Version classiqueVersion mobile

Des mondes de confiance

 | 
Vincent Mangematin
, 
Christian Thuderoz

Seconde partie. Actes de confiance

Chapitre 11. Construire la confiance par l’échange pour les éleveurs transhumants du Nord-Cameroun : respect des normes et relations individuelles

Juliette Rouchier

Texte intégral

1La notion de confiance semble assez centrale pour les sciences de la société, dans la mesure où les humains se côtoient dans un monde social qui leur semble peu sûr mais où ils doivent néanmoins agir (Luhmann, 1979). Une interaction entre deux individus crée en général une vulnérabilité objective dont la perception, pour être acceptée, doit être compensée par des mécanismes psychologiques. Ceux-ci sont en général désignés par le terme de « confiance ». Il s’agit de l’ensemble des croyances sur les intentions d’un individu qui peuvent être vues sous un angle positif — « je crois que l’autre se comportera bien à mon égard » — ou négatif — « je crois que j’ai les moyens de pousser l’autre à bien se comporter ». Malgré l’apparente contradiction entre ces deux représentations de l’autre, elles ne sont pas si faciles à différencier : lorsqu’il s’agit d’expliciter les raisons de sa confiance, il est fréquent qu’un individu lie les deux d’une façon complexe ; de plus, on peut considérer que la logique qui permet de les créer se base sur des processus similaires d’apprentissage.

2Le texte présenté ici débute par la présentation d’une recherche de terrain qui a été effectuée au nord du Cameroun en 1998, le thème de l’étude étant de comprendre les relations entre membres de différentes communautés pour l’accès d’une ressource renouvelable commune. Le contexte dans lequel les individus évoluent dans la région peut être vu comme très violent et n’offrant que peu de sécurité ou de garanties en cas de problème grave. La confiance était un maître mot utilisé par les acteurs pour expliquer la plupart de leurs actions à l’égard d’un autre : on verra dans cette première partie les raisons avancées pour l’apparition de la confiance entre des individus dans ce contexte.

3Dans une seconde partie, les arguments seront repris pour aider à classifier divers processus qui mènent à la construction de croyances dans le comportement futur d’un individu. Y sont décrits principalement les types d’informations utilisées, classées selon deux axes : en fonction de la façon dont elles sont collectées (soit au moment de l’interaction, soit dans le passé) ; en fonction de la façon dont elles sont analysées (en référence à la sphère « privée » de la relation entre les deux individus, ou au « collectif », reposant sur divers éléments sociaux extérieurs).

Inspirer confiance en tant que migrant

Transhumance et négociations pour l’accès à la terre

  • 1 Pour une description précise du travail de terrain, se référer à Rouchier (2000) et aux résultats d (...)

4Le travail qui a donné lieu au modèle sur la confiance présenté ici est une série d’enquêtes menées dans la région de l’extrême-nord du Cameroun durant trois mois au début de l’année 1998. Le but était de saisir l’organisation des relations entre les éleveurs de bœufs nomades ou transhumants et les villageois1. Le travail d’enquête a consisté en des entretiens menés auprès d’éleveurs, soit dans leurs campements soit dans leur village (pour ceux qui n’étaient pas partis en transhumance cette année) ; d’agriculteurs, avec ou sans connaissance du monde des transhumants ; de chefs de petits villages (laawan, responsable d’un sous-territoire du laamidat) ou de campements (ardo). Le laamidat est le territoire du laamido, chef traditionnel, et ces enquêtes ont reposé sur quatre territoires : Maroua, Kaele, Pouss et Mindjivin.

5Il est assez commun de trouver, dans la littérature sur l’élevage dans la zone soudano-sahélienne, des descriptions des conflits graves qui opposent les habitants de la brousse et des villages. Ils sont en général interprétés comme des oppositions ethniques amplifiés par la pression foncière. Cependant, on constate que de nombreux éleveurs ont des habitudes très ancrées dans la zone (Requier-Desjardins, 1997) et que même après avoir connu des déboires, parfois sérieux, ils reviennent avec une grande régularité dans la même région et continuent à respecter les institutions en place. Ce sont les raisons de cette persistance que nous avons cherchées lors des enquêtes.

6L’extrême-nord du Cameroun, frontalière avec le Tchad, la République centrafricaine et le Nigeria, est une zone de grande mobilité — à la fois du fait de sa tradition de nomadisme et des migrations nombreuses. Cette région est très connue pour son importante population d’éleveurs nomades, Peuls ou Arabes Shoas, vivant dans des campements de brousse et qui se déplacent entre plusieurs régions en fonction des saisons. Cette transhumance est une réponse presque obligatoire aux évolutions de la ressource au cours de l’année : les bœufs ne peuvent se nourrir sur des terres qui deviennent trop arides, trop humides ou servent aux cultures une partie de l’année. Même les villageois qui possèdent de gros troupeaux les font migrer vers d’autres régions. Tous les ans à la même saison, les habitants des zones d’accueil voient alors la brousse se remplir de troupeaux. Pendant les périodes où ils sont en contact avec les populations des villages, les éleveurs doivent à la fois pouvoir effectuer des échanges économiques, ventes ou contrats, et s’assurer une vie sans heurts avec leurs voisins. Tous s’accordent sur le fait que les problèmes de sécurité rendent la confiance fondamentale dans ces échanges et dans la gestion des conflits. Si les « routes de transhumance » sont plutôt régulières (les campements retournent souvent près des mêmes villages d’une année sur l’autre), de nombreux changements ont aussi lieu. Il semblait intéressant de saisir quels comportements les éleveurs choisissent pour inspirer confiance et, inversement, quelles observations permettent aux sédentaires d’émettre des jugements.

