Version classiqueVersion mobile

Des mondes de confiance

 | 
Vincent Mangematin
, 
Christian Thuderoz

Première partie. Questions de confiance

Chapitre 7. De la prudence... à la confiance

Pascale Trompette

Texte intégral

1À la croisée de l’économie et de la sociologie, la littérature interroge depuis déjà plusieurs années la place de la confiance dans la régulation des échanges économiques, réintroduisant dans l’analyse les différentes médiations sociales qui sous-tendent la réalisation des transactions ou autres modes d’engagement à terme. En prenant appui sur l’abondante littérature sur la question, on propose ici d’aborder la problématique de la confiance en distinguant deux registres de manifestation de celle-ci dans les interactions économiques : comme croyance (faire crédit) et comme invocation (règles d’obligation).

  • 1 Nous aurons l’occasion de qualifier ultérieurement la notion d’échange problématique.

2La catégorie de la confiance est en effet largement mobilisée pour comprendre, en amont de la relation d’échange, l’engagement d’un contractant dans un échange problématique1 traversé par l’incertitude. Elle s’apparente ici essentiellement à un appui de la coordination dans un contexte d’opacité des interactions marchandes. La réflexion théorique interroge tout particulièrement les mécanismes de production de la confiance (croyance) appuyés sur des dispositifs de jugement. Cette perspective problématique nous semble avoir été largement privilégiée au sein de la littérature socio-économique récente sur la question, notamment parce qu’elle rend visible un ensemble de médiations personnelles (réseaux, qualités des personnes) et impersonnelles (agencements symbolico-matériels) organisant la transaction marchande, jusqu’à présent difficilement appréhendées par les économistes. Cette ligne de recherche a été investie au point de reléguer au second plan une conception, certes plus canonique, mais non moins essentielle, de la confiance : celle d’une disposition sociale participant à l’économie de la réciprocité. Cette disposition, qui en appelle plus directement au « sujet moral », est rendue visible à travers l’usage performatif (invocation) de la confiance dans les mécanismes de régulation de l’échange. La confiance s’identifie ici comme le passage obligé, symboliquement affiché, de la construction d’un régime de réciprocité, d’un cycle d’échanges multidimensionnels dans une relation à long terme.

  • 2 D’un côté, l’univers de la réciprocité, de l’alliance, d’acteurs engagés dans une relation à terme, (...)
  • 3 Après Malinowski, Annette Weiner met en évidence l’importance des stratégies de prestige associées (...)

3Ce second registre d’interprétation de la confiance nous semble essentiel à revisiter pour appréhender la tension entre confiance (pari) et calcul (certitude), entre confiance (abandon) et contrôle. Il nous renvoie à ces grammaires anthropologiques de l’échange que sont l’économie du don et l’économie de marché2 : tout en qualifiant une opposition paradigmatique radicale, ces deux régimes de l’échange n’en imposent pas moins une réflexion sur la manière dont ils cohabitent ou se conjuguent, se combinent ou s’excluent, dans différents contextes d’interaction économique (Bourdieu, 1994 ; F. Weber, 2000 ; Testart, 2001). De la même façon que l’anthropologie doit penser des indigènes qui jouent et jonglent entre don - contre don et équivalence marchande3, nous pouvons envisager des acteurs qui, au cœur du jeu des interactions marchandes, oscillent entre confiance et prudence.

L’engagement dans la transaction

4« Incomplétude du contrat » : on situe ici l’amont de réflexions théoriques sur les mécanismes de production d’accord et d’équilibre relativement aux conditions objectives d’association des partenaires lorsqu’elles reconnaissent une forme quelconque d’incertitude. À partir des cas exemplaires de la relation de travail (Salais, 1989 ; Garnier, 1986) et des relations de sous-traitance (Baudry, 1994) caractérisées par une « incomplétude de nature du contrat », ces analyses se sont plus largement intéressées à toutes les situations d’« économie de la qualité » (Karpik, 1989) où l’enjeu porte sur l’évaluation des qualités du produit échangé à plus ou moins long terme. Elles se caractérisent par le fait que, pour des acheteurs qui assignent la priorité à la qualité du produit, le bien se présente comme une promesse, c’est-à-dire que ses qualités « sont au moins partiellement incommensurables » et que la réalisation de la valeur d’usage est différée dans le temps.

