Version classiqueVersion mobile

Des mondes de confiance

 | 
Vincent Mangematin
, 
Christian Thuderoz

Première partie. Questions de confiance

Chapitre 8. Que savons-nous à propos de la confiance ? Un tour d’horizon des contributions récentes1

Edward Lorenz

Texte intégral

Pourquoi cet intérêt grandissant pour la confiance ?

  • 1 Traduit de l’anglais par Christian Thuderoz. La version originale est parue dans Malcom Warner (ed. (...)

1Le surcroît d’intérêt pour la confiance dans la littérature économique et gestionnaire s’inscrit dans un renouveau plus général d’intérêt pour les fondements sociaux et institutionnels de l’activité et de la performance économique. Thèse basique dans cette littérature, la confiance y est réputée avoir un rôle important pour favoriser et soutenir les échanges économiques, dans des situations caractérisées par un certain degré d’incertitude. Arrow (1972), par exemple, souligne que la confiance est un élément constitutif de toute transaction concernant des biens ou des services, faisant l’objet d’un échange, en contrepartie d’un paiement à venir. En recherche organisationnelle, on estime que la confiance réduit les coûts de transaction et favorise la prise de risque quand certains actifs spécifiques sont concernés (Lorenz, 1988 ; Nooteboom, 1993). Pour Francis Fukuyama (1995), la confiance est un facteur clé dans le développement économique des nations ; une littérature empirique, de plus en plus volumineuse et s’appuyant sur des données d’enquêtes, a confirmé cette hypothèse (Knack et Keefer, 1997 ; La Porta et al., 1997).

2Individus et institutions peuvent être objets de confiance. La confiance est généralement définie comme la croyance individuelle qu’un autre individu, une organisation ou une institution agira de façon conforme à ce qui est attendu de lui. Par exemple : placer une certaine somme d’argent dans un institut financier en prenant le risque qu’il fasse faillite ; ou acheter une voiture d’occasion sans qu’elle soit un vieux tacot. Ces deux situations sont caractérisées par le fait que le comportement de celui à qui confiance est accordée importe au plus haut point à celui qui l’accorde, et que la prise de décision de ce dernier est indépendante de sa capacité de contrôler le comportement du bénéficiaire de cette confiance (Gambetta, 1988 ; Luhmann, 1988).

3Comme le suggèrent les raisonnements précédents, de multiples définitions de la confiance sont décrites dans la littérature, correspondant à diverses approches analysant les sources de cette confiance. Ces expressions différentes du terme de confiance posent donc problème ; cela ne favorise pas l’opérationnalité du concept. Examinons cette diversité.

Définitions de la confiance

4Une des distinctions les plus communes que l’on trouve dans la littérature concerne la distinction entre « confiance interpersonnelle » (personal trust) et « confiance systémique » (system trust). Elle prend naissance dans les travaux de Niklas Luhmann (1979), et Anthony Giddens (1990) l’a développée dans sa réflexion sur la modernité. Elle concerne cependant plus l’objet de confiance que son origine : la confiance interpersonnelle se rapporte à la confiance placée dans des individus, ou un groupe d’individus, tandis que la confiance systémique qualifie celle, par exemple, placée dans le système juridique ou le système bancaire. La première suppose la croyance qu’une personne, ou un groupe de personnes, est digne de confiance ; la seconde n’implique aucune croyance de ce genre. Tout cela pour dire que la confiance dans un système bancaire ou juridique transcende l’expérience personnelle ou les relations face à face. Ce qui n’implique pas nécessairement que l’on fasse confiance aux individus qui composent de tels systèmes, ce qui pose la question des fondements d’une telle croyance, point que nous allons examiner maintenant.