7Les divers usages de l’espace, parfois directement concurrentiels, font ainsi l’objet de permanentes négociations et occasionnent assez souvent des tensions. Le conflit le plus classique pour les éleveurs est lié au vagabondage des bêtes sur les terres agricoles et aux dégâts qui s’ensuivent. Dans la zone, plusieurs formes de justice cohabitent et l’insécurité très forte augmente d’autant les chances d’avoir des problèmes importants : la légitimité à se trouver sur le territoire, si elle est essentielle, n’est pas toujours aisée à obtenir.

Conflits, menaces et protection

8Deux formes de justice cohabitent dans la zone d’étude : le pouvoir national y est représenté par les délégués de divers ministères, tels que le vétérinaire et des policiers ; le chef traditionnel possède également un rôle de représentant de l’administration centrale et conserve par tolérance le droit de faire régler les affaires courantes de justice. Les policiers sont connus principalement pour leur malhonnêteté : ils rançonnent ou attaquent cruellement les populations sans même chercher de prétexte, laissent sortir de prison les riches criminels qui peuvent les corrompre. Tout en ayant perdu l’important pouvoir qu’il possédait auparavant, le chef représente un ordre ancien et est encore un recours légal plus naturel pour les villageois et les éleveurs.

  • 2 Les arrangements avec les esprits prennent une forme très différente de ceux avec les humains, c’es (...)

9De façon générale, dans l’extrême-nord du Cameroun, les villageois considèrent la brousse comme un lieu recelant de multiples dangers : en plus de nombreux esprits2 , elle cache des bandits de grand chemin (les « coupeurs de routes ») qui se réfugient dans les pays frontaliers s’ils sont poursuivis, où ils se fournissent également en armes modernes. Les bergers nomades sont souvent soupçonnés de participer à ces vols, bien qu’ils soient en fait les plus en danger dans leurs campements. Les systèmes de justice, s’ils ont des légitimités variables qui dépendent surtout de leur représentant, se rejoignent sur un point : aucun ne peut assurer la protection des individus dans une brousse si vaste, séparée de quelques heures de marche des frontières. En conséquence, les populations ressentent une vive insécurité, dans toute action isolée tout comme dans leurs échanges avec les autres populations. Entre les divers degrés d’insécurité ressentie, il semble que la seule institution sur laquelle les individus comptent universellement est la famille, au sein de laquelle les attentes seront presque obligatoirement comblées. Certains font aussi référence à l’amitié, qui est un peu plus dépendante des relations entre communautés. Il est très fréquent que, d’une saison sur l’autre, les éleveurs reviennent faire leurs affaires avec les mêmes interlocuteurs. Les individus interrogés estiment que la confiance entre client et vendeur est très importante et justifie cette régularité.

  • 3 Comme on peut en retrouver dans d’autres zones de transhumance et d’autres cultures (Bernus, 1994).

10Aux abords des villages, des zones sont officiellement réservées aux pâturages, afin de protéger les cultures des animaux tout en permettant aux bergers de promener les bêtes le long d’un parcours dans la journée. En pratique, les limites ne sont pas toujours respectées, du fait de la pression foncière et de l’ignorance des règles par les agriculteurs migrants. En conséquence du manque d’espace, les risques de voir les bêtes faire des dégâts sur les récoltes sont élevés dès que les bergers ne sont pas assez nombreux (Boutrais, 1995). La divagation sur un champ engendre en général un conflit, plus ou moins grave, entre le propriétaire du champ et celui des bêtes. D’autres formes de conflits3 , liées à des ruptures de contrats, « dérangent » la pratique de l’élevage pour les éleveurs : certains bergers ne sont pas rémunérés suivant l’accord passé, des achats ne sont jamais payés ; ces litiges touchent des éleveurs comme des agriculteurs.

11Dans les cas de conflit sur un dégât, le chef statue sur les dommages et intérêts et se fait en général rétribuer pour son jugement. Au cours des enquêtes, il est cependant apparu que tous les éleveurs n’allaient pas voir le chef de façon systématique en cas de conflits et les réglaient plutôt à l’amiable. En général, dans des situations peu graves, les deux parties sont d’accord pour ne pas perdre plus d’argent, ni se créer plus de soucis que nécessaire. Parfois, la raison est plus profonde : un des chefs de la région (dans une zone qui est incontournable certaines années) est considéré comme dictatorial, volant l’argent des populations, imposant des punitions injustes et dangereuses telles que la prison, et les habitants se cachent de lui quelle que soit l’importance de leurs problèmes.

Histoires d’accès

12On peut faire une typologie approximative dans les pratiques d’élevage, que l’on différencie par la forme de campement, le type de mobilité, l’usage de l’espace dans le temps. Ces pratiques dépendent beaucoup du groupe ethnique et de la tradition familiale de l’éleveur, mais aussi des autres activités qu’il mène en sus de l’élevage (soit des activités économiques, comme l’agriculture ou le commerce, soit des activités politico-juridiques, en étant chef d’un quartier de village). On distingue ainsi les éleveurs qui transhument depuis plusieurs générations et vivent dans de grands campements familiaux, des propriétaires plus récents, à petits troupeaux, dont les campements temporaires sont principalement constitués d’hommes (Requier-Desjardins, 2001). Au-delà de différences dans la technique d’élevage, on en constate également dans les choix de socialisation, qui font que certains ont moins de problèmes que d’autres dans les circonstances extrêmes, et en particulier en cas de conflit.