5Un second lieu problématique de l’échange se joue autour des contraintes de durabilité de la relation (sous forme d’échanges répétés), dès lors que l’enjeu de stabilisation du rapport peut être inégalement partagé par les contractants (entreprise - sous-traitant ; employeur-salarié). Ici, la régulation de la durabilité des relations est rapportée à des « faits d’organisation » ou autres formes d’investissements institutionnels qui peuvent aller au-delà d’une action de contrôle (relation d’autorité, système hiérarchique, mécanisme d’incitation) pour renvoyer à divers modes de gestion des engagements respectifs.

  • 4 « Un système fondé sur la seule contrainte est hautement instable ou il ne se maintient que par une (...)

6Dans ces situations dites « d’échange problématique », la catégorie de la confiance est mobilisée comme un mode de régulation alternatif à un système de contrôle, soit que celui-ci soit trop coûteux (Reynaud, 19894), soit qu’il se révèle imparfait. La sélection du contractant, l’engagement dans l’échange ou la gestion d’une relation de délégation participent d’une forme de pari du client vis-à-vis du prestataire. A moins de demeurer totalement aveugle, ce pari va s’étayer sur différents systèmes d’information. La confiance comme anticipation du comportement du cocontractant est supportée par des dispositifs et conventions associés à la reconnaissance de sa fiabilité : signaux, réputation, prescription, profession de foi, etc. (Karpik, 1996), eux-mêmes renvoyant aux univers qui les produisent, réseaux, prescripteurs (Hatchuel, 1995), professions, etc. Cette recherche de formes alternatives de garantie de la fiabilité du partenaire n’est d’ailleurs pas strictement exclusive de dispositifs de contrôle et d’assurance, tels qu’on peut les rencontrer dans différents régimes de normalisation par exemple. Mais l’intérêt de ces supports de coordination est bien l’économie qu’ils permettent de réaliser à différents niveaux, notamment ceux des coûts de transaction et du contrôle.

7La littérature sur la question propose une revue extrêmement riche de l’ensemble des dispositifs susceptibles d’accompagner cet amont du rapport d’échange entre contractants (Rousseau et al., 1998). L’objet auquel s’attache la production d’un jugement est double : il porte d’une part sur les qualités objectives du bien ou de la prestation, qu’elles soient formulées en termes d’expertise, d’efficience, de technique, etc. ; il porte d’autre part (et simultanément) sur l’intention morale du partenaire au regard des multiples risques d’abus et autres formes d’exercice d’un pouvoir discrétionnaire, autrement désigné par les économistes comme « risque d’opportunisme ».

8Au fond, on pourrait traduire cet ensemble de propositions par la notion de « confiance supplétive » à l’imperfection ou à l’opacité du marché, qui renvoie à une conception essentiellement cognitive de celle-ci (Quéré, 2001), c’est-à-dire fondée sur des connaissances (connaissance des qualités du bien ou du prestataire, mais aussi connaissance des raisons d’agir, des motivations, de la fiabilité d’autrui). Les ressorts de l’engagement sont des éléments de connaissance portant sur les qualités des objets de l’échange et/ou des partenaires : ils fondent la capacité à construire une anticipation ou épargnent aux partenaires la nécessité d’un contrat (auquel se substitue une « poignée de main »). Sur le plan théorique, le principal apport de ces analyses est donc de nous permettre de comprendre ce qui fonde le « saut dans l’engagement », là où l’incertitude pèse sur la félicité de l’échange et la coopération du partenaire à terme.

