Version classiqueVersion mobile

Des mondes de confiance

 | 
Vincent Mangematin
, 
Christian Thuderoz

Première partie. Questions de confiance

Chapitre premier. Introduction au propos : la confiance en questions

Christian Thuderoz

Texte intégral

Accolade à celui qui, émergeant de sa fatigue et de sa sueur, s’avancera et me dira : « Je suis venu pour te tromper. »
René Char, Rougeur des matinaux, 1950.

1Qu’est-ce que la confiance ? Un savoir hypothétique sur une conduite future. À quoi sert-elle ? À lubrifier les rapports sociaux, permettre le vivre-ensemble. Pourquoi l’étudier ? Parce qu’il s’agit d’une importante catégorie de la pratique et qu’elle est, jusqu’alors, (paradoxalement) peu construite comme une catégorie sociologique.

« Trust has never been a topic of mainstream sociology » (Luhmann, 1988)

  • 1 Julien Gracq, Au château d’Argol, Paris, Librairie José Corti, 1938 ; André Gide, La Symphonie past (...)

2« La confiance, réduite en eux, à l’état de pure vertu, et pareille à l’émanation laiteuse de la nuit baignée de lune, les visitait avec ses grâces primitives. » « Je me rappelle que vous m’avez dit souvent que le plus grand besoin de cette terre est de confiance et d’amour. »1 Est-ce parce qu’elle semble relever du registre romantique, ou que le mot est d’usage profane, que la notion de confiance est si peu travaillée par les sciences sociales ? Probablement. Et dans un monde que l’on dit mieux caractérisé par la recherche du bonheur personnel que par la bienveillance envers autrui, et où l’on déplore le déclin du capital social, peut-être que cet impensé, somme toute, est mérité. Et que la sociologie, longtemps rétive à l’étude attentive de cette forme relationnelle, lui préférant celle de domination ou d’exclusion, eut raison de la négliger ; et que cette négligence, somme toute, est salutaire : le questionnement sociologique ne vaudrait pas une heure de peine s’il ne s’attachait, en premier lieu, à dénombrer, dévoiler et dénoncer. Osons ici une autre thèse : cet impensé est le fruit d’une époque et d’un monde ; il s’explique, d’une part, du fait de la structuration de l’édifice théorique – les paradigmes usuels de la mainstream sociology ont ignoré cette dimension essentielle de la vie collective – et, d’autre part – mais cela est congruent au phénomène précèdent –, du fait d’une impossibilité pratique : les conditions (sociales, économiques, politiques, culturelles) qui ont prévalu dans nos sociétés industrielles ne pouvaient en effet, nous semble-t-il, faire émerger cette activité comme une catégorie d’importance, digne d’attention sociologique. Ce qu’elle est désormais devenue, ces conditions s’étant largement modifiées. Enfin, le fait qu’il s’agit d’une notion de sens commun, moralement connotée, polysémique, sans définition unifiée (chaque auteur propose la sienne), difficile à manier ou à démêler (elle mélange savamment plusieurs dimensions, sur fond de morale domestique et de disposition individuelle), renvoyant parfois à des institutions, parfois à des personnes, parfois à des objets, et dont les mécanismes internes apparaissent obscurs, n’a guère favorisé son appropriation par les sciences sociales. Reprenons ces trois points.

3L’occultation. Aucun des trois paradigmes dominants en sociologie – les matrices de l’intégration, de la rationalisation ou de l’interaction (Martucelli, 1999) – ne l’ont vraiment incorporée à leur discours.

  • 2 La sociologie bourdivine, en décrivant un monde cynique, entre dé-possession des uns et domination (...)

4A priori, le paradigme de l’intégration-différenciation pouvait abriter la question de la confiance, ne serait-ce qu’en la pensant comme facteur inclusif. Mais les penseurs qui ont théorisé dans ce cadre, d’Emile Durkheim à Pierre Bourdieu, ont préféré discourir sur les dangers de l’anomie, ou disserter sur la rupture épistémologique2. Autrement dit : argumenter pour « que la vie économique se règle, se moralise, afin que les conflits qui la troublent prennent fin, et enfin que les individus cessent de vivre ainsi dans un vide moral » (Durkheim, 1950, p. 19) ou que le sociologue rompe « avec le sens commun et les représentations partagées » (Bourdieu, 1992, p. 207). Dans les deux cas, la confiance ne peut constituer une catégorie à part entière de la pensée sociologique, soit parce qu’elle est réputée absente de la morale professionnelle, soit parce qu’elle est une catégorie d’entendement commun.

