Remakes

 | 
Raphaëlle Moine

Introduction

Texte intégral

1À la fin des années 1980, la réalisation de Three Men and a Baby (Trois hommes et un bébé, Leonard Nimoy, 1987), remake hollywoodien de Trois hommes et un couffin (Coline Serreau, 1985), a porté sur le devant de la scène la pratique du remake : une partie de la presse semblait alors découvrir, et le grand public avec elle, qu’Hollywood s’intéressait au cinéma français... au point d’en produire une version américaine. Tous les ingrédients étaient réunis pour que le remake hollywoodien de film français devienne un phénomène qui attire l’attention et cristallise le ressentiment contre le rouleau compresseur d’un cinéma américain envahissant : le succès du film de Coline Serreau, sauveur inattendu du cinéma français avec ses 10,2 millions de spectateurs en France, ses trois Césars et sa nomination à l’Oscar du meilleur film étranger ; les mésaventures américaines de la cinéaste qui, initialement engagée par Touchstone pour réaliser le remake, se retira par la suite du projet ; la remarquable carrière internationale en salles puis en vidéo du film de Nimoy. Three Men and a Baby reste même aujourd’hui encore, malgré l’existence de très nombreux autres remakes dans les années 1980 et 1990, l’emblème d’une pratique hollywoodienne mercantile qui consiste à produire, par pillage et par copie, une nouvelle version, américaine et américanisée, d’un film français au lieu de lui donner sa chance sur le marché américain. L’impact de Trois hommes et un couffin et de Three Men and a Baby ne doit toutefois pas masquer le fait que la production de remakes de films français existe de longue date à Hollywood - le cinéma français étant davantage mis à contribution que les autres cinémas nationaux dans cette technique de recréation - et qu’elle a suscité depuis la fin des années 1930 les mêmes réactions négatives de la part de la critique française. Les remakes hollywoodiens de films français constituent donc une forme particulièrement féconde, mais aussi particulièrement conflictuelle, des échanges cinématographiques entre la France et Hollywood.

  • 1 Daniel Protopopoff et Michel Serceau (dir.), CinémAction, n° 53, « Le remake et l’adaptation », Pa (...)

2« Mauvais objets » cinématographiques par excellence, parce qu’ils cumulent les tares de la motivation commerciale, du manque d’originalité et de l’impérialisme hollywoodien, les remakes hollywoodiens de films français n’ont à ce jour fait l’objet d’aucune étude de fond dans la littérature critique de langue française. Exception faite d’un numéro de la revue CinémAction1, sorti en 1989, dont le projet est plutôt de confronter le remake (en général) à l’adaptation et de dresser une typologie des différents types de remakes, et d’un dossier en deux volets consacré au remake à Hollywood paru dans Positif en mai et juin 1999, les remakes hollywoodiens, et notamment ceux qui refont des films français, restent en France le terrain de jeu du discours polémique. Certains échappent toutefois à la stigmatisation ou à l’indifférence parce qu’ils sont le fait d’auteurs, mais ils sont alors étudiés en tant qu’éléments de l’œuvre d’un cinéaste, et non plus en tant que remakes. La reconnaissance de Douglas Sirk comme auteur a ainsi attiré l’attention critique sur Lured (Des filles disparaissent, 1947), remake de Pièges de Robert Siodmak (1939), et les remakes des films de Jean Renoir réalisés par Fritz Lang ont évidemment plus suscité l’analyse que tous les autres. Le faible investissement de ce sujet par les études cinématographiques s’explique donc autant par le statut culturel des films français sources et de leurs remakes que par l’opprobre jeté sur la pratique : l’immense majorité des films, versions françaises et versions américaines confondues, appartenant au cinéma populaire ou commercial, ils sortent « tout naturellement » du champ habituel de la critique cinéphilique.

  • 2 Voir à ce sujet Raymonde Carroll, « Film et analyse culturelle : le remake », Contemporary French (...)
  • 3 J’emploie dans cet ouvrage le terme « version originale » sans lui donner de nuance noble. L’adjec (...)
  • 4 Carolyn Durham, Double Takes : Culture and Gender in French Films and Their American Remakes, Hano (...)
  • 5 Voir notamment, outre les chapitres qui leur sont systématiquement consacrés dans les livres sur l (...)
  • 6 Lucy Mazdon, Encore Hollywood : Remaking French Cinema, Londres, BFI, 2000.
  • 7 Andrew Horton et Stuart Y. McDougal (dir.), Play it again, Sam : Retakes on Remakes, Berkeley, Uni (...)