9Simultanément, cette modalité de la confiance est fortement questionnée par la littérature économique dans sa capacité à résister à la logique de l’intérêt dans le contexte des interactions marchandes. De fait, au sein de l’économie du marché où l’expression de l’intérêt et du calcul rationnel a droit de cité et légitimité (Hirshman, 1980 ; Dumont, 1977), le lien de confiance présente toute la fragilité du pari incertain. La version williamsonienne réduite de la confiance, qui rabat celle-ci au jeu d’otages croisés et à la dépendance mutuelle, voit surgir la menace d’un comportement déloyal dès lors que les intérêts respectifs sont déliés (Williamson, 1993). On trouve dans la littérature un spectre large d’expressions, plus ou moins sophistiquées, de cette tension entre calcul et confiance, dont le mariage ne tiendrait que dans un contexte de congruence des intérêts respectifs et d’équilibre des pouvoirs. La littérature sociologique est moins sensible au risque d’opportunisme dans la mesure où elle incorpore dans ses analyses, implicitement ou explicitement, le poids des conventions et la reconnaissance de la conformité à des normes (Bidault, 1998). Mais ce sont alors les institutions elles-mêmes et leurs supports objets, dispositifs, règles, etc. — vers lesquels se déplace l’enjeu de confiance. Ainsi, la confiance construite comme « croyance », ou comme « crédit » accordé au cocontractant, désigne un engagement dans lequel le problème de l’incertitude n’est jamais totalement résolu. Dans cette théorie de l’échange, la façon de construire la confiance ne parvient pas à dissocier celle-ci de son double « en creux » (Hatchuel, 2000) : défiance, doute, soupçon, prudence. Comme le montre Armand Hatchuel, elle est indissociable d’une dynamique de « confiance-méfiance » dans laquelle les dispositifs de confiance ne sont que transitoires et orientent continuellement la production de nouveaux savoirs et la redéfinition des partenaires.

Confiance et réciprocité

10La catégorie de la confiance ne se limite pas à ce registre d’analyse, même si celui-ci reste essentiel. On peut également rendre compte du phénomène de la confiance en étant attentif à l’usage performatif (invocation) de celle-ci dans les mécanismes de régulation de l’échange. Dans cet ordre de fonctionnement, on va le voir, la confiance est indissociable de la mobilisation active d’une norme de réciprocité comme institution sociale.

11Ce registre d’analyse reconnaît comme élément central de la relation entre les partenaires d’un système d’échange la manifestation du libre choix de la confiance comme principe de coordination. « Que le geste de confiance repose sur des opérations cognitives ou se fonde sur des attitudes épistémiques et sur des connaissances, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Mais il n’est pas lui-même de nature cognitive ; il est plutôt de l’ordre du choix d’un type de relation, de la modulation de l’engagement ou de l’implication : faire confiance à quelqu’un, c’est s’en remettre à lui pour l’obtention d’un résultat visé par soi ou pour la félicité d’une transaction » (Quéré, 2001).

12Lorsqu’elle se manifeste sur le mode de l’invocation, la confiance convoque un autre mode de régulation des échanges qui engage plus directement le « sujet moral ». Elle inscrit directement le régime de transaction dans le paradigme de la réciprocité, entendons ici une des « économies » possibles de l’échange, alternative à la situation marchande, dont on rappellera les composantes institutionnelles et symboliques qui l’organisent au fil de notre propos. Dans cet ordre, la confiance apparaît moins comme le produit d’une nécessité que comme l’expression d’un acte positif, contenant simultanément des visées performatives (« la confiance oblige »). Se situer sur le registre de la confiance est fondé sur l’affirmation vis-à-vis du partenaire que l’on accepte provisoirement de renoncer à des dispositifs lourds de « contrat contingent complet », de contrôle et d’assurance pour faire valoir d’autres registres de coordination, de l’ordre de l’alliance et de la réciprocité à terme. C’est en d’autres termes afficher que l’on se situe sur des modèles d’actions alternatifs à ceux de l’opportunisme et de la rationalité marchande, ne serait-ce que parce que l’on peut en attendre des bénéfices supérieurs. Dans ce registre, le pari que contient la confiance n’est plus assimilé à un « abandon » raisonnable mais est signifié comme libre choix. « Jouer la confiance » manifeste l’intention du partenaire de se situer dans une grammaire de l’échange alternative à celle de l’interaction marchande soit celle d’un échange ponctuel ou d’un contrat explicite entre acteurs anonymes. Elle forme une disposition et accompagne un intérêt à se situer dans l’engagement à terme, ouvert à la multidimensionnalité des transactions : tout ce qui circule n’est pas totalement spécifié a priori, mais le flux de biens est la condition même du maintien de l’alliance.

