Version classiqueVersion mobile

Des mondes de confiance

 | 
Vincent Mangematin
, 
Christian Thuderoz

Conclusion

Vincent Mangematin et Christian Thuderoz

Texte intégral

1In God we trust. La nouvelle de John Updike (Trust me, 1987) se clôt sur le regard porté par le héros, Harold, sur un billet d’un dollar US. Ayant ingurgité, sans s’en douter, un gâteau, offert par son fils mais que celui-ci a « cuisiné » au haschich..., il attend que sa compagne veuille bien le rappeler, suite à un différend. Harold, en effet, a toujours fait confiance aux autres – à son père, dans la piscine, quand il s’agissait de se jeter à l’eau, ou à la compagnie d’aviation qui le transporte d’une ville à une autre – et il a toujours demandé aux autres de lui faire confiance. À sa femme, notamment, qu’il a emmenée un jour skier en haute montagne, sur des versants abrupts et verglacés, alors qu’elle n’avait jamais pratiqué ce sport... Bref, la vie courante est ainsi faite, pour Harold comme pour celui qui lit la nouvelle d’Updike et qui vérifie chaque jour l’assertion : un entrelacs de situations de confiance et de méfiance, de foi et de défiance dans l’autre, de bienveillance et de malignité.

2C’est précisément cette complexité et cette polymorphie du monde social que cet ouvrage a souhaité explorer en s’emparant d’un objet jusqu’alors peu analysé par les sciences sociales. Au moment de clore (provisoirement) ce voyage dans les mondes où la confiance se déploie, peut-être est-il nécessaire de mesurer le chemin parcouru : que savions-nous à propos de la confiance au début de cet ouvrage ? Où sommes-nous parvenus ? Quelles pistes de recherche ont été explorées ? Lesquelles nous semblent fécondes ?

  • 1 Selon la traduction de trust et de confidence proposée par Louis Quéré (2001).

3Plusieurs typologies de la confiance ont été proposées depuis une vingtaine d’années. Les canoniques, comme celles de Lynn Zucker (1986) ou de Anthony Giddens (1994) : confiance interpersonnelle, ou intuitu personae, ou personal trust, d’un côté ; confiance institutionnelle, ou system-trust, d’un autre. Les classiques : confiance « verticale » ou « latérale » (Fox, 1974), « décidée » ou « assurée »1 (Luhmann, 1988), mais aussi les confiances « fonctionnelle », « contractuelle », « de bonne volonté » (goodwill trust), « horizontale », « ascendante », « relationnelle », « basée sur les connaissances », « charismatique », « affectuelle » (affect-based trust), « préventive » ou « dissusasive » (deterrence trust), « cognitive », « comportemenatle », « accélérée » (swift trust), « valorielle » (value-based trust), « bienveillante » (benevolence trust), « inconditionnelle », etc. Ces typologies constituent des points de repères pour mieux cerner la notion de confiance et ses définitions dans les différentes disciplines en sciences sociales. Parmi les éléments qui semblent communs aux différentes approches, on peut retenir :

  • que la confiance est de l’ordre d’une croyance, spontanée ou acquise, individuelle ou collective, en la valeur, morale ou professionnelle, d’autrui (faire confiance en un mandataire), ou en sa propre valeur (avoir confiance en soi), ou en la valeur d’une institution (des épargnants confiants dans la pérennité de leur fonds de pension) ;

  • qu’elle se construit, soit de façon intuitive, sous forme de pari sur une personne, soit de façon progressive, par apprentissage relationnel. D’où la précision de Dale Zand (1972, p. 230), un de ses premiers théoriciens (et auteur d’un modèle devenu classique, quoique peu utilisé, de dynamique de la confiance – a spiral reinforcement model of the dynamics of trust) : la confiance ne caractérise pas un sentiment de cordialité envers autrui, mais par « la régulation consciente de sa propre dépendance ». Elle ne peut être ainsi décrétée ; elle relève du libre arbitre des individus ; elle peut être invoquée, recommandée, mais jamais imposée ;