13Dans la population des grands éleveurs, ceux qui circulent en campements regroupant plusieurs familles au troupeau important, il est habituel de constater une très bonne implantation dans la région, dans la mesure où des liens familiaux existent depuis longtemps entre eux et des familles des villages, en général d’un niveau social équivalent. Dans les enquêtes, on constate également que les gros campements sont ceux qui respectent le mieux la tradition de présentation au chef et qui paient le plus largement les taxes.

  • 4 Les relations commerciales entre les éleveurs et les villageois peuvent être pour de gros achats (a (...)

14Dans la tradition peule, on trouve le système de mariages croisés entre cousins, qui permet de reproduire les liens entre familles d’une génération sur l’autre (Dupire, 1970). Quand les liens existent déjà, cela peut aider fortement les processus de sédentarisation. C’était le cas d’Aladji Mana, l’éleveur sédentarisé le plus récemment parmi ceux qui nous avons rencontrés, et qui s’était installé près d’un village dont le chef est son beau-frère. En dehors de ces sédentarisations volontaires, certaines sont dues à la perte du troupeau, et le choix du village est basé principalement sur les liens d’amitié ou les liens de famille. L’importance de la familiarité fait que certaines familles ont des stratégies claires de diversification des alliances sur le territoire (Nicolas, 1986). Ainsi, au moment des enquêtes, un campement peul venait de s’installer au village de Kolara après avoir fui le Tchad. Personne du campement n’avait jamais vécu dans la zone, mais le père des actuels chefs de famille avait épousé une femme dans le village quelques décennies plus tôt, ce qui suffisait à fournir une légitimité minimale à leur installation. Cependant, cela ne suffisait apparemment pas à assurer la familiarité puisque l’ensemble du campement avait des comportements de socialisation ostensible : les femmes du campement étaient présentes chaque jour à Kolara pour vendre le lait et les hommes venaient aussi chaque jour au village, alors qu’en général les éleveurs se déplacent surtout les jours de marché (Boesen, 1997)4.

15Dans les campements moins riches, où il y a juste assez de bergers pour le nombre de bêtes, les hommes s’organisent néanmoins pour permettre à l’un d’entre eux d’aller régulièrement au marché. Ceci leur permet à la fois de se distraire et d’entretenir des liens amicaux avec les villageois en échangeant des nouvelles. En effet, de nombreux villageois expriment une grande méfiance à l’égard des éleveurs qui occupent leur brousse et qu’ils ne voient jamais, soupçonnant que cet évitement est volontaire et cache de mauvaises intentions. Pour les agriculteurs, il est plus facile de conclure des accords, sans crainte d’ennuis futurs, avec des éleveurs qu’on peut retrouver en brousse. Il est également inimaginable de s’arranger à l’amiable avec quelqu’un qui est radicalement inconnu pour soi ou pour ses amis : face à un éleveur qui éveille la méfiance, les villageois se sentent en droit d’être procéduriers et de chercher les plus gros dédommagements. Une présence régulière au village correspond donc à un impératif qui va au-delà du besoin de se distraire ou d’échanger. Tout contact social normal trouve son origine dans cette visibilité.

16Les chefs sont souvent contents de la présence des éleveurs : déjà, leur puissance dépend en partie du nombre de personnes qui sont présentes sur leur territoire et les campements d’éleveurs ajoutent ainsi à leur population ; ensuite, cette présence permet des échanges profitables à l’économie du village dans son ensemble ; enfin, il arrive que la présence des éleveurs soit considérée comme un moyen aisé de faire de l’argent, à la fois à travers les dons et l’augmentation sensible de jugements à rendre. Le rapport au chef repose sur la cérémonie dite de présentation, où le chef du campement vient voir le chef pour lui payer un droit d’installation et à l’occasion lui faire un don qui correspond à la richesse de l’éleveur (Nicolas, 1986). Cette rencontre rend officielle la responsabilité du chef à l’égard du campement dans son entier, tout autant qu’elle montre à tous les bonnes intentions des éleveurs. En effet, faire un don représente une forme d’assurance : la générosité est un indicateur de richesse, qui garantit toujours une certaine bienveillance de la part des chefs. Elle est aussi souvent une promesse implicite que le don peut être renouvelé : les villageois voient de façon assez négative cette habitude et, craignant que les puissants ne s’allient pour les désavantager, parlent de corruption. Il est ainsi assez rare d’entendre des éleveurs de longue tradition dire qu’ils ne sont pas allés voir un chef pour annoncer leur installation et lui payer directement la taxe. Les seuls cas où ils ne se conforment pas à cette habitude sont pour les séjours très courts sur le territoire ou s’ils sont face à un chef si tyrannique que les risques de la brousse ou l’ennui des conflits avec les sédentaires sont moins grands que ceux d’une rencontre avec lui.

