Version classiqueVersion mobile

Des mondes de confiance

 | 
Vincent Mangematin
, 
Christian Thuderoz

Seconde partie. Actes de confiance

Chapitre 14. Amateurs de vin et critiques vinicoles : construction et transformations d’une relation de confiance

Jean-Luc Fernandez

Texte intégral

1On peut considérer les publications prescriptives vinicoles, guides ou revues spécialisées, comme des dispositifs de qualification des produits (Eymard-Duvernay, 1989). L’intérêt pour cette notion de qualification répond au souci de mieux prendre en compte certains problèmes que posent les situations d’incertitude dans les échanges économiques. C’est en effet la possibilité même d’un choix économique qui semble remise en question si les acteurs économiques ne sont pas en mesure de se représenter les différentes options possibles qui s’offrent à eux, ou s’ils ne peuvent évaluer sous forme de probabilités les risques afférents à ces options. La fonction des dispositifs de qualification est précisément de lever l’incertitude sur les caractéristiques des biens échangés : il s’agit de construire et de signaler la qualité pour permettre aux acteurs qui ne sont pas en mesure de l’identifier par eux-mêmes de décider malgré tout de la désirabilité des produits. Concrètement, ces dispositifs fonctionnent sur la base d’un processus de délégation, puisque les personnes dans l’incertitude demandent à des tiers de reconnaître pour elles la qualité des biens. On doit se demander cependant ce qui donne au délégant l’assurance que son délégué proposera une bonne description des objets, ou même qu’il a simplement intérêt à donner une bonne description. Même si l’on suppose que les utilisateurs d’un dispositif de qualification disposent de moyens de contrôle sur leurs délégués, il va de soi que ce contrôle ne peut supprimer entièrement la possibilité d’une défaillance ou d’une tromperie, car il faudrait pour cela qu’il embrasse tous les aspects et tous les moments du processus de qualification des produits ; et si tel était le cas, ces utilisateurs pourraient se charger eux-mêmes de la qualification. Le contrôle éventuel que le principal exerce sur son agent laisse donc nécessairement subsister des marges d’incertitude.

2C’est pourquoi Lucien Karpik fait intervenir la confiance comme opérateur pratique chargé de soutenir la relation de délégation. Selon lui, les dispositifs de qualification sont en effet toujours, en même temps, des dispositifs de confiance (Karpik, 1996) : leurs utilisateurs « se laissent [en effet] guider par une réalité extérieure partiellement impénétrable », sans que leur engagement dans cette relation de délégation trouve « sa justification véritable dans le seul savoir vérifiable : aucune connaissance préalable du délégué ne suffit à garantir son action présente et future ». Les utilisateurs réalisent donc un acte qui relève du domaine de la croyance, puisque c’est en opérant une avancée au-delà de la connaissance directe qu’ils ont de la situation qu’ils parviennent à transformer une situation incertaine en une situation certaine ou, du moins, affectée d’un risque mesuré. C’est cette croyance de la part des utilisateurs que leurs délégués, bien qu’ils échappent (au moins partiellement) à leur contrôle, n’abuseront pas du pouvoir qui leur est délégué, que Karpik désigne par « confiance » et c’est sa définition que nous reprenons ici.

3Si, jusqu’à présent, les travaux sur le signalement de la qualité ont clairement souligné l’importance du phénomène de la confiance, ils ont cependant eu tendance à aborder son étude du point de vue des maîtres d’œuvres des dispositifs de qualification plutôt que de celui de leurs utilisateurs. Les études disponibles décrivent ainsi les règles et les procédures à partir desquelles les objets sont qualifiés, ainsi que les arguments et les principes de justification mobilisés pour cristalliser la confiance des utilisateurs (voir par exemple Delfosse et Letablier, 1995 ; Karpik, 2000). Mais, faute de procéder à l’analyse de l’usage qui est fait des signes de la qualification, ces travaux ne permettent pas de comprendre pourquoi, en définitive, la parole qualifiante influence les représentations et les décisions de certains acteurs économiques. Comme toute parole, celle-ci rencontre en effet le problème de son acceptabilité (Bourdieu, 1975, 1984). Sa signification, se construisant aussi dans le moment de l’interprétation, dépend donc des catégories de perception et de jugement du public et des présupposés qu’il engage, de façon peut-être implicite, concernant, par exemple, ce qui mérite d’être dit, la façon de le dire ou encore la personne habilitée à le dire.

4C’est justement cette analyse du rôle du public dans la construction de la confiance que nous avons menée dans le cas particulier des revues et des guides vinicoles. Notre but était de reconstruire le point de vue des lecteurs de ces publications à partir de l’observation des usages qu’ils en font et des prises de position qu’ils adoptent quant à leur pertinence – la question étant de savoir quels sont, de leur point de vue, les signes qui déterminent leur engagement dans une délégation confiante. Nous proposons donc ici un travail de sociologie compréhensive. Sur le plan empirique, l’analyse de la relation entre lecteurs et prescripteurs vinicoles s’appuie sur les résultats d’une enquête de type ethnographique réalisée pendant plusieurs années auprès de quelques dizaines d’amateurs de vin que nous avons rencontrés et fréquentés d’abord dans le cadre de l’activité de clubs de dégustation ou d’écoles du vin, puis en nous intégrant à des réseaux plus informels de relations œnophiles (J.L. Fernandez, 2002). L’observation de ces amateurs est intéressante à plusieurs titres. Tout d’abord, c’est un aspect de leur intérêt pour les choses du vin, ils lisent, consultent ou du moins s’intéressent fortement aux écrits des critiques vinicoles. Quand ils ne les lisent pas, d’autres amateurs, dans leur entourage, les lisent et en parlent, de sorte qu’il leur est difficile de ne pas prendre position par rapport à ces publications. Cela rend donc possible le recueil de nombreux témoignages sur le problème qui nous intéresse. En outre, par son organisation en réseaux informels de relations, de rencontres et de rassemblement, certes loin de former un espace transparent et homogène, mais où, malgré tout, des liens se tissent de façon continue, ce monde social constitue un terrain propice à une enquête de type ethnographique.