  • qu’elle est fragile, dit-on, et se détruit plus vite qu’elle ne s’acquiert. Roy Lewicki et Barabara Bunker (1995, p. 167, repris in Kramer et Tyler, 1996) explorent une autre hypothèse : cela dépend, disent-ils, s’il s’agit d’une confiance basée sur un calcul (calculus-based trust) ou un savoir (knowledge-based trust), ou s’il s’agit d’une confiance identitaire (identification-based trust), ces trois niveaux de confiance pouvant être compris comme autant de stades successifs, variant avec le temps et le degré relationnel. Dans le premier cas, certaines actions opportunistes peuvent la détruire ; mais dans le dernier, ces mêmes actions auront un impact négligeable et le lien de confiance demeurera. Heuristique du raisonnement : il n’existe pas une confiance, catégorie universelle et unidimensionnelle, mais des confiances (et donc des mondes de confiance...) ;

  • qu’elle a besoin d’instruments ou de supports (objets, individus, signaux, etc.) pour se matérialiser, se rendre visible et utile.

4Ce premier cadrage a justifié la démarche et l’architecture générale de l’ouvrage, à savoir une interrogation sur les questions fondant le concept de confiance et son développement au cœur des sciences sociales et une mise en situation du concept dans différents cadres. La confiance joue des rôles différents dans des situations variées : justification d’une attitude envers un individu, stratégie délibérée ou émergente d’une institution, d’un groupe ou d’une personne, engagement graduel dans une relation, dispositif pour créer la confiance ou la rétablir, opposition entre confiance et défiance. Au terme de cet ouvrage, il apparaît que l’exploration de la confiance au cœur de situations concrètes s’avère féconde pour dépasser les oppositions conceptuelles et typologiques et comprendre comment, à l’instar de Boltanski et Thévenot (1991) mettant en évidence différents registres de justification, il existe différents registres de confiance, qui se conjuguent : la confiance comme une attente de comportement, comme un calcul et comme un processus outillé. La confiance apparaît ainsi autant comme un concept devant être expliqué que comme un instrument. Examinons ces trois registres.

La confiance comme l’attente d’un comportement

  • 2 La distinction de Luhmann (1988, p. 97, son chapitre est traduit in Réseaux, 2001) est précisément (...)
  • 3 Si faire confiance, c’est s’exposer à l’opportunisme d’autrui, tromper ce dernier, c’est s’exposer (...)
  • 4 James Coleman (1990) élargit avec justesse le modèle binaire usuel (le trustor. A, et son trustee, (...)

5L’ouvrage coordonné par Diego Gambetta, Trust. Making or Breaking Cooperative Relations (1988), approfondit, et illustre, le propos de Deutsch (1958) : faire confiance, c’est croire en la probabilité (subjective probability) qu’autrui engagera une action particulière et que celle-ci ne sera pas à son désavantage. La suite du raisonnement se déduit de ces prémisses : accorder sa confiance, c’est accroître sa vulnérabilité (Lorenz, 1988, p. 197) et donc, comme le note Niklas Luhmann dans le même ouvrage (en opposant à ce sujet trust à confidence)2, c’est prendre le risque de la déception ou de la tromperie et regretter, ensuite, de l’avoir accordée. D’où les deux conditions nécessaires à tout échange mutuellement avantageux entre deux partenaires, A et B, et que rappelle Bernd Lahno (1995 b) en décrivant son Elementary Trust Game : que B renonce à « exploiter » A en choisissant la défection, et que A fasse confiance à la bonne volonté de B de choisir la coopération3. Faire confiance, c’est donc, simultanément, un acte positif (et que A et B commettent conjointement) et un choix intentionnel (même s’il est opéré après délibération)4.

  • 5 Typique, à cet égard, est le rapport de confiance entre le médecin et son patient. La confiance que (...)