  • 5 « L’économie du don est plus visible que l’économie de marché dans la mesure où elle implique que t (...)

13Ce mode d’interprétation met en avant l’importance des phénomènes d’énonciation et de sanction publique qui participent directement à « l’efficace performative » (Bourdieu, 1982) de la confiance5. L’efficacité symbolique associée à l’invocation de la confiance tient, entre autres, à ce que celle-ci se rapproche de la « manifestation de foi » et de l’investiture : « Car il y a dans la confiance qu’un être humain porte à un autre une valeur morale aussi haute que dans le fait de ne pas décevoir cette confiance ; et cette valeur peut être même encore plus libre et plus méritoire, car lorsqu’on nous fait confiance, nous sommes presque engagés par un jugement porté sur nous par avance » (Simmel, 1999, p. 382). D’une certaine façon, la notion de « faire crédit » que contient l’idée de confiance peut s’entendre comme création d’une dette, donc d’une obligation. Donner sa parole, ou inversement accorder sa confiance, n’est autre qu’activer une norme de réciprocité, c’est-à-dire l’obligation morale qui sanctionne toute forme manifeste d’opportunisme.

14Cette investiture autorise celui qui a délégué sa confiance à revendiquer la coopération de son partenaire. Comme la réputation qui la supporte, la confiance a la propriété d’être révocable : c’est en cela qu’elle « oblige », au nom du renouvellement d’une alliance jugée préférable à la seule confrontation d’intérêts conflictuels.

  • 6 Examinant l’économie du don au sein de la famille, Jacques Godbout conduit une réflexion critique s (...)

15L’efficacité symbolique de « la parole donnée » est donc indissociable de la référence à un principe supérieur d’ordre moral, dont on rencontre différentes versions dans les institutions professionnelles et les systèmes de réputation des entreprises. Elle traduit surtout l’importance du coût social de la trahison de la confiance et de l’interruption d’un cycle d’échange. Ce coût social ne signifie pas seulement le retour des deux parties à une logique opportuniste dans l’échange ; à l’extrême, il engage la crise du lien social en tant que relation durable d’association ouverte à la circulation variée et variable de choses : en suivant Jacques Godbout (1992), on observe que la dégradation du régime de réciprocité tend à rétablir la légitimité du raisonnement utilitariste6.

  • 7 Le rapport entre flux économiques et relations sociales est réciproque. Une relation sociale spécif (...)

16La réflexion consacrée à l’analyse de la norme de réciprocité, des principes qui l’organisent et des institutions qui la supportent a constitué un domaine central de l’anthropologie et de la sociologie (Mauss, 1950 a ; Sahlins, 1976 ; Douglas, 1989). Tous ces travaux ont contribué à mettre en évidence, dans ses formes et contenus variés, la dimension du lien social comme contexte et opérateur des processus d’échange7, qu’il s’agisse de relations interpersonnelles ou de personnes morales ou collectives. On situe là essentiellement le risque, non plus de la confiance, mais de l’action opportuniste : réputée légitime dans la sphère marchande, celle-ci est sanctionnée par la crise de la relation dès lors qu’elle vient corrompre un cycle d’échanges établi sur un paradigme alternatif, celui de la réciprocité.