5À partir des données ainsi recueillies, nous nous proposons d’analyser la confiance que les lecteurs accordent aux publications vinicoles prescriptives comme un processus prenant la forme de ce qu’on pourrait appeler une « carrière » de lecteur. Cette notion de carrière, tirée de l’analyse interactionniste des phénomènes sociaux, vise à l’analyse de processus séquentiels, c’est-à-dire se déroulant selon un enchaînement ordonné d’étapes (Becker, 1985 ; Hugues, 1996). Utile chaque fois qu’on veut saisir la structure temporelle des phénomènes étudiés, cette notion s’est imposée dans le cours de notre étude pour rendre compte du fait que les usages sociaux des publications vinicoles et les modalités d’appropriation de la parole prescriptive se transformaient en liaison avec un processus d’intégration des amateurs de vin aux cercles œnophiles (l’intégration désignant ici la densification et l’ancienneté des relations que chaque amateur entretient avec les autres acteurs du monde du vin). Les amateurs « débutants », encore peu intégrés aux cercles œnophiles, apparaissent en effet comme des lecteurs « profanes », pour qui la confiance repose sur des signes publics d’institution des chroniqueurs vinicoles ; mais en s’intégrant aux réseaux de sociabilité œnophile, où ils côtoient amateurs éclairés et professionnels du monde du vin, ces lecteurs profanes s’initient progressivement à une forme de lecture critique et l’élément déterminant de la confiance devient la réputation personnellement attachée à chaque chroniqueur.

Lecteurs profanes et critique vinicole : une confiance reposant sur des signes publics d’institution des chroniqueurs vinicoles

6Ceux que nous appelons les lecteurs profanes possèdent trois traits caractéristiques. En premier lieu, ils n’opèrent quasiment aucun contrôle personnel sur le travail de qualification des vins réalisé par leurs conseillers. A priori, lorsqu’un acteur A délègue une tâche à un acteur B, il est susceptible d’exercer un contrôle sur trois aspects de l’action de B. Il peut s’agir : d’une surveillance directe du comportement de B pendant qu’il agit ; d’un contrôle sur les procédures générales qui encadrent et orientent l’action de B (le déroulement concret de l’action lui-même demeurant inobservable) ; d’un contrôle sur les résultat de l’action (A juge s’ils sont conformes à ses attentes et à ses intérêts, mais sans savoir comment B les a produits). Or, aucun de ces modes de contrôle ne s’observe chez les lecteurs profanes. Bien entendu, ceux-ci n’accompagnent pas les critiques vinicoles dans leurs séances de dégustation, de sorte qu’ils ne les observent jamais en train de travailler. Mais ils ne mettent pas non plus en œuvre un contrôle indirect, à travers une connaissance des règles générales qui guident leur travail de qualification des vins. Ainsi, on constate que ces lecteurs profanes ne prennent même pas la peine de faire la lecture des encarts ou des introductions méthodologiques dans lesquels les journalistes présentent leur protocole de sélection. Les guides Hachette, Parker, Dusser-Gerber ou Bettane-Desseauve, pour ne prendre que l’exemple des guides d’achat les plus diffusés en France, suivent pourtant des logiques de qualification des vins assez différentes et leur connaissance est riche d’enseignement pour un lecteur qui sait interpréter ces différences. Il n’est pas indifférent de savoir si l’on a affaire à des dégustations « à l’aveugle » ou à des dégustations de vins dont l’identité est précisément connue au moment où ils sont appréciés ; s’il s’agit de dégustations effectuées par un jury collectif et donnant lieu à une appréciation « moyenne » (c’est-à-dire combinant les appréciations de plusieurs dégustateurs), ou bien de dégustations réalisées par une personne unique (et exprimant donc un goût personnel). Les spécialistes de la dégustation savent bien que les classements qui résultent de ces différents types de dégustations peuvent être divergents.

7De même, le résultat d’une dégustation comparative est extrêmement sensible à l’âge des vins : or, certains palmarès publiés dans la presse portent sur des vins ayant déjà longuement vieilli ; d’autres concernent des vins à peine commercialisés ; d’autres encore portent uniquement sur des vins encore en cours d’élaboration. Cependant, toutes ces différences de méthode (et tous les problèmes méthodologiques qu’elles soulèvent) sont largement méconnues par les lecteurs profanes. S’agissant du troisième type de contrôle possible, celui qui porte sur les résultats du travail de dégustation, il est là encore quasi inexistant. On pourrait pourtant penser que tout lecteur, même s’il ignore la manière dont sont construits les jugements de la critique vinicole, possède les moyens de vérifier a posteriori si les conseils suivis étaient bons – tout simplement en buvant les vins achetés et en jugeant s’ils satisfont à son goût. En réalité, ce contrôle ex post s’avère lui-même difficile à réaliser. Les vins conseillés par la critique vinicole sont en effet bien souvent des vins de garde. Tant qu’ils sont jeunes, leur évaluation demande une grande expérience de la dégustation. Le lecteur qui ne la possède pas pourra donc, au mieux, se faire une idée personnelle seulement après une attente de plusieurs années. En outre, même dans le cas d’une dégustation de vins prêts à la consommation, de nombreux consommateurs ne se considèrent pas forcément capables et/ou fondés à porter un jugement autonome. Convaincus en effet que le bon goût, le savoir juger, n’est pas une affaire de goût personnel, mais qu’il est le produit d’une éducation du jugement, la plupart des lecteurs profanes se défient de leur propre jugement et se dénient le droit de contester des avis qu’ils considèrent comme mieux fondés que les leurs. Devant un vin encensé par la critique et donc censé être bon, ils expriment parfois leur désagrément (ils n’aiment pas), mais se gardent de tirer une conclusion définitive : peut-être s’agissait-il d’un vin au style inhabituel et déroutant – et non pas d’un mauvais vin. La divergence d’appréciation avec la critique vinicole ne débouche donc pas nécessairement sur une crise de la relation de confiance.

