires. En 1970-71, soit dix ans après la création de l’Université de Tunis, ils représentent 92,3 % des coopérants dans le supérieur (290 sur 314 au total). Cette prééminence s’atténue dans les années qui suivent, mais ils sont encore 73 % en 1976-77 et 60 % en 1980-81.

14À cette noria de coopérants enseignants s’ajoute, en sens inverse, le flux de nombreux étudiants tunisiens qui partent effectuer tout ou partie de leur cursus supérieur à l’étranger, là encore le plus souvent en France. Le but de cette « coopération de formation » – au terme le plus court possible -est de remplacer les enseignants étrangers par des Tunisiens, de « tunisifier » l’enseignement supérieur, ultime étape sur la voie d’une indépendance effective.

  • 6 Des protocoles et conventions de coopération culturelle, scientifique et technique seront signés su (...)

15Ici aussi, le détail des chiffres est souvent incertain, mais les grandes tendances sont néanmoins claires : la première est la place centrale de la France qui, à travers les accords de coopération qui la lient à la Tunisie6, est le pays qui contribue le plus fortement à l’accueil d’étudiants tunisiens dans ses universités et à l’envoi d’enseignants en Tunisie ; la deuxième est la rapidité globale du processus de tunisification de l’enseignement supérieur, bien que de grandes disparités apparaissent entre les institutions.

16L’envoi d’étudiants tunisiens à l’étranger constituera longtemps l’un des leviers de la tunisification de l’université, puisqu’il s’agit de la seule possibilité de suivre des cursus qui n’existent pas encore en Tunisie : formation d’ingénieurs, spécialités de médecine, et plus important pour la formation d’enseignants du supérieur, les thèses de troisième cycle et de doctorat d’État. Dès l’indépendance du pays, le coût de ces formations sera en partie pris en charge par l’ancienne puissance coloniale, le gouvernement français attribuant chaque année un contingent de bourses destinées à des étudiants tunisiens venus se former en France.

17Dans ce domaine, la prédominance française confine au monopole pendant deux décennies. Quelques chiffres en donnent la mesure. Durant les années 1960, la France octroie aux étudiants tunisiens à peu près autant de bourses que leur propre pays (en moyenne 615 par an, contre 624 bourses tunisiennes). Ainsi, en 1970-71, elle accueille un peu plus de 80 % des boursiers tunisiens à l’étranger. Cette tendance s’amplifie puisqu’en 1977-79, ce chiffre est de 88 % (750 bourses françaises de toutes sortes contre environ 100 dans d’autres pays). Au cours de la décennie soixante-dix, le nombre de bourses de longue durée diminue (371 en 1973, 250 en 1977, 113 en 1980) mais cette tendance est compensée par l’augmentation des bourses de stage de courte et longue durée.

18La priorité accordée à la « production » d’enseignants du supérieur est attestée par la proportion d’étudiants inscrits en thèse de troisième cycle ou en thèse d’État : en 1973-74, ils représentent 60,6 % des 371 boursiers du gouvernement français. En 1976-77, à la demande tunisienne, les 250 bourses françaises leur sont entièrement réservées et en 1980, ces futurs enseignants-chercheurs sont encore au nombre de 225, soit 40,6 % des boursiers tunisiens en France (contre 138, soit 24,8 %, pour les futurs ingénieurs). C’est donc au sein des universités et des laboratoires français, sous la direction de professeurs et en compagnie de pairs français, que s’effectue la formation universitaire de la quasi-totalité des futurs enseignants-chercheurs de l’université tunisienne.

  • 7 Selon la Haute Commission de la réforme de l’Enseignement supérieur. Cf. Travaux des Commissions se (...)

19Ce quasi-monopole français tend à s’affaiblir à partir du début des années quatre-vingt avec l’apparition de coopérateurs concurrents, aux premiers rangs desquels les États-Unis, dont le Technology Transfer Program permettra la formation de 763 étudiants tunisiens, entre 1981 et 1990, principalement dans des filières d’ingénierie. Malgré l’apparition d’autres partenaires pour la coopération universitaire tunisienne (Allemagne, Canada), la France garde cependant une position prépondérante, puisqu’elle accorde encore en 1990 à elle seule 40,5 % des bourses étrangères accordées à des étudiants tunisiens7.