3Les travaux anglo-saxons sont en revanche plus nombreux. Leur intérêt pour les remakes hollywoodiens de films français est en partie lié au développement des études interculturelles2 et au fait que l’analyse comparée de ces remakes et de leurs versions originales3 françaises est depuis une vingtaine d’années intégrée, dans une perspective civilisationniste, aux programmes d’études romanes et/ou françaises. De plus, l’importance des gender studies dans le champ académique anglo-saxon a favorisé l’analyse comparative des représentations françaises et américaines des identités sexuées, pour laquelle les remakes hollywoodiens de films français constituent de bons cas d’école. On en trouvera des exemples dans l’ouvrage de Carolyn Durham Double Takes4, qui explore les transferts culturels à l’œuvre dans les remakes hollywoodiens contemporains de films français à travers le prisme des identités sexuées, ainsi que dans les très nombreuses études dont ont fait l’objet certains couples de films qui placent la masculinité, la paternité, la famille ou les relations amoureuses au centre de leur intrigue comme Trois hommes et un couffin et Three Men and a Baby5. La question du « transnational » au cinéma, qui est au centre des préoccupations de nombreux chercheurs depuis une dizaine d’années, contribue également à sortir des marges obscures les remakes hollywoodiens de films français : c’est, avec la représentation des identités sexuées, l’une des dimensions centrales du livre de Lucy Mazdon, Encore Hollywood6, qui, comme celui de Carolyn Durham, concerne plus spécifiquement les remakes hollywoodiens réalisés depuis les années 1980, esquisse également une analyse des stars et propose, dans son premier chapitre, une mise en perspective historique du phénomène. Notons enfin que la floraison de remakes, nationaux ou transnationaux à Hollywood à partir des années 1980, semble avoir permis le développement du sujet dans la littérature critique, comme en témoignent deux ouvrages collectifs américains, Play it again, Sam et Dead Ringers, un tout récent livre théorique britannique sur le remake, Film Remakes, ainsi que les actes du 9e colloque d’Udine, qui rassemblent des réflexions théoriques sur le remake en général et des études de cas de toute sorte7.

4Mon but dans cet ouvrage n’est ni de joindre ma voix au chœur déjà bien fourni des critiques qui stigmatisent le remake, ni de produire une « défense et illustration » destinée à réhabiliter une pratique décriée, mais de prendre au sérieux les remakes hollywoodiens de films français en les considérant comme l’une des modalités des relations franco-hollywoodiennes. Je m’attacherai donc autant à la pratique du remake qu’aux films eux-mêmes qui font l’objet d’un remake ou sont produits par remake, afin de montrer comment le phénomène constitue une pierre de touche des identités nationales, culturelles et cinématographiques. Les remakes hollywoodiens de films français permettent en effet de problématiser la question de l’identité du cinéma français face à celle du cinéma hollywoodien, et ils agissent comme des révélateurs des transferts, des tensions et des ruptures entre les deux cinématographies, tant sur le plan des représentations culturelles et de leur mise en forme filmique que sur le plan de leur réception. Je m’intéresserai donc au remake comme fait de production (une technique hollywoodienne de création filmique), comme fait de représentation (une reformulation de représentations dans un autre contexte culturel, idéologique, narratif, esthétique et générique) et comme fait de réception et d’interprétation (un point de fixation de l’antiaméricanisme). Cette perspective de recherche m’amènera à articuler l’analyse et l’histoire de la pratique du remake hollywoodien et de sa réception en France avec l’étude d’un certain nombre de paires « version originale française/ remake hollywoodien » qui permet d’évaluer ces films comme des constructions culturelles, esthétiques et narratives distinctes, ancrées chacune dans leur univers de production. Même si la mise en réseau de ces cas particuliers est de nature à faire surgir, comme nous le verrons, des permanences dans la technique du remake et des récurrences dans le traitement français et hollywoodien d’une même histoire, il va de soi qu’aucun de ces films n’a valeur d’exemplarité absolue, tant le corpus est hétérogène, du côté des films français sources comme du côté de leurs versions hollywoodiennes : remakes classiques ou contemporains, officiels ou inavoués, purs remakes ou remakes de films eux-mêmes adaptés d’une pièce de théâtre ou d’un roman, remakes qui décalquent leur film source ou qui s’en inspirent de façon plus lointaine, remakes séparés par plusieurs dizaines d’années de leur version originale ou quasiment contemporains du film français premier, films d’auteur et films commerciaux, autoremakes et films refaits par un autre cinéaste, etc.