17Deux éleveurs ont raconté ce qu’ils percevaient comme une mésaventure liée à un dégât causé sur la ressource. Le premier avait confié son troupeau à son fils de dix-sept ans, qui s’était installé sur des terres sans aller voir le chef, malgré les recommandations paternelles. Face à un dégât causé par ses animaux, il décida de s’enfuir avec le troupeau pour ne pas être reconnu, abandonnant la vache derrière lui. Le père a donc dû aller régler l’affaire lui-même dès qu’il s’en est rendu compte. Le fait que son fils se soit enfui lui a valu une punition bien plus lourde (environ 10 000 F CFA, là où il estime qu’il aurait dû payer moins de 5 000). Il semblait clair que le fils avait fait une erreur, et que son père était choqué qu’il n’ait pas obéi à ses instructions. L’autre éleveur était un Toupouri (une autre ethnie de la région, traditionnellement sédentaire) et avait commencé à transhumer quelques années auparavant, sans s’inspirer particulièrement de l’exemple d’amis ou de voisins peuls. Il avait quant à lui décidé depuis le début qu’il ne se présenterait jamais aux chefs, puisque la taille de la brousse lui permettait d’être introuvable et de vivre en toute impunité sans payer les taxes. Un jour néanmoins, un problème de vagabondage de bêtes l’a fait comparaître devant le chef, et celui-ci lui a fait payer une somme excessive (de plus de 100 000 F CFA, le prix de plus de deux bœufs adultes). L’éleveur trouvait la sanction tout à fait injuste, mais était inconscient du fait que c’était sa conduite qui l’avait fait punir si durement. Il continuait à se dissimuler, mais avait été contraint de changer ses habitudes de migration.

18On peut noter dans tous les cas que les problèmes des éleveurs relèvent d’une grande composante sociale. Même si l’individu travaille à construire sa propre image, qui sera basée sur ses actions, elle dépend grandement d’un contexte plus large, tel que l’image de sa famille, voire de son ethnie à un moment donné dans la zone d’accueil. Dans certains villages visités, le chef était favorable aux éleveurs mais la population se méfiait d’eux ; dans d’autres, la situation inverse se présentait.

19La vie quotidienne d’un éleveur se décline ainsi dans un ensemble d’actions qui dépendent en grande partie de la confiance qu’il porte ou engendre. On reconnaît un élément de départ de la théorie de Niklas Luhmann sur la vie en société (Luhmann, 1979), où la confiance entre individus est essentielle à l’apparition de processus de négociation. Elle représente en outre une dimension de la relation entre individus qui va au-delà de l’échange finalisé et aide à la constitution d’un contexte social où l’individu reste ouvert sur les autres. Finalement, tout échange que fait l’éleveur peut être interprété comme suivant un intérêt immédiat, mais également comme procédant de la construction d’une identité sociale : image de l’éleveur pour les autres et nouvelle connaissance pour lui du monde qui l’environne.

La construction de la confiance comme traitement d’informations

Attentes vis-à-vis de l’autre au sein d’un contexte

  • 5 Une définition, même relativement vague, est pertinente pour notre approche, car elle est posée en (...)

20Les sociologues, économistes et spécialistes des organisations s’intéressent à la confiance dans la mesure où un humain en a besoin pour les actions où il doit effectuer un choix. Cette notion est en général associée à celles de risque, d’imprévisibilité, dans des circonstances où il n’existe ni confiance aveugle, ni maîtrise totale d’une situation (Dasgupta, 1988 ; Caillé, 1994 b). Malgré un usage très généralisé, le terme n’est pas défini de façon unique5 et son interprétation dépend du champ théorique qui y fait référence. De façon étonnante, la référence au terme de « confiance » peut reposer sur deux conceptions assez opposées de la vie en société (Caillé, 1994 a) : soit l’humain vit dans un univers malveillant et doit trouver des moyens d’agir avec les autres malgré une méfiance naturelle (et la recherche, comme en théorie des jeux, porte sur les moyens de se garantir contre les défections ou de choisir au mieux son interlocuteur) ; soit, au contraire, l’humain cherche spontanément, dans toute relation, à avoir et inspirer confiance (et la recherche s’interroge sur les formes par lesquelles elle s’exprime et se reproduit).

21L’attente ou anticipation à l’égard de l’autre est souvent abordée comme le résultat d’un ensemble de processus mentaux traitant des informations. Ces processus peuvent être conscients ou inconscients, et porter sur deux types d’objets sociaux : soit la confiance s’exprime à l’égard d’un autre être humain (elle est désignée par trust en anglais) ; soit elle est une croyance dans la permanence du monde, où les institutions garantissent une forme de sécurité dans l’action (elle est désignée par confidence) (Luhmann, 1988). La notion de confidence est centrale en ce qui concerne l’analyse des marchés financiers (Orléan, 1994 b) ; elle est également utilisée pour expliquer la stabilité de la monnaie (Livet et Reynaud, 1995).

22Ces deux types de confiance, dont la différence semble très nette, s’articulent en fait nécessairement, l’une constituant le contexte ou le cadre de l’autre : elles sont de fait difficiles à étudier indépendamment (Billette, 1999). La confidence, en tant qu’apprentissage de ce qu’est un univers stable et des règles qui le régissent, apparaît à travers des interactions avec des individus qui nous décrivent ces règles et en qui on a confiance (Wittgenstein, 1951) ou en observant des régularités au cours d’interactions avec des individus qui ne déçoivent pas notre attente. De même, un individu anticipe les risques sur la base de ses expériences passées désagréables. À l’inverse, dès qu’un danger est perçu ou que le monde est vu comme trop complexe, la confiance interindividuelle repose nécessairement sur des institutions qui garantissent contre les trahisons.