5Si la réflexion durkheimienne aborda le contrat, elle le fit surtout en observant les conditions de son établissement ou de son exécution, c’est-à-dire son contexte ou sa sanction. Le raisonnement fut le suivant : tout n’est pas contractuel dans le contrat ; les contrats donnent naissance à des obligations qui n’ont pas été contractées, et il convient de prévoir « un plan déterminé » pour réguler les échanges, les soustraire à l’arbitraire et éviter ainsi une « solidarité précaire » ; il faut donc établir un droit des contrats, surplombant ces échanges – puisque chacun des contractants, dit Durkheim (1996, p. 191), « cherche à obtenir aux moindres frais ce dont il a besoin, c’est-à-dire à acquérir le plus de droits possibles, en échange des moindres obligations possibles ». Ce propos fut longtemps celui des économistes classiques, rejoints par les juristes, soucieux de moraliser les contrats et de substituer les intérêts aux passions.

6L’approche culturaliste s’est logée dans ce cadre : si les actions des individus ressortent d’un habitus culturel ou s’inscrivent dans une longue chaîne séculaire, si leur liberté est contingente – puisqu’ils sont insérés dans des espaces sociaux immémoriaux –, la question de la confiance ne se pose pas : tout est déjà écrit.

7La matrice de la rationalisation, elle, s’est volontairement dispensée, pendant longtemps, de se poser la question de la confiance. Focalisée sur les procédures rationnelles du monde social et l’adéquation des moyens aux fins, elle ne vit dans cette activité relationnelle qu’une forme pré-moderne, relevant de la tradition ou de la coutume, de l’oralité ou de la proximité ; le travail de rationalisation, si bien décrit par Max Weber, prétendait plutôt se fonder sur des procédures écrites, un droit objectivé, distinct des personnes, et une intellectualisation désenchantée du monde moderne.

8Le refus de la domination et du cercle vicieux bureaucratique (et la critique des sociétés administrées), ou la dénonciation de la disjonction entre système et monde vécu (soit la perversion, par le pouvoir et l’argent, des structures symboliques, pour utiliser les termes de Jürgen Habermas), ont mis au premier plan de l’analyse sociologique le problème de la distance des hommes à leurs institutions, voire leur dépossession, le « système » devenant autonome des êtres, ou générant des hommes unidimensionnels. La défiance s’en trouva théorisée – défiance envers « la société d’abondance et sa prospérité destructrice », selon Herbert Marcuse, ou à l’encontre des technologies et de leur pouvoir corrosif.

9En s’attachant à la dialectique entre calcul et échange, les économistes orthodoxes ont naturalisé une certaine vision du monde, propre à ce paradigme : la prégnance de comportements opportunistes, de la part d’individus poursuivant avec raison leur seul intérêt. Les mots clés sont donc ceux de prudence, de choix stratégique, de jeux non coopératifs, d’anticipations rationnelles ou de hasard moral ; ils ont leur pendant sociologique : les notions d’action contrainte, d’acteur (ou d’instinct) stratégique, de jeu sur les règles ou de rapport de négociation asymétrique. Notions heuristiques, sans nul doute, mais qui ont été forgées en s’opposant à celle de confiance, celle-ci jugée obscurcir l’horizon social que les autres prétendaient mieux éclairer.

  • 3 La version goffmanienne du monde est ainsi, avant tout, une vision désenchantée ; le lien social y (...)

10Reste l’interactionnisme, Paradoxalement, cette matrice sociologique, en opposition théorique aux deux précédentes, a peu travaillé la notion de confiance. Ses objets de prédilection (la « face », le rite, le geste ou le mot performatif), ou son attention à l’empirie et à l’interaction, ou même simplement le fait que Georg Simmel l’ait étudiée, auraient pu l’y conduire – Harold Garfinkel, par exemple, consacra un article à la confiance au début des années 1960 (« A conception of and experiments with trust as a condition of stable concerted actions ») et ses Studies in ethnomethodology y font référence. Cet effort ne fut guère poursuivi, probablement parce que le registre moral, (faussement) censé servir de fondation à la confiance, y est un registre peu exploré, et dont ses penseurs se sont méfiés : l’homme y est homme, au quotidien, attentif à sa présence sur scène et toujours engagé dans un travail de visibilité sociale3.

11L’impossibilité. À parcourir les objets relevant des diverses « cités », ou « grandeurs », construites par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), force est de constater combien, dans leur modèle théorique, la notion de confiance est clairement située dans le registre domestique, à parité avec la bienveillance, la franchise, la fidélité, la serviabilité ou l’harmonie, s’opposant ainsi aux grandeurs fondant le registre dit marchand, avec ses connotations de rivalité, de compétition, d’égoïsme, d’opportunisme ou de distance. Les critiques provenant du premier de ces mondes vers le second, écrivent les auteurs, s’appuient sur une dénonciation : « le dévoiement des relations de confiance perverties par l’intérêt » (p. 301). On tient là un premier motif de cette impossibilité pratique des sciences sociales de penser la confiance : la prégnance, à mesure que s’édifiait l’ordre marchand-industriel, des catégories de performance, d’objectivation ou d’optimisation, d’opportunités et de détachement, toutes catégories de la modernité, valorisées contre celles du monde ancien, tel celui que décrivait Frederic W. Taylor fustigeant « l’ancien mode de direction des entreprises ».

