Version classiqueVersion mobile

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

Introduction

Vincent Geisser

Texte intégral

1Confrontés dés leur indépendance à une pénurie cruciale de cadres administratifs, de techniciens supérieurs, d’ingénieurs et de médecins, les États maghrébins optèrent pour une politique de scolarisation massive, avec une attention toute particulière pour l’Enseignement supérieur. Aussi, ce dernier se vit-il accordé des crédits substantiels (en comparaison à la part réservée aux autres secteurs sociaux) et les étudiants firent figure de protégés des nouveaux régimes, voire même de privilégiés du système. Le nombre et le montant des bourses universitaires, bien que relativement modestes, étaient disproportionnés en regard de l’effort financier et matériel fourni dans d’autres domaines (habitat, santé, aménagement urbain...). Enfant choyée des États indépendants, mais ô combien prodigue, l’Université n’en causa pas moins des soucis aux nouveaux décideurs maghrébins qui voulaient l’ériger en symbole de modernité, tout en cherchant à la contrôler idéologiquement et politiquement (Laurent Guiter, 1997, Aïssa Kadri, 1999). Fierté des régimes développementalistes, elle fut aussi – elle l’est encore aujourd’hui – leur bête noire. Les rentrées universitaires ont toujours été une source de cauchemars pour les pouvoirs publics maghrébins craignant que les « vieux démons étudiants » ne se réveillent jusqu’à embraser la société toute entière (Vincent Geisser, 1998). Même si les rapports de force se sont considérablement transformés par rapport aux décennies précédentes, consécutivement à l’essoufflement du syndicalisme étudiant et enseignant et au déclin de la politisation des acteurs du champ, la question universitaire continue à tourmenter les ministères de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, tout autant sinon plus celui de l’Intérieur, qui redoutent constamment une menace directe pour l’ordre public et la cohésion nationale. De ce fait, la question universitaire tend à rassembler à elle seule (à surdéterminer ?) toutes les contradictions des politiques de développement et, plus récemment, des programmes d’ajustement structurel (PAS). D’aucuns diront que l’Université représente un peu le baromètre des sociétés maghrébines post-coloniales, nous incitant à parodier le dicton : quand l’Université au Maghreb va, tout va, et inversement quand l’Université ne va plus, rien ne va plus. Mais contrairement au secteur du bâtiment, d’où nous transposons la célèbre formule, on a parfois le sentiment que l’institution universitaire au Maghreb (comme en Europe d’ailleurs) ne s’est jamais bien portée : entreprendre une « socio-histoire » de l’Université et de ses acteurs (enseignants, étudiants et diplômés), n’est-ce pas précisément rendre compte d’une succession de crises et de ruptures d’ordre syndical, politique, mais aussi culturel et idéologique ?

2En revanche, ce qui nous paraît un fait nouveau par rapport aux lendemains de l’indépendance et aux années 1960-1970 (période d’expansion universitaire), c’est que loin d’anticiper ou d’annoncer les crises, l’Université semble aujourd’hui les subir de plein fouet, à l’instar des autres secteurs des sociétés maghrébines. En effet, au détour rétrospectif de quelques années à peine, l’Université avec un grand « U » pouvait être considérée comme une sorte de laboratoire sociopolitique des États en gestation : les protagonistes du champ universitaire représentaient au-delà de leur statut académique et socioprofessionnel, les acteurs centraux de la société, porteurs d’innovations et de transformations dans des pays en voie de développement (Cahiers du CERES, 1992). En ce sens, les crises universitaires avaient une valeur prédictive : elles annonçaient les changements à venir à l’échelle de toute la société (A. Touraine, F. Dubet, Z. Hegedus et M. Wieviorka, 1978).

  • 1 Littéralement, celui qui a utilisé toutes ses cartouches (ses années de redoublement) et qui se tr (...)