23Si l’on reprend une des nombreuses définitions d’une « institution », on constate que Mary Douglas (1989) la fait coïncider précisément avec les éléments du monde social dans lesquels s’expriment la confidence. Pour elle les institutions sont la partie inconsciente de la société, et elles ne sont pas remises en cause tant qu’elles représentent une évidence dans un contexte donné : ainsi, la police n’est pas une institution, mais ne le devient que si, à un certain moment, à un certain endroit dans le monde, les membres d’un groupe pensent qu’ils peuvent faire confiance à la police. Elle peut au contraire, comme on l’a vu dans l’exemple du Nord-Cameroun, être en soi vide de sens pour les individus et seulement apparaître comme un élément de l’organisation sociale avec lequel il faut composer selon des règles en vigueur. Elle n’est pas une « police » au sens où l’entendrait un Européen contemporain qui l’associe souvent à une idée de justice et de protection des individus.

24Ici, nous allons nous pencher sur une direction de cette articulation, en identifiant comment la trust, soit la « croyance dans l’intention de l’autre » (Livet et Reynaud, 1995), se met en place. Elle correspond, dans une société, à trouver un moyen d’agir et « de vivre avec la liberté des autres » et les incertitudes qui y sont liées (Gambetta, 1988). Comme le souligne Diego Gambetta, si cette anticipation est nécessaire pour se décider à échanger, il semble important de savoir créer la confiance chez ceux avec qui on interagit. La construction de cette image sociale utilise certains mécanismes d’interaction : en rejoignant une approche qu’on peut attribuer à Erwin Goffman (1974), nous nous intéressons à la compétence sociale qui consiste à savoir interpréter les actions des autres dans le cadre d’un système de règles et d’attentes afin d’agir avec eux, et réciproquement savoir donner, à travers ses actes, un ensemble d’informations amenant les autres à faire des choix.

La confiance dans le temps : familiarité et réputation

25Un des fondements de la confiance entre les individus est la familiarité. Elle s’acquiert par la proximité physique, le partage d’une histoire qui permet de créer des routines relationnelles (Caillé, 1994 b). En observant et évaluant les actions d’un autre individu, on peut construire une image sur laquelle baser des inférences sur ses actions futures (Luhmann, 1979). La confiance a en effet une caractéristique de renforcement, de circularité : chaque rencontre qui démontre l’honnêteté d’une personne va rendre le cadre de l’interaction future plus stable (Dasgupta, 1988 ; Gambetta, 1988). Par exemple, des contrats de main-d’œuvre qui se sont révélés fructueux font que les employeurs rappellent les mêmes travailleurs sans se soucier de la concurrence (Dupressoir, 1994). C’est également grâce à la familiarité que la plupart des relations de sous-traitance durent dans le long terme (Billette, 1999).

26En théorie des jeux dynamiques, on étudie comment un agent se forme une image de celui avec qui il interagit (Fudenberg et Levine, 1998). Plutôt que de considérer les agents rationnels parfaitement informés sur la rationalité de l’autre, on représente des agents aux connaissances partielles. Les actions choisies par l’individu doivent alors répondre à deux objectifs : être la plus performante au regard des connaissances déjà accumulées et permettre d’enrichir la connaissance de la rationalité de l’autre. Une part de cette recherche consiste à construire des protocoles d’interaction dans lesquels le fait de faire un choix fournit effectivement des informations pertinentes à celui qui l’observe.

27Cette approche de la confiance comme connaissance de l’autre par ses actions passées est, à l’heure actuelle, utilisée dans la construction de systèmes automatiques pour soutenir le travail en réseau local : les systèmes informatiques sont développés pour mémoriser les failles de chacun, ou au contraire la capacité à respecter des délais, et proposer une distribution des tâches qui optimise collectivement les compétences (Thimbleby et al., 1994). Dans ce dernier cas, on pourrait faire une différence entre l’évaluation des capacités de l’individu et l’évaluation de sa bonne volonté, mais comme l’erreur (ou défection) peut avoir ces deux causes et a toujours un effet négatif, on ne cherche pas sa raison mais on identifie sa présence seule.

  • 6 Un système artificiel a été créé, en s’inspirant de la société peule, afin de reproduire à travers (...)

28Dans l’étude des interactions, l’idée de familiarité peut éventuellement être gommée, comme pour Oliver Williamson qui traduit la confiance en réduction des coûts de transaction dans les relations entre firmes. Cette approche est remise en cause par divers auteurs qui estiment que la valeur sociale créée dans l’échange a autant de valeur pour les acteurs que la valeur économique, et que, par conséquent, il est nécessaire de prendre les deux dimensions en compte, de façon articulée mais pas indissociable, dans toute étude (Boltanski et Thévenot, 1991 ; Gulati, 1995). Dans une étude par simulations dans des univers virtuels, il a été possible de montrer que la forme des relations qui apparaissent dans l’échange est différente selon qu’on utilise ou non la familiarité comme une valeur non réductible à des coûts (Rouchier, 2001)6.