8Le second trait marquant des lecteurs profanes, suite logique du premier, est qu’ils n’opèrent pas de différenciation entre les publications prescriptives, du moins pas selon un critère de pertinence et de fiabilité du travail de sélection des vins. Les différents critiques vinicoles leur apparaissent donc interchangeables. Dans la mesure en effet où leur capacité de contrôle est extrêmement limitée, il est bien évident que leur engagement initial dans une carrière de lecteur ne peut procéder d’une évaluation et d’une comparaison des qualités et des défauts intrinsèques des diverses publications. Si, au départ, les lecteurs profanes se portent vers telle publication plutôt que vers telle autre, c’est plutôt en raison de facteurs tels que la diffusion commerciale des publications (publicité effectuée au moment de la parution, nombre de points de vente où ils sont disponibles). Certains guides sont vendus chez tous les libraires, dans les rayons des supermarchés, dans les halls de gare. Ils sont donc aisément repérables et accessibles. En période de foires aux vins, on constate aussi que les responsables des magasins en mettent des piles entières à la disposition des acheteurs dans les rayons concernés, à proximité des bouteilles mises en vente, de sorte que toutes ces publications bénéficient de la publicité liée à l’engouement pour ces manifestations. Parmi les critères qui décident des préférences des lecteurs profanes, on trouve aussi la clarté et la lisibilité de la présentation, ou bien encore la facilité à trouver dans le commerce les vins conseillés. Cette indifférenciation initiale des critiques vinicoles du point de vue du critère de la confiance tend ensuite à se perpétuer, puisque aucun contrôle ne conduit à reconsidérer le choix initial. Il y a même un phénomène de fidélisation des lecteurs dans la mesure où ceux qui ont déjà acheté un guide d’achat tendent à lire en priorité cet ouvrage pour rentabiliser leur investissement financier. De plus, dans la mesure où chaque publication possède ses propres conventions de notation et de présentation, le passage de l’une à l’autre implique un coût d’adaptation, ce qui incite à ne pas changer si, par ailleurs, on considère que toutes les publications se valent.

  • 1 Il peut s’agir de jeunes gens (25-30 ans) qui entrent dans la vie adulte et qui, avec la transforma (...)

9La troisième caractéristique des lecteurs profanes est qu’ils ne vivent pas l’absence de contrôle sur les prescripteurs comme un handicap, une dépossession. Quand ils évoquent leur ignorance concernant le travail de qualification des critiques vinicoles, ils n’expriment aucun regret. Certains déclarent même que connaître le détail du travail de sélection des critiques vinicoles ne les intéresse pas (« ça, c’est la cuisine des journalistes », selon les mots de l’un d’entre eux). Ils souhaitent simplement des classements « clé en main ». Subjectivement, à ce stade initial de la carrière, la relation lecteur-critique est donc pleinement acceptée dans son asymétrie. Cela peut sembler surprenant, mais il ne faut pas se dépêcher de voir là une forme d’irrationalité, de confiance aveugle. Lorsqu’on approfondit l’analyse compréhensive, on se rend compte que cette attitude est en adéquation avec la situation générale de ces lecteurs. Ils sont en effet ce qu’on pourrait appeler des amateurs « débutants », c’est-à-dire des personnes1 dont les rapports à la culture œnophile sont tout à fait particuliers. D’un côté, ils s’y intéressent, la prennent au sérieux et voudraient s’y initier. Ainsi, ils partagent le postulat fondamental de la culture œnophile selon lequel le vin est un objet d’esthétisation, de collection, de commentaires experts. Ils admettent par là même l’existence d’un art du bien boire dont la maîtrise passe par une compétence œnophilique, c’est-à-dire par la mobilisation d’un bagage culturel spécifique (techniques corporelles et langage de la dégustation, sens pratique permettant de connaître ou d’identifier sans erreur les bons vignerons ou les bonnes caves, ou bien encore références à l’histoire, à la géographie du vignoble et aux techniques de fabrication). En même temps pourtant, parce que leurs investissements dans la connaissance du vin sont récents et s’effectuent en grande partie de manière autodidacte, ils ont conscience de mal connaître les codes et les normes de la culture œnophile. Pleins de bonne volonté culturelle et en même temps complexés, ils vivent ainsi dans une crainte permanente de commettre des erreurs, soit en ne sachant pas choisir les meilleurs vins et les meilleures affaires, soit en énonçant des jugements dégustatifs peu orthodoxes. Ces erreurs, vécues comme un échec personnel, les placent face à leur manque de culture et les signalent aux connaisseurs comme des non-connaisseurs. Ces amateurs débutants sont donc à la recherche d’une autorité qui représente pour eux le bon goût œnophile et qui serve de point d’appui à leur jugement. Ils cherchent, au plein sens du terme, un guide, un juge suprême dont les avis définissent la règle du convenable et du chic. Et c’est bien cette fonction qu’ils attendent des critiques vinicoles : qu’ils marquent la norme. Ainsi, l’un d’eux affirme par exemple : « Ma Bible, c’est le Parker » ; tel autre nous déclare : « Pour moi, les guides et la presse, c’est plus comme une sorte de dictionnaire. Si vous voulez, quand vous n’êtes pas sûr d’un mot, vous allez voir dans le Petit Robert. C’est la norme de l’orthographe, en quelque sorte. »