12Si le discours profane intégrait la confiance, c’était pour en regretter aussitôt l’absence dans « les rapports sociaux capitalistes », au profit d’un intérêt individuel, dévoyant la solidarité collective. La rhétorique syndicale, tout au long du xxe siècle, est tout entière construite sur ce schéma de dénonciation. Et la critique de ces rapports par les intellectuels s’est toujours refusée à explorer les chemins de cette confiance introuvable, tant il est vrai que le cynisme des acteurs sociaux, à l’exception de quelques patrons ou syndicalistes profondément chrétiens, ne pouvait générer que leur silence à propos d’une telle notion, souvent invoquée, mais jamais placée au cœur de la relation salariale.

13Un second motif, lié au précédent, est discernable : l’imposition, dans les rapports socio-productifs, de formes de coopération non fondées sur la confiance et la proximité, mais sur le contrôle et la distance hiérarchique. Le raisonnement taylorien a porté à son paroxysme une telle vision du monde. Si, comme l’écrivait Taylor dans la préface à La Direction scientifique des entreprises (Taylor, 1971), « dans le passé, l’homme était l’atout maître ; dans le futur, le système sera cet atout », point besoin d’une relation de confiance entre employeur et employés : « la mise en application de la science du travail par des ouvriers scientifiquement entraînés » et « scientifiquement sélectionnés » y pourvoira. Une trop grande personnalisation de la relation d’emploi peut en effet se révéler improductive. C’est ce qu’estimait Henry Ford (1925, p. 295) : « Nous ne croyons pas du tout à l’utilité des contacts personnels et des manifestations de cordialité à l’égard du personnel. » L’entreprise moderne, celle que décrit Alfred Chandler (1988), est, de fait, un substitut fonctionnel à la confiance ; les salariés y sont surveillés et punis parce qu’il sont tenus pour des êtres paresseux (du fait de leur « flânerie systématique »), prompts à minorer leur contribution (leur « freinage ») et à consommer de façon privée les ressources mises à leur disposition (« la perruque », en jargon ouvrier). Uniformisation du personnel, homogénéisation des procédures à son égard, non-reconnaissance de ses compétences (juste l’exigence d’un respect des consignes et des modes opératoires, élaborés hors de l’atelier où travaille ce personnel), allocation rigoureuse des tâches, méfiance généralisée envers l’autonomie ouvrière, suspecte de cacher des comportements opportunistes ou prédateurs : les conditions furent donc vite réunies pour que le vocable de confiance soit absent des manuels de formation de la maîtrise et des cadres industriels, et récusé comme inutile, voire antinomique au registre de la productivité ou de l’efficacité.

14L’obscurité de ses mécanismes. La confiance est un concept pluridimensionnel (un « hyper-concept », a-t-il été dit) et, de ce fait, déconcertant : il caractérise, simultanément, une relation et l’espoir fondé sur cette relation ; un état donné de cette relation et une action (ou un mouvement) ; une attitude et un comportement ; une propriété (ou une faculté) et une croyance ; une norme sociale et un calcul ; le produit d’une interaction et un arrangement institutionnel ; un rapport et une ressource ; une institution et une interaction ; un engagement et une routine, etc. Catégorie plurielle, donc, et qui déroute l’analyste social : il s’agit en effet, à la fois :

    • 4 Raisonnement parfois tautologique : pour que la confiance s’établisse, il faut d’abord que les prot (...)

    d’un état social préexistant, préalable à l’engagement d’une relation durable4 (avec des conditions particulières pour cet établissement, par exemple la proximité, une histoire commune, etc.) – soit une sorte de capital relationnel, résultant d’interactions passées, ou répétées ;

  • mais aussi d’une situation construite au cours de l’action (donc, avec un travail de production de cette confiance, référé à des normes d’obligations et de réciprocité) ;

  • ou d’un objectif recherché pour son potentiel de sécurité ontologique (ou de sécurisation des contrats) – on vise ainsi à « restaurer la confiance » ;

  • ou, encore, d’une forme relationnelle, opposable à d’autres (contrôle versus confiance, par exemple).

  • 5 Signe de cette difficulté : alors que la littérature anglo-saxonne sur la notion de confiance est i (...)
  • 6 Michel Lallement, lecteur critique de cette introduction, a attiré mon attention sur l’emphase mise (...)