6Il importe que ces attentes soient réciproques. Certaines entreprises collectives, remarque Kenneth Arrow (1974, p. 26), deviendraient en effet impossibles sans cette mutualité de confiance. Non seulement parce que A peut trahir B, dit-il, « mais parce que même si A fait confiance en B, il sait qu’il est fort improbable que B lui fasse à son tour confiance ». Une assertion que Diego Gambetta (1988, p. 216) tient pour essentielle : s’il est nécessaire de faire préalablement confiance aux individus avec lesquels on se propose de coopérer, il est tout autant nécessaire de croire que les autres, à leur tour, vont vous faire confiance5.

7La confiance, entendue comme une attente de comportement, permet de faire des hypothèses sur le comportement futur. Comme le remarque Georg Simmel (1999, p. 356) : « Dans la mesure où elle est une hypothèse sur une conduite future, assez sûre pour qu’on fonde sur elle l’action pratique, la confiance est aussi un état intermédiaire entre le savoir et le non-savoir sur autrui. Celui qui sait tout n’a pas besoin de faire confiance, celui qui ne sait rien ne peut raisonnablement même pas faire confiance. »

8Ce savoir sur autrui peut être minimal ; deux responsables politiques concluant (ponctuellement) une alliance électorale en savent suffisamment l’un sur l’autre, à quelques insuffisances près, pour que la relation s’engage ; les traditions, les institutions publiques ou la connaissance des positions de chacun sont si fiables « que l’on a besoin de connaître sur l’autre que certaines données extérieures pour avoir la confiance requise pour l’action en commun ». À l’inverse, comme le souligne Michel Lallement, la confiance est nécessaire dans les termes de l’échange qui ne peuvent pas être tous définis dès la signature du contrat. L’échange suppose ainsi une anticipation sur le comportement de chacune des parties ; cette anticipation est possible parce que l’échange n’est pas seulement économique : il est aussi social. L’auteur oppose ainsi échange économique et échange social en montrant que dans l’échange social, aucun accord préalable ne garantit que l’échange sera réalisé effectivement, instantanément et selon les termes définis dans le contrat. L’échange social relève de la symbolique du don et contre-don, sans que l’obligation de rendre soit immédiate. Pour pouvoir se construire et être mobilisée, la confiance relationnelle doit être soutenue et encadrée par un système de valeurs notamment professionnelles et des dispositifs de jugement et d’information à même de favoriser l’ajustement entre les différents protagonistes engagés dans l’échange. Bernard Fusulier met en évidence des mécanismes similaires quand il analyse les liens école-entreprise. Il insiste sur les dispositifs intermédiaires qui permettent de créer la confiance et à la relation de s’établir. Judy Pate et Graeme Martin explorent la confiance comme un contrat psychologique entre les protagonistes de l’échange. Appliquée aux relations industrielles, ils montrent que le contrat psychologique entre les protagonistes ne constitue que l’un des garde-fous de l’échange mais qu’il joue un rôle important en permettant de limiter l’incertitude sur les comportements. Enfin, la confiance, comme le montre Pascale Trompette, en limitant les incertitudes sur les comportements futurs, rend les discussions précontractuelles possibles, car elle crée le lien minimum pour que la rencontre et la relation aient lieu. La confiance change ensuite de nature et devient un pari qui permet de limiter les coûts de la contractualisation. Cet élément est crucial : la décision de faire confiance dans le comportement d’un individu est préalable au contrôle de l’action de ce dernier, ou s’opère indépendamment de ce contrôle (ou sans le pouvoir de l’exercer). Cette décision peut être fondée rationnellement, de manière à se soustraire aux coûts et aux difficultés du monitoring. Règles et procédures, standardisation, prescription et surveillance sont ainsi des modalités de substitution à la confiance (ou viennent l’encadrer). Mais comme il n’est guère possible de tout spécifier, ni les obligations mutuelles, ni les scénarios envisageables, se fier à la capacité d’action autonome des individus est pratique. La croyance en la fiabilité d’autrui l’est également : elle nous évite la charge ontologique de la suspicion – et de l’obligation, dans un monde hobbésien de guerre de tous contre tous, de nous défier de nos semblables et de ne nous fier qu’à nous mêmes.