10La confiance accordée par les lecteurs profanes aux critiques vinicoles étant manifestement liée au fait que ces derniers apparaissent de façon crédible comme l’incarnation ou plutôt l’interprète légitime de la norme sociale, son analyse nous renvoie donc à la littérature sociologique qui, de longue date, s’est interrogée sur les conditions sociales de possibilité d’un discours et d’un langage autorisés. Cette question est déjà, notamment, au centre de l’étude de Marcel Mauss (1950 b) sur la magie et sur les fondements de l’influence sociale des magiciens. Plus près de nous, Pierre Bourdieu (1975), en s’inspirant des travaux de Mauss, a consacré une grande partie de ses travaux à analyser les actes d’institution et les mécanismes de délégation qui permettent, dans des espaces sociaux divers, à des acteurs tels que des prêtres, des hommes politiques ou des artistes de parler en position d’autorité. Dans le schéma explicatif bourdieusien de la production de la croyance, l’efficacité d’un discours autorisé, c’est-à-dire sa capacité à influencer les représentations, les décisions et les comportements de certains acteurs, renvoie au fait que celui qui tient ce discours (dans le cas qui nous occupe, celui qui qualifie les vins) est investi d’une garantie de délégation : il s’exprime en tant que délégué légitime, « porte-parole », selon l’expression de Bourdieu, d’une institution (église, école, profession...). Ses paroles n’inspirent donc la confiance que pour autant qu’il est reconnu comme habilité à tenir le discours qu’il tient ; et cette reconnaissance s’explique elle-même par le fait, d’une part, qu’il mobilise des signes qu’il est un délégué légitime et, d’autre part, par le fait qu’il existe un public doté d’un système de valeurs, d’idées et de croyances au sein duquel ces signes sont investis d’une signification.

11D’où procède l’habilitation à s’exprimer des critiques vinicoles ? Ceux-ci se présentent toujours comme des experts, mais dans leur cas, ce titre d’expert est entouré de flou. Il n’existe pas en effet d’organisation professionnelle (dotée d’institutions représentatives, d’une police professionnelle pouvant exclure les fautifs et d’un système de formation assurant auprès des entrants dans le groupe la diffusion et la reproduction des compétences nécessaires à la pratique professionnelle) qui garantisse qu’un individu est apte à exercer les fonctions de critique vinicole. C’est donc vers des formes de délégation d’autorité au caractère moins formel et officiel qu’il faut orienter la recherche. En l’occurrence, le simple fait qu’un critique vinicole s’exprime au travers d’un média public de large diffusion (dans des publications tirées à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires) est déjà, en soi, aux yeux du lectorat profane, un signe que, derrière les activités de ce critique, il y a toute une organisation collective et des moyens humains et financiers importants qui sont engagés. Le lecteur ne sait pas exactement lesquels, bien entendu, mais il sait cependant que le critique vinicole ne travaille pas seul et qu’il ne pourrait pas faire ce qu’il fait sans le soutien d’acteurs qui, à travers leur soutien même, constituent une garantie de légitimité. Par exemple, les critiques vinicoles travaillent souvent ostensiblement en compagnie de professionnels du monde du vin tels que des sommeliers (souvent d’ailleurs des lauréats de concours) ou des œnologues. Or, cette coopération avec des professionnels établis et reconnus du monde du vin crédibilise les chroniqueurs vinicoles, puisque les lecteurs interprètent le soutien de sommeliers ou d’œnologues comme un signe que le travail de la critique vinicole est digne d’être pris au sérieux.

  • 2 À cet égard, il faut noter que si les critiques vinicoles ont le pouvoir de consacrer certains vins (...)

12De même, les lecteurs profanes interprètent le fait que les chroniqueurs vinicoles ont la possibilité de déguster et de commenter les vins les plus prestigieux (crus classés de Bordeaux, grands crus de Bourgogne, du Rhône, etc.) comme un signe qu’ils ont leurs entrées dans les domaines vinicoles les plus « select », autrement dit qu’ils sont reconnus dans le milieu du vin2. En outre, lorsque des éditeurs ayant une position reconnue (Hachette, Albin Michel), ou bien que des publications anciennes et considérées (Le Point, Gault-Millau, La Revue du vin de France, etc.) acceptent de publier des commentaires de dégustation, cela constitue pour le lectorat un signe qu’on a affaire à un travail de dégustation sérieux (« C’est Hachette, tout de même ! », nous a par exemple déclaré un lecteur profane pour justifier la valeur du guide Hachette). Par conséquent, sauf à supposer une entreprise collective à grande échelle pour tromper les lecteurs, les critiques vinicoles peuvent, grâce à toutes ces manifestations de soutien, se présenter auprès de leurs lecteurs profanes comme des « experts » sans que cela apparaisse comme un coup de force symbolique : leurs revendications d’expertise dégustative et de probité du travail de dégustation apparaissent en effet comme étayées, accréditées, par de multiples acteurs qui, compte tenu de leur position, de leurs titres et de leurs activités, bénéficient d’une présomption de confiance.