15On comprend ainsi la réticence des chercheurs : une notion aussi profane et amphibole, dont le maniement requiert prudence et attention, n’a pu se rendre attractive, ces dernières années, qu’au prix de sa mise en intrigue académique, en se découvrant comme une catégorie heuristique5. Les travaux pionniers de Morton Deutsch (1958) : « Trust and Suspicion », de Dale Zand (1972) : « Trust and Managerial Problem Solving », d’Alan Fox (1974) : Beyond Contract : Work, Power and Trust Relations, ou de Niklas Luhmann (1979) : Trust and Power, sont tous à relire sous cet angle : la légitimation par des lettrés d’un terme jusqu’alors d’usage laïc, et sa conversion comme outil de compréhension d’un monde en mutation6.

Pourquoi se poser aujourd’hui la question de la confiance ?

16Parce qu’elle est désormais un item fondamental, structurant (par sa présence ou son absence) nos sociétés modernes. Pour quelles raisons ? Esquissons ici quelques motifs :

  • 7 Remarque : l’incertitude n’est pas seulement une série d’événements exogènes, ou un état, extrinsèq (...)

17La régulation de la complexité sociale et de l’incertitude. C’est la thèse, historique et systémique, de Niklas Luhmann. Nos sociétés sont le mieux décrites par une « différenciation fonctionnelle » entre les divers systèmes sociaux partiels qui la constituent (l’économie, le droit, la science, etc.) : si ces derniers sont en interdépendance étroite, la relation d’ensemble reste aléatoire, non réglée, sujette au chaos et à l’imprévu. D’où un besoin de confiance, cette attitude permettant de surseoir à l’insuffisance des informations disponibles et de contribuer, malgré cela, à la prise de décisions. La confiance, comme le résume Danilo Martucelli dans sa Sociologie de la modernité (1999, p. 180), est ainsi intimement liée à la nécessité de réduire cette complexité, dans un environnement lui-même de plus en plus complexe, et au caractère hautement contingent des situations sociales, puisque seuls quelques futurs possibles finiront par devenir des présents. Pourquoi ? Parce que le degré élevé d’indétermination, ou d’incertitude (que d’aucuns n’hésitent pas à nommer « radicale ») – que celle-ci soit technique, scientifique, sociale, politique, qu’elle se loge dans l’inter-individualité ou dans la compréhension des règles, peu importe, car nul domaine ne lui échappe7 – rend la confiance nécessaire : plus nos sociétés s’ouvrent au monde, plus elles doivent gérer leurs méconnaissances de celui-ci, et ses membres agir et décider en situation d’un savoir hypothétique.

18Moins les organisations sont réglées par des procédures ou des consignes, et plus la confiance devient un élément de leur dynamique. Car en situation de certitude absolue, expliquerait un économiste orthodoxe, seule importe la présence d’un commissaire-priseur pour assurer une juste répartition des biens et des quantités ; dès lors, pas de défaillances possibles, et tout concourt à l’équilibre général. Mais si ces ajustements ne conduisent pas nécessairement à l’optimum, si tous les états possibles du monde ne sont pas probabilisables, si les conséquences des interactions humaines ne peuvent être sérieusement anticipées, la confiance devient alors un mode efficient de coordination des individus et de leurs actions :

  • en réduisant le coût d’établissement de contrats exhaustifs (le contrat de travail peut être réduit à quelques clauses essentielles, à charge au salarié d’adopter, en cas de situations inédites, un comportement adéquat, appuyé sur ces compétences et sa conscience professionnelle – d’où l’émersion, dans la littérature managériale, du thème de la confiance et de l’attribution de responsabilités) ;

    • 8 D’un certain côté, c’est la thèse défendue par Alain Peyreffitte dans La Société de confiance (1995 (...)

    ou en permettant le libre déploiement d’initiatives ou d’actions appropriées aux situations (si le futur est incertain, les voies pour l’atteindre sont plurielles ; il est donc logique de faire confiance aux individus – d’autoriser leur imagination, leurs tâtonnements, leurs expérimentations8).

  • 9 Remarque : si la contiguïté et la connaissance de l’autre abolissent le besoin de confiance, l’extr (...)

19L’emprise, ou l’intrusion, des systèmes abstraits. Voici l’une des autres caractéristiques des sociétés de modernité avancée, ce que Anthony Giddens (1994) nomme le « désenchâssement » des relations sociales (pour l’opposer à la notion d’embeddedness, d’encastrement, proposée par Mark Granovetter) – ou leur « relocalisation ». À savoir : l’extraction de ces relations de leur localisme, et leur recombinaison dans des étendues plus vastes, voire « indéfinies » (que le terme de globalization peut recouvrir, ou le réseau des réseaux – Internet –, illustrer). Si les hommes doivent traiter avec des appareils bureaucratiques devenus autonomes, s’ils doivent gérer des relations avec un Autrui absent, ou éloigné, avec lequel ils ne sont plus en face à face, s’ils doivent se contenter d’informations parcellaires sur leur avenir, ou si ce dernier devient hasardeux, la confiance devient un médium fort utile : nous n’avons pas besoin, note Giddens (1994, p. 40), suivant par là l’hypothèse liminaire de Georg Simmel, « de faire confiance à quelqu’un dont les activités sont visibles en permanence et dont les modes de raisonnements sont transparents, ni de faire confiance à un système dont les rouages sont parfaitement connus et compris »9.