20La formation des futurs enseignants de l’université tunisienne est donc — au moins pendant les vingt premières années – fortement marquée du sceau de l’université française. Jusqu’au milieu des années 1970 – date à laquelle seront soutenues les premières thèses d’État en sciences préparées en Tunisie -, nombreux auront été les étudiants tunisiens à effectuer leur premier cycle en Tunisie avec des professeurs français (coopérants) et à terminer leur troisième cycle en France également, sous la direction de professeurs français.

21L’inversion des flux décrits – c’est-à-dire le retour en Tunisie d’étudiants possédant les diplômes nécessaires pour enseigner à l’université, et le départ progressif des enseignants étrangers – a pour résultat la « nationalisation » de l’enseignement supérieur. Comme le montre le graphique suivant (dont les courbes sont en miroir, puisqu’elles traduisent un pourcentage) les enseignants tunisiens partent d’un rapport défavorable (45,8 % contre 54,2 %) en 1961. Le seuil de la parité sera franchi une première fois dès 1965, mais à la fin des années soixante, le rapport est à nouveau défavorable aux enseignants tunisiens (42,1 % contre 57,9 %), dont les effectifs n’ont pas suivi le développement institutionnel et la croissance étudiante. En 1972 cependant, les courbes se croisent pour la dernière fois.

GRAPHIQUE 1. Enseignants tunisiens et étrangers dans l’université tunisienne Évolution en pourcentage (1961-1985)

GRAPHIQUE 1. Enseignants tunisiens et étrangers dans l’université tunisienne Évolution en pourcentage (1961-1985)

Source : Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

  • 8 En 1993-94, le rapport enseignants tunisiens/enseignants étrangers est de 92,9 % contre 7,1 %.

22À partir de 1974 et jusqu’en 1977, on observe une remontée de la proportion d’enseignants étrangers, due à l’ouverture de plusieurs établissements universitaires en province, qui accentue le besoin d’encadrement et retarde quelque peu le plan de relève prévu par les autorités tunisiennes. Au-delà de cette date, le processus est définitivement orienté vers la hausse de la proportion d’enseignants tunisiens et la diminution en conséquence des enseignants étrangers8.

23Cette relève « nationale » a impliqué une croissance extrêmement forte en valeur absolue du corps enseignant du supérieur. Celle-ci est même supérieure à la croissance étudiante dont on a relevé plus haut l’ampleur. Entre 1961-1962 et 1971-1972, le nombre d’enseignants tunisiens est multiplié par 5,5, passant de 54 à 295 personnes. Pendant les dix années suivantes, il sera à nouveau multiplié par 5 pour atteindre en 1981-82 le nombre de 1460.

Continuités et déséquilibres

24Rapidité d’un processus impulsé par l’État, parfois sur la base de déterminismes anciens, imprégnation profonde par le modèle académique français, ces caractéristiques structurelles de la naissance du système universitaire tunisien ne seront pas sans conséquences sur sa morphologie.

  • 9 Au début des années soixante-dix, le taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur varie entr (...)

25Une première observation concerne le déséquilibre qui marque assez rapidement son évolution et qui est en premier lieu d’ordre géographique. Contrairement aux États européens au sein desquels les universités se sont développées avant que ne se structurent les pouvoirs centraux et sont donc réparties en fonction de logiques territoriales antérieures multiples (Charle, Verger, 1994), le processus est ici le résultat du volontarisme politique d’un État centralisateur. Ainsi, jusqu’en 1974, aucun établissement universitaire ne s’éloigne de Tunis et de sa proche banlieue. Dans la deuxième partie des années 1970, une tentative de déconcentration universitaire essaye de corriger ce déséquilibre géographique qui désavantage fortement les jeunes tunisiens issus des régions les plus éloignées de Tunis et les plus globalement déshéritées9. Cette dynamique de déconcentration, qui se traduit par une forte croissance du nombre d’établissements en province, doit être nuancée de plusieurs remarques.

  • 10 Cette tendance se poursuivra pendant la décennie 1980, où Kairouan et sa Faculté de Lettres (1985) (...)

26Il faut tout d’abord noter que les nouvelles créations interviennent dans des zones qui jouissaient déjà des taux de scolarisation les plus forts. Jusqu’au début de la décennie 1980, sur 13 nouvelles Facultés, Écoles ou Instituts, 8 se situent à Sousse, Monastir et Sfax, 2 à Gabès. Il faudra attendre 1981 pour qu’une ville de l’intérieur comme Gafsa apparaisse sur la carte universitaire tunisienne10.