5Dans la littérature organisationnelle, on confond souvent confiance inter organisationnelle et confiance interpersonnelle. La nature de la relation entre un sous-traitant et un client, ou entre deux firmes engagées dans une alliance technologique, est souvent débattue dans les mêmes termes que celle concernant les relations entre un acheteur et un vendeur sur un marché quelconque. La notion de confiance organisationnelle (organisational trust), proposée par Pierre Livet et Bénédicte Reynaud (1998), est un essai de formulation d’une telle forme de confiance ; ils la définissent comme une confiance grâce à laquelle les membres d’un groupe impliqués dans une action collective estiment « raisonnable » de s’y engager. Étendue aux relations inter-firmes, le trait signifie, comme Sako (1998 b) le suggère, que la confiance inter organisationnelle dépend de multiples canaux de communication établis, aux différents niveaux fonctionnels, entre les membres de ces firmes. Cependant, pour nombre de grandes organisations opérant sur de vastes marchés, il semble impossible que cette condition soit respectée. Ce qui conduit à dire, remarque Sydow (1998), que la notion de confiance impersonnelle, ou systémique, fournit un meilleur point de départ pour comprendre les types de confiance qui lient les organisations entre elles.

6Le remplacement de la confiance interpersonnelle par la confiance systémique, dans les sociétés à modernité avancée, est un des points clés de la littérature sur cette modernité. Cette idée est souvent associée à Giddens (1990) ; il souligne que ces formes impersonnelles de confiance émergent en présence de systèmes abstraits, lorsque les relations sociales sont « désencastrées », ou extraites de leur contexte local, et redéployées dans des champs spatio-temporels indéfinis. Concernant cette évolution de la confiance dans les sociétés modernes, il est possible de lire l’apport de Luhmann ainsi : la confiance systémique sous-tend le développement de la confiance interpersonnelle.

  • 2 Voir Lazaric et Lorenz (1998) pour un revue complète de la littérature.

7La littérature offre nombre de distinctions utiles à propos des propriétés des formes de confiance personnelle2. L’une d’entre elles concerne la différence entre confiance intentionnelle (intentions trust) et « confiance fondée sur la compétence » (competence trust) (Sako, 1992). La première renvoie à la croyance d’un individu envers le possible opportunisme d’un autre et, plus généralement, aux questions d’honnêteté et de respect des engagements initiaux, qu’ils soient explicites ou implicites. La seconde forme se rapporte à la croyance d’un individu dans la capacité d’un autre individu d’entreprendre une action, ou de respecter un engagement, indépendamment des intentions de cette personne. On utilise l’expression « confiance intentionnelle » pour désigner le fait que celui qui accorde sa confiance estime que les intérêts de celui en qui elle est placée et la nature de leur relation relèvent de problèmes d’ajustements mutuels ; la confiance fondée sur la compétence, elle, n’implique aucun jugement de cette nature.

  • 3 Yamagishi (1988) et Yamagishi, Cook et Watabe (1998) mobilisent cette opposition pour rendre compte (...)

8Une autre distinction clé oppose la « confiance généralisée » (generalised trust) à la « confiance intuitu personae » (person-specific trust). La première, développée essentiellement dans la littérature sur le capital social, concerne la confiance accordée aux autres individus, sans qu’une connaissance intime soit requise. À l’inverse, la seconde forme concerne des individus dont le comportement est connu, que ce savoir soit d’ailleurs basé sur l’expérience de relations antérieures avec eux, ou sur des informations en provenance de tiers ayant eux-mêmes expérimenté cette confiance. La possibilité de rapports de confiance strictement fondés sur des relations interpersonnelles limitant l’extension de formes plus anonymes de confiance – celles-ci étant supposées supporter les échanges dans les économies avancées –, est un trait saillant de la littérature sur le capital social. Par exemple, Francis Fukuyama (1995), dans son ouvrage sur la relation entre confiance et performance économique, souligne que les liens familiaux, ou communautaires, ne favorisent pas le développement de rapports de confiance au-delà, précisément, de cette famille ou de cette communauté3.