3À l’heure actuelle, le sentiment nous porterait plutôt à une vision inverse : ce sont les crises socio-économiques qui modèlent et perturbent les configurations universitaires et qui font que les acteurs du champ (enseignants et étudiants) donnent l’impression d’avoir perdu toute autonomie d’action et toute spécificité statutaire par rapport aux « autres » acteurs sociaux. Pour preuve, les catégories normatives et sociologiques décrivant ou désignant les grandes tendances sociales s’appliquent désormais sans distinction aux étudiants et aux diplômés de l’Enseignement supérieur : chômage, précarité, inégalités, compétitivité, concurrence, productivité, privatisation..., autant de vocables que les experts et les décideurs utilisent de manière récurrente pour analyser les situations universitaires au Maghreb et en Europe. À certains égards, on peut parler d’une normalisation sociologique du champ universitaire, processus qui pousse à interpréter ses enjeux et ses défis en recourant aux catégories classiques de l’économique et du social. Sur ce plan, les observateurs avertis et les social scientists n’y échappent pas ; ils s’intéressent désormais à l’Université moins pour ce qu’elle crée d’original ou ce qu’elle apporte en termes d’innovations sociales et de savoirs constitués que pour ce qu’elle subit : ses restructurations, ses privatisations larvées, ses réformes avortées et même ses « exclus » ou ses « cartouchards »1 pour reprendre un néologisme tunisien. C’est probablement ici que se situe la grande différence, pour ne pas dire le fossé, qui nous sépare des années soixante-soixante-dix : les étudiants, les diplômés et les enseignants du supérieur cessent d’être appréhendés comme des acteurs extra-sociétaux qui agiraient sur la société mais ramenés désormais au rang d’acteurs ordinaires confrontés à des degrés divers à des problèmes communs à tous les membres de la collectivité. Pourtant, malgré cette évolution désenchantée des représentations du champ universitaire au Maghreb, il persiste chez certains chercheurs et spécialistes du système scolaire une vision normative, voire même idyllique, du rôle et de la place de l’enseignement supérieur, expliquant que ces derniers éprouvent encore des difficultés à développer un regard distancié sur les réalités socio-économiques. Recourir, par exemple, à une catégorie de sens commun comme celle de diplômés-chômeurs ou de chômeurs-diplômés n’est-ce pas finalement exprimer l’idée d’une anomalie sociologique, puisque quelque part on refuse d’amalgamer ces « individus instruits et éclairés » à la « masse des chômeurs ignorants », sous-entendant par là que « logiquement » ils ne devraient pas être au chômage ?

4De notre point de vue, ce processus de banalisation-normalisation du champ universitaire représente une aubaine pour la recherche en sciences sociales, ouvrant de nouvelles pistes d’investigation et de réflexion. Aussi, plutôt que de succomber à un pessimisme sociologique radical (la thèse du « tout fout le camp ») ou de se laisser aller à une complainte narcissique sur notre propre sort d’universitaires (« nous, les pauvres enseignants-chercheurs qui formons des futurs diplômés-chômeurs ») nous semble-t-il plus stimulant de poursuivre des études et des enquêtes sur les acteurs du champ, en rompant définitivement avec une sociologie de l’exception intellectuelle.

  • 2 Programme intitulé Flux et gestion des compétences intellectuelles dans les échanges euro-maghrébi (...)

5À défaut d’énoncer ici une problématique commune aux auteurs qui reposerait sur une prétendue alliance paradigmatique – ce qui nous paraîtrait totalement utopique – nous nous contenterons de rappeler brièvement l’« esprit » du programme de recherche2 qui fut à l’origine de cet ouvrage collectif Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs.

  • 3 Outre les nombreuses correspondances entre les participants du programme, trois rencontres thémati (...)

6À ses débuts, ce programme était axé principalement sur la question des migrations d’étudiants maghrébins en Europe et dans le monde arabe. Son hypothèse centrale tournait autour de l’idée d’un « effet propre » de l’expérience migratoire et de la formation à l’étranger sur les modes d’insertion ou plutôt de réinsertion des diplômés maghrébins dans leur société d’origine (Vincent Geisser, 1997). Nous entendions alors vérifier la proposition suivante : la migration d’études produit des incidences sur le devenir social des diplômés maghrébins et il revient à l’observateur (l’historien, le sociologue, le géographe ou l’économiste) d’en mesurer la portée et les implications en termes de statut social, de mobilité professionnelle et résidentielle, de choix matrimoniaux, de pratiques culturelles et linguistiques et, d’une manière plus générale, de styles de vie. Mais au fur et à mesure que nous avancions dans notre réflexion collective, grâce notamment aux nombreux échanges formels et informels3, nous prenions conscience que les analyses sur les étudiants formés à l’étranger ne pouvaient plus être menées indépendamment d’une réflexion plus globale sur le devenir des diplômés maghrébins ici et ailleurs. En effet, les problèmes d’orientation, de sélection, d’insertion, de chômage, de précarité ou d’accès au logement touchent aujourd’hui indifféremment toutes les catégories de diplômés maghrébins, qu’ils soient issus des systèmes universitaires nationaux ou des établissements étrangers. Encore que cette dichotomie doit être relativisée à l’épreuve des faits puisque, à l’heure actuelle, de nombreux diplômés maghrébins débutent leurs études supérieures dans les universités nationales pour les continuer et les achever dans les pays étrangers ou vice versa (Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, 1999). Nous avons affaire à des catégories de diplômés de plus en plus « hybrides », dont la formation supérieure emprunte autant aux pays d’origine qu’aux sociétés d’accueil temporaire. Il serait donc réducteur, voire même simpliste, de considérer qu’il y aurait d’un côté, les « privilégiés du système » (les diplômés maghrébins de l’étranger) et de l’autre, ses « enfants pauvres » (les diplômés formés dans les établissements locaux). Si l’on ne peut nier l’existence de clivages sociaux, régionaux, culturels et linguistiques, force est d’admettre qu’ils traversent toutes les catégories d’étudiants et de diplômés maghrébins.