  • 8 On rappellera ici la proposition anthropologique selon laquelle le contre-don n’annule pas la dette (...)
  • 9 « Il y a un lien, une continuité, entre les relations hostiles et la fourniture de prestations réci (...)

17La morale du don, nous enseigne l’anthropologie, se fonde sur l’intérêt à se montrer désintéressé (Bourdieu, 1994), notamment parce que le don oblige (Godelier, 1997). Dans la relation interpersonnelle notamment, le don traduit la volonté de celui qui l’initie de surmonter le calcul ou tout au moins de montrer qu’il est capable de le surmonter. Mais dans le même temps, l’autre face du don est la création d’un rapport de supériorité, « puisque celui qui reçoit le don et l’accepte se met en dette vis-à-vis de celui qui lui a donné. Par cette dette, il devient son obligé, et donc se retrouve jusqu’à un certain point sous sa dépendance, du moins pour tout le temps où il n’aura pas “rendu” ce qu’on lui a donné » (Godelier, 1997, p. 21). Le paradigme de la réciprocité fait du don un acte performatif engageant, au-delà de la circulation des biens, la solidarité des parties. On peut alors suggérer que la chose donnée et la parole donnée (la confiance) constituent les deux versants d’un même processus : instaurer ou exprimer une alliance8 ; de même que la crise de l’échange réciproque, comme celle de la confiance, signifie davantage que l’interruption de la transaction. Là où « les échanges sont des guerres pacifiquement résolues »9, la confiance est une hostilité (une incertitude critique) pacifiquement résolue.

Calcul et confiance : la « double vérité »

18En opposant systématiquement l’idéal-type de la transaction marchande à celui de la réciprocité, notre argumentaire a largement contribué à véhiculer une vision de grammaires de l’échange radicalement éloignées, voire structurellement opposées. Ceci étant, il nous semble indispensable de nous extraire du débat qui tend à placer dos à dos un homo oeconomicus calculateur d’un côté, et un homo sociologicus jouant le pari de la confiance de l’autre. Dans cette vision, tout se passe comme si la confiance devait engager une posture radicalement étrangère au calcul et à l’intérêt, sauf à perdre sa légitimité comme véritable pari de confiance. Les procédures de normalisation et d’assurance constituent-elles des supports ou au contraire des substituts de la confiance ? La confiance suppose-t-elle de façon irréductible que les contractants se situent dans le pari et l’incertitude à terme ?

  • 10 Sans souscrire pour autant à la position radicale de l’auteur, qui consisterait à rabattre totaleme (...)
  • 11 « Ainsi, l’échange de dons (ou de femmes, de services, etc.) conçu comme paradigme de l’économie de (...)

19Nous emprunterons à Pierre Bourdieu un argumentaire qui permet au contraire de tenir ensemble ces deux figures10. L’une des figures classiques des analyses de l’auteur est celle du jeu entre l’implicite et l’explicite. Que ce soit dans le registre de la manifestation ou dans celui de la dénégation »11  l’un et l’autre posent, au fond, la question de la légitimité. Nous faisons l’hypothèse que c’est bien dans cet ordre de compréhension que l’on peut raisonner l’articulation entre confiance et calcul, ou encore entre confiance et contrôle. La manifestation du renoncement à l’opportunisme, du don sans attente de contrepartie immédiate, de l’engagement de confiance sans omniprésence du contrôle, etc. est essentiel pour instituer un cycle de réciprocité entre les parties. Et cette manifestation suppose effectivement que les acteurs s’y conforment au moins jusqu’à un certain point : de même que la restitution sur-le-champ et la stricte équivalence annulent le don, le calcul-contrôle annule soit l’échange (trop de risque), soit la confiance (certitude).