Les fondements de la confiance

9Pour rendre compte de la confiance – ou de son absence –, la littérature focalise d’abord le regard sur la question des formes personnelles de confiance. Y sont opposées la confiance basée sur les normes et celle fondée sur le calcul et l’intérêt. Remarquons, pour la première, que ce ne sont pas les normes en tant que telles qui produisent directement ce type de confiance, comprise ici comme une « croyance ». Celles-ci produisent plutôt une fiabilité, entendue ici au sens de l’adoption de comportements sincères dans une activité commerciale quelconque. La confiance que l’on place en quelqu’un est ici dépendante de ce que l’on connaît concernant les normes et valeurs de cette personne. Aussi est-il tout à fait possible qu’un individu digne de confiance se méfie pourtant de tel autre, et décide, au regard de ses valeurs, de ne pas entrer en relation avec lui. De façon identique, il est également possible qu’un individu peu fiable cherche à nouer une relation de confiance avec un autre, du fait de sa perception des valeurs de cet individu. Dès lors, de la présence, répandue ou non, dans une communauté, de normes encourageant des comportements de loyauté et de fiabilité, s’ensuivra la possibilité que naissent la confiance et, au-delà, des échanges coopératifs en son sein.

  • 4 Divers auteurs adoptent une approche de la confiance en termes de choix rationnel : Axelrod, 1992 ; (...)

10L’approche calculatrice, en revanche, souligne que la confiance que l’on accorde à quelqu’un dépend de ce que l’on connaît de ses intérêts, en particulier de son intérêt à agir de façon fiable. Poussé à l’extrême, cet argument réduit la confiance à un simple choix rationnel, celui de maximiser son utilité espérée. La théorie des jeux répétés a particulièrement développé cette approche de l’optimisation. Kreps (1990), à propos des effets de réputation, soutient qu’un comportement fiable sera manifesté par un individu lorsque la valeur escomptée de gains futurs résultant d’un comportement maintenant sa bonne réputation sera plus forte que celle issue d’une réalisation de gains immédiats, obtenue par un manquement à sa promesse, ce qui entraînera la perte de sa réputation4.

11La plus forte critique méthodologique de cette façon d’analyser la confiance est venue de Oliver Williamson (1993). Ce dernier soutient que si la confiance s’apparente à un calcul, cela n’ajoute alors rien d’essentiel à l’analyse classique de prise de décision en situation de risque. De même, ajoute-il, la notion de confiance devrait être réservée aux liens personnels resserrés, comme les liens d’amitié, et qui échappent à l’analyse économique. Au-delà de la question de l’importance, ou non, de ces liens personnels, on ne peut que reconnaître la validité de la critique de Williamson. Il est ainsi difficile de voir, par exemple, ce que la notion de confiance peut apporter de plus à l’analyse de Kreps (1990) à propos de la réputation, dans un contexte s’apparentant à des jeux répétés, de type « dilemme du prisonnier ».

12La principale réfutation de la position de Williamson est la suivante : la notion de confiance contribue à l’analyse économique du fait de la rationalité des individus, celle-ci ne pouvant être réduite à une seule optimisation de leurs utilités subjectivement espérées face au risque. Williamson, implicitement, suppose une clairvoyance des individus, et leur capacité à anticiper les changements survenant dans leur environnement. La notion de rationalité limitée, au sens d’une restriction de cette capacité à anticiper les conséquences de leur choix et à évaluer correctement leurs propre intérêt, ouvre ainsi un champ d’importance pour expliquer la confiance et l’établissement de coopérations durables, au sein desquelles l’intérêt n’est jamais totalement absent (Lorenz, 1993, 1999 ; Nooteboom, 1993 ; Sabel, 1992). La confiance, ici, constitue un essai de jugement, basé sur l’expérience de relations antérieures, ce qui rend possible la révision de ce jugement au fur et à mesure de la construction de cette relation.

13Un autre type de distinction opéré dans l’analyse des fondements de la confiance est proposé par Zucker (1986) : les confiances « interactive » (process-based trust), « intuitu personae » (characteristic trust) et « institutionnelle » (institution-based trust). Plutôt que de rendre compte de variations de rationalité, elles identifient des mécanismes différents de production de la confiance. La confiance interactive est de même type que la confiance issue du savoir que l’on peut détenir sur un individu, à travers des interactions répétées ou des informations, en provenance d’un tiers, concernant sa fiabilité. La confiance intuitu personae, elle, est attachée à des personnes, en fonction de leurs caractéristiques et propriétés, celles-ci ne pouvant être produites à volonté, tels les liens familiaux, éthiques ou religieux. Enfin, la confiance institutionnelle concerne celle que l’on place dans les institutions formelles, comme les lois, et qui peuvent générer des relations de confiance en des individus indépendamment d’une quelconque connaissance personnelle de ceux-ci, ou d’une interaction directe avec eux.