Intégration aux cercles œnophiles et reconstruction de la confiance sur la base de la réputation individuelle d’expertise et de probité des chroniqueurs vinicoles

13L’autre espèce de lecteurs qu’on rencontre dans le monde de la culture œnophile sont les lecteurs que nous qualifions de « critiques » ou d’ « éclairés ». Ces lecteurs dénoncent comme naïve et aveugle la confiance que les profanes accordent aux critiques vinicoles et se montrent soucieux d’établir avec ces derniers des relations plus équilibrées. Certes, ils demeurent dans une position de dépendance par rapport aux critiques vinicoles, car, même s’ils se considèrent comme aptes à juger par eux-mêmes en dernier ressort de la valeur d’un vin ou d’un vigneron, ils n’ont pas pour autant la possibilité pratique de tout goûter et de tout comparer. De même, bien qu’ils possèdent des relations grâce auxquelles, comme nous le verrons plus loin, ils ont accès à des informations non publiques, ils savent que ces informations, quoique précieuses, sont fragmentaires. Ces lecteurs, comme les profanes, demeurent donc très attachés à la lecture de certaines publications prescriptives. Cependant, à la différence des profanes, ils ne se satisfont plus d’une confiance accordée sur la base d’une position institutionnelle établie. Au-delà de cela, ils souhaitent pouvoir juger plus précisément la nature et la valeur du travail de dégustation des critiques vinicoles, ce qui implique de ne plus se satisfaire de classements des vins « clé en main » et de s’intéresser à la manière dont ces classements sont élaborés. De fait, en acquérant (nous verrons plus loin comment) une meilleure connaissance du fonctionnement des publications vinicoles, ces lecteurs sont effectivement en mesure d’établir entre elles des différenciations assez fines.

  • 3 Distinction suprême décernée par ce guide. La hiérarchie des distinctions comporte cinq degrés : ci (...)

14S’agissant par exemple du guide Bettane-Desseauve, ils reconnaissent généralement la sûreté de goût et la vaste expérience du vin de ses auteurs ; en revanche, ils lui reprochent de consacrer trop d’attention aux vins déjà fortement consacrés et de ne pas s’ouvrir suffisamment aux domaines encore peu connus. Ce guide apparaît donc comme une publication assez conservatrice, qui ne sort pas assez des sentiers balisés des régions vinicoles fameuses. De ce point de vue, le guide Hachette apparaît comme le contrepoint parfait du Bettane-Desseauve. Les lecteurs éclairés plébiscitent en effet sa large ouverture à tous les vins, de toutes les régions. En revanche, ils reprochent aux « coups de cœur3 » décernés par Hachette d’être fréquemment attribués à des vins somme toute assez banals. Ils attribuent ce défaut au fait que cette consécration est décernée par des jurys dont la composition est hétérogène, ce qui favoriserait l’élection de vin de « compromis », plaisant à tous les membres d’un jury, plutôt que l’élection de vins hors norme, aux caractères plus marqués. Un autre reproche fréquemment adressé au guide Hachette, qui désigne les meilleures cuvées sur la base d’une seule dégustation à l’aveugle, c’est qu’il rend quasiment impossible la détection des échantillons « truqués » : n’étant soumis à aucun contrôle véritable, les vignerons peuvent en effet présenter sans risque des vins dont la qualité n’est pas représentative de la qualité réelle de leur production. Le guide Parker, quant à lui, a la réputation de trop favoriser un certain style de vins, jouant davantage sur la puissance tannique et alcoolique que sur la finesse. Du fait de leur adéquation au goût de Parker, certains vins, ceux de la vallée du Rhône notamment, obtiendraient ainsi fréquemment des notes très élevées, tandis qu’à l’inverse, les vins de Bourgogne ou de la Loire seraient l’objet d’une sous-estimation systématique. On pourrait ainsi multiplier les exemples, notamment en évoquant tel ou tel guide d’achat qui pâtit d’une réputation de vénalité et dont les distinctions sont soupçonnées d’être décernées principalement contre paiements directs de la part des producteurs. Le fait important à retenir est que, chez ces lecteurs critiques, la confiance n’est pas accordée indifféremment à tous les chroniqueurs et publications vinicoles, mais repose sur une capacité à cerner de façon assez fine la pertinence du travail de qualification des vins réalisé par chacun.

15Cette capacité à réaliser une lecture critique apparaît comme le résultat d’un travail d’éducation du jugement. Ainsi, tous les lecteurs critiques que nous avons rencontrés soulignent, quand ils évoquent l’histoire de leurs rapports à la critique vinicole, qu’ils sont d’anciens lecteurs profanes qui, peu à peu, ont appris à prendre de la distance par rapport à l’autorité des prescripteurs spécialisés. L’intégration des amateurs débutants à des réseaux de sociabilité œnophile apparaît comme le facteur explicatif principal de cette transformation. De façon générale, les lecteurs profanes sont en effet de nouveaux venus dans les cercles œnophiles. Auparavant, ils s’investissaient seuls ou avec un groupe d’amis, quasiment en autodidactes, dans l’achat et la dégustation de vins. Il s’agit donc d’amateurs qui ont des liens récents et peu nombreux avec les autres amateurs, les vignerons ou les professionnels de la distribution. À l’inverse, les lecteurs critiques disposent de nombreuses relations avec d’autres amateurs, mais aussi avec des vignerons, des professionnels de la distribution, voire avec des journalistes spécialisés.