  • 12 L’exercice de la « prudence » passe par l’examen (« épreuve ») de la façon de se tenir conformément (...)
  • 13 « Le don peut s’opposer à la violence directe, à la subordination physique, matérielle, sociale, ma (...)

20Mais peu importe, au fond, que le sociologue « surprenne » les acteurs en flagrant délit de défiance et de calcul : rien n’interdit que, périodiquement, ceux-ci mobilisent de la « prudence » — au sens que les conventionnalistes12 donnent à cette catégorie dans la relation. La quête d’équivalence derrière le don - contre-don ne se confond jamais avec une stricte commensurabilité, mais n’est autre chose qu’une façon de s’assurer régulièrement que le partenaire respecte le jeu de la réciprocité et n’agit pas de façon opportuniste ou politique13. Essentielle est au contraire la nécessité de tenir cette prudence dissimulée, dans la mesure où elle contient potentiellement le risque d’engager une crise de la relation. Dans une relation de confiance, il est de mauvais ton de recourir à des procédés de contrôle. Ceux-ci, lorsqu’ils sont activés par l’un des contractants, s’effectueront soit dans la discrétion, soit en déniant qu’ils sont mobilisés comme tels. D’où une grammaire de l’interaction qui négocie constamment entre le manifeste et le dissimulé, de façon à signifier à l’autre que l’on s’en remet à lui et qu’on le considère ainsi digne de crédit.

***

21Acheter, mandater, déléguer : la confiance peut accompagner un pari contraint par les circonstances incertaines de la transaction (opacité, indétermination à terme, etc.). Appuyée sur des supports informationnels, elle est « l’amont qui rend possible le contrat » (Paradeise et Porcher, 1991) à travers divers modes de construction du jugement (réseau, signaux, réputation, etc.). L’autre face de la confiance est celle du pari assumé, cette fois appuyé sur l’efficacité performative du « contrat de confiance » et le recours au sujet moral dans le contexte d’une économie de la réciprocité. Elle est de l’ordre de l’institution, c’est-à-dire l’énoncé, formel ou coutumier, de normes d’obligation et de coopération (sanction de l’opportunisme). En attendant d’être confortée dans l’expérience, la confiance ne se livre pas sans prudence, donnant ainsi sa part, subtilement dosée, au calcul et au contrôle comme « épreuve », au cours de laquelle les comportements réciproques sont périodiquement évalués.

Notes

1 Nous aurons l’occasion de qualifier ultérieurement la notion d’échange problématique.

2 D’un côté, l’univers de la réciprocité, de l’alliance, d’acteurs engagés dans une relation à terme, etc. De l’autre, le registre du calcul et de l’opportunisme, de la transparence et du contrôle, d’acteurs libres et anonymes. Cette opposition paradigmatique entre « échange-don » et échange marchand traverse toute la littérature en économie et en sociologie, et au-delà. Si les théories de l’échange ont élaboré des conceptualisations variées, et pas nécessairement dans une construction binaire, il nous semble néanmoins tout à fait possible de retenir cette perspective dichotomique opposant deux registres d’engagement : l’un annexé au système de relations sociales qui le définit et simultanément s’en nourrit ; l’autre fondamentalement caractérisé comme une transaction purement contractuelle entre acteurs équivalents et socialement distanciés (Chantelat, 2002).

3 Après Malinowski, Annette Weiner met en évidence l’importance des stratégies de prestige associées aux échanges des objets de la kula (entrer dans la kula, obtenir des objets de renommée supérieure, construire des alliances, etc.), manifestant ainsi toute la dimension politique du système de don - contre-don (Weiner, 1988).

4 « Un système fondé sur la seule contrainte est hautement instable ou il ne se maintient que par une dépense très élevée de contrôles et de contre-contrôles ; méthode coûteuse (c’est particulièrement évident quand l’économie d’effort et de temps est un critère de succès, comme dans l’activité économique), mais aussi, très souvent, méthode paralysante : la multiplicité des contrôles nécessaires pour maintenir l’autorité rend la décision lente et difficile. Parfois même, elle oublie son objectif » (Reynaud, 1989, p. 42).