20Le souci de soi et l’altérité vécue comme un risque. La subjectivation croissante de la vie sociale (ce qui est une autre manière d’écrire : l’exigence grandissante d’autonomie et l’affirmation du Sujet personnel) possède son revers : la peur de l’Autre, sa mise en défiance. Le mouvement social de « personnalisation » favorise en effet la vulnérabilité de chacun et l’exposition au risque de tous. Et dans une société qui se définit de plus en plus par la probabilité (et l’improbabilité !) qu’ont les citoyens de partager l’exposition à un même risque (Beck, 1986), l’individu souffre d’affronter quotidiennement ce dilemme : se méfier de l’Autre, car potentiellement porteur d’une menace (mais alors se priver de sa collaboration et de ses bénéfices) ; ou se fier à l’Autre, car partageant le même avenir, ou subissant les mêmes contraintes, et détenant l’information ou la ressource dont on a soi-même besoin (mais prendre le risque de sa trahison). Beau paradoxe de la vie sociale et qui se prolonge, du point de vue de la tradition sociologique, par une divergence conceptuelle : l’efflorescence de la notion de confiance vient désormais concurrencer celle du pouvoir. À la lecture (réaliste) du monde social proposée par Michel Crozier et Ehrard Friedberg (1977) semble succéder (ou plutôt : s’insinuer, se faufiler) une autre lecture du monde (tout aussi réaliste), moins marquée par le « stratégisme », et ce dernier, plus « humanisé ».

21La crise des grands récits et des systèmes normatifs. Dans ce monde devenu incertain, complexe et relocalisé, les individus sont, plus que jamais, livrés à eux-mêmes, face à une adversité qu’ils affrontent à découvert. Les grands récits collectifs de jadis – tel celui porté par le mouvement ouvrier, ou celui qui s’enracinait dans le progrès technique – ont laissé la place à des prises singulières de parole. Dans le silence de l’Histoire résonnent désormais plus haut les multiples drames personnels, mais sans que la promesse d’un monde nouveau vienne les atténuer, ou leur donner un sens.

22Et lorsque le rapport à la norme est lui-même interrogé (ce que d’aucuns nomment sa « déformalisation »), ou quand se prône, aux fins d’efficacité, une délibération ouverte et permanente des acteurs sociaux pour définir et ajuster les objectifs de la Cité (De Munck et Verhoeven, 1997), là aussi, la notion de confiance devient une coordonnée majeure du débat, tant pour les acteurs eux-mêmes que pour les social scientists qui observent leurs comportements : comment croire, ou se fier, aux institutions (voir celles de Bruxelles) quand leur fonctionnement devient opaque, ou que leurs préoccupations semblent éloignées de celles des citoyens ? Comment croire, ou se fier, aux individus (voir les cotes de confiance des élus politiques) quand ils décident de notre avenir sur la foi de rapports d’experts aux conclusions contradictoires et aux savoirs vite dépassés ?

  • 10 Les thèses de Putnam ont – évidemment – suscité de nombreux débats aux États-Unis. On en trouvera l (...)
  • 11 C’est d’ailleurs « la perte de confiance générale dont souffre l’État », ainsi que celle « qui touc (...)

23La crise du lien social. Ou pour le dire en positif : la nécessité de préserver la cohésion de nos sociétés, en butte à des phénomènes corrodants mais hétérogènes dépolitisation, désaffiliation, incivilités, déficit de réciprocité, chute de la sociabilité spontanée, etc. Robert Putnam, dans son Bowling Alone (2000), est peut-être celui qui, chiffres à l’appui, a le mieux caractérisé ce déclin. Son diagnostic est sans appel : si l’honnêteté et la confiance lubrifient les mondes sociaux et les frictions inévitables, tout déficit de confiance entre leurs membres, ou entre eux et les institutions qu’ils se sont données, peut se révéler dramatique10. La notion de capital social, que propose James Coleman (1990) et sur laquelle s’appuie Edward Lorenz dans sa contribution (chapitre 8), est ici éclairante : si cette capacité des individus à s’associer et coopérer pour des fins communes dépend de normes et de valeurs partagées (dont la confiance accordée à l’autre), et si la puissance de nos sociétés à son tour en dépend, comme le suggère Francis Fukuyama (1997), son déclin est évidemment lourd de conséquences, tant du point de vue de leur capacité d’innovation que de la gestion de leurs conflits internes11.