  • 4 Même si cette notion nous semble imprécise et gavauldée par la profusion de travaux proclamant la (...)

7Pour toutes ces raisons, liées aux évolutions récentes du paysage universitaire des pays du Maghreb et des sociétés d’accueil (Europe, Machrek et Amérique du Nord), les auteurs de cet ouvrage ne visent pas à réconcilier de manière utopique l’ici et l’ailleurs, en proclamant l’existence d’une « grande communauté de diplômés maghrébins », mais cherchent à replacer les questions de sélection, d’insertion, de mobilité sociale, de diffusion des savoirs et des connaissances dans une problématique que certains qualifieraient de transnationale4. Cette dimension transnationale est d’ailleurs constitutive de l’émergence de l’Enseignement supérieur « moderne » au Maghreb qui, dès le départ, s’est développé à travers une dynamique dialogique, imitant, empruntant, incorporant, réaménageant, ou contestant des « modèles » d’éducation et de formation portant la « marque de l’étranger ». Contrairement à une idée reçue, ce dialogisme ne se produit pas exclusivement en direction de l’Occident et de l’ancienne puissance coloniale (la France), mais également vers les universités arabophones du Maghreb ou d’Orient et les établissements supérieurs des anciens pays socialistes.

Revisiter l’histoire universitaire des pays du Maghreb

  • 5 Ce que la plupart des auteurs de ce livre se sont attachés à réaliser.

8Plus de quarante ans après les indépendances, quel est l’intérêt de faire (ou refaire) l’histoire de la construction de l’Enseignement supérieur dans les États maghrébins ? N’aurait-il pas été plus pertinent de renvoyer le lecteur à une bibliographie sérieuse et complète5, rendant compte des principaux écrits et recherches en la matière ?

  • 6 Les noms entre parenthèses sans mention de date font référence aux auteurs de contributions dans l (...)

9Cette volonté commune d’accomplir ce détour par l’histoire contemporaine, voire même par la préhistoire (Kmar Bendana)6, de l’Université au Maghreb, est née non seulement d’une relative insatisfaction à l’égard des travaux existants mais aussi d’un choix d’ordre épistémologique : remettre en cause l’idée de linéarité de l’histoire universitaire et analyser à travers le jeux d’acteurs (décideurs, planificateurs, enseignants et étudiants) les chemins parfois « tortueux » qu’emprunta ce processus. On ne saurait en effet se contenter d’une représentation « modernisante » de la naissance et du développement des universités maghrébines qui auraient définitivement rompu avec l’enseignement dit « traditionnel » (medersa et mosquée-université) et avec les systèmes inégalitaires de la période coloniale (Aïssa Kadri). Le parti pris moderniste des premiers travaux sur l’Enseignement supérieur au Maghreb a souvent conduit leurs auteurs (majoritairement des Français ayant œuvré dans les pays concernés) à de profondes désillusions et à une dénonciation virulente des différents blocages des réformes en cours (D. Glasman, J. Kremer, 1978). L’idéologie tiers-mondiste aidant, ces premiers travaux s’en sont tenus aux discours modernistes et développementalistes des régimes, sans prendre conscience que lesdits « conservatismes » et « résistances » ressortissaient aux projets initiaux. Au-delà des slogans nationalistes appelant à la construction d’une Université démocratique et égalitaire (Kamel Mellakh, François Siino), les régimes ont dû procéder à des arbitrages entre les différents groupes sociaux et les courants idéologiques ou philosophiques traversant la société (Hocine Khelfaoui). Aussi, les systèmes universitaires maghrébins de l’après-indépendance font-ils figure de système composite (K. Bendana).

10De plus, il convient de ne pas sous-estimer le rôle de l’Enseignement supérieur sous la période coloniale – y compris les établissements musulmans – comme lieu d’expérimentation et d’invention des diplômes universitaires « modernes » que se sont réappropriés par la suite les gouvernements indépendants : « il est significatif que l’activité intellectuelle existante se soit dirigée en majorité vers la vie universitaire. Dans cette tradition en voie de se créer, se conjuguent le poids inconscient du modèle islamique – zeitûnien en particulier – et l’attraction du modèle français, mais celui-ci capté précisément à un moment où il devient sclérosé » (Hichem Djaït, 1974).

11La tendance à oublier cette caractéristique fondamentalement « composite » et à occulter les influences diverses et contradictoires qui alimentèrent la vie du champ universitaire maghrébin (colonialisme, réformisme musulman, arabisme, tiers-mondisme, développementalisme, etc.) peut expliquer les difficultés à saisir les soubassements culturels, idéologiques et socio-économiques de la « crise » actuelle de l’Enseignement supérieur public.