27Par ailleurs, il faut remarquer que les rares établissements créés dans des villes intérieures ont souvent un caractère technique qui tient plus au contexte industriel ou économique local qu’à une délocalisation des filières générales longues : ainsi de l’Institut supérieur technologique des industries et des mines de Gafsa, de l’Institut supérieur du textile de Ksar-Hellal ou de l’Institut supérieur d’élevage de Mateur.

28Enfin, précisons que, faute d’un encadrement de niveau suffisant et -surtout dans les filières scientifiques – de matériel et de moyens de fonctionnement, les facultés de province seront longtemps incapables d’assurer les formations de troisième cycle et l’initiation à la recherche. Ceci pénalisera à la fois les étudiants, obligés de converger vers Tunis, une fois accompli leurs deux premiers cycles, mais aussi la carrière des enseignants-chercheurs, dont les travaux de recherche nécessaires à leur avancement (en particulier la thèse d’État) ne peuvent s’accomplir sur place.

29Sous la férule d’un l’État qui se proclame pourtant ordonnateur d’un développement moderne et rationnel, la croissance du système universitaire tunisien reproduit ainsi un schéma spatial traditionnel, puisque la « poussée universitaire » tend à suivre le très ancien clivage littoral-intérieur, entre une Tunisie côtière urbanisée, alphabétisée et relativement industrialisée (la Tunisie « utile » du Protectorat), et un arrière-pays à activité dominante agricole plus déshérité.

30Un autre type de déséquilibre dans la croissance du système universitaire tunisien concerne les disciplines, et se traduit par une désaffection durable pour les sciences techniques par rapport aux filières plus classiques comme les lettres, les sciences sociales et le droit, les sciences fondamentales, la médecine... Les étudiants choisissant ces filières (celle de l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis ou de l’École Normale Supérieure d’Enseignement Technique) restent très minoritaires. En 1972, ils ne représentent que 3,5 % des effectifs totaux, contre 25 % en sciences fondamentales, 10,5 % en médecine, 44 % en lettres et sciences humaines et 17 % en droit et économie. Cette proportion atteindra 13 % au début des années quatre-vingt (peut-être grâce aux vertus de l’orientation informatisée mise en place en 1976), toute en restant constamment la plus faible de l’ensemble des filières.

  • 11 Ce mode de fonctionnement n’est pas sans rapport avec l’origine des premiers responsables de ces fi (...)

31Ce faible engouement étudiant pour les sciences techniques tient sans doute aux représentations dominantes, tant dans le système éducatif français que dans le système traditionnel tunisien, qui valorisent les disciplines classiques, censées former « l’honnête homme » (le ‘adîb en Islam), alors que les matières techniques relèvent plutôt de l’apprentissage. La formation d’ingénieur est la seule à connaître une dichotomie entre une filière d’excellence valorisante réservée aux meilleurs étudiants (dite filière « A »), qui s’effectue entièrement dans les écoles françaises, le reste de la formation s’effectuant en Tunisie s’en trouvant par là moins prisé11.

32Cette désaffection concerne également les enseignants qui considèrent plus valorisant de former les futurs docteurs de l’université tunisienne que des ingénieurs ou a fortiori des techniciens. Il n’est que de comparer le rythme du remplacement des coopérants étrangers dans deux établissements comme la Faculté des Sciences d’un côté, et l’École Nationale d’Ingénieur de Tunis de l’autre pour saisir l’importance du décalage.

33

GRAPHIQUE 2. Le remplacement des enseignants étrangers à la Faculté des Sciences de Tunis

GRAPHIQUE 2. Le remplacement des enseignants étrangers à la Faculté des Sciences de Tunis

Source : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

34Dans le premier cas (et le modèle est également valable pour les établissements de lettres et sciences humaines), les enseignants tunisiens, minoritaires au début deviennent majoritaires avant le milieu des années soixante-dix. Dans le deuxième, il faudra attendre jusqu’à la deuxième moitié des années quatre-vingt pour que les deux courbes se croisent pour la première fois.

35

GRAPHIQUE 3. Le remplacement des enseignants étrangers à l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis

GRAPHIQUE 3. Le remplacement des enseignants étrangers à l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis

Source : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

La fermeture du système

36L’obsession – compréhensible, venant des pouvoirs publics – de la dimension quantitative de la construction de l’enseignement supérieur en Tunisie entraîne inéluctablement une gestion dans l’urgence des flux de compétences. Les cadences élevées de remplacement des enseignants étrangers et d’accueil d’étudiants ont, entre autres conséquences, un changement très rapide du système ainsi mis en place.