La confiance comme calcul rationnel

9Quand les auteurs parlent d’une calculative trust, ils font référence au fait que les individus ne se font confiance qu’au regard des coûts et bénéfices qu’une telle attitude peut engendrer. Son degré (et sa nature) est donc fonction de leurs calculs rationnels d’intérêts. Même s’ils s’inscrivent dans un cadre de rationalité limitée, ces « agents » sont réputés calculateurs et leur engagement (éventuel) dans une relation de confiance se comprend comme le résultat d’un examen attentif d’opportunités.

  • 6 « Calculative trust is a contradiction in term » (Williamson, 1993, p. 471).

10Cette posture se fonde sur une vision anthropologique désenchantée : les individus sont inspirés par l’égoïsme et orientés par la maximisation de leurs gains. Ce qui conduit Oliver Williamson (1993) à récuser l’usage de la notion pour lui préférer celle d’« autorité » (le recours à une organisation centralisée plutôt qu’à des petits producteurs atomisés) qui réduit l’incertitude de la relation marchande : un contrat, précis et spécifique, viendra borner les droits et devoirs de chacun, sans qu’il soit nécessaire de mobiliser autre chose que des garanties ou des sanctions juridiques. Et si ces mêmes échangistes sont à l’affût d’opportunités à saisir, évaluant en permanence les risques et les rendements de leurs engagements (et peu soucieux de les respecter), vouloir établir entre eux un lien de confiance, estime Williamson, réservant l’emploi de la notion aux seules relations interpersonnelles, serait une « contradiction »6.

11Trois contributions de cet ouvrage explorent le caractère calculatoire de la confiance (sans aborder cependant cette question de front). Elles montrent que la confiance est une décision rationnelle et calculée. Elles insistent sur le calcul au sein même du processus de création de la confiance. Pierre-Yves Gomez, Harry Korine et Olivier Masclef montrent que la conclusion de l’alliance stratégique entre Renault et Nissan est un processus de don et contre-don progressif, vu comme une successions d’épreuves au cours desquelles l’engagement de chaque partenaire est plus important, en passant d’un dévoilement au scellement de l’alliance. Lorsqu’elle étudie les usagers de drogues, Marie-Sophie Devresse dévoile un usage instrumental de la confiance suivant deux dimensions : la confiance que l’institution peut placer dans les délinquants, en fonction de la confrontation entre ce qu’ils disent et ce qui est vérifiable (sur la prise de drogues par exemple) d’une part ; d’autre part, la confiance est utilisée comme un processus de contrainte morale pour obliger le délinquant à intégrer les normes de la société. La démarche repose sur le contrat psychologique que Judy Pate et Graeme Martin dévoilent dans leur contribution. La confiance accordée au délinquant le rend redevable, même si cette confiance est calculée au départ. L’engagement de l’institution est progressif en fonction de la réponse du délinquant. L’acte de confiance place ainsi le délinquant en position de débiteur qui, pour éteindre sa dette, doit se conformer à ce que l’institution attend de lui. Enfin, Juliette Rouchier, en étudiant la construction de la confiance par l’échange pour les éleveurs transhumants, illustre le caractère général de ce mécanisme de création de confiance calculé. Il ne s’agit donc pas d’opposer calcul et confiance mais bien de comprendre comment la confiance est calculée et instrumentée. Un mécanisme similaire est décrit par Bernard Fernandez lorsqu’il montre que la confiance est un mécanisme progressif nécessaire à la découverte d’une autre culture et à l’acceptation de la différence. Tel le Petit Prince de Saint-Exupéry qui apprivoise le renard en s’asseyant chaque jour un peu plus près, l’étranger découvre la culture chinoise et gagne la confiance de ses hôtes en témoignant un engagement toujours plus important pour comprendre et intégrer les us et coutumes. Ainsi, confiance et calcul ne s’excluent pas. Le fait qu’elle puisse relever d’un calcul stratégique ne la réduit pas à un simple instrument, et le fait qu’elle puisse être une catégorie morale ne la confine pas au seul registre de l’éthique. Non seulement la confiance peut être une démarche calculée, mais elle suppose aussi un calcul au cours du processus de création de confiance pour graduer l’engagement. Elle est ainsi un processus de réduction de l’altérité, que ce soit entre délinquants et magistrats, entre constructeurs automobiles européens ou asiatiques, entre sédentaires et transhumants ou entre Européens et Chinois.