16Cette intégration œnophile agit à un double niveau. Tout d’abord, quand les lecteurs profanes en viennent à fréquenter un milieu de « connaisseurs », dans lequel les différentes publications sont l’objet d’une hiérarchisation, ou en tout cas d’une différenciation assez fine, ils se rendent compte que leur incapacité personnelle à établir les différences pertinentes entre les publications est dévalorisante. Aussi longtemps que l’amateur débutant se positionne subjectivement par rapport aux non-amateurs, il trouve dans sa lecture des guides, quels qu’ils soient, un avantage comparatif : les lire suffit à asseoir sa supériorité par rapport à la masse des consommateurs de vin. Cela le rend capable de citer des noms et de donner des conseils aux gens moins informés que lui – bref, d’apparaître comme un connaisseur. Mais, quand il commence à s’intégrer aux cercles des « vrais » connaisseurs, son groupe de référence change. Dans ce nouveau milieu, lire des guides ne suffit plus à faire la différence, puisque quasiment tout le monde en lit. Il faut de surcroît être capable de lire les bons guides et encore, avec discernement. D’où une incitation très forte à sortir de son état d’ignorance initial pour apprendre à mesurer la portée et les limites du travail de qualification des vins réalisé par les critiques spécialisés.

  • 4 D’ailleurs, pendant le temps où nous avons observé les cercles d’œnophiles parisiens, nous avons vu (...)

17L’intégration œnophile fournit aussi aux lecteurs profanes des moyens concrets de s’initier à une lecture critique dans la mesure où elle leur permet de prendre part à un processus collectif, non dirigé et informel, de contrôle des chroniqueurs vinicoles et de leurs activités. Ce processus de contrôle implique les chroniqueurs vinicoles eux-mêmes, mais aussi des professionnels de la distribution, des vignerons et une partie des amateurs. Il existe en effet des contacts fréquents entre ces différentes catégories d’acteurs. Par exemple, dans les jurys de dégustation, on trouve presque toujours à la fois des journalistes, des cavistes, des sommeliers ou des vignerons. De même, dans les salons « professionnels » où les producteurs de vin ont l’habitude de présenter leurs cuvées aux prescripteurs français et étrangers, on rencontre à la fois des critiques vinicoles et des professionnels de la distribution. Mais certains amateurs eux-mêmes peuvent être admis dans ces manifestations, car la frontière est mince entre amateurs et professionnels4. Des professionnels (cavistes, sommeliers, journalistes) qui ont leurs entrées dans un salon n’hésitent en effet pas à coopter des amateurs, dès lors qu’ils jugent qu’il s’agit d’amateurs faisant preuve d’une certaine compétence œnophilique. Dans certaines publications (comme le guide Hachette ou la revue Bourgogne aujourd’hui), des amateurs participent même au jury de sélection des vins.

18D’un point de vue culturel, ces rapports et ces rencontres sont facilités par le fait qu’il existe entre tous ces acteurs une forte proximité, puisque tous orientent leur activité, au moins partiellement, par rapport aux valeurs et aux normes constitutives de la culture œnophile (telle que nous l’avons présentée précédemment). Or, ces réseaux d’interactions, qui donnent vie au monde de la culture œnophile, favorisent une circulation incessante de l’information. En particulier, lorsque des amateurs se rencontrent, ou rencontrent des vignerons ou des cavistes, il n’est pas rare qu’ils évoquent les notes et les appréciations décernées par la critique vinicole à telle ou telle cuvée, tel ou tel vigneron. Chacun y va du récit de son expérience et communique aux autres les témoignages qu’il a déjà eu l’occasion d’entendre. Ces discussions sont ainsi l’occasion de procéder à des comparaisons entre plusieurs publications, de commenter les commentaires des journalistes, de s’interroger sur la manière dont ils travaillent et sur la pertinence de leurs jugements. Cela ne peut que faire évoluer le point de vue des amateurs les moins bien informés. Ainsi, en accumulant du capital social œnophile, les amateurs échappent à la relation de face-à-face journaliste-lecteur, caractéristique de la lecture profane. L’influence des critiques n’existe plus désormais que relayée par l’influence d’acteurs qui valident ou infirment la parole journalistique — en lui ajoutant (ou en lui retranchant) le poids de leur propre autorité. En étant impliqués dans ces échanges d’informations, les lecteurs non critiques comprennent que la désignation des meilleurs vignerons n’est pas une simple opération de dévoilement de la hiérarchie objective des valeurs vinicoles, mais qu’elle implique toute une série de choix techniques et politiques, plus ou moins pertinents, plus ou moins discutables. Ils apprennent ainsi à décrypter les règles de construction des palmarès vinicoles.

  • 5 Si nous avons choisi de présenter ce débat virtuel, c’est tout simplement parce que le travail de c (...)

19Un exemple permet de rendre tangible ce travail collectif de contrôle de la critique vinicole. Il s’agit d’un échange de vues qui a pour thème les stratégies d’euphémisation des mauvais commentaires, voire d’autocensure, que les chroniqueurs vinicoles mettent en œuvre pour ne pas froisser les producteurs qui coopèrent à leur travail en présentant leurs vins dans des bancs d’essai. Cet échange s’est déroulé pendant l’automne 1999 sur une liste de discussion virtuelle à laquelle participent plusieurs centaines d’amateurs de vin français, mais aussi des journalistes spécialisés, des cavistes, des vignerons ou des sommeliers (www.iacchos.com)5.

