Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Troisième partie. Objets modernes, objets sécularisés ?

La divinisation du social

Laurent Jaffro

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’objet de cette contribution est de proposer une notion, celle qui fait son titre, qui, lorsqu’il s’agit de rendre compte de certaines formes particulières de la valorisation du lien social qu’on peut observer depuis le xviiie siècle, pourrait être considérée comme étant préférable à celle de sécularisation. On peut parler d’une « divinisation du social » quand le divin est placé dans la société qui est alors envisagée sous les aspects à la fois de son dynamisme (associatif, collectif, communicationnel) et de son autosubsistance, c’est-à-dire de la croyance selon laquelle le lien social subsiste par lui-même et est doté d’une vertu de régénération. On me dira qu’il suffit de parler simplement de valorisation extrême du lien social. Mais la divinisation est quelque chose de plus que la valorisation, parce qu’on peut très bien valoriser le lien social sans le parer des caractères d’une énergie divine. La divinisation n’est pas n’importe quelle valorisation parce qu’elle se situe, tou...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search