Crise de l’Université et rhétorique de la crise universitaire

12Le thème de la « crise de l’Université » est récurrent dans les contributions de cet ouvrage, traité tantôt sous un angle économiciste (l’offre universitaire inadaptée aux nouvelles exigences du marché), tantôt sur un registre universaliste (critique du risque de professionnalisation excessive des cursus).

  • 7 Dans la majorité des cas, il s’agit à l’origine de littérature « grise », c’est-à-dire de rapports (...)

13Le premier type d’approches est surtout le fait des économistes et des spécialistes de l’insertion professionnelle des sortants du système scolaire (Saïd Ben Sedrine) : ces derniers s’attachent à décrire minutieusement le processus de déqualification qui touche aujourd’hui l’immense majorité des diplômés maghrébins issus des filières généralistes. Leurs analyses se fondent principalement sur des grandes enquêtes quantitatives « inédites »7 (échantillons nationaux supérieurs à mille individus), ayant le mérite de faire le point sur les problèmes d’emploi et de chômage des diplômés. Refusant de verser dans les images catastrophistes et misérabilistes de l’Université comme « usine à chômeurs » ou du diplôme supérieur comme « chèque sans provision », ces études quantitatives nous rappellent que les sortants de l’Université restent malgré tout davantage prémunis contre le chômage et la précarité socioprofessionnelle que les autres catégories de diplômés (enseignement professionnel et secondaire). Du réalisme des chiffres découle, de manière assez paradoxale, un certain optimisme sur l’avenir de l’Université dans les sociétés maghrébines.

14Les tenants du second type d’approches (universalistes critiques) se recrutent davantage chez les sociologues de l’éducation (Larbi Ibaaquil et Abdelwahab Hafaeidh). Moins tenus par une méthodologie particulière, ils oscillent entre l’étude approfondie de quelques « cas » (exclus de l’Université, diplômés en chômage, étudiants en situation précaire) et les analyses globales sur les stratégies déployées par les acteurs du champ universitaire, confrontés à la politique de libéralisation économique (Karim Ben Kahla). L’intérêt de telles démarches qualitatives est de nous inciter à réfléchir sur les trajectoires socioprofessionnelles des diplômés, sans céder nécessairement à un comparatisme positiviste qui tracerait une ligne de démarcation entre « perdants » et « gagnants » de la transition libérale. Le « malaise existentiel » qui frappe actuellement les acteurs et les sortants de l’Université (A. Hafaeidh) ne peut en aucun cas se réduire à une quantification des avantages comparatifs des performances entre telle ou telle formation supérieure mais apparaît davantage comme un courant traversant l’ensemble des « cercles éclairés et instruits » des sociétés maghrébines.

15Pourtant, au-delà de la pluralité des approches et des méthodes, il nous semble que les auteurs de cet ouvrage partagent une conviction commune : une société qui ne parvient plus à insérer (ou à intégrer) ses diplômés doit nécessairement se réformer, voire même changer radicalement. En ce sens, les réflexions présentées – y compris celles qui se parent de l’apparente neutralité des chiffres et des statistiques – n’échappent jamais à la discussion sur les valeurs et les fondements idéologiques de nos sociétés et, au-delà, sur les relations complexes entre le champ universitaire et le pouvoir (F. Siino, 1999).

L’Université au pouvoir ?

16Les discours misérabilistes ambiants sur l’Université en Europe et au Maghreb nous incitent parfois à délaisser ce que fut l’un des débats centraux aux lendemains des indépendances : le rôle des institutions d’enseignement supérieur dans la sélection, la formation et la reproduction des « élites du pouvoir ». Il est vrai que l’évolution récente des sciences sociales au et/ou sur le Maghreb conduit les chercheurs à se détourner progressivement des « grandes questions sociales » pour ne s’intéresser qu’aux nouveaux acteurs de la « société civile » (associations, femmes, ONG, entrepreneurs privés...), privilégiant l’anecdote biographique et le « règne du micro » aux dépens de l’analyse rigoureuse des itinéraires et des trajectoires (Lilia Ben Salem, 1998). Tout se passe comme si ces « nouveaux acteurs » provenaient de nulle part et que les déterminismes socioculturels étaient sans importance par rapport à leur volonté d’agir et d’être reconnus comme les moteurs des « sociétés civiles » émergentes.

17Les participants à l’ouvrage sont tombés d’accord sur le fait qu’il était indispensable de poursuivre la réflexion sur les relations entre le champ universitaire et les différents secteurs du pouvoir au Maghreb (économique, politique et intellectuel), tant les travaux sur les élites scolaires (les diplômés des Grandes Écoles européennes, des universités anglo-saxonnes prestigieuses ou des filières locales fortement sélectives) permettaient d’apporter un éclairage pertinent sur les processus et les tendances à l’œuvre dans la société : développement des logiques privatives, individualisme, crise du secteur public, apparition de nouvelles stratégies de distinction sociale, redéploiement des solidarités familiales et régionales, etc.