37En une vingtaine d’années, la situation va se transformer radicalement : d’une configuration de départ (les années soixante) où des diplômés encore très rares étaient immédiatement « happés » par le système pour y occuper le plus rapidement possible les postes « virtuellement libres » des coopérants étrangers, on passe à une université désormais largement pourvue en cadres et qui n’en continue pas moins à produire chaque année des cohortes sans cesse plus nombreuses de diplômés (le début des années quatre-vingt).

  • 12 C’est-à-dire professeurs et maîtres de conférences.

38Aux facteurs « démographiques » s’ajoute, dans la première moitié des années soixante-dix, la mise en place d’un contrôle professoral sur l’entrée et la progression dans la carrière universitaire. Jusque là, une politique de recrutement très volontariste était directement organisée par l’administration de tutelle, favorisant l’embauche des diplômés et permettant des débuts de carrière très rapides. En septembre 1973, pour la première fois, sont édictés officiellement les statuts des enseignants du supérieur tandis que sont mis en place des jurys et des commissions de recrutement, majoritairement formés d’universitaires élus par leurs pairs. Ce texte, en même temps qu’il confère à l’université une certaine autonomie vis-à-vis de sa tutelle, donne aux professeurs12 le pouvoir de réguler et de contrôler l’accès aux postes et la progression dans le corps enseignant du supérieur.

  • 13 N. Chelbi, Professeur de biologie à la Faculté des Sciences de Tunis, lors de la Table-Ronde « La r (...)

39Ainsi, au début des années quatre-vingt, le système universitaire a déjà cessé d’être le consommateur massif de diplômés qu’il était jusque là. Les postes disponibles commencent à se faire relativement rares par rapport au nombre de candidatures, entraînant une rupture de la correspondance, longtemps quasi-automatique, entre diplôme et grade, et un renchérissement du « droit d’entrée ». Le problème, jusque là inconnu, des débouchés des diplômés de l’université commence à être ça et là ouvertement posé. En 1982, un enseignant de la Faculté des Sciences reconnaît au cours d’une Table-Ronde : « Nous pouvons dire qu’il y a maintenant en Tunisie un excédent de cadres [universitaires], à tel point que les commissions annuelles de recrutement des assistants se trouvent submergées par le nombre des candidats aux quelques postes disponibles »13.

40Ceux qui réussissent néanmoins à être recrutés voient le rythme des carrières se ralentir singulièrement par rapport à ce qu’il était quelques années seulement auparavant. Dans la première moitié des années quatre vingt, la frustration professionnelle qui en résulte poussera un certain nombre de ces « nouveaux entrants » à nourrir de grands espoirs dans le projet de mise en place d’une filière de recherche distincte de l’université (Siino, 1997 : 33), mais celle-ci ne verra jamais le jour.

L’importation de pratiques scientifiques

41Il convient de s’arrêter en dernier lieu sur un phénomène qui accompagne la construction du système universitaire tunisien, même s’il concerne surtout les sciences « dures » : l’importation de valeurs et de pratiques scientifiques françaises, facilitée par l’absence d’orientation scientifique préalable des jeunes étudiants tunisiens. En effet, en contradiction apparente avec un discours dominant qui fait état de « besoins particuliers » du pays et de « réponses précises » que peut y apporter la science, aucune orientation spécifique n’est fixée aux jeunes tunisiens partis à la conquête des plus hautes distinctions académiques, mais aussi de spécialisations scientifiques extrêmement pointues. Comme beaucoup d’universitaires auront l’occasion de le regretter par la suite, aucun « organigramme national » ne préside à la répartition des futurs docteurs dans les différents laboratoires et équipes de l’université française, destination de formation privilégiée, comme on l’a vu plus haut.

42Face à cette absence d’orientation, le modèle français joue en quelque sorte par défaut, selon un schéma assez simple : les jeunes tunisiens en train de se former en France ont été sélectionnés parmi les meilleurs de leur pays. La plupart obtiennent de très bon résultats dans les universités françaises. Dans de nombreux cas, c’est cette excellence qui contribue à les orienter vers les filières les plus « théoriques », c’est-à-dire les plus cotées, selon les critères universitaires français de l’époque, où ils acquerront surtout une expérience de la science la plus fondamentale.