24Les « déplacements » du capitalisme et les mutations du travail et des organisations productives. Si l’antagonisme entre cités civique et marchande-industrielle est récurrent, il est soluble dans divers compromis. Sont ainsi cités, dans l’ouvrage de Boltanski et Thévenot (1991) : la personnalisation des relations avec le client, la vente « sur mesure », la fidélisation de la clientèle, l’établissement d’un contrat de confiance avec elle, bref différentes actions (« suspension des différends » ou « mise en compatibilité des jugements ») visant à accommoder ces grandeurs entre elles ; ce compromis renforce la mobilisation des ressources de chaque monde et permet l’engagement « de l’action qui convient ». En d’autres termes, et pour reprendre ceux de Denis Segrestin (1992), on vérifie sans peine, chaque jour, l’actualité de la forme domestique dans l’industrie ou les services, tant il est vrai qu’aucun contrat ne s’éloigne impunément de la symbolique domestique de la confiance.

25Ce déplacement peut être résumé ainsi : l’ordre social antérieur, celui de la croissance fordiste, était porté par un compromis relativement stable entre formes industrielles et solidarité civique, c’est-à-dire par une mise en compatibilité entre un type d’efficacité productive (fondé sur une parcellisation des tâches et une coopération réduite au strict nécessaire) et un mode collectif de solidarité salariée (de lutte et de défense). Ce type de compromis serait, à l’heure actuelle, remis en cause, au profit de formes plurielles de coordination, dont celle supposant « la mise en valeur de liens de confiance » et « généralisant des liens de proximité personnalisés et inscrits dans un passé commun » (Thévenot, 1994, p. 249). Confiance et qualité relationnelle sont ainsi devenus des gages du bon déroulement des projets industriels – et, au-delà, la marque du nouvel esprit du capitalisme : dans un monde connexionniste, écrivent Luc Boltanski et Elizabeth Chiapello (1999, p. 168), les êtres doivent, pour que les projets réussissent, « faire et donner confiance, savoir communiquer, discuter librement, être capables de s’ajuster aux autres et aux situations, sans être freinés par la timidité, la rigidité ou la méfiance ».

Comment se poser la question de la confiance ?

26Les sept contributions rassemblées dans cette première partie proposent un questionnement possible de la confiance, c’est-à-dire parmi d’autres mises en questions possibles. Elles construisent ainsi un tableau original de la question, au gré des thématiques des chercheurs, de leurs terrains d’enquête privilégiés ou de leurs outils théoriques. Une lecture transverse de ces contributions fait surgir trois types de questionnement : disciplinaire, typologique et d’usage de la notion.

27Le premier questionnement est en effet académique : que nous livrent, à propos de la confiance, les regards sociologique (chapitres 2, 3, 4, 7 et 9), psychologique (chapitre 5), ethnologique (chapitre 6) et socio-économique (chapitre 8). Que retenir de ces approches disciplinaires ? La capacité de la notion de confiance à se couler dans les divers raisonnements des sciences sociales, et établir des passerelles entre les disciplines rassemblées sous ce vocable. Bien que subsiste le risque du flou notionnel – et son corollaire : les (fausses) définitions communes, masquant les (vraies) divergences –, convenons que rares sont les notions utilisées conjointement dans les programmes de recherche en économie, sociologie et sciences de gestion, ce que montre magistralement L. Karpik (préface). Certaines contributions, celles de Pascale Trompette (chapitre 7) ou de Edward Lorenz (chapitre 8), notamment, empruntent ainsi leurs raisonnements et leurs définitions à l’un ou à l‘autre de ces programmes. Il y a là, manifestement, matière à interrogation – ou à ressourcement.

28La seconde mise en question de la confiance qu’opèrent nombre de ces contributions concerne son usage problématique dans le monde social. Autrement dit : accorder sa confiance pose toujours problème et, contrairement aux visions de sens commun opposant, sur un mode irénique, bienveillance et confiance œcuménique d’un côté, et opportunisme ou malveillance de l’autre, il serait plus pertinent de considérer la confiance dans sa dynamique. Ce point semble faire consensus. Cécile Guillaume et Marc Uhalde (chapitre 3) parlent ainsi de la relation de confiance, étudiée au regard de la démarche de diagnostic en entreprise, comme d’un processus « conditionnel », « sans cesse soumis aux fluctuations des interactions sociales ». Pour Bernard Fernandez, à propos de l’expérience d’expatriés en Chine, la confiance est « un pari difficile » ; ou encore, propos consonant, Bernard Fusulier (chapitre 4) met en scène, dans le cadre d’un partenariat entre une école professionnelle et une entreprise sidérurgique, des partenaires « prudents », mesurant les risques et les inconvénients de leur coopération, prêts à revenir à la situation originelle de méfiance ou de défiance. Et là ou des auteurs décrivent moult « épreuves » et « engagements », Pascale Trompette et Lucien Karpik, comme en écho, décrivent un « engagement problématique », toujours en tension, entre des acteurs évaluant périodiquement leurs comportements, enracinés dans un environnement symbolique composite.

