Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Deuxième partie. La sécularisation : entre histoire et politique

Les ambiguïtés d’un théorème. La sécularisation, de Schmitt à Löwith et retour

Jean-François Kervégan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première partie de La Légitimité des Temps modernes est consacrée à démontrer et à dénoncer les limites du « théorème de la sécularisation », que Blumenberg considère comme une réponse infructueuse aux difficultés qu’il y a à penser la Selbstbehauptung, l’autoaffirmation de la modernité. Il y oppose la thèse selon laquelle la « sécularité » ne requiert aucune « sécularisation » pour être pensée1: elle ne peut, en d’autres termes, être décrite de manière pertinente comme l’effet d’une transposition-travestissement de thèmes pré-modernes, au premier chef de motifs théologiques, ce qui n’exclut pas, bien entendu, que de tels motifs soient présents et agissants en elle. Selon cette analyse, la « sécularisation » doit être considérée moins comme une explication des traits distinctifs de la modernité que comme une « métaphorique d’arrière-plan »2.

Deux auteurs jouent, évidemment, un rôle capital dans la démonstration de Blumenberg : Carl Schmitt et Karl Löwith. Le premier a donné au thé...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search