43Les thématiques de recherche choisies par les premiers jeunes scientifiques tunisiens n’affectent pas seulement les quelques individus concernés au premier chef, mais vont indirectement conditionner l’évolution ultérieure de l’ensemble de la recherche universitaire tunisienne. En effet, ces jeunes scientifiques vont constituer la première génération qui va orienter les travaux des générations suivantes. Le laboratoire français dans lequel ils ont effectué leur spécialisation et soutenu leur thèse reste très durablement leur principal point d’ancrage, leur référence centrale dans la communauté scientifique française. Les liens scientifiques et humains qu’ils y ont noué au cours de plusieurs années de travail intense sont les plus forts qui les relient à une institution. C’est donc à ces laboratoires qu’ils adresseront leurs futurs étudiants, leur faisant par là-même emprunter une voie très proche de celle qu’ils ont eux-mêmes suivie. De véritables filières, basées sur des réseaux d’interconnaissance et des intérêts communs pour les mêmes problématiques se mettent en place dont il est difficile de s’écarter. La principale conséquence est une faible diversification des spécialisations scientifiques, le développement privilégié de certaines spécialités disciplinaires fondamentales sur la base du choix initial d’un « aîné ».

***

44Les conditions de la naissance et les premières années de fonctionnement du système universitaire tunisien ont fortement marqué son évolution ultérieure. Néanmoins, un bref regard sur la dernière décennie – qui coïncide avec la « deuxième République » instaurée par le général Ben Ali – fait apparaître à quel point certaines des orientations de départ ont été modifiées, accompagnant en cela le déplacement des priorités mises en avant par les pouvoirs publics.

45La formation en nombre des cadres de l’État et l’émancipation de la nation tunisienne dans son ensemble, mission initialement impartie à l’Université tunisienne, a cessé d’être un leitmotiv. Il ne s’agit pas non plus d’adapter les enseignements au marché de l’emploi existant, mot d’ordre régulièrement agité à partir des années soixante-dix. Aujourd’hui, on veut plutôt attendre de l’enseignement supérieur qu’il forme les compétences nécessaires dont le secteur privé a besoin pour s’adapter (ou tout simplement survivre) à un processus présenté comme celui de la libéralisation économique, entamé avec les plans d’ajustement structurel en 1986, et relancé en 1995 par l’ouverture programmée aux marchandises et aux capitaux de l’Europe et du reste du monde.

  • 14 Cette tendance s’illustre de façon exemplaire dans le traditionnel discours prononcé par le Préside (...)

46Ce glissement du référentiel de la politique éducative du supérieur s’accompagne d’une évolution très sensible du discours. Du développementalisme égalitariste des années soixante et soixante-dix qui visait une formation de masse, on est passé à un discours qui met de plus en plus en avant les formations dites « d’excellence », réservées à une élite porteuse des valeurs de compétition, d’ouverture, de performance...14

  • 15 Institut National des Sciences Appliquées et de Technologie (INSAT) à Tunis, ainsi que plusieurs In (...)

47Ces formations valorisées ne sont pas celles dispensées par les filières classiques de l’Université dont, de fait, les diplômés continuent à voir dans le secteur public leur principale chance d’échapper à la menace du chômage (Ben Sedrine, Geisser, 1997). Elles sont le résultat attendu d’institutions de création plus récente15 orientées vers la formation de techniciens et techniciens supérieurs dans diverses disciplines (génie mécanique, génie électrique et électronique, génie civil, informatique industrielle et de gestion, économie et administration des entreprises) perçues comme nécessaires à la « mise à niveau » des entreprises tunisiennes.

  • 16 En réalité, ces filières existaient déjà, mais elles étaient jusque là « délocalisées » à l’étrange (...)

48Parallèlement, l’évolution du discours évoquée plus haut a également rendu plus aisée la création de filières d’élite dont l’entrée fait l’objet d’une sévère sélection : École Polytechnique de Tunis, Institut Préparatoire aux Études Scientifiques et Techniques, projet de réactivation de l’École Normale Supérieure supprimée dans les années 198016.