  • 8 Certains lecteurs regretteront à juste titre que les mobilisations politiques et syndicales à l’Un (...)

18Si force est d’admettre que les expériences universitaires ne sont plus nécessairement synonymes de « réussite scolaire » (taux élevé d’abandons et d’échecs) ou encore moins de « réussite sociale » (chômage et précarisation de certaines catégories de diplômés), les stratégies élitistes au Maghreb continuent pourtant à passer par la « grande voie » de l’Enseignement supérieur, même si elles n’empruntent plus exactement des chemins identiques : les écoles de commerce et de management ont peu à peu supplanté les cursus traditionnels en médecine et en ingéniorat (Pierre Vermeren) et les Grandes Écoles françaises (« X », Centrale et Mines) ne remplissent plus la même fonction du point de vue de la formation et du recrutement des élites maghrébines (Anousheh Karvar)8.

Cursus nationaux et formation à l’étranger : deux faces d’une même réalité universitaire ?

  • 9 Y compris dans le domaine militaire, symbole pourtant de souveraineté nationale, les pays du Maghr (...)
  • 10 La réalité fut différente, puisqu’on peut estimer que plus de la moitié de ces étudiants maghrébin (...)

19Il est parfois difficile de parler des étudiants maghrébins expatriés en termes d’émigration-immigration tant la formation supérieure à l’étranger apparaît comme le prolongement presque « naturel » des cursus nationaux. Aussi, l’histoire universitaire au Maghreb reste-t-elle étroitement imbriquée à celle des pays européens et en particulier à celle de la France. Dans les premières années de l’indépendance, les nouveaux régimes ne voyaient d’ailleurs aucune contradiction entre leur projet de société « nationaliste » et l’envoi massif d’étudiants dans les pays étrangers (Aïssa Kadri). Dans l’attente de l’édification d’une Université « véritablement » nationale et de la mise en place de filières généralistes ou spécialisées, il s’agissait de parer au plus vite au déficit de cadres et de techniciens supérieurs « autochtones »9. Au cours de cette première période, « accomplir des études supérieures » était presque toujours synonyme d’expatriation universitaire, les étudiants maghrébins à l’étranger étant considérés par les régimes en place comme des militants au service du développement et donc appelés à retourner un jour ou l’autre dans le pays d’origine (Lilia Ben Salem, 1976, S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1999)10.

  • 11 Ce fut notamment le cas de certaines élites algériennes qui prônaient une politique d’arabisation (...)

20Outre l’abondance des flux d’étudiants entre ces pays et l’ancienne puissance coloniale, il convient également de relever la forte présence de professeurs français dans les universités maghrébines qui importèrent avec eux leurs pratiques d’enseignement, leurs options idéologiques et philosophiques, sans oublier bien sûr leurs connaissances et leurs savoirs (Denis Oppetit, 1998). Cette présence française au sein même des établissements locaux (Université d’Alger, de Rabat et de Tunis) suscita non seulement de nombreuses vocations chez les étudiants désireux d’« aller voir ailleurs » (forte demande de formation à l’étranger) mais contribua aussi à perpétuer une certaine « tradition hexagonale » qui se manifesta notamment dans les conceptions et l’organisation générales de l’Enseignement supérieur (François Siino). Au plus fort des crises internes ou des différends franco-maghrébins, cette influence française fut maintes fois dénoncée (Hizb el França, « parti de la France ») par ceux qui la percevaient (nationalistes arabes, islamistes ou francophones complexés11) comme un obstacle majeur à la construction d’un enseignement supérieur authentiquement « national ».

21De son côté, la France gaulliste, au nom de ses relations intimes et privilégiées avec ses anciens territoires colonisés du Maghreb et d’Afrique noire, avait souhaité maintenir, voire même étendre, une politique d’accueil « généreuse » à l’égard des étudiants du tiers-monde (Valérie Simon). Malgré les présupposés paternalistes et « intéressés » qui accompagnèrent les premiers programmes de coopération scientifique et universitaire, ce fut incontestablement l’âge d’or de la présence étudiante maghrébine dans l’Hexagone : cette dernière n’était pas traitée comme une immigration à part entière mais d’abord comme un apport enrichissant d’étudiants maghrébins à l’Université française, même si ces derniers pouvaient se heurter localement et ponctuellement à des formes de discrimination et de xénophobie. Ainsi, la « maghrebinité » étudiante et intellectuelle donnait à l’Université française ses lettres de noblesse, confortant l’idée de sa mission internationale et universelle.