14Le concept de « confiance institutionnelle » de Zucker, parce qu’il focalise le regard sur les mécanismes de production de la confiance, dans le cadre de contrats interindividuels, pose la question de la confiance systémique placée dans les institutions sociales, tels les systèmes juridiques. Par exemple, la croyance qu’un individu respectera son engagement contractuel repose en partie sur la confiance que l’on accorde simultanément aux tribunaux et, plus largement, au système juridique. De façon complémentaire à Giddens, Zucker pense que les sociétés modernes sont caractérisées par une pénurie relative de confiance intuitu personae, et sont de plus en plus fondées sur une confiance institutionnelle, puisque les relations contractuelles dépassent les seules frontières du groupe ou des connexions familiales.

Mesurer la confiance

  • 5 Le capital social est souvent défini en termes d’existence des normes et réseaux dans une société q (...)
  • 6 Les contributions clés sont ici celles de : La Porta et al., 1997 ; Knack et Keefer, 1997 ; Zak et (...)
  • 7 Voir par exemple : Berg, Dickhaut et McCabe, 1995 ; Glaeser et al., 1999 ; Robin et Ruffieux, 1999  (...)

15La plupart des efforts pour mesurer la confiance concerne la confiance dite « généralisée », c’est-à-dire celle qu’un individu place en un autre, alors qu’il ne détient aucune information sur sa réputation, ou n’a pas l’expérience de relations antérieures avec lui. En sciences économiques, l’intérêt pour ce type de confiance provient du débat sur le « capital social5 » et de la possibilité de construire des indicateurs empiriques pouvant alimenter des analyses de régression macro-économiques, de façon identique aux raisonnements sur le capital humain6. Un second courant de recherches empiriques se fonde, lui, sur des expériences en laboratoire : de petits groupes de sujets sont confrontés à des prises de décision, dans un contexte problématique, posant la question de la confiance7. Examinons ces deux approches.

Enquêtes et observations

  • 8 Voir Inglehart (1994) pour une discussion à propos de divers biais dans l’échantillonnage de l’EMV.

16La littérature consacrée au capital social s’appuie sur deux principales enquêtes de mesure de la confiance : l’Enquête mondiale sur les valeurs (EMV), fondée sur des comparaisons internationales, et l’Enquête sociale générale (ESG), centrée sur les seuls États-Unis. L’EMV observe 29 pays d’économie de marché, et dans chacun d’eux, de 300 à 500 personnes y sont interrogées ; l’ESG a déjà été administrée plus de vingt fois aux États-Unis depuis 1972, sur la base d’un échantillon de 1 000 à 2 000 personnes8. La question posée dans les deux enquêtes pour mesurer la confiance est la suivante : « Estimez-vous, en général, que l’on peut faire confiance aux gens, ou qu’il conviendrait plutôt d’être prudent avec eux ? » L’indicateur standard de confiance est le pourcentage de réponse de type « On peut, en général, faire confiance aux gens ».

17On note alors des variations significatives dans le niveau de confiance mesuré par pays : d’environ 60 % en Norvège à environ 7 % au Brésil. Parmi les pays de l’OCDE, la France, avec un score de 25 %, occupe les derniers rangs sur cette échelle (Knack et Keefer, 1997, p. 1285). L’ESG, de son côté, souligne des variations considérables à l’intérieur des États-Unis, avec des valeurs de haute confiance dans les États du Nord et du Nord-Ouest, et de faibles valeurs dans les États sudistes (Alesina et Ferrara, 2000, p. 33).

  • 9 Voir, cependant, l’étude de Helliwell (1996) qui observe une relation négative significative entre (...)