49Ces nouvelles orientations n’échappent pas à une critique – émanant principalement des enseignants – dénonçant la mise en place d’un enseignement supérieur « à deux vitesses ». De fait, ceux-ci ressentent durement la paupérisation relative des établissements universitaires classiques (Facultés de science, lettres et sciences humaines, droit...) victimes d’une inversion du rapport de croissance entre étudiants et enseignants. Désormais, les premiers (même si la croissance est moins rapide qu’avant) croissent plus vite (multiplié par 3,5 de 1980 à 1995) que les seconds (multiplié par 2,7 sur la même période). À cette diminution du taux d’encadrement s’ajoute une baisse régulière des budgets de fonctionnement par rapport au budget de l’État, qui passent de près de 6 % en 1980 à 3,9 % en 1995. Quant au budget par étudiant, calculé en monnaie constante (1992), il est depuis plusieurs années en recul, passant de 1871 DT en 1992 à 1625 en 1995.

50La dégradation générale des conditions de travail dans les facultés, qui étaient auparavant les « poids lourds » dominants du système universitaire, atteste d’une certaine façon que la capacité à produire beaucoup de diplômés a cessé d’être la principale source de légitimité pour le système d’enseignement supérieur tunisien.

CHRONOLOGIE DE LA CRÉATION DES PRINCIPAUX ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE EN TUNISIE

Principales institutions héritées de la période du Protectorat : Institut Pasteur (1893), École Coloniale d’Agriculture de Tunis (1898), Service Botanique et Agronomique (1913), Institut des Hautes Études de Tunis (1945).

1956 : École Normale Supérieure

1959 : Réorganisation de l’enseignement supérieur agricole sur la base de l’ancienne École Coloniale d’Agriculture de Tunis qui deviendra l’École Supérieure d’Agriculture de Tunis, puis l’Institut National Agronomique de Tunis (INAT) avec ses divers laboratoires de recherche.

1960 : Université de Tunis :

Faculté des sciences

Faculté des lettres et sciences humaines

Faculté de droit, de sciences politiques et économiques

Faculté de médecine et de pharmacie (démarrage en 1964-65)

Faculté de théologie (Ancienne Zitouna)

1961 : Centre de recherche sur les problèmes de la zone aride

1962 : Centre d’Études et de Recherches Économiques et Sociales (CERES)

1964 : Institut Bourguiba des Langues Vivantes

École Nationale Supérieure d’Agriculture de Tunis (ancienne ECAT)

Institut National Scientifique et Technique d’Océanographie et de Pêche (INSTOP)

1967 : Institut de Presse et des Sciences de l’Information (IPSI)

1968 : Institut des Hautes Études Commerciales

1969 : Institut de Recherches Scientifiques et Techniques

École nationale d’ingénieurs de Tunis (ENIT)

1973 : École normale supérieure d’enseignement technique (ENSET)

1974 : Institut national d’art, d’architecture et d’urbanisme (INAUU)

Faculté de médecine de Sousse

Faculté de médecine de Sfax

1975 : Faculté de pharmacie de Monastir

Faculté de médecine dentaire de Monastir

Faculté des sciences et techniques de Sfax

Faculté des sciences et techniques économiques de Sfax

École nationale d’ingénieurs de Gabès (ENIG)

1976 : Création de cycles courts :

Institut supérieur du textile de Ksar Hellal

Institut supérieur de l’habillement de Den-Den

Institut supérieur d’élevage de Mateur Institut des techniques alimentaires de Tunis

1977 : Faculté des sciences et des techniques de Monastir

La Faculté des sciences et techniques économiques de Sfax devient la Faculté des sciences économiques et de gestion de Sfax.

1978 : Institut supérieur technique de Gabès

1979 : Centre d’Études de Recherches et de Publications (CERP)

1980 : Faculté de médecine de Monastir

Centre National Universitaire de Documentation Scientifique et Technique (CDNUST)

1981 : Institut supérieur de la documentation de Tunis

Institut supérieur technologique des industries et des mines de Gafsa

École normale supérieure de Bizerte et École normale supérieure de Sousse (établissements résultant des délocalisation respectives des sections scientifique et lettres de l’ENS de Tunis)

1982 : Suppression de l’École normale supérieure de Tunis, remplacée par l’Institut supérieur de l’éducation et de la formation continue.