22La crise économique et sociale des années soixante-dix-quatre-vingt va radicalement remettre en cause cette donne universalo-gaulliste au profit d’une politique d’accueil de plus en plus frileuse et restrictive : les étudiants maghrébins sont de moins en moins traités par les pouvoirs publics comme une catégorie particulière d’étudiants de France mais de plus en plus comme une catégorie particulière d’immigrés et d’étrangers sur le territoire national (Victor Borgogno, Jocelyne Streiff, 1997). Leur présence n’est plus systématiquement associée à un facteur d’enrichissement culturel et intellectuel mais davantage à celui d’un risque migratoire ou d’une dangerosité immigrée qu’il convient à tout prix de maîtriser : c’est l’image du « faux étudiant » ou du « diplôme de complaisance » qui domine désormais la gestion des échanges universitaires entre la France et le Maghreb (ibid., 1997).

23Dans le cadre de cet ouvrage collectif, nous nous proposons d’analyser en profondeur les répercussions de cette politique de fermeture sur le volume et la composition des flux universitaires et sur les conditions de vie et de formation des étudiants maghrébins dans l’Hexagone. À ce titre, nous avons choisi de présenter une étude sociodémographique sur les trajectoires des étudiants maghrébins en France (Abdelkader Latreche), ainsi qu’une étude plus « locale » portant sur la ville de Toulouse, emblématique de la tradition d’accueil et d’ouverture des universités françaises jusqu’à une période récente (Abdallah Gabsi). Ces contributions seront complétées par une réflexion plus pointue sur la spécificité du « rameau féminin » des migrations étudiantes (Victor Borgogno, Lise Andresen) : par leurs profils sociologiques, leurs motivations, leur parcours universitaire et leur « visée sociétale », les filles se distinguent-elles de la « masse » des étudiants maghrébins de France ?

24L’une des conséquences inattendues de cette politique de fermeture et de contrôle drastique des flux migratoires est également de relancer le débat scientifique à la fois sur les migrations universitaires de type « horizontal » (Sud-Sud) et sur le retour des diplômés dans les sociétés d’origine : face à une Europe de moins en moins accueillante, les étudiants maghrébins aspirent davantage à se former dans les États voisins (consolidation d’un axe Rabat-Alger-Tunis et séjour d’études en Orient) et à rentrer définitivement dans leur pays, à l’issue de leurs études supérieures (Saïd Ben Sedrine, Vincent Geisser).

L’inévitable dimension prospective de la réflexion sociologique : de l’Université d’État à l’Université-FMI ?

25Par leur implication directe dans les enjeux se tramant au sein du champ universitaire, les auteurs de cet ouvrage – majoritairement des enseignants, des chercheurs et des doctorants – ne pouvaient échapper au débat prospectif sur l’avenir de leur statut et leur rôle dans l’Enseignement supérieur. Sur ce plan, leurs contributions reflètent parfois leurs interrogations, leurs inquiétudes, leurs peurs et leurs points de vue personnels sur l’évolution des systèmes publics d’enseignement au Maghreb et en Europe.

26Qu’on le veuille ou non, le projet des gouvernements nationaux et des organisations internationales (FMI et Banque Mondiale) visant à introduire une certaine dose de « privé » dans l’Enseignement supérieur (Karim Ben Kahla) et à encourager l’autonomie des universités (Aïssa Kadri) est désormais exprimé publiquement, y compris par ceux qui furent autrefois les plus farouches partisans du tout-État éducatif : faut-il oui ou non « libéraliser » les systèmes universitaires maghrébins afin de créer les conditions d’une concurrence « objective » entre les établissements mais au risque d’accroître les inégalités et les multiples « fractures sociales » déjà profondes dans ces pays (Vincent Geisser, 1998) ?

27À cet égard, les débats actuels sur la légitimité d’un système universitaire décentralisé et « libre » nous parait symptomatique de contextes socio-politiques où les partisans de l’autonomie et de l’initiative privée sont de plus en plus nombreux mais où, en contrepartie, la demande d’État reste toujours aussi forte, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé. Contrairement à une idée reçue, le camp des défenseurs de l’autonomie et de la privatisation ne rassemble pas exclusivement les représentants des lobbies entrepenariaux ou patronaux. Il regroupe aussi au Maghreb les animateurs d’une certaine gauche libérale pour qui l’émergence du secteur privé est avant tout un garant des libertés face à des États maghrébins jugés encore « trop paternels ». Cette double association « autonomie-liberté » et « privé-liberté » n’est pas partagée par tout le monde : ses défenseurs doivent affronter les critiques et les résistances de leurs anciens « camarades de lutte », des syndicalistes, des enseignants et bien sûr des étudiants et des diplômés pour qui la privatisation – même partielle – de l’Enseignement supérieur est mal venue dans des conjonctures universitaires déjà caractérisées par des clivages sociaux, régionaux et culturels (francophones/arabophones ; capitale/intérieur du pays ; filières généralistes/filières professionnelles ; facultés/Grandes Écoles...).