La confiance comme processus outillé par l’établissement de standards, de normes et de balises

  • 7 Louis Quéré (2001, p. 148), s’interrogeant sur les sources de la confiance et mobilisant la définit (...)

12La confiance ne se construit pas dans un monde éthéré. Certains mécanismes institutionnels constituent des supports de la confiance : les contrats spécifiques, les référentiels techniques, les Codes civil et pénal, etc., garantissent le comportement approprié d’autrui et protègent les protagonistes des dommages d’une défection. Certaines routines ont la même fonction : rendre prévisibles tel comportement ou tel événement ; la confiance dans l’institution se substitue à la confiance interpersonnelle : l’autre adoptera le comportement souhaité en vertu d’une habitude ou d’une contrainte. La confiance peut être ainsi tenue pour une convention commune, justifiant une coopération, construisant une communauté d’intérêts, ou organisant un système de gains mutuels. La définition de la confiance proposée par Francis Fukuyama (1997, p. 36) – « l’attente qui naît, au sein d’une communauté, d’un comportement régulier, honnête et coopératif, fondé sur des normes communément partagées, de la part des autres membres de cette communauté » – peut donc être utilement rapprochée de la définition d’une convention, par exemple celle de Robert Salais (1989, p. 213) : « Un système d’attentes réciproques sur les compétences et les comportements, conçus comme allant de soi et pour aller de soi7. »

13Se fondant sur une perspective historique, Alessandro Stanziani et Philippe Minard montrent comment l’établissement de normes et de standards respectivement dans l’industrie alimentaire et textile, permet la création des marchés et les échanges internationaux. Lorsque la confiance interindividuelle n’est pas possible du fait l’éloignement des individus, les échanges supposent non seulement l’établissement de normes et de standards mais aussi la mise en place d’un corps d’inspection qui garantit leur respect. Jean-Luc Fernandez introduit un renversement intéressant : les novices suivent les guides à qui ils font confiance. Cette situation correspond assez bien à une configuration dans laquelle les individus n’ont pas de liens entre eux, sont atomisés. En revanche, les amateurs éclairés, qui constituent un réseau assez dense, ne font pas une confiance aveugle aux guides et les remettent en cause. On passe d’une confiance générale, d’une délégation de l’évaluation de la qualité à des spécialistes qui établissent un classement, des normes, à une confiance évaluée, interpersonnelle dans laquelle les individus évaluent non seulement la qualité des vins mais aussi la compétence et la crédibilité des goûteurs et des guides. L’article de Peter McNamara repose sur un argument similaire. Dans les entreprises fondées sur la recherche, les critères traditionnels d’évaluation financière de la performance de l’entreprise par les actionnaires ne peuvent pas être utilisés, car les entreprises perdent de l’argent. Les actionnaires, qui n’ont pas les compétences scientifiques pour juger de la pertinence des choix stratégiques délèguent à des tiers supposés compétents, les grandes entreprises pharmaceutiques, le soin d’évaluer la qualité de la recherche et des innovations développées dans les entreprises de biotechnologies. Les alliances deviennent ainsi un mécanisme de création de confiance dans le management de la firme. Là encore, la confiance suppose un calcul approfondi et la mise en place de mécanismes pour la garantir.