18Cette littérature cherche à comprendre les déterminants de tels niveaux de confiance généralisée, ses conséquences pour la performance économique et sa relation avec la confiance dans les institutions de la société. Nombre d’études constatent tout d’abord une relation positive et significative entre confiance généralisée et croissance des revenus per capita, à l’instar des modèles statistiques de Barro (1991)9. Knack et Keefer (1997, p. 1260) estiment que l’impact de la confiance sur le revenu est plus fort dans les pays pauvres et que la confiance favorise le développement économique, dans la mesure où les mécanismes contractuels y sont peu sophistiqués et où l’accès au crédit bancaire institutionnel y est limité. Leurs résultats statistiques montrent une relation positive et significative entre la confiance, le niveau de productivité et le montant de capital physique et humain par salarié. Par contre, ils n’observent aucun lien entre niveau de confiance et la part de l’investissement dans le PIB (produit intérieur brut).

19Ces résultats montrent également qu’il existe une relation positive entre le niveau de confiance généralisée et une mesure de la confiance accordée aux institutions sociales. L’importance de celle-ci se lit à partir de la question de l’EMV concernant le degré de confiance des individus dans les systèmes juridiques et éducatifs, dans la police ou d’autres services publics. Si nous prenons cette dernière mesure comme un indicateur de la confiance systémique, on note alors un lien positif entre ces deux formes de confiance.

20Dans le cadre de l’ESG, la littérature étudie le rapport entre confiance et caractéristiques personnelles des individus, tandis que pour les comparaisons internationales, s’appuyant sur l’EMC, les analyses sont centrées sur le lien entre cette confiance et diverses caractéristiques structurelles des pays concernés. L’ESG mesure ainsi comment la confiance se ventile selon les cohortes d’âge, un résultat cohérent avec les travaux de Putnam (1995) identifiant un déclin du capital social aux Etats-Unis. D’autres « faits stylisés », issus de cette même recherche, montrent que la confiance généralisée s’accroît avec le revenu et le niveau d’éducation, et est moins présente au sein des minorités ethniques (Glaeser et al., 1999). Alesina et Ferrara (2000) remarquent également que les femmes, aux Etats-Unis, sont de moins en moins confiantes. Des études basées sur l’EMV relèvent l’absence de relations significatives entre âge et niveau de confiance dans la plupart des pays enquêtés mais, par contre, la présence d’une relation croissante avec le niveau d’études et le niveau de revenu (Knack et Keefer, 1997).

21Cette littérature explore également d’autres déterminants structurels, en particulier le lien entre confiance généralisée et polarisation économique et religieuse. Deux des résultats un peu robustes qui se dégagent sont les suivants : la confiance est négativement corrélée avec une mesure standard de l’inégalité des revenus, tel que le coefficient gini du pays concerné, et elle est plus faible dans les pays où la religion dominante est classée de type « hiérarchique », ce qui est mesuré par le pourcentage de population relevant des religions catholique, orthodoxe chrétienne et musulmane (La Porta et al., 1997). Dans une comparaison entre États aux États-Unis, Alesina et Ferrara (2000) constatent également une relation négative entre confiance et mesure de l’inégalité des revenus. L’affiliation religieuse y est donc non significative ; les auteurs concluent que « les croyances religieuses ne jouent pas un rôle en tant que tel, mais que des formes organisées de religion, dans diverses régions du monde, influencent, elles, directement certains comportements ».

Expérimentations

22Le « jeu de l’investissement » (investment game), expérimenté par Berg, Dickhaut et McCabe (1995), est le type de jeu le plus courant en recherche expérimentale sur la confiance. L’idée de base est la suivante : on répartit les sujets en deux populations, ceux qui donnent de l’argent, ceux qui en reçoivent. Chaque donateur reçoit une somme d’argent et il lui est demandé d’en allouer une certaine part à un receveur anonyme. L’expérimentateur multiplie par deux ou par trois le montant attribué ; le receveur décide alors de renvoyer au donateur, lui-même anonyme, une certaine part de ce montant. On interprète cet envoi d’argent comme une démonstration de confiance de la part du donateur, et son retour par le receveur comme une preuve de sa fiabilité, ou d’une attitude de réciprocité de sa part.