29Au-delà de la familiarité qui peut se créer entre individus, il existe également des connaissances qui se basent sur l’histoire des actions de l’autre mais ne sont pas acquises par une unique expérience directe. On parle en général de « réputation » quand on fait référence à cette confiance « médiatisée » (Caillé, 1994 b). L’image positive ou négative d’une personne sera fournie par un ensemble d’individus dont l’avis compte ou par un savoir commun distribué dans un groupe. Dans le cadre de la recherche de main d’œuvre pour un petit exploitant, il est intéressant pour un employeur d’avoir une bonne réputation, comme celle d’honorer ses paiements et de ne pas surcharger en travail ses employés, afin d’avoir le choix entre de bons ouvriers sans avoir à trop chercher (Dupressoir, 1994).

30Deux objets sociaux sont fondamentaux pour le développement de la réputation : le réseau de relations et la communauté de valeurs (Milgrom, North et Weingast, 1990). La réputation, même si elle est une connaissance commune dans un groupe, est toujours transmise par d’autres individus, et il faut donc accorder une certaine valeur à leur parole. Pour que le transfert de confiance puisse avoir lieu, il faut d’abord croire en la capacité à former un jugement et en la bonne volonté de ceux qui émettent le jugement. De plus, il faut être capable d’interpréter les commentaires qui sont faits sur une personne, et donc connaître les attentes et les valeurs qui fondent le jugement. Appartenir à un grand réseau permet d’être connu de façon suffisamment générale pour avoir les avantages d’une bonne réputation, ainsi que de récupérer les informations nécessaires sur les autres membres. Cette réputation est d’ailleurs souvent à la base de l’organisation d’une communauté de taille réduite (Hechter, 1990), et y conserver son image peut être une activité à part entière. Si on se place sous un angle utilitariste, il est possible de voir la réputation comme un bien comme un autre, qui a simplement des règles de renouvellement différent : Lahno construit un modèle de jeux répétés dans un groupe, qui lui permet de considérer la construction de réputation comme un choix stratégique et d’éviter de supposer la sincérité de la personne qui a une bonne conduite (Lahno, 1995 a et b).

Garanties lors d’une rencontre unique

31Les interactions entre humains ne prennent pas toujours place dans le contexte d’une communauté suffisamment soudée pour qu’une réputation soit formée, ou qu’il soit possible de posséder des informations sur les conduites passées. Il faut alors considérer des mécanismes qui permettent d’engendrer la confiance chez l’autre ou pour soi, malgré le peu d’informations.

  • 7 Cet engagement est d’ailleurs pour certains la seule véritable expression de confiance : « Trust, o (...)

32Pour amener un inconnu à la confiance, il existe une méthode très directe et souvent efficace : l’engagement dans l’action. Sans même attendre que l’autre ait signifié qu’il était intéressé, il est possible de se montrer impliqué en effectuant une action ostensiblement coûteuse : par une perte de temps, un investissement matériel ou la réalisation d’une partie du travail prévu en commun. Ce pre-commitment (Gambetta, 1988) est perçu comme un signe de bonne volonté, ce qui a pour conséquence générale de motiver la confiance réciproque (Meidinger, Robin et Ruffieux, 1999). Un intérêt de cette méthode semble être qu’elle est identifiable facilement, comparativement à d’autres stratégies de comportement, et aide ceux qui veulent collaborer à effectuer leurs choix (Axelrod, 1992). Cependant, tenter d’induire la confiance par ce moyen représente en soi un risque car il n’y a aucune certitude que l’autre va adhérer à cette demande implicite. De cette relation fondée par une prise de risque, il découle une « confiance organisationnelle » sans nécessaire référence à d’autres relations ou institutions préexistantes (Livet et Reynaud, 1995). En particulier, après cette expression directe de confiance7, le lien se constitue sans notion de sanction ou de surveillance. Il est intéressant de noter que, malgré les risques, cet engagement est très présent dans des sociétés très pauvres et à grande insécurité, où la moindre trahison peut mettre en cause la survie d’un individu (Aguilar, 1984).

33Une façon de formaliser cet engagement pour le sécuriser est de l’exprimer de façon explicite, ce qui est possible par deux moyens, le serment et le contrat (Orléan, 1994 b). Le serment présuppose un cadre moral commun aux deux parties car la garantie de son efficacité n’existe que si les deux individus se sentent membres d’une même communauté de valeurs. La sanction contre un serment non rempli est souvent l’affaire d’un groupe et s’exprime souvent par l’ostracisme. Un contrat diffère du serment par le fait que la sanction, plus diversifiée, est explicitement décrite dans la lettre même du contrat (Dasgupta, 1988).

34De façon plus intuitive, dans le cadre de la première rencontre, il est nécessaire de pratiquer l’autoprésentation de façon pertinente, en rendant ostensibles les caractéristiques dont on pense qu’elles vont servir d’indice pour un jugement (Luhmann, 1979). Pour prouver certaines capacités, on peut exhiber un diplôme dont la valeur est reconnue, ou une charte de qualité. Ici encore, des institutions reconnues s’intercalent dans une relation entre individus, puisque ces documents ne valent que par les instances qui les certifient. En allant plus loin, mêmes les interactions banales peuvent être vues sous un angle d’autoprésentation : considérant que l’individu a sans cesse conscience d’être observé par les autres et le désir permanent de créer la confiance chez ceux avec lesquels il interagit, il manipule à travers ses actions quotidiennes des systèmes de signes complexes pour produire l’image souhaitée (Goffman, 1973).