14Intérêt et confiance coexistent ainsi au sein des interactions. C’est ce que nous apprend le comportement des individus lors de l’expérience consistant à donner 100 à un individu A et lui demander de partager cette somme, à sa convenance, avec B, ce dernier acceptant ou refusant le partage proposé. Ne sont généralement présents : ni le seul souci d’équité (personne n’acceptant d’obtenir au moins 50), ni la seule obsession de l’intérêt (chacun acceptant une offre à partir de 1), mais un subtil mélange des deux attitudes (Meidinger, Robin et Ruffieux, 1999). Faire confiance, ce n’est donc pas s’aveugler ; c’est un acte conforme à son propre intérêt : accepter volontairement, dans le cadre d’une rationalité subjective, que son avenir immédiat dépende de la performance d’un autre que soi-même et renoncer aux bénéfices d’un comportement opportuniste, dans la perspective d’un gain futur. Il s’agit donc moins d’un acte de foi que d’un pari, avec une prise de risque.

  • 8 Mais ce n’est là que répéter le trait pascalien (Pensées, 233). Résumons les trois étapes de son ra (...)

15Ce risque est calculé, et assumé comme tel8. C’est ce que nous rappelle Michel Lallement à propos des négociations sur l’emploi et le temps de travail : la confiance est un pari, le pari que l’Autre tiendra ses promesses – d’où son commentaire sur Hannah Arendt (la promesse comme moyen de « dissiper l’obscurité des affaires humaines ») – et que cet Autre orientera son action, comme le dit Max Weber (1995, p. 61), « dans le sens que lui-même [l’agent] donne à l’entente ».

16L’ensemble des contributions de cet ouvrage mettent en scène les relations complexes entre confiance et défiance. Comme l’illustrent Olivier Boissin et Pascale Trompette dans l’analyse des familles face au marché de la pompe funèbre, les marchands tentent de donner confiance dans un contexte de défiance généralisée liée à des comportements opportunistes anciens qui ont entaché la réputation des acteurs. L’établissement de normes au xixe siècle dans l’industrie alimentaire ou textile, la mise en place de l’AFSAA ou le recours aux goûteurs dans l’Antiquité reposent sur une démarche similaire : rétablir la confiance dans un contexte de doute, de défiance. Confiance et défiance ne constituent donc pas les deux extrêmes d’un continuum mais deux concepts articulés. Si la confiance est la volonté de se rendre vulnérable à autrui, la défiance est la volonté inverse. Elle est donc un élément tout aussi fonctionnel (et non un dysfonctionnement regrettable). Surtout, ces deux régimes d’interactions ne sont pas exclusifs : dans une même situation ou chez un même individu, les deux coexistent. A peut faire confiance à B pour l’action x, et s’en défier pour l’action y. C’est ce que nous faisons chaque jour : si nous accordons notre confiance à un architecte pour ses qualités d’expert en béton armé, nous pouvons nous méfier, cependant, de ses capacités esthétiques (ou inversement). La confiance n’est pas ainsi octroyée « en vrac », sans discernement. Ces deux catégories de la pratique, liées entre elles, n’en sont pas l’exact opposé ; une faible défiance, soulignent ainsi Roy Lewicki, Daniel McAllister et Robert Bies dans un (excellent) numéro thématique de l’Academy of Management Review consacré à un Special Topic Forum on Trust in and between Organizations (n° 3, vol. 23, 1998), ne signifie pas une grande confiance, et inversement.