23La littérature expérimentale cherche ainsi à observer si le comportement des individus se conforme à celui que prédit la théorie du choix rationnel. Berg, Dickhaut et McCabe (1995), suite à une expérimentation avec un groupe d’étudiants de l’université du Minnesota, rejettent l’idée d’un équilibre de Nash unique (l’envoi d’aucune somme), puisqu’une majorité des sujets envoie un montant positif. Les auteurs concluent donc que la confiance est une donnée première de la vie économique, et qu’elle doit être incluse dans le paradigme du choix rationnel.

24En relâchant la condition d’anonymat entre donateurs et receveurs, Glaeser et al. (1999) expérimentent le même type de jeu avec des étudiants de Harvard ; ils souhaitaient observer si des connexions sociales variées influencent le comportement de confiance des individus. Leurs résultats sont partagés. Le niveau de confiance (c’est-à-dire le montant d’argent envoyé) croît significativement au fil du temps, les individus se connaissant mieux les uns les autres, alors que l’impact, quoique négatif, de la confrontation entre joueurs de nationalités ou d’ethnies différentes n’est pas statistiquement significatif. Quant à la fiabilité (mesurée par le montant renvoyé), elle semble dépendre de la durée des relations, mais aussi de l’ethnie et de la nationalité. Les auteurs concluent que l’hétérogénéité ethnique peut réduire la confiance entre groupes sociaux, ce qui peut sembler contredire l’argument avancé par Zucker (1986) qui minore, elle, l’importance de la confiance intuitu personae dans nos sociétés modernes.

***

25Les recherches, cette dernière décennie, ont considérablement accru notre compréhension de la confiance et de son lien avec les échanges et la performance économique. Malgré cela, de nombreux problèmes de clarté conceptuelle demeurent, et les tentatives de la mesurer empiriquement prêtent le flanc à de nombreuses critiques. Au niveau des concepts, peut-être que le problème le plus sérieux réside dans l’opposition entre divers auteurs, tels Zucker ou Knack, qui estiment que divers facteurs visant à réduire l’incertitude dans l’échange économique peuvent être considérés comme une source de confiance, et ceux, à l’instar de Berg, Dickhaut et McCabe, soulignant qu’elle est ce qui reste quand on a éliminé l’influence de la réputation dans les interactions répétées, les pré-engagements contractuels et les menaces potentielles de sanction dans le cadre de coopérations durables. Là où les premiers voient de la confiance en action, les seconds constatent plutôt la présence de comportements calculateurs, ou la manifestation de relations de pouvoir.

26Demeure également une faible compréhension des fondements de la « confiance systémique », c’est-à-dire celle que les individus placent dans les instituions comme les services publics ou le système juridique. Si, dans le cas de la confiance interpersonnelle, il est possible de soutenir qu’elle dépend du savoir qu’un individu détient sur un autre en ce qui concerne ses intérêts ou ses valeurs, il est manifeste que cette explication ne peut être défendue dans le cas de systèmes complexes, à l’instar du système juridique, ou d’organisations géographiquement dispersées. Les institutions de la société, ou les grandes organisations, ne constituent pas des entités homogènes, avec des intérêts ou des valeurs bien définis ; leur taille et leur complexité excluent qu’un seul individu puisse détenir une claire compréhension des procédures et des routines qui déterminent le comportement organisationnel. D’un autre côté, comme le suggère Hardin (1998), peu d’individus se satisferaient d’une explication de la confiance dans les institutions qui se réduirait à une simple prévision d’un comportement futur conforme au comportement antérieur. Du coup, reste à l’agenda de recherche un défi clé : mieux comprendre la nature et les fondements de la confiance systémique.