Deux axes pour la classification des processus

35Comme on a vu, la notion de confiance semble un axe pertinent pour analyser les interactions : elle est l’anticipation des actions de l’autre qui soutient la prise de décision et en retour prend sa source dans ces interactions et prises d’informations. On a vu l’importance des institutions de référence et du contexte à tous les niveaux : pour servir à évaluer une action perçue, pour évaluer la crédibilité de la personne en fonction des signes sociaux qu’elle émet ou pour savoir quelles institutions permettent de se protéger de cette personne pour un risque identifié. On peut résumer en deux axes principaux les différents formats d’informations qui permettent de se rendre dépendant d’un autre. L’un est lié au temps : soit on prend les informations au moment où la relation a lieu, soit ces informations ont été accumulées dans le temps. L’autre est lié à la médiation sociale : soit les informations sont uniquement liées à l’interaction en cours, soit elles font référence fortement à un contexte commun, qu’il soit légal ou moral.

36Chez les éleveurs du Nord-Cameroun, il est possible par des enquêtes de détecter les aspects conscients de la construction de la confiance interindividuelle, par le choix des institutions de référence et des codes manipulés. L’intégration au groupe et la familiarité y sont fondamentales pour garantir la surveillance et la possibilité de sanction. En parallèle, dans le contexte très mouvant du Nord-Cameroun contemporain, où les migrations font radicalement changer les villages d’une année sur l’autre, il semble que ce soit en exposant chaque jour leurs activités à l’appréciation sociale que les éleveurs se garantissent au mieux. Souvent, les personnes interrogées justifient la confiance accordée en faisant référence aux diverses institutions qui permettent de surveiller et de punir les individus qui ne respecteraient pas un accord. Cependant, dans le même entretien, ils montrent qu’ils ne croient guère à ces institutions et savent même s’en protéger et éviter les sanctions. De fait, ils semblent principalement vérifier la capacité à exhiber les normes de comportement chez celui avec qui ils traitent. Si l’autre signale qu’il établit les relations dans le même domaine social, cela suffit en général à rassurer son interlocuteur. On a constaté ainsi que le souci de maintenir sa réputation donnait aux individus une conscience aiguë du sens de leurs actions et qu’ils travaillaient à se faire accepter du mieux possible pour éviter des ennuis en toutes circonstances. Et dans ce contexte, les anciennes formes de présentation de soi, telles que la politesse vis-à-vis du chef et la visibilité des actions, ne sont pas rendues caduques (Monod, 1975). Les éleveurs récents et d’ethnies pour qui l’élevage est mal connu sont beaucoup moins conscients de l’importance de se construire un contexte favorable : ils privilégient l’intérêt à court terme sans bien saisir que la légitimité est essentielle, même si son importance ne sera révélée qu’en situation exceptionnelle.

37Les diverses représentations de l’autre en fonction du type d’information

Point de vue sur l’interaction

Forte situation sociale

Relation individuelle

Instantané

Présentation de soi, serment

Engagement dans l’action

Comportements normés, respect des codes qui indique l’appartenance sociale et certaines intentions
Diplôme, charte de qualité Serment, contrat

Confiance structurelle (coût important de l’action engagée et qui dépend de la réponse, voire dédit impossible)

Histoire mémorisée

Réputation

Familiarité

Transfert de confiance (confiance dans le point de vue d’un tiers)
Connaissance commune

Inférence des attentes envisageable sur la base des connaissance des actions passées
Travail en coopération

38Il y a en outre un intérêt pour les éleveurs à respecter les traditions, de façon à leur faire conserver leur valeur et reproduire le cadre très formel de l’action. Dans le contexte de ressource non privatisée, en l’absence d’organisation centralisée qui aide à l’entretien des animaux, et face à des aléas permanents de la ressource, la base de la survie des éleveurs est la flexibilité de mouvements (Requier-Desjardins, 2001). Considérant la taille de ce territoire et l’importance de la confiance interindividuelle, elle impose également une grande cohésion sociale basée sur des valeurs communes, et ces valeurs n’existent que si elles sont reproduites par les membres du groupe (Gellner, 1988). On reconnaît une forme d’anarchie en relation étroite et réciproque avec la confiance, dans une boucle où la structure politique et sociale qui rend nécessaire la confiance est en même temps reproduite par celle-ci. Cette vision s’éloigne légèrement de la vision d’Anthony Giddens (Giddens, 1994) dans la mesure où celui-ci associe l’anarchie à une faible confidence, alors que la croyance que les individus ont dans les institutions est ici fondamentale.

***

39La confiance entre deux individus représente toujours un mélange difficile à démêler entre un contexte et des relations directes entre les deux membres. Des inimitiés entre communautés, en créant une sensation générale de risque, peuvent engendrer un contexte peu propice à la création de la confiance. Ensuite, de façon plus fondamentale, le regard qui analyse les actions de l’autre est constitué d’un ensemble d’attentes définies par les institutions qui semblent évidentes.

