Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconnaissance aujourd’hui

 | 
Christian Lazzeri
, 
Alain Caillé

Quatrième partie : Ouvertures anthropologiques

Sauver l’honneur, dompter l’envie. Splendeurs et misères de la reconnaissance en démocratie selon A. de Tocqueville

Philippe Chanial

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« En promulguant l’égalité de tous, on a promulgué la déclaration des droits de l’Envie. »
H. de Balzac

« Qui cherche dans la liberté autre chose qu’elle-même est fait pour servir. »
A. de Tocqueville.

Malgré tout le respect qu’on lui doit et l’estime qu’on lui porte, reconnaître en Tocqueville un théoricien majeur de la reconnaissance en démocratie ne va pas de soi. Apparemment la question de la reconnaissance ne semble pas centrale dans son œuvre, du moins n’y est-elle jamais explicite. Au mieux, Tocqueville ne touche-t-il cette question que négativement, celle-ci, en démocratie, se définissant principalement par ce qu’elle n’est pas ou par ce qu’elle n’est plus : un processus fondé sur l’honneur.

C’est d’ailleurs bien dans cette perspective que les théories contemporaines de la reconnaissance suggèrent d’interpréter son œuvre. Ainsi pour Axel Honneth (2000, p. 152-153), Tocqueville serait un auteur précurseur dans son analyse de l’individualisation progressive de l’honneur, voire de s...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540