Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconnaissance aujourd’hui

 | 
Christian Lazzeri
, 
Alain Caillé

Deuxième partie : Quelle reconnaissance ?

Performativité, pouvoir, vulnérabilité. À propos de quelques immanquables corrélats de l’idée de reconnaissance

Estelle Ferrarese

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je voudrais démontrer que penser en termes de reconnaissance, c’est-à-dire assumer l’hypothèse que la constitution de soi s’opère dans des rapports de reconnaissance, a deux implications théoriques, distinctes et se confortant l’une l’autre : d’une part qu’une relation de reconnaissance est toujours-déjà une relation de pouvoir ; d’autre part que l’acte de reconnaissance est un acte de type performatif.

Ce thème du pouvoir peut sembler évident, puisque l’idée de la reconnaissance apparaît dans la plupart de ses variations liée à celle de luttes. Mais l’on peut facilement constater que le motif du pouvoir s’efface dès lors qu’il s’agit de faire de la reconnaissance autre chose qu’un élément d’une théorie de la société, sous l’espèce soit d’un ressort d’une conception de la justice, soit d’instrument de légitimation d’une politique.

Contre ces approches, la thèse de cet article est que reconnaissance et pouvoir sont indissociables, sans pour autant que le second soit la réalité de la pr...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540