17Abandonner l’idée d’une covariation du couple confiance-défiance permet de saisir la tension entre ces deux concepts, à l’instar de couples déjà célèbre dans la littérature sur les interactions sociales : conflit et négociation, contrôle et autonomie, identité et opposition, etc. S’ouvrent ainsi des pistes de recherche et des perspectives d’instrumentalisation du concept fécondes. En particulier :

  • À propos de la production de la confiance dans un contexte de défiance : comprendre les conditions de celle-ci, c’est peut-être comprendre comment est produite la méfiance, ou comment celle-ci, une fois installée, peut néanmoins être surmontée (ou peut demeurer). Dans tous les cas, créer la confiance suppose un engagement graduel et la mise en place de mécanismes permettant d’évaluer le comportement de l’autre. C’est ce que Cécile Guillaume et Marc Uhalde nomment ici des « épreuves ».

  • À propos de la production de la confiance où les relations s’inscrivent dans des dispositifs plus globaux : le numéro spécial de fin d’année du quotidien La Croix revient sur des « cas de confiance » tant dans l’économie, la politique que dans l’organisation du monde. Créer la confiance, rétablir la confiance dans l’avenir, c’est permettre à l’individu et au groupe de se projeter dans l’avenir avec un optimisme raisonnable pour investir. C’est peut être l’une des raisons pour lesquelles l’invocation de la confiance sature le discours managérial et politique actuel. Cependant, malgré les objurgations des consultants, des directions d’entreprises et des responsables politiques, les individus persistent à préférer les situations conflictuelles et de méfiance aux situations iréniques. Pourquoi, par exemple, des syndicalistes s’imposent-ils des attitudes de suspicion et de mise à distance de l’offre de confiance des gestionnaires ? Pourquoi les gouvernements peinent à rétablir la confiance en promettant le retour de la croissance ? Peut-être parce qu’à l’instar de la « participation » chère aux thèses de l’industrial democracy, une telle offre, compte tenu de l’asymétrie de la relation d’emploi, ne peut être perçue qu’en leur défaveur : crainte de perdre leur capacité critique, ou d’être en position difficile vis-à-vis de leurs mandants. Peut être aussi parce que la confrontation quotidienne des indicateurs et des données économiques et sociales avec les promesses des responsables ne permet pas de créer la confiance.

18Concluons cependant sur une interrogation qu’introduit le curieux renversement de situation de Jean Luc Fernandez : la confiance nécessite une connaissance minimale pour mettre à l’épreuve les engagements de l’autre. Cependant, une grande proximité avec l’autre, l’appartenance à un même monde, à un même réseau comme c’est le cas pour les amateurs œnophiles et les critiques professionnels, génère une suspicion dans l’autre et la remise en cause de la relation de confiance établie entre des personnes, des groupes ou des institutions qui ne se connaissent pas trop. L’appartenance à un même réseau suppose la construction d’une relation de confiance d’un autre type, plus interpersonnelle.

Notes

1 Selon la traduction de trust et de confidence proposée par Louis Quéré (2001).

2 La distinction de Luhmann (1988, p. 97, son chapitre est traduit in Réseaux, 2001) est précisément fondée sur ce calcul des conséquences : si vos attentes ne risquent guère d’être déçues et si vous n’envisagez pas d’autres scénarios, vous êtes en situation de confidence ; si un risque existe, si vous devez vous engager et choisir une action, parmi d’autres possibles, et ce, malgré la possibilité d’être déçu, alors vous êtes en situation de trust. Dans le premier cas, note Luhmann, vous réagirez à une déception possible en l’attribuant à des causes exogènes ; dans le second, c’est vous-même (et votre propre comportement) qui êtes en cause (internal attribution).