27Les travaux empiriques nous ont peu permis de progresser dans l’identification des mécanismes qui sous-tendent le fait que la confiance serait positivement corrélée avec la performance économique. Ce type de recherche manipule des indicateurs de confiance relativement ambigus. Dans le cas des enquêtes EMV et ESG, par exemple, il n’est pas évident de savoir si ceux qui répondent positivement à la question : « Estimez-vous, en général, que l’on peut faire confiance aux gens ? », font référence à ceux avec lesquels ils sont en contact quotidiennement ou s’ils ont en tête une population plus large. Les recherches basées sur les expérimentations, en se centrant sur ce que chacun connaît de l’autre, produisent sans doute une meilleure connaissance de la confiance et de la fiabilité. Cependant, pour le moment, ce type de travaux concerne des comportements de populations non représentatives d’étudiants, et en situation de laboratoire ; il est donc difficile d’en extrapoler des résultats pour saisir le comportement usuel des individus.

28En conclusion, bien que nous ayons progressé dans l’analyse des déterminants et des conséquences de la confiance, il reste un important besoin de clarté conceptuelle. Deux types d’ambivalence sont évidents dans la littérature gestionnaire et économique. En premier lieu, une plus grande clarté à propos de la relation entre confiance et rationalité économique est nécessaire. En particulier, il importe de savoir si les notions de rationalité et de réputation, mobilisées dans la théorie des jeux répétés, suffisent à elles seules pour résoudre le problème de la confiance ou, contrairement à ce que pense Kreps (1990) et à l’instar des idées d’Orléan (1994 a), si la notion de réputation suppose déjà une appartenance sociale solide. En deuxième lieu, il importe également de savoir si l’usage de sanctions juridiques, ou l’exercice d’un quelconque pouvoir peuvent sous-tendre des relations de confiance. Au contraire, le pouvoir est-il un pur substitut de la confiance, jouant un rôle dans la coordination économique au sein d’environnements caractérisés par une pénurie de la confiance ? Résoudre ces ambiguïtés semble une condition nécessaire pour construire des instruments appropriés de mesure de la confiance. C’est à travers la résolution de tels problèmes que le concept de confiance pourra être mobilisé dans les recherches empiriques et nous permettre de mieux saisir l’évolution actuelle des échanges économiques et des activités entrepreneuriales.

Notes

1 Traduit de l’anglais par Christian Thuderoz. La version originale est parue dans Malcom Warner (ed.), International Encyclopedia of Business and Management, 2e éd., 2001, vol. 7.

2 Voir Lazaric et Lorenz (1998) pour un revue complète de la littérature.

3 Yamagishi (1988) et Yamagishi, Cook et Watabe (1998) mobilisent cette opposition pour rendre compte d’un résultat paradoxal à propos de la société japonaise : bien qu’elle soit caractérisée par la prévalence de liens sociaux resserrés, elle produit finalement moins de confiance généralisée que les États-Unis, un pays où, pourtant, les liens sociaux et interpersonnels sont réputés plus faibles.

4 Divers auteurs adoptent une approche de la confiance en termes de choix rationnel : Axelrod, 1992 ; Coleman, 1990 ; Dasgupta, 1988 ; Hardin, 1998.

5 Le capital social est souvent défini en termes d’existence des normes et réseaux dans une société qui favorisent ou facilitent la coopération et coordination économique. Pour certains auteurs, la confiance est incluse dans le capital social. Pour d’autres la confiance est plutôt une conséquence du capital social, qui réfère uniquement aux réseaux sociaux. Voir Woolcock (2000) pour une discussion.

6 Les contributions clés sont ici celles de : La Porta et al., 1997 ; Knack et Keefer, 1997 ; Zak et Knack, 1998.

7 Voir par exemple : Berg, Dickhaut et McCabe, 1995 ; Glaeser et al., 1999 ; Robin et Ruffieux, 1999 ; Yamagishi, 1988.

8 Voir Inglehart (1994) pour une discussion à propos de divers biais dans l’échantillonnage de l’EMV.

9 Voir, cependant, l’étude de Helliwell (1996) qui observe une relation négative significative entre productivité et confiance dans un échantillon de 17 pays de l’OCDE.

Auteur

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search