28Désormais, les questions polémiques de l’autonomie des universités et de la privatisation de l’Enseignement supérieur ne peuvent plus être esquivées sous prétexte de nostalgie développementaliste ou de parti pris idéologique : nous avons voulu ici ouvrir le débat ; il resterait à l’approfondir en encourageant de nouvelles recherches sur l’évolution récente des systèmes universitaires maghrébins.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bendana Kmar, 1991, « L’Institut des Hautes Études de Tunis (1945-1950) », La Tunisie de 1945 à 1950, Tunis, ISHMN : 119-132.

– 1998, « Aux origines de l’Université Tunisienne : l’IHET 1945-1952 », Revue d’Histoire Maghrébine, n° 89-90, Zaghouan, FTERSI : 97-106.

Ben Salem Lilia, 1998, « Le statut de “l’acteur social” dans la sociologie tunisienne », Correspondances, Bulletin de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, n° 49.

Ben Salem Lilia, 1976, Développement et problème de cadres : le cas de la Tunisie, Cahiers du CERES, série sociologique, n° 3, juin.

– 1972, L’Encadrement supérieur de l’économie tunisienne : Développement et problèmes de cadres, Tunis, Cahiers du CERES.

– 1969, « Démocratisation de l’enseignement en Tunisie. Essai d’analyse du milieu d’origine des étudiants tunisiens », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n°16.

Ben sedrine Saïd et Geisser Vincent, 1999, Le Retour des Diplômés : enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger dans les années 1990, contribution scientifique au débat sur le codéveloppement universitaire, Rapport final, Tunis, Institut Français de Coopération, IRMC, INTES, mai 1999.

– 1997, « Les diplômés à la sortie de l’Université. Devenir social et stratégies d’insertion professionnelle », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 157, juillet-septembre : 17-28.

Borgogno Victor et Streiff-Fenart Jocelyne, 1996-1997, « L’accueil des étudiants étrangers en France : évolution des politiques et des représentations », Les Cahiers du SOLIIS, n° 2/3 : 73-88.

Borgogno Victor et Andresen-Vollenweider Lise, 1997, Les étudiants étrangers en France, trajectoires et devenir, Convention d’étude Direction de la Population et des Migrations, Ministère de l’emploi et de la solidarité, rapport de recherche.

Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude, 1971, La reproduction, éléments pour une théorie du système d’enseignement. Paris, Éditions. de Minuit.

Djaït Hichem, 1974, La personnalité et le devenir arabo-islamiques, Paris, Seuil (collection « Esprit »).

Élite, pouvoir et légitimité au Maghreb, 1973, Paris-Aix-Provence, Éditions du CRESM.

Flory Maurice, 1993, Étudiants d’Europe, Paris, La Documentation française.

Geisser Vincent, 1998, « Les vieux démons de la rentrée », Éditorial du bulletin interne du programme de recherche, Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, Tunis, IRMC.

Glasman Dominique et Kremer Jean, 1978, Essai sur l’Université et les cadres en Algérie, une technocratie sans technologie ?, Aix-en-Provence-Paris, Les Cahiers du CRESM, Éditions du CNRS.

Guiter Laurent, 1997, « L’Université tunisienne : histoire d’une normalisation », Les Cahiers de l’Orient, n°46.

Hamani Jean-Cédric, 1994, Dix ans de développement de l’enseignement supérieur privé au Maroc : bilan et enjeux, Thèse de l’Institut d’Études Politiques de Paris.

Labdelaoui Hocine, 1996-1997, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique », Les Cahiers du SOLIIS, n° 2-3 : 107-124.

Le Figaro, mardi 8 et mercredi 9 décembre 1998, « Enquête sur la désaffection des étudiants étrangers pour les Universités françaises », voir article « Scientifiques du Maghreb : une combine au Canada », Paris.

L’Université et les transformations sociales, Cahiers du CERES : série Sciences de l’Éducation, n° 3, Tunis, Université de Tunis, 1992.

Oppetit Denis, 1998, L’Université française et le Maghreb : le cas de la Tunisie entre 1945 et 1970, Mémoire de DEA Université de Provence Aix-Marseille : 107 p.

Perville Guy, 1977, « Les étudiants algériens en guerre (1955-1962) », Armées, guerre et politiques en A.F.N., xix-xxe siècle, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1977 : 53-79.

Plassard J.-M. et Ben Sedrine Saïd (dir.), 1998, Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales.

Pouvoir et administration du Maghreb, 1975, Paris, Éditions du CNRS.

Sefrioui Sofia, 1998, Les migrations étudiantes vers et entre les pays de l’OCDE : caractéristiques et tendances actuelles, OCDE, note du secrétariat.