1983 : Institut National de Recherche Scientifique et Technique (INRST)

Transformation de la Faculté des sciences et techniques de Sfax en Ecole nationale d’ingénieurs de Sfax (ENIS)

1985 : Faculté de lettres de Kairouan

Faculté de droit de Sousse

École nationale des sciences de l’informatique

1986 : Institut préparatoire aux études d’ingénieurs de Nabeul (IPEIN)

1987 : Institut Régional des Sciences de l’Informatique et des Télécommunications (IRSIT)

Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales à Tunis Faculté des sciences de Sfax

Faculté des lettres et des sciences humaines à Sfax

Institut supérieur technique de Nabeul

Institut des sciences religieuses de Tunis et Institut de prédication

1988 : Faculté de droit de Sfax Institut de comptabilité de Tunis

1989 : Faculté de lettres de Sousse (transformation de l’École Normale Supérieure, section lettres)

Le Centre de biotechnologie de Sfax (CBS), créé au sein de l’INRST en 1983 devient autonome

Transformation des Écoles normales d’instituteurs de Tunis et Mateur en deux Instituts supérieurs de formation des instituteurs et des professeurs

1990 : Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National

Faculté des sciences de Bizerte (transformation de l’Ecole Normale Supérieure, section sciences)

1991 : Institut Préparatoire aux Études Scientifiques et Techniques (IPEST) École Polytechnique de Tunisie

1992 : Institut National des Sciences Appliquées et de Technologie (INSAT)

1995 : Transformation de l’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications en Institut de Recherches en Sciences Informatiques et Télécommunications (le sigle reste le même)

Transformation du Centre National Universitaire de Documentation Scientifique et Technique en Centre National de l’Information Scientifique et Technique

Suppression du Centre d’études et de recherches économiques et sociales

Institut National des Sciences et Technologies de la Mer

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ben salem Lilia, 1969, « Démocratisation de l’enseignement en Tunisie. Essai d’analyse du milieu d’origine des étudiants tunisiens », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 16.

Ben Sedrine Saïd, Geisser Vincent, 1997, « Les diplômés à la sortie de l’Université. Devenir social et stratégies d’insertion professionnelle ». Monde arabe Maghreb Machrek, n° 157, juillet-septembre 1997.

Ben Slimane Moncef, 1997, « Discours et parcours des réformes universitaires tunisiennes », dans, Réformes universitaires et mutations socioculturelles, Moncef Ben Slimane et Noureddine Dhahri, éd., Tunis, Imp. Eigraph.

Charle Christophe, Verger Jacques, 1994, Histoire des universités, Paris, Presses Universitaires de France.

Guiter Laurent, 1997, « L’Université tunisienne : histoire d’une normalisation », Les Cahiers de l’Orient, n° 46.

Kadri Mohamed Salah, 1991, « Esquisse d’une évaluation globale du système universitaire tunisien : institutions d’enseignement et de recherche, possibilités de lecture et état des bibliothèques », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 104.

L’Université et les transformations sociales, Cahiers du CERES : série Sciences de l’Éducation, n° 3, Tunis, Université de Tunis, 1992.

Lelong Michel, 1961, « La situation de l’enseignement supérieur en Tunisie », IBLA, n° 93.

– 1969, « La réforme de l’enseignement supérieur en Tunisie », IBLA, n° 123.

Kchir-Bendana Kmar, 1990, « Aux origines de l’Université tunisienne : l’Institut des Hautes Études de Tunis », communication au colloque L’Université et les transformations sociales, Tunis, 14-19 mai 1990.

Siino François, 1997, « La science tunisienne : au cœur du discours, aux marges de la société ? ». Monde arabe Maghreb Machrek, n° 157, juillet-septembre 1997.

Sraieb Noureddine, 1974, Colonisation-décolonisation et enseignement. L’exemple tunisien, Tunis, Institut National des Sciences de l’Éducation.

Taamallah Khemaïes, 1987, « Enseignement supérieur en Tunisie : inégalité et reproduction sociale », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 88-91.

Notes

1 Moncef Ben Slimane (1993), « Parcours et discours des réformes universitaires tunisiennes », Communication à la rencontre internationale « Réformes universitaires et mutations socioculturelles », Carthage, mai 1993 (polycopié), p. 2. Ce texte, dans une version très légèrement modifiée a été publié en 1997 dans Réformes universitaires et mutations socioculturelles, sous la direction de Moncef Ben Slimane et Noureddine Dhahri, Tunis, Imp. Eigraph.

