Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Troisième partie. Objets modernes, objets sécularisés ?

La sécularisation de la folie

Marxisme et protestantisme vers 1848

Philippe Büttgen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment sortir de la religion si tout concept de sortie – d’exil en émancipation, sans parler de la « sortie de la religion » – est déterminé religieusement ? Répondons par une autre question : à moins d’être encore plus vague, pouvait-on plus mal formuler l’aporie de la sécularisation ? Le problème n’est pas que l’objection ait été ignorée de ceux qui, à partir de 1840, travaillèrent à penser ce que pourrait être une fin de la religion : toute bonne critique vient du dehors. La faiblesse est ailleurs : en posant à Feuerbach, Marx et Engels un problème qu’ils ne se posaient pas, on manque un autre problème, auquel toute leur génération s’est affrontée à répétition. Nommons ce problème : la folie religieuse dans son histoire, et donnons le terme allemand : Schwärmerei1.

Pourquoi la Schwärmerei, vieux problème kantien et luthérien ? La question est celle des mobiles : qu’est-ce qui incite à chercher la sortie du religieux ? Les mobiles positifs – ce que l’on entrevoit derrière la sorti...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search