Siino François, 1999, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine. Contribution à une analyse de la politique scientifique tunisienne (1956-1996), thèse de doctorat en science politique, sous la direction d’Ahmed Mahiou, Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, 1999.

Siino François, 1997, « La science : au cœur du discours, aux marges de la société », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 157, juillet-septembre, p. 29-39.

Simon Valérie, 1997, La migration des étudiants maghrébins en France et ses transformations (1962-1994), Thèse de Doctorat nouveau régime en Histoire, sous la direction de Monsieur Le Professeur Claude Liauzu, Université de Paris VII, 2 Tomes, 726 p.

Sraïeb Noureddine, 1991, Le Collège Sadiki de Tunis 1875-1956 : enseignement et nationalisme, Paris-Tunis, CNRS-Éditions/Alif.

Sraïeb Noureddine et alii, 1984, Les Relations entre le Maghreb et le Machrek. Des solidarités anciennes aux réalités nouvelles, Aix-en Provence, Institut de recherches méditerranéennes.

Taamallah Khemaïes, 1987, « Enseignement supérieur en Tunisie : inégalité et reproduction sociale », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 88-91.

Touraine Alain, Dubet François, Hegedus Zsuzsa, Wieviorka Michel, 1978, Lutte étudiante, Paris, Seuil.

Vermeren Pierre, 2000, La formation des élites par l’enseignement supérieur moderne au Maroc et en Tunisie durant le xxème siècle, Thèse d’histoire sous la direction du Professeur René Gallissot, Institut Maghreb-Europe, Université de Paris VIII.

Notes

1 Littéralement, celui qui a utilisé toutes ses cartouches (ses années de redoublement) et qui se trouve donc renvoyé définitivement de l’Université.

2 Programme intitulé Flux et gestion des compétences intellectuelles dans les échanges euro-maghrébins, coordonné par Vincent Geisser dans le cadre des activités de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain de Tunis (IRMC-MAE, 1996-1999). Il regroupe une quinzaine d’enseignants-chercheurs et de doctorants d’Algérie, de France, du Maroc et de Tunisie.

3 Outre les nombreuses correspondances entre les participants du programme, trois rencontres thématiques ont été organisées : Tunis-Hammamet (5-7 juillet 1997), Institut Maghreb-Europe à l’Université de Paris VIII (27-28 novembre 1998) et Tunis-Hammamet (8-10 juillet 1999).

4 Même si cette notion nous semble imprécise et gavauldée par la profusion de travaux proclamant la dimension « transnationale » de leur objet.

5 Ce que la plupart des auteurs de ce livre se sont attachés à réaliser.

6 Les noms entre parenthèses sans mention de date font référence aux auteurs de contributions dans le présent ouvrage.

7 Dans la majorité des cas, il s’agit à l’origine de littérature « grise », c’est-à-dire de rapports d’enquête non publiés.

8 Certains lecteurs regretteront à juste titre que les mobilisations politiques et syndicales à l’Université ne sont pas suffisamment traitées par les auteurs de l’ouvrage. Faut-il voir ici un effet de génération qui pousse les politologues et les sociologues d’aujourd’hui à s’intéresser davantage aux problèmes d’emploi et de chômage des diplômés qu’à leurs revendications et à leurs actions politiques ? Une réponse positive à cette question contribuerait un peu trop facilement à nous dédouaner de ce manque. Or, force est de reconnaître que l’absence de réflexion sur la dimension politique du champ universitaire s’explique d’abord pas des contraintes objectives (autoritarisme, censure, présence policière sur les campus...), nous empêchant d’enquêter directement sur les activités militantes des étudiants, notamment en Tunisie où ce type de recherches reste soumise à des autorisations gouvernementales.

9 Y compris dans le domaine militaire, symbole pourtant de souveraineté nationale, les pays du Maghreb continuèrent à recourir à la coopération française. L’actuel président de la République de Tunisie, Zine el Abidine Ben Ali, a fait « ses classes » à Saint-Cyr. L’Algérie, le Maroc et la Tunisie envoyèrent de nombreuses promotions de cadres dans les écoles d’officiers, notamment à Saint-Cyr ou Saint-Maixent, mais aussi à l’École des officiers de la gendarmerie française, l’École d’état-major et l’École de guerre, avant de se doter de leurs propres académies militaires. Témoignage oral d’un ancien formateur français des écoles militaires, Marseille, septembre 1999.

10 La réalité fut différente, puisqu’on peut estimer que plus de la moitié de ces étudiants maghrébins expatriés dans les années soixante-soixante-dix ne rentrèrent jamais dans le pays d’origine, sinon pour des séjours temporaires.

11 Ce fut notamment le cas de certaines élites algériennes qui prônaient une politique d’arabisation radicale de l’Enseignement supérieur, tout en continuant à discourir en français et à envoyer leurs enfants dans les établissements administrés par l’ancienne Métropole (missions françaises au Maghreb).

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search