3 Si faire confiance, c’est s’exposer à l’opportunisme d’autrui, tromper ce dernier, c’est s’exposer aux rétorsions qu’il ne manquera pas d’engager. Une conduite opportuniste de court terme, souligne Edward Lorenz (1988) à propos d’entreprises sous-traitantes, peut s’avérer, du fait de l’interdépendance des acteurs, un mauvais calcul. Il est donc judicieux, pour l’ensemble des partenaires de la relation, de respecter un contrat moral, sous peine de dommages (suppression de la garantie et/ou des adaptations possibles des volumes et des prix, par exemple). On rejoint par là le raisonnement de Thomas Hobbes – la disposition à tromper n’est pas rationnelle – et la démonstration qu’en tire David Gauthier dans son ouvrage Moral Bv Agreements (1986) –, respecter l’accord est rationnel puisque cela permet à l’individu de continuer à prendre part à une coopération avantageuse. De sorte, estime Gauthier, que peut s’envisager une stratégie équitable d’optimisation de la part d’un « maximisateur moral », prenant soin de choisir rationnellement de coopérer, sur la base de stratégies collectives, plutôt que de poursuivre sa seule stratégie individuelle.

4 James Coleman (1990) élargit avec justesse le modèle binaire usuel (le trustor. A, et son trustee, B), en prenant en compte le cadre institutionnel (les « règles du jeu ») et l’ensemble des participants à ce jeu – c’est-à-dire non seulement « une paire particulière d’acteurs », mais aussi tous ceux affectés « by the keeping or breaking of trust » (p. 114). Le trait est intéressant : la relation de confiance ne peut être comprise indépendamment du contexte dans laquelle elle s’inscrit (une communauté ethnique, une famille – avec leurs dimensions d’honneur ou de dévouement ; ou des relations d’affaires, ou une relation de subordination juridique entre employeur et employés, avec ce que cela comporte de marchandage et de domination) et du réseau dans lequel elle évolue. À tous moments, elle déborde l’interaction initiale pour se déployer sur de plus vastes horizons ; inversement, son déficit, ici, entraînera, là, divers dommages, du fait des interdépendances multiples des individus.

5 Typique, à cet égard, est le rapport de confiance entre le médecin et son patient. La confiance que le second accorde à l’expertise du premier ne serait rien sans sa réciprocité : la confiance du premier dans les capacités du second à se conformer à son rôle de malade et à adopter une attitude accommodante.

6 « Calculative trust is a contradiction in term » (Williamson, 1993, p. 471).

7 Louis Quéré (2001, p. 148), s’interrogeant sur les sources de la confiance et mobilisant la définition de la confiance proposée par Harold Garfinkel (1963) – « une conformité aux attentes en tant que moralité » – fournit une piste intéressante, à partir du raisonnement durkheimien : l’acte de confiance comme une adhésion volontaire et naturelle (car usuelle et morale) à l’idée d’un engagement, partagé par tous, et respecté parce que chacun attend d’autrui qu’il le respecte. La confiance serait ainsi un contrat tacite, dans lequel des partenaires s’engagent à observer les actions de l’autre en fonction d’une définition commune de la situation, et à agir de même.

8 Mais ce n’est là que répéter le trait pascalien (Pensées, 233). Résumons les trois étapes de son raisonnement, ou comment croyance et calcul sont enchevêtrés : 1) Nous ne pouvons rester dans le doute et l’incertain, il faut miser, pour ou contre l’existence de Dieu (« Il faut parier, vous êtes embarqué »). 2) Au regard de l’intérêt personnel et du rapport entre la mise et le gain, il vaut mieux croire, et gagner ainsi « une éternité de vie et de bonheur » : « Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est. » Et Pascal d’ajouter : « Si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu’il est, sans hésiter. » 3) Et une fois l’idée de Dieu ainsi acceptée – et l’avantage que cela procure -, abandonnons-nous à lui, soumettons-nous. Suivent les recommandations de Pascal, plaidant l’habitude et la raison routinière « Suivez la manière par où ils [les fidèles] ont commencé : c’est en faisant tout comme s’ils croyaient, en prenant de l’eau bénite, et faisant dire des messes », etc. Le raisonnement part ainsi du calcul, justifie la croyance, puis théorise le comportement : puisqu’on a intérêt à croire, autant en prendre l’habitude et agir conformément à cette croyance.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search