20Le débat commence après la parution d’un dossier sur les vins de Bourgogne dans la Revue du vin de France. Après avoir comparé deux palmarès publiés par la revue à quelques numéros d’intervalle et constaté que les producteurs désignés comme les meilleurs n’étaient pas les mêmes dans les deux cas, un amateur s’interroge sur l’origine de ces différences. Il note que la revue ne publie pas la liste complète des vignerons qui ont présenté leurs vins à la presse et se contente de citer ceux dont les vins ont plu. Du fait de ce silence, il est impossible d’interpréter la signification de l’absence de tel ou tel vigneron dans les palmarès : sa non-sélection est-elle due à un échec (il a présenté ses vins, mais n’a pas été retenu), ou est-elle due au fait qu’il n’a tout simplement pas participé à la sélection ? Un des journalistes de la Revue du vin de France répond directement sur le site Internet pour préciser la logique de sélection. Il indique que tous les producteurs sont sollicités, mais que chacun est libre de participer. Un excellent vigneron peut décider de participer une fois, mais pas la fois suivante, ce qui peut expliquer les différences d’un palmarès publié à l’autre. Autrement dit, ces différences ne serait pas le signe d’un manque de cohérence du travail journalistique de sélection, mais refléteraient seulement l’évolution des stratégies de notoriété des producteurs.

21C’est sans doute vrai, mais, comme le souligne un nouvel intervenant dans le débat, si la liste complète des producteurs était publiée, les lecteurs disposeraient de toutes les informations pour interpréter la signification exacte des palmarès. Ce journaliste élude donc soigneusement le principal problème. Interpellé, le journaliste se défend. Il souligne que publier des critiques négatives sur un vigneron au vu d’une seule dégustation, ce serait ne pas tenir compte des aléas qui affectent toute dégustation et qui font qu’un vin peut paraître mauvais pour des raisons qui ne tiennent pas à ses qualités intrinsèques. Par respect d’une déontologie de la dégustation (J.L. Fernandez, 2002), ce journaliste refuse donc de publier une liste des « refusés » qui risquerait de créer un amalgame entre les mauvais producteurs et ceux qui ont simplement pâti de circonstances défavorables. Un nouvel amateur intervient alors pour remarquer que si des aléas peuvent affecter la fiabilité des résultats d’une dégustation, la prise en compte des résultats obtenus sur un grand nombre de dégustations devrait permettre d’éliminer les sources d’incertitude. Une évaluation de long terme des différents vignerons, éliminant les accidents, pourrait donc conduire à la publication de résultats de dégustation complets et fiables, comprenant les vignerons régulièrement bien ou mal notés et ceux dont les résultats sont plus irréguliers. Le journaliste intervient de nouveau pour souligner que la Revue du vin de France fait justement paraître un guide d’achat annuel, le Bettane & Desseauve, qui procède à l’évaluation dans la durée réclamée par le précédent intervenant, ce qui permet de pallier les insuffisances des palmarès publiés dans la revue sur la base de bancs d’essai comparatifs. L’argument ne convainc pas un autre intervenant, qui signale qu’une trentaine de producteurs sélectionnés l’année précédente dans le Bettane & Desseauve figurent plus dans la nouvelle édition – sans qu’aucune raison soit présentée par les auteurs pour justifier leur exclusion. D’où une certaine perplexité du lecteur qui s’interroge : les vignerons exclus feraient-ils des vins affectés d’un vilain défaut difficile à déceler dans les premiers mois de leur vie ? aurait-on découvert des pratiques louches chez eux ? ou bien ont-ils tout simplement cessé de présenter leur vin aux auteurs du guide ? La liste complète des vins soumis à la dégustation n’étant pas publiée, il n’est pas possible de trancher. Pourtant, ce guide est construit à partir d’une évaluation dans la durée des vignerons : aucune raison « technique » relative aux aléas du jugement dégustatif ne s’oppose donc à la publication de cette liste. La seule explication satisfaisante au refus des critiques vinicoles de la publier est donc strictement politique : ils ne veulent pas prendre le risque de froisser des producteurs, dont la coopération leur est indispensable, en publiant de mauvais commentaires et se contentent de rendre publiques uniquement les bonnes appréciations.