5Cette hétérogénéité et la difficulté à identifier les remakes hollywoodiens de films français et à en définir la pratique feront la matière du premier chapitre, afin de jeter les bases théoriques indispensables à toute réflexion sur le remake et de délimiter le corpus, sinon exhaustif, du moins cohérent, des remakes hollywoodiens de films français. Le deuxième chapitre poursuit l’investigation en envisageant la pratique dans sa dimension historique : des années 1930 à nos jours, l’importance, les enjeux et les modalités de cette technique d’appropriation et de recréation ont varié, même si la pratique du remake relève dans l’ancien et le nouvel Hollywood d’une même stratégie d’intégration qui s’insère dans un système d’innovation progressive. Il est donc nécessaire de replacer les couples de films dans l’histoire culturelle et économique de leur univers de production. Le troisième chapitre complète cette mise en contexte des remakes hollywoodiens de films français en analysant de manière approfondie leur réception critique française : les discours tenus sur les remakes, qui ont en général moins pour fonction d’apprécier la valeur esthétique des films que de condamner la technique de création qui préside à leur réalisation, ont tous pour toile de fond la question de l’identité, cinématographique et culturelle, nationale, latente dans bien des relations entre la France et Hollywood, que les remakes donnent l’occasion de poser sur un mode très conflictuel. Le quatrième chapitre, rompant avec le cadre polémique du discours critique hexagonal, examine le remake comme un processus de traduction culturelle en « langage hollywoodien », qui reformule les films français dans un autre système de conventions et de représentations. Dans ce chapitre, l’arrêt sur quelques cas particuliers permet à la fois d’illustrer une méthode, celle de l’analyse culturelle, susceptible de rendre compte des enjeux culturels du remake sans en disqualifier la pratique, et d’exemplifier le travail complexe de recréation et de réorientation culturelle et cinématographique qu’opère le remake. Le dernier chapitre met en avant le rôle d’encadrement joué par le genre dans ces processus de transfert de scénario, d’images et de représentations. Il revient ainsi de manière plus approfondie sur deux sous-ensembles de films, les films noirs et les comédies contemporaines, auxquels leurs déterminations historiques et génériques donnent une cohérence forte.

Notes

1 Daniel Protopopoff et Michel Serceau (dir.), CinémAction, n° 53, « Le remake et l’adaptation », Paris, Corlet, 1989.

2 Voir à ce sujet Raymonde Carroll, « Film et analyse culturelle : le remake », Contemporary French Civilization, vol XIII, n° 1, Summer/Fall 1989, p. 346-359.

3 J’emploie dans cet ouvrage le terme « version originale » sans lui donner de nuance noble. L’adjectif « originelle », du fait de ses connotations possibles, n’est pas forcément plus adéquat pour indiquer simplement une antériorité chronologique.

4 Carolyn Durham, Double Takes : Culture and Gender in French Films and Their American Remakes, Hanovre/Londres, University Press of New England, 1998.

5 Voir notamment, outre les chapitres qui leur sont systématiquement consacrés dans les livres sur les remakes : Tania Modleski, « Three Men and Baby M », in Feminism Without Women : Culture and Criticism in a “Postfeminist” Age, New York/Londres, Routledge, 1991 [1988], p. 76-89 ; Anne-Marie Picard, « Travestissement et paternité : la masculinité remade in the USA », CINéMAS, vol 1, nos 1-2, Montréal, 1990, p. 133-147.

6 Lucy Mazdon, Encore Hollywood : Remaking French Cinema, Londres, BFI, 2000.

7 Andrew Horton et Stuart Y. McDougal (dir.), Play it again, Sam : Retakes on Remakes, Berkeley, University Press of California, 1998 ; Jennifer Forrest et Leonard R. Koos, Dead Ringers : The Remake in Theory and Practice, Albany, State University of NewYork Press, 2002 ; Constantine Verevis, Film Remakes, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2005 ; Anna Antonini (dir.), Il Film e i suoi multipli/ Film and Its Multiples, Udine, Forum, 2003.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540