29Un dernier questionnement structure cette première partie de l’ouvrage. On peut le résumer ainsi : peut-on (ou faut-il) parler de la confiance, au singulier, comme un poète parlerait de l’amour – ou un économiste de la monnaie – ou, plutôt, de confiances, au pluriel ? Michel Lallement (chapitre 2) opte pour cette seconde approche et, marchant sur les brisées wéberiennes, dit-il, propose trois types-idéaux de confiance (affectuelle, rationnelle en valeur, rationnelle en finalité). Ce travail typologique est présent, ou rappelé dans la plupart des contributions ; il permet de saturer la notion ; et plutôt que de déplorer cette pléthore de confiances – « personnelle », « systémique », « organisationnelle », « basée sur les intérêt » ou sur « les compétences », etc., que nous présentent les contributions de Judy Pate et Graeme Martin (chapitre 5) ou de Edward Lorenz (chapitre 8) –, au risque de diluer le concept dans son effectivité pratique, convenons que le travail de compréhension du phénomène de confiance, « particulièrement difficile », comme nous le rappellent nos collègues de l’université d’Edimbourg, passe nécessairement par ce travail de profusion conceptuelle. Remarquons d’ailleurs que la langue française, en ne distinguant pas celui à qui la confiance est accordée (a trustee) et celui qui la place (a trustor), et ne désignant pas plus celui qui en est digne (a trustworthy person), nous oblige en quelque sorte, à ce travail d’éclaircissement.

30Concluons en restant sur ce même registre sémantique. Émile Benveniste, dans son Vocabulaire des institutions indo-européennes (1969), remarque que la langue française autorise deux constructions sémantiques : « j’ai confiance en quelqu’un », d’une part, mais ce quelqu’un, d’autre part, « a confiance en moi ». Autrement dit : dans le premier cas, j’accorde confiance, elle est quelque chose de moi que je dépose entre les mains d’un autre et dont il dispose ; dans le second cas, transitivité étrange, c’est l’autre qui met sa confiance en moi, et c’est moi qui en dispose. Comment peut-on alors donner une chose et l’avoir en même temps ? Comment posséder quelque chose que l’autre possède également ? La réponse est sociologique : ils la possèdent en commun, du fait de leur relation, et même si cette relation est inégale – l’un se place en dépendance de l’autre –, cette « chose » les met en commune obligeance : chacun se soumet à l’autre et lui fait crédit, se plaçant et le plaçant dans l’obligation de rendre, ou de tenir promesse. Ou comme le dit Benveniste (1969, p. 177) à la recherche du sens original du terme de kred : « confier quelque chose (ce qui est un emploi de credo), c’est remettre à un autre, sans considération du risque, quelque chose qui est à soi, qu’on ne donne pas, pour des raisons diverses, avec la certitude de retrouver la chose confiée ».

Notes

1 Julien Gracq, Au château d’Argol, Paris, Librairie José Corti, 1938 ; André Gide, La Symphonie pastorale, Paris, Gallimard, 1925.

2 La sociologie bourdivine, en décrivant un monde cynique, entre dé-possession des uns et domination des autres, ou en focalisant le propos sur la stigmatisation et la recherche de la distinction, a largement contribué, pour le cas français, à l’occultation du terme. Quel intérêt, en effet, à faire confiance (c’est-à-dire à gérer l’incertitude et la distance) si les conduites sociales sont déterminées (donc certaines) et si les habitudes sont incorporées dans les corps (donc toujours-là) ? Notons cependant que sa mobilisation des concepts wébériens et maussiens, notamment lorsqu’il tente d’appréhender le champ de la haute couture ou celui de la représentation politique en montrant combien ces derniers reposent sur « la croyance », ou sur « la foi », aurait pu conduire Bourdieu à travailler la notion de confiance. Il préféra se focaliser sur son abus, et sur la capacité, comme dans le monde des couturiers qu’il décrit férocement (1984), de « ceux qui abusent » d’abuser à leur tour, sachant qu’ « ils sont d’autant plus mystificateurs qu’ils sont plus mystifiés ».

3 La version goffmanienne du monde est ainsi, avant tout, une vision désenchantée ; le lien social y est comme éthéré, empreint d’engagements simulés, de la part d’individus embarrassés, toujours exposés au jugement et au regard des autres.