2 Rappelons qu’à cette époque, les autres établissements relevant de l’enseignement supérieur sont l’École Supérieure d’Agriculture de Tunis (qui a succédé à l’ancienne École Coloniale d’Agriculture de Tunis) et l’École Normale Supérieure, créée en 1956 afin d’alimenter rapidement le secondaire en enseignants.

3 Mission qui sera précisée avec une précision mathématique par les perspectives décennales établies en 1962 (Perspectives décennales 1962-1971, section VI – Les besoins en cadres, p. 304. Secrétariat d’État au Plan et aux Finances).

4 Cette progression vers la parité se poursuivra par la suite. En 1995-96, l’écart n’est plus que de 12 points (56 % pour les garçons, 44 % pour les filles).

5 Les jeunes étudiants tunisiens semblent plus confiants sur ce point que leurs pairs marocains, par exemple. Clement Henry Moore fait état d’une enquête dans laquelle on a demandé à des étudiants tunisiens et marocains quelle était la meilleure garantie de succès dans leur pays, la position de la famille ou un travail acharné : 70 % des étudiants tunisiens ont opté pour la deuxième réponse contre seulement 38 % des marocains (Politics in North Africa : Algeria, Morocco and Tunisia. Boston, Little, Brown and Company, 1970. p. 289).

6 Des protocoles et conventions de coopération culturelle, scientifique et technique seront signés successivement le 15 avril 1959, le 3 mars 1973 et le 29 mai 1985. Pour un bilan des vingts premières années de coopération culturelle franco-tunisienne, cf. Michel Treutenaere, « La coopération culturelle, scientifique et technique entre la Tunisie et la France : Évolution et perspectives », Annuaire de l’Afrique du Nord 1981, Paris, Éditions du CNRS.

7 Selon la Haute Commission de la réforme de l’Enseignement supérieur. Cf. Travaux des Commissions sectorielles (1990-1991). Ministère de l’Éducation et des Sciences.

8 En 1993-94, le rapport enseignants tunisiens/enseignants étrangers est de 92,9 % contre 7,1 %.

9 Au début des années soixante-dix, le taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur varie entre 229 et 337 étudiants pour 100 000 habitants sur la zone côtière urbanisée (Tunis, Nabeul, Sousse, Sfax). Ce même taux tombe en dessous de 200 dans le sud du pays (175 à Gabès). Enfin, il varie entre 72 et 129 pour toute la zone ouest (de Bizerte à Kasserine).

10 Cette tendance se poursuivra pendant la décennie 1980, où Kairouan et sa Faculté de Lettres (1985) sera l’exception en Tunisie « intérieure ».

11 Ce mode de fonctionnement n’est pas sans rapport avec l’origine des premiers responsables de ces filières, eux-mêmes issus du système d’excellence français (le premier directeur de l’ENIT est un polytechnicien) et qui tendent à reproduire la séparation caractéristique du système français entre « grande porte » et « petite porte » (cf. Pierre Bourdieu (1989), La noblesse d’État, Paris, Éditions de Minuit, p. 198 et suivantes).

12 C’est-à-dire professeurs et maîtres de conférences.

13 N. Chelbi, Professeur de biologie à la Faculté des Sciences de Tunis, lors de la Table-Ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982, première partie, publiée dans l’hebdomadaire Dialogue, n° 409, 5/07/1982.

14 Cette tendance s’illustre de façon exemplaire dans le traditionnel discours prononcé par le Président Ben Ali lors de la « Journée Nationale du Savoir » (cf. par exemple celui du 17 juillet 1996 sur le thème de l’excellence).

15 Institut National des Sciences Appliquées et de Technologie (INSAT) à Tunis, ainsi que plusieurs Instituts Supérieurs d’Enseignement Technique (ISET) répartis sur le territoire.

16 En réalité, ces filières existaient déjà, mais elles étaient jusque là « délocalisées » à l’étranger (classes préparatoires et grandes écoles françaises notamment, qui ont formé une part non négligeable des élites tunisiennes), ce qui permettait de conserver, au moins en façade, le discours égalitariste de l’université de masse.

Notes de fin

1 IREMAM/MMSH (Aix-en-Provence)

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 1. Enseignants tunisiens et étrangers dans l’université tunisienne Évolution en pourcentage (1961-1985)
Légende Source : Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre GRAPHIQUE 2. Le remplacement des enseignants étrangers à la Faculté des Sciences de Tunis
Légende Source : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre GRAPHIQUE 3. Le remplacement des enseignants étrangers à l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis
Légende Source : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search