Version classiqueVersion mobile

La reconnaissance aujourd’hui

 | 
Christian Lazzeri
, 
Alain Caillé

Première partie. Les politiques de la reconnaissance

Justice et liberté communicationnelle. Réflexions à partir de Hegel1

Axel Honneth
Traduction de Traduit de l’Allemand par Marion Schumm

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il semble qu’il existe aujourd’hui, dans le milieu académique, un large consensus relatif à la nature que doivent avoir les prémisses d’une théorie de la justice sociale ; certes, il se peut que se manifeste encore ici ou là une résistance à l’égard de certains éléments d’une telle conception générale de la justice, mais dans l’ensemble, il règne bien un accord sur son procédé de fondation et son domaine central d’objet. Comme instance de justification normative on suppose la plupart du temps une situation de délibération dans laquelle les membres potentiels de la société en question doivent, sous des conditions d’impartialité, s’entendre, de façon réelle ou fictive, sur le choix des principes moraux qui doivent régler à l’avenir leurs relations de coopération ; l’impératif d’impartialité d’un tel procédé, tout comme la règle d’implication de tous les membres de la société, est considéré comme un garant de l’acceptabilité universelle du résultat auquel on a abouti. Et ce consensus, ...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search