4 Raisonnement parfois tautologique : pour que la confiance s’établisse, il faut d’abord que les protagonistes se fassent confiance ; mais comment le feraient-ils si la confiance n’est pas déjà là ? etc.

5 Signe de cette difficulté : alors que la littérature anglo-saxonne sur la notion de confiance est impressionnante, que la notion y est savamment modélisée, Roy Lewicki et Barbara Bunker, dans un livre en hommage à Morton Deutsch, Conflict, Cooperation and Justice (1995, p. 134), soulignent que les théories existantes à propos de la structure, de la nature et des dynamiques de la confiance sont fragmentées et souvent simplistes, que chaque discipline académique a construit son propre cadre d’interprétation sans souci de celui de sa voisine, de telle sorte que toutes ressemblent à « un aveugle décrivant un morceau d’un éléphant »...

6 Michel Lallement, lecteur critique de cette introduction, a attiré mon attention sur l’emphase mise ici généralement en France sur la seule littérature anglo-saxonne, occultant ainsi le traitement de la confiance dans les littératures sociologiques allemande ou latine. Je résume ici l’essentiel de ses observations pour l’Allemagne : la réflexion sociologique sur la confiance y traverse également largement l’univers académique. Diverses contributions furent présentées au congrès de la Société allemande de sociologie de 1996, notamment un texte de Horst Kern, consacré à « Confiance et agir économique », et deux livres récents tentent d’approfondir le sujet : Vertrauen. Die Grunlage des sozialen Zusammenhalts, 2001, sous la direction de Martin Hartmann et Claus Offe ; et celui de Martin Endress, Vertrauen, 2002. Plus largement, la réflexion sociologique, d’une part, s’y articule aux débats sur le risque (cf. l’influence des travaux d’Ulrich Beck, 1986), et notamment ce qui touche à la confiance institutionnelle à l’heure des transformations de l’État-Providence ; et profite, d’autre part, du renouveau de la sociologie économique (cf. différents travaux sur la confiance dans l’échange, notamment ceux de Heiner Furhmann, 2001, à propos de la confiance dans le commerce électronique), et des débats autour de la thématique initiée par James Coleman sur les réseaux sociaux (cf. l’ouvrage de Hans-Peter Müller et Michaël Schmid, Norm, Herrschaft und Vertrauen, 1998). On notera ainsi, pour cette tradition sociologique, non explorée ici, la présence, néanmoins, de préoccupations fort voisines de celles exposées dans les contributions rassemblées dans le présent ouvrage. Nul doute que ce résultat se vérifierait lors de l’examen – qui reste à faire – des productions espagnoles, portugaises, italiennes, etc. sur cette même notion. Le choix de ne mobiliser ici que des travaux anglo-saxons est donc plutôt l’indication d’un déficit d’universalisme des coéditeurs qu’un choix délibéré...

7 Remarque : l’incertitude n’est pas seulement une série d’événements exogènes, ou un état, extrinsèque aux individus, ces derniers devant s’efforcer de la réduire ; elle relève du regard porté sur cet environnement : l’incertitude, rappelle Herbert Simon (1991), est aussi dans l’œil et dans l’esprit du décideur Le lecteur se reportera ici à la distinction classique, proposée par Knight dans Risk Uncertainty and Profit (1921), entre risque (mesurable) et incertitude (non mesurable).

8 D’un certain côté, c’est la thèse défendue par Alain Peyreffitte dans La Société de confiance (1995, p. 15) : le ressort du développement économique, estime-t-il, « réside en définitive dans la confiance accordée à l’initiative personnelle, à la liberté exploratrice et inventive ». L’attitude de confiance y est appréciée comme « la quintessence des conduites culturelles ». Le rapprochement entrepris ici entre confiance et « liberté », ou « responsabilité », est sociologiquement intéressant : faire confiance, c’est autoriser l’autre à s’émanciper, à définir par lui-même les termes de son action ; c’est reconnaître sa capacité à répondre de celle-ci.

9 Remarque : si la contiguïté et la connaissance de l’autre abolissent le besoin de confiance, l’extrême proximité et la connaissance intime, paradoxalement, en favorisent une forme dérivée, la confidence.

10 Les thèses de Putnam ont – évidemment – suscité de nombreux débats aux États-Unis. On en trouvera l’illustration dans l’ouvrage critique coédité par Theda Skocpol et Morris Fiorina, Civic Engagement in American Democracy (1999).

11 C’est d’ailleurs « la perte de confiance générale dont souffre l’État », ainsi que celle « qui touche aussi bien les hommes politiques que d’autres figures de l’autorité », qui conduisent Giddens (1998) à plaider, via son approche de type « troisième voie », pour une meilleure efficacité étatique et, surtout, pour « la promotion d’une société civile dynamique ».

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search