Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Troisième partie. Objets modernes, objets sécularisés ?

La sécularisation et ses limites : entre théologie politique et positivisme juridique

Jean-Claude Monod

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la sécularisation est un processus, on doit alors pouvoir poser la question de la fin, de l’achèvement du processus : que serait une sécularisation achevée ? Que serait une société complètement sécularisée ? La question a son revers pratique : faut-il poser des limites à la sécularisation ? Cette question est à l’arrière-plan de certains débats majeurs de la philosophie du xxe siècle, comme j’aimerais le montrer sur l’exemple de la discussion entre Kelsen et Schmitt, entre le positivisme juridique et la théologie politique.

Mais je souhaiterais dans un premier temps évoquer quelques problèmes généraux attachés à la notion de sécularisation ou de « processus de sécularisation », telle qu’elle est devenue l’un des instruments usuels d’interprétation de l’histoire occidentale, et plus particulièrement de la modernité.

En effet, si l’on parle d’un processus de sécularisation, on est conduit à penser que ce processus suit et a suivi une certaine progression, qu’il a obéi à une « logique...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search