Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Troisième partie. Objets modernes, objets sécularisés ?

Avant-propos à la troisième parties

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De manière générale, le motif de la sécularisation est sollicité, avec toutes les difficultés ou équivoques que cela peut comporter, lorsqu’il s’agit de penser ou de décrire le passage à la modernité. En ce sens, la « sécularisation » est historiquement et logiquement liée aux « Temps modernes » (die Neuzeit) en tant qu’ils sont l’espace de la « modernité » (die Moderne), et singulièrement à leurs commencements : elle est un des instruments à l’aide desquels on s’efforce de penser le « décrochage » moderne par rapport à des concepts, des pratiques ou des institutions « pré-modernes », médiévaux ou antiques. La « sécularisation », donc, est un marqueur permettant d’identifier les bornes, entre autres les bornes chronologiques, de la modernité. Par exemple : l’État moderne naît au xvie siècle (ou au xive, ou au xve), et ses attributs principaux (la souveraineté…) sont la transposition sécularisée des attributs divins tels que la théologie (pré-moderne par essence) les considérait. On ...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search