5 « L’économie du don est plus visible que l’économie de marché dans la mesure où elle implique que tout le groupe soit au courant des enjeux d’honneur et d’estime, et des sanctions encourues » (Douglas, 1989, p. 174).

6 Examinant l’économie du don au sein de la famille, Jacques Godbout conduit une réflexion critique sur les thèses utilitaristes appliquées au mariage. À ce propos, il défend l’idée selon laquelle les « comptes familiaux » qui se manifestent en situation de crise ne révèlent pas un système jusqu’à présent caché mais au contraire l’échec du régime précédent : « Après avoir souvent donné sans compter, on règle ses comptes [...]. Avoir besoin de compter, c’est déjà l’indice que l’on sort du système du don, c’est l’indice d’une dégradation du rapport et non le signe que le système du don est fondé sur le calcul » (p. 47).

7 Le rapport entre flux économiques et relations sociales est réciproque. Une relation sociale spécifique peut informer un mouvement de biens donnés mais, inversement, toute transaction spécifique suggère « par là même » une relation sociale donnée. « Si les amis font des cadeaux, les cadeaux font des amis. » Le système d’échange est gouverné par les relations sociales, mais il peut également participer à leur instauration.

8 On rappellera ici la proposition anthropologique selon laquelle le contre-don n’annule pas la dette engendrée par le don initial, c’est-à-dire qu’il contribue à renouveler et perpétuer le lien social : selon l’expression de Maurice Godelier (1997), rien n’est rendu mais « re-donné ». D’où l’importance que le contre-don soit, de quelque façon, signifié comme don à part entière : en étant différé et différent (Bourdieu, 1994), jamais strictement équivalent voire, au contraire, supérieur.

9 « Il y a un lien, une continuité, entre les relations hostiles et la fourniture de prestations réciproques : les échanges sont des guerres pacifiquement résolues, les guerres sont l’issue de transactions malheureuses » (Lévi-Strauss, 1967, p. 78).

10 Sans souscrire pour autant à la position radicale de l’auteur, qui consisterait à rabattre totalement l’expression du « désintéressement » sur l’intérêt. Nous renvoyons à Olivier Favereau (2001) pour une critique de cette thèse : dévoiler l’intérêt pour diverses formes de profit symbolique derrière le désintéressement affiché, c’est dissoudre la spécificité du comportement moral, lequel redevient un cas particulier de l’espèce générale « comportement intéressé » (p. 288).

11 « Ainsi, l’échange de dons (ou de femmes, de services, etc.) conçu comme paradigme de l’économie des biens symboliques, s’oppose au donnant-donnant de l’économie économique en tant qu’il a pour principe, non un sujet calculateur, mais un agent socialement prédisposé à entrer, sans intention ni calcul, dans le jeu de l’échange. C’est à ce titre qu’il ignore ou dénie la vérité objective d’échange économique. On peut en voir une autre attestation dans le fait que, dans cette économie, ou bien on laisse l’intérêt économique à l’état implicite, ou bien, si on l’énonce, c’est par des euphémismes, c’est-à-dire dans un langage de dénégation » (Bourdieu, 1994, p. 184).

12 L’exercice de la « prudence » passe par l’examen (« épreuve ») de la façon de se tenir conformément aux grandeurs comme ordre de légitimité. Cf. Boltanski et Thévenot (1991, chap. v).

13 « Le don peut s’opposer à la violence directe, à la subordination physique, matérielle, sociale, mais aussi en être le substitut. Et les exemples surabondent de sociétés où les individus, incapables d’honorer leurs dettes, se voyaient contraints de se mettre, ou de mettre leurs enfants, en esclavage, finissant par devenir la propriété, la “chose” de ceux qui leur avaient accordé leurs dons » (Godelier, 1997, p. 21).

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search