40Dans cette articulation entre la réalisation d’attentes par l’observé et la connaissance des moyens de répression, la confiance se situe malgré tout toujours avant le début d’une relation : accepter la première interaction nécessite d’au moins vouloir croire que celle-ci peut être positive. Il existerait donc une idée de confiance qui serait antérieure à celle de méfiance dans toutes les interactions, et qui se situerait en outre à la source de la prise d’informations sur l’autre. Très souvent les individus qui font confiance ne font qu’inconsciemment référence aux institutions de garantie qu’ils croient stables, et perçoivent plutôt d’emblée des éléments positifs tels que la « politesse », l’appartenance aux même groupe ethnique. De nombreux auteurs insistent en outre sur le fait que la confiance exprimée de façon lisible par l’un des individus aide à faire apparaître la confiance réciproque (Meidinger, Robin et Ruffieux, 1999 ; Livet et Reynaud, 1995). À l’inverse, la méfiance visible semble rompre un contrat implicite de confiance mutuelle, comme par exemple dans les entreprises, où les employés saisissent plus d’occasions de ne pas travailler quand la surveillance est trop forte (Frey, 1993). De même, un contrat trop strict peut pousser les parties impliquées à chercher les failles du texte et à le détourner (Dupressoir, 1994).

41Sur le thème de la capacité à faire confiance, Francis Fukuyama (1995) montre que celle-ci est un des piliers d’une économie d’expansion. La facilité à créer des associations hors de la famille semble pour lui une clef essentielle du développement économique d’un pays. Par une analyse comparative de diverses cultures, il montre que les membres de diverses nations ont différentes capacités à entreprendre un travail avec un inconnu. Il postule que la différence est culturelle, et trace une limite entre Allemagne, Japon et États-Unis où la confiance entrepreneuriale est traditionnellement présente, et Chine, France et Italie où elle est délicate à mettre en place. Aussi caricaturale qu’elle puisse être, cette vision permet de mettre en avant le fait que la capacité à faire confiance est au centre de la possibilité de créer des réseaux de firmes.

42À l’intérieur de la firme, Bruno Frey (1993) montre la contre-productivité de la méfiance a priori, et décrit des phénomènes de transfert de confiance entre différents champs qui sont essentiels dans les relations entre employeurs et salariés. En effet, la confiance peut concerner plusieurs champs, sans qu’il existe une raison de croire à une relation logique entre ces éléments (on peut avoir confiance dans les informations d’une personne, dans ses compétences pour accomplir des tâches diverses, dans son honnêteté). Pourtant, à partir des qualités identifiées, d’autres sont souvent extrapolées, et aident à l’apparition de nouveaux types de relations : une personne diplômée semble plus honnête qu’un chômeur (suivant un imaginaire collectif habituel), un ami semble potentiellement un bon collègue. Dans les enquêtes que nous avons menées, l’apparent partage de valeur était encore plus fondamental que la capacité effective à punir ou même retrouver une personne. Dans une région proche de l’Extrême-Nord, proximité physique et relations marchandes engendrent entre populations nomades de nouvelles alliances matrimoniales, jusque-là proscrites (Bonfiglioli, 1988).

43Ainsi, savoir créer la confiance est bien une compétence sociale de base, qui doit être utilisée avant que le besoin s’en fasse sentir : une fois acquise, cette confiance, si nécessaire dans de nombreuses interactions, est plus facile à entretenir qu’à détruire.

Notes

1 Pour une description précise du travail de terrain, se référer à Rouchier (2000) et aux résultats du travail de ma collaboratrice, qui avait initié cette recherche, Mélanie Requier-Desjardins (2001). On se passera de presque toutes les désignations vernaculaires et de précisions par rapport au système social réel, bien plus complexe que ce qui est décrit ici.

2 Les arrangements avec les esprits prennent une forme très différente de ceux avec les humains, c’est pourquoi nous n’en traitons pas ici. Cependant leur présence est souvent une source de l’apparition de la crainte entre populations.

3 Comme on peut en retrouver dans d’autres zones de transhumance et d’autres cultures (Bernus, 1994).

4 Les relations commerciales entre les éleveurs et les villageois peuvent être pour de gros achats (animaux ou sacs de céréales) mais aussi pour de petites sommes au quotidien comme le surplus de lait et de beurre vendu par les femmes, qui leur permet ensuite d’améliorer le quotidien grâce à des légumes ou de petits objets (Kuhn, 1997).

5 Une définition, même relativement vague, est pertinente pour notre approche, car elle est posée en termes de processus informationnels : « État d’une personne, d’un groupe ou d’une institution face à un objet, un mécanisme, un animal, un environnement, un groupe ou une institution ; cet état est fondé sur des éléments affectifs ou sur un ensemble d’informations et permet d’anticiper une réaction ou un comportement dans telle ou telle situation » (Servet, 1994).

6 Un système artificiel a été créé, en s’inspirant de la société peule, afin de reproduire à travers des échanges de biens l’apparition de la familiarité entre des agents en interdépendance. Deux groupes — des agents transhumants et des agents sédentaires — communiquent dans ce système et la mémoire des relations est, selon les simulations, soit traduite intégralement sous forme de coûts (liés à des pertes), soit exprimée grâce à deux formes d’informations (sur les coûts et sur la qualité de la relation elle-même). Les sociétés qui apparaissent sont alors très différentes. Les simulations où seuls les coûts sont représentés engendrent des situations de compétition où l’apprentissage individuel est très lent. Ces résultats se révèlent plus difficiles à valider que ceux des autres univers, où les relations des transhumants sont très diversifiées et les choix révèlent plus de flexibilité face à la limitation de ressources.

7 Cet engagement est d’ailleurs pour certains la seule véritable expression de confiance : « Trust, on this first approximation, is accepted vulnerability to another’s possible but not expected ill will (or lack ofgood will) towards one » (Baier, 1986). Pour certains, il est identifiable à un don, dans le sens où il est un pari positif sur les intentions de l’autre (Caillé, 1994 b)

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search