22Au total, à travers ce débat, on voit clairement à l’œuvre un travail collectif de contrôle qui porte de façon précise et concrète sur les procédures journalistiques de qualification des vins et qui confère aux actes des critiques vinicoles une forte visibilité. Nous employons ce terme de « visibilité », de préférence à publicité, pour bien marquer la différence avec la forme de confiance précédemment étudiée. Dans le cas des lecteurs profanes en effet, les signes qui cristallisaient la confiance étaient véritablement des repères publics (Mangematin, 1999, p. 45), visibles par tous. En revanche, avec les lecteurs critiques, on a affaire à une confiance qui se construit à partir d’informations accessibles uniquement aux acteurs intégrés à des réseaux de sociabilité œnophile. « L’information pertinente se concentre fondamentalement dans les réseaux de relations interpersonnelles que l’on nomme des réseaux-échanges » (Karpik, 1989, p. 192). L’intégration à ces réseaux, si elle sape les fondements de la confiance profane, fournit aussi les moyens de reconstruire la confiance sur de nouvelles bases, à savoir la réputation de fiabilité et de pertinence personnellement attachée à chaque chroniqueur. En l’occurrence, ces réputations se forgent selon un mécanisme analogue à celui décrit dans le cas des milieux artistiques par Becker (1988) ou Bourdieu (1977). Tous deux montrent en effet que la réputation d’une personne ou d’un objet peut s’analyser comme l’accumulation des consécrations qu’ils ont reçues de la part d’acteurs disposant eux-mêmes, déjà, d’une réputation et qui se comportent comme des « banquiers symboliques ». Ainsi, à travers la circulation des hommages ou des critiques, la réputation des uns se construit en prenant appui sur la réputation des autres. C’est bien ce type de circuit de la consécration que permet le fonctionnement des réseaux de sociabilité œnophiles. Chaque acteur intégré à ces réseaux peut en effet diffuser ses propres jugements sur la valeur des chroniqueurs vinicoles et accéder aux jugements des autres acteurs. Bien entendu, les « informations » qui circulent ainsi n’ont de valeur que pour autant que celui qui les diffuse est lui-même doté d’une réputation qui leur confère de la crédibilité. La confiance vis-à-vis des chroniqueurs vinicoles, qui se reconstruit sur la base de leur réputation individuelle d’expertise dégustative et de probité, repose donc elle-même sur la confiance qui existe entre les acteurs du réseau, puisque c’est cette confiance qui valide les informations et les consécrations qui circulent.

***

  • 6 Par opposition à la confiance personnelle, fondée notamment sur le réseau.

23L’opposition entre lecteurs profanes et lecteurs critiques renvoie à deux mécanismes de construction de la confiance. Les profanes, qui se comportent comme de simples destinataires des conseils donnés par les chroniqueurs vinicoles, sans savoir (ni chercher à savoir) comment ils ont été élaborés, ni quel est leur champ de pertinence, créditent les chroniqueurs de leur confiance sur la base des signes de reconnaissance « institutionnelle » que ces derniers manifestent. Les lecteurs critiques, quant à eux, bien intégrés aux cercles œnophiles, ne sont pas de simples « preneurs » de réputations établies, mais participent activement à un travail de construction des réputations. Ce sont des sortes de militants qui font connaître autour d’eux leur désaccord ou leur accord avec les informations et les conseils donnés. Ainsi, les publications vinicoles prescriptives, qu’on serait au premier abord tenté de considérer comme des dispositifs de jugement fondé sur la confiance impersonnelle6 (Karpik, 1996), construisent, au moins en partie, leur influence en s’appuyant sur un travail de bouche à oreille qui a pour siège les réseaux d’amateurs et de professionnels du vin. Nous trouvons ainsi dans nos observations la confirmation d’une des hypothèses formulées par Karpik, à savoir « que l’échange d’un bien ou d’un service est rarement livré à un seul dispositif de qualification : le réseau peut doubler les mécanismes impersonnels ». La confiance est ainsi « distribuée » (Karpik, 1996, p. 545).

Notes

1 Il peut s’agir de jeunes gens (25-30 ans) qui entrent dans la vie adulte et qui, avec la transformation de leur statut social, découvrent le vin ; ou bien alors, dans des cas tout aussi nombreux, de buveurs qui, depuis plusieurs années déjà, ont une consommation de vin ponctuelle ou régulière, mais dont le mode de consommation change.

2 À cet égard, il faut noter que si les critiques vinicoles ont le pouvoir de consacrer certains vins, l’effet de consécration s’exerce dans l’autre sens : du vin célèbre vers le critique. Le monde du vin est en effet comme celui des lettres et des sciences : il a ses classiques, ses grands noms, ses références obligées, de sorte que, pour un critique vinicole, citer les grands châteaux et les grands domaines, c’est donner des signes de son importance en tentant de faire rejaillir sur soi un peu du prestige des noms consacrés. Ainsi, les critiques vinicoles sont en partie jugés, par leurs confrères et, plus largement, par les acteurs du monde du vin, en fonction du niveau de prestige des vins auxquels ils ont accès et dont ils peuvent parler. « Si vous êtes critique de cinéma et vous êtes spécialisé dans la comédie de série B ou dans le film de kung-fu, vous êtes moins reconnu que si vous couvrez le festival de Cannes. C’est un peu pareil pour le vin. C’est vrai qu’aujourd’hui, il y a une reconnaissance par le vignoble et que faire le Jura ou la Savoie, c’est pas la même chose que faire Bordeaux ou la Bourgogne » (entretien avec un journaliste de Cuisine et vins de France).

3 Distinction suprême décernée par ce guide. La hiérarchie des distinctions comporte cinq degrés : cité avec une, deux ou trois étoiles, cité avec un « coup de cœur ».

4 D’ailleurs, pendant le temps où nous avons observé les cercles d’œnophiles parisiens, nous avons vu plusieurs amateurs franchir cette frontière pour devenir caviste, vigneron ou même collaborateur à des revues vinicoles.

5 Si nous avons choisi de présenter ce débat virtuel, c’est tout simplement parce que le travail de commentaire des commentaires journalistiques y est particulièrement visible. C’est aussi parce que plusieurs acteurs que nous avons observés par ailleurs participent activement à cette liste de discussion, ce qui nous donne un moyen de contrôle sur la fiabilité des informations recueillies par croisement de nos diverses sources. Nous pouvons ainsi affirmer que les arguments qui sont échangés par les internautes de iacchos.com sont tout à fait représentatifs des arguments qui s’échangent plus largement dans les autres situations de sociabilité œnophile.

6 Par opposition à la confiance personnelle, fondée notamment sur le réseau.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search